Lycée Professionnel Le Chesnois Bains les Bains

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Lycée Professionnel Le Chesnois Bains les Bains"

Transcription

1 Quelques exemples choisis de conductivité thermique b - La résistance thermique : R La capacité d'un matériau à résister au froid et au chaud est appelée ou R. Cet indicateur exprime la capacité d'un matériau à résister au froid et au chaud. Plus R est élevé, plus le produit est Exprimé en m².k/w, l'indice R s'obtient par le rapport de l'épaisseur en mètres sur la conductivité thermique du matériau. R évalue la conductivité du matériau pour une 1

2 Le nouveau refuge du goûter à 3885 mètres d altitude au dessous du Mont-Blanc est construit en ossature bois. Avec des vents pouvant aller jusqu à 150 km/heure et des températures pouvant atteindre les 40 l épaisseur d isolation nécessaire pour résister est de l ordre de 50 cm. Attention, dans la pratique on ne peut pas se contenter de comparer les résistances thermiques des différents matériaux, car les R sont donnés pour une épaisseur égale. Or ce que nous dit le R, c'est que justement, vous n'aurez pas besoin de la même épaisseur de brique que de laine de verre. Un mur de brique de 30 cm d'épaisseur a la même résistance thermique que 1 cm de laine. c - La résistance thermique d'échange superficiel (Rsi et Rse) La transmission de la chaleur de l'air ambiant à une paroi et vice versa se fait à la fois par hi, le entre une ambiance intérieure et une paroi est la somme des quantités de chaleur transmise entre une ambiance intérieure et la face intérieure d'une paroi, par convection et par rayonnement, par unité de temps, par unité de surface de la paroi et pour un écart de 1 K entre la température de la résultante sèche de l'ambiance et la température de surface. hi s'exprime en W/m²K et Rsi, la résistance thermique d'échange d'une surface intérieure est égale à l'inverse du coefficient d'échange thermique de surface intérieure hi. et de la même façon on détermine 2

3 Quelques exemples de résistance thermique d'échange superficiel Valeurs de R i et R e Rsi Rse Rsi+Rse m²k/w m²k/w Paroi verticale flux de chaleur horizontal 0,13 0, Paroi horizontale flux de chaleur vers le haut 0,10 0, Paroi horizontale flux de chaleur vers le bas 0,17 0, d - Résistance thermique totale : Rt La résistance thermique totale est égale à la somme des résistances des parois et des résistances superficielles. e - Coefficient de déperdition thermique : Up La déperdition thermique surfacique d'une paroi représente l inverse de la résistance thermique totale. Up est le symbole de la déperdition thermique surfacique d'une paroi. C est la puissance qui traverse 1m² de surface pour une différence de température de 1 C entre l intérieur et l extérieur (W/m²K). Elle se mesure en prenant en compte la résistance thermique de la paroi et la somme des résistances superficielles intérieures et extérieures. U p s'exprime en W/m 2.K. Plus la déperdition thermique U p est faible, plus la paroi est Les déperditions par transmission sont proportionnelles au coefficient Up, diviser Up par 2 divise par 2 les déperditions. 3

4 Quelques exemples : f - Le degré jour / degré jour unifié Pour un lieu donné, le degré jour (DJ) est une valeur représentative de l écart entre la température d une et un seuil de température préétabli. Il sert à évaluer les en énergie pour le chauffage ou la climatisation. Les cumuls de degrés jour s obtiennent de façon simple en additionnant les degrés jour quotidiens, sur la période de cumul souhaitée : semaine, mois ou période quelconque. La définition des Degrés Jours la plus simple est celle du Costic (Centre d Etude et de Formation Génie Climatique): "Pour un lieu donné, le Degré Jour est une valeur représentative de l écart entre la température d une journée donnée et un seuil de température préétabli." Degré jour = 18 (Tmoyen) On utilise les degrés-jours-unifiés (DJU) pour calculer les consommations de d une année sur l autre ce qui permet de connaitre le degré de sévérité d'un hiver dans un lieu donné et de réaliser des de consommations d'énergie thermique en proportion de la rigueur de l'hiver. Les DJU sont additionnés sur une période de chauffe de jours allant du 1 er octobre au 20 mai. Les degrés-jours sont calculés à partir de relevés de températures extérieures établies par Météo France sous forme de bases de donnée annuelle ou trentenaire généralement sur une base de 18 C (d'où l'appellation DJU-base 18). DJU = DJU 18 = Σ (18-température moyenne) Lorsque la température moyenne du jour est supérieure ou égale à 18 C, l'écart est compté comme nul. En France, le total annuel moyen va de 1400 DJU pour la côte Corse à 3800 DJU dans le Jura. Pour un hiver de rigueur moyenne le nombre de DJU se situe entre 2000 et 3000 pour la majeure partie du territoire métropolitain. Exemples : à Saint Etienne à une altitude de 500 m les DJU = 2900 degrés jours. L augmentation des degrés-jours est d environ 125 pour 100 m de dénivelé. 4

5 g - Bilan thermique d un bâtiment - Besoin de chauffage Remarque, le total des déperditions est égal au total des - Calcul des déperditions : 5

6 Consommation de chauffage La consommation pour les besoins de chauffage dépendra du du système de chauffage. Déperditions sur une période (énergie) 6

7 CALCUL RAPIDE DE DEPERDITIONS THERMIQUES Les déperditions thermiques (en WATT) d une maison sont égales à : Formule dans laquelle : - G = coefficient de déperditions - V = volume à chauffer en m3 - Tamb = Température ambiante (en général 20 C) - Text = Température extérieure de base hiver en degrés Celsius en fonction de la région et définie par le DTU. Le tableau ci après donne une valeur moyenne du coefficient G avec un renouvellement d air de 2 volumes par heure dans une maison étanche à l air. Il s agit d un calcul rapide donnant une valeur approximative de la déperdition. COEFFICIENT G TRES BON 1 OSSATURE BOIS BON 1.5 RT 2005 MOYEN 2 Peu isolé MAUVAIS 3 Pas isolé MUR TOITURE PLANCHER FENETRE 20 cm de laine 10 cm de laine 5 cm de laine 30 cm de laine 20 cm de laine 10 cm de laine 10 de polystyrène extrudé 5 cm de polystyrène extrudé 2 cm de polystyrène extrudé Double vitrage argon Double vitrage Double vitrage ancien (4.12.4) 0 cm 0 cm 0 cm Simple vitrage Exemple : Maison 150 m², hauteur plafond 2.50 m, isolation type RT 2005, région froide. G = 1.5 Volume : 375 m3 Température ambiante : 20 C - Température ext : - 5 C = soit 25 Calcul des déperditions : DEP = 7

CONFORT THERMIQUE. 1/ La chaudière et la cheminée fonctionnent 2/ La chaudière et la cheminée ne fonctionnent pas

CONFORT THERMIQUE. 1/ La chaudière et la cheminée fonctionnent 2/ La chaudière et la cheminée ne fonctionnent pas CONFORT THERMIQUE I. Pourquoi isolons-nous? 1/ La chaudière et la cheminée fonctionnent 2/ La chaudière et la cheminée ne fonctionnent pas - La température ambiante est agréable - La température ambiante

Plus en détail

Les Besoins calorifiques d un local

Les Besoins calorifiques d un local Les Besoins calorifiques d un local Deux cas sont à considérer : Période d hiver Période d été 1. Période HIVER La quantité de chaleur (positive) à apporter au local est égale à la quantité de chaleur

Plus en détail

COEFFICIENT DE TRANSFERT THERMIQUE

COEFFICIENT DE TRANSFERT THERMIQUE FICHE CALCUL CALCUL DES CHARGES S Version 00-203 Page / 6 RESISTANCE La résistance thermique notée «R» est la capacité d un matériau de résister au passage de la chaleur (flux thermique ), de l extérieur

Plus en détail

Première 1er 2ème 3ème COMPORTEMENT THERMIQUE DES EXERCICES NIVEAU 1 1 / 7. Enseignement transversal LES TRANSFERTS THERMIQUES EXERCICES.

Première 1er 2ème 3ème COMPORTEMENT THERMIQUE DES EXERCICES NIVEAU 1 1 / 7. Enseignement transversal LES TRANSFERTS THERMIQUES EXERCICES. 1 / 7 NIVEAU 1 Exercice 1 Soit un vitrage simple d épaisseur 5 mm, de coefficient de conductibilité λ = 1,15 W/m C. La température de surface du vitrage intérieure est 22 C, la température de surface du

Plus en détail

TP N 15 : ÉVALUATION DES BESOINS EN CHAUFFAGE D UN BÂTIMENT ETT DESCRIPTION DE LA MAISON 1. PRÉSENTATION 2. LOGICIEL SCY HOUSE SIMULATION

TP N 15 : ÉVALUATION DES BESOINS EN CHAUFFAGE D UN BÂTIMENT ETT DESCRIPTION DE LA MAISON 1. PRÉSENTATION 2. LOGICIEL SCY HOUSE SIMULATION Centres d'intérêt abordés Niveau d analyse Objectifs pédagogiques Connaissances Activités (3 H) Ressources matérielles 1. PRÉSENTATION Énergie Comportemental 1.2.3 Utilisation raisonnée des ressources

Plus en détail

LES PRINCIPES DE LA THERMIQUE

LES PRINCIPES DE LA THERMIQUE LES PRINCIPES DE LA THERMIQUE 1- Introduction : isolation d une maison Après avoir regardé la vidéo «bien isoler sa maison», répondre aux questions suivantes : Depuis 2011, qu impose la réglementation

Plus en détail

Les principes de la thermique

Les principes de la thermique Les principes de la thermique CoursTD 1. L isolation une maison Vidéo «bien isoler sa maison», durée : 5minutes. 1) Depuis 2011, qu impose la réglementation lors de la vente d une maison? 2) Quel est le

Plus en détail

1- HISTORIQUE DE LA REGLEMENTATION THERMIQUE

1- HISTORIQUE DE LA REGLEMENTATION THERMIQUE Réf. S.1.3 EB S1.3. LA THERMIQUE DU BATIMENT La Thermique 1- HISTORIQUE DE LA REGLEMENTATION THERMIQUE 1973 Choc pétrolier : le prix du pétrole augmente. Objectif national : limiter les dépenses énergétiques,

Plus en détail

Les principes de la thermique

Les principes de la thermique Les principes de la thermique CoursTD 1. L isolation une maison Vidéo «bien isoler sa maison», durée : 5minutes. 1) Depuis 2011, qu impose la réglementation lors de la vente d une maison? 2) Quel est le

Plus en détail

Les principes de la thermique

Les principes de la thermique Les principes de la thermique CoursTD 1. L isolation une maison Vidéo «bien isoler sa maison», durée : 5minutes. 1) Depuis 2011, qu impose la réglementation lors de la vente d une maison? 2) Quel est le

Plus en détail

Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E.

Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E. Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E. Applications sur un pavillon F. Exemples de mises en évidence 1 Ne

Plus en détail

Exercices Thermiques BTS EEC

Exercices Thermiques BTS EEC BTS EEC 1993 On se propose d étudier les problèmes d isolation thermique pour les simples et doubles vitrages. Simple vitrage : glace plane d épaisseur e 1 = 8 mm. Double vitrage : 2 glaces planes d épaisseur

Plus en détail

L énergie thermique. Φ.R th S. λ = ,75 =23,7 C =T 1 = ( 1 3 0,8 + 1

L énergie thermique. Φ.R th S. λ = ,75 =23,7 C =T 1 = ( 1 3 0,8 + 1 Exercice 1 L énergie thermique Soit un vitrage simple d épaisseur 5 mm, de coefficient de conductibilité = 1,15 W/(m.K) La température de surface du vitrage intérieure est 22 C, la température de surface

Plus en détail

L énergie Maîtriser les déperditions énergétiques dans un bâtiment

L énergie Maîtriser les déperditions énergétiques dans un bâtiment L énergie Maîtriser les déperditions énergétiques dans un bâtiment Travaux Dirigés 02 Comment bien isoler une maison? Bien isoler sa maison avec Fred et Jamy Filière Scientifique - Option Sciences de l

Plus en détail

Pourquoi le métal semble-t-il plus froid que le bois? ( CME4)

Pourquoi le métal semble-t-il plus froid que le bois? ( CME4) Équilibre thermique des matériaux Conduction thermique Capacité thermique massique d un matériau Quantité de chaleur La résistance thermique d un matériau Pourquoi le métal semble-t-il plus froid que le

Plus en détail

Plan de la séance. L5C : Environnement thermique et maîtrise énergétique. Cours n 03 > Bases physiques (I)

Plan de la séance. L5C : Environnement thermique et maîtrise énergétique. Cours n 03 > Bases physiques (I) L5C : Environnement thermique et maîtrise énergétique Cours n 03 > Bases physiques (I) Salle de test à l échelle 1 > CSTB Nantes http://aerodynamique.cstb.fr Nicolas.Tixier@grenoble.archi.fr! Les illustrations

Plus en détail

AMCO 1901 : exercices de thermique

AMCO 1901 : exercices de thermique AMCO 1901 : exercices de thermique Matériaux [W/mK],e[m] qt= k. (Tint- Text) [w/m2] Parois k = 1/RT [W/K] Ri, Re, Ra, Rvitrages RT = R [K/W] Bâtiment ks = aj kj Aj + ki li [W/K] Aj. niveau d'isolation

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Bilan thermique d une chambre froide Date :

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Bilan thermique d une chambre froide Date : TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T1.2 : Analyser les plans d une installation Compétence C1.1 : Collecter, identifier, lister, relever des données Thème : S4 : Approche scientifique

Plus en détail

Température résultante d hiver (d après DTU) [ C]

Température résultante d hiver (d après DTU) [ C] Température résultante d hiver (d après DTU) [ C] Température résultante d été [ C] à titre indicatif Habitation Salle de séjour 18 23 à 25 Salle à manger 18 23 à 25 Cuisine 18 23 à 25 Salon 18 23 à 25

Plus en détail

Les principes de la thermique

Les principes de la thermique Les principes de la Durée du thème : 50 minutes 1 Les unités La température Le degré Celcius C Unité de l échelle de température International d Unités. qui est une unité dérivée du Système Le degré Kelvin

Plus en détail

Paramètres influent le transfert de chaleur et le besoin en. énergie

Paramètres influent le transfert de chaleur et le besoin en. énergie Paramètres ayant une influence sur le transfert de chaleur et/ou le besoin en énergie Le thème traité : quels sont les paramètres ayant une influence sur le transfert de chaleur et/ou le besoin en énergie

Plus en détail

L énergie thermique. Table des matières. Classe de première STI2D

L énergie thermique. Table des matières. Classe de première STI2D L énergie thermique Table des matières 1. Introduction...2 2. La chaleur...2 2.1. Chaleur sensible...2 2.2. Chaleur Latente...3 3. Sens des transferts thermiques...4 3.1. La conduction thermique...4 3.1.1.

Plus en détail

Dans cette zone appelée couche limite, la température de l'air ainsi que sa vitesse varient rapidement en fonction de la distance à la paroi.

Dans cette zone appelée couche limite, la température de l'air ainsi que sa vitesse varient rapidement en fonction de la distance à la paroi. 3 L'air en tant qu'isolant L'air immobile possède une conductivité thermique très faible (λ = 0.024 W/mK). Cette propriété est utilisée dans tous les matériaux isolants dont la fonction principale est

Plus en détail

Rappels fondamentaux Thermique des composants d enveloppe

Rappels fondamentaux Thermique des composants d enveloppe Présentation de M. Mohamed ABDESSELAM - SOLENER - Mercredi de l info du 25 mars 2009 - cd2e Rappels fondamentaux Thermique des composants d enveloppe Sommaire : - Pertes thermiques d un mur - Déperditions

Plus en détail

Réduction des pertes énergétiques en toiture. Nom : Prénom : Classe : Date :

Réduction des pertes énergétiques en toiture. Nom : Prénom : Classe : Date : STI DD AC CI Contraintes envir. et énergétiques S.T.A. SAVOIRS TECHNOLOGIQUES ASSOCIES CI 2 Efficacité Énergétique 2 Outils Méthodes Analyse Description des systèmes 2.3.5 Comportement énergétiques des

Plus en détail

Aides pour mieux comprendre l'isolation thermique du batiment.

Aides pour mieux comprendre l'isolation thermique du batiment. Aides pour mieux comprendre l'isolation thermique du batiment. Information sur les mots-clés dans le domaine de l'isolation thermique des batiments La conductivité thermique ou Lambda La conductivité thermique

Plus en détail

Paramètres influent le transfert de chaleur et le besoin en. énergie

Paramètres influent le transfert de chaleur et le besoin en. énergie Paramètres ayant une influence sur le transfert de chaleur et/ou le besoin en énergie Le thème traité : quels sont les paramètres ayant une influence sur le transfert de chaleur et/ou le besoin en énergie

Plus en détail

S8-Transfert thermique. La convection

S8-Transfert thermique. La convection S8-Transfert thermique La convection 1- Protocole expérimental Dans un bécher, on place quelques gouttes d'encre bleue issue d'une cartouche. On laisse reposer le liquide : l'eau située au fond du bécher

Plus en détail

ETUDE THERMIQUE RT2012

ETUDE THERMIQUE RT2012 2014 ETUDE THERMIQUE RT2012 Ce document comporte : Une copie de l attestation de conformité qui a été jointe au permis de construire La synthèse de l étude thermique réalisée comprenant : - La composition

Plus en détail

DOSSIER TECHNIQUE et RESSOURCES

DOSSIER TECHNIQUE et RESSOURCES MENTION COMPLEMENTAIRE TECHNICIEN EN ENERGIES RENOUVELABLES EPREUVE E1 PREPARATION D UNE INTERVENTION SESSION 2017 DOSSIER TECHNIQUE et RESSOURCES «CONSTRUCTION D UNE MAISON INDIVIDUELLE, LOTISSEMENT GAUMET»

Plus en détail

Transferts d énergie thermique

Transferts d énergie thermique Transferts d énergie thermique Notions et contenus Transferts d énergie entre systèmes macroscopiques Notions de système et d énergie interne. Interprétation microscopique. Capacité thermique. Transferts

Plus en détail

Quelle est la différence entre la méthode TH-C-E et TH-C-E ex?

Quelle est la différence entre la méthode TH-C-E et TH-C-E ex? Glossaire BBC-Effinergie Qu est-ce que la méthode TH-C-E? La méthode de calcul utilisée par les certificateurs du label BBC-Effinergie, est la méthode réglementaire française TH-C-E établie par le CSTB.

Plus en détail

M22 C > Planning Enseignants : Nicolas REMY & Bruno Burlat

M22 C > Planning Enseignants : Nicolas REMY & Bruno Burlat M22 C > Planning Enseignants : Nicolas REMY & Bruno Burlat Cours Cours 0 : lundi 16 Février 2004 de 8h à 10h Cours 1 : Mardi 17 Février 2004 de 10h à 12h Cours 2 : lundi 23 Fé vrier de 10h à 12h Cours

Plus en détail

ETUDE D UN BATIMENT HQE

ETUDE D UN BATIMENT HQE PARTIE D ETUDE D UN BATIMENT HQE Site NATURAGORA D1 - La démarche HQE D2 - Etude de la cible n 10, Confort visuel : éclairage artificiel satisfaisant et en appoint de l éclairage extérieur D3 - Etude technico-économique

Plus en détail

G.V. 1 J-M R. D-BTP 2006

G.V. 1 J-M R. D-BTP 2006 G.V. J-M R. D-BTP 2006 1 Définition globale du coefficient GV Calcul du coefficient GVréf Calcul des déperditions par les parois Calcul des déperditions par renouvellement d air 2 Définition globale du

Plus en détail

TD de transfert thermique. Série N 1

TD de transfert thermique. Série N 1 TD de transfert thermique Série N 1 Méthodologie Comprendre l'énoncé et voir les données du problèmes comprendre la question et ce qu'on cherche à déterminer? Faire un schéma et identifier les modes et

Plus en détail

CI 4 : DIMENSIONNEMENT DES STRUCTURES ET CHOIX DES MATÉRIAUX Comportement des matériaux

CI 4 : DIMENSIONNEMENT DES STRUCTURES ET CHOIX DES MATÉRIAUX Comportement des matériaux INTRODUCTION Ce premier exercice constitue sensibilisation à un Diagnostic de Performance énergétique. Il s agira donc ici de relever les éléments entrant en compte dans un DPE ; nous utiliserons un logiciel

Plus en détail

DETERMINATION DES COEFFICIENTS THERMIQUES (UP ET PSI) DES BLOCS DE COFFRAGE ISOLANT ISOLASUP EVOLUTION POUR UN AVIS TECHNIQUE

DETERMINATION DES COEFFICIENTS THERMIQUES (UP ET PSI) DES BLOCS DE COFFRAGE ISOLANT ISOLASUP EVOLUTION POUR UN AVIS TECHNIQUE Direction Isolation et Revêtements Division HygroThermique des Ouvrages N affaire : 13-098 Le 21 juillet 2014 Réf. DIR/HTO 2014-154-KZ/LS- N SAP 70042372 DETERMINATION DES COEFFICIENTS THERMIQUES (UP ET

Plus en détail

Corrigé Série 1. Rénovation d un mur ancien. Matériaux d (cm) λ (W/(m K)) Béton Lame d air 6 Λ = 6 (W/(m 2 K)) Brique t.c

Corrigé Série 1. Rénovation d un mur ancien. Matériaux d (cm) λ (W/(m K)) Béton Lame d air 6 Λ = 6 (W/(m 2 K)) Brique t.c Architecture 2 ème année / Bachelor Physique du bâtiment III Corrigé Série 1 Rénovation d un mur ancien 1) Mur ancien avec lame d air Donné Matériaux d (cm) λ (/(m K)) Béton 15 0.8 Lame d air 6 Λ = 6 (/(m

Plus en détail

METHODE «SIMPLIFIEE» à partir de la méthode CARRIER

METHODE «SIMPLIFIEE» à partir de la méthode CARRIER METHODE «SIMPLIFIEE» à partir de la méthode CARRIER Le calcul des apports par ensoleillement d un bâtiment, prend en compte : - la transmission de chaleur à travers les parois opaques et les vitrages -

Plus en détail

INTRODUCTION L ENERGIE THERMIQUE

INTRODUCTION L ENERGIE THERMIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable Transmission de l énergie thermique term STI2D CI6 :L énergie thermique Cours ET INTRODUCTION L objectif de cette séquence va être d

Plus en détail

Thermique et matériaux

Thermique et matériaux Thermique et matériaux 1. Variété et performance des matériaux 3. Aperçu de la logique HQE Sources : Oliva Jean-Pierre (2001). L'isolation écologique, Mens : Éd. Terre vivante. 1. Variété et performance

Plus en détail

15/05/2012 Etude réalisée sous ABATIA 1/9

15/05/2012 Etude réalisée sous ABATIA 1/9 Projet Nom Petit collectif Nom de la variante SHON 900 Haut. sous plafond 2.8 Détails du site Latitude 45.57 Longitude 5.91 Station météo Chambéry Catalogue des parois Nom Type Positionnement Composition

Plus en détail

CALCUL DE PONTS THERMIQUES DE LIAISON AVEC FACADE F4

CALCUL DE PONTS THERMIQUES DE LIAISON AVEC FACADE F4 Département Enveloppe et Revêtements Division HygroThermique des Ouvrages N affaire : 10-099 Le 26 avril 2011 Réf. DER/HTO 2011-100-AD/LS CALCUL DE PONTS THERMIQUES DE LIAISON AVEC FACADE F4 Version 1

Plus en détail

- Calcul : δ air / coefficient μ avec pour unité : mg/(m.h.pa) ou g/(m.h.mmhg)

- Calcul : δ air / coefficient μ avec pour unité : mg/(m.h.pa) ou g/(m.h.mmhg) Perméabilité à la vapeur d eau d un matériau (δ) : C est le rapport de la quantité de vapeur d eau traversant un matériau par unité d épaisseur; par unité de temps et par unité de différence de pression

Plus en détail

Détermination de l'inertie quotidienne par le calcul selon la règle NF EN ISO 13786

Détermination de l'inertie quotidienne par le calcul selon la règle NF EN ISO 13786 Détermination de l'inertie quotidienne par le calcul selon la règle TH-I NF EN ISO 13786 INDEX 1.- DONNÉES GÉNÉRALES 3 2.- CALCUL DE L'INERTIE QUOTIDIENNE SELON LA NORME NF EN ISO 13786 3 2.1.- Données

Plus en détail

L inertie thermique : est la capacité d un matériau à stocker l énergie, traduite par sa capacité thermique.

L inertie thermique : est la capacité d un matériau à stocker l énergie, traduite par sa capacité thermique. L inertie thermique : est la capacité d un matériau à stocker l énergie, traduite par sa capacité thermique. Plus l inertie est élevée et plus le matériau restitue des quantités importantes de chaleur

Plus en détail

Partie Comprendre : Lois et modèles CHAP 14-POLY Transferts macroscopiques d énergie

Partie Comprendre : Lois et modèles CHAP 14-POLY Transferts macroscopiques d énergie Partie Comprendre : Lois et modèles CHAP 14-POLY Transferts macroscopiques d énergie 1/6 Objectifs : Par suite des échanges avec l extérieur, comment varie l énergie d un système? Notions et contenus Du

Plus en détail

Calcul de ponts thermiques et détermination du risque de condensation

Calcul de ponts thermiques et détermination du risque de condensation Calcul de ponts thermiques et détermination du risque de condensation Direction Date 10/03/2016 Chef de projet Laurent Mazié Référence rapport ET 16/037 N version 1 Chargés d études Rémi Wrona Diffusion

Plus en détail

Sommaire. L opération étudiée Visite de chantier Instrumentation Explication des consommations Analyse du confort Conclusion

Sommaire. L opération étudiée Visite de chantier Instrumentation Explication des consommations Analyse du confort Conclusion Sommaire L opération étudiée Visite de chantier Instrumentation Analyse du confort Conclusion EXEMPLAIRES 1 L opération étudiée Situation géographique 34 St Gely Hérault Zone H3 Altitude : 120 m 2 Acteurs

Plus en détail

BUREAU D ÉTUDES CANTY

BUREAU D ÉTUDES CANTY La performance du détail 20 Réf. PHPP Réf. RT 2012 Ψ = 0,079 W/m.K (réf. RT 2012) Ψ = -0,044 W/m.K (réf. PHPP) Calcul réalisé selon les normes NF EN ISO 10211 et NF EN ISO 10077-2, les Règles Th-Bât 2012

Plus en détail

L5C : Environnement thermique et maîtrise énergétique. Cours n 09 > Inertie(s) et régime dynamique

L5C : Environnement thermique et maîtrise énergétique. Cours n 09 > Inertie(s) et régime dynamique L5C : Environnement thermique et maîtrise énergétique Cours n 09 > Inertie(s) et régime dynamique 1. Apports et perditions thermiques 2. Deux principes d inertie thermique 3. Aperçu de la RT 2000 et de

Plus en détail

Plateforme Formation et Evaluation. Besoins de chauffage

Plateforme Formation et Evaluation. Besoins de chauffage Plateforme Formation et Evaluation Besoins de chauffage 1 Besoins de chauffage Déperditions Apports solaires Apports internes Contenu Méthode simplifiée de calcul des besoins de chauffage 2 1. Les déperditions

Plus en détail

- lors d une construction neuve. - lors d une rénovation d habitation récente employant des matériaux et systèmes constructifs conventionnels

- lors d une construction neuve. - lors d une rénovation d habitation récente employant des matériaux et systèmes constructifs conventionnels isoler sa maison pourquoi? quand? comment et où? - améliorer le confort intérieur - faire des économies d énergies - respecter la réglementation déperditions toiture 25 à 30 % sol 7 à 15 % murs 15 à 25

Plus en détail

Thermique : caractérisation des parois en thermique d hiver, performances des parois courantes et ponts thermiques

Thermique : caractérisation des parois en thermique d hiver, performances des parois courantes et ponts thermiques Thermique : caractérisation des parois en thermique d hiver, performances des parois courantes et ponts thermiques S. Boulet 1 Thermique : caractérisation des parois en thermique d hiver, performances

Plus en détail

Physique du Bâtiment Caractéristiques thermi -ques dynamiques

Physique du Bâtiment Caractéristiques thermi -ques dynamiques Déphasage et amortissement Définitions Thermique dynamique Etude thermique dans laquelle les paramètres de calcul sont variables. Par exemple : les températures extérieure (données météorologiques) et

Plus en détail

Transferts de chaleur. Marie Pierrot Lycée du Rempart

Transferts de chaleur. Marie Pierrot Lycée du Rempart Transferts de chaleur 1 Température et chaleur La température : C'est une grandeur physique qui caractérise le degrés d'agitation thermique des particules constituant la matière. Elle se mesure à l'aide

Plus en détail

Généralités Conduction - Convection

Généralités Conduction - Convection Généralités Conduction - Convection Objectifs : - Déterminer les flux thermiques ou les puissances thermiques par conduction ou convection. 2 1- Introduction - Généralités Où préféreriez-vous habiter?

Plus en détail

Partie 11 Efficacité énergétique. Projet de règlement à la suite de la consultation publique

Partie 11 Efficacité énergétique. Projet de règlement à la suite de la consultation publique Partie 11 Efficacité énergétique Projet de règlement à la suite de la consultation publique Contenu de la présentation Historique Consultation publique Projet de règlement Commentaires non retenus Étapes

Plus en détail

Illustrons cette conjonction à partir du diagramme de l air humide (ou «diagramme psychrométrique»).

Illustrons cette conjonction à partir du diagramme de l air humide (ou «diagramme psychrométrique»). 2-1.2. Problèmes particuliers posés par l humidité de l air Les conditions dominantes des zones d altitude sont celles d un air frais et humide. S il n y a aucun risque lié à une climatisation qui n a

Plus en détail

Calcul de ponts thermiques en relevé d étanchéité

Calcul de ponts thermiques en relevé d étanchéité Calcul de ponts thermiques en relevé d étanchéité Direction Date 10/03/2016 Chef de projet Laurent Mazié Référence rapport ET 16/037 N version 1 Chargés d études Rémi Wrona Diffusion VIPREMI Euro Prefa

Plus en détail

Le pavillon. Électrothermie. Chauffage électrique. Le chauffage électrique présente de nombreux avantage :

Le pavillon. Électrothermie. Chauffage électrique. Le chauffage électrique présente de nombreux avantage : PAGE 1 DE 10 SOUS / Objectif Énoncer les différents procédés de chauffage (direct et indirect). Énoncer les principes de fonctionnement. Identifier les éléments constitutifs. Savoir technologique visé

Plus en détail

UE : Maîtrise des ambiances

UE : Maîtrise des ambiances UE : Maîtrise des ambiances Cours 3 : Thermique du bâtiment. Étude du comportement thermique de l enveloppe en régime dynamique : l inertie thermique, outils de simulations thermiques dynamiques BELMAAZIZ

Plus en détail

C.M.E 41 Pourquoi le métal semble-t-il plus froid que le bois?

C.M.E 41 Pourquoi le métal semble-t-il plus froid que le bois? C.M.E 41 Pourquoi le métal semble-t-il plus froid que le bois? I) Pourquoi le métal semble-t-il plus froid que le bois? 1) Objet chaud, objet froid : nos sensations sont-elles fiables? A température ambiante,

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Bureau national pour accréditation de Lituanie

Bureau national pour accréditation de Lituanie INSTITUT DE CONSTRUCTION ET D ARCHITECTURE AUPRES L UNIVERSITE TECHNOLOGIQUE DE KAUNAS (KTU) LABORATOIRE DE LA PHYSIQUE THERMIQUE DE LA CONSTRUCTION Bureau national pour accréditation de Lituanie ESSAIS

Plus en détail

AMELIORATIONS ENERGETIQUES D UN LOGEMENT

AMELIORATIONS ENERGETIQUES D UN LOGEMENT AMELIORATIONS ENERGETIQUES D UN LOGEMENT 1 OBJECTIFS : Recherche d indications dans des Textes officiels Recherche des caractéristiques des matériaux de construction et des équipements de chauffage Evaluation

Plus en détail

Transmission de la chaleur et par les isolants minces réfléchissants.

Transmission de la chaleur et par les isolants minces réfléchissants. Transmission de la chaleur et par les isolants minces réfléchissants. Il est d usage de comparer la transmission de la chaleur Q exprimée en Watt/m² à travers un milieu homogène et soumis à une différence

Plus en détail

8 EXIGENCES POUR LE RAPPORT DONNÉES À INTRODUIRE DONNÉES À EXTRAIRE...19

8 EXIGENCES POUR LE RAPPORT DONNÉES À INTRODUIRE DONNÉES À EXTRAIRE...19 Annexe 8 Les règles de calcul pour la détermination des coefficients de transmission thermique linéaires et ponctuels des nœuds constructifs Calculs numériques validés TABLE DES MATIÈRES 1 INTRODUCTION...

Plus en détail

Pourquoi une maison passive?

Pourquoi une maison passive? Pourquoi une maison passive? L évolution des réglementations thermiques sous les directives du parlement européen nous amène progressivement vers des bâtiments où les besoins de chauffage sont si faibles

Plus en détail

Les déperditions thermiques

Les déperditions thermiques Objectif de la séance : Identifier les différents isolants thermiques dans la construction et calculer les déperditions thermiques d une construction. Problématique a - Les crises énergétiques Plus de

Plus en détail

Performance énergétique et thermique des bâtiments

Performance énergétique et thermique des bâtiments Performance énergétique et thermique des bâtiments recueil sur CD-ROM Référence : 3135311CD ISBN : 978-2-12-135311- Année d édition : 2010 Analyse Un diagnostic de Performance Energétique (DPE) est désormais

Plus en détail

Evaluation des besoins énergétiques de chauffage et climatisation d un bâtiment pour le site de Tlemcen

Evaluation des besoins énergétiques de chauffage et climatisation d un bâtiment pour le site de Tlemcen Evaluation des besoins énergétiques de chauffage et climatisation d un bâtiment pour le site de Tlemcen Sofiane Amara, Abdou Benmoussat, Boumediene Benyoucef, Bo Nordell To cite this version: Sofiane Amara,

Plus en détail

Approfondissement Energétique des bâtiments et confort Département Génie Civil Ecole des Ponts ParisTech

Approfondissement Energétique des bâtiments et confort Département Génie Civil Ecole des Ponts ParisTech Approfondissement Energétique des bâtiments et confort Département Génie Civil Ecole des Ponts ParisTech Thermique, 3 Convection Bruno PEUPORTIER ParisTech Position du problème (exemple : dilatation) 1

Plus en détail

460 avenue de Quiera BP MOUANS SARTOUX CEDEX ENVELOPPE ET REVETEMENTS. Baies et Vitrages A LA DEMANDE DE : SEPALUMIC SA

460 avenue de Quiera BP MOUANS SARTOUX CEDEX ENVELOPPE ET REVETEMENTS. Baies et Vitrages A LA DEMANDE DE : SEPALUMIC SA ENVELOPPE ET REVETEMENTS Baies et Vitrages RPPORT D ETUDE THERMIQUE N BV08-1254 CONCERNNT DES MENUISERIES LUMINIUM SEPLUMIC frappes EVOLUTION + et DVNCE +, avec Ce rapport atteste uniquement des caractéristiques

Plus en détail

SALON RÉHABITAT 11 mars 2017

SALON RÉHABITAT 11 mars 2017 SALON RÉHABITAT 11 mars 2017 Le Cluster Eco-Energies Objectif: Favoriser le développement économique des entreprises Domaine d activité: La filière du bâtiment performant (maîtrise de l énergie, efficacité

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

ENSEMBLE 6 MAISONS ATTENANTES (2x3) SURFACE AU SOL 243,60 M² (12 appartements)

ENSEMBLE 6 MAISONS ATTENANTES (2x3) SURFACE AU SOL 243,60 M² (12 appartements) ENSEMBLE 6 MAISONS ATTENANTES (2x3) SURFACE AU SOL 243,60 M² (12 appartements) 3 maisons façade crépi et 3 habillage en pierres naturelles TERRAIN 990 M² (36 x 27,50 mètres) 1 2 3 4 5 6 BARDAGE MURS EN

Plus en détail

Corrigé TD Comportement thermique des matériaux. 1 Brique mono mur. Prof

Corrigé TD Comportement thermique des matériaux. 1 Brique mono mur. Prof 1 Brique mono mur Pour une maison à énergie positive, on prévoit d équiper les murs de l extension en brique «mono mur» R = 3,25 m 2 K / W masse : 19 kg 1. Déterminez l épaisseur et la conductivité équivalente

Plus en détail

TRITUX. Projet : TRITUX. RAPPORT D'ETUDE THERMIQUE Ind B. du 11 décembre A2J CONCEPT M. LAMY Eric

TRITUX. Projet : TRITUX. RAPPORT D'ETUDE THERMIQUE Ind B. du 11 décembre A2J CONCEPT M. LAMY Eric RAPPORT D'ETUDE THERMIQUE Ind B du 11 décembre 2016 1 A2J CONCEPT M. LAMY Eric Sommaire A. Hypothèses de l étude thermique :... 3 1. Caractéristiques du site :... 3 2. Parois :... 5 3 Menuiseries :...

Plus en détail

LA PROPAGATION DE LA CHALEUR A TRAVERS UNE PAROI. 1 - La résistance thermique d'échange superficiel (Rsi et Rse)

LA PROPAGATION DE LA CHALEUR A TRAVERS UNE PAROI. 1 - La résistance thermique d'échange superficiel (Rsi et Rse) LA POPAGATION DE LA HALE A TAVES NE PAOI ne paroi séparant deux ambiances de températures différentes, constitue un obstacle plus ou moins efficace, au flux de chaleur qui va s'établir de la chaude vers

Plus en détail

Présentation du programme DeperTherm Calcul des déperditions thermiques

Présentation du programme DeperTherm Calcul des déperditions thermiques Présentation du programme DeperTherm Calcul des déperditions thermiques Jean Yves MESSE THERMEXCEL Copyright 2004-2013 ThermExcel - All Rights Reserved PRESENTATION DU PROGRAMME DEPERTHERM Caractéristiques

Plus en détail

Th-U. Fascicule 5/5 PONTS THERMIQUES. Version de février 2001

Th-U. Fascicule 5/5 PONTS THERMIQUES. Version de février 2001 Enveloppes légères et transferts Hygrothermique des ouvrages Th-U Fascicule 5/5 PONTS THERMIQUES Version de février 2001 Auteur : S. FARKH PARIS - MARNE-LA-VALLEE - GRENOBLE - NANTES - SOPHIA ANTIPOLIS

Plus en détail

RETOUR D EXPERIENCE SUR UNE MAISON PASSIVE

RETOUR D EXPERIENCE SUR UNE MAISON PASSIVE RETOUR D EXPERIENCE SUR UNE MAISON PASSIVE Les ingénieurs conseil d HELIASOL ont fait une visite de 3 jours dans une maison passive dont ils ont fait l étude et l optimisation thermique. L objectif était

Plus en détail

40 I Caractéristiques du verre et expressions clés du domaine de la physique Financial Center, Abu Dhabi, UAE

40 I Caractéristiques du verre et expressions clés du domaine de la physique Financial Center, Abu Dhabi, UAE 40 I Caractéristiques du verre et expressions clés du domaine de la physique Financial Center, Abu Dhabi, UAE 4 Caractéristiques du verre et expressions clés du domaine de la physique 4.1 Le verre et le

Plus en détail

ETE / HIVER. Agence France Nord Tél : Fax : avenue du Général Leclerc Paris

ETE / HIVER. Agence France Nord Tél : Fax : avenue du Général Leclerc Paris ETE / HIVER Agence France Nord Tél : 01 46 89 30 22 Fax : 09 70 63 03 86 101 avenue du Général Leclerc - 75014 Paris Agence France Sud Tél : 05 64 25 04 93 - Fax : 05 64 25 04 94 BP4022-47520 Le Passage

Plus en détail

Contexte scientifique

Contexte scientifique Contexte scientifique Ces paramètres dépendent : Traité d architecture et d urbanisme bioclimatiques -De la constitution de l enveloppe du bâtiment (matériaux porteurs, isolants, parements ) -Des systèmes

Plus en détail

L énergie interne U d un système macroscopique résulte de contributions microscopiques.

L énergie interne U d un système macroscopique résulte de contributions microscopiques. LES TRANSFERTS THERMIQUES Energie interne L énergie interne U d un système macroscopique résulte de contributions microscopiques. Les particules qui constituent le système sont en mouvement perpétuel :

Plus en détail

fiche de synthèse Description du projet maison passive Misweb synthèse du bureau d'études Viheriö

fiche de synthèse Description du projet maison passive Misweb synthèse du bureau d'études Viheriö Depuis février 2010, le bureau d'études thermiques Viheriö accompagne le maître d'œuvre Evolia ainsi que les maîtres de l'ouvrage dans la conception du projet de maison passive certifiée MISWEB. Cette

Plus en détail

CALCUL DES COEFFICIENTS DE PONTS THERMIQUES DE PLANCHER INTEGRANT DES MODENATURES. Société : NMC

CALCUL DES COEFFICIENTS DE PONTS THERMIQUES DE PLANCHER INTEGRANT DES MODENATURES. Société : NMC CALCUL DES COEFFICIENTS DE PONTS THERMIQUES DE PLANCHER INTEGRANT DES MODENATURES Société : NMC DÉPARTEMENT ENVELOPPE ET REVÊTEMENTS Service DER Division HTO DER/HTO 2010-112-BB/LS Date Le 12 Avril 2010

Plus en détail

Traitement des nœuds constructifs. 3 Coefficient de transfert thermique par transmission à travers les nœuds constructifs: H T

Traitement des nœuds constructifs. 3 Coefficient de transfert thermique par transmission à travers les nœuds constructifs: H T Traitement des nœuds constructifs 1 Domaine d application 2 Définitions 3 Coefficient de transfert thermique par transmission à travers les nœuds constructifs: H T junctions 3.1 OPTION A : méthode détaillée

Plus en détail

LES EMETTEURS J-M R. D-BTP

LES EMETTEURS J-M R. D-BTP LES EMETTEURS J-M R. D-BTP 2006 1 Rôle Radiateurs fonte Radiateurs acier Radiateurs aluminium Échange thermique Emplacement des radiateurs Accessoires de pose des radiateurs Règles de pose Choix des radiateurs

Plus en détail

LES DEGRES-JOURS J-M R. D-BTP

LES DEGRES-JOURS J-M R. D-BTP LES DEGRES-JOURS J-M R. D-BTP 26 1 Présentation générale Définition des degrés-jours Calcul des degrés-jours Écriture des degrés-jours Les degrés-jours unifiés Rendement d exploitation et degrés-jours

Plus en détail

DEPERDITIONS THERMIQUES

DEPERDITIONS THERMIQUES TP - L3 Physique - Plate-forme TTE - C.E.S.I.R.E. - Université Joseph Fourier - Grenoble DEPERDITIONS THERMIQUES BUT DU T.P. Il s agit de simuler et de comprendre les mécanismes de déperditions thermiques

Plus en détail

Tableaux récapitulatifs des données

Tableaux récapitulatifs des données Tableaux récapitulatifs des données Ce rapport récapitule les données techniques saisies dans le cadre d un projet existant et de projets simulés avec le logiciel Bati-Cube. Vous retrouverez l ensemble

Plus en détail

Déperditions Bâtiment AGB *+*,#%-%)

Déperditions Bâtiment AGB *+*,#%-%) Déperditions Bâtiment AGB!"#$%&'(%) *+*,#%-%) DEPARTEMENT SELECTIONNE CARACTERISTIQUES DE BASE Numéro du département : 33 Désignation du département : GIRONDE Zône climatique de base : H2 Région de base

Plus en détail

déterminer la puissance des émetteurs

déterminer la puissance des émetteurs page 1/7 1. Bilan thermique d'un bâtiment DEPERDITIONS APPORTS GRATUITS BESOINS DE CHAUFFAGE PERTES CONSOMMATION 1.1. Objet du calcul des déperditions vérifier la conformité du bâtiment La réglementation

Plus en détail

Les dalles actives. ASTECH Genève. TABS (Thermally Activated Building System) Présenté par JM Billette (Tobler System)

Les dalles actives. ASTECH Genève. TABS (Thermally Activated Building System) Présenté par JM Billette (Tobler System) TABS (Thermally Activated Building System) ASTECH Genève Présenté par JM Billette (Tobler System) 1 Présentation! Introduction.! Conception et dimensionnement.! Mise en oeuvre.! Echanges thermiques - performances.!

Plus en détail

Détermination du coefficient de transmission thermique (valeur U) du MIX GPE TECHPRO + Valnat chanvre

Détermination du coefficient de transmission thermique (valeur U) du MIX GPE TECHPRO + Valnat chanvre RAPPORT D ESSAI N VTT-S-01061-16 8/03/2016 Détermination du coefficient de transmission thermique (valeur U) du MIX GPE TECHPRO + Valnat chanvre Demandé par : Valtech industrie RAPPORT D ESSAI N. VTT-S-01061-16

Plus en détail

Règles Th-U. Parois vitrées. Fascicule 3/5 SOMMAIRE

Règles Th-U. Parois vitrées. Fascicule 3/5 SOMMAIRE Règles Th-U Ex Fascicule 3 : Parois vitrées - Sommaire I Règles Th-U Fascicule 3/5 Parois vitrées SOMMAIRE Chapitre I : Introduction... 1 Chapitre II : Méthode générale de calcul... 2 2.1 Parois vitrées...

Plus en détail