Action directe et prescription:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Action directe et prescription:"

Transcription

1 Atelier A N 09 Action directe et prescription: les nouvelles règles du jeu

2 Intervenants Pierre CARRICANO Directeur Indemnisation com Annie DALION Directeur Pôle Indemnisation et Recours Grandes Entreprises Luc MAYAUX Modérateur Professeur à l Université Lyon III, Directeur de l Institut des assurances de Lyon Anne-Claire MANIEZ Responsable du Département Assurances

3 Action directe et prescription : le point de vue de l universitaire par Luc Mayaux Professeur à l Université Lyon III Directeur de l Institut des assurances de Lyon

4 PLAN I- L état du droit avant la loi du 17 juin 2008 A- L existence d une action directe B- Une action directe soumise à la prescription de l action en responsabilité II- L état du droit après la loi du 17 juin 2008 A- Le raccourcissement des délais B- L aménagement conventionnel de la prescription

5 I- L état du droit avant la loi du 17 juin 2008 A- L existence d une action directe Notion d action directe Une action directe initialement jurisprudentielle désormais légale Le nouvel article L.124-3, C. assur. (réd. loi n du 17 déc. 2007) Absence de remise en cause du droit antérieur Pas d incidence sur le domaine de l action : toutes les responsabilités et pas seulement la RC «automobile» Pas d incidence sur le titulaire de l action : le tiers lésé et les personnes subrogées

6 I- L état du droit avant la loi du 17 juin 2008 B- Une action directe soumise à la prescription de l action en responsabilité Justification : l action directe tend à la réparation d un dommage (Cass civ 28 mars Justification : l action directe tend à la réparation d un dommage (Cass. civ., 28 mars 1939).

7 I- L état du droit avant la loi du 17 juin 2008 B- Une action directe soumise à la prescription p de l action en responsabilité Cas particulier de l exercice d une action en responsabilité Principe: l action directe peut être intentée tant que l assureur est exposé à un recours de son assuré (Cass. 1 re civ., 13 févr. 1996, n ). Conséquence : prolongation de deux ans maximum du délai de prescription p applicable à l action directe. Point de départ de la prolongation : Assignation de l assuré par la victime : position de la première chambre civile (Cass. 1 re civ., 24 févr. 2004, n ) ) Signification à la victime du jugement de condamnation de l assuré : position de la troisième chambre civile (Cass. 3 e civ., 15 févr. 2006, n ).

8 II- L état du droit après la loi du 17 juin 2008 A- la réduction des délais 1 Domaine de la réduction a) Action en responsabilité Principe : cinq ans «à compter du jour où l intéressé a connu ou aurait dû connaître les faits lui permettant d exercer son droit» (C.civ., art. 2224).

9 II- L état du droit après la loi du 17 juin 2008 A- la réduction des délais 1 Domaine de la réduction a) Action en responsabilité Exceptions : 10 ans en matière de dommage corporel à compter de la consolidation du dommage initial ou aggravé (art. 2226, al. 1 er ). Quid quand un même fait cause aussi des dommages matériels? Le délai de 10 ans semble applicable (V. travaux préparatoires). 20 ans en cas de tortures, actes de barbarie, violences ou agressions sexuelles sur mineur (art. 2226, al. 2). 30 ans en cas de dommage environnemental à compter du fait générateur du dommage (C.environn., art. L.152-1). 1)

10 II- L état du droit après la loi du 17 juin 2008 A- la réduction des délais 1 Domaine de la réduction a) Action en responsabilité Délai butoir : 20 ans à partir de la naissance du droit (C. civ., art. 2232). Ne s applique pas à l action en réparation d un dommage corporel.

11 II- L état du droit après la loi du 17 juin 2008 A- la réduction des délais 1 Domaine de la réduction b) Actions dérivant du contrat t d assurance Principe : le délai biennal n est pas remis en cause par la loi nouvelle qui ne fait pas obstacle à «l application de règles spéciales prévues par d autres lois» (C. civ., art. 2223).

12 II- L état du droit après la loi du 17 juin 2008 A- la réduction des délais 1 Domaine de la réduction b) Actions dérivant du contrat d assurance Exception : absence de règle spéciale. Conséquence : application des nouvelles causes de suspension du droit commun Expertise judiciaire (mais pas amiable) Conciliation ou médiation

13 II- L état du droit après la loi du 17 juin 2008 A- la réduction des délais 2 Conséquences sur l action directe a) Aucune conséquence sur l éventuelle prolongation du délai de l action directe en cas d exercice de l action en responsabilité Deux raisons : Le délai de deux ans applicable aux actions dérivant du contrat d assurance reste le même, sauf l extension indirecte résultant des nouvelles causes de suspension. Le débat entre les positions de la première et de la troisième chambre civile sur le point tde départ tde la prolongation se présente toujours dans les mêmes termes.

14 II- L état du droit après la loi du 17 juin 2008 A- la réduction des délais 2 Conséquences sur l action directe b) Conséquences liées à la réduction du délai de l action directe Conséquences pour l assureur défendeur à l action : Réduction du risque. Meilleure adéquation de la garantie au risque, y compris pour les contrats en «base réclamation». (Faux) problème des garanties subséquentes trop longues.

15 II- L état du droit après la loi du 17 juin 2008 A- la réduction des délais 2 Conséquences sur l action directe b) Conséquences liées à la réduction du délai Conséquences pour l assureur subrogé, demandeur à l action Conséquences pratiques : Nécessité d une plus grande diligence dans l exercice du recours Risque de responsabilité pour défaut de mise en garde quand l assuré ne peut plus recourir pour le montant de sa franchise

16 II- L état du droit après la loi du 17 juin 2008 A- la réduction des délais 2 Conséquences sur l action directe b) Conséquences liées à la réduction du délai Conséquences théoriques «Loi de compensation» : ce que l assureur de responsabilité gagne, l assureur de dommages le perd. «Loi de recentrage» : l assureur est moins que par le passé un g q p p garant avec recours ; il redevient un assureur

17 II- L état Létat du droit après la loi du 17 juin 2008 B- L aménagement conventionnel de la prescription Domaine : la prescription p de l action en responsabilité, à l exclusion de la prescription biennale (C. assur., art. L , nouv.). Conséquences : En cas d allongement du délai : assureur de responsabilité pénalisé. En cas de réduction du délai : assureur de dommages pénalisé. é

18 II- L état du droit après la loi du 17 juin 2008 B- L aménagement conventionnel de la prescription Sanctions En cas d allongement du délai : risque aggravé ou (si clause en ce sens) exclu. Si aggravation de risque non déclarée : nullité ou réduction proportionnelle (mais il faut une question dans le formulaire de risque). Si exclusion de risque (supposée valable) : non-assurance.

19 II- L état du droit après la loi du 17 juin 2008 B- L aménagement conventionnel de la prescription Sanctions En cas de réduction du délai : Exception de subrogation (C. assur., art. L , al. 2) au profit de l assureur de dommages? Déchéance ou exclusion dans le contrat d assurance de dommages.

20 Conclusion Une loi importante : l impact sur l action directe est réel. Une loi sécurisante du fait de la réduction globale des délais. Une loi stressante en raison de la flexibilité de ces mêmes délais. Triple stress lié : Aux conventions sur la prescription désormais admises. Aux nouvelles causes de suspension. Et naturellement aux situations transitoires toujours difficiles à gérer.

21 Les nouvelles règles du jeu issues de la Loi idu 17 juin 2008 : le point de vue du courtier par Annie Dalion Directeur Pôle Indemnisation et Recours Grandes Entreprises Gras Savoye

22 SOMMAIRE I- Nouvelles causes de suspension (Avantages et Difficultés) : A)L E L Expertise judiciaire jdiii B) La Médiation et la Conciliation II- Les aménagements contractuels t de la prescription III- L application des nouvelles règles issues de la Loi du 17 juin 2008 sur les prescriptions en cours

23 I- Nouvelles causes de suspension (Avantages et Difficultés) La loi introduit deux nouvelles causes de suspension destinées à prévenir et à retarder autant que possible l introduction d une demande au fond et à favoriser les solutions amiables. 1) L Art 2239 du Code Civil prévoit que «la prescription est suspendue lorsque le juge fait droit à une mesure d instruction présentée avant tout procès» 2) L Art 2238 du Code Civil dispose que la prescription est suspendue «à compter du jour où, après la survenance d un litige, les parties conviennent de recourir à la médiation ou à la conciliation, ou à défaut d accord écrit, à compter du premier jour de la première réunion de conciliation ou de médiation»

24 I- Nouvelles causes de suspension: avantages et difficultés A) L expertise judiciaire Avant la loi, l action en justice aux fins de nomination d expert avait un pouvoir interruptif sur la prescription jusqu à ce que l ordonnance de référé désignant l expert judiciaire soit rendue. La Cour de Cassation n admettait l effet interruptif de l assignation en référé qu à l égard de l action dont l objet était en cause. En effet si le référé ne visait qu un problème de responsabilité par exemple et non la En effet, si le référé ne visait qu un problème de responsabilité, par exemple, et non la garantie d assurance, la prescription de l action contre l assureur n était pas interrompue. Elle l était en revanche contre le tiers responsable contre qui l action en responsabilité était dirigée.

25 I- Nouvelles causes de suspension: avantages et difficultés A) L expertise judiciaire Risque: La prescription à l encontre des assureurs et/ou du tiers responsable pouvait être acquise alors que les parties attendaient, par exemple, le dépôt du rapport d expertise. Elles devaient donc veiller, en cours d expertise judiciaire, à interrompre la prescription : - par lettre recommandée avec accusé réception vis-à-vis de l assureur, - ou par voie d assignation à l égard d un tiers responsable.

26 I- Les nouvelles causes de suspension: avantages et difficultés A) L expertise judiciaire Depuis la loi du 17 juin 2008, la prescription est désormais suspendue lorsque le juge fait droit à une demande de mesure d instruction présentée avant tout procès.(art 2239 CCiv). A compter du jour où la mesure a été exécutée, le délai de prescription recommence à courir pour une durée qui ne peut être inférieure à 6 mois Avantage: cela garantit aux parties intéressées un délai de 6 mois au moins pour saisir un juge postérieurement éi àl l exécution de la mesure. N.B: En ne visant pas l expertise amiable, la loi laisse à cette dernière son pouvoir interruptif sur la prescription à l égard de l assureur prévu à l Art L du Code des Assurances ( la prescription est interrompue par la désignation d experts à la suite d un sinistre). Le délai recommence à courir à compter de cet acte. En conséquence, l action à l encontre de l Assureur sera prescrite 2 ans après la désignation d un expert amiable si aucune nouvelle cause d interruption ne survient dans l intervalle (lettre recommandée avec accusé réception).

27 I- Les nouvelles causes de suspension: avantages et difficultés A) L expertise judiciaire Exemple 1: Bris de Machine supporté par Sté X, propriétaire de la machine, ayant pour origine un défaut d entretien de la Sté Y ( nous partons du principe que le nouveau délai de prescription de 5 ans s applique). Évènement du 01/05/06. Déclaration par X à son assureur le 03/05/06 Expertise judiciaire diligentée par X le 01/06/06 (seule,sté Y, citée dans la cause). Ordonnance rendue le 01/07/06. Rapport déposé le 01/06/08 Quels sont les effets de la prescription à l égard des parties?

28 I- Les nouvelles causes de suspension: avantages et difficultés A) L expertise judiciaire Exemple 1 Prescription c/ Tiers Responsable Déclaration Assureur (03/05/06) Demande d expertise jud. (01/06/06) Avant la Loi Aucun effet Interruption Depuis l entrée en vigueur de la loi Aucun effet Aucun effet Od Ordonnance de nomination Un nouveau délai de 5 Suspension d expert (01/07/06) ans court à compter de l ordonnance jusqu au 01/07/11 Rapport d expertise (01/06/08) Aucun effet Le délai repart pour le temps restant à courir (4 ans et 10 mois) i)j jusqu au 01/04/13

29 I- Les nouvelles causes de suspension: avantages et difficultés A) L expertise judiciaire Exemple 1 (suite) A l égard des assureurs Les assureurs n étant pas dans la cause, la prescription biennale a été considérée définitivement acquise le 01/05/08, si aucune LR avec AR est venue l interrompre et alors même que le rapport d expertise judiciaire n était pas encore déposé (01/06/08). En revanche, si les assureurs avaient été mis dans la cause, la prescription biennale aurait été, avant la loi, interrompue le 01/06/06 (demande d expertise) ET définitivement acquise le 01/07/08. Délai d un mois pour obtenir une position des assureurs. A défaut, possibilité à nouveau d interrompre par LR avec AR.

30 I- Les nouvelles causes de suspension: avantages et difficultés A) L expertise judiciaire Exemple 1 (suite) Depuis l entrée en vigueur de la nouvelle loi: si les assureurs ont été mis dans la cause, la prescription biennale a été suspendue le 01/07/06 avec reprise du délai à compter du 01/06/08. Prescription biennale définitivement acquise le 01/04/10.

31 I- Les nouvelles causes de suspension: avantages et difficultés A) L expertise judiciaire Constat et Recommandations: Nous nous retrouvons parfois à gérer à la fois un effet suspensif mais aussi un effet interruptif, lorsque, par exemple, la prescription à l égard des assureurs doit être it interrompue, compte tenu des délais déli écoulés. Pour éviter de gérer l ingérable, et dans l hypothèse où l assureur n a pas pris l initiative de l expertise judiciaire, il est prudent de le mettre dans la cause afin de gérer un seul effet (suspensif) pour les deux types de prescription.

32 I- Les nouvelles causes de suspension: avantages et difficultés A) L expertise judiciaire Compte tenu de la superposition des effets suspensifs et interruptifs dans une même affaire, un suivi rigoureux des délais de prescription doit être effectué avec une mise en place d alertes spécifiques pour ne pas s exposer à des forclusions éventuelles.

33 I- Les nouvelles causes de suspension: avantages et difficultés B) Les effets de la médiation et de la conciliation sur le droit à agir Le médiateur donne un avis sur un litige alors que le conciliateur a pour mission de rapprocher les parties afin de les amener à conclure un accord (aucun avis sur le litige) La grande nouveauté de la loi consiste en la possible suspension du délai pour cause de négociation. Le nouvel Art 2238 Cciv dispose que «la prescription p est suspendue à compter du jour où après la survenance d un litige, les parties conviennent de recourir à la médiation ou à la conciliation ou, à défaut d accord écrit, à compter du jour de la première réunion de médiation ou de conciliation».

34 I- Les nouvelles causes de suspension: avantages et difficultés B) Les effets de la médiation et de la conciliation sur le droit à agir Cette disposition ne s applique en effet que si les parties sont d accord pour recourir à la conciliation. Dans ce cadre, elle nécessite soit un accord écrit postérieur à la survenance d un litige soit, à défaut d écrit, que les parties manifestent leur accord en se présentant à une réunion de conciliation ou de médiation. La prescription recommence à courir pour une durée qui ne peut être inférieure à 6 mois à compter de la date où l une des parties (ou les deux), le médiateur ou le conciliateur déclare que la médiation ou conciliation est terminée. Cette suspension permet aux parties de conserver leur droit d agir.

35 I- Les nouvelles causes de suspension: avantages et difficultés B) Les effets de la médiation et de la conciliation sur le droit à agir Recommandations: Les effets de ces clauses étant clairement établis par la loi, nous préconisons leur intégration systématique dans tous les contrats avec information auprès des Assureurs pour les rendre opposable à ces derniers. En revanche e de simples pourparlers pa n ont toujours aucun effet et (interruptif ou suspensif) s sur le cours de la prescription. La Cour de Cassation avait déjà proposé, dans un rapport en 1990, une réforme législative destinée à leur conférer cet effet. Cette proposition i n a toujours pas été é consacrée par le législateur l.

36 II- Les aménagements contractuels de la prescription Avant la loi, les parties pouvaient abréger les délais du moment que le délai laissé au créancier ne devenait pas excessivement bref. En revanche, elles ne pouvaient pas directement allonger le délai, de crainte que cela revienne à tourner l interdiction de renoncer d avance à la prescription. i Le nouvel article 2254 C. Civ. autorise désormais les aménagements conventionnels de g la prescription: les parties peuvent d un commun accord, non seulement ajouter aux causes de suspension ou d interruption, mais encore abréger les délais sans que ces derniers puissent être réduits à moins d un an ou allongés à plus de dix ans.

37 II- Les aménagements contractuels limités et à contrôler La faculté d allonger le délai se justifie avec plus de force dans la mesure où le délai de droit commun est assez bref. La liberté des parties n est pas pour autant illimitée: modifications des délais dans une fourchette ne pouvant être inférieure à 1 an ni supérieure à 10 ans. Par ailleurs, les aménagements conventionnels sont interdits dans les contrats entre professionnels et consommateurs ainsi i que dans les contrats d assurance. Recommandations: 1)Porter à la connaissance des assureurs, tous aménagements contractuels liés aux délais de prescription. Éviter ainsi de se voir opposer, une aggravation du risque ou une perte de droits à recours aboutissant à la non prise en charge totale ou partielle du sinistre voire à la résiliation du contrat. 2) Prévoir dans des opérations impliquant plusieurs intervenants un seul et même délai de prescription applicable à tous.

38 III- L application des nouvelles règles issues de la Loi du 17 juin 2008 sur les prescriptions en cours La loi du 17 Juin 2008 est sans effet sur une prescription ou une forclusion acquise. Si le délai n est pas expiré à l entrée en vigueur de la nouvelle loi, cette dernière s applique immédiatement et il est tenu compte du délai déjà écoulé. En cas de réduction de la durée de prescription, le nouveau délai court à compter de l entrée en vigueur de la loi nouvelle mais la durée totale ne peut être supérieure à la durée prévue par la loi antérieure(art Nveau Code civil)

39 III- L application des nouvelles règles issues de la Loi du 17 juin 2008 sur les prescriptions en cours Exemple1: Prescription ancienne 10 ans ; délai écoulé 7 ans. Le nouveau délai de 5 ans court à compter des 7 ans déjà écoulés et ne saurait être supérieure à 10 ans. Il reste donc trois ans avant que la prescription p soit définitivement acquise Exemple 2: Prescription ancienne 10 ans. Délai écoulé 3 ans. Le nouveau délai court à compter des 3 ans déjà écoulés. La prescription sera acquise au bout de 8 ans (Gain de 2 ans) Lorsqu une instance a été introduite avant l entrée en vigueur de la loi, l action est poursuivie ie et jugée conformément à la loi ancienne. Recommandations: Revue des dossiers avec recours, pour mise en conformité des nouveaux délais, identification des actions à mener et/ou des positions à prendre.

40 Les conséquences de la réforme de la prescription pour l assureur par Pierre Carricano Directeur Indemnisation QBE

41 Les Conséquences de la Réforme de la Prescription pour l Assureur Des conséquences directes et indirectes: A chacun ses conséquences: RC, Dommages, Corporels, Construction, Transport, Caution. Toutes les branches IART sont impactées par la Réforme

42 Les Conséquences de la Réforme de la Prescription pour l Assureur I) Pourquoi et comment le contrat d Assurance est impacté par la Réforme? Bien que la Prescription Biennale ne soit pas concernée par la réforme les conséquences de cette dernière pour les Assureurs sont importantes. L Assureur ne peut avoir, vis-à-vis du cocontractant, plus de droits que son Assuré. Les conventions passées lui sont opposables. Les conséquences pour l Assureur des engagements pris par l Assuré.

43 Les Conséquences de la Réforme de la Prescription pour l Assureur I) Pourquoi et comment le contrat d Assurance est impacté par la Réforme? (suite) L incidence sur l approche du risque pour l Assureur. Les nouveaux droits qui sont donnés à l Assuré augmentent les difficultés pour l Assureur de bien appréhender une partie de son risque. La diminution du délai légal de la prescription un plus pour la bonne gestion financière des sinistres?

44 Les Conséquences de la Réforme de la Prescription pour l Assureur II) Les éléments de la Réforme ayant un impact sur l intervention de L Assureur. délais, les causes d interruption et de suspension, la détermination du point de départ du délai.

45 Les Conséquences de la Réforme de la Prescription pour l Assureur III) L impact de la Réforme pour l Assureur: Dans son approche du Risque, La Réforme peut aggraver la bonne appréciation du risque. L Les outils de l Assureur : Les outils de l Assureur : Questionnaires de l Assureur

46 Les Conséquences de la Réforme de la Prescription pour l Assureur III.1) Approche du Risque, la Réforme peut aggraver la bonne appréciation du risque. L113.2.: L assuré est obligé: 2) de répondre exactement aux questions posées par l assureur assureur, notamment dans le formulaire de déclaration de risque par lequel l assureur l interroge lors de la conclusion du contrat, sur les circonstances qui sont de nature à faire apprécier par l assureur les risques qu il prend en charge. Les outils de l Assureur: Le formulaire de l Assureur

47 Les Conséquences de la Réforme de la Prescription pour l Assureur La Base d appréciation: les délais légaux d interruption Doit-on considérer les délais légaux comme la base normale d appréciation du risque et leur réduction comme un facteur aggravant pour l Assureur? Les moyens d une bonne maîtrise du risque: réalisme ou utopie? Ou comment obtenir les bonnes informations. Changement d un des critères (L113.4.) Les difficultés de mise en œuvre

48 Les Conséquences de la Réforme de la Prescription pour l Assureur III.2) Sur la subrogation bénéficiant à l Assureur, Conséquences Indirectes de la Réforme Subrogation légale (L121.12) Obstacle à la subrogation. l assureur peut être déchargé, en tout ou en partie, de sa responsabilité envers l assuré, quand la subrogation ne peut plus, par le fait de l assuré, s opérer en faveur de l assureur.

49 Les Conséquences de la Réforme de la Prescription pour l Assureur III.3) Dans la Gestion des sinistres et des réclamations, Réduction des délais - suspension - La réforme n est pas sans conséquence dans la gestion des réclamations et La réforme n est pas sans conséquence dans la gestion des réclamations et d une manière générale dans la gestion des sinistres

50 Les Conséquences de la Réforme de la Prescription pour l Assureur Pourquoi les Assureurs vont devoir revoir leur process de gestion des réclamations ou des litiges et obtenir, dans les meilleurs délais, les engagements pris par leurs Assurés?

51 Les Conséquences de la Réforme de la Prescription pour l Assureur L impact de la Réforme pour l Assureur dans la gestion des sinistres et des réclamations, Les nouvelles causes de suspension ou d interruption la médiation ainsi que la conciliation prennent une importance particulière Un traitement différent par rapport au contrat d assurance

52 Le cas du référé expertise. (2239 CC) Les Conséquences de la Réforme de la Prescription pour l Assureur L impact de la Réforme pour l Assureur dans la gestion des sinistres et des réclamations, Le cas du référé é expertise. (2239 CC) Suspension, interruption ou interruption + suspension.

53 Les Conséquences de la Réforme de la Prescription pour l Assureur Conclusion

54 Action directe et prescription: les nouvelles règles du jeu

55

LA REFORME DES PRESCRIPTIONS CIVILES

LA REFORME DES PRESCRIPTIONS CIVILES LA REFORME DES PRESCRIPTIONS CIVILES Plus de 250 régimes de prescription différents selon la cour de cassation, des délais souvent inadaptés, des points de départ différents, des divergences importantes

Plus en détail

Fiche pratique Les délais de prescription

Fiche pratique Les délais de prescription Fiche pratique Les délais de prescription La prescription désigne la durée au-delà de laquelle une action en justice, civile ou pénale, n est plus recevable. La prescription est un mode légal d acquisition

Plus en détail

LA REFORME DES PRESCRIPTIONS CIVILES

LA REFORME DES PRESCRIPTIONS CIVILES LA REFORME DES PRESCRIPTIONS CIVILES Plus de 250 régimes de prescription différents selon la cour de cassation, des délais souvent inadaptés, des points de départ différents, des divergences importantes

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

Réforme des règles du contentieux prud homal

Réforme des règles du contentieux prud homal Loi de sécurisation de l emploi n 2013-504 du 14 juin 2013 5 e avertissement sur la loi entrant en vigueur au 1 er juillet Réforme des règles du contentieux prud homal Si les dispositions relatives au

Plus en détail

Les différents délais de prescriptions civiles

Les différents délais de prescriptions civiles Les différents délais de prescriptions civiles Le délai de prescription désigne "un mode d extinction d un droit résultant de l inaction de son titulaire pendant un certain laps de temps" (article 2219

Plus en détail

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007 DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES Gildas Rostain September 2007 INTRODUCTION Le rôle de l expert Les différentes missions d expertise La définition de l expertise judiciaire

Plus en détail

LE PROCESSUS DE L EXPERTISE EN RESPONSABILITE CIVILE

LE PROCESSUS DE L EXPERTISE EN RESPONSABILITE CIVILE Association pour le Management des Risques et des Assurances de l Entreprise LE PROCESSUS DE L EXPERTISE EN RESPONSABILITE CIVILE AMRAE 28 JUIN 2013 COMMENT VOYEZ VOUS L EXPERTISE «RC»? COMMENT VOYEZ VOUS

Plus en détail

Bruxelles Charleroi Antwerpen Liège Luxembourg Paris. Fine Art in Legal Practice

Bruxelles Charleroi Antwerpen Liège Luxembourg Paris. Fine Art in Legal Practice Bruxelles Charleroi Antwerpen Liège Luxembourg Paris 41 Avenue de la Liberté L- 1930 Luxembourg Tel. +352 266 886 Fax. +352 266 887 00 Avenue Louise 240 B-1050 Bruxelles Tel. +32 2 600 52 00 Fax. +32 2

Plus en détail

Le contentieux des dommages de construction

Le contentieux des dommages de construction Jean-Louis SABLON Le contentieux des dommages de construction Analyse et stratégie Groupe Eyrolles, 2012, ISBN : 978-2-212-13399-8 Table des matières Introduction... 1 I. Le contentieux... 1 A. Diversité...

Plus en détail

CONTRAT DE CONCESSION DE LICENCE DE MARQUE

CONTRAT DE CONCESSION DE LICENCE DE MARQUE CONTRAT DE CONCESSION DE LICENCE DE MARQUE Entre les soussignés La Société Anonyme d Economie Mixte (S.A.E.M.) de gestion des espaces de stationnement ROUEN PARK dont le siège social est sis Mairie de

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation?

Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation? Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation? La période des pourparlers : de la responsabilité délictuelle aux aménagements contractuels Introduction

Plus en détail

La loi n 2008-561 du 17 juin 2008 portant réforme de la prescription en matière civile a été publiée au journal officiel n 0141 du 18 juin 2008.

La loi n 2008-561 du 17 juin 2008 portant réforme de la prescription en matière civile a été publiée au journal officiel n 0141 du 18 juin 2008. CIRCULAIRE 2008-15 -DRE Paris, le 15/12/2008 Objet : Loi n 2008-561 du 17 juin 2008 portant réforme de la prescription en matière civile Madame, Monsieur le Directeur, La loi n 2008-561 du 17 juin 2008

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT)

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) à partir du 1 er août 2014 Entre le BCF des sociétés d assurances contre les accidents d automobile, 1 Rue Jules Lefebvre, 75431 PARIS CEDEX 09, et,

Plus en détail

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE Qu est ce qu une prime ou une cotisation d assurance? C est la somme à payer périodiquement à l assureur en contrepartie des garanties qu il accorde. Les primes (ou

Plus en détail

Leçon 1. Le cautionnement

Leçon 1. Le cautionnement Objectifs : Connaître les différents types de cautionnement, le formalisme requis, les différentes obligations d information incombant au prêteur. Savoir la signification de la disproportion dans le cas

Plus en détail

La garantie légale des vices cachés

La garantie légale des vices cachés La garantie légale des vices cachés Article juridique publié le 11/05/2015, vu 682 fois, Auteur : Yaya MENDY La garantie des vices cachés est une protection contre les défauts d un produit acheté et qui

Plus en détail

LES OBJECTIFS DE LA LOI

LES OBJECTIFS DE LA LOI Jean-Pierre STOULS Avocat AIPPI - 17 juin 2009 LES OBJECTIFS DE LA LOI Constat d une indemnisation de la victime souvent trop faible : système antérieur fondé sur le principe de la responsabilité civile

Plus en détail

GARANTIES LOYERS IMPAYÉS ANNEXES BAUX COMMERCIAUX

GARANTIES LOYERS IMPAYÉS ANNEXES BAUX COMMERCIAUX GARANTIES LOYERS IMPAYÉS ANNEXES BAUX COMMERCIAUX SOMMAIRE LOYERS IMPAYÉS...3 CHAPITRE I CE QUI EST GARANTI...3 CHAPITRE II MONTANT...3 CHAPITRE III CE QUI N EST PAS GARANTI...3 CHAPITRE IV EN CAS DE SINISTRE...4

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES ASSURANCES : - PREVENTION ET INFORMATION JURIDIQUES - DEFENSE AMIABLE DES INTERETS - DEFENSE JUDICIAIRE DES INTERETS Les présentes conditions particulières

Plus en détail

CHARTE DE MEDIATION CASDEN Banque Populaire / Banque Monétaire et Financière

CHARTE DE MEDIATION CASDEN Banque Populaire / Banque Monétaire et Financière CHARTE DE MEDIATION CASDEN Banque Populaire / Banque Monétaire et Financière En application de l article L. 316-1 du Code monétaire et financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différends

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... 5 RÉFÉRENCES ABRÉGÉES À DES PUBLICATIONS FRÉQUEMMENT CITÉES... 7 INTRODUCTION... 9. Section 1

TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... 5 RÉFÉRENCES ABRÉGÉES À DES PUBLICATIONS FRÉQUEMMENT CITÉES... 7 INTRODUCTION... 9. Section 1 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... 5 RÉFÉRENCES ABRÉGÉES À DES PUBLICATIONS FRÉQUEMMENT CITÉES... 7 Section 1 INTRODUCTION... 9 RISQUES ET ASSURANCE... 9 Section 2 HISTORIQUE... 11 Section 3 TECHNIQUE

Plus en détail

GARANTIE DE RACHAT ET RELOGEMENT (Vente de patrimoine ancien)

GARANTIE DE RACHAT ET RELOGEMENT (Vente de patrimoine ancien) GARANTIE DE RACHAT ET RELOGEMENT (Vente de patrimoine ancien) TITRE 1 : NATURE DE LA GARANTIE DE RACHAT Article 1 er : Nature et portée de la garantie Une garantie de rachat est offerte par l organisme

Plus en détail

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi SYNTHESE D EXPERTS Juillet 2013 SOMMAIRE 1 Généralisation de la couverture complémentaire santé...

Plus en détail

Convention de cotraitance pour groupement solidaire

Convention de cotraitance pour groupement solidaire Convention de cotraitance pour groupement solidaire Ce modèle peut être modifié, complété en fonction des souhaits émis par les membres du groupement. Il est souhaitable que le maître d ouvrage soit informé

Plus en détail

LA RESPONSABILITE LIÈE AUX ACTIVITES JURIDIQUES L obligation de conseil et les autres obligations. Rapport italien par Vincenzo Zeno-Zencovich

LA RESPONSABILITE LIÈE AUX ACTIVITES JURIDIQUES L obligation de conseil et les autres obligations. Rapport italien par Vincenzo Zeno-Zencovich s.scritti resp civ grerca lione LA RESPONSABILITE LIÈE AUX ACTIVITES JURIDIQUES L obligation de conseil et les autres obligations Rapport italien par Vincenzo Zeno-Zencovich Professeur de droit comparé

Plus en détail

Les problématiques relatives à la dématérialisation du contrat d assurances Le règlement des sinistres. Colloque AJAR Mardi 4 décembre 2012

Les problématiques relatives à la dématérialisation du contrat d assurances Le règlement des sinistres. Colloque AJAR Mardi 4 décembre 2012 Les problématiques relatives à la dématérialisation du contrat d assurances Le règlement des sinistres Colloque AJAR Mardi 4 décembre 2012 Préambule D é f i n i t i o n d u c a d r e d e l a d i s c u

Plus en détail

CHAPITRE 1 : Réception des travaux CHAPITRE 2 : La garantie de parfait achèvement CHAPITRE 3 : La responsabilité décennale

CHAPITRE 1 : Réception des travaux CHAPITRE 2 : La garantie de parfait achèvement CHAPITRE 3 : La responsabilité décennale SOMMAIRE 7 CHAPITRE 1 : Réception des travaux 7 1. Nature juridique de la réception 10 2. Conditions de la réception 12 3. Effets de la réception 15 CHAPITRE 2 : La garantie de parfait achèvement 15 1.

Plus en détail

Le nouveau régime des sûretés personnelles en cas de faillite OU La loi du 20 juillet 2005 (MB 28/07/05) modifiant la loi sur les faillites

Le nouveau régime des sûretés personnelles en cas de faillite OU La loi du 20 juillet 2005 (MB 28/07/05) modifiant la loi sur les faillites Le nouveau régime des sûretés personnelles en cas de faillite OU La loi du 20 juillet 2005 (MB 28/07/05) modifiant la loi sur les faillites Date Xavier DEWAIDE Avocat Vanden Eynde Legal Avenue de la Toison

Plus en détail

Question N 2 1. Quelles sont les catégories de véhicules à moteur pour lesquelles l assurance est obligatoire?

Question N 2 1. Quelles sont les catégories de véhicules à moteur pour lesquelles l assurance est obligatoire? Page 1 of 5 P : Portugal Question N 1 Quelle est la date de la loi ayant introduit l assurance responsabilité civile automobile obligatoire et celle de son entrée en vigueur? Décret-Loi n 408/79 du 25

Plus en détail

LE MEDECIN ET LES ADMINISTRATIONS/INSTITUTIONS

LE MEDECIN ET LES ADMINISTRATIONS/INSTITUTIONS LE MEDECIN ET LES Depuis la loi du 4 mars 2002 dite «loi KOUCHNER» relative au droit des malades et à la qualité du système de santé, tout professionnel de santé doit obligatoirement souscrire une responsabilité

Plus en détail

DROIT DE LA COPROPRIETE : UN POUR TOUS, TOUS POUR UN DANS UN IMMEUBLE

DROIT DE LA COPROPRIETE : UN POUR TOUS, TOUS POUR UN DANS UN IMMEUBLE DROIT DE LA COPROPRIETE : UN POUR TOUS, TOUS POUR UN DANS UN IMMEUBLE Les copropriétaires se demandent souvent que faire dans le cas où leur bien immobilier est affecté de malfaçons et que la garantie

Plus en détail

LA PRATIQUE JUDICIAIRE

LA PRATIQUE JUDICIAIRE SC001078/competence CENTRE D E FORM ATION PROFESSIONNELLE des Barreaux d e Liège, Verviers, Eupen, Marche -en-famenne, Neufchâtea u et Arlon LA PRATIQUE JUDICIAIRE Schéma des questions à aborder dans le

Plus en détail

ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE. Quelles procédures après un accident de la route? Informations pour les victimes de dommages corporels

ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE. Quelles procédures après un accident de la route? Informations pour les victimes de dommages corporels ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE Quelles procédures après un accident de la route? Informations pour les victimes de dommages corporels janvier 2014 SOM MAIRE Après l accident p. 4 Procédure pénale

Plus en détail

LE CONTRAT D ASSURANCE Dossier juridique de la Confédération Nationale du Logement. Sommaire

LE CONTRAT D ASSURANCE Dossier juridique de la Confédération Nationale du Logement. Sommaire LE CONTRAT D ASSURANCE Dossier juridique de la Sommaire ANALYSE DE LA CNL / Page 2 La souscription du contrat d assurance / Page 2 L exécution du contrat d assurance / Page 3 La résiliation du contrat

Plus en détail

Assurance responsabilité civile Du fait d un chien de catégorie 1 ou d un chien de catégorie 2 ou de tout autre chien

Assurance responsabilité civile Du fait d un chien de catégorie 1 ou d un chien de catégorie 2 ou de tout autre chien Assurance responsabilité civile Du fait d un chien de catégorie 1 ou d un chien de catégorie 2 ou de tout autre chien Convention Spéciale Référence : CDA05022013P0521 LEXIQUE Tous les termes portant un

Plus en détail

Multirisque Professionnelle

Multirisque Professionnelle Multirisque Professionnelle Dispositions Générales DG 2012 Des Intermédiaires en Assurances Des Intermédiaires en Opérations de Banque & Services de Paiement Des Démarcheurs Bancaires et Financiers Des

Plus en détail

FISCADAS PROTECTION FISCALE. Conditions Générales 10 g

FISCADAS PROTECTION FISCALE. Conditions Générales 10 g FISCADAS PROTECTION FISCALE Conditions Générales 10 g Article 1 Les définitions Sociétaire : L ENTREPRISE, personne physique ou morale (ou l ASSOCIATION), souscriptrice du contrat et désignée aux Conditions

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE N 2009/01 AU 1 er MAI 2009

CONDITIONS GENERALES DE VENTE N 2009/01 AU 1 er MAI 2009 CONDITIONS GENERALES DE VENTE N 2009/01 AU 1 er MAI 2009 PREAMBULE : 0.1 Le client déclare avoir pris connaissance des présentes conditions générales de vente avant la conclusion du contrat avec la Société

Plus en détail

MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BCF (Mandataire)

MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BCF (Mandataire) (Mandataire 2014) MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BCF (Mandataire) Entre le BCF des sociétés d assurances contre les accidents d automobile, 1, Rue Jules Lefebvre, 75431 PARIS CEDEX

Plus en détail

1/ L obligation générale de conformité

1/ L obligation générale de conformité LES GARANTIES DU VENDEUR A la suite de l achat de divers biens de consommation courante (canapé, véhicule, frigidaire, machine à laver, téléviseur ), il peut arriver que le consommateur ait besoin d invoquer

Plus en détail

Le rôle des Commissions de Conciliation et d Indemnisation en cas de dommage consécutif à un acte de prévention, de diagnostic et de soins

Le rôle des Commissions de Conciliation et d Indemnisation en cas de dommage consécutif à un acte de prévention, de diagnostic et de soins Le rôle des Commissions de Conciliation et d ndemnisation en cas de dommage consécutif à un acte de prévention, de diagnostic et de soins La loi n 2002-303 du 4 mars 2002 a mis en place un dispositif amiable,

Plus en détail

La lettre de la S.C.B.

La lettre de la S.C.B. Octobre 2015 Nume ro 5 Les conséquences des décrets «Magendie» sur la responsabilité civile professionnelle des avocats Introduction La lettre de la S.C.B. Les décrets Magendie, depuis leur entrée en vigueur

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 23 février 2012 N de pourvoi: 11-10202 Non publié au bulletin Cassation partielle M. Loriferne (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton,

Plus en détail

LA FAUTE MEDICALE : L assurance de responsabilité civile UIA SOFIA 2014

LA FAUTE MEDICALE : L assurance de responsabilité civile UIA SOFIA 2014 LA FAUTE MEDICALE : L assurance de responsabilité civile UIA SOFIA 2014 Assurance des praticiens Un praticien peut être amené à répondre de ses actes (ou omissions) à un triple niveau selon l objectif

Plus en détail

Numéro du rôle : 2174. Arrêt n 65/2002 du 28 mars 2002 A R R E T

Numéro du rôle : 2174. Arrêt n 65/2002 du 28 mars 2002 A R R E T Numéro du rôle : 2174 Arrêt n 65/2002 du 28 mars 2002 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 80, 2, de la loi du 9 juillet 1975 relative au contrôle des entreprises d assurances,

Plus en détail

PROPOSITION DE LOI ADOPTÉE PAR LE SÉNAT

PROPOSITION DE LOI ADOPTÉE PAR LE SÉNAT PROPOSITION DE LOI adoptée le 21 juin 1990 N 137 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1989-1990 PROPOSITION DE LOI ADOPTÉE PAR LE SÉNAT tendant à l' introduction dans le code des assurances de dispositions

Plus en détail

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS par Jean-Michel ETCHEVERRY président du tribunal de grande instance de Roanne (2 février 2009) Plusieurs réformes législatives intervenues ces dernières

Plus en détail

P O L I C E G L O B A L E 2 0 0 0 INCENDIE ET RISQUES DIVERS RISQUES AGRICOLES

P O L I C E G L O B A L E 2 0 0 0 INCENDIE ET RISQUES DIVERS RISQUES AGRICOLES P O L I C E G L O B A L E 2 0 0 0 INCENDIE ET RISQUES DIVERS RISQUES AGRICOLES CONDITIONS ADMINISTRATIVES (CA 01 /éd.:01/03/2013) 1. QUELLES SONT LES OBLIGATIONS DU PRENEUR ET DE L ASSURE? A) Lors de la

Plus en détail

Note d information à l attention des personnes victimes d une infraction

Note d information à l attention des personnes victimes d une infraction LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Ministère de la Justice Note d information à l attention des personnes victimes d une infraction 2010 En vertu de l article 4-1 du Code d instruction criminelle,

Plus en détail

Protection Juridique ASSOCIATIONS ADHERENTES AU CODEVER. CFDP Assurances. Délégation d Orléans

Protection Juridique ASSOCIATIONS ADHERENTES AU CODEVER. CFDP Assurances. Délégation d Orléans Protection Juridique ASSOCIATIONS ADHERENTES AU CODEVER CFDP Assurances Délégation d Orléans SOMMAIRE Article 1. Article 2. Article 3. Article 4. Article 5. Article 6. QUELQUES DÉFINITIONS LES BÉNÉFICIAIRES

Plus en détail

Comment prévenir la défaillance des entreprises?

Comment prévenir la défaillance des entreprises? Comment prévenir la défaillance des entreprises? Introduction Lors de l exécution d un projet de construction, le maître d ouvrage est fréquemment confronté à la défaillance d une entreprise. Défaillance

Plus en détail

Fiche d information relative au fonctionnement des garanties «responsabilité civile» dans le temps

Fiche d information relative au fonctionnement des garanties «responsabilité civile» dans le temps GENERALI assurances Société Anonyme d Assurances Au capital de 53 193 775 EUR Entièrement versé. Entreprise régie par le code des Assurances Siège social : 7, boulevard Haussmann 75456 Paris Cedex 09 552

Plus en détail

L assurance construction

L assurance construction GUIDE PRATIQUE DROIT & CONSTRUCTION L assurance construction Mieux comprendre le système de l assurance construction François-Xavier AJACCIO SOMMAIRE 7 CHAPITRE 1 : L obligation d assurance : présentation

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMÉRIQUE Ordonnance n o 2015-1033 du 20 août 2015 relative au règlement extrajudiciaire des litiges de consommation

Plus en détail

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE

REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE Version juin 2014 REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE AVANT-PROPOS Le présent code de bonne conduite définit les règles auxquelles les entreprises d assurances de protection juridique

Plus en détail

Table des matières. A. La «vente»... 10 B. Le bien de consommation... 12 C. Le vendeur professionnel... 14 D. Le consommateur...

Table des matières. A. La «vente»... 10 B. Le bien de consommation... 12 C. Le vendeur professionnel... 14 D. Le consommateur... 1 Les droits de l acheteur confronté à un défaut de la chose vendue................ 7 Julie DEWEZ assistante à l U.C.L., collaboratrice notariale CHAPITRE 1 L obligation légale de délivrance d un bien

Plus en détail

REVISION DU LOYER COMMERCIAL

REVISION DU LOYER COMMERCIAL REVISION DU LOYER COMMERCIAL 04/03/2011 Les parties sont libres quant à la fixation du loyer initial. En revanche, le révision du loyer fait l objet d une réglementation spécifique. Il faut distinguer

Plus en détail

Vous êtes la Banque et un litige non résolu par l agence ou le service Relations Clientèle de l Etablissement vous oppose à votre client

Vous êtes la Banque et un litige non résolu par l agence ou le service Relations Clientèle de l Etablissement vous oppose à votre client GUIDE MEDIATION BANCAIRE Conseil Juridique 2010 B a n c a i r e Vous êtes la Banque et un litige non résolu par l agence ou le service Relations Clientèle de l Etablissement vous oppose à votre client

Plus en détail

Table des matières. Le nouveau droit de l expertise judiciaire. Avertissement 5. Hakim Boularbah

Table des matières. Le nouveau droit de l expertise judiciaire. Avertissement 5. Hakim Boularbah Table des matières Avertissement 5 Le nouveau droit de l expertise judiciaire Hakim Boularbah I. l expertise judiciaire, véritable procès dans le procès 7 II. Les lignes de force de la loi du 15 mai 2007

Plus en détail

ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL

ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL ENTRE : LE BARREAU DU QUÉBEC, ayant son siège social au 445, boul. Saint-Laurent, Montréal, Québec, H2Y 3T8 (Ici représenté

Plus en détail

Document de vente en automobile

Document de vente en automobile Document de vente en automobile Introduction Le guide de la réparation automobile signé avec le ministère de la consommation le 21/01/1993 a défini plusieurs points qui sont des devoirs du réparateur.

Plus en détail

GESTION DES SINISTRES

GESTION DES SINISTRES GESTION DES SINISTRES Notion de sinistre et limites Un sinistre est un évènement accidentel dont la nature est garantie par le contrat. Un sinistre est indemnisable uniquement s il provoque un dommage.

Plus en détail

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Article 1 : Objet Les présentes conditions générales de vente ont pour objet de définir les conditions de mise à disposition par Free au profit d un annonceur

Plus en détail

Protection Juridique Santé Pour sa Santé, pouvoir compter sur les conseils de Professionnels du Droit, c est important!

Protection Juridique Santé Pour sa Santé, pouvoir compter sur les conseils de Professionnels du Droit, c est important! SANTÉ Notice d information contractuelle Protection Juridique Santé Pour sa Santé, pouvoir compter sur les conseils de Professionnels du Droit, c est important! Le présent document constitue la notice

Plus en détail

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE Tribunal de grande instance de Paris 5 ème Chambre 2 ème Section Jugement du 7 avril 2011 Melle X c/ M. Y RG n 09/15353 Références de publication : - http://www.lexbase.fr/ EXPOSÉ DU LITIGE Monsieur Y,

Plus en détail

ASSURANCE : DÉFINITION***

ASSURANCE : DÉFINITION*** ASSURANCE : DÉFINITION*** Opération d assurance Garantie panne mécanique des véhicules d occasion - Garantie octroyée par un opérateur indépendant du revendeur - Paiement d une somme forfaitaire - Articles

Plus en détail

Indemnisation des victimes des accidents de circulation au Maroc

Indemnisation des victimes des accidents de circulation au Maroc Bureau Central Marocain d Assurances Indemnisation des victimes des accidents de circulation au Maroc Paris, le 07 octobre 2008 Mr Hamid BESRI Directeur Général du BCMA Sommaire Présentation du secteur

Plus en détail

Décision du juge unique de la Commission du Statut du Joueur

Décision du juge unique de la Commission du Statut du Joueur Décision du juge unique de la Commission du Statut du Joueur rendue le 11 mai 2012 à Zurich, Suisse par Geoff Thompson (Angleterre) Juge unique de la Commission du Statut du Joueur, au sujet d une plainte

Plus en détail

CONTRAT COLLECTIF D ASSURANCE DE PROTECTION JURIDIQUE

CONTRAT COLLECTIF D ASSURANCE DE PROTECTION JURIDIQUE CONTRAT COLLECTIF D ASSURANCE DE PROTECTION JURIDIQUE souscrit par la Mutuelle Familiale auprès de Matmut Protection Juridique Notice d information ASSISTANCE JURIDIQUE «VIE PRIVEE» PROTECTION JURIDIQUE

Plus en détail

Table des matières. Section 1 Les garanties aux différentes étapes de l expertise 10

Table des matières. Section 1 Les garanties aux différentes étapes de l expertise 10 Table des matières L expertise amiable et l expertise judiciaire offrent-elles les mêmes garanties? 9 Paul-Henry Delvaux Introduction 9 Section 1 Les garanties aux différentes étapes de l expertise 10

Plus en détail

CESSION DE PARTS SOCIALES ET ACTIONS : LE NOUVEAU RÉGIME DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR DES DROITS SOCIAUX

CESSION DE PARTS SOCIALES ET ACTIONS : LE NOUVEAU RÉGIME DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR DES DROITS SOCIAUX CESSION DE PARTS SOCIALES ET ACTIONS : LE NOUVEAU RÉGIME DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR DES DROITS SOCIAUX LA RÉFORME DE L ARTICLE 1843-4 DU CODE CIVIL : BRIS DE JURISPRUDENCE ET REGAIN DE LA LIBERTÉ CONTRACTUELLE

Plus en détail

Procédure devant le conseil départemental / conciliation de l article L. 4123-2

Procédure devant le conseil départemental / conciliation de l article L. 4123-2 Procédure devant le conseil départemental / conciliation de l article L. 4123-2 I / Le plaignant est un organe de l Ordre : les parties n ont pas à être convoquées à une réunion de conciliation ; CE, 21

Plus en détail

Les motifs du licenciement

Les motifs du licenciement Chapitre 1 Les motifs du licenciement Exigence d une cause réelle et sérieuse Légalité du motif Contrôle des motifs par les tribunaux Une exception : la période d essai L a décision de l employeur de rompre

Plus en détail

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS L exécution d un chantier ou d une prestation de service sur une période relativement longue conduit quasi-inévitablement à des divergences de points de vue entre

Plus en détail

PROTOCOLE D ACCORD ENTRE :

PROTOCOLE D ACCORD ENTRE : PROTOCOLE D ACCORD ENTRE : La Communauté urbaine de BORDEAUX, domiciliée Esplanade Charles de Gaulle, 33076 BORDEAUX, représentée par son Président en exercice dûment mandaté par délibération du Conseil

Plus en détail

CONVENTION EXPERTISE AUTOMOBILE

CONVENTION EXPERTISE AUTOMOBILE CONVENTION EXPERTISE AUTOMOBILE Article préliminaire : Les entreprises d assurances adhérentes à la présente convention dite convention «Expertise» acceptent sans réserve ce qui suit : Article premier

Plus en détail

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires:

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: - A quelles conditions une convention de forfait en jours annuels est elle valable? - Les manquements de

Plus en détail

Nouveau statut des personnes majeures déclarées incapables entré en vigueur le 1 septembre 2014

Nouveau statut des personnes majeures déclarées incapables entré en vigueur le 1 septembre 2014 Nouveau statut des personnes majeures déclarées incapables entré en vigueur le 1 septembre 2014 01/09/2014 Isabelle Riera Diaz Il existait jusqu ici divers statuts permettant de protéger ou représenter

Plus en détail

Bulletin de Litige. Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage

Bulletin de Litige. Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage Mai 2014 Bulletin de Litige Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage Le projet de Loi numéro 28 instituant le nouveau

Plus en détail

LE RÔLE DE L AVOCAT DANS LA PROCEDURE PARTICIPATIVE Par Alain Provansal, Avocat honoraire au barreau de Marseille, Ancien Président de l'aappe

LE RÔLE DE L AVOCAT DANS LA PROCEDURE PARTICIPATIVE Par Alain Provansal, Avocat honoraire au barreau de Marseille, Ancien Président de l'aappe LE RÔLE DE L AVOCAT DANS LA PROCEDURE PARTICIPATIVE Par Alain Provansal, Avocat honoraire au barreau de Marseille, Ancien Président de l'aappe L avocat du début à l issue de la Convention de Procédure

Plus en détail

Aperçu sur le contrat d assurance

Aperçu sur le contrat d assurance Aperçu sur le contrat d assurance I. Les caractéristiques du contrat d assurance L article 1 de la loi 17-99 portant code des assurances définit le contrat d assurance comme la convention passée entre

Plus en détail

ASSURANCE AUTO : POINT IMPORTANTS

ASSURANCE AUTO : POINT IMPORTANTS La convention RDR et d expertise ASSURANCE AUTO : POINT IMPORTANTS Le but de la convention est d accélérer les règlements de sinistre. Ainsi les frais de gestion sont diminués et les assurés sont contents.

Plus en détail

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318 FICHE 19 Références LEXIQUE JURIDIQUE A ACTE EXTRA-JUDICIAIRE Acte établi généralement par un huissier. Par exemple, un commandement de payer. ACTION EN JUSTICE Pouvoir de saisir la justice. ACTION PUBLIQUE

Plus en détail

Êtes-vous bien assuré?

Êtes-vous bien assuré? guide pratique guide pratique des assurances Êtes-vous bien assuré? Isabelle SCREVE Marie ZAGHEDEN L édition professionnelle L éditeur veille à la fiabilité des informations publiées, lesquelles ne pourraient

Plus en détail

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE 1 - L'APPLICATION DE LA GARANTIE DANS LE TEMPS (Application de la garantie dans le temps dans les assurances de responsabilité avant

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

Contrat d'assurance de protection et de défense des adhérents

Contrat d'assurance de protection et de défense des adhérents Contrat d'assurance de protection et de défense des adhérents de l'aitf Résumé des garanties SOMMAIRE ART. 1 - BÉNÉFICIAIRES DE LA GARANTIE 3 ART. 2 - PRISE D EFFET, CESSATION DES GARANTIES 3 2.1 - Prise

Plus en détail

Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail

Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail DROIT SOCIAL CHSCT : RECENTES EVOLUTIONS LEGALES ET JURISPRUDENTIELLES Véronique VINCENT Septembre 2013 Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT), partenaire social au domaine

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES FISCOVER PROTECTION JURIDIQUE 1/8 175913A002_201509

CONDITIONS GÉNÉRALES FISCOVER PROTECTION JURIDIQUE 1/8 175913A002_201509 CONDITIONS GÉNÉRALES FISCOVER PROTECTION JURIDIQUE 1/8 FISCOVER 2/8 CONDITIONS GÉNÉRALES PROTECTION JURIDIQUE SOMMAIRE ARTICLE 1. QUELQUES DÉFINITIONS... 3 ARTICLE 2. LE BÉNÉFICIAIRE... 4 ARTICLE 3. L

Plus en détail

CONVENTION D OCCUPATION DU DOMAINE UNIVERSITAIRE

CONVENTION D OCCUPATION DU DOMAINE UNIVERSITAIRE Année universitaire 2015-2016 CONVENTION D OCCUPATION DU DOMAINE UNIVERSITAIRE ENTRE L INSTITUT D ETUDES POLITIQUES DE LILLE ET UNE ASSOCIATION ETUDIANTE Entre d une part, L Institut d Etudes Politiques

Plus en détail

CONDITIONS SPÉCIALES

CONDITIONS SPÉCIALES ASSURANCE-CRÉDIT POLICE INDIVIDUELLE D ASSURANCE-CRÉDIT CONDITIONS SPÉCIALES EXPORTATEURS Garantie d un engagement de caution de soumission - DGP 505 A - SOMMAIRE Article 1 Faits générateurs de sinistre

Plus en détail

MALADIE CONTROLE des ARRETS de TRAVAIL L EMPLOYEUR et la CPAM peuvent contrôler la véracité de l état de santé du salarié absent pour maladie par une visite médicale ou une contre-visite CONTRE VISITE

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD/2012-152

Décision du Défenseur des droits n MLD/2012-152 Paris, le Décision du Défenseur des droits n MLD/2012-152 Le Défenseur des droits, Vu la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits

Plus en détail

Class action en droit français

Class action en droit français Class action en droit français Commission juridique de la Chambre Franco- Allemande de Commerce et d Industrie Paris, le 12 mai 2013 Christian Connor Avocat au Barreau de Paris cconnor@lmtavocats.com Introduction

Plus en détail

Conférence MENA OCDE Sur le financement des entreprises Sur le thème : A Casablanca le 22 février 2011

Conférence MENA OCDE Sur le financement des entreprises Sur le thème : A Casablanca le 22 février 2011 Conférence MENA OCDE Sur le financement des entreprises Sur le thème : «Accompagner la croissance des micros et petites entreprises : réduire les obstacles financiers dans la région MENA». A Casablanca

Plus en détail

Fiche 1. La définition et les sources du droit commercial. Les objectifs de la fiche. 1. Définition du droit commercial. Références jurisprudentielles

Fiche 1. La définition et les sources du droit commercial. Les objectifs de la fiche. 1. Définition du droit commercial. Références jurisprudentielles Fiche 1 La définition et les sources du droit commercial Les objectifs de la fiche Définir le champ d application du droit commercial Comprendre les particularités du droit commercial par rapport au droit

Plus en détail

CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA

CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA DEUXIEME EDITION 2001 L assureur est tenu, avant la conclusion du contrat de fournir une fiche d information sur le prix, les garanties et les exclusions.

Plus en détail