PROPERTY REPORT L HÔTELLERIE EN FRANCE 2012 S1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROPERTY REPORT L HÔTELLERIE EN FRANCE 2012 S1"

Transcription

1 PROPERTY REPORT L HÔTELLERIE EN FRANCE S

2 PROPERTY REPORT - L HÔTELLERIE EN FRANCE - SEPTEMBRE CONTACTS RESEARCH Richard Malle Directeur Céline Cotasson Analyste investissement senior TRANSACTION HOTELS Patrick Sanville Directeur Rémy Rein Directeur Adjoint CONSEIL ET EXPERTISE HOTELS Bruno Juin Directeur SE PROFILE BIEN MALGRÉ LA CRISE ÉCONOMIQUE Avec, milliard d euros investis en un an et soutenue par des fondamentaux en amélioration, la France reste l un des marchés les plus dynamiques d Europe dans le secteur hôtelier. Le marché de l investissement résiste Le premier semestre enregistre d ores et déjà 67 millions d euros d investissement hôtelier en transactions, dont 8 supérieures à millions d euros. Le marché de l investissement hôtelier parisien domine largement celui des régions avec 9 millions d euros au er semestre. Le secteur hôtelier est une alternative qui sécurise les investisseurs face à la volatilité des marchés financiers. grâce aux bonnes performances du marché hôtelier. Au niveau national, les résultats au premier semestre continuent d afficher des hausses du prix moyen et du RevPAR (respectivement +,6 et +,7 par rapport au er semestre ). Pour autant, le taux d occupation national baisse de plus d un point et s éloigne par conséquent des records de 8. Beaucoup plus attractive, l hôtellerie parisienne a déjà dépassé les pics de 8. Le taux d occupation est le seul à se stabiliser (-. point). Septembre

3 PROPERTY REPORT - L HÔTELLERIE EN FRANCE - SEPTEMBRE Produit intérieur brut en Zone euro variation annuelle Produit intérieur brut Source : Eurostat, Prévisions BNP Paribas Real Estate. Indicateur du climat économique Indice Taux de chômage et consommation des ménages en France - - Consommation des ménages (glissement annuel) Source : Eurostat, Prévisions BNP Paribas Real Estate Enquête de conjoncture des hôtels en France Indice Évolution de la demande globale Évolution des effectifs Taux de chômage Évolution de l activité Évolution de la demande étrangère CONTEXTE MACRO-ÉCONOMIQUE Un contexte macro-économique difficile Après une croissance économique nulle au er trimestre (en glissement annuel), les performances du ème trimestre confirment une dynamique baissière en Zone euro. Dans le climat actuel, la confiance est à son niveau le plus bas depuis juillet 9. Une baisse de confiance révélatrice de la récente dégradation des perspectives économiques. Néanmoins la Zone euro pourrait quitter cette zone de croissance négative dès pour avoisiner +,6 en moyenne. En outre, si tous les membres de la Zone euro accusent un ralentissement de leur économie, les pays restent inégalement affectés par la crise. Ainsi, l Allemagne devrait afficher des résultats supérieurs à la moyenne européenne (+ pour ). En revanche, les pays engagés dans des cures d austérité sévères devraient faire face à un recul significatif de leur PIB en, à respectivement -,, -,6 ou encore - 6,6 en Italie, en Espagne et en Grèce. D après les dernières projections économiques, la France devrait connaître en une augmentation de son PIB de +,, contre +,7 en. Dans ce contexte de croissance économique atone et d incertitudes, la consommation des ménages reste fragile. Néanmoins, le ème trimestre est caractérisé par un rebond qui devrait se confirmer dans les prochains trimestres. Sur l ensemble de l année, la croissance de la consommation devrait atteindre +,, soit un niveau égal à celui de. Par ailleurs, les enquêtes de confiance des ménages révèlent un moral en berne, leur inquiétude portant principalement sur une anticipation d une hausse du chômage. Il est vrai que le chômage devrait augmenter progressivement au cours de l année pour atteindre 9,9 contre 9, en. Les enquêtes de conjoncture réalisées auprès des professionnels (source Banque de France) font ressortir un début d année mitigé pour le secteur hôtelier, avec un recul de l activité au er trimestre suivi d un léger mieux au trimestre suivant. Cette évolution résulte d une augmentation de la demande globale qui rebondit après une fin d année fragile et a la particularité d être totalement portée par la demande nationale. En effet, la demande étrangère baissait encore significativement au ème trimestre, en phase avec une conjoncture économique internationale fragile. Dans ces conditions, le niveau de trésorerie garde malgré tout une évolution satisfaisante depuis le début de l année, néanmoins, les effectifs salariés affichent une diminution depuis le er trimestre et révèle la fébrilité du secteur dans un contexte économique difficile. Source : Banque de France.

4 PROPERTY REPORT - L HÔTELLERIE EN FRANCE - SEPTEMBRE L'investissement hôtelier en Europe Milliards d',,,, * Royaume-Uni France Allemagne Espagne Italie * en année glissante Source: BNP Paribas Real Estate Research L'investissement hôtelier en France Milliards d',,,, T Source : BNP Paribas Real Estate Research L'investissement hôtelier en France Milliards d',,,, 6 Portefeuille France Paris - Ile-de-France T T T Régions Nombre de transactions * L INVESTISSEMENT HÔTELIER Le marché est soutenu par quelques grandes transactions La France reste l un des marchés les plus dynamiques d Europe en investissement hôtelier avec, milliard d euros investis au mois de juin en année glissante. C est le plus liquide après celui du Royaume Uni qui malgré un ralentissement accentué au er semestre enregistre,8 milliards d euros. Seul le marché de l investissement hôtelier en Italie a vu son volume augmenter entre les deuxièmes trimestres et en année glissante, alors que le Royaume-Uni, la France, l Allemagne et l Espagne ont accusé des baisses allant de - à 6. Le premier semestre a enregistré 67 millions d euros, ce qui dans le contexte économique actuel révèle un marché relativement dynamique. L offre reste insuffisante et surtout inadaptée à la demande précisément orientée vers des actifs hôteliers "prime. Quelques grandes transactions ont soutenu le marché. En effet sur un total de transactions au premier semestre, on en compte 8 dont le montant dépasse millions d euros pour un volume total de millions d euros (8 du volume total). Parmi ces grandes transactions, celle en VEFA du Melia Hôtel à la Défense est la plus remarquable en. Le marché de l investissement hôtelier parisien domine largement celui des régions avec 9 millions d euros au er semestre contre 7 millions d euros pour le marché des régions. Au sein du marché des régions, la Côte d Azur représente près de 6 des transactions en volume ( millions d euros). Au vu des transactions récemment réalisées (cession des 7 chambres et suites du Lancaster pour 6 millions d euros) ou des ventes sur le point d aboutir, cette dynamique ne devrait pas s essouffler au second semestre. Par exemple, le groupe Starwood Capital en train de sortir progressivement du secteur de l hôtellerie de luxe et qui a déjà cédé le Crillon, le Lutétia et le Concorde Montparnasse, a signé une promesse avec un groupe d investisseurs qataris pour la cession des propriétés restantes, à savoir l Hôtel du Louvre, le Concorde Lafayette à Paris, Le Martinez à Cannes et le Palais de la Méditerranée à Nice. Le montant total de la transaction pourrait dépasser les 7 millions d euros. Si les conditions de financement demeurent difficiles, les hôtels représentent une alternative satisfaisante et sécurisée pour les investisseurs face à la volatilité des marchés financiers. Les "trophy assets" continuent de trouver rapidement preneurs parmi les fonds souverains pétroliers ou les grandes fortunes privées. Cependant l offre sur ce genre d actifs est extrêmement rare. * en année glissante Source : BNP Paribas Real Estate Research

5 PROPERTY REPORT - L HÔTELLERIE EN FRANCE - SEPTEMBRE Nombre d'arrivées de touristes internationaux en France* , 8 9 *variation annuelle Source : Organisation mondiale du tourisme Les performances hôtelières en France - S Taux d'occupation Prix Moyen Chambre RevPAR / étoile 6,8,7 6,8 étoiles 6, 67,, étoiles 6,7 97, 9,9 étoiles 67, 86,7, Global 66, 8, 6, Les prix moyens et RevPAR s entendent hors taxe Source : MKG Hospitality +, + +6, L'activité hôtelière en France - évolution 6 à * 8 6 Taux d'occupation Prix moyen 7,9 68, 78 69,, 8 68,, Revenu par chambre disponible (RevPAR) 79, 6,6, * année glissante Les prix moyens et RevPAR s'entendent hors taxe Source : MKG Hospitality 8, 6, 8, 8,9 66, 6,8 6 6, * 8 6 LE MARCHÉ HÔTELIER France : chute du taux d occupation au er semestre Après une année 9 profondément impactée par la crise économique et financière, l hôtellerie française avait clairement poursuivi en la reprise entamée en. Après une année 7 record en termes d arrivées de touristes internationaux (8,8 millions), la France enregistrait deux années de baisse consécutives et stagnait en à 76,8 millions d arrivées. Après une augmentation de du nombre d arrivées de touristes internationaux entre et, la progression se prolonge (+6, ) entre le er trimestre et le er trimestre. De plus, la croissance observée en France est supérieure à celle observée en Europe où l augmentation du nombre d arrivées atteint,9 sur la même période. Les perspectives pour la seconde moitié de l année restent positives et le niveau record de 7 devrait être dépassé sans difficulté. Après deux années de remontée des taux d occupation en et, le premier semestre accuse une baisse de, point par rapport à la même période en. Même en hausse, les taux d occupation en et restaient largement inférieurs aux records enregistrés en 8 (68, ). A 6,9 sur les six premiers mois de, le taux d occupation des hôtels français atteint 6,8 en juin en glissement annuel, soit une baisse de,7 point par rapport à. Les baisses s échelonnent de -,9 à -, point en fonction des catégories hôtelières. L hôtellerie haut de gamme reste dans le haut du panier avec 67, au er semestre alors que les hôtels trois étoiles enregistrent le taux d occupation le plus bas (6,7 ). Si les revenus par chambre disponible (RevPAR) ont bien résisté, c est principalement grâce aux hausses de prix moyen. En France, le prix moyen a enregistré une hausse de,6 entre le premier semestre et le premier semestre, entraînant une hausse du RevPAR de. Une nouvelle fois l hôtellerie haut de gamme affiche la meilleure progression (+, ) pour un prix moyen qui atteint 86,7. Quant au RevPAR, il croît de, à,. Le mois de juillet a confirmé la tendance observée au premier semestre. Les niveaux d occupation des hôtels français sont en légère baisse (-,6 point) alors que les prix moyens affichent une augmentation de,7 entraînant une hausse de,9 du RevPAR. Cette année encore, le mois de juillet a bénéficié de la présence simultanée de la clientèle d affaires et des touristes étrangers, spécialement la clientèle haut de gamme du Moyen-Orient qui du fait du décalage de la période du Ramadan sur une partie du mois d août a avancé son traditionnel séjour dans la capitale et sur la Côte d Azur en juillet. Sur l année, l augmentation de RevPAR attendue sur la France devrait être comprise entre et.

6 PROPERTY REPORT - L HÔTELLERIE EN FRANCE - SEPTEMBRE 6 L'activité hôtelière à Paris - évolution 6 à * 8 6 Taux d'occupation Prix moyen 77,8 8,7 8, 8, 99,7 9,,,7,7 Revenu par chambre disponible (RevPAR), 76,,6 6,7 79,7 8,9 6,8 8,8 8,7,,, * année glissante Les prix moyens et RevPAR s'entendent hors taxe Source : MKG Hospitality Les variations de performances à Paris et en régions Taux d'occupation Prix Moyen Chambre RevPAR Variation S / S Paris -, pt, +, Régions -,7 pt, -,6 Variation Juillet / Juillet Paris -, pt 8, +7, Régions -, pt, -, L'activité hôtelière en Régions - évolution 6 à * 8 6 Taux d'occupation Prix moyen 6, 6, 66,, 67,7 6,8,7, Revenu par chambre disponible (RevPAR) 8 7, 7, 69,9 7, 7, 6, 6, 6,8 6,,,6,, * * année glissante Les prix moyens et RevPAR s'entendent hors taxe Source : MKG Hospitality 6 Paris : de nouveaux records en Avec 7,8 millions d arrivées et près de 8 millions de nuitées au premier semestre, les niveaux de fréquentation de Paris continuent leur progression et se maintiennent au-dessus des records de 7. Ces performances sont cette fois portées par la clientèle étrangère ; en particulier les Américains, les clientèles des nouveaux pays émetteurs qui cumulent, millions d arrivées sur les six premiers mois de. Les Britanniques font également un retour remarqué (+8 entre les premiers semestres et ). Cependant cette remontée ne parvient pas à endiguer la baisse de clientèle européenne ; - pour les clientèles espagnoles, -,6 et - pour les Néerlandais et Italiens respectivement. L hôtellerie parisienne n a pas mis longtemps pour renouer avec les records. A la fin de l année, le taux d occupation moyen des hôtels de la capitale atteignait 8.8 et dépassait le record de 7. De même, grâce à une progression constante des prix moyens, le RevPAR enregistrait sur l année une hausse de 6 par rapport au pic de 7. Le mois de juin enregistre à lui seul un taux d occupation de plus de 9 et une pointe à euros de prix moyen, alors que le salon aéronautique du Bourget n avait pas lieu cette année. Au premier semestre, Paris enregistre un taux d occupation de 8,, un prix moyen de, et un RevPAR de,9. Par rapport aux six premiers mois de l année précédente, le taux d occupation ne recule que de, point alors que le prix moyen et le RevPAR augmentent de respectivement, et,. Le marché de l hôtellerie haut de gamme est particulièrement euphorique avec un RevPAR en hausse de, entre le er semestre et le er semestre. En revanche, les hôtels de la capitale ont renoué avec le phénomène de saturation, quelle que soit la catégorie. En cause, la faible évolution de l offre hôtelière sur la capitale (+ de chambres ces dernières années). La tendance de restructuration de bureaux vue dans certains pays européens pourrait résoudre les difficultés qu ont les investisseurs à trouver des terrains à Paris. Le contexte économique ne s est pas amélioré au début du second semestre mais le secteur résiste bien. Les résultats de l activité hôtelière à Paris au mois de juillet sont prometteurs. Le taux d occupation s établit à 87,, le prix moyen à, et le RevPAR à,9 en hausse de 7,. En revanche, l écart cette année s est creusé entre les hôtels de la capitale et ceux en régions. Les régions : l écart se creuse avec Paris Les hôtels en régions enregistrent la baisse de taux d occupation la plus forte (-,7 point) entre les premiers semestres et et la seule baisse de RevPAR (-,6 ). Le taux d occupation s établit à 8,8 (le plus bas taux pour un premier semestre), le prix moyen à 7,6 et le RevPAR à,. Les performances hôtelières en régions sont à la traîne car elles sont moins exposées aux flux de voyageurs internationaux, à la fréquentation de clientèle haut de gamme et au tourisme d affaires. Paris constitue une porte d entrée sur le pays mais peut-être est-elle hermétique. En effet, l attractivité de la capitale pourrait être telle que les visiteurs feraient l impasse sur les visites en Province. De plus, le prix du transport au sein du pays pourrait être si excessif qu il découragerait les visiteurs à se déplacer dans les autres métropoles françaises. Seuls quelques salons, expositions, festivals parviennent à générer du trafic.

7 PROPERTY REPORT - L HÔTELLERIE EN FRANCE - SEPTEMBRE 7 GLOSSAIRE Les données chiffrées utilisées par BNP Paribas Real Estate, pour la réalisation de ses statistiques, intègrent l ensemble des informations en sa possession lors de leur élaboration. Ces statistiques peuvent être amenées à évoluer en fonction d informations nouvelles portées à notre connaissance. Définitions de A à Z Arbitrage : vente d un actif immobilier propriété d un investisseur à un autre investisseur. Arrivées : Nombre de personnes arrivant sur un territoire au cours de la période observée Blanc / Gris : «En blanc» : construction lancée sans vente ou location préalable à un utilisateur. «En gris» : projet dont le chantier ne sera lancé qu après location ou vente de tout ou partie à un utilisateur. Effet de levier : accroissement de la rentabilité d un placement résultant d une opération d endettement. Externalisation : vente d un actif immobilier propriété d un utilisateur à un investisseur. Foncière : société ayant comme objet soit l acquisition ou la construction d immeubles en vue de leur location, soit la détention de participations dans des sociétés à objet social identique. Fonds d investissement : organisme de détention collective d actifs financiers ou immobiliers gérés par une structure réglementée et agréée (société de gestion). On distingue : Fonds ouvert : un fonds est ouvert à partir du moment où il n y a pas de limitation dans l émission des parts. Fonds fermé : les parts d un fonds fermé ne sont commercialisées par la société de gestion que pendant la période de souscription. Un fonds fermé a une durée de vie limitée. Fonds de pension : organisme financier qui gère l épargne issue du système de retraite par capitalisation. Cette épargne correspond aux ressources que les salariés du secteur privé et du secteur public ont mises de côté au cours de leur vie professionnelle pour constituer ou pour améliorer leur pension de retraite. Fonds opportuniste : fonds qui cible des rendements supérieurs à 7, avec des niveaux de levier dépassant 6 de la valeur brute de l actif. Immostat : groupement d Intérêt Economique (GIE) créé en, qui associe BNP Paribas Real Estate, CB Richard Ellis, DTZ Jean-Thouard et Jones Lang LaSalle. Pour créer des bases de données homogènes, les quatre conseils ont adopté de nombreuses définitions communes : secteurs de marché de l Ile-de-France, état des immeubles et des locaux, définition des surfaces prises en compte, des loyers, etc. L organisation du GIE garantit l indépendance du traitement des données et le respect des engagements de confidentialité de chacun de ses membres. Sont concernés les marchés investisseurs en immobilier d entreprise et utilisateurs d entrepôts d une superficie supérieure à m² et de bureaux en région parisienne. Nombre de nuitées : nombre d arrivées multiplié par le nombre de nuits passées dans un établissement hôtelier pour la période considérée. Les nuitées reflètent davantage l activité économique de l hôtellerie que les arrivées. OAT (Obligation Assimilable du Trésor) : titre de dettes émis par l Etat français. Il constitue la référence pour le taux de rendement sans risque à long terme. OPCI (Organisme de Placement Collectif Immobilier) : fonds immobiliers, se présentant sous deux formes juridiques : - les Fonds de Placement Immobilier (FPI), dont les revenus distribués sont imposables comme des revenus fonciers classiques, - les Sociétés de Placement à Prépondérance Immobilière à Capital Variable (SPPICV) dont les revenus distribués sont imposés comme des dividendes et des plus-values d actions. Portefeuille : ensemble de plusieurs actifs localisés sur des sites différents. Précommercialisation : transaction utilisateur ayant lieu plus de six mois avant la livraison d un bâtiment. Prime de risque : écart entre la rentabilité d un actif ou d un portefeuille et l actif sans risque (obligation d Etat). Prix Moyen Chambre : Chiffre d affaires hébergement (hors petit déjeuner), divisé par le nombre de chambres louées. RevPAR (Revenu Per Available Room) : Chiffre d affaires hébergement (hors petit déjeuner), divisé par le nombre de chambres disponibles. Le RevPAR peut également être obtenu en multipliant le prix moyen chambre par le taux d occupation. Le RevPAR constitue un indicateur plus complet de la conjoncture hôtelière car il mesure l effet de la variation combinée des deux indicateurs précités sur le chiffre d affaires hébergement SCPI (Société Civile de Placement Immobilier) : société ayant pour objet l acquisition et la gestion d un patrimoine immobilier locatif. SIIC (Société d Investissement Immobilier Cotée) : le régime SIIC permet une exonération d impôts sur les bénéfices en contrepartie d une redistribution aux actionnaires des revenus à hauteur de 8. Taux d occupation : Rapport entre le nombre de chambres occupées / louées et le nombre de chambres disponibles. Taux de rendement : Net : rapport entre le revenu net (hors coûts d exploitation) et le prix d achat incluant tous les coûts d acquisition. Initial : rapport entre le loyer global annuel net et le prix de vente actes en mains en date de la vente. «Prime» : taux de rendement le plus bas obtenu pour l acquisition d un bâtiment : - de taille standard par rapport à la demande dans le secteur de marché, - d excellente qualité et offrant les meilleures prestations, - dans la meilleure localisation pour un marché donné. TRI (Taux de Rentabilité Interne) : taux d actualisation défini tel que la somme des flux actualisés des revenus anticipés de l investissement soit égale au coût initial de l investissement. Tourisme d affaires : regroupe des déplacements individuels ou organisés, effectués pour des motifs professionnels et dont la durée est d au moins heures. Le marché du tourisme d affaires peut être divisé en secteurs : - les congrès et les conventions d entreprise, - les foires et les salons, - les incentives, séminaires et réunion d entreprises, - les voyages d affaires individuels. Touriste : Toute personne en déplacement hors de sa résidence habituelle pour une durée d au moins heures (ou une nuit) et de un an au plus, pour les motifs suivants : - agrément (vacances et séjours de fin de semaine) ; - santé (thermalisme, thalassothérapie) ; - missions ou réunions de toutes sortes (congrès, séminaires, pèlerinage, manifestations sportives, etc.) ; - voyages d affaires, déplacements professionnels, voyages scolaires. La clientèle de loisirs est obtenue par déduction de la clientèle d affaires (calculée sur les nuitées). VAN (Valeur Actuelle Nette) : différence entre la somme des flux actualisés des revenus anticipés et le coût initial de l investissement. Volume d investissement : prend en compte toutes les transactions de la période analysée, dont BNP Paribas Real Estate a connaissance, quel que soit le prix d achat. Les volumes d investissement cités ne sont pas définitifs et sont susceptibles de modifications. BNP Paribas Real Estate Clause La responsabilité de BNP Paribas Real Estate ne saurait être engagée si, malgré toute sa vigilance, des informations fournies dans la présente Lettre s avéraient erronées ou non exhaustives. Cette Lettre est éditée par BNP Paribas Real Estate et les informations y figurant sont à l usage exclusif de ses clients. La Lettre et les informations y figurant ne sauraient être reproduites ou diffusées sans l accord préalable exprès de BNP Paribas Real Estate. Si vous ne souhaitez plus recevoir cette Lettre ou voir modifier les modalités d envoi de la présente Lettre, merci d adresser un à unsubscribe.

8 PRINCIPALES IMPLANTATIONS ABOU DABI Al Bateen Area Plot N., W- New Al Bateen Municipality Street n P.O. Box n 7 Abou Dabi Tél. : Fax : Barbara Koreniouguine Tél. : + () Investment Management Karl Delattre Tél. : + () 6 Jacqueline Faisant Tél. : + () 6 6 Transaction Thierry Laroue Pont Tél. : + () Laurent Boucher Tél. : + () 7 9 Conseil Sylvain Hasse Tél. : + () Expertise Jean-Claude Dubois Tél.: + () Property Management Lauric Leclerc Tél. : + () CLIENT SOLUTIONS Guillaume Delattre Tél. : + () 6 RESEARCH Christophe Pineau Tél. : + () ALLEMAGNE Goetheplatz 6 Francfort Tél. : Fax : BELGIQUE Boulevard Louis Schmidtlaan B Bruxelles Tél. : Fax : DUBAÏ Emaar Square Building No., 7th Floor P.O. Box 7 Tél. : Fax : ESPAGNE María de Molina, 86 Madrid Tél. : Fax : FRANCE 67, Quai de la Bataille de Stalingrad 9867 Issy-les-Moulineaux Cedex Tél. : + 6 Fax : + 6 AUTRES IMPLANTATIONS HONGRIE Alkotás u.. H- Budapest, Tél. : Fax : POLOGNE Al. Jana Pawła II -8 Varsovie Tél.: +8 6 Fax: +8 6 ALBANIE INDE, nd Floor, North Avenue, Maker Maxity, Bandra (E), Mumbai- Tél.: Fax.: RÉPUBLIQUE TCHÈQUE Pobřežní 86 Prague 8 Tél. : + 8 Fax : + 7 ESTONIE IRLANDE Merrion Road, Ballsbridge, Dublin Tél. : + 66 Fax : ITALIE Corso Italia, /A Milan Tél. : +9 8 Fax : JERSEY rd Floor, Dialogue House -6 Anley Street - St Helier Jersey JE 8RD Tél. : + () 6 9 Fax. : + () 6 9 LUXEMBOURG Axento Building Avenue J.F. Kennedy 8 Luxembourg Tél. : Fax : ROUMANIE Union International Center Ion Campineanu Street, 6th floor, st district Bucarest Tél. : + 7 Fax : + 7 ROYAUME-UNI Aldermanbury Square Londres - ECV 7BP Tél : + 78 Fax : AUTRICHE BULGARIE CHYPRE ÉTATS-UNIS FINLANDE GRÈCE IRLANDE DU NORD JAPON LETTONIE LITUANIE NORVÈGE PAYS-BAS RUSSIE SERBIE SLOVAQUIE SUÈDE SUISSE TURQUIE UKRAINE Vos contacts Bernard Blanco Tél. : + () Nicolas Barbey Tél. : + () Greg Cooke Tél. : + () 78 Document non contractuel - Departement Research - Septembre BNP Paribas Real Estate - SAS au capital de RCS NANTERRE - Code NAF B - N TVA Intracommunautaire FR Siège social : 67, Quai de la Bataille de Stalingrad Issy Les Moulineaux Cedex - BNP Paribas Real Estate est une filiale du groupe bancaire BNP Paribas MÉTIERS Promotion

esynthèse Études & Recherche Le marché de l Investissement en France Juillet 2007 Un premier semestre toujours très dynamique

esynthèse Études & Recherche Le marché de l Investissement en France Juillet 2007 Un premier semestre toujours très dynamique esynthèse Le marché de l Investissement en France Juillet 2007 Un premier semestre toujours très dynamique Le marché de l investissement en immobilier d entreprise en France a enregistré un volume semestriel

Plus en détail

L ANNÉE 2011 TIRE SON ÉPINGLE DU JEU

L ANNÉE 2011 TIRE SON ÉPINGLE DU JEU AT A GLANCE INVESTISSEMENT EN FRANCE JANVIER 2012 L ANNÉE 2011 TIRE SON ÉPINGLE DU JEU Avec plus de 17,2 milliards d euros investis en immobilier d entreprise en France, l année 2011 s achève sur une belle

Plus en détail

DYNAMIQUE DES TRANSACTIONS DE TRÈS GRANDES SURFACES EN 2011

DYNAMIQUE DES TRANSACTIONS DE TRÈS GRANDES SURFACES EN 2011 AT A GLANCE LES BUREAUX EN ÎLE-DE-FRANCE JANVIER 212 DYNAMIQUE DES TRANSACTIONS DE TRÈS GRANDES SURFACES EN 211 Avec 2 442 m² placés en 211 contre 2 149 m² en 21, le marché des bureaux franciliens connaît

Plus en détail

Les tendances de l hôtellerie Progresser dans des environnements complexes. Vendredi 13 février 2015

Les tendances de l hôtellerie Progresser dans des environnements complexes. Vendredi 13 février 2015 Les tendances de l hôtellerie Progresser dans des environnements complexes Vendredi 13 février 2015 Bilan et perspectives de l hôtellerie en France Progresser dans des environnements complexes 1. Bilan

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise

L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise ÉTUDE EN BREF Octobre 2011 L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise Pour les investisseurs, l Europe de l immobilier de bureaux n est pas celle qui est délimitée par les accords

Plus en détail

Grand Paris: Bilan touristique 2013 et perspectives 2014

Grand Paris: Bilan touristique 2013 et perspectives 2014 Grand Paris: Bilan touristique 2013 et perspectives 2014 Jean-François Martins Adjoint à la Maire de Paris en charge du Sport et du Tourisme Thierry Le Roy Président de l Office du Tourisme et des Congrès

Plus en détail

Bilan de l activité touristique de l année 2013. Résultats de janvier à décembre

Bilan de l activité touristique de l année 2013. Résultats de janvier à décembre Bilan de l activité touristique de l année 2013 Résultats de janvier à décembre Analyse de la conjoncture économique Contexte international En 2013, l économie mondiale a enregistré une progression de

Plus en détail

Rapport annuel "L'industrie Hôtelière Française" de KPMG Entreprises-Stratégies Management / Tourisme-Hôtellerie-Loisirs

Rapport annuel L'industrie Hôtelière Française de KPMG Entreprises-Stratégies Management / Tourisme-Hôtellerie-Loisirs Levallois Perret, le 18 octobre 2005 Rapport annuel "L'industrie Hôtelière Française" de KPMG Entreprises-Stratégies Management / Tourisme-Hôtellerie-Loisirs Amorce de reprise de l activité hôtelière en

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Croissance soutenue du chiffre d affaires au 1 er trimestre 2011

Croissance soutenue du chiffre d affaires au 1 er trimestre 2011 Communiqué de presse Information trimestrielle Paris, le 20 avril 2011 Croissance soutenue du chiffre d affaires au 1 er trimestre 2011 Progression de +5,8% du chiffre d affaires en données publiées et

Plus en détail

UN TROISIÈME TRIMESTRE DYNAMIQUE

UN TROISIÈME TRIMESTRE DYNAMIQUE AT A GLANCE INVESTISSEMENT EN FRANCE OCTOBRE UN TROISIÈME TRIMESTRE DYNAMIQUE Avec près de 10 milliards d euros d engagements recensés au cours des 9 premiers mois de l année, soit une progression de 32

Plus en détail

PROPERTY REPORT L HÔTELLERIE EN FRANCE Septembre 2010

PROPERTY REPORT L HÔTELLERIE EN FRANCE Septembre 2010 PROPERTY REPORT L HÔTELLERIE EN FRANCE Septembre 21 PROPERTY REPORT - L HÔTELLERIE EN FRANCE - SEPTEMBRE 21 2 Produit intérieur brut en Zone euro variation annuelle 6 5 4 3 2 1-1 -2-3 -4-5 -6 96 97 Produit

Plus en détail

L année touristique 2014 démarre de façon positive pour Paris avec un taux d occupation des hôtels de 72,5 % en progression de 0,6 point en janvier.

L année touristique 2014 démarre de façon positive pour Paris avec un taux d occupation des hôtels de 72,5 % en progression de 0,6 point en janvier. L année touristique 2014 démarre de façon positive pour Paris avec un taux d occupation des hôtels de 72,5 % en progression de 0,6 point en janvier. Sommaire Synthèse 1 Arrivées hôtelières par pays 2 Nuitées

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE SIIC DE PARIS : RESULTATS ANNUELS 2012

COMMUNIQUE DE PRESSE SIIC DE PARIS : RESULTATS ANNUELS 2012 PARIS, LE 14 FEVRIER 2013, COMMUNIQUE DE PRESSE SIIC DE PARIS : RESULTATS ANNUELS 2012 Le Conseil d administration de SIIC de Paris, dans sa réunion du 13 février 2013 présidée par Monsieur Ignacio Bayón

Plus en détail

Le marché lyonnais est en légère hausse

Le marché lyonnais est en légère hausse Le marché de l investissement en région lyonnaise Juillet 2012 Le marché de l'investissement en région lyonnaise - Juillet 2012 Le marché lyonnais est en légère hausse Grâce à deux transactions tertiaires

Plus en détail

Panorama du marché du Crédit à la consommation en Europe en 2013

Panorama du marché du Crédit à la consommation en Europe en 2013 Panorama du marché du Crédit à la consommation en Europe en 2013 Pour la 7 ème année consécutive, Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du marché du crédit à la consommation

Plus en détail

Le Fonds en Euros de Cardif Assurance Vie

Le Fonds en Euros de Cardif Assurance Vie BANQUE ET ASSURANCES Le Fonds en Euros de Cardif Assurance Vie données au 30/06/2011 La garantie d un groupe solide BNP Paribas Cardif BNP Paribas Cardif conçoit et commercialise une large gamme de produits

Plus en détail

6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE

6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE 6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE Le tourisme international en France - 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête DGE-Banque de France auprès des visiteurs venant

Plus en détail

ACCIMMO PIERRE. Société civile de placement immobilier à capital variable COMMUNICATION À CARACTÈRE PROMOTIONNEL

ACCIMMO PIERRE. Société civile de placement immobilier à capital variable COMMUNICATION À CARACTÈRE PROMOTIONNEL ACCIMMO PIERRE Société civile de placement immobilier à capital variable COMMUNICATION À CARACTÈRE PROMOTIONNEL DIVERSIFIEZ VOTRE PATRIMOINE EN INVESTISSANT INDIRECTEMENT DANS L IMMOBILIER D ENTREPRISE

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

DTZ Research. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions. Clés du marché du 4 ème trimestre 2013.

DTZ Research. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions. Clés du marché du 4 ème trimestre 2013. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions 7 Janvier 2014 Données Ile-de-France T4 2013 : Demande placée : 1 844 500 m² Loyer moyen de première main : 443 Loyer moyen de seconde

Plus en détail

Les marchés européens du crédit immobilier en 2013. Une étude du Crédit Foncier

Les marchés européens du crédit immobilier en 2013. Une étude du Crédit Foncier Les marchés européens du crédit immobilier en 2013 Une étude du Crédit Foncier rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit immobilier en au 31 décembre 2013. Pour faciliter la lecture

Plus en détail

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014 LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie DONNÉES au 30 juin 2014 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance épargne Pension AEP - Assurance épargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas Cardif,

Plus en détail

Le tourisme international en France

Le tourisme international en France Le tourisme international en France Le tourisme international en France 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête Dgcis - Banque de France auprès des visiteurs venant de l

Plus en détail

10 RAISONS D INVESTIR EN FRANCE

10 RAISONS D INVESTIR EN FRANCE 1 RAISONS D INVESTIR EN FRANCE Janvier 28 LE MARCHE 1. L Europe, 1 er marché mondial PIB 27 (estimation - en milliards de Dollars) 18 16 14 12 1 14 69,8 16 574,4 13 794,2 13 194,7 GDP 26 GDP 27 8 6 4 4

Plus en détail

*** Confirmation de l objectif 2009 de résultat avant impôt entre 400 et 450 millions d euros

*** Confirmation de l objectif 2009 de résultat avant impôt entre 400 et 450 millions d euros Communiqué de presse Paris, le 19 janvier 2010 Chiffre d affaires 2009 : -7,9% en données comparables Dans un environnement économique encore sévèrement touché par la crise, Chiffre d affaires des Services

Plus en détail

SwissLife Dynapierre Un placement immobilier souple pour diversifier vos actifs

SwissLife Dynapierre Un placement immobilier souple pour diversifier vos actifs SwissLife Dynapierre Un placement immobilier souple pour diversifier vos actifs Organisme de placement collectif immobilier (OPCI) géré par la société de gestion Swiss Life REIM (France) Avertissement

Plus en détail

Les marchés européens

Les marchés européens .creditfoncier.com U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R Les marchés européens du crédit immobilier résidentiel en 2014 MAI 2015 rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit

Plus en détail

LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE

LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE 6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE 109 Le tourisme international en France - 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête DGE-Banque de France auprès des visiteurs

Plus en détail

Le tourisme international en France

Le tourisme international en France Le tourisme international en France Le tourisme international en France 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête DGCIS-Banque de France auprès des visiteurs venant de l étranger

Plus en détail

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40%

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40% COMMUNIQUE de Presse PARIS, LE 18 FEVRIER 2013 Résultats 2012. L UFF enregistre un résultat net consolidé de 15,2 M et une collecte nette de 49 M Une activité stable, grâce à une bonne adaptation de l

Plus en détail

Le marché immobilier en France

Le marché immobilier en France Le marché immobilier en France Immobilier d entreprise, logement, immobilier de loisirs Jean-Claude GINISTY Notaire à Paris Juin 2013 1 L immobilier d entreprise dans le GRAND PARIS 2 L immobilier d entreprise

Plus en détail

SCPI Corum Convictions

SCPI Corum Convictions L investissement indirect dans l immobilier via une SCPI SCPI Corum Convictions Société Civile de Placement Immobilier SCPI Corum Convictions La SCPI : un placement immobilier indirect La Société Civile

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

PROPERTY REPORT PRINCIPAUX MARCHÉS DE BUREAUX EN EUROPE DE L OUEST 2012 T3

PROPERTY REPORT PRINCIPAUX MARCHÉS DE BUREAUX EN EUROPE DE L OUEST 2012 T3 PROPERTY REPORT PRINCIPAUX MARCHÉS DE BUREAUX EN EUROPE DE L OUEST PROPERTY REPORT - PRINCIPAUX MARCHÉS DE BUREAUX EN EUROPE DE L OUEST - OCTOBRE 212 2 CONTACTS INTERNATIONAL INVESTMENT GROUP Peter Rösler

Plus en détail

RÉUNION ANALYSTES LOCINDUS. Salle Tuileries (2274) Crédit Foncier 27 avril 2011

RÉUNION ANALYSTES LOCINDUS. Salle Tuileries (2274) Crédit Foncier 27 avril 2011 RÉUNION ANALYSTES LOCINDUS Salle Tuileries (2274) Crédit Foncier 27 avril 2011 SOMMAIRE Faits marquants de l année 2010 Le marché Activité commerciale 2010 Résultat annuel 2010 Evolution du cours de bourse

Plus en détail

à la Consommation en Europe

à la Consommation en Europe Le Marché du Crédit à la Consommation en Europe Une étude SOFINCO Novembre 2007 Evry, le 29 novembre 2007 - Nicolas Pécourt 1 Le crédit à la consommation en Europe Périmètre Cette étude est un complément

Plus en détail

Arrivées hôtelières : 22,4 millions (-1,4(

Arrivées hôtelières : 22,4 millions (-1,4( Selon MKG Hospitality, le taux d occupation des hôtels du grand Paris à la fin du mois de janvier était de 65,4 %, soit un léger recul de 1,1 pt par rapport à. Le prix moyen est resté stable à 125,4 tandis

Plus en détail

L'Industrie Hôtelière Française 2015 38 ème édition avec l aimable participation de la CCI de Lyon

L'Industrie Hôtelière Française 2015 38 ème édition avec l aimable participation de la CCI de Lyon L'Industrie Hôtelière Française 2015 38 ème édition avec l aimable participation de la CCI de Lyon Lyon 25 novembre Real Estate & Hotels Tourisme - Hôtellerie - Loisirs Présentation de la 38 ème édition

Plus en détail

SCPI Fructipierre EN BREF

SCPI Fructipierre EN BREF SCPI Fructipierre Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIPIERRE est une SCPI de taille importante détenant des actifs immobiliers représentant

Plus en détail

Communiqué de presse. Paris, le 15 février 2012

Communiqué de presse. Paris, le 15 février 2012 Communiqué de presse RESULTATS ANNUELS 2011 Solides résultats 2011 et accroissement du patrimoine Paris, le 15 février 2012 Résultats 2011 o Progression de +14% du cash-flow courant par action à 2,14 o

Plus en détail

Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances :

Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances : Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances : Le marché locatif de bureaux : - La baisse de l activité se

Plus en détail

Pioneer Investments, 27 février 2003

Pioneer Investments, 27 février 2003 Pioneer Investments, 27 février 2003 1995-2002 Heurs et malheurs des épargnants européens par André Babeau Président du Comité d orientation Conseiller Scientifique au BIPE 1 Le choc de l année 2000 la

Plus en détail

La fiscalité française source d attractivité pour les non-résidents propriétaires d une résidence secondaire?

La fiscalité française source d attractivité pour les non-résidents propriétaires d une résidence secondaire? Page 1 sur 5 Communiqué de presse Le 28 août 2014 6ème ÉDITION DE L OBSERVATOIRE BNP PARIBAS INTERNATIONAL BUYERS «Investing & Living abroad» 2014 La fiscalité française source d attractivité pour les

Plus en détail

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français Focus n 1 1 juillet 1 L épargne des ménages français : davantage drainée par les produits réglementés qu orientée par les mécanismes de marché En flux annuels, l épargne des ménages se situe en France

Plus en détail

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT LFP Europimmo SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine.

Plus en détail

Rendement des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Rendement des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Rendement des fonds de pension et des fonds de

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARI GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 461 Novembre 2013 Prix du gaz et de l électricité en France et dans l Union européenne en 2012 OBRVION ET STISTIQU ÉNERG En 2012, le prix du gaz a augmenté

Plus en détail

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives CB Richard Ellis 16 septembre 2008 Contexte économique Environnement international o L économie mondiale tourne au ralenti (incertitudes financières, inflation,

Plus en détail

Le tourisme international en France MÉMENTO DU TOURISME 2007

Le tourisme international en France MÉMENTO DU TOURISME 2007 6 Le tourisme international en France 99 Le tourisme international en France 6 Touristes non-résidents en France Dans ce chapitre sont présentées : les arrivées en France des touristes non-résidents (toute

Plus en détail

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 LE MARCHE DES BUREAUX EN ILE DE FRANCE Évolution annuelle de la demande placée 2 200 000 m 2 placés en 2005, soit une progression

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE FRANCE ZONE EURO 1. Crédits nouveaux au secteur privé en septembre 2012 : tassement pour les entreprises, contraction pour les ménages 2. Déficit

Plus en détail

i n f o r m a t i o n s

i n f o r m a t i o n s i n f o r m a t i o n s Paris, le 6 septembre 2005 Communiqué de Presse RESULTATS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2005 Solides performances au 1 er semestre 2005 Le Conseil de Surveillance d Air Liquide, qui s est

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT Général au développement durable n 590 Décembre 2014 La mobilité à longue distance des Français en 2013 OBSERVATION ET STATISTIQUES TRANSPORT En 2013, la mobilité à longue distance des personnes

Plus en détail

GROUPE LES HÔTELS DE PARIS. Réunion d information - Résultats annuels 2002

GROUPE LES HÔTELS DE PARIS. Réunion d information - Résultats annuels 2002 GROUPE LES HÔTELS DE PARIS Réunion d information - Résultats annuels 2002 LES INTERVENANTS Patrick MACHEFERT Président-directeur Général Michel MANCHERON Secrétaire Général Olivier WOLF Directeur Administratif

Plus en détail

Pierre Sélection. Société Civile de Placement Immobilier. Communication à caractère promotionnel

Pierre Sélection. Société Civile de Placement Immobilier. Communication à caractère promotionnel Pierre Sélection Société Civile de Placement Immobilier Communication à caractère promotionnel Diversifiez votre patrimoine en investissant indirectement Investir indirectement dans l immobilier de commerce

Plus en détail

Les marchés européens du crédit immobilier en 2015 et la place de la France dans ce marché

Les marchés européens du crédit immobilier en 2015 et la place de la France dans ce marché Les marchés européens du crédit immobilier en 2015 et la place de la France dans ce marché Point presse Crédit Foncier Nicolas Pécourt Directeur Communication externe et RSE 24 Mai 2016 Plan de présentation

Plus en détail

Chiffre d affaires du premier trimestre 2009 : -5,8% en données comparables

Chiffre d affaires du premier trimestre 2009 : -5,8% en données comparables Communiqué de presse Information trimestrielle Paris, le 16 avril 2009 Chiffre d affaires du premier trimestre 2009 : -5,8% en données comparables Dans un contexte de crise économique sans précédent, Bonne

Plus en détail

UNE SOCIÉTÉ DÉDIÉE À LA GESTION IMMOBILIÈRE UNE EXPERTISE AU SERVICE DES INVESTISSEURS

UNE SOCIÉTÉ DÉDIÉE À LA GESTION IMMOBILIÈRE UNE EXPERTISE AU SERVICE DES INVESTISSEURS NAMI-AEW EUROPE Un partenaire solide En choisissant Fructipierre, vous bénéficiez d une véritable expertise. UNE SOCIÉTÉ DÉDIÉE À LA GESTION IMMOBILIÈRE POUR COMPTE DE TIERS NAMI-AEW Europe figure parmi

Plus en détail

FREQUENTATION HOTELIERE ET TOURISME D AFFAIRES EN AQUITAINE ET DANS L AGGLOMERATION DE BORDEAUX

FREQUENTATION HOTELIERE ET TOURISME D AFFAIRES EN AQUITAINE ET DANS L AGGLOMERATION DE BORDEAUX FREQUENTATION HOTELIERE ET TOURISME D AFFAIRES EN AQUITAINE ET DANS L AGGLOMERATION DE BORDEAUX Analyse de l environnement concurrentiel français de l hôtellerie bordelaise SOMMAIRE pages CE QU IL FAUT

Plus en détail

Résultats annuels 2005 et perspectives. Réunion d information 27 mars 2006

Résultats annuels 2005 et perspectives. Réunion d information 27 mars 2006 Résultats annuels 2005 et perspectives Réunion d information 27 mars 2006 Préambule Un chiffre d affaires multiplié par 2 Un résultat net multiplié par 3,5 Déjà 36 M d investissements depuis l introduction

Plus en détail

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012.

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012. SCPI Fructirégions Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIREGIONS est une SCPI régionale détenant des actifs immobiliers représentant une

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARI Général au développement durable n 683 Octobre 2015 Prix du gaz et de l électricité en France et dans l Union européenne en 2014 OBRVION ET STISTIQU énergie En 2014, le prix du gaz a baissé

Plus en détail

Rivoli Avenir Patrimoine

Rivoli Avenir Patrimoine Rivoli Avenir Patrimoine Valorisez votre patrimoine en investissant indirectement dans de l immobilier d entreprise, avec la SCPI Rivoli Avenir Patrimoine 34/36 rue du Louvre - Paris (75) Durée d investissement

Plus en détail

VOTRE MANDAT DE GESTION

VOTRE MANDAT DE GESTION VOTRE MANDAT DE GESTION PRÉSENTATION DU MANDAT DE GESTION La souscription au capital d une PME offre 2 avantages fiscaux : / Une réduction d ISF à hauteur de 50% dans la limite de 45 000 Le souscripteur

Plus en détail

UNE PROGRESSION EN DEMI-TEINTE

UNE PROGRESSION EN DEMI-TEINTE AT A GLANCE INVESTISSEMENT EN FRANCE JUILLET 2011 UNE PROGRESSION EN DEMI-TEINTE Avec 5,2 milliards d euros d engagements en immobilier d entreprise en France au 1 er semestre 2011 le marché de l investissement

Plus en détail

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 366 Novembre 2012 Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2011, le prix du gaz a augmenté dans tous

Plus en détail

Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010

Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 249 Septembre 2011 Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2010, le prix du gaz a diminué dans l Union européenne

Plus en détail

Mesdames et Messieurs les Actionnaires,

Mesdames et Messieurs les Actionnaires, Achèvement des travaux de rénovation des chambres et résultat brut en augmentation de 15.6%. Les perspectives s annoncent positives pour le second semestre. Mesdames et Messieurs les Actionnaires, Voici

Plus en détail

Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014

Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014 Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014 Pour la 8 ème année consécutive, Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du marché du crédit à la consommation

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 A INTERVENANTS Nicolas Bouzou Directeur fondateur d Asterès Hervé Hatt Président de Meilleurtaux.com I NOTRE DÉMARCHE II LES PLACEMENTS ÉTUDIÉS III

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

Un bon début d année. 6 mai 2014. Des succès locatifs grâce à un patrimoine de qualité. Solides performances opérationnelles

Un bon début d année. 6 mai 2014. Des succès locatifs grâce à un patrimoine de qualité. Solides performances opérationnelles Chiffre d affaires 3M 2014 Le Patio, Le Patio, Lyon Lyon - - Villeurbanne CB 21, La Défense Un bon début d année 6 mai 2014 Des succès locatifs grâce à un patrimoine de qualité 7 000 m² loués à La Défense

Plus en détail

CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009

CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009 Communiqué de presse Paris, 15 février 2010 CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009 Activité commerciale 2009 très soutenue dans toutes les classes d actifs Maintien du chiffre d affaires à hauteur

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 214 Accelerating success. perspectives Entre prudence et opportunisme > Après un premier semestre actif, la demande placée de bureaux a

Plus en détail

Réunion actionnaires. Strasbourg. 14 décembre 2011

Réunion actionnaires. Strasbourg. 14 décembre 2011 Réunion actionnaires Strasbourg 14 décembre 2011 Sommaire Général A la découverte d Edenred Stratégie Dernières tendances et perspectives 2011 Réunion actionnaires 14 décembre 2011 - Strasbourg 2 Sommaire

Plus en détail

LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 30 SEPTEMBRE 2011

LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 30 SEPTEMBRE 2011 LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 30 SEPTEMBRE 2011 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance Epargne Pension AEP - Assurance Epargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

Bilan de l activité touristique 2015. Résultats du 1 er semestre et de l été

Bilan de l activité touristique 2015. Résultats du 1 er semestre et de l été Bilan de l activité touristique 2015 Résultats du 1 er semestre et de l été Analyse de la conjoncture économique Contexte international En raison d un ralentissement de l activité au cours du 1 er trimestre

Plus en détail

SECTORIELLES ANNUELLES

SECTORIELLES ANNUELLES ETUDES SECTORIELLES ANNUELLES Une collection d analyses exclusives & des indicateurs macro-économiques pertinents pour accompagner votre compréhension des marchés touristiques. EUROPEAN HOSPITALITY REPORT

Plus en détail

Les tendances de l hôtellerie Lyon 2011. Mardi 15 février 2011

Les tendances de l hôtellerie Lyon 2011. Mardi 15 février 2011 Les tendances de l hôtellerie Lyon 2011 Mardi 15 février 2011 Avant-propos : Méthodologie Deloitte : Un leader de l observation statistique en France Une base de données rassemblant les performances de

Plus en détail

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes CENTRE ETUDES & PROSPECTIVE DU GROUPE ALPHA Fiches pays Économies développées - Europe Zone euro... 2 Allemagne... 5 France... 8

Plus en détail

Répartition des actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Répartition des actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Répartition des actifs des fonds de pension et

Plus en détail

EXPOSE SOMMAIRE DE L ACTIVITE 2013

EXPOSE SOMMAIRE DE L ACTIVITE 2013 GENERALE DE SANTE SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 42.320.396,25 EUROS SIEGE SOCIAL : 96, AVENUE D IENA 75116 PARIS RCS PARIS 383 699 048 EXPOSE SOMMAIRE DE L ACTIVITE 2013 Mesdames, Messieurs les Actionnaires,

Plus en détail

IMPACT DE L INSTAURATION D UNE SURTAXE DE SEJOUR REGIONALE EN ILE- DE-FRANCE. Une étude d Alliance 46.2. Entreprendre en France pour le tourisme

IMPACT DE L INSTAURATION D UNE SURTAXE DE SEJOUR REGIONALE EN ILE- DE-FRANCE. Une étude d Alliance 46.2. Entreprendre en France pour le tourisme IMPACT DE L INSTAURATION D UNE SURTAXE DE SEJOUR REGIONALE EN ILE- DE-FRANCE Une étude d Entreprendre en France pour le tourisme Données et calculs par MKG Hospitality CONTEXTE L Assemblée Nationale a

Plus en détail

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 3C HAPITRE 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties 54 3 < L ÉVOLUTION MONÉTAIRE EN 2008 L ÉVOLUTION

Plus en détail

DES ATOUTS EXCLUSIFS. La mutualisation du patrimoine réparti sur l Ile de France et les métropoles de province les plus dynamiques ;

DES ATOUTS EXCLUSIFS. La mutualisation du patrimoine réparti sur l Ile de France et les métropoles de province les plus dynamiques ; DES ATOUTS EXCLUSIFS La mutualisation du patrimoine réparti sur l Ile de France et les métropoles de province les plus dynamiques ; La gestion assurée par des professionnels de l immobilier et les garanties

Plus en détail

RESULTATS DU 1 ER SEMESTRE 2012-2013

RESULTATS DU 1 ER SEMESTRE 2012-2013 COMMUNIQUE D INFORMATION Sète, le 17 avril 2013-17h45 RESULTATS DU 1 ER SEMESTRE 2012-2013 GILBERT GANIVENQ, PRESIDENT, ET OLIVIER GANIVENQ, DIRECTEUR GENERAL «Groupe Promeo a engagé depuis plusieurs mois

Plus en détail

Les séjours touristiques dans les villes wallonnes Liège, Namur, Mons, Tournai, Charleroi 2004-2012

Les séjours touristiques dans les villes wallonnes Liège, Namur, Mons, Tournai, Charleroi 2004-2012 Les séjours touristiques dans les villes wallonnes,,,, 24-212 Marchés : Belgique, Pays-Bas, France, Royaume-Uni, Allemagne Italie, Espagne OPT - Pascale Beroujon OPT - J.Jeanmart Direction Marchés, Perspectives

Plus en détail

2. Tendances d activité à fin septembre. 3. Sensibilités et opportunités actuelles. 1. Premier semestre 1998. Chiffres clés

2. Tendances d activité à fin septembre. 3. Sensibilités et opportunités actuelles. 1. Premier semestre 1998. Chiffres clés 1. Résultats semestriels 1998 2. Tendances d activité à fin septembre 3. Sensibilités et opportunités actuelles Perspectives 1998 4. Actions stratégiques en cours 1 1. Premier semestre 1998 Chiffres clés

Plus en détail

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN 7 OCTOBRE 2013 RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN CHAPITRE 1 UN MODÈLE DE BANQUE UNIVERSELLE ORIENTÉ CLIENT RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY UN ACTEUR BANCAIRE DE PREMIER PLAN 32 millions

Plus en détail

LES ENTREPÔTS EN EUROPE Property report 2013 T2

LES ENTREPÔTS EN EUROPE Property report 2013 T2 LES ENTREPÔTS EN EUROPE Property report 213 T2 CONTACTS PROPERTY REPORT - EUROPEAN LOGISTICS MARKET - SEPMBER 213 EUROPEAN LOGISTICS COVERAGE ALLEMAGNE Oliver Wissel ESPAGNE Thierry Bougeard +34 93 31

Plus en détail

EXCEPTE DANS LA DESTINATION AVIGNON

EXCEPTE DANS LA DESTINATION AVIGNON Saison estivale 2015 en Vaucluse FREQUENTATION EN REPLI ANNUEL, EXCEPTE DANS LA DESTINATION AVIGNON SAISON ESTIVALE 2015 EN VAUCLUSE La saison touristique 2015 touche à sa fin et les observations convergent

Plus en détail

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2014 stable à 5,7 M

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2014 stable à 5,7 M Communiqué de presse Paris, le 6 mai 2014, 8h00 Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2014 stable à 5,7 M Cession de 3 immeubles sur le trimestre pour 17 M net vendeur et acquisition en avril d un immeuble

Plus en détail

Avec près de 8,3 milliards d investis, le marché de l investissement dépasse les anticipations!

Avec près de 8,3 milliards d investis, le marché de l investissement dépasse les anticipations! L investissement immobilier en Ile-de-France 4 ème trimestre 2010 Avec près de 8,3 milliards d investis, le marché de l investissement dépasse les anticipations! L essentiel Les volumes d investissement

Plus en détail

Espagne: Une Reprise Fragile

Espagne: Une Reprise Fragile Focus OFP 28 Aout 2015 Frédéric Mackel (33) 1 85 08 13 73 f.mackel@oaksfieldpartners.com Timothée Sohm-Quéron t.sohm@oaksfieldpartners.com Chloe-Elizabeth Challier chloeelizabeth.challier@esade.edu Introduction

Plus en détail

Une performance annuelle conforme aux objectifs Résultat opérationnel courant : +13.5% (**)

Une performance annuelle conforme aux objectifs Résultat opérationnel courant : +13.5% (**) Paris, 17 juin 2015 Résultats annuels consolidés 2014-15 (avril 2014 mars 2015) Une performance annuelle conforme aux objectifs Résultat opérationnel courant : +13.5% (**) Au 31 mars 2015, Rémy Cointreau

Plus en détail