biocides : définitions d et frontières res réglementaires

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "biocides : définitions d et frontières res réglementaires"

Transcription

1 Les produits Conférence «Biocides» MEDDTL - ANSES 10/04/2012 biocides : définitions d et frontières res réglementaires Direction générale de la prévention des risques Service de la prévention des nuisances et de la qualité de l environnement Département produits chimiques, pollutions diffuses et agriculture Bureau des substances et préparations chimiques 1 Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement

2 Sommaire I Définition : qu est-ce qu un produit biocide? II Détails des principales frontières avec les autres réglementations III Autres cas frontières (Informations complémentaires non présentées durant la conférence e du 10/04/2012) 2

3 I Définition : qu est est-ce qu un un produit biocide 3

4 Définitions (Art 2 dir. Art. L du CE) Produits biocides Les substances actives et les préparations contenant une ou plusieurs substances actives qui sont présentées sous la forme dans laquelle elles sont livrées à l utilisateur, qui sont destinées à détruire, repousser ou rendre inoffensifs les organismes nuisibles, à en prévenir l action ou à les combattre de toute autre manière, par une action chimique ou biologique Il en existe 23 types de produits (TP) répartis en 4 grandes familles : Les désinfectants : TP1 à 5 Les produits de protection : TP 6 à 13 (ex: produits de protection du bois, de protection des fluides de refroidissement) Les produits antiparasitaires : TP14 à 19 (ex: rodenticides, insecticides) Les autres produits biocides : TP20 à 23 (ex: peintures antisalissures, taxidermie et conservation des corps) (cf. annexe V de la directive / annexe V de l arrêté du 19 mai 2004) 4

5 Existence de nombreuses frontières Réglementation établie pour combler un manque d encadrement des produits chimiques ayant des activités sur le «vivant», donc existence de nombreuses frontières réglementaires. Réglementation axée e sur les usages Produits exclus du champ d application de la réglementation biocide Les produits phytopharmaceutiques Les médicaments humains et vétérinaires Les produits cosmétiques Les additifs et conservateurs alimentaires Les dispositifs médicaux etc. Outils à disposition pour trancher les questions frontières Documents guides spécifiques à des thématiques : frontières médicament/biocides, mode d action etc Manuel de décision (pour des questions spécifiques ) Guides nationaux Évolution avec le futur règlement biocides pour clarifier les frontières 5

6 Produit Biocide ou pas un produit biocide? 1er critère : la revendication Attention : la revendication n est pas le seul critère, la «réalité/finalité» du produit doit être considérée Idée de «destiné à» : la «destination» du produit n a pas nécessairement besoin d être revendiquée pour faire tomber un produit dans le champ d application (ex: solution «hydro-alcoolique» à visée désinfectante pour les mains, mais mise sur le marché sans revendication claire et sans se conformer à la réglementation biocide = fraude) Chaque composant dans un produit a une fonction, que tout responsable de la mise sur le marché doit être en mesure de justifier (si la demande lui en est faite, par ex par la DGCCRF ou l ANSES lors d une demande d AMM) Il revient aux sociétés de clarifier ces points, et de se mettre en conformité avec la réglementation adéquate En cas de doute sérieux sur un produit (ayant un action «compatible» avec la réglementation biocide), il revient d abord à l autorité compétente de l autre réglementation de se prononcer pour définir si le produit rentre dans son champ. S il ne rentre pas dans leur champ, alors il rentre dans le cadre biocide. Parfois double réglementation (ex: produit ayant une action détergente + désinfectante) 6

7 II- Détail des principales frontières avec les autres réglementations 7

8 Frontières Réglementations / Autorités compétentes des autres réglementations Produits phytopharmaceutiques : Ministère de l agriculture Médicaments humains : AFSSAPS Médicaments vétérinaires : ANMV Dispositif médicaux : AFSSAPS Cosmétiques : AFSSAPS, DGS, DGCCRF Détergents : DGCCRF Autres questions frontières sur le champ biocide Additifs alimentaires (pour l alimentation humaine ou animale), auxiliaires technologiques : DGCCRF Aliments ou aliments pour animaux en attractif/répulsif Substance active vs autre constituant Mode d action Articles traités Génération in situ Suite de la présentation : Frontières principales et principes généraux, «ne vaccine pas contre les exceptions» (approche au cas par cas) 8

9 Phytos / Biocides (1/3) Produits phytopharmaceutiques (art. 2 du reg CE 1107/2009) : «[ ] produits, sous la forme dans laquelle ils sont livrés à l utilisateur, composés de substances actives, phytoprotecteurs ou synergistes, ou en contenant, et destinés à l un des usages suivants: a) protéger les végétaux ou les produits végétaux contre tous les organismes nuisibles ou prévenir l action de ceux-ci, sauf si ces produits sont censés être utilisés principalement pour des raisons d hygiène plutôt que pour la protection des végétaux ou des produits végétaux; b) exercer une action sur les processus vitaux des végétaux, telles les substances, autres que les substances nutritives, exerçant une action sur leur croissance; c) assurer la conservation des produits végétaux, pour autant que ces substances ou produits ne fassent pas l objet de dispositions communautaires particulières concernant les agents conservateurs; d) détruire les végétaux ou les parties de végétaux indésirables, à l exception des algues à moins que les produits ne soient appliqués sur le sol ou l eau pour protéger les végétaux; e) freiner ou prévenir une croissance indésirable des végétaux, à l exception des algues à moins que les produits ne soient appliqués sur le sol ou l eau pour protéger les végétaux.» Phyto : besoin d une AMM (ministère de l agriculture) 9

10 Phytos / Biocides (2/3) Décision sur le champ d application : Basée sur le but du produit / organisme cible visé et les circonstances d utilisation Souvent, frontières sur des produits pour lutter contre des animaux (rongeurs ), ou pour désinfecter/désinsectiser des lieux où des végétaux/produits végétaux sont présents Phyto : but est la protection des végétaux ou produits végétaux, combattre des organismes nuisibles à ces derniers Biocides : but d hygiène générale 10

11 Phytos / Biocides (3/3) Exemples : - rodenticide / produit répulsif pour protéger une culture : phyto - rodenticide pour une hygiène générale (ex: maison) : biocides - produit pour la fumigation contre les organismes de quarantaine (NIMP15) : phyto - fumigation dans un moulin pour la protection de la farine (farine=produit végétal) : phyto - désinfectant d une serre : Etc. - Si vise un pathogène spécifique à un végétal pour assurer la protection de ce végétal = phyto - Si désinfectant utilisé une hygiène «générale» = biocide (à terme, pas de produits biocides autorisés avec un usage spécifique «désinfection d une serre», car trop spécifique) 11

12 Médicaments / Biocides (1/2) Même approche pour médicament humain ou médicament vétérinaire, besoin d une AMM (AFSSAPS / ANMV) Médicament humain (dir. 2001/83/CE) ou vétérinaire (dir. 2001/82/CE): a) toute substance ou composition présentée comme possédant des propriétés curatives ou préventives à l'égard des maladies humaines/ animales; ou b) toute substance ou composition pouvant être utilisée chez l'homme/animal ou pouvant lui être administrée en vue soit de restaurer, de corriger ou de modifier des fonctions physiologiques en exerçant une action pharmacologique, immunologique ou métabolique, soit d'établir un diagnostic médical; En cas de doute, lorsqu'un produit, eu égard à l'ensemble de ses caractéristiques, est susceptible de répondre à la fois à la définition d'un «médicament humain / vétérinaire» et à la définition d'un produit régi par une autre législation communautaire : le statut médicament l emporte (écrit dans la directive sur les médicaments) Position FR : les produits désinfectants appliqués sur la peau de nourrissons, peau lésée, peau du patient avant acte chirurgical, les muqueuses oculaires, nasales ou génitales = médicament humain (/vétérinaire) Pas de revendication thérapeutique possible pour un biocide (sinon = médicament) Cas des «insectes» :. action létale = médicament (ex: produit appliqué sur la peau). action répulsive (sans revendication thérapeutique) = biocide 12

13 Médicaments/ Biocides (2/2) Exemples : * Humain : - savon désinfectant sur peau lésée : médicament - solution hydroalcoolique pour les mains ou la peau saine : biocide - produits insecticides contre les poux, tiques, gale : médicaments - produits répulsifs appliqués sur la peau saine : biocides * Vétérinaire - produits désinfectants sur les mamelles des vaches pour traiter les mammites : médicaments - produits désinfectants pour l hygiène générale des trayons : biocides Etc. 13

14 Dispositifs médicaux / Biocides (1/2) Dispositif médical DM(dir 93/42/CE) : «un dispositif médical est un instrument, appareil, équipement ou encore un logiciel destiné, par son fabricant, à être utilisé chez l homme à des fins, notamment, de diagnostic, de prévention, de contrôle, de traitement, d atténuation d une maladie ou d une blessure. L action principale d un dispositif médical n est pas obtenue par des moyens pharmacologique ou immunologique ni par métabolisme, elle est essentiellement mécanique» ex: appareil de dialyse, stéthoscope, lentilles etc. Pas besoin d AMM (marquage CE) Un accessoire de dispositif médical (essentiel au bon fonctionnement du DM) est réglementé comme un dispositif médical Frontière essentiellement sur des produits désinfectants (=accessoires) Un désinfectant «accessoire de DM» est géré dans la directive DM, pas la directive biocide Clarifications apportées avec le futur règlement biocide Frontière en discussion entre DG Env et DG Sanco 14

15 Dispositifs médicaux / Biocides (2/2) Exemples : - solution de désinfection/conservation des lentilles, dentiers : DM - produit de désinfection des endoscopes : DM - produit désinfectant général pour une chambre d hôpital dans le cadre de la maîtrise microbiologique de l'environnement (lit, surface extérieure d'un dispositif médical tel qu'un générateur de dialyse ) : biocide Etc. 15

16 Cosmétiques / Biocides (1/2) Cosmétique (art. 2 du reg CE 1223/2009) : «toute substance ou tout mélange destiné à être mis en contact avec les parties superficielles du corps humain (épiderme, systèmes pileux et capillaire, ongles, lèvres et organes génitaux externes) ou avec les dents et les muqueuses buccales en vue, exclusivement ou principalement, de les nettoyer, de les parfumer, d en modifier l aspect, de les protéger, de les maintenir en bon état ou de corriger les odeurs corporelles;» Cosmétiques : pas besoin d une AMM Les conservateurs des produits cosmétiques ne sont pas des produits biocides TP06 : ils sont exclus, car déjà couverts par le règlement cosmétique Sur un produit cosmétique : allégation «biocide» tolérée si et seulement si elle est conforme à la réglementation sur les produits cosmétiques, et que celle-ci n est que secondaire (ex: dentifrice qui diminue le nombre de bactéries buccales ) 16

17 Cosmétiques / Biocides (2/2) Exemples : - Simple savon : cosmétique (même si forcément des micro-organismes sont enlevés par action détergente ) - Bain de bouche antibactérien : cosmétique ou médicament humain - Savon désinfectant ou solution hydro-alcoolique pour les mains (peau saine) : biocides Etc. 17

18 Détergents / Biocides Détergents (art. 2 du reg CE 648/2004) : toute substance ou préparation contenant des savons et/ou d'autres agents de surface destinés à des processus de lavage et de nettoyage. Les détergents peuvent être présentés sous n'importe quelle forme (liquide, poudre, pâte, barre, pain, pièce moulée, brique, etc.) et être commercialisés ou utilisés à des fins domestiques, institutionnelles ou industrielles. Détergent : pas besoin d AMM Un produit peut être à la fois détergent et désinfectant : il doit répondre aux 2 réglementations Exemples : - simple savon pour le sol : détergent (même si forcément des microorganismes sont enlevés par action détergente ) - liquide vaisselle désinfectant : biocide (et doit être conforme également à la réglementation sur les détergents ) - produit détartrant : détergent - produit détartrant et désinfectant : biocide (et être conforme également à la réglementation sur les détergents ) 18

19 III - Autres points frontières sur le champ biocide (Informations complémentaires non présentées durant la conférence du 10/04/2012) 19

20 Additifs alimentaires, Auxiliaires technologiques / Biocides (1/2) Additif pour l alimentation humaine (art. 2 du reg. CE 1333/2008) : toute substance habituellement non consommée comme aliment en soi et non utilisée comme ingrédient caractéristique dans l alimentation, possédant ou non une valeur nutritive, et dont l adjonction intentionnelle aux denrées alimentaires, dans un but technologique, au stade de leur fabrication, transformation, préparation, traitement, conditionnement, transport ou entreposage a pour effet, ou peut raisonnablement être estimée avoir pour effet, qu elle devient elle-même ou que ses dérivés deviennent, directement ou indirectement, un composant de ces denrées alimentaires. Auxiliaire technologique (art. 2 du reg CE 1333/2008) : i)non consommée comme ingrédient alimentaire en soi; ii) volontairement utilisée dans la transformation de matières premières, de denrées alimentaires ou de leurs ingrédients pour répondre à un certain objectif technologique pendant le traitement ou la transformation; et iii) pouvant avoir pour résultat la présence non intentionnelle mais techniquement inévitable de résidus de cette substance ou de ses dérivés dans le produit fini, à condition que ces résidus ne présentent pas de risque sanitaire et n aient pas d effets technologiques sur le produit fini; Additifs = évaluation EFSA Auxiliaires technologiques = liste positive en FR 20

21 Additifs alimentaires, Auxiliaires technologiques / Biocides (2/2) 2) TP 20 biocides : Produits utilisés pour protéger les denrées alimentaires et les aliments pour animaux par la lutte contre les organismes nuisibles. TP Vide, car les produits appliqués sur les aliments ou durant leur fabrication sont soit des additifs, soit des auxiliaires technologiques Exemples : - désinfectant mis dans l eau qui sert à nettoyer des salades lors de leur préparation : hors champ biocide - conservateur d un aliment : additif alimentaire Additif pour l alimentation animale (art. 2 du reg CE 1831/2003) : des substances, micro-organismes ou préparations, autres que les matières premières pour aliments des animaux et les prémélanges, délibérément ajoutés aux aliments pour animaux ou à l'eau pour remplir notamment une ou plusieurs des fonctions visées à l'article 5, paragraphe 3 Cas frontière du TP05 biocide pour la désinfection des eaux de boisson des animaux : en cours de discussion (soit additif pour l alimentation animale, soit biocide TP05) 21

22 Aliments-Aliments pour animaux / Biocides Les aliments ou aliments pour animaux utilisés en tant que TP19 ne sont pas dans le champ biocide. (Art. 6 reg CE 1451/2007) Aux fins de la présente dérogation, on entend par «denrée alimentaire ou aliment pour animaux» toute substance ou tout produit comestible d origine végétale ou animale, transformé, partiellement transformé ou non transformé, destiné à être ingéré ou pouvant être raisonnablement considéré comme susceptible d être ingéré par l homme ou les animaux. Cette catégorie ne comprend pas les extraits ni les substances isolées individuellement à partir de denrées alimentaires ou d aliments pour animaux. Exemples : - piège à guêpes à base de jus d orange : exclus - piège qui utiliserait une substance isolée du jus d orange : dans le champ 22

23 Substance active vs Autre constituant Certaines substances ont été identifiées en tant que substance active (annexe I reg 1451/2007), mais non soutenues (pas dans l annexe II pour le bon SA/TP) Règle de base : un produit biocide ne doit contenir que des SA notifiées pour le(s) TP(s) du produit Tolérance si, en cas de demande (ex: contrôle, ou dans le dossier de demande d AMM ) : - il justifie que la substance est présente à d autres fins ; et - il justifie que la substance n a pas d action biocide dans le produit Le besoin de la demande de justification, et l acceptation de la justification apportée, se fait sur le jugement d expert (ANSES). Exemples : - chrome en fixateur dans les produits de protection du bois - désinfectant senteur lavande - produit à la fois insecticide et désinfectant (ce ne sont pas les mêmes SA qui ont a priori les 2 actions, donc l une et l autre ne sont pas notifiées pour l un ou l autre des TP ) Etc. 23

24 Mode d action Mode d action dans le champ : chimique ou biologique, action générale ou spécifique Donc pas les actions «simplement» physiques Parfois, difficultés à établir que l action est chimique/biologique ou bien physique : Ex: cas des silices insecticides, agit sur la cuticule des insectes, absorbe cire et conduit à la déshydratation + phénomène abrasif (?) discussion TM en ont conclu que l action n est pas physique, et que c est dans le champ biocide Autres exemples : - UV pour désinfection : hors champ biocide - simple lasure qui traite le bois pour le rendre hydrofuge : hors champ biocide (même si empêche de facto le développement de champignon etc ) Etc. 24

25 Articles traités Articles traités : pas de définition dans la directive biocide «Articles traités» versus «Produits Biocides» : - Ligne européenne en évolution, changements à venir avec le futur règlement biocide - Essence de la directive : l intention était de viser le produit chimique en premier lieu, l intention n était pas de soumettre à AMM des «biens» (ex: matelas traités contre les acariens, chaussettes traitées à l antibactérien etc.) Ligne qui se dégage avec dir 98/8/EC (évolution possible avec le règlement) : - si le but est de protéger l article contre un nuisible à l article : l article est un simple «article traité» - si l article à une fonction principale biocide : l article est un «produit biocide» Exemples : - moustiquaire imprégnée, lingette désinfectante : produit biocide - bois traités : article traité 25

26 Génération in situ Problème : ne rentre pas bien dans la définition de produit biocide, car la substance active n est pas «physiquement» présente dans ce qui est mis sur le marché AMM : que sur un «produit biocide» mis sur le marché Ligne européenne actuelle aboutit une frontière basée sur la revendication lors de la mise sur le marché pour les précurseurs «non bioicide» : - Si revendication biocides lors la mise sur le marché, la mise sur le marché et l utilisation de ces précurseurs pour former la substance active entrent dans le champ de la directive 98/8/CE - Dans le cas contraire, elles ne relèvent pas du champ d'application actuel de la directive biocides. - Approche au cas par cas Exemples : - dispositif d électrolyse Cu/Ag : électrodes dans le champ car rentre dans la définition de «Produits Biocides» - dispositif d électrolyse de sel (NaCl) pour générer du chlore dans une piscine : mise sur le marché du sel dans le champ si revendication biocide Etc. Génération in situ : sera mieux couverte avec le futur règlement 26

27 CONCLUSION Frontières variées et nombreuses, y compris au sein de TP biocides Important de bien définir le statut de son produit, responsabilité des opérateurs économiques Pour plus d informations sur les frontières : Commission européenne : (extranet public) Mise en oeuvre au niveau communautaires, documents guides, frontières, liste des autorités compétentes, directives d inscription, décisions de non-inscription, avis etc. Helpdesk Biocides : Information pour les professionnels Les sites Internet des autorités compétentes des réglementations frontières 27

28 Merci de votre attention 28

Déclaration des produits, des quantités commercialisées et évolutions de Simmbad.

Déclaration des produits, des quantités commercialisées et évolutions de Simmbad. 1 Les mardis de la DGPR 17/09/2013 Déclaration des produits, des quantités commercialisées et évolutions de Simmbad. Direction générale de la prévention des risques Service de la prévention des nuisances

Plus en détail

Produits biocides: Les différents types de demandes. Conférence «Biocides» MEDDTL - ANSES 10/04/2012

Produits biocides: Les différents types de demandes. Conférence «Biocides» MEDDTL - ANSES 10/04/2012 Produits biocides: Conférence «Biocides» MEDDTL - ANSES 10/04/2012 Les différents types de demandes Direction générale de la prévention des risques Service de la prévention des nuisances et de la qualité

Plus en détail

La réglementation Mardi de la DGPR. sur les produits biocides 05/04/2011

La réglementation Mardi de la DGPR. sur les produits biocides 05/04/2011 La réglementation r Mardi de la DGPR 05/04/2011 sur les produits biocides Direction générale de la prévention des risques Service de la prévention des nuisances et de la qualité de l environnement Département

Plus en détail

Les articles traités : les nouvelles exigences du règlement n 528/2012

Les articles traités : les nouvelles exigences du règlement n 528/2012 Journée réglementation biocides FCBA 08/04/2014 Les articles traités : les nouvelles exigences du règlement n 528/2012 Direction générale de la prévention des risques Service de la prévention des nuisances

Plus en détail

Règlement biocides : Focus sur les dispositions relatives aux articles traités - FAQ

Règlement biocides : Focus sur les dispositions relatives aux articles traités - FAQ Règlement biocides : Focus sur les dispositions relatives aux articles traités - FAQ Mardi de la DGPR La réglementation des produits biocides Paris, France 4 Novembre 2014 M. Ludovic Chatelin Commission

Plus en détail

Enterprise Europe Network, CCI de Lyon Contact : Catherine Jamon-Servel Tél : 04 72 40 57 46 Mail : jamon@lyon.cci.fr www.lyon.cci.

Enterprise Europe Network, CCI de Lyon Contact : Catherine Jamon-Servel Tél : 04 72 40 57 46 Mail : jamon@lyon.cci.fr www.lyon.cci. FICHE PRATIQUE LES PRODUITS BIOCIDES Enterprise Europe Network, CCI de Lyon Contact : Catherine Jamon-Servel Tél : 04 72 40 57 46 Mail : jamon@lyon.cci.fr www.lyon.cci.fr/een La Chambre de commerce et

Plus en détail

Parasitec 14/11/2012. Ministère de l'écologie, du Développement Durable et de l'energie

Parasitec 14/11/2012. Ministère de l'écologie, du Développement Durable et de l'energie Points clés du Règlement - biocides Parasitec 14/11/2012 Direction générale de la prévention des risques Service de la prévention des nuisances et de la qualité de l environnement Département produits

Plus en détail

POINT SUR LA LEGISLATION BIOCIDES ET SON ARTICULATION AVEC LE REGLEMENT REACH

POINT SUR LA LEGISLATION BIOCIDES ET SON ARTICULATION AVEC LE REGLEMENT REACH POINT SUR LA LEGISLATION BIOCIDES ET SON ARTICULATION AVEC LE REGLEMENT REACH I. La législation sur les produits biocides 1. Présentation du contexte réglementaire La directive communautaire 98/8/CE 1

Plus en détail

L approbation des. substances actives biocides. Les mardi de la DGPR 17/09/2013. Ministère de l'écologie, du Développement durable, et de l Énergie

L approbation des. substances actives biocides. Les mardi de la DGPR 17/09/2013. Ministère de l'écologie, du Développement durable, et de l Énergie L approbation des Les mardi de la DGPR 17/09/2013 substances actives biocides Direction générale de la prévention des risques Service de la prévention des nuisances et de la qualité de l environnement

Plus en détail

Feuillet d information : Produits de santé naturels vétérinaires et LCQ

Feuillet d information : Produits de santé naturels vétérinaires et LCQ p Octobre 2011 Feuillet d information : Produits de santé naturels vétérinaires et LCQ Introduction : Le programme Lait canadien de qualité (LCQ) est au courant de l utilisation des produits de santé naturels

Plus en détail

TARIF DES DOUANES - ANNEXE VI - 1

TARIF DES DOUANES - ANNEXE VI - 1 VI - 1 Section VI PRODUITS DES INDUSTRIES CHIMIQUES OU DES INDUSTRIES CONNEXES Notes. 1. A) Tout produit (autre que les minerais de métaux radioactifs), répondant aux spécifications du libellé de l'un

Plus en détail

Compléments ments alimentaires Les règles du jeu - SCL / Strasbourg-Illkirch 14 octobre 2011

Compléments ments alimentaires Les règles du jeu - SCL / Strasbourg-Illkirch 14 octobre 2011 Compléments ments alimentaires Les règles du jeu - SCL / Strasbourg-Illkirch 14 octobre 2011 Bureau 4A : Nutrition & Information sur les denrées alimentaires Novel Food, Adjonction V&M, SBNP Compléments

Plus en détail

Choix des produits désinfectants en milieu de soins

Choix des produits désinfectants en milieu de soins Choix des produits désinfectants en milieu de soins Réunion des réseaux ARLIN Midi-Pyrénées Toulouse, 8 décembre 2015 Xavier Verdeil Equipe Opréationnelle en Hygiène CHU Toulouse Purpan 1 Les produits

Plus en détail

La réglementation sur les produits biocides

La réglementation sur les produits biocides La réglementation sur les produits biocides Juin 2012 Bureau des substances et préparations chimiques Direction générale de la prévention des risques (DGPR) Ministère de l'écologie, du Développement Durable

Plus en détail

DENREES ALIMENTAIRES REGLES DE COMPOSITION

DENREES ALIMENTAIRES REGLES DE COMPOSITION TS30 (EC)v03fr_Formulation DENREES ALIMENTAIRES REGLES DE COMPOSITION Guide Pratique n 30 : LES REGLES DE COMPOSITION DES DENREES ALIMENTAIRES Selon Ecocert Organic Standard (EOS) Ce guide ne concerne

Plus en détail

produits biocides. Septembre 2014 Pourquoi cet arrêté? er juillet 2015. : qui est concerné, et dans quels cas?

produits biocides. Septembre 2014 Pourquoi cet arrêté? er juillet 2015. : qui est concerné, et dans quels cas? produits biocides. Septembre 2014 Pourquoi cet arrêté? les (frelons asiatiques, «moustiques tigres») sur le territoire national a mis en De plus, certaines autorisations de mise sur le marché ne sont délivrées

Plus en détail

DISPOSITIFS MEDICAUX CHIFFRES CLEFS. Pr J LAMSAOURI PLAN

DISPOSITIFS MEDICAUX CHIFFRES CLEFS. Pr J LAMSAOURI PLAN DISPOSITIFS MEDICAUX CHIFFRES CLEFS 28/01/201 11 Pr J LAMSAOURI 1 PLAN 1. généralités 2. Place du secteur dans l économie mondiale et européenne 3. qu en est-il au Maroc? 4. conclusion 2 1 Introduction:

Plus en détail

CERTIPHYTO. Inscription au 04.66.04.50.18

CERTIPHYTO. Inscription au 04.66.04.50.18 CERTIPHYTO Inscription au 04.66.04.50.18 CERTIPHYTO : COMMENT CA MARCHE? POURQUOI? Une obligation réglementaire Directive européenne traduite en droit français via le «Grenelle 2» + Plan ECOPHYTO 2018

Plus en détail

Compléments alimentaires et cosmétiques Aspects légaux de l étiquetage

Compléments alimentaires et cosmétiques Aspects légaux de l étiquetage Compléments alimentaires et cosmétiques Aspects légaux de l étiquetage Roos De Brabandere VITASANA 2009 Contenu Compléments alimentaires - quelle législation est-elle d application? - exigences légales

Plus en détail

Cosmétiques: peut-on parler de produits toxiques?

Cosmétiques: peut-on parler de produits toxiques? Cosmétiques: peut-on parler de produits toxiques? Prof. Jean-Pierre Lepoittevin Université Louis Pasteur Strasbourg, France 27ème Cours d actualisation en dermato-allergologie du GERDA Toulouse, 21-23

Plus en détail

Les signes de qualité des produits alimentaires

Les signes de qualité des produits alimentaires Technologie Professionnelle Cuisine Les signes de qualité des produits alimentaires BAC PROFESSIONNEL Restauration 1BAC HO Présentation généraleg 1] Les aspects réglementaires 2] Qu est-ce que la qualité?

Plus en détail

Le Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) : une exigence réglementaire

Le Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) : une exigence réglementaire Le Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) : une exigence réglementaire Séminaire ANSES (21 novembre 2011) Direction générale de l alimentation SA/SDSSA/BETD 1 Architecture des règlements du Paquet Hygiène FOOD

Plus en détail

L évaluation des biocides à l Anses

L évaluation des biocides à l Anses L évaluation des biocides à l Anses Catherine Gourlay-Francé Direction des produits réglementés 23 juin 2015 L Anses Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

Plus en détail

Les familles de produits biocides

Les familles de produits biocides Les Mardis de la DGPR _ 04/11/2014 Les familles de produits biocides Direction générale de la prévention des risques Service de la prévention des nuisances et de la qualité de l environnement Département

Plus en détail

Internet et santé : nécessité et limites de la régulation

Internet et santé : nécessité et limites de la régulation Internet et santé : nécessité et limites de la régulation Quelle protection pour le consommateur? Communication à l Académie nationale de pharmacie Marie-Paule Serre Université Pierre et Marie Curie La

Plus en détail

Les procédures de reconnaissance mutuelle

Les procédures de reconnaissance mutuelle Les Mardis de la DGPR _ 04/11/2014 Les procédures de reconnaissance mutuelle Direction générale de la prévention des risques Service de la prévention des nuisances et de la qualité de l environnement Département

Plus en détail

STATUT JURIDIQUE DES MEDICAMENTS ET AUTRES PRODUITS DE SANTE.

STATUT JURIDIQUE DES MEDICAMENTS ET AUTRES PRODUITS DE SANTE. STATUT JURIDIQUE DES MEDICAMENTS ET AUTRES PRODUITS DE SANTE. I) Définition du médicament. «On entend par médicament toute substance ou composition présentée comme possédant des propriétés curatives ou

Plus en détail

FEUILLE D INFORMATION GUIDE RÉGLEMENTAIRE POUR LES NOUVELLES SUBSTANCES AU CANADA

FEUILLE D INFORMATION GUIDE RÉGLEMENTAIRE POUR LES NOUVELLES SUBSTANCES AU CANADA FEUILLE D INFORMATION GUIDE RÉGLEMENTAIRE POUR LES NOUVELLES SUBSTANCES AU CANADA Toute personne ou société qui désire importer, fabriquer ou vendre une nouvelle substance doit aviser l organisme de réglementation

Plus en détail

La sécurité alimentaire en France Risques naturels Risques organisés. Olivier SIRE

La sécurité alimentaire en France Risques naturels Risques organisés. Olivier SIRE La sécurité alimentaire en France Risques naturels Risques organisés Olivier SIRE OPEDUCA Day @ Lycée Lesage - Jeudi 22 mai 2014 Plan Introduction Quels organismes sont concernés? Quel est le cadre réglementaire?

Plus en détail

OPTIONS DE GESTION DU RISQUE Listeria monocytogenes ET STRATEGIES DE REDUCTION. Situation actuelle des critères microbiologiques au niveau européen

OPTIONS DE GESTION DU RISQUE Listeria monocytogenes ET STRATEGIES DE REDUCTION. Situation actuelle des critères microbiologiques au niveau européen ASEPT, 5 ème Conférence Internationale, 17-18 mars 2004, Laval OPTIONS DE GESTION DU RISQUE Listeria monocytogenes ET STRATEGIES DE REDUCTION Situation actuelle des critères microbiologiques au niveau

Plus en détail

Utilisation de produits sains et sûrs Mise en oeuvre de procédures strictes et rigoureuses

Utilisation de produits sains et sûrs Mise en oeuvre de procédures strictes et rigoureuses INTRODUCTION H.A.C.C.P. ou A.R.M.P.C. L Analyse des risques et maîtrise des points critique La nouvelle réglementation en matière d hygiène (ar. 09 mai 1995 et ar. 29 septembre 1997) oblige les responsables

Plus en détail

TUTORAT UE 6 2013-2014 Droit CORRECTION Séance n 2 Semaine du 17/02/2014

TUTORAT UE 6 2013-2014 Droit CORRECTION Séance n 2 Semaine du 17/02/2014 TUTORAT UE 6 2013-2014 Droit CORRECTION Séance n 2 Semaine du 17/02/2014 Droit Le Gal - Fontès QCM n 1 : F A. Faux, la définition du monopole n est pas harmonisée au niveau européen, elle est propre à

Plus en détail

PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES

PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES -1- PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES SECTION 1 INTRODUCTION CAC/GL 44-2003 1. Pour de nombreux aliments, le niveau de sécurité sanitaire généralement

Plus en détail

BTS Métiers des Services à l Environnement

BTS Métiers des Services à l Environnement BTS Métiers des Services à l Environnement Programme de la formation Connaissance des milieux professionnels 1 - Définitions générales 2 - Organisation administrative de la France ; les pouvoirs publics

Plus en détail

RGD du 20 juin 1996 (Mém. n 42 du 28 juin 1996, p.1296)

RGD du 20 juin 1996 (Mém. n 42 du 28 juin 1996, p.1296) Règlement grand-ducal du 20 juin 1996 relatif aux médicaments homéopathiques. - base juridique: L du 18 décembre 1985 (Mém. A - 83 du 27 décembre 1985, p. 1835) L du 11 avril 1983 (Mém. A - 27 du 25 avril

Plus en détail

Produit ou procédé ayant la propriété de tuer les bactéries dans des conditions définies (AFNOR, CEN).

Produit ou procédé ayant la propriété de tuer les bactéries dans des conditions définies (AFNOR, CEN). 1 - DÉFINITIONS Bactéricide Produit ou procédé ayant la propriété de tuer les bactéries dans des conditions définies (AFNOR, CEN). Contamination Présence d un élément indésirable dans un fluide, sur une

Plus en détail

Les règles applicables à la publicité sur les médicaments et les produits de santé naturels

Les règles applicables à la publicité sur les médicaments et les produits de santé naturels Les règles applicables à la publicité sur les médicaments et les produits de santé naturels Lucie Dufour, associé Fasken, Martineau DuMoulin, S.E.N.C.R.L., s.r.l. ldufour@fasken.com 514 397 4321 1 er novembre

Plus en détail

FORMULAIRE DE DECLARATION D UN PRODUIT CHIMIQUE

FORMULAIRE DE DECLARATION D UN PRODUIT CHIMIQUE Département Expertise et Conseil Technique/ Risques Chimiques 65 Boulevard Richard Lenoir 75011 PARIS Téléphone : 01 40 44 30 83 Fax : 01 40 44 30 54 SIRET : 775 671 456 00082 APE : 7219Z www.inrs.fr FORMULAIRE

Plus en détail

Surveillance et Contrôle

Surveillance et Contrôle Surveillance et Contrôle Rappel Surveillance et Contrôle Gestionnaires des risques Approche scientifique par les risques fondement Mesures sanitaires Options de gestion Activités de surveillance et de

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. IMPORTATEURS Vos obligations tout au long de l année

GUIDE PRATIQUE. IMPORTATEURS Vos obligations tout au long de l année ID-SC-186 GUIDE PRATIQUE PREPARATEURS, DISTRIBUTEURS, IMPORTATEURS : Vos obligations tout au long de l année GUIDE PRATIQUE PREPARATEURS, DISTRIBUTEURS, IMPORTATEURS Vos obligations tout au long de l année

Plus en détail

Ces dispositions visent la publicité qui s adresse au consommateur.

Ces dispositions visent la publicité qui s adresse au consommateur. Produits cosmétiques Préambule : Un produit cosmétique est défini comme toute substance ou préparation destinée à être mise en contact avec les diverses parties superficielles du corps humain (épiderme,

Plus en détail

Présentationde la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires «LOI SSA» Rabat, le 17 juin 2010

Présentationde la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires «LOI SSA» Rabat, le 17 juin 2010 Présentationde la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires «LOI SSA» Rabat, le 17 juin 2010 Parmi les objectifs tracés par le Plan Maroc Vert : Améliorer la compétitivité

Plus en détail

Répercussions et implications du Paquet Hygiène Européen pour les autorités compétentes

Répercussions et implications du Paquet Hygiène Européen pour les autorités compétentes Répercussions et implications du Paquet Hygiène Européen pour les autorités compétentes Dr. Rabah BELLAHSENE - ISPV, DGAL (Direction Générale de l ALimentation, Ministère de l Agriculture et de la Pêche)

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION ANNEE 2013/2014

CATALOGUE DE FORMATION ANNEE 2013/2014 Eaux, Environnement, Hygiène Alimentaire, Recherche & Développement Agréé par le Ministère de la Santé Membre des réseaux d intercomparaisons AGLAE et RAEMA CATALOGUE DE FORMATION ANNEE 2013/2014 Microbiologie

Plus en détail

Démarche. La crèche. Risques infectieux liés au biberon. Risques infectieux liés au biberon BIBERONS EN CRECHE DE VILLE

Démarche. La crèche. Risques infectieux liés au biberon. Risques infectieux liés au biberon BIBERONS EN CRECHE DE VILLE BIBERONS EN CRECHE DE VILLE ENTRETIEN DES BIBERONS ET TETINES EN CRECHE DE VILLE ET EN ETABLISSEMENT DE SANTE Janine BENDAYAN - Epidémiologie et hygiène hospitalière, Hôpital PURPAN - CHU Toulouse - septembre

Plus en détail

Modifié par : - Arrêté n 27 CM du 9 janvier 2013 ; JOPF du 17 janvier 2013, n 3, p. 788. Le Président de la Polynésie française,

Modifié par : - Arrêté n 27 CM du 9 janvier 2013 ; JOPF du 17 janvier 2013, n 3, p. 788. Le Président de la Polynésie française, ARRETE n 1750 CM du 14 octobre 2009 relatif aux normes d hygiène applicables dans les établissements mobiles ou provisoires qui proposent, à titre gratuit ou onéreux, des denrées alimentaires animales

Plus en détail

Résumé des modifications intervenues : simplification et clarification des actions descriptives

Résumé des modifications intervenues : simplification et clarification des actions descriptives Référence : PT/RES/004-B Page :Page 1 sur 5 Objet : Maîtriser les dangers microbiologiques durant la période de stockage en réserve sèche. Mots clés : Denrées alimentaires / HACCP / Restauration / Stockage

Plus en détail

AVIS 14 décembre 2011

AVIS 14 décembre 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 14 décembre 2011 BIORGASEPT 0,5%, solution pour application cutanée Flacon de 250 ml (CIP : 360 430-7) Laboratoires BAILLEUL-BIORGA DCI Code ATC (libellé) Conditions

Plus en détail

ALERTE RASFF 2014. 0222 Présence d E.coli STEC dans du fromage

ALERTE RASFF 2014. 0222 Présence d E.coli STEC dans du fromage ALERTE RASFF 2014. 0222 Présence d E.coli STEC dans du fromage Journées STEAK EXPERT 17 et 18 juin 2014 Direction Générale de l Alimentation PLAN Présentation du RASFF E. coli STEC : rappel du contexte

Plus en détail

Systèmes embarqués critiques et dispositifs médicaux

Systèmes embarqués critiques et dispositifs médicaux Systèmes embarqués critiques et dispositifs médicaux Jean-Claude GHISLAIN Directeur de l évaluation des dispositifs médicaux CISEC le 10 décembre 2008 Définition d un dispositif médical Art. 1 directive

Plus en détail

Fiche technique activité TRA ACT 125 Version n 2 11/06/2015

Fiche technique activité TRA ACT 125 Version n 2 11/06/2015 Description brève Fabricant engrais sous produits animaux Description Code Lieu Fabricant PL43 Activité Fabrication AC39 Produit Engrais, amendements de sol, substrats de culture et PR128 produits connexes

Plus en détail

La matériovigilance. Chapitre IV. Paul MERIA, Jean-Louis PARIENTE, Pierre CONORT II. MODALITES DU SIGNALEMENT

La matériovigilance. Chapitre IV. Paul MERIA, Jean-Louis PARIENTE, Pierre CONORT II. MODALITES DU SIGNALEMENT Progrès en Urologie (2005), 15 1000-1004 Chapitre IV La matériovigilance Paul MERIA, Jean-Louis PARIENTE, Pierre CONORT paul.meria@sls.ap-hop-paris.fr - jean-louis.pariente@chu-bordeaux.fr - pierre.conort@psl.ap-hop-paris.fr

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Arrêté du 30 juin 2014 modifiant l arrêté du 25 novembre 2011 relatif au référentiel de certification

Plus en détail

Avis de changement : Nouveaux Manuel de référence et Cahier de travail

Avis de changement : Nouveaux Manuel de référence et Cahier de travail Avis de changement : Nouveaux Manuel de référence et Cahier de travail Juin 2010 Nouveaux documents : Manuel de référence et Cahier de travail du LCQ, juin 2010 (Remplacent les versions de novembre 2003)

Plus en détail

HACCP et sécurité sanitaire des aliments

HACCP et sécurité sanitaire des aliments HACCP et sécurité sanitaire des aliments 1. A votre avis, comment cet accident aurait-il pu être évité? En identifiant les risques alimentaires potentiels liés à l activité de conserverie artisanale et

Plus en détail

L accès au marché d un médicament :

L accès au marché d un médicament : L accès au marché d un médicament : Avant de se retrouver derrière le comptoir d une pharmacie, un médicament passe par différentes phases, de la découverte de la molécule à la fixation de son prix par

Plus en détail

AVIS. de l'agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

AVIS. de l'agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Le Directeur général Maisons-Alfort, le 1 er août 2014 AVIS de l'agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relatif à la demande d autorisation de mise sur

Plus en détail

PRODUITS COSMETIQUES. Préambule

PRODUITS COSMETIQUES. Préambule PRODUITS COSMETIQUES Préambule Un produit cosmétique est défini comme : «Toute substance ou tout mélange destiné à être mis en contact avec les parties superficielles du corps humain (épiderme, systèmes

Plus en détail

ALIMENTS FONCTIONNELS, COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES, CONTRÔLES DE QUALITÉ ET RÉGLEMENTATION ALIMENTAIRE PLAN. compléments alimentaires

ALIMENTS FONCTIONNELS, COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES, CONTRÔLES DE QUALITÉ ET RÉGLEMENTATION ALIMENTAIRE PLAN. compléments alimentaires ALIMENTS FONCTIONNELS, COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES, CONTRÔLES DE QUALITÉ ET RÉGLEMENTATION ALIMENTAIRE Pr. Annelise LOBSTEIN, Pharmacognosie UMR-CNRS 7200 - Partie 1 - PLAN 1. Définitions législation 2. Le

Plus en détail

CERTIFICAT INDIVIDUEL POUR LA VENTE ET L UTILISATION DE PRODUITS BIOCIDES A USAGE PROFESSIONNEL : INFORMATION

CERTIFICAT INDIVIDUEL POUR LA VENTE ET L UTILISATION DE PRODUITS BIOCIDES A USAGE PROFESSIONNEL : INFORMATION N 2014/A/N 29 Département Agrofourniture Paris, le 6 octobre 2014... INFOS FLASH... INFOS FLASH... INFOS FLASH... INFOS FLASH... INFOS FLASH... CERTIFICAT INDIVIDUEL POUR LA VENTE ET L UTILISATION DE PRODUITS

Plus en détail

Français Exigences de sécurité alimentaire

Français Exigences de sécurité alimentaire Français Exigences de sécurité alimentaire Mars 2013 Ce document est organisé en chapitres du cours en ligne sur la sécurité alimentaire. Il indique les différences entre le contenu du cours et les exigences

Plus en détail

LISTE INDICATIVE PAR CATEGORIE DE PRODUITS COSMETIQUES ET D'HYGIENE CORPORELLE.

LISTE INDICATIVE PAR CATEGORIE DE PRODUITS COSMETIQUES ET D'HYGIENE CORPORELLE. ANNEXE I LISTE INDICATIVE PAR CATEGORIE DE PRODUITS COSMETIQUES ET D'HYGIENE CORPORELLE. produits antirides ; produits permettant de blanchir la peau ; préparations pour bains et douches (sels, mousses,

Plus en détail

Règlement sur les produits biocides

Règlement sur les produits biocides 1 Règlement sur les produits biocides quelques nouveaux concepts Forum 2014 Dumortier Kathelyn 2 Ordre du jour Nouvelle législation Génération in situ Famille de produits biocides Liste de l'article 95

Plus en détail

Procédure d obtention des autorisations préalables

Procédure d obtention des autorisations préalables Procédure d obtention des autorisations préalables Avis aux opérateurs économiques Il est porté à la connaissance des opérateurs économiques que la fabrication et ou l importation des produits toxiques

Plus en détail

ENTRETIEN DES DISPOSITIFS MEDICAUX I DRAGON

ENTRETIEN DES DISPOSITIFS MEDICAUX I DRAGON ENTRETIEN DES DISPOSITIFS MEDICAUX I DRAGON I. DEFINITIONS ET RAPPELS DISPOSITIFS MEDICAUX? NETTOYAGE ET DESINFECTION? CHOIX DU MODE DE TRAITEMENT ET NIVEAU DE RISQUE LES DIFFERENTS PRODUITS II. LES DM

Plus en détail

AVIS. de l'agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

AVIS. de l'agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Le Directeur général Maisons-Alfort, le 1 er avril 2014 AVIS de l'agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relatif à la demande d autorisation de mise

Plus en détail

DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT

DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT I LES DETERGENTS a) Définition : Substances utilisées pour le lavage ou le nettoyage. Le détergent a uniquement des propriétés nettoyantes. Il ne détruit pas

Plus en détail

La Récupération de l'eau de pluie et des eaux grises

La Récupération de l'eau de pluie et des eaux grises La Récupération de l'eau de pluie et des eaux grises Dans le cadre de démarches environnementales et de développement durable, de nombreux maîtres d ouvrages, notamment les collectivités territoriales,

Plus en détail

Commençons par une DEVINETTE

Commençons par une DEVINETTE Commençons par une DEVINETTE On me trouve parfois à la maison et toujours à l hôpital. À l hôpital, que vous veniez pour une simple consultation ou une hospitalisation vous serez assuré de me rencontrer

Plus en détail

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité

Plus en détail

DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96

DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96 CONFERENCE DES REPRESENTANTS DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96 Bruxelles, l (OR.dk) LIMITE NOTE DE TRANSMISSION Objet : Protection des consommateurs Les délégations trouveront

Plus en détail

PREFET DE L YONNE NOTE D INFORMATION SUR L HYGIENE EN RESTAURATION. e-mail : ddcspp@yonne.gouv.fr

PREFET DE L YONNE NOTE D INFORMATION SUR L HYGIENE EN RESTAURATION. e-mail : ddcspp@yonne.gouv.fr PREFET DE L YONNE Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations Pôle Alimentation 3 rue Jehan Pinard B.P. 19 89010 Auxerre Cedex Tél. : 03 86 72 69 57 Fax : 03 86

Plus en détail

Marquage CE. Kit de formation à la matériovigilance : marquage CE

Marquage CE. Kit de formation à la matériovigilance : marquage CE Kit de formation à la matériovigilance : marquage CE Sommaire Sommaire! Théorie " Qu est-ce qu un dispositif médical? " Qu est-ce que le marquage CE d un DM? " Classification des DM " Procédures d évaluation

Plus en détail

Module 3 : L assainissement

Module 3 : L assainissement CAHIER DE TRAVAIL DES PARTICIPANTS Pour les entreprises de transformation des aliments TABLE DES MATIÈRES Section 3.1 Pratiques d assainissement 3 Pourquoi nettoyer et désinfecter?... 3 Qu est-ce qui doit

Plus en détail

Le «Paquet hygiène» en élevage et tout au long de la chaîne alimentaire

Le «Paquet hygiène» en élevage et tout au long de la chaîne alimentaire L antibiorésistance chez l homme et l animal 12 novembre 2014 3 ème session : les mesures de gestion pour lutter contre l antibiorésistance Le «Paquet hygiène» en élevage et tout au long de la chaîne alimentaire

Plus en détail

La pureté et le respect de l'homme et de la nature

La pureté et le respect de l'homme et de la nature La pureté et le respect de l'homme et de la nature Créée en 1989 en Belgique Produits d'hygiène, d'entretien et de soins personnels La pureté et le respect de l'homme et de la nature Chrisal - Worldwide

Plus en détail

(Actes législatifs) RÈGLEMENTS

(Actes législatifs) RÈGLEMENTS 27.6.2012 Journal officiel de l Union européenne L 167/1 I (Actes législatifs) RÈGLEMENTS RÈGLEMENT (UE) N o 528/2012 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 22 mai 2012 concernant la mise à disposition

Plus en détail

entilles e contact Entretien des Lentilles de contact

entilles e contact Entretien des Lentilles de contact entilles e contact Entretien des Lentilles de contact Les lentilles de contact respectent vos yeux. Les lentilles de contact sont de petites coques en matière synthétique flottant sur le film lacrymal

Plus en détail

parle-t-on de l HACCP? Directive CEE 93/43 hygiène des aliments janvier 1996 principes fondamentaux de la méthode HACCP

parle-t-on de l HACCP? Directive CEE 93/43 hygiène des aliments janvier 1996 principes fondamentaux de la méthode HACCP HACCP parle-t-on de l HACCP? La réglementation en matière d hygiène alimentaire a considérablement évolué ces dernières années. La compétence des professionnels dans le choix des moyens à mettre en œuvre

Plus en détail

ACTUALITE REGLEMENTAIRE Police sanitaire des eaux minérales

ACTUALITE REGLEMENTAIRE Police sanitaire des eaux minérales RAPPEL : LOI n 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique AFTH Balaruc-les-Bains le 16/11/2007 W. TABONEt Art. L. 1322-2. I - Toute personne qui offre au public de l eau minérale,

Plus en détail

DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE»

DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE» DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE» COMMUNICATION RELATIVE AU CADRE REGLEMENTAIRE CONCERNANT LA PREVENTION

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

Hygiène bucco-dentaire

Hygiène bucco-dentaire Hygiène bucco-dentaire Pourquoi l hygiène bucco-dentaire est-elle importante? Les dents sont un élément important du processus alimentaire. Une fonction de l appareil masticatoire altérée a une influence

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 11 28 janvier 2005. S o m m a i r e

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 11 28 janvier 2005. S o m m a i r e MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 123 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 11 28 janvier 2005 S o m m a i r e Loi du 21 décembre 2004 modifiant

Plus en détail

Les Autorisations de Mise sur le Marché (AMM) délivrées au titre du Règlement (UE) n 528/2012 (dit BPR)

Les Autorisations de Mise sur le Marché (AMM) délivrées au titre du Règlement (UE) n 528/2012 (dit BPR) Les mardis de la DGPR 17/09/2013 Les Autorisations de Mise sur le Marché (AMM) délivrées au titre du Règlement (UE) n 528/2012 (dit BPR) Direction générale de la prévention des risques Service de la prévention

Plus en détail

Marquage CE et dispositifs médicaux

Marquage CE et dispositifs médicaux Marquage CE et dispositifs médicaux Références officielles Trois principales directives européennes réglementent la mise sur le marché et la mise en service des dispositifs médicaux : la directive 90/385/CEE

Plus en détail

EVALUATION DE LA RESTAURATION DANS LES ESMS

EVALUATION DE LA RESTAURATION DANS LES ESMS EVALUATION DE LA RESTAURATION DANS LES ESMS Service Santé Environnement Alain BETHEMBOS ingénieur d études Patrick MAGNEZ technicien sanitaire 1 PLAN DE MAITRISE SANITAIRE Le PMS (Plan de Maîtrise Sanitaire)

Plus en détail

5 ème forum régional «votre commune sans pesticides»

5 ème forum régional «votre commune sans pesticides» 5 ème forum régional «votre commune sans pesticides» Textes réglementaires relatifs à l utilisation des produits phytosanitaires Règlement européen 1107/2009 du 21 octobre 2009 -Concerne la mise sur le

Plus en détail

PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES

PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES Janvier 2009 TABLE DES MATIÈRES Page Préambule 3 1. Dotation en personnel 4 1.1 Compétences du personnel 4 1.2 Fonctions

Plus en détail

Programme Déficience physique FORMATION D ACCUEIL RÔLE DE LA CONSEILLÈRE EN SOINS GESTION DES RISQUES PRÉVENTION DES INFECTIONS APPELS D URGENCE

Programme Déficience physique FORMATION D ACCUEIL RÔLE DE LA CONSEILLÈRE EN SOINS GESTION DES RISQUES PRÉVENTION DES INFECTIONS APPELS D URGENCE Programme Déficience physique FORMATION D ACCUEIL RÔLE DE LA CONSEILLÈRE EN SOINS GESTION DES RISQUES PRÉVENTION DES INFECTIONS APPELS D URGENCE TABLE DES MATIÈRES Gestion des risques Prévention des infections

Plus en détail

AVIS. de l'agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

AVIS. de l'agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Le Directeur général Maisons-Alfort, le 1 er août 2014 AVIS de l'agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relatif à la demande d autorisation de mise sur

Plus en détail

Registre des dossiers et des mesures correctives du programme LCQ

Registre des dossiers et des mesures correctives du programme LCQ Programme Lait canadien de qualité des Producteurs laitiers du Canada Registre des dossiers et des mesures correctives du programme LCQ Utiliser avec le Registre et le Calendrier de DGI pour des dossiers

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/TRANS/WP.11/2013/8 Distr. générale 17 juillet 2013 Français Original: russe Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs Groupe de

Plus en détail

DOSSIER EVALUATION D UN DISPOSITIF MEDICAL STERILE (DMS) COMITE DES DISPOSITIFS MEDICAUX STERILES (CODIMS) CENTRAL AP-HP

DOSSIER EVALUATION D UN DISPOSITIF MEDICAL STERILE (DMS) COMITE DES DISPOSITIFS MEDICAUX STERILES (CODIMS) CENTRAL AP-HP DOSSIER EVALUATION D UN DISPOSITIF MEDICAL STERILE (DMS) COMITE DES DISPOSITIFS MEDICAUX STERILES (CODIMS) CENTRAL AP-HP Préambule important aux industriels: ne pas déposer de dossier directement auprès

Plus en détail

Mise sur le marché des PPP : explication du processus d agréation

Mise sur le marché des PPP : explication du processus d agréation 1 Mise sur le marché des PPP : explication du processus d agréation Symposium : Un espace public sans pesticides, c est possible! Mars 2015 Justine Pecceu Attaché Agréation des Produits phytopharmaceutiques

Plus en détail

Termites souterrains : vers une lutte raisonnée

Termites souterrains : vers une lutte raisonnée Termites souterrains : vers une lutte raisonnée Évolution de la lutte anti-termites Historique lutte Barrière chimique Barrière physico-chimique Piéges Systèmes de détection Barrière physique Historique

Plus en détail

Accord-cadre CES, UNICE et CEEP sur le travail à durée déterminée

Accord-cadre CES, UNICE et CEEP sur le travail à durée déterminée Accord-cadre CES, UNICE et CEEP sur le travail à durée déterminée Préambule Le présent accord illustre le rôle que les partenaires sociaux peuvent jouer dans la stratégie européenne pour l emploi, adoptée

Plus en détail

La vente de médicaments en ligne

La vente de médicaments en ligne Bruxelles 04/12/2015 La vente de médicaments en ligne Camille Bourguignon Avocat au barreau de Paris camille.bourguignon@ulys.net www.ulys.net 1 Ulys, en quelques mots 2 Table des matières QUOI? QUI? COMMENT?

Plus en détail

ASSOCIATION DES PRODUCTEURS ALGERIENS DE BOISSONS

ASSOCIATION DES PRODUCTEURS ALGERIENS DE BOISSONS ASSOCIATION DES PRODUCTEURS ALGERIENS DE BOISSONS Symposium sur la valorisation des produits agricoles dans les boissons Hôtel HILTON Mars 2013 EXIGENCES ET OBLIGATIONS DE LA SECURITE ALIMENTAIRE DANS

Plus en détail

Marie-Paule Serre. Université Pierre et Marie Curie

Marie-Paule Serre. Université Pierre et Marie Curie Marie-Paule Serre Université Pierre et Marie Curie Plan 2 1. Panorama des circuits légaux de distribution des médicaments en relation avec Internet 2. Faux médicaments et Internet : enjeux économiques

Plus en détail