Traité de sociologie du travail

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Traité de sociologie du travail"

Transcription

1 Traité de sociologie du travail Georges Friedmann, Pierre Naville pp Qu est ce que le travail Le travail est considéré comme un trait spécifique de l espèce humaine. Il est ainsi un dénominateur commun et une condition de toute vie humaine en société. Si des formes de travail animal ont été répertoriées, tel celui des fourmis ou des abeilles, cette forme de travail s apparenterait plutôt à un comportement instinctif dans un environnement déterminé. Lorsque l on se trouve dans une situation imprévue qui nécessite une adaptation et la fabrication d outils, par exemple, on se rapproche des conditions du travail humain. Si le travail est un comportement essentiellement humain, il est nécessaire de voir quelles en sont les caractéristiques. Friedmann en identifie plusieurs : 1. l utilité : notion utilisée auparavant par de nombreux économistes. L activité de travail se distingue essentiellement par ses buts, son utilité et par la valeur des produits qu elle crée. L emploi des forces physiques et morales est représenté par le travail est ceci dans le but de produire des richesses ou des services. Pour Bergson, le travail humain consisterait même à créer de l utilité. La principale critique qui peut être émise est le fait que si le travail humain produit de l utilité, n est est-il par de même pour le comportement animal considéré comme une forme de travail? Il est nécessaire d aller voir plus loin pour trouver des caractéristiques originales du travail humain. 2. lutte contre la nature : d autres économistes affirment que le travail consiste avant tout à fabrique ainsi qu à organiser la lutte contre la nature dans un cadre société. Ce rapport homme-nature n est pas récent, mais c est principalement Marx qui a théorisé ce rapport en le mettant en lien avec la notion de travail. La nature est ainsi transformée par l homme, grâce à la technique, au moyen de travail et cette nature modifiée réagit ensuite sur l homme en le modifiant lui aussi. L homme est dans cette optique une puissance naturelle vis-à-vis de la nature, en utilisant et en mettant à profit les forces de son corps. Dans ce sens, cela participerait à définir partiellement le travail par cet énoncé : l ensemble des actions que l homme exerce de différentes manières sur la matière réagissent ensuite sur l homme en le modifiant. Cette interaction entre l homme et son milieu grâce à la technique représenterait une explication de la dynamique sociale. Néanmoins, cette définition du travail n est que partielle, car les activités de l homme ne sont pas obligatoirement rurales ou industrielles. Le développement du secteur tertiaire en est une démonstration, et qui échappe à cette définition. L homme serait même de moins en moins producteur d activités de «transformation. De plus, si l activité de travail comporte une transformation, celle-ci est orientée vers une finalité essentielle: celle de la domination de l homme sur la nature, cependant le travail ne peut pas être considéré comme une fin en soi même si il comporte une finalité. Théoriser le travail comme une finalité en soi, c est ne pas prendre en compte les groupes sociaux et les contextes dans lequel il est effectué. En effet, les attitudes envers le travail sont diverses. Si pour certains le travail peut être une fin en soi lorsqu il éclipse les autres composantes de la vie, d autres considèrent le travail comme un moyen pour arriver à d autres fins ou activités. Pour d autres enfin, le travail peut être considéré comme un devoir imposé sans autre finalité. 1

2 Les définitions du travail, métaphysiques ou générales, méritent d être considérées avec précaution car celles-ci sont détachées de l histoire, de la sociologie ou même de l ethnographie et ne prennent en compte ni la variété des formes concrètes de travail dans les sociétés, cultures ou civilisation, ni la manière dont le travail est ressenti par ceux qui l exécutent. Un autre élément primordial pour la définition de la notion de travail, est la distinction entre travail et l activité humaine en général. Contrairement à de nombreux philosophes qui amalgament les deux, les auteurs estiment que le terme de travail sousentend un ressenti de contrainte, qui n est pas présent dans les activités humaines générales. Le travail implique donc une contrainte, alors que l action, elle, est libre. Bien sûr, le travail peut être action lorsqu il dépend d un domaine librement consenti, comme un artiste réalisant une œuvre ou un écrivain son livre, néanmoins ces cas sont rares. De plus, le travail n est action que s il exprime les tendances profondes de l individu et l aide à se réaliser. Il est nécessaire aussi de prendre en compte la subjectivité vécue envers l activité de travail qui peut varier entre l état d insatisfaction, de dépression jusqu à un état d épanouissement voir même parfois de joie. Les états affectifs qui sont reliés à l activité de travail permettent de nombreuses nuances qui sont variables selon les contextes sociaux et culturels. L activité de travail peut engendrer des effets positifs sur la personnalité, comme des effets négatifs. Un travail qui est librement consenti et qui correspond à des aptitudes est un facteur d équilibre psychologique et de structuration de la personnalité. Pour Freud, le travail est un élément décisif de l ascension de l homme au-dessus de l animalité. Néanmoins, si l activité de travail peut amener des effets positifs sur la personnalité et peut participer à la réalisation de soi, le travail doit aussi être abordé sur son versant négatif qui peut comporter des formes d exploitation et d aliénation humaines. Ainsi, un travail qui ne correspond pas à l individu peut entraîner des effets nocifs. Tout travail ressenti comme quelque chose d étranger par celui qui l accomplit serait alors un travail «aliéné». En conséquence, un travail,, pour qu il ne soit pas aliéné, doit bénéficier de conditions favorables au niveau technique, physiologique mais aussi psychologique. Les conditions économiques et sociales entrent aussi en ligne de compte, car si elles se révèlent être déficientes, le sentiment d exploitation surgira alors. Ainsi, il faut que le travailleur ait l impression que son travail soit correctement rémunéré proportionnellement à sa qualification ainsi qu à l effort consenti tout comme par rapport à ses collègues et à d autres catégories de travailleurs. Les attitudes à l égard du travail en relation avec tout l environnement et les éléments qui l entourent, tel la structure de la société globale, de l entreprise, du mode de rémunération, sont autant d éléments que la sociologie du travail commence à explorer et dans lesquels de nombreuses connaissances sont à faire. Les sociétés contemporaines, quel que soit leur régime, comportent encore des formes de travail aliéné et d exploitation qui peuvent entraîner jusqu à la rébellion. Ces dernières formes de travail peuvent, comme mentionné auparavant, altérer la personnalité des travailleurs qui l effectuent. 2

3 Points de vue sur le travail Ce point veut décrire des perspectives à partir desquelles le phénomène du travail peut être observé comme phénomène social. Différents aspects permettent d éclairer les dimensions multiples d une activité professionnelle. Le texte observe les aspects dominants pour un tourneur dans un atelier de construction mécanique. 1. L aspect technique Dans les années 60, les théoriciens des sciences économiques envisageaient le travail avant tout sous l approche du poste de travail. Cela veut dire que le poste de travail est défini à partir des connaissances nécessaires pour accomplir les tâches d un poste. Tout d abord on décrit les aptitudes nécessaires pour le poste, ensuite on cherche un employé qui s adapte le mieux à ses exigences physiologiques et psychologiques. 2. L aspect physiologiste Chaque ouvrier a une certaine constitution physique. Selon l approche du poste de travail, un ouvrier est seulement engagé si sa constitution convient aux exigences physiques prédéfinies pour l activité. L aspect physiologiste entraînait des études qui se consacraient aux questions de fatigue, un élément important au sein du phénomène travail. 3. L aspect moral Comme nous l avons vu, la technique est supposée à supprimer toute intervention humaine. L ouvrier est forcé à répondre aux aspects techniques avec une certaine condition physique. Ces aspects je dirais rationnels ont une influence sur le moral des travailleurs. Par conséquent on peut se demander: Quelles sont les réactions mentales à la tâche quotidienne? Quelles sont les motivations pour les accomplir? La considération de l aspect moral démontre qu il y a beaucoup d interactions entre l activité de travail et la personnalité. L ensemble des conditions pratiques influence les attitudes intellectuelles et morales, la satisfaction professionnelles, les motivations; donc la personnalité entière. Les réactions mentales qui émergent de l activité professionnelle, n impliquent pas seulement le comportement durant le travail, mais également le comportement hors du travail. 4. L aspect collectif Normalement, un ouvrier travaille dans une collectivité, ce qui fait du travail bien un phénomène social. Chaque ouvrier peut appartenir à plusieurs groupes sociaux, par exemple l équipe, l ensemble de l entreprise ou le syndicat. À part ces groupes internes, il y a également des groupes externes qui sont très importants: p.e. la famille, le parti politique, la classe sociale etc. Cet aspect collectif/social provoquait un développement considérable des études qui s intéressaient avant tout aux relations humaines dans une entreprise. Quand cette analyse des entreprises est poussée jusqu au bout, la science économique est appelée science des relations humanes nées du travail. 5. L aspect structurel Ca signifie la structure de l entreprise en tant qu unité économique et son mode de gestion. L organisation structurelle d une entreprise (entreprise familiale, compagnie sous forme de société anonyme ou de n importe quelle forme), influence la perspective de l employé envers son activité professionnelle. 3

4 Travail et besoins Quand on relie travail et besoins, le travail représente un producteur de valeurs d usage. Le travail est lié à des catégories comme la valeur, l échange, le marché, l argent, la consommation etc. Le travail représente alors un élément important de la réalité sociale. Le besoin peut être vu comme une catégorie économique. Mais dans nos sociétés occidentales d aujourd hui, le besoin relève plutôt des catégories psychologiques et sociales. Cela parce que le besoin ne peut plus être associé à un besoin économique fondamental. La consommation ne ressemble plus à une satisfaction des besoins de survie, mais à des consommations ostentatoires, influencées par les mass media et la publicité. Les tendances à la consommation se développent plus vite que les moyens économiques de les satisfaire. Ce décalage entre les moyen économiques/pouvoir d achat et le développement des besoins a des influences sur l activité de travail. Deux exemples: 1) le double emploi: à côté de son travail principal on accomplit autres activités rémunérées. 2) le travail au noir: les travailleurs au noirs acceptent des salaires inférieurs aux taux fixés par les conventions collectives. Ces phénomènes se multiplient avant tout à cause du déséquilibre entre le pouvoir d achat et la pression de besoins. Question Nous avons donné quelques indices ce que l approche du poste de travail veut signifier. Quelles différences/indices est-ce que vous pouvez vous imaginer pour une approche de travail plus moderne (approches de compétences)? Logique du poste de travail: - analyse du poste: les connaissances qui sont nécessaires définissent le travailleur engagé - s inscrit dans une approche taylorienne - c est une approche individualiste: chaque travailleur a sa place bien définit qu il accomplit seul - poste est rémunéré indépendamment de la personne Logique de compétences = moderne - potentiel d un employé en relation avec le poste (= employablité) est important. Les compétences d un employé peuvent transformer les activités remplies au sein d un poste. - Compétences =connaissances et aptitudes mises en situation, contextualisées - C est donc une approche plus dynamique - C est également une approche plus collective d une organisation flexible - Savoir/ savoir-être /savoir-faire/ savoir-évaluer Travail et non travail Georges Friedman et Pierre Naville proposent ensuite d analyser les activités de travail dans leur réalité complexe, autrement dit de définir les phénomènes de travail par rapport à des activités qui ne sont pas de travail. Ils proposent alors deux démarches pour ce faire : o étudier les activités hors travail afin de mieux saisir, par contraste, l essence des phénomènes de travail. Les auteurs expliquent ici que les activités 4

5 poursuivies durant le temps hors travail (obligations familiales, sociales, religieuses, para-professionnelles) ont toutes, avec le travail, le caractère commun de l obligation, de nature variée selon les cas. Toutefois, elles en diffèrent par l absence de rémunération. o analyser les réactions des individus qui, pour des raisons diverses telles l invalidité physique, le chômage ou la retraite, en sont privés. Selon Georges Friedman et Pierre Naville, de nombreux sujets se trouvant dans ce cas manifestent un comportement perturbé. L activité professionnelle apparaît donc comme une importante pour la structuration de la personnalité et de l équilibre psychique. Rôle du groupe de travail Selon certains auteurs, dont Elton Mayo et ses disciples, ce n est pas le travail en soi qui exerce sur l individu des conséquences positives, mais le groupe de travail. D après ces derniers, l homme, en tant qu animal social essentiellement occupé par le travail, ne peut se réaliser que dans la collectivité où il exerce son activité professionnelle, non dans la famille, dans l État ou dans les groupes spirituels. «S il existe une «bonne» société, c est dans la collectivité de travail qu il faut la chercher.» 1 Néanmoins, Georges Friedman et Pierre Naville critiquent cette position, étant donné les enquêtes récentes qui la rendent intenable. D une part, il ressort aujourd hui que ce sont les activités de non-travail qui forment le centre de l existence et le champ personnel où s exerce la tendance au bonheur de nombreux individus des sociétés évoluées. D autre part, si les collectivités de travail étaient telles que les pense Mayo, c est-à-dire épurées de tous leurs conflits et de toute opposition individuelle, la société globale serait privée de précieux leviers d amélioration et de progrès. Travail et contrainte Georges Friedman et Pierre Naville insistent alors sur le caractère compulsif de l activité de travail, dont les psychologues anglais ont d ailleurs donné de vigoureuses analyses. Les auteurs distinguent la compulsion est interne de la compulsion dont l origine est externe. La compulsion interne procède d une vocation au service de la société ou d un idéal (création artistique, recherche inventive dans les sciences et les techniques). La compulsion d origine externe, quant à elle, peut être soit la force physique, soit la persuasion morale, soit la contrainte économique, qui est d ailleurs la forme la plus fréquente de compulsion que recèlent les phénomènes de travail. La nécessité économique s exprime alors subjectivement, pour l individu, par des «besoins» qui se distribuent depuis les besoins fondamentaux jusqu à des exigences toujours nouvelles et plus raffinées. Georges Friedman et Pierre Naville soulignent ici que l élément de contrainte, d obligation et de discipline inhérent aux activités de travail se trouve ressenti de manière très diverse. Des enquêtes ont en ce sens montré la complexité des dimensions du moral de l entreprise. Les auteurs pensent toutefois que la satisfaction au travail, éprouvée malgré les inévitables contraintes que celui-ci implique, ne peut à la longue se maintenir sans une certaine adaptation de l individu à ses tâches et un degré minimum d engagement de la personnalité. 1 Georges Friedman & Pierre Naville, Traité de sociologie du travail, Paris, Éditions Armand Colin, 1961, p.23. 5

6 Travail et liberté Les auteurs démontrent que si la plus haute aspiration de l humanité est le passage de la servitude à la dignité et de la nécessité à la liberté, le travail oppose à cette aspiration de doubles et graves difficultés. D une part, ils mettent en avant une difficulté intrinsèque au travail : la reconnaissance des conditions techniques, physiologiques, psychologiques, économiques et sociales permettent, grâce à une adaptation réciproque du poste de travail et du travailleur, un maximum d intérêt et de satisfaction. Ils parlent alors d humanisation du travail. D autre part, Georges Friedman et Pierre Naville font référence à une difficulté extrinsèque au travail, en soulevant la question suivante : «comment assurer, grâce à al réduction de la durée de travail, l expression et le développement de la personnalité, durant le temps libre?» 2 D après eux, la réduction du temps de travail ne crée par la liberté, elle la suppose. Pour la créer véritablement, les auteurs postulent qu il faut que le travailleur fasse partie d un milieu qui, loin de l étouffer, suscite en lui le besoin de choix, de culture, de pensées libres, afin qu il ne soit pas rongé ni envahi par toutes les formes de travail noir, de «double emploi», de servitudes nouvelles, telles les mass média, la publicité et la propagande, le façonnement totalitaire des esprits et la consommation forcée. Approche, technique et méthode Georges Friedman et Pierre Naville soulignent que les faits qu ils dégagent sont des construits qui dépendent de leur approche, de leur technique, de leur méthode. Notons que les auteurs spécifient la signification de ces termes, qui sont selon eux trop souvent employés les uns pour les autres. Ainsi, l approche est un point de vue, une optique, une façon de voir. La technique concerne quant à elle les procédés de mesure ou de repérage, tel le calcul d un indice. Enfin, la méthode correspond à l enchaînement ordonné de certaines techniques, visant la recherche de certaines lois. Ses caractéristiques essentielles sont la cohérence logique et la continuité. D après ces auteurs, une méthodologie complète en sciences du travail est loin d être élaborée, d autant moins qu elle ne l est pas non plus en sociologie générale. Toutefois, ils constatent que l étude sociologique du travail s inspire de diverses sciences mieux constituées. Le travail est ainsi souvent considéré comme un fait biologique et physiologique. Il est aussi vu sous l angle de la psychologie et des rapports entre les personnes. Enfin, il est inclut dans le cadre de l économie politique. Georges Friedman et Pierre Naville proposent ainsi de tenter de serrer d un peu plus près les conditions sociologiques d une méthodologie relative aux faits de travail. Mesure, ordre et concepts Les auteurs expliquent enfin que tout travail ayant pour objet et fin des productions nécessite d en organiser les modalités, dont sa mesure, qui devient ainsi l un des traits essentiels de l organisation. En effet, tout ce qui concerne le travail doit pouvoir être mesuré, précisément parce que le fonctionnement de la société exige qu il obéisse à certaines règles. Ainsi, dans le domaine du travail, les mesures ne sont donc pas des relevés faits arbitrairement par simple souci d analyse, mais ce sont d abord des exigences sociales. Georges Friedman et Pierre Naville démontrent alors que cette exigence intrinsèque au travail rejoint naturellement les exigences méthodologiques propres à la science, toujours fondée sur des mesures. 2 Georges Friedman & Pierre Naville, op. cit., p.25. 6

7 Florence Sargant explique toutefois que si les sciences sociales débutent par une analyse structurelle, c est pour ensuite envisager la fonction. En effet, leur point de départ est l existence d une société ou corporations d hommes, mesurables et observables, mais l investigation se poursuit, en compréhension, vers les relations ou les fonctions de ces structures. En sciences sociales, la mesure ne conduit donc pas aux données : elle en provient et les englobe. Ce qu elle vise, c est une logique. 3 Georges Friedman et Pierre Naville prennent alors l exemple de la durée de travail, effectivement constatée par des mesures scientifiques (données), qui s élève en moyenne à 9h par jour en France (premier ordre de mesures). Ils expliquent que cette durée dépend de rapports spécifiques entre salaires, profits et besoins en produits (second ordre de mesure), et que ce rapport est lié à la structure générale de l économie dans des conditions données (troisième ordre de mesure). Enfin, ils affirment qu il est possible de prévoir une modification de ces différents ordres de mesure par des estimations tenant compte d une série de paramètres eux-mêmes soumis à des mesures (quatrième ordre de mesures, prévisionnelles et expérimentales). Selon ces auteurs, la mesure en sciences sociales conduit ainsi au classement, à l ordre. Georges Friedman et Pierre Naville estiment qu aucune explication n est valable si elle ne tient pas compte de la logique propre aux systèmes sociaux de travail, dont la règle est la structure d ordre. Marlise Hayoz Seraina Grünig Christine Landry 3 Florence Sargant, The logic of British and American Industry, p.350, citée par Georges Friedman & Pierre Naville, op. cit., p.47. 7

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe.

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe. Cours 12 Le pouvoir au sein d une organisation Les liens entre pouvoir, autorité et obéissance Le leadership et les traits personnels Les théories du leadership situationnel Pouvoir Capacité d un individu

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

Code d éthique Version révisée février 2011

Code d éthique Version révisée février 2011 Code d éthique Version révisée février 2011 Table des matières Introduction...3 1. Devoirs et obligations...4 1.1. Déclarations de la personne accompagnatrice... 4 1.2. Dispositions générales de la personne

Plus en détail

Code d éthique de l ATTrueQ

Code d éthique de l ATTrueQ Code d éthique de l ATTrueQ Version 2009 Table des matières Introduction..3 1. Devoirs et obligations..4 1.1 Déclarations du travailleur de rue...4 1.2 Dispositions générales du travailleur de rue...6

Plus en détail

Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue

Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue Cette section vous propose une synthèse des questions les plus susceptibles d être posées en entrevue de sélection. Cette section peut vous aider lors de

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS Frédéric Crépin MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS, 2004. ISBN : 2-7081-3140-0 5 Chapitre 1 idées reçues sur les managers et le management au quotidien Idée reçue n 1 : managers et salariés doivent avoir les

Plus en détail

CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION

CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION Société des Coaches Gestaltistes Coordinateur projet: Marius Moutet INTRODUCTION Un coaching d individus ou d équipe inspiré de la posture humaniste

Plus en détail

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Natalie Rinfret, Ph.D. Colloque de l Association des directeurs généraux des services

Plus en détail

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand Faculté de droit Prof. Jean-Philippe Dunand Prof. Pascal Mahon Avenue du 1 er -Mars 26 CH-2000 Neuchâtel Tél. ++41 32 718.12.00 Fax ++41 32 718.12.01 Centre d étude des relations de travail (CERT) Neuchâtel,

Plus en détail

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S Observatoire Ipsos-LogicaBusiness Consulting/Crédit Agricole Assurances Des attitudes des Européens face aux risques Fiche technique Ensemble : 7245 répondants

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

Jean-Claude Kaufmann "L'invention de soi - Une théorie de l'identité"

Jean-Claude Kaufmann L'invention de soi - Une théorie de l'identité Séminaire de sociologie des migrations et des relations interethniques. Jean-Claude Kaufmann "L'invention de soi - Une théorie de l'identité" Introduction Le collectif comme ressource L'identité fournit

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

CODE DE CONDUITE FOURNISSEUR SODEXO

CODE DE CONDUITE FOURNISSEUR SODEXO CODE DE CONDUITE FOURNISSEUR SODEXO Avril 2014 SOMMAIRE INTRODUCTION 3 INTEGRITE DANS LA CONDUITE DES AFFAIRES 4 DROITS DE L HOMME - DROITS FONDAMENTAUX AU TRAVAIL 5 Elimination de toute forme de travail

Plus en détail

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN JEAN-PIERRE BRUN PROFESSEUR CHAIRE EN GESTION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL UNIVERSITÉ LAVAL http://cgsst.fsa.ulaval.ca Dans quatre

Plus en détail

«Les Relations Publiques»

«Les Relations Publiques» 46 ème session de formation Club de presse Ooredoo «Les Relations Publiques» 27 mars 2014 Présentée par M hamed BITOURI Docteur en psychologie Expert international 1 Les relations publiques (une fonction

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE DE L ASSOCIATION QUÉBÉCOISE DE DÉFENSE DES DROITS DES PERSONNES RETRAITÉES ET PRÉ-RETRAITÉES

CODE D ÉTHIQUE DE L ASSOCIATION QUÉBÉCOISE DE DÉFENSE DES DROITS DES PERSONNES RETRAITÉES ET PRÉ-RETRAITÉES CODE D ÉTHIQUE DE L ASSOCIATION QUÉBÉCOISE DE DÉFENSE DES DROITS DES PERSONNES RETRAITÉES ET PRÉ-RETRAITÉES «L ÉTHIQUE EST FAITE POUR LES HONNÊTES GENS QUI S ENGAGENT À LA RESPECTER POUR CEUX QUI S EN

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Toute personne accède à une activité professionnelle en devenant salarié, fonctionnaire ou travailleur indépendant. Chacun de ces trois régimes juridiques

Plus en détail

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Colloque de Dublin, vendredi 19 Mars 2010 ASPECTS PRATIQUES DE L INDEPENDANCE DE LA JUSTICE Rapport Introductif Partie III Relations

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé

Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé Introduction Des employés engagés et productifs ont à cœur la réussite de leur employeur. Par leur attitude et leur confiance en eux,

Plus en détail

Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise.

Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise. Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise. Docteur David ATTAL. Psychiatre. Praticien Hospitalier. Centre Hospitalier Régional Universitaire de Marseille.

Plus en détail

le «Yoga psychologique», créé par Nicolas Bornemisza.

le «Yoga psychologique», créé par Nicolas Bornemisza. MÉTHODE IT Libérations des Images intérieures - Images de Transformation Présentation de la méthode de Nicolas Bornemisza La méthode IT a été co- créée par Marie Lise Labonté et Nicolas Bornemisza. Elle

Plus en détail

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines?

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Chapitre 1 La gestion des ressources humaines (GRH) peut être définie comme la gestion des hommes au travail dans des organisations (Martory et Crozet,

Plus en détail

Rapport candidat. John Sample. 6 juillet 2012 CONFIDENTIEL

Rapport candidat. John Sample. 6 juillet 2012 CONFIDENTIEL 6 juillet 2012 CONFIDENTIEL Introduction 6 juillet 2012 Introduction Toutes les informations contenues dans ce rapport sont confidentielles et uniquement destinées à la personne ayant rempli le questionnaire.

Plus en détail

1 Chapitre Chapitre. Le coaching QU EST-CE QUE C EST?

1 Chapitre Chapitre. Le coaching QU EST-CE QUE C EST? 1 Chapitre Chapitre Le coaching «Ils jouent un jeu. Ils jouent à ne pas jouer un jeu. Si je leur montre que je le vois, je briserai les règles et ils me puniront. Je dois jouer leur jeu, qui consiste à

Plus en détail

RAPPORT SYNTHÈSE. En santé après 50 ans. Évaluation des effets du programme Les médicaments :

RAPPORT SYNTHÈSE. En santé après 50 ans. Évaluation des effets du programme Les médicaments : S A N T É P U B L I Q U E RAPPORT SYNTHÈSE Évaluation des effets du programme Les médicaments : Oui Non Mais! En santé après 50 ans Depuis janvier 1997, la Direction de santé publique s est associée à

Plus en détail

Epargne : définitions, formes et finalités.

Epargne : définitions, formes et finalités. Epargne : définitions, formes et finalités. 1) Définitions de l épargne. Le dictionnaire Larousse définit l épargne comme une «fraction du revenu individuel ou national qui n est pas affectée à la consommation»,

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Musique instrumentale (deuxième partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Mai 2005 This document is available

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

MILLER, Daniel; SLATER, Don. The internet: an ethnographic approach. Oxford: Berg, 2000. 217 p.

MILLER, Daniel; SLATER, Don. The internet: an ethnographic approach. Oxford: Berg, 2000. 217 p. 315 MILLER, Daniel; SLATER, Don. The internet: an ethnographic approach. Oxford: Berg, 2000. 217 p. Sophie Chevalier Université de Franche-Comté France Voici un ouvrage qui débute par ses conclusions!

Plus en détail

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement.

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. Centre - Pays de Loire CHRU Tours COMMUNICATION «Conflits internes et Cohérence personnelle» SOMMAIRE Introduction page 3 Communication Page 4 Les paramètres d

Plus en détail

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse CONSTRUCTION IDENTITAIRE DES ENSEIGNANTS EN FORMATION INTIALE : ENTRE REPRESENTATIONS PARTAGEES ET ELEMENTS DE DIFFERENCIATION DANS LE RAPPORT AU METIER 1. Problématique L étude

Plus en détail

Tableau synoptique du chapitre 5

Tableau synoptique du chapitre 5 Tableau synoptique du chapitre 5 La définition de l employé mobilisé Un employé mobilisé est celui qui fait preuve d un engagement professionnel, stratégique et collectif. Les quatre leviers de la mobilisation

Plus en détail

Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final

Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final Préparé par la Division de la vérification et de l évaluation Bibliothèque et Archives Canada Mars

Plus en détail

L EVALUATION PROFESSIONNELLE

L EVALUATION PROFESSIONNELLE INFODROIT- 22 mars 2011 L EVALUATION PROFESSIONNELLE Dossier préparé et présenté par Lamiel TURLOT, juriste à l UD CFDT Paris SOMMAIRE L évaluation professionnelle, une obligation pour l employeur?...3

Plus en détail

Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing

Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing Ce que vous allez apprendre Définir le marketing et comprendre son rôle Comprendre les différentes évolutions du marketing Comprendre les nouveaux enjeux

Plus en détail

Mémorandum commun de la fédération CAIPS et de la Fédération wallonne des CPAS pour les services d insertion sociale

Mémorandum commun de la fédération CAIPS et de la Fédération wallonne des CPAS pour les services d insertion sociale Mémorandum commun de la fédération CAIPS et de la Fédération wallonne des CPAS pour les services d insertion sociale Les services d insertion sociale (SIS) sont des dispositifs agréés et subventionnés

Plus en détail

ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR :

ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR : ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR : Mercredi 2 Février 2011 ----------------------- Mercredi 2 Février 2011 Auteur : Direction Générale EDIPOST Page : 2 sur 13

Plus en détail

Pour rappel, l entretien annuel est un acte de management qui recouvre trois principales fonctions :

Pour rappel, l entretien annuel est un acte de management qui recouvre trois principales fonctions : L entretien annuel d évaluation : mode d emploi De quoi parlons-nous? Après avoir montré que l évaluation est un acte de management chargé d enjeux pour l ensemble des acteurs de l entreprise (cf. Fiche

Plus en détail

Communiqué de Presse

Communiqué de Presse Communiqué de Presse Le 23 juillet 2015 «UNE HISTOIRE D AMBITION» : LA NOUVELLE CAMPAGNE DE MARQUE HSBC «UNE HISTOIRE D AMBITION» : LA NOUVELLE CAMPAGNE DE MARQUE HSBC La nouvelle campagne de marque HSBC

Plus en détail

Relation entre la mission et les valeurs:

Relation entre la mission et les valeurs: Le respect de la dignité des personnes et la recherche de relations justes et humaines L'esprit d'intégration et la synergie Le souci de l'intégrité de la Maison Vivre Relation entre la mission et les

Plus en détail

1 De la logique de l entreprise au projet managérial

1 De la logique de l entreprise au projet managérial De la logique de l entreprise au projet managérial Caisse à outils du manager en quête de performances managériales!. Rappel de ce qu est la logique de l entreprise Une entreprise se définit comme la somme

Plus en détail

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996.

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Choix de vie Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son

Plus en détail

Publicité comportementale. Etudes de marché à l international

Publicité comportementale. Etudes de marché à l international Publicité comportementale Etudes de marché à l international Emergence concept en 2007 Modification profonde de la stratégie des annonceurs E-publicité en plein essor et de mieux en mieux adaptée aux consommateurs

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

L autorité dans l entreprise et les fictions managériales

L autorité dans l entreprise et les fictions managériales Collège des Bernardins, Séminaire sur l autorité Département Sociétés humaines et responsabilités éducatives Séance du 15 Mai 2012 Intervenant et compte rendu : Malik Bozzo-Rey L autorité dans l entreprise

Plus en détail

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Atelier Cognisud Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Ces notes sont une contribution à la réflexion dans le cadre de PIRSTEC, faite par le réseau Cognisud suite à un atelier organisé le Jeudi

Plus en détail

RESULTATS DE L ENQUETE DE LA FGTB SUR LE BIEN-ETRE AU TRAVAIL

RESULTATS DE L ENQUETE DE LA FGTB SUR LE BIEN-ETRE AU TRAVAIL RESULTATS DE L ENQUETE DE LA FGTB SUR LE BIEN-ETRE AU TRAVAIL La FGTB a mené une enquête auprès de 4947 personnes (réponses valides) entre le 10 mars et le 3 avril sur la base d un questionnaire établi

Plus en détail

L ouvrage que vous avez entre les mains n est pas un manuel de vente. Ce que nous vous proposons plutôt est une aventure au pays de l excellence

L ouvrage que vous avez entre les mains n est pas un manuel de vente. Ce que nous vous proposons plutôt est une aventure au pays de l excellence «Vivre c est vendre. Parce que vendre c est vivre intensément. Nous sommes tous des vendeurs, car nous passons notre temps à vendre quelque chose : à nous-mêmes d abord, à nos proches, à nos clients. Vendre

Plus en détail

Comment va la vie en France?

Comment va la vie en France? Comment va la vie en France? L Initiative du vivre mieux, lancée en 2011, se concentre sur les aspects de la vie qui importent aux gens et qui ont un impact sur leur qualité de vie. L Initiative comprend

Plus en détail

PERCEPTION ET PERCEPTION SOCIALE

PERCEPTION ET PERCEPTION SOCIALE GOBERT 1 PERCEPTION ET PERCEPTION SOCIALE 1. Perception et perception sociale Perception = processus par lequel l individu organise et interprète ses impressions sensorielles de façon à donner un sens

Plus en détail

1 Les différents courants de pensée de la théorie des organisations

1 Les différents courants de pensée de la théorie des organisations 1 Les différents courants de pensée de la théorie des organisations 1 Comment définir la théorie des organisations? Avec la seconde révolution industrielle, de grandes entreprises industrielles émergent,

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ ET DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS 1. Introduction Placer la «bonne personne au bon endroit» représente

Plus en détail

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT Que vous soyez parent, enseignant, formateur, pédagogue, coach, manager Que votre activité professionnelle ou simplement la quête de vous-même vous

Plus en détail

Canevas d aide au montage et cahier des charges de votre action de formation

Canevas d aide au montage et cahier des charges de votre action de formation Canevas d aide au montage et cahier des charges de votre action de formation FINALITÉS DE L ACTION (à établir avec le commanditaire) Quels sont les objectifs finals du commanditaire (ses finalités : économiques,

Plus en détail

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS Accompagner les changements de comportement TNS 2014 Comprendre et accompagner les changements de comportement Inciter et accompagner les changements de comportements des individus est un enjeu fondamental

Plus en détail

La relation client constitue un axe progrès stratégique pour toutes les entreprises.

La relation client constitue un axe progrès stratégique pour toutes les entreprises. Relation client PME PMI attention danger! Résumé La relation client constitue un axe progrès stratégique pour toutes les entreprises. Nous essaierons de montrer, dans cet article, que la relation client

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

Politique de sécurité de l actif informationnel

Politique de sécurité de l actif informationnel TITRE : Politique de sécurité de l actif informationnel Adoption par le conseil d administration : Résolution : CARL-130924-11 Date : 24 septembre 2013 Révisions : Résolution : Date : Politique de sécurité

Plus en détail

Michel Carrier, agr,club Lait Bio, Valacta

Michel Carrier, agr,club Lait Bio, Valacta Michel Carrier, agr,club Lait Bio, Valacta La relation homme animal peut ainsi être définie comme le degré de proximité ou de distance entre l animal et l homme, c est-à-dire la perception mutuelle qui

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

Le Modèle Conceptuel de Virginia Henderson. P. Bordieu (2007)

Le Modèle Conceptuel de Virginia Henderson. P. Bordieu (2007) Le Modèle Conceptuel de Virginia Henderson P. Bordieu (2007) Postulats qui l étayent (= fondements) Valeurs qui le justifient Éléments qui le composent: - But poursuivi - Cible - Rôle de l infirmière -

Plus en détail

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Quatrième colloque hypermédias et apprentissages 275 BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Anne-Olivia LE CORNEC, Jean-Marc FARINONE,

Plus en détail

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO PARIS, 2 NOVEMBRE

Plus en détail

Description du marché de l interim management

Description du marché de l interim management Description du marché de l interim management en Belgique Etude réalisée à la demande de a division of Septembre 2008 Market Probe Europe guy.morre@askbmi.com Sommaire 1. Objectifs de l étude 2. Méthodologie

Plus en détail

L art de la reconnaissance en gestion

L art de la reconnaissance en gestion L art de la reconnaissance en gestion Sophie Tremblay Coach & Stratège Dans votre parcours professionnel, quelle est la personne qui vous a offert la reconnaissance qui vous a le plus marqué? Quelles sont

Plus en détail

Des formations pour la prévention du stress et des performances managériales

Des formations pour la prévention du stress et des performances managériales Des formations pour la prévention du stress et des performances managériales Après dix ans de recherche, huit docteurs en Sciences Humaines ont conçu une méthode innovante au service du savoir-être et

Plus en détail

PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS

PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS Cycle terminal de la série sciences et technologies du management et de la gestion I. INDICATIONS GÉNÉRALES L enseignement de management des organisations vise

Plus en détail

MASTER 2 PROFESSIONNEL

MASTER 2 PROFESSIONNEL UNIVERSITE DE NICE - SOPHIA ANTIPOLIS Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines Département «SCIENCES DE LA COMMUNICATION» MASTER 2 PROFESSIONNEL Ingénierie de la Création Multimédia et Direction

Plus en détail

FAQ sur le metteur en scène

FAQ sur le metteur en scène FAQ sur le metteur en scène I. LE STATUT SOCIAL DU METTEUR EN SCENE Le metteur en scène est-il juridiquement considéré comme un artiste? Oui. Le droit du travail donne une liste non exhaustive des artistes

Plus en détail

LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE

LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE Carine PETIT Sophie GALILE 12/01/2005 0 LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE L organisation, système humain ouvert, fonctionne dans des environnements souvent instables,

Plus en détail

Guide de travail pour l auto-évaluation:

Guide de travail pour l auto-évaluation: Guide de travail pour l auto-évaluation: Gouvernance d entreprise comité d audit Mars 2015 This document is also available in English. Conditions d application Le Guide de travail pour l auto-évaluation

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL. Solidarité Doubs Handicap

LIVRET D ACCUEIL. Solidarité Doubs Handicap LIVRET D ACCUEIL POLE MEDICO-SOCIAL Services Accueil de Vie Services Habitat et Social Animation Socio-Culturelle POLE TRAVAIL PROTEGE Edition du 30 juin 2014 Solidarité Doubs Handicap SOLIDARITE DOUBS

Plus en détail

DÉPARTEMENT INFORMATIQUE ORIENTÉ SERVICES

DÉPARTEMENT INFORMATIQUE ORIENTÉ SERVICES NOUVELLES COMPÉTENCES POUR LE DÉPARTEMENT INFORMATIQUE ORIENTÉ SERVICES Le quotidien du responsable informatique d une entreprise s apparente à un combat de tous les instants. Le département informatique

Plus en détail

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU 1 CHAPITRE 3: L ASYMÉTRIE D INFORMATION NOTIONS IMPORTANTES: Asymétrie d information Antisélection (ou sélection

Plus en détail

France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7. Série ES, France métropolitaine, juin 2008

France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7. Série ES, France métropolitaine, juin 2008 France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7 7 SUJET Dissertation Série ES, France métropolitaine, juin 2008 Est-il plus facile de connaître autrui que de se connaître soi-même? LE SUJET COUP de POUCE ANALYSE

Plus en détail

Une association à un seul membre? Est-on vraiment sérieux?

Une association à un seul membre? Est-on vraiment sérieux? Une association à un seul membre? Est-on vraiment sérieux? Synthèse L identité d un régime juridique découle des caractéristiques du sujet qu il couvre et non du seul fait que l entité ait la personnalité

Plus en détail

Divulgation 2.0 : approche comportementale. Comment détecter ou prévenir cette démarche compulsive amplifiée par les outils de mobilitédirectement

Divulgation 2.0 : approche comportementale. Comment détecter ou prévenir cette démarche compulsive amplifiée par les outils de mobilitédirectement Divulgation 2.0 : approche comportementale. Comment détecter ou prévenir cette démarche compulsive amplifiée par les outils de mobilitédirectement connectés aux médias sociaux? Agenda La divulgation compulsive

Plus en détail

Chapitre 1 : La consommation et l épargne

Chapitre 1 : La consommation et l épargne Chapitre 1 : La consommation et l épargne - 7 - Dans ce chapitre vous allez : - Distinguer les différents types de consommation. - Découvrir de quels facteurs dépend la consommation. - Étudier ce qu est

Plus en détail

PROJET D ETABLISSEMENT

PROJET D ETABLISSEMENT PROJET D ETABLISSEMENT «Amener chacun à une autonomie responsable» INTRODUCTION Dans l esprit du Projet Educatif défini par le Pouvoir Organisateur du Collège Notre-Dame et dans la volonté de respecter

Plus en détail

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés.

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. -Avril 2014- Article premier Les dispositions qui suivent constituent la charte d

Plus en détail

CAHIER DE GESTION. RESPONSABLE DE L APPLICATION La Direction des affaires corporatives et la coordination des Services financiers.

CAHIER DE GESTION. RESPONSABLE DE L APPLICATION La Direction des affaires corporatives et la coordination des Services financiers. CAHIER DE GESTION POLITIQUE ET PROCÉDURES CONCERNANT LES CONTRATS D ENTREPRISE (LOUAGE D OUVRAGE) ET L EMBAUCHE DE PERSONNEL TEMPORAIRE (LOUAGE DE SERVICE) EXCLUANT LE SALARIÉ-ÉLÈVE COTE 50-50-01-04 OBJETS

Plus en détail

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux I. Appréhender le groupe social Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs A. Identifier la nation de rapport social 1. Les groupes sociaux Le groupe se définit par la réunion de plusieurs personnes

Plus en détail

CHARTE ETHIQUE DE WENDEL

CHARTE ETHIQUE DE WENDEL CHARTE ETHIQUE DE WENDEL Mars 2015 1 Message du Directoire Wendel est l une des toutes premières sociétés d investissement en Europe. Grâce au soutien d un actionnariat familial stable, Wendel a su se

Plus en détail

Dix valeurs pour les soins infirmiers

Dix valeurs pour les soins infirmiers Dix valeurs pour les soins infirmiers La valeur n attendant pas le nombre des années, deux étudiantes en soins infirmiers se sont interrogées sur les valeurs dont l infirmière a besoin pour mieux adapter

Plus en détail

Tableau synoptique du chapitre 7

Tableau synoptique du chapitre 7 Tableau synoptique du chapitre 7 Le rôle du superviseur dans le processus de rémunération Le superviseur peut être appelé à : participer à l évaluation des postes de ses employés. prendre des décisions

Plus en détail

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION Face à une rationalisation croissante du secteur social et médico-social, accentuée par les effets de crise, comment un directeur de structure

Plus en détail

Andréas Boes et Thomas Lühr. Travail et temps en Allemagne Un système de mise à l épreuve permanent

Andréas Boes et Thomas Lühr. Travail et temps en Allemagne Un système de mise à l épreuve permanent Andréas Boes et Thomas Lühr Travail et temps en Allemagne Un système de mise à l épreuve permanent Pour les salariés allemands les plus qualifiés, l effacement des limites entre temps professionnel et

Plus en détail

Quel management dans un collectif de travail en télétravail?

Quel management dans un collectif de travail en télétravail? Quel management dans un collectif de travail en télétravail? Le passage au télétravail s accompagne de transformations importantes en termes d organisation et de pratiques. Comment faire évoluer le management

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS

CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS SOMMAIRE 01. 02. 03. 04. NOS PRINCIPES ÉTHIQUES DANS LA CONDUITE DES AFFAIRES NOS OBJECTIFS ET ENGAGEMENTS VIS-À-VIS DE NOS PRINCIPAUX PUBLICS PROMOTION ET APPLICATION DU

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

Management Interculturel

Management Interculturel Management Interculturel La mondialisation et l ouverture des marchés ont permis l interconnexion des mondes. Ces phénomènes ont en même temps accéléré la mutation des modes de pensée et de consommation.

Plus en détail