RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RÉPUBLIQUE FRANÇAISE"

Transcription

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 14-D-19 du 18 décembre 2014 relative à des pratiques mises en œuvre dans le secteur des produits d entretien et des insecticides et dans le secteur des produits d hygiène et de soins pour le corps L Autorité de la concurrence (Section III), Vu la demande du groupe SC Johnson et de ses filiales, et en particulier la filiale française SC Johnson SAS formulée auprès du rapporteur général du Conseil de la concurrence le 6 décembre 2005 enregistrée sous le numéro 05/0100AC et tendant à obtenir le bénéfice du IV de l article L du code de commerce ; Vu la décision 06-SO-01 en date du 6 janvier 2006 par laquelle le Conseil de la concurrence s est saisi d office de l examen de pratiques d entente mises en œuvre dans le secteur des produits d entretien et des insecticides en France (affaire enregistrée sous le numéro 06/0001F) ; Vu la demande de la société Colgate-Palmolive formulée auprès du rapporteur général du Conseil de la concurrence le 24 février 2006, enregistrée sous le numéro 06/0018AC et tendant à obtenir le bénéfice du IV de l article L du code de commerce concernant des pratiques mises en œuvre dans le secteur des produits d entretien ; Vu la demande de la société Colgate-Palmolive formulée auprès du rapporteur général du Conseil de la concurrence le 28 février 2006, enregistrée sous le numéro 06/0019AC et tendant à obtenir le bénéfice du IV de l article L du code de commerce concernant des pratiques mises en œuvre dans le secteur des produits d hygiène et de soins du corps ; Vu la décision 06-SO-04 en date du 20 juin 2006 par laquelle le Conseil de la concurrence s est saisi d office de l examen des pratiques mises en œuvre dans le secteur des produits d hygiène et de soins du corps (affaire enregistrée sous le numéro 06/0042F) ; Vu la demande de la société Henkel France et de ses filiales formulée auprès du rapporteur général du Conseil de la concurrence le 28 avril 2008, enregistrée sous le numéro 08/0044AC et tendant à obtenir le bénéfice du IV de l article L du code de commerce concernant des pratiques mises en œuvre dans le secteur des produits d entretien ; Vu la demande de la société Henkel France et de ses filiales formulée auprès du rapporteur général du Conseil de la concurrence le 24 juillet 2008, enregistrée sous le numéro 08/0084AC et tendant à obtenir le bénéfice du IV de l article L du code de commerce concernant des pratiques mises en œuvre dans le secteur des produits d hygiène et de soins du corps ; Vu la décision en date du 21 janvier 2009 par laquelle le rapporteur général du Conseil de la concurrence a procédé à la disjonction de la partie des saisines n 06/0001F et n 06/0042F relative aux pratiques mises en œuvre dans le secteur des lessives en France et à l ouverture d un dossier distinct pour cette affaire sous le n 09/0007F ; 1

2 Vu les articles 81 et 82 du traité instituant la Communauté européenne, devenus 101 et 102 du traité sur le fonctionnement de l Union européenne (TFUE) ; Vu le livre IV du code de commerce ; Vu la loi n du 4 août 2008 de modernisation de l économie ; Vu l ordonnance n du 13 novembre 2008 portant modernisation de la régulation de la concurrence, et notamment son article 5 ; Vu les décisions de secret des affaires n 06-DSA-08 du 14 avril 2006, 06-DSA-62 du 6 novembre 2006, 06-DSA-71 et 72 du 22 novembre 2006, 10-DSA-200, 10-DSA-201 et 10-DSA-202 du 28 septembre 2010, 11-DSA-141, 11-DSA-142 et 11-DSA-143 du 27 juin 2011, 11-DSA-146 du 28 juin 2011, 11-DSA-198 et 11-DSA-211 du 29 juin 2011, 12-DSA-186 et 12-DSA-187 du 14 mai 2012, 12-DSA-198 du 21 mai 2012, 12-DSA-274 et 12-DSA-275 du 20 août 2012, 12-DSA-325 du 3 octobre 2012, 12-DSA-413 du 11 décembre 2012, 13-DSA-11, 13-DSA-30, 13-DSA-33, 13-DSA-34 et 13-DSA-35 du 29 janvier 2013, 13-DSA-36, 13-DSA-37 et 13-DSA-39 du 30 janvier 2013, 13-DSA-40 et 13-DSA-41 du 31 janvier 2013, 13-DSA-67 du 15 février 2013, 13-DSA-76 du 4 mars 2013, 13-DSA-87 du 8 mars 2013, 13-DSA-125 du 18 avril 2013, 13-DSA-137 du 23 avril 2013, 13-DSA-227 du 5 août 2013, 13-DSA-217 du 9 septembre 2013, 13-DSA-250, 13-DSA-251 et 13-DSA-252 du 10 septembre 2013, 13-DSA-253 du 11 septembre 2013, 13-DSA-272 du 3 octobre 2013, 13-DSA-334, 13-DSA-335, 13-DSA-336, 13-DSA-337 et 13-DSA-338 du 23 décembre 2013, 14-DSA-53 du 4 mars 2014, 14-DSA-240, 14-DSA-241, 14-DSA-242, 14-DSA-243, 14-DSA-244, 14-DSA-245, 14-DSA-246, 14-DSA-247 et 14-DSA-248 du 25 août 2014 ; Vu les décisions de déclassement n 13-DECR-06 du 22 février 2013, 13-DEC-24 du 12 avril 2013, 13-DECR-19 du 15 avril 2013, 13-DECR-21, 13-DECR-22 et 13-DEC-25 du 16 avril 2013, 13-DECR-20 du 17 avril 2013, 13-DECR-26, 13-DECR-27 et 13-DECR-28 du 24 avril 2013, 13-DEC-29 du 30 avril 2013, 14-DEC-05 du 21 février 2014, 14-DECR-06, 14-DECR-07, 14-DECR-08, 14-DECR-09, 14-DEC-06, 14-DEC-07 du 4 mars 2014, 14-DECR-12 du 17 mars 2014 ; Vu le procès-verbal du 19 juillet 2013 par lequel les sociétés Topaze, Unilever France et Unilever France Holdings ont déclaré ne pas contester les griefs qui leur ont été notifiés et ont demandé le bénéfice des dispositions du III de l article L du code de commerce ; Vu le procès-verbal du 22 juillet 2013 par lequel la société Johnson & Johnson Santé Beauté France a déclaré ne pas contester les griefs qui lui ont été notifiés et a demandé le bénéfice des dispositions du III de l article L du code de commerce ; Vu le procès-verbal du 8 août 2013 par lequel la société SCA Tissue France a déclaré ne pas contester les griefs qui lui ont été notifiés et a demandé le bénéfice des dispositions du III de l article L du code de commerce ; Vu le procès-verbal du 8 août 2013 par lequel les sociétés Vania Expansion et Johnson et Johnson Consumer Holdings France ont déclaré ne pas contester les griefs qui leur ont été notifiés et ont demandé le bénéfice des dispositions du III de l article L du code de commerce ; Vu le procès-verbal du 22 août 2013 par lequel les sociétés Henkel France et Henkel AG & Co KGaA ont déclaré ne pas contester les griefs qui leur ont été notifiés et ont demandé le bénéfice des dispositions du III de l article L du code de commerce ; 2

3 Vu le procès-verbal du 28 août 2013 par lequel les sociétés Reckitt Benckiser France, RB Holding Europe du Sud et Reckitt Benckiser PLC ont déclaré ne pas contester les griefs qui leur ont été notifiés et ont demandé le bénéfice des dispositions du III de l article L du code de commerce ; Vu le procès-verbal du 30 août 2013 par lequel les sociétés Colgate-Palmolive, Colgate-Palmolive Services et Colgate-Palmolive Company ont déclaré ne pas contester les griefs qui leur ont été notifiés et ont demandé le bénéfice des dispositions du III de l article L du code de commerce ; Vu le procès-verbal du 30 août 2013 par lequel les sociétés Procter & Gamble France, Procter & Gamble Holding France et the Procter & Gamble Company ont déclaré ne pas contester les griefs qui leur ont été notifiés et ont demandé le bénéfice des dispositions du III de l article L du code de commerce ; Vu le procès-verbal du 2 septembre 2013 par lequel les sociétés Beiersdorf SAS, Beiersdorf Holding France SARL et Beiersdorf AG ont déclaré ne pas contester les griefs qui leur ont été notifiés et ont demandé le bénéfice des dispositions du III de l article L du code de commerce ; Vu les observations présentées par les sociétés Topaze, Unilever France, Unilever France Holdings, Procter & Gamble France, Procter & Gamble Holding France, The Procter & Gamble Company, Henkel France, Henkel AG & Co. KGaA, Colgate-Palmolive, Colgate-Palmolive Services, Colgate-Palmolive Company, Colgate-Palmolive venant aux droits de Sara Lee Household and Body Care France, Hillshire Brands Company, SC Johnson SAS, SC Johnson & Son, Inc., Reckitt Benckiser France, RB Holding Europe du Sud, Reckitt Benckiser PLC, Bolton Solitaire SAS, Bolton Manitoba S.p.A., Procter & Gamble France venant aux droits de la société Groupe Gillette France, The Procter & Gamble Company venant aux droits de The Gillette Company, Johnson & Johnson Santé Beauté France, SCA Tissue France, Johnson & Johnson Consumer Holdings France, Vania Expansion, Lascad, L Oréal, Beiersdorf SAS, Beiersdorf Holding France SARL, Beiersdorf AG et par le commissaire du Gouvernement ; Vu les autres pièces du dossier ; Les rapporteurs, le rapporteur général adjoint, le commissaire du Gouvernement et les représentants des sociétés Topaze, Unilever France, Unilever France Holdings, Procter & Gamble France, Procter & Gamble Holding France, The Procter & Gamble Company, Henkel France, Henkel AG & Co. KGaA, Colgate-Palmolive, Colgate-Palmolive Services, Colgate-Palmolive Company, Colgate-Palmolive venant aux droits de Sara Lee Household and Body Care France, Hillshire Brands Company, SC Johnson SAS, SC Johnson & Son, Inc., Reckitt Benckiser France, RB Holding Europe du Sud, Reckitt Benckiser PLC, Bolton Solitaire SAS, Bolton Manitoba S.p.A., Procter & Gamble France venant aux droits de la société Groupe Gillette France, The Procter & Gamble Company venant aux droits de The Gillette Company, Johnson & Johnson Santé Beauté France, SCA Tissue France, Johnson & Johnson Consumer Holdings France, Vania Expansion, Lascad, L Oréal, Beiersdorf SAS, Beiersdorf Holding France SARL, Beiersdorf AG entendus lors de la séance de l Autorité de la concurrence du 16 octobre 2014 ; Adopte la décision suivante : 3

4 SOMMAIRE I. CONSTATATIONS... 9 A. La procédure L affaire 06/0001F relative à des pratiques dans le secteur des produits d entretien et des insecticides ménagers L affaire 06/0042F relative à des pratiques mises en œuvre dans le secteur des produits d hygiène et de soins pour le corps La jonction des affaires 06/0001F et 06/0042F Les demandes de clémence d Henkel et Procter & Gamble a) Les demandes de clémence d Henkel b) La demande de clémence de Procter & Gamble Tableau récapitulatif des demandes de clémence La disjonction des dossiers 06/0001F et 06/0042F et l ouverture du dossier 09/0007F concernant des pratiques mises en œuvre dans le secteur des lessives en France B. Les entreprises concernées Les entreprises bisectorielles a) Colgate-Palmolive b) Henkel c) Procter & Gamble d) Unilever e) Reckitt Benckiser f) Sara Lee g) Laboratoires Vendôme Les entreprises monosectorielles actives dans le secteur des produits d entretien et des insecticides ménagers a) SC Johnson b) Bolton Solitaire Les entreprises monosectorielles actives dans le secteur des produits d hygiène et de soins pour le corps a) L Oréal b) Beiersdorf c) Gillette d) Vania C. Les secteurs concernés

5 1. Définition générale des secteurs concernés a) Secteur de l hygiène b) Secteur de l entretien L offre de produits d hygiène et d entretien à la grande distribution a) Caractéristiques de l offre dans le secteur de l hygiène b) Caractéristiques de l offre dans le secteur de l entretien La demande dans les secteurs de l entretien et de l hygiène a) Caractéristiques de la demande b) Le pouvoir de négociation des enseignes de la grande distribution Les négociations entre fournisseurs et distributeurs à l époque des pratiques a) Déroulement des négociations b) Méthodes de négociation c) L information à disposition des fournisseurs D. L évolution du cadre juridique Le cadre juridique prévalant jusqu au début de l année a) Le cadre juridique instauré par la loi Galland b) Les effets de la loi Galland La modification du cadre juridique a) Présentation des modifications du cadre juridique b) Les conséquences des réformes du cadre juridique E. Description des pratiques poursuivies Modalités de mise en œuvre des pratiques a) Les trois cercles de réunion b) Les «correspondances» c) Les échanges bilatéraux et plurilatéraux d) Conclusion sur les modalités de mise en œuvre des pratiques e) Tableau récapitulatif de la participation des entreprises aux échanges Le contenu des pratiques a) Les échanges dans le cadre de la circulaire Dutreil du 16 mai b) Les échanges dans le cadre de l engagement pour une baisse durable des prix à la consommation du 17 juin c) Les échanges dans le cadre de la loi Dutreil d) Les autres échanges constatés tout au long de la période ( ) La finalité des pratiques du point de vue des participants

6 a) La finalité des échanges relatifs aux éléments déterminants de la négociation commerciale b) La finalité des échanges sur les politiques de prix mises en œuvre dans le cadre des initiatives des pouvoirs publics c) La finalité des échanges relatifs aux chiffres d affaires d) Conclusion sur la finalité des pratiques du point de vue des participants 151 F. Rappels des griefs notifiés aux parties Sur le grief d entente unique, complexe et continue sur le marché français de l approvisionnement en produits d entretien Sur le grief d entente unique, complexe et continue sur le marché français de l approvisionnement en produits d hygiène G. Les procédures de non-contestation des griefs II. DISCUSSION A. Sur le déroulement de la procédure En ce qui concerne le principe de loyauté dans la recherche des preuves En ce qui concerne le prétendu droit d être entendu avant la notification de griefs En ce qui concerne la durée de l instruction En ce qui concerne le délai de réponse à la notification de griefs En ce qui concerne le principe d égalité des armes En ce qui concerne l absence de traduction de la notification de griefs B. Sur l applicabilité du droit de l Union Principes Application au cas d espèce C. Sur la délimitation du marché pertinent Principes Application au cas d espèce D. Sur le bien fondé des griefs Sur les conséquences de la mise en œuvre de la procédure de noncontestation des griefs a) Principes b) Application en l espèce Sur les deux ententes uniques, complexes et continues a) Sur l existence de pratiques concertées ayant un objet anticoncurrentiel 172 b) Sur l existence de deux ententes uniques, complexes et continues La participation des entreprises aux deux ententes uniques, complexes et continues

7 a) Colgate-Palmolive b) Henkel c) Unilever d) Reckitt Benckiser e) Procter & Gamble f) Laboratoires Vendôme g) Gillette h) Beiersdorf i) Vania j) SC Johnson k) Sara Lee l) Bolton Solitaire m) L Oréal E. L imputabilité des pratiques Principes a) Imputabilité au sein d un groupe de sociétés b) Imputabilité de l infraction en cas de transformation de l entreprise Application au cas d espèce a) Le groupe Unilever b) Le groupe Procter & Gamble c) Le groupe Henkel d) Le groupe Colgate-Palmolive e) Le groupe Beiersdorf f) Le groupe Reckitt Benckiser g) Le groupe Laboratoires Vendôme h) Le groupe Vania Expansion i) Le groupe Bolton Solitaire j) Le groupe SC Johnson k) Le groupe L Oréal l) Le groupe Sara Lee III. SUR LES SANCTIONS A. Principes B. Sur la détermination du montant de base Sur la valeur des ventes a) Principes

8 b) Application au cas d espèce Sur la détermination du montant de base a) Sur la prise en compte de la participation individuelle des entreprises aux deux ententes uniques b) Sur la gravité des faits c) Sur le dommage à l économie d) Sur la durée de participation e) Conclusion sur la détermination du montant de base Sur la prise en compte des circonstances propres à chaque entreprise a) Sur la participation individuelle des entreprises aux deux ententes uniques b) Sur les circonstances atténuantes ou aggravantes et les autres éléments d individualisation c) Sur la vérification du montant maximum applicable d) Sur l application du IV de l article L du code de commerce relatif au programme de clémence e) Sur l application du III de l article L du code de commerce relatif à la non-contestation des griefs f) Sur le montant final des sanctions C. Sur l obligation de publication

9 I. Constatations A. LA PROCÉDURE 1. L AFFAIRE 06/0001F RELATIVE À DES PRATIQUES DANS LE SECTEUR DES PRODUITS D ENTRETIEN ET DES INSECTICIDES MÉNAGERS 1. Par procès-verbal du 6 décembre 2005, le rapporteur général du Conseil de la concurrence a reçu une demande de clémence de la société SC Johnson et de ses filiales, en particulier sa filiale française SC Johnson SAS, concernant des pratiques mises en œuvre dans le secteur des produits d entretien et des insecticides ménagers en France (ci-après «le secteur des produits d entretien»). À cette occasion, la société a révélé l existence de pratiques d entente, prenant la forme d échanges d informations confidentielles, entre SC Johnson SAS et les sociétés Bolton Solitaire, Colgate-Palmolive, Henkel, Laboratoires Vendôme, Reckitt Benckiser et Sara Lee. 2. Après examen de cette demande, le Conseil de la concurrence a rendu, le 6 janvier 2006, l avis de clémence n 06-AC-01, accordant à la société SC Johnson et à ses filiales, en particulier sa filiale française SC Johnson SAS, le bénéfice conditionnel de la clémence, avec une exonération totale de sanction. 3. Par décision n 06-SO-01 du 6 janvier 2006, le Conseil de la concurrence s est saisi d office de l examen de pratiques mises en œuvre dans le secteur des produits d entretien. 4. Le 10 janvier 2006, le rapporteur général du Conseil de la concurrence a adressé au directeur général de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (ci-après, le directeur général de la concurrence) une demande d enquête dans le secteur des produits d entretien. 5. Le 3 février 2006, après autorisation du juge des libertés et de la détention du Tribunal de grande instance de Nanterre, ont été diligentées, par la direction nationale des enquêtes de concurrence, consommation et répression des fraudes (ci-après «DNECCRF»), des opérations de visite et saisie. Ces opérations se sont déroulées dans une brasserie parisienne, le Royal Villiers, ainsi qu aux sièges des sept sociétés en cause. L opération de visite et saisie organisée au restaurant le Royal Villiers a eu lieu pendant une réunion entre Colgate-Palmolive, SC Johnson, Henkel, Bolton Solitaire et Sara Lee. 6. Le 24 février 2006, le rapporteur général du Conseil de la concurrence a reçu une demande de clémence de la société Colgate-Palmolive concernant des pratiques d entente mises en œuvre dans le secteur des produits d entretien. Dans ce cadre, Colgate-Palmolive a apporté de nouveaux éléments relatifs aux pratiques d échanges d informations confidentielles dénoncées par SC Johnson. 7. Le 19 juin 2006, le Conseil de la concurrence a rendu un avis de clémence n 06-AC-05 accordant à la société Colgate-Palmolive le bénéfice conditionnel de la clémence, avec une exonération partielle comprise entre 40 et 50 % du montant des sanctions encourues. 9

10 2. L AFFAIRE 06/0042F RELATIVE À DES PRATIQUES MISES EN ŒUVRE DANS LE SECTEUR DES PRODUITS D HYGIÈNE ET DE SOINS POUR LE CORPS 8. Par procès-verbal du 28 février 2006, la société Colgate-Palmolive a révélé l existence de pratiques d entente, prenant la forme d échanges d informations confidentielles, dans un autre secteur, celui des produits d hygiène et de soins du corps (ci-après «le secteur des produits d hygiène»). 9. Après examen de cette demande, le Conseil de la concurrence a rendu, le 19 juin 2006, l avis de clémence n 06-AC-06, accordant à la société Colgate-Palmolive le bénéfice conditionnel de la clémence, avec une exonération totale de sanction. 10. Par décision n 06-SO-04 du 20 juin 2006, le Conseil de la concurrence s est saisi d office de l examen de pratiques mises en œuvre dans le secteur des produits d hygiène. 11. Le 23 juin 2006, le rapporteur général du Conseil de la concurrence a adressé au directeur général de la concurrence deux nouvelles demandes d enquête, l une complémentaire relative au secteur des produits d entretien et l autre relative au secteur des produits d hygiène. 12. Le 6 juillet 2006, des opérations de visite et saisie ont été diligentées par la DNECCRF dans le cadre de deux ordonnances délivrées par le juge des libertés et de la détention du Tribunal de grande instance de Nanterre. Concernant le secteur des produits d entretien, ces opérations ont visé les sociétés Colgate-Palmolive, Henkel France, Procter & Gamble France, Reckitt Benckiser France, Unilever France, Lever Fabergé France ainsi que l Institut de liaison et d études des industries de consommation (ci-après «ILEC») et PBMO Corporate. Concernant le secteur des produits d hygiène, ces opérations ont visé les sociétés Beiersdorf, Colgate-Palmolive, Georgia Pacific France, Vania Expansion SNC, Groupe Gillette France, Henkel France, Schwarzkopf, Lascad, L Oréal, Gemey Maybelline Garnier, Procter & Gamble France, Unilever France et Lever Fabergé France ainsi que l ILEC et l institut PBMO Corporate. 3. LA JONCTION DES AFFAIRES 06/0001F ET 06/0042F 13. Par décision du 23 octobre 2006 du rapporteur général du Conseil de la concurrence, les affaires 06/0001F et 06/0042F ont été jointes. 14. Un rapport administratif d enquête dans le secteur des produits d entretien ainsi que sur celui des produits d hygiène a été transmis le 3 juin 2008 au Conseil de la concurrence par le directeur général de la concurrence. 4. LES DEMANDES DE CLÉMENCE D HENKEL ET PROCTER & GAMBLE a) Les demandes de clémence d Henkel En ce qui concerne le secteur des produits d entretien 15. Le 28 avril 2008, le rapporteur général du Conseil de la concurrence a reçu une demande de clémence de la société Henkel France et de ses filiales concernant des pratiques d entente, prenant notamment la forme d échanges d informations confidentielles, mises en œuvre dans le secteur des produits d entretien. 10

11 16. Le 21 janvier 2009, le Conseil de la concurrence a rendu l avis de clémence n 09-AC-01 accordant à la société Henkel France le bénéfice conditionnel de la clémence pour les pratiques prenant la forme d échanges d informations confidentielles, avec une exonération partielle d amende de 10 à 20 %. En ce qui concerne le secteur des produits d hygiène 17. Le 28 avril 2008, le rapporteur général du Conseil de la concurrence a reçu une demande de clémence de la société Henkel dénonçant des pratiques d entente concernant uniquement les produits de douche et les produits d hygiène dentaire. 18. Par un avis n 10-AC-04 du 25 octobre 2010, l Autorité de la concurrence (ci-après «l Autorité») a rejeté cette demande au motif notamment qu Henkel n avait pas apporté d éléments de preuves suffisants pour établir l existence d une entente, concernant les produits de douche et les produits dentaires, distincte de l entente prenant la forme des échanges d informations dénoncés dans le secteur des produits d hygiène. 19. Le 24 juillet 2008, le rapporteur général du Conseil de la concurrence a reçu une nouvelle demande de clémence de la société Henkel concernant des pratiques d entente mises en œuvre dans le secteur des produits d hygiène. 20. Eu égard aux différents éléments apportés par Henkel, l Autorité, dans son avis n 11-AC-01 du 7 mars 2011, a accordé à Henkel une exonération partielle d amende comprise entre 20 et 30 %. b) La demande de clémence de Procter & Gamble 21. Le 26 septembre 2008, le rapporteur général du Conseil de la concurrence a reçu une demande de clémence de la société the Procter & Gamble Company et de ses filiales concernant des pratiques d entente mises en œuvre dans le secteur des produits d entretien. 22. En raison de l absence de valeur ajoutée des éléments apportés par l entreprise par rapport à ceux dont le Conseil disposait déjà, la demande de clémence de Procter & Gamble relative à des pratiques prenant la forme d échanges d informations confidentielles entre fournisseurs de produits d entretien a été rejetée. 5. TABLEAU RÉCAPITULATIF DES DEMANDES DE CLÉMENCE 23. Le tableau récapitulatif suivant présente les différents avis de clémence ainsi que le niveau envisagé de réduction d amende conditionnelle : Rang Secteur des produits d entretien Secteur des produits d hygiène 1 SC Johnson (100 %) Colgate-Palmolive (100 %) 2 Colgate-Palmolive (40 à 50 %) Henkel (20 à 30 %) 3 Henkel (10 à 20 %) / 11

12 6. LA DISJONCTION DES DOSSIERS 06/0001F ET 06/0042F ET L OUVERTURE DU DOSSIER 09/0007F CONCERNANT DES PRATIQUES MISES EN ŒUVRE DANS LE SECTEUR DES LESSIVES EN FRANCE 36. Par décision du 21 janvier 2009, le rapporteur général du Conseil de la concurrence a procédé à la disjonction des dossiers 06/0001F et 06/0042F, d une part, et à l ouverture du dossier 09/0007F, d autre part, dans lequel ont été versées les pièces du dossier portant sur des pratiques mises en œuvre dans le secteur des lessives en France. 37. Pour mémoire, le dossier 09/0007F a donné lieu à l adoption de la décision de l Autorité n 11-D-17 relative à des pratiques mises en œuvre dans le secteur des lessives en France, rendue le 8 décembre À l occasion de cette décision, Henkel, Colgate-Palmolive, Unilever et Procter & Gamble ont été sanctionnées pour avoir participé à une entente portant sur la fixation du prix des lessives standard en France, pour une période comprise entre le 18 septembre 1997 et le 1 er aout 2004 (septembre 2003 pour Colgate-Palmolive), pratique qui a été suspendue entre le mois d octobre 1998 et le 2 novembre Cette entente a consisté en la fixation, en commun, des écarts de prix entre les différentes gammes de lessives et des hausses de tarifs appliquées à ces différents produits ainsi qu en la coordination des politiques promotionnelles des différents participants à l entente. Cette décision a été entièrement confirmée par la cour d appel de Paris dans un arrêt du 30 janvier 2014 qui n a fait l objet d aucun pourvoi. Elle est désormais définitive. B. LES ENTREPRISES CONCERNÉES 38. Les pratiques en cause se sont déroulées dans deux secteurs distincts : 1) les produits d hygiène et de soins du corps et 2) les produits d entretien et les insecticides ménagers. Elles concernent uniquement les produits commercialisés dans les réseaux de grande distribution. Dans ce contexte, les entreprises mises en cause peuvent être réparties en trois catégories, selon qu elles sont actives, auprès des enseignes de la grande distribution, dans les deux secteurs (1), dans le seul secteur des produits d entretien (2) ou dans le seul secteur des produits d hygiène (3). 39. À cet égard, la classification de chacune des entreprises est faite par rapport à sa situation au moment des pratiques (entre 2003 et 2006). Ainsi, une entreprise qui a été, pendant tout ou partie de la période concernée par l instruction, active sur les deux secteurs concernés mais qui a, depuis, cédé ses actifs dans l intégralité d un des secteurs visés demeure considérée, dans les développements qui suivent, comme un acteur bisectoriel. 1. LES ENTREPRISES BISECTORIELLES 40. Les entreprises présentées ci-après étaient actives à la fois dans le secteur des produits d entretien et dans le secteur des produits d hygiène. a) Colgate-Palmolive 41. Fondé en 1806 aux États-Unis, Colgate-Palmolive est un groupe international de biens de grande consommation, qui commercialise ses produits dans plus de 200 pays et emploie environ personnes dans le monde. 12

13 42. Les produits fabriqués et commercialisés par Colgate-Palmolive dans les secteurs concernés par l instruction sont classés en trois catégories : l hygiène bucco-dentaire, le soin du corps et l entretien de la maison. Colgate-Palmolive commercialise ses produits au travers de marques dont les plus connues sont Colgate, Palmolive, Sanex, etc. Colgate- Palmolive est également actif dans la fabrication et la commercialisation d aliments diététiques pour animaux domestiques sous la marque Hill s, présente en France. 43. Colgate-Palmolive est coté à la bourse de New-York. En 2013, son chiffre d affaires mondial consolidé s est élevé à 17,420 milliards de dollars. 44. Concernant les principales filiales françaises du groupe, l activité de holding est dévolue à Colgate-Palmolive Services (RCS ). Son chiffre d affaires en 2012 s élevait à 46 millions d euros. La commercialisation des produits est dévolue à Colgate-Palmolive (RCS ) qui distribue notamment, en France, des produits d hygiène bucco-dentaire, des produits de soins du corps et des produits d entretien de la maison. Son chiffre d affaires en 2013 s élevait à environ 579 millions d euros. Le groupe dispose également d une filiale dénommée Colgate-Palmolive industriel (RCS : ). b) Henkel 45. Fondé en 1876 à Düsseldorf, Henkel est un groupe international actif dans 125 pays, qui emploie environ personnes. Henkel est aujourd hui présent dans trois grands secteurs d activité : les détergents, les cosmétiques et les adhésifs, avec des produits destinés aux particuliers et aux professionnels. Ils sont commercialisés sous les marques Vademecum, Diadermine, Fa, Mont Saint Michel, Bref, Somat, Mir, Persil 46. Henkel est coté à la bourse de Francfort. En 2013, le groupe a réalisé un chiffre d affaires mondial de 16,35 milliards d euros. 47. Henkel s est implanté en France en 1967, où il a développé ses trois secteurs d activités précités. Il emploie environ personnes sur le territoire français. 48. En France, Henkel est structuré autour de trois sociétés : - Henkel France SA (RCS : ), qui fournit des produits détergents, des produits cosmétiques et des adhésifs à destination des particuliers. En 2013, son chiffre d affaires s élevait à environ 742 millions d euros. - Schwarzkopf SAS (RCS : ), qui fournit des produits cosmétiques à destination des professionnels. En 2013, son chiffre d affaires s élevait à 47 millions d euros. - Henkel Technologies France SAS (RCS : ), qui fournit des technologies adhésives à destination des professionnels. En 2013, son chiffre d affaires s élevait à 275 millions d euros. c) Procter & Gamble 49. Créé aux Etats-Unis en 1837, Procter & Gamble est un groupe de dimension internationale présent dans le secteur des biens de consommation courante qui emploie environ personnes à travers le monde. 50. La tête de groupe, the Procter & Gamble Company, dont le siège social est situé aux États- Unis (Ohio), est cotée aux bourses de New York et de Paris. Lors du dernier exercice clos 13

14 au 30 juin 2013, le chiffre d affaires mondial consolidé hors taxe du groupe s est élevé à 84,2 milliards de dollars. 51. En France, le groupe est actif dans les secteurs des produits de lavage et d entretien de la maison, des produits d hygiène et de beauté, des produits alimentaires, des produits de parfumerie vendus en distribution sélective et des produits pharmaceutiques. Il emploie environ personnes. 52. Lors de l exercice fiscal 2012/2013, la holding française de Procter & Gamble (RCS : ) a réalisé un chiffre d affaires de 12,8 millions d euros. 53. Sa filiale Procter & Gamble France SAS (RCS : ) est dédiée à la commercialisation de produits de lavage, d entretien, de couches, de produits d hygiène-beauté, de rasage, d énergie portable, de petit électroménager et d alimentation. Lors de l exercice fiscal 2012/2013, elle a réalisé un chiffre d affaires de 1,71 milliard d euros. 54. Procter & Gamble a acquis la société Gillette en En France, la fusion entre les deux entreprises s est déroulée en plusieurs étapes. En novembre 2005, Groupe Gillette France est devenu une filiale de Procter & Gamble. En mars 2006, la structure commune a été mise en place (cote ). Enfin, la fusion des entreprises a été réalisée le 1 er janvier d) Unilever 55. Créé en 1930 en Grande-Bretagne, Unilever est un groupe actif dans 190 pays, qui emploie environ personnes. Il opère dans trois grands secteurs d activité : les détergents et produits d entretien de la maison, les produits d hygiène corporelle et de soins du corps et les produits alimentaires. Unilever détient un large portefeuille de marques de notoriété internationale, telles que Lipton, Dove, Knorr, Axe, Rexona, Cif, Skip, etc. 56. En 2013, le groupe Unilever a réalisé un chiffre d affaires mondial consolidé de 49,8 milliards d euros. 57. Les sociétés mères du groupe Unilever, Unilever NV et Unilever PLC sont cotées aux bourses de Londres (Unilever PLC), d Amsterdam (Unilever NV) et de New-York (Unilever NV et Unilever PLC). 58. Le groupe Unilever emploie environ personnes en France. 59. Jusqu en 2001, les produits du groupe étaient commercialisés en France par la société Lever. C est ensuite la société Lever Fabergé France, née de la fusion entre Lever et Elida Fabergé en 2001, qui a repris la commercialisation des produits du groupe jusqu en avril 2005, date à laquelle cette société (devenue Unilever France Home and Personal Care Société Industrielle, RCS : ) a confié son fonds de commerce en locationgérance à la société Unilever France (RCS : ). Cette dernière a réalisé, en 2013, un chiffre d affaires de 2,7 milliards d euros. e) Reckitt Benckiser 60. Créé en 1999, le groupe Reckitt Benckiser est issu de la fusion de la société allemande Benckiser et de la société britannique Reckitt & Colman. Présent dans près de 200 pays à travers le monde, le groupe emploie environ collaborateurs. Il est actif dans quatre secteurs : les produits d entretien de la maison, les produits d hygiène et de soins du corps, 14

15 et à titre secondaire, les produits alimentaires et les produits pharmaceutiques. Reckitt Benckiser commercialise des produits notamment sous les marques Air-Wick, Cillit Bang, Calgon, Calgonit, Harpic, Vanish dans le secteur des produits d entretien et sous les marques Scholl, Stéradent dans le secteur des produits d hygiène et de soins du corps. 61. Reckitt Benckiser est coté à la bourse de Londres. En 2013, le chiffre d affaires mondial du groupe s élevait à 10,043 milliards de livres. 62. En France, le groupe est l un des leaders sur le marché des produits d entretien de la maison. Il est également un acteur important sur le marché des produits d hygiène et des produits pharmaceutiques utilisés en automédication. Le groupe employait environ 700 personnes en Le groupe Reckitt Benckiser est présent, en France, par l intermédiaire de deux filiales. La société Reckitt Benckiser France (RCS : ) a réalisé un chiffre d affaires d environ 704 millions d euros en La société Reckitt Benckiser Healthcare France (RCS : ), en charge de l activité pharmaceutique du groupe, a réalisé un chiffre d affaires de 122 millions d euros en f) Sara Lee 64. Créé en 1939 aux États-Unis, le groupe Sara Lee a réalisé, en 2011, un chiffre d affaires d environ 6,5 milliards d euros. La structure du groupe a été récemment remodelée, au gré d un recentrage des activités du groupe dans le secteur alimentaire. 65. L essentiel de l activité du groupe a toujours concerné le secteur alimentaire, en particulier les boissons et les produits d épicerie. Toutefois, jusqu à la fin des années 2000, y compris à la période des pratiques concernées par l instruction, le groupe était également actif dans le secteur des produits d hygiène et dans celui de l entretien et des insecticides, notamment à travers les marques Sanex, Monsavon, Ambipur et Catch. Il s est progressivement désengagé de ces secteurs d activité. 66. À la suite du recentrage de Sara Lee dans le secteur alimentaire, le groupe s est scindé, en juillet 2012, en deux entités : Hillshire Brands Company pour ses activités en Amérique du Nord et D.E. Masters Blenders 1753 pour ses activités internationales dans le secteur du thé et du café. Le 28 août 2014, Hillshire Brands Company a fusionné avec Tyson Foods, Inc., groupe américain fondé en 1935, spécialisé dans l industrie alimentaire et plus spécifiquement les viandes, qui emploie salariés dans le monde et a réalisé, en 2013, un chiffre d affaires de 34,3 milliards de dollars. 67. En France, au cours de l année 2011, Sara Lee s est retiré du secteur des produits d hygiène et d entretien. La filiale qui était en charge des secteurs des produits d hygiène et d entretien, la société Sara Lee Household and Bodycare France (RCS : ), a été absorbée, le 1 er décembre 2011, après avoir cédé certaines de ses activités, par Colgate-Palmolive SAS qui appartient au groupe Colgate-Palmolive. L activité «désodorisants d intérieurs» a été cédée à Procter & Gamble en juillet 2010, l activité «cirage» et le fonds de commerce Pyrel (insecticides) ont été cédés à SC Johnson respectivement en avril et octobre 2011, l activité «hygiène-beauté» a été cédée à Unilever le 6 décembre 2010 et, en dernier lieu, le fonds de commerce Catch a été cédé à la société Eau Ecarlate en décembre

16 g) Laboratoires Vendôme 68. Créé en 1981 à Dijon, Laboratoires Vendôme est une entreprise spécialisée dans le secteur des produits d hygiène et de soins du corps. Malgré sa taille plus modeste, elle était, au cours de la période étudiée, l un des acteurs importants sur le marché français des produits d hygiène, grâce à ses marques Le Petit Marseillais et Prim âge. 69. En 2005, Laboratoires Vendôme a acquis la société Savonnerie et Parfumerie Bernard. Cette opération a permis à Laboratoires Vendôme de pénétrer le secteur des produits d entretien, grâce à l acquisition de produits vendus sous la marque «La Perdrix» ainsi que de lessives. La reprise, par Laboratoires Vendôme, de la commercialisation des produits d entretien acquis auprès de la société Savonnerie Bernard, remonte au 1 er juin 2005 (cote ). Laboratoires Vendôme s est aujourd hui désengagé de cette activité. 70. En 2011, à la suite de l acquisition de Laboratoires Vendôme par le groupe Johnson & Johnson, la société est devenue Johnson & Johnson Santé Beauté France (RCS : ). Elle emploie environ 850 personnes. En 2013, elle a réalisé un chiffre d affaires de 499 millions d euros. 71. Concernant le groupe Johnson & Johnson, auquel Laboratoires Vendôme est désormais rattaché, il est actif dans le secteur des produits pharmaceutiques et des produits d hygiène (sous les marques Roc, Neutrogena ) et a réalisé un chiffre d affaires de 71,3 milliards de dollars en 2013 (soit environ 53 milliards d euros). Il emploie environ salariés dans le monde. 2. LES ENTREPRISES MONOSECTORIELLES ACTIVES DANS LE SECTEUR DES PRODUITS D ENTRETIEN ET DES INSECTICIDES MÉNAGERS a) SC Johnson 72. Créé en 1886 aux États-Unis, le groupe SC Johnson est l un des leaders du marché des produits d entretien et des insecticides. Présent dans plus de 70 pays, le groupe emploie environ personnes dans le monde. Il a réalisé un chiffre d affaires annuel de plus de 7,35 milliards de dollars en juin SC Johnson s est implanté en France en 1931, sa filiale française, SC Johnson SAS (RCS : ), étant aujourd hui la deuxième filiale du groupe. En 2013, elle a réalisé un chiffre d affaires de 173,67 millions d euros. Elle emploie environ 150 personnes. 74. SC Johnson est un acteur majeur sur le segment des produits insecticides en France avec les marques Baygon et Raid. Il est également présent dans le secteur des produits d entretien, grâce aux marques Brise (Glade), K2R, Canard WC. b) Bolton Solitaire 75. Créé en Italie en 1949, le groupe Bolton est présent dans 125 pays et emploie plus de salariés. Il est actif sur différents marchés : l alimentaire (45 %), les produits d hygiène et de beauté (24 %), les produits d entretien (18 %) et les produits adhésifs (13 %). Il est présent grâce à une cinquantaine de marques leaders, dont Omino Bianco, Carolin, WC Net, UHU, Sanogyl Le groupe a réalisé en 2013 un chiffre d affaires de 1,52 milliards d euros. 16

17 76. En France, le groupe est actif par l intermédiaire de plusieurs filiales : Griffon France, Rogé Cavaillès, Saupiquet, UHU France et Bolton Solitaire (RCS : ). Cette dernière a réalisé un chiffre d affaires de 64,68 millions d euros en Elle emploie environ 75 collaborateurs. Jusqu en 2006, date à laquelle le groupe Bolton a acquis Sanogyl, Bolton Solitaire n était pas actif sur le marché des produits d hygiène. Ainsi, à l époque des faits, Bolton Solitaire n était actif, en France, que dans le secteur des produits d entretien, grâce notamment aux marques Omino Bianco, Carolin et WC net. 3. LES ENTREPRISES MONOSECTORIELLES ACTIVES DANS LE SECTEUR DES PRODUITS D HYGIÈNE ET DE SOINS POUR LE CORPS a) L Oréal 77. Créé en 1909 en France, le groupe L Oréal est présent dans 130 pays et emploie près de salariés dans le monde. L Oréal est le leader mondial des produits cosmétiques et a réalisé en 2013 un chiffre d affaires de 22,98 milliards d euros. L Oréal est coté à la bourse de Paris. Le groupe est actif à la fois sur le marché à destination des professionnels et sur le marché grand public. 78. En France, le groupe L Oréal est le leader sur le marché des produits cosmétiques. La division grand public du groupe est structurée autour de trois sociétés. L Oréal (RCS : ), maison mère du groupe L Oréal en France, emploie près de salariés. Elle a réalisé un chiffre d affaires de 2,78 milliards d euros en Elle gère les produits haut de gamme, vendus sous la marque L Oréal. La filiale Gemey Maybelline Garnier (RCS : ) est en charge des produits de milieu de gamme, vendus par exemple sous les marques Garnier et Gemey Maybelline. La filiale Lascad (RCS : ) est en charge des produits standards, vendus par exemple sous les marques Ushuaia, Narta, Mixa, Mennen ou Eau Jeune. b) Beiersdorf 79. Créé en 1882 en Allemagne, Beiersdorf est actif dans 150 pays et emploie environ personnes dans le monde. Le groupe Beiersdorf est présent sur le marché des produits d hygiène et de soins du corps, sa spécialité étant les soins de la peau. Les produits du groupe Beiersdorf sont vendus sous trois marques principales : Nivea, Eucerin (marque disponible en pharmacie) et la Prairie (marque très haut de gamme). Seule la marque Nivea est vendue dans la grande distribution. En 2013, le groupe Beiersdorf a réalisé un chiffre d affaires de 6,14 milliards d euros. Il est coté à la bourse de Francfort. 80. En France, le groupe Beiersdorf est représenté par deux sociétés. Beiersdorf SAS (RCS : ) a réalisé un chiffre d affaires annuel de 249 millions d euros en Elle emploie environ 300 personnes. Le groupe est également présent par l intermédiaire de la société Beiersdorf Holding France SARL (RCS : ). c) Gillette 81. Le groupe Gillette était actif sur le marché des produits d hygiène et de soins du corps jusqu en octobre 2005, date à laquelle Gillette et Procter & Gamble ont fusionné aux États- Unis. En France, Gillette a été définitivement incorporée au groupe Procter & Gamble à la 17

18 suite de l absorption de la société Groupe Gillette France par Procter & Gamble France le 1 er janvier Gillette commercialisait des produits de rasage, des produits destinés à l hygiène buccodentaire, par l intermédiaire de la marque Oral-B et des produits de soins commercialisés sous la marque Gillette. 83. En France, le groupe était actif à travers la société Groupe Gillette France (RCS : ). Elle a été radiée du registre du commerce et des sociétés le 23 janvier 2007, après son absorption par la société Procter & Gamble France. À la suite de l acquisition de Gillette par Procter & Gamble, l intégralité des activités du groupe a été transférée à Procter & Gamble. d) Vania 84. La société Vania Expansion (RCS : ) commercialisait, à l époque des pratiques, en France, des produits d hygiène féminine ainsi que d autres produits de soins du corps. En 2013, elle a réalisé un chiffre d affaires de euros. 85. Initialement détenue à 50 % par la société Georgia Pacific France et à 50 % par le groupe Johnson & Johnson, Vania a été acquise intégralement en 2009 par le groupe Johnson & Johnson, dont l activité a été présentée ci-dessus. C. LES SECTEURS CONCERNÉS 1. DÉFINITION GÉNÉRALE DES SECTEURS CONCERNÉS 86. Les entreprises visées sont actives dans le secteur de l approvisionnement en produits d hygiène et de soins pour le corps des enseignes de la grande distribution (ci-après «le secteur de l hygiène» ou le «secteur de l approvisionnement en produit d hygiène») et/ou dans le secteur de l approvisionnement en produits d entretien et en insecticides ménagers des enseignes de la grande distribution (ci-après «le secteur de l entretien» ou le «secteur de l approvisionnement en produit d entretien»). 87. Les pratiques ont exclusivement concerné la commercialisation de produits de ces deux secteurs aux réseaux de la grande distribution (essentiellement hypermarchés et supermarchés). a) Secteur de l hygiène 88. Plusieurs éléments permettent de distinguer le secteur des produits d hygiène. 89. Tout d abord, le Conseil de la concurrence a indiqué, dans une décision de 2008, qu il existait un secteur des produits cosmétiques et d hygiène corporelle définis par l article L du code de la santé publique 1. 1 Décision n 08-D-25 du 29 octobre 2008 relative à des pratiques mises en œuvre dans le secteur de la distribution de produits cosmétiques et d hygiène corporelle vendus sur conseils pharmaceutiques, paragraphe 5. 18

19 90. À l époque des faits, cet article disposait : «on entend par produit cosmétique toute substance ou préparation destinée à être mise en contact avec les diverses parties superficielles du corps humain, notamment l'épiderme, les systèmes pileux et capillaire, les ongles, les lèvres et les organes génitaux externes, ou avec les dents et les muqueuses buccales, en vue, exclusivement ou principalement, de les nettoyer, de les parfumer, d'en modifier l'aspect, de les protéger, de les maintenir en bon état ou de corriger les odeurs corporelles». Cette définition modifiée, à la marge, par la loi du 5 janvier 2011, est complétée par l arrêté du 30 juin 2000 qui dresse, à son article 1 er, une liste non exhaustive des produits cosmétiques, dont le contenu montre la singularité des produits d hygiène par rapport aux produits d entretien. 91. Ensuite, dans les décisions des autorités de concurrence concernant le marché de l approvisionnement de la grande distribution, adoptées tant au niveau européen que français 2, l approvisionnement en produits de parfumerie et d hygiène a été identifié comme un marché de produits distinct. 92. Enfin, l autonomie du secteur de l hygiène se reflète dans le déroulement des négociations entre fournisseurs et distributeurs. Au sein des enseignes, les personnes en charge des négociations concernant les produits d hygiène constituent les principaux interlocuteurs des fournisseurs du secteur de l hygiène. Ces derniers ne négocient donc pas avec les personnes en charge des produits d entretien, les négociateurs étant en charge de l un ou l autre des secteurs à titre exclusif. b) Secteur de l entretien 93. Plusieurs éléments permettent de distinguer le secteur des produits d entretien. 94. Tout d abord, la recommandation CEE n 89/542 du 13 septembre 1989 concernant l'étiquetage des détergents et des produits d'entretien singularise les produits d entretien en les définissant comme «les produits qui sont conçus pour le lavage, ou le nettoyage, ou intervenant dans de tels processus (tels que les produits présentant des principes de récurage, de rinçage, de prélavage et de trempage) et dont on sait qu ils risquent d être déversés dans l environnement aquatique après leur utilisation». 95. Ensuite, les décisions des autorités de concurrence concernant le marché de l approvisionnement de la grande distribution, adoptées tant au niveau français qu européen, identifient un marché de produits distinct de l approvisionnement en produits de droguerie Enfin, les panelistes et les distributeurs identifient également un secteur de la droguerie (autrement appelé secteur de l entretien). En particulier, en ce qui concerne les distributeurs, l autonomie du secteur de l entretien se reflète dans le déroulement des négociations : les enseignes regroupent l intégralité des produits de grande consommation 2 Décision M/2115 de la Commission européenne du 28 septembre 2000, Carrefour/GB, point 8. Voir également les décisions de l Autorité de la concurrence n 11-DCC-134 du 2 septembre 2011 relative à la prise de contrôle exclusif d'actifs du groupe Louis Delhaize par la société Groupe Bernard Hayot, paragraphe 18 et n 10-D-08 du 3 mars 2010 relative à des pratiques mises en œuvre par Carrefour dans le secteur du commerce d alimentation générale de proximité, paragraphe Décision M/2115 de la Commission européenne du 28 septembre 2000, Carrefour/GB, point 8. Voir également les décisions de l Autorité de la concurrence n 11-DCC-134 du 2 septembre 2011 relative à la prise de contrôle exclusif d'actifs du groupe Louis Delhaize par la société Groupe Bernard Hayot, paragraphe 18 et n 10-D-08 du 3 mars 2010 relative à des pratiques mises en œuvre par Carrefour dans le secteur du commerce d alimentation générale de proximité, paragraphe

20 destinés à «l entretien de la maison». En outre, les personnes en charge des négociations concernant les produits d entretien constituent les interlocuteurs principaux des fournisseurs du secteur de l entretien, à l exclusion des personnes en charge de la négociation dans le secteur de l hygiène. 2. L OFFRE DE PRODUITS D HYGIÈNE ET D ENTRETIEN À LA GRANDE DISTRIBUTION 97. Malgré l existence d entreprises actives sur les deux secteurs, il existe des différences entre les caractéristiques de l offre de produits d hygiène (a) et celle de produits d entretien (b). a) Caractéristiques de l offre dans le secteur de l hygiène 98. Le secteur de l hygiène occupe une place non négligeable dans les dépenses des consommateurs français. Ces derniers dépensent en moyenne 190 euros dans les produits de cosmétologie et d'hygiène par an (cote ). Une très grande partie de ces achats est effectuée dans la grande distribution qui représentait à elle seule plus de 90 % des débouchés des industriels du secteur en 2004 (cote ). Le chiffre d affaires total du secteur de l hygiène était, en 2006, supérieur à 5 milliards d euros (cote ). 99. Au sein du secteur de l hygiène, plusieurs catégories de produits peuvent être distinguées, sur lesquelles ont porté les pratiques des mises en cause, et notamment les suivantes : brosses à dents, dentifrices, déodorants, gels douches, hygiène féminine, lames et rasoirs manuels, maquillages, shampooings, etc À titre liminaire, il convient de préciser que l offre de produits dans le secteur de l hygiène est réglementée, en application des dispositions du code de la santé publique (articles L et suivants). La commercialisation de produits d hygiène est subordonnée à une déclaration faite, à la date des pratiques, à l Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé. Il existe également des règles spécifiques portant sur le conditionnement et l information du consommateur En premier lieu, le secteur de l hygiène est caractérisé par la présence de grandes entreprises, dotées d une forte notoriété, qui sont spécialisées dans le secteur de la beauté, comme le groupe L Oréal ou Beiersdorf, ou qui appartiennent à des grands groupes diversifiés, à l instar d Unilever ou de Procter & Gamble (cote ) Les parts de marché des acteurs du secteur des produits d hygiène, au moment des pratiques, figurent dans le tableau saisi chez Lascad (cote ), reproduit ci-dessous : Parts de marché 2004 (en valeur) Parts de marché 2005 (en valeur) Category Total Hyg Beauté TOTAL Groupe L Oréal L Oréal Paris Gemey Maybelline Garnier Lascad Lever Fabergé BDF - Nivéa Estimation des parts de marché au 03/06 (en valeur) 20

Décision n 11-D-17 du 8 décembre 2011 relative à des pratiques mises en œuvre dans le secteur des lessives

Décision n 11-D-17 du 8 décembre 2011 relative à des pratiques mises en œuvre dans le secteur des lessives RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-D-17 du 8 décembre 2011 relative à des pratiques mises en œuvre dans le secteur des lessives Le texte de la décision mise en ligne le 8 décembre 2011 sur le site de l

Plus en détail

Décision n 15-DCC-01 du 19 Janvier 2015 relative à la prise de contrôle exclusif du groupe Bourjois par la société Coty Inc

Décision n 15-DCC-01 du 19 Janvier 2015 relative à la prise de contrôle exclusif du groupe Bourjois par la société Coty Inc RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 15-DCC-01 du 19 Janvier 2015 relative à la prise de contrôle exclusif du groupe Bourjois par la société Coty Inc L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification

Plus en détail

SOMMAIRE 1 CADRE GENERAL DU MARCHE... 9 2 LA DEMANDE GLOBALE... 13 3 L APPROCHE DU MARCHE... 27 4 LES CONSEILS PRATIQUES... 35 5 ANNEXES...

SOMMAIRE 1 CADRE GENERAL DU MARCHE... 9 2 LA DEMANDE GLOBALE... 13 3 L APPROCHE DU MARCHE... 27 4 LES CONSEILS PRATIQUES... 35 5 ANNEXES... SOMMAIRE 1 CADRE GENERAL DU MARCHE... 9 1.1 PANORAMA DE L ECONOMIE ET PRESENCE FRANCAISE...9 1.2 GENERALITES DU SECTEUR...11 2 LA DEMANDE GLOBALE... 13 2.1 LES GRANDES TENDANCES DE LA CONSOMMATION...13

Plus en détail

Communiqué du 16 mai 2011 relatif à la méthode de détermination des sanctions pécuniaires

Communiqué du 16 mai 2011 relatif à la méthode de détermination des sanctions pécuniaires RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Communiqué du 16 mai 2011 relatif à la méthode de détermination des sanctions pécuniaires I. Les dispositions applicables à la détermination des sanctions pécuniaires 1. Le deuxième

Plus en détail

Décision n 10-DCC-42 du 25 mai 2010 relative à l acquisition par la société 3 Suisses International SA de certains actifs de la société La Source

Décision n 10-DCC-42 du 25 mai 2010 relative à l acquisition par la société 3 Suisses International SA de certains actifs de la société La Source RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-42 du 25 mai 2010 relative à l acquisition par la société 3 Suisses International SA de certains actifs de la société La Source L Autorité de la concurrence, Vu le

Plus en détail

Projet d'engagements de Henkel dans le cadre d'une procédure de non-contestation de griefs dans les affaires n 06/OOOlF et 06/0042F

Projet d'engagements de Henkel dans le cadre d'une procédure de non-contestation de griefs dans les affaires n 06/OOOlF et 06/0042F 3 Projet du 2l août 20 13 Projet d'engagements de Henkel dans le cadre d'une procédure de non-contestation de griefs dans les affaires n 06/OOOlF et 06/0042F Au cours de l'année 2008 et à la suite des

Plus en détail

Communiqué de procédure du 10 février 2012 relatif à la non-contestation des griefs

Communiqué de procédure du 10 février 2012 relatif à la non-contestation des griefs RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Communiqué de procédure du 10 février 2012 relatif à la non-contestation des griefs La procédure de non-contestation des griefs est une possibilité donnée aux entreprises et aux organismes

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 15-DCC-07 du 5 Février 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Sodimodis Hypermarché par la société Carrefour Hypermarchés L Autorité de la concurrence,

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-178 du 13 décembre 2011 relative à la prise de contrôle conjoint par la Caisse des Dépôts et Consignations et CNP Assurances de la société Malthazar SAS L Autorité

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 10 bis du 22 décembre 2008 C2008-101 / Lettre du ministre de l économie, de l industrie et de l emploi du 13 octobre

Plus en détail

I. Les entreprises concernées

I. Les entreprises concernées RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 09-DCC-22 du 20 juillet 2009 relative à la prise de contrôle conjoint de la société Groupe Arthur Bonnet par les sociétés Snaidero et Nobilia L Autorité de la concurrence,

Plus en détail

Décision n 15-DCC-47 du 5 mai 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de la société GPA Courtepaille par la société ICG

Décision n 15-DCC-47 du 5 mai 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de la société GPA Courtepaille par la société ICG RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 15-DCC-47 du 5 mai 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de la société GPA Courtepaille par la société ICG L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification

Plus en détail

dossier Des PME très actives vers la grande distribution Un taux d investissement assez important Des PME très présentes dans l alimentaire Avril 2003

dossier Des PME très actives vers la grande distribution Un taux d investissement assez important Des PME très présentes dans l alimentaire Avril 2003 dossier Avril 2003 Des PME très actives vers la grande distribution Un taux d investissement assez important Des PME très présentes dans l alimentaire La grande distribution occupe une place prépondérante

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 07-D-37 du 7 novembre 2007 relative à une saisine de l Association de défense, d éducation et d information du consommateur (ADEIC) à l encontre de pratiques mises en œuvre

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 9 bis du 25 novembre 2008 C2008-85 / Lettre du ministre de l économie, de l industrie et de l emploi du 15 septembre

Plus en détail

Décision n 14-DCC-149 du 13 octobre 2014 relative à la fusion du groupe AG2R La Mondiale et de la mutuelle ViaSanté

Décision n 14-DCC-149 du 13 octobre 2014 relative à la fusion du groupe AG2R La Mondiale et de la mutuelle ViaSanté RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 14-DCC-149 du 13 octobre 2014 relative à la fusion du groupe AG2R La Mondiale et de la mutuelle ViaSanté L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification adressé

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-193 du 22 décembre 2011 relative à la prise de contrôle conjoint par la Caisse des Dépôts et Consignations et CNP Assurances de l immeuble à usage de bureaux «Le

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 1 bis du 25 janvier 2008 C2007-154 / Lettre du ministre de l économie, des finances et de l emploi du 3 décembre

Plus en détail

Décision n 14-DCC-63 du 9 mai 2014 relative à la création de Pipeline Inspection Company par le groupe Onet et l Institut de Soudure Industrie

Décision n 14-DCC-63 du 9 mai 2014 relative à la création de Pipeline Inspection Company par le groupe Onet et l Institut de Soudure Industrie RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 14-DCC-63 du 9 mai 2014 relative à la création de Pipeline Inspection Company par le groupe Onet et l Institut de Soudure Industrie L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

Décision n 10-DCC-68 du 9 juillet 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Cenpac par le groupe Raja

Décision n 10-DCC-68 du 9 juillet 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Cenpac par le groupe Raja RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-68 du 9 juillet 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Cenpac par le groupe Raja L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification

Plus en détail

Décision n 11-DCC-141 du 21 septembre 2011 relative à la prise de contrôle exclusif de certains actifs du groupe Gergonne par le groupe 3M

Décision n 11-DCC-141 du 21 septembre 2011 relative à la prise de contrôle exclusif de certains actifs du groupe Gergonne par le groupe 3M RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-141 du 21 septembre 2011 relative à la prise de contrôle exclusif de certains actifs du groupe Gergonne par le groupe 3M L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

Décision n 14-DCC-166 du 13 novembre 2014 relative à la prise de contrôle exclusif par Klépierre SA de Corio NV

Décision n 14-DCC-166 du 13 novembre 2014 relative à la prise de contrôle exclusif par Klépierre SA de Corio NV RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 14-DCC-166 du 13 novembre 2014 relative à la prise de contrôle exclusif par Klépierre SA de Corio NV L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification adressé

Plus en détail

T : +33 1 47 38 55 00 F : +33 1 47 38 55 55 info@cms-bfl.com www.cms-bfl.com Neuilly-sur-Seine, le 14 décembre 2011

T : +33 1 47 38 55 00 F : +33 1 47 38 55 55 info@cms-bfl.com www.cms-bfl.com Neuilly-sur-Seine, le 14 décembre 2011 CMS Bureau Francis Lefebvre 1-3 Villa Emile Bergerat, 92522 Neuilly-sur-Seine Cedex, France T : +33 1 47 38 55 00 F : +33 1 47 38 55 55 info@cms-bfl.com www.cms-bfl.com Neuilly-sur-Seine, le 14 décembre

Plus en détail

I. Constatations. Adopte la décision suivante :

I. Constatations. Adopte la décision suivante : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 05-D-06 du 23 février 2005 relative à une saisine de la société Studio 26 à l encontre des sociétés Rossimoda, Marc Jacob s International, LVMH Fashion Group et LVMH Fashion

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 8 bis du 26 octobre 2007 C2007-49 / Lettre du ministre de l économie, des finances et de l emploi du 21 août 2007,

Plus en détail

Décision n 09-DCC-79 du 16 décembre 2009 relative à l acquisition de la société SAS Carte Bleue par la société Visa Europe Limited

Décision n 09-DCC-79 du 16 décembre 2009 relative à l acquisition de la société SAS Carte Bleue par la société Visa Europe Limited RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 09-DCC-79 du 16 décembre 2009 relative à l acquisition de la société SAS Carte Bleue par la société Visa Europe Limited L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification

Plus en détail

Décision n 13-DCC-10 du 25 janvier 2013 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Airlinair SA par la société Air France-KLM

Décision n 13-DCC-10 du 25 janvier 2013 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Airlinair SA par la société Air France-KLM RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 13-DCC-10 du 25 janvier 2013 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Airlinair SA par la société Air France-KLM L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

Décision n 10-DCC-157 du 5 novembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Lehwood Montparnasse SAS par la société Doria SAS

Décision n 10-DCC-157 du 5 novembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Lehwood Montparnasse SAS par la société Doria SAS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-157 du 5 novembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Lehwood Montparnasse SAS par la société Doria SAS L Autorité de la concurrence, Vu le

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 1 bis du 25 janvier 2008 C2007-157 / Lettre du ministre de l économie, des finances et de l emploi du 12 décembre

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-156 du 24 octobre 2011 relative à la fusion par absorption des mutuelles Adrea Mutuelle (mutuelle absorbante), Adrea Mutuelle Bourgogne, Adrea Mutuelle Pays de Savoie,

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-163 du 9 novembre 2011 relative à la prise de contrôle exclusif par les sociétés SMABTP et l Auxiliaire d un portefeuille de contrats d assurances de flottes de véhicules

Plus en détail

Décision n 15-DCC-126 du 17 septembre 2015 relative à la prise de contrôle exclusif des sociétés du groupe Imexso par Alcopa

Décision n 15-DCC-126 du 17 septembre 2015 relative à la prise de contrôle exclusif des sociétés du groupe Imexso par Alcopa RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 15-DCC-126 du 17 septembre 2015 relative à la prise de contrôle exclusif des sociétés du groupe Imexso par Alcopa L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 12-DCC-111 du 3 août 2012 relative à la fusion par absorption des mutuelles Harmonie Mutualité, Mutuelle Existence, Prévadiès, Santévie, Santévie MP et Spheria Valde-France

Plus en détail

Décision n 12-DCC-163 du 29 novembre 2012 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Natixis Financement par le groupe BPCE

Décision n 12-DCC-163 du 29 novembre 2012 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Natixis Financement par le groupe BPCE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 12-DCC-163 du 29 novembre 2012 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Natixis Financement par le groupe BPCE L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 4 du 14 mars 2006 Décision n 05-D-31 du conseil de la concurrence du 22 juin 2005 relative à des pratiques mises

Plus en détail

Le droit de la concurrence au service des entreprises

Le droit de la concurrence au service des entreprises Le droit de la concurrence au service des entreprises édité par : Le Conseil de la concurrence www.concurrence.lu 2013 index 1 2 3 Le droit de la concurrence au Luxembourg L autorité de concurrence luxembourgeoise

Plus en détail

Cas n IV/M.312 - SANOFI / YVES ST LAURENT. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS

Cas n IV/M.312 - SANOFI / YVES ST LAURENT. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS FR Cas n IV/M.312 - SANOFI / YVES ST LAURENT Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe 1, point b) NON-OPPOSITION

Plus en détail

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ;

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ; Décision n 2013-331 QPC du 5 juillet 2013 (Société Numéricâble SAS et autre) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 29 avril 2013 par le Conseil d État (décision n 356976 du 29 avril 2013), dans les

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 9 bis du 25 novembre 2008 C2008-61 / Lettre du ministre de l économie, de l industrie et de l emploi du 31 juillet

Plus en détail

! " #$%& ' ( ) ) * # +, )-.//01, 2 3 " 4

!  #$%& ' ( ) ) * # +, )-.//01, 2 3  4 ! " #$%& '()) *# +,)-.//01,2 3 "4 6 2 7 7, 27 #47#889:88 $, 4,.;5.;5.;5

Plus en détail

Décision n 10-DCC-128 du 30 septembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de Sodelem par le CIC

Décision n 10-DCC-128 du 30 septembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de Sodelem par le CIC RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-128 du 30 septembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de Sodelem par le CIC L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification adressé complet

Plus en détail

CHAPITRE 1: LE MARCHÉ DES COSMÉTIQUES NATURELS ET BIO...13

CHAPITRE 1: LE MARCHÉ DES COSMÉTIQUES NATURELS ET BIO...13 SOMMAIRE CHAPITRE 1: LE MARCHÉ DES COSMÉTIQUES NATURELS ET BIO...13 1 INGRÉDIENTS NATURELS ET BIO...15 1.1 La nomenclature INCI...15 1.2 Les ingrédients...16 1.3 Distribution des ingrédients...17 1.4 Les

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 14-DCC-193 du 24 décembre 2014 relative à la prise de contrôle conjoint d un ensemble immobilier à Nice par la Caisse des Dépôts et Consignations et par la société Immo

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 4 du 14 mars 2006 Décision n 05-D-52 du conseil de la concurrence du 5 octobre 2005 relative à des pratiques mises

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 12-DCC-134 du 20 septembre 2012 relative à la prise de contrôle exclusif des sociétés Didier Guérin SAS et Guérin Belle Epine SAS par la Société Anonyme des Galeries Lafayette

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 4 du 14 mars 2006 C2005-49 / Lettre du ministre de l économie, des finances et de l industrie en date du 5 juillet

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 09-DCC-46 du 28 septembre 2009 relative à la prise en location-gérance par la société Distribution Casino France d un hypermarché détenu par la société Doremi L Autorité

Plus en détail

Décision n 10-DCC-20 du 24 février 2010 relative à l acquisition de ADT France par le groupe Stanley Works

Décision n 10-DCC-20 du 24 février 2010 relative à l acquisition de ADT France par le groupe Stanley Works RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-20 du 24 février 2010 relative à l acquisition de ADT France par le groupe Stanley Works L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification adressé complet

Plus en détail

L INDUSTRIE COSMéTIQUE AU ROYAUME-UNI

L INDUSTRIE COSMéTIQUE AU ROYAUME-UNI Chambre de Commerce Française de Grande-Bretagne Lincoln House, 300 High Holborn, London WC1V 7JH L INDUSTRIE COSMéTIQUE AU ROYAUME-UNI NOTE SECTORIELLE Copyright Tous droits de reproduction réservés,

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 05-D-44 du 21 juillet 2005 relative à des pratiques mises en œuvre par le groupe La Provence (anciennement dénommé Le Provençal) dans le secteur de la publicité dans la

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-14 du 17 février 2010 relative à la prise de contrôle conjoint de la société Stradis SAS par les sociétés Corlam SAS et ITM Alimentaire Ouest (Groupe ITM Entreprises)

Plus en détail

Décision n 13-DCC-78 du 28 juin 2013 relative à la prise de contrôle conjoint par la société Faurecia SA d actifs de la société Continental AG

Décision n 13-DCC-78 du 28 juin 2013 relative à la prise de contrôle conjoint par la société Faurecia SA d actifs de la société Continental AG RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 13-DCC-78 du 28 juin 2013 relative à la prise de contrôle conjoint par la société Faurecia SA d actifs de la société Continental AG L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 12-DCC-148 du 18 octobre 2012 relative à la prise de contrôle exclusif par la société Renault Trucks Defense de la société Auverland Général Défense L Autorité de la concurrence,

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 14-DCC-32 du 11 mars 2014 relative à la prise de contrôle exclusif des sociétés Vinci Facilities Operations Services France, Energie Sécurité, Faceo Sécurité Prévention

Plus en détail

Etude de marché «Les produits cosmétiques en Tunisie» Octobre 2010

Etude de marché «Les produits cosmétiques en Tunisie» Octobre 2010 Etude de marché «Les produits cosmétiques en Tunisie» Octobre 2010 1 TBC Partners est un nouvel acteur dans le domaine des enquêtes et des études de marché. Notre équipe est composée de chercheurs et de

Plus en détail

Décision n 15-DCC-72 du 18 juin 2015 relative à la prise de contrôle exclusif d Altergis SAS par Veolia Environnement SA

Décision n 15-DCC-72 du 18 juin 2015 relative à la prise de contrôle exclusif d Altergis SAS par Veolia Environnement SA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 15-DCC-72 du 18 juin 2015 relative à la prise de contrôle exclusif d Altergis SAS par Veolia Environnement SA L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification

Plus en détail

Délibération n 2006-281 du 14 décembre 2006 sanctionnant la société Tyco Healthcare France

Délibération n 2006-281 du 14 décembre 2006 sanctionnant la société Tyco Healthcare France Commission nationale de l informatique et des libertés Délibération n 2006-281 du 14 décembre 2006 sanctionnant la société Tyco Healthcare France La Commission nationale de l informatique et des libertés,

Plus en détail

I. Les entreprises concernées

I. Les entreprises concernées RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-12 du 1 er février 2011 relative à la création d une Union Mutualiste de Groupe par les groupes MGEN, MNH, la MNT, la MGET et la MAEE L Autorité de la concurrence,

Plus en détail

L Autorité de la concurrence (commission permanente) ;

L Autorité de la concurrence (commission permanente) ; RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 14-D-05 du 13 juin 2014 relative à des pratiques mises en œuvre dans le secteur de la téléphonie mobile à destination de la clientèle résidentielle à La Réunion et à Mayotte

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 10 bis du 22 décembre 2008 C2008-99 / Lettre du ministre de l économie, de l industrie et de l emploi du 7 octobre

Plus en détail

Décision n 12-DCC-107 du 13 août 2012 relative à l acquisition de la société Savoie Métal Toiture SAS par la société Decaber SA

Décision n 12-DCC-107 du 13 août 2012 relative à l acquisition de la société Savoie Métal Toiture SAS par la société Decaber SA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 12-DCC-107 du 13 août 2012 relative à l acquisition de la société Savoie Métal Toiture SAS par la société Decaber SA L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 12-DCC-181 du 27 décembre 2012 relative à l affiliation de la Mutuelle Générale de l Économie, des Finances et de l Industrie (MGEFI) à l union mutualiste de groupe Istya

Plus en détail

Décision n 15-DCC-58 du 26 mai 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de ProwebCE par Edenred France SAS

Décision n 15-DCC-58 du 26 mai 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de ProwebCE par Edenred France SAS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 15-DCC-58 du 26 mai 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de ProwebCE par Edenred France SAS L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification adressé

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. Vu la requête, enregistrée le 29 mai 2012, présentée pour Mme C...A..., demeurant..., par MeD...

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. Vu la requête, enregistrée le 29 mai 2012, présentée pour Mme C...A..., demeurant..., par MeD... Le : 06/07/2015 Cour Administrative d Appel de Marseille N 12MA02147 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 M. MARTIN, président M. Georges GUIDAL, rapporteur M. RINGEVAL, rapporteur public

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 15-DCC-02 du 22 janvier 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de l activité support aux utilisateurs et aux postes de travail des sociétés Atos A2B et Atos Infogérance

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 13-DCC-73 du 26 juin 2013 relative à la constitution par les mutuelles Harmonie Mutuelle, Mutuelle Nationale de l Aviation Marine, Mutuelle SMAR, Mutuelle de Mare Gaillard

Plus en détail

Amplitude Surgical annonce son introduction en bourse sur le marché réglementé d Euronext à Paris

Amplitude Surgical annonce son introduction en bourse sur le marché réglementé d Euronext à Paris Amplitude Surgical annonce son introduction en bourse sur le marché réglementé d Euronext à Paris Offre d un montant de 100,0 millions d euros, pouvant être porté à environ 109,3 millions d euros en cas

Plus en détail

COSMÉTIQUES ET SOINS PERSONNELS

COSMÉTIQUES ET SOINS PERSONNELS ... Ministère de l Économie, de l Innovation et des Exportations PROFIL INDUSTRIEL COSMÉTIQUES ET SOINS PERSONNELS Ce rapport a été réalisé par le ministère de l Économie, de l Innovation et des Exportations

Plus en détail

TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX. Le vice-président, juge des référés

TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX. Le vice-président, juge des référés 27/07 2011 16:36 FAX 0556995879 TRIBUNAL AOMIN BORDEAUX (g) 003/007 N _ TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX bm R ÉPU BLIQ U E FRANÇAISE M. M, Chemin Vice-président Juge des référés Audience du 27 juillet

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 24/10/2012 Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 07BX02490 Inédit au recueil Lebon 3ème chambre (formation à 3) Mme FLECHER-BOURJOL, président Mme Françoise LEYMONERIE, rapporteur M. VIE, commissaire

Plus en détail

2 ) de mettre à la charge de l Etat une somme de 3 000 euros au titre de l article L. 761-1 du code de justice administrative ;

2 ) de mettre à la charge de l Etat une somme de 3 000 euros au titre de l article L. 761-1 du code de justice administrative ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N 1200562 SOCIETE LVMH MOET HENNESSY LOUIS VUITTON M. Ouillon Rapporteur Mme Restino Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 8 bis du 26 octobre 2007 C2007-90 / Lettre du ministre de l économie, des finances et de l emploi du 27 août 2007,

Plus en détail

Restructuration d entreprises et pratiques anticoncurrentielles

Restructuration d entreprises et pratiques anticoncurrentielles Restructuration d entreprises et pratiques anticoncurrentielles Atelier de la DGCCRF du 23 juin 2014 Christophe LEMAIRE Avocat à la Cour Maître de conférences à l Ecole de droit de la Sorbonne AUSTRALIA

Plus en détail

Décision n 12-DCC-184 du 27 décembre 2012 relative à la prise de contrôle exclusif de la société RP Diffusion par la société Financière de Plouguiel

Décision n 12-DCC-184 du 27 décembre 2012 relative à la prise de contrôle exclusif de la société RP Diffusion par la société Financière de Plouguiel RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 12-DCC-184 du 27 décembre 2012 relative à la prise de contrôle exclusif de la société RP Diffusion par la société Financière de Plouguiel L Autorité de la concurrence, Vu

Plus en détail

CENTRE DE POLITIQUE ET D ADMINISTRATION FISCALES

CENTRE DE POLITIQUE ET D ADMINISTRATION FISCALES ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES MÉTHODES DE DÉTERMINATION DES PRIX DE TRANSFERT JUILLET 2010 Avertissement: Ce document, préparé par le Secrétariat de l OCDE, n a pas de valeur

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-172 du 29 novembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Crédit Foncier et Communal d Alsace et de Lorraine Banque par la société Crédit Mutuel

Plus en détail

Fiche thématique n 9 Les infractions au code de la consommation et au droit de la concurrence en 2012

Fiche thématique n 9 Les infractions au code de la consommation et au droit de la concurrence en 2012 Les infractions au code de la consommation et au droit de la concurrence en 2012 Principaux enseignements En 2012, les enquêteurs de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la

Plus en détail

Décision n 10-DCC-88 du 4 août 2010 relative à la prise de contrôle conjoint de la société Nico par la société Machal

Décision n 10-DCC-88 du 4 août 2010 relative à la prise de contrôle conjoint de la société Nico par la société Machal RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-88 du 4 août 2010 relative à la prise de contrôle conjoint de la société Nico par la société Machal L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification adressé

Plus en détail

Communiqué de procédure relatif aux engagements devant le Conseil de la concurrence. Projet

Communiqué de procédure relatif aux engagements devant le Conseil de la concurrence. Projet RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Communiqué de procédure relatif aux engagements devant le Conseil de la concurrence Projet I. Base légale 1. L article 5 du règlement n 1/2003 du Conseil du 16 décembre 2002, relatif

Plus en détail

Décision n 13-DCC-106 du 6 août 2013 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Warner Chilcott plc par la société Actavis, Inc.

Décision n 13-DCC-106 du 6 août 2013 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Warner Chilcott plc par la société Actavis, Inc. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 13-DCC-106 du 6 août 2013 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Warner Chilcott plc par la société Actavis, Inc. L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

Le secteur de la restauration commerciale : données économiques, évolution des prix et du nombre de plaintes du secteur

Le secteur de la restauration commerciale : données économiques, évolution des prix et du nombre de plaintes du secteur N 28 juillet 2014 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Auteur : Nicolas ROUX 1 Le secteur de la

Plus en détail

Séance du 27 septembre 2012 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 3/2012).

Séance du 27 septembre 2012 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 3/2012). DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES SERVICE JURIDIQUE DE LA FISCALITE Sous-direction du contentieux des impôts des professionnels Bureau JF 2 B 86, allée de Bercy - Teledoc 944 75572 PARIS cedex

Plus en détail

La loi de modernisation de l économie

La loi de modernisation de l économie 1/5 Cette loi est une nouvelle étape de l action réformatrice conduite par le gouvernement depuis le printemps 2007. Une action engagée par la loi du 21 août 2007 en faveur du travail, de l emploi et du

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES 1 TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES N 1505324 M. E M. Yann Livenais Juge des référés Ordonnance du 7 juillet 2015 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le juge des référés Vu la procédure suivante

Plus en détail

Décision n 14-DCC-13 du 5 février 2014 relative à la prise de contrôle exclusif de Medical Insurance Company par MMA IARD Assurance Mutuelles

Décision n 14-DCC-13 du 5 février 2014 relative à la prise de contrôle exclusif de Medical Insurance Company par MMA IARD Assurance Mutuelles RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 14-DCC-13 du 5 février 2014 relative à la prise de contrôle exclusif de Medical Insurance Company par MMA IARD Assurance Mutuelles L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

Décision n 15-DCC-09 du 12 février 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de la société JF Cesbron SAS par la société Dalkia SA

Décision n 15-DCC-09 du 12 février 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de la société JF Cesbron SAS par la société Dalkia SA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 15-DCC-09 du 12 février 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de la société JF Cesbron SAS par la société Dalkia SA L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Vu les observations présentées par la société Cuir Center International et par le commissaire du Gouvernement ;

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Vu les observations présentées par la société Cuir Center International et par le commissaire du Gouvernement ; RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 96-D-45 du 19 juin 1996 relative à des pratiques relevées dans le réseau de distribution de la société CUIR CENTER Le Conseil de la concurrence (commission permanente),

Plus en détail

Décision n 13-DCC-111 du 8 août 2013 relative à la fusion par absorption de Mutuelle Nationale MCD par Eovi Mutuelle

Décision n 13-DCC-111 du 8 août 2013 relative à la fusion par absorption de Mutuelle Nationale MCD par Eovi Mutuelle RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 13-DCC-111 du 8 août 2013 relative à la fusion par absorption de Mutuelle Nationale MCD par Eovi Mutuelle L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification adressé

Plus en détail

DECISION DE LA COMMISSION DES SANCTIONS A L EGARD DE M. ANDRE TALMON

DECISION DE LA COMMISSION DES SANCTIONS A L EGARD DE M. ANDRE TALMON La Commission des sanctions DECISION DE LA COMMISSION DES SANCTIONS A L EGARD DE M. ANDRE TALMON La 2 ème section de la Commission des sanctions de l Autorité des marchés financiers (ci-après «AMF») ;

Plus en détail

Décision 09-DCC-16 du 22 juin 2009 relative à la fusion entre les groupes Caisse d Épargne et Banque Populaire Décision 09-A-45 du 8 septembre 2009

Décision 09-DCC-16 du 22 juin 2009 relative à la fusion entre les groupes Caisse d Épargne et Banque Populaire Décision 09-A-45 du 8 septembre 2009 Declic DOM:Mise en page 1 18/01/11 12:37 Page10 Décision 09-DCC-16 du 22 juin 2009 relative à la fusion entre les groupes Caisse d Épargne et Banque Populaire Décision 09-A-45 du 8 septembre 2009 relatif

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 14-DCC-20 du 17 février 2014 relative à l affiliation de la Mutuelle Nationale des Personnels Air France à la Société de Groupe d Assurance Mutuelle Macif L Autorité de

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 95-A-10 du 20 juin 1995 relatif à un projet de décret concernant la publicité pour les médicaments et certains produits à usage humain et modifiant le code de la santé publique

Plus en détail

Ne pas distribuer directement ou indirectement aux Etats-Unis d Amérique, au Canada, en Australie ou au Japon

Ne pas distribuer directement ou indirectement aux Etats-Unis d Amérique, au Canada, en Australie ou au Japon Succès de l introduction en bourse Numericable Group Offre sursouscrite plus de 10 fois, à 24,80 euros par action, dans le haut de la fourchette, pour un montant global de 652,2 millions d euros environ

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-93 du 16 août 2010 relative à la prise de contrôle conjoint par la Caisse des Dépôts et Consignations et CNP Assurances d un immeuble à usage de bureaux L Autorité

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 12-DCC-98 du 20 juillet 2012 relative à la prise de contrôle exclusif des sociétés Financière TWLC, Swiss Fashion Time, PT Switzerland, PE Time Design, Swiss Watch Group

Plus en détail

La distribution : vue à la TV Les résultats du 1er janvier au 9 septembre 2007 (semaine 36)

La distribution : vue à la TV Les résultats du 1er janvier au 9 septembre 2007 (semaine 36) La distribution : vue à la TV Les résultats du 1er janvier au 9 septembre 2007 (semaine 36) La famille distribution-vad se classe en 7 e position des annonceurs de la TV hertzienne. Elle totalise 5,7 %

Plus en détail

Décision n 11-DCC-137 du 15 septembre 2011 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Lenôtre SA par la société Sodexo SA

Décision n 11-DCC-137 du 15 septembre 2011 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Lenôtre SA par la société Sodexo SA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-137 du 15 septembre 2011 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Lenôtre SA par la société Sodexo SA L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES SPORTS Décret n o 2011-58 du 13 janvier 2011 relatif aux sanctions disciplinaires en matière de lutte contre le dopage NOR : SPOV1017568D Le

Plus en détail

Guides pratiques d application du Règlement cosmétique

Guides pratiques d application du Règlement cosmétique Guides pratiques d application du Règlement cosmétique Juillet 2013 Règlement cosmétique Introduction Le 11 juillet 2013, le Règlement cosmétique (CE n 1223/2009) entre en application dans sa totalité.

Plus en détail