La stratégie de poussée continue en propulsion spatiale offre des

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La stratégie de poussée continue en propulsion spatiale offre des"

Transcription

1 Sous-systèmes de propulsion électrique pour satellites et sondes spatiales Mots-clés Propulsion Electrique, Transferts d'orbite à poussée continue. Comparaisons de sous-systèmes propulsifs. par Christophe R.KOPPEL*, Snecma Moteurs, division Moteurs-fusées -Aérodrome de Melun-Villaroche La stratégie de poussée continue en propulsion spatiale offre des avantages pour la plus importante fonction de la propulsion : le transfert entre GTO (orbite de transfert géostationnaire) et GEO (orbite géostationnaire).. Généralités Un sous-système de propulsion électrique se compose des éléments suivants : - les propulseur électriques, - l'unité d'alimentation des propulseurs en puissance électrique, - te réservoir de stockage du carburant, - l'unité de régulation de pression du carburant, - ies harnais électriques et l'ensemble des tuyauteries. Une autre unité à ajouter dans la liste précitée concerne l'unité de puissance électrique du satellite qui convertit la puissance photovoltaïque du soleil (cellules solaires) ou la puissance d'un générateur nucléaire en puissance électrique nécessaire à la propulsion électrique. Nous pouvons introduire en premier lieu la définition d'un propulseur électrique pour cette étude :. Propulseur électrique : le principe de base de la propulsion électrique est la conversion de la puissance électrique (fournie par l'unité d'alimentation des propulseurs) en puissance mécanique appliquée à une masse expulsée, ce qui par suite crée une force de poussée par réaction appliquée au vaisseau spatial. Dans de telles conditions, il est clair que de très forts niveaux de performance peuvent être atteints avec la propulsion électrique. SYNOPSI. La Propulsion électrique est utilisée à bord des satellites géostationnaires occidentaux depuis mi-997. Elle assure, lorsque le satellite est opérationnel, la fonction de correction d'inclinaison d'orbite (contrô! e Nord/Sud). Depuis fin 999, la propulsion électrique assure également la fonction de finalisation de transfert d'orbite. - Ces premiers pas dans le champ de la propulsion à forte ou " très " forte impulsion spécifique seront suivis par une généralisation de son usage pour couvrir toute les fonctions de la propulsion à bord des satellites, y compris la fonction de transfert d'orbite complet jusqu'à l'orbite géostationnaire.. Un satellite " Tout électrique " offre des avantages, principalement une réduction très substantielle de masse, la suppression complète de tout système chimique dans le satellite et la suppression subséquente de la toxicité et des risques de l'hypergolicité à bord. Les inconvénients, comme le nombre de passages dans les ceintures de radiations de la terre (ceintures de Van Allen), sont discutés. *Direction Propulsion et équipement de satellites. Service Préparation du futur. Electrical propulsion has been used on board Western geostationary satellites since mid 997. During the operationallie of the satellite, the electrical propulsion system is used to maintain the correct inclined orbit (North/South correction). Since the end of 999, it has also been used to apply the final corrections following orbit transfers.. The use of electrical propulsion will soon be extended from these initial applications requiring high or very high specific thrust to more general applications covering all the propulsion requirements of a satellite including the geostationary orbit. entire transfer to a. An all-electric satellite has a number of advantages including a considerable reduction in weight, the complete elimination of chemical systems with their associated problems of toxicity and hypergolicity. The article also discusses the disadvantages of electrical propulsion systems including those associated with the passage through the Van Allen radiation belts surrounding the Earth. Copyright @ 2000 Snecma Moteurs. Publié par, avec autorisation. NI, 2000

2 I : id- NOUVELLES MÉTHODES DE PROPULSION DANS LE SPATIAL Il suffit d'augmenter la puissance électrique destinée à être transformée pour avoir une plus forte puissance mécanique appliquée à la même masse expulsée. Cette performance intrinsèque est appelée " impulsion spécifique ", parce que la masse qui doit être expulsée doit également être minimisée. De fortes ou " très " fortes valeurs d'impulsion Spécifique peuvent être facilement réalisables avec la propulsion électrique. L'inconvénient des fortes valeurs d'impulsion spécifiques est qu'elles conduisent à des propulseurs de faible poussée : - Faible poussée, parce que la puissance électrique à bord du vaisseau spatial est toujours limitée. Il suffit de rappeler qu'un propulseur chimique 400 N de poussée produit une puissance mécanique de W (,2 MW!). Si ce propulseur était un propulseur électrique (même poussée, avec une plus forte impulsion spécifique) la puissance électrique nécessaire au propulseur électrique serait de 6,4 MW en technologie plasmique (SPT), voire 2,0 MW pour la technologie ionique! Puisque actuellement la puissance électrique des satellites culmine à quelques dizaines de kw, il est clair que les Propulseurs à forte Impulsion Spécifique sont (à court terme, à moyen terme et probablement également à long terme) des propulseurs électriques à faible poussée. Comme on l'a mentionné au-dessus, il existe plusieurs filières technologiques en propulsion électrique. On peut les classer en trois filières génériques, correspondant au processus d'accélération employé pour expulser le carburant et le niveau de performance obtenu (Impulsion Spécifique) : - Les propulseurs électrostatiques, généralement appelés " propulseurs ioniques à bombardement " ou " propulseurs ioniques radio fréquence " avec une impulsion spécifique comprise entre 2500 et 4000 s ( N.s/kg), - Les propulseurs plasmiques (à plasma stationnaire SPT ou PPS en France), généralement appelés " Propulseur à Plasma " ou " Propulseur à effet Hall " avec une impulsion Spécifique entre 000 et 2600 s ( N.s/kg), - Les propulseurs électrothermiques appelés " propulseurs Arcjet " ou " Resistojet " avec une impulsion spécifique entre 300 et 000 s ( N.s/kg). Ce dernier genre de propulsion n'est pas une propulsion électrique authentique parce qu'elle fait aussi appel à l'énergie chimique du combustible (dans le cas de l'usage de l'hydrazine comme carburant). Les deux premières filières de propulseur fonctionnent maintenant au gaz Xénon qui est un gaz inerte, propre, nontoxique, facilement stockable dans un état gazeux et donc facilement utilisable pour les applications spatiales (sans aucun des dispositifs spéciaux à tension de surface nécessaires aux liquides). L'arcjet considéré dans cet article est alimenté avec de l'hydrazine classique. Un premier objectif ici est de proposer une analyse simplifiée qui montre les avantages de la stratégie à poussée continue pour la plus importante fonction de la propulsion, le transfert entre GTO (orbite de Transfert Géostationnaire) et GEO (orbite Géostationnaire). 2. Relations générales, principes de comparaison des propulseurs Avant toute discussion, il est bon de rappeler une très intéressante relation entre la puissance électrique spécifique (la puissance électrique nécessaire pour produire une unité de poussée, aussi appelée " Power-to-Thrust ratio [, 3, 6, 2, 20] Pe/F) et l'impulsion spécifique. Pe/F=Isp/ (2.q) () Avec : Isp exprimé en N.s/kg, fl le rendement total du sous-système de propulsion électrique. En fait, on peut considérer l'équation précitée comme un axiome de la définition du rendement total du sous-système de propulsion électrique. Les données disponibles ou publiées pour tout propulseur sont suffisantes pour calculer le rendement total typique du propulseur. Généralement ce rendement total dépend de la dimension du propulseur et des conditions de fonctionnement (principalement la tension de décharge ou du potentiel d'accélération), mais ce rendement ne varie pas de façon considérable pour une même filière de propulseur, notamment pour les propulseurs qualifiés dans leurs domaines de qualification opérationnels. Pour l'arcjet, cette efficacité est calculée à == 30%, tandis que pour la propulsion plasmique [0 (SPT Fakel, PPS 350 SNECMA q=40-50%) et pour la propulsion ionique (RIT 0, DASA et XIPS, Hughes il=44-50% ; XX et T5 h=55-60%) le rendement total est d'environ 50%. En première approximation, l'équation () implique que la puissance électrique spécifique est égale à l'impulsion spécifique f 6] : Pe/F=Isp! (2) avec Isp en N.s/kg, Pe en watt, F en Newton. Les relations () ou (2) nous permettent d'aborder les principales caractéristiques comparées des différentes filières de propulsion, du point de vue le plus général possible, c'est-àdire au niveau du sous-système de propulsion électrique, pour les principaux cas pratiques : - Comparaison à iso-poussée : L'impulsion spécifique étant proportionnelle à la puissance électrique nécessaire par unité de poussée pour produire une même poussée, plus forte est l'impulsion spécifique d'un type de propulseur électrique, plus fort est son besoin en puissance électrique. - Comparaison à iso-puissance électrique : Avec la même puissance électrique consommée, la poussée produite est inversement proportionnelle à l'impulsion spécifique. \ n

3 3. Stratégies pour le transfert vers l'orbire géostationnaire Les inconvénients principaux des Propulseurs à forte impulsion spécifique sont leurs faibles niveaux de poussée et par suite, une longue durée de la manoeuvre de transfert. Beaucoup de strategies [2, 6, 9,, 2 ont été analysées avant de trouver une stratégie de poussée continue valable pour la manoeuvre de transfert vers l'orbite Géostationnaire (GEO) permettant de minimiser la durée du transfert. En premier lieu les études ont été basées sur la stratégie des arcs de poussée centrés autour de l'apogée (semblable à la technique utilisée en matière de propulsion chimique à forte poussée). Les résultats montrent une légère augmentation des besoins en incréments de vitesse (Delta V ou en quantité d'énergie) par rapport à la stratégie comespondant à la forte poussée et la durée du transfert était considérée comme étant prohibitive. Un tracé issu d'un calcul de trajectographie de cette manoeuvre d'arcs de poussée centrés sur l'apogée est montré en fig.. Des études supplémentaires ont permis de découvrir la stratégie de poussée continue 3, 2, 22, 24] (fig. 2) pour diminuer au maximum la durée du transfert sans prendre égard à l'augmentation légère d'énergie pour réaliser la manaeuvre de transfert. Des techniques d'optimisation très élaborées conduites par S. Geffroy du CNES [7] ont montré des résultats semblables à la stratégie proposée. Cette stratégie a été comparée avec la stratégie donnée par Spitzer [9, 2. Un ensemble d'avantages pratiques a été établi en faveur de notre strategie [3, 4, 6] Les hypothèses et une comparaison entre ces différentes stratégies sont montrées dans le tableau. Parce que l'orbite initiale (voir tableau ) n'est pas la même dans chaque cas, l'augmentation de performance exigée au lanceur est donnée en valeur algébrique par rapport à une mise en orbite de transfert classique GTO (85 x km, 28,5'). La compo- Arcs de poussée centrés sur l'apogée (Fig. ) (Fig. 2) Transfert à poussée continue vers GEO Orbite elliptique initiale (km) 85x x6O 000 Inclinaison initiale. 28,5 28,5 Masse initiale (kg) Poussée ([N)) 0,9 0,9 Isp (s) Orientation de la poussée Horizontale Horizontale dans le plan orbital locale locale Orientation de la poussée ±4,5', ±26', hors du plan orbital constant constant DeltaV (m/s) DeltaV minimum (dans le cas d'impulsions théoriques) Rendement de Delta V 80% 67% (imputsionnet/rée)]) Incrément de DeltaV lanceur (mis) Masse finale en GEO (kg) c Durée du transfert (jours) Nombre d'orbites Tableau. - Hypothèses et con2pnraison des stratégies. La durée la plus courte est obteiitie civec titie stratégie de poussée continue. sante de poussée hors du plan orbital est aussi donnée algébriquement dans le tableau, parce qu'un changement de signe se produit à chaque fois que le véhicule spatial croise les rayons perpendiculaires à l'axe du noeud ascendant. Le rendement de Delta V est la proportion entre le Delta V minimum obtenu par des poussées théoriques impulsionnelles et celui exigé pour le transfert avec une poussée continue. Ces rappels historiques simples montrent que la durée du transfert entre GTO et GEO a été réduite de 40% (à même niveau de poussée). En contre-partie, il y a naturellement à GEO y f.r -- : " GEO I Node NOA axl$, axis, 0 noeee-centred p_ee-centred Thrust rust arcs arcs I. De l'orbite initiale inclinée (Sub-GTO 28,5') à l'orbite GEO avec des arcs de poussée centrés sur lapogée. A noter les effets des grands arcs de poussée qui conduisent à une grande augmentation de l'altitude du périgée, et une légère augmentation d'altitude de l'apogée. Le nombre total d'orbites est de 295. Node axis 2. Transfert à poussée continue d'une orbite initiale inclinée (Super GTO km et 28,5') vers GEO. Le nombre total d'orbites est de 9 seulement. N

4 Repêres NOUVELLES MÉTHODES DE PROPULSION DANS LE SPATIAL noter une certaine perte d'efficacité de la manoeuvre (67% au lieu de 80%). On devrait noter aussi que le nombre total d'orbites nécessaires pour le transfert a aussi été réduit par plus qu'un facteur 3. C'est un avantage très important, parce que la dose de radiations due aux Ceintures de Van Allen peut être minimisée quand le nombre de passages dans ces ceintures de protons est minimisé. Ce nombre peut être considéré comme en relation directe avec le nombre total d'orbites. 4. Transfert d'orbite à poussée continue La faible poussée est fournie au satellite de façon continue. La stratégie de l'orientation de la poussée (dans le plan orbital local) est quasi optimisée quand on considère les trois phases [2] générales suivantes :. Première phase : augmentation des altitudes de périgée et d'apogée. La stratégie de poussée continue pendant cette phase est caractérisée par le fait qu'elle produit, entre chaque orbite intermédiaire, une augmentation d'altitude de l'apogée singulièrement plus forte que celle du périgée (Fig. 3).. Seconde phase : augmentation d'altitudes du périgée et diminution d'altitude de l'apogée jusqu'à atteindre une orbite circulaire (Fig. 4). 'troisième phase : diminution d'altitude du périgée et diminution d'altitude d'apogée jusqu'à atteindre GEO. C'est une stratégie de spirale typique entre deux orbites circulaire. La poussée est alors orientée selon le plan horizontal local. Initla..-. Fi ig dv -. Secon perigee dv.t% '.,i-.d.dpg- d%' nsfer orbif., nsfer %... 0 nitial orbtt Finatorbit (circubrorgeo) 3. Preiyiière phase d'un transfert continu : équivalerace avec le transfert impulsionnel de Hohnzann /0/!; 7ta classique. C/NM! <Me. '..gee dv ' " 4. Deuxième phase d'un transfert continu : équivalence avec le transfert impulsionnel bi-elliptique classique. 5. Sous-systèmes de propulsion électrique comparés aux sous-systèmes de propulsion chimique pour un transfert vers GEO Il est clair que la forte performance de la propulsion électrique, comparée à la propulsion chimique classique, peut être mise à profit pour le transfert d'orbite vers GEO. Dépendant de la latitude de la base de lancement, l'avantage, entre 200 et 600 kg, est en faveur de la propulsion électrique pour un satellite de 3 tonnes. En propulsion chimique la même plateforme de satellite exigerait une masse initiale 4600 kg. de 4200 à Cet avantage ne peut pas être totalement converti en une augmentation de masse de la charge utile à cause d'une pénalité de l'ordre de 3 % (cas d'ariane 5) due au lancement en orbite super GTO avec un apogée de km au lieu d'un lancement en GTO habituel. Lorsque cette pénalité est prise en considération, l'avantage net de la propulsion électrique est encore très significatif : entre 780 et 50 kg. 6. Sous-systèmes de propulsion électrique comparés aux sous-systèmes de propulsion chimique pour une mission complète En comparant un satellite tout électrique, ayant une masse au lancement de 3000 kg, avec un satellite tout chimique, tous deux conçus pour une durée de mission de 5 années en orbite, le satellite tout chimique devrait avoir une masse au lancement entre 5200 et 5700 kg! L'avantage net apporté par la propulsion électrique est considérable avec plus de 42% de réduction de masse au lancement et - en valeur absolue - une réduction de masse entre 750 et 2250 kg! Dans les deux précédents chapitres, il a été montré que l'avantage de la propulsion électrique est évident comparé à la propulsion chimique traditionnelle. La question subsidiaire à résoudre concerne le choix du type de filière technologique de propulsion électrique la mieux adapté aux missions spatiales considérées : vaut-il mieux une propulsion à forte impulsion spécifique ou bien à " très " forte impulsion spécifique? 7. Sous-systèmes de propulsion électrique pour un transfert vers l'orbite géostationnaire Cette étude comparative est importante, parce qu'en particulier elle concerne les satellites commerciaux de télévision directe. Comme évoqué en introduction, il s'agit avant tout d'établir pratiquement quel type de comparaison est le mieux adapté, une comparaison à " iso-poussée " ou bien une comparaison à " iso-puissance électrique "? La réponse est " iso-puissance électrique ". La puissance électrique d'un tel satellite est consacrée avant tout à la charge N'8

5 Sous-systèmes de propulsion électrique pour satellites et sondes spatiales utile, et seulement en deuxième lieu, à la propulsion électrique, si et seulement si le système satellite dans son ensemble prend avantage de ce type de propulsion. Historiquement, nous pouvons relier ce point de vue avec l'augmentation de la puissance électrique de la dernière génération des satellites. La puissance électrique d'un grand satellite géostationnaire de télévision directe était de 3000 W au début des années 90, 5000 à 000 W actuellement et jusqu'à W ou W pour les prochaines années [4]. Cette puissance électrique est tout d'abord utilisée pour augmenter la puissance de la charge utile, qui est la seule source de ressources économiques du système satellite, et son augmentation entraîne celle des profits potentiels et de la compétitivité. Cette étude est consacrée à la comparaison des sous-systèmes de propulsion électrique pour un transfert vers GEO en utilisant les propulseurs SPT ou des propulseurs ioniques à bombardement. De tels transferts orbitaux sont considérés comme intéressants quand la propulsion " tout électrique " est utilisée. Les principaux arguments sont liés à : - la suppression totale du système de propulsion chimique à bord du satellite, - la suppression de la toxicité subséquente, de l'hypegolicité ou du risque de pollution par l'ergol chimique liquide, - un cycle de fabrication et d'intégration du satellite réduit (sans usage de liquide de simulation du combustible pendant le test en vibration par exemple parce qu'il peut être proposé d'utiliser le xénon dès la chaîne d'intégration satellite). La réduction de la masse initiale apporte aussi d'autres avantages comme des moyens sol plus petits, le volume de satellite étant plus petit. Cela induit aussi un meilleur aménagement de la charge utile dans le volume du satellite, en particulier pour les caloducs. L'inconvénient principal de la propulsion électrique est la durée de la manoeuvre orbitale, à cause de la faible poussée des propulseurs électriques. Cet aspect négatif peut être partiellement compensé par : - le cycle réduit de fabrication et d'intégration du satellite tout électrique, et - le temps de dégazage du satellite. Les autres inconvénients de la propulsion électrique sont liés aux effets de l'érosion au niveau des particules élémentaires (sputtering) [7] causées par l'impact des ions sur la structure du satellite ou sur les panneaux solaires. Si l'aménagement des propulseurs est effectué sur la face anti-terre du satellite, ces inconvénients n'apparaissent pas réellement considérables. Pour minimiser la durée résiduelle du transfert d'orbite et pour minimiser le nombre de passages dans les ceintures de Van Allen, une stratégie de poussée continue, comme exposé précédemment, est considérée entre l'injection Super GTO et l'orbite géostationnaire. lanceur en Une première comparaison entre propulseur plasma (SPT ou PPS) et propulseur ionique à bombardement a été effectuée lors d'études antérieures [6, 2, dans le cas d'un transfert tout électrique. Evidemment, grâce à l'équation (2), la " très " forte impulsion spécifique des propulseurs ioniques (3000 s) implique qu'à même puissance électrique consommée que la propulsion plasma (600 s) la poussée des propulseurs ioniques est moitié moindre que celle des SPT. Donc, 90 jours avec les propulseurs à plasma entraîne une durée de 68 jours avec les propulseurs ioniques... Cette comparaison montre le réel avantage de la propulsion SPT ou PPS sur les propulseurs ioniques, nonobstant la réduction de masse de carburant (en fait, de moins de 200 kg). Les autres inconvénients des propulseurs ioniques sont aussi à prendre en considération, comme le plus fort encombrement des propulseurs, et leur plus forte masse sèche, etc. 8. Sous-système de propulsion électrique comparé à un sous-système de propulsion combiné chimique/électrique Afin d'atténuer les inconvénients de la situation précédente, pénalisante pour la propulsion ionique, une stratégie intéressante a été proposée [9, 2] avec une combinaison de propulsion chimique et une propulsion à " très " forte impulsion spécifique (propulsion combinée). Une telle stratégie autorise une forte réduction du nombre de passages dans les ceintures de Van Allen, mais les avantages en termes de masse sont naturellement réduits. Grâce à la technique de lancement en orbite super géostationnaire, on constate une situation semblable des deux genres de systèmes. On peut conclure que pour un même coût de lancement, on peut lancer un satellite combiné chimique/électrique ionique bombardement ou un satellite tout électrique plasmique SPT en ayant transféré dans la même durée, la même masse en GEO. L'inconvénient principal du système propulsif combiné chimique/électrique ionique bombardement est la présence du système de propulsion chimique. De plus la masse initiale du satellite est plus grande, et les durées de fabrication et du processus d'intégration ne peuvent pas être réduites comme dans le cas où le système de propulsion chimique est enlevé (il y a lieu en fait de prévoir une durée plus grande). La conclusion est que les avantages totaux paraissent être en faveur de la propulsion à forte impulsion spécifique comme la propulsion plasmique SPT, au lieu d'une " très " forte impulsion spécifique. Cela est surtout dû à la suppression complète de tout système de propulsion chimique à bord du satellite géostationnaire commercial. 9. Comparaison des propulsions électriques à iso-poussée Cette étude comparative suppose que la puissance électrique délivrée par le satellite puisse être modifiée en fonction de la filière technologique de propulsion électrique utilisée. Cette 2000

6 H Ln, p el-f--e NOUVELLES MÉTHODES DE PROPULSION DANS LE SPATIAL modification entraîne celle des dimensions des panneaux solaires, celle des mécanismes d'orientation solaires et celle des batteries. des panneaux En fait, la stratégie la plus vraisemblable serait de diminuer la puissance électrique du vaisseau spatial quand il s'agit d'utiliser un propulseur à forte impulsion spécifique (SPT) au lieu d'utiliser un propulseur à " très " forte impulsion spécifique (propulseur ionique). Cette analyse convient au cas des satellites dont la charge utile ne dimensionne pas de manière significative la puissance électrique, c'est-à-dire le cas des satellites non commerciaux (satellites météo) ou directement le cas des sondes scientifiques d'exploration du système solaire. En dépit de leur performance intrinsèque inférieure, ce type de comparaison à iso poussée montre que la propulsion à forte impulsion spécifique peut être largement compétitive avec la propulsion à " très " forte impulsion spécifique (plus performante intrinsèquement), parce que la masse au niveau du système (incluant la masse des cellules solaires supplémentaires, des batteries,...) peut contrebalancer l'augmentation de masse de xénon. Pour mettre en évidence ces aspects, il est intéressant d'utiliser le paramètre système appelé Impulsion Spécifique Système. 0. L'impulsion spécifique système (ISSP) La définition de ce paramètre de référence est dérivée des travaux de P.Erichsen's [9 ou de ceux de P.Garrison [5 qui a introduit un concept semblable d'énergie spécifique au niveau système. La masse système définie pour un sous-système de propulsion électrique comprend la masse des éléments suivants (y compris l'unité de puissance électrique du satellite en référence à une mission scientifique comme SMART- [20]) : - le réservoir de stockage du xénon (Mtk), - les propulseur électriques (Mth), - l'unité d'alimentation des propulseurs en puissance électrique (MPPU), - les Harnais électriques et l'ensemble des vannes, lignes et détendeurs de xénon (Mh), - le xénon (Mxe), - l'unité de puissance électrique du satellite (Mpwr). La masse du vaisseau spatial est alors simplement : MSp=M payload/struclurelcontro! Dry +M Xe +M avec MDry = Mn + MTh + Mppu + MH + Mpwr La masse de l'unité de puissance électrique du satellite (batterie, panneaux solaires, mécanisme régulateur,...) est prise en considération en supposant que cette masse varie linéairement avec la puissance électrique du vaisseau spatial. C'est-à-dire : Mpwr =Y.P= X» p où P est la puissance électrique et X le coefficient Masse/Puissance. Une valeur typique actuelle de ce coefficient est X = 70 kg/kw (une valeur prévue à long terme X = 35 kg/kg a été considérée ici). L'Impulsion Spécifique Système est définie, par analogie avec celle des propulseurs avec,,,, l'impulsion totale, l'impulsion Spécifique Système Issp (également exprimée en N.s/kg) est simplement : _ = -,tot Itot = Isp mxe Mxe p Ni x m 4 Xe thrustei'x/ +M Div l/.m Xe +M Diy Avec la condition que le Système de Propulsion Electrique soit utilisé d'une manière optimale (utilisé jusqu'à sa complète durée de vie), la masse sèche peut être supposée proportionnelle à la masse de xénon consommé. Par conséquent, avec k= Mr M Xc On obtient une équation très utile d'issp : Issp = ISPthrustc + k. L'impusion spécifique système des (6) propulseurs à plasma (SPT, PPS 350) et des propulseurs ioniques bombardement L'Impulsion Spécifique Système peut être calculée pour le PPS 350 et pour le propulseur UK-0 ou RIT 0, et ceci en fonction du niveau de redondance [20 : non redondant, partiellement redondant ou redondance complète. L'Impulsion Spécifique Système est calculée pour des conditions de fonctionnement nominales des deux propulseurs. Les masses des propulseurs et accessoires sont données dans les références. La masse de xénon nécessaire est estimée d'après le test de durée de vie de chaque propulseur.. On notera que pour la propulsion ionique bombardement (UKIO) le test de durée de vie pris en considération est celui du propulseur NSTAR parce qu'aucun autre test de durée de vie n'est disponible. Il est espéré une durée de vie presque double, mais aucun test n'est disponible pour nous prouver la validation de cette hypothèse.. On notera aussi que la propulsion à plasma (SPT ou PPS) n'a jamais été testée pour une durée de vie plus grande que celle demandée dans les spécifications techniques. Jusqu'à maintenant nous ne savons pas exactement le nombre de milliers d'heures supplémentaires que les propulseurs à plasma peuvent endurer au-delà des 755 heures indiquées. La masse du réservoir est supposée varier linéairement avec la masse de xénon. (5)

7 PPS 350 Nominal Isp thruster (s) 720 Lifetime test (h) 755 Nominal thrust (N) 0,088 Total implulse (N.s) Xenon flow (mg/s) 5.22 Power (W) 500 Redundance level Simple Semi Full Thruster mass (kg) 4,2 8,4 8,4 Power Processing Unit (kg) 7,5 0 5 Miscelaneous mass (kg),8 3,6 3,6 Xenon mass (kg) Xenon tank (kg) Power unit mass (kg) 52,5 52,5 52,5 EPS and Power dry mass (kg) k ratio (Mdry/Mxe) 57% 63% 66% EPS and Power mass (kg) Issp (s) Delta V (mis) Tableau 2. - Masse du sous-système propulsif " plasmique Impulsion Spécifique Système " Plasmique " en fonction du niveau de redondance (X = 35 kglkw). D'un point de vue svstème, fcm7f,/' l'impulsion ; MpM/ ; o spécifique cc ;/ ; t à «considérer? a cof? ; Wefpotff/QpropM/' pour la propulsion à ; on a plasma est diminuée de 720 s à presque 000 s. Dans le cas d'uk- 0, le nombre de propulseurs pris en considération a été ajusté de manière à atteindre la même poussée que la propulsion à plasma. Il faut un nombre de 4,4 propulseurs UK-0 pour obtenir une poussée équivalente à propulseur à plasma PPS 350. " et Le ratio k, masse sèche/masse xénon est donné dans les tableaux 2 et 3. Cette étude montre que lorsque l'on considère l'issp au lieu de l'isp, on renverse ou l'on réduit très significativement l'écart de performance entre la propulsion à plasma (SPT ou PPS) et la propulsion ionique bombardement (UK- 0). La raison principale de la forte baisse de performance du sous-système de propulsion ionique Bombardement provient en grande partie de ce que la masse sèche de la propulsion ionique est largement plus forte que la masse sèche de la propulsion à plasma. 2. Conclusions La stratégie de la poussée continue pour effectuer un transfert d'orbite vers l'orbite géostationnaire est analysée en détail. Sur la base de cette stratégie, la propulsion électrique SPT ou PPS montre les plus forts avantages. De très importantes économies de masse sont à noter par rapport à la propulsion chimique traditionnelle (plus de 780 kg pour un satellite électrique de 3 tonnes). La propulsion électrique SPT ou PPS autorise une suppression complète de tout sous-système chimique contrairement aux propulseurs ioniques bombardement. UK simultaneous thrusters Nominal Isp thruster (s) 3250 Lifetime test (h) Nominal thrust (N) Total implulse (N.s) Xenon flow (mg/s) 2,76 Power (W) Expected Duration Redundance level Simple Semi Full Thruster mass (kg) 7,28 4,256 4,256 PPU mass (kg) 49,94 59,928 99,88 Miscelaneous mass (kg) 84 4,96 6,28 Xenon mass (kg) Xenon tank (kg) Power unit mass (kg) EPS and Power dry mass (kg) k ratio (Mdry/Mxe) 99% 229% 28% EPS and Power mass (kg) Issp (s) Delta V (mis) Lifetime test (h) 2500 Expected Duration k ratio (Mdry/Mxe) 3% 50% 83% Issp (s) Tableau 3. - Masse du Sous-Système propulsif " Ionique " et /) Impulsion nph/iom Ct/t'tt Spécifique Slvstèiiie y.! n :" C'7oy loiiiqite :; MC " en " fonction fn/b/! Cf du! 0 iiii,eait ;! f'/ ; f/! t't'fah de redondance (X = 35 kglkw). L'iiiiplilsioii spécifique système dépend de la durée de vie. Dans tous les cas, pont- les UK- 0, la niasse d'nu systèiiie prol? tilsif (EPS) est plus foi-te que la masse de Xénon nécessaire pour la mission. En conclusion, dans le cas des satellites commerciaux de télévision directe, une étude comparative entre filières de propulseurs électriques devrait supposer en premier lieu que le même niveau de puissance électrique est disponible pour chaque filière de propulseurs pour être valable. Par conséquent, la poussée produite par la " très " forte impulsion spécifique des propulseurs sera réduite par rapport aux propulseurs à plasma. La durée d'un transfert orbital étant proportionnelle à la poussée, c'est une pénalité très importante pour les propulseurs ioniques Bombardement appliqués aux satellites de télécommunications. D'un autre côté, quand il s'agit de comparer les filières de propulsion électriques dans le cadre de missions scientifiques, une étude valable devrait supposer en premier lieu que la même poussée est produite par chaque type de propulseurs (trajectoires identiques). Par conséquent, la durée de mission est conservée constante et la puissance électrique produite par le satellite pourra être réduite lorsque l'impulsion spécifique du propulseur n'est pas " très " forte. Parce que la masse de l'unité du puissance Electrique du satellite est plus forte (de presque un facteur 2) il y a une pénalité très importante pour les propulseurs ioniques Bombardement, appliqués aux satellites non commerciaux, comparés aux propulseurs à forte impulsion spécifique. Les calculs d'impulsion spécifique système confirment significativement cette approche. N k

8 Rapôres NOUVELLES MÉTHODES DE PROPULSION DANS LE SPATIAL Références fl. Robert L. Poeschel, Jay Hyman, Hughes Research Laboratories, " A comparison of Electric Propulsion Technologies for Orbit Transter','April 25, 983, published AIAA. [2]. F. Porte, P Saint Aubert, C Buthion, MMS, 4th AIAA Int. Communication Satellite Conf.. " Benefits of Electric Propulsion for Orbit njection of Communication Spacecraft' ; date 22 March 992. [3] S.VV. Janson, The Aerospace Corporation, AIAA " The On-Orbit Role of Electric Propulsion " AIAA/SAE/ASME/ ASEE 29 th Joint Propulsion Conference and Exhibit, June 28-30, 993/Monterey, Ca. [4]. J.E. Pollard. D.E Jackson, DC Marvin, A.B Jenkin,S.W Janson, The Aerospace Corporation, AIAA " Electric Propulsion Flight experience and Technology Readiness " AIAA/SAE/ASME/ASEE 29 th Joint Propulsion Conference and Exhibit, June 28-30, 993/Monterey, Ca. [5]. PW.Garrison, J.FStocky, Jet Propulsion Laboratory, " Future Spacecraft Propulsion','AIAA 86-98, AIAA Space Systems Technology Conference, San Diego, USA, June 9-2, 986. [6]. C. Koppel, V Hodnenko. " Intégration des moteurs SPT sur les satellites géostationnaires' : Colloque International Propulsion des Véhicules Spatiaux, CNES/ESA 8/0 Novembre 994 -Toulouse. [7). M. Burgasov, C. Koppel, A. Nadiradze, D. Valentian, " The Software Package for Calculation of the SPT Jet Influence on the Spacecraft' ; Colloque internationa! Propulsion des Véhicules Spatiaux CNES/ESA 8/0 Novembre Toulouse. [8]. C. Koppel, P Letorrivellec, " Pollution des circuits des systèmes de propulsion chimique' : Colloque International Propulsion des Véhicules Spatiaux, CNES/ESA 8/0 Novembre 994 -Toulouse. [9]. Demande de brevet européen, Hughes Aircraft Company Arnon Spitzer, number Al, filling date 27 December 94. [0. J.-P Bugeat, C. Koppei. IEPC " Development of A Second Generation of SPT'l'24 th IEPC, 9-23 sept 995, Moscow. Russia. [. D. Valentian, C. Koppel, IEPC " Present And Near Future Applications Of Spt M2 Thrusters,'24 th JEPC, 9-23 Sept 995, Moscovv, Russia. 2].A. Spitzer, IEPC " Novel Orbit Raising Strategy Makes Lovv Thrust Commercially Viable','24 th IEPC, 9-23 Sept 995, Moscow, Russia. [3. Brevet SEP/SNECMA C. Koppel, " Procédé et système de mise en orbite d'un véhicule spatial avec des propulseurs à forte impulsion spécifique' ; n , filling date 5 April 996. [4]. D. Valentian, C. Koppel, AIAA " SPT Sizing For Integrated Propulsion Missions','32nd AIAA/ASME/SAE/ ASEE Joint Propulsion Conference, July -3, 996/Lake Buena Vista, FL. by [5). D. Valentian, C. Koppel, " Workshop on Solar Electric Propulsion - Future Planetary Mission - Stationary Plasma Thrusters : Performance Development Status And Potential Application To P! anetary Missions','ESA/ESTEC 3-4 Feb. 997 [6]. C. Koppel, " Optimal specific impulse of electric propulsion',' SEP, Proc. Second European Spacecraft Propulsion Conference, May, 997 (ESA SP-338, Aug. 997). [7. S. Geffroy, " Généralisation des techniques de moyennation en contrôle optimal. Application aux problèmes de transfert et rendez-vous orbitaux à faible poussée','thèse de doctorat n'352/997, date 30 October 997 [8. J.F. Pollard, The Aerospace Corporation, AIAA " Evaluation of Low Thrust Orbital Maneuvers " 34 AIAA/ SAE/ASME/ASEE Joint Propulsion Conference and Exhibit, July 3-5, 998/Cieveland, OH. [9. Peter Erichsen, Swedish Space Corporation, " Performance Evaluation of Spacecraft Propulsion Systems in Relation to Mission Impulse Requirements' ; Proc. Second European Spacecraft Propulsion Conference, May, 997, (ESA SP-398, Aug. 997). [20].G. Saccoccia, D. Estublier, G. Racca " SMART- : A Technology Demonstration Mission for Science Using Electric Propulsion' AIAA , 34th AIAA/SAE/ ASME/ASEE Joint Propulsion Conference and Exhibit, July 3-5, 998/Cleveland, OH. [2. C. Koppel, " Advantages of a continuous thrust strategy from a geosynchronous transfer orbit, using high specific impulse thrusters','4th International Symposium on Space Flight Dynamics, 08-2 February 999, Foz do Iguaçu - Brazil. [22. C. Koppel, " Electric propulsion sub-system comparisons',' IAF-99-A..08, nternationai Astronautical Congress 4-8 Oct 999/Amsterdam, the Netherlands. [23. C. Koppel, S Barral " High specific impulse thrusters behaviour','atelier CNES " Trajectoires à poussée faible " 7-8 mars 2000, Toulouse. (24. C. Koppel, " Thrust orientation strategies for a continuous transfer to GEO'.', Atelier CNES " Trajectoires à poussée faible " 7-8 mars 2000, Toulouse. auteurs Christophe R. KOPPEL travaille à la Direction propulsion et équipement de satellites. au service Préparation du Futur de Snecma Moteurs. Il est ingénieur, chef de projet du sous-système de propulsion électrique de la sonde lunaire européenne SMART-. Il est en charge également de la fonction Préparation du Futur. Il est auteur ou co-auteur de 30 brevets déposés à travers le monde.., 8

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation Introduction à la télédétection 3 - Description et orbite d'un satellite d'observation OLIVIER DE JOINVILLE Table des matières I - Description d'un satellite d'observation 5 A. Schéma d'un satellite...5

Plus en détail

TS Physique Satellite à la recherche de sa planète Exercice résolu

TS Physique Satellite à la recherche de sa planète Exercice résolu P a g e 1 Phsique atellite à la recherche de sa planète Exercice résolu Enoncé Le centre spatial de Kourou a lancé le 1 décembre 005, avec une fusée Ariane 5, un satellite de météorologie de seconde génération

Plus en détail

Economie du satellite: Conception de Satellite, Fabrication de Satellite, Lancement, Assurance, Performance en orbite, Stations de surveillance

Economie du satellite: Conception de Satellite, Fabrication de Satellite, Lancement, Assurance, Performance en orbite, Stations de surveillance Cours jour 2 Economie du satellite: Conception de Satellite, Fabrication de Satellite, Lancement, Assurance, Performance en orbite, Stations de surveillance Acquisition de satellite, Bail, Joint-Ventures,

Plus en détail

From Smart-1 to Galileo G2, Snecma is designing, developing and operating optimized HET propulsion architectures

From Smart-1 to Galileo G2, Snecma is designing, developing and operating optimized HET propulsion architectures From Smart-1 to Galileo G2, Snecma is designing, developing and operating optimized HET propulsion architectures G.TURIN gilles.turin@sncema.fr A.LORAND anthony.lorand@snecma.fr INTRODUCTION For more than

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif - 70 Chapitre 8 : Champ de gravitation - Satellites I. Loi de gravitation universelle : (

Plus en détail

Conversion électronique statique

Conversion électronique statique Conversion électronique statique Sommaire I) Généralités.2 A. Intérêts de la conversion électronique de puissance 2 B. Sources idéales.3 C. Composants électroniques..5 II) III) Hacheurs..7 A. Hacheur série

Plus en détail

Technique de pointe. Une autoconsommation efficace de l'électricité solaire

Technique de pointe. Une autoconsommation efficace de l'électricité solaire Technique de pointe Une autoconsommation efficace de l'électricité solaire Concernant les installations photovoltaïques destinées aux particuliers, jusqu à présent il n a pas été fait de distinction en

Plus en détail

Cours IV Mise en orbite

Cours IV Mise en orbite Introduction au vol spatial Cours IV Mise en orbite If you don t know where you re going, you ll probably end up somewhere else. Yogi Berra, NY Yankees catcher v1.2.8 by-sa Olivier Cleynen Introduction

Plus en détail

Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites

Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites I- Les trois lois de Kepler : Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites Les lois de Kepler s'applique aussi bien pour une planète en mouvement

Plus en détail

www.boutiquesolaire.com

www.boutiquesolaire.com INFORMATIONS SUR LES PRODUITS 03 / 2013 POWERBANKS CHARGEURS SOLAIRES Powerbanks Chargeurs solaires Cellules solaires pour Powerbanks CELLULES SOLAIRES POUR POWERBANKS www.boutiquesolaire.com CONTENU Powerbanks

Plus en détail

Autonomie des systèmes

Autonomie des systèmes Autonomie des systèmes Bilan énergétique et optimisation Julien Werly, ingénieur R&D électronique Le CRT CRESITT est soutenu par Autonomie des systèmes Définition : Un module autonome en énergie et en

Plus en détail

1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h)

1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h) Problèmes IPhO 2012 1 NOM : PRENOM : LYCEE : 1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h) Nous souhaitons dans ce problème aborder quelques aspects de la conception d un avion solaire autonome. Les

Plus en détail

DS SPÉCIALITÉ. Doc. 1 : Voiture à hydrogène. Doc. 2 : Panneaux photovoltaïques

DS SPÉCIALITÉ. Doc. 1 : Voiture à hydrogène. Doc. 2 : Panneaux photovoltaïques DS SPÉCIALITÉ Monsieur Greenroad, dirigeant d une société de taxis, est soucieux de l'environnement. Afin de diminuer les émissions de gaz à effet de serre et ainsi améliorer le bilan carbone de son entreprise,

Plus en détail

Question 1- Quelle doit être à ton avis la force avec laquelle il faudrait jeter une pierre pour qu'elle tourne autour de la Terre?

Question 1- Quelle doit être à ton avis la force avec laquelle il faudrait jeter une pierre pour qu'elle tourne autour de la Terre? Les Satellites Introduction En astronomie, un satellite est décrit comme un corps céleste qui gravite autour d'une planète; ainsi la Lune est le satellite naturel de la Terre. En astronautique, il s'agit

Plus en détail

Watts et volt-ampères : comprendre les différences majeures

Watts et volt-ampères : comprendre les différences majeures Watts et volt-ampères : comprendre les différences majeures Par Neil Rasmussen Livre blanc n 15 Résumé de l'étude Ce document a pour objectif d'expliquer les différences entre les watts et les volt-ampères

Plus en détail

I.1. OBJECTIF DE L ETUDE I.2. CHAMP DE L'ETUDE

I.1. OBJECTIF DE L ETUDE I.2. CHAMP DE L'ETUDE "Bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre tout au long du cycle de vie du gaz naturel et du mazout comme combustible pour le chauffage domestique" Synthèse I.1. OBJECTIF DE L ETUDE Il

Plus en détail

CHAÎNES ÉNERGÉTIQUES I CHAÎNES ÉNERGÉTIQUES. II PUISSANCE ET ÉNERGIE

CHAÎNES ÉNERGÉTIQUES I CHAÎNES ÉNERGÉTIQUES. II PUISSANCE ET ÉNERGIE CHAÎNES ÉNERGÉTIQUES I CHAÎNES ÉNERGÉTIQUES. II PUISSANCE ET ÉNERGIE I Chaine énergétique a- Les différentes formes d énergie L énergie se mesure en Joules, elle peut prendre différentes formes : chimique,

Plus en détail

FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE

FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE Séminaire de Xavier GARBET pour le FIP 06/01/2009 Anthony Perret Michel Woné «La production d'énergie par fusion thermonucléaire contrôlée est un des grands défis scientifiques

Plus en détail

*EP001146655A1* EP 1 146 655 A1 (19) (11) EP 1 146 655 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 17.10.2001 Bulletin 2001/42

*EP001146655A1* EP 1 146 655 A1 (19) (11) EP 1 146 655 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 17.10.2001 Bulletin 2001/42 (19) Europäisches Patentamt European Patent Office Office européen des brevets *EP0011466A1* (11) EP 1 146 6 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (43) Date de publication: 17.10.2001 Bulletin 2001/42 (1)

Plus en détail

SOMMAIRE : Sommaire page 1. Introduction page 2. L'énergie solaire page 2. Le panneaux solaires thermiques page 3

SOMMAIRE : Sommaire page 1. Introduction page 2. L'énergie solaire page 2. Le panneaux solaires thermiques page 3 SOMMAIRE : Sommaire page 1 Introduction page 2 L'énergie solaire page 2 Le panneaux solaires thermiques page 3 Les panneaux solaires photovoltaïques page 4 Glossaire page 5 Conclusion page 7 Bibliographie

Plus en détail

TEPZZ 89_867A_T EP 2 891 867 A1 (19) (11) EP 2 891 867 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (51) Int Cl.: G01F 15/075 (2006.01) F24D 19/10 (2006.

TEPZZ 89_867A_T EP 2 891 867 A1 (19) (11) EP 2 891 867 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (51) Int Cl.: G01F 15/075 (2006.01) F24D 19/10 (2006. (19) TEPZZ 89_867A_T (11) EP 2 891 867 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (43) Date de publication: 08.07.1 Bulletin 1/28 (1) Int Cl.: G01F 1/07 (06.01) F24D 19/ (06.01) (21) Numéro de dépôt: 110089.9

Plus en détail

Le stockage de l énergie : le point faible de la filière énergétique

Le stockage de l énergie : le point faible de la filière énergétique Le stockage de l énergie : le point faible de la filière énergétique Christian Ngo Résumé Stocker de l'énergie (électricité ou chaleur) pour l'utiliser quand on en a besoin est une nécessité. Le stockage

Plus en détail

SCIENCES TECHNOLOGIES

SCIENCES TECHNOLOGIES R essources MICHEL WAUTELET SCIENCES TECHNOLOGIES et SOCIÉTÉ Questions et réponses pour illustrer les cours de sciences De Boeck Introduction générale 5 Sciences, technologies, société 1. Quels sont les

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/C.1/L.320

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/C.1/L.320 Nations Unies A/AC.105/C.1/L.320 Assemblée générale Distr. limitée 30 octobre 2012 Français Original: anglais et russe Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Sous-Comité scientifique

Plus en détail

Le Soleil. Structure, données astronomiques, insolation.

Le Soleil. Structure, données astronomiques, insolation. Le Soleil Structure, données astronomiques, insolation. Le Soleil, une formidable centrale à Fusion Nucléaire Le Soleil a pris naissance au sein d un nuage d hydrogène de composition relative en moles

Plus en détail

Les fusées Ariane. Par Jennifer MOULLET, 3 3

Les fusées Ariane. Par Jennifer MOULLET, 3 3 Les fusées Ariane Par Jennifer MOULLET, 3 3 Sommaire: I) le contexte A: recommencer après un échec B: de nombreux enjeux internationaux et un grand succès II) présentation des fusées A: Généralités B:

Plus en détail

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques VIII. 1 Ce chapitre porte sur les courants et les différences de potentiel dans les circuits. VIII.1 : Les résistances en série et en parallèle On

Plus en détail

KIT SOLAIRE EVOLUTIF DE BASE

KIT SOLAIRE EVOLUTIF DE BASE PARALLELE ENERGIE KIT SOLAIRE EVOLUTIF DE BASE Ce kit solaire est un système solaire facile à utiliser. Il s agit d un «générateur solaire» qui convertit la lumière du soleil en électricité, et qui peut

Plus en détail

CORRIGE. CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE

CORRIGE. CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE Thème : L eau CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 Domaine : Eau et énergie CORRIGE 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE 2.1. Enoncé L'alimentation électrique d'une navette spatiale

Plus en détail

VOITURE SOLAIRE. Éducation à la technologie Moyen de transport

VOITURE SOLAIRE. Éducation à la technologie Moyen de transport 2012 Éducation à la technologie Moyen de transport Ministère de l Éducation du Nouveau-Brunswick en collaboration avec le département d Électronique CCNB-Campus de Bathurst A. CONTEXTE TECHNOLOGIQUE Situation

Plus en détail

MESURE DE LA TEMPERATURE

MESURE DE LA TEMPERATURE 145 T2 MESURE DE LA TEMPERATURE I. INTRODUCTION Dans la majorité des phénomènes physiques, la température joue un rôle prépondérant. Pour la mesurer, les moyens les plus couramment utilisés sont : les

Plus en détail

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012 1 I.Généralités sur les cellules photovoltaïques I.1.Introduction : Les énergies renouvelables sont des énergies à ressource illimitée. Les énergies renouvelables regroupent un certain nombre de filières

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES A 99 PHYS. II ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction DNS Sujet Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3 Réfraction I. Préliminaires 1. Rappeler la valeur et l'unité de la perméabilité magnétique du vide µ 0. Donner

Plus en détail

Un accueil de qualité :

Un accueil de qualité : Un accueil de qualité : Mercredi 08 Juin 2011, dans l après-midi, notre classe de 3 ème de Découverte Professionnelle s est rendue sur le site de THALES ALENIA SPACE à CANNES LA BOCCA. Nous étions accompagnés

Plus en détail

Gestion d énergie dans smart ZAE un smart grid à l échelle d une Zone d Activité Economique

Gestion d énergie dans smart ZAE un smart grid à l échelle d une Zone d Activité Economique Gestion d énergie dans smart ZAE un smart grid à l échelle d une Zone d Activité Economique Auteur: Rémy Rigo-Mariani Equipe LAPLACE: X. Roboam, Groupe GENESYS S. Astier, Groupe GENESYS B. Sareni, Groupe

Plus en détail

La Recherche du Point Optimum de Fonctionnement d un Générateur Photovoltaïque en Utilisant les Réseaux NEURO-FLOUS

La Recherche du Point Optimum de Fonctionnement d un Générateur Photovoltaïque en Utilisant les Réseaux NEURO-FLOUS Rev. Energ. Ren. : Chemss 2000 39-44 La Recherche du Point Optimum de Fonctionnement d un Générateur Photovoltaïque en Utilisant les Réseaux NEURO-FLOUS D.K. Mohamed, A. Midoun et F. Safia Département

Plus en détail

L énergie solaire DOSSIER RESSOURCE

L énergie solaire DOSSIER RESSOURCE DOSSIER RESSOURCE SOMMAIRE 1. Pourquoi les énergies renouvelables?... 3 2. L'énergie solaire... 4 3. Principe de fonctionnement du panneau solaire... 5 4. Pourquoi orienter les panneaux solaires?... 6-2

Plus en détail

TP N 9 : VOITURE RADIOCOMMANDÉE (1) ETT 2.1.1

TP N 9 : VOITURE RADIOCOMMANDÉE (1) ETT 2.1.1 Centres d'intérêt abordés Niveau d analyse Énergie Comportemental Objectifs pédagogiques Connaissances Activités (4 H) 2.1.1 Organisation fonctionnelle d une chaîne d énergie Production d énergie électrique

Plus en détail

TD 9 Problème à deux corps

TD 9 Problème à deux corps PH1ME2-C Université Paris 7 - Denis Diderot 2012-2013 TD 9 Problème à deux corps 1. Systèmes de deux particules : centre de masse et particule relative. Application à l étude des étoiles doubles Une étoile

Plus en détail

Glossaire 3D OU IMAGE STÉRÉOSCOPIQUE Dans la vision naturelle, les yeux saisissent un objet sous deux angles légèrement différents du fait de l écartement oculaire. C est cette différence d angle qui fait

Plus en détail

La Fusion Nucléaire (Tokamak) Nicolas Carrard Jonathan Carrier Guillomet 12 novembre 2009

La Fusion Nucléaire (Tokamak) Nicolas Carrard Jonathan Carrier Guillomet 12 novembre 2009 La Fusion Nucléaire (Tokamak) Nicolas Carrard Jonathan Carrier Guillomet 12 novembre 2009 La matière L atome Les isotopes Le plasma Plan de l exposé Réactions nucléaires La fission La fusion Le Tokamak

Plus en détail

Licence Professionnelle Électronique Analogique et Micro Électronique PROJET TUTORE 2005-2006

Licence Professionnelle Électronique Analogique et Micro Électronique PROJET TUTORE 2005-2006 Licence Professionnelle Électronique Analogique et Micro Électronique PROJET TUTORE 2005-2006 Rudy ROBIN Dominique LEMAIRE année 2005/2006 Licence professionnelle Électronique Analogique et Micro Électronique

Plus en détail

Système ASC unitaire triphasé. PowerScale 10 50 kva Maximisez votre disponibilité avec PowerScale

Système ASC unitaire triphasé. PowerScale 10 50 kva Maximisez votre disponibilité avec PowerScale Système ASC unitaire triphasé 10 50 kva Maximisez votre disponibilité avec Protection de première qualité est un système ASC triphasé de taille moyenne qui offre une protection électrique remarquable pour

Plus en détail

La polarisation des transistors

La polarisation des transistors La polarisation des transistors Droite de charge en continu, en courant continu, statique ou en régime statique (voir : le transistor) On peut tracer la droite de charge sur les caractéristiques de collecteur

Plus en détail

Influence de la variation de débit sur les performances d une pompe solaire

Influence de la variation de débit sur les performances d une pompe solaire Revue des Energies Renouvelables SIENR 12 Ghardaïa (2012) 23 28 Influence de la variation de débit sur les performances d une pompe solaire H. Ammar 1*, M.T. Bouziane 2 et Y. Bakelli 1 1 Unité de Recherche

Plus en détail

Electronique Générale. Convertisseur Numérique/Analogique (C.N.A.) et Convertisseur Analogique/Numérique (C.A.N.)

Electronique Générale. Convertisseur Numérique/Analogique (C.N.A.) et Convertisseur Analogique/Numérique (C.A.N.) Convertisseur umérique/analogique (C..A.) et Convertisseur Analogique/umérique (C.A..) I- Introduction : En électronique, un signal électrique est le plus souvent porteur d une information. Il existe deux

Plus en détail

TPE : La voiture solaire. Présentation de Matthys Frédéric, Soraya Himour et Sandra Thorez.

TPE : La voiture solaire. Présentation de Matthys Frédéric, Soraya Himour et Sandra Thorez. TPE : La voiture solaire Présentation de Matthys Frédéric, Soraya Himour et Sandra Thorez. Sommaire :.1) Le capteur solaire :.2) La voiture solaire :.3) Variation de température et la vitesse : Problématique

Plus en détail

The space to start! Managed by

The space to start! Managed by The space to start! Managed by ESA Business Incubation Centers (ESA BICs) : un programme de soutien à la création d entreprises L Agence Spatiale Européenne (ESA) dispose d un programme de transfert de

Plus en détail

Moteur DC: Comment faire varier sa vitesse?

Moteur DC: Comment faire varier sa vitesse? Moteur DC: Comment faire varier sa vitesse? Zone d'utilisation Moteur à excitation shunt Influence I e Petite perturbation : e.g. augmentation vitesse À partir de P : couple moteur P'' < couple résistant

Plus en détail

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise.

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise. décembre 8 Yann DUCHEMIN Citroën C4-Coupé, Entreprise Etude Annuelle Analyse expérimentale et données constructeur Au terme d une année d utilisation d un véhicule de marque Citroën, et de type C4- coupé

Plus en détail

Synthèse OBJECTIF DE L ÉTUDE

Synthèse OBJECTIF DE L ÉTUDE "Bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre tout au long du cycle de vie du gaz naturel et du mazout comme combustible pour le chauffage domestique" Synthèse I.1. OBJECTIF DE L ÉTUDE Il

Plus en détail

Etude d un système photovoltaïque

Etude d un système photovoltaïque 2ème conférence nternationale des énergies renouvelables CER-214 nternational Journal of Scientific Research & Engineering Technology (JSET) ol.3-pp.111-115, Copyright - PCO 215 Etude d un système photovoltaïque

Plus en détail

Numéro de publication: 0 547 276 Al. Int. CIA H03K 17/12, H03K 17/08. Demandeur: FERRAZ Societe Anonyme

Numéro de publication: 0 547 276 Al. Int. CIA H03K 17/12, H03K 17/08. Demandeur: FERRAZ Societe Anonyme ê Europâisches Patentamt European Patent Office Office européen des brevets Numéro de publication: 0 547 276 Al DEMANDE DE BREVET EUROPEEN Numéro de dépôt: 91420460.7 Int. CIA H03K 17/12, H03K 17/08 @

Plus en détail

Dimensionnement d un Système Solaire Photovoltaïque

Dimensionnement d un Système Solaire Photovoltaïque Dimensionnement d un Système Solaire Photovoltaïque photovoltaïque Le dimensionnement d un système photovoltaïque suit une démarche par étapes que l on peut résumer comme suit : -Etape1 : Détermination

Plus en détail

GLOBAL FORUM London, October 24 & 25, 2012

GLOBAL FORUM London, October 24 & 25, 2012 GLOBAL FORUM London, October 24 & 25, 2012-1 - Content REDUCING FLARING AND DEVELOPMENT OF GAS IN THE REPUBLIC OF CONGO REDUCTION DU TORCHAGE ET VALORISATION DU GAZ EN REPUBLIQUE DU CONGO - 2 - Content

Plus en détail

Tirer le meilleur parti de votre système solaire

Tirer le meilleur parti de votre système solaire Monitoring Tirer le meilleur parti de votre système solaire Rendement et historique détaillés Sécurité & alarmes Pour PC, ordinateur portable ou iphone Solutions pour systèmes allant de 500 W à 200 kw

Plus en détail

Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition. Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 10 11 m 3 kg 1 s 2

Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition. Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 10 11 m 3 kg 1 s 2 Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 1 11 m 3 kg 1 s 2 Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition Page xxv (dernier tiers de page) le terme de Coriolis est supérieur à 1% du poids) Chapitre 1 Page

Plus en détail

Les lières. MSc in Electronics and Information Technology Engineering. Ingénieur civil. en informatique. MSc in Architectural Engineering

Les lières. MSc in Electronics and Information Technology Engineering. Ingénieur civil. en informatique. MSc in Architectural Engineering Ingénieur civil Ingénieur civil Les lières MSc in Electronics and Information Technology Engineering MSc in Architectural Engineering MSc in Civil Engineering MSc in Electromechanical Engineering MSc

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Chapitre 2 : Géométrie des images radar et effets du relief (Cours Télédétection Radar Jean-Paul Rudant ERAIFT Avril-Mai 2011)

Chapitre 2 : Géométrie des images radar et effets du relief (Cours Télédétection Radar Jean-Paul Rudant ERAIFT Avril-Mai 2011) Télédétection Radar Chapitre 2 : Géométrie des images radar et effets du relief (Cours Télédétection Radar Jean-Paul Rudant ERAIFT Avril-Mai 2011) Ce chapitre présente successivement les effets du relief

Plus en détail

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 1 1.But et théorie: Le but de cette expérience est de comprendre l'intérêt de la spectrophotométrie d'absorption moléculaire

Plus en détail

NO-BREAK KS. Système UPS dynamique PRÉSENTATION

NO-BREAK KS. Système UPS dynamique PRÉSENTATION NO-BREAK KS Système UPS dynamique PRÉSENTATION Table des matières Chapitre 1 : Description du système No-Break KS...3 Chapitre 2 : Fonctionnement lorsque le réseau est présent...4 Chapitre 3 : Fonctionnement

Plus en détail

Centrale électrique hybride ENERTRAG. Centrale électrique hybride. Description succincte

Centrale électrique hybride ENERTRAG. Centrale électrique hybride. Description succincte ENERTRAG Centrale électrique hybride Description succincte Centrale électrique hybride «La vie des citoyennes et citoyens changera dans les années à venir, de sorte que nous vivions en étant plus économes

Plus en détail

Notions de base sur l énergie solaire photovoltaïque

Notions de base sur l énergie solaire photovoltaïque I- Présentation Notions de base sur l énergie solaire photovoltaïque L énergie solaire photovoltaïque est une forme d énergie renouvelable. Elle permet de produire de l électricité par transformation d

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

HYTEM http://www.hytem.net GENERATEUR SYNTHETISE GSM / DCS / PCS / UMTS / LTE / WIFI / WLAN

HYTEM http://www.hytem.net GENERATEUR SYNTHETISE GSM / DCS / PCS / UMTS / LTE / WIFI / WLAN http://www.hytem.net GENERATEUR SYNTHETISE GSM / DCS / PCS / UMTS / LTE / WIFI / WLAN CARACTERISTIQUES TECHNIQUES ET UTILISATION MAN 08-02-23 GARANTIE WARRANTY! La maintenance de cet appareil doit être

Plus en détail

Les simulations dans l enseignement des sondages Avec le logiciel GENESIS sous SAS et la bibliothèque Sondages sous R

Les simulations dans l enseignement des sondages Avec le logiciel GENESIS sous SAS et la bibliothèque Sondages sous R Les simulations dans l enseignement des sondages Avec le logiciel GENESIS sous SAS et la bibliothèque Sondages sous R Yves Aragon, David Haziza & Anne Ruiz-Gazen GREMAQ, UMR CNRS 5604, Université des Sciences

Plus en détail

LES SERVICES ET UTILISATION DU RADAR

LES SERVICES ET UTILISATION DU RADAR LES SERVICES ET UTILISATION DU RADAR A partir du grade : et programme examen du grade et supérieurs 1. FONCTIONNEMENT DES RADAR : Les radars de contrôles aériens sont des instruments de télédétection utilisés

Plus en détail

Synthèse des convertisseurs statiques DC/AC pour les systèmes photovoltaïques

Synthèse des convertisseurs statiques DC/AC pour les systèmes photovoltaïques Revue des Energies Renouvelables ICESD 11 Adrar (2011) 101 112 Synthèse des convertisseurs statiques DC/AC pour les systèmes photovoltaïques M. Meddah *, M. Bourahla et N. Bouchetata Faculté de Génie Electrique,

Plus en détail

Laboratory accredited by the French Home Office (official gazette date February 5 th, 1959, modified) Valid five years from August 27 th, 2013

Laboratory accredited by the French Home Office (official gazette date February 5 th, 1959, modified) Valid five years from August 27 th, 2013 CLASSIFICATION REPORT OF REACTION TO FIRE PERFORMANCE IN ACCORDANCE WITH THE EUROPEAN STANDARD EN 350-+A: 203 and in compliance with the French Home Office Regulation dated November 2 st, 2002 concerning

Plus en détail

Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur

Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur PROJET JANUS Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur Contact : alain.gaboriaud@cnes.fr OBJECTIFS Satellites Etudiants

Plus en détail

Les différents éléments d un CESI

Les différents éléments d un CESI Les différents éléments d un CESI 1. Capteur Solaires 1.1. Introduction Un capteur solaire thermique est un dispositif qui transforme le rayonnement solaire en énergie thermique. Les caractéristiques générales

Plus en détail

Optimisation et Processus métier

Optimisation et Processus métier Optimisation et Processus métier découvrez avec ILOG la solution d'optimisation leader du marché Didier Vidal vidaldid@fr.ibm.com Petit problème d optimisation 1 2000 1 Coûts de transport: 10 Euros par

Plus en détail

Principe d'alimentation par convertisseurs multiniveaux à stockage intégré - Application aux accélérateurs de particules

Principe d'alimentation par convertisseurs multiniveaux à stockage intégré - Application aux accélérateurs de particules Principe d'alimentation par convertisseurs multiniveaux à stockage intégré - Application aux accélérateurs de particules THÈSE N O 4034 (2008) PRÉSENTÉE le 30 mai 2008 À LA FACULTÉ DES SCIENCES ET TECHNIQUES

Plus en détail

LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE

LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE 2. L EFFET GYROSCOPIQUE Les lois physiques qui régissent le mouvement des véhicules terrestres sont des lois universelles qui s appliquent

Plus en détail

Chapitre 7: Énergie et puissance électrique. Lequel de vous deux est le plus puissant? L'énergie dépensée par les deux est-elle différente?

Chapitre 7: Énergie et puissance électrique. Lequel de vous deux est le plus puissant? L'énergie dépensée par les deux est-elle différente? CHAPITRE 7 ÉNERGIE ET PUISSANCE ÉLECTRIQUE 2.4.0 Découvrir les grandeurs physiques qui influencent l'énergie et la puissance en électricité. Vous faites le grand ménage dans le sous-sol de la maison. Ton

Plus en détail

I - Quelques propriétés des étoiles à neutrons

I - Quelques propriétés des étoiles à neutrons Formation Interuniversitaire de Physique Option de L3 Ecole Normale Supérieure de Paris Astrophysique Patrick Hennebelle François Levrier Sixième TD 14 avril 2015 Les étoiles dont la masse initiale est

Plus en détail

Autoconsommation en photovoltaïque Principe et intérêt

Autoconsommation en photovoltaïque Principe et intérêt Autoconsommation en photovoltaïque Principe et intérêt Par AD44, LR83, Looping, Ramses, Valtrede. Le principe de l'injection d'électricité dans le réseau est bien connu des personnes qui sont équipées

Plus en détail

Document d Appui n 3.3. : Repérage ou positionnement par Global Positionning System G.P.S (extrait et adapté de CAMELEO 2001)

Document d Appui n 3.3. : Repérage ou positionnement par Global Positionning System G.P.S (extrait et adapté de CAMELEO 2001) Document d Appui n 3.3. : Repérage ou positionnement par Global Positionning System G.P.S (extrait et adapté de CAMELEO 2001) 1. Présentation du GPS Le GPS (Global Positionning System=système de positionnement

Plus en détail

Référence technique. Conversions d'énergie thermique APERÇU

Référence technique. Conversions d'énergie thermique APERÇU Conversions d'énergie thermique APERÇU Aux fins de constance et de comparaisons, toutes les mesures de rendement énergétique des rapports Portfolio Manager sont exprimées soit en milliers d unités thermiques

Plus en détail

DORIS de la coopération CNES-IGN au service international DORIS (IDS)

DORIS de la coopération CNES-IGN au service international DORIS (IDS) DORIS de la coopération CNES-IGN au service international DORIS (IDS) Gavdos, Crète Pascal Willis Syowa, Antarctique avec des contributions de Frank Lemoine, Xavier Collilieux, Plan Présentation du système

Plus en détail

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE 0-06 Novembre, 00, Sousse,Tunisie ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE A. Benmansour A. Benzerdjeb Laboratoire de mécanique appliquée,

Plus en détail

COTTAZ Céline DESVIGNES Emilie ANTHONIOZ-BLANC Clément VUILLERMET DIT DAVIGNON Nicolas. Quelle est la trajectoire de la Lune autour de la Terre?

COTTAZ Céline DESVIGNES Emilie ANTHONIOZ-BLANC Clément VUILLERMET DIT DAVIGNON Nicolas. Quelle est la trajectoire de la Lune autour de la Terre? COTTAZ Céline DESVIGNES Emilie ANTHONIOZ-BLANC Clément VUILLERMET DIT DAVIGNON Nicolas Quelle est la trajectoire de la Lune autour de la Terre? Terminale S1 Lycée Elie Cartan Olympiades de Physiques 2003-2004

Plus en détail

This is a preview - click here to buy the full publication NORME INTERNATIONALE INTERNATIONAL STAN DARD. Telecontrol equipment and systems

This is a preview - click here to buy the full publication NORME INTERNATIONALE INTERNATIONAL STAN DARD. Telecontrol equipment and systems NORME INTERNATIONALE INTERNATIONAL STAN DARD CEI IEC 870-3 Première édition First edition 1989-03 Matériels et systèmes de téléconduite Troisième partie: Interfaces (caractéristiques électriques) Telecontrol

Plus en détail

Recherche d information textuelle

Recherche d information textuelle Recherche d information textuelle Pré-traitements & indexation B. Piwowarski CNRS / LIP6 Université Paris 6 benjamin@bpiwowar.net http://www.bpiwowar.net Master IP - 2014-15 Cours et travaux pratiques

Plus en détail

METHODOLOGIE : INGENIERIE DES SYSTEMES

METHODOLOGIE : INGENIERIE DES SYSTEMES METHODOLOGIE : INGENIERIE DES SYSTEMES L ingénierie de systèmes regroupe l ensemble des activités de pilotage des projets de construction effective d un système en s appuyant sur sa décomposition architecturale

Plus en détail

Small-Satellite Engineering and Applications

Small-Satellite Engineering and Applications Amandine DENIS Satellite Engineering Mai 2008 Aperçu de la présentation 1. De Spoutnik aux CubeSats 2. Caractéristiques-clés des petits satellites 3. Plateformes développées par le SSTL 4. Opportunités

Plus en détail

Comparaison des performances d'éclairages

Comparaison des performances d'éclairages Comparaison des performances d'éclairages Présentation Support pour alimenter des ampoules de différentes classes d'efficacité énergétique: une ampoule LED, une ampoule fluorescente, une ampoule à incandescence

Plus en détail

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Session 200 BREVET de TECHNICIEN SUPÉRIEUR CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE E-3 SCIENCES PHYSIQUES U-3 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Durée : 2 heures Coefficient : 2,5 Durée conseillée Chimie

Plus en détail

CURRICULUM VITAE. Informations Personnelles

CURRICULUM VITAE. Informations Personnelles CURRICULUM VITAE Informations Personnelles NOM: BOURAS PRENOM : Zine-Eddine STRUCTURE DE RATTACHEMENT: Département de Mathématiques et d Informatique Ecole Préparatoire aux Sciences et Techniques Annaba

Plus en détail

Les puissances 4. 4.1. La notion de puissance. 4.1.1. La puissance c est l énergie pendant une seconde CHAPITRE

Les puissances 4. 4.1. La notion de puissance. 4.1.1. La puissance c est l énergie pendant une seconde CHAPITRE 4. LES PUISSANCES LA NOTION DE PUISSANCE 88 CHAPITRE 4 Rien ne se perd, rien ne se crée. Mais alors que consomme un appareil électrique si ce n est les électrons? La puissance pardi. Objectifs de ce chapitre

Plus en détail

NEW Fin Fan / Air cooled condenser cleaning

NEW Fin Fan / Air cooled condenser cleaning Air cooled Condensers ( ACC ) Cleaning Air Cooled heat exchangers ( Finfan) Cleaning Cleaning Services Permanente installation NEW Fin Fan / Air cooled condenser cleaning New and revolutionnary high pressure

Plus en détail

DM n o 8 TS1 2012 Physique 10 (satellites) + Chimie 12 (catalyse) Exercice 1 Lancement d un satellite météorologique

DM n o 8 TS1 2012 Physique 10 (satellites) + Chimie 12 (catalyse) Exercice 1 Lancement d un satellite météorologique DM n o 8 TS1 2012 Physique 10 (satellites) + Chimie 12 (catalyse) Exercice 1 Lancement d un satellite météorologique Le centre spatial de Kourou a lancé le 21 décembre 200, avec une fusée Ariane, un satellite

Plus en détail

2x 9 =5 c) 4 2 x 5 1= x 1 x = 1 9

2x 9 =5 c) 4 2 x 5 1= x 1 x = 1 9 Partie #1 : La jonglerie algébrique... 1. Résous les (in)équations suivantes a) 3 2x 8 =x b) Examen maison fonctions SN5 NOM : 2x 9 =5 c) 4 2 x 5 1= x 1 x d) 2 x 1 3 1 e) x 2 5 = 1 9 f) 2 x 6 7 3 2 2.

Plus en détail

Sur une éventuelle application des fractions continues. par J.W. MUller. Bureau International des Poids et Mesures, F-92310 Sèvres

Sur une éventuelle application des fractions continues. par J.W. MUller. Bureau International des Poids et Mesures, F-92310 Sèvres BIPM Working Party Note 208 Sur une éventuelle application des fractions continues par J.W. MUller Bureau International des Poids et Mesures, F-9230 Sèvres. Introduction au problème La méthode des deux

Plus en détail

Le moteur roue électrique dans les transports terrestres

Le moteur roue électrique dans les transports terrestres Le moteur roue électrique dans les transports terrestres Robert BERNARD Directeur, NOVELTÉ Système, 6 avenue des usines 90000 BELFORT robert.bernard@novelte-systeme.fr En collaboration avec : Christophe

Plus en détail

Stockage ou pas stockage?

Stockage ou pas stockage? Stockage ou pas stockage? Table des matières 1- Stockage chimique?...1 2- Stockage thermique?...3 3- Stockage thermique et chimique!...4 4- Conclusion...5 La question du surplus dans les installations

Plus en détail

Études et Réalisation Génie Électrique

Études et Réalisation Génie Électrique Université François-Rabelais de Tours Institut Universitaire de Technologie de Tours Département Génie Électrique et Informatique Industrielle Études et Réalisation Génie Électrique Chargeur de batterie

Plus en détail