Economie du satellite: Conception de Satellite, Fabrication de Satellite, Lancement, Assurance, Performance en orbite, Stations de surveillance

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Economie du satellite: Conception de Satellite, Fabrication de Satellite, Lancement, Assurance, Performance en orbite, Stations de surveillance"

Transcription

1 Cours jour 2 Economie du satellite: Conception de Satellite, Fabrication de Satellite, Lancement, Assurance, Performance en orbite, Stations de surveillance Acquisition de satellite, Bail, Joint-Ventures, Condo-sat, Pré-achat 1

2 1- La conception du Satellite La conception et la construction d un satellite est particulièrement un business spécialisé. Les exigences des satellites sont très rigoureuses et les satellites doivent être capable de fonctionner dans des conditions extremes tout t en maintenant t la plus haute fiabilité parce qu ils ne peuvent pas être retirés pour maintenance ou réparation. 2

3 1- La conception du Satellite Hormis les facteurs généraux entrant dans la conception d un satellite,les circuits requis pour leur fonctionnement tels que les émetteurs et les récepteurs, les satellites contiennent aussi un nombre de systèmes utilisés pour ce que nous appelons maintien de la position.toutes ces fonctions, soit pour assurer le rôle primaire du satellite, ou pour sa fiabilité ou le maintien de sa position, sont toutes importantes et doivent être inclues dans la conception du satellite. 3

4 2- Lancement du satellite A satelliteun satellite peut être lancé en orbite par soit un véhicule de lancement à plusieurs étages ou par un lanceur réutilisable.des moteurs additionnels (des moteurs de perigée et d apogée ) peuvent aussi être requis. La procedure de lancement d un satellite est principalement basée sur le lancement dans des orbites circulaires équatoriales, et en particulier les GSO, mais généralement des procedures similaires sont utilisées pour d autres orbites. Il ya deux techniques pour le lancement d un satellite dans une orbite d altitude préférée, notamment par: L Ascendance directe Ou par un éllipse de transfert de Hohmann 4

5 2 - Lancement du satellite La méthode de la montée Directe Dans la méthode de la montée directe, la poussée du véhicule du lancement est utilisée pour placer le satellite dans une trajectoire, le point le plus élevé est au-dessus de l'altitude de l'orbite désirée. La phase initiale de la trajectoire de la montée, la phase de la relance, est alimentée par les plusieurs étapes du véhicule de lancement. Cela est suivi i par une phase côtière le long de la trajectoire balistique, le vaisseau spatial à ce point est constitué à la dernière étape du dispositif de lancement et du satellite. Comme la vitesse exigée pour rester en orbite n'aura pas été atteint eà ce point, le vaisseau spatial chute du plus haut point de la trajectoire balistique. 5

6 2 - Lancement du satellite La méthode de la montée Directe Quand le satellite et l étage de sortie sont tombés à l'altitude d injection désirée, ayant converti entre-temps un peu de leur énergie potentielle dans énergie cinétique, l'étage de sortie du dispositif de lancement, appelé le moteur de l'expulsion l de l'apogée (AKM), est activé pour fournir l'augmentation de la rapidité nécessaire pour l injection dans l'orbite circulaire désirée. 6

7 2 - Lancement du satellite La méthode de transfert de l'ellipse de Hohmann La méthode de transfert de l ellipse de Hohmann permet à un satellite d'être placé dans une orbite à l'altitude désirée en utilisant le moins d'énergie. En premier le véhicule du lancement propulse le satellite dans une orbite basse de parking par la méthode de la montée directe. Alors, le satellite est injecté dans une orbite du transfert elliptique, dont l'apogée est à l'altitude de l'orbite circulaire désirée. Finalement, la poussée supplémentaire est appliquée par un AKM (Apogée Kick Motor) pour fournir l'incrément de la rapidité nécessaire pour l'acquisition de l'orbite circulaire requise à l'apogée 7

8 2 - Lancement du satellite La méthode de transfert de l ellipse de Hohmann Dans la pratique c'est habituel d utiliser la méthode de la montée directe pour injecter un satellite dans un LEO et pour la méthode de transfert de l ellipse de Hohmann devant être utilisée pour les plus hautes orbites. 8

9 2 - Lancement du satellite Véhicule de lancement Les véhicules de lancement et leur tête imposent la masse et contraintes dimensionnelles des satellites qui peuvent être lancés. Cependant, plusieurs types différents de dispositif de lancement sont disponibles pour usage commercial et le concepteur du satellite s assurera que le satellite respectera les contraintes et les capacités d'un d'eux, ou de préférence de plusieurs. 9

10 2 - Lancement du satellite Quelques types de Véhicules du Lancement Tous ces véhicules consistent en plusieurs étages, principalement alimentées par du liquide bipropellant, et quelques-uns uns sont aidés par amplificateurs de fusée solides attachés sur le premier étage. La contrainte dimensionnelle sur la charge utile du dispositif de lancement, en consistant en un ou plus de satellites, est déterminé par la taille et forme du nez qui protège la charge utile pendant que le dispositif de lancement est dans l'atmosphère. Plusieurs nez différents sont disponibles pour la plupart p des dispositif de lancement, s accommodant de satellites de tailles et de formes différentes après qu'ils aient été préparés au lancement en repliant de telles structures comme les panneaux solaires et les grandes antennes.. 10

11 2 - Lancement du satellite Quelques types de Véhicules du Lancement La série Delta de véhicules de lancement a été utilisée amélioré largement et de façon continue pour les charges utiles civiles et militaires depuis Ils sont parmi le plus fiable des dispositifs de lancement de qualité intermédiaires. Delta II est le plus récent et la version la plus avancée de la série en service, et la trois-étape Delta II 7925 configuration est la plus puissante. 11

12 2 - Lancement du satellite Quelques types de Véhicules de Lancement Série Delta Le satellite, et son AKM, est attaché au sommet de la fusée du troisième-étage. Pendant le voyage dans l'atmosphère, ils sont protégés par un carénage qui est abandonné à une altitude minimum de 125km. Quand la combustion du troisième-étage iè est terminée, le satellite et l AKM, maintenant dans l'orbite de transfert Hohmann, sont relâchés pour terminer l étape finale du lancement. Delta I1 est haut de 38.2 m et a une masse de 230 tonnes au décollage. Lancé de Cap Canaveral, le Delta II 7925 peut placer 1819 kg dans un GTO a incliné à 28.7", avec hauteurs à périgée é et apogée de 185km et 35786km respectivement 12

13 2 - Lancement du satellite Quelques types de Véhicules de Lancement Ariane La famille Ariane de véhicules de lancement a été développée par l'agence de l espace européenne (ESA). Les lanceurs Ariane sont commercialement promus, produits et lancés par la compagnie Ariane Espace basée en France. Ariane Espace est la première compagnie commerciale du transport de l'espace dans le monde. La famille Ariane de dispositif de lancement consiste en quatre modèles évolutionnaires dénommés1,2,3 et 4. Ariane 2 et Ariane 3 sont des variantes d'ariane 1, pendant qu'ariane 4 incorpore plusieurs améliorations technologiques majeures, y compris un système de la propulsion amélioré. Ces dispositif de lancement consistent en trois étages et une baie du matériel du véhicule. 13

14 2 - Lancement du satellite Quelques types de Véhicules du Lancement Ariane 14

15 3 - Maintien de la Position du satellite Les satellites doivent être gardé dans la position correcte. Bien qu'ils puissent être placés dans exactement l'orbite correcte après qu'ils soient lancés, les variations dans le champ gravitationnel de la Terre et d'autres facteurs peuvent les faire dériver hors de leur position correcte. En conséquence c'est nécessaire de les repositionner périodiquement. 15

16 3 - Maintien de la Position du satellite De petits propulseurs sont utilisés pour exécuter cette opération. Souvent ils consistent en conteneurs d'un gaz qui quand ils sont relâchés avec un catalyseur donne une propulsion pour ramener le satellite sur sa position. Souvent la vie du service d'un satellite est déterminée par la quantité de combustible pour repositionner le satellite plutôt que la fiabilité de l'électronique. 16

17 4 - Puissance du satellite La puissance électrique est aussi exigée par le satellite pour sa circuiterie électronique et d'autres systèmes électriques. Bien que les puissances requises pour quelques satellites puissent être relativement t modestes, ce n'est certainement t pas le cas pour les satellites tel que diffusion directe (DBS) ou télévision du satellite qui diffuse des satellites. Bien qu'ils ne transmettent pas les mêmes niveaux de puissance qui est utilisée pour radiodiffusion terrestre, ils consomment encore des montants considérables de puissance. 17

18 4 - Puissance du satellite La puissance est fournie par les grands panneaux solaires. Certains satellites cylindriques les ont positionné autour de la zone externe sur le cylindre afin que une partie du corps soit toujours exposée à lumière du soleil. D'autres ont des grands panneaux étendus qui sont orientés pour toucher le montant maximum de lumière. Aujourd'hui ces panneaux sont capables de produire les nombreux kilowatts de puissance exigé comme puissance de sortie utilisés dans beaucoup de répéteurs. ét 18

19 4 - Puissance du satellite Les batteries sont exigées pour les périodes où le satellite est dans l'obscurité. Ceux-ci ont besoin d être chargées par les cellules solaires afin que quand le satellite passe hors de la lumière du soleil il puisse rester encore opérationnel. Cela place naturellement un fardeau supplémentaire sur les cellules solaires parce qu'ils doivent être capable d'alimenter pas seulement le satellite lui-même, mais aussi charger les batteries. Cela peut doubler la puissance qu ils doivent fournir pendant périodes de lumière du soleil. 19

20 5 - Antennes du satellite Les antennes utilisées sur les satellites est particulièrement importantes. Ils sont les seuls moyens avec lesquels la communication peut avoir lieu avec la terre. Pour les satellites géostationaires des antennes directives sont utilisées généralement. Ceux-ci sont utilisés parce que la puissance consommée sur le satellite doit être minimisée partout où cela est possible. Les antennes directives fournissent un bon gain et permettent un meilleur usage de la puissance transmise disponible. En outre ils permettent aux signaux de la terre d être reçus avec le meilleur rapport signal sur bruit. Vu les longues distances parcourues pour les satellites géostationnaires, il y a des pertes considérables sur le trajet et le gain de l'antenne est utilisé pour améliorer la force du signal reçu. 20

21 5 - Antennes du satellite La situation est différente pour les satellites en orbite basse ou LEO. Ces satellites ne sont pas dans orbite géostationaire et ils bougent à travers le ciel. En outre ils doivent être être reçus n'importe quand par plusieurs utilisateurs et cela ne leur permet d utiliser d'antennes directrices. En outre la terre sous-tend autour de la moitié de la sphère céleste et en conséquence les utilisateurs peuvent être séparés par les angles qui varient de zéro à presque 180 degrés. Heureusement les satellites sont beaucoup plus proches de la terre et les pertes de la voie d'accès sont très considérablement réduites, et donc réduisent le besoin d antennes à gain élevé. 22

22 6 - Station terrienne Les stations terriennes aussi ont besoin d'un système d'antennes fonctionnel. Pour la communication avec les satellites dans orbite géostationaire les antennes restent fixes, sauf s'il y a un besoin de changer de satellite. Des réflecteurs paraboliques sont souvent utilisés. Cela peut être vu au nombre d'antennes de la télé du satellite qui sont utilisées. Elles ont la forme de réflecteur parabolique. Ce type d antenne est largement utilisé pour la réception des diffusions satellite. Les antennes vues sur les côtés de maisons sont presque exclusivement des réflecteurs paraboliques. 23

23 6 - Station terrienne Pour quelques satellites en orbite basse les antennes sont conçues pour être capable de traquer le satellite en l'azimuth et en élevation. Cela est accompli typiquement en traquant automatiquement le satellite pendant qu il bouge à travers le ciel. Cela est réalisé normalement en prenant un signal à la sortie du récepteur. Et en s assurant qu'il est maintenu à son niveau de crête le satellite sera traqué. 24

24 7 - Performance en orbite du satellite Les tests en orbite du satellite sont effectués pour une variété de raisons. Pour un satellite de communications sa forme basique est de vérifier l'intégrité de la charge utile des communications et de la plateforme de l'antenne au moment du lancement du satellite, et avant la remise aux Opérations. Aussi, les vérifications de la performance de la en orbite sont faits de façon régulière. Réaliser des tests vérifiables et précis demande d avoir des caractéristiques de stations terrienne beaucoup plus grande qu une station terrienne normale. 25

25 8 - Assurance du satellite L'assurance du satellite est un branche spécialisée d'assurance de l'aviation qui est pratiquée par très peu d'assureurs dans le monde. En 1965 la première assurance du satellite a été placée avec Lloyds de Londres pour couvrir des dégâts physique sur le pré-lancement de «Early Bird" satellite d Intelsat I. En 1968 la couverture a été é aménagée pour pré-lancement et les risques de lancement pour le satellite Intelsat III. Les satellites sont des machines très complexes qui sont fabriquées et ont utilisé par des gouvernements et quelques très grandes compagnies. Le budget pour un projet du satellite typique peut être mesurés en milliards de dollars et peut s exécuter sur 5.10 années y compris l'organisation, fabrication automatisée, essai et lancement. L assurance disponible pour les satellites est divisé en deux sections: la couverture du satellite la couverture du risque au sol 26

26 8 - Assurance du satellite La couverture du risque du satellite est assurance contre tout dommage au satellite lui-même. Il y a cinq types de couverture de base disponibles dans cette section: Pré-lancement La Couverture de l'assurance du Lancement La couverture en orbite Les engagements des tierces parties (requises par les autorités de régulation La couverture de perte de revenus (pas souvent utilisé) 27

27 8 Assurance au sol Comme beaucoup de Station terrienne sont exploitées par les grandes entités du gouvernement tel que NASA, la panne du fait de l'assuré est rare. Au cas où la panne a lieu dû aux événements qui sont au delà du contrôle de l'assuré (tel qu'un tremblement de terre), la couverture prévoit le coût de payer des locaux, remplaçant les systèmes informatique, sauvegarde des logiciel et d'autres dispositions nécessaires pour la poursuite des opérations. 28

28 Fin de cours Jour 2 Economie du satellite: Conception de Satellite, Fabrication de Satellite, Lancement, Assurance, Performance en orbite, Stations de surveillance Acquisition de satellite, Bail, Joint-Ventures, Condo-sat, Pré-achat 29

TS Physique Satellite à la recherche de sa planète Exercice résolu

TS Physique Satellite à la recherche de sa planète Exercice résolu P a g e 1 Phsique atellite à la recherche de sa planète Exercice résolu Enoncé Le centre spatial de Kourou a lancé le 1 décembre 005, avec une fusée Ariane 5, un satellite de météorologie de seconde génération

Plus en détail

Les fusées Ariane. Par Jennifer MOULLET, 3 3

Les fusées Ariane. Par Jennifer MOULLET, 3 3 Les fusées Ariane Par Jennifer MOULLET, 3 3 Sommaire: I) le contexte A: recommencer après un échec B: de nombreux enjeux internationaux et un grand succès II) présentation des fusées A: Généralités B:

Plus en détail

Un accueil de qualité :

Un accueil de qualité : Un accueil de qualité : Mercredi 08 Juin 2011, dans l après-midi, notre classe de 3 ème de Découverte Professionnelle s est rendue sur le site de THALES ALENIA SPACE à CANNES LA BOCCA. Nous étions accompagnés

Plus en détail

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation Introduction à la télédétection 3 - Description et orbite d'un satellite d'observation OLIVIER DE JOINVILLE Table des matières I - Description d'un satellite d'observation 5 A. Schéma d'un satellite...5

Plus en détail

Propulsion COLLÈGE. 1. Le moteur vulcain. > Expositions > Niveau 0 > CENTRE DE LANCEMENT

Propulsion COLLÈGE. 1. Le moteur vulcain. > Expositions > Niveau 0 > CENTRE DE LANCEMENT 1. Le moteur vulcain C. Expliquer le principe d action réaction aussi appelé le principe des actions réciproques qui s applique dans le moteur Vulcain. Vous pouvez-vous aider du schéma ci-dessous. A. Quels

Plus en détail

Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites

Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites I- Les trois lois de Kepler : Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites Les lois de Kepler s'applique aussi bien pour une planète en mouvement

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif - 70 Chapitre 8 : Champ de gravitation - Satellites I. Loi de gravitation universelle : (

Plus en détail

Cours IV Mise en orbite

Cours IV Mise en orbite Introduction au vol spatial Cours IV Mise en orbite If you don t know where you re going, you ll probably end up somewhere else. Yogi Berra, NY Yankees catcher v1.2.8 by-sa Olivier Cleynen Introduction

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/C.1/L.320

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/C.1/L.320 Nations Unies A/AC.105/C.1/L.320 Assemblée générale Distr. limitée 30 octobre 2012 Français Original: anglais et russe Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Sous-Comité scientifique

Plus en détail

Document d Appui n 3.3. : Repérage ou positionnement par Global Positionning System G.P.S (extrait et adapté de CAMELEO 2001)

Document d Appui n 3.3. : Repérage ou positionnement par Global Positionning System G.P.S (extrait et adapté de CAMELEO 2001) Document d Appui n 3.3. : Repérage ou positionnement par Global Positionning System G.P.S (extrait et adapté de CAMELEO 2001) 1. Présentation du GPS Le GPS (Global Positionning System=système de positionnement

Plus en détail

Question 1- Quelle doit être à ton avis la force avec laquelle il faudrait jeter une pierre pour qu'elle tourne autour de la Terre?

Question 1- Quelle doit être à ton avis la force avec laquelle il faudrait jeter une pierre pour qu'elle tourne autour de la Terre? Les Satellites Introduction En astronomie, un satellite est décrit comme un corps céleste qui gravite autour d'une planète; ainsi la Lune est le satellite naturel de la Terre. En astronautique, il s'agit

Plus en détail

Glossaire 3D OU IMAGE STÉRÉOSCOPIQUE Dans la vision naturelle, les yeux saisissent un objet sous deux angles légèrement différents du fait de l écartement oculaire. C est cette différence d angle qui fait

Plus en détail

À TOI DE JOUER! VIVRE EN FRANCE L EXPLORATION DE L ESPACE. 1. Observez ces documents et cochez la bonne réponse.

À TOI DE JOUER! VIVRE EN FRANCE L EXPLORATION DE L ESPACE. 1. Observez ces documents et cochez la bonne réponse. A B C 1. Observez ces documents et cochez la bonne réponse. 1. Quel est l argument de tous ces documents? 4. Helios est un film L espace traditionnel La Terre en relief Les avions en noir et blanc 2. Dans

Plus en détail

LE MARCHE DE L ESPACE AUJOURD HUI...

LE MARCHE DE L ESPACE AUJOURD HUI... Sommaire CHAPITRE 1 LE MARCHE DE L ESPACE AUJOURD HUI... 5 1.1 QUELQUES CHIFFRES... 5 1.2 LA CONQUETE N EST PLUS LE SEUL MOTEUR DE L ACCES A L ESPACE... 5 1.3 QUI SE PARTAGE LE MARCHE DU SPATIAL?... 7

Plus en détail

COTTAZ Céline DESVIGNES Emilie ANTHONIOZ-BLANC Clément VUILLERMET DIT DAVIGNON Nicolas. Quelle est la trajectoire de la Lune autour de la Terre?

COTTAZ Céline DESVIGNES Emilie ANTHONIOZ-BLANC Clément VUILLERMET DIT DAVIGNON Nicolas. Quelle est la trajectoire de la Lune autour de la Terre? COTTAZ Céline DESVIGNES Emilie ANTHONIOZ-BLANC Clément VUILLERMET DIT DAVIGNON Nicolas Quelle est la trajectoire de la Lune autour de la Terre? Terminale S1 Lycée Elie Cartan Olympiades de Physiques 2003-2004

Plus en détail

DM n o 8 TS1 2012 Physique 10 (satellites) + Chimie 12 (catalyse) Exercice 1 Lancement d un satellite météorologique

DM n o 8 TS1 2012 Physique 10 (satellites) + Chimie 12 (catalyse) Exercice 1 Lancement d un satellite météorologique DM n o 8 TS1 2012 Physique 10 (satellites) + Chimie 12 (catalyse) Exercice 1 Lancement d un satellite météorologique Le centre spatial de Kourou a lancé le 21 décembre 200, avec une fusée Ariane, un satellite

Plus en détail

LP CONDORCET. Q3. De quand date le premier lancement de satellite de communication? Q4. Quelle fut la première application de ce satellite?

LP CONDORCET. Q3. De quand date le premier lancement de satellite de communication? Q4. Quelle fut la première application de ce satellite? TD1 GENloc31e Étude du système de Gestion de flotte de véhicule par GSM et GPS Champ professionnel Électronique Industrielle Embarquée Activité F4 Organisation A4-2 S'informer et se documenter Compétence

Plus en détail

Directives pour l évaluation des participations d astrophilatélie

Directives pour l évaluation des participations d astrophilatélie FEDERATION INTERNATIONALE DE PHILATELIE SECTION FOR ASTROPHILATELY Directives pour l évaluation des participations d astrophilatélie Article 1 : Exposition en compétition Principe fondamental (réf. GREV

Plus en détail

B = A = B = A = B = A = B = A = Recopier sur la copie chaque expression numérique et la réponse exacte. Réponse A Réponse B Réponse C Solution

B = A = B = A = B = A = B = A = Recopier sur la copie chaque expression numérique et la réponse exacte. Réponse A Réponse B Réponse C Solution Q.C.M. Recopier sur la copie chaque expression numérique et la réponse exacte. Réponse A Réponse B Réponse C Solution Exercice 1 On considère les trois nombres A, B et C : 2 x (60 5 x 4 ²) (8 15) Calculer

Plus en détail

Small-Satellite Engineering and Applications

Small-Satellite Engineering and Applications Amandine DENIS Satellite Engineering Mai 2008 Aperçu de la présentation 1. De Spoutnik aux CubeSats 2. Caractéristiques-clés des petits satellites 3. Plateformes développées par le SSTL 4. Opportunités

Plus en détail

Forum du 07 /04 /2011

Forum du 07 /04 /2011 Forum du 07 /04 /2011 Bilan général du tout automobile et de ces conséquences. La voiture est devenue l objet primordial de nos déplacements Infrastructures au détriment de la qualité de la vie Conséquences

Plus en détail

MANUEL UTILISATEUR DU RECEPTEUR HAICOM HI-303MMF

MANUEL UTILISATEUR DU RECEPTEUR HAICOM HI-303MMF MANUEL UTILISATEUR DU RECEPTEUR HAICOM HI-303MMF 1 SOMMAIRE DU MANUEL UTILISATEUR I. LE POSITIONNEMENT PAR GPS..3 II. INTRODUCTION - GPS HAICOM HI-303MMF... 4 III. COMPOSITION DU PACK GPS...5 IV. INSTALLATION

Plus en détail

Qu est-ce que c est? La notion de localisation

Qu est-ce que c est? La notion de localisation Qu est-ce que c est? La notion de localisation est floue Adaptation à la langue locale (peut se révéler non triviale!) Internet est indépendant (potentiellement) de la localisation Le réseau téléphonique

Plus en détail

RÈGLEMENT SPÉCIFIQUE ET DIRECTIVES POUR L ÉVALUATION EN ASTROPHILATÉLIE AUX EXPOSITIONS PATRONNÉES PAR LA FFAP

RÈGLEMENT SPÉCIFIQUE ET DIRECTIVES POUR L ÉVALUATION EN ASTROPHILATÉLIE AUX EXPOSITIONS PATRONNÉES PAR LA FFAP FÉDÉRATION FRANÇAISE DES ASSOCIATIONS PHILATÉLIQUES RÈGLEMENT SPÉCIFIQUE ET DIRECTIVES POUR L ÉVALUATION EN ASTROPHILATÉLIE AUX EXPOSITIONS PATRONNÉES PAR LA FFAP Préambule Le présent texte est issu de

Plus en détail

TPE : La voiture solaire. Présentation de Matthys Frédéric, Soraya Himour et Sandra Thorez.

TPE : La voiture solaire. Présentation de Matthys Frédéric, Soraya Himour et Sandra Thorez. TPE : La voiture solaire Présentation de Matthys Frédéric, Soraya Himour et Sandra Thorez. Sommaire :.1) Le capteur solaire :.2) La voiture solaire :.3) Variation de température et la vitesse : Problématique

Plus en détail

www.rallyesolaire.eu

www.rallyesolaire.eu Règlement du Rallye Solaire Européen Phébus version 2010.1 Les inscriptions : www.rallyesolaire.eu Les formalités d'inscription seront sur www.rallyesolaire.eu. Date limite des inscriptions : un mois avant

Plus en détail

COMMENT ALLER D'UNE PLANETE A, A UNE PLANETE B DANS UN SYSTEME SOLAIRE?

COMMENT ALLER D'UNE PLANETE A, A UNE PLANETE B DANS UN SYSTEME SOLAIRE? COMMENT ALLER D'UNE PLANETE A, A UNE PLANETE B DANS UN SYSTEME SOLAIRE? Mini-tuto pour Kerbal SP Par Saganami Corrections par Bill Silverlight 0. Un peu de vocabulaire 0.a S'orienter dans l'espace Un vaisseau

Plus en détail

RECOMMANDATION UIT-R M.1088. (Question UIT-R 83/8)

RECOMMANDATION UIT-R M.1088. (Question UIT-R 83/8) Rec. UIT-R M.1088 1 RECOMMANDATION UIT-R M.1088 PRINCIPES DE PARTAGE AVEC LES SYSTÈMES D'AUTRES SERVICES EXPLOITÉS DANS LES BANDES ATTRIBUÉES AU SERVICE DE RADIONAVIGATION PAR SATELLITE (Question UIT-R

Plus en détail

Parcours Astronomie. Cher Terrien, bienvenue à la Cité des sciences et de l industrie! Voici tes missions :

Parcours Astronomie. Cher Terrien, bienvenue à la Cité des sciences et de l industrie! Voici tes missions : Parcours Astronomie Dossier pédagogique pour les enseignants Cher Terrien, bienvenue à la Cité des sciences et de l industrie! Voici tes missions : Explore les expositions «Objectifs Terre» et «le Grand

Plus en détail

Lignes directrices relatives à la réduction des débris spatiaux du Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique

Lignes directrices relatives à la réduction des débris spatiaux du Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Lignes directrices relatives à la réduction des débris spatiaux du Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique A. Historique 1. Depuis que le Comité des utilisations pacifiques de

Plus en détail

FORMATION DES PERSONNES-RESSOURCES EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE LE CYCLE DU JOUR ET DE LA NUIT (CYCLE DIURNE)

FORMATION DES PERSONNES-RESSOURCES EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE LE CYCLE DU JOUR ET DE LA NUIT (CYCLE DIURNE) FORMATION DES PERSONNES-RESSOURCES EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE LE CYCLE DU JOUR ET DE LA NUIT (CYCLE DIURNE) Pierre Chastenay astronome Planétarium de Montréal Source : nia.ecsu.edu/onr/ocean/teampages/rs/daynight.jpg

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL BACCALAURÉA GÉNÉRAL SUJE PHYSIQUE-CHIMIE Série S DURÉE DE L ÉPREUVE : 3 h 30 COEFFICIEN : 6 L usage d'une calculatrice ES autorisé Ce sujet ne nécessite pas de feuille de papier millimétré Ce sujet comporte

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE SATELLITE

TOUT SAVOIR SUR LE SATELLITE Vous avez dit satellite? Le satellite qui vous permet de regarder la télévision et d'écouter vos radios préférées s'appelle INTELSAT 701 Il sert de relais pour transmettre les programmes depuis les États

Plus en détail

Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur

Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur PROJET JANUS Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur Contact : alain.gaboriaud@cnes.fr OBJECTIFS Satellites Etudiants

Plus en détail

Un lancement pour Intelsat et pour Optus

Un lancement pour Intelsat et pour Optus Un lancement pour Intelsat et pour Optus Pour son 4ème lancement de l année, Arianespace mettra en orbite deux satellites de télécommunications : INTELSAT 11 pour l opérateur international Intelsat et

Plus en détail

Orbites et coniques : Constructions à la ficelle

Orbites et coniques : Constructions à la ficelle Orbites et coniques : Constructions à la ficelle Yves A. Delhaye 10 mai 2015 15 :21 Résumé Le lien entre les orbites des astres dans le système solaire et les coniques est établi. La définition des coniques

Plus en détail

Activité 34 Du bateau à la fusée

Activité 34 Du bateau à la fusée Activité 34 Du bateau à la fusée Chronologie de la conquête spatiale 1957 4 octobre : premier satellite artificiel Spoutnik lancé par l'union Soviétique. 3 novembre : Spoutnik 2 (URSS) emporte dans l'espace

Plus en détail

Système de propulsion électrique Voltec : il permet d associer sobriété et sportivité

Système de propulsion électrique Voltec : il permet d associer sobriété et sportivité Media Information 11 juillet 2011 Opel Ampera Système de propulsion Système de propulsion électrique Voltec : il permet d associer sobriété et sportivité Tout en douceur : les roues sont toujours entraînées

Plus en détail

Le satellite Gaia en mission d exploration

Le satellite Gaia en mission d exploration Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR Secrétariat d Etat à la formation, à la recherche et à l innovation SEFRI Division Affaires spatiales Fiche thématique (16.12.2013)

Plus en détail

La gravitation universelle

La gravitation universelle La gravitation universelle Pourquoi les planètes du système solaire restent-elles en orbite autour du Soleil? 1) Qu'est-ce que la gravitation universelle? activité : Attraction universelle La cohésion

Plus en détail

FAQ: revo Monitoring System: rms

FAQ: revo Monitoring System: rms FAQ: revo Monitoring System: rms V161011fr 1.De quoi est composé le système rms?...1 2.Comment le rms prédit-il la durée de chaux restante?...3 3.Puis-je mettre à jour mon Shearwater actuel avec le rms?...3

Plus en détail

ARIANESPACE VOL 126. PREMIER LANCEMENT DE L ANNEE 15 ème lancement pour PanAmSat

ARIANESPACE VOL 126. PREMIER LANCEMENT DE L ANNEE 15 ème lancement pour PanAmSat ARIANESPACE VOL 126 PREMIER LANCEMENT DE L ANNEE 15 ème lancement pour PanAmSat ARIANESPACE Vol 126 mettra en orbite de transfert géostationnaire le satellite de communications GALAXY XR, pour le premier

Plus en détail

Ballon Sonde : Air Maroni 2010

Ballon Sonde : Air Maroni 2010 Ballon Sonde : Air Maroni 2010 1. Présentation du projet L objectif du projet du ballon sonde est de lâcher un ballon gonflé à l hélium muni d une nacelle. La nacelle contient huit capteurs : deux capteurs

Plus en détail

CENTRE SPATIAL DE GUYANE «Le Port spatial de l Europe» Missions et opérations par Philippe Noël, ISSAT

CENTRE SPATIAL DE GUYANE «Le Port spatial de l Europe» Missions et opérations par Philippe Noël, ISSAT CENTRE SPATIAL DE GUYANE «Le Port spatial de l Europe» Missions et opérations par Philippe Noël, ISSAT 1 Sommaire La Base de lancement - définition - caractéristiques - les principales bases Les phases

Plus en détail

www.boutiquesolaire.com

www.boutiquesolaire.com INFORMATIONS SUR LES PRODUITS 03 / 2013 POWERBANKS CHARGEURS SOLAIRES Powerbanks Chargeurs solaires Cellules solaires pour Powerbanks CELLULES SOLAIRES POUR POWERBANKS www.boutiquesolaire.com CONTENU Powerbanks

Plus en détail

Un lancement pour des clients prestigieux

Un lancement pour des clients prestigieux Un lancement pour des clients prestigieux Pour son premier lancement de l année, Arianespace mettra en orbite deux satellites de t é l é c o m m u n i c a t i o n s : HOT BIRD T M 10 pour l opérateur européen

Plus en détail

Galiléo. Galiléo : le système européen de positionnement par satellite

Galiléo. Galiléo : le système européen de positionnement par satellite Galiléo Voici quelques informations sur une situation concrète où le caractère relatif du temps est à prendre en compte. Plutôt que sur le système américain GPS, pourquoi ne pas travailler autour du système

Plus en détail

Maquette papier à monter éch. 1/100 e

Maquette papier à monter éch. 1/100 e Maquette papier à monter éch. 1/100 e ESA/CNES/Arianespace/CSG Service Optique, 2005 liste prestigieuse : EADS Space Transportation, la Snecma, Alcatel, Air Liquide, Volvo, Sabca, Contraves, Man, Avio,

Plus en détail

LES VIDEOTRANSMISSIONS INTERACTIVES DU CENTRE NATIONAL D'ENSEIGNEMENT À DISTANCE (CNED) - première partie

LES VIDEOTRANSMISSIONS INTERACTIVES DU CENTRE NATIONAL D'ENSEIGNEMENT À DISTANCE (CNED) - première partie 217 LES VIDEOTRANSMISSIONS INTERACTIVES DU CENTRE NATIONAL D'ENSEIGNEMENT À DISTANCE (CNED) - première partie Jean DUCHAINE, Jean-Claude BELLET INTRODUCTION En Février 1991, le centre CNED de Poitiers-Futuroscope

Plus en détail

Les puissances 4. 4.1. La notion de puissance. 4.1.1. La puissance c est l énergie pendant une seconde CHAPITRE

Les puissances 4. 4.1. La notion de puissance. 4.1.1. La puissance c est l énergie pendant une seconde CHAPITRE 4. LES PUISSANCES LA NOTION DE PUISSANCE 88 CHAPITRE 4 Rien ne se perd, rien ne se crée. Mais alors que consomme un appareil électrique si ce n est les électrons? La puissance pardi. Objectifs de ce chapitre

Plus en détail

Thuraya XT-LITE Simple. Fiable. Abordable.

Thuraya XT-LITE Simple. Fiable. Abordable. Thuraya XT-LITE Simple. Fiable. Abordable. www.thuraya.com Suivez-nous sur /thurayatelecom Restez Proche Le téléphone satellitaire ayant l'un des meilleurs rapports qualité-prix au monde Il n'a jamais

Plus en détail

2 Le transport spatial : une ambition stratégique, une priorité à la baisse des coûts

2 Le transport spatial : une ambition stratégique, une priorité à la baisse des coûts 2 Le transport spatial : une ambition stratégique, une priorité à la baisse des coûts PRÉSENTATION L accès de l Europe à l espace, pour l essentiel organisé dans le cadre de l Agence spatiale européenne

Plus en détail

Le drone de cartographie professionnelle

Le drone de cartographie professionnelle Le drone de cartographie professionnelle 4 raisons de choisir l'ebee 01. Réalisez plus de cartes, d'une plus grande précision L'eBee peut couvrir jusqu'à 12 km² au cours d'un seul vol. Quand il survole

Plus en détail

LA MAUVAISE UTILISATION DE CES RECOMMANDATIONS DE SÉCURITÉ PEUT PROVOQUER DE GRAVES DOMMAGES PERSONNELS LÉSION, DÉCÈS ET/OU INCAPACITÉ.

LA MAUVAISE UTILISATION DE CES RECOMMANDATIONS DE SÉCURITÉ PEUT PROVOQUER DE GRAVES DOMMAGES PERSONNELS LÉSION, DÉCÈS ET/OU INCAPACITÉ. Recommandations de sécurité LA MAUVAISE UTILISATION DE CES RECOMMANDATIONS DE SÉCURITÉ PEUT PROVOQUER DE GRAVES DOMMAGES PERSONNELS LÉSION, DÉCÈS ET/OU INCAPACITÉ. 1. LIRE ATTENTIVEMENT TOUTES LES INSTRUCTIONS

Plus en détail

Origine du courant électrique Constitution d un atome

Origine du courant électrique Constitution d un atome Origine du courant électrique Constitution d un atome Electron - Neutron ORIGINE DU COURANT Proton + ELECTRIQUE MATERIAUX CONDUCTEURS Électrons libres CORPS ISOLANTS ET CORPS CONDUCTEURS L électricité

Plus en détail

Des indicateurs vous permettant de mesurer et de contrôler vos opérations au quotidien. SÉRIE ZM300

Des indicateurs vous permettant de mesurer et de contrôler vos opérations au quotidien. SÉRIE ZM300 Des indicateurs vous permettant de mesurer et de contrôler vos opérations au quotidien. SÉRIE ZM300 Conçus pour les besoins d aujourd hui et les défis de demain Des indicateurs à la pointe de la technologie

Plus en détail

LES LANCEURS SPATIAUX

LES LANCEURS SPATIAUX Texte de la 266 e conférence de l'université de tous les savoirs donnée le 22 septembre 2000. LES LANCEURS SPATIAUX par Hubert CURIEN La conquête de l Espace par l Homme est, sans conteste, l un des plus

Plus en détail

TS Devoir surveillé N 3 mardi 08/01/2013

TS Devoir surveillé N 3 mardi 08/01/2013 TS Devoir surveillé N 3 ardi 8//3 No et Préno : Note : / Toute réponse doit être justifiée. Eercice : Le saut de la grenouille (7,5 points) Etienne Jules Marey (Beaune 83 Paris 94) physiologiste français,

Plus en détail

L énergie solaire DOSSIER RESSOURCE

L énergie solaire DOSSIER RESSOURCE DOSSIER RESSOURCE SOMMAIRE 1. Pourquoi les énergies renouvelables?... 3 2. L'énergie solaire... 4 3. Principe de fonctionnement du panneau solaire... 5 4. Pourquoi orienter les panneaux solaires?... 6-2

Plus en détail

REGULATION DES CONTENUS ET DES CONTENANTS A L ERE DE LA TELEVISION PAR SATELLITE, CABLE, MOBILE ET INTERNET

REGULATION DES CONTENUS ET DES CONTENANTS A L ERE DE LA TELEVISION PAR SATELLITE, CABLE, MOBILE ET INTERNET 25/03/2015 Autorité de Régulation des Télécommunications et de la Poste 1 REGULATION DES CONTENUS ET DES CONTENANTS A L ERE DE LA TELEVISION PAR SATELLITE, CABLE, MOBILE ET INTERNET Salou Abdou DORO ARTP

Plus en détail

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Objectifs : Extraire et exploiter des informations sur l'absorption des rayonnements par l'atmosphère terrestre. Connaitre des sources

Plus en détail

LES DÉBRIS SPATIAUX. Fleurance, le 6 août 2014. Présenté par Sylvain MICHEL (Centre National d'etudes Spatiales, Toulouse)

LES DÉBRIS SPATIAUX. Fleurance, le 6 août 2014. Présenté par Sylvain MICHEL (Centre National d'etudes Spatiales, Toulouse) LES DÉBRIS SPATIAUX Fleurance, le 6 août 2014 Présenté par Sylvain MICHEL (Centre National d'etudes Spatiales, Toulouse) Merci à Fernand ALBY (CNES, Toulouse) et Christophe BONNAL (CNES, Paris) pour leurs

Plus en détail

ÉNERGIE : DÉFINITIONS ET PRINCIPES

ÉNERGIE : DÉFINITIONS ET PRINCIPES DÉFINITION DE L ÉNERGIE FORMES D ÉNERGIE LES GRANDS PRINCIPES DE L ÉNERGIE DÉCLINAISONS DE L ÉNERGIE RENDEMENT ET EFFICACITÉ DÉFINITION DE L ÉNERGIE L énergie (du grec : force en action) est ce qui permet

Plus en détail

PROJET DE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS

PROJET DE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS Contribution du Directeur général Original : anglais 21 mai 2010 PROJET DE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS I. CONTEXTE 1. L article III (a) de l Accord ITSO dispose que «En tenant compte de l établissement

Plus en détail

SCIENCES TECHNOLOGIES

SCIENCES TECHNOLOGIES R essources MICHEL WAUTELET SCIENCES TECHNOLOGIES et SOCIÉTÉ Questions et réponses pour illustrer les cours de sciences De Boeck Introduction générale 5 Sciences, technologies, société 1. Quels sont les

Plus en détail

HABITATIONS / RESIDENCES

HABITATIONS / RESIDENCES HABITATIONS / RESIDENCES BARRIERES IR SOLAIRES CLAVIER DEPORTE LCD & TELECOMMANDES DIFFUSEUR DE GAZ IRRITANT GENERATEUR DE BROUILLARD DETECTEUR DE FUMEE & MONOXYDE SIRENE EXTERIEURE SIRENE INTERIEURE DETECTEUR

Plus en détail

Introduction le système de télécommunication par satellites.

Introduction le système de télécommunication par satellites. Introduction Les réseaux de télécommunications terrestres ont trouvé un grand succès dans les dernières années. On peut dans un endroit donné un immeuble ou une société par exemple - faire relier plusieurs

Plus en détail

Systèmes Autonomes Photovoltaïques : Couplage DC ou AC?

Systèmes Autonomes Photovoltaïques : Couplage DC ou AC? Systèmes Autonomes Photovoltaïques : Couplage DC ou AC? Clément Brossard, Clément Joulain, le 10/07/2014 Sommaire 1. Introduction... 2 2. Couplage DC... 2 a) Présentation... 2 b) Fonctionnement et régulation...

Plus en détail

Exercices. Sirius 1 ère S - Livre du professeur Chapitre 15. Champs et forces. Exercices d application. 5 minutes chrono!

Exercices. Sirius 1 ère S - Livre du professeur Chapitre 15. Champs et forces. Exercices d application. 5 minutes chrono! Exercices Exercices d application 5 minutes chrono 1. Mots manquants a. scalaire b. aimants/courants c. aiguille aimantée d. électrostatique. e. uniforme/ parallèles. f. la verticale/la Terre g. gravitation/la

Plus en détail

La (les) mesure(s) GPS

La (les) mesure(s) GPS La (les) mesure(s) GPS I. Le principe de la mesure II. Equation de mesure GPS III. Combinaisons de mesures (ionosphère, horloges) IV. Doubles différences et corrélation des mesures V. Doubles différences

Plus en détail

Baccalauréat STI2D et STL SPCL Epreuve de sciences physiques Correction Session septembre 2014 Antilles - Guyane. Page 0 sur 9

Baccalauréat STI2D et STL SPCL Epreuve de sciences physiques Correction Session septembre 2014 Antilles - Guyane. Page 0 sur 9 Baccalauréat STI2D et STL SPCL Epreuve de sciences physiques Correction Session septembre 2014 Antilles - Guyane 26/11/2014 www.udppc.asso.fr Page 0 sur 9 LES EXPLOITATIONS AGRICOLES PIONNIERES DANS LES

Plus en détail

APPENDICE A DESCRIPTION DES SÉQUENCES VERSION 07-1.0

APPENDICE A DESCRIPTION DES SÉQUENCES VERSION 07-1.0 APPENDICE A DESCRIPTION DES SÉQUENCES VERSION 07-1.0 TABLE DES MATIÈRES ou TABLE OF CONTENTS 1. SERVICE INCENDIE PHASE I (VOIR SECTION DU CODE DES ASCENSEURS CAN/CSA-B44-07, ARTICLE 2.27.3.1 ET 2.27.3.2)

Plus en détail

1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h)

1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h) Problèmes IPhO 2012 1 NOM : PRENOM : LYCEE : 1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h) Nous souhaitons dans ce problème aborder quelques aspects de la conception d un avion solaire autonome. Les

Plus en détail

H E L I O S - S T E N H Y

H E L I O S - S T E N H Y Générateurs Electriques Hybrides 100% prêts à l'emploi H E L I O S - S T E N H Y E C O - U P S - SI & H E L I O S - P A D - 2 5 0 - SC- 24 H E L I O S - S P V - 6 E T 9 Modèles présentés: HELIOS-STENHY-SI-3000-220-..+HELIOS-PAD-750-SR-48

Plus en détail

Un projet électrisant de Communauto Éléments clés pour s approprier la Nissan LEAF

Un projet électrisant de Communauto Éléments clés pour s approprier la Nissan LEAF Un projet électrisant de Communauto Éléments clés pour s approprier la Nissan LEAF alimenté par SOMMAIRE 1. Le projet 2. La Nissan LEAF 3. Les bornes de recharge 4. Conduire la LEAF 5. Recharger la LEAF

Plus en détail

RECOMMANDATION UIT-R F.1332* UTILISATION DE FIBRES OPTIQUES POUR LE TRANSPORT DE SIGNAUX À FRÉQUENCE RADIOÉLECTRIQUE (Question UIT-R 204/9)

RECOMMANDATION UIT-R F.1332* UTILISATION DE FIBRES OPTIQUES POUR LE TRANSPORT DE SIGNAUX À FRÉQUENCE RADIOÉLECTRIQUE (Question UIT-R 204/9) Rec. UIT-R F.1332 1 RECOMMANDATION UIT-R F.1332* UTILISATION DE FIBRES OPTIQUES POUR LE TRANSPORT DE SIGNAUX À FRÉQUENCE RADIOÉLECTRIQUE (Question UIT-R 204/9) Rec. UIT-R F.1332 (1997) L'Assemblée des

Plus en détail

Chaudière à gaz à condensation UltraGas

Chaudière à gaz à condensation UltraGas Chaudière à gaz à condensation UltraGas Une technique de condensation au gaz avec l alufer breveté D une grande efficacité, combustion propre et facile à entretenir. 1 UltraGas (15-2000D) Vos avantages

Plus en détail

De l automatisme à la domotique...

De l automatisme à la domotique... Domotique La Et si le futur était déja là D De l automatisme à la domotique... Simples ou complexes, les systèmes automatisés sont partout dans notre environnement quotidien. Les produits automatisés sont

Plus en détail

Convertisseur Dactablette

Convertisseur Dactablette Convertisseur Dactablette La plupart des systèmes d amplification de très haute qualité ne traitent les signaux provenant de leurs sources qu en analogique, les systèmes «tout numérique» étant plus généralement

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

Gestion moteur véhicules légers

Gestion moteur véhicules légers Module 8 Gestion moteur véhicules légers Orientation véhicules légers Diagnosticien d'automobiles avec brevet fédéral Orientation véhicules utilitaires Modules 7 à 9 Modules 10 à12 Modules 1 à 6 UPSA,

Plus en détail

SUIVEUR SOLAIRE : Informations complémentaires

SUIVEUR SOLAIRE : Informations complémentaires SUIVEUR SOLAIRE : Informations complémentaires IMPORTANT : L objectif de la présente note technique n est pas de se substituer à l ouvrage «Alimentation électrique de sites isolés» mais de fournir des

Plus en détail

UN LANCEMENT POUR L INTERNET ET POUR LA METEOROLOGIE

UN LANCEMENT POUR L INTERNET ET POUR LA METEOROLOGIE UN LANCEMENT POUR L INTERNET ET POUR LA METEOROLOGIE Pour son troisième lancement Ariane 5 de l année, Arianespace mettra en orbite deux satellites : le satellite dédié à l Internet EchoStar XVII pour

Plus en détail

Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires

Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires Systèmes cellulaires Réseaux cellulaires analogiques de 1ère génération : AMPS (USA), NMT(Scandinavie), TACS (RU)... Réseaux numériques de 2ème

Plus en détail

Note technique. Consommation électrique d'un poêle à granulés à émission directe

Note technique. Consommation électrique d'un poêle à granulés à émission directe Note technique Consommation électrique d'un poêle à granulés à émission directe Version / Date Version 1.0 du 06/02/2012 Auteur David Chénier 2012, Amoès SAS. Toute utilisation, reproduction intégrale

Plus en détail

LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE

LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE 2. L EFFET GYROSCOPIQUE Les lois physiques qui régissent le mouvement des véhicules terrestres sont des lois universelles qui s appliquent

Plus en détail

En cas de remplacement ou d installation de radiateurs électriques (du type convecteur, radiant, etc.) ou à accumulation.

En cas de remplacement ou d installation de radiateurs électriques (du type convecteur, radiant, etc.) ou à accumulation. En cas de remplacement ou d installation de radiateurs électriques (du type convecteur, radiant, etc.) ou à accumulation. Ils doivent être régulés par un dispositif électronique intégré performant, ils

Plus en détail

R600. Chaudière gaz à condensation Puissance 23,3 kw 539 kw NOUVEAU

R600. Chaudière gaz à condensation Puissance 23,3 kw 539 kw NOUVEAU R600 Chaudière gaz à condensation Puissance 23,3 kw 539 kw R600 est la nouvelle génération de chaudières gaz à condensation spécialement développée pour les hautes exigences de puissance des bâtiments

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA QUATRIÈME SÉANCE ATELIER

COMPTE RENDU DE LA QUATRIÈME SÉANCE ATELIER DOCUMENT 4.12. COMPTE RENDU DE LA QUATRIÈME SÉANCE ATELIER Jacques CALLEDE Responsable du Programme d'évaluation de la Télétransmission par Satellite ORSTOM Paris. FRANCE CRM - S - 09 - CALLEDE 305 01.

Plus en détail

Synthèse de l étude ADEME "2 roues motorisés Euro3 : progrès environnementaux et comparaison à l automobile"

Synthèse de l étude ADEME 2 roues motorisés Euro3 : progrès environnementaux et comparaison à l automobile mai 2007 Synthèse de l étude ADEME "2 roues motorisés Euro3 : progrès environnementaux et comparaison à l automobile" Contexte de l étude La mise en application de la nouvelle étape réglementaire Euro3

Plus en détail

Application mobile Volvo On Call Guide d'utilisation

Application mobile Volvo On Call Guide d'utilisation Application mobile Volvo On Call Guide d'utilisation Ce document fournit les informations de base concernant les informations requises, les fonctionnalités et les limites de l'application mobile Volvo

Plus en détail

Chapitre 5. Le ressort. F ext. F ressort

Chapitre 5. Le ressort. F ext. F ressort Chapitre 5 Le ressort Le ressort est un élément fondamental de plusieurs mécanismes. Il existe plusieurs types de ressorts (à boudin, à lame, spiral etc.) Que l on comprime ou étire un ressort, tel que

Plus en détail

EXEMPLE DE CALCUL D UNE MISSION AVION

EXEMPLE DE CALCUL D UNE MISSION AVION EXEMPLE DE CALCUL D UNE MISSION AVION On considère un Boeing 747 dont la masse maxi au décollage est de 383000 kg. Il est propulsé par quatre turboréacteurs et réalise quotidiennement des missions de type

Plus en détail

Développement durable

Développement durable Développement durable Parcours élèves Correction Jusqu à la 4 è D E V E L O P P E M E N T 2 0 1 5 U R A B L E Département éducation formation Avenue Franklin D. Roosevelt 75008 Paris www.palais-decouverte.fr

Plus en détail

De nombreuses discussions

De nombreuses discussions Application Sous-système de stockage Partitionner des disques flash en n oubliant pas les précautions d usage! Dans les applications embarquées d'encombrement réduit, il est souvent envisagé d'utiliser

Plus en détail

Annexe III du Protocole au Traité sur l'antarctique, relatif à la protection de l'environnement Elimination et gestion des déchets

Annexe III du Protocole au Traité sur l'antarctique, relatif à la protection de l'environnement Elimination et gestion des déchets Annexe III du Protocole au Traité sur l'antarctique, relatif à la protection de l'environnement Elimination et gestion des déchets ARTICLE 1 OBLIGATIONS GENERALES 1. La présente Annexe s'applique aux activités

Plus en détail

Directive sur les voyages. d affaires des employés

Directive sur les voyages. d affaires des employés Directive sur les voyages Département responsable: Finances Entrée en vigueur: 1 er janvier 2003 Référence: Politique CC 1999/00-05, 2000/01-21, 2003/04-05, 2003/04-36, 2006/07-24, 2006/07-25, 2007/08-02,

Plus en détail

Génie Industriel et Maintenance

Génie Industriel et Maintenance Visite du département Génie Industriel et Maintenance Pour qu aucun de ces systèmes ne tombe en panne. Plan de la visite 1 2 3 4 6 5 1 er Etage 7 8 Rez-de-chaussée 1 Laboratoire de recherche Rôles : L

Plus en détail

MEMO A L USAGE DES LOCATAIRES ET DES PROPRIETAIRES

MEMO A L USAGE DES LOCATAIRES ET DES PROPRIETAIRES MEMO A L USAGE DES LOCATAIRES ET DES PROPRIETAIRES Association Villeurbannaise pour le Droit au Logement 277, rue du 4 août 69 100 Villeurbanne Téléphone : 04 72 65 35 90 Télécopie : 04 78 85 40 53 avdl.asso@wanadoo.fr

Plus en détail

Canada. m y 1*1. 8^1 Agriculture AUG. f/jfwjêkw. Canada. Canadian Agriculture Llbrary Bibliothèque canadienne de l'agriculture Ottawa K1 A 0C5

Canada. m y 1*1. 8^1 Agriculture AUG. f/jfwjêkw. Canada. Canadian Agriculture Llbrary Bibliothèque canadienne de l'agriculture Ottawa K1 A 0C5 Canada 8^1 Agriculture Canada Canadian Agriculture Llbrary Bibliothèque canadienne de l'agriculture Ottawa K1 A 0C5 AUG ftïiï? ] 3 I999 1*1 m y f/jfwjêkw Agriculture et Agroalimentaire Canada Agriculture

Plus en détail