L'or, la magie des alchimistes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L'or, la magie des alchimistes"

Transcription

1 11/01/ Par Claire König, Enseignante Sciences Naturelles L'or, la magie des alchimistes L'or : matière noble, monnaie de référence, magie et mystère de ce qui est rare et précieux, l'or ne laisse personne indifférent, découvrons l'élément, le métal, un peu aussi des mythes qui lui sont liés et son histoire Page 1/10 - L'or, la magie des alchimistes L'or est un minéral très fréquent, on en trouve partout, mais il est toujours peu abondant. Massif, ou en pépites pouvant peser jusqu'à plusieurs dizaines de kilogrammes. En paillettes dans les rivières du monde entier. En filons hydrothermaux quartzeux, placers et conglomérats, pour ce qui concerne ses gisements. Il fond facilement, est inaltérable au feu et facile à travailler. Il brille. Il a toutes les qualités requises pour être «précieux». Symbole de Râ chez les Egyptiens, quintessence de l'état divin chez les Incas, l'homme sut faire, en or, des merveilles, dédiées à ses dieux, ses rois, ses morts. Fragment d'un paravent japonais 1550, encre, couleurs et or sur papier Claire König Salomon disait dans l'ancien Testament : «Heureux l'homme qui a trouvé la sagesse et l'homme qui possède l'intelligence car le profit qu'on en tire vaut mieux que l'or.» Vraiment? L'histoire de la rage effrénée de l'homme à posséder de l'or, même au prix de sa propre vie, tendrait à prouver le contraire Page 1 / 93

2 Reliure du codex Aureus de St Emmeran, IXème s, or repoussé et pierres précieuses Page 2/10 - L'élément et le métal 1 - Les éléments natifs Les éléments du tableau ne contiennent qu'un groupe peu nombreux de minéraux, et on ne les trouve que rarement à l'état natif. Sur les 103 éléments chimiques actuellement connus, il n'en existe que 22 sous forme de minéraux. On y distingue deux catégories : Les Métaux l'argent / silver (Ag Cubique, D = 10-11) le Cuivre / Copper (Cu Cubique, D = 8.9) le Fer / Iron-nickel (rare) (Fe Cubique, D = ) le Mercure et les amalgames / Mercury (Hg Hexagonal, D = 13.6) l'or / Gold (Au Cubique, D = 19.3) le Platine / Platinium (Pt Cubique, D = 21.5) le Plomb / Lead (rare) (Pb Cubique, D = 8.9) Les Non métaux l'antimoine / Antimony (Sb Hexagonal, D = ) l'arsenic / Arsenic (rare) (As Hexagonal, D = 5.7) le Diamant / Diamond (C Cubique, D = 3.52) le Graphite / Graphite (C Hexagonal, D = ) Page 2 / 93

3 le Soufre / Sulfur (S Orthorhombique, D = 2) 2 - L'or : L'or est par importance de qunatité, le 75ème élément constituant l'écorce terrestre; cette dernière en contient % jusqu'à une profondeur de 16 km. L'eau de mer en contient un peu, quelques mg/t sous forme soit de particules fixées soit sous forme d'ions AuCl 4 - Symbole Au Système: Cubique Densité: d : 15, ,3 Dureté 2,7 Propriétés: Peu dur, très lourd, ductile, malléable Clivage: Non Couleur: Jaune ou rouge ou blanc même vert Éclat: Métallique vif Transparence: Opaque Très facilement associé à Ag mais aussi à Cu Or Webmineral Métal et minéral rarement en cristaux nets (octaèdres). En agrégats maclés, en lamelles, réticulé, dendritique, en arborescence, filiforme. 3 - Principaux minerais d'or : Calavérite (Au, Ag) Te2 avec une teneur théorique de 43,59% d'or, monoclinique. Krennerite a la même formule mais pas le même système cristallin, rhombique. Page 3 / 93

4 Cavalérite Webmineral Nagyagite Pb 13 Au 2 Sb 3 Te 6 S 16 avec une teneur de 8,33%, système rhombique. Petzite Ag 3 AuTe 2 ou (Ag,Au) 2 Te, teneur de 25% environ, système cubique. Sylvanite AgAuTe 4 ou Te 2, teneur d'environ 25%, système monoclinique. Sylvanite Webmineral Hessite, Ag 2 Te minéral souvent associé à de grandes quantités d'or. Page 4 / 93

5 Hessite Webmineral Les pépites des placers, or métallique, sont cristallisées dans le système cubique faces centrées (la plus grosse pépite connue pèse 350 kg se nomme Bill End et vient des Nouvelles Gales du Sud en Australie) Système CFC L'or coexiste très souvent avec l'argent (électrum, alliage naturel) dans les minerais, leur rayons ioniques sont voisins, de même avec le cuivre (sous forme d'auricuivrure, porpezite), plus rarement avec le fer, le mercure, le platine, le bismuth ou l'uranium.certains minéraux sont souvent associés à l'or : sulfures, quartz, arsénopyrite, cobaltite, pyrite, stibine Page 5 / 93

6 Diagramme triangulaire Au-Ag-Cu qui donne les couleurs de l'or en fonction des concentrations des autres métaux présents 4 - Propriétés atomiques Numéro atomique Z = 79 Masse atomique u Rayon atomique 135 pm Rayon de covalence 144 pm Rayon de van der Waals 166 pm Configuration électronique Xe 4f 14 5d 10 6s 1, c'est le premier élément du tableau à posséder 5 couches électroniques saturées. États d'oxydation (oxyde) 3, 1 amphotère Isotopes : 197 Au est stable avec 118 neutrons, à l'état naturel. Il semble qu'il existe un isotope radioactif de même masse, son rayonnement très faible et mal défini pourrait avoir une influence sur la croissance des plantes. 196 Au avec T 1/2 = 5,6 jours. 198 Au avec T 1/ 2 = 2,7 jours et 199 Au avec T 1/2 = 3,15 jours. 5 - Propriétés physiques État de la matière solide Température de fusion K Température de vaporisation 3129 K Volume molaire m 3 /mol Énergie de vaporisation kj/mol Énergie de fusion kj/mol Pression de la vapeur Pa à 1337 K Vélocité du son 1740 m/s à K Les propriétés mécaniques varient selon les impuretés résiduelles et les traitements que l'or a subis avant le test mais la ductilité, la malléabilité, l'adhésivité des feuilles d'or sont des propriétés très Page 6 / 93

7 remarquables de l'or. Citons pour exemple qu'avec 1 gramme d'or on peut faire un fil de 2 km! et qu'on réalise des films d'or d'épaisseur inférieure à 10-5 mm. Avec 30g on peut faire une feuille de 30 m 2, ceci à titre indicatif, juste pour fixer les idées! Il en va de même des propriétés thermiques, optiques et électriques. L'or est diamagnétique. Électronégativité 2.54 (Échelle de Pauling) Capacité calorique spécifique 128 J/ (kg*k) Conductivité électrique /m ohm Résistivité 2, ohm.cm à 0 Conductivité thermique 317 W/ (m*k) Coefficient de dilatation linéaire : 14, er Potentiel d'ionisation 890 kj/mol 2e Potentiel d'ionisation 1980 kj/mol Potentiel d'électronégativité Eo = 1,46 V ou 1,68 V selon les auteurs pour une concentration de 1 ion-gr d'or monovalent pour 1000 gr eau et de 1,38 ou 1,39 pour l'or trivalent. On peut remarquer quand même : - que la biréfringence augmente avec la longueur d'onde dans les dépôts cathodiques - que l'or en couches minces a une résistance électrique anormalement élevée - que la résistivité d'un dépôt d'or de 2 micromètres à 20 est plus grande que celle de l'or compact - que l'or est le métal le plus électronégatif, ce qui lui donne de nombreuses applications industrielles les bains utilisés sont des chlorures, bromures, cyanures ou ferrocyanures L'or pur est inaltérable. C'est vraisemblablement cela qui en fait un métal si prisé, plus que sa rareté. Cela lui a aussi donné une grande charge symbolique, dès sa découverte par l'homme. Inaltérable, comme les dieux éternels, éclatant comme le soleil : son nom vient du latin aurum, signifiant aurore. En grec, or se dit chrysos, une statue d'or et d'ivoire est dite chryséléphantine ; de même chrysanthème se traduit par «fleur d'or» L'or symbolise ainsi le pouvoir et le divin. L'électrum est un mélange solide d'or et d'argent. Webmineral Page 7 / 93

8 Comment expliquer cette caractéristique? L'or est un métal noble, il est pauvre en électrons disponibles pour former des liaisons chimiques, dits électrons de valence. Il résiste remarquablement à l'action des produits chimiques. Avec l'or, encore plus qu'avec le platine, le palladium ou l'argent, car dans son atome, les orbites sur lesquelles se distribuent les électrons sont fortement serrées. Cette configuration est à l'origine de son fort potentiel d'ionisation, de sa densité et de son éclat jaune. Il ne peut donc pas se combiner avec l'oxygène : il ne s'oxyde pas, ni ne se ternit. 6 - L'expérience de Rutherford L'or est aussi dans l'histoire à l'origine d'une découverte fondamentale, celle de la structure de l'atome! Lord Ernest Rutherford naquit en 1871, en Nouvelle-Zélande, et fit ses études dans deux universités différentes pour ensuite commencer sa carrière en enseignement de la physique à l'université McGill à Montréal de 1898 à Il continua dans ce domaine les douze années qui suivirent, mais dans des universités différentes. C'est en 1919 qu'il fut professeur de physique expérimentale et directeur du laboratoire Cavendish, à l'université Cambridge. En 1920, il occupa également une chaire de professeur, à l'institution royale de Grande-Bretagne, à Londres. Rutherford fut l'un des premiers et des plus importants chercheurs dans le domaine nucléaire. En 1896, la radioactivité fut découverte par Henri Becquerel. À ce moment, on comprit très vite que les rayonnements émis par l'uranium appartenaient à trois catégories différentes. Rutherford baptisa ces rayons alpha, bêta et gamma, du nom des trois premières lettres de l'alphabet grec. Les rayons gamma étaient semblables aux rayons lumineux, à la différence près que leur longueur d'onde était extrêmement courte. Les rayons bêta étaient des flots très rapides d'électrons. Tandis que les rayons alpha, tant qu'à eux, présentaient une innovation. Ils étaient des courants de particules bien plus massives que les électrons soit de 7000 fois plus massives. Malgré cela, les rayons alpha paraissaient vraiment petits, puisqu'ils pouvaient traverser de fines couches de matière, ce qu'aucun atome ne pouvait exécuter. C'est pour cela que Rutherford décida de prendre des rayons alpha pour réaliser son expérience. Ernest avait pour but de découvrir la structure de l'atome en observant les trajectoires des rayons alpha à travers la matière. Son expérience était tout simplement de bombarder une feuille d'or avec des rayons alpha. Exp Rutherford. Un écran était placé à l'arrière afin de bien percevoir les résultats. Il pouvait faire cette observation lorsqu' apparaissaient des points brillants qui indiquaient à quel endroit les particules touchaient l'écran. Avec cette expérience, Rutherford s'attendait à une simple petite déviation, mais à sa grande surprise, ce n'est pas du tout cela qu'il a obtenu. Il a obtenu plutôt ceci: Page 8 / 93

9 Feuille or Rutherford Plus précisément, cela veut dire qu'une très grande majorité des particules alpha traversaient la feuille d'or (3), tandis que d'autres déviaient lors du passage dans la feuille (1) et finalement, une très petite quantité de particules rebondissaient fortement en frappant la feuille d'or (2) d'une épaisseur très minime, soit d'un demi-micromètre. Rutherford fit connaître son interprétation en Il en tire rapidement une conclusion qui remet en doute l'idée qui jusque-là admise que les atomes sont des sphères pleines. Une théorie révolutionnaire apparaît alors : l'atome est constitué principalement de vide. La théorie nucléaire de la matière est née. S'en suit la mise au point d'un nouveau modèle, la théorie du noyau atomique de Rutherford, très vite complété par le modèle imaginé par un physicien danois du nom de Niels Bohr qui a longtemps travaillé avec Ernest Rutherford. Modèle atomique de Rutherford repris par Bohr En 1913, Bohr ébauche un modèle qui portera son nom. Les atomes sont faits de noyaux de taille négligeable face à celle de l'atome entier, noyaux qui représentent toutefois la quasi-totalité de la masse de l'atome. Autour de ce noyau se trouve un "cortège" électronique. Les électrons sont situés sur des orbites fixes et se déplacent autour du noyau un peu comme les planètes autour du Soleil. D'où le terme de "modèle planétaire" souvent employé pour définir le modèle de Bohr. Ce modèle a la particularité de permettre l'application de la théorie des quanta d'énergie. Les électrons peuvent "sauter" d'une orbite à une autre par gain ou perte d'un quantum d'énergie. Conclusions : - L'atome est surtout constitué de vide, puisque la plupart des rayons alpha traversent la feuille d'or, comme s'il Page 9 / 93

10 n'y avait pas d'obstacle. - La masse de l'atome est concentrée en un point que Rutherford appela noyau. De plus, la charge de ce noyau est positive, car les particules alpha sont repoussées par le noyau. - Le noyau est extrêmement petit et dense puisqu'il n'y a qu'une très petite portion des particules qui rebondissent. - L'atome est neutre, c'est-à-dire qu'il y a autant de charges positives que de charges négatives. - Les charges négatives, de masse négligeable, quant qu'à elles, gravitent autour du noyau. Cette théorie relative à la structure atomique et ses travaux en physique nucléaire lui valurent le prix Nobel. 7 - Propriétés chimiques de l'or. On est loin de la transmutation du mercure en or chère aux alchimistes du Moyen Age même si les chimistes ont essayé toutes sortes d'expériences à ce sujet. Une seule expérience a donné des résultats : des traces d'or y ont été mises en évidence par spectrométrie de masse. Il s'agit d'un bombardement de mercure avec des neutrons rapides selon les réactions suivantes : Hg + 10n -> Au + 1 1p et Hg + 10n -> Au + 1 1p On le voit bien, rien à voir avec l'alchimie ici! cette réaction a été obtenue par Sherr et Bainbridge et fut publiée en Nous ne traiterons pas ici de l'or colloïdal pour lequel il existe une abondante bibliographie (voir quelques titres de référence en page biblio). Il faut savoir que cet or colloïdal est connu depuis le XVI ème siècle et que c'est le premier hydrosol connu Il est utilisé en médecine et en biochimie entre autres. Il n'y guère que les halogènes comme corps simples qui peuvent former des composés avec l'or. La volatilité de l'or à haute température dans une atmosphère d'hydrogène est cependant attribuée à la formation d'un hydrure. Action des acides sur l'or : Quelques acides concentrés à chaud entraînent une certaine solubilité non négligeable par exemple dans le cas de l'acide nitrique concentré bouillant! mais l'acide sulfurique et phosphorique sont sans effet en dessous d'une température de 250! En revanche une combinaison de 2 acides l'un servant d'oxydant à l'autre attaque l'or et le dissout : il s'agit de l'eau régale un mélange d'acides chlohydrique et nitrique Action des bases : pas grand chose à signaler Action des sulfures : pas grand chose non plus Action des cyanures : voir chapitre sur l'extraction de l'or. Action catalytique de l'or : De très nombreuses réactions sont signalées dans la littérature en chimie minérale : - synthèse de l'eau entre 130 et 150 en présence d'or réduit - synthèse de l'eau oxygénée à partir d'un mélange équimoléculaire d'hydrogène et d'oxygène sur un fil d'or chauffé électriquement. - oxydation du monoxyde de carbone par l'oxygène ou le chlore moléculaires - décomposition du protoxyde d'azote mais l'or n'est pas un catalyseur d'hydrogénations organiques sauf pour la transformation de l'acétylène en éthylène et pour la réduction (chimie organique) du nitrobenzène en aniline. Page 10 / 93

11 Or natif sur quartz 8 - Quelques composés de l'or Au+ On a déjà parlé de l'hydrure d'or et des conditions dans lesquelles on peut l'obtenir. Composés avec le chlore : il existe plusieurs chlorures : AuCl existe en 3 phases liées par des équilibres chimiques à diverses températures et pressions : AuCl 3 <-->AuCl + Cl 2 et 2 AuCl <--> 2 Au + Cl 2 Les aurochlorures existent avec Ag, K,Cs, Na et NH 4 On a une formule générale du type 2 M AuCl 4 par exemple. Ce sont des sels stabilisés par un excès de chlorures alcalins. Le réactif de Grignard AuCOCl, un complexe d'or, permet la préparation de certains hydrocarbures. Composés avec le soufre : les aurothiosulfates avec par exemple Na 3 Au ( S 2 O 3 ) 2. 2 H 2 O les aurosulfites dans le même ordre d'idée Na 3 Au ( SO 3 ) 2. 1,5 H 2 O les aurosulfocyanures Au (SCN) 2 - ou Au (SCN) 4 - Composés avec le cyanure : les aurosulfocyanures Au (SCN) 2 - ou Au (SCN) 4 - les aurocyanures, en fait des sels doubles de Ni par exemple : Ni Au (CN) 22 Il en va de même pour Au++, chlorure, bromure et oxyde AuO obtenu par pyrolyse de l'or trivalent hydraté entre 155 et 165, c'est dire que ce composé est «confidentiel», mais il existe! De même les composés avec Au+++ dont certains sont des composés mixtes comme par exemple Rb 4 AuCl 42 PbCl 4. Page 11 / 93

12 Toutes ces réactions ne se font qu'en laboratoire et ont pour but de montrer que dans certaines conditions on peut faire réagir l'or et obtenir des composés de celui-ci. Ceci reste rare et difficile! Page 3/10 - Gisements et extractions 1 - La Medulas, Espagne. Le paysage incroyable de Las Medulas, situé dans la province du Leon et patrimoine de l'humanité depuis 1997, n'est pas dû à une érosion naturelle. Non, il s'agit de l'impact de l'activité d'extraction de l'or par les Romains au I et IIèmes siècles de notre ère. Las Medulas Espagne Cette mine était une des plus grandes exploitations romaine à ciel ouvert. Il s'agit d'un dépôt d'érosion alluvionnaire du Miocène provenant de la Cordillère Cantabrique. Dans les régions minières d'espagne les Romains possédaient environ 500 mines et parmi elles, las Medulas esclaves travaillaient dans ces mines et les Romains en tiraient probablement autour de livres d'or par an ce qui représente 5 tonnes pendant les 200 ans de son activité. Et ce qui représente aussi de remuer quelques 300 millions de mètres cube de sédiments! Le géographe et naturaliste romain, Pline le Vieux, nous décrit la méthode d'extraction de l'or utilisée par les Romains. Il s'agissait de construire de grands réservoirs dans les parties hautes des montagnes, réalisant un réseau de sillons qui descendaient par les versants. L'eau, jetée tout d'un coup, traînait derrière elle, de façon turbulente, la terre vers les parties les plus basses, où les lavoirs étaient placés. Des fois, l'eau entrait dans un réseau très complexe de puits et galeries creusés dans la montagne, où l'effet des trombes d'eau provoque des écroulements. Voilà pourquoi Pline le Vieux a appelé tout le processus «ruina montium». Le plus intéressant du système d'exploitation était le réseau de canaux, presque 400 km, qui venaient des Montes Aquilanos et qui arrivaient jusqu'au gisement. Page 12 / 93

13 Pépite Après deux siècles d'exploitation, les Romains se sont retirés, laissant derrière eux un paysage dévasté. Étant donné l'absence d'activités industrielles ultérieures dans cette région, les traces spectaculaires de cette technique ancienne (l'utilisation de la puissance hydraulique) sont partout visibles, sous forme de pentes montagneuses dénudées et de vastes zones de résidus miniers. 2 - Les grandes découvertes du 19ème siècle dans l'ordre chronologique La production d'or avance en fonction des grandes découvertes de gisements d'or et de nouvelles techniques de production. (Voir chapitre sur les ruées vers l'or). - La Californie : En 1848, de l'or est découvert en Californie par James Marshal et August Sutter dans le canal d'écoulement d'une scierie. En 1849, un gisement d'or est découvert dans la Sierra Nevada, dès lors commence le développement de la célèbre «mother lode» longue de 200km. 1890, dans le Colorado, on découvre de l'or à «Cripple Creek», le minerai a une teneur en or de 19 onces. Canons à eau - L'Australie : En 1850, Hammond Hargraves trouve de l'or dans un affluent de la rivière Macquarie dans le New South Wales. En 1851, on découvre de l'or à Ballarat et à Bendigo Creek. Néanmoins, les meilleurs gisements d'or alluvionnaire sont vite épuisés. Page 13 / 93

14 SA Witwatersrand - L'Afrique du sud : Les diamants sont découverts en Afrique du sud avant l'or. C'est en 1886 que G. Walker découvre de l'or en piochant pour extraire des pierres pour construire une ferme. Il connaît les gisements Australiens, il reconnaît la roche porteuse d'or. C'est un gisement à faible teneur d'or proche de Johannesburg, le Witwatersand. Cliquez pour agrandir SA Witwatersand, gisement d'or Mais, l'exploitation demande beaucoup de capitaux et de moyens techniques, les diamantaires en prennent donc le contrôle. Le problème est que les méthodes utilisées en Californie et en Australie à base de mercure étaient à peine rentables. Mais en 1887, le procédé au cyanure permet à ces gisements d'être rentables. En 1898, l'afrique du Sud devient le premier producteur mondial avec ¼ de la production. Page 14 / 93

15 SA Johannesburg Tau Tona est la plus grande mine d'or de la planète. Située à Carletonville, en Afrique du Sud, elle est profonde de 3, 6 km, et ses multiples galeries s'étendent sur 800 kilomètres. Chaque mois, tonnes de minerai y sont traitées, pour obtenir au final 1,6 tonne d'or. La mine a été contruite par l'anglo American Corporation qui a foré le puit principal de 2 kilomètres en L'exploitation démarra en 1962, c'est une des mines d'or les plus rentables d'afrique du Sud Tau Tona vue générale du site AGAshanti Le nom Tau Tona signifie "grand lion" dans la langue locale sotho. La mine est une des trois mines de Western Deep Levelsau sud de Carletonville, 70 kilomètres à l'ouest de Johannesburg. TauTona se trouve à côté des mines Mponeng and Savuka avec laquelle elle partage les unités de traitement. Quelques chiffres hallucinants : Page 15 / 93

16 pression de la roche 1t/cm 2, elle referme le boyau d'exploitation de 7mm/jour! impossible d'utiliser de grosses machines, le boyau doit être aussi petit que possible à cause des contraintes de la roche. Tout se fait, dans le boyau,, à la main et au marteau piqueur. 10 tremblements de terre par jour, dûs au relâchement des contraintes de la roche. 1M dollars électricité / mois : aération, refroidissement à 28 des galeries 500M litres eau / mois 1h d'ascenseur et 3km à pied dans le boyau pour aller sur une place de travail La cage d'ascenseur qui emmène les mineurs au fond descend à une vitesse de16 mètres par seconde 5t/jour d'explosifs utilisés le filon de quartz mesure 25 cm d'épaisseur et est très pentu, ceci rend les conditions épouvantablement difficiles. Pour les 5600 mineurs, travailler neuf heures par jour à ces profondeurs est extrêmement dangereux. Un système de ventilation et de réfrigération géant a donc été installé pour permettre aux hommes de respirer et de supporter une chaleur oppressante. Des appareils de contrôle tentent de prévoir les tremblements de terre quotidiens, mais les hommes préfèrent se fier à l'instinct des rats. Chaque année, les galeries descendent encore plus bas. La mine est un endroit dangereux où cinq mineurs perdent la vie chaque année (en moyenne). Des travaux sont actuellement en cours pour atteindre 3,9 km de profondeur. Cela en fera la mine la plus profonde du monde. Ce nouveau puit entrera en exploitation en 2009 et permettra l'exploitation de la mine jusqu'en Anglogold Ashanti - Afrique du Sud AngloGold Ashanti, propriétaire actuel de la mine, travaille actuellement à étendre ou améliorer ses mines de Cuiabá au Brésil, Moab Khotsong et Tau Tona en Afrique du Sud, de Geita en Tanzania, Boddington en Australie et Obuasi au Ghana. - Le Canada : En Colombie britannique, l'or est exploité depuis 1860, les sites sont des "placers" et des gîtes "filoniens". Mais en 1896, Robert Henderson et George Washington Carmack découvrent de l'or dans la rivière Klondike. C'est au XXème, en 1991, que la production canadienne d'or atteint un sommet inégalé de 175,3 tonnes... Si le prix de l'or devait osciller autour des niveaux atteints, la mise en chantier de nouvelles mines d'or, et la production canadienne enregistreraient un nouveau record. - L'Alaska : En 1898, trois scandinaves, Jafet Linderberg, John Brynteson et Erik Lindblom découvrent de l'or sur le fleuve Anvil. Page 16 / 93

17 Sweden Aitik mine, CAT avecf chaînes à neige Mais aussi : Suède, Russie (Sibérie), Iran Barat (Iran Occidental), Brésil, Chili, Colombie, Pérou, République Dominicaine, USA, Nouvelle-Zélande, Zimbabwe USA Gold Mine, vue aérienne Les minerais d'or sont hydrothermaux, ce sont donc des eaux chaudes qui remontent dans des fissures avec certains minéraux, par exemple du quartz, et qui y cristallisent. Il peut aussi s'agir d'anciens placers qui ont subi une diagenèse et même un métamorphisme c'est la raison pour laquelle l'or est aussi associé à des conglomérats ou des schistes. Page 17 / 93

18 Peru Las Sorpresas et Yanacocha mines, vue satellite (fausses couleurs) La production d'or est rentable en présence d'environ 4 g d'or par tonne de roche, actuellement. La limite de rentabilité dans le Transwaal était de 5,3 g/t jusqu'en 1949 et depuis elle est passée à 3,63 g/t avec de nouvelles technologies d'extraction plus performantes. La production mondiale s'élève à 2500 tonnes par an dont 25 % proviennent du recyclage (Voir le chapitre sur le marché). 3 - Exploitation des placers. Un placer alluvial est un lieu où un cours d'eau produit un dépôt d'alluvions présentant localement des concentrations naturelles élevées en minéraux lourds, sous forme de sables lourds: débris fins, paillettes, grains et pépites. Ces sables lourds sont composés de nombreux minéraux de forte densité: métaux ( l'or entre autres) et cristaux lourds ( et souvent sombres) mais aussi de matériaux lourds moins nobles: plombs, débris métalliques! Le ruissellement sur des paléo-placers dispersés dans les conglomérats, l'argile ou dans un ancien lit de cours d'eau est aussi et parfois la seule origine de l'or, le dépôt primaire ayant disparu. Les minéraux lourds ne circulent pas sur toute la largeur du lit, ils se concentrent en un chenal étroit appelé "gold line" qui suit généralement "la corde" du cours d'eau. Le trajet se modifie en fonction du débit et de la géométrie, variable elle aussi, du cours d'eau. L'or se trouve dans des plages de graviers, sous forme de particules plus ou moins grosses (paillettes millimétriques ou pépites) mélangées au sable et au graviers. L'or se trouve aussi dans des marmites qui sont des anfractuosités rocheuses situées au fond du lit de la rivière. Dans les plages la teneur est de 0, 2 décigrammes à 4 g /m 3 graviers. Dans les marmites la teneur peut monter jusqu'à 500 g/m 3, sur quelques litres. - Les premiers chercheurs d'or du Far West utilisent une simple bêche et un récipient métallique qui est appelé «batée». Le sable est lavé dans un récipient avec un mouvement circulaire pour que les sédiments les plus légers partent dans l'eau de la rivière, seuls restent le sable et l'or. - Cette méthode rudimentaire est perfectionnée avec une sorte de longue caisse en bois dans laquelle l'eau s'écoule. Il y a des taquets qui sont placés pour retenir les particules les plus lourdes, c'est le «long Tom». - Puis le «Sluice» : des couvertures en laine sont placées sur le fond du canal en bois pour arrêter les particules les Page 18 / 93

19 plus fines d'or. On peut laver avec cet engin environ 1/3 de m 3 /h. - Ensuite, le mercure est utilisé en bout de «Sluice» pour que la poussière d'or s'amalgame avec le mercure. Il faut 1,3 kg de mercure pour amalgamer 1 kg d'or! Dans les placers on utilise souvent des jets d'eau à forte pression pour ameublir le sédiment et on fait ensuite passer la boue sur les tables. Lance à eau orientable Les «suceuses» (dragues aquatiques) aspirent directement le gravier aurifère dans un tuyau et le déverse sur une rampe de lavage. (Voir aussi le chap. sur l'or en France.) Cette exploitation de placers n'est pas toujours artisanale, tant s'en faut, mais c'est la seule à la laquelle peuvent se livrer des particuliers. 4 - L'orpaillage L'orpaillage artisanal est encore largement pratiqué en Afrique de l'ouest notamment les années de grande sécheresse. Habituellement c'est une activité complémentaire qui remplace l'activité agricole de la minovembre à la mi-mai. En hivernage normal les pluies abondantes remplissent les puits et empêchent tout travail d'orpaillage. Orpaillage au Sénégal Les puits creusés sur les gisements alluvionnaire et éluvionnaire ont tous environ 80 cm de diamètre. Lors de la progression des encoches sont creusées le long d'une paroi pour permettre au mineur de caler ses pieds en même temps qu'il s'adosse à l'autre paroi. Il s'aide des bras et des jambes mais très peu des mains pour se déplacer dans le puits. Une écuelle en bois permet de ramasser les débris rocheux et de remplir le seau. Pour remonter les déblais et graviers aurifères, les seaux en plastique ont remplacé les paniers et cordes en fibres. La sélection des graviers aurifères est fonction des gisements. Une fois la couche riche atteinte des galeries sont creusées dans toutes Page 19 / 93

20 les directions. Aucun boisage n'est installé, seuls des piliers de minerai préservé assurent une certaine stabilité au toit de la couche qui est souvent très peu induré. Les accidents semblent être assez rare malgré les conditions de travail. Le lavage des graviers est la tache réservée aux femmes. Il est pratiqué dans les marigots lorsqu'ils ne sont pas sec, sinon des amorces de puits sont remplies de l'eau puisée dans ceux qui atteignent la nappe. Les ustensiles utilisés : bassine de plastique, calebasses, écuelle en bois. Le débourbage : les gros graviers sont lavés, triés et rejetés. Une fois les plus gros graviers retirés le reste des alluvions est débarrassé de l'eau boueuse par des mouvement oscillatoires de calebasse, utilisée comme une batée. Restent au fond de la calebasse quelques grains de quartz, les minéraux lourds (magnétite, ilménite) et les paillettes d'or. Ces minéraux sont versés dans un écuelle de bois dans laquelle les paillettes sont triées en fin de journée. On estime à 13 millions les mineurs «artisanaux», pour toutes sortes de minéraux or compris bien sûr, dans au moins 30 régions du monde : Amérique Latine, Afrique et Asie. A ce tarif là ce n'est plus de l'artisanat! Pour l'or une estimation fait état de 6 millions qui extraient entre 3 et 500 tonnes chaque année soit le quart de la production mondiale à peu près! et dans certaines régions cela peut atteindre les 3/4 de la production totale (estimation de la Banque Mondiale). Les conditions difficiles ont conduit de nombreux paysans à devenir chercheurs d'or dans des conditions souvent abominables, sans parler du travail des enfants... Pépites au fond d'une batée Malheureusement il est évident, selon un article du New York Time, que la nature en paie le prix fort. En effet, les activités d'extraction sont extrêmement destructrices et polluantes. Destructrices, quant aux quantités énormes de roches arrachées pour quelques onces de métal. Polluantes quant au cyanure ou au mercure utilisés pour récupérer les paillettes d'or. Les déchets découlant de cette activité, du fait de leur toxicité, s'apparentent dans leur gestion, selon le New York Time, aux déchets nucléaires. Aussi utiliser de tels produits heurte les consciences et en laisser s'échapper dans la nature, est éminemment condamnable. Il en va naturellement de même pour les mines et usines de pays qui ne sont pas consciencieux quant à l'environnement, et pas seulement des pays pauvres. (voir chapitre sur l'or en France). Pour preuve supplémentaire si besoin était, l'accident survenu en Roumanie en 2000, lorsque des déchets miniers se sont déversés dans un affluent du Danube causant la mort de milliers de poissons et entraînant le poison jusqu'à la mer Noire. En Bulgarie, au mois d'octobre dernier, une manifestation rassemblant des Bulgares, mais aussi leurs voisins grecs et turcs a dénoncé l'ouverture d'une mine d'or qui risque de polluer un fleuve. 5 - Extraction et purification des minerais de gisements primaires. Page 20 / 93

la matièr cuivre (II) Donner la 2) Déterminer et Cu 2+ + Correction : ions chlorure. 1) Chlorure de cuivre neutralité CuCl 2. = =

la matièr cuivre (II) Donner la 2) Déterminer et Cu 2+ + Correction : ions chlorure. 1) Chlorure de cuivre neutralité CuCl 2. = = 1) Chlorure de cuivre Le chlorure de cuivre (II) est un composé ionique constitué d'ions chlorure Cl - et d'ions cuivre (II) Cu 2+. Donner la formule statistique de ce composé. Écrire l'équation de sa

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

La vie des étoiles. La vie des étoiles. Mardi 7 août

La vie des étoiles. La vie des étoiles. Mardi 7 août La vie des étoiles La vie des étoiles Mardi 7 août A l échelle d une ou plusieurs vies humaines, les étoiles, que l on retrouve toujours à la même place dans le ciel, au fil des saisons ; nous paraissent

Plus en détail

PARTIE 1. Dans la vidéo «géothermie en Islande», ❿ Pourquoi l'islande est-elle un pays où on peut implanter des centrales géothermiques?

PARTIE 1. Dans la vidéo «géothermie en Islande», ❿ Pourquoi l'islande est-elle un pays où on peut implanter des centrales géothermiques? PARTIE 1 Planche 1 : 1. Quelles sont les différentes sources d'énergie dans le monde? 2. Comment évolue la consommation d'énergie mondiale? Pourquoi? Planche 2 : 1. Qu'est qu'une énergie fossile? Donnez

Plus en détail

ÉNERGIES NON RENOUVELABLES

ÉNERGIES NON RENOUVELABLES ÉNERGIES FOSSILES ÉNERGIE FISSILE ÉNERGIES FOSSILES Les énergies fossiles proviennent, comme leur nom l indique, de la fossilisation de grandes quantités de matière organique, provenant de la décomposition

Plus en détail

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable.

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. DE3: I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. Aujourd hui, nous obtenons cette énergie électrique en grande partie

Plus en détail

Les enquêtes sur le chauffage soulèvent la problématique plus générale de l énergie. Elles renvoient aux trois piliers du développement durable.

Les enquêtes sur le chauffage soulèvent la problématique plus générale de l énergie. Elles renvoient aux trois piliers du développement durable. Les enquêtes de noel d EDD Education au Développement Durable Le chauffage Eléments de réponse et compléments D i r e c t i o n d e s S e r v i c e s D é p a r t e m e n t a u x d e l E d u c a t i o n

Plus en détail

ELSOLD Barres et lingots. ELSOLD Barres et lingots (alliages avec plomb) Barres et lingots (avec plomb) 07

ELSOLD Barres et lingots. ELSOLD Barres et lingots (alliages avec plomb) Barres et lingots (avec plomb) 07 ELSOLD Barres et lingots La miniaturisation croissante, des exigences plus strictes en ce qui concerne la fiabilité à long terme des produits électroniques complexes, des composants et des caractéristiques

Plus en détail

L ENERGIE CORRECTION

L ENERGIE CORRECTION Technologie Lis attentivement le document ressource mis à ta disposition et recopie les questions posées sur une feuille de cours (réponds au crayon) : 1. Quelles sont les deux catégories d énergie que

Plus en détail

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE Source du Par (82 c) : la source la plus chaude d Europe continentale Premier plan : corps cellulaire d un neurone. 1,5 semaine Cours Approche

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

DEVOIR DE THERMOCHIMIE

DEVOIR DE THERMOCHIMIE DEVOIR DE THERMOCHIMIE Données fournies Constante des gaz parfaits: R= 8,31 kpa.l.k-1.mol -1 Nombre d'avogadro: N A = 6,02 x 10 23 mol -1. Capacité thermique massique de l'eau solide: 2,14 J/g. C. Capacité

Plus en détail

nitrate d argent Frédéric ELIE, avril 2006

nitrate d argent Frédéric ELIE, avril 2006 ACCUEIL nitrate d argent Frédéric ELIE, avril 2006 La reproduction des articles, images ou graphiques de ce site, pour usage collectif, y compris dans le cadre des études scolaires et supérieures, est

Plus en détail

première S 1S7 Géothermie

première S 1S7 Géothermie FICHE 1 Fiche à destination des enseignants Type d'activité Activité documentaire Notions et contenus du programme de première S Radioactivité naturelle et artificielle. Activité. Lois de conservation

Plus en détail

Problèmes calcaires Protégez vos installations avant qu il ne soit trop tard!

Problèmes calcaires Protégez vos installations avant qu il ne soit trop tard! Problèmes calcaires Protégez vos installations avant qu il ne soit trop tard! Le Problème Suivant la position de l'équilibre entre la formation d'acide carbonique (H 2 CO 3 ) et celle de carbonate de calcium

Plus en détail

Chimie cinquième - 2014/2015 Chapitre 4 : Séparer les constituants d'un mélange

Chimie cinquième - 2014/2015 Chapitre 4 : Séparer les constituants d'un mélange Chapitre 4 : Séparer les constituants d un mélange 1. Que faut-il pour récupérer un gaz? 2. A quoi sert l eau de chaux? 3. Comment utilise-t-on l eau de chaux? 4. Qu'utilise-t-on pour tester la présence

Plus en détail

Mini dictionnaire de physique ( d après 5 ème BELIN)

Mini dictionnaire de physique ( d après 5 ème BELIN) Mini dictionnaire de physique ( d après 5 ème BELIN) Année (une) : durée de la révolution de la Terre autour du Soleil. Une année est égalée 365,25 jours. Aqueux (adj.): se dit d'un mélange dont le constituant

Plus en détail

Le terme de corrosion est plus spécifiquement réservé à la dégradation des métaux.

Le terme de corrosion est plus spécifiquement réservé à la dégradation des métaux. FICHE THEMATIQUE LA CORROSION Qu est ce que la corrosion? : Le terme de corrosion est plus spécifiquement réservé à la dégradation des métaux. La corrosion peut avoir les conséquences suivantes: Dégradation

Plus en détail

Chapitre 1: Les métaux et leurs utilisations

Chapitre 1: Les métaux et leurs utilisations Chapitre 1: Les métaux et leurs utilisations 1. Depuis quand utilise-t-on les métaux? 1) Le seul métal qui existe à l état natif est l or. 2) Les métaux obtenus à partir de minerais sont l argent, le cuivre,

Plus en détail

Hygrométrie. Frédéric Élie, septembre 2000, août 2008

Hygrométrie. Frédéric Élie, septembre 2000, août 2008 ACCUEIL Hygrométrie Frédéric Élie, septembre 2000, août 2008 La reproduction des articles, images ou graphiques de ce site, pour usage collectif, y compris dans le cadre des études scolaires et supérieures,

Plus en détail

Chapitre n 2. Conduction électrique et structure de la matière.

Chapitre n 2. Conduction électrique et structure de la matière. Chapitre n 2 3 Conduction électrique et structure de la matière. T.P.n 1: Les solutions aqueuses sont-elles conductrices? >Objectifs: Tester le caractère conducteur ou isolant de diverses solutions aqueuses.

Plus en détail

PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES

PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES (1) Chapitre 4 : Radioactivité, décroissance radioactive Pré requis : La structure de l atome et de son noyau vue en nde et en 1 ère S (composition, ordre de grandeur

Plus en détail

C3. Produire de l électricité

C3. Produire de l électricité C3. Produire de l électricité a. Electricité : définition et génération i. Définition La matière est constituée d. Au centre de l atome, se trouve un noyau constitué de charges positives (.) et neutres

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

L eau. Définition : La décomposition de l eau, formé par la combinaison chimique de

L eau. Définition : La décomposition de l eau, formé par la combinaison chimique de L eau Origine de l eau : La terre à environ quatre milliard et demi d années. Lors de sa formation, la terre était entourée de divers gaz brûlants. En se refroidissant au cours du temps, deux de ces gaz,

Plus en détail

L ALUMINIUM. Il s agit d un métal dont la découverte attribuée

L ALUMINIUM. Il s agit d un métal dont la découverte attribuée Dans la conception d une chaudière gaz à condensation il est important de choisir le matériau qui réunit le plus grand nombre d avantages pour la fabrication de l échangeur de chaleur. L aluminium silicium

Plus en détail

Utilisation des ressources d énergie disponibles

Utilisation des ressources d énergie disponibles Utilisation des ressources d énergie disponibles 1 Energies fossiles Les énergies fossiles sont issues de la matière vivante, végétale ou animale. Elles comprennent le charbon, le pétrole et le gaz naturel.

Plus en détail

L anodisation. en milieu sulfurique

L anodisation. en milieu sulfurique Les traitements de surface de l aluminium et de ses alliages L anodisation en milieu sulfurique A.Steyer AVANT-PROPOS. L ensemble des opérations devant concourir à l accomplissement de l anodisation en

Plus en détail

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière II.1. La dilatation thermique Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière Lorsqu on chauffe une substance, on provoque l augmentation de l énergie cinétique des atomes et des molécules, ce qui accroît

Plus en détail

Je coule. une dalle de béton AVEC LES CONSEILS

Je coule. une dalle de béton AVEC LES CONSEILS MA.0 MATÉRIAUX Je coule une dalle de béton AVEC LES CONSEILS Il faut savoir qu une dalle a une épaisseur minimum de 8 à 10 cm et est armée d un treillis soudé. LES OUTILS ET ACCESSOIRES niveau mètre planches

Plus en détail

Notes du Monastère. Comment faire l ascension? Que verrait-il lors de l ascension? Que ressentirait-il? Comment en revenir?

Notes du Monastère. Comment faire l ascension? Que verrait-il lors de l ascension? Que ressentirait-il? Comment en revenir? Nom : gr : Notes du Monastère L image du bas illustre très bien ce que cherchait à découvrir Frère Bennig. À cette époque, on voyait le ciel comme une voûte sur laquelle le soleil, les étoiles et les planètes

Plus en détail

Opération Goutte d'eau

Opération Goutte d'eau Analyse du Fer École Secondaire But: Déterminer la concentration de fer dans de l'eau potable provenant de 4 sources différentes plus un échantillon à la valeur limite en fer selon les recommandations

Plus en détail

THEME. Solaire passif en construction neuve

THEME. Solaire passif en construction neuve THEME Solaire passif en construction neuve THEME Solaire passif CATEGORIES constructions neuves O. Sidler La quantité d'énergie reçue sur Terre par le rayonnement solaire toutes les 45 minutes suffit à

Plus en détail

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 PRINCIPAL MODE DE DEGRADATION DANS LE MONDE devant les

Plus en détail

Que deviennent tous nos appareils périmés? Chaque année en

Que deviennent tous nos appareils périmés? Chaque année en 4 VIE ET RECYCLAGE DES APPAREILS ET SUPPORTS NUMÉRIQUES Que deviennent tous nos appareils périmés? Chaque année en France, on vend plusieurs millions de tablettes, ordinateurs, smartphones. Et l utilisation

Plus en détail

Pourquoi recycler les déchets informatiques?

Pourquoi recycler les déchets informatiques? Pourquoi recycler les déchets informatiques? Pour construire un seul ordinateur (PC standard de 24kg), il faut 240 kg de combustible, 22 kg de produits chimiques,1,5 tonne d eau. Une fois construit, un

Plus en détail

3 ème COURS Electricité Chapitre 1 LA PRODUCTION D'ÉNERGIE ÉLECTRIQUE CORRECTION DES EXERCICES. Téléchargé sur http://gwenaelm.free.

3 ème COURS Electricité Chapitre 1 LA PRODUCTION D'ÉNERGIE ÉLECTRIQUE CORRECTION DES EXERCICES. Téléchargé sur http://gwenaelm.free. 3 ème COURS Electricité Chapitre 1 LA PRODUCTION D'ÉNERGIE ÉLECTRIQUE CORRECTION DES EXERCICES Téléchargé sur http://gwenaelm.free.fr/2008-9 Correction : Exercice 10 p 159 Centrale nucléaire : Energie

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

I. LE POISON D HERCULE POIROT 7 40

I. LE POISON D HERCULE POIROT 7 40 DS S THÈME OBSERVER/COHÉSION DE LA MATIÈRE/ Page / NOM :... PRÉNOM :... CLASSE :... DATE :... I. LE POISON D HERCULE POIROT 7 40 a) Établir la formule de Lewis du cyanure d hydrogène Configurations électroniques

Plus en détail

Contenu. Compétences

Contenu. Compétences Séance 2 Correction Contenu Composition chimique d une eau de consommation Compétences Analyse qualitative d une eau Exercice I Les différentes eaux L eau minérale naturelle possède des propriétés favorables

Plus en détail

Notions sur les différentes Chaudières au sol

Notions sur les différentes Chaudières au sol TECHNIQUES DES INSTALLATIONS SANITAIRES Nom : ET ENERGIES THERMIQUES Chaudières au sol Section énergétique Mr CHENUIL Notions sur les différentes Chaudières au sol On donne : Un dossier ressource définissant

Plus en détail

Béton ciré sols & murs

Béton ciré sols & murs Béton ciré sols & murs FICHE PRATIQUE BÉTON CIRÉ SOLS & MURS 1 Les nouveautés apportées par Cirex System Face à la demande croissante et à l engouement des médias pour le béton ciré, Cirex System a décidé

Plus en détail

L énergie, un défi pour tous!

L énergie, un défi pour tous! L énergie, un défi pour tous! Se nourrir, se déplacer, chauffer, éclairer, téléphoner, tout est question d énergie! Ou plutôt, de consommation d énergie. Les hommes consomment de plus en plus d énergie

Plus en détail

THEME 1 : LA TERRE DANS L UNIVERS, LA VIE ET L EVOLUTION : UNE PLANETE HABITEE

THEME 1 : LA TERRE DANS L UNIVERS, LA VIE ET L EVOLUTION : UNE PLANETE HABITEE THEME 1 : LA TERRE DANS L UNIVERS, LA VIE ET L EVOLUTION : UNE PLANETE HABITEE Chapitre 1 : Les conditions de la vie : une particularité de la Terre? Intro : Photo de l environnement du lycée : De quoi

Plus en détail

LE VIDE ABSOLU EXISTE-T-IL?

LE VIDE ABSOLU EXISTE-T-IL? Document professeur Niveau : Seconde LE VIDE ABSOLU EXISTE-T-IL? Compétences mises en œuvre : S approprier : extraire l information utile. Communiquer. Principe de l activité : La question posée à la classe

Plus en détail

Avec DUOSUN. Avant DUOSUN

Avec DUOSUN. Avant DUOSUN La dernière invention DUOSUN est un capteur solaire thermique qui fonctionne bien mieux. Il est moins cher et est plus propre que les autres produits actuellement disponibles. Ce capteur est destiné à

Plus en détail

Réactions d oxydo-réduction

Réactions d oxydo-réduction Réactions d oxydo-réduction Définition Les réactions d oxydo-réduction sont des réactions pendant lesquelles les entourages électroniques des atomes (donc les structures des ions et molécules) changent

Plus en détail

EXPERIENCES AMUSANTES SUR L EAU

EXPERIENCES AMUSANTES SUR L EAU EXPERIENCES AMUSANTES SUR L EAU Projet Comenius Regio Fiches réalisées par les élèves de 4 ème de l Enseignement Agricole Promotions 2011-2012 / 2012-2013 Expériences amusantes sur L EAU 1 Table des matières

Plus en détail

L'or, la magie des alchimistes

L'or, la magie des alchimistes 11/01/2007 - Par Claire König, Enseignante Sciences Naturelles L'or, la magie des alchimistes L'or : matière noble, monnaie de référence, magie et mystère de ce qui est rare et précieux, l'or ne laisse

Plus en détail

L énergie solaire. GABRIEL.Lucie, CASABONNE.Jahde, SOUCASSE.Andreas

L énergie solaire. GABRIEL.Lucie, CASABONNE.Jahde, SOUCASSE.Andreas L énergie solaire GABRIEL.Lucie, CASABONNE.Jahde, SOUCASSE.Andreas Sommaire Introduction A quoi sert l énergie solaire? Les avantages de l énergie solaire Les inconvénients de l énergie solaire Depuis

Plus en détail

L'industrie pétrolière : du produit naturel au carburant avancé

L'industrie pétrolière : du produit naturel au carburant avancé Laurent Zorzi et Georges eyen Chimie Industrielle et LASSC L'industrie pétrolière : du produit naturel au carburant avancé Le pétrole Tout comme le charbon, le pétrole brut est un produit naturel qui résulte

Plus en détail

GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE

GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE ETUDE DE SOLUTIONS DE RENOVATION DE BATIMENTS TRADITIONNELS EN ECOSSE Par MARIE JONNARD Tutrice

Plus en détail

La production industrielle de l énergie électrique

La production industrielle de l énergie électrique Chapitre 3 La production industrielle de l énergie électrique Ch 3 p 1 Objectifs : Trouver l élément commun aux différents types de centrales électriques. Savoir comment mettre une turbine en rotation.

Plus en détail

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Géothermie et propriétés thermiques de la Terre 1 Lac de la station thermale du Blue Lagoon en Islande (eau chauffée par l énergie géothermique) 2 - I - Gradient géothermique et flux géothermique 1) Des

Plus en détail

À la rescousse d un architecte

À la rescousse d un architecte À la rescousse d un architecte Niveaux : 4 e et 6 e année Matières scolaires : sciences de la nature, français Objectifs de l ERE : les connaissances, la prise de conscience, les compétences. Objectifs

Plus en détail

Les pertes à vide dàns l industrie

Les pertes à vide dàns l industrie Les pertes à vide dàns l industrie Que ce soit au sein d'une PME comme dans les grandes industries, les pertes à vide représentent souvent une fraction très significative de la consommation globale d'une

Plus en détail

Les recettes de colle de peau

Les recettes de colle de peau Les recettes de colle de peau par Catherine Auguste Ancienne élève des Beaux-Arts de Paris designe et décore des cabinets de curiosités 1/ Introduction : les composants des enduits et des peintures Trois

Plus en détail

L'océan. dans ta cuisine. Des expériences faciles pour comprendre l'océan. GHER Univeristé de Liège

L'océan. dans ta cuisine. Des expériences faciles pour comprendre l'océan. GHER Univeristé de Liège L'océan dans ta cuisine Des expériences faciles pour comprendre l'océan GHER Univeristé de Liège Comment ça fonctionne: Une série d'expériences sont proposées pour apprendre des concepts basiques sur l'océanographie

Plus en détail

Opération Goutte d'eau

Opération Goutte d'eau Analyse du Manganèse École Secondaire But: Déterminer la concentration de manganèse dans l'eau potable provenant de 4 sources différentes, plus d'un échantillon ayant la valeur limite recommandée par le

Plus en détail

Ch5 : L énergie interne de la Terre et son exploitation par l Homme

Ch5 : L énergie interne de la Terre et son exploitation par l Homme T3 : Enjeux planétaires contemporains U1 : Géothermie et propriétés thermique de la Terre Ch5 : L énergie interne de la Terre et son exploitation par l Homme I. La géothermie Les hommes recherchent des

Plus en détail

La polymérisation industrielle du PVC

La polymérisation industrielle du PVC du PVC / 1 La polymérisation industrielle du PVC 1. Introduction du PVC peut s effectuer de différentes manières : en suspension ou en émulsion. Le procédé de polymérisation en suspension est le procédé

Plus en détail

IV. PHÉNOMÉNES DE CORROSION

IV. PHÉNOMÉNES DE CORROSION IV. PHÉNOMÉNES DE CORROSION 1. Nature de la corrosion a. Définition La corrosion d'un métal est l'oxydation de cet élément à l'état d'ion métallique : il s'agit donc d'une réaction d'oxydo - réduction.

Plus en détail

Chapitre 8 production de l'énergie électrique

Chapitre 8 production de l'énergie électrique Chapitre 8 production de l'énergie électrique Activité 1 p 116 But Montrer que chaque centrale électrique possède un alternateur. Réponses aux questions 1. Les centrales représentées sont les centrales

Plus en détail

CHAPITRE 2 LES COMPOSÉS CHIMIQUES ET LES LIAISONS

CHAPITRE 2 LES COMPOSÉS CHIMIQUES ET LES LIAISONS CHAPITRE 2 LES COMPOSÉS CHIMIQUES ET LES LIAISONS 2.1 - La formation de liaisons ioniques et covalentes 2.2 - Les noms et les formules des composés ioniques et moléculaires 2.3 - Une comparaison des propriétés

Plus en détail

Les polluants atmosphériques

Les polluants atmosphériques Les polluants atmosphériques * Les principaux polluants qui retentissent sur la santé (Particules Ozone - Oxydes d'azote -Benzène) p 2-5 * Durée de vie des polluants p 6 * Origine des émissions, devenir

Plus en détail

On peut classer les différents matériaux par familles. Les principales sont :

On peut classer les différents matériaux par familles. Les principales sont : 1 DEFINITION D UN MATERIAU Un matériau est une substance, une matière destinée à être mise en forme. Un objet peut être fabriqué avec des matériaux différents. Un même matériau peut être utilisé pour fabriquer

Plus en détail

Chimie organique. Débuts de la chimie organique

Chimie organique. Débuts de la chimie organique himie organique Info 8.1 Débuts de la chimie organique i Au début du 19 e siècle, Berzelius distinguait deux domaines de la chimie : la chimie minérale (inorganique) et la chimie organique. La chimie organique

Plus en détail

Connaissances Capacités Exemples d'activités L'ION : COMPRENDRE LA CONDUCTION ÉLECTRIQUE DANS LES SOLUTIONS AQUEUSES.

Connaissances Capacités Exemples d'activités L'ION : COMPRENDRE LA CONDUCTION ÉLECTRIQUE DANS LES SOLUTIONS AQUEUSES. Niveau 3 ème Document du professeur 1/ 9 Physique Chimie La chimie, science de la transformation de la matière. Nature du courant électrique dans les solutions aqueuses ioniques. Migration des ions. Programme

Plus en détail

Qu est-ce que l atmosphère?

Qu est-ce que l atmosphère? 1. QUE SAIS-TU? 4 5 6 7 8 9 10 L air, l atmosphère, la pollution Qu est-ce que l atmosphère? Un verre vide ne contient rien. VRAI FAUX L atmosphère est composée de plusieurs gaz. VRAI FAUX L atmosphère

Plus en détail

L isolation thermique du bâtiment. Mai 2016

L isolation thermique du bâtiment. Mai 2016 L isolation thermique du bâtiment Mai 2016 L isolation thermique du bâtiment Ce guide est une introduction à l isolation thermique du bâtiment. Il permet de saisir les principales notions techniques entourant

Plus en détail

DS n 8 Physique & Chimie

DS n 8 Physique & Chimie DS n 8 Physique & Chimie CONTROLE DE QUALITE D UN LAIT D APRES PONDICHERY 2014 (+ LIBAN 2014) [7 PTS] Le lait de vache est un liquide biologique de densité 1,03. Il est constitué de 87 % d'eau, 4,7 % de

Plus en détail

Examen en chimie générale II (CHICO 1160B), septembre 2006. Partie A : Introduction à la chimie inorganique

Examen en chimie générale II (CHICO 1160B), septembre 2006. Partie A : Introduction à la chimie inorganique Examen en chimie générale II (CHICO 1160B), septembre 2006 Partie A : Introduction à la chimie inorganique Svp, veuillez utiliser ces feuilles d examen pour répondre aux questions. Vous pouvez employer

Plus en détail

1 Quel est le principe d une centrale thermique?

1 Quel est le principe d une centrale thermique? Physique-Chimie Deuxième partie Le défi énergétique Chapitre 4 Conversions et gestion de l énergie (suite) Séance 9 Chapitre 4 Conversions et gestion de l énergie (suite) (correspond au chapitre 10 du

Plus en détail

S O 2H O S SO 3H O. une solution de thiosulfate de sodium de concentration en ion thiosulfate [S 2

S O 2H O S SO 3H O. une solution de thiosulfate de sodium de concentration en ion thiosulfate [S 2 PARTIE 3 : Réactions chimiques et milieux biologiques TP 15 La chimie des facteurs cinétiques OBJECTIFS : Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mettre en évidence quelques paramètres influençant

Plus en détail

1/6. Cycle de vie des matériaux: élimination-recyclage

1/6. Cycle de vie des matériaux: élimination-recyclage 1/6 Les matériaux Un matériau est une matière que l homme façonne pour en faire des objets. L usage des matériaux est extrêmement diversifié : construction, textile, objets techniques, décoration, emballages...

Plus en détail

Une chimie «verte» pour la transition énergétique

Une chimie «verte» pour la transition énergétique Projet : Institut de Chimie Une chimie «verte» pour la transition énergétique L Institut de Chimie du Collège de France est le regroupement de 3 chaires de Professeurs et de 3 laboratoires associés localisés

Plus en détail

Centre de recyclage des bouteilles PET. Société APPE. Menegaldo Guillaume. Lopez Pablo. Qu Wencong

Centre de recyclage des bouteilles PET. Société APPE. Menegaldo Guillaume. Lopez Pablo. Qu Wencong Centre de recyclage des bouteilles PET Société APPE Menegaldo Guillaume Lopez Pablo Qu Wencong Introduction Dans le cadre de l option S8 Conception d un emballage responsable, une visite de la société

Plus en détail

LE LAVAGE DES SOLS ET SEDIMENTS POLLUES

LE LAVAGE DES SOLS ET SEDIMENTS POLLUES LE LAVAGE DES SOLS ET SEDIMENTS POLLUES Une alternative de gestion pour optimiser les chantiers Solutions environnementales clé en main pour une valorisation active de sites VALGO - Copyright 2009 SOMMAIRE

Plus en détail

C - Qualité des sols et de l eau. Bilan

C - Qualité des sols et de l eau. Bilan C - Qualité des sols et de l eau Bilan 1 CAH, Solution du sol et nutrition minérale végétale Le sol est un système complexe formé : D'une fraction solide minérale faite de fragments de roche issus du sous-sol

Plus en détail

L énergie. Les différentes énergies On peut trouver différentes énergies sur Terre et aussi dans l'espace.

L énergie. Les différentes énergies On peut trouver différentes énergies sur Terre et aussi dans l'espace. L énergie L énergie se trouve partout et sous différentes formes. On la trouve dans les maisons principalement sous forme d'électricité et de gaz. Energie vient du mot grec "energeia" qui veut dire force

Plus en détail

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE BILANS THERMIQUES La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique: L approche microscopique décrit le comportement individuel

Plus en détail

LA POMPE A CHALEUR (ER 10)

LA POMPE A CHALEUR (ER 10) LA POMPE A CHALEUR (ER 10) Réchauffer l intérieur d une pièce en captant la chaleur naturelle de l extérieur. 1 INTRODUCTION Depuis quelques années dans notre pays, la pompe à chaleur bénéficie d un regain

Plus en détail

3 Charges électriques

3 Charges électriques 3 Charges électriques 3.1 Electrisation par frottement Expérience : Frottons un bâton d ébonite avec un morceau de peau de chat. Approchonsle de petits bouts de papier. On observe que les bouts de papier

Plus en détail

Technique de ponçage DIAMANT

Technique de ponçage DIAMANT Technique de ponçage DIAMANT Diamant, pourquoi? Quel diamant utiliser? Comment un diamant devient un outil? Pour quels travaux? Quels sont les avantages des diamants? Conseils lors de son utilisation?

Plus en détail

Les avantages. Les inconvénients

Les avantages. Les inconvénients Les sources d énergies fossiles sont représentées par le pétrole, le gaz et le charbon. Avec le nucléaire, elles sont considérées comme des énergies de stock. En d'autres termes, elles sont épuisables.

Plus en détail

Equilibre solide-liquide des systèmes binaires

Equilibre solide-liquide des systèmes binaires Equilibre solide-liquide des systèmes binaires I. Introduction La matière présente généralement trois états: solide, liquide et gazeux. Les phases et les structures sous lesquelles peuvent exister les

Plus en détail

Réalisation d'un objet technique 1/6 D1- Le brasage à l'étain

Réalisation d'un objet technique 1/6 D1- Le brasage à l'étain I- Définition Réalisation d'un objet technique 1/6 Le brasage : On appelle brasage, l'assemblage de plusieurs pièces à l'aide d'un métal d'apport (que l'on rajoute) de nature différente (ici de l'étain).

Plus en détail

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 2 heures Sujet L'argent...2 I.Structure électronique...2 II.Cristallographie...3 III.Solutions aqueuses...4 IV.Diagramme E-pCN de l'argent...6

Plus en détail

Les Énergies «Renouvelables» 6juillet2011

Les Énergies «Renouvelables» 6juillet2011 Les Énergies «Renouvelables» 6juillet2011 Introduction Comme son nom l indique, une énergie renouvelable est une énergie utilisant des élèments naturels, renouvelés plus rapidement qu ils ne sont consommés.

Plus en détail

Chap 1: Toujours plus vite... Introduction: Comment déterminer la vitesse d une voiture?

Chap 1: Toujours plus vite... Introduction: Comment déterminer la vitesse d une voiture? Thème 2 La sécurité Chap 1: Toujours plus vite... Introduction: Comment déterminer la vitesse d une voiture?! Il faut deux informations Le temps écoulé La distance parcourue Vitesse= distance temps > Activité

Plus en détail

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec 527-3 (1978-1982-1990-1992) L'Assemblée des radiocommunications de l'uit, considérant a) que la propagation de

Plus en détail

/ Dossier Pédagogique / / exposition / Ô Soleil. / le Soleil et ses énergies / / une exposition de Science-Animation CCSTI de Midi-Pyrénées /

/ Dossier Pédagogique / / exposition / Ô Soleil. / le Soleil et ses énergies / / une exposition de Science-Animation CCSTI de Midi-Pyrénées / / Dossier Pédagogique / / exposition / / le Soleil et ses énergies / / Observation du Soleil / / Le solarscope / Utilisation Observation du soleil avec le solarscope (par temps beau!). Placez correctement

Plus en détail

FICHE EXPERIMENTALE : LA PRESSION

FICHE EXPERIMENTALE : LA PRESSION Diffusion de NO 2 : FICHE EXPERIMENTALE : LA PRESSION Quatre ballon de petite taille reliés à deux supports (noix + pinces) dont deux munis de bouchons ; tournure de cuivre ; acide nitrique concentré ;

Plus en détail

Chapitre 3 : Liaisons chimiques. GCI 190 - Chimie Hiver 2009

Chapitre 3 : Liaisons chimiques. GCI 190 - Chimie Hiver 2009 Chapitre 3 : Liaisons chimiques GCI 190 - Chimie Hiver 2009 Contenu 1. Liaisons ioniques 2. Liaisons covalentes 3. Liaisons métalliques 4. Liaisons moléculaires 5. Structure de Lewis 6. Électronégativité

Plus en détail

Hightech by Gerster.

Hightech by Gerster. Hightech by Gerster. Hightech by Gerster: Le spécialiste. Les produits fabriqués en acier, fonte, aluminium ou métaux non ferreux, se comptent par milliers. Les exigences en matière de sécurité, de fiabilité,

Plus en détail

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre)

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) 1. A la découverte de la radioactivité. Un noyau père radioactif est un noyau INSTABLE. Il se transforme en un noyau fils STABLE

Plus en détail

Nous avons aussi tenté la fabrication de tubes et autres objets.

Nous avons aussi tenté la fabrication de tubes et autres objets. Il faut avant tout faire une introduction, un historique et préciser que nous parlons du Niger. Cette technique est probablement applicable dans d autres pays mais pour chaque zone il faudra analyser le

Plus en détail

Le triangle du feu :

Le triangle du feu : Le triangle du feu : L'incendie est une combustion qui se développe d'une manière incontrôlée dans le temps et l'espace. Elle engendre de grandes quantités de chaleur, des fumées et des gaz polluants ou

Plus en détail

THEME : SANTE. Sujet N 6

THEME : SANTE. Sujet N 6 THEME : SANTE Sujet N 6 Exercice n 1 : Question de cours Qu'est ce que la période d'un phénomène périodique? Exercice n 2 : Manger le bon poisson Le chat aime le poisson mais préfère les rouges. S'il vise

Plus en détail

Jeux d eau - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Jeux d eau - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - Jeux d eau - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - On trouve de l eau partout : dans les étangs, les rivières et les lacs, et même dans notre corps. L eau est aussi un excellent moyen de s

Plus en détail