DOCUMENT DE CAPITALISATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DOCUMENT DE CAPITALISATION"

Transcription

1 DOCUMENT DE CAPITALISATION

2 sommaire 03 Introduction Générale I. Contexte de l action III. Promoteurs et / ou partenaires du projet IV. Composantes du projet Service mobile Emissions radios Conclusion Générale Annexes II. Programme Apprendre à Vivre au Sénégal : pertinence et objectifs 4.1. E-Learning pour la promotion de l enseignement de la SR à l école

3 introduction 03. La santé de la reproduction des adolescent(e)s et jeunes est une préoccupation majeure de la communauté internationale et des Etats Africains. L objectif du millénaire pour le développement (OMD) n 05, relative à la santé maternelle, vise l accès universel à des services de santé procréative à mettre en place d ici Les principaux indicateurs associés à cet objectif sont centrés sur la santé de la reproduction des adolescentes et adolescents, notamment la prévalence de la contraception, le taux de grossesses des adolescentes Pour l effectivité de la mise en œuvre de ce volet des OMD, les Chefs d Etat Africains ont approuvé le cadre d orientation continentale concernant la promotion des droits et de la santé en matière de sexualité et de reproduction en 2006 et le plan d action de Maputo ( ). Ce dernier a permis aux Etats de se doter d un cadre consensuel sibilité à des services complets de santé en matière de sexualité et de Reproduction. En 2009, l évaluation de ce Plan d Action, centré sur l accès aux soins de santé primaire, des services de santé sexuelle et reproductive, le développement et la promotion de services pour les jeunes, l avortement à risque, la maternité sécurisée de qualité, a abouti à son prolongement pour la période La pertinence de telles orientations conforte l acception selon laquelle, pour la viabilité des perspectives de développement socio économique du monde, de l Afrique en particulier, des politiques publiques pertinentes doivent être conçues en matière de jeunesse. L importance de leur poids démographique et la complexité d autres déterminants liés aux stades de leur développent, constituent des facteurs légitimes à considérer. L adolescence par exemple, est une étape de vie importante chez chaque être humain et couvre, dans la plupart des cas, toute la période située entre 11 et 20 ans. Elle constitue un passage important de préparation au statut d adulte. Entre autres déterminants, l adolescence est marquée par des mutations profondes sur le plan construction de la personnalité du futur adulte. Au regard du poids démographique de la jeunesse en Afrique, des bouleversements sociaux découlant de l urbanisation, de la persistance de nombreuses maladies comme IST / VIH SIDA et pratiques traditionnelles néfastes comme les mariages précoces, de l attraction de modèles asociaux exposant les adolescentes et adolescents à des comportements sexuels à risque, de la pluralité des canaux de communication, l accompagnement approprié pour permettre aux enfants de grandir en dre A Vivre / Sénégal ou «InfoAdo». De même, le choix deoneworld UK (OWUK) et ses partenaires de s appuyer sur les technologies de l information et de la communication pour promouvoir la santé de la reproduction et prévenir le VIH SIDA chez les adolescent(e)s et les jeunes, dans le cadre dudit projet, constitue une innovation majeure en la matière au Sénégal. Pour la formation de futurs citoyens responsables, les axes d interventions développés ont contribué au renforcement des politiques et programmes en la matière, des initiatives impulsées par les acteurs, parmi lesquelles nous pouvons noter les curriculum sur la santé de la reproduction des adolescentes et adolescents du Groupe pour l Etude et l Enseignement de la Population (GEEP). Aussi, outre le pari d un partenariat associant l expertise des institutions publiques, du secteur privé et des organisations non gouvernementales, le projet InfoAdo a réussi à produire des supports accessibles, privilégiant l autonomisation des usagers et la Le succès dudit projet résulte d une bonne transplantation de l expérience réussie du projet Learning About Living (LAL), développé par le consortium OneWorld UK et Chaque adolescent est le produit d une famille et d une société avec des repères, consécutifs à des normes et des valeurs. Cependant, sous l emprise de certains déséquilibres liés au développement pubertaire et à la sexualité, de nombreux adolescents négocient très mal leur passage à l âge adulte. Ils drainent ainsi, des séquelles, dimensions de sa personnalité : la sociabilité, le genre et la motivation. Sur le plan affectif, la période de vie se situant entre ans se particularise chez les adolescentes et jeunes, par des attitudes d identité ou de fusion, d intimité ou du développement personnel par des relations sociales qui sont orientées vers les pairs et les idoles, les partenaires et ami (e) s. Celles ci se consolident avec des modalités centrées autour du partage, de la relation, de la découverte

4 I. Contexte 04. Pays Limites Situation démographique... Sénégal l Est par le Mali et à l Ouest par l océan Atlantique, il est traversé en son centre par la Gambie.... En 2011, la population du Sénégal est estimée à douze millions quatre cent soixante ans et 52% sont des femmes. Les jeunes de moins de 25 ans représentent 64% de la population. Le taux élevé de croissance de la population est estimé à 2,5% l an. Deux grands phénomènes caractérisent cette population : population, avec 56,6 % de moins de vingt (20) ans. Cette situation constitue à la fois La répartition de la population est inégale. D un point de vue spatial, les densités même, les disparités entre villes et zones rurales s accroissent. Cette situation découle des phénomènes urbanistiques qui sont passés de 23% en 1960, à 42% en 1966 et à près de 46 aujourd hui. aux femmes (52% de la population). Situation socio-économique Constats en liens à la SRA En 2007, le Sénégal était placé au 156ème rang sur 177 dans le classement de l indice du Développement Humain. A l échelle nationale, le niveau de pauvreté reste élevé. En effet, 33,4% de la population du Sénégal vivrait en dessous du seuil national de pauvreté. Le niveau de pauvreté est plus (43,3%). La prévalence d extrême pauvreté atteint 20,2% de la population rurale et même enfants, travail des enfants, la prostitution prévisions de l Etat. De telles secousses économiques fragilisent les politiques sectorielles et surtout le secteur social. préservatif lors du dernier rapport sexuel avec un partenaire occasionnel. 20 % des adolescentes ont subi une mutilation génitale. 0,7 % de la classe d âge ans sont séropositifs. Des dizaines de cas d abus et de violences sexuelles répertoriées. scolaires est le résultat de complications au moment de l accouchement ou suite aux complications liées aux Quatre (04) et vingt (20) % des décès maternels sont consécutifs à des avortements à risque liés aux reproductive des adolescents et jeunes

5 II. Programme Apprendre à Vivre au Sénégal : pertinence et objectifs 05 Au regard de l enjeu que constitue la jeunesse dans les perspectives de développement de certains pays africains comme le Sénégal, la Santé de la Reproduction des adolescentes et adolescents est au cœur des préoccupations des pouvoirs publics et de leurs partenaires. Au Sénégal, elle est inscrite au centre des politiques publiques en matière de santé. Outre la prise en charge de ses aspects généraux à travers certains programmes centrés sur la mère et l enfant, elle intègre plusieurs initiatives pilotes de promotion de l éducation à la vie familiale en matière de population (EVF) / EMP, de services de proximité avec la création des Centres Conseil Ados certaines limites résultant des acceptions socio culturelles et religieuses qui altèrent la communication sur le sujet dans plusieurs espaces : familial, scolaire, associatif, communautaire et sociétal. C est pourquoi, One World et ses partenaires restent convaincus de l importance de ou adolescents en quête d une identité propre. En s engageant dans la promotion des technologies de l information et de la communication au service du développement, One World UK (OWUK) offre à ses partenaires et aux jeunes du Sénégal de nouvelles opportunités pour mieux préparer leur avenir. Pour rappel, les objectifs du projet Apprendre A Vivre / Sénégal sont de : - promouvoir les droits des jeunes en matière de santé sexuelle et reproductive grâce à la coopération avec le gouvernement et d autres organismes publics et privés, locaux et des organisations de la société civile, des organisations internationales, les - donner aux jeunes des informations précises en santé de la reproduction et les aider à prendre des décisions éclairées concernant leur santé sexuelle et reproductive. - femmes, au VIH / sida et à la mortalité maternelle. A travers les offres du Projet «Apprendre à Vivre/ Sénégal», One World UK a introduit des innovations majeures en matière d éducation, de promotion de la santé de la reproduction et de prévention du VIH SIDA auprès des adolescent(e)s et des jeunes. Au regard des potentialités du contexte, des avancées technologiques et des opportunités de partenariat avec les acteurs sociaux et médias, différents outils et supports sont développés pour encourager chez chaque adolescent(e), et jeune, une meilleure connaissance des questions relatives à sa santé sexuelle et reproductive (SSR). Outre les approches classiques de communication et l éducation des pairs par les pairs avec la production d émissions thématiques radiophoniques, le projet a développé des supports modernes grâce à l utilisation de l ordinateur et du téléphone portable. L utilisation optimale de ces supports a été inspirée par le transfert des bonnes pratiques issues de l expérience «Learning About Living» de One World UK et

6 III. Promoteur et partenaires du Projet 06 Le couronnement du projet «Apprendre à Vivre au Sénégal» résulte de l expérience du promoteur «One World UK», c'est-à-dire de sa capacité à dupliquer l expérience principes de l expérience, de la légitimité et de l expertise. Le projet s est structuré sur cinq (05) éléments de base: Structure du programme Maitrise contexte local(analyse de la situation) le cadre de référence ou la source d inspiration, caractérisé par l expérience capitalisée par One World UK, grâce à son projet «Learning About Living» développé au la situation de référence résulte de l analyse de la situation, effectuée par One World relatifs à une prise en charge plus adéquate de la santé sexuelle et reproductive des Secteur privés (expertise) Cadre de référence Exp.L.A.L. Acteur Sociaux les partenaires sociaux ou principales organisations non gouvernementales, en les partenaires et / ou prestataires privés, sélectionnés en fonction des besoins en pour le développement des outils et supports des différentes composantes du projet. Acteurs institutionnels (légimité)

7 III. Principaux Partenaires du Projet 07 Promoteur : One world UK / BUTTERFLY WORKS Partenaires institutionnels : Division Contrôle Médicale scolaire (D.C.M.S.) Ministére de l éducation ARTP Partenaires privés : Réseau Africain pour l éducaiton santé (R.A.F.S) et PeopleInput équipe installée au Sénégal. Dans le cadre du développement des activités du projet, un comité de pilotage est mis en place ainsi que des groupes thématiques. Dans chaque groupe thématique, les organisations membres participent à la conception, à la validation des supports et à la supervision des processus de réalisation des activi- participatif, privilégiant la concertation et le partage des responsabilités à chaque phase de mise en œuvre des actions. Comme le témoigne Madame MB. de la DCMS «Notre structure a été associée à toutes les étapes de mise en œuvre du projet. Les activités développées sont en cohérence avec les nouvelles orientations et innovations du Ministère de l éducation nationale. Elles s articulent également aux missions assignées à notre division qui a en charge, la coordination des programmes en matière de santé de la reproduction et de lutte contre les violences en milieu scolaire. Ainsi, outre notre implication au niveau national, nous travaillons avec les Inspections d académie (I.A.) et les Inspections Départementales de l Education Nationale (I.D.E.N.) pour la supervision des activités. Privilégiant le respect du principe de non discrimination, l adaptation et l accessibilité des offres du projet à tous les jeunes, les organisations non gouvernementales, co acteurs du processus, se distinguent par leur complémentarité. Le projet a réussi un bon maillage entre les organisations ayant un ancrage dans les établissements d éducation du système formel et celles développant des programmes alternatifs au niveau du non formel. Ainsi, du côté des organisations comme le Groupe pour l Etude et l Enseignement de la Population (GEEP) et FAWE Sénégal, encadrant respectivement les clubs d éducation à la vie famille (E.V.F.), et les Clubs TUSEME, Les Clubs d Excellence, dans les écoles du système formel, d autres structures comme - coiffure de Guediawaye ( et autres espaces communautaires de l association pour le développement de Médina Gounass). Par ailleurs, pour garantir l accréditation des différentes offres du projet, notamment le E-Learning et leur adéquation aux politiques publiques nationales en matière d éducation, un partenariat fécond et fonctionnel est établi avec le Ministère de l éducation à travers la Division du Contrôle Médicale Scolaire. Celui ci a permis au projet de capitaliser les expériences qui ont précédé sa mise en œuvre et de valoriser les compétences techniques et didactiques de personnes ressources averties. Outre la mutualisation de ces acquis, le partenariat institutionnel a constitué également le levier qui a facilité la mobilisation de tous les acteurs en charge des politiques éducatives dans les différentes régions ciblées par le projet. Sur le terrain, outre les activités de suivi de l équipe de Coordination, les Inspections d Académie (I.A.) et les Inspec- contributions et observations des acteurs alimentent le processus et aident à la Coordination Technique et aux les différents groupes thématiques à procéder aux A ce dispositif s ajoutent deux partenaires privés : d appui technique dans la conception de la plateforme E-Learning et de partenaire associatif actif, ayant facilité l usage du réseau de radios communautaires dans le cadre de la mise en œuvre des émissions prévues par le programme. décline en trois temps : Sécuriser et rendre performant le système de traitement SMS Gatantir la qualité du partenariat entre One world et les opérateurs téléphoniques Accompagné le projet pour la pérennisation de ses actions

8 III. Vue sur les principaux partenaires 08 acteurs pour des réponses durables sur questions sociales de dimension internationale. Dans l exercice de ses missions, l organisation développe une pluralité d approche, en fonction des domaines d activités et des sujets de préoccupations, suivant une logique multidisciplinaire. OneWorld UK (OWUK) est une organisation internationale, non gouvernementale basée à Londres engagée dans la promotion des technologies de l information et de la communication au service du développement. Depuis 2011, pour le renforcement et la consolidation de la légitimité de ses actions, OneWorld UK est accréditée à intervenir au Sénégal. Cette consécration offre à l organisation de nouvelles opportunités pour la décentralisation, Apprendre AVivre / Sénégal ou «InfoAdo» dont la mise en œuvre a commencé en janvier Les différentes composantes de ce projet participent à la promotion de la santé de la reproduction et à la prévention du VIH SIDA à des adolescent(e)s et des jeunes. Pour ce faire, OneWorld UK et ses partenaires privilégient l utilisation des potentialités des medias et des nouvelles technologies de l information et de la communication pour encourager les jeunes à améliorer Le projet Apprendre A Vivre / Sénégal ou «InfoAdo» s inspire de l expérience du projet Learning About Living (LaL) développé par le consortium OneWorld Contacts pour des infos complémentaires : BP : Grand Yoff développement du programme «Learning about Living LaL», basé principalement sur la vie familiale et le curriculum d éducation sur le VIH / SIDA. Cette expérience est la principale source d inspiration du Programme Apprendre à Vivre au Sénégal. qui a signé en 1972 un accord de siège avec le gouvernement de la République du Sénégal. Depuis 1975, date de sa création, l organisation jouit d une autonomie juridique qui lui permet d entreprendre des programmes et de développer des partenariats. équitablement et gérées dans l'intérêt des générations présentes et futures. Ainsi, elle se donne comme mission principale la lutte contre la pauvreté, comprise dans ses dimensions économiques, sociales, politiques, culturelles et symboliques, et les mécanismes de sa production. Dans le cadre du projet, outre la participation à l orientation stratégique et à la réalisation des actions retenues, l organisation abritent le serveur central, l équipe des télé conseillers et offre une assistance technique dans le domaine de la maintenance informatique. Contacts pour des infos complémentaires :

9 III. Vue sur les principaux partenaires 09 Intermondes est une organisation non gouvernementale qui s est progres- - d un mouvement social, à l échelle nationale et internationale, porteur d alternatives durables à la pauvreté économique, sociale et politique. A cet effet, elle milite pour une société plurielle, solidaire et intégratrice fondée sur la citoyenneté et l équité. Dans le cadre de la réalisation de ses missions, Intermondes appuie et accompagne les initiatives à la base dans les domaines de la santé, de l éducation, de la promotion des droits humains et de la citoyenneté et œuvre pour la Ainsi, s agissant de la prévention du VIH / SIDA, l organisation développe plusieurs projets pour la promotion de la santé sexuelle et reproductive dans les espaces éducatifs, le renforcement de capacités des acteurs communautaires et la collaboration entre structures de dépistage et de prise en charge. C est dans ce cadre que s inscrit le partenariat avec Oneworld pour la vulgarisation de «Infoado» dans les établissements d éducation spécialisée de la Contacts pour des infos complémentaires : E. mail : Le Groupe pour l Étude et l Enseignement de la Population est une organisation non gouver- Depuis 1994, l organisation développe des programmes et projets pour favoriser l accès des adolescentes et adolescents à des informations justes et de qualité pour des prises de décisions responsables. En 2011, le GEEP a créé plus de 450 clubs Education à la Vie Familiale (EVF) au sein des établissements scolaires, aux cycles moyen et secondaire, répartis dans les 45 départements du pays. Ces clubs constituent des cadres d émulation, de créativité, de responsabilisation et de valorisation de l expression des jeunes sur toutes les questions relatives à leur santé reproductive et sexuelle. Entre autre activités, les clubs EVF développent des activités intra et extra scolaires pour journées de convergence, camps de vacances. Dans la première phase du projet, outre la mutualisation de son expérience relative au réalisa- Contacts pour des infos complémentaires : L organisation a comme principale mission de susciter des attitudes positives au sein des communautés et de soutenir les politiques et pratiques en matière d éducation et de protec- Dans le cadre du projet, FAWE a participé à toutes les étapes du processus, de conception et de mise en œuvre des actions. Aussi, elle a signé un protocole de partenariat avec One World UK pour la supervision des activités déroulées dans quatre (04) établissements de la région de Ziguinchor. Contacts pour des infos complémentaires :

10 III. Vue sur les principaux partenaires 10 La Division Contrôle Médical et Scolaire (DCMS) est un service du Ministère de l Education. Elle est créée avant les indépendances par l arrêté n 3521 S.S.M. du 07 octobre 1942 sous le non d inspection médicale des écoles. La division mène plusieurs actions parmi lesquelles celles relatives à la promotion de la santé de la reproduction des adolescent(e)s et jeunes et la lutte contre les violences en milieu scolaire. Dans le cadre du Projet Apprendre A Vivre / Sénégal ou «InfoAdo», en plus de conception des différents supports et veille à son articulation aux politiques existantes en la matière. A cet effet, la mise à disposition du curriculum d animation du Ministère de la santé «Grandir en harmonie», dont l approche est centrée sur l éducation des pairs par les pairs, offrait aux acteurs une autre source d inspiration. Bien que n étant pas un acteur de mise en œuvre, la DCMS intervient pour la supervision pédagogique des activités développées à travers le E-Learning Contacts pour des infos complémentaires : Le Réseau Africain pour l Education et la Santé (R.A.E.S.) est une organisation non gouvernementale, spécialisé dans la promotion des Technologies de l Information et de la Communication (TIC) pour renforcer les secteurs de la Santé, de l Éducation et de la Citoyenneté en Afrique de l Ouest. Le R.A.E.S. développe plusieurs actions participant au renforcement des compétences numériques des partenaires publics et privés, à l utilisation de l internet pour faciliter la mise en œuvre des programmes de développement, à l essor d approches innovantes permettant d éduquer en divertissant grâce au partage d informations et au renforcement de la synergie des acteurs de la santé en Afrique de l Ouest, à l utilisation des médias pour sensibiliser, au déploiement de solutions mobiles. Sur la base des attentes des acteurs «InfoAdo», le R.A.E.S. a été engagé pour faciliter le transfert S agissant de la composante radio du projet, le R.A.E.S. participe, en qualité d acteur associatif, à l enregistrement d émissions radios et leur diffusion par le réseau de radios communautaires. Contacts pour des infos complémentaires : Aussi, elle constitue pour chaque acteur une opportunité d enrichissement mutuelle. De ce fait, en fonction de la posture de chaque acteur, les interactions positives favorisées ont permis aux acteurs de développer des supports consensuels. C est une société anonyme créée en Fournisseur leader dans le développement du web service, People Input intervient dans d autres pays de la sous Outre l accompagnement de Oneworld pour assurer un équilibre dans le cadre du partenariat établi avec les opérateurs téléphoniques, People InPut concourt également à l assurance - qualité du dispositif de traitement des demandes en information par les plateformes du projet. De même, le dispositif de Management participatif privilégié dans la coordination du projet a facilité l appropriation collective des processus de développement de ses différentes composantes, des outils, des supports, des modalités de sa réalisation et de coordination. Par ailleurs, pour la consolidation des acquis de ce partenariat et le renforcement de la collaboration, dans le cadre des orientations prospectives, le projet devrait établir des critères d évalu- organisation. Cette démarche, faciliterait la responsabilisation d une organisation dans une région donnée et renforcerait la viabilité de ses actions. Contacts pour des infos complémentaires : Mobilepro Africa mettre l adresse : Liberté VI extension, immeuble Soda Marième, Bat A

11 IV. Présentation des différentes composantes du Projet CLICKINFOADO ou la composante E-Learning pour la promotion de l enseignement de la S.R. à l école Le projet développe des actions suivant trois (03) axes programmatiques : le E-Learning pour la promotion de l enseignement de la santé de la reproduction à l école ou dans les centres d apprentissage, le service mobile et les émissions radios. Pour chaque composante, un intérêt particulier sera accordé aux étapes de son développement, les offres proposées aux usagers, les principaux résultats, les témoignages des acteurs et les enseignements tirés. Toutefois, il existe des étapes préliminaires, transversales à toutes les composantes. Parmi celles ci, l atelier sous régional sur les pratiques innovantes en matière d éducation tenu en 2007 Abuja a été une grande opportunité pour le partage de l expéri- le caractère innovant de ce projet et de manifester un intérêt particulier à la duplication d une telle expérience au Sénégal. Pour ce faire, les échanges et le plaidoyer ont - étude de faisabilité qui a permis de formuler le projet. Cette dernière activité constitue la situation de référence du projet et a permis d iden- priorités du projet, un choix pertinent des acteurs porteurs d initiatives et une orientation adéquate du modèle d action à promouvoir. Ainsi, l option du projet de travailler sur des contenus élaborés en adéquation aux politiques publiques en vigueur, d utiliser nouvelles technologies d information et de communication à la portée des adolescent(e)s, et jeunes, de développer une communication de masse avec l usage des radios communautaires, se présente comme approche majeure de co-responsabilisation et de promotion du principe de la participation. C est l une des principales composantes du projet. Outre sa portée éducative et sociale, les outils et supports développés ont été un apport didactique important au sous forme de DVD, l innovation majeure du programme réside en la primauté accordée au principe de la démocratisation de l information et de l autonomisation des usagers dans les choix pédagogiques. Le dispositif développé dans le cadre de ce projet s articule bien aux nouveaux paradigmes de l enseignement/apprentissage privilégiant une démarche centrée sur le développement de compétences de vie chez l enseigné/apprenant. Les témoignages et/ou perceptions des usagers constituent des illustrations importantes malgré les limites constatées dans le nivellement des contenus et l accès à l outil informatique dans certaines localités. plateforme, un groupe thématique elearning est mis en place et se réunit une fois par mois.

12 IV Les différentes phases de développement de la composante Elearning 12 Cinq (05) étapes ont été déterminantes dans ce processus : Capitalisation et extension du projet Elle constitue une opportunité pour les acteurs et leur permet de mieux apprécier les réalisations des différentes composantes du projet, les effets et changements induits chez les usagers, pour l extension des actions du projet. Formation des enseignants et pairs éducateurs ont la charge d assurer la démultiplication de la formation au niveau des établissements sélectionnés. Les sessions sont destinées à la fois aux enseignants et aux pairs Educateurs. Développement des scenarios de la 2ème phase portant sur 13 autres leçons Suite à la mise en expérimentation et à l évaluation des cinq (05) premières leçons dans 10 établissements pilotes, suivant les mêmes procédés que lors de la première phase, le Groupe Thématique et le RAES ont contribué à la production de 13 autres leçons pour élargir les offres du projet. Evaluation des résultats de la première phase du projet Cette activité a été très déterminante dans la mise en œuvre du projet. Elle a permis aux remédier aux manquements constatés. Formation des enseignants et des pairs éducateurs un manuel est conçu à l attention des enseignants et des pairs éducateurs. Des sessions de formation sont organisées par la coordination nationale du projet et en collaboration avec les Le Développement des scenarios de la 1ère phase portant sur 05 leçons tests Pour chaque leçon, le processus consiste en l organisation d un atelier d écriture des scénarios en français, la validation des contenus par les membres du groupe thématique et le partenaire Contractualisation avec le R.A.E.S. orientations et des exigences du groupe E-Learning, le R.A.E.S. a la charge de développer les scénarios et les supports numériques des différentes leçons avec la participation des jeuness. Constitution du groupe thématique E Learning Le groupe thématique E-Learning a été conçu sur la base des domaines de compétences des acteurs et leur volonté de travailler ensemble. Grâce à la mutualisation des ressources et à des

13 IV Les offres du projet, les principaux résultats et la perception des acteurs 13 Principaux résultats CLICKINFOADO Principale offre de CLICKINFOADO Six (6) thématiques regroupant dix huit (18) leçons : INTRODUCTION (Introduction en SR - Les étapes de la vie) VALEURS (Genre, Identité, Valeurs, Pratiques culturelles et traditions) RELATIONS (Relations avec les pairs, relations avec les adultes, abus et violences, sexualité) CORPS (le Corps, puberté, santé) REPRODUCTION (Reproduction, grossesse, planification familiale) VIH/SIDA (Vih/Sida, IST) Les leçons sont disponibles en ligne, en DVD et regroupées sous forme de manuel de l enseignant. Pour l utilisation de chaque support, les usagers disposent d infos nécessaires sur le mode d utilisation et la méthode d enseignement. Chaque support est présent dans un style très simple et interactif, associant un épisode de mise en situation, des discussions, des jeux de rôle, des exercices de créativité et des synthèses. 10 établissements moyen et secondaire, élèves dont filles, 166 enseignants et 89 pairs éducateurs ont accès à un enseignement - apprentissage, suivant une approche pédagogique innovante en matière de S.R. Une approche interdisciplinaire et pédagogique favorisant des interactions positives entre les différents acteurs dans un espace éducatif, un décloisonnement des acteurs et une autonomisation de l apprenant. Les adolescentes, adolescents et jeunes, bénéficiaires du projet, ont accès à des informations de qualité et sont plus conscients des questions relatives à leur santé sexuelle et reproductive. Une responsabilisation plus accrue des pairs éducateurs, avec le développement d activités de sensibilisation intra et extra scolaires en vue de mettre à la disposition de leurs pairs des informations de qualité sur leur santé sexuelle et reproductive, les pratiques traditionnelles néfastes comme l excision et les mariages précoces et les attitudes positives à encourager. TEMOIGNAGES Je m appelle A.R.B. Professeur de S.V.T. Zg. Je suis très satisfait des contenus du programme E-Learning. Ils facilitent l enseignement apprentissage, surtout chez les plus jeunes. Le langage est accessible. Avec la plateforme, nos ressources pédagogiques sont renforcées. ; Je suis élève au Lycée J.F.K. D après ce que je viens d étudier avec le E- Learning, je m engage à ne jamais avorter, à espacer mes grossesses, à satisfaire mon époux dans notre vie sexuelle et à mieux sensibiliser les gens, surtout les analphabètes, sur les dangers auxquels on peut être exposés à l adolescence.

14 IV Enseignements tirés 14 L analyse des données issues des différents entretiens avec les acteurs de la composante permet de retenir les enseignements ci-après : 1. selon l acception des différents acteurs, les produits de la composante E-Learning résultent d une démarche participative. Il s agit d une co-construction, associant les modalités pédagogiques relatives à l enseignement de la santé de la reproduction, la valorisation des productions sur le sujet et des compétences de vie, la prise en compte des spécificités du contexte de l action et des ressources mobilisables chez chaque acteur ; 2. le caractère interactif des supports, privilégiant l autonomie de l usager, avec la possibilité d accéder à des jeux et des exercices, ayant à la fois une finalité pédagogique et sociale, met les adolescentes, adolescents et jeunes au centre des processus d apprentissage et de prise de décision sur les questions relatives à leur santé sexuelle et reproductive ; 3. la diversité des supports (DVD, version papier intitulée manuel des enseignants et la mise en ligne des différentes leçons) offre aux différents acteurs, quelque soit leur contexte d intervention, une possibilité d accéder aux contenus des leçons ; 4. le caractère interdisciplinaire de la plateforme participe à l amélioration de la collaboration des interactions entre les professeurs de S.V.T., les professeurs d économie familiale et sociale, les professeurs d histoire et de géographie l engagement des pairs éducateurs dans le développement d activités extra scolaires pour informer leurs pairs sur les sujets relatifs à la santé de la Reproduction offre au projet une opportunité d élargissement de ses services aux communautés ; 6. pour la plupart des usagers de la plate forme click info ado, l accès aux informations disponibles participe au développement de compétences de base pour leur propre devenir et l éducation de leur futurs enfants ; 7. la prise de conscience découlant de l exploitation des informations de la plateforme chez les jeunes peut, dans certains cas, susciter la nécessité de se confier à un tiers sur des préoccupations personnelles, à cet effet, nombreux sont les acteurs qui ont déploré l inexistence de services sociaux scolaires.

15 IV. Présentation des différentes composantes du Projet BIPINFOADO ou la composante Mobile Il s agit d une première expérience nationale qui offre aux jeunes la possibilité de poser gratuitement, en toute confidentialité et anonymat par SMS des questions à des télés conseillers, sur des sujets relatifs à la santé sexuelle et reproductive. Différentes phases ont ponctué sa mise en place.

16 IV BIPINFOADO ou la composante Mobile 16 Capitalisation et extension du projet La plateforme est très utilisée par les adolescentes, adolescents et jeunes. L usage du téléphone portable semble être un moyen accessible et personnalisé pouvant permettre à chaque usager d accéder aux informations souhaitées. Cependant, le suivi et la prise en charge effective des usagers en détresse restent une préoccupation majeure des acteurs. Mise en place d un dispositif de suivi et de contrôle Pour garantir la qualité des services de la plateforme, outre la désignation d un superviseur et d un responsable de la maintenance du parc informatique, le projet dispose de 03 pers. ressources (gynécologue, médecin et sociologue). Tous les 03 mois, des rencontres sont organisées pour apprécier la qualité des réponses et les besoins en renforcement. Lancement du service Outre la mise en place de la plateforme, le projet a lancé une grande campagne de communi- Recrutement et Formation des Télés conseillers souhaités pour assurer une gestion optimale de la plateforme, un processus ouvert, de tures ont été reçus. Outre la mise en situation du premier groupe retenu, d autres critères ont été déterminant dans le processus de sélection : niveau d instruction, âge, comportement, connaissance de l outil informatique, capacité à communiquer, écoute, capacité à établir une Conception de la Plateforme pour la conception de la plateforme et la formation des Télés conseillers. Acquisition d un Numéro court et gratuit avec l A.R.T.P. Avec l appui institutionnel du Ministère de l éducation, les démarches effectuées auprès de abouti à l acquisition d un numéro court (21000) et à la signature de conventions de partenariat. de la qualité du système à People InPut. Mise en place du Groupe thématique MOBILE C est une activité transversale qui concerne tous les partenaires impliqués dans la mise en œuvre du projet. En plus des Représentants des différentes organisations, le projet a pris l attache d autres spécialistes en santé de la reproduction en vue d une amélioration constante de la qualité des réponses et du niveau de satisfaction des usagers.

17 IV Offres de la plateforme - Principaux résultats et Perception des acteurs 17 Nombres Recus par AN 310 sms Principaux résultats BIPINFOADO sms sms Principale offre de BIPINFOADO Une plateforme avec des possibilités d envoi gratuit de SMS et de réception de réponses dans le respect du principe de la confidentialité. Une équipe de Téléconseillers disponible et motivée. Une assurance qualité des réponses avec un dispositif de suivi trimestriel. Obtention gratuite d un numéro court avec l autorisation de l A.R.T.P. et signature de deux conventions de partenariat avec les premiers opérateurs en téléphonie mobile au Sénégal : ORANGE et TIGO à SMS sont envoyés par jour en temps normal et à SMS pendant les périodes de rushes où le projet développe plus d activités de sensibilisation. Les adolescent(e)s et jeunes, ont accès, à temps réel, à des informations de qualité sur les questions relatives à leur santé sexuelle et reproductive. Une prise de conscience plus accrue des adolescentes, adolescents et jeunes sur les questions relatives à leur santé sexuelle, les comportements à risques, les attitudes positives et les pratiques traditionnelles néfaste comme l excision, les mariages précoces, les violences familiales TEMOIGNAGES Au regard de la vulnérabilité des adolescentes, adolescents et jeune, le projet offre des services sur des thématiques pertinentes et permet à chaque usager d accéder gratuitement à des informations de qualité dans des délais acceptables afin de mieux préparer son avenir. J ai 24 ans (R. Dakar), j utilise la plateforme mobile du projet info ado. C est une opportunité qui me permet d avoir des connaissances sur des sujets tabous et des questions personnelles. Malgré les lenteurs constatées dans le traitement de mes demandes, les réponses qui me parviennent sont satisfaisantes à 80%. Grâce aux réponses, je connais mieux certaines réactions de mon corps. Pourcentage des SMS reçus par Région 6% Pourcentage par sexe Pourcentage par Tranche d âge 3% 3% 3% 4% 5% 10% 13% 20% 2% 1% 1% 2% 1% 29,50% 11% 11% 70,50% 56% 48% Dakar Thies Ziguinchor Saint- Louis Kolda Kaolack Diourbel Sédhiou Louga Kédougou Tambacounda Matam Filles Garçons ans

18 IV Enseignements tirés 18 Au terme des échanges avec les différents acteurs et usagers, les enseignements ci-après permettent de consolider les acquis du projet et d améliorer les limites identifiées dans le cadre de la mise en œuvre de la plateforme mobile. 1. Avec la tarification à 20 F CFA le SMS par Orange, payé par le promoteur Oneworld et un effectif de 07 Télé Conseillers d une capacité maximale de traitement de 180 SMS par jour, le projet a diversifié ses sources de provisions et renforcer le dispositif en place ; 2. Les retards constatés dans le traitement des demandes peuvent impacter sur la motivation des usagers et la prévention de nombreuses situations pouvant les exposer à des risques réels. 3. Pour garantir de façon constante des services de qualité, outre la supervision des Télés Conseillés et le recourt aux services d une équipe pluridisciplinaire avec des prestations ponctuelles tous les trois mois, l actualisation régulière de leurs connaissances constitue une alternative pertinente pour accroître le rythme de traitement des demandes et la fiabilité des réponses. 4. La codification des relations de collaboration avec d autres structures de prestation de services ou d accompagnement des adolescent(e)s et jeunes renforcerait la crédibilité des orientations et l évaluation des effets induits par les réponses mises à la disposition des usagers. 5. Comme l affirment les Télés Conseillers, l impact des formations reçues et des expériences capitalisées suite au traitement quotidien des demandes des usagers s apprécie d abord dans leur changement au niveau personnel et relationnel sur le plan familial et social.

19 IV RADIOINFOADO ou la Composante radio 19 C est un volet important du projet. Avec l appui technique de l unité de production du Réseau Africain pour l Education et la Santé (RAES), la dynamique impulsée est centrée sur la responsabilisation et l accompagnement des jeunes pour l éclosion de leurs talents par le biais de la méthode «sunukadu». Sur la base des orientations du projet, 15 émissions ont été produites sur des thématiques comme le VIH / SIDA et les IST, les grossesses précoces, l estime de soi, la planification familiale, la menstruation, la maternité sans risques?

20 IV Différentes étapes pour le développement de l offre 20 Capitalisation et extension de l offre Le partenariat avec les radios communautaires à permis au projet de développer une communication de proximité avec la valorisation des talents des jeunes. de jeunes et d étendre son audience surtout dans les zones rurales. Diffusion des émissions La diffusion des émissions se fait sur le réseau des quatorze (14) radios communautaires engagées dans le processus via l Union des Radios Associatives Communautaires. En plus des mieux faciliter la communication des pairs par les pairs. Enregistrement des émissions Sur la base des thématiques retenues, les émissions sont réalisées et montées avec l appui technique de l unité audio visuel du R.A.E.S. et l assistance des encadreurs. Une attention particulière est accordée à la sécurité des enfants. Formation des jeunes Selon le modèle proposé par le R.A.E.S., dis sept (17) compétences sont nécessaires pour faire la communication. Sur cette base, les jeunes sélectionnés ont reçu une formation de base de compétences nécessaires en communication et en rédaction. Choix des jeunes et ciblage des personnes ressources Sur la base des attentes des acteurs, 25 jeunes sont sélectionnés pour la constitution de 05 groupes, à raison de 05 membres par groupe. Chaque groupe avait en charge la réalisation de 05 émissions. Le principe est centré sur la valorisation des talents et l établissement de contacts permanent avec les parents du jeune. Orientation de la demande Le choix méthodologique du R.A.E.S. pour le développement des activités de cette composante est d appliquer la méthode «sabido» / Sunu Kadu, c'est-à-dire l éducation par le divertissement. Le travail est centré sur le développement des aptitudes des jeunes.

2012-2016 4+4 4+4 2012-2016. Stratégie du Pôle Social. Stratégie du Pôle Social

2012-2016 4+4 4+4 2012-2016. Stratégie du Pôle Social. Stratégie du Pôle Social 2012-2016 Stratégie du Pôle Social 4+4 4+4 Stratégie du Pôle Social 2012-2016 »YɪàL G Ö dg á«é«jgî SG 4+4 2012-2016 Introduction Notre pays entre dans une nouvelle phase de construction d un projet national

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement enracinées dans le contexte

Plus en détail

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Déclaration finale de la Réunion mondiale sur l EPT 2014 Accord de Mascate Préambule 1. Nous, ministres, chefs de délégations,

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

Un outil de communication et de Formation Agricole au service des jeunes ruraux

Un outil de communication et de Formation Agricole au service des jeunes ruraux Un outil de communication et de Formation Agricole au service des jeunes ruraux Tablette Verte Plan Contexte Présentation de la Tablette Verte Objectifs Consistance Avantages Contexte Une forte affluence

Plus en détail

Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM)

Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM) Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM) FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PN-PTFM I. INFORMATIONS

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

Appel à communications

Appel à communications Appel à communications 7 ème Conférence Africaine sur la Population JOHANNESBURG AFRIQUE DU SUD, 30 NOV. 4 DEC. 2015 DIVIDENDE DEMOGRAPHIQUE EN AFRIQUE: PERSPECTIVES, OPPORTUNITES ET DEFIS CONTEXTE Organisée

Plus en détail

Décisions présidentielles relatives à l enseignement supérieur et à la recherche

Décisions présidentielles relatives à l enseignement supérieur et à la recherche Décisions présidentielles relatives à l enseignement supérieur et à la recherche D1 Réorienter le système d enseignement supérieur vers les sciences, la technologie, les formations professionnelles courtes

Plus en détail

CONFERENCE INTERNATIONALE AU CIEP, Paris / FRANCE. Thème : Réussir l Education en Afrique : l enjeu des langues. 27 28 mars 2014

CONFERENCE INTERNATIONALE AU CIEP, Paris / FRANCE. Thème : Réussir l Education en Afrique : l enjeu des langues. 27 28 mars 2014 CONFERENCE INTERNATIONALE AU CIEP, Paris / FRANCE Thème : Réussir l Education en Afrique : l enjeu des langues 27 28 mars 2014 Communication de Jacques KI Secrétaire général de la CONFEMEN Thématique :

Plus en détail

Un Pass santé contraception. pour les jeunes francilien-ne-s

Un Pass santé contraception. pour les jeunes francilien-ne-s Un Pass santé contraception pour les jeunes francilien-ne-s Mardi 26 avril 2011 Lycée Elisa Lemonnier Contacts Presse Emmanuel Georges-Picot 01.53.85.57.33 emmanuel.georges-picot@iledefrance.fr Véronique

Plus en détail

Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie et des Finances Québec, Septembre 2008

Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie et des Finances Québec, Septembre 2008 Le Budget Genre au Maroc, une perspective stratégique pour l égalité des sexes et l habilitation des femmes Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie

Plus en détail

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO concernant le suivi de la mise en œuvre des engagements de CONFINTEA VI Le 19 janvier 2012 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne

Plus en détail

...... en quelques mots 1

...... en quelques mots 1 ... en quelques mots 1 Un nouveau Projet d'entreprise pourquoi faire? Le Projet d'entreprise 2006-2009 a porté l ambition de faire de l Assurance Maladie un assureur solidaire en santé reconnu en tant

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie 1 Le cap fixé : - le projet académique 2011-2015 - et sa lecture par et pour l action des médecins et infirmier(e)s de l E.N Deux postulats : Le

Plus en détail

Adapté avec la permission du Ministère de l Éducation, Nouveau Brunswick

Adapté avec la permission du Ministère de l Éducation, Nouveau Brunswick Adapté avec la permission du Ministère de l Éducation, Nouveau Brunswick SONDAGE SUR L ATTITUDE DES PARENTS ENVERS L ÉDUCATION EN MATIÈRE DE SANTÉ SEXUELLE Nota : Vous pouvez transmettre ce sondage de

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Élaboré par la Direction de la qualité, de la mission universitaire et de la pratique multidisciplinaire Approuvé par le Comité de

Plus en détail

PASSAGE. Projet d'approche Solidaire en SAnté GEnésique

PASSAGE. Projet d'approche Solidaire en SAnté GEnésique PASSAGE Projet d'approche Solidaire en SAnté GEnésique EuropeAid/120804/C/G/Multi Rapport global des activités des clubs santé des lycées et collèges de Maroua. Année académique 2007-2008 Cameroun Septembre

Plus en détail

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal Plus de 500 délégués venant de 44 pays africains et

Plus en détail

Plateforme électorale Ecolo Elections communales du 14 octobre 2012

Plateforme électorale Ecolo Elections communales du 14 octobre 2012 Plateforme électorale Ecolo Elections communales du 14 octobre 2012 Fiche 10 ENSEIGNEMENT Faire de nos écoles des lieux d apprentissage, de métissage, d ouverture et d émancipation, en favorisant le mieux-vivre

Plus en détail

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DEES * DOSSIER DE PRÉSENTATION *Certification Professionnelle Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale Niveau I -enregistré au RNCP

Plus en détail

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France DIRECTION GÉNÉRALE DES RESSOURCES HUMAINES PARIS, LE 25 JANVIER 2010 DIRECTION DES RELATIONS SOCIALES Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France Dans le cadre de sa responsabilité

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

EXPÉRIENCES DE TRAVAIL D ASSOAL AVEC L ADMINISTRATION : COGESTION DE LA STRATEGIE NATIONALE DE FINANCEMENT DU LOGEMENT SOCIAL (Cameroun)

EXPÉRIENCES DE TRAVAIL D ASSOAL AVEC L ADMINISTRATION : COGESTION DE LA STRATEGIE NATIONALE DE FINANCEMENT DU LOGEMENT SOCIAL (Cameroun) EXPÉRIENCES DE TRAVAIL D ASSOAL AVEC L ADMINISTRATION : COGESTION DE LA STRATEGIE NATIONALE DE FINANCEMENT DU LOGEMENT SOCIAL (Cameroun) Présentation: Achille Ndaimai Atelier International sur les Droits

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

TABLEAU RECAPITULATIF DES PROJETS DU CESC AU LYCEE FLAUBERT ANNEE 2014-2015 A X E 1 - Lutte contre l'exclusion agir pour la réussite des élèves

TABLEAU RECAPITULATIF DES PROJETS DU CESC AU LYCEE FLAUBERT ANNEE 2014-2015 A X E 1 - Lutte contre l'exclusion agir pour la réussite des élèves TABLEAU RECAPITULATIF DES PROJETS DU CESC AU LYCEE FLAUBERT ANNEE 2014-2015 A X E 1 - Lutte contre l'exclusion agir pour la réussite des élèves Réussite des élèves contribuer à améliorer la réussite des

Plus en détail

MEMORANDUM POSITIONNEMENT DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE SENEGALAISE SUR LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE

MEMORANDUM POSITIONNEMENT DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE SENEGALAISE SUR LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE MEMORANDUM MEMORANDUM POSITIONNEMENT DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE SENEGALAISE SUR LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE Novembre 2013 1. CONTEXTE DU MEMORANDUM Le Sénégal, à l image des pays de la

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

Les jeunes non mariés

Les jeunes non mariés Les jeunes non mariés et les grossesses non désirées Introduction Il est important de veiller à ce que les jeunes non mariés disposent d informations et de services de contraception. Les grossesses non

Plus en détail

Newsletter du Pôle. Les activités du dernier trimestre. Septembre 2014 N 2. Le Pôle, petit rappel page 2. Les formations du dernier trimestre page 4

Newsletter du Pôle. Les activités du dernier trimestre. Septembre 2014 N 2. Le Pôle, petit rappel page 2. Les formations du dernier trimestre page 4 Newsletter du Pôle Le Pôle, petit rappel page 2 Les formations du dernier trimestre page 4 Un accompagnement méthodologique page 6 Les activités du dernier trimestre Les activités documentaires page 7

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte

Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte Dossier de synthèse documentaire et bibliographique Réactualisation - novembre 2011 Marseille : 18, rue Stanislas Torrents 13006 Marseille Tél. :

Plus en détail

A SEARCH FOR FAME : INITIATIVES POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRE DURABLE IDID : A LA RECHERCHE D UNE NOTORIÉTÉ : LE CHEMIN DE L ONG IDID AU BÉNIN

A SEARCH FOR FAME : INITIATIVES POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRE DURABLE IDID : A LA RECHERCHE D UNE NOTORIÉTÉ : LE CHEMIN DE L ONG IDID AU BÉNIN A SEARCH FOR FAME : INITIATIVES POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRE DURABLE IDID : A LA RECHERCHE D UNE NOTORIÉTÉ : LE CHEMIN DE L ONG IDID AU BÉNIN Introduction Initiatives pour un Développement Intégré Durable

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes :

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes : Le questionnaire ci dessous a pour objectif de faire le point sur le RESSOL, sur notre dernière action à savoir le mois de l Economie Sociale et Solidaire et sur nos pistes d évolution. Ce questionnaire

Plus en détail

GDR des CPE sous la direction de Nathalie Szoc LIVRET DE FORMATION ET DE COMPETENCE CPE

GDR des CPE sous la direction de Nathalie Szoc LIVRET DE FORMATION ET DE COMPETENCE CPE GDR des CPE sous la direction de Nathalie Szoc LIVRET DE FORMATION ET DE COMPETENCE CPE Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Référentiel des compétences professionnelles

Plus en détail

Protocole. [anonyme et gratuit] Avec la Région, on en parle, on agit.

Protocole. [anonyme et gratuit] Avec la Région, on en parle, on agit. Protocole [anonyme et gratuit] Avec la Région, on en parle, on agit. 1. 2. Descriptif du dispositif Le contexte... p. 4 Les objectifs... p. 5 Les bénéficiaires... p. 5 Le chéquier et les coupons... p.

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Hôtel Teranga, Saly, Sénégal, du 18-19 Octobre 2011 Note de cadrage Contexte et justification L importance que revêt

Plus en détail

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre inégalité Note de Synthèse Protection sociale pour les Enfants Réduction de la pauvreté q protection sociale Février 2009 exclusion sociale Politiques Sociales atteindre les OMD sécurité stratégies politiques

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant)

LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant) LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant) Ce document a pour objectif d harmoniser le mandat et le cadre d action des RECOPE ; d orienter et harmoniser l approche des ONG

Plus en détail

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 La CONFEMEN a adhéré à l initiative «l Éducation avant tout» du Secrétaire général

Plus en détail

Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents

Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents Le tableau suivant est destiné à donner un aperçu des principales actions à entreprendre pour répondre aux besoins

Plus en détail

GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES

GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES REPUBLIQUE DU BENIN MINISTERE DE LA DECENTRALISATION, DE LA GOUVERNANCE LOCALE, DE L ADMINISTRATION ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES Elaboré par la Direction Générale

Plus en détail

pas de santé sans ressources humaines

pas de santé sans ressources humaines Résumé Une vérité universelle : pas de santé sans ressources humaines + alliance mondiale pour les personnels de santé Résumé Objectif Le présent rapport est destiné à éclairer les débats du troisième

Plus en détail

Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement

Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement Agence de Développement Social Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement SOMMAIRE 1. vision 2. Mission de l ADS dans le domaine de la Protection de l Environnement,

Plus en détail

Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes :

Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes : Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes : On a souvent considéré la mixité comme un fait acquis, comme si le «vivre ensemble» allait de soi. Et pourtant, les

Plus en détail

PLAN DE COMMUNICATION REGIONAL POUR LA PROMOTION DES FONDS EUROPEENS FEDER, FSE et FEADER EN ILE-DE-FRANCE

PLAN DE COMMUNICATION REGIONAL POUR LA PROMOTION DES FONDS EUROPEENS FEDER, FSE et FEADER EN ILE-DE-FRANCE PLAN DE COMMUNICATION REGIONAL POUR LA PROMOTION DES FONDS EUROPEENS FEDER, FSE et FEADER EN ILE-DE-FRANCE Version du 23 avril 2008 1 Sommaire 1. RAPPEL DU CONTEXTE_ 3 2. PILOTAGE ET PERIMETRE DU PLAN

Plus en détail

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 1 Les partis pris méthodologiques Privilégier la participation active pour une co-production Sont privilégiées les approches et méthodologies

Plus en détail

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES Ont participé à la réalisation de ce document, l Association Nationale des Sages-femmes Cadres,

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture Plan d action de développement durable 2009-2015 Le développement durable, une question de culture Révisé en mars 2013 Note importante Le gouvernement du Québec a autorisé le 29 février 2013 par décret

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

Projet numérique départemental 2012-2013

Projet numérique départemental 2012-2013 Projet numérique départemental 2012-2013 Rappels sur le projet numérique départemental Le projet numérique académique est articulé avec les ambitions du projet académique dont il reprend les objectifs.

Plus en détail

L école doit être redéfinie comme un lieu de vie et d apprentissage

L école doit être redéfinie comme un lieu de vie et d apprentissage Document de base de l'initiative des villes pour la formation quant à la politique de formation L école doit être redéfinie comme un lieu de vie et d apprentissage Impressum Éditeur Initiative des villes

Plus en détail

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse P R O J E T E D U C AT I F Association Espace Jeunesse I N T R O D U C T I O N Ce projet éducatif expose les orientations éducatives de l Association ESPACE JEUNESSE, chargée par la municipalité du Séquestre

Plus en détail

Plan Local de Développement de l Économie Sociale et Solidaire 2011-2015

Plan Local de Développement de l Économie Sociale et Solidaire 2011-2015 Plan Local de Développement de l Économie Sociale et Solidaire 2011-2015 MAI 2011 1 Sommaire 1. Eléments de contexte... 3 1.1 L économie sociale et solidaire à Lille, Lomme et Hellemmes en quelques chiffres..4

Plus en détail

Appel à propositions

Appel à propositions Appel à propositions Dispositif de professionnalisation des acteurs de l accueil, l information, l orientation, l emploi, la formation professionnelle initiale (par la voie de l apprentissage) et la formation

Plus en détail

Ministère de l Education Nationale

Ministère de l Education Nationale Ministère de l Education Nationale BREVETS D ETUDES PROFESSIONNELLES Document d accompagnement des programmes de VIE SOCIALE ET PROFESSIONNELLE - 1 - Direction des lycées et collèges Sous-direction des

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 DÉVELOPPEMENT LOCAL MENÉ PAR LES ACTEURS LOCAUX POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période

Plus en détail

Projet pilote : Création d un tableau de bord 0-5 ans pour Municipalité amie des enfants (MAE)

Projet pilote : Création d un tableau de bord 0-5 ans pour Municipalité amie des enfants (MAE) Projet pilote : Création d un tableau de bord 0-5 ans pour Municipalité amie des enfants (MAE) Réflexion sur les enjeux municipaux et pistes d action en lien avec le dossier de la petite enfance André

Plus en détail

Référentiel de compétences

Référentiel de compétences Version du 13 Mars 2006 Page 1 Titre de Formateur-Responsable d'actions de formation (DUFRES) (Inscrit au Répertoire National des Certifications Professionnelle - niveau II) Référentiel de compétences

Plus en détail

demain Aujourd hui ACDIC A. PRESENTATION DE L ACDIC B. 10 ANS D ACTIONS. Des actes concrets, des effets, des impacts C. DES ACQUIS ET ATOUTS CERTAINS

demain Aujourd hui ACDIC A. PRESENTATION DE L ACDIC B. 10 ANS D ACTIONS. Des actes concrets, des effets, des impacts C. DES ACQUIS ET ATOUTS CERTAINS ACDIC Aujourd hui & demain A. PRESENTATION DE L ACDIC B. 10 ANS D ACTIONS. Des actes concrets, des effets, des impacts C. DES ACQUIS ET ATOUTS CERTAINS D. QUATRE THEMES D ACTIONS PRIORITAIRES E. NOS AMBITIONS

Plus en détail

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS La transversalité des compétences managériales Un parcours sur 3 niveaux pour tous les managers du Groupe selon leur expérience dans la fonction. Cette segmentation a pour objectif de doter les managers

Plus en détail

SUPER GO UN PROGRAMME DE RENFORCEMENT DES JEUNES FILLES

SUPER GO UN PROGRAMME DE RENFORCEMENT DES JEUNES FILLES SUPER GO UN PROGRAMME DE RENFORCEMENT DES CAPACITES DES JEUNES FILLES CONTEXTE DU PROGRAMME SUPER GO Féminisation du VIH : quelques chiffres clés (EIS-2005) 0,4% des filles de 15 à 19 ans sont infectées

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

Projet éducatif vacances enfants et adolescents

Projet éducatif vacances enfants et adolescents Projet éducatif vacances enfants et adolescents SOMMAIRE 1- Présentation du mouvement 2- Valeurs et finalités 3- Nos objectifs 4- Nos orientations éducatives 5- L équipe d encadrement 6- Les activités

Plus en détail

Programme de travail académique des inspecteurs 2009-2010 INSPECTION. novembre 2009. Rectorat 3, boulevard de Lesseps Versailles www.ac-versailles.

Programme de travail académique des inspecteurs 2009-2010 INSPECTION. novembre 2009. Rectorat 3, boulevard de Lesseps Versailles www.ac-versailles. novembre 2009 Programme de travail académique des inspecteurs 2009-2010 Rectorat 3, boulevard de Lesseps Versailles www.ac-versailles.fr INSPECTION COMMUNICATION Sommaire Les finalités du Programme de

Plus en détail

Symposium international

Symposium international Symposium international sur l interculturalisme DIALOGUE QUÉBEC-EUROPE Montréal Du 25 au 27 mai 2011 Interculturalisme et perspectives de l éducation à mieux vivre ensemble Contribution au chapitre 8 :

Plus en détail

Profil du programme. 2 Synapse Center version : 2.0

Profil du programme. 2 Synapse Center version : 2.0 SYNAPSE CENTER CHALLENGE Un programme de création d emplois pour les jeunes Synapse Center/IYF Profil du programme Titre du programme : Challenge Composantes : 1. Renforcement de l employabilité des jeunes

Plus en détail

La problématique des grossesses non-désirées et situation des filles mères en Afrique et dans le monde Projet de rapport

La problématique des grossesses non-désirées et situation des filles mères en Afrique et dans le monde Projet de rapport Document n 16 La problématique des grossesses non-désirées et situation des filles mères en Afrique et dans le monde Projet de rapport Présenté par Mme Mariam Marie Gisèle Guigma/Diasso, députée (Burkina

Plus en détail

LE RENOUVEAU PÉDAGOGIQUE

LE RENOUVEAU PÉDAGOGIQUE LE RENOUVEAU PÉDAGOGIQUE Ce qui définit «le changement» préscolaire primaire secondaire Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2005-05-00511 ISBN 2-550-45274-7 (version

Plus en détail

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis Version 2 : 20 juillet 2012 L expérimentation conduite par l Agence nationale de lutte contre l illettrisme

Plus en détail

RÉSEAU D ACTION PROFESSIONNELLE CSQ

RÉSEAU D ACTION PROFESSIONNELLE CSQ RÉSEAU D ACTION PROFESSIONNELLE CSQ Compte-rendu Réunion du 22 octobre 2008 Cette réunion terminait un processus de 3 ans portant sur les cinq propositions pour une meilleure éducation au Québec. D entrée

Plus en détail

1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS

1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS 1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS Parallèlement aux activités d échange et d organisation des rencontres et du séminaire thématique, nous avons réalisé durant les premières phases

Plus en détail

AVIS A MANIFESTATION D INTERET N S 53/DMP/2012 POUR LE RECRUTEMENT D UN CABINET DE COMMUNICATION POUR LE PEJEDEC

AVIS A MANIFESTATION D INTERET N S 53/DMP/2012 POUR LE RECRUTEMENT D UN CABINET DE COMMUNICATION POUR LE PEJEDEC REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail MINISTERE D ETAT, MINISTERE DE L EMPLOI, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SOLIDARITE PROJET EMPLOI JEUNE ET DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES (PEJEDEC) Financement

Plus en détail

DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES

DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES I. INTRODUCTION Dans le cadre du séminaire d imprégnation des personnels

Plus en détail

EC Gender Help Desk Help Desk pour l égalité des genres de la Commission européenne CÔTE D IVOIRE. Fiche d Information sur le genre

EC Gender Help Desk Help Desk pour l égalité des genres de la Commission européenne CÔTE D IVOIRE. Fiche d Information sur le genre EC Gender Help Desk Help Desk pour l égalité des genres de la Commission européenne CÔTE D IVOIRE Fiche d Information sur le genre Les Fiches d Information sur le genre, rédigés par le Help Desk pour l

Plus en détail

Programme de formation. «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique»

Programme de formation. «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique» Intitulé de la formation Programme de formation «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique» Organisateur Organisme de formation : ARMETI : Email : armetiformations@gmail.com

Plus en détail

CHARTE NATIONALE DE SOLIDARITÉ

CHARTE NATIONALE DE SOLIDARITÉ MINISTERE DE L ACTION SOCIALE BURKINA FASO ET DE LA SOLIDARITE NATIONALE Unité progrès Justice ------------------------------ ----------------------- CHARTE NATIONALE DE SOLIDARITÉ Préambule Nous, personnes

Plus en détail

POLITIQUE INTERCULTURELLE

POLITIQUE INTERCULTURELLE POLITIQUE INTERCULTURELLE Adoptée à la 269 e réunion du conseil d administration du 21 septembre 2009 Politique interculturelle Préambule Le Collège de Maisonneuve évolue dans un contexte interculturel

Plus en détail

Centre d Appel «Tukinge Watoto»

Centre d Appel «Tukinge Watoto» RAPPORT ANNUEL 2014 INTRODUCTION Les violations des droits de l enfant continuent à être régulières dans l ensemble de la République Démocratique du Congo (RDC). L impact des conflits armés sur les enfants

Plus en détail

M2S. Formation Gestion de projet. formation

M2S. Formation Gestion de projet. formation Formation Gestion de projet M2S formation Conduire et gérer un projet Construire et rédiger un chahier des charges de projet Conduite de projet informatiques Découpage et planification de projet Les méthodes

Plus en détail

C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S

C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S P r é a m b u l e Proximité Singularité de la personne Universalité du service De nombreux territoires ruraux et urbains se situent en

Plus en détail

Les programmes des Services éducatifs complémentaires. Juin 2006 R A. Services éducatifs particuliers et complémentaires

Les programmes des Services éducatifs complémentaires. Juin 2006 R A. Services éducatifs particuliers et complémentaires E Les programmes des Services éducatifs complémentaires X Juin 2006 T Services éducatifs particuliers et complémentaires R A OBJECTIF 3.1 Accompagner l élève, de façon continue, dans la construction de

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS

PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS Positionnement en vue de la session spéciale des (22 septembre 2014) 2 1. FACE À UN AVENIR INCERTAIN, LES GOUVERNEMENTS DOIVENT SE REMOBILISER

Plus en détail

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous NOTRE Code d éthique S engager dans le respect de tous Notre Code d éthique S engager dans le respect de tous Le présent code d éthique a été adopté par le conseil d administration du Centre de santé et

Plus en détail

EVALUATION FINALE SEN/024. Programme d Appui à la Mise en Œuvre de la Réforme de l Enseignement technique et Formation professionnelle

EVALUATION FINALE SEN/024. Programme d Appui à la Mise en Œuvre de la Réforme de l Enseignement technique et Formation professionnelle EVALUATION FINALE SEN/024 Programme d Appui à la Mise en Œuvre de la Réforme de l Enseignement technique et Formation professionnelle FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2009. Projet triennal d intervention artistique contre les IST/VIH/SIDA chez les plus plus et jeunes de la ville de bobo et environs

RAPPORT ANNUEL 2009. Projet triennal d intervention artistique contre les IST/VIH/SIDA chez les plus plus et jeunes de la ville de bobo et environs A. PAGE DE COUVERTURE RAPPORT ANNUEL 2009 NOM, ADRESSE ET CONTACT SIDA KA TAA, BP 533 BOBO- DIOULASSO 01 Téléphone : 20 97-74-75 E-mail : sidakataa@hotmail.com sidakataa@yahoo.fr TITRE DU PROJET NUMERO

Plus en détail

LE PROJET. Contexte. Constat des acteurs. Identité du projet

LE PROJET. Contexte. Constat des acteurs. Identité du projet Dossier de présentation 2014-2016 LE PROJET Contexte L'avancée en âge de la population, dû à l'allongement de l'espérance de vie, et l'intégration en milieu ordinaire, nécessitent une évolution des modes

Plus en détail

resultats EVALUATION PLANIFICATION FAMILIALE Plan stratégique national à vision multisectorielle Elaborée en Octobre 2014 Les 6 Sous-Objectifs

resultats EVALUATION PLANIFICATION FAMILIALE Plan stratégique national à vision multisectorielle Elaborée en Octobre 2014 Les 6 Sous-Objectifs EVALUATION EVALUATION DU PLAN DU PLAN DES DES RESULTATS 2014 POUR LA LA MISE MISE EN EN OEUVRE OEUVRE DU PNSPF DU PNSPF 2014-2020 2014-2020 Elaborée en Octobre 2014 Design by Grace NZOLO REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE

Plus en détail

Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité.

Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité. Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité. Sous titre: Projet d appui aux mutuelles de santé et incidence

Plus en détail

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des RH Page 1 Introduction

Plus en détail

L électricité pour plus de 70 000 villageois au Sénégal : Le projet Electrification Rurale SENEGAL (ERSEN)

L électricité pour plus de 70 000 villageois au Sénégal : Le projet Electrification Rurale SENEGAL (ERSEN) L électricité pour plus de 70 000 villageois au Sénégal : Le projet Electrification Rurale SENEGAL (ERSEN) En 2008, plus de 80% des ménages ruraux sénégalais n ont pas accès à l électricité. Dans certaines

Plus en détail