Mais qu est-ce qui l empêche de réussir?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mais qu est-ce qui l empêche de réussir?"

Transcription

1 Mais qu est-ce qui l empêche de réussir? Jeanne Siaud-Facchin Psychologue Clinicienne Sion 20 Novembre 2008

2 Motifs de consult s Je travaille pas bien à l école J ai des problèmes à l école Je suis nul à l école J ai des mauvaises notes

3 Lequel pourrait être le vôtre? - Marc, son air ronchon et sa casquette vissée sur la tête : pour lui, dit-il, tout va bien, il n a pas de problème, le problème c est sa mère qui l a traîné là, de toute façon, l école, il s en fout. - Julie, souriante, chaleureuse, mais qui a mal au ventre tous les matins avant de partir à l école, qui stresse à l approche d un contrôle et qui, lorsqu on essaie, avec elle, de comprendre ce qui se passe, a vite les larmes aux yeux. A la maison elle connaît sa leçon, mais arrivé devant son contrôle, elle a tout oublié! déplorent les parents, désemparés

4 - Oscar, qui entre dans mon bureau d un air de conquérant, s amuse de mes questions, touche à tout, m interrompt sans cesse sous le regard excédé et épuisé de ses parents. A l école, les punitions pleuvent, les croix s additionnent sur le carnet de correspondance, les punitions sont incessantes mais rien n y fait! - Thomas, lui, c est un paresseux m expliquent ses parents. Il ne travaille que quand il a envie. Tous les profs le disent : il a des capacités mais il ne travaille pas sérieusement. A la maison, pour le faire travailler c est chaque fois un drame! Et ses résultats sont en dents de scie.

5 - Amandine s applique, elle, mais n arrive jamais à finir son travail malgré son fort désir de réussir. Elle est tellement lente! En plus elle rêvasse A l oral, tout va bien, mais à l écrit c est une véritable catastrophe! Et son écriture! Et son orthographe! Ses résultats scolaires chutent dangereusement - ou encore, Alfred : il n est pas motivé, c est tout!

6 Enjeu de la Réussite Scolaire Dépasse largement le cadre des apprentissages Au centre des préoccupations actuelles Baromètre de la santé psychologique de l enfant et de ses capacités d adaptation sociale Échec scolaire a de lourdes conséquences pour l avenir personnel et psychologique de l enfant 80 % des demandes de consultation en psychologie de l enfant et de l adolescent sont liés à des difficultés à l école

7 Quand vous pensez à votre enfant qu est-ce qui vous préoccupe en premier au quotidien? 53% : ses résultats scolaires 12% : la qualité des relations dans la famille 5% : son épanouissement extra scolaire

8 Les Chiffres de l Échec Scolaire élèves (environ 10%) quittent le système scolaire en France chaque année sans diplôme 16 à 25% des élèves européens sont en difficulté (Etude de l European Association for Special Education) 15% des enfants qui présentent des troubles des apprentissages sont envoyés dans des institutions pour enfants déficients ou inadaptés (IME ou IR) alors que le dépistage des troubles aurait permis un parcours scolaire normal

9 Quand il veut, il peut Phrases C est un fainéant, c est tout! Il n est pas motivé! Quand il s applique il y arrive très bien! Si il travaillait plus sérieusement il n aurait aucun problème! Il ne travaille que quand il a envie!

10 Spirale de l Échec Scolaire Trouble des Apprentissages Démotivation Échec Scolaire Troubles Psychologiques T. du Comportement T. Anxieux et Phobiques T. de l Estime de Soi Dépression

11 Souffrance de l enfant Conséquences intrafamiliales Incompréhension, conflits, sentiments de déception réciproque Conséquences sociales Rejet, Agressivité

12 Réussite Scolaire Une Alchimie entre : Estime de Soi Compétence Motivation

13 Estime de soi et réussite scolaire Une estime de soi élevée est plus efficace pour réussir qu un QI élevé Pour apprendre il faut accepter de ne pas savoir Apprendre, c est courageux La crainte de l échec ou la peur de réussir?

14 Qu est ce que l Estime de Soi? 1. Ce que je pense de moi, 2. Comment je me sens avec ces pensées, 3. Ce que je fais de ma vie avec tout ça * L estime de soi se construit : avec les regards et les jugements que je porte sur moi avec les regards et les jugements des autres sur moi avec le jugement de moi sous le regard des autres d après la définition de Christophe André

15 Les trois cerveaux selon Mac Lean Cerveau Reptilien Cerveau Limbique Néo-Cortex

16 Pour bien apprendre, il faut. 1 - Être dans un état physiologique stable 2 - Avoir confiance en soi

17 Estime de soi, anxiété et mémoire Mémoire de travail Court terme Mémoire à Long terme

18 Estime de soi, anxiété et mémoire Mémoire de travail Court terme Mémoire à Long terme

19 Quand l échec scolaire est plus «rentable» pour l estime de soi Je ne travaille pas j ai une mauvaise note c est normal, je n ai pas travaillé Je travaille j ai une mauvaise note je suis nul Stratégie d évitement pour protéger l estime de Soi

20 Je sais que tu peux

21 Je suis contente car aujourd hui j ai vu, pour la première fois depuis longtemps, une petite flamme de fierté briller dans le regard de mes parents. Elsa, 13 ans :

22 La Motivation Existence d un objectif clair et d un but précis La motivation fait naître l effort pour atteindre l objectif La motivation maintient et relance l effort tant que l objectif n est pas atteint

23 Deux grands types de motivation : La motivation extrinsèque Implication orientée vers la rentabilité de l activité Objectif : reconnaissance sociale et valorisation vis à vis d autrui La motivation intrinsèque Implication affective (personnelle) et orientée vers l intérêt de l activité Objectif : autonomie et épanouissement personnel

24

25 Pour avoir envie de réussir il faut REUSSIR!

26 La jubilation cognitive est l aphrodisiaque de l intelligence c est le moteur de la motivation

27 Ajustement nécessaire entre niveau de compétence et niveau de complexité Mais la difficulté est normale et nécessaire

28 Effort à fournir ou envie de réussir : entre les deux mon cerveau balance 1. Quel est mon intérêt? 2. Quel est mon plaisir? 3. Est-ce que je vais souffrir? 4. Est-ce que je suis capable de surmonter les difficultés? 5. Est-ce que je pense possible de réussir? La motivation active plusieurs processus distincts

29 Les Causes de l Échec Scolaire Causes Psychologiques du trouble de l estime de soi à la dépression du trouble anxieux à la phobie scolaire de l angoisse au trouble de la personnalité

30 Les causes «instrumentales» des enfants à l intelligence normale mais présentant un trouble des apprentissages localisé Les enfants dys Les troubles cognitifs Les causes spécifiques Le Trouble d Hyperactivité L enfant surdoué

31 METACOGNITION Connaissances que le sujet a sur ses propres connaissances et sur son propre fonctionnement cognitif

32 Lien central entre : Metacognition Estime de soi Réussite scolaire

33 ! Ne pas confondre ce que l enfant ne veut pas faire avec ce que l enfant ne peut pas faire

34 Tous les enfants veulent réussir

35 Il n existe pas d enfant paresseux

36 Un diagnostic de trouble d apprentissage ne peut se faire sans diagnostic différentiel avec un trouble psychologique

37 L enfant surdoué 2,3 % de la population, soit environ enfants surdoués scolarisés : un enfant par classe 45 % des enfants surdoués ont redoublé 33% des enfants avec QI > 130 sont en échec en 3ème 50% de ceux avec QI > % se sont arrêtés avant le Bac 17 % font des études médiocres

38 Surdoué et T.A. : de faux ennemis Un surdoué sur 4 est porteur d un Trouble d Apprentissage Un enfant sur 5 qui consulte pour une difficulté scolaire est un enfant surdoué! Tous les enfants qui ont des difficultés scolaires ne sont pas des enfants surdoués ET Les enfants surdoués peuvent être des enfants heureux et qui réussissent à l école

39 Le Mode de Pensée Une organisation cognitive spécifique Des procédures de raisonnement différentes Une hyperactivation cérébrale Des singularités dans l activation des ressources attentionnelles

40 PENSEE LINEAIRE Entrée des données Élaboration progressive Etape 1 Etape 2 Etape 3 Réponse INPUT OUTPUT

41 PENSEE EN RESEAU INPUT

42 La pensée en arborescence «Dans ma tête j ai un arbre généalogique de mes problèmes» Activation simultanée de liens associatifs multiples Très grande rapidité d activation du réseau Foisonnement de la pensée, pensée sans limites Difficulté à sélectionner l information pertinente Défaut d organisation séquentielle de la pensée

43 La difficulté à structurer La pensée en arborescence «Les enfants normaux quand on pose une question y a une antenne qui se lève et ils réfléchissent autour alors que nous il y a 25 antennes qui se lèvent et du coup on s embrouille et on n arrive plus à canaliser. Pour s exprimer ça devient très difficile.» Marie, 14 ans «On peut voir le monde linéaire comme une décision arbitraire par rapport à toutes les possibilités qui se trouvent au fond. Quand je suis sur un mode en arborescence c est plus difficile avec le langage car je peux avoir simultanément quatre mots qui veulent dire la même chose ou presque et qui se présentent au même moment» Raphaël, 17 ans

44 Lebatovogssurlo Le ba teau vo gue sur l eau Le bateau vogue sur l eau

45 Le bateau vogue sur l eau

46

47 Que Que font font ils ils?? C est des amoureux? Le voilier? C est plus ou moins dangereux qu un bateau à moteur? Avant, le bateau c était le seul moyen de découvrir le monde. On ignorait encore pleins de choses.. Christophe Colomb Est-ce que j aimerai, moi, avoir un bateau? Quand j étais petit, j avais un bateau Mon ami Julien, ses parents ont un bateau Mais je crois que ses parents se disputent beaucoup

48 Déficit des procédures métacognitives Fonctionnement dichotomique : Je sais ou Je ne sais pas

49 Organisation de la Personnalité Caractéristiques affectives Hyperesthésie Hypersensibilité Empathie Lucidité Sensibilité extrême à l injustice Conscience collective très forte

50 Hypervigilance Émotionnelle Fragilité Psychologique L intelligence est anxiogène

51 Les Spécificités Hémisphériques CERVEAU GAUCHE Traitement séquentiel : traitement élément par élément Traitement auditif, en mots Fonctionnement analytique Raisonnement, justification Rationalisation, pensée argumentée CERVEAU LOGIQUE, RATIONNEL CERVEAU DROIT Traitement simultané : traitement global Traitement visuel, en images Fonctionnement analogique Intuition Créativité, pensée divergente CERVEAU EMOTIONNEL

52 Maurice Blanchot, Etranges rapports. Est-ce que l extrême pensée et l extrême souffrance ouvriraient le même horizon? Est-ce que souffrir serait, finalement, penser? Maurice Blanchot

53 Relation entre estime de soi et accomplissement des surdoués Le Surdoué a beaucoup de croyances négatives sur ses propres capacités et compétences. Raisons : n arrive pas à utiliser efficacement sa forme d intelligence Conclusion : je ne suis pas capable

54 La dyspraxie visuo-spatiale 6 à 8% des enfants de 5 à 11 ans, 8,5 garçons pour une fille Plus de 20% des élèves surdoués (Etude Albaret, 1996 sur 28 surdoués : 50% de dysgraphie) Trouble psychomoteur qui affecte tout ce qui est geste volontaire et qui doit être organisé en séquences associé à un trouble de la coordination visuo-motrice : la main ne suit pas le geste un trouble occulo-moteur : l œil ne transmet pas les informations spatiales nécessaires

55 Manifestations enfant décrit comme globalement maladroit enfant qui tombe, qui se cogne, fait tout tomber autour de lui, donne des coups involontaires aux autres dans les jeux de cubes, les puzzles,les jeux d assemblage l enfant est perdu Sur le plan développemental autonomisation laborieuse (habillage, lacets, organisation quotidienne maternelle : premières alertes (couper, coller, colorier ) geste graphique difficile et crispé, acquisition difficile de l écriture, écriture irrégulière, difficulté à écrire sur les lignes

56 Manifestations Scolaires Dysgraphie (écrivent parfois en script pour compenser Dysorthographie (orthographe aléatoire alors que les règles sont comprises et intégrées, télescopages, oubli ou saut de lettres, de mots, de syllabes ) La relecture crée de nouvelles erreurs. Lenteur (devoirs non finis, travail non recopié ou partiellement dans l agenda, Présentation (ratures, surcharges, traits approximatifs ) Lecture laborieuse (l enfant se perd dans la page, ses yeux sautent des lignes, focalisation difficile et demandant de grands efforts alors que le sens et les mécanismes de la lecture sont parfaitement maîtrisés) Prises d informations écrites difficiles (consignes, recherches dans un texte ) Réussites fluctuantes et imprévisibles (très déroutant pour les adultes et les enfants )

57 Dyscalculie spatiale : commence par des difficultés de dénombrement, puis disposition des opérations par écrit, jusqu aux difficultés dans les opérations de calcul mental (qui supposent de maintenir dans espace mental les données nécessaires à la résolution du calcul) Alors que l enfant témoigne par ailleurs de capacités logicomathématiques remarquables

58 Ce qu il faut comprendre pour produire un minimum l enfant fournit des efforts considérables il doit mobiliser une énergie importante pour maîtriser son trouble il active constamment des stratégies compensatoires coûteuses en énergie (ressources intellectuelles diverse, traitement séquentiel, stratégies verbales ) ce qui est automatisé pour les autres lui demande la mise en place de stratégies conscientes et volontaires si on lui demande de «regarder» plus attentivement cela parasite l enfant et aggrave la performance (désapprend ce qu il avait compris)

59 Conséquences Incompréhension importantes autour de cet enfant brillant à l oral, doté d une grande mémoire et dont le passage à l écrit s avère catastrophique Redoublements fréquents et inutiles car le trouble ne se rétablit pas seul. Cohortes d enfants en grave échec scolaire et qui sortent trop souvent du système scolaire! Le trouble ne s améliore pas avec l âge. Il s agit d une pathologie

60 Le Trouble d Hyperactivité avec ou sans déficit de l Attention (THADA) Trouble neuropsychologique spécifique entraînant des difficultés sévères d apprentissage. Le trouble se manifeste par une agitation motrice, une impulsivité comportementale et cognitive souvent associées à une atteinte grave des ressources attentionnelles.

61 Hyperactivité agitation motrice constante et incontrôlée : en «mouvement perpétuel» ne peut rester assis, se lève, s agite parle fort, ne peut jouer en silence prend des risques

62 Style Cognitif-Impulsif Impulsivité Actes impulsifs : aucune anticipation des conséquences de leurs actes et prises de risques non calculées Intervient spontanément dans la conversation, coupe la parole, n attend pas son tour : toujours tout de suite Déficit dans l anticipation et la planification : a du mal à organiser son travail, à utiliser des méthodes Incapacité de corriger ou d inhiber un comportement verbal ou physique inadapté Problèmes avec les règles, les ordres, les consignes

63 Déficit d Attention a du mal à se centrer sur une tâche n inhibe pas ou mal les informations non pertinentes sensible ++ aux distracteurs se perd dans ce qu il à faire : ne sait plus où il en est (trouble du traitement séquentiel et du repérage temporel) ne termine pas ce qu il entreprend ne peut gérer plusieurs tâches simultanément ou des consignes trop longues (déficit de la mémoire à court terme)

64 «Il faut penser à réfléchir» Grégoire, 10 ans

65 Prévalence du Trouble de 3 à 5% chez les enfants d âge scolaire 8 à 10 garçons pour une fille. Composante plus bruyante chez les garçons et trouble de l attention plutôt au premier plan chez les filles

66 Conséquences du trouble Conséquences sur les apprentissages Échec scolaire souvent massif près de 5O% Conséquences sociales Trouble de l adaptation sociale avec rejet du groupe de pairs Agressivité de la part des adultes

67 Conséquences psychologiques Trouble de l Estime de Soi Pathologies narcissiques Dépression Trouble oppositionnel et agressivité. Colères explosives. 40% Conduites antisociales Dans tous les cas fragilité de l équilibre psychologique

68 En Conclusion Nécessité d une approche intégrative et globale des troubles des apprentissages Évaluer Comprendre Agir Contrôler Les parents ont besoin de réponses et besoin d aide!

Les troubles spécifiques des apprentissages

Les troubles spécifiques des apprentissages Les troubles spécifiques des apprentissages www.apedys78-meabilis.fr En collaboration avec L. Denariaz, psychologue cognitiviste Points clefs Définitions et repérage Quelle est l origine du trouble? Vers

Plus en détail

Les troubles spécifiques du langage et des apprentissages chez l'enfant précoce.

Les troubles spécifiques du langage et des apprentissages chez l'enfant précoce. Les troubles spécifiques du langage et des apprentissages chez l'enfant précoce. Laurent Lesecq orthophoniste CRTLA. CHU Amiens CRDP. Octobre 2012 laurent.lesecq@wanadoo.fr C est quoi l intelligence? Alfred

Plus en détail

La dyspraxie visuo-spatiale

La dyspraxie visuo-spatiale 1 La dyspraxie visuo-spatiale 2 Définition Dyspraxie visuo-spatiale Introduction La plus fréquente des dyspraxies Association d un trouble du geste de nature dyspraxique et d un trouble visuo-spatial Pathologie

Plus en détail

Les troubles spécifiques du développement de la parole et du langage. ASH/Document Béatrice DDEC Gard

Les troubles spécifiques du développement de la parole et du langage. ASH/Document Béatrice DDEC Gard Les troubles spécifiques du développement de la parole et du langage ASH/Document Béatrice DDEC Gard 1 Quelques précisions 3 à 5 % des enfants en âge scolaire souffrent de troubles du langage de type expressif

Plus en détail

Association Suisse romande de Parents d Enfants et d adultes concernés par le trouble du Déficit d Attention / Hyperactivité

Association Suisse romande de Parents d Enfants et d adultes concernés par le trouble du Déficit d Attention / Hyperactivité accompagner Association Suisse romande de Parents d Enfants et d adultes concernés par le trouble du Déficit d Attention / Hyperactivité préface table des matières 1 / Définition P. 4 2 / Manifestations

Plus en détail

L HYPERACTIVITE: ASPECTS CLINIQUES ET THERAPEUTIQUES HISTORIQUE DIAGNOSTIC

L HYPERACTIVITE: ASPECTS CLINIQUES ET THERAPEUTIQUES HISTORIQUE DIAGNOSTIC L HYPERACTIVITE: ASPECTS CLINIQUES ET THERAPEUTIQUES HISTORIQUE Dr. David Da Fonseca Pédopsychiatre Hôpital Sainte Marguerite, Marseille 1902: G. STILL décrit 20 enfants hyperactifs «contrôle moral défectueux»

Plus en détail

Ce qu est la neuropsychologie

Ce qu est la neuropsychologie Neuropsychologie et troubles d apprentissage Francine Lussier Ph.D., neuropsychologue CÉNOP-FL et CRAN 858-6484 cenopfl@cenopfl.com Ce qu est la neuropsychologie La neuropsychologie est l étude de la relation

Plus en détail

La dyspraxie Pour mieux comprendre ces enfants qui ne savent pas quoi faire du monde dans lequel ils vivent.

La dyspraxie Pour mieux comprendre ces enfants qui ne savent pas quoi faire du monde dans lequel ils vivent. Pour mieux comprendre ces enfants qui ne savent pas quoi faire du monde dans lequel ils vivent. livret informatif destiné aux familles du programme Enfants et adolescents Centre de réadaptation Estrie,

Plus en détail

LA DYSPRAXIE, trouble du geste. Caroline FOURNIER, ergothérapeute Laetitia VINCENT, ergothérapeute

LA DYSPRAXIE, trouble du geste. Caroline FOURNIER, ergothérapeute Laetitia VINCENT, ergothérapeute LA DYSPRAXIE, trouble du geste Caroline FOURNIER, ergothérapeute Laetitia VINCENT, ergothérapeute PLAN Ergothérapie : quelques rappels Les praxies La dyspraxie L évaluation Le diagnostic de dyspraxie développementale

Plus en détail

Le haut potentiel intellectuel. Entre idées reçues et réalité, parfois le grand écart

Le haut potentiel intellectuel. Entre idées reçues et réalité, parfois le grand écart Le haut potentiel intellectuel Entre idées reçues et réalité, parfois le grand écart Un DIAGNOSTIC EMBARRASSANT «C est pendant les années lycée que j ai vraiment pris conscience que j étais à côté de tout.

Plus en détail

Le portrait fonctionnel

Le portrait fonctionnel ANNEXE Le portrait fonctionnel Comment dresser le portrait fonctionnel de l enfant? D abord, il importe de lire les séries d énoncés qui suivent et de trouver ceux qui correspondent à votre enfant. Plus

Plus en détail

22/02/2010. Conseils pour mieux aider l enfant TDA/H dans sa scolarité. 6 12 ans. Adolescence. Adolescence. Trouble de l attention sélective

22/02/2010. Conseils pour mieux aider l enfant TDA/H dans sa scolarité. 6 12 ans. Adolescence. Adolescence. Trouble de l attention sélective Conseils pour mieux aider l enfant TDA/H dans sa scolarité. Stéphanie de Schaetzen 6 12 ans Difficultés scolaires, malgré un bon potentiel. Reçois constamment des remarques négatives sur soi. Relations

Plus en détail

FORMATION 03/04/2014 CONSEIL GENERAL DIJON

FORMATION 03/04/2014 CONSEIL GENERAL DIJON DYSPRAXIES / TAC FORMATION 03/04/2014 CONSEIL GENERAL DIJON Diaporama réalisé par Julie LAPREVOTTE, ergothérapeute - D.U. en Neuropsychologie - Certificat Post Grade en Intégration Sensorielle - D.U. PATA

Plus en détail

Questionnaire pour les enseignant(e)s

Questionnaire pour les enseignant(e)s info@educatout123.fr www.educatout123.fr +31 614303399 L enfant qui bouge beaucoup! C est un fait, un enfant bouge beaucoup, il a besoin de se dépenser. Il arrive même parfois qu on n arrive plus à tenir

Plus en détail

Troubles Acquisition de la coordination et Dyspraxie de Développement C.Fossoud Centre référent des troubles d Apprentissage

Troubles Acquisition de la coordination et Dyspraxie de Développement C.Fossoud Centre référent des troubles d Apprentissage Troubles Acquisition de la coordination et Dyspraxie de Développement C.Fossoud Centre référent des troubles d Apprentissage T.A.C. et Dyspraxie de Développement Définitions PRAXIES : coordination motrice

Plus en détail

OUTILS D ÉVALUATION DES T.A.C. ET DYSPRAXIE

OUTILS D ÉVALUATION DES T.A.C. ET DYSPRAXIE OUTILS D ÉVALUATION DES T.A.C. ET DYSPRAXIE Dépistage 4 ans 9 ans B.R.E.V : Batterie rapide d évaluation fonctions cognitives (C. Billard) Evaluation fonctions cognitives en«écart-type», langagières et

Plus en détail

Annexé au Livret Personnel de Compétences Nom : Prénom : Date de naissance : Livret délivré le

Annexé au Livret Personnel de Compétences Nom : Prénom : Date de naissance : Livret délivré le Annexé au Livret Personnel de Compétences Nom :... Prénom : Date de naissance : Livret délivré le par le Directeur d école ou le Chef d établissement par le médecin scolaire Objectifs Ce livret est délivré

Plus en détail

Troubles spécifiques des apprentissages

Troubles spécifiques des apprentissages Troubles spécifiques des apprentissages 1 La démarche diagnostique Dr Chouchane Pédiatre Mme Vinet Psychologue Dr Dulieu Médecin rééducateur Dr Guimas Pédiatre Mme Saltarelli Orthophoniste Mme Laprevotte

Plus en détail

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Introduction L attention est une fonction de base dont l intégrité est nécessaire au bon fonctionnement cognitif

Plus en détail

LES POUVOIRS DE LA MÉDITATION. Anita Rossier Thérapeute & Guide de méditation

LES POUVOIRS DE LA MÉDITATION. Anita Rossier Thérapeute & Guide de méditation LES POUVOIRS DE LA MÉDITATION Anita Rossier Thérapeute & Guide de méditation Biographie Formation de base en sciences appliquées, biologie médicale et moléculaire, diplôme d ingénieure chimiste Expérience

Plus en détail

Olivier GRONDIN, Maître de Conférences Psychologie Clinique, Psychologue clinicien. Département de Psychologie

Olivier GRONDIN, Maître de Conférences Psychologie Clinique, Psychologue clinicien. Département de Psychologie Olivier GRONDIN, Maître de Conférences Psychologie Clinique, Psychologue clinicien. Département de Psychologie 1. Anxiété de séparation 2. Phobie spécifique 3. Phobie sociale 4. Anxiété généralisée 5.

Plus en détail

SIGNES D APPEL LES DIFFICULTES DE L ÉLÈVE DYSLEXIQUE DIFFICULTES EN LECTURE DIFFICULTES EN ECRITURE

SIGNES D APPEL LES DIFFICULTES DE L ÉLÈVE DYSLEXIQUE DIFFICULTES EN LECTURE DIFFICULTES EN ECRITURE LES DIFFICULTES DE L ÉLÈVE DYSLEXIQUE DIFFICULTES EN LECTURE Il ne parvient pas à lire comme les élèves de son âge Il est très lent Il se fatigue très vite SIGNES D APPEL 1 Il est en difficulté lorsque

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

Référence : Michèle MAZEAU - Neuropsychologie et troubles des apprentissages - MASSON, 2005.

Référence : Michèle MAZEAU - Neuropsychologie et troubles des apprentissages - MASSON, 2005. Déficits d attention avec ou sans impulsivité et/ou hyperactivité. Syndromes dysexécutifs. Conseils aux enseignants et rééducateurs. Dr Alain POUHET. Médecin de Rééducation. Référence : Michèle MAZEAU

Plus en détail

Trouble Déficitaire de l Attention avec (ou sans) Hyperactivité T.D.A.H. Francine Delenne CPC ASH 07 Animation Aubenas 2 15 mai 2013

Trouble Déficitaire de l Attention avec (ou sans) Hyperactivité T.D.A.H. Francine Delenne CPC ASH 07 Animation Aubenas 2 15 mai 2013 Trouble Déficitaire de l Attention avec (ou sans) Hyperactivité T.D.A.H Francine Delenne CPC ASH 07 Animation Aubenas 2 15 mai 2013 Plan Des exemples Des terminologies variées Les étapes du diagnostic

Plus en détail

FONCTIONNEMENT À L ÉCOLE

FONCTIONNEMENT À L ÉCOLE TROUBLES D APPRENTISSAGE Outil de planification du soutien pédagogique Nom de l élève : Année d études : École : Date de naissance : Date : DOMAINE FORCES BESOINS A B C Cocher une catégorie* FONCTIONNEMENT

Plus en détail

Cours N 1 : Le développement psychologique de 0 à 3 ans

Cours N 1 : Le développement psychologique de 0 à 3 ans Introduction Cours N 1 : Le développement psychologique de 0 à 3 ans Le développement psychologique du bébé C est un développement extraordinaire, en vitesse et en ampleur, en moins de 3 ans avec un programme

Plus en détail

Gestion du stress et de l anxiété par les TCC. Dr Dominique SERVANT dominique.servant@chru-lille.fr Unité stress et anxiété CHRU de Lille

Gestion du stress et de l anxiété par les TCC. Dr Dominique SERVANT dominique.servant@chru-lille.fr Unité stress et anxiété CHRU de Lille Gestion du stress et de l anxiété par les TCC Dr Dominique SERVANT dominique.servant@chru-lille.fr Unité stress et anxiété CHRU de Lille Rappel sur les bases du modèle cognitif du stress Définitions du

Plus en détail

DYSPRAXIE ET TROULES VISUO-SPATIAUX

DYSPRAXIE ET TROULES VISUO-SPATIAUX DYSPRAXIE ET TROULES VISUO-SPATIAUX À l école c est dysfficile Journée des pédiatres de maternité 4 juin 2009 P DWORZAK (Centre Hospitalier de Courbevoie Neuilly-sur-Seine) DYSPRAXIE Trouble de la programmation,

Plus en détail

Le psychomotricien et l enfant haut potentiel : une rencontre à haut risque? À la découverte de soi-même

Le psychomotricien et l enfant haut potentiel : une rencontre à haut risque? À la découverte de soi-même Le psychomotricien et l enfant haut potentiel : une rencontre à haut risque? À la découverte de soi-même 1 Pourquoi la psychomotricité? - elle est le lien entre le corps, la psyché, les émotions, - les

Plus en détail

Théorie Comportementale Cognitive. Phobies et Troubles Obsessionnels Compulsifs

Théorie Comportementale Cognitive. Phobies et Troubles Obsessionnels Compulsifs Théorie Comportementale Cognitive Phobies et Troubles Obsessionnels Compulsifs Elsa Lambrescak DCEM3, nov 2010 Antoine, 12 ans Est amené par sa maman au cabinet médical pour : Des difficultés d endormissement

Plus en détail

Banque des commentaires reliés aux compétences de l éducation préscolaire 1

Banque des commentaires reliés aux compétences de l éducation préscolaire 1 Banque des commentaires reliés aux compétences de l éducation préscolaire 1 Document conçu et réalisé par Danièle Beaudoin, Marina Drolet, Isabelle Gagné et Éloise Lavoie révisé par Liette Champagne Le

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif?

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif? Le trouble de traitement auditif _TTA Entendre n est pas comprendre. Détecter les sons représente la première étape d une série de mécanismes auditifs qui sont essentiels pour la compréhension de la parole

Plus en détail

Comportement de l enfant. Observation jeux libres OBJECTIFS DES JOURNEES D EVALUATION LE BILAN PSYCHOLOGIQUE DANS LE CADRE DES EVALUATIONS

Comportement de l enfant. Observation jeux libres OBJECTIFS DES JOURNEES D EVALUATION LE BILAN PSYCHOLOGIQUE DANS LE CADRE DES EVALUATIONS LE BILAN PSYCHOLOGIQUE DANS LE CADRE DES EVALUATIONS OBJECTIFS DES JOURNEES D EVALUATION Deux séances d une heure chacune sont aménagées pour le bilan psychologique Linda Harré Psychologue CIERA Bilan

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

Propositions d aménagements pour l enfant concerné par des difficultés praxiques.

Propositions d aménagements pour l enfant concerné par des difficultés praxiques. Propositions d aménagements pour l enfant concerné par des difficultés praxiques. En noir : des pistes. En bleu : des composantes pour ces pistes. En vert : des exemples. En général : Créer un climat de

Plus en détail

LES TROUBLES DE LA PAROLE ET DU LANGAGE

LES TROUBLES DE LA PAROLE ET DU LANGAGE Document à destination des personnels de l enseignement supérieur. Mieux appréhender l arrivée d un(e) étudiant(e) en situation de handicap. LES TROUBLES DE LA PAROLE ET DU LANGAGE 1 Fiche pratique «Handicap»

Plus en détail

TROUBLES DES APPRENTISSAGES

TROUBLES DES APPRENTISSAGES TROUBLES DES APPRENTISSAGES Quels indices prendre en compte pour un repérage étayé? Observer les jeunes enfants dans leur comportement, dans leurs apprentissages, à l aide de critères précis et pertinents

Plus en détail

TDAH. Les enfants avec un. et leur scolarité. Trouble Déficit de l Attention / Hyperactivité. Trouble Déficit de l Attention Hyperactivité

TDAH. Les enfants avec un. et leur scolarité. Trouble Déficit de l Attention / Hyperactivité. Trouble Déficit de l Attention Hyperactivité TDAH Trouble Déficit de l Attention Hyperactivité Les enfants avec un Trouble Déficit de l Attention / Hyperactivité et leur scolarité e t s c o l a r i t é 1. Qu est-ce que c est que le TDAH? Le trouble

Plus en détail

Névroses Q266. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire 2002-2003

Névroses Q266. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire 2002-2003 Névroses Q266 Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire 2002-2003 Plans et objectifs Hystérie Névrose d angoisse Phobies TOC PTSD Diagnostic d une conversion hystérique Diagnostic

Plus en détail

Eléments pour repérer la déficience visuelle chez un élève

Eléments pour repérer la déficience visuelle chez un élève Eléments pour repérer la déficience visuelle chez un élève 1. Généralités En France, une personne est considérée comme déficiente visuelle, à partir du moment où elle a une vision, au plus de 4/10ème avec

Plus en détail

L anxiété à l école. Présentation au colloque des TES 31 mai 2013

L anxiété à l école. Présentation au colloque des TES 31 mai 2013 L anxiété à l école Présentation au colloque des TES 31 mai 2013 Par Jacinthe Beaulieu Conseillère pédagogique en adaptation scolaire Commission scolaire des Samares Objectifs de la rencontre Comprendre

Plus en détail

EN GUISE D INTRODUCTION

EN GUISE D INTRODUCTION EN GUISE D INTRODUCTION "Nous sommes ce que le regard des autres fait de nous. Quand le regard des autres nous méprise, nous devenons méprisables. Et quand le regard des autres nous rend merveilleux, eh

Plus en détail

Direction Diocésaine de l Enseignement Catholique du Var 14 rue Chalucet - 83000 TOULON TÉL : 04.94.22.66.39 - FAX : 04.94.91.73.

Direction Diocésaine de l Enseignement Catholique du Var 14 rue Chalucet - 83000 TOULON TÉL : 04.94.22.66.39 - FAX : 04.94.91.73. Direction Diocésaine de l Enseignement Catholique du Var 14 rue Chalucet - 83000 TOULON TÉL : 04.94.22.66.39 - FAX : 04.94.91.73.65 QUESTIONNAIRE DE DEVELOPPEMENT Merci de bien vouloir remplir ce questionnaire

Plus en détail

Patricia Garel. Patricia Garel. Plan et objectifs

Patricia Garel. Patricia Garel. Plan et objectifs Plan et objectifs Synthèse de la conférence CAO2010 (l imparfait au présent) Les trois grandes raisons pour lesquelles un enfant semble ne pas apprendre De qui parle-t-on: Quelques histoires Que peut apporter

Plus en détail

Le trouble oppositionnel avec. provocation ou par réaction?

Le trouble oppositionnel avec. provocation ou par réaction? Le trouble oppositionnel avec provocation ou par réaction? Emmanuelle Pelletier, M.Ps., L.Psych. Psychologue scolaire Octobre 2004 Trouble oppositionnel avec provocation ou par réaction? La personne oppositionnelle

Plus en détail

La dyspraxie. Théorie et aménagements. Formation SEGPA - Nice - Novembre 2014. CEntre de Référence des Troubles des Apprentissages Marie Pécheux-Grimm

La dyspraxie. Théorie et aménagements. Formation SEGPA - Nice - Novembre 2014. CEntre de Référence des Troubles des Apprentissages Marie Pécheux-Grimm La dyspraxie Théorie et aménagements Formation SEGPA - Nice - Novembre 2014 CEntre de Référence des Troubles des Apprentissages Marie Pécheux-Grimm Qu est-ce qu une praxie? Une praxie est un programme

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

L ENFANT PRECOCE INTELLECTUELLEMENT

L ENFANT PRECOCE INTELLECTUELLEMENT L ENFANT PRECOCE INTELLECTUELLEMENT Extraits d un article de l ANAE de CL. JANKECH spécialiste de l enfant. Lausanne. Quelques données sur leur développement Enquête ASEP 2001 2/3 des enfants ont présenté

Plus en détail

LA DYSPRAXIE. Un enfant dyspraxique Il s agit d un enfant d intelligence normale qui présente des difficultés de l organisation gestuelle et spatiale.

LA DYSPRAXIE. Un enfant dyspraxique Il s agit d un enfant d intelligence normale qui présente des difficultés de l organisation gestuelle et spatiale. LA DYSPRAXIE Qu est-ce qu une praxie? C est un geste intentionnel qui suppose au préalable l élaboration d un programme moteur avec un but à atteindre. Cela demande une coordination volontaire et résulte

Plus en détail

Enfant dans une famille alcoolique

Enfant dans une famille alcoolique Enfant dans une famille alcoolique L alcoolisme est une maladie qui touche toute la famille. Plus les liens avec le malade sont étroits, plus la souffrance est grande. Addiction Suisse, Lausanne 2011 En

Plus en détail

questions/réponses sur les DYS

questions/réponses sur les DYS D Y S L E X I E, D Y S P H A S I E, D Y S P R A X I E, Les DYS, un handicap émergeant? La Dysphasie trouble du langage oral? La Dyspraxie, trouble de la coordination du geste? La Dyslexie, trouble du langage

Plus en détail

Les caractéristiques de l enfant intellectuellement précoce

Les caractéristiques de l enfant intellectuellement précoce Les caractéristiques de l enfant intellectuellement précoce Claudia Jankech-Caretta Spécialiste FSP en psychologie de l enfant et de l adolescent et en psychothérapie Définition QI supérieur à 130 (2 écarts-type

Plus en détail

PORTRAIT DE L'ÉLÈVE POUR UN CLASSEMENT NIVEAU DES APPRENTISSAGES

PORTRAIT DE L'ÉLÈVE POUR UN CLASSEMENT NIVEAU DES APPRENTISSAGES PORTRAIT DE L'ÉLÈVE POUR UN CLASSEMENT Nom de l'élève: Sexe : M F Code permanent: Date de naissance: Date du rapport: Rapport complété par : Fonction : CODE DE DIFFICULTÉ DU MELS VALIDÉ AU CODE: (*joindre

Plus en détail

Newsletter Printemps 2015

Newsletter Printemps 2015 SOUTIEN D UN PROJET DE RECHERCHE L association soutient le projet de recherche relatif au développement d un dispositif de soins partagés et connectés dans le trouble déficit d attention/hyperactivité

Plus en détail

TDAH. Le TDAH et les troubles concomitants chez l enfant

TDAH. Le TDAH et les troubles concomitants chez l enfant TDAH Le TDAH et les troubles concomitants chez l enfant LE TDAH ET LES ENFANTS Le trouble déficitaire de l attention avec hyperactivité (TDAH) est une affection médicale reconnue qui demande souvent l

Plus en détail

Prise en charge des élèves présentant un trouble spécifique du langage au Collège Claude Monet de Magny-en-Vexin (Val d Oise)

Prise en charge des élèves présentant un trouble spécifique du langage au Collège Claude Monet de Magny-en-Vexin (Val d Oise) Prise en charge des élèves présentant un trouble spécifique du langage au Collège Claude Monet de Magny-en-Vexin (Val d Oise) Depuis 2002, les élèves présentant un trouble spécifique du langage ( TSL )

Plus en détail

Définition de la dyspraxie

Définition de la dyspraxie E.BINTZ Définition de la dyspraxie Dys : manque en grec Praxie : action, mouvement, adaptation du mouvement au but recherché C est un trouble de la planification et de la coordination des mouvements qui

Plus en détail

La dysphasie. Pour plus d informations: Informations générales

La dysphasie. Pour plus d informations: Informations générales Pour plus d informations: La dysphasie Institut Raymond-Dewar, programme Adolescents/ Jeunes Adultes et Bégaiement http://www.raymond-dewar.qc.ca Informations générales Dysphasie+ http://www.dysphasieplus.com

Plus en détail

Conseils. pour les enfants, les adolescents et les adultes atteints de TDAH

Conseils. pour les enfants, les adolescents et les adultes atteints de TDAH Conseils pour les enfants, les adolescents et les adultes atteints de TDAH Conseils pour aider votre enfant atteint de TDAH Même si le traitement par VYVANSE peut permettre de gérer les symptômes du TDAH,

Plus en détail

CONFERENCE du 12 AVRIL 2012 par JOHANNE LEMIEUX «L ENFANT ADOPTÉ ET L ÉCOLE : 12 CONSEILS POUR UN VÉCU SCOLAIRE RÉUSSI»

CONFERENCE du 12 AVRIL 2012 par JOHANNE LEMIEUX «L ENFANT ADOPTÉ ET L ÉCOLE : 12 CONSEILS POUR UN VÉCU SCOLAIRE RÉUSSI» CONFERENCE du 12 AVRIL 2012 par JOHANNE LEMIEUX «L ENFANT ADOPTÉ ET L ÉCOLE : 12 CONSEILS POUR UN VÉCU SCOLAIRE RÉUSSI» 1. Qu est ce que la normalité adoptive? a. Discrimination Il est nécessaire de les

Plus en détail

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres Développement personnel La programmation neurolinguistique (P.N.L.) Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres. Historique et postulats de la

Plus en détail

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Germain Duclos Psychoéducateur et orthopédagogue FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Image tirée sur Google 3 Le décrochage scolaire pose le problème de la motivation scolaire chez plusieurs

Plus en détail

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Intégration était le maître mot de la loi de 75, scolarisation est ce lui

Plus en détail

LES TROUBLES DU GRAPHISME LA RÉÉDUCATION: QUAND ET COMMENT PASSER PAR L ORDINATEUR?

LES TROUBLES DU GRAPHISME LA RÉÉDUCATION: QUAND ET COMMENT PASSER PAR L ORDINATEUR? LES TROUBLES DU GRAPHISME LA RÉÉDUCATION: QUAND ET COMMENT PASSER PAR L ORDINATEUR? BUJWID Alexandra Ergothérapeute SMPRE CRTLA CHU RENNES Octobre 2012 L écriture est un geste complexe L écriture est une

Plus en détail

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité Documentation C Autoévaluation des compétences sociales et personnelles Vous avez rempli le justificatif des prestations fournies pour l année relatif à votre travail concernant la prise en charge de votre

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DE LA SCOLARITE Pour un élève présentant un trouble des apprentissages (dyslexie, dysgraphie, dyspraxie )

PROJET D AMENAGEMENT DE LA SCOLARITE Pour un élève présentant un trouble des apprentissages (dyslexie, dysgraphie, dyspraxie ) PROJET D AMENAGEMENT DE LA SCOLARITE Pour un élève présentant un trouble des apprentissages (dyslexie, dysgraphie, dyspraxie ) Références : - Loi n 2005-380 du 23 avril 2005 d orientation sur l éducation.

Plus en détail

Influencer avec intégrité

Influencer avec intégrité Influencer avec intégrité 1 Les objectifs généraux d une communication. Aider (conseils, directives) Apprendre (acquérir habiletés, connaissance de soi et du monde) Créer des liens (amitiés, formation

Plus en détail

GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS

GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS Dans des organisations en constante évolution, un manager doit pouvoir devenir une base de sécurité pour l équipe qu il dirige. Il doit pouvoir être une source de

Plus en détail

Résultats d apprentissage spécifiques Indicateurs de rendement Exemples de référentiels Français maternelle

Résultats d apprentissage spécifiques Indicateurs de rendement Exemples de référentiels Français maternelle Résultats d apprentissage spécifiques Indicateurs de rendement Exemples de référentiels Français maternelle Document d appui en littératie septembre 2015 Dans ce document, le genre masculin est utilisé

Plus en détail

Stratégies favorisant ma réussite au cégep

Stratégies favorisant ma réussite au cégep Source de l image :daphneestmagnifique.blogspot.ca Stratégies favorisant ma réussite au cégep par Services adaptés du Cégep de Sainte-Foy Table des matières UN GUIDE POUR TOI!... 2 STRATÉGIES DE GESTION

Plus en détail

«Les enfants surdoués existent, que nous les ayons identifiés ou non. ( ) et ils doivent évoluer dans un système qui n a pas été prévu pour eux.

«Les enfants surdoués existent, que nous les ayons identifiés ou non. ( ) et ils doivent évoluer dans un système qui n a pas été prévu pour eux. «Les enfants surdoués existent, que nous les ayons identifiés ou non. ( ) et ils doivent évoluer dans un système qui n a pas été prévu pour eux.» Jean-Charles Terrassier Psychologue (Fondateur de L ANPEIP

Plus en détail

Accompagner un. difficultés praxiques

Accompagner un. difficultés praxiques Accompagner un enfant présentant des difficultés praxiques FONTAINE AL, TISSERANT M - Mars 2011 Page 1 Présentation des intervenants Anne-Laure FONTAINE, ergothérapeute Michèle TISSERANT, orthophoniste

Plus en détail

Devoirs, leçons et TDA/H1 Gaëtan Langlois, psychologue scolaire

Devoirs, leçons et TDA/H1 Gaëtan Langlois, psychologue scolaire Devoirs, leçons et TDA/H1 Gaëtan Langlois, psychologue scolaire Pourquoi traiter des devoirs et leçons avec les TDA/H? Parce que c est un des problèmes le plus souvent rencontrés avec les enfants hyperactifs

Plus en détail

En lisant ce document, gardez en tête que ce qui aide les élèves les plus en difficulté d apprentissage, peut aider tous les élèves de la classe...

En lisant ce document, gardez en tête que ce qui aide les élèves les plus en difficulté d apprentissage, peut aider tous les élèves de la classe... CHARTE POUR L ACCUEIL DES ÉLÈVES INTELLECTUELLEMENT PRÉCOCES DANS UNE CLASSE ORDINAIRE Les enseignants se posent parfois des questions au sujet de ces enfants. En classe, la situation est souvent pénible.

Plus en détail

Approche clinique: que faire devant une suspicion de retard mental?

Approche clinique: que faire devant une suspicion de retard mental? Approche clinique: que faire devant une suspicion de retard mental? Dr Nathalie MEÏER, CH Carcassonne. Soirée de la SOFOMEC «Le handicap mental : de l enfant à l adulte», 3 Juin 2010 Les approches cliniques

Plus en détail

CENTRES D AIDES MEDICALES, SOCIALES ET PSYCHOLOGIQUES

CENTRES D AIDES MEDICALES, SOCIALES ET PSYCHOLOGIQUES I. LES CENTRES MEDICO- PSYCHOLOGIQUES (CMP) CENTRES D AIDES MEDICALES, SOCIALES ET PSYCHOLOGIQUES Ces centres ont été créés avec trois objectifs fondamentaux pour la psychiatrie communautaire : Promotion

Plus en détail

Culture du livre / Culture des écrans : l indispensable complémentarité

Culture du livre / Culture des écrans : l indispensable complémentarité Culture du livre / Culture des écrans : l indispensable complémentarité Serge TISSERON Psychiatre Docteur en psychologie HDR à l Université Paris-Ouest http://www.sergetisseron.com Pourquoi parler de:

Plus en détail

TDAH Trouble Déficitaire de l Attention avec ou sans Hyperactivité

TDAH Trouble Déficitaire de l Attention avec ou sans Hyperactivité TDAH Trouble Déficitaire de l Attention avec ou sans Hyperactivité PLURADYS/intervention Lycée Castel Mathilde MIGNON Neuropsychologue Symptomatologie/Aspects cliniques Symptomatologie selon l âge et le

Plus en détail

Scolarisation et adaptations pour enfants dyspraxiques au collège

Scolarisation et adaptations pour enfants dyspraxiques au collège Scolarisation et adaptations pour enfants dyspraxiques au collège Brigitte BRUNEL, professeur de SVT, collège Delalande (Athis Mons, 91) Bénédicte PONCHON, ergothérapeute, cabinet CABEX Essonne (Brétigny,

Plus en détail

Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress. Dr N. Lafay

Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress. Dr N. Lafay Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress Dr N. Lafay Introduction Stress = événements de vie Stress, bases physiologiques Événements de vie, bases épidémiologiques Adaptation du sujet à une

Plus en détail

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS?

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? Pourquoi vivons-nous des émotions? Voilà une excellente question! Avez-vous pensé: «Les émotions nous rendent humains» ou : «Elles nous permettent de sentir ce qui

Plus en détail

Stages : Ateliers pratiques

Stages : Ateliers pratiques Stages : Ateliers pratiques ***** Pour nous contacter ou pour vous inscrire : Tel : 06 68 65 20 20 ou mail : dforcari@gmail.com Stages Automne/Hiver 2015/2016 1 - Savoir se relaxer, s entraîner au lâcher-prise

Plus en détail

Sommaire...V. Préface...VII. Chapitre 1. Le trouble déficit d attention/hyperactivité : une approche sociologique...1

Sommaire...V. Préface...VII. Chapitre 1. Le trouble déficit d attention/hyperactivité : une approche sociologique...1 Sommaire...V Préface...VII Chapitre 1. Le trouble déficit d attention/hyperactivité : une approche sociologique...1 1. Introduction... 1 2. Un climat polémique... 4 3. Mutations de la psychiatrie... 7

Plus en détail

ANAMNÈSE - 1 - Création : Dre Josée Douaire, psychologue

ANAMNÈSE - 1 - Création : Dre Josée Douaire, psychologue ANAMNÈSE - 1 - (N.B. : le carnet de santé de votre enfant peut vous être utile pour remplir ce questionnaire) Nom de la personne qui complète ce questionnaire : Informations générales Nom de l enfant :

Plus en détail

L affirmation de soi. Docteur Dominique Servant Unité stress et anxiété CHRU de Lille

L affirmation de soi. Docteur Dominique Servant Unité stress et anxiété CHRU de Lille L affirmation de soi Docteur Dominique Servant Unité stress et anxiété CHRU de Lille S affirmer «Communiquer de façon affirmée, c est exprimer ses sentiments et ses façons de voir, par des mots, des gestes,

Plus en détail

Instrument de mesure du développement de la petite enfance

Instrument de mesure du développement de la petite enfance Instrument de mesure du développement de la petite enfance Québec 2011-2012 Directives Pour tout renseignement supplémentaire, communiquez avec la Direction des stratégies et opérations de collecte de

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

Accompagner les apprentissages d un l élève handicapé scolarisé individuellement dans une classe «ordinaire» 2013 ASH 06 1

Accompagner les apprentissages d un l élève handicapé scolarisé individuellement dans une classe «ordinaire» 2013 ASH 06 1 Accompagner les apprentissages d un l élève handicapé scolarisé individuellement dans une classe «ordinaire» 2013 ASH 06 1 Critères efficaces dans la relation d aide «Empathie, disponible, attentif, attentionné,

Plus en détail

Troubles psychiques et travail

Troubles psychiques et travail Troubles psychiques et travail Dr Dominique PHAM Médecin-chef SDIS 29 ANXIETE DEPRESSION STRESS ETAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE BURNOUT RISQUES PSYCHOSOIAUX ANXIETE DEPRESSION STRESS ETAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE

Plus en détail

L ENFANT INTELLECTUELLEMENT PRECOCE

L ENFANT INTELLECTUELLEMENT PRECOCE L ENFANT INTELLECTUELLEMENT PRECOCE Dr Sophie Campredon Psychiatre pour adolescents Service du Pr Da Fonseca INTRODUCTION INTELLIGENCE = capacité d un organisme - ou d un système artificiel- à s auto-modifier

Plus en détail

Les difficultés scolaires, ou «l Echec scolaire»

Les difficultés scolaires, ou «l Echec scolaire» Les difficultés scolaires, ou «l Echec scolaire» Par le Dr Stéphane BURLOT Plan : Les chiffres de l échec scolaire La spirale de l echec Les points d appels des difficultés scolaires Les Origines «médicales»

Plus en détail

LES TROUBLES NEUROVISUELS

LES TROUBLES NEUROVISUELS LES TROUBLES NEUROVISUELS CHEZ L ENFANT : CÉCITÉ CORTICALE ET DÉFICIENCE VISUELLE S A R A H G U I L L E M A I N P SYC H O L O G U E - N E U R O P SYC H O L O G U E Séjour d échanges Québec 30 octobre 2014

Plus en détail

Trois protocoles pour rester zen

Trois protocoles pour rester zen Lilyane Clémente Trois protocoles pour rester zen Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé

Plus en détail

Le bilan multidisciplinaire : contenu. M.C. Nassogne Service de Neurologie Pédiatrique Cliniques universitaires Saint-Luc

Le bilan multidisciplinaire : contenu. M.C. Nassogne Service de Neurologie Pédiatrique Cliniques universitaires Saint-Luc Le bilan multidisciplinaire : contenu M.C. Nassogne Service de Neurologie Pédiatrique Cliniques universitaires Saint-Luc Bilan multidisciplinaire Evaluation par différents intervenants du développement

Plus en détail

Les fonctions exécutives: le vocabulaire et son utilisation

Les fonctions exécutives: le vocabulaire et son utilisation Les fonctions exécutives: le vocabulaire et son utilisation Formation offerte par Dominic Gauthier Conseiller pédagogique Gauthier.dominic@cscapitale.qc.ca 17 octobre 2014 Ordre du jour Fonctions cognitives

Plus en détail