STRICTEMENT CONFIDENTIEL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "STRICTEMENT CONFIDENTIEL"

Transcription

1 MOIS / ANNEE ETUDE DE VALORISATION Société «EDIVAL» STRICTEMENT CONFIDENTIEL BUREAUX 31, Rue de Brest LYON Tél : +33 (0) SIÈGE SOCIAL 94, Rue Saint Lazare PARIS Tél : +33 (0) Fax : +33 (0)

2 SOMMAIRE I - PRESENTATION 1. PREAMBULE METIER ET POSITION DE L'ENTREPRISE - SYNTHESE...4 II - EVALUATION DE LA SAS EDIVAL A. VALEUR MATHEMATIQUE POSTES DU BILAN SOUMIS A CORRECTION POSTES DU BILAN NON SOUMIS A AJUSTEMENTS RECAPITULATIF DES CORRECTIONS A APPORTER A L'ANC AU 31/12/20N...12 B. MONTANT DE LA DETTE NETTE / TRESORERIE NETTE AU 31/12/20N...13 C. SCORING ET EVALUATION PAR ANALYSE DE 5 INDICATEURS LE MARCHE LES PRODUITS ET LE CREATION DE VALEUR LES VENTES ET LA CLIENTELE LE MANAGEMENT ET LE RESSOURCES HUMAINES APPRECIATION SUR LES COMPTES ET LA STRCUTURE FINANCIERE...18 D. EVALUATION DES ACTIONS DE LA SAS EDIVAL ANALYSE DE LA RENTABILITE D EXPLOITATION ET DES CASH-FLOWS LIBRES DETERMINATION DU TAUX D ACTUALISATION APPLICABLE A LA CIBLE APPLICATION DES METHODES D EVALUATION Les méthodes combinant valeur mathématique et rendement La méthode des praticiens La méthode du Goodwill Les méthodes fondées sur la rentabilité Les multiples : RN, EBE et Free Cash-Flow La capacité à rembourser une dette LBO La méthode des Discounted Cash-Flow...29 III SYNTHESE DES VALEURS OBTENUES.31 2

3 1. Préambule I PRESENTATION Cete étude d évaluation a été efectuée avec les informations qui nous ont été communiquées et en fonction de la situation actuelle de la société sur son marché, de son outil de production, de sa clientèle, de son organisation, etc. Si certaines de ces données évoluent ou si des informations complémentaires susceptibles de modifier notre appréciation sont portées à notre connaissance, il conviendra d efectuer une mise à jour du travail présenté ci après. 2. Métier et position de l entreprise - Synthèse La Société EDIVAL est une SAS immatriculée au RCS de.et qui est détenue à 98% par la famille de Monsieur DIRECTION. La société EDIVAL exerce une activité d édition: de manuels réglementaires : type code maritime, réglementation relative au transport des matières dangereuses, etc. de livres d exercices techniques servant de supports aux formations permanentes en entreprise pour adultes : CACES pour les métiers du transport et de la manutention, formations en électricité, etc. de livres d exercices scolaires avec corigés pour les filières techniques du Baccalauréat et pour les premiers cycles supérieurs (BTS) La rédaction de ces ouvrages et manuels est confiée à des rédacteurs non salariés, qui perçoivent soit une somme forfaitaire, soit une rémunération variable en fonction du nombre d exemplaires vendus. La rédaction des nouveaux ouvrages ou leur mise à jour est décidée par l entreprise en concertation avec le comité des rédacteurs ou sur proposition venant de l extérieur. L impression des ouvrages est intégralement sous-traitée. La société réalise la mise en page, décide du nombre d exemplaires à imprimer, fixe les prix, assure le référencement, la commercialisation, le stockage, la préparation des expéditions, la facturation et le recouvrement. Le transport et la livraison sur toute la France est sous-traitée. Les ventes se font par 3 canaux :. /. 4

4 Atouts de la société EDIVAL - Produits techniques non dé-localisables ; - Le positionnement d EDIVAL sur les enseignements techniques et la formation continue est attractif au moment où ces filières retrouvent la faveur des employeurs et des étudiants. - EDIVAL propose une gamme d ouvrages très étendue, avec certains ouvrages «vaches à lait» et d autres à destination de filières plus pointues. Les contrats qui ont été négociés avec les auteurs mentionnent une cession totale des droits, de sorte que tous les produits sont des «produits propres» - Comité de rédaction fourni (nombreux enseignants) et attaché à la philosophie et aux valeurs de l entreprise EDIVAL; - Notoriété liée à une présence de longue date et à une très bonne réputation chez les enseignants ; - Excellente structure financière. Eléments de risque - Des ventes en stagnation depuis 3 ans pour la gamme des «livres réglementaires», - L émergence des supports de cours et des travaux dirigés avec exercices sur internet (avec paiement sous forme d abonnement mensuel, ou paiement à l exercice), - Besoin de renouvellement au sein du comité des rédacteurs.. /. 5

5 II EVALUATION DE LA SAS EDIVAL Pour l évaluation de EDIVAL, nous procéderons successivement : A) Au calcul de la situation nette corrigée encore appelée la «Valeur Mathématique» B) Au calcul de la Dette Nette ou de la Trésorerie Nette C) A l évaluation des forces et faiblesses de la société EDIVAL au regard de 5 indicateurs: Son marché ; Ses produits ; Ses ventes et sa clientèle ; Son organisation et ses ressources humaines ; Sa structure financière. D) Au calcul de la valeur de la société EDIVAL : A. La valeur mathématique: A partir des derniers comptes arrêtés par la société, certains correctifs doivent être apportés pour avoir une vision exacte de la diférence entre la valeur des actifs et l état des detes. Valeur Mathématique = valeur des actifs montant des dettes Sont compris dans les actifs,pour leur valeur à la date d évaluation soit la date du dernier arrêté des comptes : a. Les éléments incorporels : brevets, marques, logiciels, etc. / La valeur mathématique n est pas à une valeur de marché car les éléments incorporels ne sont pas revalorisés. En revanche, cette valeur appelée aussi «valeur patrimoniale» est à comparer au résultat annuel dégagé par l entreprise. A.1. Postes du bilan à corriger : A.1.1 Le fonds commercial : Un fonds commercial figure dans les comptes pour un montant de EUR. Cet élément incorporel résulte de la TUP (Transmission Universelle de Patrimoine) réalisée en 20N-3 sur la société EDITECH. La valeur de cet élément sera appréciée dans notre approche par les méthodes dites de rendement (Goodwil, valeur d entreprise, notamment). Aussi, à ce stade, nous retrancherons ce montant de la valeur mathématique. 8

6 A.1.2. Les actifs immobiliers La société EDIVAL est à la fois : Locataire de locaux (bureaux stocks.) qui font l objet d un bail commercial entre EDIVAL (le preneur) et la SCI familiale de M DIRECTION. Propriétaire du nouveau local situé sur le même site et dédié à la préparation de commandes. Ce local a été construit par EDIVAL en vertu d un bail à construction d une durée de 23 ans et dont le terme se situe en Ce second bâtiment deviendra automatiquement la propriété de la SCI au terme du bail à construction sans perception d aucune indemnité. La plus-value latente, à terme, n appartiendra pas à EDIVAL. Toutefois jusqu au terme du bail à construction, la société peut - en théorie - choisir de revendre les bâtiments qu ele a construit. Ceci pourait d aileurs être une demande formulée par un acquéreur qui ne souhaiterait pas d actifs immobiliers. Pour cete raison, nous avons tenu compte de cete hypothétique plus-value dans la valeur mathématique de la société EDIVAL. + Valeur de marché du bâtiment construit par EDIVAL VNC des constructions immobilisées chez EDIVAL = PLUS VALUE LATENTE BRUTE IS sur PV latente bâtiments bail à construction = PV NETTE APRES IS A.1.3 Les machines La société est propriétaire des machines nécessaires à son activité. Au 31/12/20N, le prix d acquisition historique de la totalité de ces machines ressortait à La ValeurNette Comptable du parc machines à cette date était de Nous avons réévalué les seuls matériels considérés comme significatifs, ceux dont la valeur d acquisition était supérieure à en considérant que: - leur durée de vie moyenne des matériels acquis neufs est de 12 ans; - le coefficient d obsolescence technique est de 8% par an, de sorte que la durée de vie résiduele théorique est amputée de ce coeficient d obsolescence. Par conséquent, les indices de réévaluation / A.1.4 Les matériels pris en leasing. Nous avons noté que EDIVAL prenait en location longue durée / leasing 2 matériels : 1 chariot élévateur et un palettiseur automatique. La plus value-latente sur ces matériels a été déterminée comme suit : Soit une correction des fonds propres de EDIVAL de * (1-33,33%) =

7 A.1.5 Les écarts de valeur liquidative sur OPCVM: La société a une trésorerie positive placée en SICAV et autre FCP pour un montant compris entre 300 K et 500K à l année. La société a des plus-values latentes sur des placements qui ont été effectués il y a plusieurs années et qui n ont jamais fait l objet d un «achat-vendu» depuis. Ces plus-values latentes ont été imposées dans les résultats de chaque exercice comptable mais elles ne figurent pas dans ses comptes. Nous augmenterons les capitaux propres de cette PV latente, soit A.1.6 Les amortissements dérogatoires : EDIVAL pratique l amortissement dégressif sur les matériels industriels /. A.3 Récapitulatif des corections à apporter à l actif net au 31/12/20N Le tableau ci-après résume les ajustements apportés aux différents postes du bilan. Il met en évidence la valeur patrimoniale de la Société sans prise en compte de la valeur de son fonds de commerce Au 31 décembre 20N, l actif net comptable corigé de la société EDIVAL ressort à après distribution d un dividende de au titre de l exercice 20N. 12

8 B. La Dette Nette ou la Trésorerie Nette au 31/12/20N : La Dette Nette correspond à la somme des engagements financiers, comptabilisés au bilan ou non, contractés par la société à une date donnée. Sont pris en compte dans la détermination de la dette nette : - les detes à caractère financier (dete bancaire, comptes courants d associés, etc.) - les engagements de leasing (hors immobilier) ou de location longue durée, - les effets escomptés non échus, Ces dettes sont diminuées du montant : - de la trésorerie figurant à l actif: disponibilités, valeurs mobilières de placement, caisse, - des créances à caractère financier, liquides et exigibles TRESORERIE BANCAIRE EDIVAL Janvier Mars Mai Juillet Septembre Novembre Année 20N-1 Année 20N 13

9 C. Evaluation et Scoring de la société EDIVAL au regard de 5 indicateurs : C.1 Le Marché de la société EDIVAL Ces critères ont pour objectif de comparer le marché sur lequel évolue EDIVAL aux autres secteurs économiques. Pour chaque critère une note entre 0 et 5 est attribuée. La somme de tous les critères donne une note comprise entre 0 et 20. Un score supérieur à 10 traduit des risques inhérents au secteur analysé qui sont supérieurs à ceux de l activité économique générale. Inversement un score inférieur à 10 peut laisser apparaître un secteur d activité présentant moins de risques apparents que la moyenne. Critères analysés Score Echelle du score Tx de croissance actuel du secteur / économie 4 5 = + faible; 3 = équivalent; 1 = + fort Niveau de R&D - innovation renouvellement 4 5 = bcp; 3 = modéré; 1 = peu Concurrence étrangère sur les coûts 0 5 = exacerbée ; 3 = modérée; 0 = inexistante Pdt local, national ou internat (potentiellement) 3 5 = local; 3 = national 1 = international TOTAL SCORE RISQUES EXOGENES 11 Le marché de l édition technique sur support papier présente deux risques identifiés: - un taux de croissance nul, voir une légère régression au cours des derniers exercices ; - une obligation de renouveler les ouvrages très régulièrement pour soutenir les ventes. Par ailleurs, le marché est cloisonné par pays en raison i) de la langue et ii) des programmes différents d un pays à l autre, même en zone francophone. Scoring risques exogènes M oyen Peu élevé Elevé Faib le 55,0% Fort 14

10 C.2 Les produits et la maîtrise de la création de valeur Critères analysés Score Echelle du score Type de produits : sous-traitance ou produits propres? Les produits sont ils déclinés en gamme cohérente? Ventilation du CA entre les produits de la gamme 4 Y a t il une politique permanente d'amélioration des produits? Les produits répondent ils à un besoin stratégique pour le client? Les produits s'accompagnent ils de contrat de maintenance? SOCRING CREATION DE VALEUR : sous-traitance exécution; 2 : sous-traitance conception et exécution; 3 : produits propres non protégeables; 4 : produits propres protégés; 5 : produits propres protégés et marque connue 1: production unitaire répondant au besoin d'un client 2 : produits reproductibles répondant à un besoin courant chez plusieurs clients ; 3 : produits reproductibles capables de répondre à un marché 4 : plusieurs produits standardisés répondant à la majorité des besoins de la clientèle; 5: gamme complète de produits standardisés couvrant 80% du marché visé 1 : produit unique qui réalise plus de 80%; 2 : 2 ou 3 produits réalisent plus de 80%; 3: une catégorie de produits réalise plus de 50%; 4 : 2 catégories de produits réalisent plus de 60% du CA; 5: 70% du CA est réalisé par 3 catégories de produits ou plus 1 : dernier lancement + de 3 ans ; 5 plusieurs lancements moins d'1 an 3 0 = non; 5 = stratégique 0 0 : maintenance impossible ; 1 = non; 2 = qq contrats existent; 3 = proposition systématique; 5 : CA maintenance > 20% du CA total. Indice de création de valeur des produits / prestations 100% 75% 50% 25% 0% EDIVAL obtient une note de 21 sur un maximum de 30. La société a une bonne maîtrise de ses produits : elle est autonome pour les faire évoluer, les adapter aux besoins des clients. De plus les produits répondent à un besoin réel des clients. En revanche, la société n a pas trouver de solutions pour suivre et fidéliser ses clients. 15

11 C.3 Evolution des ventes et de la clientèle EDIVAL intervient dans 3 domaines : a. l édition d ouvrages relatifs aux réglementations techniques (bâtiment, électricité, etc.) b. L édition de livres d exercices pour valider les cursus de formation professionnelle continue ; c. L édition de livres d exercices pour les filières scolaires techniques. L évolution des ventes de la société EDIVAL pour ces 3 marchés se présente comme suit: Evolution des ventes par Produit N-2 N-1 N Autre Livres exercices scolaires filières tech Livres exercices formation pro continue Ouvrages réglementation technique La société connaît un bon développement sur le marché des ouvrages destinés à la formation professionnelle continue. En outre, le cumul des 5 plus gros clients d EDIVAL ne représente pas plus de 30% de son CA. Le positionnement de chacun d entre eux peut être synthétisé comme suit : - La taille du cercle est fonction du CA généré, - Les critères portés en abscisses et en ordonnées ont fait l objet d une note de 1 à 5. Potentiel de croissance du client Analyse des 5 premiers clients Contribution du client à la marge 16

12 Enfin la présentation de la répartition géographique des ventes montre que la société est totalement absente de certaines régions à fort potentiel telles que la région Rhône-Alpes, les Pays de la Loire ou la Normandie. C.4 Organisation du Management et des ressources humaines. Les questions cidessous appelent des réponses fermées. L importance de chaque question est pondérée par un coefficient. Le score «0» traduit le risque le plus faible et «12» le risque le plus élevé. Critères analysés Réponse Note Coef. Score Le savoir faire de l'entreprise repose t il sur l'habilité manuelle de qq personnes? Non La valeur de l'entreprise repose t elle majoritairement sur le(s) cédant(s)? Non Le dirigeant prend seul les décisions majeures (abs. de management / fonction)? Oui Le middle management devra t il être recruté / formé ou remplacé post cession? Oui Le niveau de rémunération est il < ou > au reste du secteur? Non Les compléments de rémunération (participation, etc.) sont à créer post cession? Non La société enfreint elle la législation du droit du travail (heures sup; etc.)? Non TOTAL 12 2 L organisation du management et des ressources humaines chez EDIVAL ne présente pas de risque particulier : 17

13 C.5 Appréciation des comptes et de la structure financière. Le fonctionnement de cet indicateur est identique au précédent. L objectif est ici d émetre une opinion sur la qualité de l information financière existant au sein de l entreprise. Il permet notamment d estimer les possibilités de bâtir des éléments prévisionnels fiables. Critères analysés Réponse Note Coef. Score Les comptes présentent ils une bonne lisibilité? Oui L'entreprise connaît elle ses marges par produits? Non Existe t il un tableau de bord périodique? Non Existe t il des budgets prévisionnels? Non La structure Fi (Dette Nette / EBITDA) est elle solide et maîtrisée? Oui Les raisons de la rentabilité de la société paraissent elles solides et pérennes? Oui Les risques et engagements hors bilan sont ils raisonnablement couverts? Oui TOTAL

14 D. Evaluation des actions de la société EDIVAL : D.1 Analyse de la rentabilité de l exploitation, des Cash Flow Libres et de leur récurrence. Nous avons conduit une analyse financière sur la période 20N-2 à 20N et nous avons analysé le prévisionnel fourni par la société pour l exercice en cours à 4 mois de la clôture du prochain exercice 20

15 La détermination du résultat d exploitation récurent de l entreprise nécesite ensuite de retraiter: les aspects «hors norme» (par leur nature ou par leur montant) qu ils soient positifs ou négatifs qui ont pu afecter la rentabilité de l entreprise au cours des derniers exercices, les charges ou produits qui seront appelés à disparaître à la suite de la cession. Les charges suivantes ont été retraitées : o Rémunération de la direction : nous avons considéré pour les exercices N-2 et N-1 que M DIRECTION a perçu une rémunérations inférieure au marché pour les fonctions qu il occupe. Pour l année 20N, les primes qui lui ont été octroyées ont inversé la situation. o La masse salariale : M DIRECTION a confirmé que 2 personnes clés ont une rémunération inférieure au marché. Nous considérons que leur statut de responsable d équipes devra être reconnu et officialisé par le repreneur pour garantir une stabilité et une implication de ces personnes dans la réussite de la reprise. o Les subventions octroyées par la société EDIVAL au club sportif local dont s occupe bénévolement M DIRECTION. o Charges personnelles supportées par la société : Néant. Après prise en compte de ces éléments, l EBE corigé et le REX corigé se présentent comme suit: Il en résulte que la moyenne de l EBE corigé et du résultat net corigé sur la période 20N-2 20N, après afectation d un coeficient 0,5 à l années N-2 et 1 pour les années N-1 et N ressort à En outre, le tableau de financement.. / permet d analyser les cash-flow libres disponibles avec lesquels un futur acquéreur remboursera sa dete d acquisition : La moyenne des Cash-Flow libres sur la période (avec application des mêmes coefficients que précédemment) ressort à / 21

16 D.2 Détermination du taux d actualisation applicable à EDIVAL Le taux de rémunération attendu (r ) pour un investissement dans une société qui correspond au profil d EDIVAL, s obtient par l addition: du taux de base (i) exigé pour tout investissement dans des actifs sans risque, d un taux de risque sectoriel (TS), fonction du marché auquel s adresse la société; d une prime de risque qui corespond au risque propre de la société cible (TC). Avec : i = taux de base des OAT à 10 ans, soit 4,5% au 15/12/20N TS = prime de risque marché PME (soit 3,75%) * Beta sectoriel Le bêta sectoriel pondéré est le suivant : D où TS= 3,75 % * 1,01 = 3,77%. TC : Le taux de risque propre à EDIVAL se déduit de l analyse des 5 indicateurs et duscoring effectué précédemment. Le risque pondéré, sur une échelle de 1 à 5 ressort à 1,99, ce qui correspond à un taux de risque de : Il en résulte que le taux de rémunération attendu, r est r = i + TS + TC = 4,5% + 3,77% + 3,14% = 11,41%. 23

17 D.3 Application des méthodes d évaluation. D.3.1 Les méthodes combinant Actif Net Comptable et valeur de rendement. D La méthode dite des praticiens. / D La méthode de la rente abrégée du Goodwill Cette méthode intègre la notion de "Goodwill", l'apparentant à celle du "fonds de commerce" élargie pour envelopper toute l'aptitude que possède l'entreprise à générer plus ou moins de bénéfice dans un cadre d'exploitation donné. Nous avons valorisé ce Goodwill sur une durée de 5 ans. Cette capacité a été capitalisée au taux de rémunération attendue (r = 11,41%) sur cette durée. GW = 5 (B ia) T=1 (1+r)t = 3,6214 x [ ,5% x ( )]= EUR Le montant de ce Goodwill représente une première valeur du fonds commercial que nous avons retranché de la situation nette. Selon cette méthode la valeur de la société EDIVAL est de : V = A + GW = = EUR.. / D.3.2 Les méthodes de rentabilité pure.. / D Les méthodes fondées sur les multiples Ce mode de calcul consiste à appliquer un multiple à un ratio de gestion de référence (EBE, EBITDA, Résultat net, etc.) : plus les risques sont importants, et plus le multiple est faible plus les qualités intrinsèques sont tangibles et plus le multiple est élevé. Le Multiple de résultat net :. / Le Multiple d EBE :. / Le Multiple des Free Cash-Flow :. / 26

18 Pour toutes les valeurs d entreprise obtenues ci avant, la valeur des actions de la société EDIVAL s obtient par ajout de la Trésorerie Nette, soit Valeur des actions EDIVAL = valeur d entreprise + Trésorerie Nete Valeur EDIVAL au 31/12/20N MULTIPLE RN MULTIPLE EBE MULTIPLE FCF D La Capacité à rembourser une dete d acquisition Cete méthode revient à déterminer quel est le montant de dete maximum qu un acquéreur peut metre en place pour financer l acquisition de l entreprise avec efet de levier. Compte de Résultat et bilan prévisionnels de EDIVAL - Hypothèses retenues pour le compte de résultat Nous partons des chiffres de rentabilité après retraitements et nous prenons en compte le prévisionnel quia été efectué par la société pour l exercice 20N+1 et dont nous avons vérifié la cohérence. Hypothèses retenues pour la holding de reprise «Newco» : - Financement de l acquisition: Apport en capital : 33% du prix de cession. Nous retenons le chiffre de 1 M EUR Distributions de dividendes : distribution de l excess cash existant lors de l acquisition, soit 250 K prélevés sur une trésorerie de 500K. Distribution sur les exercices suivants à hauteur de 66% du résultat net Emprunt souscrit : emprunt bancaire sur 7 ans à un taux de 5,5%, assurance comprise. Le financement de l acquisition se présente comme suit: Pour une acqusition réalisée en 20 N+1, le compte de résultat, le tableau de financement et le bilan de la holding «NEWCO» se présenteront comme suit :. / On constate que le montant maximum de dette LBO que la société holding pourra rembourser avec les dividendes qu ele recevra de la société EDIVAL - laquelle distribuera 66% de son résultat net s élève à Compte tenu de l apport en capital (1 M ) et de la distribution de dividendes envisagée (250 K ), le prix maximum qu un acquéreur poura ofrir pour EDIVAL sera de EUR. 28

19 D.3.2.3L actualisation des cash flow libre Méthode dite des DCF. La méthode des flux futurs de trésorerie, ou Discounted Cash Flow (DCF),part du principe qu un bien «vaut ce qu il rapporte». Cete méthode consiste à calculer, par actualisation, la valeur actuele nete des flux de trésorerie futurs attendus de la sociétéà laquele on ajoute une valeur terminale qui prend en compte le fait qu après actualisation des flux futurs l acquéreur continue à détenir la société, laquele a une valeur de revente. A titre d ilustration, nous rappelons que la Valeur d Entreprise (VE) est calculée comme suit : n CFi VT VE = Σ + i = 1 (1 + CMPC) i (1 + CMPC) n CF : le flux de trésorerie (free cash flow) généré par l exploitation CMPC : le coût moyen pondéré du capital VT : la valeur terminale Détermination des Cash-Flow Libres. / Détermination du coût moyen pondéré du capital (CMPC) Le CMPC s établit à: V FP CMPC = K CP V FP + V D + K D x (1 IS) x V D V FP + V D. / Calcul de la Valeur Terminale et de la valeur des titres EDIVAL SAS La valeur d entreprise est en fait la valeur d actualisation à l infini des flux de trésorerie atendus; le dernier de ces flux est la valeur terminale (soit la valeur de rendement au terme de la période d actualisation) qui corespond à la valeur de revente escomptée à terme.. / La valeur des titres EDIVAL SAS, s obtient en ajoutant à cete Valeur d Entreprise, le montant de la Trésorerie Nette au 31/12/20N soit : V = VE + Trésorerie Nette = EUR 30

20 III SYNTHESE DES METHODES D EVALUATION Le tableau ci-dessous reprend l ensemble des valeurs de rendement, sur la base des comptes au 31 /12/20N : La valeur médiane pour ces méthodes ressort à EUR. La valeur de marché de la société EDIVAL peut donc être estimée aux alentours de Nous rappelons que cete valeur s entend : Après distribution d un dividende de revenant aux actionnaires actuels et prélevés sur l exercice 20N; Après remboursement du compte courant détenus par les associés ; 31

Comment valoriser une entreprise et sur quels critères? ISEC 22 novembre 2011 Evaluation d entreprises

Comment valoriser une entreprise et sur quels critères? ISEC 22 novembre 2011 Evaluation d entreprises 1 Comment valoriser une entreprise et sur quels critères? ISEC 22 novembre 2011 Evaluation d entreprises Sommaire Préambule Comment bien évaluer une entreprise? Le diagnostic Le business plan L approche

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

METHODES D EVALUATION

METHODES D EVALUATION METHODES D EVALUATION C.R.A. PANSARD & ASSOCIES Présentation du 27 septembre 2004 G. Lévy 1 METHODES D EVALUATION SOMMAIRE 1 Définition et approche de la «valeur» 2 - Les principales méthodes d évaluation

Plus en détail

Valoriser dans une optique de développement: réussir une levée de fonds

Valoriser dans une optique de développement: réussir une levée de fonds ENTREPRISE ET PATRIMOINE RDV TransmiCCIon 23 mai 2013 Valoriser dans une optique de développement: réussir une levée de fonds Conseil en fusions-acquisitions et ingénierie financière Intégrité indépendance

Plus en détail

Les clés de l évaluation. Hervé Bardin

Les clés de l évaluation. Hervé Bardin Les clés de l évaluation Hervé Bardin Evaluation d entreprise : principes généraux Evaluation d entreprise : principes généraux Que veut-on évaluer? Contexte de l évaluation Typologie des méthodes d évaluation

Plus en détail

Société Française des Evaluateurs

Société Française des Evaluateurs Strictement confidentiel Société Française des Evaluateurs L évaluation dans le secteur bancaire : particularités, limites et changements post-crise 2008. PwC Valuation & Business Modelling Juin 2015 Projet

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 mars 2013 Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic Conformément à ce qui avait été annoncé lors de la publication des comptes annuels, Icade publie

Plus en détail

Résultats annuels 2005

Résultats annuels 2005 Résultats annuels 2005 SOMMAIRE Chiffres clés Activité 2005 - Crédit-Bail Immobilier/Location Longue Durée - Location simple Résultats 2005 Structure financière LOCINDUS en bourse Perspectives pour 2006

Plus en détail

SECTION 6 : OPERATIONS DE CREDIT-BAIL ET DE LOCATION

SECTION 6 : OPERATIONS DE CREDIT-BAIL ET DE LOCATION SECTION 6 : OPERATIONS DE CREDIT-BAIL ET DE LOCATION 1 - DEFINITIONS 2 - COMPTABILISATION DES IMMOBILISATIONS DONNEES EN CREDIT-BAIL 3 - RESTRUCTURATION DES LOYERS IMPAYES 4 - COMPTABILISATION DES IMMOBILISATIONS

Plus en détail

INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE

INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE Avril 2013 EVALUATION D ENTREPRISE 1 Introduction en bourse Une introduction en bourse est avant tout une opération financière. Les avantages financiers de

Plus en détail

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Les pouvoirs publics ont attiré notre attention sur les enjeux de la transmission des entreprises, plus de 100

Plus en détail

Marchés Financiers. Cours appliqué de finance de marché. Actions

Marchés Financiers. Cours appliqué de finance de marché. Actions Marchés Financiers Cours appliqué de finance de marché Actions Aoris Conseil - Emmanuel Laffort 1 Actions - Généralités Caractéristiques Partie du capital Participants Banques (comptes propres, comptes

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

RÉSUMÉ DES ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RETRAITÉS DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2005/2006, CLÔTURÉ LE 30 SEPTEMBRE 2005

RÉSUMÉ DES ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RETRAITÉS DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2005/2006, CLÔTURÉ LE 30 SEPTEMBRE 2005 Hal, le 11 décembre 2006 RÉSUMÉ DES ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RETRAITÉS DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2005/2006, CLÔTURÉ LE 30 SEPTEMBRE 2005 Par rapport aux chiffres publiés précédemment (le 19

Plus en détail

Diagnostic financier - Corrigé

Diagnostic financier - Corrigé Diagnostic financier - Corrigé Nous effectuerons ce diagnostic financier en présentant d abord une étude de rentabilité et de profitabilité du groupe Nestor, ensuite une étude de la structure financière

Plus en détail

RAPPORT COMPLET D EXPERTISE

RAPPORT COMPLET D EXPERTISE RAPPORT COMPLET D EXPERTISE 1 1 e partie : RAPPORT D'ANALYSE FINANCIERE 2 SOMMAIRE DU RAPPORT SYNTHESE DES FORCES ET FAIBLESSES... 4 FORCES de l'entreprise... 4 FAIBLESSES de l'entreprise... 4 COMMENTAIRES

Plus en détail

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL Il donne une vision plus économique, il présente la manière dont les emplois sont financés par les ressources. Il permet de mieux comprendre le fonctionnement de

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM Centre Loire dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Le résumé des comptes annuels de la société Groupe Delhaize SA est présenté ci-dessous. Conformément au Code des Sociétés, les comptes annuels complets, le

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM d Aquitaine dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005/2002 du 07 mai 2002

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE4 DROIT FISCAL - session 2014 Proposition de CORRIGÉ 2014 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE - 5 points 1.

Plus en détail

PRINCIPES ET APPROCHES DE L EVALUATION D ENTREPRISES

PRINCIPES ET APPROCHES DE L EVALUATION D ENTREPRISES PRINCIPES ET APPROCHES DE L EVALUATION D ENTREPRISES Plan Introduction Partie 1: Rappel des principales méthodes d évaluation financière Partie 2: la méthode Discounted Cash Flow Partie 3: la méthode des

Plus en détail

DOSSIER DE GESTION. Sommaire

DOSSIER DE GESTION. Sommaire 102 Allée de Barcelone 31000 TOULOUSE Forme juridique : ENTREPRISE INDIVIDUELLE Régime fiscal : R. Simplifié Date exercice : 01/07/2012 au 30/06/2013-12 DOSSIER DE GESTION Sommaire Présentation de l'exploitation

Plus en détail

A. Bilan. B. Compte de résultat. Comptes sociaux au 31 décembre 2013. ACTIF (en milliers d euros) Notes Brut

A. Bilan. B. Compte de résultat. Comptes sociaux au 31 décembre 2013. ACTIF (en milliers d euros) Notes Brut Comptes sociaux au 31 décembre 2013 A. Bilan ACTIF (en milliers d euros) Notes Brut 2013 Amort. et dépréc. Immobilisations incorporelles 3-4 21 280 1 926 19 354 19 071 Immobilisations corporelles 3-4 7

Plus en détail

Réglementation prudentielle. en assurance. Plan. - I - Les principes de la comptabilité générale et leur application à l assurance

Réglementation prudentielle. en assurance. Plan. - I - Les principes de la comptabilité générale et leur application à l assurance Réglementation prudentielle en assurance Principes de comptabilité : comment lire les comptes des entreprises d assurance? Franck Le Vallois Commissaire-contrôleur des assurances Plan - I - Les principes

Plus en détail

Norme comptable internationale 17 Contrats de location

Norme comptable internationale 17 Contrats de location Norme comptable internationale 17 Contrats de location Objectif 1 L objectif de la présente norme est d établir, pour le preneur et le bailleur, les principes comptables appropriés et les informations

Plus en détail

Présentation Jean CAUCANAS, Yves PAUGAM & Démosthène SIMONNEAU

Présentation Jean CAUCANAS, Yves PAUGAM & Démosthène SIMONNEAU Présentation Jean CAUCANAS, Yves PAUGAM & Démosthène SIMONNEAU SOMMAIRE I. Cadre de la transmission II. Les étapes clés de la transmission III. Les dix écueils à éviter I. Le cadre de la transmission Céder

Plus en détail

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable;

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable; Le plan financier (Pacioli N 87) 1. Le Tableau de financement Le tableau de financement est un outil conçu spécialement pour assurer l équilibre "besoins-ressources" de l entreprise pour une politique

Plus en détail

Recueil de formules. Franck Nicolas

Recueil de formules. Franck Nicolas Recueil de formules Nous avons répertorié dans cette section, les différentes formules expliquées tout au long de cet ouvrage, afin de vous permettre de trouver rapidement l opération que vous souhaitez

Plus en détail

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes?

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Yves MARTIN-CHAVE Conseil financier ymc@innovatech.fr 06 27 28 53 34 innovatech-conseil.com Innovatech Conseil Les documents

Plus en détail

LES MATINALES DU CRA

LES MATINALES DU CRA LES MATINALES DU CRA 11 MARS 2014 COMMENT OPTIMISER VOTRE REVENU DANS LE CADRE D UN LBO? Intervenant : Christelle POULIQUEN Avocat associé Société d avocats AFFIS 1 Rue de Villersexel 75007 PARIS Comment

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 2 : Le dossier financier 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet de

Plus en détail

C e g e r e a l - R é s u l t a t s a n n u e l s 2013 : Une année de consolidation et de certifications

C e g e r e a l - R é s u l t a t s a n n u e l s 2013 : Une année de consolidation et de certifications Paris, le 14 février 2014 8h Information réglementée C e g e r e a l - R é s u l t a t s a n n u e l s 2013 : Une année de consolidation et de certifications Indicateurs clés : Loyers IFRS à 43,3 M (+12,1%)

Plus en détail

Titre du Projet. Nom(s) et Prénom(s) Adresses(s) du Promoteur(s) Nombre du Projet : Université : Date de réalisation : Exemple de Plan d Affaires

Titre du Projet. Nom(s) et Prénom(s) Adresses(s) du Promoteur(s) Nombre du Projet : Université : Date de réalisation : Exemple de Plan d Affaires Titre du Projet Nom(s) et Prénom(s) Adresses(s) du Promoteur(s) Nombre du Projet : Université : Date de réalisation : Exemple de Plan d Affaires 2 Concours 2009 2010 des meilleurs plans d affaires Exemple

Plus en détail

RÈGLEMENT N 2011-02 DU 9 JUIN 2011. Règlement homologué par arrêté du 27 décembre 2011 publié au journal officiel du 30 décembre 2011

RÈGLEMENT N 2011-02 DU 9 JUIN 2011. Règlement homologué par arrêté du 27 décembre 2011 publié au journal officiel du 30 décembre 2011 AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RÈGLEMENT N 2011-02 DU 9 JUIN 2011 Relatif au modèle abrégé d annexe des comptes annuels Règlement homologué par arrêté du 27 décembre 2011 publié au journal officiel du

Plus en détail

GESTION DU PATRIMOINE

GESTION DU PATRIMOINE Jean-Marc AVELINE Christian PRISCO-CHREIKI GESTION DU PATRIMOINE, 2007 ISBN : 978-2-212-53808-3 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 1 PREMIÈRE PARTIE LES GRANDS PRINCIPES DE LA GESTION DE PATRIMOINE CHAPITRE

Plus en détail

NORME IAS 16 LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES

NORME IAS 16 LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES NORME IAS 16 LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 16 : LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

- 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.)

- 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.) - 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.) Objectif(s) : Pré-requis : o Evaluation de la variation de trésorerie : activité, investissement, financement. o Connaitre

Plus en détail

Pourquoi ne pas confier votre «bébé» à ceux qui vous ont aidé à le faire grandir? Transmission d entreprise en Scop. Le guide

Pourquoi ne pas confier votre «bébé» à ceux qui vous ont aidé à le faire grandir? Transmission d entreprise en Scop. Le guide Pourquoi ne pas confier votre «bébé» à ceux qui vous ont aidé à le faire grandir? Transmission d entreprise en Scop Le guide > Sommaire Les Scop, des atouts incontestables >>> 3 Un statut souple >>> 4

Plus en détail

BILAN FONCTIONNEL. Pour répondre au mieux à cette préoccupation, nous étudierons les points suivants :

BILAN FONCTIONNEL. Pour répondre au mieux à cette préoccupation, nous étudierons les points suivants : BILAN FONCTIONNEL Avoir une activité, générer des résultats, nécessite des moyens de production que l'on évalue en étudiant la structure de l'entreprise. L'étude de la structure financière va permettre

Plus en détail

LES OPÉRATIONS EXCEPTIONNELLES

LES OPÉRATIONS EXCEPTIONNELLES LES OPÉRATIONS EXCEPTIONNELLES I. Les achats d immobilisations Les immobilisations sont des biens matériels et immatériels qui sont achetés par l entreprise afin de servir de façon durable à son exploitation

Plus en détail

Communiqué de presse. Paris, le 15 février 2012

Communiqué de presse. Paris, le 15 février 2012 Communiqué de presse RESULTATS ANNUELS 2011 Solides résultats 2011 et accroissement du patrimoine Paris, le 15 février 2012 Résultats 2011 o Progression de +14% du cash-flow courant par action à 2,14 o

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

LES ETAPES DE LA CREATION

LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION DE VOTRE ENTREPRISE L ELABORATION DU PROJET p. 13 A/ L étude commerciale p. 13 B/ L étude financière p. 18 C/ L étude juridique p. 27 LES FORMALITES

Plus en détail

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORMES IAS 32/39 : INSTRUMENTS FINANCIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Comptabilité approfondie Chapitre 7 1 Pourquoi consolider? La société A a acheté la société B. La somme payée s élève à 9 500 par achat des titres du capital

Plus en détail

SOMMAIRE. Assurances Salim

SOMMAIRE. Assurances Salim SOMMAIRE 1- Le secteur des assurances en Tunisie 2- Présentation de la socièté «ASSURANCES SALIM» 3- Stratégie de développement et perspectives d avenir 4- Evaluation 5 -Caractéristiques de l offre Assurances

Plus en détail

---------------------------------------------------- Rapport Financier Semestriel 30/06/2013 --------------------------------------

---------------------------------------------------- Rapport Financier Semestriel 30/06/2013 -------------------------------------- RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL 1 er janvier 30 juin 2013 ---------------------------------------------------- Rapport Financier Semestriel 30/ -------------------------------------- Société anonyme au capital

Plus en détail

28334 BULLETIN DES ANNONCES LÉGALES OBLIGATOIRES 9 Novembre 2005

28334 BULLETIN DES ANNONCES LÉGALES OBLIGATOIRES 9 Novembre 2005 28334 BULLETIN DES ANNONCES LÉGALES OBLATOIRES 9 Novembre 2005 FONCIERE DES MURS Société en commandite par actions au capital de 99 769 952 b. Siège social : 75116 Paris. 955 515 895 R.C.S. Paris. A. Comptes

Plus en détail

L INVESTISSEMENT. 1-Les différents types d investissements. On distingue 4 types d investissements :

L INVESTISSEMENT. 1-Les différents types d investissements. On distingue 4 types d investissements : L INVESTISSEMENT L investissement est le placement de sommes importantes par rapport à l activité courante d exploitation, dans un but d en retirer des bénéfices ou des économies. L investissement se distingue

Plus en détail

Dossier 1 ETUDE DE CAS

Dossier 1 ETUDE DE CAS DSCG session 2012 UE2 Finance Corrigé indicatif Dossier 1 ETUDE DE CAS 1. Evaluation de GRENELLE: 1.1. Valeur des fonds propres Vcp par la méthode des DCF Evolution du chiffre d affaires (TCAM : 6,7%)

Plus en détail

Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière

Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière Chiffres clés 2012 Croissance des ventes du Groupe : +0,9% à 76,8

Plus en détail

- 03 - TABLEAU DE FINANCEMENT - APPROFONDISSEMENT

- 03 - TABLEAU DE FINANCEMENT - APPROFONDISSEMENT - 03 - TABLEAU DE FINANCEMENT - APPROFONDISSEMENT Objectif(s) : o Approfondissement du tableau de financement : Pré-requis : variation du Fonds de Roulement Net Global (F.R.N.G.) ; variation du Besoin

Plus en détail

Dossier Financier. La première partie décrit les hypothèses de fonctionnement retenues que ce soit d un point de vue organisationnel ou financier.

Dossier Financier. La première partie décrit les hypothèses de fonctionnement retenues que ce soit d un point de vue organisationnel ou financier. Dossier Financier Ce dossier complète notre dossier économique en apportant un éclairage financier sur notre projet. Il s appuie sur l organisation que nous avons mise en place et sur l expérience de démarrage

Plus en détail

Selon la charte de l expertise en évaluation immobilière, 3 ème édition Juin 2006, la valeur vénale est :

Selon la charte de l expertise en évaluation immobilière, 3 ème édition Juin 2006, la valeur vénale est : COMPAGNIE NATIONALE DES EXPERTS IMMOBILIERS * 1 Alain MANZON Expert Immobilier-Consultant JANVIER 2013 N d agrément - 1004 - Diplômé de l Enseignement Supérieur RD559 Beauvallon Guerre vieille 83310 GRIMAUD

Plus en détail

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité.

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES Actif : (partie gauche d'un bilan) Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. Action : Titre de propriété d'une fraction

Plus en détail

LE CONTRAT DE CAPITALISATION Une opportunité de placement financier

LE CONTRAT DE CAPITALISATION Une opportunité de placement financier Conférence ATEL - 11 décembre 2012 LE CONTRAT DE CAPITALISATION Une opportunité de placement financier Marc-Antoine DOLFI, associé 1 PLAN DE PRESENTATION Le contrat de capitalisation 1. Description 2.

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX COLLEGE Réunion du mardi 1 er juillet 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE - NORME N 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE NORME

Plus en détail

L épreuve se compose de quatre exercices indépendants.

L épreuve se compose de quatre exercices indépendants. COMPTABILITÉ ET ANALYSE FINANCIÈRE Épreuve à option Rédacteur 2009 Concours externe et interne Document et matériel autorisés : Liste intégrale des comptes comportant la mention «document autorisé aux

Plus en détail

Communiqué de presse 5 mars 2015

Communiqué de presse 5 mars 2015 RESULTATS ANNUELS 2014 : DYNAMIQUE DE CROISSANCE CONFIRMEE Accélération de la croissance organique des ventes Nouvelle progression du résultat opérationnel courant de +10,6% Hausse du résultat net des

Plus en détail

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS UNIVERSITE NAY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 01 : LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCITE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi

Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi Version 4.7 Simulation d Entreprise «Artemis» Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi p. 1 1. Objectifs et Contexte Général L objectif de la simulation d entreprise «Artemis» est

Plus en détail

EVALUER LE JUSTE PRIX D UN CABINET

EVALUER LE JUSTE PRIX D UN CABINET EVALUER LE JUSTE PRIX D UN CABINET La notion de «fonds libéral», instituée par la Cour de Cassation il y a quelques années simplifie juridiquement la cession des cabinets libéraux. Auparavant, les juristes

Plus en détail

Communiqué de presse FY 2014-2015

Communiqué de presse FY 2014-2015 Communiqué de presse du 29 mai 2015 Huizingen, Belgique Confidentiel jusqu au 29 mai 2015 Communiqué de presse FY 2014-2015 (Résultats pour l exercice clôturé le 31 mars 2015) 1,8 de croissance du chiffre

Plus en détail

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN 7 OCTOBRE 2013 RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN CHAPITRE 1 UN MODÈLE DE BANQUE UNIVERSELLE ORIENTÉ CLIENT RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY UN ACTEUR BANCAIRE DE PREMIER PLAN 32 millions

Plus en détail

SESSION 2013 UE 4 DROIT FISCAL. Durée de l épreuve : 3 heures coefficient : 1

SESSION 2013 UE 4 DROIT FISCAL. Durée de l épreuve : 3 heures coefficient : 1 SESSION 2013 UE 4 DROIT FISCAL Durée de l épreuve : 3 heures coefficient : 1 Document autorisé Néant Matériel autorisé Aucun matériel n est autorisé. En conséquence, tout usage d une calculatrice est interdit

Plus en détail

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2003-03 du 2 octobre 2003 relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances (Avis n 2003-09 du 24 juin 2003 du compte rendu CNC)

Plus en détail

en juste valeur par résultat Placements détenus jusqu à échéance

en juste valeur par résultat Placements détenus jusqu à échéance Normes IAS 32 / Instruments financiers : Présentation Normes IAS 39 / Instruments financiers : Comptabilisation et Evaluation Normes IFRS 7 / Instruments financiers : Informations à fournir Introduction

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2007-02 DU 4 MAI 2007

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2007-02 DU 4 MAI 2007 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2007-02 DU 4 MAI 2007 Relatif au traitement comptable des opérations en devises des entreprises régies par le code des assurances, des

Plus en détail

TABLE DES MATIERES PRÉFACE... 9 INTRODUCTION... 11 PARTIE I. EVALUATION DES ENTREPRISES... 15. Table des matieres

TABLE DES MATIERES PRÉFACE... 9 INTRODUCTION... 11 PARTIE I. EVALUATION DES ENTREPRISES... 15. Table des matieres TABLE DES MATIERES PRÉFACE................................................ 9 INTRODUCTION........................................ 11 PARTIE I. EVALUATION DES ENTREPRISES............... 15 CHAPITRE 1. CONTEXTE

Plus en détail

Du résultat social au résultat consolidé Novembre 2011

Du résultat social au résultat consolidé Novembre 2011 Du résultat social au résultat consolidé Novembre 011 Du résultat social au résultat consolidé Préambule Les comptes consolidés ont pour but de présenter le patrimoine, la situation financière et les résultats

Plus en détail

IFRS Etats financiers consolidés abrégés (en milliers d euros)

IFRS Etats financiers consolidés abrégés (en milliers d euros) IFRS Etats financiers consolidés abrégés (en milliers d euros) 1. Compte de résultats consolidé par segment au 30.06.2005 2. Bilan consolidé par segment au 30.06.2005 3. Tableau des flux de trésorerie

Plus en détail

Les opérations à effet de levier - LBO. Isabelle Martinez Master CCA2

Les opérations à effet de levier - LBO. Isabelle Martinez Master CCA2 Les opérations à effet de levier - LBO Isabelle Martinez Master CCA2 Définition Un LBO ou Leveraged Buy Out est le rachat des actions d'une entreprise par un ou plusieurs fonds d investissement spécialisés.

Plus en détail

CF = Produits avec effets monétaires Charges avec effets monétaires. (Méthode directe)

CF = Produits avec effets monétaires Charges avec effets monétaires. (Méthode directe) Le cash flow 1) Le cash flow brut Le cash flow (Cash Flow Brut, CF ou CFB) est un concept d origine américaine visant à mesurer la capacité d une entreprise à sécréter des fonds (de la monnaie) à partir

Plus en détail

SOCIÉTÉ BIC Siège social : 14, rue Jeanne d Asnières 92 110 Clichy Société Anonyme au capital de 205 952 534.32 EUR 552 008 443 R.C.S.

SOCIÉTÉ BIC Siège social : 14, rue Jeanne d Asnières 92 110 Clichy Société Anonyme au capital de 205 952 534.32 EUR 552 008 443 R.C.S. 1 SOCIÉTÉ BIC Siège social : 14, rue Jeanne d Asnières 92 110 Clichy Société Anonyme au capital de 205 952 534.32 EUR 552 008 443 R.C.S. Nanterre Note d information émise par SOCIÉTÉ BIC en vue de la mise

Plus en détail

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 12 : IMPÔTS SUR LE RÉSULTAT...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

Introduction en Bourse de la Société. Réunion d analystes

Introduction en Bourse de la Société. Réunion d analystes Introduction en Bourse de la Société «Assurances SALIM» Réunion d analystes 22 Février 2010 & Membre d Sommaire I. Le secteur des assurances en Tunisie i II. Présentation de la société «Assurances SALIM»

Plus en détail

Chapitre 2 : Détermination de l'ensemble consolidé

Chapitre 2 : Détermination de l'ensemble consolidé Chapitre 2 : Détermination de l'ensemble consolidé Introduction I - Degrés de dépendance : Critères d'appréciation du contrôle A Droits de vote B Eléments de fait TD1 - Pourcentage de droits de vote II

Plus en détail

DOSSIER 1 IMPOSITION DES BÉNÉFICES (IS/BIC)

DOSSIER 1 IMPOSITION DES BÉNÉFICES (IS/BIC) DCG session 2013 UE4 Droit fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 IMPOSITION DES BÉNÉFICES (IS/BIC) 1) Calculer le résultat fiscal de l exercice 2012 pour la société GODARD Résultat fiscal (IS) Opérations

Plus en détail

DCG session 2010 UE4 Finance d entreprise Corrigé indicatif. Dossier 1 - Diagnostic financier

DCG session 2010 UE4 Finance d entreprise Corrigé indicatif. Dossier 1 - Diagnostic financier DCG session 2010 UE4 Finance d entreprise Corrigé indicatif Dossier 1 - Diagnostic financier 1. Intérêt des tableaux de flux de trésorerie - Analyse de l évolution de la trésorerie Les tableaux de flux

Plus en détail

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion btsag.com 1/15 26/09/2011 Pérennisation de l entreprise Auteur : C. Terrier; mailto:webmaster@btsag.com ; http://www.btsag.com Utilisation: Reproduction libre pour des formateurs dans un cadre pédagogique

Plus en détail

S informer sur. Capital investissement:

S informer sur. Capital investissement: S informer sur Capital investissement: les fonds communs de placement à risques destinés au grand public Qu est-ce que le capital investissement? Quels sont les segments d intervention du capital investissement?

Plus en détail

LEGRAND INFORMATIONS FINANCIERES CONSOLIDEES NON AUDITEES 30 SEPTEMBRE 2014. Sommaire. Compte de résultat consolidé 2.

LEGRAND INFORMATIONS FINANCIERES CONSOLIDEES NON AUDITEES 30 SEPTEMBRE 2014. Sommaire. Compte de résultat consolidé 2. LEGRAND INFORMATIONS FINANCIERES CONSOLIDEES NON AUDITEES 30 SEPTEMBRE 2014 Sommaire Compte de résultat consolidé 2 Bilan consolidé 3 Tableau des flux de trésorerie consolidés 5 Notes annexes 6 Compte

Plus en détail

états FINANCIERS ARRêTéS AU 31 DéCEMBRE 2013

états FINANCIERS ARRêTéS AU 31 DéCEMBRE 2013 états FINANCIERS ARRêTéS AU 31 DéCEMBRE 2013 SOCIETE DE GESTION DES PARTICIPATIONS DE L ETAT TOURISME & HOTELLERIE ENTREPRISE DE GESTION HOTELIERE CHAINE EL AURASSI SOCIETE PAR ACTIONS AU CAPITAL DE 1.500.000.000

Plus en détail

Un holding d'investissement dans les PME

Un holding d'investissement dans les PME Un holding d'investissement dans les PME La Financière Viveris Diversifier Optimiser Capitaliser L objet de la Financière Viveris est de prendre des participations dans les petites et moyennes entreprises

Plus en détail

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT LFP Europimmo SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine.

Plus en détail

26 Contrat d assurance-vie

26 Contrat d assurance-vie 42 26 Contrat d assurance-vie est un contrat par lequel un assureur s engage à verser un capital en cas de vie ou de décès de l assuré, au profit du souscripteur ou d un tiers, moyennant une prime. Placement

Plus en détail

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 409 ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 Les tableaux suivants présentent les éléments nécessaires à la confection des documents de synthèse figurant au compte de gestion. Ils permettent d associer

Plus en détail

Actualité fiscale et patrimoniale

Actualité fiscale et patrimoniale novembre 2014 Actualité fiscale et patrimoniale Me Pascal JULIEN SAINT-AMAND Notaire, ancien avocat fiscaliste, Docteur en Droit Réseau notarial ALTHÉMIS 79, rue Jouffroy d Abbans 75017 Paris Tél : 01.44.01.25.00

Plus en détail

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 - TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE Première partie : TVA déductible au titre de septembre 2008 1.1. Définir le coefficient de déduction et ses trois

Plus en détail

L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux

L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux 2 3 SOMMAIRE 4 L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux 4 Une orientation résolument internationale 6 Une protection

Plus en détail

NORMES IFRS LES AMORTISSEMENTS Page 1 sur 6

NORMES IFRS LES AMORTISSEMENTS Page 1 sur 6 LES AMORTISSEMENTS 1. DEFINITION Règlement n 2002-10 du CRC Article 322.1 3. Le montant amortissable d un actif est sa valeur brute sous déduction de sa valeur résiduelle. L amortissement d un actif est

Plus en détail

Communiqué de presse S1 2014-2015

Communiqué de presse S1 2014-2015 Communiqué de presse 27 novembre 2014 Huizingen, Belgique Communiqué de presse S1 2014-2015 (Résultats pour le premier semestre clôturé le 30 septembre 2014) Le chiffre d affaires semestriel a connu une

Plus en détail

Aspects fiscaux des placements en société

Aspects fiscaux des placements en société Aspects fiscaux des placements en société Sommaire 1. Généralités 2. Exploiter d abord l épargne fiscale 2.1. L engagement individuel de pension via une assurance externe (EIP) 2.2. Une pension libre complémentaire

Plus en détail

Projet de création / reprise d entreprises

Projet de création / reprise d entreprises Projet de création / reprise d entreprises Repère méthodologique pour élaborer votre plan d affaires Cet outil est destiné à vous aider dans l élaboration de votre plan d affaires. Il est scindé en 2 parties

Plus en détail