Fiche 10 : Travail et intégration sociale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Fiche 10 : Travail et intégration sociale"

Transcription

1 Fiche 10 : Travail et intégration sociale Plan de la fiche 1. Notions de base 2. Problèmes économiques et sociaux 3. Théories et auteurs 4. Repères historiques Comment concilier les multiples besoins de changement d une société avec la nécessité de règles et d une homogénéisation sociale indispensables à la durée de cette même société? Si l intégration sociale de l individu passe par la famille, l école et le travail, comment la réaliser à présent dans une famille qui éclate, une école contestée et un travail qui se précarise? Notions de base La socialisation définit le processus par lequel l individu acquiert les valeurs, les normes et la culture d une société. Ce processus s effectue d abord au sein de la famille et de l école, ce que l on appelle la socialisation primaire. Puis il se poursuit tout au long de la vie, socialisation secondaire, à travers l activité professionnelle, les associations ou les médias. Pour le sociologue Emile Durkheim ( ), le processus de socialisation se compose de deux éléments : l intégration par laquelle l individu se sent solidaire des autres et des objectifs communs de la société ; la régulation par laquelle l individu accepte les règles, les usages et les contraintes de la vie sociale, ce qu il appelle : «l intériorisation de la contrainte». Il faut noter que la socialisation ne saurait être un mécanisme uniforme. Elle varie selon la diversité des groupes sociaux, et la socialisation féminine à travers les valeurs et les exigences attendues n est pas la même que la socialisation masculine. D un côté la poupée, être soignée et serviable pour les filles, de l autre les jeux de guerre, le négligé et l ambition pour les garçons conduisent à une socialisation reproductrice des rôles sexuels. Le lien social découle de la socialisation puisqu il traduit l ensemble des relations qu entretiennent les individus entre eux. La conscience collective se définit comme l ensemble des croyances et des comportements qui constitue la culture d une société. Véritable système de pensée et d agir hérité des générations précédentes, elle conduit l individu à se plier à ses règles et distingue les cultures des différents pays. Elle est à l origine de la cohésion sociale ou solidarité qui unit les individus et les groupes composant la société. A l opposé de la socialisation, on trouve : l anomie, qui est une perte des repères de l individu. Après un licenciement, un divorce, voire un gros gain au loto, l individu est désorienté, ce qui provoque un affaiblissement ou une rupture du lien social ; la déviance qualifie la transgression des normes sociales établies. Elle s apparente donc à la délinquance et se trouve sanctionnée puisque l individu s affranchit des valeurs du groupe ; l exclusion résulte d un lent processus par lequel l individu se détache du lien social et se considère comme ne faisant plus partie de la société. On observe généralement une accumulation de handicaps pour l individu comme la perte de son travail, de son logement, de ses liens sentimentaux. L auteur Robert Castel préfère parler de désaffiliation sociale provenant à la fois d une non-intégration de l individu par le travail et de sa non-insertion dans la vie familiale et sociale. La fracture sociale est une expression célèbre prononcée par Jacques Chirac au cours de la campagne présidentielle de 1995 pour évoquer la crise actuelle du lien social dans notre société et la montée de l exclusion. La pauvreté absolue définit la situation d un individu dans l incapacité d assurer la satisfaction de ses besoins primaires. Cette situation se rencontre en particulier dans les PED. La pauvreté relative caractérise l individu éprouvant des difficultés à satisfaire l ensemble de ses besoins primaires. En France, un individu est pauvre si son revenu ne dépasse pas la moitié du salaire moyen mensuel des Français. 1

2 Problèmes économiques et sociaux La remise en cause du rôle intégrateur du travail Le développement de nos sociétés a fait du travail un puissant facteur d intégration sociale : il apporte tout d abord au travailleur une identité sociale, et son appartenance à telle ou telle catégorie socioprofessionnelle définit sa place dans le processus de la production économique ; il constitue la base de ce que l on appelle la socialisation secondaire, puisque tout au long de sa vie professionnelle, le travailleur continue à s intégrer aux valeurs et à la culture de l entreprise. Le lien social se développe aussi bien au cours des pauses à la cafétéria que dans les relations clientèle ; le travail apporte aussi la possibilité de gravir des échelons grâce à la formation professionnelle, et permet donc une ascension sociale qui, aussi faible soit-elle, renforce l intégration dans la société ; enfin, en contrepartie de son activité, le travailleur perçoit un revenu qui lui permet de s intégrer dans la société de consommation. Mais de nos jours, le travail joue de moins en moins son rôle intégrateur : la montée du chômage et la précarité de l emploi fragilisent le rapport travail-entreprise et affaiblissent durablement la socialisation secondaire ; le chômeur et le salarié en emploi précaire voient leur pouvoir d achat amputé, ce qui les empêche de s insérer de façon satisfaisante dans l échange économique ; certains auteurs, comme Jeremy Rifkin dans son livre La Fin du travail, développent l idée que l informatisation de nos sociétés va progressivement supprimer de plus en plus d emplois. Comment le travail pourra-t-il jouer son rôle intégrateur si demain les NTIC suppriment les possibilités de travail des individus? Car le travail demeure toujours la référence centrale de l intégration et de la cohésion sociale. Les deux tiers des allocataires du RMI demandent, selon les enquêtes, un emploi ; et les jeunes, pour être reconnus socialement, souhaitent toujours trouver un emploi. Il convient de relever en effet que le travail est au cœur de l organisation sociale. Que devient le rôle de l école si les diplômes qu elle délivre ne servent pas à trouver du travail? Comment créer une famille si l absence de travail ne permet pas d avoir un foyer pouvant accueillir des enfants? Enfin comment assurer la légitimité de l Etat si le gouvernement ne peut assurer un minimum d emploi et de bien-être économique à ses concitoyens? Nos sociétés doivent donc repenser le cadre du travail. Pour Dominique Meda, dans son livre Le Travail, une valeur en voie de disparition, le travail ne doit plus être considéré comme «la manière exclusive de créer et de maintenir le lien social». L intégration sociale se réalise tout autant «dans la famille [...] l école [...] les relations amoureuses [...] le sport et le lien politique». Pour d autres, il faut déconnecter le lien entre travail et production économique et développer la relation travail et collectivité sociale : aide aux personnes âgées ou soutien scolaire des jeunes. L affaiblissement du lien social En dehors du travail, le lien social est également fragilisé par la crise que rencontrent les différentes instances d intégration de la société. Les mutations de la famille La fonction majeure de la famille consiste à transmettre les valeurs et les normes qui permettent à l enfant de s intégrer dans le corps social. Les rôles sociaux, politiques ou religieux sont appris par imitation du modèle parental. Par ailleurs, la famille est un lien de solidarité entre les membres, d abord des parents envers leurs enfants puis de ces mêmes enfants vis-à-vis de leurs parents quand ces derniers deviennent âgés. Mais depuis les années soixante, la famille connaît de grandes mutations. A côté du couple marié traditionnel avec enfants, on a vu apparaître progressivement : un recul du nombre des mariages (taux de nuptialité) et une augmentation du célibat et du nombre des divorces (taux de divortialité) ; un développement des pratiques de cohabitation et des naissances hors mariage ; une montée de la famille monoparentale où un seul des parents élève les enfants et de la famille recomposée où l un ou l autre des nouveaux conjoints a déjà des enfants d un précédent mariage. Les raisons de ces mutations sont multiples : l institution du mariage paraît trop rigide, et on lui préfère des modalités plus souples comme la cohabitation ou la possibilité de le rompre plus facilement avec le divorce par consentement mutuel depuis 1975 ; 2

3 le mariage de raison s estompe, l influence religieuse décroît et l on ne veut plus se marier «pour le meilleur et pour le pire» mais pour l amour, ce qui peut ne pas dire pour toujours ; l accession plus générale de la femme au monde du travail renforce son poids dans le couple et son autonomie financière. Elle hésite moins à demander le divorce ou élever seule ses enfants. Ces transformations, pour certains sociologues, affaibliraient le rôle de la famille en matière d intégration et de solidarité : le primat de l épanouissement de soi et de la révocabilité du couple désinstitutionnalise la famille qui ne peut plus jouer aussi efficacement son rôle intégrateur ; la solidarité familiale est moins forte en matière de service ou d argent lorsque les liens familiaux sont distendus ; le développement du célibat et des familles monoparentales augmente les risques de fragilité sociale menant à l exclusion. Mais, face au chômage ou à la précarité de l emploi, on constate un renouveau des fonctions d entraide de la famille qui reste la valeur refuge dans un premier temps. L accroissement du nombre de familles recomposées est aussi l occasion d augmenter, par le nombre des membres, les relations de solidarité. Enfin, face aux perturbations conjugales, on assiste au renforcement du rôle intégrateur et de solidarité des grandsparents, ce qui est une caractéristique nouvelle de notre société. Les difficultés d une école intégratrice La fin du XIX e siècle a vu l instauration des lois Jules Ferry rendant l école laïque, gratuite et obligatoire. Cette institution remplit alors un double rôle d intégration : l élève apprend à s adapter aux règles de la vie collective sous les recommandations du corps enseignant qui diffuse une morale laïque et civique ; il est formé, par l acquisition des savoirs, à intégrer ensuite le marché du travail et s insérer dans la collectivité. Mais il apparaît que l école a de plus en plus de mal à assurer une formation citoyenne : montée des actes d incivilité et du taux d absentéisme ; taux de réussite des classes défavorisées bien inférieur à celui des classes aisées. L institution scolaire fait alors l objet de vives critiques, accusée de développer le maintien d une «reproduction sociale» plutôt qu une intégration sociale. L école demeure cependant l une des premières garanties contre le chômage et la précarité. L observation des statistiques montre que le taux de chômage s amenuise au fur et à mesure que le niveau scolaire progresse. Par ailleurs, face aux difficultés des familles et aux contestations des élèves dans les quartiers les plus touchés par la crise, l institution scolaire reste la base de transmission d une éducation civique qui s avère prioritaire pour restructurer des liens sociaux distendus. L école doit poursuivre, à l image de la récente grande réflexion collective menée en 2004, son adaptation aux objectifs d une plus large intégration. La montée de l individualisme L affaiblissement du lien social s expliquerait aussi par la montée de l individualisme dans la société. Considérant les normes et les valeurs du corps social comme un obstacle à l épanouissement personnel, l individu choisit ses propres valeurs en s affirmant indépendant des autres. En ce sens on associe ce comportement au particularisme ou repli sur soi, qualifié de conception pessimiste de l individualisme. Dans une société où dominent l ego et le chacun pour soi, l individualisme expliquerait le relâchement du lien social : dans le couple, avec la montée du nombre de divorces et l apparition des familles monoparentales ; dans le déclin constant du taux de syndicalisation depuis les années soixante-dix ; dans la vie citoyenne avec la hausse de l absentéisme électoral qui traduit un désintérêt pour la vie politique ; dans la remise en cause même du système de la protection sociale où l individualisme incite, contrairement au principe même de solidarité, à vouloir percevoir au minimum ce que l on a donné. Mais l individualisme au sens universaliste, c est aussi : une liberté de réflexion plus grande et autonome dans nos sociétés que dans les sociétés traditionnelles dominées par le poids de la coutume et de la religion ; un engagement familial ou associatif qui, puisqu il est beaucoup plus librement choisi, va créer un lien social plus fort et une solidarité accrue ; une reconnaissance plus grande de la dignité et de la valeur d autrui, ce qui renforce la cohésion sociale dans la société. La remise en cause de l Etat intégrateur Lorsque les relations familiales sont distendues ou inexistantes, et que le lien avec le travail est rompu par le chômage, l Etat intervient par les allocations chômage ou le RMI pour éviter les risques de l exclusion et maintenir la cohésion sociale. Face à la maladie, l invalidité ou la vieillesse, l Etat assure aussi la protection sociale qui restaure le lien un moment menacé de l individu avec la collectivité. 3

4 Mais ces missions intégratrices de l Etat providence sont de nos jours remises en cause : d une part, on critique la réduction du montant des dépenses de l aide sociale engagées par l Etat qui affaiblirait le lien social et renforcerait le processus de l exclusion ; d autre part, et selon les économistes libéraux, ces dépenses ne font qu «assister» les chômeurs et ne les incitent guère à la recherche d un emploi ; par ailleurs, ces dépenses, en partie financées par les cotisations sociales, nuiraient à la compétitivité de l entreprise et à l ensemble de la croissance dans le pays. Théories et auteurs Emile Durkheim ( ), dans son ouvrage De la civilisation du travail social paru en 1893, s est attaché à étudier le processus de formation du lien social au cours de l évolution des sociétés. Dans les sociétés traditionnelles que l auteur qualifie de «primitives ou inférieures», il observe que l intégration de l individu dans la société repose sur l absence de différenciation entre les êtres humains. Tous doivent obéir et respecter les mêmes valeurs et normes du groupe, ce que l on appelle la conscience collective, et ainsi «la personnalité individuelle est absorbée dans la personnalité collective». Pour survivre, la société ne peut tolérer d individualisme et tous les individus doivent adhérer aux mêmes valeurs. Le lien social naît de l homogénéité du groupe, et un droit répressif sanctionne tout écart individuel. Durkheim qualifie cette solidarité du groupe de mécanique, non «qu elle soit produite par des moyens mécaniques et artificiellement. Nous ne la nommons ainsi que par analogie avec la cohésion qui unit entre eux les éléments des corps bruts. [...] Le lien qui unit ainsi l individu à la société est tout à fait analogue à celui qui rattache la chose à la personne [...] comme l objet possédé suit [les mouvements] que lui imprime son propriétaire». En revanche, dans les sociétés modernes ou «plus élevées», l individualisme est reconnu et la solidarité repose sur la division du travail qui rend chaque individu complémentaire des autres. Cette solidarité est qualifiée d organique par le sociologue, car «chacun dépend d autant plus étroitement de la société que le travail est plus divisé. [...] La société devient plus capable de se mouvoir avec ensemble, en même temps que chacun de ses éléments a plus de mouvements propres. Nous proposons d appeler organique la solidarité qui est due à la division du travail». La fonction de la division du travail assure tout à la fois le développement de la personnalité individuelle et une cohésion sociale forte entre les individus grâce à la complémentarité des tâches. Dans ce contexte, le droit devient restitutif, c est-à-dire qu il répare davantage les atteintes à l organisation sociale qu il ne les punit. Pour Durkheim, le travail est donc le facteur de base de l intégration de l individu à la société, et la division du travail est seule créatrice de la solidarité sociale : «La division du travail est la source, sinon unique, du moins principale de la solidarité sociale.» L auteur distingue cependant trois cas où cette solidarité peut être perturbée dans une société moderne : en cas de crise économique qui relâche les liens entre producteur et consommateur ; en cas de dégradation dans l entreprise des relations travail-capital ; en cas de division dans la communauté des chercheurs et des scientifiques. Le sociologue américain Robert King Merton ( ) analyse la déviance comme un dysfonctionnement entre les valeurs proposées par la société, la réussite professionnelle par exemple, et les moyens dont dispose chaque individu pour y parvenir. Dans son livre Eléments de théorie et de méthode sociologique (1949), il distingue cinq typologies d adaptation des individus aux valeurs d une société : le conformisme, stratégie de l intégration sociale, où l individu accepte les valeurs de la société et recourt aux moyens légaux pour y parvenir ; l innovation, qui caractérise une acceptation des valeurs mais une utilisation de moyens illégaux comme l escroquerie pour réussir ; le ritualisme, qui décrit une diminution dans l acceptation des valeurs sociales mais un accord sur les moyens légitimes de les atteindre ; le retrait ou évasion, qui caractérise un rejet des valeurs et des moyens légaux par l individu qui vit le plus souvent en marge de la société comme le SDF ou le toxicomane ; la rébellion enfin qui refuse les valeurs de la société et qui recherche par des moyens légitimes ou non à promouvoir d autres valeurs sociales. 4

5 Repères historiques Le travail n a pas toujours été perçu comme une valeur fondamentale devant apporter à l individu son intégration sociale. Dans l Antiquité, Grecs et Romains considéraient le travail comme une activité méprisable qui devait être réservée aux femmes et aux esclaves. La société féodale maintient cette conception. Les seigneurs ne travaillent pas et laissent cette activité aux mains des serfs et des manants. Au XVIII e siècle, avec Adam Smith, le travail devient une fonction de production qui apporte une rémunération à l individu. Mais il faut attendre le XIX e siècle et Karl Marx pour voir la glorification du travail. Dans l idéologie marxiste, le travail épanouit l être humain et devient l élément de base de transformation de la société pour construire le communisme. La période des Trente Glorieuses voit l apogée de la fonction intégratrice du travail. Ce dernier assure la sécurité par la salarisation du contrat à durée indéterminée. Il apporte également la formation professionnelle, un statut social et des revenus qui, indexés sur l inflation, permettent l entrée dans la société de consommation. A l heure actuelle, comme le souligne Dominique Meda, le travail devient une notion ambiguë dans nos sociétés. L individu ne valorise plus le travail, n y trouve plus son épanouissement et n y voit qu un revenu et le pouvoir de consommation qu il procure. 5

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

S AFFIRME LE PRIMAT DE L INDIVIDU?

S AFFIRME LE PRIMAT DE L INDIVIDU? QUELS LIENS SOCIAUX DANS DES SOCIÉTÉS OÙ S AFFIRME LE PRIMAT DE L INDIVIDU? 1. LES FORMES DE SOLIDARITÉS SELON EMILE DURKHEIM VIDEO DU COURS 2. L INTÉGRATION SOCIALE EN QUESTION A. LA MONTÉE DE L INDIVIDUALISME

Plus en détail

Proposition pour le site de UD CGT 35 La CGT propose la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS)

Proposition pour le site de UD CGT 35 La CGT propose la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS) Proposition pour le site de UD CGT 35 la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS) L insécurité dans et au travail est une réalité qui affecte un nombre sans cesse grandissant de salariés.

Plus en détail

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme?

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? par Alain Jacquot CNAF-Bureau des Prévisions Les CAF versent une trentaine de prestations (prestations familiales stricto sensu, aides au logement, et

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

25 La protection sociale

25 La protection sociale 25 La protection sociale F. Durand Sipa. CHOIX DU MÉDECIN TRAITANT : 40 % DES ASSURÉS SOCIAUX ONT RENVOYÉ LEUR FORMULAIRE EN SIX MOIS Hier, à trois jours du coup d envoi du dispositif du médecin traitant,

Plus en détail

République Slovaque. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels

République Slovaque. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels République Slovaque République slovaque : le système de retraite en 212 Le régime de retraite public lié à la rémunération est analogue à un système à points, avec des prestations qui dépendent du salaire

Plus en détail

Evolution des besoins sociaux et du système de protection sociale en France. Bruno Palier

Evolution des besoins sociaux et du système de protection sociale en France. Bruno Palier Evolution des besoins sociaux et du système de protection sociale en France Bruno Palier Le système de protection sociale actuel, Un schéma (Gazier, Palier, Périvier) Au cœur de ce système, un homme employé

Plus en détail

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être CONFERENCE DE HAUT-NIVEAU DE L UE ENSEMBLE POUR LA SANTÉ MENTALE ET LE BIEN-ÊTRE Bruxelles, 12-13 juin 2008 Slovensko predsedstvo EU 2008 Slovenian

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

La dynamique des liens entre genre, âge et désir

La dynamique des liens entre genre, âge et désir La dynamique des liens entre genre, âge et désir Michel Bozon Lausanne, 21 juin 2011 Université d été «Genre, rapports intergénérationnels et travail social» Plan de la présentation Transformations de

Plus en détail

COMMUNAUTE. Typologie

COMMUNAUTE. Typologie Extrait de : COMMUNAUTE L articulation des différents niveaux d appartenance «communautaires» et leur degré d intégration dans la communauté nationale constituent une problématique récurrente des Etats

Plus en détail

L emploi permet-il toujours de s intégrer à la société française?

L emploi permet-il toujours de s intégrer à la société française? 1) Analyse du sujet : T.E.S. Fustel de Coulanges 2013/2014 GALY marjorie.galy@wanadoo.fr http://www.toileses.org Eléments de correction du BAC BLANC de SES N 4 TESL L emploi permet-il toujours de s intégrer

Plus en détail

CHAPITRE 3 : CONTRÔLE SOCIAL ET DÉVIANCE 1.1 LES FORMES DU CONTRÔLE SOCIAL

CHAPITRE 3 : CONTRÔLE SOCIAL ET DÉVIANCE 1.1 LES FORMES DU CONTRÔLE SOCIAL CHAPITRE 3 : CONTRÔLE SOCIAL ET DÉVIANCE La socialisation a pour but d intégrer l individu dans un groupe ou dans la société. Le but de cette intégration est d assurer la cohésion sociale. Le processus

Plus en détail

Démographie Chapitre 3

Démographie Chapitre 3 Université Nancy 2 Démographie L2 économie 2010-2011 Mme Chaupain-Guillot 1 : nuptialité les mariages et les divorces * événement renouvelable * effet de la nuptialité sur la fécondité? de la nuptialité

Plus en détail

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document :

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document : Cahier de gestion TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES CODE : Nature du document : Règlement X Politique Directive administrative Procédure Date d adoption : Le 13 juin 2007 X C.A. C.E.

Plus en détail

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT 15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT Les aides au logement (allocation de logement familiale (ALF), allocation de logement sociale (ALS) et aide personnalisée au logement (APL)) permettent de

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

Quelles sont les conditions d obtention d un temps partiel thérapeutique pour un fonctionnaire?

Quelles sont les conditions d obtention d un temps partiel thérapeutique pour un fonctionnaire? Juin 2012 Questions sociales Qu est-ce que le mi-temps thérapeutique? Le mi-temps thérapeutique se met en place après avis du médecin traitant et du médecin de la Sécurité sociale, à la suite d un arrêt

Plus en détail

Chapitre 17 Action publique et régulation

Chapitre 17 Action publique et régulation CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 16 novembre 2014 à 19:40 Chapitre 17 Action publique et régulation Introduction Pourquoi les pouvoirs publics interviennent-ils dans les économies contemporaines?

Plus en détail

Résumé de la réforme des pensions février 2012

Résumé de la réforme des pensions février 2012 NOTE AU BUREAU DU PARTI 27 février 2012 Résumé de la réforme des pensions février 2012 Ce résumé ne concerne que les pensions du secteur privé. Un autre document suivra lorsque la réforme des pensions

Plus en détail

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012 Suisse Suisse : le système de retraite en 212 Le système de retraite suisse comporte trois composantes.le régime public est lié à la rémunération, mais selon une formule progressive.il existe également

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

ASSOCIATION L ETAPE PROJET ASSOCIATIF 2013 2018

ASSOCIATION L ETAPE PROJET ASSOCIATIF 2013 2018 ASSOCIATION L ETAPE PROJET ASSOCIATIF 2013 2018 PREAMBULE Le projet associatif constitue avec les statuts, les fondements de toute association. Il est l expression collective des personnes qui décident

Plus en détail

Qu est-ce que le droit à la protection sociale?

Qu est-ce que le droit à la protection sociale? Introduction Qu est-ce que le droit à la protection sociale? Le droit de la protection sociale est constitué de l ensemble des règles juridiques destinées à protéger les personnes contre la survenance

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Première partie DE LA SOCIÉTÉ DE PLANTATION À LA SOCIÉTÉ DE TRANSFERTS : UNE SOCIOLOGIE DE LA RÉUNION

TABLE DES MATIÈRES. Première partie DE LA SOCIÉTÉ DE PLANTATION À LA SOCIÉTÉ DE TRANSFERTS : UNE SOCIOLOGIE DE LA RÉUNION Remerciements...7 Introduction...9 Politiques sociales et société créole : la construction d un objet...9 Condition salariale, désaffiliation, réaffiliations : l intégration par le travail en débat...

Plus en détail

Politique de développement et de gestion des ressources humaines

Politique de développement et de gestion des ressources humaines RÈGLEMENT N 3 Politique de développement et de gestion des ressources humaines Adopté par le Conseil d administration Le 26 mars 1996 - Résolution n o 1931 Table des matières I. Préambule... 3 II. Objectifs

Plus en détail

Les jeunes des quartiers et l argent

Les jeunes des quartiers et l argent Les jeunes des quartiers et l argent 1 REPRÉSENTATIONS ET PRATIQUES La philosophie et l argent 2 Aristote : définit la monnaie comme un étalon qui rend possible l échange et régule les rapports entre les

Plus en détail

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012 France France : le système de retraite en 212 Dans le secteur privé, le système de retraite repose sur deux piliers obligatoires : un régime général lié à la rémunération et des dispositifs professionnels

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 PROJET ASSOCIATIF Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 NOTRE HISTOIRE L ENTRAIDE DES BOUCHES DU RHONE association régie par la loi du 1 er juillet 1901 est fondée en 1949, dans la perspective

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime Contribution écrite de la Caisse d Allocations Familiales de Seine Maritime La loi n 2014-173 du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine fixe les principes de la nouvelle

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

Énoncé de valeurs éthiques

Énoncé de valeurs éthiques Énoncé de valeurs éthiques Les valeurs de L inis L inis adhère à des valeurs communes qui le guident dans la réalisation de ses projets pédagogiques et artistiques. Reconnaissant que les étudiants sont

Plus en détail

SAVEZ-VOUS QUE VOUS POUVEZ ÊTRE ÉPAULÉ POUR GÉRER LES CHANGEMENTS QUI SURVIENNENT AU SEIN DE VOTRE FAMILLE?

SAVEZ-VOUS QUE VOUS POUVEZ ÊTRE ÉPAULÉ POUR GÉRER LES CHANGEMENTS QUI SURVIENNENT AU SEIN DE VOTRE FAMILLE? SAVEZ-VOUS QUE VOUS POUVEZ ÊTRE ÉPAULÉ POUR GÉRER LES CHANGEMENTS QUI SURVIENNENT AU SEIN DE VOTRE FAMILLE? JANVIER 2011 QU SOMMES NOUS? Au plus près des familles Depuis plus de 60 ans, les Allocations

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

GARDE D ENFANTS. Tout savoir sur la PAJE

GARDE D ENFANTS. Tout savoir sur la PAJE GARDE D ENFANTS Tout savoir sur la PAJE Sommaire Qu est-ce que la PAJE? Page 2 La prime à la naissance ou à l adoption Page 3 L allocation de base Page 4 Le complément de libre choix du mode de garde Page

Plus en détail

Conférence européenne des familles. L inclusion sociale des familles : Où en est la dimension familiale des politiques de l UE?

Conférence européenne des familles. L inclusion sociale des familles : Où en est la dimension familiale des politiques de l UE? Conférence européenne des familles L inclusion sociale des familles : Où en est la dimension familiale des politiques de l UE? Document cadre de la Conférence européenne des familles 14-15 Octobre 2010,

Plus en détail

«Fonder le droit de la famille sur une éthique de la responsabilité»

«Fonder le droit de la famille sur une éthique de la responsabilité» «Fonder le droit de la famille sur une éthique de la responsabilité» groupe : Nouvelles familles Décembre 2010 Les rapports établis par les groupes de réflexion du Lab sont des contributions libres aux

Plus en détail

Le salaire. en 7 questions

Le salaire. en 7 questions Le salaire en 7 questions Sommaire Comment lire ma fiche de paie? p.4 Comment se calcule mon salaire? p.6 Quelle est la différence entre salaire brut et salaire net? La qualification, c est quoi? p.8 C

Plus en détail

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996.

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Choix de vie Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son

Plus en détail

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux I. Appréhender le groupe social Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs A. Identifier la nation de rapport social 1. Les groupes sociaux Le groupe se définit par la réunion de plusieurs personnes

Plus en détail

Union Régionale des Francas Pays de La Loire

Union Régionale des Francas Pays de La Loire «La famille d aujourd hui n est ni plus ni moins parfaite que celle de jadis: elle est autre, parce que les milieux où elle vit sont plus complexes, voilà tout.» E. Durkheim 1888 Accompagnement à la fonction

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Code de Déontologie des Agents de Recherches Privées.

Code de Déontologie des Agents de Recherches Privées. Code de déontologie des Agents de Recherches Privées page 1 / 5 Code de Déontologie des Agents de Recherches Privées. Science des droits et des devoirs qu'impose aux Agents de Recherches Privées également

Plus en détail

Thème 1 Handicap en général - Fiche 1

Thème 1 Handicap en général - Fiche 1 Thème 1 Handicap en général - Fiche 1 Enfants de 9 à 12 ans Elèves de l enseignement secondaire inférieur 1 - Aborder le thème de la différence - Quelle place a la personne handicapée dans la société -

Plus en détail

La taxe fédérale sur les produits et services (TPS)

La taxe fédérale sur les produits et services (TPS) Raj K. Chawla La taxe fédérale sur les produits et services (TPS) est entrée en vigueur en 1991. Contrairement à la taxe sur les ventes des fabricants qu elle a remplacée, laquelle était perçue seulement

Plus en détail

Histoire de l Adolescence ( 1850 1914 ), Agnès Thiercé, Histoire de l éducation, Belin, 1999

Histoire de l Adolescence ( 1850 1914 ), Agnès Thiercé, Histoire de l éducation, Belin, 1999 Histoire de l Adolescence ( 1850 1914 ), Agnès Thiercé, Histoire de l éducation, Belin, 1999 Flore Berlingen Sciences Po, Conférence d Histoire Si son domaine de prédilection est l adolescence, ce n est

Plus en détail

Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle

Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle Repères revendicatifs Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle La CGT propose Un droit à l éducation permanente pour une formation émancipatrice tout au long de la vie. Ce droit

Plus en détail

L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations»

L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations» L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations» Avant projet de Plan d action EY 2012 Introduction La CES, ses deux organisations européennes

Plus en détail

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE Préambule PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE La réussite éducative se définit comme la recherche du développement harmonieux de l enfant et du jeune. Elle est plus large

Plus en détail

PRESENCE D UN CONJOINT LES REGIMES MATRIMONIAUX

PRESENCE D UN CONJOINT LES REGIMES MATRIMONIAUX PRESENCE D UN CONJOINT LES REGIMES MATRIMONIAUX A. LES DIFFERENTS REGIMES MATRIMONIAUX La présence d un conjoint peut modifier de façon radicale la préparation de la transmission d un patrimoine. Cette

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

La formation des salaires

La formation des salaires La formation des salaires I. Les mécanismes de formation des salaires 1. Définition du salaire - Le salaire constitue la rémunération du travailleur lié à son employeur par un contrat de travail. - Le

Plus en détail

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Mars 2015 Luc Masure Plan de la présentation 1. Le Bureau fédéral du Plan 2. Cadre historique de la politique salariale et des dispositifs d exonération

Plus en détail

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Auteurs : Christelle FOURASTIE Marion GUILLOIS Cours ICL

Plus en détail

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux Personnes et familles Vie familiale / vie à deux les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux www.notaires.paris-idf.fr Vie familiale, vie à deux LES CONTRATS DE MARIAGE ET LES RÉGIMES MATRIMONIAUX

Plus en détail

Thème 1: MÉNAGES ET CONSOMMATION

Thème 1: MÉNAGES ET CONSOMMATION Thème 1: MÉNAGES ET CONSOMMATION A/ Comment les revenus et les prix influencent-ils le choix des consommateurs? Notions à découvrir Revenu disponible Consommation Épargne Pouvoir d'achat Dans cette première

Plus en détail

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012 Belgique Belgique : le système de retraite en 212 Le régime de retraite comporte deux volets : un régime public lié à la rémunération prévoyant une retraite minimum d une part et un filet de protection

Plus en détail

100 de plus par mois pour 55 000 étudiants

100 de plus par mois pour 55 000 étudiants Le gouvernement investit pour la réussite de tous les étudiants avec 318 millions supplémentaires entre 2013 et 2014. Revalorisation des bourses des 30 000 étudiants aux revenus les plus faibles Jeunes

Plus en détail

Le futur des pensions Contenu de l Accord de Gouvernement

Le futur des pensions Contenu de l Accord de Gouvernement PARTIE #3 Finance & Pension Le futur des pensions Contenu de l Accord de Gouvernement Orateur: Monsieur Jacques Boulet Expert membre de la Commission 2020 2040 pour la réforme des Pensions auprès du Ministre

Plus en détail

Complément sur la consommation

Complément sur la consommation CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 28 avril 2015 à 18:12 Complément sur la consommation 1 Consommer ou épargner? L épargne est la part du revenu disponible non consommée immédiatement. A Quels sont

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

Concilier le travail et les études : parce que tous y gagnent!

Concilier le travail et les études : parce que tous y gagnent! Concilier le travail et les études : parce que tous y gagnent! Image : Jscreationzs/ Texte à l intention des intervenants scolaires et des commissaires qui font la promotion du programme 6-9-15 Par Renée

Plus en détail

Énoncé de valeurs éthiques

Énoncé de valeurs éthiques Énoncé de valeurs éthiques Tel qu adopté par le conseil d administration le 5 octobre 2011 Membres de l Association des écoles supérieures d art de Montréal Centre NAD Conservatoire de musique de Montréal

Plus en détail

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF Journée de formation FEBISP juin 2001 Intervention de Monsieur Michel COLSON Président de la Section CPAS de l Association de la Ville et des Communes de la Région de Bruxelles-Capitale

Plus en détail

Neuvième enquête nationale sur les diplômés Le devenir des diplômés 2009 de l IUT

Neuvième enquête nationale sur les diplômés Le devenir des diplômés 2009 de l IUT Neuvième enquête nationale sur les diplômés Le devenir des diplômés 2009 de l IUT Pierre GUILLEMARD, coordinateur des enquêtes "anciens diplômés" Conseil d Institut du jeudi 28 juin 2012 1 Plan de la présentation

Plus en détail

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes L égalité professionnelle entre hommes et femmes est un enjeu historique. En effet, il fait l objet de toutes les attentions

Plus en détail

Économie Chapitre 4 La dynamique de la croissance

Économie Chapitre 4 La dynamique de la croissance I) Les facteurs de la croissance A) Contribution des facteurs de production 1. Les facteurs de production Les sources de croissance La croissance économique ( = accroissement de la production d un pays)

Plus en détail

L assurance indemnités Travailleurs salariés et indépendants

L assurance indemnités Travailleurs salariés et indépendants L assurance indemnités Travailleurs salariés et indépendants 1 Introduction: l assurance maladie-invalidité L assurance maladie-invalidité (AMI) forme une des branches du système belge de la sécurité sociale;

Plus en détail

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Alors que les concertations sur la réforme des retraites sont actuellement en cours, l Assurance retraite, premier

Plus en détail

Note d analyse. Les Français et la protection sociale. Sondage Harris Interactive pour la Mutualité Française

Note d analyse. Les Français et la protection sociale. Sondage Harris Interactive pour la Mutualité Française Note d analyse Les Français et la protection sociale Sondage Harris Interactive pour la Mutualité Française Enquête réalisée en ligne par l'institut Harris Interactive du 1 er au 6 février 2012. Echantillon

Plus en détail

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible Le 6 février 2007. Du concept de métier lourd à celui de métier pénible - Réflexion sur l évolution - Sandra Invernizzi Métier lourd et métier pénible La notion de métier lourd reconnaît qu un métier comporte

Plus en détail

La Charte Alzheimer, éthique et société 2011

La Charte Alzheimer, éthique et société 2011 Conseil général CIDPA CLIC départemental Centre d Information Départemental Personnes Agées 38 avenue Bollée - 72000 LE MANS 02.43.81.40.40 - Fax : 02.43.76.17.54 cidpa@cg72.fr - Site internet : www.cidpaclic.sarthe.org

Plus en détail

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales SO00DM24 Approches socio-économiques de la croissance TD 7 : Décrypter les liens entre productivité et rentabilité (d après J-P Piriou, Nouveau manuel de SES, éd. La découverte) Objectifs du TD : 1) analyser

Plus en détail

La dette de consommation au Québec et au Canada

La dette de consommation au Québec et au Canada La dette de consommation au Québec et au Canada par : James O Connor Direction des statistiques sur les industries INTRODUCTION La croissance de l endettement à la consommation au Québec et au Canada entre

Plus en détail

Le statut de votre conjoint

Le statut de votre conjoint Artisans, commerçants, industriels Le statut de votre conjoint Édition janvier 2012 Sommaire 03 Un statut obligatoire 04 Quel statut pour votre conjoint? 06 Quelles cotisations? 08 Calcul des cotisations

Plus en détail

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN POLITIQUE : 5-12 Services éducatifs Entrée en vigueur : 19 avril 2011 (CC110419-10) TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

Plus en détail

Commission de la condition de la femme

Commission de la condition de la femme Commission de la condition de la femme la garde des enfants et autres personnes à charge, y compris le partage des tâches et des CSW40 Conclusions concertées (1996/3) Nations Unies, mars 1996 la garde

Plus en détail

L accueil de la petite enfance, clef de l égalité entre les femmes et les hommes

L accueil de la petite enfance, clef de l égalité entre les femmes et les hommes RÉPUBLIQUE FRANÇAISE LIBERTÉ - EGALITÉ - FRATERNITÉ DELEGATION AUX DROITS DES FEMMES ET A L EGALITE DES CHANCES ENTRE LES HOMMES ET LES FEMMES Paris, le 24 janvier 2013 L accueil de la petite enfance,

Plus en détail

La notion de Développement Durable est illustrée par la figure suivante : Développement durable. Social

La notion de Développement Durable est illustrée par la figure suivante : Développement durable. Social LE DEVELOPPEMENT DURABLE POUR LES PETITES ENTREPRISES ET LES ARTISANS. La notion de Développement Durable est une thématique à la mode. Elle est largement reprise dans les médias et devient une donnée

Plus en détail

THEME 1 : L INDIVIDU AU TRAVAIL CHAPITRE 2 : LES CONSEQUENCES DU REGIME JURIDIQUE DE TRAVAIL CHOISI

THEME 1 : L INDIVIDU AU TRAVAIL CHAPITRE 2 : LES CONSEQUENCES DU REGIME JURIDIQUE DE TRAVAIL CHOISI THEME 1 : L INDIVIDU AU TRAVAIL CHAPITRE 2 : LES CONSEQUENCES DU REGIME JURIDIQUE DE TRAVAIL CHOISI Quels sont les droits et les obligations : - du salarié de droit privé? - du fonctionnaire? -du travailleur

Plus en détail

GROUPE S - CASI L ENGAGEMENT DE SERVICE

GROUPE S - CASI L ENGAGEMENT DE SERVICE { GROUPE S - CASI L ENGAGEMENT DE SERVICE L ENGAGEMENT DE SERVICE La caisse d assurances sociales du GROUPE S est un maillon indispensable entre l Administration et le citoyen. Elle contribue de concert

Plus en détail

Indicateur n 14 : Pension moyenne

Indicateur n 14 : Pension moyenne Programme «Retraites» 47 Indicateur n 14 : Pension moyenne Sous-indicateur n 14-1 : de l ensemble des retraités Les évolutions des pensions moyennes (avantage principal de droit direct) brutes en euros

Plus en détail

Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs?

Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? SENSIBILISATION 1 Étape 1 contrôles corrigés 1. 2. Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? D où vient l argent que vos parents dépensent chaque mois? Vos parents dépensent-ils

Plus en détail

Dérouler les implications du droit au logement opposable.

Dérouler les implications du droit au logement opposable. Haut comité pour le logement des personnes défavorisées Note de synthèse du 13 e rapport (mars 2008) Dérouler les implications du droit au logement opposable. Adoptée dans l urgence en début d année 2007,

Plus en détail

Actualiser, développer et valoriser les compétences des seniors

Actualiser, développer et valoriser les compétences des seniors Actualiser, développer et valoriser les compétences des seniors Fiche 6 Enjeux Face aux changements importants que connaissent les entreprises : évolution du contenu des métiers, des technologies et des

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

Management et Sociologie des ressources humaines - Chapitre1 AEI - L3RH - D. Glaymann - 2009-2010 1. Deux courants sociologiques anciens

Management et Sociologie des ressources humaines - Chapitre1 AEI - L3RH - D. Glaymann - 2009-2010 1. Deux courants sociologiques anciens Deux courants sociologiques anciens Le holisme selon lequel on ne peut saisir la façon dont les hommes agissent en société qu en étudiant les mécanismes et les déterminismes qui les enserrent dans leur

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 25 septembre 2012 Français Original: anglais ECE/AC.30/2012/3 Commission économique pour l Europe Groupe de travail sur le vieillissement Conférence

Plus en détail

.. Le complément de libre choix d activité 07.. Questions / Réponses.. 09.. Exemples chiffrés... 010. Sommaire. Pages

.. Le complément de libre choix d activité 07.. Questions / Réponses.. 09.. Exemples chiffrés... 010. Sommaire. Pages Sommaire Pages.. Qu est-ce que la PAJE 02.. La prime à la naissance ou à l adoption 03.. L allocation de base 04.. Le complément de libre choix du mode de garde Vous en bénéficiez quels que soient vos

Plus en détail

PRÉFACE. Groupe Eyrolles

PRÉFACE. Groupe Eyrolles PRÉFACE Les entreprises, les organisations sont en permanence confrontées à l amélioration de leurs performances dans un environnement qu elles souhaitent sécuriser. Cette amélioration est de plus en plus

Plus en détail

Labor Force Participation: Consequences for Family Structure

Labor Force Participation: Consequences for Family Structure Labor Force Participation: Consequences for Family Structure Gender Economics Danièle Meulders María Catalán Herreros 22/11/2011 Introduction: tendances o o Taux d activité Les structures familiales La

Plus en détail

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT Finalité de la prime d activité Article 24 Rédiger ainsi l alinéa 6 : «Art. L. 841-1. La prime d activité a pour objet de soutenir le pouvoir d achat des travailleurs modestes, qu ils soient salariés ou

Plus en détail

Le foyer fiscal (cours)

Le foyer fiscal (cours) Le foyer fiscal (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I La composition du foyer fiscal... 4 Le contribuable... 4 Les personnes à charge... 5 1 - En ce qui concerne les personnes

Plus en détail

Le statut de votre conjoint

Le statut de votre conjoint Le RSI est votre interlocuteur social unique pour toute votre protection sociale personnelle obligatoire. votre CaissE Édition : Caisse nationale du RSI - Mise à jour : Parimage - Dépôt légal : février

Plus en détail

UNE DEMANDE DE RMI EN HAUSSE

UNE DEMANDE DE RMI EN HAUSSE Une année mitigée En 2008, en Poitou-Charentes, le bilan social est mitigé. Le nombre d allocataires de l ASS et de l API décline. De même, le nombre de bénéficiaires de la CMUc est en retrait. Cela peut

Plus en détail

F31. LE LICENCIEMENT ECONOMIQUE. Il s agit d un seul licenciement sur une même période de 30 jours.

F31. LE LICENCIEMENT ECONOMIQUE. Il s agit d un seul licenciement sur une même période de 30 jours. Le pour les La procédure diffère selon le nombre de licenciements à effectuer. LE LICENCIEMENT ÉCONOMIQUE INDIVIDUEL Il s agit d un seul licenciement sur une même période de 30 jours. La base de la procédure

Plus en détail