Conjoncture énergétique Mars 2011

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Conjoncture énergétique Mars 2011"

Transcription

1 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 215 Mai 211 Conjoncture énergétique Mars 211 OBSERVATION ET STATISTIQUES ÉNERGIE La production d énergie primaire de mars est supérieure de 2,7 % à son niveau d il y a un an, avec une progression du nucléaire (+ 4,8 %) mais une diminution de l hydraulique et de l éolien, respectivement de 29 % et 7 %. En cumul sur les 12, la production progresse de 7,1 %, le nucléaire augmentant de 7,4 %, l hydraulique de 2,4 % et l éolien de 16 %. La consommation totale d énergie primaire diminue de 4 % en mars 211 par rapport à mars 21 en données réelles car les températures étaient douces cette année. Elle est stable en La production La production nationale d énergie primaire du mois de mars est supérieure de 2,7 % à son niveau d il y a un an, et de 7,1 % en cumul sur les 12 derniers mois comparés aux 12 mois précédents. La production nucléaire progresse de 4,8 % en mars, alors que l hydraulique et l éolien diminuent respectivement de 29 % et 7 %. En cumul sur les 12, la production nucléaire augmente de 7,4 %, l hydraulique de 2,4 % et l éolien de 16 %. Le taux d indépendance énergétique diminue à 47,5 % en mars mais remonte à 47,9 % en cumul sur 12 mois. La consommation La consommation totale d énergie primaire diminue de 4 % en mars 211 par rapport à mars 21 en données réelles, elle est stable en données corrigées du climat. En effet, le mois de mars a été particulièrement doux avec un indice de rigueur de,89 et une température moyenne de 9,2, alors que mars 21 avait été très froid (7,7, indice de rigueur de 1,6). La consommation d énergie primaire cumulée sur un an progresse de 2,8 % en données réelles, et de 1,6 % en données corrigées du climat. Les résultats par énergie La consommation de charbon poursuit son recul en mars, dans la sidérurgie et encore plus dans les centrales thermiques. Les livraisons de produits pétroliers sont faibles pour un mois de mars, elles diminuent en glissement annuel de 4 % en réel et de 2 % en données corrigées. En cumul sur 12 mois, elles baissent de,3 % en données corrigées, elles sont inférieures de 1 % à leur niveau de l année 2. Le total des carburants routiers fait exception, il augmente de 1,7 % en cumul sur 12 mois. données corrigées du climat. La consommation cumulée sur 12 mois augmente de 2,8 % en réel et de 1,6 % en données corrigées du climat. La reprise de la consommation d énergie reste très modérée. La hausse des cours du pétrole reste forte en mars et avril, le baril de brent daté atteignant près de 115 $ en mars et de 125 $ en avril. Le prix spot du gaz augmente fortement en mars suite aux événements au Japon. Dans ce contexte, la facture énergétique atteint un niveau particulièrement élevé en février 211. La consommation totale réelle de gaz diminue fortement en mars 211 comparé à mars 21 (- 11,3 %). En données corrigées du climat, la consommation baisse légèrement en mars et se stabilise en cumul sur 12 mois, avec une hausse chez les gros clients (+ 6,5 %) et une baisse chez les clients reliés au réseau de distribution (- 3,2 %). La consommation d électricité du mois diminue par rapport à mars 21, de 5,9 % en réel et de 2 % en données corrigées du climat, avec une forte baisse en haute tension. Elle demeure en progression en cumul sur un an, de 2 % en réel et de,9 % en données corrigées. Les émissions de CO 2 Les émissions de CO 2 liées à la combustion de l énergie et corrigées du climat diminuent de 3,9 % en mars comparé à mars 21 et de,8 % en cumul sur un an ; elles se situent ainsi 7,6 % en dessous de leur niveau de l année 199. La facture énergétique La facture mensuelle ressort à 4,9 milliards d euros en février, 49 % de plus qu en février 21. Les exportations progressent de 39 % à 1,5 md, mais les importations augmentent encore plus, de 46 % en glissement annuel, à 6,3 md, dont 3,1 md pour le pétrole brut (+ 7 %), 1,9 md pour les produits pétroliers raffinés (+ 36 %) et 1,1 md pour le gaz (+ 32 %). La facture énergétique cumulée des 12 s élève à 49,2 milliards d euros, 25 % de plus que celle des 12 mois précédents. Les exportations augmentent de 31 % en valeur, dont + 3 % pour les produits pétroliers et + 32 % pour l électricité. Les importations croissent de 27 %, à un rythme un peu moins élevé, du fait du gaz naturel (18 %) et du pétrole brut (23 %) alors que celles de produits pétroliers et de charbon augmentent respectivement de 41 % et 42 %. Service de l observation et des statistiques

2 Énergie primaire Consommation primaire corrigée du climat, par énergie, en année mobile Indicateurs énergétiques, en année mobile Indice base en 2 Indice base en échelle de gauche Charbon Gaz naturel Pétrole Électricité Taux d'indépendance (%) Consommation totale corrigée 1 Emissions de CO2 Production totale 1 Le taux d indépendance énergétique est le ratio de la production nationale primaire sur la consommation primaire non corrigée du climat. La production nationale d énergie primaire du mois de mars est supérieure de 2,7 % à son niveau d il y a un an, du fait de la production nucléaire qui progresse de 4,8 %. Inversement, l hydraulique et l éolien diminuent respectivement de 29 % et 7 % sur le mois, mars 211 étant notamment moins venteux que mars 21. En cumul sur les 12 comparés aux 12 mois précédents, la production nationale augmente de 7,1 %, le nucléaire de 7,4 %, l hydraulique de 2,4 % et l éolien de 16 %. La consommation totale d énergie primaire en mars 211 diminue en données réelles de 4 % par rapport à mars 21, mais elle est stable en données corrigées du climat (-,1 %). Les températures de mars ont en effet été très douces avec une moyenne de 9,2 et un indice de rigueur de,89. En données corrigées, la consommation d électricité primaire, principalement nucléaire, augmente de 4,4 %, alors que les consommations de charbon, de pétrole et de gaz diminuent. La consommation d énergie primaire cumulée sur un an ressort à près de 254 Mtep en données réelles (+ 2,8 %) et près de 253 Mtep en données corrigées du climat (+ 1,6 %), l indice de rigueur des 12 étant de 1,2. Corrigées du climat, la consommation annuelle d électricité augmente en un an de 4,4 %, celle de gaz est stable, celle de pétrole et de charbon diminuent (respectivement -,3 % et - 4,9 %). Les émissions de CO 2 liées à la combustion de l énergie, corrigées du climat, diminuent de 3,9 % en mars comparé à mars 21 et de,8 % en cumul sur un an, elles se situent ainsi 7,6 % en dessous de leur niveau de l année 199. Le taux d indépendance énergétique à 47,5 % en mars, continue à se redresser à 47,9 % en cumul sur les 12. milliers de tep Énergie primaire (1) Mars 211 Production nationale d'énergie primaire , , ,1 - Charbon (produits de récupération) 7-15, ,6 92 5,4 - Pétrole 81 6, , ,4 - Gaz naturel 31-46, , ,5 - Nucléaire (brut) , , ,4 - Hydraulique et éolien (brut) , , ,9 Consommation d'énergie primaire réelle , , ,8 - Charbon , , ,7 - Pétrole , , ,3 - Gaz naturel , , ,9 - Électricité 1 389, , ,6 Consommation d'énergie primaire corrigée du climat 23 -, , ,6 - Charbon , , ,9 - Pétrole , , ,3 - Gaz naturel , , , - Électricité , , ,4 Taux d'indépendance énergétique (%) 47,5 3,1 48,1 3,5 47,9 1,9 Émissions de CO 2 corrigées (milliers de t CO 2 ) , , ,8 (1) hors ENR thermiques. % : variation par rapport à la période similaire de l'année précédente, sauf pour le taux d'indépendance énergétique (points). 2 Commissariat général au développement durable - Service de l observation et des statistiques

3 Combustibles minéraux solides Consommations corrigées du climat Indice base en 2 Indice base en 2 Mensuelles En année mobile Total Centrales électriques Sidérurgie Total Centrales électriques Sidérurgie La consommation de charbon poursuit son recul en mars. Elle est inférieure de 2 à 3 % à la consommation du mois de mars des années 25 à 21, à l exception de 29. Ce recul s observe dans l ensemble des secteurs concernés par l utilisation du charbon. Les mêmes facteurs qu au cours des deux mois précédents expliquent le bas niveau de la consommation de charbon vapeur en mars : le nombre limité d heures de fonctionnement imposé aux centrales les plus polluantes par la directive sur les grandes installations de combustion (deux d entre elles sont à l arrêt depuis le début de l année), l ouverture au printemps 21 de deux nouvelles unités à cycle combiné au gaz qui ont conduit à faire moins appel aux centrales les moins performantes, la hausse des prix du charbon vapeur depuis plusieurs mois et des températures particulièrement clémentes, d où une demande électrique plus faible qui n a pas nécessité un recours important aux centrales thermiques. Moins de 5 t de charbon vapeur ont été brûlées dans les centrales thermiques en mars 211, alors qu on n était pas descendu depuis 23 sous les 65 t au cours d un mois de mars. La production de fonte et d acier par la filière à oxygène, et donc la demande en houille et en coke, reste faible en mars : les livraisons de charbon à la sidérurgie sont très inférieures à ce qu elles étaient avant l effondrement du secteur en novembre 28. Après le rebond du printemps 21, elles ont rechuté et se situent en baisse de 15 % par rapport à l an dernier. Dans les autres secteurs industriels, la demande est au plus bas, au même niveau qu en mars 29, mais inférieure de 12 % à celle de mars 21 et de plus de 3 % à celle de mars 28. Avec le recul de la demande depuis plusieurs mois, les importations de combustibles minéraux solides régressent fortement, de plus de 2 % depuis le début de l année. Au cours des 12, 18,6 Mt ont été importées. milliers de tonnes Combustibles minéraux solides Mars 211 Importations totales , , ,6 Production nationale (PR) 17-15, , ,4 Variations de stocks Exportations totales , ,8 Consommation intérieure réelle , , ,9 dont : - centrales électriques , , ,7 - sidérurgie , , , Consommation totale corrigée du climat , , ,1 % : variation par rapport à la période similaire de l'année précédente. Commissariat général au développement durable - Service de l observation et des statistiques 3

4 Produits pétroliers Consommations corrigées du climat Indice base en 2 Indice base en 2 Mensuelles En année mobile Total Gazole FOD Carburants y c. gazole Total Gazole FOD Carburants y c. gazole Le cours du brent en euro a de nouveau fortement progressé en mars (+ 7,8 % en un mois) à près de 82 /bl, malgré le renchérissement de l euro par rapport au dollar. Il s agit du cinquième mois consécutif de hausse (+ 38 % depuis octobre 21). En un an, la hausse atteint 41 %. Les prix de vente au consommateur des produits pétroliers, en euros, augmentent en conséquence en mars : + 9 % pour le fioul domestique (+ 31 % en un an), + 5 % pour le gazole (+ 21 % en un an) et + 2 % pour les supercarburants (+ 11 % en un an). À 1,5 /l à la pompe, le SP95 est aussi cher qu à l été 28, les prix du GPL carburant et du fioul lourd sont également au plus haut. Le différentiel de prix entre le gazole et le sans plomb 95 se réduit de plus en plus, il n est désormais plus que de 9 %, après avoir culminé à 2 % en juin 29. La consommation totale de produits pétroliers, proche de 7,5 Mt, est inférieure de 4 % à celle de mars 21. Elle est au plus bas pour un mois de mars. Le mois de mars a été particulièrement doux. Mais, même en tenant compte des variations climatiques, la consommation recule de plus de 2 % par rapport à mars 21. Les livraisons de carburants routiers progressent en mars et sont supérieures à celles des années précédentes (+ 3,3 % par rapport à mars 21). Le gazole représente désormais 82 % des volumes de carburants vendus. Les températures ont été clémentes en mars : les livraisons de fioul domestique ont fortement reculé par rapport à l an dernier mais à conditions climatiques égales, elles seraient également en baisse (- 7 %) à cause de l envolée des prix. La douceur du climat, les prix élevés, la bonne disponibilité de l énergie nucléaire et la préférence donnée au gaz dans les centrales thermiques expliquent un recours presque nul aux fiouls lourds utilisés uniquement en cas de pointe de consommation d électricité. Dans les secteurs industriels, les livraisons de fiouls lourds restent à un niveau faible, proche de celui de mars 21 et celles de bases pétrochimiques restent modestes. Enfin, les livraisons de carburéacteurs sont à peu près au même niveau qu en mars 29 et 21, loin de ce qu elles étaient en mars 28, avant la crise économique. milliers de tonnes Produits pétroliers (1) Mars 211 Production nationale 81 6, , ,4 - Pétrole brut 78 6, , ,7 - Hydrocarbures extraits du gaz naturel 3-3,8 8 4,1 3-5,4 Consommation totale réelle , , ,3 dont : - Supercarburants 653-1, , ,5 - Gazole 3 2 4, , ,4 - Fioul domestique (FOD) , , ,2 - Fiouls lourds industrie et divers 132-2, , ,4 - Fiouls lourds centrales électriques 2-64, , ,2 - Carburéacteurs 53 -, , ,4 Consommation totale corrigée du climat , , ,3 dont : - Fioul domestique (FOD) , , ,1 - Fiouls lourds industrie et divers 138 3, , ,6 (1) hors soutes maritimes. % : variation par rapport à la période similaire de l'année précédente. 4 Commissariat général au développement durable - Service de l observation et des statistiques

5 Gaz naturel Consommations corrigées du climat Indice base en 2 Consommation totale en GWh 25 Gros clients reliés au réseau de transport Total 15 5 Résidentiel-tertiaire, petite industrie Maximum sur Minimum sur déc fev avr juin août oct déc Note de lecture : le graphique de droite ci-dessus représente, pour un mois donné, la valeur de la consommation totale de gaz en 21 et en 211, ainsi que le minimum et le maximum observés pour ce même mois au cours de la période allant de 25 à 29. Les importations nettes de gaz 1 s élèvent à 53,3 TWh en mars 211, en hausse de 4,4 % par rapport au mois de mars 21. Elles augmentent également en cumul sur un an, de 2,1 %. Les entrées de GNL représentent 19 % des importations ce mois-ci. Les stocks utiles poursuivent leur baisse hivernale entamée en octobre 21, mais en ralentissant : - 2,9 TWh au cours du mois, tandis qu ils diminuaient de près de 12 TWh en mars 21. Tout comme les mois de janvier et février, le mois de mars 211 a été particulièrement doux, ce qui a permis de soutirer moins qu habituellement. En conséquence, les stocks utiles sont en fin de mois à un niveau de 38,6 TWh, plus élevé que leur niveau de mars 21, qui était à 38,1 TWh. Pourtant, l hiver gazier a débuté dès le mois d octobre, et a été beaucoup plus rigoureux en décembre que l hiver précédent, se traduisant jusqu en février par des niveaux de stock plus faibles en qu en La production nationale de gaz, y compris celle de grisou, continue de baisser : elle s élève à 7,7 TWh en cumul sur un an, en diminution de 14,5 %. La consommation totale réelle 2 diminue fortement ce moisci par rapport à mars 21 : - 11,3 %, à 55,6 TWh. Cette évolution s explique par le climat particulièrement clément de ce début d année 211. En effet, la baisse de la consommation provient uniquement des consommateurs reliés au réseau de distribution (- 17 %), particulièrement sensibles aux températures. La consommation des gros clients augmente de 2,2 % ce mois-ci. La consommation totale réelle s établit à 519,4 TWh en cumul sur un an, en progression de 2,9 % par rapport aux 12 mois antérieurs, avec en particulier une hausse de 8,1 % de la consommation des gros clients et une quasi stabilité de la consommation des petits clients (+,1 %). Corrigée du climat, la consommation totale décroît légèrement en mars (- 1,9 %). Cumulée sur un an, elle est stable, à 514 TWh. Cette stabilité vient d une hausse de la consommation des gros clients reliés au réseau de transport (+ 6,5 %) notamment du fait des centrales à cycle combiné au gaz, qui compense la baisse des petits clients (- 3,2 %). 1 Il s agit des entrées de gaz sur le territoire français, exportations déduites et hors transit. 2 Il s agit de la consommation totale hors pertes (transport, distribution, stockage ). % : variation par rapport à la période similaire de l'année précédente. TWh PCS Gaz naturel Mars 211 Importations nettes 53,3 4,4 151,9 8, 522,4 2,1 Production nationale,4-46,2 1,7-2,4 7,7-14,5 Consommation totale (hors pertes) réelle 55,6-11,3 19,5-11,8 519,4 2,9 dont : - Gros clients reliés au réseau de transport 19, 2,2 57,7 2,4 184,8 8,1 - Résidentiel, Tertiaire, Petite industrie 36,7-17, 132,8-16,8 334,6,1 Consommation totale corrigée (hors pertes) du climat 59,4-1,9 2,7 -,6 514,, dont : - Gros clients reliés au réseau de transport 19,5 6,6 58,9 7,6 183,7 6,5 - Résidentiel, Tertiaire, Petite industrie 39,9-5,6 141,7-3,7 33,3-3,2 Commissariat général au développement durable - Service de l observation et des statistiques 5

6 Électricité Consommations corrigées du climat Indice base en 23 Consommation en GWh Énergie appelée totale Maximum constaté sur Energie appelée Basse tension Moyenne tension Haute tension 3 Minimum constaté sur déc jan fév mar avr mai jui jul aoû sep oct nov déc Note de lecture : le graphique de droite ci-dessus représente, pour un mois donné, la valeur de l énergie appelée en 21 et en 211, ainsi que le minimum et le maximum observés pour ce même mois au cours de la période allant de 25 à 29. La production totale d électricité du mois de février 211 s élève à près de 51 TWh, niveau légèrement inférieur à celui atteint en mars 21. En cumul sur un an, elle augmente cependant de 6,2 %, à plus de 549 TWh. La production nucléaire augmente de 4,8 % par rapport à mars 21, atteignant 37,7 TWh ; elle augmente de plus de 7 % en cumul sur un an, dépassant 415 TWh. En raison d un déficit de pluviométrie ce mois-ci, la production hydraulique est particulièrement faible : elle s élève à 4,4 TWh, en baisse de 29 % par rapport à mars 21. Elle reste cependant en hausse en cumul sur un an (+ 2,4 %). Les centrales thermiques classiques affichent une production mensuelle en baisse de 3,6 % par rapport à celle du mois de mars 21, atteignant un niveau de plus de 7 TWh. Du fait d une bonne disponibilité du parc nucléaire depuis le début de l année, le recours aux centrales classiques a diminué. La production thermique classique augmente très faiblement en année mobile : +,7 %. La production éolienne est en baisse, à un niveau de 1 TWh (- 6,7 %) parce que le mois de mars 211 a été moins venteux que mars 21. Sa progression en année mobile reste cependant importante, avec un niveau de 9,8 TWh (+ 15,9 %). Le solde des échanges atteint un niveau très élevé en mars 211 : près de 4,7 TWh, en hausse de 117 % par rapport à mars 21. En année mobile, il dépasse TWh, ce qui représente une hausse de presque % par rapport aux 12 mois antérieurs. L énergie appelée réelle baisse de 5,9 % par rapport au mois de mars 21, à 45,4 TWh. La haute tension est particulièrement concernée : elle recule de 9,5 %, la basse tension de 7,6 % et la moyenne tension, plus modérément, de 3,5 %. En cumul sur un an, l énergie appelée réelle reste sur une tendance à la hausse de 2 %, affichant un niveau de près de 53 TWh. L énergie appelée corrigée du climat du mois de mars 211 est en baisse par rapport à mars 21 (- 2,5 %), à 46,5 TWh. Elle augmente cependant en cumul sur un an, de,9 %. GWh Électricité Mars 211 Production d'électricité nette , , ,2 dont : production primaire , , ,9 dont : - hydraulique (y c. pompages) , , ,4 - éolienne (*) , , ,9 - nucléaire , , ,4 production thermique classique , , ,7 Solde : exportations - importations , , ,6 Pompages (énergie absorbée) , , ,5 Énergie appelée réelle (y c. pertes) , , , dont : basse tension , , ,6 moyenne tension , , ,1 haute tension , , ,1 Énergie appelée corrigée du climat , , ,9 dont : basse tension , , ,8 moyenne tension , , ,7 % : variation par rapport à la période similaire de l'année précédente. (*) estimation fragile pour le dernier mois. 6 Commissariat général au développement durable - Service de l observation et des statistiques

7 Facture énergétique (février 211) Facture énergétique mensuelle de la France, en M courants Pétrole brut CMS Electricité Produits pétroliers raffinés Gaz naturel Total La hausse des cours du pétrole reste forte en mars et avril, notamment du fait de la situation en Libye et au Moyen-Orient, alors que la demande de pétrole continue d augmenter selon l AIE. Le cours du baril de brent daté croît ainsi de 97 $ en janvier à 14 $ en février, à près de 115 $ en mars et de 125 $ en avril. Le prix spot du gaz augmente fortement en mars suite aux événements au Japon qui vont susciter une hausse de la demande pour compenser l arrêt de plusieurs réacteurs nucléaires ; ce prix spot avait nettement diminué en janvier février avec le radoucissement des températures en Europe. Les prix moyens des énergies importées progressent donc à nouveau fortement en février, de % en /t par rapport à février 21 pour le pétrole brut, de 3 % pour les produits raffinés, de 35 % en cumul sur un an pour chacun. La facture mensuelle de février est particulièrement lourde, à 4,9 milliards d euros, 49 % de plus qu en février 21. Les importations augmentent de 46 % en glissement annuel, à 6,3 md, dont 3,1 md pour le pétrole brut (+ 7 %), 1,9 md Prix moyens mensuels des énergies importées en /t Pétrole brut Produits pétroliers raffinés CMS pour les produits pétroliers raffinés (+ 36 %) et 1,1 md pour le gaz (+ 32 %). Alors que les exportations progressent moins, + 39 % pour le total à 1,5 md, dont + 28 % pour les produits pétroliers raffinés et + 52 % pour l électricité. La facture énergétique cumulée des 12 s élève à 49,2 milliards d euros, 25 % de plus que celle des 12 mois précédents. Les exportations augmentent de 31 %, dont + 3 % de produits pétroliers et + 32 % d électricité. La croissance des importations est légèrement moins élevée, 27 %, à cause du gaz naturel (18 %) et du pétrole brut (23 %) alors que celles de produits pétroliers et de charbon augmentent respectivement de 41 % et 42 %. Les prix moyens à la tonne en euros des importations augmentent de 35 % en année mobile pour le pétrole brut et les produits pétroliers. Les quantités exportées de produits pétroliers raffinés restent à un niveau bas, tandis que celles d électricité poursuivent leur reprise (cf. graphique page suivante). Facture énergétique (M ) Valeur % Valeur % Valeur % Importations totales (I) , , ,6 dont : - CMS (combustibles minéraux solides) , , ,4 - Pétrole brut 3 7 7, , ,5 - Produits pétroliers raffinés , , 2 816,8 - Gaz naturel , , ,2 Exportations totales (E) , , ,3 dont : - Produits pétroliers raffinés , , ,2 - Électricité , , ,8 Facture énergétique (I-E) , , ,2 dont : - Pétrole , , ,1 - Électricité , , ,7 Prix moyens (US$ ou ) Février 211 Février 211 Moyenne depuis le Moyenne des 12 Prix % Prix % Prix % US$ en (courant),733,3,741 3,5,759 6,8 Prix moyen du Brent daté ($/bl) 13,7,9,2 33,7 83,6 25,3 Prix moyen du pétrole brut importé ($/bl) 13,8 39,8 11, 32,4 84,5 26,3 Prix moyen du pétrole brut importé ( /t) 557,4,2 548,1 37, 47,4 34,9 Prix moyen des produits pétroliers raffinés importés ( /t) 587,9 3,5 586,8 33,6 517,9 34,7 % : variation par rapport à la période similaire de l'année précédente. Calcul SOeS d'après Douanes depuis 25 Commissariat général au développement durable - Service de l observation et des statistiques 7

8 Quantités importées en année mobile Quantités exportées en année mobile Indice en 2 Indice en Pétrole brut Produits pétroliers raffinés Gaz naturel CMS Produits pétroliers raffinés Electricité (exportations nettes) Prix moyen mensuel du baril de pétrole, en dollar US et en euro (courants) et prix spot du gaz en dollar US dollar US ou euro dollar US/MBtu (*) National Balancing Point à 1 mois, bourse de Londres. Nota : Prix international du Brent daté (US$/bl) Prix du baril de Brent en euro Prix spot du gaz NBP * (US$/MBtu, échelle de droite) Les calculs sont faits à partir des données des Douanes - Département des statistiques et des études économiques. Des écarts peuvent se présenter avec les consommations par énergie dont le calcul utilise des sources différentes. Pour en savoir plus : Bernard NANOT Maurice GIRAULT Chiffres & statistiques Commissariat général au développement durable Service de l observation et des statistiques Tour Voltaire 9255 La Défense cedex Mel : developpementdurable.gouv.fr Télécopie : (33/) Directeur de la publication Bruno TRÉGOUËT ISSN : SOeS 211

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 411 Avril 13 Conjoncture énergétique Février 13 OBSERVATION ET STATISTIQUES TRANSPORT La production d énergie primaire du mois de février recule de 3,2 %

Plus en détail

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières 1. CONSOMMATION FINALE D ELECTRICITE...2 1.1 EVOLUTION SUR LA PERIODE 2000-2013... 2 1.2 ENTRE 2010

Plus en détail

Président a.i. du Comité de direction Rue du Progrès, 50 1210 BRUXELLES

Président a.i. du Comité de direction Rue du Progrès, 50 1210 BRUXELLES Le marché de l énergie en 2009 Le marché de l énergie en 2009 2 Service public fédéral Economie, P.M.E., Classes moyennes et Energie Rue du Progrès, 50 1210 BRUXELLES N d entreprise : 0314.595.348 http://economie.fgov.be

Plus en détail

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons L énergie en France et en Allemagne : comparaisons En matière de consommation d énergie, de structure du système électrique, de recours aux énergies renouvelables, d émission de gaz à effet de serre, les

Plus en détail

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Le scénario de référence L'étude WETO (World energy, technology and climate policy outlook) présente

Plus en détail

Les définitions utilisées par l'observatoire de l'énergie (DGEMP- Observatoire de l'énergie, septembre 2003)

Les définitions utilisées par l'observatoire de l'énergie (DGEMP- Observatoire de l'énergie, septembre 2003) Les définitions utilisées par l'observatoire de l'énergie (DGEMP- Observatoire de l'énergie, septembre 2003) Consommation Taux d'indépendance énergétique Energie Electricité Pouvoir calorifique Consommation

Plus en détail

Chiffres & statistiques

Chiffres & statistiques COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE Chiffres & statistiques n 547 Août 2014 Objectifs énergétiques Europe 2020 : la doit poursuivre ses efforts pour les énergies renouvelables observation et

Plus en détail

Le gaz de schiste «pertubateur» du marché de l électricité? Jacques PERCEBOIS Directeur du CREDEN Professeur à l Université de Montpellier I

Le gaz de schiste «pertubateur» du marché de l électricité? Jacques PERCEBOIS Directeur du CREDEN Professeur à l Université de Montpellier I Le gaz de schiste «pertubateur» du marché de l électricité? Jacques PERCEBOIS Directeur du CREDEN Professeur à l Université de Montpellier I CLUB DE NICE 5/12/2012 Le gaz naturel dans l Union Européenne

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L ENERGIE. Chiffres clés 2012 20% 80% 60% 40%

OBSERVATOIRE DE L ENERGIE. Chiffres clés 2012 20% 80% 60% 40% OBSERVATOIRE DE L ENERGIE Chiffres clés 2012 20% 80% 60% 40% Cette brochure est publiée dans le but de diffuser des informations objectives en matière de prix, de politique énergétique, d innovation et

Plus en détail

Cours, prix et marges des produits pétroliers en France et dans l'union Européenne

Cours, prix et marges des produits pétroliers en France et dans l'union Européenne Cours, prix et marges des produits pétroliers en et dans l'union Européenne Cours hebdomadaire du pétrole brut spot et de l'euro Moyenne hebdo 16 oct. 15 9 oct. 15 variation Brent (en $/b) 49,62,23,61

Plus en détail

Bilan électrique français ÉDITION 2014

Bilan électrique français ÉDITION 2014 Bilan électrique français ÉDITION 2014 Dossier de presse Sommaire 1. La baisse de la consommation 6 2. Le développement des ENR 8 3. Le recul de la production thermique fossile 9 4. La baisse des émissions

Plus en détail

Indicateurs des marchés de gros de l électricité Mars 2011

Indicateurs des marchés de gros de l électricité Mars 2011 Indicateurs des marchés de gros de l électricité Mars 2011 Cahier des indicateurs électricité Evolution des prix de l électricité Développement du négoce en France Indicateurs relatifs aux fondamentaux

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L ENERGIE. Chiffres clés 2010 60%

OBSERVATOIRE DE L ENERGIE. Chiffres clés 2010 60% OBSERVATOIRE DE L ENERGIE Chiffres clés 2010 20% 80% 60% 40% Service public fédéral Economie, P.M.E., Classes moyennes et Energie Rue du Progrès 50 1210 BRUXELLES N d entreprise : 0314.595.348 http://economie.fgov.be

Plus en détail

dossier de presse être utile aux hommes

dossier de presse être utile aux hommes dossier de presse JUILLET 2012 LES TARIFS RéGLEMENTéS DU GAZ NATUREL EN France être utile aux hommes sommaire les tarifs reglementes Du GaZ Naturel en FraNce I. Variation des tarifs réglementés du gaz

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

Prix et incitations : les impacts sur les consommations d énergie des ménages

Prix et incitations : les impacts sur les consommations d énergie des ménages Prix et incitations : les impacts sur les consommations d énergie des ménages François MOISAN Directeur exécutif de la stratégie et de la recherche Directeur scientifique ADEME Agence de l environnement

Plus en détail

LA CONSOMMATION D ENERGIE EN ALLEMAGNE ET EN FRANCE : UNE COMPARAISON INSTRUCTIVE

LA CONSOMMATION D ENERGIE EN ALLEMAGNE ET EN FRANCE : UNE COMPARAISON INSTRUCTIVE LA CONSOMMATION D ENERGIE EN ALLEMAGNE ET EN FRANCE : UNE COMPARAISON INSTRUCTIVE Bernard LAPONCHE 18 mai 2011 www.global-chance.org LA CONSOMMATION D ENERGIE EN ALLEMAGNE ET EN FRANCE UNE COMPARAISON

Plus en détail

tél. 02 277 51 11 Pour les appels en provenance de l étranger : tél. + 32 2 277 51 11

tél. 02 277 51 11 Pour les appels en provenance de l étranger : tél. + 32 2 277 51 11 Le marché de l énergie en 2010 Service public fédéral Economie, P.M.E., Classes moyennes et Energie Rue du Progrès 50 1210 Bruxelles N d entreprise : 0314.595.348 http://economie.fgov.be tél. 02 277 51

Plus en détail

L évolution annuelle de l énergie en France depuis 1973

L évolution annuelle de l énergie en France depuis 1973 59-61 Evolution II 29/06/06 13:23 Page 59 L évolution annuelle de l énergie en France depuis 1973 Par Louis MEURIC Adjoint du Secrétaire général de l Observatoire de l Energie, DGEMP, Ministère de l Economie,

Plus en détail

L INDUSTRIE PÉTROLIÈRE FRANÇAISE EN 2014 ET PERSPECTIVES 2015 CONFÉRENCE DE PRESSE DU 10 MARS 2015

L INDUSTRIE PÉTROLIÈRE FRANÇAISE EN 2014 ET PERSPECTIVES 2015 CONFÉRENCE DE PRESSE DU 10 MARS 2015 L INDUSTRIE PÉTROLIÈRE FRANÇAISE EN 2014 ET PERSPECTIVES 2015 CONFÉRENCE DE PRESSE DU 10 MARS 2015 1 L ÉVÉNEMENT 2014 : FORTE BAISSE DU PRIX DU BARIL Source : UFIP avec des données Reuters 2 1 Marchés

Plus en détail

Dossier de presse. Octobre 2015. Les tarifs réglementés du gaz naturel en France

Dossier de presse. Octobre 2015. Les tarifs réglementés du gaz naturel en France Dossier de presse Octobre 2015 Les tarifs réglementés du gaz naturel en France En France, les marchés de l électricité et du gaz naturel pour les particuliers sont ouverts à la concurrence depuis 2007.

Plus en détail

BILAN ENERGETIQUE DE LA REGION WALLONNE 2004

BILAN ENERGETIQUE DE LA REGION WALLONNE 2004 BILAN ENERGETIQUE DE LA REGION WALLONNE 24 Rapport Final Novembre 26 Visa 5/489/NOLL pour le compte du Ministère de la Région Wallonne DGTRE BILAN ENERGETIQUE DE LA REGION WALLONNE 24 Rapport final Novembre

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Avril 2012 ACTIVITE DANS L INDUSTRIE En mars, le climat des affaires s accroît légèrement après sept mois consécutifs de baisse : l indicateur correspondant augmente de 3 points mais

Plus en détail

ÉTUDES DES TENSIONS SUR LES ÉNERGIES DE RÉSEAU LORS DE LA POINTE DE CONSOMMATION HIVERNALE

ÉTUDES DES TENSIONS SUR LES ÉNERGIES DE RÉSEAU LORS DE LA POINTE DE CONSOMMATION HIVERNALE ÉTUDES DES TENSIONS SUR LES ÉNERGIES DE RÉSEAU LORS DE LA POINTE DE CONSOMMATION HIVERNALE Présenté par Benoît Lemaignan / Jean-Yves Wilmotte / Nicolas Gault SOMMAIRE 1 UN EXEMPLE DE POINTE HISTORIQUE

Plus en détail

La voiture électrique, zéro g CO2 / km???

La voiture électrique, zéro g CO2 / km??? La voiture électrique, zéro g CO2 / km??? - Approche du véritable Bilan Carbone de la voiture électrique Conférence du 29 janvier 213, Paris - Laurent CASTAIGNEDE - www.bco2.fr - Laurent CASTAIGNEDE 1

Plus en détail

PERSPECTIVES. Perspectives énergétiques pour la Belgique à l horizon 2030. Bureau fédéral du Plan. Analyses et prévisions économiques

PERSPECTIVES. Perspectives énergétiques pour la Belgique à l horizon 2030. Bureau fédéral du Plan. Analyses et prévisions économiques Perspectives énergétiques pour la Belgique à l horizon 23 Bureau fédéral du Plan Analyses et prévisions économiques Novembre 211 Perspectives L une des principales missions du Bureau fédéral du Plan (BFP)

Plus en détail

Les dépenses d énergie pour le logement représentent

Les dépenses d énergie pour le logement représentent COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE e n 5 Juin 21 Le budget «énergie du logement» : les déterminants des écarts entre les ménages ÉCONOMIE ET ÉVALUATION développement durable Le budget qu un

Plus en détail

Pointe et chauffage électrique

Pointe et chauffage électrique Pointe et chauffage électrique Enquête et décryptage sur une bien curieuse singularité française Association négawatt 1 er déc 2009 011209e Pour commencer, un petit lexique Pour caractériser la puissance,

Plus en détail

Bilan électrique 2014

Bilan électrique 2014 Bilan électrique 214 Edition du 29/1/215 215 RTE Réseau de transport d électricité RTE Réseau de transport d électricité se réserve le droit de revendiquer les droits attachés à sa qualité d auteur et

Plus en détail

de bord l énergie Énergie renouvelables 95-val-d oise Électricité 75-paris kwh % 94-val-de-marne Agriculture édition 2014

de bord l énergie Énergie renouvelables 95-val-d oise Électricité 75-paris kwh % 94-val-de-marne Agriculture édition 2014 DE TABLEAU de bord l énergie en île-de-france Énergies renouvelables Superficie Produits pétroliers Habitat 78-yvelines 95-val-d oise Électricité 92-hauts-de-seine m 2 93-seine-saint-denis Tep 75-paris

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 396 Février 2013 Tableau de bord éolien-photovoltaïque Quatrième trimestre 2012 OBSERVATION ET STATISTIQUES ÉNERGIE Le parc éolien atteint une de 7 562 MW

Plus en détail

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015 Conjoncture économique et marchés financiers Octobre 215 Page 1 l 6/1/215 Une croissance mondiale pénalisée par les émergents Prévisions de croissance mondiale du FMI de 3,3% en 215 et 3,8% en 216 La croissance

Plus en détail

UNE REFLEXION PREALBLE

UNE REFLEXION PREALBLE UNE REFLEXION PREALBLE NOUS N AVONS JAMAIS ETE AUSSI RICHES IL N Y A JAMAIS EU AUTANT DE PAUVRES QUI GERE LA REPARTITION? 1 ÉNERGIE ET TRANSITION Comprendre la situation est facile Ce qu il faut faire

Plus en détail

L ENERGIE CORRECTION

L ENERGIE CORRECTION Technologie Lis attentivement le document ressource mis à ta disposition et recopie les questions posées sur une feuille de cours (réponds au crayon) : 1. Quelles sont les deux catégories d énergie que

Plus en détail

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires ENJEUX ENERGETIQUES Le Monde et la France L énergie dans les territoires * Bernard LAPONCHE (Données statistiques : Enerdata) 1 Monde : Consommation d énergie primaire (2008 : 12,2 milliards de tep) Energies

Plus en détail

Supporting deployment of low-carbon technologies in the ETC and SEMED regions

Supporting deployment of low-carbon technologies in the ETC and SEMED regions Supporting deployment of low-carbon technologies in the ETC and SEMED regions Mohamed Amine NAHALI Ministry of Industry, Energy and Mining - TUNISIA Istanbul, 15-16 juin 2015 Consommation M tep Croissance

Plus en détail

L énergie en Wallonie et à Bruxelles

L énergie en Wallonie et à Bruxelles L énergie en Wallonie et à Bruxelles Yves Marenne - ICEDD Forum étopia «Kyoto 2» du 16 février 2005 étopia_ 1 Introduction : L état des lieux de la situation énergétique en Wallonie et à Bruxelles donne

Plus en détail

VERS UN SYSTEME ENERGETIQUE «100% RENOUVELABLE»

VERS UN SYSTEME ENERGETIQUE «100% RENOUVELABLE» VERS UN SYSTEME ENERGETIQUE «100% RENOUVELABLE» Scénario et plans d actions pour réussir la transition énergétique en région Provence-Alpes-Côte d Azur Rapport méthodologique du scénario négawatt régionalisé

Plus en détail

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux chocs importants ont affecté le comportement des prix de détail des principaux pays

Plus en détail

LES TARIFS RÉGLEMENTÉS DU GAZ NATUREL EN FRANCE

LES TARIFS RÉGLEMENTÉS DU GAZ NATUREL EN FRANCE DOSSIER DE PRESSE SEPTEMBRE 2012 LES TARIFS RÉGLEMENTÉS DU GAZ NATUREL EN FRANCE ÊTRE UTILE AUX HOMMES SOMMAIRE LES TARIFS REGLEMENTES DU GAZ NATUREL EN FRANCE I. Variation des tarifs réglementés du gaz

Plus en détail

L énergie durable est à venir

L énergie durable est à venir L énergie durable est à venir MARIE C H RISTINE MARGHEM M I N I S T R E D E L É N E R G I E, D E L E N V I R O N N E M E N T E T D U D É V E LO P P E M E N T D U R A B L E C E R C L E D E WA L LO N I E,

Plus en détail

OBSERVATOIRE BAS-NORMAND DE L ENERGIE ET DU CLIMAT - OBNEC

OBSERVATOIRE BAS-NORMAND DE L ENERGIE ET DU CLIMAT - OBNEC OBSERVATOIRE BAS-NORMAND DE L ENERGIE ET DU CLIMAT - OBNEC Production d énergie et consommations finales en Basse-Normandie Etat des lieux 2011 Evolution 2008-2011 Unité de méthanisation de Cavigny (50),

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire. Ministère de l énergie et des Mines. Résultat du Secteur de l Energie et des Mines pour l'année 2005

République Algérienne Démocratique et Populaire. Ministère de l énergie et des Mines. Résultat du Secteur de l Energie et des Mines pour l'année 2005 République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de l énergie et des Mines Direction des systèmes d information, des analyses économiques et de la documentation Résultat du Secteur de l Energie

Plus en détail

Le développement des technologies propres et économes ; La lutte contre les nuisances sonores.

Le développement des technologies propres et économes ; La lutte contre les nuisances sonores. CHIFFRES CLÉS www.ademe.fr Dans le cadre de la politique définie par le gouvernement, l ADEME a pour mission de susciter, animer, coordonner, faciliter et, le cas échéant, réaliser toutes opérations ayant

Plus en détail

SUISSE: INVENTAIRE DU SOUTIEN PUBLIC ET DES DÉPENSES FISCALES ESTIMÉS POUR LES COMBUSTIBLES FOSSILES

SUISSE: INVENTAIRE DU SOUTIEN PUBLIC ET DES DÉPENSES FISCALES ESTIMÉS POUR LES COMBUSTIBLES FOSSILES SUISSE: INVENTAIRE DU SOUTIEN PUBLIC ET DES DÉPENSES FISCALES ESTIMÉS POUR LES COMBUSTIBLES FOSSILES Ressources énergétiques et structure du marché La Suisse ne produit aucun combustible fossile et compte

Plus en détail

Introduction... 3 Le marché de l électricité... 4

Introduction... 3 Le marché de l électricité... 4 SOMMAIRE Introduction... 3 Le marché de l électricité... 4 Le marché de détail de l électricité... 4 1. Introduction... 4 2. Les segments de clientèle et leur poids respectif... 5 3. Etat des lieux au

Plus en détail

Lignes de transfert d Energie Electrique

Lignes de transfert d Energie Electrique Plan général du cours Introduction Les sources d énergie Les vecteurs d énergie Les consommateurs Les systèmes de tension 1 transmission réserve Source : Microsoft 2 1 Source Vecteur d énergie Consommateur

Plus en détail

Vendredi 18 mars 2011 ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENT DES ENERGIES RENOUVELABLES FOCUS SUR L ELECTRICITE

Vendredi 18 mars 2011 ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENT DES ENERGIES RENOUVELABLES FOCUS SUR L ELECTRICITE 2011 Vendredi 18 mars 2011 ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENT DES ENERGIES RENOUVELABLES FOCUS SUR L ELECTRICITE TABLE DES MATIÈRES Le cas de la France... 3 Le mix électrique en 2010... 3

Plus en détail

Communiqué de presse Résultats du premier semestre 2007 23 août 2007

Communiqué de presse Résultats du premier semestre 2007 23 août 2007 Vente de gaz naturel en baisse de 21,3% Baisse des ventes en Belgique (-22,8 %) en raison des températures particulièrement douces du premier semestre et de la diminution des ventes aux centrales électriques.

Plus en détail

Réalisation. Diffusion

Réalisation. Diffusion Édition 2004 Édition 2004 Réalisation Cette publication a été préparée par la Direction des politiques et des technologies de l énergie, Secteur de l énergie et des changements climatiques, ministère

Plus en détail

Le contenu en CO2 du kwh électrique : Avantages comparés du contenu marginal et du contenu par usages sur la base de l historique.

Le contenu en CO2 du kwh électrique : Avantages comparés du contenu marginal et du contenu par usages sur la base de l historique. Final le 08/10/2007 Le contenu en CO2 du kwh électrique : Avantages comparés du contenu marginal et du contenu par usages sur la base de l historique. - NOTE DETAILLEE - 1- Le contexte Le calcul du contenu

Plus en détail

LES ENJEUX DE LA VOLATILITE DU PETROLE ET DU GAZ ENTRETIENS ENSEIGNANTS-ENTREPRISE 28 AOÛT 2013- INSTITUT DE L ENTREPRISE

LES ENJEUX DE LA VOLATILITE DU PETROLE ET DU GAZ ENTRETIENS ENSEIGNANTS-ENTREPRISE 28 AOÛT 2013- INSTITUT DE L ENTREPRISE LES ENJEUX DE LA VOLATILITE DU PETROLE ET DU GAZ ENTRETIENS ENSEIGNANTS-ENTREPRISE 28 AOÛT 213- INSTITUT DE L ENTREPRISE Helle Kristoffersen Directeur de la Stratégie TOTAL VOLATILITÉ DES MATIÈRES PREMIÈRES

Plus en détail

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales Quinzième inventaire Édition 2013 La production d électricité d origine renouvelable dans le monde Collection chiffres et statistiques Cet inventaire a été réalisé par Observ ER et la Fondation Énergies

Plus en détail

Revue des Marchés. Charles Gagné 2015-04-16

Revue des Marchés. Charles Gagné 2015-04-16 9. Revue des Marchés Charles Gagné 2015-04-16 Les faits saillants 1. Inventaires de porcs aux É.-U. ( Hogs & Pigs) Croissance de 2 % du troupeau reproducteur 2. Baisse des exportations américaines Valeur

Plus en détail

Indice des prix à la consommation Bilan de l année 2009

Indice des prix à la consommation Bilan de l année 2009 Indice des prix à la consommation Bilan de l année 2009 indice des prix à la consommation diminue de 0,8 en 2009, après une année de forte inflation en 2008 (+3,4 ). Les évolutions sont contrastées en

Plus en détail

Remplacement chaudière mazout par une pompe à chaleur Daikin Altherma haute température.

Remplacement chaudière mazout par une pompe à chaleur Daikin Altherma haute température. Remplacement chaudière mazout par une pompe à chaleur Daikin Altherma haute température. Maison des années 80 moyennement isolée Surface chauffée de 150m2 Consommation 2700 litres/an Distribution par radiateurs

Plus en détail

DIVERSITÉ ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE: LES CLÉS POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE DES RÉSEAUX INDUSTRIELS ET COMMUNAUTAIRES AUTONOMES DU NORD

DIVERSITÉ ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE: LES CLÉS POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE DES RÉSEAUX INDUSTRIELS ET COMMUNAUTAIRES AUTONOMES DU NORD DIVERSITÉ ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE: LES CLÉS POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE DES RÉSEAUX INDUSTRIELS ET COMMUNAUTAIRES AUTONOMES DU NORD Désenclavement nordique du pétrole par un jumelage éolien - micrognl

Plus en détail

LE DISPATCHING DE NANCY AU CŒUR DES ECHANGES EUROPEENS D ELECTRICITE

LE DISPATCHING DE NANCY AU CŒUR DES ECHANGES EUROPEENS D ELECTRICITE LE DISPATCHING DE NANCY AU CŒUR DES ECHANGES EUROPEENS D ELECTRICITE MARDI 15 OCTOBRE 2013 DOSSIER DE PRESSE CONTACTS PRESSE POUR EN SAVOIR PLUS Jeanne DEPERROIS 03 83 92 89 71 06 28 92 26 20 jeanne.deperrois@rte-france.com

Plus en détail

OPTIMISATION DES SYSTÈMES CLIENTÈLES (OSC)

OPTIMISATION DES SYSTÈMES CLIENTÈLES (OSC) OPTIMISATION DES SYSTÈMES CLIENTÈLES (OSC) Page 1 de 6 1 2 Conformément à la décision D-2011-058 1 rendue le 3 mai 2011, le Distributeur dépose le suivi 2012 du projet Optimisation des systèmes clientèles

Plus en détail

Réunion SDE 07. à Privas. le 27 septembre 2013

Réunion SDE 07. à Privas. le 27 septembre 2013 Réunion SDE 07 à Privas le 27 septembre 2013 Le marché de l électricité Les usages Les tarifs HÔNE- LPES UVERGNE Le Marché de l électricité Producteurs multiples dont EDF Négociants multiples dont EDF

Plus en détail

OBSERVATOIRE BAS-NORMAND DE L ENERGIE ET DU CLIMAT - OBNEC

OBSERVATOIRE BAS-NORMAND DE L ENERGIE ET DU CLIMAT - OBNEC OBSERVATOIRE BAS-NORMAND DE L ENERGIE ET DU CLIMAT - OBNEC Production d énergie et consommations finales en Basse-Normandie Etat des lieux 2010 Evolution 2004-2010 Unité de méthanisation de Cavigny (50),

Plus en détail

Base de données PEGASE www.industrie.gouv.fr/energie

Base de données PEGASE www.industrie.gouv.fr/energie Liberté Égalité Fraternité RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L'ÉCONOMIE DES FINANCES ET DE L'INDUSTRIE 600 550 500 450 400 350 300 En euros constants indice base 100 en 1973 PRIX DES ÉNERGIES Prix du pétrole

Plus en détail

Les émissions de gaz carbonique (CO2)

Les émissions de gaz carbonique (CO2) Fiche 21 Les émissions de gaz carbonique (CO2) 1. Quelles émissions pour les différentes énergies fossiles? La quantité de CO2 produit par la combustion d une tep de combustible fossile dépend de sa composition

Plus en détail

«Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise»

«Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise» 1 «Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise» Par le biais de cette rubrique «Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise», la Chambre de Commerce souhaite familiariser les lecteurs du Merkur à l

Plus en détail

Pourtant, les économies pourraient représenter le quart de la demande actuelle en eau

Pourtant, les économies pourraient représenter le quart de la demande actuelle en eau Eau et énergie Énergie et CO2 PLAN Changement climatique Un scénario alternatif est possible L Union Pour la Méditerranée Le Plan Solaire pour la Méditerranée IMEDER Beyrouth, Forum de l Energie, 30 septembre-1

Plus en détail

>> Baisse continue de l activité

>> Baisse continue de l activité 4 ème trimestre 20 Janvier 2013 - N 15 >> continue de l activité Dans les services comme dans l industrie, le climat des affaires reste dégradé au quatrième trimestre 20 et il s établit nettement en dessous

Plus en détail

Modèle de budget mensuel

Modèle de budget mensuel Modèle de budget mensuel Ce modèle de budget a été créé pour vous aider à vous fixer un budget adapté à votre situation. Que vous épargniez en vue de votre mariage ou de l arrivée d un enfant, établir

Plus en détail

Flambée du prix de l essence

Flambée du prix de l essence LES ARGUS 2012 du Nouveau Centre N 20 2 mars 2012 Flambée du prix de l essence En février 2012, les prix de l'essence et du gazole à la pompe ont atteint de nouveaux records. Cette flambée des prix a notamment

Plus en détail

L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014

L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014 L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent

Plus en détail

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1 Affaires étrangè et Commerce International Canada Le Bureau de l économiste en chef Série de papiers analytiques L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada

Plus en détail

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Dans la perspective de la première conférence franco-allemande sur l énergie qui se tiendra le 2 juillet prochain à Paris 1, il paraît

Plus en détail

Optimisation de l équilibre offre-demande, rôle des interconnexions et impact de l arrêt du nucléaire allemand pour EDF

Optimisation de l équilibre offre-demande, rôle des interconnexions et impact de l arrêt du nucléaire allemand pour EDF Optimisation de l équilibre offre-demande, rôle des interconnexions et impact de l arrêt du nucléaire allemand pour EDF 07 juin 2011 Philippe TORRION Directeur Optimisation Amont/Aval et Trading Sommaire

Plus en détail

Indicateurs des marchés de gros de l électricité septembre 2011

Indicateurs des marchés de gros de l électricité septembre 2011 Indicateurs des marchés de gros de l électricité septembre 2011 Cahier des indicateurs électricité Evolution des prix de l électricité Développement du négoce en France Indicateurs relatifs aux fondamentaux

Plus en détail

Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises

Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises Alain Grandjean Le 26 novembre 2014 Contact : alain.grandjean@carbone4.com Le menu du jour L énergie dans l économie : quelques rappels Les scénarios

Plus en détail

Présentation par. Nicole Fontaine ministre déléguée à l Industrie

Présentation par. Nicole Fontaine ministre déléguée à l Industrie Présentation par Nicole Fontaine ministre déléguée à l Industrie 7 N O V E M B R E 2 0 0 3 9 LA DEMANDE D ENERGIE Sur la période 1973-2002, la consommation finale énergétique de l ensemble des secteurs

Plus en détail

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 Synthèse Juin 2015 Sommaire Analyse globale 4 1. Prévision de consommation 5 2. Disponibilité du parc de production 7 3. Étude du risque

Plus en détail

La consommation d électricité en France tend à se stabiliser 6. Une année marquée par un haut niveau de production hydraulique 14

La consommation d électricité en France tend à se stabiliser 6. Une année marquée par un haut niveau de production hydraulique 14 Bilan électrique 213 Synthèse 2 1 2 3 4 5 La consommation d électricité en France tend à se stabiliser 6 La consommation brute est en légère hausse sous l effet de températures plus froides qu en 212

Plus en détail

Evolution du mix électrique en France - Qui paiera?

Evolution du mix électrique en France - Qui paiera? Evolution du mix électrique en France - Qui paiera? Par Julien Deleuze Senior Manager, Estin & Co Des options environnementales, énergétiques, économiques majeures La France fait face à cinq options environnementales,

Plus en détail

La fée électricité sous le capot?

La fée électricité sous le capot? La fée électricité sous le capot? Quand on analyse les nouvelles motorisations proposées pour les véhicules on s aperçoit vite qu elles reposent pratiquement toutes sur l emploi de moteurs électriques

Plus en détail

Bâtiment et rapport à l énergie. Pierre Radanne Dakar 12 novembre 2013

Bâtiment et rapport à l énergie. Pierre Radanne Dakar 12 novembre 2013 Bâtiment et rapport à l énergie Pierre Radanne Dakar 12 novembre 2013 La perception culturelle de l énergie Dans l histoire humaine, la compréhension de l énergie provient de l expérience du froid Les

Plus en détail

Observatoire des marchés

Observatoire des marchés SOMMAIRE Introduction... 3 Le marché de l électricité... 4 Le marché de détail de l électricité... 4 1. Introduction... 4 2. Les segments de clientèle et leur poids respectif... 5 3. Etat des lieux au

Plus en détail

Session L usager partenaire de la viabilité hivernale

Session L usager partenaire de la viabilité hivernale Session L usager partenaire de la viabilité hivernale Président : Yves ROBICHON CF AIPCR Modérateur : Didier GILOPPÉ Cerema Exemple de démarche Développement Durable, la Ville de Sherbrooke à partir d

Plus en détail

ÉVOLUTION DE L'ACCIDENTALITÉ ROUTIÈRE DANS LE DÉPARTEMENT DE LA HAUTE-VIENNE Valeurs cumulées sur les 12 derniers mois avec courbe de tendance

ÉVOLUTION DE L'ACCIDENTALITÉ ROUTIÈRE DANS LE DÉPARTEMENT DE LA HAUTE-VIENNE Valeurs cumulées sur les 12 derniers mois avec courbe de tendance ÉVOLUTION DE L'ACCIDENTALITÉ ROUTIÈRE DANS LE DÉPARTEMENT DE LA HAUTE-VIENNE Valeurs cumulées sur les 12 derniers mois avec courbe de tendance Définition Un accident corporel (mortel ou non mortel) de

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi.

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. 2 ème trimestre 20 Juillet 20 - N 21 >> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. Alors que 20 s annonçait comme l année de la reprise, l évolution de l activité

Plus en détail

Les liens entre les prix du gaz naturel et du pétrole

Les liens entre les prix du gaz naturel et du pétrole Le prix du gaz naturel sur le continent européen est encore largement défini par référence directe aux prix des énergies concurrentes en particulier le fioul lourd et le fioul domestique, ce qui aboutit

Plus en détail

AfricaSolar 2015 Le marché solaire en Afrique, atouts et faiblesses. du 25 au 27 Juin 2015 Ouagadougou Burkina Faso

AfricaSolar 2015 Le marché solaire en Afrique, atouts et faiblesses. du 25 au 27 Juin 2015 Ouagadougou Burkina Faso AfricaSolar 2015 Le marché solaire en Afrique, atouts et faiblesses du 25 au 27 Juin 2015 Ouagadougou Burkina Faso 1 l Efficacité Energétique & le Solaire pour un Développement Durable de l Afrique Tahar

Plus en détail

Modèle de budget mensuel

Modèle de budget mensuel Modèle de budget mensuel Ce modèle de budget a été créé pour vous aider à vous fixer un budget adapté à votre situation. Que vous épargniez en vue de votre mariage ou de l arrivée d un enfant, établir

Plus en détail

Sortir du nucléaire? Contraintes et opportunités

Sortir du nucléaire? Contraintes et opportunités Sortir du nucléaire? Contraintes et opportunités Michel Bonvin michel.bonvin@hevs.ch bom / Forum Business VS / 25 oct. 2011 Sortir du nucléaire 1 Nucléaire : on parle de quoi? 0.90 0.80 Energies primaires

Plus en détail

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Le lycée des Eaux-Claires de Grenoble - Crédit photo : Juan Robert Nouvel internat Lumière livré en 214 : Alexa Brunet Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Synthèse - Année

Plus en détail

VERS UNE COMMUNAUTÉ EURO- MÉDITERRANÉENNE DE L ÉNERGIE : Passer de l'import-export à un nouveau modèle énergétique régional

VERS UNE COMMUNAUTÉ EURO- MÉDITERRANÉENNE DE L ÉNERGIE : Passer de l'import-export à un nouveau modèle énergétique régional VERS UNE COMMUNAUTÉ EURO- MÉDITERRANÉENNE DE L ÉNERGIE : Passer de l'import-export à un nouveau modèle énergétique régional Avril 2013 En 2011, pour la première fois, la Commission européenne parle d une

Plus en détail

Influence du marché du gaz sur le marché de l électricité suisse

Influence du marché du gaz sur le marché de l électricité suisse Influence du marché du gaz sur le marché de l électricité suisse Document connaissances de base, état: octobre 2013 1. Synthèse Le gaz naturel influence le marché de l électricité uniquement à travers

Plus en détail

Electricité et politique énergétique : spécificités françaises et enjeux dans le cadre européen

Electricité et politique énergétique : spécificités françaises et enjeux dans le cadre européen Electricité et politique énergétique : spécificités françaises et enjeux dans le cadre européen Direction Générale de l'énergie et des Matières Premières Observatoire de l économie de l énergie et des

Plus en détail

Assurer l avenir avec un parc de production diversifié

Assurer l avenir avec un parc de production diversifié Exercice 2010 Seul le discours prononcé fait foi Assurer l avenir avec un parc de production diversifié Discours de M. Hermann Ineichen, chef du secteur d activité Energie Suisse, dans le cadre de la conférence

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

Modèle de budget mensuel

Modèle de budget mensuel Modèle de budget mensuel Ce modèle de budget a été créé pour vous aider à vous fixer un budget adapté à votre situation. Que vous épargniez en vue de votre mariage ou de l arrivée d un enfant, établir

Plus en détail

Branche Energie France

Branche Energie France GDF SUEZ Henri Ducré Chiffres clés opérationnels * Des positions de leader sur le gaz et l électricité en France 1 er fournisseur de gaz 2 ème producteur et commercialisateur d électricité 1 er acteur

Plus en détail

CHIFFRE D AFFAIRES ET FAITS MARQUANTS. TROISIÈME TRIMESTRE Annexes

CHIFFRE D AFFAIRES ET FAITS MARQUANTS. TROISIÈME TRIMESTRE Annexes CHIFFRE D AFFAIRES ET FAITS MARQUANTS TROISIÈME TRIMESTRE Annexes Avertissement Cette présentation ne constitue pas une offre de vente de valeurs mobilières aux États-Unis ou dans tout autre pays. Aucune

Plus en détail

Marchés. Le fonctionnement des marchés de gros de l électricité, du CO 2 et du gaz naturel. Rapport 2011-2012

Marchés. Le fonctionnement des marchés de gros de l électricité, du CO 2 et du gaz naturel. Rapport 2011-2012 Marchés Le fonctionnement des marchés de gros de l électricité, du CO 2 et du gaz naturel Rapport 2011-2012 Novembre 2012 Sommaire Introduction...2 Synthèse...4 SECTION I - Les marchés de gros de l électricité...

Plus en détail

SOLTHERM Une initiative de la Région wallonne. choix. chaleureux. le chauffe-eau solaire. Un chauffe-eau solaire chez vous?

SOLTHERM Une initiative de la Région wallonne. choix. chaleureux. le chauffe-eau solaire. Un chauffe-eau solaire chez vous? SOLTHERM Une initiative de la Région wallonne un choix chaleureux le chauffe-eau solaire Un chauffe-eau solaire chez vous? HUIT BONNES RAISONS HUIT BONNES RAISONS D INSTALLER UN D INSTALLER UN CHAUFFE-EAU

Plus en détail