PRISE EN CHARGE DES TUMEURS CÉRÉBRALES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PRISE EN CHARGE DES TUMEURS CÉRÉBRALES"

Transcription

1 PRISE EN CHARGE DES TUMEURS CÉRÉBRALES Dr Clotilde VERLUT

2 ÉPIDÉMIOLOGIE Tumeurs rares Incidence augmente avec l âge Incidence augmente depuis une trentaine d année Facteurs favorisants Prédisposition familiale ATCD d irradiation cérébrale Immunodépression Téléphone portable?

3 Tumeurs cérébrales primitives : Incidence: 10/ hab par an nouveaux cas/an, décès/an (cancer du sein : nouveaux cas/an, décès/an) Les plus fréquentes: gliomes Métastases : Incidence: 3 à 8/ hab par an. Compliquent 25% des cancers systémiques : mélanome, choriocarcinome, poumon Cancer connu ou inconnu 2/3 asymptomatiques

4 CIRCONSTANCES DE DÉCOUVERTES

5 HYPERTENSION INTRACRÂNIENNE Céphalées matinales Nausées, vomissements Troubles visuels Troubles de la conscience et de la vigilance

6 CRISE D ÉPILEPSIE Partielle Motrice Sensitivo-sensorielle : paresthésies, illusions Végétative Aphasique Psycho-sensorielle Généralisée Valeur localisatrice clinique Lésion corticale

7 DÉFICIT NEUROLOGIQUE Lié directement à la compression ou à l infiltration Plus ou moins rapidement progressif S étendant en «tache d huile» Dépend de la localisation du processus expansif Déficit moteur Déficit sensitif Atteinte des paires crâniennes Troubles phasiques Négligence Troubles visuels

8 BILAN PARACLINIQUE

9 IMAGERIE En systématique: scanner cérébral sans et avec injection et surtout IRM cérébrale sans et avec injection Localisation : intra/extra parenchymateuse, sous/sus tentorielle Caractérisation : +/- PdC, PdC homo/hétèrogène Arguments pour le diagnostic différentiel Diagnostic de certaines complications Souvent mais non systématique : TDM TAP Recherche autres lésions

10 IRM CI : corps etrangers métalliques min, bruits+++, corps entiers dans machine Attention patient claustrophobe

11

12 PRISE EN CHARGE

13 PRISE EN CHARGE DIAGNOSTIQUE Seul l examen anatomo-pathologique fait le diagnostic L imagerie guide le diagnostic Biopsie : Stéréotaxique Ciel ouvert Chirurgie

14 BIOPSIE STÉRÉOTAXIQUE

15 CHIRURGIE ÉVEILLÉE

16 PRISE EN CHARGE THÉRAPEUTIQUE Traitement étiologique Traitement symptomatique PeC non médicamenteuse

17 TRAITEMENT ÉTIOLOGIQUE Dépend de plusieurs facteurs : Histologie Localisation État général du patient Souhait du patient et de sa famille Chirurgie : Exérèse complète Exérèse macroscopiquement complète Exérèse macroscopiquement incomplète Lymphome : biopsie uniquement

18 Radiothérapie : Dans un centre de radiothérapie Patient calme, coopérant Durée selon étiologie Effets secondaires : Asthénie Alopécie

19 Chimiothérapie PO, IV Selon histologie Chimiosensibilité : Bonne : germinomes, lymphomes, médulloblastomes, oligodendrogliomes, métastases de choriocarcinomes Mauvaise : glioblastome Effets secondaires Troubles hématologiques : thrombopénie+++, neutropénie Asthénie Nausées, vomissements

20 TRAITEMENT SYMPTOMATIQUE Épilepsie : Uniquement si survenue d une crise Dans certains cas, en péri-opératoire AE d action rapide : CLOBAZAM (urbanyl ) AE d action lente, au long cours : LEVETIRACETAM (keppra ) CARBAMAZEPINE (tégrétol ) VALPROATE DE SODIUM (dépakine ) CI conduite automobile

21 Corticoïdes : Effet anti œdémateux : Amélioration troubles focaux Amélioration des céphalées IV ou PO Toujours à la dose minimale efficace Autres : Antalgiques Antidépresseurs Anticoagulants Protecteurs gastriques

22 PRISE EN CHARGE NON MÉDICAMENTEUSE Kinésithérapie Orthophonie Neuropsychologue Ergothérapie

23 PRINCIPALES TUMEURS

24 Gliomes CLASSIFICATION HISTOLOGIQUE: TC PRIMITIVES Astrocytomes, oligodendrogliomes, mixtes : oligo-astrocytome Tumeurs épendymaires Tumeurs des plexus choroïdes Tumeurs non gliales Tumeurs neuronales et glioneuronales : Neuroctytome central, gangliogliomes, gangliocytomes, DNET Tumeurs embryonnaires : PNET(dont médulloblastome) neuroblastomes Tumeurs pinéales : pinéaloblastome, pinéocytome Tumeurs méningées et mésenchymateuses Tumeurs hématopoïétiques : lymphomes, leucémies Tumeurs des nerfs crâniens Tumeurs hypophysaires Kystes Dermoïde, épidermoïde

25 GLIOBLASTOME Tumeur la plus fréquente Pronostic très grave : Médiane survie totale: 14,6 mois Médiane survie sans progression : 6,9 mois 60-70ans Hommes Déficit neurologique Syndrome d HTIC

26 PROTOCOLE STUPP Radiochimiotérapie : Radiothérapie pendant 6 semaines Chimiothérapie par TEMOZOLOMIDE (temodal ) 75 mg/m² Tous les jours y compris samedi et dimanche Sous couvert de setrons EI : thrombopénie, nausées, Chimiothérapie adjuvante : Par TEMOZOLOMIDE 5 jours tous les 28 jours 150 mg/m² puis 200 mg/m² Durée? Minimum 6 mois, souvent entre 12 et 24 mois

27 TRAITEMENT DE 2EME LIGNE Pas de traitement standard Chirurgie Chimiothérapie PCV : Cycle de 42 jours, maximum 6 cycles Asthénie, nausées, thrombopénie, toxicité hépatique LOMUSTINE-BEVACIZUMAB (Belustine -Avastin ) Soins palliatifs

28 GLIOME DE BAS GRADE Astrocytome, oligodendrogliome,oligo-astrocytome Jeunes patients Mode de découverte : Crise d épilepsie Céphalées Tumeur infiltrante, longtemps asymptomatique et d évolution lente avec: Risque de transformation maligne Risque de récidive après chirurgie (exérèse le plus souvent incomplète)

29 Traitement : Exérèse chirurgicale la plus complète possible +/- radiothérapie complémentaire +/- chimiothérapie Surveillance régulière clinique et radiologique Survie moyenne : de 5 à 7 ans (astrocytome) De 10 à 20 ans (oligodendrogliome) Devenir des patients?

30 DIFFÉRENTS GLIOMES: 2 TABLEAUX CLINIQUES Gliome de bas grade Glioblastome (de novo) ans 25-30% gliomes adulte Infiltration progressive Transformation anaplasique inéluctable : médiane 10 ans G. haut grade ans 70% TC malignes primitives Méd survie :12-18 mois

31 LYMPHOME PRIMITIF CÉRÉBRAL Tumeur maligne Fréquent chez les immunodéprimés vers 30 ans. Peu fréquent chez les immunocompétents, pic à 60 ans Diagnostic : biopsie stéréotaxique à l aiguille. Traitement: Chimiothérapie à base de méthotrexate IV à hautes doses Corticothérapie Radiothérapie de l encéphale in toto Survie à 5 ans < 20 à 30 % des cas.

32 MÉNINGIOME Tumeur bénigne dans 90% des cas. Plus fréquent chez la femme à partir de 60 ans. Le plus souvent asymptomatique. Evolution: Très lente refoulant le cerveau sans l envahir Nombre non négligeable de récidives dans les formes histologiquement agressives Traitement : Exérèse chirurgicale +/- radiothérapie +/- chimiothérapie Radiochirurgie pour les petites tumeurs

33 PRISE EN CHARGE PAR IDE

34 En HdJ : Traitement Consultation d annonce En hospitalisation : Evènement intercurrent Maintien à domicile impossible Fin de vie

35 Communication avec le patient Trouble de vigilance (somnolence, confusion, ) Trouble du langage (aphasie) Troubles neuro-cognitifs (mnésiques, jugement, ) Handicap moteur, perte d autonomie précoce Hémiplégie Troubles de l équilibre Fluctuations de la symptomatologie Cerveau «fragilisé» (cerveau irradié, tumeur évolutive) Imprévisibilité de la phase terminale Grande hétérogénéité évolutive

36 TAKE HOME MESSAGE

37 Circonstances de découvertes : HTIC CE Déficit focal Pronostic : Sombre Pb social Diagnostic histologique Traitement : Chirurgie +++ sauf lymphome Radiothérapie, chimiothérapie Symptomatique (AE, corticoïdes)

Dr Amara Korba Constantine 04/10/2016 Maitre assistant Neurochirurgie. Tumeurs cérébrales

Dr Amara Korba Constantine 04/10/2016 Maitre assistant Neurochirurgie. Tumeurs cérébrales Tumeurs cérébrales Objectifs : Diagnostiquer une tumeur intracrânienne. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. INTRODUCTION Les tumeurs cérébrales sont fréquentes : les

Plus en détail

Tumeurs intracrâniennes

Tumeurs intracrâniennes Tumeurs intracrâniennes Diagnostic Type histologique Traitement Pr E. Jouanneau, Module 10, U.F.R. Lyon SUD Objectifs : Savoir évoquer le diagnostic Savoir prescrire les examens amenant au diagnostic Avoir

Plus en détail

Présentation clinique des tumeurs cérébrales. Dr. Jean-Sébastien Guillamo Département de Neurologie CHU Caen

Présentation clinique des tumeurs cérébrales. Dr. Jean-Sébastien Guillamo Département de Neurologie CHU Caen Présentation clinique des tumeurs cérébrales Dr. Jean-Sébastien Guillamo Département de Neurologie CHU Caen Variabilité clinique: facteurs influençant la présentation - localisation -taille - rapidité

Plus en détail

Tumeurs Intracrâniennes

Tumeurs Intracrâniennes Tumeurs Intracrâniennes Certificat Neurologie-Neurochirurgie Prof. Assoc.Gérard ABADJIAN Classification des Tumeurs du SNC (OMS mod.) Tumeurs Gliales Tumeurs Glio-neuronal Tumeurs Embryonnaires Tumeurs

Plus en détail

GLIOBLASTOME DU SUJET AGE

GLIOBLASTOME DU SUJET AGE GLIOBLASTOME DU SUJET AGE DR FOTSO, DR TESTA, DR MANET, DR GENGUENE, DR VASSAL, DR DUTHEL, DR HATEM, DR BENHAMOUDA, DR NJEE BUGHA, DR NUTI NEUROCHIRURGIE CHU SAINT ETIENNE introduction Malgré des progrès

Plus en détail

Gliomes de bas grade de l adulte : un diagnostic pas si facile! JM.Kamsu ;A.Benouach-Amiel; H.Dumas; I.Catalaa; C.Cognard; F.

Gliomes de bas grade de l adulte : un diagnostic pas si facile! JM.Kamsu ;A.Benouach-Amiel; H.Dumas; I.Catalaa; C.Cognard; F. Gliomes de bas grade de l adulte : un diagnostic pas si facile! JM.Kamsu ;A.Benouach-Amiel; H.Dumas; I.Catalaa; C.Cognard; F.Bonneville Introduction En France, les gliomes sont les tumeurs primitives du

Plus en détail

LES TUMEURS DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL

LES TUMEURS DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL LES TUMEURS DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL ETUDE RETROSPECTIVE D UNE SERIE DE 900 CAS S. DERRAZ; T.EL. MADHI; B. BOUAYAD; A. EL KHAMLICHI Service de Neurochirurgie, Hôpital des Spécialités ONO. CHU. Ibn Sina

Plus en détail

RTC 3D GLIOMES MALINS

RTC 3D GLIOMES MALINS RTC 3D GLIOMES MALINS INOPERABLE Principes généraux Classification des gliomes malins OMS 2007 Grading d histopronostic de gravité croissante: I à IV selon Densité cellulaire Atypies cytonucléaires Activité

Plus en détail

LES TUMEURS CÉRÉBRALES. Gaëlle PARADOT Service de Neurochirurgie

LES TUMEURS CÉRÉBRALES. Gaëlle PARADOT Service de Neurochirurgie LES TUMEURS CÉRÉBRALES Gaëlle PARADOT Service de Neurochirurgie DÉFINITION Processus expansif intra-crânien 2 types de classification Topographique Sus tentorielle Sous tentorielle Histologique Tumeurs

Plus en détail

TABLEAU A.1 ASPECT IRM TRES EVOCATEUR D UNE TUMEUR GLIALE DE GRADE I CONTEXTE DE NEUROFIBROMATOSE? SUBEPENDYMOME SURVEILLANCE

TABLEAU A.1 ASPECT IRM TRES EVOCATEUR D UNE TUMEUR GLIALE DE GRADE I CONTEXTE DE NEUROFIBROMATOSE? SUBEPENDYMOME SURVEILLANCE TABLEAU A.1 ASPECT IRM TRES EVOCATEUR D UNE TUMEUR GLIALE DE GRADE I CONTEXTE DE NEUROFIBROMATOSE? OU TRAITEMENT HISTOLOGIE? DES SUBEPENDYMOMES - EXAMEN CLINIQUE ANNUEL - IRM CEREBRALE POST-OPERATOIRE

Plus en détail

TEP et tumeurs cérébralesc

TEP et tumeurs cérébralesc TEP et tumeurs cérébralesc N. Gault, A.Chirila, F.Gutman, K.Kerrou, D.Grahek, F.Montravers, V. DeBeco, JN Talbot Service de Médecine Nucléaire - Hôpital Tenon QCM 1) biodistribution: de quel traceur s

Plus en détail

Démarche diagnostique en IRM devant une lésion. composante kystique de l adulte. MP Gobin-Meteil, S Rodrigo, C Oppenheim, JF Meder

Démarche diagnostique en IRM devant une lésion. composante kystique de l adulte. MP Gobin-Meteil, S Rodrigo, C Oppenheim, JF Meder Démarche diagnostique en IRM devant une lésion parenchymateuse cérébrale à composante kystique de l adulte E Meary, C Mellerio,O Naggara, M Petkova, MP Gobin-Meteil, S Rodrigo, C Oppenheim, JF Meder INTRODUCTION

Plus en détail

Tumeurs cérébrales et handicap : modalités de prises de décisions thérapeutiques. Christelle Dufour, Jacques Grill

Tumeurs cérébrales et handicap : modalités de prises de décisions thérapeutiques. Christelle Dufour, Jacques Grill Tumeurs cérébrales et handicap : modalités de prises de décisions thérapeutiques Christelle Dufour, Jacques Grill Généralités 2ème cause de cancer (23 %) 1ère cause de tumeurs solides: 430 nouveaux cas

Plus en détail

Métastases cérébrales uniques Place de la radiothérapie

Métastases cérébrales uniques Place de la radiothérapie Métastases cérébrales uniques Place de la radiothérapie O.THOMAS 30 avril 2005 1 Plan épidémiologie objectifs moyens thérapeutiques effets secondaires résultats questions non résolues 2 Epidémiologie Tumeur

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 31 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 31 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 31 mai 2006 TEMODAL 5 mg, gélule 1 flacon(s) en verre brun de 5 gélules avec fermeture de sécurité enfant polypropylène : CIP : 561 345-7 TEMODAL 20 mg, gélule 1 flacon(s)

Plus en détail

Les Cancers Secondaires Radio-induits. Chantal Kalifa Département de Pédiatrie Institut Gustave Roussy

Les Cancers Secondaires Radio-induits. Chantal Kalifa Département de Pédiatrie Institut Gustave Roussy Les Cancers Secondaires Radio-induits Chantal Kalifa Département de Pédiatrie Institut Gustave Roussy Radiothérapie Traitement local des tumeurs malignes +++ Traitement prophylactique des récidives à distance

Plus en détail

Item 296 (ex item 146) Tumeurs intracrâniennes Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Item 296 (ex item 146) Tumeurs intracrâniennes Collège Français des Pathologistes (CoPath) Item 296 (ex item 146) Tumeurs intracrâniennes Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Prérequis... 3 2. Types histologiques des tumeurs du système nerveux central...3

Plus en détail

Les tumeurs intracrâniennes (146) Dr Xavier Durando, Pr Jean Jacques Lemaire, Pr Hervé Curé, Pr Jean-Jacques Mazeron Juin 2006 (mise à jour juin 2006)

Les tumeurs intracrâniennes (146) Dr Xavier Durando, Pr Jean Jacques Lemaire, Pr Hervé Curé, Pr Jean-Jacques Mazeron Juin 2006 (mise à jour juin 2006) Les tumeurs intracrâniennes (146) Dr Xavier Durando, Pr Jean Jacques Lemaire, Pr Hervé Curé, Pr Jean-Jacques Mazeron Juin 2006 (mise à jour juin 2006) 1. Diagnostic des tumeurs intracraniennes 1.1. Sémiologie

Plus en détail

IMAGERIE DES TUMEURS SUS TENTORIELLES CHEZ L ENFANT

IMAGERIE DES TUMEURS SUS TENTORIELLES CHEZ L ENFANT IMAGERIE DES TUMEURS SUS TENTORIELLES CHEZ L ENFANT Service de Radiologie Pédiatrique. CHU Ibn Rochd. Casablanca INTRODUCTION Les tumeurs sus tentorielles chez l enfant sont assez fréquentes et peuvent

Plus en détail

SNP Les tumeurs intracrâniennes. Les tumeurs intracrâniennes

SNP Les tumeurs intracrâniennes. Les tumeurs intracrâniennes 13/12/13 AUREAL Mélanie L3 SNP Relecteur 11 Professeur Dufour 6 pages Les tumeurs intracrâniennes Plan I. Facteurs étiologiques II.Définitions III.Les tumeurs cérébrales. IV.La clinique V.Topographie des

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 er février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 er février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 er février 2006 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée limitée conformément au décret du 27 octobre 1999 (JO du 30 octobre 1999) et à l arrêté du

Plus en détail

Une lésion cérébrale hémorragique chez une femme enceinte. PADOIN P, BILLON GRAND C, CATTIN F, BIONDI A Service de Neuroradiologie

Une lésion cérébrale hémorragique chez une femme enceinte. PADOIN P, BILLON GRAND C, CATTIN F, BIONDI A Service de Neuroradiologie Une lésion cérébrale hémorragique chez une femme enceinte PADOIN P, BILLON GRAND C, CATTIN F, BIONDI A Service de Neuroradiologie Jeune femme de 25 ans, enceinte de 3 mois d une première grossesse Se présente

Plus en détail

Pour la prise en charge des tumeurs oligodendrogliales de haut-grade. guide d information à l usage des patients et de leur entourage

Pour la prise en charge des tumeurs oligodendrogliales de haut-grade. guide d information à l usage des patients et de leur entourage Pour la prise en charge des tumeurs oligodendrogliales de haut-grade guide d information à l usage des patients et de leur entourage Les tumeurs cérébrales Le cerveau Le cerveau est un organe majeur situé

Plus en détail

A PROPOS DE 100 CAS S.LAMSAK, S.SALAM, K. EL KHOU, M.CHADAD, L.OUZIDANE

A PROPOS DE 100 CAS S.LAMSAK, S.SALAM, K. EL KHOU, M.CHADAD, L.OUZIDANE A PROPOS DE 100 CAS S.LAMSAK, S.SALAM, K. EL KHOU, M.CHADAD, L.OUZIDANE Service de Radiologie Pédiatrique CHU Ibn Rochd Casablanca Tumeurs cérébrales chez l enfant : 2nde place après les tumeurs hématologiques.

Plus en détail

Facteurs de risque et épidémiologie des tumeurs cérébrales

Facteurs de risque et épidémiologie des tumeurs cérébrales DIU de soins infirmiers en neuro-oncologie 2013-2014 Facteurs de risque et épidémiologie des tumeurs cérébrales Luc Bauchet Département de Neurochirurgie, CHU Montpellier Coordonnateur du Recensement national

Plus en détail

4ème Rencontre Régionale d Oncologie Thoracique TEST Q.C.M. Et REPONSES

4ème Rencontre Régionale d Oncologie Thoracique TEST Q.C.M. Et REPONSES 4ème Rencontre Régionale d Oncologie Thoracique TEST Q.C.M. Et REPONSES Niort Jeudi 24 avril 2008 QCM 1 La chirurgie des cancers du poumon stade IV peut être curatrice: A- En cas de métastase cérébrale.

Plus en détail

Accidents vasculaires cérébraux

Accidents vasculaires cérébraux Accidents vasculaires cérébraux Introduction Problème de santé publique Entre 120 et 140 000 français par an Source de handicap Mortalité à 5 ans élevée Définition Atteinte du système nerveux central dont

Plus en détail

NEUROSARCOIDOSE A LOCALISATION THALAMIQUE. A PROPOS D UN CAS

NEUROSARCOIDOSE A LOCALISATION THALAMIQUE. A PROPOS D UN CAS NEUROSARCOIDOSE A LOCALISATION THALAMIQUE. A PROPOS D UN CAS N. Cherif Idrissi El Ganouni 1, M. Ouali Idrissi 1, A.Benhaddou 1, T. Abou El Hassan 2, O. Essadki 1, A. Ousehal 1 1 : Service de Radiologie,

Plus en détail

CAS CLINIQUE MENINGIOME. Mélanie Deberne Amélie Bouyon

CAS CLINIQUE MENINGIOME. Mélanie Deberne Amélie Bouyon CAS CLINIQUE MENINGIOME Mélanie Deberne Amélie Bouyon ! CODE COULEUR Le cas clinique A vos boîtiers Réponse, discussion Questions Epidémiologie Le méningiome représente : 30 % 20 % des tumeurs cérébrales

Plus en détail

Diplôme Inter-Universitaire Neuro-oncologie

Diplôme Inter-Universitaire Neuro-oncologie Diplôme InterUniversitaire Neurooncologie Domaine : Sciences, Technologies, Santé Organisation : Faculté de Médecine Lieu de formation : Sur les sites des universités partenaires (Facultés de Médecine

Plus en détail

GLIOMES DU TRONC CEREBRAL DE L ADULTE ASPECTS CHIRURGICAUX

GLIOMES DU TRONC CEREBRAL DE L ADULTE ASPECTS CHIRURGICAUX GLIOMES DU TRONC CEREBRAL DE L ADULTE ASPECTS CHIRURGICAUX «where therapies change surgical perceptions have to change» «les astrocytomes pilocytiques sont fréquents. Ils doivent être reconnus et enlevés

Plus en détail

Radiothérapie des tumeurs cérébrales après 75 ans. Jean-Jacques MAZERON

Radiothérapie des tumeurs cérébrales après 75 ans. Jean-Jacques MAZERON Radiothérapie des tumeurs cérébrales après 75 ans Jean-Jacques MAZERON Service de radiothérapie oncologique Groupe Hospitalier Pitie-Salpêtrière, Paris Les radiothérapies classiques Les irradiations de

Plus en détail

Tumeurs supra-tentorielles. F. Ziereisen, C. Christophe, E. Sariban Hôpital Universitaire des Enfants Bruxelles

Tumeurs supra-tentorielles. F. Ziereisen, C. Christophe, E. Sariban Hôpital Universitaire des Enfants Bruxelles Tumeurs supra-tentorielles F. Ziereisen, C. Christophe, E. Sariban Hôpital Universitaire des Enfants Bruxelles Epidémiologie 15 à20% de toutes les T cérébrales primitives T cérébrales % + fréquentes chez

Plus en détail

GLIOMES DE BAS GRADE TRAITEMENTS NON CHIRURGICAUX. François DUBOIS Neuro-oncologue (CHU de Lille) DIU 2009

GLIOMES DE BAS GRADE TRAITEMENTS NON CHIRURGICAUX. François DUBOIS Neuro-oncologue (CHU de Lille) DIU 2009 GLIOMES DE BAS GRADE TRAITEMENTS NON CHIRURGICAUX François DUBOIS Neuro-oncologue (CHU de Lille) DIU 2009 GLIOMES DE GRADE II Astrocytome Oligodendrogliome oligoastrocytome GLIOMES DE GRADE II Tumeurs

Plus en détail

Quelques recommandations pour la prise en charge au domicile de patients souffrant de tumeur cérébrale Avril 2012

Quelques recommandations pour la prise en charge au domicile de patients souffrant de tumeur cérébrale Avril 2012 Hôpital Pitié-Salpêtrière Service de Neurologie Mazarin - Pr JY DELATTRE Quelques recommandations pour la prise en charge au domicile de patients souffrant de tumeur cérébrale Avril 2012 Les tumeurs primitives

Plus en détail

Processus tumoraux UE 2.9

Processus tumoraux UE 2.9 Processus tumoraux UE 2.9 Dominique Béchade Institut Bergonié Bordeaux Généralités en cancérologie (2) Plan du cours généralités en cancérologie (2) Introduction Circonstances de découverte d un cancer

Plus en détail

Exploration et caractérisation d une tumeur cérébrale de l enfant

Exploration et caractérisation d une tumeur cérébrale de l enfant Exploration et caractérisation d une tumeur cérébrale de l enfant N Boddaert, D Grévent, F Brunelle, P Varlet, S Puget, J Grill, M Zerah, C Sainte-Rose Necker Enfants Malades Plan Tumeurs de fosse postérieure:

Plus en détail

Chimiothérapie. I. Généralités. 1. Symptomatologie. 2. Retentissements du cancer

Chimiothérapie. I. Généralités. 1. Symptomatologie. 2. Retentissements du cancer Chimiothérapie I. Généralités Cancer = ensemble de cellules qui échappent au contrôle de l organisme et multiplient indéfiniment, envahissant les tissus voisins et distants et les détruisant Trois caractéristiques

Plus en détail

Difficultés de la prise en charge Palliative des Tumeurs Cérébrales

Difficultés de la prise en charge Palliative des Tumeurs Cérébrales Difficultés de la prise en charge Palliative des Tumeurs Cérébrales Joëlle PERENNES Infirmière référente Sce de neurologie Khê HOANG-XUAN Sce de Neurologie Michèle LEVY-SOUSSAN UMSP Hôpital de la Pitié-Salpêtrière

Plus en détail

IMAGERIE des TUMEURS SUPERFICIELLES et des PARTIES MOLLES

IMAGERIE des TUMEURS SUPERFICIELLES et des PARTIES MOLLES IMAGERIE des TUMEURS SUPERFICIELLES et des PARTIES MOLLES Pr Frank Boudghène Hopital Tenon - Université Paris 6 IMAGERIE des TUMEURS epidermiques des parties molles DERMATOLOGIE Utilise peu les techniques

Plus en détail

Tumeurs Bénignes 2. TCG Kyste Anévrysmal. Kyste osseux essentiel Fibrome non ossifiant

Tumeurs Bénignes 2. TCG Kyste Anévrysmal. Kyste osseux essentiel Fibrome non ossifiant Tumeurs Bénignes 2 TCG Kyste Anévrysmal Kyste osseux essentiel Fibrome non ossifiant Introduction Rareté (4 à 10% des tumeurs primitives osseuses) Age moyen : 30 ans (16 à 64) 80 % entre 15 et 30 Hommes

Plus en détail

La radiothérapie : prescription, réalisation et suivi Paris le 9/12/2014

La radiothérapie : prescription, réalisation et suivi Paris le 9/12/2014 La radiothérapie : prescription, réalisation et suivi Paris le 9/12/2014 La radiothérapie : prescription, réalisation et suivi 1) La radiothérapie 2) Réalisation : les protocoles 3) Prescription : les

Plus en détail

Facteurs pronostiques et traitement des métastases cérébrales

Facteurs pronostiques et traitement des métastases cérébrales Facteurs pronostiques et traitement des métastases cérébrales Avi ASSOULINE Réunion du CORP 22/05/2008 Introduction Fréquent : 20-40% des patients cancéreux Plus fréquentes des tumeurs cérébrales Incidence

Plus en détail

Les méningo-encéphalites virales du sujet âgé. Besançon, le 25 mars 2004

Les méningo-encéphalites virales du sujet âgé. Besançon, le 25 mars 2004 Les méningo-encéphalites virales du sujet âgé Besançon, le 25 mars 2004 Paradoxe Difficulté diagnostique «Facilité de traitement» Rappels Tissu nerveux «fonction neurologique» «support» Neurones Tissu

Plus en détail

TUMEURS OSSEUSES à CELLULES GÉANTES

TUMEURS OSSEUSES à CELLULES GÉANTES TUMEURS OSSEUSES à CELLULES GÉANTES TUMEURS à CELLULES GÉANTES Rareté (4 à 10% des tumeurs primitives osseuses) Tumeurs à cellules géantes Rareté (4 à 10% des tumeurs primitives osseuses) Age moyen : 30

Plus en détail

Conduite à tenir devant une 1 ere crise chez un patient hospitalisé Pr Vincent Navarro

Conduite à tenir devant une 1 ere crise chez un patient hospitalisé Pr Vincent Navarro Conduite à tenir devant une 1 ere crise chez un patient hospitalisé Pr Vincent Navarro Unité d épilepsie et ICM Hôpital de la Pitié-Salpêtrière, Paris, France Contexte Patient admis dans un département

Plus en détail

Syndromes Cérébelleux

Syndromes Cérébelleux Syndromes Cérébelleux UE Neurosensoriel 2011 Pr H Loiseau Séméiologie Recherche et analyse des signes Cliniques, radiologiques, biologiques, etc. Première étape indispensable de la démarche médicale Regroupements

Plus en détail

Epilepsies. Cas particulier chez le sujet âgé

Epilepsies. Cas particulier chez le sujet âgé Epilepsies Cas particulier chez le sujet âgé Epilepsies : Généralités Epilepsie Gériatrie Epilepsies : Définitions Crise d épilepsie : manifestations cliniques dues à décharge anormale hypersynchrone de

Plus en détail

Métastases cérébrales: épidémiologie, diagnostic, principes des traitements

Métastases cérébrales: épidémiologie, diagnostic, principes des traitements Métastases cérébrales: épidémiologie, diagnostic, principes des traitements Jean-Sébastien Guillamo Service de neurologie CHU Côte de Nacre CAEN guillamo-js@chu-caen.fr Plan de l exposé Epidémiologie Physiopathologie

Plus en détail

Le traitement anti-épileptique. Dr Luc Valton, Unité chirurgie de l épilepsie, service de neurologie, hôpital Rangueil, CHU Toulouse.

Le traitement anti-épileptique. Dr Luc Valton, Unité chirurgie de l épilepsie, service de neurologie, hôpital Rangueil, CHU Toulouse. Le traitement anti-épileptique. Dr Luc Valton, Unité chirurgie de l épilepsie, service de neurologie, hôpital Rangueil, CHU Toulouse. Une crise d épilepsie correspond aux symptômes cliniques provoqués

Plus en détail

Cas clinique. SAU Thionville

Cas clinique. SAU Thionville Cas clinique SAU Thionville Mme O, 64 ans, pas d ATCD particulier Adressée par MT pour céphalées, cervicalgies et déficit moteur du membre supérieur gauche En fait : céphalée datant d il y a 6 jours A

Plus en détail

IMAGERIE DES TUMEURS DE LA REGION PINEALE: A PROPOS DE 26 cas

IMAGERIE DES TUMEURS DE LA REGION PINEALE: A PROPOS DE 26 cas IMAGERIE DES TUMEURS DE LA REGION PINEALE: A PROPOS DE 26 cas S BELKACEM, M FIKRI, J FAIK, N ECH-CHERIF EL KETTANI, M EL HASSANI, M JIDDANE Service de neuroradiologie, hôpital des spécialités, Rabat.Maroc

Plus en détail

L après cancer: le point de vue du pédiatre. Christelle Dufour Institut Gustave Roussy 15 octobre 2009

L après cancer: le point de vue du pédiatre. Christelle Dufour Institut Gustave Roussy 15 octobre 2009 L après cancer: le point de vue du pédiatre Christelle Dufour Institut Gustave Roussy 15 octobre 2009 30 ans après... 1940 1950 1960 1970 1980 Quelle espérance de vie? Quel état de santé? Importance de

Plus en détail

Les tumeurs cérébrales. David Fortin MD FRCSC Neurochirurgien, Neuro-oncologue

Les tumeurs cérébrales. David Fortin MD FRCSC Neurochirurgien, Neuro-oncologue 1 Les tumeurs cérébrales David Fortin MD FRCSC Neurochirurgien, Neuro-oncologue Sun Tzu: The art of war Le plus vieux traité militaire (écrit il y a 2400 ans) Translated from the Chinese with Introduction

Plus en détail

Accidents vasculaires cérébraux. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux

Accidents vasculaires cérébraux. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux Accidents vasculaires cérébraux Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux AVC Définition Epidémiologie, étiologie Symptomatologie Evolution, complications Thérapeutique

Plus en détail

Principes de la chirurgie carcinologique

Principes de la chirurgie carcinologique Principes de la chirurgie carcinologique Chirurgie carcinologique Introduction: Pendant longtemps, la chirurgie a représenté LE SEUL TRAITEMENT des tumeurs solides Aujourd hui, la chirurgie RESTE le traitement

Plus en détail

Accidents vasculaires cérébraux AVC. AVC: définitions 22/09/2011. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux

Accidents vasculaires cérébraux AVC. AVC: définitions 22/09/2011. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux Accidents vasculaires cérébraux Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux : définitions L accident vasculaire cérébral () est un déficit neurologique de survenue soudaine

Plus en détail

Contexte épidémiologique. 14,5 / chiens et 3,5 / chats. 2,8 % des chiens et 2,2% des chats

Contexte épidémiologique. 14,5 / chiens et 3,5 / chats. 2,8 % des chiens et 2,2% des chats Académie Vétérinaire, Jeudi 21 avril 2011 Pauline de Fornel-Thibaud Contexte épidémiologique Incidence : 14,5 /100 000 chiens et 3,5 /100 000 chats 2,8 % des chiens et 2,2% des chats jlthibaud@vet-alfort.fr

Plus en détail

TRAITEMENT DES GRANDS SARCOMES DES TISSUS MOUS DES MEMBRES. H.Nassi CHU d Oran

TRAITEMENT DES GRANDS SARCOMES DES TISSUS MOUS DES MEMBRES. H.Nassi CHU d Oran TRAITEMENT DES GRANDS SARCOMES DES TISSUS MOUS DES MEMBRES H.Nassi CHU d Oran INTRODUCTION Les sarcomes constituent un groupe large et complexe de tumeurs rares d origine mésenchymateuse. L incidence de

Plus en détail

Anomalies de l axe hypothalamohypophysaire. à propos de 19 cas.

Anomalies de l axe hypothalamohypophysaire. à propos de 19 cas. Anomalies de l axe hypothalamohypophysaire chez l enfant : à propos de 19 cas. S.ASKAOUI, A.CHAFIK, G. El MGHARI, N. EL ANSARI. Service d Endocrinologie, Diabétologie et Maladies métaboliques Laboratoire

Plus en détail

La radiologie interventionnelle dans la douleur du cancer : quelles techniques? quelles indications?

La radiologie interventionnelle dans la douleur du cancer : quelles techniques? quelles indications? La radiologie interventionnelle dans la douleur du cancer : quelles techniques? quelles indications? 6 ème journée des actualités de la douleur 25 février 2016 Gilles Piana Unité de radiologie interventionnelle

Plus en détail

LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE

LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE GENERALITES Définition Syndrome lymphoprolifératif Prolifération monoclonale maligne de lymphocytes B matures Infiltration médullaire, gg et sanguine Evolution lente Etiologie

Plus en détail

TUMEURS MALIGNES MESENCHYMATEUSES

TUMEURS MALIGNES MESENCHYMATEUSES Donnou Céline Faoucher Marie 18/03/11 Anapath, Sarcomes, N. Rioux-Leclerc Diaporama bientôt disponible sur le réseau pédagogique! Bon courage à tous. TUMEURS MALIGNES MESENCHYMATEUSES I - Tumeurs des tissus

Plus en détail

APPORT DE L IMAGERIE DANS LE DIAGNOSTIC DES TUMEURS DYSEMBRYOPLASIQUES NEUROEPITHELIALES : A PROPOS DE 11 CAS

APPORT DE L IMAGERIE DANS LE DIAGNOSTIC DES TUMEURS DYSEMBRYOPLASIQUES NEUROEPITHELIALES : A PROPOS DE 11 CAS APPORT DE L IMAGERIE DANS LE DIAGNOSTIC DES TUMEURS DYSEMBRYOPLASIQUES NEUROEPITHELIALES : A PROPOS DE 11 CAS Service de Neuroradiologie Institut National de Neurologie, Tunis Tunisie INTRODUCTION Tumeurs

Plus en détail

Thésaurus du Cancer du Pancréas

Thésaurus du Cancer du Pancréas Thésaurus du Cancer du Pancréas 1 Classification TNM TX T0 Tis T1 T2 T3 T4 Renseignements insuffisants pour classer la tumeur primitive. Pas de signe de tumeur primitive. Carcinome in situ. Tumeur limitée

Plus en détail

LES TRAUMATISMES CRANIENS

LES TRAUMATISMES CRANIENS LES TRAUMATISMES CRANIENS Biblio: http://www.revuemedecine.com/recherche/resultat.phtml?recherche=traumatisme+cranien&x=0&y=0 AFMC Lagny Soirée du 10/05/2010 Intervenant Gaëlle MOUTON PARADOT Organisateur

Plus en détail

ReSOP. Généralités sur les cancers de l enfant. Epidémiologie Biologie Clinique

ReSOP. Généralités sur les cancers de l enfant. Epidémiologie Biologie Clinique ReSOP Généralités sur les cancers de l enfant Epidémiologie Biologie Clinique Epidémiologie Incidence 3 % des cancers dans l espèce humaine environ 110 cas / an en PACA et Corse 1 nouveau-né sur 500 est

Plus en détail

Imagerie des cancers:

Imagerie des cancers: Imagerie des cancers: Dépistage et bilan d extension HTrillaud Trillaud, Herve.trillaud@chu-bordeaux.fr Service de radiologie Hôpital Saint-André Bordeaux Objectif Définir la notion de dépistage en imagerie

Plus en détail

Accident ischémique transitoire : un syndrome de menace pour le cerveau. V LAUER, Unité Neuro-Vasculaire 25 Septembre 2008

Accident ischémique transitoire : un syndrome de menace pour le cerveau. V LAUER, Unité Neuro-Vasculaire 25 Septembre 2008 Accident ischémique transitoire : un syndrome de menace pour le cerveau V LAUER, Unité Neuro-Vasculaire 25 Septembre 2008 Cas Clinique 1 Patiente de 42 ans Facteurs de risque : tabac, contraception orale,

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des gliomes intracrâniens infiltrants de l adulte et de l enfant

Recommandations régionales Prise en charge des gliomes intracrâniens infiltrants de l adulte et de l enfant Recommandations régionales Prise en charge des gliomes intracrâniens infiltrants de l adulte et de l enfant - juillet 2010 - Réunion de Concertation Pluridisciplinaire (RCP) En dehors des cas d urgence,

Plus en détail

Place de la radiothérapie en oncogériatrie Dr Wiazzane Nadia Radiothérapeute, ICO Nantes

Place de la radiothérapie en oncogériatrie Dr Wiazzane Nadia Radiothérapeute, ICO Nantes Place de la radiothérapie en oncogériatrie Dr Wiazzane Nadia Radiothérapeute, ICO Nantes Contexte Vieillissement de la population Concerné par le cancer Progrès de l anesthésie et de la chirurgie Attitude

Plus en détail

ONCOTHERAPIE GERIATRIQUE

ONCOTHERAPIE GERIATRIQUE ONCOTHERAPIE GERIATRIQUE D. GEDOUIN Nantes, le 29 mai 2015 ONCOTHERAPIE? Traduction de Oncotherapy - Très restrictif et limitée aux nouveaux traitements: THERAPIES CIBLEES, THERAPIES GENIQUES Oncothérapie

Plus en détail

Les cancers du cavum, sinus et glandes salivaires sont des tumeurs rares selon la définition du REFCOR.

Les cancers du cavum, sinus et glandes salivaires sont des tumeurs rares selon la définition du REFCOR. Chapitre 9 Cancers du cavum Les cancers du cavum, sinus et glandes salivaires sont des tumeurs rares selon la définition du REFCOR. Généralités Classification OMS basées sur le degré de différenciation

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES HEMATOMES INTRACRÂNIENS POST-TRAUMATIQUES

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES HEMATOMES INTRACRÂNIENS POST-TRAUMATIQUES Q.22 DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES HEMATOMES INTRACRÂNIENS POST-TRAUMATIQUES PLAN : Dr Omar DAHMANI, Dr Amal BELCAID, Dr Ouafa EL AZZOUZI, Dr Hayat EL HAMI INTRODUCTION HEMATOME EXTRA-DURAL II- Evolution

Plus en détail

CEPHALEES par le Dr Habib HALLAK, Chef de Service de Neurologie au Centre Hospitalier de Châteauroux

CEPHALEES par le Dr Habib HALLAK, Chef de Service de Neurologie au Centre Hospitalier de Châteauroux FMC du GMBS La Châtre CEPHALEES par le Dr Habib HALLAK, Chef de Service de Neurologie au Centre Hospitalier de Châteauroux 05/01/2010 1 CEPHALEES 1) Aigues 2) Sub-aigues 3) chroniques 05/01/2010 2 CEPHALEES

Plus en détail

Lymphomes Cérébraux Primitifs: Intérêt de la Spectroscopie par. Funes; R García Mónaco Buenos Aires. ARGENTINA

Lymphomes Cérébraux Primitifs: Intérêt de la Spectroscopie par. Funes; R García Mónaco Buenos Aires. ARGENTINA Lymphomes Cérébraux Primitifs: Intérêt de la Spectroscopie par Resonance Magnetique C H Besada; D Santa Cruz,; J A Funes; R García Mónaco Buenos Aires. ARGENTINA Objectifs Montrer l apport de la Spectroscopie

Plus en détail

Le «Novalis TX» Un robot contre le cancer à la Clinique et Maternité Sainte-Elisabeth

Le «Novalis TX» Un robot contre le cancer à la Clinique et Maternité Sainte-Elisabeth Le «Novalis TX» Un robot contre le cancer à la Clinique et Maternité Sainte-Elisabeth Plan Introduction : M. B. Libert, Directeur général de la CMSE. Réseau namurois d oncologie ; certification ISO 9001

Plus en détail

DEMOGRAPHIE IDENTIFICATION DU CENTRE INVESTIGATEUR

DEMOGRAPHIE IDENTIFICATION DU CENTRE INVESTIGATEUR Initiales du patient : - Inclusion Code : Page 1 DEMOGRAPHIE Sexe : 1 Masculin 2 Féminin Date de naissance : - - 19 IDENTIFICATION DU CENTRE INVESTIGATEUR Etablissement : Investigateur : CRITERES D INCLUSION

Plus en détail

Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY

Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY A quoi sert l imagerie conventionnelle dans le diagnostic

Plus en détail

Leucémie lymphoïde chronique. Introduction. Clinique 03/10/2013

Leucémie lymphoïde chronique. Introduction. Clinique 03/10/2013 Leucémie lymphoïde chronique Introduction Définition: Prolifération lymphoïde monoclonale, responsable d'une infiltration médullaire, sanguine, parfois ganglionnaire, constituée de lymphocytes matures

Plus en détail

Cancer colorectal. Pr Ortega Deballon Service de Chirurgie Digestive et Cancérologique CHU Bocage Central

Cancer colorectal. Pr Ortega Deballon Service de Chirurgie Digestive et Cancérologique CHU Bocage Central Cancer colorectal Pr Ortega Deballon Service de Chirurgie Digestive et Cancérologique CHU Bocage Central PLAN 1. Cancer 2. Colorectal 3. Epidémiologie 4. Causes et développement 5. Dépistage 6. Manifestations

Plus en détail

Cas clinique D. DEBIEUVRE / S. TOUAZI / JP. GURY. Collège de pathologie Respiratoire d'alsace - Jungholtz Mars 2010

Cas clinique D. DEBIEUVRE / S. TOUAZI / JP. GURY. Collège de pathologie Respiratoire d'alsace - Jungholtz Mars 2010 Cas clinique D. DEBIEUVRE / S. TOUAZI / JP. GURY d'alsace - Jungholtz 1 Mme PB Brigitte, née le 14/06/1964 Secrétaire (fonction publique), PS=0 Atcd : néant. Hyperanxieuse et angoissée Tabac: 0 Vue le

Plus en détail

Gliome malin du sujet âgé. Florence Laigle-Donadey Service de Neuro-oncologie du Pr Delattre Hôpital de la Salpêtrière

Gliome malin du sujet âgé. Florence Laigle-Donadey Service de Neuro-oncologie du Pr Delattre Hôpital de la Salpêtrière Gliome malin du sujet âgé Florence Laigle-Donadey Service de Neuro-oncologie du Pr Delattre Hôpital de la Salpêtrière Gliomes sujets âgés Incidence En augmentation dans les pays industrialisés (Greig,

Plus en détail

GLIOMES GRADE II OMS classification,caractéristiques biologiques et évolution clinique

GLIOMES GRADE II OMS classification,caractéristiques biologiques et évolution clinique GLIOMES GRADE II OMS classification,caractéristiques biologiques et évolution clinique François DUBOIS Neuro-oncologue CHRU Lille (DES NCH,13/10/2011) GLIOMES DE GRADE II Astrocytomes Oligodendrogliomes

Plus en détail

LES ACCIDENTS VASCULAIRES CEREBRAUX

LES ACCIDENTS VASCULAIRES CEREBRAUX Erik BOQUET Page 1 04/02/2008 LES ACCIDENTS VASCULAIRES CEREBRAUX (Docteur Erik BOQUET) 1 RAPPELS Le tissu nerveux est formé de cellules appelées neurones qui ont la particularité de ne pas se reproduire

Plus en détail

Cancers osseux primitifs : ostéosarcomes (154a) Jean-Yves Blay, Isabelle Ray-Coquard Juin 2006 (mise à jour juin 2006)

Cancers osseux primitifs : ostéosarcomes (154a) Jean-Yves Blay, Isabelle Ray-Coquard Juin 2006 (mise à jour juin 2006) Cancers osseux primitifs : ostéosarcomes (154a) Jean-Yves Blay, Isabelle Ray-Coquard Juin 2006 (mise à jour juin 2006) 1. Epidémiologie Les ostéosarcomes ou sarcomes ostéogèniques sont des tumeurs rares,

Plus en détail

Item n 159 : Cancer du sein

Item n 159 : Cancer du sein Epidemiologie Item n 159 : Cancer du sein Cancer le plus fréquent de la femme : 10% des femmes en seront atteinte Cʼest un cancer hormono-dépendants Histologie la plus fréquente : adénocarcinome canalaire

Plus en détail

Gestion des anti-épileptiques. Thomas GEERAERTS Pôle Anesthésie Réanimation CHU de Toulouse

Gestion des anti-épileptiques. Thomas GEERAERTS Pôle Anesthésie Réanimation CHU de Toulouse Gestion des anti-épileptiques Thomas GEERAERTS Pôle Anesthésie Réanimation CHU de Toulouse Voltaire (1694-1778) «Les médecins administrent des médicaments dont il savent très peu à des malades dont ils

Plus en détail

Organisa(on du parcours ini(al de soins en cancérologie des VADS

Organisa(on du parcours ini(al de soins en cancérologie des VADS Organisa(on du parcours ini(al de soins en cancérologie des VADS Dr Damien Le Pennec Problématique du délai Contenu de la première consultation : Anticipation des prises en charge Prise en charge diagnostique

Plus en détail

Tumeur cranienne. Service d anatomie et cytologie pathologiques. Youmna MOURAD Aôut 2007

Tumeur cranienne. Service d anatomie et cytologie pathologiques. Youmna MOURAD Aôut 2007 Tumeur cranienne Service d anatomie et cytologie pathologiques Youmna MOURAD Aôut 2007 Cas clinique Histoire Femme droitière de 48 ans Se plaint depuis 2 ans d une diplopie intermittente dans le regard

Plus en détail

Radiothérapie stéréotaxique. Dr Antonin LEVY Département d Oncologie Radiothérapie

Radiothérapie stéréotaxique. Dr Antonin LEVY Département d Oncologie Radiothérapie Radiothérapie stéréotaxique Dr Antonin LEVY Département d Oncologie Radiothérapie PLAN Introduction Radiothérapie Stéréotaxique INTRA-crânienne EXTRA-crânienne Conclusion INTRODUCTION RT Stéréotaxique

Plus en détail

Traitement des métastases osseuses par radiologie interventionnelle. Réunion 3C 31 mai 2013 Iñaki ZUAZO Radiologie CHCB Bayonne

Traitement des métastases osseuses par radiologie interventionnelle. Réunion 3C 31 mai 2013 Iñaki ZUAZO Radiologie CHCB Bayonne Traitement des métastases osseuses par radiologie interventionnelle Réunion 3C 31 mai 2013 Iñaki ZUAZO Radiologie CHCB Bayonne Introduction Métastases osseuses (MO) fréquentes (20%) Pronostic variable

Plus en détail

Sclérose en plaques Défaillances organiques et processus dégénératifs 2.7 S4. Mr le Docteur JOUVENT

Sclérose en plaques Défaillances organiques et processus dégénératifs 2.7 S4. Mr le Docteur JOUVENT Sclérose en plaques Défaillances organiques et processus dégénératifs 2.7 S4 Mr le Docteur JOUVENT Définition La sclérose en plaques (SEP) est une maladie inflammatoire du système nerveux central (SNC),

Plus en détail

TD: Antiépileptiques : Comment argumenter le choix d un antiépileptique à partir des données pharmacologiques

TD: Antiépileptiques : Comment argumenter le choix d un antiépileptique à partir des données pharmacologiques DCEM3 2005-2006 - Module de Pharmacologie clinique E04 TD: Antiépileptiques : Comment argumenter le choix d un antiépileptique à partir des données pharmacologiques TD du 21.03.06 M. Grima /Pr E Hirsch

Plus en détail

TUMEUR CÉRÉBRALE (MÉTASTASE CÉRÉBRALE ET GLIOBLASTOME) DU SUJET ÂGÉ: TRAITEMENT OU ABSTENTION?

TUMEUR CÉRÉBRALE (MÉTASTASE CÉRÉBRALE ET GLIOBLASTOME) DU SUJET ÂGÉ: TRAITEMENT OU ABSTENTION? Rédigé par le Docteur Nathalie Marques (Lyon) TUMEUR CÉRÉBRALE (MÉTASTASE CÉRÉBRALE ET GLIOBLASTOME) DU SUJET ÂGÉ: TRAITEMENT OU ABSTENTION? D après les communications orales de Ph. Métellus (Marseille)

Plus en détail

18/02/10 EPILEPSIE PLAN. 1 Rappel anatomique. 2 Différents types de crises d épilepsies. 3 Causes et évolution. 4 Etat de mal épileptique

18/02/10 EPILEPSIE PLAN. 1 Rappel anatomique. 2 Différents types de crises d épilepsies. 3 Causes et évolution. 4 Etat de mal épileptique PLAN EPILEPSIE Dr P. KERSCHEN Service de Neurologie - Hôpital Henri Mondor 1 Rappel anatomique 2 Différents types de crises d épilepsies 3 Causes et évolution 4 Etat de mal épileptique 1 Rappel anatomique

Plus en détail

Les tumeurs cutanées. H.Maillard Service de Dermatologie CH Le Mans

Les tumeurs cutanées. H.Maillard Service de Dermatologie CH Le Mans Les tumeurs cutanées H.Maillard Service de Dermatologie CH Le Mans I- Tumeurs bénignes 1) Tumeurs mélanocytaires= naevus 1) Rares à la naissance: naevus congénital (possibilité de transformation en mélanome)

Plus en détail

Monsieur B., 38 ans. HTA + Obésité négligées. Flou visuel droit. Céphalées rapidement progressives Cécité bilatérale + Syndrome confusionnel

Monsieur B., 38 ans. HTA + Obésité négligées. Flou visuel droit. Céphalées rapidement progressives Cécité bilatérale + Syndrome confusionnel Monsieur B., 38 ans HTA + Obésité négligées Flou visuel droit brutal, durée 1H, spontanément régressif reprise de la symptomatologie Céphalées rapidement progressives Cécité bilatérale + Syndrome confusionnel

Plus en détail

Abcès cérébraux Aspects chirurgicaux

Abcès cérébraux Aspects chirurgicaux Abcès cérébraux Aspects chirurgicaux Pr Laurent Riffaud Service de Neurochirurgie CHU Rennes RICAI, 12 décembre 2016 Paris Appel service de Neurologie : Mr X, 40 ans, céphalées + hémiparésie G progressive

Plus en détail

CLINIQUE EL MANAR-TUNIS

CLINIQUE EL MANAR-TUNIS CLINIQUE EL MANAR-TUNIS DIABETE INSIPIDE ET CANCER DU SEIN H. SAADAOUI UNITE D IMAGERIE MEDICALE CLINIQUE EL MANAR-TUNIS S. KAMDOURIDIS SERVICE DE RADIOLOGIE HOPITAL SAINT PIERRE-BRUXELLES OBJECTIF Attirer

Plus en détail