PLAN D ACTION NATIONAL POUR L ACCELERATION DE L ABANDON DE L EXCISION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PLAN D ACTION NATIONAL POUR L ACCELERATION DE L ABANDON DE L EXCISION 2010-2015"

Transcription

1 REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple- Un But Une Foi PLAN D ACTION NATIONAL POUR L ACCELERATION DE L ABANDON DE L EXCISION ACCELERATION DE L ABANDON DE L EXCISION : LES COMMUNAUTES S ENGAGENT FEVRIER 2010

2 TABLE DE MATIERES PREFACE... 4 RESUME... 6 INTRODUCTION... 7 I. CONTEXTE ET ENJEUX Contexte socio démographique Situation de l excision au Sénégal Réponse nationale et leçons apprises II. ORIENTATIONS STRATEGIQUES Vision Principes directeurs Zones d intervention ciblées But Résultats Composantes et stratégies des interventions pour l abandon total Activités par composante Cadre logique III. MISE EN ŒUVRE Stratégie de mise en œuvre Dispositif institutionnel Suivi-évaluation Moyens d intervention Mesures de renforcement Hypothèses et risques IV. PLANS D ACTION ANNUELS PAR COMPOSANTE V. BUDGET TOTAL DU PLAN D ACTION PAR COMPOSANTE ET PAR ANNEE Page 2 sur 3

3 ACDI AJS ANOFEN ASAFE ASBEF CAP CDD CNJS COFDEF SIGLES ET ABREVIATIONS Agence Canadienne de Développement International Association des Juristes Sénégalais Association Nouvelles Opportunités pour Femmes et Enfants Association Sénégalaise pour l'avenir de la femme et de l'enfant Association Sénégalaise pour le Bien-être Familial Connaissances, Attitudes et Pratiques Comité Départemental de Développement Conseil National de la Jeunesse du Sénégal Collectif des Femmes pour la Défense de la Famille COSEPRAT Comité Sénégalais sur les pratiques Traditionnelles ayant une effet sur la santé de la mère et de l enfant CRD DFID DSRP EDS ENDA FAFS FAWE FNGPF FNUAP GTZ IEC MGF PTF OMD OMS ONG PNUD PRCC RPPD SIDA UNESCO UNICEF UNIFEM USAID Comité Régional de Développement Département For International Développement Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté Enquête Démographique et de Santé Environnement et Développement en Afrique Fédération des Associations Féminines du Sénégal Forum des Educatrices Africaines Fédération Nationale des Groupements de Promotion Féminine Fonds des Nations Unies pour les activités de la Population/UNFPA Coopération Technique Allemande Information, Education, Communication Mutilations Génitales Féminines Partenaires Techniques et Financiers Objectifs du Millénaire du Développement Organisation Mondiale de la Santé Organisation Non Gouvernementale Programme des Nations Unies pour le Développement Programme de Renforcement de Capacités des Communautés Réseau des Parlementaires pour la Population et le Développement Agence Suédoise de Coopération Internationale pour le Développement Organisation des Nations Unies pour l Education, la Science et la Culture Fonds des Nations Unies pour l Enfance Fonds des Nations Unies pour les Femmes Agence des États-Unis pour le Développement International Page 3 sur 3

4 PREFACE Au Sénégal, l excision touchait, selon la dernière Enquête Démographique et de Santé de 2005, 28% de la population féminine de 15 à 49 ans. Ce chiffre témoigne de l ampleur de ce problème de santé publique, mais aussi et surtout, de développement et de violation des droits des filles et des femmes. Face à ce défi, le Gouvernement du Sénégal, sous l impulsion de la Société Civile et du mouvement associatif féminin, a eu à engager la lutte contre ce fléau dès Après une trentaine d années de mobilisation des acteurs, la loi N du 13 janvier 1999, modifiant le Code pénal et interdisant la pratique de l excision et de toutes les formes de violence portant atteinte à l intégrité physique des filles et des femmes, a été votée. Cette mesure de haute portée politique et juridique a été soutenue au plan institutionnel par un Plan d action quinquennal Ce premier Plan a été mis en œuvre et évalué ; les résultats obtenus de cet exercice ont été encourageants certes, mais n ont pas manqué non plus de mettre en évidence des contraintes majeures, observées à tous les niveaux d intervention. Toutefois, il faudrait au final, saluer l engagement des communautés qui ont accepté d aborder un sujet qui était considéré comme tabou, mais également magnifier leur abnégation et la ferme volonté qu elles ont exprimée d abandonner la pratique de l excision. C est le moment de souligner, en s en félicitant, les efforts et les sacrifices consentis par les pionnières et les pionniers, au service et au bénéfice exclusifs de la communauté. C est dans ce cadre que les communautés, appuyées par les organisations non gouvernementales et les associations, ont développé et mis en œuvre, de manière active, des initiatives qui ont induit des déclarations publiques d abandon au sein des communautés pratiquantes. Voilà pourquoi le Sénégal a pris l option réaliste d accélérer le processus vers l abandon définitif de l excision d ici à A cet effet, le Gouvernement du Sénégal a décidé, en relation avec les communautés, les organisations de la société civile et les partenaires au développement, d élaborer un nouveau plan d action. Ce plan répond aux besoins exprimés par les communautés d accélérer les activités et de mettre en place un cadre institutionnel pour leur durabilité, Il s articule parfaitement avec le Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté (DSRP II) et les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD). Il constitue pour le Gouvernement et ses partenaires le cadre unique de référence des interventions pour l abandon total de l excision, dans la période Il est hautement souhaitable que ce Plan, fruit d une approche participative et consensuelle, permette aux parties prenantes engagées dans le mouvement pour l abandon de l excision, de contribuer significativement à un abandon total, à court et moyen terme. Il y a un grand espoir de créer au Sénégal un environnement de protection des filles et des femmes qui leur assure un épanouissement et une pleine participation au développement de leur communauté. Ainsi, Page 4 sur 3

5 il est permis de façon volontaire d espérer installer définitivement dans notre Société le réflexe du maintien de l intégrité physique de la fille et de la femme Sénégalaises pour le respect de leurs droits et de leur dignité. En ce qui concerne le Gouvernement, comme le recommande le Chef de l Etat, la voie du succès passe par une action intersectorielle concertée des différents départements ministériels concernés par le fléau, et le Ministère chargé de la Famille responsable de la coordination y veillera fermement. Mme NDEYE KHADY DIOP Ministre d Etat, Ministre de la Famille, de la Sécurité alimentaire, de l Entreprenariat Féminin, de la Micro finance et de la Petite Enfance Page 5 sur 3

6 RESUME Le Plan d action national a pour objectif d amener les communautés à abandonner totalement l excision en En effet, au Sénégal, d après les résultats de l Enquête Démographique et Santé (EDS) de 2005, 28% des femmes de 15 à 49 ans ont déclaré avoir été excisées. Cette prévalence au niveau national cache de fortes disparités selon le lieu de résidence et l ethnie. Il ressort des résultats de l EDS de 2005 que les proportions de femmes excisées sont plus élevées en milieu rural (34%) qu en milieu urbain (22%). L excision obéit à une convention sociale vieille de plus de 2000 ans et constitue une violation des droits des femmes, des jeunes filles et des enfants. Cette atteinte à la dignité des femmes et les séquelles qu elle génère dans la vie de ces dernières, constituent un problème réel de développement. Les autorités étatiques, les associations et les Organisations Non Gouvernementales (ONG) ont développé des initiatives et stratégies d intervention pour promouvoir l abandon définitif de l excision. De 1975 à 2008, selon les données publiées par certains acteurs, villages auraient déclaré publiquement l abandon de la pratique. Une évaluation dans les zones d intervention a montré que les actions de formation et d information ont abouti à des déclarations publiques d abandon de l excision. Le nouveau plan d action vise à renforcer les acquis et relever le défi de l abandon total en 2015, par : - La promotion d une approche holistique et multisectorielle pour renforcer les capacités des communautés en vue de promouvoir l accélération de l abandon de la pratique de l excision en 2015, - La promotion d une approche sous-régionale, transfrontalière et diaspora, favorable à une solidarité agissante en faveur de l abandon total de l excision par tous les groupes ethniques et communautés des zones de prévalence. - L amélioration de la coordination des activités des Secteurs et des Acteurs et la mise en œuvre d un plan de suivi-évaluation - La contribution à la pérennisation des interventions en faveur de l abandon total et définitif de la pratique de l excision. La mise en œuvre du Plan d action national sera sous-tendue par le renforcement du cadre organisationnel et institutionnel permettant d assurer de façon effective et efficiente le pilotage, la coordination et le suivi de la mise en œuvre. Des mécanismes de suivi au niveau national, régional et départemental sont proposés. Une évaluation externe du programme sera effectuée en 2015 au terme du programme. Elle s appuiera sur une évaluation à mi-parcours prévue en 2012 et sur les résultats des revues annuelles du plan. Page 6 sur 3

7 INTRODUCTION L expression Mutilations Génitales Féminines (MGF) désigne selon l Organisation Mondiale de la Santé (OMS), «toutes les interventions aboutissant à une ablation totale ou partielle des organes génitaux de la femme et/ou toute autre lésion des organes génitaux féminins pratiquée à des fins non thérapeutiques» 1. On estime à 28% de filles et de femmes de 15 à 49 ans qui ont été excisées au Sénégal. Schématiquement, la classification utilisée par l OMS regroupe les formes de mutilations en 4 types essentiels : - type 1 : ablation partielle ou totale du clitoris et/ou du prépuce (clitoridectomie), - type 2 : ablation partielle ou totale du clitoris et des petites lèvres, avec ou sans mutilation des grandes lèvres, - type 3 : rétrécissement de l orifice vaginal avec recouvrement par l ablation et l accolement des petites lèvres et/ou des grandes lèvres, avec ou sans mutilation du clitoris (infibulation), - type 4 : toutes les autres interventions nocives pratiquées sur les organes génitaux féminins à des fins non thérapeutiques, telles que la ponction, le percement, l incision, la scarification et la cautérisation. Le Sénégal ne considère pas ce phénomène comme une mutilation mais plutôt comme une norme sociale adoptée par les communautés qu il convient aujourd hui de dépasser. Aussi, le terme consacré dans ce plan d action sera : EXCISION. Les communautés qui pratiquent l excision invoquent un ensemble de raisons sociales et religieuses pour justifier la poursuite de la pratique. Beaucoup d entre elles, considèrent que l excision répond à une recommandation de la foi musulmane. D autres considèrent qu elle représente une tradition fortement enracinée, un legs de leurs ancêtres. Les raisons éducatives les plus avancées variant entre le renforcement du sentiment d appartenance à un groupe et les cérémonies d initiation du groupe. Considérant que l excision peut engendrer des problèmes psychologiques et sociaux, et qu elle est également à l origine de problèmes de santé lors des accouchements, avec des complications pouvant entraîner la mort de la mère ou celle du nouveau-né, les autorités étatiques, les associations et les ONG ont développé des initiatives et stratégies d intervention pour promouvoir son abandon définitif. Les résultats de l évaluation du Plan d action national pour l abandon de la pratique de l excision réalisée en octobre 2008 ont montré, des progrès significatifs accompagnés par des changements effectifs au niveau des comportements culturels, et le développement accru du leadership des femmes dans les zones d intervention. Ils ont également montré l engagement réel des populations en faveur de la défense de leurs droits et du développement de leurs communautés. Ils ont aussi souligné l efficacité de la stratégie fondée sur l approche «éducation aux droits humains» comme une approche pertinente en faveur de la promotion de la défense des droits de la femme. 1 Organisation Mondiale de la Santé. Eliminer les mutilations sexuelles féminines : déclaration inter-institutions HCDH, OMS, ONUSIDA, PNUD, UNCEA, UNESCO, UNFPA, UNHCR, UNICEF, UNIFEM. Genève : OMS pages. Page 7 sur 3

8 Enfin, ils ont montré que malgré les efforts réalisés pour l abandon de l excision, il existe encore des poches de résistance en raison d un ensemble de facteurs liés à la religion, à l influence des immigrés, à la méconnaissance de la loi et aux zones de prévalence non encore couvertes. C est pour combler ce gap et assurer un abandon total à l horizon 2015, que le Ministère de la Famille, de la Sécurité alimentaire, de l Entreprenariat Féminin, de la Micro finance et de la Petite enfance, s est fixé comme objectif l actualisation du Plan d action national pour l accélération de l abandon de l excision au Sénégal. Ce plan élaboré de façon participative s est appuyé sur les résultats de l évaluation du premier plan d action national et de l atelier régional sur la stratégie coordonnée. Le présent document est articulé autour de 4 parties. La première partie «Contexte et enjeux» traite de l environnement de l excision au Sénégal et retrace l historique du mouvement pour l abandon de l excision initié depuis 1997 par les femmes de Malicounda Bambara, fait le bilan de la mise en œuvre du Plan d action national pour l abandon de la pratique de l excision de et met en évidence les leçons apprises. La deuxième partie «Orientations stratégiques» présente la vision, les objectifs, les principes directeurs, les cibles prioritaires et les différentes composantes du Plan d action. La troisième partie aborde la mise en œuvre du Plan en précisant le dispositif institutionnel, les moyens, les mesures d accompagnement et le dispositif de suivi-évaluation. Enfin la quatrième partie dégage le budget prévisionnel du plan d action. Page 8 sur 3

9 I. CONTEXTE ET ENJEUX 1.1. Contexte socio démographique D une superficie de km², le Sénégal est limité au Nord par la Mauritanie, à l Est par le Mali, au Sud par la Guinée et la Guinée Bissau et à l Ouest par l Océan Atlantique. La Gambie est une enclave dans le Sénégal. En 2005, la population est estimée à habitants. La population est très jeune avec 55,6% ayant moins de 20 ans et de près de 64% ayant moins de 25 ans. Les femmes représentent 52% de la population. Les principaux groupes ethniques sont les Wolofs (43%), les Pulaar (24%), les Sérères (15%), les diolas (5%) et les mandingues (4%). La population sénégalaise est essentiellement musulmane (94%). On y trouve des chrétiens (4%) et les autres religions représentent 2%. La population essentiellement rurale (49,4%) reste à majorité analphabète. L analphabétisme affecte surtout les femmes Situation de l excision au Sénégal «Au Sénégal, d après les résultats de l EDS de 2005, 28% des femmes ont déclaré avoir été excisées. Cette prévalence au niveau national cache de fortes disparités selon le milieu de résidence. Il ressort des résultats de l EDS de 2005 que les proportions de femmes excisées sont plus élevées en milieu rural (34%) qu en milieu urbain (22%). On constate que c est dans les régions du Sud, du Nord et de l Est que les proportions de femmes ayant déclaré avoir été excisées sont les plus élevées. Les régions de Kolda et Matam se caractérisent par une prévalence très élevée avec respectivement 94% et 93%. Elles sont suivies par les régions de Tambacounda (86%), de Ziguinchor (69%) et de Saint-Louis (44%). A Dakar, région de forte immigration, la prévalence est est de 17%. A l opposé, dans les régions de Thiès (7%), de Louga (4%) et surtout de Diourbel (2%), les proportions de femmes excisées sont beaucoup plus faibles. Les résultats selon l âge montrent une légère baisse des proportions de femmes excisées des générations anciennes aux plus récentes : en effet, de 31% dans le groupe de ans, la proportion est passée à 25% dans le groupe ans La prévalence de l excision dans les régions s explique surtout par l appartenance ethnique et la religion. Cependant, chez les chrétiens, en dehors de la Casamance, l excision n est pas pratiquée. En outre, chez l ethnie majoritaire, les wolofs, la pratique de l excision est presque inconnue.» 2 Le type d excision le plus pratiqué au Sénégal est le type 1 : mutilation partielle ou totale des organes génitaux externes. Selon les Enquêtes Démographiques et de Santé (EDS) IV, la proportion de femmes excisées par ethnie se présentent comme suit : 78,2% soninkés, 73,7% mandingues, 62,1% pulaar, 59,7% diolas, 1,8% sérères et 1,6% wolof. 2 UNICEF Dakar. L Mutilations Génitales Féminines (MGF) au Sénégal : sens, portée et enseignements tirés de la réponse nationale : étude réalisée par Dominique Gomis et Mamadou Moustapha Wone. Dakar pages. Page 9 sur 3

10 L âge moyen de l excision se situe entre 6 et 7 ans, cependant il est noté au niveau de certaines ethnies la tendance à la précocité de la pratique entre 0 et 1 an Réponse nationale et leçons apprises Historique du mouvement pour l abandon de l excision Alima Saň- Saň, (Alima Droits Humains) : la première petite fille qui bénéficie de la décision d abandonner l excision L abandon de l excision constitue un objectif majeur de la politique du Gouvernement du Sénégal en matière de protection de l enfant et de la femme. Le processus de l abandon a effectivement démarré en 1970 avec une expression d engagement au plus haut niveau de l Etat et de la société civile. L année 1997 marque un tournant décisif avec la prise de position publique du Président de la République, condamnant, à l occasion du Congrès mondial des Droits de l Homme tenu à Dakar, la pratique des mutilations génitales féminines. «Cette volonté politique a été soutenue par la mobilisation et l engagement de plusieurs ONG, Associations et Réseaux intervenant aux côtés de l Etat pour promouvoir l abandon définitif des MGF. Parmi eux : COSEPRAT, TOSTAN, Enda Action en Casamance, branche d ENDA SYNFEV, le Réseau des Parlementaires en Population et Développement, le Réseau des Journalistes en Population et Développement, le Réseau des Communicateurs Traditionnels, l Association Sénégalaise pour le Bien-Etre Familial (ASBEF), FAWE. Les partenaires de la communauté internationale (UNICEF, OMS, UNFPA, UNIFEM, GTZ, Page 10 sur 3

11 USAID et diverses Fondations et institutions de la coopération bilatérale) ont apporté leur appui technique et financier à l Etat, aux ONG et Associations impliquées.» 3 Le 13 janvier 1999, l Assemblée Nationale vote la Loi n interdisant la pratique des mutilations génitales féminines sous, l impulsion du collectif des femmes parlementaires et des Organisations de femmes. En l an 2000, le Plan d action national pour l abandon de l excision a été élaboré de façon consensuelle. La mise en œuvre de ce plan a permis d enregistrer des progrès considérables qui sont le résultat d un véritable mouvement social en faveur de l abandon de l excision au Sénégal. Le renforcement des capacités nationales et celles des communautés à promouvoir l abandon de l excision, la forte dynamique de mobilisation communautaire sous le leadership des femmes, des jeunes et des autorités administratives et locales et l engagement des partenaires au développement pour appuyer l accélération de l abandon de l excision - Organisation Mondiale de la Santé (OMS), Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), Organisation des Nations Unies pour l Enfance (UNICEF)) - constituent des facteurs déterminants des résultats obtenus La Réponse Nationale. Le premier plan d action national pour l abandon de la pratique de l excision est né de la volonté du Gouvernement, qui a pris conscience très tôt de la nécessité d enrayer ce mal, de se mobiliser contre cette pratique traditionnelle néfaste par les conséquences qu elle générait. Il avait pour objectifs de : contribuer à augmenter le niveau de connaissance des acteurs sur la situation des MGF et sur les droits des femmes et des filles, intégrer l enseignement sur l excision dans éducation formelle et non formelle. contribuer à une meilleure prise en charge des MGF et de la violation de la loi la condamnant dans l ensemble du Sénégal. assurer la coordination des interventions visant l abandon des MGF à tous les niveaux. Le plan d action était essentiellement articulé autour de 4 composantes : la mobilisation sociale et communication, l éducation formelle et non formelle, les mesures d accompagnement et le cadre institutionnel. Les stratégies définies dans ledit plan étaient axées sur la recherche, la capacitation des parties prenantes, la sensibilisation et le plaidoyer. Autour de ce plan d action, il a été constaté, à côté du Gouvernement, un mouvement d acteurs. C est ainsi que le Programme de Coopération Sénégal-UNICEF fut le premier prétexte pour assurer une Réponse Nationale. Dans la dynamique du «faire-faire, moins d Etat et mieux d Etat», adoptée par le Gouvernement, un partenariat avec des ONG comme TOSTAN et COSEPRAT a été mis en place en faveur des interventions à la base Le Suivi était opéré par les services déconcentrés et la Coordination par le Ministère chargé de la Femme. Le programme réalisé dans ce cadre a été à l origine d abandon de la pratique, mais également de la reconversion d exciseuses et de la prise de conscience des communautés informées et sensibilisées. De même, le Forum des Educatrices Africaines (FAWE) a eu à 3 Diop-Diagne Astou. Evaluation du plan d action national pour l abandon de la pratique des mutilations génitales féminines : résumé exécutif. Dakar. Ministère de la Famille, de la solidarité nationale, de l entreprenariat féminin pages. Page 11 sur 3

12 développer une expérimentation réussie dans le domaine du «Renforcement de la promotion de l abandon de l excision dans l Education Formelle». Les approches utilisées par les acteurs -ONG, Associations, Leaders religieux- ont été multiformes et l évaluation a permis au Gouvernement de cerner leurs points forts et leurs points faibles Pour les années à venir, il s agira donc d apporter une Réponse Nationale à la hauteur de l engagement du Gouvernement et des Partenaires Techniques et Financiers mais également en phase avec la vision du Chef de l Etat en matière de protection des femmes et des enfants, pour la promotion de la famille et sa participation active dans le processus de développement. Il s agira, dans le cadre de cette réponse nationale : D avoir une parfaite maîtrise des Acteurs intervenant dans l excision et des Zones de résistance, sur la base d une cartographie nationale permettant de définir clairement les axes d intervention de chaque Acteur. De mettre en œuvre des actions communautaires pour l accélération de l abandon de l excision à travers le renforcement des capacités des Acteurs impliqués, avec obligation de rendre compte et de partage des résultats et des leçons apprises. De réaliser des études de référence et d impact au niveau de chaque Zone d intervention. D opérationnaliser des cadres de mise en œuvre cohérents de Suivi et de Supervision des interventions. De mettre en place un mécanisme fonctionnel de coordination de la mise en œuvre du plan d action national par le Ministère chargé de la Famille, grâce notamment à une approche intersectorielle de l action gouvernementale. D évaluer le Programme selon les normes requises. De capitaliser et de documenter les «bonnes pratiques». De pérenniser les acquis et les échanges d expériences Leçons apprises L analyse de la situation de l excision et de l exécution du Plan d action a permis de tirer les leçons suivantes. 1. L'adoption d'une loi à elle seule et la déclaration d abandon ne sont pas suffisantes à dissuader définitivement les populations de pratiquer l excision. La masse critique de villages n a été obtenue que quand le plan a renforcé l implication des communautés par la responsabilisation des structures communautaires dans la mise en œuvre du programme pour assurer l'appropriation et la pérennité des actions de sensibilisation et de formation. Ceci a permis d accélérer la progression de la couverture ; 2. La responsabilisation des communautés et leur appropriation des concepts et notions de droits et leur utilisation dans la vie quotidienne a également permis l amélioration de la situation socio-économique. Ceci a aidé à accélérer les changements de comportement en vue d abandonner la pratique de l excision ; 3. La mobilisation de ressources conséquentes a permis l atteinte des résultats et notamment à mettre en œuvre des activités génératrices de revenus ; Page 12 sur 3

13 4. Les interventions ont particulièrement ciblé les populations locales ignorant les populations émigrées ou certains décideurs-clés ; ce qui a généré des poches de résistance où ces groupes d influence ont joué un rôle capital pour empêcher l abandon de l excision 5. La progression aurait pu être plus rapide si la mise en place de mécanismes de coordination n avait pas été lente. La résolution de ces contraintes sera un élément critique pour pérenniser les acquis une fois que l abandon total sera déclaré d ici Au total, il existe des défis importants pour le passage à l échelle dont les dimensions les plus déterminantes sont l engagement soutenu de tous les Acteurs, le financement à long terme, le pilotage, la coordination, le suivi-évaluation de la mise en œuvre du plan d action par le Gouvernement et le développement d un partenariat entre tous les Acteurs (gouvernementaux et non gouvernementaux), pour une meilleure couverture des zones de prévalence et l harmonisation des approches et des outils. Page 13 sur 3

14 II. ORIENTATIONS STRATEGIQUES 2.1. Vision La vision est d atteindre l abandon total de l excision, pour créer au Sénégal un environnement protecteur des droits des filles et des femmes qui leur assure une bonne santé, un maintien de leur intégrité physique et le respect de tous leurs droits. Cette vision s inscrit en droite ligne des objectifs du millénaire pour le développement, de la stratégie nationale de protection sociale et des objectifs de l Axe 3 du DSRP II, visant à garantir aux jeunes filles et aux femmes une protection, notamment contre les abus, les violences et les pratiques néfastes Principes directeurs Le plan d action sur l accélération de l abandon de l excision , repose sur les principes directeurs suivants : La responsabilisation des communautés : Elle va leur donner une autorité et un pouvoir à prendre des décisions favorables à leur épanouissement et à leur développement Cette responsabilisation va s appesantir sur le respect, sur l écoute et sur la promotion des droits humains fondamentaux pour un changement durable. L expérience a montré qu il est plus facile d aboutir à une transformation sociale positive quand toute la communauté, hommes, femmes, jeunes, et surtout les leaders religieux et coutumiers sont au cœur du processus l abandon de la pratique. l approche basée sur les droits humains fait une référence permanente aux droits fondamentaux de la personne, à la notion de sensibilité, à l engagement des titulaires de droits. Elle requiert la participation active, libre et réelle des personnes concernées. Elle impose une attention particulière à la non discrimination, à l égalité et à l équité. la stratégie coordonnée est axée sur la théorie de la convention sociale de Schelling qui indique que le processus décisionnel dépend des choix des autres, qu il s agisse d évitement, de stigmatisation, d exclusion et de rejet. Ceci implique l importance d agir sur le collectif en apportant des informations nouvelles sur les alternatives acceptables et une masse critique d adhérents pour impulser le basculement. Dans cette perspective, il convient de souligner l importance de la diffusion organisée, les moments de reconnaissance communautaire du changement, en rendant explicite: c est une gestion qui définit clairement les responsabilités, des parties prenantes impliquées l engagement par les déclarations publiques. la gestion axée sur les résultats avec un système suivi-évaluation rigoureux pouvant aider à l obtention des résultats dans les délais et aussi pouvant garantir l efficacité et l efficience. Ces résultats devront être perceptibles sur le terrain. Page 14 sur 3

15 2.3. Zones d intervention ciblées Il s agit des communautés, dans leur ensemble, les plus affectées au Sénégal par la pratique de l excision, évoluant principalement dans les régions de Dakar, Fatick, Kaolack, Kaffrine, Kédougou, Kolda, Matam, Saint-Louis, Sédhiou, Tambacounda, Thiès et Ziguinchor Les actions doivent aussi concerner les communautés ayant déjà abandonné, mais également les immigrés, les leaders religieux et coutumiers, la presse, les communicateurs traditionnels les professionnels du droit, la police, la gendarmerie et l Administration pénitentiaire But Le but est l abandon total de l excision d ici Résultats Les communautés sénégalaises abandonnent totalement la pratique de l excision en La Promotion de l abandon total de la pratique de l excision est renforcée dans les zones transfrontalières et la diaspora. La création d un environnement institutionnel favorable à la coordination des interventions et au suivi et évaluation de l abandon total de l excision. La prise en charge correcte des séquelles de l excision est assurée Composantes et stratégies des interventions pour l abandon total Le plan d action est essentiellement articulé autour de 4 composantes : Extension et couverture nationale, pour l abandon total de l excision ; Coopération sous-régionale et diaspora ; Coordination, suivi-évaluation avec un mécanisme de collecte et d analyse permanent ; Mesures d accompagnement. Les stratégies définies sont axées sur l éducation aux droits humains, à la responsabilisation des communautés et sur le renforcement de capacité, la sensibilisation et le plaidoyer, sur l harmonisation des politiques et stratégies et sur la mobilisation de ressources. le renforcement de capacités des intervenants des communautés et autres partenaires sur l approche «droits humains» dans la perspective de l abandon total de l excision. la sensibilisation des associations, ONG, élus locaux, services de l Etat sur les approches droits humains. la mobilisation sociale, communautaire pour l adhésion massive de la totalité des communautés au mouvement d abandon de l excision. les échanges de bonnes pratiques. le partenariat. Page 15 sur 3

16 2.7. Activités par composante Composante 1 : Extension et couverture nationale Cartographie des interventions ; Sensibilisation des différents Secteurs sur l approche des droits humains ; Intégration et/ou réactualisation des curricula sur l excision en tenant compte de l ADH pour les écoles de formation et dans l éducation nationale ; Intégration de l ADH pour l abandon total de l excision dans les Politiques, Normes et Protocoles de la Santé de la Reproduction ; Formation des formateurs, sur l approche Droits Humains, au profit des responsables des associations et ONG actives dans le mouvement pour l abandon de l excision effectuée, la première année ; Formation des responsables des associations, parlementaires, élus locaux, des ONGs, des services publics décentralisés et des journalistes sur l approche par les Droits Humains, effectuée dans les 12 des 14 régions du Sénégal concernée par la pratique de l excision ; Formation de 900 communautés pratiquantes sur le Programme de Renforcement de Capacités des Communautés (PRCC) ; Organisation de 60 rencontres inter communautaires par année pour discuter de l abandon de l excision ; Organisation de 05 déclarations publiques départementales pour l abandon de l excision par année ; Organisation de campagnes d information à travers des émissions radiotélévisées, des causeries et des visites à domicile ; Les professionnels de la Justice disposent d un module de vulgarisation et l utilisent pour l accélération de l abandon de l excision Composante 2 : Coopération sous-régionale et diaspora Elaboration et mise en œuvre d une stratégie coordonnée sous régionale au niveau des pays frontaliers au Sénégal (Mali, Guinée, Guinée Bissau, Gambie et Mauritanie) et dans la diaspora ; Organisation de déclarations d abandon de l excision de groupes ethniques sous régionaux et internationaux obtenues ; Renforcement de la coordination, du suivi et de l évaluation du mouvement d abandon de l excision dans la sous-région et au niveau de la Diaspora ; Mise en œuvre d un plan de communication et de plaidoyer à l endroit des organisations sous régionales ; Page 16 sur 3

17 Elaboration et mise en œuvre d une stratégie de mobilisation des collectivités locales, de l Etat et des partenaires au développement pour le financement des programmes et projets pour l abandon de l excision dans la sous région et au niveau de la diaspora Composante 3 : Coordination, suivi-évaluation Plaidoyer auprès du Gouvernement, du parlement, des partenaires techniques et financiers ; Mise en place de cadres ou de mécanismes de veille communautaires pour le suivi et l évaluation des activités pour l abandon de l excision ; Mobilisation de ressources locales, nationales et internationales pour l abandon de l excision ; Participation des leaders d opinion des groupes ethniques/ communautés et des collectivités à participent au mouvement pour l abandon ; Mise place de réseaux de protection des femmes contre toutes les formes de pratiques traditionnelles néfastes ; Intégration de la prise en charge dans les structures sanitaires et communautaires Composante 4 : Mesures d accompagnement Assistance médicale et psycho sociale - Adaptation du Guide de Formation de l OMS ; - Formation des formateurs au niveau national ; - Formation des prestataires au niveau de 6 régions ; - Réparation de séquelles liées à l excision. Appui socio-économique aux initiatives communautaires - Activités Génératrices de Revenus ; - Dons ; - Fournitures de matériel d allégement des travaux ménagers. Elaboration d une stratégie et d un plan de communication pertinents ; - Elaboration de supports de communication ; - Campagne de mobilisation en faveur de l accélération de l abandon de l excision ; - Reportage, émission radio, Film. Page 17 sur 3

18 2.8. Cadre logique But/Résultats But : Abandon total de la pratique de l excision d ici 2015 Indicateurs objectivement vérifiables (IOV) % de personnes qui ont une fille non excisée qui dit ne pas avoir l intention de l exciser % de personnes enquêtées qui sont contre la continuation de la pratique Moyens de vérification EDS MICS Enquête du Ministère Enquêtes EDS Risques et postulats Contraints socioculturels Non-respect des engagements de partenaires Instabilité institutionnelle Nombre communautés qui déclarent l abandon de l excision R1 : Les communautés sénégalaises abandonnent totalement la pratique de l excision en 2015 Nombre de déclarations publiques d abandon de l excision au niveau départemental et national Rapports d évaluation Production de vidéo, reportage Resistances coutumières et religieuses Nombre de secteurs impliqués dans le processus d abandon de l excision des communautés R2 : La Promotion de l abandon total de la pratique de l excision est renforcé dans les zones transfrontalières et la diaspora Nombre de pays engages dans le processus Enquête et rapport Résolution des rencontres régionales Resistances coutumières et religieuses Faible engagement des communautés des autorités des pays voisins Intervention négative de la diaspora R3 : La création d un environnement institutionnel favorable à la coordination des interventions et au suivi et évaluation de l abandon total de l excision Mécanisme de coordination et de suivi Augmentation des allocations de l Etat et des PTF au Plan Rapports Bulletins des arrêts Arrêtés, décret Manque de synergie d action Insuffisance des ressources R4 : La prise en charge correcte des séquelles de l excision est assurée Nombre de cas pris en charge Crédit alloué Rapports Insuffisance des ressources Page 18 sur 3

19 III. MISE EN ŒUVRE 3.1. Stratégie de mise en œuvre Le ministère chargé de la Famille responsable de la mise en œuvre du plan d action national pour l accélération de l abandon de l excision au Sénégal doit assurer la coordination des activités au double niveaux, stratégique et technique : La coordination stratégique Le Gouvernement du Sénégal a décidé de mettre en œuvre un programme d accélération de l abandon de l excision grâce à une action multisectorielle et l appui de Partenaires Techniques et financiers engagés. C est dans ce cadre que, sous la coordination du Ministère chargé de la Famille, les départements de la Santé, de l Education Nationale, de la Justice et de la Jeunesse devront développer des actions de formation, d information et de plaidoyer à l intention des communautés et des Acteurs, pour l abandon total de l excision en Ces secteurs techniques de l action gouvernementale devront recevoir une formation sur «l approche par les Droits Humains» pour tempérer la tonalité de leurs discours techniques souvent peu nuancés. Le Ministère de la Famille travaille depuis le premier plan d action avec des Partenaires techniques comme l UNICEF, l UNIFEM, l OMS et l UNFPA qui ont largement contribué à affiner «l approche Droits Humains» ; pour le plan cette coopération va se poursuivre en s appuyant au sein du Comité Technique National de Coordination qui assurera le suivi technique de la mise en œuvre du Plan d Action La Coordination Technique La leçon apprise du précédent plan est qu il est nécessaire d avoir au niveau du Gouvernement une harmonisation et une coordination des interventions pour éviter le gaspillage et augmenter l efficacité. Aussi l ensemble des Acteurs seront formée sur «l approche» et un appel d offres avec un cahier des charges sera lancé par le Ministère de la Famille pour une manifestation d intérêt dans le cadre de l exécution du Plan d Action Il est presqu évident que TOSTAN, qui a eu un long compagnonnage avec le Ministère de la Famille, pourrait bénéficier du statut de Partenaire stratégique pour l abandon total de l excision. Page 19 sur 3

20 Gouvernement Conseil National Promotion Abandon de l Excision Autres secteurs (OS2) Ministère de la femme (UC) Coordination des actions pour l accélération de l abandon de l excision (Tous OS) Partenaires (OS3) Justice Education Santé Collectivité locale PTF OCB/ONG (OS1) Communautés de base 3.2. Dispositif institutionnel La mise en œuvre du plan d action national se fait dans un cadre organisationnel et institutionnel selon les 3 fonctions suivantes : orientation, coordination et suivi de la mise en œuvre Conseil National Missions Le Conseil national de promotion de l abandon de l excision au Sénégal est l organe politique d orientation et de décision. Ses missions sont de : orienter les actions du Gouvernement pour l accélération de l abandon de l excision ; valider les plans d action sectoriels annuels ; assurer le suivi et évaluer les performances des plans d action annuels et du plan d action national ; assurer le plaidoyer, la mobilisation des ressources et le partenariat, au plus haut niveau, pour l abandon total de l excision. Page 20 sur 3

Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM)

Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM) Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM) FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PN-PTFM I. INFORMATIONS

Plus en détail

LE SYSTÈME DE PROTECTION SOCIALE EN SANTÉ DU SÉNÉGAL

LE SYSTÈME DE PROTECTION SOCIALE EN SANTÉ DU SÉNÉGAL République du Sénégal Un Peuple Un But Une Foi Ministère de la Santé et de l Action Sociale Cellule d Appui à la Couverture maladie Universelle LE SYSTÈME DE PROTECTION SOCIALE EN SANTÉ DU SÉNÉGAL Par:

Plus en détail

EVALUATION FINALE SEN/024. Programme d Appui à la Mise en Œuvre de la Réforme de l Enseignement technique et Formation professionnelle

EVALUATION FINALE SEN/024. Programme d Appui à la Mise en Œuvre de la Réforme de l Enseignement technique et Formation professionnelle EVALUATION FINALE SEN/024 Programme d Appui à la Mise en Œuvre de la Réforme de l Enseignement technique et Formation professionnelle FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code

Plus en détail

SIGNATURE DU COMPACT NATIONAL APPROPRIATION, ALIGNEMENT, HARMONISATION, GESTION AXEE SUR LES RESULTATS ET RESPONSABILITE MUTUELLE POUR UN IMPACT REEL

SIGNATURE DU COMPACT NATIONAL APPROPRIATION, ALIGNEMENT, HARMONISATION, GESTION AXEE SUR LES RESULTATS ET RESPONSABILITE MUTUELLE POUR UN IMPACT REEL N 20 le 09 mai 2012 SIGNATURE DU COMPACT NATIONAL APPROPRIATION, ALIGNEMENT, HARMONISATION, GESTION AXEE SUR LES RESULTATS ET RESPONSABILITE MUTUELLE POUR UN IMPACT REEL L e Ministre de la Santé SEM Ba

Plus en détail

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 La CONFEMEN a adhéré à l initiative «l Éducation avant tout» du Secrétaire général

Plus en détail

Nations Unies Haut Commissariat aux Droits de l Homme, réf: NVebU mes 2011

Nations Unies Haut Commissariat aux Droits de l Homme, réf: NVebU mes 2011 Nations Unies Haut Commissariat aux Droits de l Homme, réf: NVebU mes 2011 Initiatives montrant des bonnes pratiques ainsi que des pratiques efficaces dans l adoption d une approche fondée sur les droits

Plus en détail

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre inégalité Note de Synthèse Protection sociale pour les Enfants Réduction de la pauvreté q protection sociale Février 2009 exclusion sociale Politiques Sociales atteindre les OMD sécurité stratégies politiques

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROGRAMME TACC

FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROGRAMME TACC République du Sénégal Un Peuple Un But Une Foi Ministère de la Décentralisation et des Collectivités locales Direction de la Coopération Décentralisée Programme des Nations Unies pour le Développement

Plus en détail

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal Plus de 500 délégués venant de 44 pays africains et

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant)

LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant) LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant) Ce document a pour objectif d harmoniser le mandat et le cadre d action des RECOPE ; d orienter et harmoniser l approche des ONG

Plus en détail

Décisions présidentielles relatives à l enseignement supérieur et à la recherche

Décisions présidentielles relatives à l enseignement supérieur et à la recherche Décisions présidentielles relatives à l enseignement supérieur et à la recherche D1 Réorienter le système d enseignement supérieur vers les sciences, la technologie, les formations professionnelles courtes

Plus en détail

=-=-=-=-=-= =-=-=-=-=-=-=

=-=-=-=-=-= =-=-=-=-=-=-= REPUBLIQUE DU CAMEROUN REPUBLIC OF CAMEROON Paix-Travail-Patrie Peace-Work-Fatherland =-=-=-=-=-= =-=-=-=-=-=-= PROPOS LIMINAIRE DE MADAME ABENA ONDOA NEE OBAMA MARIE THERESE, MINISTRE DE LA PROMOTION

Plus en détail

Avant projet de texte légal portant régime de l intégration du genre dans les politiques nationales de croissance et de l emploi

Avant projet de texte légal portant régime de l intégration du genre dans les politiques nationales de croissance et de l emploi Avant projet de texte légal portant régime de l intégration du genre dans les politiques nationales de croissance et de l emploi Préambule Le Cameroun a révisé son DSRP i 2003 en lui adressant une direction

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

2012-2016 4+4 4+4 2012-2016. Stratégie du Pôle Social. Stratégie du Pôle Social

2012-2016 4+4 4+4 2012-2016. Stratégie du Pôle Social. Stratégie du Pôle Social 2012-2016 Stratégie du Pôle Social 4+4 4+4 Stratégie du Pôle Social 2012-2016 »YɪàL G Ö dg á«é«jgî SG 4+4 2012-2016 Introduction Notre pays entre dans une nouvelle phase de construction d un projet national

Plus en détail

MEMORANDUM POSITIONNEMENT DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE SENEGALAISE SUR LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE

MEMORANDUM POSITIONNEMENT DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE SENEGALAISE SUR LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE MEMORANDUM MEMORANDUM POSITIONNEMENT DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE SENEGALAISE SUR LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE Novembre 2013 1. CONTEXTE DU MEMORANDUM Le Sénégal, à l image des pays de la

Plus en détail

BUREAU DE LA DEMOCRATIE, DES DROITS HUMAINS ET DU TRAVAIL Rapport International 2009sur la liberté religieuse 26 octobre 2009

BUREAU DE LA DEMOCRATIE, DES DROITS HUMAINS ET DU TRAVAIL Rapport International 2009sur la liberté religieuse 26 octobre 2009 Sénégal BUREAU DE LA DEMOCRATIE, DES DROITS HUMAINS ET DU TRAVAIL Rapport International 2009sur la liberté religieuse 26 octobre 2009 La liberté religieuse est inscrite dans la Constitution, et les autres

Plus en détail

MISE EN OEUVRE DU BUDGET PARTICIPATIF DANS LES COLLECTIVITES LOCALES DE KAOLACK ET KEUR BAKA

MISE EN OEUVRE DU BUDGET PARTICIPATIF DANS LES COLLECTIVITES LOCALES DE KAOLACK ET KEUR BAKA MISE EN OEUVRE DU BUDGET PARTICIPATIF DANS LES COLLECTIVITES LOCALES DE KAOLACK ET KEUR BAKA Préparé par l ARD de Kaolack Dans le Cadre de la Convention PNDL Enda ECOPOP Table des matières Sigles et acronymes

Plus en détail

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO ELABORATION D UN PLAN DE DEVELOPPEMENT COMMUNAL Par : LEGONOU François, Directeur SYDEL AFRIQUE, Consultant En guise d introduction La décentralisation

Plus en détail

ANNEXE 3. Période 2011-2015

ANNEXE 3. Période 2011-2015 ANNEXE 3 GUIDE DE MOBILISATION DES RESSOURCES POUR LA MISE EN OEUVRE DU PLAN OPERATIONEL DE LUTTE CONTRE LE VIH ET LE SIDA EN MILIEU DE TRAVAIL Période 2011-2015 BUJUMBURA, 19 Mai 2011 2 Sommaire 0. Introduction.3

Plus en détail

PREMIERE CONFERENCE DES HAUTS RESPONSABLES CHARGES DE L ETAT CIVIL DES ETATS MEMBRES DE L OCI

PREMIERE CONFERENCE DES HAUTS RESPONSABLES CHARGES DE L ETAT CIVIL DES ETATS MEMBRES DE L OCI REPUBLIQUE DU SENEGAL Un peuple - Un but - Une Foi ----------------- PREMIERE CONFERENCE DES HAUTS RESPONSABLES CHARGES DE L ETAT CIVIL DES ETATS MEMBRES DE L OCI TEHERAN 15-17 AVRIL 2013 Présenté par

Plus en détail

La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT

La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT SOMMAIRE Introduction... 2 I. Aperçu sur le fondement de la gestion axée sur les résultats... 3 1.1. De nouveaux

Plus en détail

DEUXIÈME CONFÉRENCE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DE L ENREGISTREMENT DES FAITS D ÉTAT CIVIL

DEUXIÈME CONFÉRENCE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DE L ENREGISTREMENT DES FAITS D ÉTAT CIVIL DEUXIÈME CONFÉRENCE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DE L ENREGISTREMENT DES FAITS D ÉTAT CIVIL Durban, Afrique du Sud 6-7 Septembre 2012 Thème «Amélioration de l infrastructure institutionnelle et humaine

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

En collaboration avec

En collaboration avec En collaboration avec Termes de Référence de l atelier National de partage et d élaboration du cadre stratégique de l Observatoire de la société civile sur la Gouvernance des Terres et des Ressources Naturelles.

Plus en détail

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Déclaration finale de la Réunion mondiale sur l EPT 2014 Accord de Mascate Préambule 1. Nous, ministres, chefs de délégations,

Plus en détail

DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE DES NATIONS UNIES

DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE DES NATIONS UNIES Préambule: DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE DES NATIONS UNIES Le programme des Volontaires des Nations Unies (VNU) est au sein des Nations Unies l organisation qui, au niveau mondial, est chargée

Plus en détail

demain Aujourd hui ACDIC A. PRESENTATION DE L ACDIC B. 10 ANS D ACTIONS. Des actes concrets, des effets, des impacts C. DES ACQUIS ET ATOUTS CERTAINS

demain Aujourd hui ACDIC A. PRESENTATION DE L ACDIC B. 10 ANS D ACTIONS. Des actes concrets, des effets, des impacts C. DES ACQUIS ET ATOUTS CERTAINS ACDIC Aujourd hui & demain A. PRESENTATION DE L ACDIC B. 10 ANS D ACTIONS. Des actes concrets, des effets, des impacts C. DES ACQUIS ET ATOUTS CERTAINS D. QUATRE THEMES D ACTIONS PRIORITAIRES E. NOS AMBITIONS

Plus en détail

Promulgue la loi dont la teneur suit : TITRE I

Promulgue la loi dont la teneur suit : TITRE I Loi n 98-11 du 29 Rabie Ethani 1419 correspondant au 22 août 1998 portant loi d Orientation et de Programme à Projection Quinquennale sur la Recherche Scientifique et le Développement Technologique 1998-2002

Plus en détail

Expert(e) International(e) en santé publique Délégué(e) à la co-gestion de la composante «Appui à la demande de soins» Sénégal

Expert(e) International(e) en santé publique Délégué(e) à la co-gestion de la composante «Appui à la demande de soins» Sénégal Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Contribution de l Institut de coopération pour l éducation des adultes (ICÉA) Juin 2014 2 Table des

Plus en détail

EVALUATION FINALE MLI/016. Programme d Appui à la Santé de Base

EVALUATION FINALE MLI/016. Programme d Appui à la Santé de Base EVALUATION FINALE MLI/016 Programme d Appui à la Santé de Base FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Mali Programme d Appui à la Santé de Base PASAB MLI/016 Version

Plus en détail

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/CM.38/6 6 avril 2005 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Vingt-quatrième réunion du Comité d experts de la

Plus en détail

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Rio de Janeiro (Brésil), 21 octobre 2011 1. À l invitation de l Organisation mondiale de la Santé, nous, Chefs de Gouvernement, Ministres

Plus en détail

A SEARCH FOR FAME : INITIATIVES POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRE DURABLE IDID : A LA RECHERCHE D UNE NOTORIÉTÉ : LE CHEMIN DE L ONG IDID AU BÉNIN

A SEARCH FOR FAME : INITIATIVES POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRE DURABLE IDID : A LA RECHERCHE D UNE NOTORIÉTÉ : LE CHEMIN DE L ONG IDID AU BÉNIN A SEARCH FOR FAME : INITIATIVES POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRE DURABLE IDID : A LA RECHERCHE D UNE NOTORIÉTÉ : LE CHEMIN DE L ONG IDID AU BÉNIN Introduction Initiatives pour un Développement Intégré Durable

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU)

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU) MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU) STRATEGIE NATIONALE DE RENFORCEMENT DES RESSOURCES HUMAINES, DE L APPRENTISSAGE ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES POUR FAVORISER UN

Plus en détail

République du Sénégal

République du Sénégal République du Sénégal Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET DES COLLECTIVITES LOCALES MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES RAPPORT D AVANCEMENT SUR LES SYSTEMES D ENREGISTREMENT

Plus en détail

Charte constitutive de la. Plateforme internationale des réseaux jeunesse francophones (PIRJEF)

Charte constitutive de la. Plateforme internationale des réseaux jeunesse francophones (PIRJEF) Charte constitutive de la Plateforme internationale des réseaux jeunesse francophones (PIRJEF) Le 26 novembre 2014 PREAMBULE - Considérant l ampleur et la place prépondérante qu occupent les jeunes dans

Plus en détail

Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie et des Finances Québec, Septembre 2008

Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie et des Finances Québec, Septembre 2008 Le Budget Genre au Maroc, une perspective stratégique pour l égalité des sexes et l habilitation des femmes Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie

Plus en détail

Évaluation : rapport annuel

Évaluation : rapport annuel CONSEIL EXÉCUTIF EB137/7 Cent trente-septième session 8 mai 2015 Point 8.2 de l ordre du jour provisoire Évaluation : rapport annuel 1. Le Conseil exécutif à sa trente et unième session a approuvé la politique

Plus en détail

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2012 Français Original: anglais A/HRC/FMI/2012/2 Conseil des droits de l homme Forum sur les questions relatives aux minorités Cinquième session

Plus en détail

Déroulement des travaux. Jour 1

Déroulement des travaux. Jour 1 Atelier national sur le partage des résultats de l étude et la mobilisation des organisations de la société civile pour le lancement d une campagne de plaidoyer autour de l accaparement des terres au Cameroun

Plus en détail

GOUVERNEMENT DU SENEGAL

GOUVERNEMENT DU SENEGAL GOUVERNEMENT DU SENEGAL PROJET D APPUI AU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE LOCAL (PADEL/PNDL) Axe stratégique de coopération UNDAF : Gouvernance et promotion du partenariat pour le développement. Effet UNDAF :

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

Conférence parlementaire panafricaine sur le renforcement des capacités

Conférence parlementaire panafricaine sur le renforcement des capacités Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation Hanns Seidel Conférence parlementaire panafricaine sur le renforcement des capacités Thème: Améliorer les capacités

Plus en détail

CAPITALISATION ET PARTAGE DES BONNES PRATIQUES DES ACTEURS NON ETATIQUES

CAPITALISATION ET PARTAGE DES BONNES PRATIQUES DES ACTEURS NON ETATIQUES PROJET D APPUI AU PROGRAMME NATIONAL DE BONNE GOUVERNANCE UNITE DE GESTION DU PROJET D APPUI AUX ACTEURS NON ETATIQUES ------ RAPPORT DE SYNTHESE CAPITALISATION ET PARTAGE DES BONNES PRATIQUES DES ACTEURS

Plus en détail

Le Conseil d administration. L Article VI du Statut du PAM définit comme suit les fonctions du Conseil:

Le Conseil d administration. L Article VI du Statut du PAM définit comme suit les fonctions du Conseil: 1. L E C O N S E I L D A D M I N I S T R A T I O N E T S E S F O N C T I O N S 1er janvier 1996, suite à l adoption de résolutions parallèles par l Assemblée générale des Nations Unies et la Conférence

Plus en détail

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

PLANIFICATION REGIONALE DE AProCA 2007-2011

PLANIFICATION REGIONALE DE AProCA 2007-2011 ASSOCIATION DES PRODUCTEURS DE COTON AFRICAINS BP 1799 Bamako / Mali Tel: + (223) 222 63 67 Quartier Sema 1, rue 50, Porte 1107 Email: communication@aproca.net, sp@aproca.net Site: www.aproca.net PLANIFICATION

Plus en détail

Discours de SEM Idriss Déby ITNO, Président en exercice du CILSS

Discours de SEM Idriss Déby ITNO, Président en exercice du CILSS COMITE PERMANENT INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE DANS LE SAHEL PERMANENT INTERSTATE COMMITTEE FOR DROUGHT CONTROL IN THE SAHEL Bénin Burkina Faso Cap Vert Côte d Ivoire Gambie Guinée Guinée Bissau

Plus en détail

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement La République de Madagascar Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Thème : Les Nouvelles Approches

Plus en détail

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE 2 0 1 3 INTRODUCTION La première stratégie manitobaine de promotion de l allaitement maternel a été conçue à l automne 2006 afin de mettre

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S REGARD SUR L EPIDEMIE DU VIH D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S Photo: ONUSIDA Levier de la riposte au sida, l ONUSIDA s emploie à bâtir l action politique et à promouvoir les droits de tous les

Plus en détail

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A ONUSIDA/CCP (36)/15.12 Date de publication : 24 juin 2015 TRENTE-SIXIÈME RÉUNION Date : 30 juin - 2 juillet 2015 Lieu : Salle du conseil exécutif,

Plus en détail

Focus sur le Programme «Bourses» de la CTB

Focus sur le Programme «Bourses» de la CTB La seconde édition de la formation groupée sur le financement de la santé et de la protection sociale a démarré sur les chapeaux de roues ce mercredi 02 mai 2012 au Centre de Formation RESOPP à Thiès.

Plus en détail

Note Simplifiée. UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- La Commission ------------

Note Simplifiée. UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- La Commission ------------ UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- La Commission ------------ PROJET D APPUI A L EXTENSION DE LA COUVERTURE DU RISQUE MALADIE DANS LES PAYS MEMBRES DE L UEMOA Note Simplifiée

Plus en détail

QU EST-CE QU UNE MUTUELLE SOCIALE?

QU EST-CE QU UNE MUTUELLE SOCIALE? MINISTÈRE DE LA FAMILLE, DE LA FEMME ET DES AFFAIRES SOCIALES RÉPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION -DISCIPLINE -TRAVAIL DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE ET DE LA MUTUALITE QU EST-CE QU UNE MUTUELLE SOCIALE?

Plus en détail

EVALUATION FINALE BKF/012

EVALUATION FINALE BKF/012 EVALUATION FINALE BKF/012 Projet d Appui à la Gestion participative des Ressources naturelles dans la Région des Hauts-Bassins FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre du projet Code LuxDev Burkina Faso Projet d Appui

Plus en détail

CONTRIBUTION DE L ADLR AU DEVELOPPEMENT LOCAL

CONTRIBUTION DE L ADLR AU DEVELOPPEMENT LOCAL ASSOCIATION POUR LE DEVELOPPEMENT LOCAL ADL- Rabat CONTRIBUTION DE L ADLR AU DEVELOPPEMENT LOCAL Octobre 2006 ADL, B.P. 6447, Rabat-Madinat Al Irfane 10.100, Al Massira III, Avenue Al Majd, Imb 14, Apt

Plus en détail

Argumentaire du Développement de la Couverture Universelle en Santé au Niger

Argumentaire du Développement de la Couverture Universelle en Santé au Niger Argumentaire du Développement de la Couverture Universelle en Santé au Niger Dr HIM & AGK Niamey, avril 2014 P a g e 1 Introduction La Constitution nigérienne du 25 Novembre 2010 dispose, en son article

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Hôtel Teranga, Saly, Sénégal, du 18-19 Octobre 2011 Note de cadrage Contexte et justification L importance que revêt

Plus en détail

PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC

PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC 1. INTRODUCTION 2. ETAT DES LIEUX PLAN 3. PROBLEMATIQUE DE LA DEGRADATION DES TERRES ET DE LA

Plus en détail

STRATEGIE DE COMMUNICATION CONJOINTE DU SYSTEME DES NATIONS UNIES AU BENIN (2012-2015) (SYNTHESE DU DOCUMENT FINAL)

STRATEGIE DE COMMUNICATION CONJOINTE DU SYSTEME DES NATIONS UNIES AU BENIN (2012-2015) (SYNTHESE DU DOCUMENT FINAL) STRATEGIE DE COMMUNICATION CONJOINTE DU SYSTEME DES NATIONS UNIES AU BENIN (2012-2015) (SYNTHESE DU DOCUMENT FINAL) ACTIONS STRATEGIQUES DE COMMUNICATION AU SEIN DU SNU/BENIN SNU-Bénin INTRODUCTION Unis

Plus en détail

Au Niger, le soutien est fort mais pas unanime pour l adoption de la sharia dans la Constitution

Au Niger, le soutien est fort mais pas unanime pour l adoption de la sharia dans la Constitution Introduction Les questions religieuses connaissent un regain d intérêt dans les espaces publics de nos pays. Au Niger, elles sont devenues préoccupantes en raison des évènements récents qui ont marqué

Plus en détail

Loi provinciale n 15 du 19 mars 1991

Loi provinciale n 15 du 19 mars 1991 CRITÈRES DE FINANCEMENT DES INTERVENTIONS DIRECTES DE LA PROVINCE AUTONOME DE BOLZANO DANS LE CADRE DE LA COOPÉRATION AU DÉVELOPPEMENT MAIS ÉGALEMENT À LA CULTURE DE LA PAIX ET DE LA SOLIDARITÉ Loi provinciale

Plus en détail

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE UEMOA OUEST AFRICAINE ----------- CONFERENCE DES CHEFS D ETAT ET DE GOUVERNEMENT

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE UEMOA OUEST AFRICAINE ----------- CONFERENCE DES CHEFS D ETAT ET DE GOUVERNEMENT UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE UEMOA OUEST AFRICAINE ----------- CONFERENCE DES CHEFS D ETAT ET DE GOUVERNEMENT TRAITE PORTANT CREATION DU PARLEMENT DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE PREAMBULE

Plus en détail

Directeur Général de l association ALIMA

Directeur Général de l association ALIMA Directeur Général de l association ALIMA L ASSOCIATION ALIMA Lors de la création d ALIMA, en juin 2009, l objectif était de produire des secours médicaux lors de situations d urgences ou de catastrophes

Plus en détail

DOCUMENT DE CAPITALISATION

DOCUMENT DE CAPITALISATION DOCUMENT DE CAPITALISATION sommaire 03 Introduction Générale... 04... I. Contexte de l action... 05... 06 III. Promoteurs et / ou partenaires du projet... 11 IV. Composantes du projet... 12... 15 4.2.

Plus en détail

Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka

Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka Table ronde ReMed «Améliorer l acc accès aux soins des Femmes et des Enfants» Paris, 4 novembre 2011 Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka Jean-Marie Trapsida Coordonnateur,

Plus en détail

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA LUTTE CONTRE LES ENDEMIES Le point sur la couverture du risque maladie au Niger I PLACE ACTUELLE DE L ASSURANCE MALADIE 1. Recensement des dispositions

Plus en détail

ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS

ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS PREAMBULE Les Médiateurs des pays membres de l UEMOA, conformément à la recommandation de leur première réunion tenue à Ouagadougou

Plus en détail

LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE» DANS LE PROCESSUS D INTÉGRATION SOUS-RÉGIONALE OUEST-AFRICAINE :

LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE» DANS LE PROCESSUS D INTÉGRATION SOUS-RÉGIONALE OUEST-AFRICAINE : LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE» DANS LE PROCESSUS D INTÉGRATION SOUS-RÉGIONALE OUEST-AFRICAINE : Résultats du séminaire de Sikasso 4-7 mars 2002 www.afriquefrontieres.org WABI/DT/04/03 2 LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE»

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

Cinzia Grassi, Loredana Ceccacci, Anna Elisa D Agostino Observatoire pour le contraste de la pédophilie et de la pornographie enfantine

Cinzia Grassi, Loredana Ceccacci, Anna Elisa D Agostino Observatoire pour le contraste de la pédophilie et de la pornographie enfantine 14. La collecte de données sur la violence envers les enfants Cinzia Grassi, Loredana Ceccacci, Anna Elisa D Agostino Observatoire pour le contraste de la pédophilie et de la pornographie enfantine Introduction

Plus en détail

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT KINSHASA, DU 06 08 NOVEMBRE 2012 DISCOURS DE MR. ADAMA COULIBALY DIRECTEUR

Plus en détail

CONFERENCE INTERNATIONALE AU CIEP, Paris / FRANCE. Thème : Réussir l Education en Afrique : l enjeu des langues. 27 28 mars 2014

CONFERENCE INTERNATIONALE AU CIEP, Paris / FRANCE. Thème : Réussir l Education en Afrique : l enjeu des langues. 27 28 mars 2014 CONFERENCE INTERNATIONALE AU CIEP, Paris / FRANCE Thème : Réussir l Education en Afrique : l enjeu des langues 27 28 mars 2014 Communication de Jacques KI Secrétaire général de la CONFEMEN Thématique :

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE DES NATIONS UNIES

DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE DES NATIONS UNIES Préambule: DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE DES NATIONS UNIES Le programme des Volontaires des Nations Unies (VNU) est au sein des Nations Unies l organisation qui, au niveau mondial, est chargée

Plus en détail

RESUME DOCUMENT DE STRATEGIE NATIONALE DE LUTTE CONTRE LES VIOLENCES BASEES SUR LE GENRE

RESUME DOCUMENT DE STRATEGIE NATIONALE DE LUTTE CONTRE LES VIOLENCES BASEES SUR LE GENRE REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union - Discipline Travail -------------------------- MINISTERE DE LA SOLIDARITE, DE LA FAMILLE, DE LA FEMME ET DE L ENFANT RESUME DOCUMENT DE STRATEGIE NATIONALE DE LUTTE CONTRE

Plus en détail

Rapport final IGF-AC, edition 2013, Kinshasa

Rapport final IGF-AC, edition 2013, Kinshasa Rapport final IGF-AC, edition 2013, Kinshasa L an 2013, le 28 et 29 août, s est tenue dans la salle du Campus Numérique Francophone de Kinshasa, le Forum sur la Gouvernance de l Internet en Afrique Centrale,

Plus en détail

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des RH Page 1 Introduction

Plus en détail

resultats EVALUATION PLANIFICATION FAMILIALE Plan stratégique national à vision multisectorielle Elaborée en Octobre 2014 Les 6 Sous-Objectifs

resultats EVALUATION PLANIFICATION FAMILIALE Plan stratégique national à vision multisectorielle Elaborée en Octobre 2014 Les 6 Sous-Objectifs EVALUATION EVALUATION DU PLAN DU PLAN DES DES RESULTATS 2014 POUR LA LA MISE MISE EN EN OEUVRE OEUVRE DU PNSPF DU PNSPF 2014-2020 2014-2020 Elaborée en Octobre 2014 Design by Grace NZOLO REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE

Plus en détail

LE PRESIDENT DU FASO, PRÉSIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES,

LE PRESIDENT DU FASO, PRÉSIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES, 1 sur 10 09.04.2012 17:27 DECRET N 2011-512/ PRES/PM/MS/MASSN du 9 août 2011 portant composition, organisation et fonctionnement du Conseil national de lutte contre le SIDA et les Infections Sexuellement

Plus en détail

Une vision d avenir. Il était deux petits navires. Mise en contexte. Rapport Perrault. Forum des générations (2004) En bref...

Une vision d avenir. Il était deux petits navires. Mise en contexte. Rapport Perrault. Forum des générations (2004) En bref... Une vision d avenir Il était deux petits navires Alain Poirier, directeur national de santé publique et sous-ministre adjoint février 200 En bref... Mise en contexte Une mise en contexte Quelques données

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

Dakar, Sénégal : du 17au 28 Juillet 2006

Dakar, Sénégal : du 17au 28 Juillet 2006 En Collaboration avec le Réseau des Partenaires Francophones en Population et Santé de la Reproduction Partenaires en Population, SR et Réformes du Système de Santé «S ADAPTER AU CHANGEMENT :: Atttteiindrre

Plus en détail

Conseil de l Europe. Plan d action pour les personnes handicapées 2006 2015

Conseil de l Europe. Plan d action pour les personnes handicapées 2006 2015 Conseil de l Europe Plan d action pour les personnes handicapées 2006 2015 Un plan sur la façon d améliorer les choses pour les personnes handicapées en Europe Version facile à lire Information et Participation

Plus en détail

Décret n 2008-517 du 20 mai 2008

Décret n 2008-517 du 20 mai 2008 Décret n 2008-517 du 20 mai 2008 Décret n 2008-517 du 20 mai 2008 fixant les modalités d organisation et de fonctionnement des Agences régionales de Développement. RAPPORT DE PRESENTATION En application

Plus en détail

Centre International de Développement et de Recherche

Centre International de Développement et de Recherche Publication UNGANA 1096 CIDR Tous droits de reproduction réservés Centre International de Développement et de Recherche PROMOTION DE DEVELOPPEMENT LOCAL ET D APPUI AU PROCESSUS DE DECENTRALISATION AU TOGO

Plus en détail

Manuel opérationnel de suivi et évaluation

Manuel opérationnel de suivi et évaluation REPUBLIQUE ALGERIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE Ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme Hospitalière Direction de la Prévention Comité National de Lutte contre les IST/VIH/sida Manuel

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Voies d engagements en matière de RHS BENIN

Voies d engagements en matière de RHS BENIN Voies d engagements en matière de RHS BENIN 1) Quelles sont les actions voies en matière de ressources humaines pour la santé (RHS) sur lesquels votre pays/institution peut s engager? Les femmes au Bénin

Plus en détail

Plan d action national de Planification Familiale 2012-2015

Plan d action national de Planification Familiale 2012-2015 République du Sénégal MINISTERE DE LA SANTE ET DE L ACTION SOCIALE Direction de la Santé Division de la Santé de la Reproduction Plan d action national de Planification Familiale 2012-2015 Droits d auteur

Plus en détail

Année internationale de la jeunesse. 12 août 2010-11 août 2011. asdf. Dialogue et compréhension mutuelle. Nations Unies

Année internationale de la jeunesse. 12 août 2010-11 août 2011. asdf. Dialogue et compréhension mutuelle. Nations Unies Année internationale de la jeunesse 12 août 2010-11 août 2011 Dialogue et compréhension mutuelle asdf Nations Unies «Nous devons nous engager sans réserve pour que les jeunes aient accès à l éducation,

Plus en détail

ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST

ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST CONFERENCE REGIONALE SUR LA RATIFICATION DES INSTRUMENTS INTERNATIONAUX

Plus en détail

Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique

Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique Gabriel Mougani Economiste financier

Plus en détail