Thème Santé Social 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Thème Santé Social 1"

Transcription

1 Module 1 Sociologie générale La sociologie, c est l étude des faits sociaux. Les faits sociaux représentent tout ce qui a un rapport avec la vie des individus. L individu dans la société appartient à un groupe social. Il est aussi confronté à des normes sociales. Parfois, l individu s écarte des normes et tombe dans la déviance* d où l apparition de dysfonctionnements sociaux. La sociologie n est pas une science exacte. L objet de cette leçon n est pas de développer d une manière complexe les aspects sociologiques mais de maîtriser des notions et de comprendre les comportements des individus. SOCIOLOGIE GENERALE Qu est ce que la sociologie? D après le Petit Larousse illustré, la sociologie est la science des phénomènes sociaux qui a pour objet : Soit la description systématique de comportements sociaux particuliers (ex : sociologie du travail), Soit l étude des «phénomènes sociaux totaux», qui vise à interpréter tout fait social au sein du groupe dans lequel il se manifeste et qui a pour méthode l observation (sondage statistique) et la constitution de modèles descriptifs. Nous allons nous intéresser en particulier à la deuxième partie de cette définition. Nous parlons de «fait social», de «méthode», de «groupe», autant de termes que nous allons expliquer tout au long de cette leçon. 62

2 Les faits sociaux Comme il a été dit en introduction, les faits sociaux constituent tout ce qui a un rapport avec la vie de l individu (ex : la manière de s habiller mais aussi les phénomènes collectifs tels que les grèves). Ces phénomènes sont produits par le nombre. Ils se rapportent à des groupes ou à des collectivités (on peut reprendre comme exemple la façon de s habiller qui, en tant que phénomène de groupe, peut être étudié chez les adolescents). Les faits sociaux en tant que phénomènes de groupes ont une certaine extériorité*(c est-à-dire qu ils se produisent inconsciemment) et, dans la majorité des cas, ils vont s imposer aux individus (on prendra toujours comme exemple la manière de s habiller, qui peut être en partie imposée par le groupe). Les faits sociaux ont toujours une histoire, c est-à-dire, qu ils sont le produit de faits antérieurs (ex : la forme de la famille actuelle comme l importance ou la répartition des rôles dans le couple est le résultat de l évolution). Remarques : La sociologie a une certaine spécificité. Elle n est pas seule à avoir pour objet des faits sociaux. D autres sciences sociales ont le même objet (ex : en droit, en économie). Ce qui distingue la sociologie des autres sciences sociales, c est sa méthode pour appréhender les faits sociaux. En effet, contrairement aux autres disciplines, la sociologie replace les faits sociaux dans leur contexte le plus large, celui de la société globale. La méthode en sociologie La méthode de connaissance des faits sociaux passe par 3 grandes étapes : - la description complète du phénomène social, - la recherche de l origine du phénomène, - la compréhension du sens, compte tenu de la société. Cette approche implique qu il existe une logique des faits sociaux qui ne sont pas dus au hasard. Il y a des régularités que l on peut repérer et qui permettent de prévoir d autres faits sociaux. 63

3 L INDIVIDU ET LA SOCIETE L identité sociale de l individu L identité sociale est l aspect fondamental et permanent de l individu qui fait qu il est différent des autres. L identité d un individu est à la fois individuelle (ex : l aspect physique) et sociale (ex : sa profession). L individu va trouver son identité au travers des différents groupes dans lesquels il vit, en commençant par le groupe familial. Appartenance à un groupe social La société se compose d un ensemble de groupes bien différents (groupes sociaux, groupes familiaux, groupes ethniques*). Chaque groupe se compose d individus ayant des relations réciproques. L action des individus donne naissance à des faits sociaux : c est ce que l on appelle l action sociale. Cette action des individus s opère au niveau des groupes. Cela suppose que l individu change son comportement du fait de la présence des autres. Cela suppose aussi que les individus attachent une signification aux comportements des autres. Les groupes sociaux vont constituer le milieu qui résulte de l action sociale des individus et qui en même temps déterminent les actions. On peut distinguer : - Le milieu d appartenance : l individu est toujours relié à un groupe social d appartenance (ex : pour une personne travaillant comme manœuvre, le groupe social d appartenance est le milieu ouvrier). - Le milieu de référence : c est le groupe social auquel l individu veut s identifier dans ses comportements. Il s agit d un milieu autre que celui d appartenance et auquel on emprunte des modèles et des valeurs. (Ex : une catégorie sociale supérieure à la sienne peut servir de milieu de référence). Appartenance à une classe sociale Les individus sont regroupés dans une classe sociale lorsqu ils ont les mêmes conditions économiques (ex : fortune) et sociales (ex : profession), les mêmes comportements, les mêmes habitudes et des traditions. Les individus peuvent être amenés à changer de classe sociale, on parle alors de mobilité sociale. Ce changement s effectue lorsque l on grimpe ou que l on descend dans l échelle sociale ou professionnelle. 64

4 Il existe 3 grandes classes sociales : La classe bourgeoise, La classe moyenne, La classe ouvrière. Mais aujourd hui, cette classification ne semble plus être d actualité étant donnée l uniformisation des comportements et des modes de vie. Le système normatif L individu est régi par un système normatif composé de valeurs, de normes, de rôles et de statuts sociaux. En respectant le système, l individu s intègre, en le contournant, l individu sombre dans la déviance*. A) Les valeurs et normes sociales La société institue des règles définissant ce qui est bien ou mal, bon ou mauvais, dangereux ou pas, règles qui lui permettent de fonctionner correctement. D après Guy Rocher (Introduction à la sociologie générale), les valeurs sociales sont des manières d être et d agir qu une personne et une collectivité reconnaissent comme idéales et qui rendent désirables et estimables les êtres ou les conduites auxquelles elles sont attribuées (ex : le respect de la vie, la charité). De ces valeurs, vont découler les normes sociales. Celles-ci représentent un ensemble de règles diverses que se donne un groupe (ex : rouler à droite, être poli, refuser la violence ). Ces normes sociales ne sont pas toutes imposées par la contrainte. Dans de nombreux cas, l individu les aura intégrées comme quelque chose de naturel, qui va de soi. Les normes sociales permettent le respect des valeurs. La comparaison des différents systèmes de normes permettra d identifier les différentes normes du groupe (ex : la comparaison entre l alimentation française et celle du Japon). Les normes sociales sont d inégale importance pour le groupe. Dans certains cas, on aura des normes absolues (ex : ne pas tuer), dans d autres, des normes recommandées (ex : être poli) où l individu aura une certaine marge de manœuvre. B) Les rôles sociaux Les rôles sociaux constituent un ensemble de normes auxquelles est soumise l action de l individu qui occupe une position particulière. C est aussi le comportement attendu. 65

5 Exemple : Manière de s exprimer Manière de s habiller La secrétaire médicale Accueille les patients Gère les rendez-vous C) Le statut social Un individu est amené dans la vie sociale à occuper des positions multiples (ex : position de père de famille, de membre d un club de sport ). Ces positions vont constituer des ensembles qui vont définir le statut social. Le statut peut être professionnel, économique, familial Qui impose les normes? Il y a 2 mécanismes : Le système de sanction La sanction est une contrainte exercée par le groupe sur l individu pour imposer la conformité aux normes. La sanction peut être négative (ex : la prison) ou positive (ex : remise de prix). La société va employer différents moyens (police, justice) pour permettre le respect de ces normes. Le système de socialisation C est le mécanisme d apprentissage des normes sociales à travers différentes institutions : la famille, l école, le groupe d appartenance, l entreprise. La socialisation est donc bien un processus continu. Ce processus va permettre d intérioriser les normes, c est-à-dire que l individu va les considérer comme siennes. Le processus de socialisation va permettre à l individu de s intégrer à son environnement et de se reconnaître dans le groupe, on parlera de mécanisme d adaptation. L intégration et la déviance Ces 2 notions définissent la place de l action de l individu par rapport à l ensemble du système normatif. 66

6 A) La notion d intégration Elle a un double sens : - L intégration s applique aux individus. Ils acceptent et suivent les normes du groupe auquel ils appartiennent. - L intégration s applique à la société. Si on constate dans la société qu un grand nombre d individus s écartent du modèle normatif, on dira que cette société a un faible niveau d intégration ou un faible niveau de cohésion sociale. B) La déviance On dit d un individu qu il est déviant lorsqu il adopte des comportements non conformes aux attentes du groupe. La déviance s analyse par rapport aux normes sociales. Quand la déviance correspond à un écart face aux normes codifiées par la loi, on parle alors de délinquance. La délinquance est un aspect de la déviance. Remarques - Il faut nuancer la déviance et constater une certaine tolérance (ex : clochards, prostitués) par rapport au respect des normes. - La notion de déviance ne signifie pas obligatoirement mauvaise intégration dans le groupe. - La notion de déviance peut correspondre à un phénomène de changement social et on n a pas alors d aspect négatif. La culture Il y a 2 définitions de la culture : Une définition descriptive : d après E.B. TYLOR, ethnologue, «la culture est un tout complexe qui inclut la connaissance, la croyance, l art, la morale, la loi, la coutume et toutes les autres attitudes et habitudes acquises par l homme en tant que membre de la société». Dans ce cas, la culture rassemble tous les faits sociaux liés à une société. Une définition en sociologie : d après Durkheim, sociologue, «la culture, c est la manière de penser, d agir et de sentir». La culture est donc un ensemble de comportements influencés par des normes et des valeurs. La culture est le propre des sociétés humaines, c est ce qui différencie l homme de l animal. La culture est apprise par la socialisation. Elle permet d identifier un groupe social. 67

7 La culture a des fonctions diverses : - elle établit des modèles dont la société va se servir pour construire ses modes de vie, - elle indique aux individus la façon de se comporter, - elle permet de reconnaître ses membres dans leurs façons de penser, d agir. Les cultures sont différentes à travers les civilisations, l espace, le temps. Chaque peuple a des croyances, des rites, des techniques différentes (exemple : la manière de s alimenter peut se faire en fonction du pays avec les mains, avec une fourchette ou encore avec des baguettes). Ces différentes notions de sociologie que nous venons d aborder nous permettent de situer l individu dans la société. L individu, de par son caractère, sa façon de penser, sa profession occupe une place bien définie au sein de la société. Il est donc intégré et respecte les normes qu on lui impose. Dans la suite de cette leçon, nous allons étudier des situations dans lesquelles l individu dévie du système normatif. C est ce que l on appelle les dysfonctionnements sociaux. C est le problème de la délinquance, de l exclusion et de la précarité. 68

II. La démarche du sociologue.

II. La démarche du sociologue. Le sociologue va analyser les différentes perceptions de cette réalité, c est un objet d étude pour le sociologue. Comment contribuer à la lutte contre l obésité? L étude sociale peut être faite à l initiative

Plus en détail

ANNEXE 1 EXERCICES Revoir les notions et les mécanismes des chapitres précédents.

ANNEXE 1 EXERCICES Revoir les notions et les mécanismes des chapitres précédents. ANNEXE 1 EXERCICES Revoir les notions et les mécanismes des chapitres précédents. A l aide de vos cours sur la socialisation et sur les groupes sociaux, et des autres ressources qui vous sont fournies

Plus en détail

Module 2 : Les variables

Module 2 : Les variables Module 2 : Les variables 2. Les cadres sociaux de l expérience Nos attitudes se forment au gré de nos rencontres dans différents cercles sociaux qui peuvent aller des plus larges ou lointains, au plus

Plus en détail

Les fondamentaux de la communication

Les fondamentaux de la communication Les fondamentaux de la communication I- LES COMPOSANTES DE LA COMMUNICATION INTERPERSONNELLE II- INFLUENCE DU GROUPE SUR LES COMPORTEMENTS DE COMMUNICATION Questionnement de départ I- LES COMPOSANTES DE

Plus en détail

Introduction à la sociologie

Introduction à la sociologie Introduction à la sociologie Séance 8 : Contrôle social, normes, déviance Arthur Vuattoux - vuattoux@univ-paris13.fr Contrôle social, normes, déviance Trois concepts étroitement liés Norme sociale : «Principe

Plus en détail

Contexte de recherche et question Présentation des notions Présentation des résultats et discussion Réflexions pour la recherche et la pratique

Contexte de recherche et question Présentation des notions Présentation des résultats et discussion Réflexions pour la recherche et la pratique Pratiques des parents dans l intégration scolaire de leur enfant dysphasique en classe ordinaire au primaire France Beauregard novembre 6 CQJDC Présentation Contexte de recherche et question Présentation

Plus en détail

L œuvre majeure de la 1ère Ecole de Chicago. «The polish peasant in Europe and in America» W.I. THOMAS, F. ZNANIECKI

L œuvre majeure de la 1ère Ecole de Chicago. «The polish peasant in Europe and in America» W.I. THOMAS, F. ZNANIECKI L œuvre majeure de la 1ère Ecole de Chicago «The polish peasant in Europe and in America» W.I. THOMAS, F. ZNANIECKI Introduction Œuvre publiée en 5 volumes de 1918 à 1920 (2232 pages) Etudes sur les migrants

Plus en détail

1 ère ES TPE : Les thèmes

1 ère ES TPE : Les thèmes 1 ère ES3 2017 2018 TPE : Les thèmes Le sujet que vous allez choisir doit s inscrire dans un des grands thèmes listés et allier l anglais et l histoiregéographie. Thème commun aux séries L, ES et S n 1

Plus en détail

Loïc Sallé FSSEP Lille 2 15 / 06 / 06. Master «Intervention» formation CAPEPS. Stage de préparation. Cours de sociologie

Loïc Sallé FSSEP Lille 2 15 / 06 / 06. Master «Intervention» formation CAPEPS. Stage de préparation. Cours de sociologie Loïc Sallé FSSEP Lille 2 15 / 06 / 06 Master «Intervention» formation CAPEPS Stage de préparation Cours de sociologie Présentation de la séance : Rappels : définition de la sociologie à quoi sert la sociologie?

Plus en détail

PROGRAMMES 2015 ENSEIGNEMENT MORAL ET CIVIQUE - CYCLE 3

PROGRAMMES 2015 ENSEIGNEMENT MORAL ET CIVIQUE - CYCLE 3 PROGRAMMES 2015 ENSEIGNEMENT MORAL ET CIVIQUE - CYCLE 3 1 PREAMBULE Les programmes : Arrêté du 12 juin 2015, publié au Journal Officiel le 21 juin 2015. Le nom d enseignement moral et civique apparait

Plus en détail

Introduction à la sociologie classique Partie 1 : L école de Durkheim E.

Introduction à la sociologie classique Partie 1 : L école de Durkheim E. Introduction à la sociologie classique Partie 1 : L école de Durkheim E. 1. Introduction : une sociologie objectiviste 2. Le fait social comme une chose 3. La conscience collective 4. Le lien social comme

Plus en détail

Le statut de l enfant en droit international

Le statut de l enfant en droit international Le statut de l enfant en droit international Fondation du Barreau du Québec, le 16 décembre 2015 Me Carmen Lavallée, professeure titulaire à la Faculté de droit de l Université de Sherbrooke 1 L enfant

Plus en détail

UE 1.2 S2 Santé Publique et économie de la santé Outils statistiques

UE 1.2 S2 Santé Publique et économie de la santé Outils statistiques UE 1.2 S2 Santé Publique et économie de la santé Outils statistiques ISPED Institut de Santé Publique, d Epidémiologie et de Développement Université Bordeaux Segalen 1 Plan de l enseignement Introduction

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION. BPJEPS BASKET BALL Ligue AQUITAINE

RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION. BPJEPS BASKET BALL Ligue AQUITAINE RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION BPJEPS BASKET BALL Ligue AQUITAINE UC 1 : COMMUNIQUER DANS LES SITUATIONS DE LA VIE PROFESSIONNELLE UC 2 : PRENDRE EN COMPTE LES CARACTÉRISTIQUES DES PUBLICS POUR PRÉPARER

Plus en détail

Projet pilote de mentorat- Journal de bord des rencontres

Projet pilote de mentorat- Journal de bord des rencontres Projet pilote de mentorat- Journal de bord des rencontres Date de la rencontre : Thème, sujet, besoin, problématique Compétence professionnelle (SEJ 2008, adapté du Mels, 2004 ) Action Rôle ou fonction

Plus en détail

Faire apprendre le savoir-être. Henri Boudreault Ph.D. CRAIE 2014

Faire apprendre le savoir-être. Henri Boudreault Ph.D. CRAIE 2014 Faire apprendre le savoir-être Henri Boudreault Ph.D. CRAIE 2014 LE SAVOIR-ÊTRE 1. INTERPRÉTER 4. ADAPTER AUX APPRENANTS 2. REPRÉSENTER 3. CONSTRUIRE DES ENVIRONNEMENTS LE SAVOIR-ÊTRE 1. Interpréter PARCE

Plus en détail

Accueil et encadrement des nouveaux enseignants de la Ville de Bruxelles

Accueil et encadrement des nouveaux enseignants de la Ville de Bruxelles Cabinet de Faouzia HARICHE Echevine de l'instruction publique, de la Jeunesse et de la Petite Enfance Hôtel de Ville - 1, Grand-Place - 1000 Bruxelles Tél. : 02/279.49.10 - Fax : 02/279.49.21 E-Mail :

Plus en détail

Assurer la protection de la personne dans toutes ses activités (professionnelles,

Assurer la protection de la personne dans toutes ses activités (professionnelles, Le droit FICHE1 I La règle de droit Après avoir rappelé les finalités du droit, nous distinguerons le droit des droits, puis nous présenterons les caractères de la règle de droit et, enfin, nous terminerons

Plus en détail

Les indicateurs de réussite

Les indicateurs de réussite Les indicateurs de réussite Une fois le plan d action minutieusement réalisé grâce au modèle logique, il devient beaucoup plus simple d en faire le suivi et faire le bilan des actions réalisées. Et aussi,

Plus en détail

QCM de révision. Question 2. Question 3. Question 4. Question 5

QCM de révision. Question 2. Question 3. Question 4. Question 5 QCM de révision Question 1 1. En situation de concurrence parfaite : a) les agents peuvent agir sur les prix b) les agent sont "preneurs de prix" c) Il existe des situations d'asymétrie d'information Question

Plus en détail

TPE THEMES COMMUNS. L aléatoire, l insolite, le prévisible. D après :

TPE THEMES COMMUNS. L aléatoire, l insolite, le prévisible. D après : TPE 2016-2017 THEMES COMMUNS D après : http://eduscol.education.fr/cid47789/tpe.html#lien2 L aléatoire, l insolite, le prévisible Le hasard Expérimenter Interroger les normes et les représentations Comprendre

Plus en détail

Les Sciences Humaines et Sociales

Les Sciences Humaines et Sociales Les Sciences Humaines et Sociales Diversité des disciplines des SHS - Histoire : variabilité temporale - Géographie : variabilité spatiale - Démographie : étude des populations (naissance, mort et migrations)

Plus en détail

PHILOSOPHIE POLITIQUE : ORDRE SOCIAL (6) LA CRITIQUE DE KELSEN

PHILOSOPHIE POLITIQUE : ORDRE SOCIAL (6) LA CRITIQUE DE KELSEN PHILOSOPHIE POLITIQUE : ORDRE SOCIAL (6) LA CRITIQUE DE KELSEN HANS KELSEN 1881-1973 Auteur de: Théorie pure du droit Théorie générale des normes Principles of international law Was ist Gerechtigkeit?

Plus en détail

I. - L ALÉATOIRE, L INSOLITE, LE

I. - L ALÉATOIRE, L INSOLITE, LE TPE - THEMES COMMUNS & SPÉCIFIQUES aux ES 1 - L ALÉATOIRE, L INSOLITE, LE PRÉVISIBLE 4 - LES INÉGALITÉS 2 - ÉTHIQUE ET RESPONSABILITÉ 5 - CRISE ET PROGRÈS 3 - INDIVIDUEL ET COLLECTIF 6 - L ARGENT Thème

Plus en détail

DOMAINES DE RESSOURCES ABRÉGÉ

DOMAINES DE RESSOURCES ABRÉGÉ 113 DOMAINES DE RESSOURCES ABRÉGÉ SNESO heures de pratique clinique encadrée. World Health Organization. 2010. Domaine 1 - Anatomie, physiologie et biomécanique humaines (770 heures) Les apprentissages

Plus en détail

Matthieu Lustman Médecin généraliste Sociologue de la santé Membre de l UNPS

Matthieu Lustman Médecin généraliste Sociologue de la santé Membre de l UNPS Matthieu Lustman Médecin généraliste Sociologue de la santé Membre de l UNPS La complexité Le suicide : un triple échec Celui de l individu qui est dans une impasse, incapable de trouver d autres solutions

Plus en détail

LES CONCEPTS EN PSYCHOLOGIE SOCIALE UE 1.1 S1

LES CONCEPTS EN PSYCHOLOGIE SOCIALE UE 1.1 S1 LES CONCEPTS EN PSYCHOLOGIE SOCIALE UE 1.1 S1 CÉLINE RAULT 23 SEPTEMBRE 2015 Sommaire du cours Relation sociale Représentation sociale Préjugés et stéréotypes Le groupe Individu et identité sociale Influence

Plus en détail

Guide pour la réalisation du Projet de fin d études (PFE) (IRFC)

Guide pour la réalisation du Projet de fin d études (PFE) (IRFC) Guide pour la réalisation du Projet de fin d études (PFE) (IRFC) Méthodologie de la Recherche (12 h TD) Année universitaire : 2013-2014 Enseignant : Aziz Chahir (Coordonnateur des PFE et des stages) E-mail

Plus en détail

LOGIQUES D EXCLUSION: CONSIDÉRATIONS DE MÉTHODE

LOGIQUES D EXCLUSION: CONSIDÉRATIONS DE MÉTHODE Norbet Elias, John L. Scotson: LOGIQUES D EXCLUSION: CONSIDÉRATIONS DE MÉTHODE 1. La présentation du cas: la ville de Winston Parva En 1959-1960 Norbert Elias s est intéressé à l analyse de Winston Parva,

Plus en détail

La santé et la sécurité du travail, c est le moment d en parler! Combien de jeunes se blessent au travail chaque jour?

La santé et la sécurité du travail, c est le moment d en parler! Combien de jeunes se blessent au travail chaque jour? PLAN DE LA PRÉSENTATION La santé et la sécurité du travail, c est le moment d en parler! Mouhamed Thiam, Inspecteur et Conseiller en prévention jeunesse 16 mai 2017 Université Laval 1. Statistiques 2.

Plus en détail

Tests statistiques. Définitions et principes généraux des tests statistiques

Tests statistiques. Définitions et principes généraux des tests statistiques Tests statistiques Définitions et principes généraux des tests statistiques Présentation générale Un test d hypothèse est une règle de décision. La décision est un pari et comporte toujours des risques

Plus en détail

FORMATION SOCIO-ECONOMIQUE

FORMATION SOCIO-ECONOMIQUE Enseignement technique de qualification 2 e degré Formation commune A (secteurs 1-2-3-4-5-6-8 et 9) FORMATION SOCIO-ECONOMIQUE 1 période/semaine TABLE DES MATIERES CONSIDERATIONS METHODOLOGIQUES GENERALES......2

Plus en détail

Questions pratiques 2: l inférence causale

Questions pratiques 2: l inférence causale Questions pratiques 2: l inférence causale 1 I. Possibilités et limites des modèles statistiques Nous avons précédemment défini et décrit la régression comme une méthode statistique visant à décrire la

Plus en détail

La démarche de recherche en sciences sociales. UE 3.4 S4 Présentation CI Promotion septembre

La démarche de recherche en sciences sociales. UE 3.4 S4 Présentation CI Promotion septembre La démarche de recherche en sciences sociales UE 3.4 S4 Présentation CI Promotion septembre 2012 2015 1 Objectifs du cours Comprendre les étapes essentielles de la démarche en sciences sociales. Etre en

Plus en détail

Série «Sciences et technologies de la santé et du social» Programme de Sciences et techniques sanitaires et sociales. Classe de Première

Série «Sciences et technologies de la santé et du social» Programme de Sciences et techniques sanitaires et sociales. Classe de Première ACADEMIE DE LILLE INSPECTION PEDAGOGIQUE REGIONALE Série «Sciences et technologies de la santé et du social» Programme de Sciences et techniques sanitaires et sociales Classe de Première RECOMMANDATIONS

Plus en détail

BACHELIER EN EDUCATION SPECIALISEE EN ACCOMPAGNEMENT PSYCHO - EDUCATIF : APPROCHE CONCEPTUELLE 1

BACHELIER EN EDUCATION SPECIALISEE EN ACCOMPAGNEMENT PSYCHO - EDUCATIF : APPROCHE CONCEPTUELLE 1 MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION BACHELIER

Plus en détail

Evolution entre 1985 et 2013 du risque des accidents du travail dans le secteur privé en Belgique.

Evolution entre 1985 et 2013 du risque des accidents du travail dans le secteur privé en Belgique. Evolution entre 1985 et 2013 du risque des accidents du travail dans le secteur privé en Belgique. Le nombre d accidents du travail est influencé par plusieurs facteurs. Certains sont mesurables : le nombre

Plus en détail

Combattre les discriminations et promouvoir l égalité

Combattre les discriminations et promouvoir l égalité Combattre les discriminations et promouvoir l égalité Face au droit, nous sommes tous égaux Une institution, cinq domaines d intervention «Le Défenseur des droits veille au respect des droits et libertés»

Plus en détail

ÉVALUATION DES ASPECTS PÉDAGOGIQUES DU MATÉRIEL DIDACTIQUE

ÉVALUATION DES ASPECTS PÉDAGOGIQUES DU MATÉRIEL DIDACTIQUE ÉVALUATION DES ASPECTS PÉDAGOGIQUES DU MATÉRIEL DIDACTIQUE Enseignement primaire et secondaire Ministère de l Éducation Direction des ressources didactiques Bureau d approbation du matériel didactique

Plus en détail

Sommaire. 1. Introduction. 2. Définition du WikiTerritorial. 3. Structuration de l espace E-Connaissances. 4. Structuration de l espace E-Actualités

Sommaire. 1. Introduction. 2. Définition du WikiTerritorial. 3. Structuration de l espace E-Connaissances. 4. Structuration de l espace E-Actualités E WIKITERRITORIAL Sommaire 1. Introduction 2. Définition du WikiTerritorial 3. Structuration de l espace E-Connaissances 4. Structuration de l espace E-Actualités 5. Structuration de l espace E-Réseaux

Plus en détail

Système de base de données tripartite Aperçu des règles relatives au RNFPB

Système de base de données tripartite Aperçu des règles relatives au RNFPB Système de base de données tripartite Aperçu des règles relatives au RNFPB Le présent document donne un aperçu des règles de validation du RNFPB et explique comment interpréter les courriels relatifs aux

Plus en détail

Statistiques descriptives

Statistiques descriptives 17 Statistiques descriptives Cours 2 Structure des variables Structure des variables 18 u Considérons la définition suivante «Une variable est une propriété d'un objet qui peut prendre différentes valeurs.

Plus en détail

ETHIQUE MEDICALE PLAN I. DEFINITION INTERET DE L ENSEIGNEMENT DE L ETHIQUE II. DOMAINE DE L ETHIQUE BIOMEDICALE III. LE COMITE D ETHIQUE IV.

ETHIQUE MEDICALE PLAN I. DEFINITION INTERET DE L ENSEIGNEMENT DE L ETHIQUE II. DOMAINE DE L ETHIQUE BIOMEDICALE III. LE COMITE D ETHIQUE IV. ETHIQUE MEDICALE PLAN I. DEFINITION II. III. IV. INTERET DE L ENSEIGNEMENT DE L ETHIQUE DOMAINE DE L ETHIQUE BIOMEDICALE LE COMITE D ETHIQUE V. DÉCLARATION DE GENÈVE DE L ASSOCIATION MÉDICALE MONDIALE

Plus en détail

Modèle canadien du rendement occupationnel

Modèle canadien du rendement occupationnel Ne citez pas nos présentations, Allez voir nos sources! (voir les lectures dans le plan de cours) Modèle canadien du rendement occupationnel Dans le cadre du cours ERT 1401 : Approches théoriques en ergothérapie

Plus en détail

LA PRODUCTION DE MATIERE PAR LES VEGETAUX

LA PRODUCTION DE MATIERE PAR LES VEGETAUX LA PRODUCTION DE MATIERE PAR LES VEGETAUX Objectifs et contenus d apprentissage Niveau et discipline(s) concernés :6 ème, SVT Points abordés des programmes disciplinaires Thème : L origine de la matière

Plus en détail

THÈME 2: Sociologie. Être capable de définir. Notions à acquérir en première

THÈME 2: Sociologie. Être capable de définir. Notions à acquérir en première THÈME 2: Sociologie Les processus de socialisation et la construction des identités sociales Être capable de définir Notions à acquérir en première normes valeurs rôles socialisation différenciée socialisation

Plus en détail

FORMATION SOCIO-ECONOMIQUE

FORMATION SOCIO-ECONOMIQUE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ENSEIGNEMENT DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE Administration Générale de l Enseignement et de la Recherche Scientifique Service général des Affaires pédagogiques et du Pilotage

Plus en détail

fiche d accompagnement pédagogique

fiche d accompagnement pédagogique fiche d accompagnement pédagogique Les compétences développées par la pratique des ateliers philosophiques en maternelle PS/MS/GS Fiche écrite par Jean-Charles Pettier, docteur en sciences de l éducation

Plus en détail

Dominocentrisme et dominomorphisme dans l étude des migrations internationales Aurore FLIPO PACTE Grenoble

Dominocentrisme et dominomorphisme dans l étude des migrations internationales Aurore FLIPO PACTE Grenoble Entre misérabilisme et injonction à la mobilité Dominocentrisme et dominomorphisme dans l étude des migrations internationales Aurore FLIPO PACTE Grenoble Introduction Hypothèses Il n existe pas de critère

Plus en détail

Sociolinguistique du français Katarína

Sociolinguistique du français Katarína Concepts-clés de la sociolinguistique 1. Norme La norme est ce qui est normal, régulier et qui s oppose à l irrégulier et à l anormal. C est un usage, valorisé par rapport aux autres, codifié. La norme

Plus en détail

Psychologie sociale. La prise en compte du fait social dans l étude des processus psychologiques

Psychologie sociale. La prise en compte du fait social dans l étude des processus psychologiques Psychologie sociale La prise en compte du fait social dans l étude des processus psychologiques 1 Les CM Thèmes Introduction La notion d attitude Le changement d attitude par la communication persuasive

Plus en détail

ENJEUX, POSTURES ET MEDIATION DE L AVS F. FONDEVILLE CRFMS ERASME

ENJEUX, POSTURES ET MEDIATION DE L AVS F. FONDEVILLE CRFMS ERASME ENJEUX, POSTURES ET MEDIATION DE L AVS F. FONDEVILLE CRFMS ERASME 1 LA FONCTION D AVS Différentes dimension de la fonction : affective de réassurance, technique d assistance, sociale de médiation (PUIG,

Plus en détail

Lionel Obadia. L anthropologie des religions

Lionel Obadia. L anthropologie des religions Lionel Obadia L anthropologie des religions Si vous désirez être tenu régulièrement informé des parutions de la collection «Repères», il vous suffit de vous abonner gratuitement à notre lettre d information

Plus en détail

Comment fonctionne la CNEDiMTS

Comment fonctionne la CNEDiMTS Comment fonctionne la CNEDiMTS L évaluation des dossiers de demande d inscription sous nom de marque sur la Liste des Produits et Prestations Remboursables La Commission nationale d évaluation des dispositifs

Plus en détail

Comprendre la statistique descriptive

Comprendre la statistique descriptive Méthodologie Comprendre la statistique descriptive Dans la statistique, il existe deux grands domaines d application. D une part, la statistique descriptive, où l on prend en compte la totalité d une population

Plus en détail

Les défis éthiques et le degré de latitude des organisateurs communautaires dans leur pratique. Marcel Vincent et Georges A.

Les défis éthiques et le degré de latitude des organisateurs communautaires dans leur pratique. Marcel Vincent et Georges A. Les défis éthiques et le degré de latitude des organisateurs communautaires dans leur pratique Marcel Vincent et Georges A. Legault Objectifs de l atelier 1. Faire un diagnostic sur les écarts de pratique

Plus en détail

Les inégalités scolaires. Pierre FRANCOIS Séminaire de sociologie générale

Les inégalités scolaires. Pierre FRANCOIS Séminaire de sociologie générale Les inégalités scolaires Pierre FRANCOIS Séminaire de sociologie générale Inégalités, inégalités Les trois sens des (in)égalités : de quoi parle-t-on? L égalité d accès : qui accède à l école (élémentaire),

Plus en détail

Coach(e) Professionnel(le) individuel(le), d'équipe et d'organisation VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE (VAE)

Coach(e) Professionnel(le) individuel(le), d'équipe et d'organisation VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE (VAE) Coach(e) Professionnel(le) individuel(le), d'équipe et d'organisation VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE (VAE) 1) Description de la procédure de VAE Etape 1 Conseil - recevabilité Présentation de la

Plus en détail

INTRODUCTION AU DROIT CIVIL. Cours de Mme Fatou Kiné CAMARA, Docteure d Etat en Droit, Chargée d enseignement FSJP/UCAD Année universitaire 2011/2012

INTRODUCTION AU DROIT CIVIL. Cours de Mme Fatou Kiné CAMARA, Docteure d Etat en Droit, Chargée d enseignement FSJP/UCAD Année universitaire 2011/2012 INTRODUCTION AU DROIT CIVIL Cours de Mme Fatou Kiné CAMARA, Docteure d Etat en Droit, Chargée d enseignement FSJP/UCAD Année universitaire 2011/2012 DEFINITION DU DROIT «Le droit peut être défini comme

Plus en détail

Géographie Planétaire 12

Géographie Planétaire 12 Géographie Planétaire 12 «Connaitre le monde faciliterait la compréhension d une partie de soi-même» Anonyme Enseignante : Julie Beyea École secondaire du Sommet Géographie Planétaire 12 (ÉBAUCHE) 1. Résumé

Plus en détail

Calendrier des enquêtes Ménages réalisées en 2009 par l INSEE

Calendrier des enquêtes Ménages réalisées en 2009 par l INSEE Calendrier des enquêtes Ménages réalisées en 2009 par l INSEE Enquête Emploi en Continu : toute l'année Enquête Loyers et Charges : janvier, avril, juillet et octobre Enquête Cadre de Vie et Sécurité :

Plus en détail

Théorie du contrôle social

Théorie du contrôle social Théorie du contrôle social Le contrôle social tend par définition à prévenir la déviance. Ce faisant, il contribue à l'intégration des individus et à la cohésion du groupe. A contrario, un relâchement

Plus en détail

Projet de loi n o 62 (2017, chapitre 19)

Projet de loi n o 62 (2017, chapitre 19) PREMIÈRE SESSION QUARANTE ET UNIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 62 (2017, chapitre 19) Loi favorisant le respect de la neutralité religieuse de l État et visant notamment à encadrer les demandes d accommodements

Plus en détail

Tirer le meilleur de la tradition et de la modernité en reconnaissant le pluralisme juridique

Tirer le meilleur de la tradition et de la modernité en reconnaissant le pluralisme juridique Compte-rendu de l'atelier 2 http://jaga.afrique-gouvernance.net Tirer le meilleur de la tradition et de la modernité en reconnaissant le pluralisme juridique 1- Enjeux et défis Enjeu central : Comment,

Plus en détail

Une gestion du risque mûre

Une gestion du risque mûre Une gestion du risque mûre Outil d analyse de Développement des ressources humaines Canada pour faciliter l évaluation des pratiques de gestion du risque dans l organisation Par Basil Orsini Les vérificateurs

Plus en détail

Présentation, conditions d atteinte des objectifs

Présentation, conditions d atteinte des objectifs Document d accompagnement du Référentiel de formation Inspection de l'enseignement Agricole Diplôme : DNB Classes de quatrième et troisième de l enseignement agricole Objectif général : Se préparer à l

Plus en détail

Le sentiment d insécurité. Un état des lieux théorique

Le sentiment d insécurité. Un état des lieux théorique Le sentiment d insécurité Un état des lieux théorique 1 Le concept d «insécurité» Une double face Insécurité «objective» : insécurité «réelle». Insécurité «subjective» : le sentiment d insécurité. 2 L

Plus en détail

THEME N 2 SOURCES DU DROIT & HIRARCHIE DES ACTES JURIDIQUES

THEME N 2 SOURCES DU DROIT & HIRARCHIE DES ACTES JURIDIQUES THEME N 2 SOURCES DU DROIT & HIRARCHIE DES ACTES JURIDIQUES 25 octobre 2009 1 LES PRINCIPALES SOURCES DU DROIT SONT Les Constitutions Les Principes Généraux du Droit La Jurisprudence La Coutume Les Lois

Plus en détail

GRILLE D INTERPRÉTATION DU TABLEAU SYNTHÈSE

GRILLE D INTERPRÉTATION DU TABLEAU SYNTHÈSE GRILLE D INTERPRÉTATION DU TABLEAU SYNTHÈSE Robert Pampalon Mathieu Philibert Unité Connaissance-surveillance Mars 2004 TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION...1 2. LES QUESTIONS...1 3. LES FACTEURS EXPLICATIFS...2

Plus en détail

SOCIOLOGIE. Classement des ouvrages en libre-accès

SOCIOLOGIE. Classement des ouvrages en libre-accès SOCIOLOGIE Classement des ouvrages en libre-accès Les ouvrages de sociologie sont classés selon la Classification Décimale Universelle (CDU). Voir les pages suivantes. Les grands sociologues, les manuels,

Plus en détail

Le portable : quel usage normal?

Le portable : quel usage normal? INTRODUCTION : PENSER LA DÉMOCRATIE 7 INTRODUCTION Le portable : quel usage normal? 8 NORMES ET DÉVIANCES L usage rapidement généralisé du portable fait apparaître de nouveaux comportements qui à l échelle

Plus en détail

Contrôle des structures sociales et médico-sociales : Guide méthodologique. Le tutoriel

Contrôle des structures sociales et médico-sociales : Guide méthodologique. Le tutoriel 1 Introduction Contrôle des structures sociales et médico-sociales : Guide méthodologique Le tutoriel En 2007, l IGAS (Inspection Générale des Affaires sociales), a élaboré un guide de contrôle des établissements

Plus en détail

MODULE 1 THEME 1.4 MOTIVATION DES ACTEURS D UN SYSTEME DE SANTE ASPECTS THEORIQUES. Annexe Théorie de la motivation : VIE

MODULE 1 THEME 1.4 MOTIVATION DES ACTEURS D UN SYSTEME DE SANTE ASPECTS THEORIQUES. Annexe Théorie de la motivation : VIE MODULE 1 THEME 1.4 MOTIVATION DES ACTEURS D UN SYSTEME DE SANTE ASPECTS THEORIQUES Théorie du contenu Annexe Théorie de la motivation : VIE Tente de répondre à la question : Qu est exactement la motivation?

Plus en détail

La fabrique des footballeurs. Julien BERTRAND

La fabrique des footballeurs. Julien BERTRAND La fabrique des footballeurs Julien BERTRAND Paru en mai 2012 Sommaire I. A l'école des footballeurs! II. L'œuvre d'un sociologue III. Une formation méconnue du grand publique IV. Le résultat d'une enquête

Plus en détail

TD 4 - Méthodologie des épreuves du baccalauréat. Rémy Reynaud, Académie de Versailles

TD 4 - Méthodologie des épreuves du baccalauréat. Rémy Reynaud, Académie de Versailles TD 4 - Méthodologie des épreuves du baccalauréat. Rémy Reynaud, Académie de Versailles Document : Extrait du Bulletin Officiel spécial n 7 du 6 octobre 2007 Nature de l épreuve : épreuve écrite La durée

Plus en détail

Comportements humains et management

Comportements humains et management Comportements humains et management Frédérique Alexandre-Bailly, ESCP EAP Denis Bourgeois, HEC Jean-Pierre Gruère, ESCP EAP Nathalie Raulet-Croset, IAE Paris Christine Roland Lévy, université Paris 5 Table

Plus en détail

Thèmes des TPE de première ES

Thèmes des TPE de première ES Thèmes des TPE de première ES La liste des thèmes pour l'année scolaire 2016-2017. Série ES Série S Thèmes communs : Individuel et collectif Éthique et responsabilité L'aléatoire, l'insolite, le prévisible

Plus en détail

Premier chapitre du module de "STATISTIQUE" de la première année de médecine. Dr. Soumia KHARFOUCHI

Premier chapitre du module de STATISTIQUE de la première année de médecine. Dr. Soumia KHARFOUCHI Premier chapitre du module de "STATISTIQUE" de la première année de médecine Dr Soumia KHARFOUCHI Table des matières INTRODUCTION 5 Chapitre 1 Généralités sur les séries statistiques 7 1 Notions de base

Plus en détail

A.C.J.M. Projet Associatif A S S O C I A T I O N D AIDE AUX VICTIMES, DE C O N T R O L E JUDICIAIRE SOCIO-

A.C.J.M. Projet Associatif A S S O C I A T I O N D AIDE AUX VICTIMES, DE C O N T R O L E JUDICIAIRE SOCIO- A.C.J.M. Projet Associatif 2015 A S S O C I A T I O N D AIDE AUX VICTIMES, DE C O N T R O L E JUDICIAIRE SOCIO- E D U C A T I F, D ENQUETE DE PERSONNALITE ET DE MEDIATION PENALE Projet Associatif Le projet

Plus en détail

2. Expliquer ou comprendre le social : une opposition fondatrice

2. Expliquer ou comprendre le social : une opposition fondatrice 2. Expliquer ou comprendre le social : une opposition fondatrice 2.1. Une controverse fondatrice : la querelle des méthodes dans les sciences sociales 2.2. L école française de sociologie : expliquer le

Plus en détail

L accueil du patient: quel regard?

L accueil du patient: quel regard? L accueil du patient: quel regard? Un regard de soi, Un regard sur soi Amandine BOEUR Psychologue Clinique de l Obésité Sommaire Regard de soi - Image corporelle et image de soi Regards théoriques sur

Plus en détail

La Fondation AJD Maurice Gounon est reconnue d utilité publique, depuis plus de 73 ans elle accueille, héberge et accompagne :

La Fondation AJD Maurice Gounon est reconnue d utilité publique, depuis plus de 73 ans elle accueille, héberge et accompagne : La Fondation AJD Maurice Gounon est reconnue d utilité publique, depuis plus de 73 ans elle accueille, héberge et accompagne : des enfants et adolescents de 0 à 18 ans en danger physique ou moral des jeunes

Plus en détail

BACHELIER EN EDUCATION SPECIALISEE EN ACCOMPAGNEMENT PSYCHO-EDUCATIF : STAGE D IMMERSION

BACHELIER EN EDUCATION SPECIALISEE EN ACCOMPAGNEMENT PSYCHO-EDUCATIF : STAGE D IMMERSION MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L'ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION BACHELIER

Plus en détail

Thierry ROUSSEAU 1. Après évaluation des capacités de communication (GECCO): Intervention auprès du patient (approche cognitivo-comportementale)

Thierry ROUSSEAU 1. Après évaluation des capacités de communication (GECCO): Intervention auprès du patient (approche cognitivo-comportementale) Thérapie écosystémique des troubles de la communication dans la maladie d Alzheimer La communication avec le malade-alzheimer Le malade Alzheimer Troubles du langage et de la communication Entourage Renoncement

Plus en détail

UN PROGRAMME D ÉTUDES EN FORMATION PROFESSIONNELLE

UN PROGRAMME D ÉTUDES EN FORMATION PROFESSIONNELLE UN PROGRAMME D ÉTUDES EN FORMATION PROFESSIONNELLE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Travailler dans le domaine de la formation professionnelle exige d avoir une vision juste, ainsi qu une bonne compréhension

Plus en détail

MODULE : L ESPRIT DE VOLONTARIAT

MODULE : L ESPRIT DE VOLONTARIAT MODULE : L ESPRIT DE VOLONTARIAT PLAN QU EST-CE QUE LE VOLONTARIAT? FORME TRADITIONNELLE DU VOLONTARIAT FORME MODERNE DU VOLONTARIAT SESSION QUESTIONS RÉPONSES. LES TRAITS ET CARACTERISTIQUES DU VOLONTAIRE

Plus en détail

Engagement, participation, représentation dans la vie sociale et politique et responsabilité sont des notions étroitement liées.

Engagement, participation, représentation dans la vie sociale et politique et responsabilité sont des notions étroitement liées. Fiche n 10 Les activités d engagement social S engager dans la vie sociale et politique Engagement, participation, représentation dans la vie sociale et politique et responsabilité sont des notions étroitement

Plus en détail

2 e secondaire BIENVENUE A L ECOLE GUIDE DE CHOIX DE COURS SECONDAIRE DES PATRIOTES ANNÉE SCOLAIRE

2 e secondaire BIENVENUE A L ECOLE GUIDE DE CHOIX DE COURS SECONDAIRE DES PATRIOTES ANNÉE SCOLAIRE BIENVENUE A L ECOLE SECONDAIRE DES PATRIOTES GUIDE DE CHOIX DE COURS 2013-2014 Vers la 2 e année du premier cycle du secondaire ANNÉE SCOLAIRE 2013-2014 2 e secondaire Voies possibles après la 1 re année

Plus en détail

LE PARCOURS CITOYEN à l école élémentaire

LE PARCOURS CITOYEN à l école élémentaire LE PARCOURS CITOYEN à l école élémentaire Qu est-ce que c est? Pourquoi? Comment? Le parcours citoyen : qu est-ce que c est? C est un parcours de l école élémentaire jusqu à la terminale. Il se construit

Plus en détail

SECTION DE MATURITE PLAN D ETUDE-CADRE GEOGRAPHIE

SECTION DE MATURITE PLAN D ETUDE-CADRE GEOGRAPHIE 13. b LYCEE JEAN-PIAGET NEUCHATEL SECTION DE MATURITE PLAN D ETUDE-CADRE GEOGRAPHIE I. OBJECTIFS GENERAUX La géographie s intéresse à l homme dans ses rapports avec l espace. Elle permet à l homme de se

Plus en détail

OBJECTIFS THEMES 1. INTRODUCTION A LA SOCIOLOGIE

OBJECTIFS THEMES 1. INTRODUCTION A LA SOCIOLOGIE S O C I O L O G I E 3e THEMES OBJECTIFS 1. INTRODUCTION A LA SOCIOLOGIE 1.1. Le travail du sociologue 1.2. La sociologie, science humaine et sociale 1.3. La méthode sociologique 1.4. La notion de socialisation

Plus en détail

2. Les forces sociales d Emile Durkheim

2. Les forces sociales d Emile Durkheim Module 1 : pourquoi utiliser les statistiques en sociologie/les sciences sociales? 2. Les forces sociales d Emile Durkheim Si, pour Durkheim, les statistiques permettent de montrer autre chose que l évolution

Plus en détail

Le recrutement de l équipe commerciale

Le recrutement de l équipe commerciale Le recrutement de l équipe commerciale Le recrutement coûte cher à l entreprise. Pour éviter de se tromper sur les candidats et pour limiter le turn-over, il faut faire un recrutement rigoureux qui passe

Plus en détail

Multi-Vital une intégration des jeunes immigrants par le sport. Mieux comprendre les particularités

Multi-Vital une intégration des jeunes immigrants par le sport. Mieux comprendre les particularités Multi-Vital une intégration des jeunes immigrants par le sport Mieux comprendre les particularités Le Regroupement interculturel Comment travaille le RID avec les immigrants et les réfugiés? Rôle, mandat,

Plus en détail

La stratégie d intervention Agir autrement

La stratégie d intervention Agir autrement La stratégie d intervention Agir autrement La démarche de planification d une école secondaire A. Rappel des attentes de janvier 2008 pour l amorce d une planification 1 B. Rappel de l importance de la

Plus en détail

Stage d'immersion 1BES Dossier destiné au responsable du lieu de stage

Stage d'immersion 1BES Dossier destiné au responsable du lieu de stage COMMISSION COMMUNAUTAIRE FRANCAISE Région de Bruxelles-Capitale INSTITUT Jean-Pierre LALLEMAND Enseignement de Promotion sociale Rue du Couvent, 2 à 1050 Bruxelles 02/513.60.93 Fax : 02/513.27.79 E-mail

Plus en détail

01/11/2011. Cours 8. Les analyses bivariées. Retour sur l évaluation intra

01/11/2011. Cours 8. Les analyses bivariées. Retour sur l évaluation intra Cours 8 Les analyses bivariées Retour sur l évaluation intra Les analyses bivariées Les types de relation Formulation des hypothèses Les types d analyses bivariées La signification, le sens et la force

Plus en détail

RK Conseil Image & Communication

RK Conseil Image & Communication RK Conseil Image & Communication Programme de Formation Accueil & communication des patients - Gestion de l'agressivité des patients difciles 1. Les besoins du chirurgien Le chirurgien desire encore ameliorer

Plus en détail

CHAPITRE 5 ORGANIGRAMMES ET FONCTIONS SECTION 1 ORGANIGRAMME CADET SECTION 2 ORGANIGRAMME DU PERSONNEL

CHAPITRE 5 ORGANIGRAMMES ET FONCTIONS SECTION 1 ORGANIGRAMME CADET SECTION 2 ORGANIGRAMME DU PERSONNEL CHAPITRE 5 ORGANIGRAMMES ET FONCTIONS SECTION 1 ORGANIGRAMME CADET 501. CADETS 1. L organigramme hiérarchique des cadets de l unité figure en annexe A. 502. PERSONNEL SECTION 2 ORGANIGRAMME DU PERSONNEL

Plus en détail

AVIS CONCERNANT LA DISCRIMINATION INDIRECTE EN EMPLOI ET L OBLIGATION DE PRENDRE DES MESURES D ADAPTATION EN FAVEUR DES PERSONNES AFFECTÉES

AVIS CONCERNANT LA DISCRIMINATION INDIRECTE EN EMPLOI ET L OBLIGATION DE PRENDRE DES MESURES D ADAPTATION EN FAVEUR DES PERSONNES AFFECTÉES Cat. 2.120.2 AVIS CONCERNANT LA DISCRIMINATION INDIRECTE EN EMPLOI ET L OBLIGATION DE PRENDRE DES MESURES D ADAPTATION EN FAVEUR DES PERSONNES AFFECTÉES Juin 1991 2 Document adopté à la 359 e séance de

Plus en détail