Audition de Marie-Anne DUJARIER

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Audition de Marie-Anne DUJARIER"

Transcription

1 Audition de Marie-Anne DUJARIER Marie-Anne DUJARIER est sociologue du travail et des organisations. Elle a publié des recherches sur l organisation contemporaine des services de masse (L idéal au travail, PUF, 2006), sur les nouvelles formes de la coproduction (La mise au travail du consommateur, La Découverte, 2008) et sur le travail social (Travailleurs sociaux en recherche-action. Education, insertion coopération. L Harmattan, «Recherche-Action en pratiques sociales». 2010). Bien que sociologue, elle entretient un dialogue étroit avec le courant d ergonomie psychologique de langue française. Elle a analysé, au cours de ses recherches dans des hôpitaux, entreprises et ministères, les caractéristiques propres aux organisations contemporaines (idéalisation des prescriptions, délégation du travail d organisation, instrumentalisation du consommateur pour produire et pour surveiller le salarié ) qui affectent les sujets, qu ils soient salariés ou consommateurs. A propos des «risques psychosociaux», elle propose de situer la réflexion dans l histoire sociale des concepts. Sans exhaustivité, elle indique quelques étapes importantes de la description de l état des travailleurs. Au XIXè siècle, les premières monographies (Le Play, Villermé ) ont formulé un problème hygiéniste et moral à propos des ouvriers de cette nouvelle civilisation industrielle et ouvrière naissante. Marx, observant l évolution de la société toute entière, a parlé d «exploitation» et, dans une moindre mesure, d «aliénation» au travail, lorsque celui-ci est déterminé par la dynamique du capital. La critique porte sur l économie capitaliste et embrasse des collectifs larges, définis moins par leur activité ou leur profession que par leur place dans les rapports de production. Durkheim montre l apparition d une nouvelle forme de suicide, dans le contexte d industrialisation et de développement de la consommation à la fin du XIXè siècle. Il pointe les effets néfastes, sur l individu, de l apparition d une norme sociale d illimitation. Il souligne les effets délétères de la division du travail lorsqu elle est «anormale» c est-à-dire non solidaire. Ici encore, le sociologue prend un point de vue macro et cherche des déterminants sociaux aux phénomènes vécus. Les sociologues américains des années 1930 et 40 ont enquêté sur l attitude des travailleurs et son impact sur la productivité. E. Mayo et son équipe, notamment évoquent les questions de «satisfaction», de «fatigue» au travail. Le regard sur ces problématiques est alors resserré à un petit groupe d ouvrières, dans l usine et place les déterminants des comportements dans l usine et même au sein de ce petit groupe, plus qu en dehors d eux. La sociologie du travail après-guerre, avec la figure centrale de G. Friedmann, porte sur les effets de la rationalisation industrielle sur l activité et les travailleurs. Elle fait la critique de ce «travail en miettes» et de son pendant, la société de consommation qui ne tient pas ses promesses compensatrices. Les études empiriques portent alors essentiellement sur les ateliers. Elles dénoncent «l insatisfaction», «l aliénation» et la «soif de culture» des ouvriers. Dans les années 1980, après l effacement des grandes théories (structuralisme, marxisme, fonctionnalisme), la focale se resserre sur les interactions entre individus.

2 Le terme de «stress» se banalise pour parler du vécu des cadres, puis des autres travailleurs, notamment dans les services. Il qualifie le plus souvent ce qui se joue dans la relation entre deux personnes (chef / subordonné, ou consommateur / salarié ou encore usager / fonctionnaire, typiquement). Le terme de «souffrance» a pris le devant de la scène dans les années 1990 : la réception sociale des ouvrages employant ce terme montre un glissement notoire vers l expression d une plainte subjective individuelle à propos de la manière de vivre le travail. Enfin, ce n est que depuis récemment qu est apparue l expression de «risques psychosociaux», comme invention sémantique mobilisée pour les négociations entre employeurs, employés et Etat (et leurs représentants). Il désigne un ensemble flou de symptômes individuels tels que le stress, le harcèlement moral, violence, souffrance, suicides, dépressions, TMS. Comme l a montré Marc Loriol, les désignations sociales et sociologiques de ces phénomènes au travail, comportent des enjeux importants, que la sociologie peut repérer et analyser. En l occurrence, ces différents moments historiques indiquent un resserrement de la focale (allant de la civilisation au sujet isolé), une psychologisation des discours et le retour d une critique morale, débouchant sur des préconisations d actions centrées sur la réparation et la responsabilité individuelles plus que sur de la lutte collective. A propos de l expression «Risques psychosociaux», Marie-Anne DUJARIER relève les ambigüités du terme. Tout d abord, «RPS» n indique pas si le «psychosocial» est la cause ou l objet du risque. La dimension «psychosociale» du travail fait-elle courir des risques à certains acteurs de l entreprise (il faudrait alors savoir de quels acteurs il est question, et quels risques ils encourent)? Ou bien le travail génère-t-il des symptômes délétères, de nature psychosociale? L expression ouvre les deux possibilités d interprétation, pourtant fort différentes. Surtout, elle invite à clarifier le rapport entre «facteur» et «symptôme», si l on fait l hypothèse que la dimension psychosociale est à la fois requise et produite dans l activité. Ensuite, cette expression laisse entendre qu il existerait des risques non psychosociaux 1. Selon la réponse donnée à la première question nous pouvons faire des hypothèses sur ce que serait le risque non psychosocial. Sans doute s agit-il, dans cette représentation, des risques causés par les machines (mais celles-ci ne sont-elles pas conçues, construites et maniées par des hommes?) ou des risques causant des dégâts matériels et corporels. Dans cette représentation implicite de l homme et de son action sur le monde, affleure l idée que le monde matériel (des objets, des techniques etc.) comme le corps sont des catégories séparées et étanches à la «psyché» et au «social». Cette représentation est fort discutable d un point de vue sociologique comme épistémologique. Enfin, le risque est une notion qui renvoie au lexique gestionnaire. Parler de risque, c est induire l idée que l on peut le connaître, l anticiper, le «gérer». Que l on doit et que l on peut contrôler l incertitude et l ampleur de ses effets, en renforçant les règles ou les dispositifs autour du travailleur, tout en lui donnant des consignes précises et normées de comportement. Cette approche bien connue du risque, que les experts nomment «bureaucratique», produit plus de prescriptions et tend à la désignation de 1 Le rapport Nasse-Legeron de 2008, par exemple, définit explicitement les RPS comme étant «à côté des risques physiques, biologiques et chimiques».

3 victimes émissaires aux dépens d une analyse des processus réels. En outre, cette expression peut récupérer et donc occulter la réalité du risque tel qu il est vu du métier (risque acceptable, risque comme ressource, jeu avec le risque etc ), vu des consommateurs et vu des citoyens et qui ont un tout autre aspect. La conception de Marie-Anne DUJARIER à propos du lien entre travail, organisation et santé, part d un présupposé que tout travail est une activité. Celle-ci peut être définie comme ce qui consiste à sentir les situations, à élaborer des réponses et à produire des significations. L activité est alors à la fois le lieu de construction du sens et de production de la santé. De ce point de vue, elle est toujours «risquée» puisqu elle peut échouer, être empêchée, altérée, détournée. Le plus grand des risques serait alors le déni de ce risque-là. Le risque serait donc d oublier (ou feindre d oublier) que se joue dans l activité, à la fois le sens de ce que nous faisons au monde et la santé des sujets. Il apparaît chaque fois que l activité est réduite à ce qu elle produit (plus qu à ce qu elle est), c est-à-dire à sa dimension abstraite, comptable (son coût et sa productivité) et, conséquemment, lorsque celui qui la fait n est socialement saisi que comme «ressource humaine». Ce risque a été identifié dès les débuts du salariat. Entre la conception abstraite du travail par l employeur et celle, concrète du travailleur, il existe une inévitable différence d attentes et de perceptions. Dans bien des cas, elles sont en tension, voire en contradiction. Le premier cherche des gains de productivité qui passent le plus souvent par une dégradation du travail. Tâches parcellaires, répétitives, standardisées, sous pression temporelle, avec isolement produisent en effet le plus souvent des sensations désagréables, réduisent les occasions d élaboration et les possibilités de produire des significations collectives. Diminuer le «risque» pour le travailleur, consiste donc essentiellement à pouvoir opposer à la conception abstraite et quantitative du travail, celle de l activité. Or les déterminants de ce rapport de force sont aussi extra-organisationnels. La législation portant sur l état du marché du travail et la protection du salarié contre l asymétrie salariale, notamment, ont une influence sur la qualité, l intérêt et la dangerosité de l activité. Les normes sociales, notamment en matière de risques acceptables selon les pays, les âges et les statuts, jouent également. La règlementation portant sur la circulation des capitaux, des produits et du travail est enfin décisive puisqu elle induit une certaine division (sociale, géographique et organisationnelle) des activités productives. Les institutions expriment et concrétisent la manière dont le travail est situé dans une société donnée. Plus que la «moralisation» des employeurs, comme le suggèrent des rapports récents, c est donc la règlementation de l emploi, des conditions de travail, du capital et du marché des biens et services qui peuvent jouer significativement sur les conditions de vie au travail, dans un contexte de mondialisation. A un niveau plus méso, le rapport de force est également à l œuvre avec les employeurs. Il porte sur les conditions de travail et la nature des tâches, ce que Marie-Anne DUJARIER appelle le «travail d organisation» et qui se réalise à de nombreux niveaux et moments : entre l employeur et le salarié, dans les instances (CE, CHSCT ), dans une équipe ou un métier et même dans l interaction avec l usager ou consommateur. Pascale MOLINIER demande s il n y a pas d autres leviers de l action que ceux qui portent sur les déterminants extra-organisationnels, ou que ceux qui sont au niveau de l employeur : les salariés peuvent aussi mettre collectivement en place des aménagements efficaces au point de vue de la santé.

4 Marie-Anne DUJARIER en convient : la théorie sociologique de la régulation, a bien montré l importance de la «régulation autonome», des arrangements et renormalisations locales. Ils sont précisément le moment de l activité telle que définie précédemment. Mais elle observe que les conditions sociales à cette régulation sont aujourd hui fragiles, notamment du fait de l accroissement continu du chômage de masse qui instaure un rapport social pesant. Mais les marges de manœuvre sont aussi dépendantes des interactions et relations. Or une forte individualisation (des emplois, parcours, formations, tâches, horaires, primes ) et la mise en concurrence entre travailleurs comme l intensification des contrôles, fragilisent les conditions de formation d un acteur collectif. Il arrive souvent que le rapport de force amène à «prendre sur soi» plutôt qu à produire de nouveaux arrangements vivables avec les autres employés. La difficulté de produire une régulation autonome est l un des principaux facteurs de dégradation de l activité et donc d accroissement des «Risques psychosociaux» aujourd hui. Marie-Anne DUJARIER revient sur l ambigüité du terme risque. Il peut être compris de deux manières. Il peut, dans un premier sens, concerner la santé des salariés. Mais le terme «RPS» peut être entendu autrement. Il peut également désigner le risque pénal, financier et commercial pour l employeur. Vu de ce coté-ci de la relation salariale, le mot «risque», signifie que l employeur pourrait être taxé (moralement et financièrement) de n avoir pas mené des actions préventives suffisantes. Le risque, pour lui, est surtout de se voir accuser (justement ou non) par un juge, les médias ou les consommateurs de symptômes visibles, tels que, par exemple, un fort taux de suicides ou de maladies dans l entreprise. Les employeurs et leurs représentants (cadres supérieurs salariés) se voient donc incités à se «couvrir» en montrant qu ils prennent des mesures concrètes contre ces risques. Ils deviennent alors acheteurs de solutions leur permettant de réduire les coûts économiques des «risques psychosociaux». Toute une série de nouveaux «experts» (autoproclamés) des RPS vont s empresser de leur fournir ces moyens, sous forme de méthodes, formations, communication, certifications, audits, notations, assurances, etc. Marie-Anne DUJARIER établit une comparaison avec les phénomènes qu elle a étudiés dans son livre L idéal au travail (PUF, 2006) à propos des procédures dites de «Qualité». La «qualité vitrine» et la «qualité réelle» peuvent diverger considérablement et mener à ce qu une entreprise couverte de labels de qualité et de certifications, produise malgré tout des processus et des produits jugés défaillants par d autres évaluateurs (la direction, les travailleurs eux-mêmes, les consommateurs, ). Bien des salariés aujourd hui sont obligés de «se couvrir» en laissant des traces d une activité conforme, et ce même s ils jugent, au même moment, qu ils font un travail de mauvaise qualité. L obligation de moyens sur les RPS peut mener au même phénomène de simulation gestionnaire et de dissimulation du réel. Nous assistons donc à la construction sociale d un marché où les offres de conseil, de mesure, d audit, de certification, notation, rencontrent les demandes des employeurs incités à se «couvrir» contre ce nouveau risque légal. Devenu un produit sur un marché et donc un enjeu de développement commercial, il est logique que les RPS augmentent. Dans ce contexte, au moment de bâtir des enquêtes statistiques, une question essentielle à se poser serait celle de savoir à l attention de quels acteurs sociaux elles sont produites et dans quel but. En outre, il serait intéressant, si cela est possible, de mesurer la part des RPS qui sont liés de leur marchandisation, indépendamment de l évolution des conditions de travail elles-mêmes. Il pourrait être intéressant de mesurer une éventuelle corrélation entre niveau de concurrence entre travailleurs et la santé au travail. Si l on confirme statistiquement ce que les cliniciens observent, à savoir que la concurrence entre les salariés dégrade leur santé, alors nous aurions

5 un argument quantitatif supplémentaire à opposer à ceux qui, dans le champ social ou sociologique, postulent et pratiquent l inverse. Mais d une façon plus générale, selon Pascale MOLINIER, il faut tenir compte de la question de l acceptabilité des risques, qui varie d une société à l autre. Marie-Anne DUJARIER en convient et rappelle que la sociologie du travail et des professions a amplement étudié cette division et répartition sociales des tâches, la distribution du «sale boulot» (Hugues) et des risques. Elle cite également les travaux d Annie Thébaud-Mony. Celle-ci montre que nous assistons à une division internationale de la morbidité du travail. Les consommateurs occidentaux acceptent finalement assez bien l idée que des activités risquées (intoxications, accidents du travail, précarité, cadences et horaires éreintants ) jugées inacceptables ici, soient délocalisées.

SOUFFRANCE AU TRAVAIL

SOUFFRANCE AU TRAVAIL Page 1 sur 8 SOUFFRANCE AU TRAVAIL «Un état de stress survient lorsqu il y a déséquilibre entre la perception qu une personne a des contraintes que lui impose son environnement et la perception qu elle

Plus en détail

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET Le médecin de prévention face aux RPS Docteur Isabelle THOMINET 1. Définition des RPS Les risques psychosociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress». En réalité, ils recouvrent

Plus en détail

Le Document Unique : une obligation légale des entreprises

Le Document Unique : une obligation légale des entreprises Avis d expert Marc Koffi, Responsable de SIGMA-RH France Le Document Unique : une obligation légale des entreprises En France, le Document Unique (ou Document Unique de Sécurité - DU ou DUS), a été introduit

Plus en détail

Or, la prévention des risques psychosociaux relève de l obligation générale de l employeur de protéger la santé physique et mentale des salariés.

Or, la prévention des risques psychosociaux relève de l obligation générale de l employeur de protéger la santé physique et mentale des salariés. Introduction Les symptômes du stress (troubles du sommeil, de l appétit, agressivité, épuisement, troubles de la concentration ), touchent un nombre croissant de salariés en France : un salarié sur 6 déclare

Plus en détail

Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux

Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux Livret 5 MINISTÈRE DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 5 Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux OUTILS DE LA GRH 1/ La présente annexe propose une liste non exhaustive d indicateurs

Plus en détail

Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise.

Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise. Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise. Docteur David ATTAL. Psychiatre. Praticien Hospitalier. Centre Hospitalier Régional Universitaire de Marseille.

Plus en détail

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France DIRECTION GÉNÉRALE DES RESSOURCES HUMAINES PARIS, LE 25 JANVIER 2010 DIRECTION DES RELATIONS SOCIALES Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France Dans le cadre de sa responsabilité

Plus en détail

Lean management et conditions de travail!

Lean management et conditions de travail! Lean management et conditions de travail! Conférence APIRAF! IUT Lumière 18 février 2014! www.aravis.aract.fr! 18/02/14! N 1! Au delà du seul lean " Quels liens entre «#évolution des organisations#» et

Plus en détail

Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux

Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE ÉDITION 2014 Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux OUTILS DE LA GRH 1/ La présente annexe propose une

Plus en détail

Compte rendu du séminaire sur les RPS qui a eu lieu mardi 4 février à la MMSH

Compte rendu du séminaire sur les RPS qui a eu lieu mardi 4 février à la MMSH Compte rendu du séminaire sur les RPS qui a eu lieu mardi 4 février à la MMSH En introduction : référence au site rps.hypotheses.org Un questionnaire anonyme sera mis en ligne d ici peu. Un petit film

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

Bien-être et Performance Collective Des risques psychosociaux au modèle de management et au bien vivre ensemble

Bien-être et Performance Collective Des risques psychosociaux au modèle de management et au bien vivre ensemble Des risques psychosociaux au modèle de management et au bien vivre ensemble Comment concilier «bienêtre» et «performance collective»? Comment aider les opérationnels à assumer leur responsabilité managériale,

Plus en détail

LA SANTE AU TRAVAIL DES SALARIES DE LA SNCF EN REGION BRETAGNE. Synthèse de l enquête auprès des salariés de la SNCF en Bretagne.

LA SANTE AU TRAVAIL DES SALARIES DE LA SNCF EN REGION BRETAGNE. Synthèse de l enquête auprès des salariés de la SNCF en Bretagne. LA SANTE AU TRAVAIL DES SALARIES DE LA SNCF EN REGION BRETAGNE Synthèse de l enquête auprès des salariés de la SNCF en Bretagne Octobre 2010 Marion Brancourt Colette Franciosi Etude «la santé et ses relations

Plus en détail

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels S5 - MANAGEMENT Le Management est un élément central de la formation. C est d ailleurs la fonction n 1 du référentiel des activités professionnelles. Il mobilise non seulement des savoirs issus de la psychologie,

Plus en détail

Conseils sur la conduite à tenir en cas de suicide d un salarié sur le lieu de travail

Conseils sur la conduite à tenir en cas de suicide d un salarié sur le lieu de travail Conseils sur la conduite à tenir en cas de suicide d un salarié sur le lieu de travail Document réalisé avec l aide de Philippe BIELEC, Ingénieur Conseil à la Direction des risques professionnels de la

Plus en détail

Le lean représente-t-il le travail du futur?

Le lean représente-t-il le travail du futur? Le lean représente-t-il le travail du futur? Pascal Ughetto, université Paris-Est, LATTS Colloque Quel travail dans l usine du futur? GERPISA, ENS de Cachan, 19-20 mars 2015 Le travail à l heure du lean

Plus en détail

ÉTHIQUE Violences au travail Comité de la condition féminine Décembre 2001

ÉTHIQUE Violences au travail Comité de la condition féminine Décembre 2001 ÉTHIQUE et Violences au travail Comité de la condition féminine Décembre 2001 INTRODUCTION Pourquoi un code d éthique relatif aux violences au travail? Comment un code d éthique peut-il nous aider, nous

Plus en détail

LIVRE BLANC C-E-A / Commissaires d exposition associés

LIVRE BLANC C-E-A / Commissaires d exposition associés LIVRE BLANC C-E-A / Commissaires d exposition associés octobre 2013 I. Pourquoi une association de commissaires d exposition? L association C-E-A / Commissaires d exposition associés est née en 2007 du

Plus en détail

Qu il se situe à l embauche ou pendant le déroulement du contrat de travail,

Qu il se situe à l embauche ou pendant le déroulement du contrat de travail, Comment agir contre le harcèlement sexuel au travail? Qu il se situe à l embauche ou pendant le déroulement du contrat de travail, le harcèlement sexuel est un délit sanctionné par la loi : Code Pénal,

Plus en détail

Table des matières. Partie I RH pour l entreprise

Table des matières. Partie I RH pour l entreprise Table des matières Biographies des auteurs... III Tables des Focus et des Exemples.... XIX Introduction (à la 4 e édition).... XXV Partie I RH pour l entreprise Chapitre 1 Gérer les ressources humaines....

Plus en détail

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S Observatoire Ipsos-LogicaBusiness Consulting/Crédit Agricole Assurances Des attitudes des Européens face aux risques Fiche technique Ensemble : 7245 répondants

Plus en détail

Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française.

Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française. 1.8 2 2.2 2.4 2.6 Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française Marc Ferracci 1. Introduction : constats et objectifs Depuis

Plus en détail

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU 1 CHAPITRE 3: L ASYMÉTRIE D INFORMATION NOTIONS IMPORTANTES: Asymétrie d information Antisélection (ou sélection

Plus en détail

Pour une politique volontariste de l emploi et de la formation dans les associations de solidarité

Pour une politique volontariste de l emploi et de la formation dans les associations de solidarité Pour une politique volontariste de l emploi et de la formation dans les associations de solidarité Dans le champ de l action sociale, médico-sociale et de la santé, le secteur associatif représente environ

Plus en détail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 21 novembre 2012 à 14 h 30 «Pénibilité. Transition emploi-retraite. Elaboration de cas-types pour les projections.» Document N 6 Document de travail,

Plus en détail

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Depuis la création de Syngenta en 2000, nous avons accordé la plus haute importance à la santé, à la sécurité et à l environnement (SSE) ainsi qu

Plus en détail

SANTE AU TRAVAIL. Risques Psycho-Sociaux & Document Unique, démarche intégrée? Mardi 17 janvier Citédes Entreprises 8h30-10h30

SANTE AU TRAVAIL. Risques Psycho-Sociaux & Document Unique, démarche intégrée? Mardi 17 janvier Citédes Entreprises 8h30-10h30 SANTE AU TRAVAIL Risques Psycho-Sociaux & Document Unique, démarche intégrée? Mardi 17 janvier Citédes Entreprises 8h30-10h30 Le management des RPS dans son entreprise RPS, de quoi parle-t-on? Quelle démarche

Plus en détail

Les «risques psychosociaux» au travail : De quoi parle-t-on? Comment aborder ce sujet? Quelques repères

Les «risques psychosociaux» au travail : De quoi parle-t-on? Comment aborder ce sujet? Quelques repères Les «risques psychosociaux» au travail : De quoi parle-t-on? Comment aborder ce sujet? Quelques repères Juin 2010 Agence Rhône-Alpes pour la Valorisation de l Innovation Sociale et l Amélioration des Conditions

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

Guide à l attention des représentants du personnel au CHSCT

Guide à l attention des représentants du personnel au CHSCT Guide à l attention des représentants du personnel au CHSCT 1 «Identifier et prévenir les risques psychosociaux» - Guide SECAFI à l attention du CHSCT 2 Préface Comme représentants du personnel au CHSCT,

Plus en détail

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT Finalité de la prime d activité Article 24 Rédiger ainsi l alinéa 6 : «Art. L. 841-1. La prime d activité a pour objet de soutenir le pouvoir d achat des travailleurs modestes, qu ils soient salariés ou

Plus en détail

TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES (TMS)

TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES (TMS) Repères Les troubles musculo-squelettiques (TMS) rassemblent un ensemble large de pathologies qui affectent les muscles, les tendons et les nerfs des membres supérieurs et inférieurs au niveau du poignet,

Plus en détail

CARSAT Club RPS. Mardi 18 octobre 2011. Risques psycho-sociaux : prise en compte dans les documents uniques des entreprises du Languedoc-Roussillon

CARSAT Club RPS. Mardi 18 octobre 2011. Risques psycho-sociaux : prise en compte dans les documents uniques des entreprises du Languedoc-Roussillon CARSAT Club RPS Risques psycho-sociaux : prise en compte dans les documents uniques des entreprises du Languedoc-Roussillon Mardi 18 Nombre de contrôles et d'interventions en entreprise sur l'évaluation

Plus en détail

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Fiche n 6 Trois priorités pour les futures négociations 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Lorsque le contexte change, il est très important de vérifier si les objectifs d un système sont toujours adaptés

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Mesurer et prévenir les risques professionnels Liés aux conditions générales de travail, les risques professionnels font peser sur les salariés la menace d une altération de

Plus en détail

Le lean et l anguille : comment cuisiner le lean?

Le lean et l anguille : comment cuisiner le lean? Le lean et l anguille : comment cuisiner le lean? Journées de Bordeaux sur la pratique de l ergonomie / Mars 2011 Introduction Bonjour, je vais commencer par me présenter rapidement à vous : je suis Emmanuelle

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS Cette étude a été réalisée auprès de six entreprises de transport urbain de voyageurs, sur le territoire de la CINOR, sur la base des déclarations des

Plus en détail

Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité

Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité Le premier ministre, Sur le rapport du ministre de l écologie, du développement durable et de l énergie, Vu le code de l énergie,

Plus en détail

Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3.

Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3. Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3.1998) Modifié par: (1) arrêté royal du 3 mai 1999 relatif aux missions et

Plus en détail

I. La société salariale et son effritement

I. La société salariale et son effritement Le contrat salarial : transformations ou déclin? Emmanuelle PUISSANT, ADEES Rhône-Alpes, Juin 2012 La «société salariale 1» a été le socle du compromis social ayant forgé les régulations et protections

Plus en détail

La Participation, un cadre de référence(s) Support de formation Pays et Quartiers d Aquitaine Mars 2011

La Participation, un cadre de référence(s) Support de formation Pays et Quartiers d Aquitaine Mars 2011 + La Participation, un cadre de référence(s) Support de formation Pays et Quartiers d Aquitaine Mars 2011 Présentation Cheikh Sow (Anthropologue au CLAP Sud-Ouest) et Mehdi Hazgui (Sociologue- Consultant)

Plus en détail

FAQ sur le metteur en scène

FAQ sur le metteur en scène FAQ sur le metteur en scène I. LE STATUT SOCIAL DU METTEUR EN SCENE Le metteur en scène est-il juridiquement considéré comme un artiste? Oui. Le droit du travail donne une liste non exhaustive des artistes

Plus en détail

La délégation de pouvoirs

La délégation de pouvoirs La délégation de pouvoirs, est un acte juridique par lequel une personne/autorité (le délégant) se dessaisit d'une fraction des pouvoirs qui lui sont conférés et les transfère à une personne/autorité subordonnée

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines 1/ Les constats les plus marquants sont : - l absentéisme de courte durée qui continue d évoluer fortement et qui met sous

Plus en détail

5 e Baromètre ALMA CG sur l Absentéisme*

5 e Baromètre ALMA CG sur l Absentéisme* Communiqué de presse Gennevilliers, le 05 Septembre 2013 5 e Baromètre ALMA CG sur l Absentéisme* L Absentéisme en France augmente de 18% en 2012, ce qui représente une moyenne de 16,6 jours d absence

Plus en détail

Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles?

Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 7 mai 2015 à 13:59 Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles? Introduction Regards croisés? car apports de la science économique (économie de la firme)

Plus en détail

Les experts du CHSCT face à la mesure du travail et de la souffrance : pratiques, dilemmes et enjeux

Les experts du CHSCT face à la mesure du travail et de la souffrance : pratiques, dilemmes et enjeux Gestes Colloque international «Quelles actions pour un autre travail : soulager la souffrance, éradiquer les facteurs de risques, "soigner le travail"?» Les experts du CHSCT face à la mesure du travail

Plus en détail

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux Les associations et la question de la qualité de l emploi: une enquête en Alsace et en Lorraine Etude réalisée pour la DIIESES

Plus en détail

CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI

CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI Comprendre ses propres stratégies d échec et de réussite Mettre à jour ses freins, ses propres croyances Développer son potentiel et repousser ses

Plus en détail

LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES.

LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES. LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES. Une approche commune et des engagements des Associations de solidarité internationale et des Syndicats. 2010 Sommaire Préambule, p.2 Le contexte, p.3 Pourquoi

Plus en détail

La transformation du travail au quotidien suite à l implantation d un nouveau logiciel de gestion

La transformation du travail au quotidien suite à l implantation d un nouveau logiciel de gestion La transformation du travail au quotidien suite à l implantation d un nouveau logiciel de gestion Pierre-Sébastien Fournier Sylvie Montreuil Maude Villeneuve Jean-Pierre Brun Un facteur de risque Intensification

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

Michel Carrier, agr,club Lait Bio, Valacta

Michel Carrier, agr,club Lait Bio, Valacta Michel Carrier, agr,club Lait Bio, Valacta La relation homme animal peut ainsi être définie comme le degré de proximité ou de distance entre l animal et l homme, c est-à-dire la perception mutuelle qui

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Le télétravail cela peut vous changer la vie!

Le télétravail cela peut vous changer la vie! Le télétravail cela peut vous changer la vie! Par Sabine Beaucamp La notion de télétravail est apparue au début des années 80. Le succès escompté n a certes pas été rencontré à cette époque. Le télétravail

Plus en détail

FIRPS LA PRÉVENTION DES S PSYCHOSOCIAUX LORS DES RESTRUCTURATIONS. www.firps.fr TRAVAUX DE LA FIRPS. Guide de bonnes pratiques

FIRPS LA PRÉVENTION DES S PSYCHOSOCIAUX LORS DES RESTRUCTURATIONS. www.firps.fr TRAVAUX DE LA FIRPS. Guide de bonnes pratiques FIRPS Fédération des Intervenants en Risques Psychosociaux LA PRÉVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX LORS DES RESTRUCTURATIONS FIRPS www.firps.fr Janvier 2015 Conception & réalisation : agence ozinfos www.ozinfos.com

Plus en détail

Les palmarès du bonheur professionnel

Les palmarès du bonheur professionnel Les palmarès du bonheur professionnel Viavoice Le Nouvel Observateur Octobre 2013 Viavoice Paris. Études Viavoice & conseil 9 rue Huysmans, 75 006 Mieux Paris. comprendre + 33 (0)1 40 l opinion 54 13 90

Plus en détail

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 RESPONSABLE DE RESSOURCES HUMAINES Code : GRH01 Responsable de ressources humaines FPEGRH01 Il définit et met en œuvre la politique de ressources

Plus en détail

Du taylorisme à la lean production

Du taylorisme à la lean production Du taylorisme à la lean production Réussir l organisation du travail Colloque de la FSSS, CSN 7 et 8 juin 2011 Paul-André LAPOINTE Relations industrielles, Université Laval ARUC-Innovations, travail et

Plus en détail

Partie I Le Management des Systèmes d Information : un défi pour les PME

Partie I Le Management des Systèmes d Information : un défi pour les PME Partie I Le Management des Systèmes d Information : un défi pour les PME Les PME n ont généralement pas de Direction SI ou de service informatique. Chaque fonction est donc responsable de ses propres matériels

Plus en détail

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49 Table des matières Remerciements... 11 Sommaire... 13 Liste des principales abréviations... 15 Préface... 19 Introduction générale... 23 I. L enrichissement de la conception de l administration au sein

Plus en détail

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe.

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe. Cours 12 Le pouvoir au sein d une organisation Les liens entre pouvoir, autorité et obéissance Le leadership et les traits personnels Les théories du leadership situationnel Pouvoir Capacité d un individu

Plus en détail

Approche du management pathogène dans la prévention des Risques Psychosociaux

Approche du management pathogène dans la prévention des Risques Psychosociaux Approche du management pathogène dans la prévention des Risques Psychosociaux FRAISSINET & Associés : 54 allée Turcat Méry 13008 MARSEILLE Intervenant : Eve CHOURAKI Téléphone : 04 96 10 04 10 - Télécopie

Plus en détail

«Vaincre la crise par la solidarité» La réduction collective du temps de travail sans perte de salaire et avec embauche compensatoire

«Vaincre la crise par la solidarité» La réduction collective du temps de travail sans perte de salaire et avec embauche compensatoire «Vaincre la crise par la solidarité» La réduction collective du temps de travail sans perte de salaire et avec embauche compensatoire Congrès exceptionnel FGTB Liège-Huy-Waremme 2009 - Document de travail

Plus en détail

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie.

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Introduction Lors de la campagne sur le référendum du Traité constitutionnel européen en 2005, la figure du «plombier

Plus en détail

Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales?

Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales? L EXPERT-COMPTABLE PILOTE DES MISSIONS DE CONSEIL SOCIAL : QUELS OUTILS, POUR QUELLES MISSIONS? Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales? P.1 COMMENT ACCOMPAGNER LE CHEF D ENTREPRISE

Plus en détail

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION Face à une rationalisation croissante du secteur social et médico-social, accentuée par les effets de crise, comment un directeur de structure

Plus en détail

Risques psychosociaux et petites entreprises Outil "Faire le point"

Risques psychosociaux et petites entreprises Outil Faire le point Risques psychosociaux et petites entreprises Outil "Faire le point" 1 L entreprise est-elle confrontée à un problème récurent d absentéisme? tout à fait Plutôt oui Plutôt non pas du tout 2 L entreprise

Plus en détail

NE PAS EXTERNALISER SA RESPONSABILITÉ

NE PAS EXTERNALISER SA RESPONSABILITÉ NE PAS EXTERNALISER SA RESPONSABILITÉ OUTSOURCING IT Le succès d une opération d outsourcing se mesure au degré de préparation et d implication des parties concernées. Mieux vaut donc faire preuve de pragmatisme

Plus en détail

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008 Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation Septembre 2008 Louis Plamondon Centre de recherche de l institut universitaire de gériatrie

Plus en détail

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand Faculté de droit Prof. Jean-Philippe Dunand Prof. Pascal Mahon Avenue du 1 er -Mars 26 CH-2000 Neuchâtel Tél. ++41 32 718.12.00 Fax ++41 32 718.12.01 Centre d étude des relations de travail (CERT) Neuchâtel,

Plus en détail

DEVENIR INTERVENANT CERTIFIE WELLSCAN

DEVENIR INTERVENANT CERTIFIE WELLSCAN DEVENIR INTERVENANT CERTIFIE WELLSCAN Vous êtes un professionnel consultant, coach, formateur et vous accompagnez les individus ou les entreprises dans leurs enjeux de performance sociale, managériale

Plus en détail

Le constat du stress au travail et du mal-être des salariés en entreprise : les méthodes de gestion de ce «nouveau mal du siècle».

Le constat du stress au travail et du mal-être des salariés en entreprise : les méthodes de gestion de ce «nouveau mal du siècle». Le constat du stress au travail et du mal-être des salariés en entreprise : les méthodes de gestion de ce «nouveau mal du siècle». Quel rôle peut jouer l organisation du travail et la communication interne

Plus en détail

La crise économique vue par les salariés français

La crise économique vue par les salariés français La crise économique vue par les salariés français Étude du lien entre la performance sociale et le contexte socioéconomique Baggio, S. et Sutter, P.-E. La présente étude s intéresse au lien entre cette

Plus en détail

Le dispositif de la maladie imputable au service

Le dispositif de la maladie imputable au service LA QUESTION DE L IMPUTABILITÉ AU SERVICE DES MALADIES RÉSULTANT DE LA FRAGILITÉ PSYCHOLOGIQUE D UN FONCTIONNAIRE EN DEHORS DE TOUTE FAUTE DE L EMPLOYEUR PUBLIC Le dispositif de la maladie imputable au

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

Equipe Métiers de la formation. Sciences du travail et de la société. master. Analyse du travail et développement des compétences (ATDC)

Equipe Métiers de la formation. Sciences du travail et de la société. master. Analyse du travail et développement des compétences (ATDC) 2012-2014 Equipe Métiers de la formation Professeur Guy Jobert master Sciences du travail et de la société organisé à Montpellier à l Institut de Formation des Cadres de Santé du CHU secteur sanitaire

Plus en détail

Sensibilisation Prévention des Risques Psychosociaux. Melle MARTIN Psychologue du travail

Sensibilisation Prévention des Risques Psychosociaux. Melle MARTIN Psychologue du travail Sensibilisation Prévention des Risques Psychosociaux Missions du psychologue du travail à ADESTI Conseils sur des signes d alertes collectifs: Audit d évaluation, accompagnement au changement, formations,

Plus en détail

La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM

La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM Organisation générale Une association paritaire Un conseil d administration

Plus en détail

lu ~~ FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Angers, le 25 juin 2009 CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE Référence: DB

lu ~~ FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Angers, le 25 juin 2009 CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE Référence: DB FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Angers, le 25 juin 2009 CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE lu ~~ Référence: DB Objet: Nouvelles fiches de saisine du Comité Technique Paritaire Circulaire sur le stress

Plus en détail

Prévention des Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) VILLE DE LANDERNEAU

Prévention des Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) VILLE DE LANDERNEAU Prévention des Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) VILLE DE LANDERNEAU SOMMAIRE 1/ Pourquoi cette démarche? 2/ Les TMS 3/ Les caractéristiques de la démarche 4/ Méthodologie :. Principes pris en compte.

Plus en détail

Ergonomie et Prévention des risques professionnels

Ergonomie et Prévention des risques professionnels Ergonomie et Prévention des risques professionnels Catalogue des formations AVISErgonomique Laurent AVISSE Laurent AVISSE Ergonome Consultant 29, Rue de Montbazon 37 300 JOUE-LES-TOURS Tél : 06 09 44 30

Plus en détail

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE.

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. Synthèse des travaux réalisés 1. Problématique La question D7 du plan d exécution du Programme National de Recherches

Plus en détail

Sommaire détaillé 9 AR

Sommaire détaillé 9 AR Sommaire détaillé 1 CONTRÔLE DU TRAVAIL... 1.001 A - Ouverture d un établissement industriel et commercial... 1.101 1 - Déclaration nominative préalable à l embauche... 1.102 2 - Registre du commerce -

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

Traité de sociologie du travail

Traité de sociologie du travail Traité de sociologie du travail Georges Friedmann, Pierre Naville pp.11-25 + 44-47 Qu est ce que le travail Le travail est considéré comme un trait spécifique de l espèce humaine. Il est ainsi un dénominateur

Plus en détail

HISTORIQUE DES SOINS PALLIATIFS ET ENJEUX POUR LE FUTUR

HISTORIQUE DES SOINS PALLIATIFS ET ENJEUX POUR LE FUTUR HISTORIQUE DES SOINS PALLIATIFS ET ENJEUX POUR LE FUTUR CHANTAL COUVREUR Sociologue, Docteur en Santé Publique Présidente de «Mediteam» Si l on s intéresse à l histoire des soins palliatifs, on constate

Plus en détail

Assurance et prévention des catastrophes naturelles et technologiques

Assurance et prévention des catastrophes naturelles et technologiques Assurance et prévention des catastrophes naturelles et technologiques Céline Grislain-Letrémy Résumé long - Thèse en sciences économiques sous la direction de Bertrand Villeneuve L objet de cette thèse

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail

«Les acteurs du mieux-vivre en entreprise au service du bien-être au travail»

«Les acteurs du mieux-vivre en entreprise au service du bien-être au travail» «Les acteurs du mieux-vivre en entreprise au service du bien-être au travail» Piloter une entreprise sous influence dans un environnement turbulent : quelles forces en présence? L entreprise, terrain du

Plus en détail

Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012

Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012 Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012 Syndrome d Epuisement Professionnel et Risques Psycho-Sociaux Le syndrome d épuisement

Plus en détail

SOMMAIRE III VII RECONQUÉRIR OU PRENDRE SA PLACE? LE CHSCT, UNE INSTANCE AUX ENJEUX HUMAINS NOTIONS DE BASE RELATIVES AUX RPS

SOMMAIRE III VII RECONQUÉRIR OU PRENDRE SA PLACE? LE CHSCT, UNE INSTANCE AUX ENJEUX HUMAINS NOTIONS DE BASE RELATIVES AUX RPS SOMMAIRE Ce guide a été coordonné par Franck Martini, Directeur du Cabinet CATEIS Ont participé à son élaboration les membres de CHSCT des entreprises suivantes : Gérard Guieu, CEA Cadarache Yves Bergamaschi,

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

LD EXPERTISE Laurent DAVID - 06 26 80 22 56 laurent.david@ldexpertise.com

LD EXPERTISE Laurent DAVID - 06 26 80 22 56 laurent.david@ldexpertise.com Valorisation de l entreprise par son activité commerciale «Si le navigateur ne sait pas dans quel port il se situe ni vers quel port il doit se diriger, aucun vent ne lui sera favorable» Sénèque Marge

Plus en détail

Ta mutuelle t aide à trouver ton 1 er emploi. Bonne nouvelle! Pour toi, un coach en recrutement!* mutuelle mclr

Ta mutuelle t aide à trouver ton 1 er emploi. Bonne nouvelle! Pour toi, un coach en recrutement!* mutuelle mclr mutuelle mclr Bonne nouvelle! Ta mutuelle t aide à trouver ton 1 er emploi Pour toi, un coach en recrutement!* (*) sous réserve du respect des conditions d accès à l offre Édito 40 ans d expérience à l

Plus en détail

Analyse CFDT du BILAN SOCIAL 2013

Analyse CFDT du BILAN SOCIAL 2013 1 NOTE PRÉLIMINAIRE... 2 2 LE BILAN SOCIAL AU 31 DECEMBRE 2013... 3 2.1 EMPLOI... 3 2.2 RÉMUNÉRATIONS... 9 2.3 HYGIENE ET SÉCURITÉ... 13 2.4 AUTRES CONDITIONS DE TRAVAIL... 13 2.5 FORMATION... 14 2.6 RELATIONS

Plus en détail