LA MISSION DE CONTROLE TECHNIQUE DE LA CONSTRUCTION.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA MISSION DE CONTROLE TECHNIQUE DE LA CONSTRUCTION."

Transcription

1

2 LA MISSION DE CONTROLE TECHNIQUE DE LA CONSTRUCTION. 1

3 Définition de la mission de contrôle technique La mission de contrôle technique est définie par sa nature et ses attributions et par son domaine d intervention. La nature et les attributions sont caractérisées par le choix des aléas techniques dont la prévention est recherchée. Le domaine d intervention est constitué par l ensemble des ouvrages et éléments d équipement sur lesquels porte la mission. La notion de contrôle implique quant à elle l existence d un objet à contrôler et d un référentiel par rapport auquel s exerce ce contrôle. Le contrôle technique de la construction porte sur les documents techniques de conception et d exécution définissant les ouvrages et la vérification de la conformité de leur réalisation sur chantier. Il s exerce conformément au principe universel de l uniformité du contrôle technique qui signifie que des ouvrages et équipements techniques doivent être évalués selon les mêmes critères sur l ensemble du territoire, qu il ne doit pas y avoir de divergences régionales sur l application des normes et qu il est exclu que des contrôleurs techniques différents jugent avec une sévérité différente. Définition du métier de contrôleur technique Le contrôleur technique intervient dans un cadre réglementaire. Les missions doivent donc intégrer cet aspect et le présent document expose les principes et les lignes directrices régissant son intervention. Le contrôleur technique est l " Organisme agréé pour donner un avis au maître de l ouvrage sur les problèmes d ordre technique, portant notamment sur la solidité de l ouvrage. À ce titre, il intervient au niveau de la conception et à différentes phases de la construction. ". A proximité de cette définition précise du métier de contrôle technique, la pratique a fait émerger de nouvelles missions qui ne sont plus du domaine du contrôle technique, telle que l Assistance à Maîtrise d Ouvrage (A.M.O) ; un tel élargissement est considéré avec prudence afin d éviter qu il ne puisse dégénérer au profit de missions de maîtrise d œuvre dont l exercice est incompatible avec la mission de contrôle technique. 2

4 ANCRAGE REGLEMENTAIRE DE LA MISSION CTC Les Décrets portant transformation de l organisme de contrôle technique de la construction (C.T.C) et création des Organismes : Décret n du 19 août 1986 portant création du C.T.C Centre Décret n du 19 août 1986 portant création du C.T.C Sud, Décret n du 19 août 1986 portant création du C.T.C Ouest, Décret n du 19 août 1986 portant création du C.T.C Est et Décret n du 19 août 1986 portant création du C.T.C Chleff, Contiennent les dispositions suivantes : (1) «L organisme est chargé du contrôle technique de la construction de bâtiment de toute nature, pour s assurer de la stabilité et de la durabilité des ouvrages, fondations, viabilité ayant un impact sur la stabilité de l ouvrage, d ossature, de clos et couvert, en vue de réduire les risques de désordre, en la matière et de contribuer à la prévention des différents aléas techniques susceptibles d être rencontrés dans la réalisation (2) Cette mission concerne l examen critique de l ensemble des dispositions techniques des projets et notamment le contrôle de la conception du gros œuvre et des éléments qui lui sont rattachés pour s assurer de leur conformité aux règles et normes de construction. Ce contrôle est complété par le contrôle de l exécution des travaux en vue de veiller au respect des plans visés et procédés de mise en œuvre (3) Il veille au respect de la réglementation technique applicable. A ce titre, le contrôle technique visé ci dessus, s effectue en liaison avec les constructeurs. L organisme, dans le cadre de ses objectifs ne se substitue en rien au maître de l ouvrage, maître d œuvre et entrepreneur dans l exercice de leurs obligations respectives. (4) Eventuellement, et dans le cadre du respect des dispositions en la matière et des attributions d organismes concernés, l activité de contrôle peut être étendue par le développement de diverses activités complémentaires à la mission traditionnelle tels que le contrôle en usine, de la qualité des matériaux destinés à la construction, l agrément technique des matériaux et éléments de construction, travaux de normalisation et de recherche, de procédés techniques de réalisation (5) Dans le cadre de son objet, l organisme, en liaison avec les organismes de contrôle technique de la construction de bâtiments, contribue à l établissement des règlements et des programmes de recherches utilisées à la définition des éléments de législation et de réglementation des normes et des règles, notamment les normes techniques Algériennes en matière de construction de bâtiments selon des instructions arrêtées par le ministre de l aménagement du territoire, de l urbanisme et de la construction et en liaison avec tout autre autorité ou structure concernée. (6) L organisme est en outre chargé, dans le cadre de son objet, de participer au développement des méthodes et systèmes de contrôle, à la formation, au recyclage et au perfectionnement des personnels qualifiés dans ce domaine, d entretenir toutes relations utiles avec les organismes de même vocation, nationaux et, en tant que de besoin, étrangers, de réunir, traiter et conserver les informations liées à son objet en vue de contribuer à la création d une banque de données, d assurer la diffusion des connaissances de l expérience acquise, notamment par l organisation de conférences et séminaires. 3

5 La Traduction de ces textes sur l activité des Organismes CTC dégage : L Objet de la Mission Le Contenu de la Mission: L Objet de la mission Domaine et Secteur d intervention L organisme est chargé du contrôle technique de la construction de bâtiments de toute nature. Définition de la mission Pour s assurer de la stabilité et de la durabilité des ouvrages, fondations, viabilité ayant un impact sur la stabilité de l ouvrage, d ossature, de clos et couvert. Contenu de la mission Modalités de mise en œuvre de la mission La mission concerne l examen critique de l ensemble des dispositions techniques des projets et notamment le contrôle de la conception du grosœuvre et des éléments qui lui sont rattachés. Contrôle de conformité par rapport à un règlement Pour s assurer de leur conformité aux règles et normes de construction. Etendue et Portée de la mission En vue de réduire les risques d effondrement et de désordre en la matière et de contribuer à la prévention des différents aléas techniques susceptibles d être rencontrés dans la réalisation. La Forme du contrôle se traduit par un visa, conformément aux dispositions des Décrets de création reprises «in extenso» «L organisme est seul habilité, dans le cadre de sa compétence territoriale et de son objet, à délivrer les visas exigibles auprès des institutions nationales d assurances, dans le cadre de la loi.» Ce contrôle est complété par le contrôle de l exécution des travaux en vue de veiller au respect des plans visés et procédés de mise en œuvre. 4

6 Interactions entre les processus du CTC et les processus d intervention des autres acteurs de la construction. Etabli sur la base d un projet d une durée normalisée de 60 unités de temps, objet d une mission M1 de contrôle technique de normalisation des risques (NR), le chronogramme de la première figure montre les interactions entre les phases du déroulement de la mission CTC et les phases d intervention respectives du BET Maître d œuvre, de l Entreprise de réalisation et du Laboratoires de Sols et de l autocontrôle des Matériaux posés par l Entreprise. Ce même chronogramme est reproduit successivement : dans la deuxième figure pour mettre en exergue les moments de la génération des différents actes ou LIVRABLES DE LA MISSION du CTC ; dans la troisième figure pour mettre en évidence les Livrables DES MISSIONS MOE/BET par référence aux articles 6 à 11 de l Arrêté du 15 mai 1988 relatif à la maîtrise d œuvre en bâtiment en fonction des phases d intervention du BET Maître d œuvre. Le chronogramme de la dernière figure mentionne que «tous les LIVRABLES MINIMUM nécessaires à la mission CTC doivent être authentifiés par le Professionnel chargé de l affaire et par le Gestionnaire Technique de la MOE, y compris les Procès verbaux d Essais du Laboratoire des Matériaux pour l Autocontrôle par l Entreprise». 5

7 DELAIS REALISATION TRAVAUX AUTO CONTROLE Laboratoire Matériaux Laboratoire de Sol Contrôle Technique MOE/BET Enterprise ESQUISSE PROPOSITIONS de REGLEMENT AVANT PROJET PROJET D EXECUTION SUIVI & CONTROLE de l EXECUTION des TRAVAUX RECEPTION CONTROLE TECHNIQUE DES TRAVAUX RAPPORT PRELIMINAIRE RAPPORT GEOTECHNIQUE RAPPORT COMPLEMENTAI RAPPORT SPECIFIQUE CONTROLE CONCEPTION CONTROLE TECHNIQUE PROJET D EXECUTION ASSISTANCE CHOIX ENTEPRISE ESSAIS SUR MATERIAUX INTERVENTION DES CONSTRUCTEURS 6

8 DELAIS Enterprise MOE/BET LIVRABLES MISSION CTC ESQUISSE AVANT PROJET PROJET D EXECUTION SUIVI & CONTROLE de l EXECUTION des TRAVAUX PROPOSITIONS de REGLEMENT RECEPTION EXAMEN CONCEPTION P.V. de VISITE du SITE RAPPORT D EXAMEN DE La CONCEPTION RICT CONTROLE TECHNIQUE PROJET D EXECUTION P.V. de VISITE du TERRAIN VISA PLANS AVIS SUR DOCUMENTS D EXECUTION ADEX ASSISTANCE CHOIX ENTEPRISE REALISATION TRAVAUX AUTO CONTROLE CONTROLE TECHNIQUE DES TRAVAUX P.V. Examen de Fond de Fouille P.V. Visite de Chantier Fiches d Alerte Qualité Matériaux Fiches d alerte Qualité Pose Matériaux Fiches d alerte Qualité Ouvrages Rapport de Fin de la Mission de Contrôle Technique RFCTC Tous les «livrables» du CTC sont «authentifies» par le Directeur d Agence «Territorialement» Compétent ou par son Représentant dument habilité Laboratoire Matériaux Pour AUTO CONTROLE par ENTREPRISE ESSAI S SUR MATERIAUX LIVRABLE MISSION CTC 7

9 DELAIS Enterprise REALISATION TRAVAUX AUTO CONTROLE MOE/BET Contrôle Technique ESQUISSE AVANT PROJET PROJET D EXECUTION SUIVI & CONTROLE de l EXECUTION des TRAVAUX PROPOSITIONS de REGLEMENT RECEPTION EXAMEN CONCEPTION CONTROLE TECHNIQUE PROJET D EXECUTION ASSISTANCE CHOIX ENTEPRISE CONTROLE TECHNIQUE DES TRAVAUX LIVRABLES MOE/BET Article6 De l Arrête du 15 Mai 1986 Article7 De l Arrête du 15 Mai 1986 Article8 De l Arrête du 15 Mai 1986 Article9 De l Arrête du 15 Mai 1986 Article10 De l Arrête du 15 Mai 1986 Article11 De l Arrête du 15 Mai 1986 Tous les LIVRABLES MINIMUM(*) nécessaires à la mission (M1) pour le Contrôle de Normalisation de Risque (NR) Doivent être authentifies par le Professionnel chargé de l affaire et par le Gestionnaire Technique de la MOE, y compris les Procès Verbaux d Essai du Laboratoire Matériaux pour l Autocontrôle par l Entreprise (*) Voir ci après les Livrables Minimums nécessaires à l Intervention du CTC Laboratoire Matériaux Pour AUTO CONTROLE par ENTREPRISE LIVRABLES DES MISSIONS DE LA MOE/BET ESSAI S SUR MATERIAUX 8

10 METHODOLOGIE DU CONTROLE TECHNIQUE DE LA CONSTRUCTION Les règles d intervention du contrôleur technique Le contrôleur technique a pour mission de contribuer à la prévention des différents aléas techniques susceptibles d être rencontrés dans la réalisation des ouvrages. Pour ce faire : il intervient à la demande du maître d ouvrage et c est à ce dernier qu il transmet ses avis, son intervention peut être imposée comme le stipule la réglementation, il intervient en relation avec les autres acteurs de la construction conformément aux dispositions de l article 18 de l Arrêté interministériel du 15 mai 1988 portant modalités d exercice et de rémunération de la maîtrise d œuvre en bâtiment qui stipule : «Il est fait obligation au maître de l ouvrage de conclure une convention avec l organisme CTC pour toutes les constructions entrant dans les attributions de ce dernier. La conclusion de cette convention doit intervenir immédiatement après la signature du contrat de maîtrise d œuvre. Le maître d œuvre est tenu d assister le maître de l ouvrage dans ses relations avec l organisme de contrôle lors de l établissement de la convention et l obtention des visas techniques». il doit être agréé par son entreprise à l issue d une formation, ellemême agréée par l Etat, il engage sa responsabilité, l activité de contrôle technique étant soumise à la garantie décennale édictée par l article 554 du Code civil. 9

11 PROCESSUS DE REALISATION DE LA MISSION La description sommaire des phases de réalisation de la mission montre que l on est en présence de processus séquentiels et que l approche processus initiée dans le cadre des normes de la famille ISO 9000 est tout à fait indiquée. Le diagramme de la figure reproduit le modèle d un SMQ basé sur les processus en faisant apparaître l intégration des processus de Contrôle Technique de la Construction. Mission CTC 10

12 IDENTIFICATION DES PROCESSUS DU CONTROLE TECHNIQUE DE LA CONSTRUCTION Le diagramme de la figure suivante permet de visualiser les cinq (5) sous processus constitutifs du Processus de Réalisation de la Mission CTC : P1 : CONTROLE TECHNIQUE DE L AVANT PROJET P2 : CONTROLE TECHNIQUE DU PROJET D EXECUTION P3 : CONTROLE TECHNIQUE DES TRAVAUX P4 : MANAGEMENT DE LA MISSION DE CONTROLE TECHNIQUE P5 : PRODUCTION DES ACTES D INFORMATION Le diagramme permet à son tour de visualiser les interactions entre les cinq (5) processus identifiés et leur articulation au sein de l architecture générique des processus du modèle ISO 9000 (PROCESSUS DE MANAGEMENT, PROCESSUS DE REALISATION et PROCESSUS DE SUPPORT). Processus MANAGEMENT BESOINS & ATTENTES 1- C.T. CONCEPTION Avant Projet Projet D Exécution Besoins de modification Besoins de modifications Objectifs définis Objectifs évalués 4 MANAGEMENT DE LA MISSION Besoins ressources Ressource s allouées 5 ACTES D INFORMATIONS RICT CTCT Inspection, Visites Revue Besoins de modifications RECEPTION DE L OUVRAGE 2 C.T. PROJET D EXECUTION 3 CONTRÔLE TECHNIQUE DES TRAVAUX Processus SUPPORT 11

13 METHODOLOGIE DU CONTROLE TECHNIQUE DE LA CONSTRUCTION La mission de contrôle technique qui est confiée au contrôleur par le maître d ouvrage doit permettre d assurer au mieux la prévention des aléas techniques susceptibles d être rencontrés. Pour cela, il est nécessaire d en définir la nature, caractérisée par le choix des aléas techniques dont la prévention est recherchée, et le domaine d intervention, constitué par l ensemble des ouvrages et éléments d équipements sur lesquels porte la mission. Plus précisément, les parties de construction concernées sont les ouvrages de viabilité, les ouvrages de fondation, les ouvrages d ossature et les ouvrages de clos et couvert. Les missions de contrôle technique se classent en une mission de base incontournable qui est celle de la Normalisation des Risques et en des missions additionnelles ou complémentaires qui trouvent leur nécessité selon les cas. La mission de base M1 ou MISSION NR (normalisation de risque) porte sur la solidité des ouvrages et des éléments d équipement indissociables des ouvrages. Les missions complémentaires sont variées et, dans un premier compartiment, on trouve les missions M2, M3 et M4 qui couvrent les principaux Corps d Etats Techniques (C.E.T) : M2 pour l Electricité, M3 pour la Plomberie et M4 pour le Chauffage et la Climatisation. Un autre compartiment recouvre d autres Corps d Etats Techniques (C.E.T) relatifs : A la solidité d éléments d équipement non indissociablement liés, Au fonctionnement des installations, A l Isolation acoustique, A l isolation thermique A la solidité des existants, Etc. Quels que soient sa nature et son domaine d intervention, toute mission de contrôle technique de la construction doit immanquablement s appuyer sur un(des) règlement(s). La mission de contrôle technique de la construction se caractérise également par un processus séquentiel de génération de Livrables. 12

14 Les tableaux qui suivent contiennent : Les matrices élémentaires d identification des missions. IDENTIFICATION DES MISSIONS MISSION INTITULE LOT CONCERNE REGLEMENT(S) LIVRABLES M 1 CONTRÔLE DE NORMALISATION DES RISQUES (NR) (Article 3 Décret ) GROS ŒUVRE + ETANCHEITE ET ET VIABILITE (E.U + E.P) Règlement GO + Etanchéité + Viabilité (EU + EP) REGLEMENTS M 2 ELECTRICITE ELECTRICITE CONTROLE DE M 3 CONFORMITE A UN PLOMBERIE REGLEMENTS (DES) REGLEMENT (S) PLOMBERIE M 4 CHAUFFAGE ET CLIMATISATION REGLEMENTS CHAUFFAGE ET CLIMATISATION Les Groupes d usage GROUPE D USAGE BATIMENT G1 LOGEMENTS G2 ADMINISTRATION ET BATIMENTS ASSIMILES G3 BATIMENTS EDUCATIFS, SANITAIRES ET SOCIAUX CULTURELS G4 BATIMENTS POUR LE COMMERCE, INDUSTRIE ET SERVICES G5 BATIMENTS POUR INFRASTRUCTURES ET AUTRES Les livrables de la mission LIVRABLES DE LA MISSION CRCT Compte Rendu de Contrôle Technique RICT Rapport Initial de Contrôle Technique ADEX Avis sur les Documents d EXécution VISA VISA des plans d exécution P.V. Procès Verbaux (Visite terrain, site, chantier & réception ) RFCT Rapport de FIN de Mission de Contrôle Technique CRCT RICT VISA P.V. RFCT (*) D autres actes d information sont produits tout au long du déroulement de la mission, en tant que RAPPORTS, PROCES VERBAUX et NOTES intermédiaires, à usage interne au CTC ou à usage de communication avec le maître d ouvrage et les autres acteurs de la construction. 13

15 MODALITES DE REALISATION DE LA MISSION Modalités générales : L intervention du contrôleur technique doit s exercer dès la phase de conception puis au cours de la phase exécution et enfin durant la phase de parfait achèvement des travaux. Le fait de désigner le plus en amont possible du processus de construction le contrôleur lui permet d émettre des observations dès le début du projet. Le maître de l ouvrage reçoit les avis du contrôleur technique et choisit les suites à donner à ces derniers. Le contrôleur technique ne peut donner d instructions aux constructeurs, mais il peut en revanche leur communiquer ses avis et observations. Aux fins d application, les modalités de réalisation de la mission sont précisées à travers des documents de procédures portant cahiers des clauses techniques devant encadrer l élaboration de conventions types de contrôle technique de la construction correspondant aux besoins de chaque type de mission (M1, M2, M3 et M4). Modalités pratiques : Les différentes phases autour desquelles se déroule la mission de contrôle technique sont: L examen des documents de conception qui est sanctionné par : CRCT RICT Compte Rendu de Contrôle Technique Rapport Initial de Contrôle Technique l examen des documents d exécution sanctionné par : ADEX VISA Avis sur les Documents d EXecution VISA des plans d exécution l examen sur chantier des ouvrages et des éléments d équipement soumis au contrôle suivi de la formulation d avis ; P.V. Procès Verbaux (Visite terrain, site, chantier & réception ) Un rapport final de contrôle technique est adressé au maître de l ouvrage avant la réception ; il signale les avis qui, selon le contrôleur technique, n ont pas été suivis d effets. RFCT Rapport de FIN de Mission de Contrôle Technique A la demande du maître de l ouvrage, le contrôleur technique peut être amené à formuler des avis sur des travaux de parachèvement pendant la période de garantie de parfait achèvement. Dans l exercice de sa mission le contrôleur technique : n examine pas, sauf dispositions particulières, les éléments relatifs aux espaces verts et aux aménagements extérieurs, ni les aménagements spécifiques des activités professionnelles, 14

16 ne procède pas aux vérifications de l implantation, des côtes qui n ont pas d incidence sur l objet de sa mission ou métrés des ouvrages et éléments d équipement soumis au contrôle, se réfère aux caractéristiques des matériaux, équipements et appareils telles qu elles sont attestées par les certificats produits ou procès verbaux d essais, réalise des interventions sur chantier ne revêtant pas un caractère exhaustif, émet des avis favorables ou défavorables, ou même suspendus, quand les dispositions soumises à son contrôle sont trop générales pour justifier un avis en l absence de précisions complémentaires. Aucun avis suspendu ne subsiste dans le rapport final. borne ses interventions en phase exécution, à l examen des ouvrages et éléments d équipement soumis à son contrôle à l occasion de visites de chantier, si les autocontrôles des entreprises ne lui sont pas communiqués. Le dispositif méthodologique du contrôle technique de la construction est constitué de trois composantes majeures : le LOGICIEL METHODOLOGIQUE RCTC qui a été développé au sein du CTC Centre en 2009 et 2010, puis adopté par les autres Filiales et implanté dans l ensemble des Agences CTC pour être opérationnel depuis novembre 2011 ; Le SYSTEME D INFORMATION et la BASE DE DONNEES accompagnant le logiciel RCTC ; Les LOGICIELS TECHNIQUES formant la BLQ (Bibliothèque de Logiciels Qualifiés). Ces composantes ont été l objet de l élaboration de Documents de référence appropriés: Manuels et Protocoles d exploitation et maintenance du RCTC, etc. 15

17 LES MISSIONS DE L AGENCE CTC En tant que centre opérationnel de l activité CTC, l Agence est le premier réceptacle des missions du CTC telles que définies de façon méthodique et détaillée à travers le Document de référence de 1er niveau N1 01 Quelques extraits de ce document sont suffisants pour poser le socle qui va fonder la conception de son organisation. 16

18 IDENTIFICATION DES MISSIONS PAR NATURE Reproduite ci après, cette matrice donne une vue synthétique sur la nature des missions fondamentales dont l Agence CTC est investie. IDENTIFICATION DES MISSIONS CODE INTITULE LOT CONCERNE REGLEMENT(S) LIVRABLES CONTRÔLE DE GROS ŒUVRE + Règlement GO + REP RCTC NORMALISATION ETANCHEITE ET Etanchéité + VISA M 1 DES RISQUES (NR) ET VIABILITE Viabilité P.V (Article 3 Décret 86 (E.U + E.P) (EU + EP) RFCTC 205) M 2 ELECTRICITE REGLEMENTS ELECTRICITE M 3 CONTROLE DE CONFORMITE A UN (DES) REGLEMENT (S) PLOMBERIE REGLEMENTS PLOMBERIE M 4 CHAUFFAGE ET CLIMATISATION REGLEMENTS CHAUFFAGE ET CLIMATISATION REP RCTC VISA P.V RFCTC REP RCTC VISA P.V RFCTC REP RCTC VISA P.V RFCTC Les Groupes d usage du bâtiment Ils déterminent les domaines d intervention au titre des missions CTC. Ils sont énumérés à travers le tableau ci dessous. G1 G2 G3 G4 G5 GROUPE D USAGE BATIMENT LOGEMENTS ADMINISTRATION ET BATIMENTS ASSIMILES BATIMENTS EDUCATIFS, SANITAIRES ET SOCIAUX CULTURELS BATIMENTS POUR LE COMMERCE, INDUSTRIE ET SERVICES BATIMENTS POUR INFRASTRUCTURES ET AUTRES Leur contenu détaillé est précisé à travers la Nomenclature des bâtiments et ouvrages annexée au Document de référence N1 03 portant barème des honoraires. Les livrables de la mission sont rappelés dans le tableau ci après. R.E.P R.C.T.C. VISA P.V. R.F.C.T.C. LIVRABLES DE LA MISSION RAPPORT D EXAMEN PREALABLE : Examen de la Conception RAPPORT DE CONTROLE TECHNIQUE : Examen des plans d exécution VISA des plans d exécution Procès verbaux (Visite terrain, site, chantier) & réception s il ya lieu Rapport de FIN de Mission de Contrôle Technique 17

19 «MISSION CONTROLE TECHNIQUE» Dossier Externe Nécessaire (INPUT) Point d Arrêt Directeur Agence Project Manager P.M. Chef de Dpt Ingénieur de Contrôle Ingénieur spécialiste Livrables OUT PUT PHASE Bordereau Renseignement Désignation du P.M. Dossier Avant projet Pièces Ecrites Pièces Graphiques Rapport Géotechnique Préliminaire NON Dossier Complet? OUI Visite Terrain Exécution Mission sur Dossier Avant Projet Contrôle de la Conception Rapport Visite Terrain Rapport Initial de Contrôle Technique CONTROLE CONCEPTION Dossier Projet Exécution Pièces Ecrites Pièces Graphiques Rapport Géotechnique NON Dossier Complet? OUI Visite Site Exécution Mission sur Dossier de Consultation des Entreprises DCE Contrôle des Plans d Exécution Rapport de Visite Site Avis sur Documents d Exécution Visas Plans CONTROLE PLANS D ECUTION Dossier Géotechnique complémentaire A l ouverture des Fouilles s il y a lieu NON Démarrage Chantier Relance MO OUI Visite Fond de Fouille Exécution de la Mission Contrôle Chantier Rapport de Visite Fond de Fouille Compte Rendu de Contrôle Technique Rapport de Fin de Travaux de Contrôle Technique CONTROLE CHANTIER Dossier de Recollement FIN 18

20 Autres éléments des missions de l Agence CTC Outre les missions fondamentales (mission de base et missions complémentaires telles que visées cidessus), l Agence CTC est également investie des autres missions statutaires prévues pour le Groupe et les Filiales, à savoir: La mission relative au développement de la qualité des constructions, particulièrement celles du contrôle de qualité des matériaux. La mission relative à l économie de la construction, dans le respect de la qualité requise, à travers l examen attentif des pièces et documents fournis par les bureaux d études. D autres missions sont par ailleurs induites par l appartenance de l Agence CTC à l organisation d ensemble du CTC, vue comme un système dynamique. Il s agit pour elle: i) de contribuer à la pérennité de l organisation CTC en assumant les responsabilités qui lui sont conférées en tant que «Point Focal CTC» dans la Wilaya. ii) de veiller à l efficience par l amélioration continue de ses ratios de ressources employées rapportées aux résultats obtenus. iii) de maîtriser son environnement en soignant ses relations aux Maîtres d Ouvrages, aux BET, aux Laboratoires et aux Entrepreneurs. iv)de contribuer activement à la croissance de l activité CTC, par le développement continu de ses capacités, par la modernisation de ses moyens et par une contribution, à son niveau et à sa manière, à l élaboration de la réglementation technique de la construction, à travers l application, voire l élaboration et la proposition, des règles de bonnes pratiques professionnelles. DESCRIPTION DE LA STRUCTURE D ORGANISATION DE L AGENCE CTC Organigramme de l Agence CTC Le choix de l organisation la mieux adaptée s est porté sur une structure matricielle en faveur de laquelle ont joué trois arguments majeurs: l activité de l Agence a pour objet des Projets; le capital immatériel (personnel et informations) constitue le principal input; le personnel de l Agence est composé essentiellement de profils de haut niveau. La division du travail est conçue à travers deux lignes de commandement sous l autorité du Directeur d Agence: une ligne hiérarchique où se placent les fonctions usuelles d administration et de gestion matérielle et logistique, de comptabilité et finance, de GRH et d informatique ainsi que deux départements techniques (Laboratoire et CET CES); une ligne fonctionnelle de management de projets. La coordination sera facilitée par la standardisation poussée des processus et procédures de l activité ainsi que des profils de qualification Composants clés de l organisation d Agence CTC. Ils sont présentés en deux espaces dans le schéma d organigramme: un espace «BUREAU»; un espace «PROJETS». Espace bureau : la Direction de l Agence CTC assure la gestion du programme des projets soumis au contrôle sur le territoire de la wilaya, le pilotage, la conduite et le suivi des projets en cours, l administration et la gestion matérielle, humaine et financière ainsi que le reporting de l agence. Ses composants sont les suivants: Secrétariat; Finances et Comptabilité; Administration et Moyens généraux dont, notamment: 19

21 Gestion matérielle et logistique; Archivage et gestion des documents. Informatique et Systèmes d Information ; Management Qualité et Gestion des Ressources Humaines Espace projets Dans cet espace, l organigramme type prévoit des composantes en termes de structures et des composantes associées. Structure Composantes associées Les Project Managers pour couvrir les missions M1, M2, M3 et M4 ; Le Département Laboratoire & Matériaux assorti d un Itinérant pour l échantillonnage et les mesures ; Le Département CET (Electricité, Plomberie et HVAC) qui couvre les missions M2, M3 et M4. Un corps d ingénieurs contrôleurs généralistes dédié à la Mission M1 Un corps d ingénieurs spécialisés en charpente métallique, béton précontraint, sols et fondations, notamment, dédié à la Mission M1 Les PROJECT MANAGERS Par leurs différents profils de compétence et d expérience (junior, senior), les ingénieurscontrôleurs peuvent postuler aux différents postes de la hiérarchie du management de projet : Projet Manager responsable d un projet déterminé ; Projet Manager responsable d un portefeuille de projets ; Le Project Manager peut être assisté, si nécessaire, d un «Project Management Office» service approprié destiné à procurer aux Project Managers les ressources en savoirs, techniques, méthodes et procédures. LES CORPS D INGENIEURS : Les ingénieurs contrôleurs techniques (Mission M1) assurent les missions de contrôle technique, chacun d eux étant investi dans un ou plusieurs projets. Les ingénieurs contrôleurs généralistes sont classés par niveau d expérience et de compétence : N1 : Ingénieur contrôleur débutant ou stagiaire; N2 : Ingénieur contrôleur junior ou confirmé N3 : Ingénieur contrôleur senior ou principal Le corps des ingénieurs spécialisés (Mission M1) est commun à l ensemble des projets et intervenant ès qualité de façon ponctuelle selon les sollicitations des projets sur, notamment : les sols et fondations, la charpente métallique, le béton précontraint,. LE DEPARTEMENT CET ET CES (MISSION M2, M2 & M3) Il aura pour tâches de, tout en mettant en place «ex nihilo» l assiette d accueil des supports méthodologiques et des procédures relatifs à l exercice des missions M2, M3 et M4, d être opérationnel avec un potentiel humain qualifié minimal qu il requiert. Le Département Laboratoire & Matériaux Il a pour fonction essentielle de réaliser les essais et analyses sur les matériaux (béton, acier, sable, ), pour les besoins internes de l Agence et au titre de la mission CTC. Un service approprié, l Itinérant, est associé au laboratoire pour effectuer les mesures in situ et les prélèvements sur sites. 20

22 Directeur AGENCE Secrétariat Finances Comptabilité Qualité Ressources humaines Mission M1, M2, M3 & M4 Mission M1 Archives Mission M2, M3, M4 Ingénieurs GENERALISTES Ingénieurs SPECIALISES Charpente Métallique Béton Précontraint Sol & Fondations Département CET Electricité, Plomberie & HVAC Informatique et SI PROJECT MANAGER 1 PROJECT MANAGER 2 PROJECT MANAGER 3 Département Laboratoire & Matériaux 21 Projets Bureau ITINERANT Enchantions & Mesures

DOCUMENT DE REFERENCE DE PREMIER NIVEAU POUR LA NORMALISATION DE LA MISSION DE CONTROLE TECHNIQUE DE LA CONSTRUCTION

DOCUMENT DE REFERENCE DE PREMIER NIVEAU POUR LA NORMALISATION DE LA MISSION DE CONTROLE TECHNIQUE DE LA CONSTRUCTION GROUPE CTC EPE SPA CAPITAL: 50 000 000,00 DA SIEGE SOCIAL: 01, RUE KADDOUR RAHIM HUSSEIN DEY, ALGER TEL: 021 49 64 69 FAX: 021 77 85 04 DOCUMENT DE REFERENCE DE PREMIER NIVEAU POUR LA NORMALISATION DE

Plus en détail

Le point de vue du contrôleur technique

Le point de vue du contrôleur technique Le point de vue du contrôleur technique mars 2010 P-E Thévenin Contrôle technique en zone sismique le contrôle technique missions et finalité contrôle technique obligatoire les attestations PS de contrôle

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

CONSULTATION DE SERVICES DE CONTROLEUR TECHNIQUE

CONSULTATION DE SERVICES DE CONTROLEUR TECHNIQUE Service Assainissement VILLE D'HAZEBROUCK Mairie - BP 70189 - rue André Biébuyck 59524 HAZEBROUCK CEDEX CONSULTATION DE SERVICES DE CONTROLEUR TECHNIQUE Service Gestionnaire : DIRECTION DES SERVICES TECHNIQUES

Plus en détail

LA MAITRISE D OEUVRE D EXECUTION (MOE)

LA MAITRISE D OEUVRE D EXECUTION (MOE) LA MAITRISE D OEUVRE D EXECUTION (MOE) Le maître d oeuvre (ou maîtrise d oeuvre, notée MOE) est l entité chargée par le maître de l ouvrage (client) de concevoir le bâtiment à construire ou à rénover selon

Plus en détail

REFERENTIEL D ACTIVITES ET DE COMPETENCES «CONDUCTEUR DE TRAVAUX»

REFERENTIEL D ACTIVITES ET DE COMPETENCES «CONDUCTEUR DE TRAVAUX» Document mis à jour le 04/02/2015 APGP - Association Paritaire de Gestion du Paritarisme 8 rue du chalet - 75010 PARIS Tél. : 01 42 84 28 71 - Fax : 01 42 02 68 53 cpnef.architecture@apgp.fr www.branche-architecture.fr

Plus en détail

LE GÉNIE PARASISMIQUE

LE GÉNIE PARASISMIQUE LE GÉNIE PARASISMIQUE Concevoir et construire un bâtiment pour qu il résiste aux séismes 1 Présentation de l intervenant Activité : Implantation : B.E.T. structures : Ingénierie générale du bâtiment. Siège

Plus en détail

Les prédalles Standards opérationnels

Les prédalles Standards opérationnels avec le conseil de Les prédalles Standards opérationnels Contexte et objectif La prédalle est un produit éprouvé depuis plus de 50 ans, pour réaliser des dalles allant jusqu à 8 m de portée. Les planchers

Plus en détail

CONTRAT D ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE. LE MAITRE d OUVRAGE Représenté par :... Domicilié à :. Téléphone Télécopie Email...

CONTRAT D ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE. LE MAITRE d OUVRAGE Représenté par :... Domicilié à :. Téléphone Télécopie Email... CONTRAT D ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE Entre les soussignés : LE MAITRE d OUVRAGE Représenté par :... Domicilié à :. Téléphone Télécopie Email... Et L ASSISTANT A MAITRISE D OUVRAGE Représenté par :...

Plus en détail

Le contrôle technique au service de la qualité de la construction

Le contrôle technique au service de la qualité de la construction Direction Départementale D des Territoires de la Savoie Éviter les non-conformit conformités s récurrentes r dans la construction neuve - Le contrôle technique au service de la qualité de la construction

Plus en détail

FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE DECENNALE

FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE DECENNALE FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE DECENNALE 1. MAITRE DE L OUVRAGE (proposant et futur souscripteur du contrat) 1.1. Nom ou raison sociale : 1.2. Adresse précise : 1.3.

Plus en détail

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Vu le décret n 2006-672 du 8 juin 2006 relatif à la création, à la composition et au fonctionnement de commissions

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D HABILITATION pour la réalisation de contrôles techniques des éléments de l assiette des redevances des agences de l eau

DOSSIER DE DEMANDE D HABILITATION pour la réalisation de contrôles techniques des éléments de l assiette des redevances des agences de l eau DOSSIER DE DEMANDE D HABILITATION pour la réalisation de contrôles techniques des éléments de l assiette des redevances des agences de l eau Bassin : Domaine de contrôle : Etablissement : Cadre réservé

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

Fondation sur pieux et fondation mixte

Fondation sur pieux et fondation mixte Journée technique du CFMS Groupe de Travail "Fondations d éoliennes" Fondation sur pieux et fondation mixte Journée du 20 octobre 2009 1 Sommaire «Fondation sur pieux et fondation mixte» 1/. Fondation

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

RAPPORT INITIAL LYCEE DIDEROT - REFECTION DE PLAFONDS. À l'attention de MME LORCY LYCEE DIDEROT 43 CRS GENERAL GIRAUD 69283 LYON CEDEX 01 69 LYON 01

RAPPORT INITIAL LYCEE DIDEROT - REFECTION DE PLAFONDS. À l'attention de MME LORCY LYCEE DIDEROT 43 CRS GENERAL GIRAUD 69283 LYON CEDEX 01 69 LYON 01 LYCEE DIDEROT 43 CRS GENERAL GIRAUD 69283 LYON CEDEX 01 À l'attention de MME LORCY RAPPORT INITIAL LYCEE DIDEROT - REFECTION DE PLAFONDS 69 LYON 01 N DE CLIENT : 31599435 N DE CONVENTION : 8O60150039 CHRONO

Plus en détail

La construction parasismique : règles pratiques

La construction parasismique : règles pratiques La construction parasismique : 1/6 Les fiches «enseignant» et «élève» citées ci-dessous permettent d illustrer cette fiche «documentation» à travers des expériences ou des études de documents (vidéo ou

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

LISTE DES TACHES RESULTANT DES ATTRIBUTIONS CONFIEES AU MANDATAIRE

LISTE DES TACHES RESULTANT DES ATTRIBUTIONS CONFIEES AU MANDATAIRE ANNEXE 1 CONTRAT DE MANDAT PUBLIC DE REALISATION D UN POLE DE SANTE LIBERAL AMBULATOIRE À SAINT PIERRE SUR DIVES LISTE DES TACHES RESULTANT DES ATTRIBUTIONS CONFIEES AU MANDATAIRE OCTOBRE 2014 1/11 SOMMAIRE

Plus en détail

Les avis de la Chambre des Métiers. Institution de cahiers spéciaux. des charges standardisés en matière de marchés publics

Les avis de la Chambre des Métiers. Institution de cahiers spéciaux. des charges standardisés en matière de marchés publics Les avis de la Chambre des Métiers Institution de cahiers spéciaux des charges standardisés en matière de marchés publics CdM/04/02/2013 12-106 Amendements au projet de règlement grand-ducal portant institution

Plus en détail

GUIDE REVUE DE PROJET

GUIDE REVUE DE PROJET GUIDE REVUE DE PROJET VERSION 1 SEPTEMBRE 2015 Document applicable à partir du 15/09/2015 Page 1/11 Sommaire 1. Objet...3 2. Principe général...3 2.1 Déroulé de la mission...3 2.2 Support et rapport mis

Plus en détail

Dommages ouvrage, CNR, TRC. Renseignements généraux

Dommages ouvrage, CNR, TRC. Renseignements généraux Dommages ouvrage, CNR, TRC Référence de votre cabinet Code ORIAS N : Cachet de votre cabinet : Renseignements généraux Raison sociale Le proposant Nom prénom Adresse Code postal Ville Tél Fax Mail Code

Plus en détail

CHATEAU BRIGNON FABRIQUE D AUTEURS. Marché public de maîtrise d œuvre Mission de base Réutilisation ou réhabilitation d ouvrage de bâtiment

CHATEAU BRIGNON FABRIQUE D AUTEURS. Marché public de maîtrise d œuvre Mission de base Réutilisation ou réhabilitation d ouvrage de bâtiment VILLE DE CARBON-BLANC SERVICE TECHNIQUE et URBANISME CHATEAU BRIGNON FABRIQUE D AUTEURS Marché public de maîtrise d œuvre Mission de base Réutilisation ou réhabilitation d ouvrage de bâtiment CAHIER DES

Plus en détail

Le rôle du maître d ouvrage.

Le rôle du maître d ouvrage. Le rôle du maître d ouvrage. Le maître d ouvrage peut être défini comme la personne morale ou physique pour laquelle l ouvrage est construit, il en est le responsable principal et, en tant que tel, est

Plus en détail

Commune de Chambly RENOVATION PARTIELLE DE LA COUVERTURE AUX TENNIS COUVERTS CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P)

Commune de Chambly RENOVATION PARTIELLE DE LA COUVERTURE AUX TENNIS COUVERTS CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P) Commune de Chambly RENOVATION PARTIELLE DE LA COUVERTURE AUX TENNIS COUVERTS CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P) 1 SOMMAIRE GENERALITES...3 1.1 OBJET DU MARCHE...3 1.2 INTERVENANTS...3

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

Note de présentation

Note de présentation Note de présentation Objet : Projet de décret d application de la loi n 24-09 relative à la sécurité des produits et des services et complétant le dahir du 9 ramadan 1331 (12 aout 1913) formant code des

Plus en détail

Diplôme. Technicien en génie civil

Diplôme. Technicien en génie civil Profil professionnel du Diplôme Technicien en génie civil Finalisé et publié 2006 Validé le DT-GC-PP090210-01 PROFIL PROFESSIONNEL DU TECHNICIEN EN GÉNIE CIVIL Définition d un profil professionnel «Le

Plus en détail

LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE

LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE Septembre 2011 Page 1 Au sommaire Préambule Le nouveau référentiel sur la forme Le nouveau référentiel sur le

Plus en détail

Réalisation d une station d épuration et de son réseau

Réalisation d une station d épuration et de son réseau Mandat public Annexe Liste des tâches résultant des attributions confiées au mandataire Réalisation d un ouvrage de bâtiment ou d infrastructure Réalisation d une station d épuration et de son réseau Date

Plus en détail

Le projet technique industriel en BTS Électrotechnique

Le projet technique industriel en BTS Électrotechnique Le projet technique industriel en BTS Électrotechnique Le projet technique industriel fait partie intégrante de la formation et de l examen du BTS Electrotechnique par apprentissage. Il consiste, en 192

Plus en détail

Les constructeurs. Vos réf : Réf SFS : Maître d Ouvrage : D.O.C. : Début Prévu : Fin Prévu : Adresse Chantier :

Les constructeurs. Vos réf : Réf SFS : Maître d Ouvrage : D.O.C. : Début Prévu : Fin Prévu : Adresse Chantier : Les constructeurs Ce document doit comporter la liste de tous les réalisateurs ayant contracté directement avec le maître d'ouvrage, y compris les co-traitants et les sous-traitants. IMMIXTION : Intervention

Plus en détail

MARCHE PUBLIC Procédure adaptée (art. 28 du CMP) Marché à Bon de Commande (art. 77 du CMP) CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP)

MARCHE PUBLIC Procédure adaptée (art. 28 du CMP) Marché à Bon de Commande (art. 77 du CMP) CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) MARCHE PUBLIC Procédure adaptée (art. 28 du CMP) Marché à Bon de Commande (art. 77 du CMP) CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) Pouvoir adjudicateur COMMUNAUTE DE COMMUNES DES ETANGS représentée

Plus en détail

Hébergement TNT RP ANNEXE H6 - PROCEDURES. Version 2015_1 du 01 juin 2015. * Imaginer des solutions pour un monde numérique

Hébergement TNT RP ANNEXE H6 - PROCEDURES. Version 2015_1 du 01 juin 2015. * Imaginer des solutions pour un monde numérique O F F R E D E R E F E R E N C E 2 0 1 5 Hébergement TNT RP Version 2015_1 du 01 juin 2015 * Imaginer des solutions pour un monde numérique TDF SAS au capital de 166 956 512 EUR. SIREN 342 404 399 RCS Nanterre

Plus en détail

ETUDE DE SOL: OBJECTIFS ET FICHE PRATIQUE

ETUDE DE SOL: OBJECTIFS ET FICHE PRATIQUE ETUDE DE SOL: OBJECTIFS ET FICHE PRATIQUE Objectif d'une étude de sol sur site L'objectif d'une étude de sol d'avant projet de construction (étude géotechnique G12.) est de définir ta contrainte ou portance

Plus en détail

REFERENTIEL DE QUALIFICATION

REFERENTIEL DE QUALIFICATION REFERENTIEL Pour l attribution et le suivi d une qualification d entreprise 11, rue de la Vistule 75013 PARIS tel 01 43 21 09 27 www.qualipropre.org Date d application : Avril 2013 1/7 SOMMAIRE 1. Objet

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM IN ACTION auprès des équipes de Maitrise d Œuvre Cette consultation a pour objectif d

Plus en détail

Organisation pratique de la partie professionnelle de la deuxième année

Organisation pratique de la partie professionnelle de la deuxième année Organisation pratique de la partie professionnelle de la deuxième année Rappel sur le stage professionnel... Il se déroule en deux temps et recouvre deux réalités différentes : le stage ouvrier en juin

Plus en détail

Parlement européen EP/DGPRES/SEC/SER/2013-019 Clauses et Spécifications Techniques Particulières. Documents

Parlement européen EP/DGPRES/SEC/SER/2013-019 Clauses et Spécifications Techniques Particulières. Documents Parlement européen EP/DGPRES/SEC/SER/2013-019 Clauses et Spécifications Techniques Particulières La présente fiche fixe les spécifications techniques particulières minimales concernant les documents dus

Plus en détail

INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES

INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION ACTIVITE et TACHES

Plus en détail

FICHE THEMATIQUE. n 1 LE COORDONNATEUR SPS 1. LA DESIGNATION PAR LE MAITRE D OUVRAGE DU COORDONNATEUR SPS

FICHE THEMATIQUE. n 1 LE COORDONNATEUR SPS 1. LA DESIGNATION PAR LE MAITRE D OUVRAGE DU COORDONNATEUR SPS FICHE THEMATIQUE n 1 LE COORDONNATEUR 1. LA DESIGNATION PAR LE MAITRE D OUVRAGE DU COORDONNATEUR 1.1. Dans quels cas le recours à un coordonnateur est il obligatoire? 1.1.1. Les dispenses de coordonnateur

Plus en détail

LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE. Septembre 2011. Page 1

LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE. Septembre 2011. Page 1 LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE Septembre 2011 Page 1 Au sommaire Préambule Le nouveau référentiel sur la forme Le nouveau référentiel sur le

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

Analyse du marché de fourniture en gros de services Internet (haut débit et très haut débit) en Tunisie

Analyse du marché de fourniture en gros de services Internet (haut débit et très haut débit) en Tunisie REPUBLIQUE TUNISIENNE INSTANCE NATIONALE DES TELECOMMUNICATIONS DE TUNISIE CONSULTATION N 15/2013 Analyse du marché de fourniture en gros de services Internet (haut débit et très haut débit) en Tunisie

Plus en détail

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez Organisation et planification des activités du service Gestion des ressources matérielles Gestion et coordination des informations Relations professionnelles Rédaction et mise en forme de documents professionnels

Plus en détail

ENVIRONNEMENT DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS

ENVIRONNEMENT DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS ENVIRONNEMENT DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS 1 Les différents domaines de la construction Bâtiment : Constructions concernant les bâtiments à usage de bureaux ou à usage d habitation pour le compte

Plus en détail

Document de référence des activités et compétences des membres du CHSCT

Document de référence des activités et compétences des membres du CHSCT Document de référence des activités et compétences des membres du CHSCT Au niveau national comme au niveau régional, les partenaires sociaux ont la capacité de fixer les orientations qui seront mises en

Plus en détail

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE Commission paritaire nationale de l'emploi de la Métallurgie Qualification : MQ 2007 10 89 0264 FICHE D IDENTITE DE LA QUALIFICATION VALIDEE TITRE DE LA QUALIFICATION : Coordonnateur (trice) du développement

Plus en détail

# 07 Charte de l audit interne

# 07 Charte de l audit interne Politiques et bonnes pratiques # 07 de l audit Direction générale fédérale Service Redevabilité & Qualité Janvier 2015 Approuvé par le Comité des audits Juin 2013 Approuvé par le Directoire fédéral Juillet

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

Etabli le : 30.04.15 Par : F. Genoud / V. Borin Remplace la version du :

Etabli le : 30.04.15 Par : F. Genoud / V. Borin Remplace la version du : CAHIER DES CHARGES 1. Actualisation Etabli le : 30.04.15 Par : F. Genoud / V. Borin Remplace la version du : Motif d actualisation : Mise au concours du poste 2. Identification du poste Département : INFRASTRUCTURES

Plus en détail

Programme TAEHIL. Formation contractualisée pour l emploi

Programme TAEHIL. Formation contractualisée pour l emploi Programme TAEHIL Deux Mesures concrètes pour le programme TAEHIL Formation contractualisée pour l emploi Formation qualifiante ou de reconversion Objectif FCE: Formation contractualisée pour l emploi La

Plus en détail

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE Management par les processus Les facteurs clés de succès Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE 1 1. Objectifs et définitions 2. Le retour sur investissement des démarches 3. Les éléments structurants 4. Mise

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS B - TECHNICIEN TERRITORIAL BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS B - TECHNICIEN TERRITORIAL BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/LL/FG/DEJ/N 13-25 (1 bis) Equipe RH4 01 43 93 82 93 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES

REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES PREAMBULE Le baccalauréat professionnel Electrotechnique Energie Equipements Communicants traite des secteurs d activités : de l industrie, des services, de l habitat, du tertiaire et des équipements publics.

Plus en détail

EXIGENCES COMPLÉMENTAIRES POUR L ATTRIBUTION ET LE SUIVI D UNE QUALIFICATION PROFESSIONNELLE D'ENTREPRISE DANS L ACTIVITÉ : AGENCEMENT DE LOCAUX

EXIGENCES COMPLÉMENTAIRES POUR L ATTRIBUTION ET LE SUIVI D UNE QUALIFICATION PROFESSIONNELLE D'ENTREPRISE DANS L ACTIVITÉ : AGENCEMENT DE LOCAUX 1/8 EXIGENCES COMPLÉMENTAIRES POUR L ATTRIBUTION ET LE SUIVI D UNE QUALIFICATION PROFESSIONNELLE D'ENTREPRISE DANS L ACTIVITÉ : AGENCEMENT DE LOCAUX Date d application : 01 juillet 2015 2/8 SOMMAIRE PAGES

Plus en détail

LA GARELIERE IMMOBILIERE. Création d un lotissement, Lieu-dit «Les Singles», 17 750 ETAULES - Sondages et essais d infiltration

LA GARELIERE IMMOBILIERE. Création d un lotissement, Lieu-dit «Les Singles», 17 750 ETAULES - Sondages et essais d infiltration LA GARELIERE IMMOBILIERE Création d un lotissement, Lieu-dit «Les Singles», 17 750 ETAULES - Sondages et essais d infiltration COMPTE RENDU DES RESULTATS Dossier n Indice Date 0 10/07/2013 Etabli par Vérifié

Plus en détail

Les marchés de maîtrise d œuvre

Les marchés de maîtrise d œuvre Les marchés de maîtrise d œuvre Club OA Méditerranée 1er juillet 2010 Direction des Routes Service Ouvrages d Art F. EDON Conseil Général des Bouches du Rhône SOMMAIRE Environnement réglementaire missions

Plus en détail

Règlement de la Consultation

Règlement de la Consultation DEPARTEMENT DE LA CORSE DU SUD COMMUNE DE GROSSETO-PRUGNA Mission de coordination en matière de sécurité et de protection de la santé, pour la réhabilitation du groupe scolaire de Porticcio. Règlement

Plus en détail

La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France. Ministère de l Economie et des Finances

La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France. Ministère de l Economie et des Finances La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France Séminaire des 12 et 13 février 2013 Danièle LAJOUMARD, Inspecteur général des Finances C.I.A (Certified Internal

Plus en détail

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE STRATÉGIE DE SURVEILLANCE Décembre 2013 SOMMAIRE OBJET page 3 OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE page 3 PRINCIPES D ÉLABORATION DU PROGRAMME page 4 PROGRAMME 2014 page 5 RESSOURCES page 6 PERSPECTIVES 2015/2016

Plus en détail

COMMUNE DE CHAZEY-SUR-AIN

COMMUNE DE CHAZEY-SUR-AIN Département de l Ain COMMUNE DE CHAZEY-SUR-AIN Assainissement Maîtrise d ouvre pour la construction d une nouvelle station d épuration ACTE D ENGAGEMENT Marché de maîtrise d œuvre Articles 28 et 74 du

Plus en détail

Fiche n I-6 "Le visa des plans d'exécution"

Fiche n I-6 Le visa des plans d'exécution Fiche n I-6 "Le visa des plans d'exécution" 1. Objet de la présente fiche et rappels Cette fiche a pour objet de décrire la démarche préalable nécessaire à la délivrance du visa d un plan d exécution.

Plus en détail

DEMANDE D AUTORISATION DE DÉTENIR / UTILISER DES APPAREILS DE DÉTECTION DE PLOMB DANS LES PEINTURES CONTENANT DES SOURCES RADIOACTIVES

DEMANDE D AUTORISATION DE DÉTENIR / UTILISER DES APPAREILS DE DÉTECTION DE PLOMB DANS LES PEINTURES CONTENANT DES SOURCES RADIOACTIVES AUTO/IND/PLOMB DEMANDE D AUTORISATION DE DÉTENIR / UTILISER DES APPAREILS DE DÉTECTION DE PLOMB DANS LES PEINTURES CONTENANT DES SOURCES RADIOACTIVES Ce formulaire de demande concerne les demandes d autorisation

Plus en détail

MARCHE DE TRAVAUX CONSTRUCTION D UNE HALLE PUBLIQUE Passé dans le cadre des marchés à procédure adaptée

MARCHE DE TRAVAUX CONSTRUCTION D UNE HALLE PUBLIQUE Passé dans le cadre des marchés à procédure adaptée MAPA N 013-2015 MARCHE DE TRAVAUX CONSTRUCTION D UNE HALLE PUBLIQUE Passé dans le cadre des marchés à procédure adaptée Règlement de consultation (RC) Date limite de remise des offres : lundi 5 octobre

Plus en détail

Maisons sur vide sanitaire

Maisons sur vide sanitaire Maisons sur vide sanitaire Henri Renaud Groupe Eyrolles 2008, ISBN : 978-2-212-12195-7 Sommaire Chapitre 2 Procédés de construction d un vide sanitaire 1. Vide sanitaire traditionnel réalisé avec des murs

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES

MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES RESTRUCTURATION PARTIELLE DU RESEAU CVC CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES EN APPLICATION DU CODE DES MARCHES PUBLICS DECRET N 2006-975 DU 1ER AOUT

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

BUREAU D ETUDES D ARCHITECTURE

BUREAU D ETUDES D ARCHITECTURE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION BUREAU

Plus en détail

MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE

MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE Royaume du Maroc Direction des Entreprises Publiques et de la Privatisation ***** N DE/SPC MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE

Plus en détail

PROCESSUS DE CONTROLE du référentiel ECOCERT Being SPA Biologique & Ecologique

PROCESSUS DE CONTROLE du référentiel ECOCERT Being SPA Biologique & Ecologique PROCESSUS DE CONTROLE du référentiel ECOCERT Being SPA Biologique & Ecologique Version du 1 er juin 2012 Le référentiel est protégé par les dispositions du Code de la propriété intellectuelle, notamment

Plus en détail

CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC. M. Poehler. Abstract

CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC. M. Poehler. Abstract CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC M. Poehler Abstract Un des mandats de la division ST est la réalisation de travaux de génie civil pour la construction, la rénovation et l adaptation

Plus en détail

CCAP. Guide pour la rédaction. Guide pour la rédaction du CAHIER DES CLAUSES AMINISTRATIVES PARTICULIÈRES C C A P CCAP

CCAP. Guide pour la rédaction. Guide pour la rédaction du CAHIER DES CLAUSES AMINISTRATIVES PARTICULIÈRES C C A P CCAP Guide pour la rédaction du CAHIER DES CLAUSES AMINISTRATIVES PARTICULIÈRES C C A P 1 Établissement d un C.C.A.P. type SOMMAIRE ART. I - OBJET DU MARCHÉ DISPOSITIONS GÉNÉRALES... 3 ART. II - PIÈCES CONSTITUTIVES

Plus en détail

de construction métallique

de construction métallique sous la direction de Jean-Pierre Muzeau Manuel de construction métallique Extraits des Eurocodes à l usage des étudiants Afnor et Groupe Eyrolles, 2012 ISBN Afnor : 978-2-12-465370-6 ISBN Eyrolles : 978-2-212-13469-8

Plus en détail

Référentiel des activités professionnelles du BTS Travaux Publics Répartition des connaissances à acquérir dans l entreprise ou en centre

Référentiel des activités professionnelles du BTS Travaux Publics Répartition des connaissances à acquérir dans l entreprise ou en centre Référentiel des activités professionnelles du BTS Travaux Publics Répartition des connaissances à acquérir dans l entreprise ou en centre ETUDE Participation aux Etudes Techniques d'un ouvrage -Cahier

Plus en détail

PRESENTATION GENERALE DE L INRA...

PRESENTATION GENERALE DE L INRA... Marché à procédure adaptée (MAPA) pour l assistance à maîtrise d ouvrage afin d accompagner l Inra dans la phase de lancement de l instrumentation de ses processus sur le périmètre fonctionnel de la gestion

Plus en détail

Etude de sol & définition d une filière d assainissement non collectif Cahier des charges type

Etude de sol & définition d une filière d assainissement non collectif Cahier des charges type Etude de sol & définition d une filière d assainissement non collectif Cahier des charges type Ce document et proposé aux particuliers par le Conseil Général de la Manche afin de les guider dans la réalisation

Plus en détail

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016 PLAN D ACTIONS - / Annexe I Chacune des 16 priorités retenues par Cap devant! dans son projet associatif est assortie d une série d objectifs opérationnels. Chaque objectif opérationnel vise un résultat

Plus en détail

Rénovation de la salle polyvalente et de l école

Rénovation de la salle polyvalente et de l école Logo de Scrignac Rénovation de la salle polyvalente et de l école CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Maître d ouvrage : Mairie de Scrignac Page 1 sur 9 Le cahier des clauses techniques particulières

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE (Notice explicative)

FORMULAIRE DE DEMANDE (Notice explicative) SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF FORMULAIRE DE DEMANDE (Notice explicative) Ce document doit être complété par tout demandeur d'un document d'urbanisme Il est à renseigner par le propriétaire

Plus en détail

Travaux de Maçonnerie

Travaux de Maçonnerie Commune d Allonnes Cahier des charges techniques particulières Aménagement extérieur du clos des jardinets Travaux de Maçonnerie Clos des jardinets - 1-7 SOMMAIRE Généralités...- 3 - Installations de chantier...-

Plus en détail

«Construire des Ouvrages d Art en Béton»

«Construire des Ouvrages d Art en Béton» «Construire des Ouvrages d Art en Béton» Rappels sur le Management de la Qualité D BRAZILLIER (DIR CE) 19 et 20 janvier 2011 www.setra.developpement-durable.gouv.fr contexte Construire un ouvrage de qualité??

Plus en détail

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017»

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017» «Approuvé» Par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN «Astana EXPO-2017» du 29 août 2013 Protocole N 6 avec des amendements introduits par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN

Plus en détail

TECHNICIEN EN CONSTRUCTION ET TRAVAUX PUBLICs

TECHNICIEN EN CONSTRUCTION ET TRAVAUX PUBLICs TECHNICIEN EN CONSTRUCTION ET TRAVAUX PUBLICs Les cours du technicien en construction et travaux public sont susceptibles de se donner du lundi au vendredi de 8h00 à 17h00 et le samedi matin (en cours

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE SPECIFIQUES ELABORATION D UNE STRATEGIE ET D UN PLAN DE FORMATION POUR LA MISE EN OEUVRE DE LA REFORME DES FINANCES PUBLIQUES

TERMES DE REFERENCE SPECIFIQUES ELABORATION D UNE STRATEGIE ET D UN PLAN DE FORMATION POUR LA MISE EN OEUVRE DE LA REFORME DES FINANCES PUBLIQUES TERMES DE REFERENCE SPECIFIQUES ELABORATION D UNE STRATEGIE ET D UN PLAN DE FORMATION POUR LA MISE EN OEUVRE DE LA REFORME DES FINANCES PUBLIQUES FCW BENEFICIAIRES 2009 LOT N 11 : Macro économie, Statistiques,

Plus en détail

RAPPORT D ENQUETE DE TECHNIQUE NOUVELLE

RAPPORT D ENQUETE DE TECHNIQUE NOUVELLE Bureau Alpes Contrôles bac.bourg@alpes-controles.fr RAPPORT D ENQUETE DE TECHNIQUE NOUVELLE REFERENCE : BT120023 INDICE 0 NOM DU PROCEDE : COUVERTURES EN CLIMAT DE MONTAGNE TYPE DE PROCEDE : DOUBLE TOITURE

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

Document d Assurance Qualité - DAQ -

Document d Assurance Qualité - DAQ - Document d Assurance Qualité - DAQ - Version 1 Juin 2010 1 SOMMAIRE LISTE DES INTERVENANTS 3 ORGANISATION GENERALE DU CHANTIER 4 2.1. Limites des prestations... 4 2.3. Rappel des étapes antérieures...

Plus en détail

PREFET DES VOSGES COMMUNE DE POUXEUX

PREFET DES VOSGES COMMUNE DE POUXEUX PREFET DES VOSGES COMMUNE DE POUXEUX Programme de voirie 2012 REGLEMENT DE LA CONSULTATION Page 1/5 Article 1 - OBJET DE LA CONSULTATION La présente consultation concerne le : Programme de voirie 2012

Plus en détail

Fondations et infrastructures. Plusieurs types de pathologies liés à une mauvaise gestion des interfaces peuvent affecter l ouvrage.

Fondations et infrastructures. Plusieurs types de pathologies liés à une mauvaise gestion des interfaces peuvent affecter l ouvrage. Fondations et infrastructures A.2 1/5 Fondations et sol Domaine d application Cette fiche vise à établir les principales interfaces entre le sol et les fondations pour les bâtiments collectifs et tertiaires.

Plus en détail

ACCESSIBILITÉ DES ERP COMMUNAUX

ACCESSIBILITÉ DES ERP COMMUNAUX VILLE DE VOUZIERS Place Carnot BP 20 08400 VOUZIERS ACCESSIBILITÉ DES ERP COMMUNAUX CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) MAÎTRE D'OUVRAGE VILLE DE VOUZIERS Place Carnot BP 20 08400 VOUZIERS

Plus en détail

Sommaire détaillé. Sommaire. Réaliser les études préalables. Définir le programme. Choisir et rémunérer le maître d œuvre

Sommaire détaillé. Sommaire. Réaliser les études préalables. Définir le programme. Choisir et rémunérer le maître d œuvre Réf. Internet Pages Partie 1 Optimiser la programmation de l opération de travaux Réaliser les études préalables Accomplir les études de prospection et de diagnostic...3092 9 Choisir la localisation du

Plus en détail

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences Recueil d exigences Version 1.1 Page 1/13 Historique des versions Date Version Évolutions du document 17/12/2010 1.01 Première version. 29/02/2012 1.1 Prise en compte de la date de la publication de l

Plus en détail

Etabli le : 05.01.14 Par : Pascal Kramer/Monique Losey Remplace la version du :

Etabli le : 05.01.14 Par : Pascal Kramer/Monique Losey Remplace la version du : CAHIER DES CHARGES 1. Actualisation Etabli le : 05.01.14 Par : Pascal Kramer/Monique Losey Remplace la version du : Motif d actualisation : Mise au concours du poste 2. Identification du poste Département

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Document d orientation aux organismes publics Annexe A Rôles et responsabilités détaillés des

Plus en détail

Diagnostic «accessibilité handicapé» des ERP de 5 ème catégorie

Diagnostic «accessibilité handicapé» des ERP de 5 ème catégorie Opération accessibilité de l artisanat de vitrine et du commerce de proximité de Toulouse Opération accessibilité de l artisanat de vitrine et du commerce de proximité de Toulouse Appel à candidature Diagnostic

Plus en détail

Modèle Béton Armé. Cahier d'exécution pour la construction de bâtiments scolaires à deux niveaux en béton armé et à toiture plate

Modèle Béton Armé. Cahier d'exécution pour la construction de bâtiments scolaires à deux niveaux en béton armé et à toiture plate Modèle Béton Armé Cahier d'exécution pour la construction de bâtiments scolaires à deux niveaux en béton armé et à toiture plate Cahier 1 INTRODUCTION Port-au-Prince, octobre 2012 Mise-à-jour mars 2013

Plus en détail