Les mères célibataires au Maroc

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les mères célibataires au Maroc"

Transcription

1 Les mères célibataires au Maroc

2 Plan du travail Définition d une mère célibataire. Contexte. Quelques statistiques. Conséquences psychologiques. Le statut juridique: les failles. Institutions intervenants par rapport à ce sujet. L exemple d un travail effectué par ces mères célibataires: la collecte des déchets dans la ville de Casablanca. Citations. Conclusion. Références.

3 Définition Définition d une mère célibataire : Nom féminin singulier ; c est une femme qui a un enfant sans être mariée

4 Contexte Les femmes ayant des enfants en-dehors du mariage restent un sujet tabou dans la société marocaine. Ces femmes, en grande majorités jeunes, pauvres et sans éducation, sont immédiatement rejetées par la société des qu'elles découvrent leur grossesse et que le père renonce a sa promesse de mariage. Elles sont souvent obligées de fuir leurs familles et d'abandonner leurs enfants, la majorité des naissances illégitimes se déroulent hors des hôpitaux, dans la rue ou ailleurs. Les bébés, eux, sont très souvent abandonnés ou livrés à des trafics d adoption. Dans leur jugement très cruel, la société, les gens bien pensants oublient souvent que pour faire un enfant, il faut être deux. Que l homme, lui, n est jamais inquiété. Jamais responsabilisé. L on considère encore que c est la femme seule qui a péché, que c est elle qui l a cherché. Même en cas de viol ou d inceste, on la culpabilise.

5 Statistiques Quatre mères célibataires sur cinq abandonnent leur filiation dans une maternité. D'autres s'en séparent définitivement sur la voie publique. Au moins cinq bébés «sans père» naissent chaque jour à Casablanca, selon les chiffres des hôpitaux. La plupart des mères célibataires sont des jeunes servantes agressées sexuellement par leur employeur. Dès l'enfance, elles sont placées par leurs parents dans des familles aisées. En manque d'amour, ces adolescentes se font engrosser par le premier venu qui leur promet le mariage. Il arrive aussi qu'elles se fassent violer. [...] Dès lors, soit elles demandent à l'homme de les épouser, soit elles se font avorter ou, s'il est trop tard, vont accoucher secrètement, loin de chez elles, là où personne ne peut les reconnaître. Si beaucoup sont de candides petites domestiques venues des campagnes, elles peuvent aussi être des étudiantes ou travailler dans une quelconque usine.

6 Répartition des mères célibataires par source de problèmes : 75 % promesse de mariage 17 % prostitution 7% viol 1% divers Répartition des Mères célibataires par niveau scolaire : 42% analphabètes 35 % primaire 14% 1er cycle 7% 2ème cycle 2% universitaire

7 Conséquences psychologiques La plupart des mères célibataires font front à une série de problèmes et de difficultés desquels elles sont parfois bien conscientes, qui imposent des limitations sérieuses à son intégration sociale et à son déroulement personnel. Surcharge En solitaire les mères célibataires assument les fonctions parentales, les tâches domestiques, les responsabilités dans l'éducation et le poids d'être la source unique de revenus de la famille. Cette surcharge de tâches les condamne généralement à l'absence de vie personnelle. La pression de la famille d'origine contribue à aggraver cette situation, dans laquelle elles se sentent habituellement dépassées.

8 Solitude Cette situation leur empêche de dédier du temps à la vie personnelle et sociale, et contribue à l'isolement et à engendre des sentiments de solitude, d'abandon. De plus, l'une des craintes principales de beaucoup de mères célibataires consiste à ne pas être aimées avec un fils/une fille, de ne pas pouvoir refaire sa vie affective dans un autre couple.

9 Dépendance Si elles sont plus jeunes, et plus si elles sont des mères adolescentes immatures en assumant d'énormes responsabilités, la famille d'origine a l'habitude de prendre les rênes de la situation et d établir les normes. Les grands-pères ont l'autorité. L'enfant, jusqu'à ce qu'il/elle naisse, n'est de personne. Après, l enfant appartient à tous excepte sa mère. Actuellement, les parents ne les expulsent pas de la maison, mais elles endurent le mauvais traitement et l'humiliation de celui qui leur fournit un lieu où vivre et les moyens pour subsister. Elles se convertissent en "employé de maison" et les marient le plus rapidement possible, avec lequel sa vie se convertit en un tourbillon d'événements auxquels elles se trouvent impliquées sans décider jamais par eux mêmes.

10 Basse estime de soi Une série d'événements influent négativement sur l'estime de soi des mères célibataires : les échanges physiques qui dérivent de la grossesse, l'isolement de son groupe d'égales, la négligence des études pour prendre soin du bébé, la recherche infructueuse d'emploi sans préparation et expérience, la vie sous les normes de la famille d'origine qui leur empêche de prendre leurs propres décisions, la culpabilité pour être resté enceinte, la perte de toutes les activités gratifiantes et la prépondérance des activités obligatoires.

11 Stigmatisation L actuelle société ne repousse pas comme autrefois la mère célibataire de forme explicite, comme pécheresse ou immorale, mais beaucoup de mères célibataires perçoivent un rejet caché, grâce à leur stigmatisation comme incultes et analphabètes; elles ne sont pas tenues en compte dans aucun endroit ni leurs droits familiers et sociaux sont respectés. Elles perçoivent ce rejet systématiquement quand elles essaient de négocier avec les institutions et elles se sentent exclues des réunions, dans lesquelles les hommes politiques se dirigent exclusivement vers les professionnels, en les laissant place.

12 Chômage Être femme et avoir des charges familières constituent deux des plus grandes difficultés d'obtenir un emploi actuellement dans notre pays. Les mères célibataires ont la nécessité de travailler pour pouvoir subsister, en étant la source unique de revenus de leur famille, mais elles ont aussi les plus grands problèmes pour la conciliation de la vie familière et du travail, pour être les seules responsables de l'élevage des enfants.

13 Risque d'exclusion sociale Nous considérons que tous ces facteurs avant mentionnés aident à porter un plus grand risque d'exclusion sociale: une plus grande nécessité d'appui économique, d'emploi, de demeure, de corresponsabilisation dans des tâches familières, des services d'appui familier, de culture et d'éducation

14 Le statut juridique: les failles les failles Au Maroc, la femme va devenir presque l'égale de l'homme. Grâce à la volonté de Mohammed VI, aux pressions des «modernistes» et sans heurter les religieux, ceci grâce au nouveau code de la famille Qui a apporté un certain nombre d améliorations au statut juridique des femmes. Avoir obtenu l égalité des droits, la suppression du tutorat, la coresponsabilité parentale, le principe de séparation des biens et l abrogation du principe d obéissance de l épouse, Protection du droit de l'enfant à la paternité au cas où le mariage ne serait pas formalisé par un acte. Avant, la règle était la non-reconnaissance de l'enfant né hors mariage. Seulement, voilà, les nouvelles dispositions du code concernent non pas la femme en tant qu individu mais l épouse. Le Mariage est donc un passage incontournable pour avoir ses droits. Les célibataires ne sont pas concernées. Et les mères célibataires sont les grandes victimes de ce vide juridique.

15 le sort des femmes qui accouchent sans être mariées : si elle se risquait d aller à l hôpital, elle était arrêtée, jugée et condamné à 3 à 6 mois de prisons «pour prostitution» et voir même plus selon l'article 490 du Code Pénal :"Sont punies de l'emprisonnement d'un mois à un an, toutes personnes de sexe différent qui, n'étant pas unies par les liens du mariage, ont entre elles des relations sexuelles. L enfant était soit emprisonné avec la mère, soit confié à l orphelinat. L autre solution pour les mères célibataires (presque toujours rejetées par leur famille) était d accoucher seule Une femme mariée pouvait être répudié alors qu elle était enceinte (parfois elle ignorait qu elle a été répudiée) et se retrouvait dans l illégalité au moment de l accouchement!

16 Institutions intervenants par rapport à ce sujet La pratique de l'abandon des bébés à la naissance pose des problèmes sérieux aux mères et a leurs enfants. Les organisations qui s'engagent à traiter ces problèmes sont rares, mais l'institut National de Solidarité Avec les Femmes en Détresse (INSAF) et l'association Solidarité avec les Femmes de Casablanca travaillent depuis des années avec des mères et leurs enfants. En 1999, près de 300 bébés sont retrouvés morts, abandonnés dans les rues de Casablanca. Indignés par l horreur de cette situation, des citoyens de la société civile se mobilisent et créent l association INSAF. Pour lutter contre l abandon de ces bébés, la jeune association se lance alors dans un programme ambitieux de réinsertion dans la société des mères célibataires et de leurs enfants, dans le respect de leurs droits et leur dignité. Depuis 2000, INSAF intervient et lutte également contre le travail domestique des petites filles. En effet, de nombreuses mamans qui arrivent à INSAF ont été exploitées comme «petites bonnes». Afin d endiguer ce problème à la source, Insaf a lancé un programme de lutte contre ces pratiques indignes et d un autre âge.

17 Reconnue d Utilité Publique, le 28 août 2002, lauréate du Prix des Droits de l Homme de la République Française en 2003 et désignée Organe Consultatif aux Nations Unies, en Juillet 2005, INSAF continue «ses combats» grâce aux hommes et aux femmes qui la composent et aux partenaires qui la soutiennent. La première tache de l'insaf consiste à établir un lien entre la mère et son enfant. Mme Nabila Tber la directrice de l INSAF affirme: "il faut permettre a la maman de s'occuper et de veiller sur son bébé, pour ne pas revenir sur sa décision de l'abandonner et lui donner l'occasion de s'attacher à son enfant et de renouer les liens avec lui." L'INSAF aide les mères célibataires à trouver du travail, à trouver et aménager un endroit ou vivre et a inscrire leurs enfants dans une crèche.

18 SOLFEM Depuis sa création en 1985, l objectif principal de SOLFEM est de prévenir l abandon des enfants de mères célibataires par la réhabilitation socioéconomique de ces dernières. SOLFEM est présidée par Aïcha Ech-Chenna, figure symbolique de la lutte contre l exclusion sociale des mères célibataires au Maroc. Elle fut l une des premières militantes à ouvertement parler et agir en faveur des mères célibataires et de leurs enfants. SOLFEM dispose de deux sites d intervention à Casablanca. Les programmes offerts aux mères bénéficiaires se basent sur quatre axes d intervention. En premier lieu, un service d accueil, d écoute, de suivi psychosocial et juridique est offert. Plusieurs modules de formation en alphabétisation, cuisine, pâtisserie, couture et initiation aux droits fondamentaux sont également offerts. Troisièmement, des activités génératrices de revenus sont mises sur pied, comme deux restaurants, cinq kiosques de vente et un service de pâtisserie gérés par les mères et encadré par le personnel. En dernier lieu, une garderie est à la disposition des mères bénéficiaires sur chaque site d intervention, afin d assurer les soins des enfants durant les heures de formation et de travail.

19 Exemples des femmes célibataires Les mères célibataires se mettent à la collecte de déchets 20 femmes sont engagées comme balayeuses avec la société responsable de la collecte des déchets et des ordures ménagères à Casablanca, Sita El Beida. Sortant la tête haute d'une expérience déchirante, ces mères célibataires ont déjà un avenir devant elles. Aidées et encadrées par l'association casablancaise Solidarité Féminine, elles ont comme unique arme de combat, l'immense volonté de changer leurs conditions de vie, ces femmes ont très vite gagné la confiance des responsables. Elles ont pu s'intégrer au sein d'un domaine réservé auparavant aux ouvriers hommes. Ainsi, en peu de temps, elles ont pu bâtir leur édifice du mérite. Munies de balais à longs manches et de chariots, ces femmes débarrassent chaque jour les rues de la ville des ordures avec enthousiasme. Sécurité oblige ces ouvrières ont été d'abord opérationnelles dans des zones du centre ville. En effet 14 balayeuses sont actives dans l'arrondissement du Mâarif, 5 autres sont responsables de la collecte dans l'arrondissement Sidi Beliout et une ouvrière prend en charge le ramassage des déchets à Anfa

20 Croyant à une unique devise, l'espoir, les responsables de l'association Solidarité Féminine ont appris à ces femmes qu'elles ont désormais le champ libre pour redéfinir leur statut social et cesser d'être de simples mères célibataires bannies par la société. «Ce métier nous honore et nous permet encore une fois de prouver nos compétences féminines», témoigne l'une de ces employées de Sita. Pour cette femme qui souhaite garder l'anonymat et ses collègues «la propreté est un travail de femmes».

21 Citations Le règne du rien. C'est en intégrant Solidarité Féminine qui a fait les recherches nécessaires que Aziza a appris son âge. Depuis un mois elle sait qu'elle a 15 ans, qu'elle est une enfant qui a un bébé. Exploitée comme petite bonne depuis qu'elle a 4 ans, violée puis mise enceinte par un autre homme, découvrant sa grossesse en se rendant chez le docteur pour des maux de ventre : Aziza n'a aucune prise sur la vie. Elle n'est jamais allée à l'école, n'espère rien, n'attend rien.

22 La misère à l'oeuvre. Tout est noir dans la vie d Amina : un passé exploité de petite bonne et un présent de fille-mère rejetée. Une bouille d'enfant qui ne cesse de ressasser une courte vie passée à travailler, des patrons qui la harcèlent, un fils dont elle ne veut pas, un père qui la renie : des larmes qui coulent à flot et un espoir réduit à zéro.

23 La vie qui bascule. Des études de droit en cours, une famille qui l'adore, un ami qui se dit heureux de devenir père Tout allait bien dans la vie de Zineb jusqu'à ce jour de 1999 où "l'amour de sa vie" l'abandonne à la gare de Casablanca. Malgré la dégringolade, le fatalisme est de mise et aucune haine n'embrase cette jeune femme, "soutenue par Dieu". Si ses diplômes pourraient laisser espérer un travail meilleur, une question lancinante coupe court à toutes spéculations : "que ferai-je de mon fils?". Au Maroc, les crèches publiques sont quasiment inexistantes.

24 L'exemple qui permet d'y croire. Pour Touria, la galère est terminée. C'est aujourd'hui la fin des mensonges à une famille qui l'accepte enfin, la fin des regrets avec un père qui reconnaît son fils, la fin de la misère avec un travail annoncé. Pour elle, l'étape associative est terminée. Mais derrière la riante jeune femme se cache un caractère en acier trempé.

25 Conclusion Rare sont les institutions qui traitent le sujet des mères célibataires car il est considéré encore un sujet tabou dans notre société ce qui est loin d être suffisant à savoir la grande ampleur que porte ce phénomène. Un vrai débat de société s impose : les relations sexuelles hors mariage, même si elles constituent un délit, sont une réalité. Elles peuvent conduire à des naissances non désirées. C est une autre réalité Comment agir en amont et en aval pour éviter aux enfants un statut de ould al hram? Pénaliser leurs mères juridiquement et socialement n est certainement pas la solution!

26 Références Encyclopédie wikipédia.

27 MERCI POUR VOTRE ATTENTION Travail réalisé par: Sara GUEDAMI. Ihssane OUCHEGHROUCHEN

Le travail de la femme

Le travail de la femme POUR ou CONTRE Le travail de la femme Dissertation rédigée à partir de copies d élèves Il y a un siècle, les jeunes filles n'avaient pas besoin (le droit) d'apprendre un métier parce qu'elles devaient

Plus en détail

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/algeri... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/algeri... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER 1 sur 5 09/06/2010 12:21 LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER ALGERIE Imprimer cette page Textes de référence : - Code de la famille du 9 juin 1984 1. Les formes de dissolution du mariage - La répudiation

Plus en détail

Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ;

Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ; Paris, le 19 septembre 2012 DECISION DU DEFENSEUR DES DROITS N MDE-2012-128 Vu l article 71 1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur

Plus en détail

Femme stérile. Enfants

Femme stérile. Enfants Dossier documentaire sur la famille SEQUENCE : LA DIVERSITE DES FORMES FAMILIALES 1) Quelle est l information principale apportée par le document 1? 2) Représentez la forme de mariage chez les Nuer en

Plus en détail

COMMUNICATION AUX MEMBRES

COMMUNICATION AUX MEMBRES PARLEMENT EUROPÉEN 2009-2014 Commission des pétitions 29.9.2014. COMMUNICATION AUX MEMBRES Objet: Pétition n 0564/2012, présentée par Marianne van Eck, de nationalité néerlandaise, sur les problèmes administratifs

Plus en détail

Construction d un centre d accueil communautaire et de formation professionnelle pour les jeunes en situation d exclusion sociale de Ribeirào Preto

Construction d un centre d accueil communautaire et de formation professionnelle pour les jeunes en situation d exclusion sociale de Ribeirào Preto Construction d un centre d accueil communautaire et de formation professionnelle pour les jeunes en situation d exclusion sociale de Ribeirào Preto Un partenariat entre le CIAF et le Groupe Développement

Plus en détail

Chapitre 6 CONDITIONS DE TRAVAIL & HYGIENE ET SECURITE

Chapitre 6 CONDITIONS DE TRAVAIL & HYGIENE ET SECURITE Chapitre 6 CONDITIONS DE TRAVAIL & HYGIENE ET SECURITE MAJ : 15/02/2012 42/54 CHAPITRE 6. CONDITIONS DE TRAVAIL, HYGIENE ET SECURITE 6.1. LES CONDITIONS DE TRAVAIL 6.1.1. Horaires collectives et individualisées

Plus en détail

Guide. du citoyen. L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays!

Guide. du citoyen. L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays! Guide du citoyen L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays! Sommaire p 4 p 5 p 8 p 12 p 16 p 20 p 24 p 28 Préambule Nos noms dans la République Les grands moments de l existence Acte de

Plus en détail

Session de formation sur le Régime québécois d'assurance parentale (RQAP) Automne 2005 Mario Labbé, conseiller Sécurité sociale (CSQ)

Session de formation sur le Régime québécois d'assurance parentale (RQAP) Automne 2005 Mario Labbé, conseiller Sécurité sociale (CSQ) Session de formation sur le Régime québécois d'assurance parentale (RQAP) Automne 2005 Mario Labbé, conseiller Sécurité sociale (CSQ) Principales caractéristiques du RQAP Régime prévoyant le versement

Plus en détail

Plan. Introduction. Les types du divorce. Les causes du divorce. Les conséquences du divorce. «L'important dans le divorce, c'est ce qui le suit.

Plan. Introduction. Les types du divorce. Les causes du divorce. Les conséquences du divorce. «L'important dans le divorce, c'est ce qui le suit. 1 LE DIVORCE Plan Introduction Les types du divorce Les causes du divorce 2 Les conséquences du divorce Statistiques Conclusion «L'important dans le divorce, c'est ce qui le suit.» Introduction Mettre

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS ET ENFANTS VULNÉRABLES 16.1 SITUATION DES ENFANTS

SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS ET ENFANTS VULNÉRABLES 16.1 SITUATION DES ENFANTS SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS 16 ET ENFANTS VULNÉRABLES L un des effets les plus dévastateurs de l épidémie de VIH/sida est l augmentation croissante du nombre d orphelins et d enfants rendus vulnérables

Plus en détail

Jeunesse engagée contre l exploitation sexuelle

Jeunesse engagée contre l exploitation sexuelle Jeunesse engagée contre l exploitation sexuelle Introduction Cette brochure est un outil de sensibilisation réalisé dans le cadre du projet de lutte contre la traite des êtres humains de la Fondation SAMILIA,

Plus en détail

Des tragédies humaines derrière la traite des êtres humains

Des tragédies humaines derrière la traite des êtres humains Des tragédies humaines derrière la traite des êtres humains L histoire de Maria Tous les jours après l école, Maria vendait du pain au bord de la route pour contribuer au faible revenu familial. Lorsqu

Plus en détail

GUIDE DE PRISE EN CHARGE DES ENFANTS VICTIMES DE VIOLENCES SEXUELLES

GUIDE DE PRISE EN CHARGE DES ENFANTS VICTIMES DE VIOLENCES SEXUELLES GUIDE DE PRISE EN CHARGE DES ENFANTS VICTIMES DE VIOLENCES SEXUELLES LE MOT DE LA PRÉSIDENTE Madame Najat Anwar Présidente de l organisation Ce guide a pour vocation de remplir un vide dans le processus

Plus en détail

3.3. Le mode de vie de l'enfant. La santé observée dans les régions de France

3.3. Le mode de vie de l'enfant. La santé observée dans les régions de France La santé observée dans les régions de France Le mode de vie de l'enfant 3.3 Le contexte En une vingtaine d années, le mode de vie des jeunes enfants a évolué sous l influence des changements dans la société

Plus en détail

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes.

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. 2 Protection de l enfance et droit de la famille FR 002 LE DROIT DE LA FAMILLE ET LES FEMMES EN ONTARIO Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. Renseignez-vous sur vos droits. Protection de

Plus en détail

RÉPUBLIQUE D'ALBANIE L AVOCAT DU PEUPLE

RÉPUBLIQUE D'ALBANIE L AVOCAT DU PEUPLE RÉPUBLIQUE D'ALBANIE L AVOCAT DU PEUPLE Résumé du Rapport spécial de l Avocat du Peuple sur La violence contre les femmes Juillet 2012 L Avocat du Peuple Blvd.: Zhan D Ark No. 2, Tirana, Albanie, Tel./Fax:

Plus en détail

LE PREMIER ENFANT : VECU ET RESSENTI DE LA MERE DE LA GROSSESSE AUX 4 PREMIERS MOIS DE SON NOURRISSON

LE PREMIER ENFANT : VECU ET RESSENTI DE LA MERE DE LA GROSSESSE AUX 4 PREMIERS MOIS DE SON NOURRISSON LE PREMIER ENFANT : VECU ET RESSENTI DE LA MERE DE LA GROSSESSE AUX 4 PREMIERS MOIS DE SON NOURRISSON Enquête qualitative par entretiens semi-structurés auprès de 8 femmes primipares F DUMEL, S BILLOT-HADANA

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

aux troubles alimentaires!

aux troubles alimentaires! Il faut être au courant des mythes et réalités reliés aux troubles alimentaires! Cette activité s inscrit dans le cadre de la Semaine nationale de sensibilisation aux troubles alimentaires de 2015. L activité

Plus en détail

Union Régionale des Francas Pays de La Loire

Union Régionale des Francas Pays de La Loire «La famille d aujourd hui n est ni plus ni moins parfaite que celle de jadis: elle est autre, parce que les milieux où elle vit sont plus complexes, voilà tout.» E. Durkheim 1888 Accompagnement à la fonction

Plus en détail

Une perspective de changement de pratiques en violence conjugale et familiale

Une perspective de changement de pratiques en violence conjugale et familiale Une perspective de changement de pratiques en violence conjugale et familiale François Lepage travailleur social, Option, Montréal Annie Simard travailleuse sociale, Option, Montréal OP+ION «Une alternative

Plus en détail

Education-civique. Chapitre n L enfant

Education-civique. Chapitre n L enfant Education-civique Chapitre n L enfant I) L enfant : une personne mineure Problématiques : Comment est définie l identité de l enfant? Qu est-ce que l autorité parentale? A/ L enfant acquiert une identité

Plus en détail

Interruption volontaire de la grossesse Démarche cohérente

Interruption volontaire de la grossesse Démarche cohérente Interruption volontaire de la grossesse Démarche cohérente Interruption volontaire de la grossesse Le CNFL renvoie sur son papier de réflexion de juin 2010 qui reflète l appréciation et les questions de

Plus en détail

Cas de discrimination dénoncés en 2012

Cas de discrimination dénoncés en 2012 Cas de discrimination dénoncés en 2012 total: 85 cas 4 5 9 36 Erwerbstätigkeit Privatversicherungen 9 Sozialversicherungen Datenschutzverletzungen 11 11 Ausländerrecht Strafbarkeit Diverses activité lucrative

Plus en détail

LA RELATION EDUCATIVE

LA RELATION EDUCATIVE LA RELATION EDUCATIVE Elle concerne la relation entre l'éducateur et l'éduqué, tout ce qui se passe de façon cs et incs. Distinguons parents et éducateurs. Les éducateurs ont été formés à ce métier ; les

Plus en détail

LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES. Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone

LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES. Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone SOMMAIRE 1. La mort aux urgences 2. Les Limitations et Arrêts des Thérapeutiques

Plus en détail

Traite des êtres humains, que faire?

Traite des êtres humains, que faire? Traite des êtres humains, que faire? Conseils pour le personnel hospitalier InTRODUCTION Il arrive que le personnel hospitalier soit confronté à des situations liées à la traite des êtres humains. Ce sont

Plus en détail

Conjuguer la paternité au temps de l après-divorce : des trajectoires plurielles

Conjuguer la paternité au temps de l après-divorce : des trajectoires plurielles Conjuguer la paternité au temps de l après-divorce : des trajectoires plurielles Agnès Martial, Centre Norbert Elias ANR 08-JCJC-0057-01-PATERNITES. Colloque Pères en solitaire : paternités contemporaines

Plus en détail

OBJET : PIÈCES À FOURNIR POUR LA CONSTITUTION D'UN DOSSIER D'ADOPTION SIMPLE. NOS RÉFÉRENCES : Dossier N ( références à rappeler impérativement)

OBJET : PIÈCES À FOURNIR POUR LA CONSTITUTION D'UN DOSSIER D'ADOPTION SIMPLE. NOS RÉFÉRENCES : Dossier N ( références à rappeler impérativement) PARQUET DU TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE MARSEILLE Le Le Procureur de la République 6 rue Joseph Autran 13006 MARSEILLE à Tel : 04.91.15.50.50 SERVICE CIVIL-ADOPTIONS OBJET : PIÈCES À FOURNIR POUR LA

Plus en détail

De l injonction à l invitation Les défis de l intervention

De l injonction à l invitation Les défis de l intervention De l injonction à l invitation Les défis de l intervention Steven Bélanger Psychologue Coordonnateur clinique Pro-gam Centre d intervention et de recherche en violence conjugale et familiale 1 La nature

Plus en détail

ENTENTE EN MATIERE DE SÉCURITÉ SOCIALE ENTRE LE QUEBEC ET LE ROYAUME DU MAROC. Demande de prestations du Régime de rentes du Québec.

ENTENTE EN MATIERE DE SÉCURITÉ SOCIALE ENTRE LE QUEBEC ET LE ROYAUME DU MAROC. Demande de prestations du Régime de rentes du Québec. MAR / QUE 3 ENTENTE EN MATIERE DE SÉCURITÉ SOCIALE ENTRE LE QUEBEC ET LE ROYAUME DU MAROC Demande de prestations du Régime de rentes du Québec Rente de retraite Q-114-RET (10-12) IMPORTANT Aucune prestation

Plus en détail

POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ?

POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ? POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ? Ce n est pas juste un petit bébé qui a été perdu. C est une vie au complet qui ne sera pas vécue. Contrairement aux idées véhiculées dans la société, le

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 FM 14/08/14 Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 Article L1153-5 L employeur prend toutes dispositions nécessaires en vue de prévenir les faits de harcèlement sexuel, d

Plus en détail

Allocation maternité: Vécu des femmes enceintes et des parents au Conseil en périnatalité (Vaud)

Allocation maternité: Vécu des femmes enceintes et des parents au Conseil en périnatalité (Vaud) Allocation maternité: Vécu des femmes enceintes et des parents au Conseil en périnatalité (Vaud) Nadia Pasquier, Cheffe de service Véra Huber Simao, assistante sociale en périnatalité responsable PLAN

Plus en détail

Comment va la vie en France?

Comment va la vie en France? Comment va la vie en France? L Initiative du vivre mieux, lancée en 2011, se concentre sur les aspects de la vie qui importent aux gens et qui ont un impact sur leur qualité de vie. L Initiative comprend

Plus en détail

L Académie des Dalons

L Académie des Dalons L L est un projet expérimental d insertion sociale et professionnelle dans un dispositif global de soutien de jeunes en difficulté. Il s adresse aux volontaires âgés de 18 à 25 ans qui, sans formation

Plus en détail

Introduction. beaucoup d'éthique, quelques règles de droit essentielles, une mesure de protection de l'enfant privé de famille.

Introduction. beaucoup d'éthique, quelques règles de droit essentielles, une mesure de protection de l'enfant privé de famille. Les principes de la Convention de La Haye du 29 mai 1993 Séminaire de sensibilisation 10 mai 2012 à Vientiane Edith Sudre - Magistrate, Adjointe au chef du service de l adoption internationale Marie-Anne

Plus en détail

Les freins et les réticences à la nonprescription. consultation de médecine générale

Les freins et les réticences à la nonprescription. consultation de médecine générale Les freins et les réticences à la nonprescription médicamenteuse en consultation de médecine générale Enquête qualitative par focus-groups de médecins généralistes francs-comtois Anne Stoessel - François

Plus en détail

L analyse de l adoption plénière doit précéder celle de l adoption simple, le maintien de l une comme de l autre étant acquis.

L analyse de l adoption plénière doit précéder celle de l adoption simple, le maintien de l une comme de l autre étant acquis. VII. L ADOPTION 1. ANALYSE L'institution de l'adoption doit être résolument replacée dans la perspective de l'intérêt de l'enfant. Il ne s'agit pas de permettre à des adultes d'assouvir un désir d'enfant,

Plus en détail

PARENTS CÉLIBATAIRES Vos droits et obligations concernant la garde, le droit de visite et les prestations de soutien. La garde de l enfant

PARENTS CÉLIBATAIRES Vos droits et obligations concernant la garde, le droit de visite et les prestations de soutien. La garde de l enfant PARENTS CÉLIBATAIRES Vos droits et obligations concernant la garde, le droit de visite et les prestations de soutien La garde de l enfant La garde est le droit et la responsabilité de prendre soin d un

Plus en détail

Du rêve d être parent à la réalité parentale: le défi des personnes vivant ou ayant vécu un problème de santé mentale

Du rêve d être parent à la réalité parentale: le défi des personnes vivant ou ayant vécu un problème de santé mentale Du rêve d être parent à la réalité parentale: le défi des personnes vivant ou ayant vécu un problème de santé mentale Martine Danjou et Chantal Roy 31 octobre 2012 Colloque de l AQRP PARENTS- ESPOIR Soutenir

Plus en détail

Note d analyse. Les Français et la protection sociale. Sondage Harris Interactive pour la Mutualité Française

Note d analyse. Les Français et la protection sociale. Sondage Harris Interactive pour la Mutualité Française Note d analyse Les Français et la protection sociale Sondage Harris Interactive pour la Mutualité Française Enquête réalisée en ligne par l'institut Harris Interactive du 1 er au 6 février 2012. Echantillon

Plus en détail

Intervention de Cédric Mametz Conférence d EASPD à Istanbul 28 septembre 2013. L ESAT est le nom des structures de travail protégé en France.

Intervention de Cédric Mametz Conférence d EASPD à Istanbul 28 septembre 2013. L ESAT est le nom des structures de travail protégé en France. Intervention de Cédric Mametz Conférence d EASPD à Istanbul 28 septembre 2013 Bonjour, Je m appelle Cédric Mametz. J ai 34 ans. Je travaille dans un ESAT. L ESAT est le nom des structures de travail protégé

Plus en détail

Services d orientation pour adultes

Services d orientation pour adultes Services d orientation pour adultes Le c.o. pour adultes est le spécialiste de la relation entre l individu, le travail et la formation. Se réorienter Trouver un travail à sa mesure Faire le point sur

Plus en détail

MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES OSBL D HABITATION DE MONTRÉAL PRÉSENTÉ À L OFFICE DE CONSULTATION PUBLIQUE DE MONTRÉAL DANS LE CADRE DE LA RÉVISION DE

MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES OSBL D HABITATION DE MONTRÉAL PRÉSENTÉ À L OFFICE DE CONSULTATION PUBLIQUE DE MONTRÉAL DANS LE CADRE DE LA RÉVISION DE MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES OSBL D HABITATION DE MONTRÉAL PRÉSENTÉ À L OFFICE DE CONSULTATION PUBLIQUE DE MONTRÉAL DANS LE CADRE DE LA RÉVISION DE LA CHARTE MONTRÉALAISE DES DROITS ET RESPONSABILITÉS

Plus en détail

Protection de l'adulte et de l'enfant Point Rencontre de Bienne PRB. Règlement

Protection de l'adulte et de l'enfant Point Rencontre de Bienne PRB. Règlement Protection de l'adulte et de l'enfant Point Rencontre de Bienne PRB Règlement Le Point Rencontre de Bienne (PRB) est une structure organisée et gérée par le département de la Protection de l'adulte et

Plus en détail

Les motifs du licenciement

Les motifs du licenciement Chapitre 1 Les motifs du licenciement Exigence d une cause réelle et sérieuse Légalité du motif Contrôle des motifs par les tribunaux Une exception : la période d essai L a décision de l employeur de rompre

Plus en détail

REPUBLIQUE DU NIGER Fraternité-Travail-Progrès ASSEMBLEE NATIONALE

REPUBLIQUE DU NIGER Fraternité-Travail-Progrès ASSEMBLEE NATIONALE REPUBLIQUE DU NIGER Fraternité-Travail-Progrès ASSEMBLEE NATIONALE LOI N / du Sur la santé de la reproduction au Niger Vu la constitution du 09 août 1999. L ASSEMBLEE NATIONALE A DELIBERE ET ADOPTE, EN

Plus en détail

Pourquoi? Les professionnels de la petite enfance et la «refondation» de l école. Anne WISNIEWSKI

Pourquoi? Les professionnels de la petite enfance et la «refondation» de l école. Anne WISNIEWSKI Pourquoi? Les professionnels de la petite enfance et la «refondation» de l école Anne WISNIEWSKI Au début, on dit de l enfant qu il est dépendant des gens qui l entourent, que seuls ses sens le maintiennent

Plus en détail

L intérêt de l activité pour l enfant se trouve-t-il dans le plaisir de faire ou dans le résultat?

L intérêt de l activité pour l enfant se trouve-t-il dans le plaisir de faire ou dans le résultat? Compte-rendu de la soirée-débat du RAM du 25 juin 2015 Thème: «La distance professionnelle entre professionnelles de la petite enfance» Pour cette ultime soirée-débat de l'année, il a été fait le choix

Plus en détail

Les jeunes des quartiers et l argent

Les jeunes des quartiers et l argent Les jeunes des quartiers et l argent 1 REPRÉSENTATIONS ET PRATIQUES La philosophie et l argent 2 Aristote : définit la monnaie comme un étalon qui rend possible l échange et régule les rapports entre les

Plus en détail

COURT MÉMOIRE D ORDRE FISCAL

COURT MÉMOIRE D ORDRE FISCAL COURT MÉMOIRE D ORDRE FISCAL Table des matières Mot de l auteur... 2 Crédit d'impôt pour déficience grave et prolongée des fonctions physiques ou mentales... 2 Crédit d'impôt pour personnes handicapées

Plus en détail

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Ecole d Application STURM Janvier-Février 2012 CM2 Salle 2 Mme DOUILLY DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Sujet proposé par les élèves et choisi par la majorité. 1 ère séance : définitions et explications Réflexion

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

Charte d engagement de l AGAFPA en matière de prévention et de traitement de la maltraitance visant à la promotion de la bientraitance

Charte d engagement de l AGAFPA en matière de prévention et de traitement de la maltraitance visant à la promotion de la bientraitance a.g.a.f.p.a. Association Loi de 1901 Conventionnée Agréée Centre Médico / Administratif Résidence du Parc 13850 GREASQUE France Tél. 04 42 12 61 74 Fax: 04 42 58 84 95 Préambule La maltraitance des personnes

Plus en détail

Population. 1. Une démographie dynamique. Une forte croissance démographique

Population. 1. Une démographie dynamique. Une forte croissance démographique 1 La ville connaît, depuis les années 1980, un dynamisme démographique qui ne semble pas près de faiblir : le solde naturel, croissant, compense nettement le solde migratoire négatif. L accroissement rapide

Plus en détail

Code d éthique et de déontologie de l Association Québécoise des Accompagnantes à la Naissance

Code d éthique et de déontologie de l Association Québécoise des Accompagnantes à la Naissance Code d éthique et de déontologie de l Association Québécoise des Accompagnantes à la Naissance Dans le présent règlement, à moins que le contexte ne l'indique autrement, on entend par : a) «AQAN» Association

Plus en détail

Régime québécois d assurance parentale

Régime québécois d assurance parentale Régime québécois d assurance parentale Table des matières 1. Caractéristiques du RQAP 3 2. Conditions d admissibilité 4 3. Types de prestations offerts 4 4. Moment pour faire une demande de prestations

Plus en détail

FONDATION EN FAVEUR DES ENFANTS BRULES

FONDATION EN FAVEUR DES ENFANTS BRULES FONDATION EN FAVEUR DES ENFANTS BRULES JUIN 2003 Layla, 5 ans, sur son lit d hôpital au Centre. L accident absurde qui l y a conduite a été relaté dans notre numéro de décembre. PREVENIR C EST AUSSI INFORMER

Plus en détail

15.1. Comparaison des politiques familiales, taux de fécondité et emploi des femmes en Europe

15.1. Comparaison des politiques familiales, taux de fécondité et emploi des femmes en Europe 15.1. Comparaison des politiques familiales, taux de fécondité et emploi des femmes en Europe A travers l étude des données de six pays européens, cette fiche met en évidence les liens entre taux de fécondité,

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Salvador - Brésil 18-24 Août 2001

Salvador - Brésil 18-24 Août 2001 UNION INTERNATIONALE POUR l ETUDE SCIENTIFIQUE DE LA POPULATION XXIV CONGRES GENERAL DE LA POPULATION Salvador - Brésil 18-24 Août 2001 LA SANTE REPRODUCTIVE DES MERES CELIBATAIRES : LE CAS DES MERES ADOLESCENTES

Plus en détail

Infertilité et sexualité

Infertilité et sexualité Infertilité et sexualité Les questions que vous vous posez (et n osez pas aborder avec votre médecin) www.unbebe pourdemain.fr Le site de la fertilité. Édito Vous êtes confrontés à l infertilité dans votre

Plus en détail

AVANT-PROJET DE LOI. Portant diverses dispositions relatives au droit de la famille. Chapitre 1er Dispositions relatives à l autorité parentale

AVANT-PROJET DE LOI. Portant diverses dispositions relatives au droit de la famille. Chapitre 1er Dispositions relatives à l autorité parentale RÉPUBLIQUE FRANÇAISE NOR : [ ] AVANT-PROJET DE LOI Portant diverses dispositions relatives au droit de la famille Chapitre 1er Dispositions relatives à l autorité parentale L article 372-2 du code civil

Plus en détail

couple naissance Famille mariage séparation divorce cohabitation légale médiation accueil des enfants grossesse

couple naissance Famille mariage séparation divorce cohabitation légale médiation accueil des enfants grossesse séparation mariage naissance cohabitation légale médiation accueil des enfants grossesse couple divorce Famille Nous vivons ensemble mais nous ne voulons pas nous marier. Est-ce possible? Oui. En Belgique,

Plus en détail

Etendue des violences domestiques à Genève. Premier bilan exhaustif et perspectives

Etendue des violences domestiques à Genève. Premier bilan exhaustif et perspectives Etendue des violences domestiques à Genève Premier bilan exhaustif et perspectives 20.09.2013 - Page 1 Introduction Etablir des données chiffrées exhaustives: une nécessité pour lutter efficacement et

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

Politique Institutionnelle. Politique genre. Direction Générale Fédérale 2007 PI 02

Politique Institutionnelle. Politique genre. Direction Générale Fédérale 2007 PI 02 Politique Institutionnelle Politique genre Direction Générale Fédérale 2007 PI 02 Politique Institutionnelle Politique genre 1. Non-DIscrimINation et protection dans le cadre professionnel 2. Une double

Plus en détail

Ce livret parle de la plus grande des promesses jamais faites, et de ce que Dieu a fait pour la tenir.

Ce livret parle de la plus grande des promesses jamais faites, et de ce que Dieu a fait pour la tenir. Ce livret parle de la plus grande des promesses jamais faites, et de ce que Dieu a fait pour la tenir. 2 Dieu vous aime et il tient ses promesses. Depuis que Dieu a fait le monde, il a promis de prendre

Plus en détail

35 projets humanitaires et sociaux

35 projets humanitaires et sociaux PROGRAMME AFRIQUE FONDACIO UN MOUVEMENT AU SERVICE DE l humain L aventure naît à Poitiers en 1974, à l initiative de jeunes adultes qui souhaitaient s engager au service d un monde plus humain. Fondacio

Plus en détail

CUISINIÈRE FEMMES, «OSEZ LE METIER DE» Entretien avec Corinne, cuisinière à Marseille (7ème arrondissement) Corinne

CUISINIÈRE FEMMES, «OSEZ LE METIER DE» Entretien avec Corinne, cuisinière à Marseille (7ème arrondissement) Corinne Dossier n 2 FEMMES, «OSEZ LE METIER DE» CUISINIÈRE Regards, témoignages et présentation de métiers fortement sexués Entretien avec Corinne, cuisinière à Marseille (7ème arrondissement) Je l ai su tout

Plus en détail

FICHE N 18 LE CASIER JUDICIAIRE

FICHE N 18 LE CASIER JUDICIAIRE FICHE N 18 LE CASIER JUDICIAIRE Le casier judiciaire national automatisé est tenu sous l autorité du ministre de la Justice. Il recense les condamnations, décisions et jugements prononcées contre les personnes

Plus en détail

Déclaration sur l'élimination de la violence à l'égard des femmes

Déclaration sur l'élimination de la violence à l'égard des femmes Déclaration sur l'élimination de la violence à l'égard des femmes L'Assemblée générale, Considérant qu'il est urgent de faire en sorte que les femmes bénéficient universellement des droits et principes

Plus en détail

Se préparer à devenir un Parent entraîneur

Se préparer à devenir un Parent entraîneur Se préparer à devenir un Parent entraîneur Le désir de mettre au monde des enfants est présent chez la majorité des adultes. C est un accomplissement personnel et social majeur qui apporte généralement

Plus en détail

URP/SCLS. Unidade de pesquisa em psicologia: subjetividade, cognição e lien social EA 2071 Dir. Pr. S. LESOURD

URP/SCLS. Unidade de pesquisa em psicologia: subjetividade, cognição e lien social EA 2071 Dir. Pr. S. LESOURD URP/SCLS Unidade de pesquisa em psicologia: subjetividade, cognição e lien social EA 2071 Dir. Pr. S. LESOURD Faculdade de Psicologia 12, rue Goethe 67000, Strasbourg France Claude SCHAUDER Professor Assistente

Plus en détail

Compte rendu d entretien Abidjan Côte d Ivoire. Mme COULIBALY Date de l entretien : 28/01/2009

Compte rendu d entretien Abidjan Côte d Ivoire. Mme COULIBALY Date de l entretien : 28/01/2009 Compte rendu d entretien Abidjan Côte d Ivoire Mme COULIBALY Date de l entretien : 28/01/2009 Age 33 Ans Niveau d Etude Brevet de Technicien Supérieur (BTS) Statut marital Mariée, un enfant (4ans et demi)

Plus en détail

L ONU EN ACTION LA FISTULE EN AFGHANISTAN

L ONU EN ACTION LA FISTULE EN AFGHANISTAN L ONU EN ACTION Date de programmation: février 2009 Programme n 1172 Durée: 4 23 Langues: anglais, français, espagnol et russe LA FISTULE EN AFGHANISTAN VIDEO COUCHÉE DANS UN LIT AUDIO 1. Fatima est originaire

Plus en détail

.. Le complément de libre choix d activité 07.. Questions / Réponses.. 09.. Exemples chiffrés... 010. Sommaire. Pages

.. Le complément de libre choix d activité 07.. Questions / Réponses.. 09.. Exemples chiffrés... 010. Sommaire. Pages Sommaire Pages.. Qu est-ce que la PAJE 02.. La prime à la naissance ou à l adoption 03.. L allocation de base 04.. Le complément de libre choix du mode de garde Vous en bénéficiez quels que soient vos

Plus en détail

GESTATION POUR AUTRUI AU MEXIQUE ET DANS LE RESTE DU MONDE, PAS À PAS

GESTATION POUR AUTRUI AU MEXIQUE ET DANS LE RESTE DU MONDE, PAS À PAS SEPTEMBRE 2014 13 Septembre 2014 Valencia 20 Septembre 2014 Barcelona GESTATION POUR AUTRUI AU MEXIQUE ET DANS LE RESTE DU MONDE, PAS À PAS La nouvelle législation du Registre en Espagne Conférenciers:

Plus en détail

Illustrations Aurélie Blard-Quintard

Illustrations Aurélie Blard-Quintard Devenir parent Groupe de travail et auteurs Sylvie COMPANYO (directrice de l École des Parents et des Éducateurs de la Région Toulousaine*) Nathalie COULON (maître de conférences en psychologie à l université

Plus en détail

Cuisiner. Préparer un repas à partir d aliments de base.

Cuisiner. Préparer un repas à partir d aliments de base. AIDE-MÉMOIRE Définitions Consommer une variété d aliments nutritifs en quantité adéquate pour répondre à ses besoins. Alimentation équilibrée en termes de quantité et de qualité. Consommation d une variété

Plus en détail

L enfant au coeur de l adoption

L enfant au coeur de l adoption L enfant au coeur de l adoption Aujourd hui l adoption est généralement considérée comme étant d abord une mesure de protection de l enfant, un droit pour l enfant privé de famille. Tout projet d adoption

Plus en détail

UNE FILLE ENGAGÉE. Un outil qui permet à l étudiante d être dynamique et proactive dans sa formation.

UNE FILLE ENGAGÉE. Un outil qui permet à l étudiante d être dynamique et proactive dans sa formation. UNE FILLE ENGAGÉE Facteurs de succès pour l étudiante en formation non traditionnelle Un outil qui permet à l étudiante d être dynamique et proactive dans sa formation. Cet outil t est remis en début de

Plus en détail

La dynamique des liens entre genre, âge et désir

La dynamique des liens entre genre, âge et désir La dynamique des liens entre genre, âge et désir Michel Bozon Lausanne, 21 juin 2011 Université d été «Genre, rapports intergénérationnels et travail social» Plan de la présentation Transformations de

Plus en détail

L entrepreneur. 1. Qu est ce que l entrepreneur?

L entrepreneur. 1. Qu est ce que l entrepreneur? L 1. Qu est ce que l? Un est celui qui observe son environnement, identifie les opportunités qui se présentent eu plan économique ou social, réunit les moyens nécessaires, met en œuvre l activité et en

Plus en détail

Dispositions pénales Loi du Bien-être et Code Code pénal social 1/5

Dispositions pénales Loi du Bien-être et Code Code pénal social 1/5 Dispositions pénales Loi du Bien-être et Code Code pénal social 1/5 Code pénal social Application sur la Loi et le Code du Bien-être au travail Dispositions pénales de la Loi du Bien-être de 1996 Les articles

Plus en détail

Le bonheur au travail

Le bonheur au travail Programme d aide aux employés Jacques Lamarre et associés Le bonheur au travail Présenté par Anne Gauvin et Marie-Véronique Matte «Le plus beau destin que puisse connaître un être humain, c est d être

Plus en détail

AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE K A F REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE ------------------

Plus en détail

ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE

ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE 1 ANNEXE 1 Charte des droits et libertés de la personne accueillie Texte original Article 1 er : Principe de non-discrimination Dans le respect des conditions

Plus en détail

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996.

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Choix de vie Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son

Plus en détail

HARCÈLEMENT CRIMINEL. Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer!

HARCÈLEMENT CRIMINEL. Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer! HARCÈLEMENT CRIMINEL Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer! Qu est-ce que c est? Le harcèlement criminel est un crime. Généralement, il s agit d une conduite répétée durant une période de temps qui

Plus en détail

La place en crèche d entreprise :

La place en crèche d entreprise : La place en crèche d entreprise : Comment facilite-t-elle la conciliation vie familiale et vie professionnelle des salariés-parents? Direction Marketing Communication Etudes www.babilou.com Note méthodologique

Plus en détail

La contribution des pères au développement de leur enfant

La contribution des pères au développement de leur enfant Activité 1 La contribution des pères au développement de leur enfant Le père: Un rôle en évolution Théorie de l évolution Question de survie! Homme Animaux Christine Gervais, Ph. D., Professeur au département

Plus en détail

POSITION AFRICAINE COMMUNE SUR METTRE FIN AU MARIAGE DES ENFANTS EN AFRIQUE

POSITION AFRICAINE COMMUNE SUR METTRE FIN AU MARIAGE DES ENFANTS EN AFRIQUE AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Addis Ababa, ETHIOPIA P. O. Box 3243 Telephone: 011-551 7700 Fax: 011-551 7844 Website: www.au.int POSITION AFRICAINE COMMUNE SUR METTRE FIN AU MARIAGE DES

Plus en détail

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire www.zupdeco.org Communiqué de presse Avril 2015 Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire Difficultés d apprentissage, décrochage, accompagnement scolaire et perception de réussite

Plus en détail

Progresser par la foi

Progresser par la foi Chapitre 54 Progresser par la foi Il n est pas toujours sage, en effet, de ne rien entreprendre qui entraîne de fortes dépenses sans avoir au préalable l argent nécessaire. Le Seigneur n épargne pas toujours

Plus en détail

CONFERENCE DE MONSIEUR BAK (PSYCHOLOGUE GEMELLOLOGUE)

CONFERENCE DE MONSIEUR BAK (PSYCHOLOGUE GEMELLOLOGUE) CONFERENCE DE MONSIEUR BAK (PSYCHOLOGUE GEMELLOLOGUE) DONNEE A LYON LE 9 MAI 2004 A L OCCASION DE L AG DE LA FEDERATION L INFLUENCE DES JUMEAUX SUR LA FAMILLE ET LA FRATRIE PENDANT LA GROSSESSE Deux grands

Plus en détail