Réforme du secteur bancaire au Royaume-Uni : la feuille de route validée

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Réforme du secteur bancaire au Royaume-Uni : la feuille de route validée"

Transcription

1 20 février 2012 N. 154 Réforme du secteur bancaire au Royaume-Uni : la feuille de route validée En décembre dernier, le gouvernement publiait sa réponse à la réforme du secteur bancaire présentée trois mois plus tôt par l Independent Commission on Banking, réforme qui repose à la fois sur le renforcement de la réglementation - en ligne avec les règles de Bâle III - et sur une évolution structurelle du secteur bancaire. Cette étude présente la réponse à la réforme structurelle, c'est-à-dire la séparation entre les activités de détail et les activités de financement avec la création de banques cloisonnées (Ring fence banks). Si le gouvernement est en accord avec les grandes lignes du rapport Vickers, il ne reprend pas les recommandations de la commission à la lettre et garde ainsi une certaine marge de manœuvre. De nombreux «détails» feront encore l objet de consultations approfondies. Celles-ci devraient toutefois être rapides. Le gouvernement a, en effet, annoncé la publication d un livre blanc au printemps 2012, présentant en détail la marche à suivre pour mettre en œuvre les recommandations de l ICB et leur transcription dans un cadre pratique et législatif. Le cadre législatif devra être déterminé d ici mai 2015 et la réforme achevée début 2019, c'est-à-dire au moment où la réglementation Bâle 3 entrera entièrement en vigueur. Les Etats-Unis ont également mis en place une restriction des activités de la banque de détail (règle Volcker, juillet 2010). De son côté, la Commission européenne a nommé le 16 janvier dernier un groupe d experts dont la mission est de déterminer si une réforme structurelle est nécessaire, parallèlement à la réforme réglementaire déjà engagée, pour renforcer la stabilité du système financier européen. Entre le modèle anglais et le modèle américain, le groupe dispose de deux pistes de réflexions, aucune des deux n étant a priori privilégiée. RECHERCHE ECONOMIQUE Rédacteur : Nathalie Dezeure

2 Le cloisonnement des activités banque de détail et banque d investissement validé par le gouvernement L Independent Commission on Banking (ICB) présidée par John Vickers a publié son rapport le 12 septembre dernier, proposant une réforme réglementaire et structurelle du secteur bancaire britannique afin de promouvoir la stabilité financière et une concurrence accrue dans le secteur de la banque de détail mais également limiter le coût d une faillite bancaire. La stabilité est, en effet, un enjeu de première importance alors que la taille du secteur bancaire reste particulièrement élevée au Royaume-Uni, l actif des banques représentant environ 500% du PIB britannique, contre 100% aux Etats-Unis (graphique 1). S agissant exclusivement des banques britanniques, l actif atteignait encore 294% du PIB au T (données non consolidées) contre 312% au T Le poids des banques étrangères et son évolution sont similaires (à 273% au T3 11 contre 289% au T1 2010) (graphique 2) Graphique 1 Actifs des banques opérant aux Etats-Unis (bilan consolidé) (% du PIB) Actifs des M FI (% du PIB) Sources : Datastream, BoE, NATIXIS Graphique 2 Actifs des banques britanniques et non britanniques (bilan non-consolidé, % PIB) Banques britanniques Banques non-britanniques 240 mars-10 juin-10 sept.-10 déc.-10 mars-11 juin-11 sept.-11 Sources : BoE, Natixis En réponse, le gouvernement a lancé la réforme du secteur bancaire en validant le principe de cloisonnement des activités. Reprenant la définition de l ICB, le gouvernement indique que seules les banques «cloisonnées» seront autorisées à collecter les dépôts et de fait interdites d exercer certaines activités de financement. Il reconnait également que le cloisonnement devra reposer sur les cinq principes édictés par l ICB, dont trois déterminent le cloisonnement des activités et deux le statut des banques cloisonnées. Toutefois, il pose certaines réserves sur la définition de ces principes. Principe 1 Les services autorisés Selon l ICB, la définition des services mandatés, c'est-à-dire exclusivement autorisés aux banques cloisonnées, repose sur deux critères et recouvre deux types d activités. Seules les banques cloisonnées devront être autorisées par le régulateur à exercer les services autorisés, c'est-à-dire ceux pour lesquels : a/ une interruption même temporaire de la fourniture de ce service résultant d un défaut d une banque a un coût économique important ; b/ les clients ne sont pas équipés contre une telle interruption. Ces services comprennent actuellement les dépôts et les facilités de caisse aux ménages et PME. S agissant du crédit aux particuliers et aux PME, l ICB indique qu avec une large partie des dépôts placée dans les banques cloisonnées, le crédit aux particuliers et PME devrait de fait être concentré dans ces banques et qu il n est pas nécessaire de considérer l octroi de crédit comme un service mandaté. Flash

3 De son côté, le gouvernement indique que d une part, l interruption de l octroi de crédit peut avoir un coût économique significatif et que d autre part, la possibilité de placer les activités de crédits en dehors du cloisonnement peut comporter un risque de déséquilibre actif/passif, en particulier lors d une procédure de résolution de défaillance (graphique 2). Graphique 3 Banques britanniques: dépôts et crédits (Md ) Dépots Crédits 0 Ent. privées non financières Sources : Datastream, NATIXIS Ménages Ent. financières Le gouvernement valide donc la définition des critères et reconnait que les services mandatés doivent inclure au minimum les dépôts et les facilités de caisse aux particuliers et PME. Mais il souligne que la question reste ouverte pour : - le crédit aux particuliers et aux PME ; - la définition des PME ; - le private banking. Principe 2 Les services prohibés La définition des services prohibés de l ICB repose sur quatre critères et concerne six types de services. Les banques cloisonnées ne sont pas autorisées à fournir certains services qui répondent au moins à un de ces critères. Le service fourni : a/ rend nettement plus difficile la procédure de résolution de défaillance de la banque cloisonnée ; b/ augmente directement l exposition de la banque cloisonnée aux marchés financiers ; c/ implique une prise de risque qui n est pas intrinsèquement liée à la fourniture de services de paiement aux clients ou d une intermédiation directe entre prêteurs et emprunteurs du secteur non financier ; c) menace de tout autre manière les objectifs du cloisonnement. En conséquence, les services prohibés doivent inclure au minimum les services suivants : a/ tous les services qui ne sont pas fournis à un client de l Union européenne; b/ tous les services qui impliquent une exposition à une banque non-cloisonnée ou à une institution financière non bancaire, excepté les services associés à la fourniture de services de paiement à condition que le régulateur les jugent appropriés ; c/ tout service qui se traduirait par la détention d un portefeuille d actifs de négociation (portefeuille de trading) ; d) tout service qui nécessiterait la détention de capital réglementaire contre le risque de marché ; e/ l achat ou l origination de dérivés ou de tout autre contrat qui nécessiterait la détention de capital réglementaire contre le risque de contrepartie ; f/ les services relatifs aux activités sur le marché secondaire y compris l achat de prêts ou de titres. Flash

4 Le gouvernement est d accord sur le principe de services prohibés mais il va lancer une consultation afin de déterminer quelles activités seront concernées. On peut noter en particulier que le critère géographique défini par l ICB n est pas encore validé. Le gouvernement doit donc encore mener une analyse approfondie sur les points suivants : - les caractéristiques des institutions financières autorisées comme contreparties des banques cloisonnées ; - les caractéristiques des produits «interdits» selon leur fonction c'est-à-dire produits dérivés ou portefeuille d actifs de négociation (en particulier lorsqu une définition peut être établie pour des instruments dérivés simples ou des produits d investissement qui peuvent être permis selon les principes des banques cloisonnées et qui préviennent l inclusion d une large gamme de produits d investissement) ; - l approche transfrontalière des activités et des clients. Principe 3 Les activités auxiliaires Le troisième principe du cloisonnement concerne la définition des «activités auxiliaires», c'est-à-dire des activités permises afin d améliorer l efficacité de l octroi des services autorisés. La définition retenue par l ICB est la suivante. Les seules activités qu une banque cloisonnée peut exercer sont la fourniture des services autorisés et des activités auxiliaires nécessaires à la fourniture efficace des services autorisés. Ces activités ne peuvent être exercées de façon indépendante. Ces activités auxiliaires devraient inclure la mise à disposition des moyens nécessaires (employés, infrastructures) et surtout la possibilité de mener des activités financières autres que l octroi des services autorisés dans la mesure où elles sont strictement nécessaires aux activités de trésorerie c'est-à-dire la gestion du risque (achats de dérivés à des banques non-cloisonnées afin de couvrir le risque de taux d intérêt), la gestion de la liquidité (achats d actifs liquides, opérations sur le marché interbancaire), le financement (emprunts, dépôts autres que ceux des particuliers et PME, financement de marché). Dans le cadre des activités auxiliaires, les banques cloisonnées peuvent traiter et être exposées à des banques non-cloisonnées et des entreprises financières non bancaires. Des limites (backstop limits) devraient être placées sur la proportion du financement de la banque cloisonnée autorisée en financement de marché et sur son exposition totale, garantie ou non garantie, aux banques non cloisonnées et aux entreprises financières non bancaires. Là encore le gouvernement reconnait le principe des activités auxiliaires mais il n est pas convaincu par la nécessité de mettre en place des «backstop limits». Il semble privilégier une modification des réglementations en cours (notamment le Building Societies Act). Une consultation devrait clarifier la position du gouvernement dans les semaines à venir. Au final le schéma de cloisonnement proposé par l ICB (voir ci-dessous) devrait donc être modifié. Flash

5 Schéma de cloisonnement des services financiers selon l ICB Services mandatés Services prohibés Dépôts et facilités de caisse aux ménages et PME. Services permis Prise de dépôts et fourniture de services de paiement à tous les clients au sein de l Union européenne, y compris les comptes courants, les comptes-épargne et les produits d investissement qui ne nécessitent pas la détention de capital réglementaire contre le risque de marché. Aux particuliers et aux entreprises nonfinancières quelque soit leur taille au sein de l Union européenne : Prêts sécurisés ou non-sécurisés aux particuliers et entreprises, y compris le crédit hypothécaire et les cartes de crédit. Financements commerciaux et financement de projets. Conseil et vente de produits de banques non-cloisonnées si cela n implique pas d exposition pour la banque cloisonnée. Tous services en dehors de l Union européenne et tous services à des institutions financières, exceptés la collecte des dépôts et les services de paiement. Quel que soit le client, tous services impliquant des activités de types suivants : structuration, arrangement ou exécution de transactions sur les dérivés comme agent ou comme mandant. investissement en actions, titres de dettes d entreprises, titres de créances convertibles/échangeables, obligations convertible, participations, fonds mutuels, fonds négociés en bourse, etc. origination, échange, prêts ou rôle de teneur de marchés pour des titres (incluant des titres de créances, des actions des dérivés ou des obligations adossées). Cependant, la banque cloisonnée peut originer et détenir ses propres titres. garantir la vente de titres (dette ou actions), incluant les placements privés. Flash

6 Principe 4 Séparation légale et opérationnelle S agissant du statut des banques cloisonnées, l ICB privilégie une séparation légale et opérationnelle des banques cloisonnées et définit les relations économiques de façon «stricte». L ICB précise toutefois que l idée d une séparation totale (c est à dire l absence de participation dans/par une autre institution) a été rejetée en particulier en raison de son coût et afin de préserver certaines synergies. Au sein d un groupe bancaire, les liens légaux et opérationnels d une banque cloisonnée avec les autres entités du groupe doivent être définis de la façon suivante. Quand une banque cloisonnée fait partie d un groupe plus large, les autorités devraient avoir l assurance qu ils peuvent être isolés du reste du groupe en quelques jours et continuer leurs activités sans fournir de soutien à la solvabilité du groupe. En conséquence : a/ les banques cloisonnées sont des entités juridiques distinctes (filiales au sein d un même groupe dans lequel des entités peuvent exercer les activités interdites) ; b/ toute institution financière détenue ou partiellement détenue par une banque cloisonnée devrait être autorisée à mener uniquement les activités et services permis aux banques cloisonnées. Le bilan de cette institution devrait alors uniquement contenir les actifs et engagements liés à ces activités et services ; c/ le groupe devrait être tenu de mettre en place les mesures nécessaires afin que la banque cloisonnée ait un accès continu aux moyens nécessaires à ses activités et ce quelle que soit la santé financière du reste du groupe ; d/ la banque cloisonnée doit être soit un membre direct de tous les systèmes de paiement qu elle utilise ou utiliser une autre banque cloisonnée comme agent. De son côté, le gouvernement doit encore évaluer quel degré de séparation légale et opérationnelle est nécessaire. S agissant de la séparation légale, la possibilité d imposer des limites aux participations à d autres institutions financières est envisagée. Le gouvernement annonce également que la séparation opérationnelle doit reposer sur les principes suivants : - au sein d un même groupe, la capitalisation et le financement doivent être indépendants pour toutes les filiales opérationnelles ; - des accords de niveaux de services efficaces sont nécessaires afin de soutenir la provision des services essentiels en cas de faillite d une entité du groupe ; - la provision de services par les filiales opérationnelles en toute indépendance, afin que ces entités soient économiquement viables au sein d un groupe bancaire en faillite, - les actifs opérationnels utilisés par les fonctions économiques essentielles devraient, si possible, être détenus par les entités opérationnelles fournissant ces services. La FSA devrait s assurer que les accords concernant les infrastructures opérationnelles respectent ces principes. Par ailleurs, en accord avec l ICB, le gouvernement souligne qu il serait approprié qu une banque cloisonnée soit un membre direct de tous les systèmes de paiement qu elle utilise ou avoir pour agent une autre banque cloisonnée. Flash

7 Principe 5 Les relations économiques Le dernier principe définissant le cloisonnement concerne les relations économiques entre les filiales d un groupe. Selon l ICB, quand une banque cloisonnée fait partie d un groupe, ses relations avec les filiales du groupe doivent être conduites sur la base d une tierce partie et sa solvabilité et sa liquidité ne doivent pas dépendre de la santé financière du reste du groupe afin de limiter son exposition intragroupe. Cela devrait être assuré par la réglementation et par une gouvernance suffisamment indépendante. Ainsi : a/ les relations avec les filiales qui ne sont pas des banques cloisonnées doivent être traitées sur la base d une tierce partie ; b/ toutes les transactions avec une autre entité du groupe doivent être conduites sur une base commerciale et en toute indépendance, en ligne avec une pratique appropriée de gestion du risque ; c/ lorsque des relations indépendantes sur la base d une tierce partie ne sont pas garanties par la régulation existante, des règles additionnelles devraient être mises en place ; d/ les actifs vendus à/par la banque cloisonnée par/aux autres entités du groupe le seront au prix de marché. La banque cloisonnée ne pourra acquérir des actifs d autres entités du groupe sauf si ces actifs relèvent de la fourniture des services autorisés ; e/ la banque cloisonnée devrait respecter les ratios réglementaires (capital, exposition, liquidité, financement) sur une base individuelle (voir l encadré 1 sur le calcul du ratio de conservation de fonds propres); f/ le paiement de dividendes et autres transferts en capital ne pourront être effectués que si la banque cloisonnée dispose de ressources suffisantes. De plus, si ces versements impliquent le non respect des ratios de capital, ils ne seront permis qu avec l accord explicite du régulateur ; g/ le conseil d administration de la banque cloisonnée doit être indépendant ; le degré d indépendance devrait dépendre de la proportion des actifs du groupe en dehors de la banque cloisonnée ; h/ une banque cloisonnée devrait fournir de façon individuelle toutes les informations nécessaire au régulateur du groupe et celles nécessaires si elle est cotée au London Stock Exchange ; i/ les conseils d administration de la banques cloisonnée et de sa maison mère devraient avoir le devoir de s assurer de l intégrité de la banque cloisonnée et qu elle répond toujours aux principes du cloisonnement. L exemption de minimis Selon l ICB, toutes les banques cloisonnées devront respecter les principes du cloisonnement quelle que soit leur taille. De son côté le gouvernement s interroge sur la possibilité d assouplir les règles du cloisonnement pour les établissements de petite taille. Flash

8 Encadré 1 Implications du cloisonnement sur les ratios de capital des banques selon l ICB Les ratios de capital réglementaires devront être calculés sur une base individuelle (point e/ du principe 5). L ICB a ainsi proposé une grille de calcul du matelas de sécurité pour les banques cloisonnées («ring-fence buffer») en fonction de la taille de la banque cloisonnée déterminée par le poids des actifs risqués pondérés dans le PIB (RWAs/GDP). Par ailleurs, la taille du ratio de conservation de fonds propres dépend également, en accord avec Bâle III, de l importance systémique et de la conjoncture nationale, plus particulière du rythme d expansion du crédit. En cas d expansion excessive un volant contracyclique de conservation du capital pouvant atteindre jusqu à est requis. Quatre banques britanniques se trouvent parmi les 29 grandes banques systémiques (liste publiée en novembre 2011) : Barclays, HSBC, Lloyds, RBS. Taille du ratio de conservation de fonds propres en fonction du type d établissement, de sa taille et de son importance systémique. RWAs/GDP < 1% Ratio minimal Bâle III 4,5% Volet de conservation Ring-fence Buffer 0% Banques cloisonnées RWAs/GDP 1% - 3% Ratio minimal Bâle III 4,5% Volet de conservation Ring-fence Buffer (3/2*(RWA/GDP- 1%)) Ring-fence Buffer 3% RWAs/GDP > 3% Systémique Ratio minimal Bâle III 4,5% Volet de conservation G-SIB surcharge Banques d investissements Non - systémique Ratio minimal Bâle III 4,5% Volet de conservation Systémique Ratio minimal Bâle III 4,5% Volet De conservation G-SIB surcharge Total 7% Total 7% + Ring-fence Buffer Volant contra-cyclique Total 1* Volant contracyclique * dans le cas de banques systémiques cloisonnées, le Ring-fence buffer couvre la surcharge systémique Source: ICB Total 12% Flash

9 Synthèse des «détails» à préciser Si la réforme du secteur bancaire est lancée, de nombreux «détails» doivent encore être déterminés. Le gouvernement va mener une vaste consultation au printemps 2012 afin de définir plus précisément les points suivants de la réforme : - l intégration d autres services, tel que le crédit au ménage et au PME dans les services mandatés ; - les caractéristiques des institutions financières autorisées comme contrepartie des banques cloisonnées ; - les caractéristiques des produits interdits en référence à leur fonction (dérivés portefeuille de tading) ; - l approche des activités et clients au sein de l Union européenne et le traitement des territoires d outremer et des dépendances de la Couronne ; - la possibilité d une exemption de minimis des règles de cloisonnement, c'est-à-dire pour les petites entités, - la meilleure approche pour actualiser le Building Societies Act afin d intégrer le cloisonnement ; - l application de limites concernant le financement de marché pour les banques cloisonnées ; - la provision de services de paiements à l intérieur et à l extérieur des banques cloisonnées ; - des amendements aux règles existantes gouvernant l exposition à une tierce partie afin de respecter les objectifs du cloisonnement (secured exposure limits, acceptable collateral, securitisation, asset sales); - la mise en place de limites concernant les participations de la banque cloisonnée dans d autres institutions financières ; - les limites à l exposition intragroupe de la banque cloisonnée ; - la composition et les fonctions du conseil d administration de la banque cloisonnée ; - la méthode de calcul du ring-fence buffer (le ratio RWAs/GDP est-il approprié?). La séparation des activités aux Etats-Unis Les Etats-Unis ont également mis en place une restriction des activités de la banque de détail (dépôts) mais les interdictions en termes de produits et d activités sont moins restrictives (encadré 2). Ainsi, selon la règle Volcker, intégrée à la loi Dodd-Franck signée en juillet 2010, les établissements bénéficiant d un soutien public (garantie des dépôts du FDIC, accès à la liquidité de la Réserve fédérale) ont l interdiction d exercer certaines activités d investissement. Sont ainsi interdites les activités de trading pour compte propre, lorsque ces opérations ne sont réalisées ni pour couvrir des transactions menées pour le compte de leurs clients ni à titre de teneurs de marché et, les investissements et le sponsoring (voir encadré 2 pour plus de détail) dans des fonds (hedge funds, private equity funds) sont plafonnés à concurrence de 3% du capital des fonds et 3% du capital Tier one des banques. Flash

10 Si la loi a été promulguée rapidement, sa mise en application ne pourrait être effective qu en Bien que la date de mise en conformité des établissements concernés a été fixée à 2014, un délai de trois ans peut en effet être accordé. La réflexion vient d être lancée en Europe La commission européenne a nommé le 16 janvier dernier un groupe d experts dirigé par le gouverneur de la Banque de Finlande, Errkii Liikanen. Sa mission qui débutera en février et finira au cours de l'été, est de déterminer si une réforme structurelle est nécessaire, parallèlement à la réforme réglementaire déjà engagée, pour renforcer la stabilité du système financier européen. Entre le modèle anglais et le modèle américain, le groupe dispose de deux pistes de réflexion, aucune des deux n étant a priori privilégiée. La multiplication des modèles de séparation des activités bancaires risque toutefois de limiter la portée des réformes mises en place au niveau national (Royaume-Uni, Etats- Unis) ou supranational (Union européenne) et créer des opportunités d arbitrage réglementaires, d autant plus probables que le principe d une séparation est loin de faire l unanimité au niveau international. Elle pourrait également se traduire par un transfert des activités bancaires vers le shadow banking où la régulation n en est encore qu à ses prémisses. De plus, la création de distorsions de concurrence est un risque majeur. Les débats lancés par le Canada et le Japon, désormais repris en Europe, sur les risques de liquidités inhérents à l application de la règle Volcker (dans sa version originale) qui risque de détourner les banques américaines des dettes souveraines étrangères mais également d empêcher les banques étrangères qui ont des filiales aux Etats-Unis de jouer le rôle de teneur de marché sur la dette non-américaine. Flash

11 Encadré 2 La règle Volcker Entreprises concernées les établissements US bénéficiant d un soutien public (garantie des dépôts du FDIC, accès à la liquidité de la Réserve fédérale) et les entités qui les détiennent (banques/savings-andloans/financial holding companies) les banques étrangères ou holding (BHCs) qui ont une succursale ou une filiale US toutes filiales (au moins 25% des actions ordinaires) des institutions précédentes quelle que soit leur localisation Activités interdites Trading pour compte propre Fonds d investissement L engagement comme principal (c'est-à-dire pour le compte de trading de la banque) dans une transaction d achat ou de vente de tout titre, dérivé, contrats futures et forward, ou d option sur ces titres, dérivés ou contrats. Le compte de trading est défini par la règle comme un compte utilisé pour acquérir ou prendre des positions sur des titres et des instruments financiers dans le but de les vendre ou de les liquider à court terme afin de profiter de leur variation de prix. Trading pour compte propre Exemptions à la règle 1/ les transactions impliquant les titres éligibles (Treasury, obligation d agences, obligations de Fannie Mae, Freddie Mac, Federal Home Loan Banks, Ginnie Mae, Farmer Mac, or a Farm Credit Bank, obligations des états ou des municipalities) ; 2/ les transactions relatives à la souscription ou les activités de tenue du marché à la demande d un client ou d une contrepartie ; 3/ les opérations de couverture ; 4/ les opérations en tant qu agent de clients ; 5/ les investissements dans les petites entreprises, les investissements de bien être et d autres projets admissibles ; 6/ les transactions pour une entreprise d assurance réglementée pour son compte général d assurance ; 7/ les transactions en connexion avec la sécurisation ou la vente de prêts ; 8/ les activités de propre trading menées par des filiales non-américaines ou des branches de banques ou de holding financières non américaines. L acquisition ou la conservation d actions, de partenariat ou tout autre participation ou sponsoring dans un hedge fund ou un fonds de private equity. Le sponsoring comprend les fonctions suivantes : - être commandité, membre directeur, dépositaire ; - choisir ou contrôler une majorité des directeurs, dépositaires, dirigeants du fonds ; -partager avec le fonds le même nom ou un nom rapproché dans un but promotionnel, commercial ou objet social. Fonds d investissement a/ Les mêmes exemptions (de 1 à 8) s appliquent pour les fonds d investissement. Toutefois, s agissant de point (8). Un fonds dans lequel investit une entreprise affiliée non-us d une banque non-us ne peut être offert ou vendu à un résident américain. b/ Les fonds organisés et offerts comme élément d une opération de fiducie, d un trust, de conseil d investissement, et soumis à des conditions additionnelles, incluant l interdiction y compris la participation limitée des clients de ces seuls services ; la détention ou l investissement dans un fond est plafonné à concurrence de 3% du capital des fonds et 3% du capital Tier one des banques ; aucune transaction couverte ou d extension de garantie entre la banque et le fond et publications des informations ; pas de détention du personnel de la banque ou des directeurs du fond ; pas de nom similaire. Flash

12 AVERTISSEMENT / DISCLAIMER Ce document et toutes les pièces jointes sont strictement confidentiels et établis à l attention exclusive de ses destinataires. Ils ne sauraient être transmis à quiconque sans l accord préalable écrit de Natixis. Si vous recevez ce document et/ou toute pièce jointe par erreur, merci de le(s) détruire et de le signaler immédiatement à l expéditeur. Ce document a été préparé par nos économistes. Il ne constitue pas un rapport de recherche indépendant et n a pas été élaboré conformément aux dispositions légales arrêtées pour promouvoir l indépendance de la recherche en investissement. En conséquence, sa diffusion n est soumise à aucune interdiction prohibant l exécution de transactions avant sa publication. La distribution, possession ou la remise de ce document dans ou à partir de certaines juridictions peut être limitée ou interdite par la loi. Il est demandé aux personnes recevant ce document de s informer sur l existence de telles limitations ou interdictions et de s y conformer. Ni Natixis, ni ses affiliés, directeurs, administrateurs, employés, agents ou conseils, ni toute autre personne accepte d être responsable à l encontre de toute personne du fait de la distribution, possession ou remise de ce document dans ou à partir de toute juridiction. Ce document et toutes les pièces jointes sont communiqués à chaque destinataire à titre d information uniquement et ne constituent pas une recommandation personnalisée d investissement. Ils sont destinés à être diffusés indifféremment à chaque destinataire et les produits ou services visés ne prennent en compte aucun objectif d investissement, situation financière ou besoin spécifique à un destinataire en particulier. Ce document et toutes les pièces jointes ne constituent pas une offre, ni une sollicitation d achat, de vente ou de souscription. Ce document ne peut en aucune circonstance être considéré comme une confirmation officielle d'une transaction adressée à une personne ou une entité et aucune garantie ne peut être donnée sur le fait que cette transaction sera conclue sur la base des termes et conditions qui figurent dans ce document ou sur la base d autres conditions. Ce document et toutes les pièces jointes sont fondés sur des informations publiques et ne peuvent en aucune circonstance être utilisés ou considérés comme un engagement de Natixis, tout engagement devant notamment être soumis à une procédure d'approbation de Natixis conformément aux règles internes qui lui sont applicables. Natixis n a ni vérifié ni conduit une analyse indépendante des informations figurant dans ce document. Par conséquent, Natixis ne fait aucune déclaration ou garantie ni ne prend aucun engagement envers les lecteurs de ce document, de quelque manière que ce soit (expresse ou implicite) au titre de la pertinence, de l exactitude ou de l exhaustivité des informations qui y figurent ou de la pertinence des hypothèses auxquelles elle fait référence. En effet, les informations figurant dans ce document ne tiennent pas compte des règles comptables ou fiscales particulières qui s appliqueraient aux contreparties, clients ou clients potentiels de Natixis. Natixis ne saurait donc être tenu responsable des éventuelles différences de valorisation entre ses propres données et celles de tiers, ces différences pouvant notamment résulter de considérations sur l application de règles comptables, fiscales ou relatives à des modèles de valorisation. De plus, les avis, opinions et toute autre information figurant dans ce document sont indicatifs et peuvent être modifiés ou retirés par Natixis à tout moment sans préavis. Les informations sur les prix ou marges sont indicatives et sont susceptibles d évolution à tout moment et sans préavis, notamment en fonction des conditions de marché. Les performances passées et les simulations de performances passées ne sont pas un indicateur fiable et ne préjugent donc pas des performances futures. Les informations contenues dans ce document peuvent inclure des résultats d analyses issues d un modèle quantitatif qui représentent des évènements futurs potentiels, qui pourront ou non se réaliser, et elles ne constituent pas une analyse complète de tous les faits substantiels qui déterminent un produit. Natixis se réserve le droit de modifier ou de retirer ces informations à tout moment sans préavis. Plus généralement, Natixis, ses sociétés mères, ses filiales, ses actionnaires de référence ainsi que leurs directeurs, administrateurs, associés, agents, représentants, salariés ou conseils respectifs rejettent toute responsabilité à l égard des lecteurs de ce document ou de leurs conseils concernant les caractéristiques de ces informations. Les opinions, avis ou prévisions figurant dans ce document reflètent, sauf indication contraire, celles de son ou ses auteur(s) et ne reflètent pas les opinions de toute autre personne ou de Natixis. Les informations figurant dans ce document n ont pas vocation à faire l objet d une mise à jour après la date apposée en première page. Par ailleurs, la remise de ce document n entraîne en aucune manière une obligation implicite de quiconque de mise à jour des informations qui y figurent. Natixis ne saurait être tenu pour responsable des pertes financières ou d une quelconque décision prise sur le fondement des informations figurant dans la présentation et n assume aucune prestation de conseil, notamment en matière de services d investissement. En tout état de cause, il vous appartient de recueillir les avis internes et externes que vous estimez nécessaires ou souhaitables, y compris de la part de juristes, fiscalistes, comptables, conseillers financiers, ou tous autres spécialistes, pour vérifier notamment l adéquation de la transaction qui vous est présentée avec vos objectifs et vos contraintes et pour procéder à une évaluation indépendante de la transaction afin d en apprécier les mérites et les facteurs de risques. Natixis est agréée par l Autorité de contrôle prudentiel (ACP) en France en qualité de Banque prestataire de services d investissements et soumise à sa supervision. Natixis est réglementée par l AMF (Autorité des Marchés Financiers) pour l exercice des services d investissements pour lesquels elle est agréée. Natixis est agréée par l ACP en France et soumise à l autorité limitée du Financial Services Authority au Royaume Uni. Les détails concernant la supervision de nos activités par le Financial Services Authority sont disponibles sur demande. Natixis est agréée par l ACP et régulée par la BaFin (Bundesanstalt für Finanzdienstleistungsaufsicht) pour l exercice en libre établissement de ses activités en Allemagne. Le transfert / distribution de ce document en Allemagne est fait(e) sous la responsabilité de NATIXIS Zweigniederlassung Deutschland. Natixis est agréée par l ACP et régulée par la Banque d Espagne (Bank of Spain) et la CNMV pour l exercice en libre établissement de ses activités en Espagne. Natixis est agréée par l ACP et régulée par la Banque d Italie et la CONSOB (Commissione Nazionale per le Società e la Borsa) pour l exercice en libre établissement de ses activités en Italie. Natixis ne destine la diffusion aux Etats-Unis de cette publication qu aux «major U.S. institutional investors», définis comme tels selon la Rule 15(a) (6). Cette publication a été élaborée et vérifiée par les économistes de Natixis (Paris). Ces économistes n'ont pas fait l'objet d'un enregistrement professionnel en tant qu'économiste auprès du NYSE et/ou du NASD et ne sont donc pas soumis aux règles édictées par la FINRA. This document (including any attachments thereto) is confidential and intended solely for the use of the addressee(s). It should not be transmitted to any person(s) other than the original addressee(s) without the prior written consent of Natixis. If you receive this document in error, please delete or destroy it and notify the sender immediately. This document has been prepared by our economists. It does not constitute an independent investment research and has not been prepared in accordance with the legal requirements designed to promote the independence of investment research. Accordingly there are no prohibitions on dealing ahead of its dissemination. The distribution, possession or delivery of this document in, to or from certain jurisdictions may be restricted or prohibited by law. Recipients of this document are therefore required to ensure that they are aware of, and comply with, such restrictions or prohibitions. Neither Natixis, nor any of its affiliates, directors, employees, agents or advisers nor any other person accept any liability to anyone in relation to the distribution, possession or delivery of this document in, to or from any jurisdiction. This document (including any attachments thereto) are communicated to each recipient for information purposes only and do not constitute a personalised recommendation. It is intended for general distribution and the products or services described therein do not take into account any specific investment objective, financial situation or particular need of any recipient. It should not be construed as an offer or solicitation with respect to the purchase, sale or subscription of any interest or security or as an undertaking by Natixis to complete a transaction subject to the terms and conditions described in this document or any other terms and conditions. Any undertaking or commitment shall be subject to Natixis prior approval and formal written confirmation in accordance with its current internal procedures. This document and any attachments thereto are based on public information. Natixis has neither verified nor independently analysed the information contained in this document. Accordingly, no representation, warranty or undertaking, express or implied, is made to the recipients of this document as to or in relation to the accuracy or completeness or otherwise of this document or as to the reasonableness of any assumption contained in this document. The information contained in this document does not take into account specific tax rules or accounting methods applicable to counterparties, clients or potential clients of Natixis. Therefore, Natixis shall not be liable for differences, if any, between its own valuations and those valuations provided by third parties; as such differences may arise as a result of the application and implementation of alternative accounting methods, tax rules or valuation models. In addition, any view, opinion or other information provided herein is indicative only and subject to change or withdrawal by Natixis at any time without notice. Prices and margins are indicative only and are subject to changes at any time without notice depending on inter alia market conditions. Past performances and simulations of past performances are not a reliable indicator and therefore do not predict future results. The information contained in this document may include the results of analysis derived from a quantitative model, which represent potential future events, that may or may not be realised, and is not a complete analysis of every material fact representing any product. The information may be amended or withdrawn by Natixis at any time without notice. More generally, no responsibility is accepted by Natixis, nor any of its holding companies, subsidiaries, associated undertakings or controlling persons, nor any of their respective directors, officers, partners, employees, agents, representatives or advisors as to or in relation to the characteristics of this information. The opinions, views and forecasts expressed in this document (including any attachments thereto) reflect the personal views of the author(s) and do not reflect the views of any other person or Natixis unless otherwise mentioned. It should not be assumed that the information contained in this document will have been updated subsequent to date stated on the first page of this document. In addition, the delivery of this document does not imply in any way an obligation on anyone to update such information at any time. Natixis shall not be liable for any financial loss or any decision taken on the basis of the information contained in this document and Natixis does not hold itself out as providing any advice, particularly in relation to investment services. In any event, you should request for any internal and/or external advice that you consider necessary or desirable to obtain, including from any financial, legal, tax or accounting advisor, or any other specialist advice, in order to verify in particular that the investment(s) described in this document meets your investment objectives and constraints and to obtain an independent valuation of such investment(s), its risks factors and rewards. Natixis is authorised in France by the Autorité de contrôle prudentiel (ACP) as a Bank Investment Services providers and subject to its supervision. Natixis is regulated by the AMF in respect of its investment services activities. Natixis is authorised by the ACP in France and subject to limited regulation by the Financial Services Authority in the United Kingdom. Details on the extent of our regulation by the Financial Services Authority are available from us on request. Natixis is authorised by the ACP and regulated by the BaFin (Bundesanstalt für Finanzdienstleistungsaufsicht) for the conduct of its business in Germany. The transfer / distribution of this document in Germany is done by / under the responsibility of NATIXIS Zweigniederlassung Deutschland. Natixis is authorised by the ACP and regulated by Bank of Spain and the CNMV for the conduct of its business in Spain. Natixis is authorised by the ACP and regulated by Bank of Italy and the CONSOB (Commissione Nazionale per le Società e la Borsa) for the conduct of its business in Italy. This research report is solely available for distribution in the United States to major U.S. institutional investors as defined by SEC Rule 15(a)(6). This research report has been prepared and reviewed by research economists employed by Natixis (Paris). These economists are not registered or qualified as research economists with the NYSE and/or the NASD, and are not subject to the rules of the FINRA Flash

Comment ces deux modèles de financement de l économie ont-ils résisté à la crise? Il faut regarder :

Comment ces deux modèles de financement de l économie ont-ils résisté à la crise? Il faut regarder : janvier N 7 Financement des entreprises par les marchés aux États-Unis, financement des entreprises par les banques dans la zone euro : que nous a appris la crise? Les entreprises aux États Unis sont surtout

Plus en détail

Sans un choc d offre massif, aucune possibilité que l économie française redémarre

Sans un choc d offre massif, aucune possibilité que l économie française redémarre Juillet 1 N. 91 Sans un choc d offre massif, aucune possibilité que l économie française redémarre Les pays en difficulté de la zone euro souffrent de maux différents : par exemple explosion de la bulle

Plus en détail

Le modèle américain de financement des entreprises est-il supérieur ou inférieur au modèle européen?

Le modèle américain de financement des entreprises est-il supérieur ou inférieur au modèle européen? 19 septembre 211 N. 77 Le modèle américain de financement des entreprises est-il supérieur ou inférieur au modèle européen? Le modèle américain de financement des entreprises consiste en une forte désintermédiation

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE août 1 N 3 Un pays peut-il échapper à une crise économique, financière et immobilière quand la dette des ménages et les prix de l immobilier s écartent? La situation où la

Plus en détail

Les allemands travaillent-ils plus que les européens du Sud? Non, ils travaillent beaucoup moins, et pas plus intensément

Les allemands travaillent-ils plus que les européens du Sud? Non, ils travaillent beaucoup moins, et pas plus intensément 3 mai 11 N. 1 Les allemands travaillent-ils plus que les européens Sud? Non, ils travaillent beaucoup moins, et pas plus intensément RECHERCHE ECONOMIQUE Rédacteur : Patrick ARTUS La chancelière A. Merkel

Plus en détail

La crise de la zone euro peut durer 20 ans

La crise de la zone euro peut durer 20 ans Août 1 N. 3 La crise de la zone euro peut durer ans Ne croyez pas que la crise de la zone euro sera résolue rapidement. Pour que la zone euro sorte de la crise, il faudra à la fois : - que le secteur privé

Plus en détail

L inexorable désintermédiation du financement des entreprises de la zone euro : est-on prêt à en assumer les conséquences?

L inexorable désintermédiation du financement des entreprises de la zone euro : est-on prêt à en assumer les conséquences? 24 octobre 211 N. 793 L inexorable désintermédiation du financement des entreprises de la zone euro : est-on prêt à en assumer les conséquences? Les entreprises de la zone euro sont aujourd hui essentiellement

Plus en détail

Peut-on rétablir la confiance dans l Europe?

Peut-on rétablir la confiance dans l Europe? février N 97 Peut-on rétablir la confiance dans l Europe? Si l Europe est encore attrayante pour les pays d Europe Centrale, dans beaucoup de pays de l Union Européenne les citoyens sont de plus en plus

Plus en détail

Crédit Agricole CIB. Les 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change. Paris, Jeudi 6 Février 2014. www.ca-cib.

Crédit Agricole CIB. Les 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change. Paris, Jeudi 6 Février 2014. www.ca-cib. Crédit Agricole CIB Les 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change Paris, Jeudi 6 Février 2014 www.ca-cib.com Le marché Euro PP Le développement du marché Euro PP Volumes

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE juillet 1 N 8 Peut-on imaginer la situation de la Grèce s il y a défaut, sortie de l euro et dévaluation? Nous essayons d imaginer la situation de la Grèce s il y a défaut

Plus en détail

FLASH MARKETS. How does an expansionary monetary policy influence the economy s cost of financing? ECONOMIC RESEARCH

FLASH MARKETS. How does an expansionary monetary policy influence the economy s cost of financing? ECONOMIC RESEARCH MARKETS ECONOMIC RESEARCH August, - No. How does an expansionary monetary policy influence the economy s cost of financing? We look at how the expansionary monetary policy has affected the economy's cost

Plus en détail

A quoi ressemblera la banque de demain dans la zone euro? Un peu de "banquefiction"

A quoi ressemblera la banque de demain dans la zone euro? Un peu de banquefiction 2 juillet 213 N 487 A quoi ressemblera la banque de demain dans la zone euro? Un peu de "banquefiction" Nous partons d'une analyse positive et non normative : quelle est l'évolution la plus probable de

Plus en détail

Les différentes politiques monétaires non conventionnelles : la BCE et la Fed

Les différentes politiques monétaires non conventionnelles : la BCE et la Fed 27 juillet 212 N. 524 Les différentes politiques monétaires non conventionnelles : la BCE et la Fed Depuis la crise de Lehman en septembre 28, les banques centrales ont étendu leurs actions à des politiques

Plus en détail

Présentation Gérer le risque de taux d intérêt d un immobilier de rendement

Présentation Gérer le risque de taux d intérêt d un immobilier de rendement Présentation Gérer le risque de taux d intérêt d un immobilier de rendement Ce document présente une approche visant à évaluer le risque de taux d intérêt propre à chaque investissement immobilier et propose

Plus en détail

FATCA Retour d expérience FATCA sur les Sociétés de Gestion : règles d identification, reporting réglementaire,

FATCA Retour d expérience FATCA sur les Sociétés de Gestion : règles d identification, reporting réglementaire, FATCA Retour d expérience FATCA sur les Sociétés de Gestion : règles d identification, reporting réglementaire, Laure Capron BNP Paribas Securities Services Responsable FATCA France 18 septembre 014 Table

Plus en détail

La perception du profil de crédit de l émetteur affecte la valorisation de l obligation.

La perception du profil de crédit de l émetteur affecte la valorisation de l obligation. Présentation Optimiser la gestion d un portefeuille obligataire Dans un contexte de rendements historiquement bas, RMG propose une stratégie de gestion de portefeuilles obligataires permettant d améliorer

Plus en détail

Les migrations de l industrie européenne : une illustration par la cartographie

Les migrations de l industrie européenne : une illustration par la cartographie 8 février 2012 N. 110 Les migrations de l industrie européenne : une illustration par la cartographie L industrie européenne est depuis toujours très concentrée. 9 régions motrices, environ 3% du territoire,

Plus en détail

FLASH ECONOMICS. Is it possible to estimate China s actual growth rate? ECONOMIC RESEARCH

FLASH ECONOMICS. Is it possible to estimate China s actual growth rate? ECONOMIC RESEARCH ECONOMICS ECONOMIC RESEARCH July 22, 2 - No. 589 Is it possible to estimate China s actual growth rate? China has published a growth figure of 7% for the second quarter of 2. We seek to estimate China

Plus en détail

OUVRIR UN COMPTE CLIENT PRIVÉ

OUVRIR UN COMPTE CLIENT PRIVÉ OUVRIR UN COMPTE CLIENT PRIVÉ LISTE DE VERIFICATION Pour éviter tous retards dans le traitement de votre application pour l ouverture d un compte avec Oxford Markets ( OM, l Entreprise ) Veuillez suivre

Plus en détail

P R E T S P R E F E R E N T I E L S E T S U B V E N T I O N S D I N T E R Ê T S

P R E T S P R E F E R E N T I E L S E T S U B V E N T I O N S D I N T E R Ê T S P R E T S P R E F E R E N T I E L S E T S U B V E N T I O N S D I N T E R Ê T S Il est courant pour les employeurs d octroyer à leurs employés des prêts préférentiels ou des subventions d intérêts. L économie

Plus en détail

Private & Confidential

Private & Confidential 1 2 Disclaimer This Presentation (the Presentation) is for information only and does not constitute an offer or commitment and it is not for distribution to retail client and is directed exclusively to

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE septembre 1 N 73 Est-il utile de faire financer des investissements supplémentaires dans l UE (dans la zone euro) par des institutions européennes et pas par les budgets des

Plus en détail

FORMULAIRE D OUVERTURE DE COMPTE ENTREPRISE

FORMULAIRE D OUVERTURE DE COMPTE ENTREPRISE FORMULAIRE D OUVERTURE DE COMPTE ENTREPRISE LISTE DE VERIFICATION Pour éviter tous retards dans le traitement de votre application pour l ouverture d un compte avec Oxford Markets ( OM, l Entreprise )

Plus en détail

Wealth & Tax Planning Private Fund

Wealth & Tax Planning Private Fund Wealth & Tax Planning Private Fund Parties dans un Private Fund Structure simplifiée Structure le Private Fund Mandant = Sponsor Définit le cadre opératif Administrateur Chargé de l évaluation des actifs,

Plus en détail

Wealth & Tax Planning Private Insurance

Wealth & Tax Planning Private Insurance Wealth & Tax Planning Private Insurance Parties dans une Private Insurance Structure simplifiée Mandant = Preneur d assurance Contrat d assurance Transfert des actifs Police d assurance Compagnie d assurance

Plus en détail

FLASH MARKETS. How much higher could European equities go? ECONOMIC RESEARCH

FLASH MARKETS. How much higher could European equities go? ECONOMIC RESEARCH MARKETS ECONOMIC RESEARCH April - No. How much higher could European equities go? The fall in the oil price, the quantitative easing programme and the euro s depreciation have driven up share prices in

Plus en détail

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39 under the SMALL BUSINESS INVESTOR TAX CREDIT ACT (O.C. 2003-220) Regulation Outline Filed July 29, 2003 Citation........................................... 1 Definition

Plus en détail

France : le millefeuille dans le pétrin?

France : le millefeuille dans le pétrin? 11 juillet 2014 N 554 France : le millefeuille dans le pétrin? Initialement annoncée par le Président de la République lors de la Conférence de Presse du 14 janvier, puis reprise par le Premier ministre

Plus en détail

Wealth & Tax Planning Private Company

Wealth & Tax Planning Private Company Wealth & Tax Planning Private Company Parties dans une Private Company Structure simplifiée Mandant = Actionnaire Procure des recommandations Conseil d administration Les actions peuvent être détenues

Plus en détail

Swap: Utilisation et risques Approche de gestion pour les consommateurs

Swap: Utilisation et risques Approche de gestion pour les consommateurs Paris 5 avril 2013 Swap: Utilisation et risques Approche de gestion pour les consommateurs Serge LESCOAT Associé INDAR ENERGY Conseiller en Investissements Financiers Membre du CNCIF Association agréé

Plus en détail

A I D E F I N A N C I È R E P O U R É T U D E S S U P É R I E U R E S

A I D E F I N A N C I È R E P O U R É T U D E S S U P É R I E U R E S 08/05/2015 www.bdo.lu A I D E F I N A N C I È R E P O U R É T U D E S S U P É R I E U R E S La loi du 24 juillet 2014 concernant l aide financière de l Etat pour études supérieures est entrée en vigueur

Plus en détail

Grandes tendances et leurs impacts sur l acquisition de produits et services TI.

Grandes tendances et leurs impacts sur l acquisition de produits et services TI. Grandes tendances et leurs impacts sur l acquisition de produits et services TI. François Banville Partenaire exécutif chez Gartner Gartner is a registered trademark of Gartner, Inc. or its affiliates.

Plus en détail

The crucial role of Japan s monetary policy

The crucial role of Japan s monetary policy MARKETS ECONOMIC RESEARCH November, - No. 9 The crucial role of s monetary policy Since the start of, financial markets have been very concerned about the possibility of a contraction in global liquidity

Plus en détail

Should Greece leave the euro?

Should Greece leave the euro? ECONOMICS ECONOMIC RESEARCH February 19, 1 - No. 19 Should Greece leave the euro? A number of economists and politicians have suggested that Greece ought to leave the euro zone to restore its economy.

Plus en détail

Wealth & Tax Planning Private Foundation

Wealth & Tax Planning Private Foundation Wealth & Tax Planning Private Foundation Parties dans une Private Foundation Structure simplifiée Mandant de la fondation = Fondateur Procure des recommandations Conseil de fondation Transfère les actifs

Plus en détail

La lettre de gage suisse. 8050 Zurich, 16 octobre 2015, 0907, MR

La lettre de gage suisse. 8050 Zurich, 16 octobre 2015, 0907, MR La lettre de gage suisse 8050 Zurich, 16 octobre 2015, 0907, MR 1 Agenda Désirs d'un investisseur: Sûreté Émetteur actif, un marché liquide, bon prix 2 La lettre de gage suisse n'est pas un covered bond

Plus en détail

La fourchette de cotation est fonction d une part des actifs composant le benchmark de l ETF, mais aussi d autres facteurs exposés ci-dessous.

La fourchette de cotation est fonction d une part des actifs composant le benchmark de l ETF, mais aussi d autres facteurs exposés ci-dessous. Executive summary Comme pour la plupart des titres traités sur les marchés, la fourchette de cotation d un ETF est égale à la différence entre son prix de vente, càd le prix auquel un investisseur peut

Plus en détail

Un système KYC robuste et sa valeur ajoutée commerciale

Un système KYC robuste et sa valeur ajoutée commerciale MY JOURNEY BEGAN AT 19, WHEN I LANDED IN THE COLDEST PLACE I D EVER EXPERIENCED. MAJID AL-NASSAR BUSINESS OWNER AND PROPERTY INVESTOR. EVERY JOURNEY IS UNIQUE. Un système KYC robuste et sa valeur ajoutée

Plus en détail

OPPORTUNITÉ D INVESTISSEMENT / INVESTMENT OPPORTUNITY. ESPACES DE BUREAU À VENDRE / OFFICE SPACES FOR SALE 1211 University, Montréal, QC

OPPORTUNITÉ D INVESTISSEMENT / INVESTMENT OPPORTUNITY. ESPACES DE BUREAU À VENDRE / OFFICE SPACES FOR SALE 1211 University, Montréal, QC OPPORTUNITÉ D INVESTISSEMENT / INVESTMENT OPPORTUNITY ESPACES DE BUREAU À VENDRE / OFFICE SPACES FOR SALE 1211 University, Montréal, QC asgaard.ca p. 1 OPPORTUNITÉ D INVESTISSEMENT / INVESTMENT OPPORTUNITY

Plus en détail

Electronic Documents (Insurance and Insurance Holding Companies) Regulations

Electronic Documents (Insurance and Insurance Holding Companies) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Electronic Documents (Insurance and Insurance Holding Companies) Regulations Règlement sur les documents électroniques (sociétés d assurances et sociétés de portefeuille

Plus en détail

www.pwc.lu Bale III et CRD IV - enjeux pour les entreprises et les trésoriers Conférence PME-PMI 10 Juin 2013

www.pwc.lu Bale III et CRD IV - enjeux pour les entreprises et les trésoriers Conférence PME-PMI 10 Juin 2013 www.pwc.lu Bale III et CRD IV - enjeux pour les entreprises et les trésoriers Conférence PME-PMI 10 Juin 2013 Bâle III n est qu une des réglementations à venir Toute une série d autres initiatives font

Plus en détail

Loi sur l aide financière à la Banque Commerciale du Canada. Canadian Commercial Bank Financial Assistance Act CODIFICATION CONSOLIDATION

Loi sur l aide financière à la Banque Commerciale du Canada. Canadian Commercial Bank Financial Assistance Act CODIFICATION CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Canadian Commercial Bank Financial Assistance Act Loi sur l aide financière à la Banque Commerciale du Canada S.C. 1985, c. 9 S.C. 1985, ch. 9 Current to September 10,

Plus en détail

Finance durable et microfinance

Finance durable et microfinance Finance durable et microfinance Résultats du sondage fait auprès d investisseurs professionnels de Suisse Romande Janvier 2014 Copyright Symbiotics 2014 1 Disclaimer This document is meant for information

Plus en détail

Exemption from Approval for Certain Investments in Intragroup Service Entities (Trust and Loan Companies) Regulations

Exemption from Approval for Certain Investments in Intragroup Service Entities (Trust and Loan Companies) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Exemption from Approval for Certain Investments in Intragroup Service Entities (Trust and Loan Companies) Regulations Règlement sur la dispense d agrément pour certains

Plus en détail

A v a n t a g e s e n n a t u r e

A v a n t a g e s e n n a t u r e 17/06/2015 www.bdo.lu A v a n t a g e s e n n a t u r e L imposition des avantages en nature au Luxembourg est basée sur le principe général selon lequel tous les avantages, tant en espèces qu en nature,

Plus en détail

www.pwc.com De l évaluation au prix d acquisition Les petits déjeuners des PME et des start-up 24 juin 2011

www.pwc.com De l évaluation au prix d acquisition Les petits déjeuners des PME et des start-up 24 juin 2011 www.pwc.com De l évaluation au prix d acquisition Les petits déjeuners des PME et des start-up 24 juin 2011 Intervenant André Maeder Partner Transaction Services Responsable du département de Transaction

Plus en détail

INVESTMENT REGULATIONS R-090-2001 In force October 1, 2001. RÈGLEMENT SUR LES INVESTISSEMENTS R-090-2001 En vigueur le 1 er octobre 2001

INVESTMENT REGULATIONS R-090-2001 In force October 1, 2001. RÈGLEMENT SUR LES INVESTISSEMENTS R-090-2001 En vigueur le 1 er octobre 2001 FINANCIAL ADMINISTRATION ACT INVESTMENT REGULATIONS R-090-2001 In force October 1, 2001 LOI SUR LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES RÈGLEMENT SUR LES INVESTISSEMENTS R-090-2001 En vigueur le 1 er octobre

Plus en détail

Electronic Documents (Cooperative Credit Associations) Regulations. Règlement sur les documents électroniques (associations coopératives de crédit)

Electronic Documents (Cooperative Credit Associations) Regulations. Règlement sur les documents électroniques (associations coopératives de crédit) CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Electronic Documents (Cooperative Credit Associations) Regulations Règlement sur les documents électroniques (associations coopératives de crédit) SOR/2010-242 DORS/2010-242

Plus en détail

La recherched emploi: Etapes et points d attention

La recherched emploi: Etapes et points d attention La recherched emploi: Etapes et points d attention Isabelle Dehut - HR & Internal Communication T H I N K I N G A H E A D B E G I N S N O W 1 Agenda Bilan personnel Lettre de candidature CV Postuler Entretien

Plus en détail

First Nations Assessment Inspection Regulations. Règlement sur l inspection aux fins d évaluation foncière des premières nations CONSOLIDATION

First Nations Assessment Inspection Regulations. Règlement sur l inspection aux fins d évaluation foncière des premières nations CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION First Nations Assessment Inspection Regulations Règlement sur l inspection aux fins d évaluation foncière des premières nations SOR/2007-242 DORS/2007-242 Current to September

Plus en détail

RULE 5 - SERVICE OF DOCUMENTS RÈGLE 5 SIGNIFICATION DE DOCUMENTS. Rule 5 / Règle 5

RULE 5 - SERVICE OF DOCUMENTS RÈGLE 5 SIGNIFICATION DE DOCUMENTS. Rule 5 / Règle 5 RULE 5 - SERVICE OF DOCUMENTS General Rules for Manner of Service Notices of Application and Other Documents 5.01 (1) A notice of application or other document may be served personally, or by an alternative

Plus en détail

Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations. Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) CONSOLIDATION

Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations. Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) SOR/2002-39 DORS/2002-39 Current to

Plus en détail

MEMENTO MARS 2014. www.bdo.lu. Convention tendant à éviter les doubles impositions entre l Allemagne et le Luxembourg

MEMENTO MARS 2014. www.bdo.lu. Convention tendant à éviter les doubles impositions entre l Allemagne et le Luxembourg Convention tendant à éviter les doubles impositions entre l Allemagne et le Luxembourg Nouvelles règles au 1 er janvier 2014 MEMENTO MARS 2014 www.bdo.lu 1 5 Mars 2014 Nouvelle convention fiscale entre

Plus en détail

Public Inquiry (Authorized Foreign Banks) Rules. Règles sur les enquêtes publiques (banques étrangères autorisées) CONSOLIDATION CODIFICATION

Public Inquiry (Authorized Foreign Banks) Rules. Règles sur les enquêtes publiques (banques étrangères autorisées) CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Public Inquiry (Authorized Foreign Banks) Rules Règles sur les enquêtes publiques (banques étrangères autorisées) SOR/99-276 DORS/99-276 Current to October 15, 2015 À

Plus en détail

Total Privilège Durée d investissement conseillée Éligibilité

Total Privilège Durée d investissement conseillée  Éligibilité Total Privilège Instrument financier émis par Natixis SA (Moody s : A2, Fitch : A, Standard & Poor s : A au 20 novembre 2014) dont l investisseur supporte le risque de crédit. Total Privilège est une alternative

Plus en détail

Renminbi Cash Management

Renminbi Cash Management Facilitez vos activités avec la Chine Renminbi Cash Management La dynamique du marché chinois La Chine, 2 ème économie mondiale 1 er exportateur mondial 1 er fournisseur en Europe 2 ème acheteur en Europe

Plus en détail

APPENDIX 2. Provisions to be included in the contract between the Provider and the. Holder

APPENDIX 2. Provisions to be included in the contract between the Provider and the. Holder Page 1 APPENDIX 2 Provisions to be included in the contract between the Provider and the Obligations and rights of the Applicant / Holder Holder 1. The Applicant or Licensee acknowledges that it has read

Plus en détail

L intérêt de la gestion quantitative active dans une allocation diversifiée

L intérêt de la gestion quantitative active dans une allocation diversifiée L intérêt de la gestion quantitative active dans une allocation diversifiée Jean François Bay, Directeur Général, Morningstar France 17 novembre 2011 Conférence QuantValley Ce document est réservé aux

Plus en détail

HUBWOO. Les caractéristiques de l'offre sont décrites dans l'avis Euronext PAR_20150624_04920_EUR. 09/09/2015 à 16h (Euroclear) et à minuit (SCORE)

HUBWOO. Les caractéristiques de l'offre sont décrites dans l'avis Euronext PAR_20150624_04920_EUR. 09/09/2015 à 16h (Euroclear) et à minuit (SCORE) CORPORATE EVENT NOTICE: Offre publique d'achat HUBWOO PLACE: Paris AVIS N : PAR_20150817_06441_EUR DATE: 17/08/2015 MARCHE: EURONEXT PARIS Following PAR_20150624_04920_EUR Le 10/08/2015, l'autorité des

Plus en détail

Pourquoi externaliser? Petits déjeuners des PME & Start-up

Pourquoi externaliser? Petits déjeuners des PME & Start-up www.pwc.com Petits déjeuners des PME & Start-up Robert Hinterberger Senior Manager Agenda 1. Suisse 2. et les PME 3. Les principales fonctions externalisées 4. Les avantages de l externalisation 5. Les

Plus en détail

Name Use (Affiliates of Banks or Bank Holding Companies) Regulations

Name Use (Affiliates of Banks or Bank Holding Companies) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Name Use (Affiliates of Banks or Bank Holding Companies) Regulations Règlement sur l utilisation de la dénomination sociale (entités du même groupe qu une banque ou société

Plus en détail

G&R Europe Distribution 5

G&R Europe Distribution 5 G&R Europe Distribution 5 Instrument financier émis par Natixis, véhicule d émission de droit français, détenu et garanti par Natixis (Moody s : A2 ; Standard & Poor s : A au 6 mai 2014) dont l investisseur

Plus en détail

Multiple issuers. La cotation des actions ROBECO ci-dessous est suspendue sur EURONEXT PARIS dans les conditions suivantes :

Multiple issuers. La cotation des actions ROBECO ci-dessous est suspendue sur EURONEXT PARIS dans les conditions suivantes : CORPORATE EVENT NOTICE: Suspension de cotation Multiple issuers PLACE: Paris AVIS N : PAR_20141002_07393_EUR DATE: 02/10/2014 MARCHE: EURONEXT PARIS La cotation des fonds mentionnés ci-dessous sera suspendue

Plus en détail

Les produits structurés ci-dessous seront trasférés du groupe de cotation HL au groupe de cotation IB à compter du 13/01/2015 :

Les produits structurés ci-dessous seront trasférés du groupe de cotation HL au groupe de cotation IB à compter du 13/01/2015 : CORPORATE EVENT NOTICE: Ajustement de produits structurés UNICREDIT BANK AG. PLACE: Paris AVIS Nº : PAR_20150112_00247_EUR DATE: 12/01/2015 MARCHÉ: EURONEXT PARIS Modification des caractéristiques de produits

Plus en détail

Avocat à la Cour Tel : 01 45 02 08 03 Fax : 01 45 02 08 10 j.goncalves@artales-avocats.com FONDATIONS CAPITAL PRIVE PME

Avocat à la Cour Tel : 01 45 02 08 03 Fax : 01 45 02 08 10 j.goncalves@artales-avocats.com FONDATIONS CAPITAL PRIVE PME Jean Goncalves 44 rue Paul Valery 75116 Paris Avocat à la Cour Tel : 01 45 02 08 03 Fax : 01 45 02 08 10 j.goncalves@artales-avocats.com FONDATIONS CAPITAL PRIVE PME Note pour les investisseurs résidents

Plus en détail

Offre d Achat par BNP Paribas sur Obligations de Compagnie de Saint-Gobain

Offre d Achat par BNP Paribas sur Obligations de Compagnie de Saint-Gobain Communiqué de presse du 22 septembre 2010 Offre d Achat par BNP Paribas sur Obligations de Compagnie de Saint-Gobain NE PAS DIFFUSER NI DISTRIBUER A UNE U.S. PERSON OU TOUTE PERSONNE SITUEE OU RESIDENTE

Plus en détail

Bons d'option émis par. SOCIETE GENERALE (en qualité d'emetteur)

Bons d'option émis par. SOCIETE GENERALE (en qualité d'emetteur) CONDITIONS DEFINITIVES POUR LES BONS D'OPTION SUR ACTION EN DATE DU 18 NOVEMBRE 2011 Bons d'option émis par SOCIETE GENERALE (en qualité d'emetteur) Les modalités applicables aux Bons d'option figurent

Plus en détail

AUDIT COMMITTEE: TERMS OF REFERENCE

AUDIT COMMITTEE: TERMS OF REFERENCE AUDIT COMMITTEE: TERMS OF REFERENCE PURPOSE The Audit Committee (the Committee), assists the Board of Trustees to fulfill its oversight responsibilities to the Crown, as shareholder, for the following

Plus en détail

Corporate Interrelationships (Insurance Companies and Insurance Holding Companies) Regulations

Corporate Interrelationships (Insurance Companies and Insurance Holding Companies) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Corporate Interrelationships (Insurance Companies and Insurance Holding Companies) Regulations Règlement sur les relations intersociétés (sociétés d assurances et sociétés

Plus en détail

PAR_20141217_09543_EUR DATE: 17/12/2014. Suite à l'avis PAR_20141119_08654_EUR

PAR_20141217_09543_EUR DATE: 17/12/2014. Suite à l'avis PAR_20141119_08654_EUR CORPORATE EVENT NOTICE: Emission avec maintien du droit préférentiel de souscription, d obligations convertibles en actions ordinaires nouvelles assorties de bons de souscription d action («OCABSA») -

Plus en détail

Alpha Conviction. Durée d investissement conseillée : 6 ans (en l absence d activation automatique du mécanisme de remboursement anticipé).

Alpha Conviction. Durée d investissement conseillée : 6 ans (en l absence d activation automatique du mécanisme de remboursement anticipé). Alpha Conviction Instrument financier émis par Natixis (Moody s : A2 ; Standard & Poor s : A au 14 janvier 2014) dont l investisseur supportera le risque de crédit. Alpha Conviction est une alternative

Plus en détail

WALLIX GROUP PAR_20150611_04539_ALT DATE: 11/06/2015. Suite aux avis PAR_20150528_04089_ALT et PAR_20150529_04111_ALT

WALLIX GROUP PAR_20150611_04539_ALT DATE: 11/06/2015. Suite aux avis PAR_20150528_04089_ALT et PAR_20150529_04111_ALT CORPORATE EVENT NOTICE: Résultat de l'offre au public WALLIX GROUP PLACE: Paris AVIS N : PAR_20150611_04539_ALT DATE: 11/06/2015 MARCHE: Alternext Paris Suite aux avis PAR_20150528_04089_ALT et PAR_20150529_04111_ALT

Plus en détail

AMOEBA PAR_20150707_05322_EUR DATE: 07/07/2015. Suite à l'avis PAR_20150624_04900_EUR A - RESULTAT DE L'OFFRE AU PUBLIC

AMOEBA PAR_20150707_05322_EUR DATE: 07/07/2015. Suite à l'avis PAR_20150624_04900_EUR A - RESULTAT DE L'OFFRE AU PUBLIC CORPORATE EVENT NOTICE: Résultat de l'offre au public AMOEBA PLACE: Paris AVIS N : PAR_20150707_05322_EUR DATE: 07/07/2015 MARCHE: EURONEXT PARIS Suite à l'avis PAR_20150624_04900_EUR A - RESULTAT DE L'OFFRE

Plus en détail

Règlement sur le télémarketing et les centres d'appel. Call Centres Telemarketing Sales Regulation

Règlement sur le télémarketing et les centres d'appel. Call Centres Telemarketing Sales Regulation THE CONSUMER PROTECTION ACT (C.C.S.M. c. C200) Call Centres Telemarketing Sales Regulation LOI SUR LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR (c. C200 de la C.P.L.M.) Règlement sur le télémarketing et les centres d'appel

Plus en détail

Archived Content. Contenu archivé

Archived Content. Contenu archivé ARCHIVED - Archiving Content ARCHIVÉE - Contenu archivé Archived Content Contenu archivé Information identified as archived is provided for reference, research or recordkeeping purposes. It is not subject

Plus en détail

Notices of Uninsured Deposits Regulations (Trust and Loan Companies)

Notices of Uninsured Deposits Regulations (Trust and Loan Companies) CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Notices of Uninsured Deposits Regulations (Trust and Loan Companies) Règlement sur les avis relatifs aux dépôts non assurés (sociétés de fiducie et de prêt) SOR/2008-64

Plus en détail

CODIFICATION CONSOLIDATION. Current to September 27, 2015. À jour au 27 septembre 2015. Last amended on July 1, 2010

CODIFICATION CONSOLIDATION. Current to September 27, 2015. À jour au 27 septembre 2015. Last amended on July 1, 2010 CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Mortgage Insurance Business (Banks, Authorized Foreign Banks, Trust and Loan Companies, Retail Associations, Canadian Insurance Companies and Canadian Societies) Regulations

Plus en détail

Les caractéristiques de l'offre sont décrites dans l'avis Euronext PAR_20150708_05360_EUR. 15/09/2015 à 16h (Euroclear) et à minuit (SCORE)

Les caractéristiques de l'offre sont décrites dans l'avis Euronext PAR_20150708_05360_EUR. 15/09/2015 à 16h (Euroclear) et à minuit (SCORE) CORPORATE EVENT NOTICE: Offre publique d'achat CANAL PLUS (STE ED) PLACE: Paris AVIS N : PAR_20150828_06716_EUR DATE: 28/08/2015 MARCHE: EURONEXT PARIS Suite à l'avis PAR_20150708_05360_EUR Le 28/08/2015,

Plus en détail

Specialized Financing (Banks) Regulations. Règlement sur les activités de financement spécial (banques) CODIFICATION CONSOLIDATION

Specialized Financing (Banks) Regulations. Règlement sur les activités de financement spécial (banques) CODIFICATION CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Specialized Financing (Banks) Regulations Règlement sur les activités de financement spécial (banques) SOR/2001-428 DORS/2001-428 Current to October 27, 2015 À jour au

Plus en détail

AXA Rendement Période de souscription : Durée d investissement conseillée éligibilité

AXA Rendement Période de souscription : Durée d investissement conseillée éligibilité AXA Rendement AXA Rendement est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. Instrument financier émis par Natixis (Moody

Plus en détail

Rational Team Concert

Rational Team Concert Une gestion de projet agile avec Rational Team Concert Samira Bataouche Consultante, IBM Rational France 1 SCRUM en Bref Events Artifacts Development Team Source: Scrum Handbook 06 Décembre 2012 Agilité?

Plus en détail

Private banking: après l Eldorado

Private banking: après l Eldorado Private banking: après l Eldorado Michel Juvet Associé 9 juin 2015 Toutes les crises génèrent de nouvelles réglementations Le tournant de 2008 Protection des clients MIFID, UCITS, FIDLEG Bilan des banques

Plus en détail

POINT PARFUMS DIGITAL PAR_20150605_04341_MLI DATE: 05/06/2015. Suite à l'avis PAR_20150602_04200_MLI A) RESULTAT

POINT PARFUMS DIGITAL PAR_20150605_04341_MLI DATE: 05/06/2015. Suite à l'avis PAR_20150602_04200_MLI A) RESULTAT CORPORATE EVENT NOTICE: Résultat de l'offre POINT PARFUMS DIGITAL PLACE: Paris AVIS N : PAR_20150605_04341_MLI DATE: 05/06/2015 MARCHE: MARCHE LIBRE Suite à l'avis PAR_20150602_04200_MLI A) RESULTAT Après

Plus en détail

Specialized Financing (Cooperative Credit Associations) Regulations

Specialized Financing (Cooperative Credit Associations) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Specialized Financing (Cooperative Credit Associations) Regulations Règlement sur les activités de financement spécial (associations coopératives de crédit) SOR/2001-427

Plus en détail

DESIGN YOUR HOME PAR_20150903_06859_MLI DATE: 03/09/2015. Suite à l'avis PAR_20150828_06739_MLI A) RESULTAT

DESIGN YOUR HOME PAR_20150903_06859_MLI DATE: 03/09/2015. Suite à l'avis PAR_20150828_06739_MLI A) RESULTAT CORPORATE EVENT NOTICE: Résultat de l'offre DESIGN YOUR HOME PLACE: Paris AVIS N : PAR_20150903_06859_MLI DATE: 03/09/2015 MARCHE: MARCHE LIBRE Suite à l'avis PAR_20150828_06739_MLI A) RESULTAT Après centralisation

Plus en détail

Aider les entreprises à réaliser leur potentiel. NBGI Private Equity Limited is authorised and regulated by the Financial Services Authority

Aider les entreprises à réaliser leur potentiel. NBGI Private Equity Limited is authorised and regulated by the Financial Services Authority Aider les entreprises à réaliser leur potentiel NBGI Private Equity Limited is authorised and regulated by the Financial Services Authority Disclaimer This document has been prepared by NBGI PE France

Plus en détail

INTEGRAL PAR_20150811_06296_MLI DATE: 11/08/2015. Suite à l'avis PAR_20150806_06182_MLI A) RESULTAT

INTEGRAL PAR_20150811_06296_MLI DATE: 11/08/2015. Suite à l'avis PAR_20150806_06182_MLI A) RESULTAT CORPORATE EVENT NOTICE: Résultat de l'offre INTEGRAL PLACE: Paris AVIS N : PAR_20150811_06296_MLI DATE: 11/08/2015 MARCHE: MARCHE LIBRE Suite à l'avis PAR_20150806_06182_MLI A) RESULTAT Après centralisation

Plus en détail

EFG INTERNATIONAL ANNONCE SON INTRODUCTION EN BOURSE

EFG INTERNATIONAL ANNONCE SON INTRODUCTION EN BOURSE EFG INTERNATIONAL ANNONCE SON INTRODUCTION EN BOURSE Conférence de presse aujourd hui, à 10.00 HEC, au Forum, St-Peterstrasse 19, Zurich Ne peut être publié ou distribué aux Etats-Unis, le Canada et le

Plus en détail

Disclosure on Account Opening by Telephone Request (Trust and Loan Companies) Regulations

Disclosure on Account Opening by Telephone Request (Trust and Loan Companies) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Disclosure on Account Opening by Telephone Request (Trust and Loan Companies) Regulations Règlement sur la communication en cas de demande téléphonique d ouverture de

Plus en détail

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011.

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. Sent: 11 May 2011 10:53 Subject: Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. I look forward to receiving two signed copies of this letter. Sent: 10

Plus en détail

SAP BUSINESSOBJECTS FINANCIAL CONSOLIDATION 10.0, STARTER KIT FOR IFRS SP1. Description Simplifiée du Paramétrage

SAP BUSINESSOBJECTS FINANCIAL CONSOLIDATION 10.0, STARTER KIT FOR IFRS SP1. Description Simplifiée du Paramétrage SAP BUSINESSOBJECTS FINANCIAL CONSOLIDATION 10.0, STARTER KIT FOR IFRS SP1 Description Simplifiée du Paramétrage 1 Copyright 2011 SAP BusinessObjects. Tous droits réservés. SAP BusinessObjects et ses logos,

Plus en détail

Disclosure on Account Opening by Telephone Request (Banks) Regulations

Disclosure on Account Opening by Telephone Request (Banks) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Disclosure on Account Opening by Telephone Request (Banks) Regulations Règlement sur la communication en cas de demande téléphonique d ouverture de compte (banques) SOR/2001-472

Plus en détail

Regulatory Capital (Insurance Companies) Regulations. Règlement sur le capital réglementaire (sociétés d assurances) CONSOLIDATION CODIFICATION

Regulatory Capital (Insurance Companies) Regulations. Règlement sur le capital réglementaire (sociétés d assurances) CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Regulatory Capital (Insurance Companies) Regulations Règlement sur le capital réglementaire (sociétés d assurances) SOR/92-529 DORS/92-529 Current to September 30, 2015

Plus en détail

Borrowing (Property and Casualty Companies and Marine Companies) Regulations

Borrowing (Property and Casualty Companies and Marine Companies) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Borrowing (Property and Casualty Companies and Marine Companies) Regulations Règlement sur les emprunts des sociétés d assurances multirisques et des sociétés d assurance

Plus en détail

Communication à caractère promotionnel. Les performances de BNP Paribas Investment Partners en 2012. Prix et récompenses

Communication à caractère promotionnel. Les performances de BNP Paribas Investment Partners en 2012. Prix et récompenses Communication à caractère promotionnel Les performances de BNP Paribas Investment Partners en 2012 Prix et récompenses L excellence a un «prix» Une gamme de qualité récompensée pour ses performances dans

Plus en détail

L approche américaine

L approche américaine La réforme financière L approche américaine Julien Bourgeois David Harris David Ansell Olivier Dumas Avocats associés, Cabinet Dechert LLP, Washington DC et Paris Le Dodd-Frank Act est l une des plus importantes

Plus en détail

Optimisez la gestion de vos projets IT avec PPM dans le cadre d une réorganisation. SAP Forum, May 29, 2013

Optimisez la gestion de vos projets IT avec PPM dans le cadre d une réorganisation. SAP Forum, May 29, 2013 Optimisez la gestion de vos projets IT avec PPM dans le cadre d une réorganisation SAP Forum, May 29, 2013 Optimisez la gestion de vos projets IT avec PPM dans le cadre d une réorganisation Frédérique

Plus en détail

Minority Investment (Insurance Holding Companies) Regulations. Règlement sur les placements minoritaires (sociétés de portefeuille d assurances)

Minority Investment (Insurance Holding Companies) Regulations. Règlement sur les placements minoritaires (sociétés de portefeuille d assurances) CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Minority Investment (Insurance Holding Companies) Regulations Règlement sur les placements minoritaires (sociétés de portefeuille d assurances) SOR/2001-405 DORS/2001-405

Plus en détail

Bill 157 Projet de loi 157

Bill 157 Projet de loi 157 2ND SESSION, 39TH LEGISLATURE, ONTARIO 60 ELIZABETH II, 2011 2 e SESSION, 39 e LÉGISLATURE, ONTARIO 60 ELIZABETH II, 2011 Bill 157 Projet de loi 157 An Act to amend the Pesticides Act Loi modifiant la

Plus en détail

Factoring Entity Regulations. Règlement sur les entités s occupant d affacturage CONSOLIDATION CODIFICATION

Factoring Entity Regulations. Règlement sur les entités s occupant d affacturage CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Factoring Entity Regulations Règlement sur les entités s occupant d affacturage SOR/2001-387 DORS/2001-387 Current to October 15, 2015 À jour au 15 octobre 2015 Published

Plus en détail