APPEL À PROPOSITION POUR UNE COMMANDE ARTISTIQUE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "APPEL À PROPOSITION POUR UNE COMMANDE ARTISTIQUE"

Transcription

1 APPEL À PROPOSITION POUR UNE COMMANDE ARTISTIQUE I Objet de la consultation : Conception d une œuvre originale, réalisation et installation de l œuvre au sein du CNES, dans le cadre de Nuit Blanche A/ Le contexte de la commande À l'occasion de Nuit Blanche, l'observatoire de l'espace du CNES souhaite mettre en scène, au travers d'une nouvelle rencontre arts-sciences, la notion d'indépendance. Une notion que chacun, à titre individuel, a pu expérimenter mais qui prend tout son sens lorsqu'on la place sous l'angle du spatial. Fruit d'une volonté politique construite au travers d'une chaîne d'approches stratégique, scientifique, économique, commerciale et sociétale, l'indépendance est au cœur des premiers temps de la réflexion spatiale. Problématique essentielle, elle permet d'analyser la place du spatial européen aussi bien dans l'état de la recherche aujourd'hui, que dans nos usages personnels et quotidiens de l'espace et nos perceptions culturelles et imaginaires dont le travail de l Observatoire de l Espace se fait l'écho. B/ Le commanditaire : l'observatoire de l'espace du CNES Convaincu que l aventure spatiale a été l un des vecteurs de transformations culturelles majeures au XX ème siècle, et que le rêve spatial s est révélé un puissant moteur pour alimenter les désirs de changement des hommes, l Observatoire de l Espace, le laboratoire arts-sciences du CNES, réaffirme en 2015, sa vocation de bâtir au jour le jour des rapports nouveaux entre la culture et l Espace. Pour cela, il s'attache à analyser et montrer la place qu occupe l Espace dans notre histoire, nos représentations et notre imaginaire. Il met à disposition ces recherches sous forme de matériaux à destination des artistes afin qu ils élaborent des créations inspirées par des notions liées aux problématiques spatiales telles que les mutations du corps, les télécommunications, ou encore l'indépendance et la souveraineté. A travers les différents processus d appropriation que l Observatoire de l Espace invente, l Espace devient un puissant embrayeur d imaginaire et une source de nouveaux récits. II- Le projet : Nuit Blanche 2015 En retraçant le fil des évènements de l année 1965, point central d une décennie où histoire culturelle, politique, économique et scientifique se sont retrouvées intimement liées, l'observatoire de l'espace du CNES s'interroge sur les réminiscences de ses acquis dans le contexte qui est celui de L'Observatoire de l'espace du CNES souhaite, dans ce cadre, ouvrir au regard d'artistes, ses archives et objets patrimoniaux témoignant de la chaine de moyens constitutive de la notion d'indépendance spatiale, afin de susciter des représentations qui interrogent notre patrimoine commun. Les objets et documents scientifiques proposés à la réflexion des artistes par l'observatoire de l'espace du CNES, sont joints en dossier annexe avec un texte resituant le contexte général et les grandes approches du développement de l'indépendance spatiale. Les œuvres proposées par les artistes répondront, éclaireront, interpréteront ou s'inspireront de la thématique, et des objets patrimoniaux mis à disposition par l'observatoire de l'espace du CNES et interrogeront cette notion primordiale d'indépendance spatiale. Elles pourront établir un dialogue avec des pièces issues de ce corpus spatial, comme avec des pièces imaginaires ou documentaires conçues ou rassemblées par l'artiste. L'Observatoire de l Espace sera présent aux côtés de l'artiste pour l'accompagner dans cette démarche. Les pièces présentées en annexe sont une partie du corpus mis à disposition par le CNES. Un travail commun entre l'artiste et l'observatoire de l Espace pourra aboutir à la mise à disposition de pièces complémentaires. 1

2 Le projet s'inscrit dans le programme arts-sciences mené par l'observatoire de l'espace du CNES. À ce titre, la commande, au-delà de la pièce exposée lors de Nuit Blanche, est une commande de travail collaboratif entre l'observatoire de l'espace du CNES et l'artiste. Les œuvres Sculptures, peintures, photographies ou œuvres graphiques à tirages limités, œuvres éphémères, installations, vidéo, œuvres et/ou sonores, etc. la nature de l'œuvre, et son dimensionnement dans l'espace sont laissés à l'appréciation de l'artiste. Toutefois, de par la configuration de la salle d exposition, la contrainte d'installation des œuvres en association les unes avec les autres est forte. Ainsi, les œuvres sonores devront être réfléchies pour être présentées dans un accrochage collectif. Le jury statuera sur le nombre et le choix d'œuvres définitif en fonction des différentes propositions. Les contraintes majeures pour la réalisation des œuvres proposées par les artistes sont donc celles liées à l'exposition même des œuvres pour cette édition de Nuit Blanche 2015 dans la salle d'exposition du CNES. Dans le cas d'une intervention de textes sonores ou écrits, l œuvre devra alors être réalisée et interprétée «en français». Production et acquisition des œuvres La phase de sélection ne fait l objet d aucune rémunération. Un budget de 3500 sera ensuite attribué à chacun des artistes ou collectifs d artistes sélectionnés seront versés pour la production des œuvres et 2000 pour l acquisition de l œuvre produite, la cession des droits patrimoniaux, se faisant quant à elle à titre gracieux. Cette dernière somme sera attribuée à la livraison de l œuvre après acceptation définitive du projet par l Observatoire de l Espace du CNES. L Observatoire de l Espace prend en charge les frais relatifs à la scénographie de l exposition. L'Observatoire de l'espace du CNES conservera l'œuvre réalisée pour Nuit Blanche dans ses collections. La définition de l'œuvre finale et de ses pièces constitutives sera déterminée par contrat en fonction de la nature de la pièce proposée par l'artiste ou le collectif d artiste sélectionné. Documentation et achats de droits Les œuvres s'appuient sur des pièces patrimoniales libres de droits. Une liste non exhaustive de documents et d'objets proposés aux artistes par l'observatoire de l'espace du CNES est jointe au dossier. Ces pièces sont mises à disposition de l'artiste à titre de documentation. Elles peuvent éventuellement être utilisées en reproduction dans l'œuvre elle-même. Il est à préciser que le CNES ainsi que les personnes qui y sont rattachées et encore vivantes ne sauraient être désignées explicitement dans les créations proposées. Par ailleurs, toute proposition à visée raciste ou pornographique, indépendamment de tout jugement sur la qualité de la création, ne pourra être acceptée en l état. Le cas échéant, ces questions seront à traiter au cas par cas. L'exposition Les projets retenus seront exposés lors de l'édition de Nuit Blanche Dans le cadre de l exposition pour Nuit Blanche 2015, chacun des artistes retenus disposera d un espace dans la salle d exposition du CNES, où il pourra déployer sa création sous la forme de son choix (projection vidéo, installation, accrochage). L'ensemble des projets, individuellement ou ensemble, pourront être montrés dans d'autres projets d'expositions menés par l'observatoire de l'espace du CNES. L'artiste sera joint et informé pour toutes présentations de sa pièce. Partenaire Le Fonds Régional d'art Contemporain Poitou-Charentes, partenaire artistique et culturel du projet, sera présent tout au long du processus, du choix des artistes jusqu'à la présentation de l'exposition au CNES à Paris puis, éventuellement, sur son territoire durant la période Le catalogue L Observatoire de l Espace du CNES éditera un catalogue mettant en lumière ce projet de création. 2

3 Pour cet ouvrage, qui illustrera chacun des projets artistiques retenus pour Nuit Blanche 2015, les artistes devront fournir à l Observatoire de l Espace du CNES des matériaux documentaires illustrant leur démarche tout au long du processus de création. Ceci dans le but de mettre en valeur leur travail artistique et son élaboration à partir des archives proposées par l Observatoire de l Espace du CNES. Un planning indicatif est mentionné dans la fiche de candidature. III- L'appel à projets Dossier de Candidature Pour être recevable, le dossier de candidature, rédigé en langue française, sera obligatoirement constitué des pièces suivantes, datées et signées par le candidat 1/ Le formulaire de candidature complété et signé accompagné d un résumé de la proposition de l artiste. 2/ Une note d intention (2 pages A4 maximum - caractère 10 pts minimum). L artiste évoquera les modalités d utilisation des archives et la forme de restitution envisagée pour l exposition. Pour l écriture de leur proposition artistique, les artistes doivent se référer à la note de synthèse Indépendance et Espace illustrée d une sélection d archives sur deux marqueurs déterminants de l indépendance spatiale française : le centre de lancement d Hammaguir et le premier lanceur de satellites Diamant. L artiste doit proposer à partir de cette première documentation, un projet de création qui témoignera d un parti pris artistique fort et dont les ambitions esthétiques et intellectuelles mettront en exergue les enjeux qui nourrissent l élaboration de cette indépendance spatiale. La piste documentaire proposée dans le dossier n étant pas exclusive, les artistes peuvent tout aussi bien s engager sur une piste fictionnelle, ou bien proposer des expérimentations plus formelles, toujours en perspective de cette histoire spatiale. Il s agit pour l artiste de dessiner l identité de son travail en rapport direct avec une source archivistique dont quelques exemples lui sont proposés ici. Les modalités d utilisation des archives sont laissées à l appréciation de chacun, dans le respect de l intégrité des éléments. L artiste reste également libre d alimenter sa création de ses propres sources. Dans tous les cas, l artiste doit justifier dans sa note d intention, de ses choix artistiques en cohérence avec le projet et formuler la manière dont il entend se saisir du matériau proposé (élément d inspiration sous-jacent, utilisation de l archive brute, utilisation d extraits etc.). 3/ Un dossier artistique présentant une sélection de créations antérieures avec un curriculum vitae actualisé. Ces références seront accompagnées d une légende de quelques lignes précisant le type d œuvre, leur coût, la date de réalisation et le destinataire public ou privé (inclure tout visuel / DVD / CD-R, liens vidéos ou sonores, etc. permettant une meilleure compréhension de la démarche artistique et des projets antérieurs). 4/ Un texte d une page maximum sur la démarche artistique générale de l artiste et sur ses motivations pour une création dans le cadre de ce laboratoire arts sciences. Admissibilité Cet appel à projet s adresse à des artistes professionnels, seuls ou en collectif, âgés d au moins 18 ans au moment du dépôt du dossier. L'appel à projet est ouvert à tous les jeunes artistes de nationalité française ou étrangère. Les textes et échanges avec l'observatoire de l'espace du CNES se feront en français. La maitrise de la langue française est impérative. Commission de choix Une commission associant personnalités culturelles et spatiales se réunira dans un délai de 15 jours après la date limite du dépôt des dossiers. Les artistes seront contactés individuellement par mail dans un délai d'une semaine après la tenue de la commission. Trois projets seront choisis en fonction de leur nature et de leur impact dans la salle de l'espace, lieu de l'exposition Nuit Blanche Critères de choix Après examen des dossiers de candidatures, la commission choisira les artistes ou collectif d'artiste, selon les critères 3

4 suivants : 1/ Motivation pour le projet 2/ Adéquation de la démarche artistique avec la commande et le contexte du projet 3/ Originalité et qualité du projet proposé : proposition plastique, techniques utilisées, innovation 4/ Pérennité de l œuvre au regard du dispositif envisagé et des matériaux employés 5/ Précision et sérieux du budget prévisionnel de l'opération 6/ Références professionnelles Déroulement du projet À l issue de la phase de sélection mi-mai, les artistes auront accès à un appareil documentaire complémentaire, qui détaillera et apportera de nouveaux éclairages sur l indépendance spatiale française. Cet afflux d archives supplémentaire est à considérer comme un support à la création artistique pour aboutir à l œuvre finale. Une journée d étude autour des questions de l indépendance spatiale française, sera organisée à Paris entre fin mai et début juin. Les rencontres et rendez-vous autour des pièces patrimoniales mises à dispositions par l'observatoire de l'espace du CNES se feront au siège du CNES à Paris, Si un grand nombre d'échanges peut se faire par courriers électroniques, 2 à 3 rencontres seront nécessaires tout au long de l'élaboration du projet. Les déplacements pour ces rencontres sont au frais des artistes. L artiste s engage à soumettre une proposition libre de droits (vidéo, son et image) qui respecte les conditions juridiques et financières prévues ci-dessous. Il s engage également à respecter le calendrier prévisionnel établi par l observatoire de l Espace du CNES (cf. formulaire de candidature). Dans le cas où, cette phase de travail n'aboutirait pas à des résultats significatifs dans les temps impartis, l'observatoire de l'espace du CNES se réserve le droit de ne pas exposer l'œuvre pour Nuit Blanche DATE LIMITE DE RÉCEPTION DES DOSSIERS : 18 mai 2015 (Voir formulaire de candidature) Pour toute information complémentaire : 4

5 APPEL À PROPOSITION POUR UNE COMMANDE ARTISTIQUE : Conception d une œuvre originale, réalisation et installation de l œuvre au sein du CNES, dans le cadre de Nuit Blanche FORMULAIRE DE CANDIDATURE Artiste Nom, Prénom :... Numéro d ordre Maison des artistes, Agessa, siret:... Nationalité :... Adresse :... Code postal :... Ville :... Pays :... Tél. : Site internet :... Résumé du projet Admissibilité Cet appel à proposition s adresse à des artistes professionnels, seuls ou en collectifs âgés d au moins 18 ans au moment du dépôt du dossier L artiste sélectionné s engage à soumettre une proposition libre de tout droit (vidéo, son et image). Il s engage aussi à respecter le calendrier préétabli et notamment à être présent pour l inauguration de l exposition le 1 er octobre Calendrier du projet mai 2015 : date limite de réception des dossiers Deuxième quinzaine de mai : Réunion de la commission et sélection des artistes 5

6 Début juin : première réunion de travail au CNES et visite de la salle d exposition Fin juin : remise des textes et des projets pour le catalogue Début juillet : deuxième réunion de travail au CNES Début septembre : envoi de la fiche technique par les artistes pour l exposition, mise aux points des créations, étude des points pratiques en vue de l'exposition 28 septembre: montage de l exposition au CNES 1 er octobre : inauguration en présence des artistes 3 octobre : événement Nuit Blanche Contenu du dossier de présentation de l artiste 1/ Le présent formulaire de candidature complété et signé avec un résumé du projet 2/ La note d intention 3/ Le dossier artistique avec CV 4/ La note présentant la démarche générale de l artiste Date limite de réception des dossiers Le dossier de candidature complet doit être reçu par l Observatoire de l Espace, le 18 mai 2015 au plus tard à 16h (cachet de la poste faisant foi) Envoi du dossier Envoi postal en une seule fois, par courrier recommandé avec accusé de réception. CENTRE NATIONAL D'ÉTUDES SPATIALES Observatoire de l'espace 2, place Maurice Quentin Paris cedex 01 OU Transmission par courrier électronique, via wetransfer.com, à l adresse suivante : OU Dépôt en mains propres au Centre national d'études spatiales du lundi au vendredi de 9H00 à 17H00 à l attention de Brigitte Bénard 2, place Maurice Quentin Paris Pour toute information complémentaire sur le projet, veuillez-vous adressez par courrier électronique à : Fait à., le. Signature 6

7 Annexe 1 Indépendance et Espace «L existence même d une politique spatiale ne relève nullement d une évidente nécessité. Dans la majeure partie du domaine technique, la puissance publique, sauf dans les pays d économie dirigée, n agit pas directement ; elle se borne à exercer un rôle régulateur, au titre de ses prérogatives régaliennes.» André Lebeau, ancien président du CNES. À la fin des années 1950, le lancement des premiers satellites américains et soviétiques marque l entrée dans l ère spatiale. Ces réalisations techniques trouvent leur origine dans la Deuxième Guerre mondiale avec le développement des fusées allemandes à longue portée, les V2. L énorme effort de guerre imposé aux gouvernements a nécessité une mobilisation massive des scientifiques au côté des industriels et des militaires pour mener à bien le développement d armements sophistiqués dans le cadre de grands projets (bombe atomique, radar, fusées à longue portée, recherche opérationnelle, etc.). Chaque groupe d acteurs y trouvant un intérêt propre la dynamique ainsi créée s est poursuivie tout au long de la guerre froide. Cette interaction entre science, technologie et politique qui constitue une force de proposition, aboutit à l émergence de complexes scientifico-militaro-industriel qui exercent leur influence auprès des gouvernements dispensateurs de crédits. De leur côté, les gouvernements considérant que le progrès scientifique et technique est un facteur essentiel de la croissance économique, et par voie de conséquence du progrès social, favorisent les grands projets. Cette interdépendance qui caractérise la Big Science ou Big Technology explique le rôle primordial des États dans le développement des activités spatiales. Au milieu des année 1950, les scientifiques qui se proposent d étudier la planète Terre et son environnement dans le cadre de l Année géophysique internationale (AGI) invitent les nations participantes à généraliser l utilisation des fusées et à étendre les recherches au-delà de l atmosphère à l aide de satellites. Américains et Soviétiques s engagent dans cette voie, proposant un programme de recherches scientifiques à l aide de satellites artificiels. Toutefois, alors que l Union soviétique reste discrète sur ses intentions, l imposante couverture médiatique qui accompagne le programme américain Vanguard laisse supposer que les États-Unis seront les premiers à accéder à l Espace. Mais à l automne 1957, le lancement des Spoutnik 1 et 2 par l Union soviétique provoque un choc dans l opinion publique occidentale dont les résonnances dépasseront les seules sphères technologiques et scientifiques. Prestige et souveraineté Les premiers lancements de satellites interviennent dans un contexte géostratégique qui occulte très rapidement leur caractère scientifique et laisse place à un large débat international sur les conséquences techniques, mais également juridiques et politiques, de l accès à l Espace. Seuls à disposer des moyens indispensables, les gouvernements américains et soviétiques perçoivent très vite l intérêt politique qu ils peuvent tirer de ces activités qui, du fait de leur médiatisation, ont un impact important sur l opinion publique. Chaque nouvelle opération spatiale est l occasion de réaffirmer le prestige que sa réussite apporte à la nation. Mais en cas d échec cela ne va pas sans risque politique. En octobre 1957, le lancement de Spoutnik 1 surprend l opinion publique américaine qui y voit une atteinte au prestige de la nation. Un mois plus tard, la signification géostratégique de l exploit prend toute son ampleur avec le lancement de Spoutnik 2, beaucoup plus lourd avec à son bord la chienne Laïka. Il sera suivi en décembre de l échec retentissant de la première tentative américaine de satellisation, lorsque la fusée Vanguard explose sur son pas de tir devant les téléspectateurs du monde entier. Le leadership des États-Unis s en trouve fragilisé et le président américain se voit contraint de modifier dans l urgence sa stratégie en faisant appel aux militaires qui réussissent à réparer l affront subit en lançant avec succès Explorer 1. Toutefois, la multiplication des succès spatiaux russes offre à Khrouchtchev l occasion de réaffirmer régulièrement la puissance de l Union soviétique et, quatre ans plus tard en avril 1961, le prestige des États-Unis est à nouveau mis à mal. Le président Kennedy, nouvellement élu, doit faire face au lancement par les Soviétiques du premier Homme dans l Espace et, quelques jours après, à l échec de l opération anticastriste de la Baie des Cochons. Une réponse politique forte s impose. Ce sera le défi de l Homme sur la Lune, 7

8 que tenteront en vain de relever les Soviétiques. Le message délivré par Kennedy le 25 mai 1961 lors de son discours sur les «besoins de la Nation» consiste à insuffler une dynamique au pays et à redonner confiance aux Américains. Le prestige attaché au programme spatial va devenir l un des symboles forts de la «Nouvelle frontière», politique qu entend mener le président américain. Dans ce contexte de guerre froide, la conquête spatiale est alors un outil de propagande au service des États dans le but affiché d assurer leur prééminence face à leur concurrent. Le prestige gagné avec chaque opération d envergure les encourage à se lancer dans une course pour la conquête et l occupation de ce nouveau territoire vierge. L arrivée des satellites pose ainsi de nouvelles questions aux États quant à l exercice de leur souveraineté. En effet, dans quelle mesure un satellite évoluant sur son orbite circumterrestre porte-t-il atteinte à la souveraineté des États qu il survole? Un État exerce sa souveraineté sur le territoire duquel il est en droit et en mesure d appliquer ses lois, à l exclusion de tout autre État. Aux termes des Conventions de Paris (1919) et de Chicago (1944) cette souveraineté s exerce également dans l espace situé au-dessus de ce territoire ; c est le domaine du droit aérien. Celui-ci stipule en substance que l État survolé est habilité à le préserver. C est-à-dire à refuser son survol et en cas de violation d intercepter et de neutraliser l intrus pénétrant dans son espace aérien. Ces règles de droit peuvent-elles s appliquer aux satellites artificiels? La réponse est non. Par nature ceux-ci évoluent à des altitudes et à des vitesses élevées, hors du domaine aérien. Devant l impossibilité technique et matérielle d exercer un contrôle et d interdire tout survol, les deux superpuissances s efforcent de résoudre la question en favorisant l établissement de règles de droit spécifiques conduisant à définir un espace extra-atmosphérique différent de l espace aérien. S inspirant des principes énoncés par le droit de la mer ou du statut de l Antarctique, les juristes vont créer un droit spatial qui repose pour une large part sur la notion de non-appropriation des lieux et des objets situés dans l espace extra-atmosphérique. Le Traité de l Espace, de janvier 1967, confirme bien l absence de souveraineté dans l Espace lorsqu il précise que son exploration et son utilisation «sont l apanage de l Humanité». L autonomie d accès à l Espace Avant même de pouvoir parler de prestige et de souveraineté, le préalable à toute activité dans l Espace est de pouvoir y accéder. À la fin des années 1950, seuls les États-Unis et l Union soviétique maitrisent l ensemble des techniques et technologies indispensables qui leur assurent une autonomie d accès à l Espace. Dans le monde bipolaire de l époque chacune des deux superpuissances souhaite conserver son avance technologique par rapport à son adversaire, mais également vis-à-vis des nations évoluant dans leur propre sphère d influence. Ainsi, au même titre que les puissances nucléaires cherchent à conserver leurs avantages en évitant la prolifération des armements, les puissances spatiales (USA, URSS) restent vigilantes par rapport aux velléités de certains de leurs alliés de développer leur propre programme national. Telle est en substance le sens que l on peut attribuer à la démarche de la NASA lorsqu elle offre en mars 1959 aux scientifiques occidentaux la possibilité de préparer des expériences qui seraient lancées par des fusées américaines. Si l intérêt scientifique de la démarche est pertinent, celle-ci répond également à la préoccupation des États-Unis de limiter le risque de prolifération de programmes nationaux qui pourraient venir contrarier le leadership américain en matière de lanceurs. Sont particulièrement visées les initiatives françaises et européennes. Concrètement, l autonomie d accès à l Espace est acquise lorsque l on détient simultanément les différentes composantes d un système technique complexe comportant : satellite, lanceur, centre de lancement, stations de contrôle et système de communications au sol. Auxquels il faut ajouter, plus en amont, les laboratoires scientifiques ainsi que les moyens d essais et les industries spécialisées. Si chaque élément a son importance intrinsèque, il ressort de cette énumération que l élément critique est le moyen de transport, à savoir le lanceur. Pour les deux superpuissances l autonomie en matière spatiale est consubstantielle aux premiers satellites, comme simple prolongement de leurs programmes d armement. Pour les autres pays, l importance des enjeux technologiques et politiques liés à l Espace rend évidente la nécessité d être au minimum présent dans le débat international et pour certains d entre eux d être associés éventuellement au développement des recherches et activités spatiales. L accès à l Espace devient, dans ce contexte, le signe d un pays fort et souverain, indépendant face aux deux grandes puissances spatiales. Le prestige attaché à la capacité d accès autonome à l Espace est un marqueur de cette volonté d indépendance. Politique spatiale et indépendance nationale Après la Deuxième Guerre mondiale, les militaires et les ingénieurs français ont développé, d abord avec l aide de techniciens allemands, puis ensuite seuls, différents programmes d engins spéciaux et de fusées pour la recherche 8

9 scientifique. La fusée Véronique développée par le Laboratoire de recherches balistiques et aérodynamiques (LRBA) de Vernon sera utilisée pendant plusieurs années comme principal vecteur d expériences scientifiques dans la haute atmosphère, avant que sa technologie en matière de propulsion à liquides soit mise à profit pour développer le moteur fusée qui équipera quelques années plus tard, le lance-satellite Diamant. À la fin des années 1950 la France embourbée dans ses conflits coloniaux traverse une période d instabilité politique qui perturbe l action gouvernementale et aboutira, en juin 1958, au retour au pouvoir du général de Gaulle. Celui-ci souhaite que la France fasse entendre sa voix dans le monde et retrouve une place parmi les grandes nations. Pour cela, il entreprend plusieurs réformes. En matière de défense, il confirme la décision prise par le gouvernement Félix Gaillard de tester la bombe atomique en même temps qu il procède à une première réforme des armées. Considérant que la modernisation indispensable du pays passe par le progrès scientifique et technique, il entreprend une réforme en profondeur de la recherche scientifique qui aboutit quelques mois plus tard à la création de la Délégation générale à la recherche scientifique et technique (DGRST). Enfin la nouvelle politique étrangère qui repose sur deux piliers essentiels, indépendance nationale et coopération, notamment en Europe, se heurte aux États-Unis qui souhaitent conserver dans le cadre de l OTAN la maîtrise du feu nucléaire. Ne pouvant parvenir à un accord avec les États-Unis pour ce qui concerne le déploiement de missiles américains à tête nucléaire sur le territoire français, de Gaulle décide de mettre en œuvre une force de dissuasion nationale basée sur les missiles balistiques. Après avoir laissé supposer que la France pourrait acquérir ces missiles à l étranger, les relations avec le gouvernement américain continuant de s envenimer, il décide de doter la France de ses propres missiles. Cette prise de position ajoutée à la décision de l OTAN d équiper ses forces en Europe de missiles américains Hawks, conduit la France à repenser ses programmes en matière de fusées et de missiles. La première intervention directe de l État français dans le domaine spatial date de janvier 1959 avec la création du Comité de recherches spatiales qui répond essentiellement à un objectif diplomatique : assurer la présence française dans les forums internationaux consacrés à l Espace. Le programme élaboré par le Comité à la demande du gouvernement se limite aux recherches scientifiques dans l Espace, excluant tout développement de fusées ou de satellites, qui doivent rester de la compétence des militaires. Pour assurer le développement des missiles balistiques, en 1959 le gouvernement met en place la Société pour l étude et la réalisation des engins balistiques (SEREB) constituée d ingénieurs et de techniciens issus des principales sociétés aéronautiques et électroniques (Nord Aviation, Sud Aviation, Matra, etc.). Le programme d études de la SEREB est destiné à maîtriser les différentes technologies en matière de propulsion, de guidage ou de rentrée atmosphérique et à orienter les choix pour le futur missile balistique stratégique. À cet effet la SEREB développe une série de véhicules d essais (Agate, Topaze, Rubis, Émeraude, Saphir) connue sous le nom de «pierres précieuses». Alors qu il travaille dans le cadre du programme OTAN sur les missiles balistiques au sein du Service technique de l Aéronautique (STAé), l ingénieur Bernard Dorléac imagine dès 1958 la possibilité technique de réaliser un lancesatellite français. Ayant rejoint la SEREB en qualité de directeur des études avancées il précise son projet sur la base du véhicule d essais bi-étage VE 231 Saphir auquel est ajouté un troisième étage. En décembre 1960, le président de la SEREB, Charles Cristofini et Bernad Dorléac n ont pas beaucoup de difficulté à convaincre le premier ministre Michel Debré de l intérêt pour le gouvernement de lancer un satellite national. Sachant que le Premier ministre est un fervent défenseur de l indépendance nationale, ils mettent en avant le prestige que pourrait en retirer le pays et le rayonnement mondial dont bénéficieraient la science et la technique françaises, au même titre que les grands projets du paquebot France ou de l avion supersonique Concorde. Ses promoteurs estiment également que la réussite du projet conforterait la crédibilité de la force de dissuasion française en cours de développement puisqu il en est une émanation directe. Michel Debré est d autant plus sensible à cette initiative qu en 1961 il doit décider de l avenir du Comité des recherches spatiales et que son gouvernement doit prendre position sur les initiatives européennes tendant à aboutir à la création de deux organisations spatiales intergouvernementales. Malgré le peu d empressement de quelques hommes politiques, y compris au sein du gouvernement, qui qualifient le projet de satellite de «ballon tricolore», Debré met toute son énergie pour que soit rapidement mise en œuvre une politique française cohérente en matière spatiale. L année 1961 voit également une réforme en profondeur des armées, avec notamment la création de la Délégation ministérielles à l armement (DMA) qui est responsable du programme de fusée au travers de sa Direction technique des Engins (DTEn). À l automne 1961, le Parlement adopte le projet de loi instituant un Centre national d études spatiales que lui a soumis le Premier ministre. De leur côté, le ministre des Armées et le ministre délégué en charge de la Recherche signent un protocole d accord sur l accès et l utilisation des champs de tir. Le 18 décembre 1961, le général de Gaulle qui préside un conseil restreint approuve le programme qui lui est présenté par le gouvernement : Démarrage du programme de lance-satellite national Diamant 9

APPEL À PROPOSITIONS POUR UNE COMMANDE ARTISTIQUE

APPEL À PROPOSITIONS POUR UNE COMMANDE ARTISTIQUE APPEL À PROPOSITIONS POUR UNE COMMANDE ARTISTIQUE I Objet de la consultation : Création d'un projet artistique pour la prochaine Nuit Blanche 2016, autour d'archives et de pièces patrimoniales de l Observatoire

Plus en détail

Appel à candidature 2015

Appel à candidature 2015 Dossier de candidature 2015 résidence de création au Cube independent art room CANDIDATURE Appel à candidature 2015 Résidence de création à l espace d art Le Cube independent art room Rabat Depuis avril

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Appel à projets innovants - Utopies réalistes PNR Haute Vallée de Chevreuse 21 novembre 2012 Page 1

Appel à projets innovants - Utopies réalistes PNR Haute Vallée de Chevreuse 21 novembre 2012 Page 1 Appel à projets innovants - Utopies réalistes PNR Haute Vallée de Chevreuse 21 novembre 2012 Page 1 L appel à projets «Utopies réalistes» correspond à une aide financière et technique du Parc naturel régional

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

FONDS D AIDE AUX PROJETS JEUNES REGLEMENT (pour partenaires)

FONDS D AIDE AUX PROJETS JEUNES REGLEMENT (pour partenaires) Mission Jeunesse FONDS D AIDE AUX PROJETS JEUNES REGLEMENT (pour partenaires) La Ville d Angers effectue un travail d aide aux projets des jeunes par l intermédiaire de la mission jeunesse. Cette mission

Plus en détail

Prix Duo@Work. 2 ème édition. Excellence partagée entre architecte et industriel. Appel à candidature

Prix Duo@Work. 2 ème édition. Excellence partagée entre architecte et industriel. Appel à candidature Duo@Work 2 ème édition 1 Excellence partagée entre architecte et industriel Appel à candidature Un prix créé par l Unsfa Ile-de-France, en partenariat avec ARCHITECT@WORK Paris Excellence partagée entre

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère délégué chargé des personnes handicapées et de la lutte contre l exclusion APPEL A PROJETS

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère délégué chargé des personnes handicapées et de la lutte contre l exclusion APPEL A PROJETS Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère délégué chargé des personnes handicapées et de la lutte contre l exclusion APPEL A PROJETS «Centre National d Information sur la Surdité» Afin d

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 Principes de fonctionnement du DLA -Mai 2014- PROCEDURE DE GESTION DES PRESTATAIRES 1 Contexte

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt

Appel à manifestation d intérêt Investissements d Avenir Développement de l Économie Numérique Appel à manifestation d intérêt Diffusion de la simulation numérique 2014 IMPORTANT ADRESSE DE PUBLICATION DE L APPEL A MANIFESTATION D INTERET

Plus en détail

PRIX CAMILLE LEPAGE 2015. Règlement 2015

PRIX CAMILLE LEPAGE 2015. Règlement 2015 PRIX CAMILLE LEPAGE 2015 Règlement 2015 Article 1 L Association «Camille Lepage On est ensemble» a été créée le 20 septembre 2014, quelques mois après la mort de la photojournaliste Camille Lepage en Centrafrique,

Plus en détail

Projet de cahier des charges

Projet de cahier des charges Projet de cahier des charges Appel à candidatures d organismes de formation portant sur la mise en œuvre des formations «La prévention des risques professionnels dans l économie sociale et solidaire :

Plus en détail

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS Concours concernés : - Concours externe de recrutement de professeurs des écoles - Concours externe spécial de recrutement de professeurs des écoles -

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE

DOSSIER DE CANDIDATURE DOSSIER DE CANDIDATURE 8ème BIENNALE EUROPÉENNE D ART CONTEMPORAIN À NIMES DU 24 JUIN AU 13 JUILLET 2013 MANIF 2013 e Biennale Européenne d Art Contemporain à Nîmes du 24 juin au 13 juillet 2013 Thème

Plus en détail

Accord cadre pour le développement de la filière du livre en Lorraine Dispositif «Aide aux librairies indépendantes et de proximité»

Accord cadre pour le développement de la filière du livre en Lorraine Dispositif «Aide aux librairies indépendantes et de proximité» Accord cadre pour le développement de la filière du livre en Lorraine Dispositif «Aide aux librairies indépendantes et de proximité» Objectifs : Le Conseil Régional de Lorraine, la DRAC de Lorraine et

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

Actions en Régions de Coopération Universitaire et Scientifique Programme ARCUS : 7 ème appel à projets 2012-2013

Actions en Régions de Coopération Universitaire et Scientifique Programme ARCUS : 7 ème appel à projets 2012-2013 Actions en Régions de Coopération Universitaire et Scientifique Programme ARCUS : 7 ème appel à projets 2012-2013 Le Ministère des Affaires Étrangères (MAE), en partenariat avec les Régions de France et

Plus en détail

PRIX DE L INITIATIVE NUMERIQUE CULTURE, COMMUNICATION, MEDIAS.

PRIX DE L INITIATIVE NUMERIQUE CULTURE, COMMUNICATION, MEDIAS. REGLEMENT PRIX DE L INITIATIVE NUMERIQUE CULTURE, COMMUNICATION, MEDIAS. 1 Sommaire I. Objet II. Conditions de participation III. Calendrier déroulement du prix IV. Modalités de participation V. Jury VI.

Plus en détail

94160 SAINT MANDE. Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre

94160 SAINT MANDE. Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre 5-7 AVENUE DU GENERAL DE GAULLE 94160 SAINT MANDE Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre - Actions individuelles : diagnostic RH et accompagnement des

Plus en détail

CONCOURS PETIT POUCET BP 50135 75263 PARIS Cedex 06

CONCOURS PETIT POUCET BP 50135 75263 PARIS Cedex 06 Pour participer il vous suffit de retourner votre dossier de candidature accompagné d une copie de vos cartes étudiants avant le mardi 15 décembre 2009 (cachet de la Poste faisant foi) par courrier à :

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

APPEL à CANDIDATURE. POUR LA GESTION ET LA MISE EN ŒUVRE DU «STAGE COLLECTIF OBLIGATOIRE de 21 heures»

APPEL à CANDIDATURE. POUR LA GESTION ET LA MISE EN ŒUVRE DU «STAGE COLLECTIF OBLIGATOIRE de 21 heures» Direction Départementale des Territoires de l'aisne En application du décret du relatif à la mise en œuvre du plan de professionnalisation personnalisé prévus par les articles R 3434 et R 3435 du code

Plus en détail

photographie «Aide à la création photographique documentaire contemporaine» Fonds d aide à la photographie documentaire contemporaine 2012

photographie «Aide à la création photographique documentaire contemporaine» Fonds d aide à la photographie documentaire contemporaine 2012 Fonds d aide à la photographie documentaire contemporaine 2012 photographie «Aide à la création photographique documentaire contemporaine» Qui peut déposer une demande? L aide à la création photographique

Plus en détail

CYCLE MANAGEMENT DE L INET

CYCLE MANAGEMENT DE L INET CYCLE MANAGEMENT DE L INET Conseiller formation : Anne GERARD Contact inscription : Delphine Marcangeli 03 83 19 22 05 Delphine.marcangeli@cnfpt.fr 1 CYCLE MANAGEMENT DE L INET OBJECTIFS DU CYCLE Ce cycle

Plus en détail

Guide d utilisation du. - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock. Support entretien professionnel

Guide d utilisation du. - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock. Support entretien professionnel Guide d utilisation du - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock Support entretien professionnel L entretien professionnel, une occasion pour l entreprise et le salarié de porter un regard sur

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES, APPEL D OFFRES PRESTATION MISE EN RELATION AVEC LES ENTREPRISES TOUS PUBLICS

CAHIER DES CHARGES, APPEL D OFFRES PRESTATION MISE EN RELATION AVEC LES ENTREPRISES TOUS PUBLICS CAHIER DES CHARGES, APPEL D OFFRES PRESTATION MISE EN RELATION AVEC LES ENTREPRISES TOUS PUBLICS PLAINE COMMUNE LE PLIE Service bénéficiaire : le PLIE, représenté par son directeur. 87, Avenue Aristide

Plus en détail

Règlement du Concours. «Meilleure innovation dans le domaine des Technologies de l Information et dela Communication»

Règlement du Concours. «Meilleure innovation dans le domaine des Technologies de l Information et dela Communication» 1 ALGERIE TELECOM-Spa DIRECTION GENERALE Règlement du Concours «Meilleure innovation dans le domaine des Technologies de l Information et dela Communication» 2 Avril 2015 Page 1 Article 1. Contexte et

Plus en détail

Appel à exposition de produits éco-conçus

Appel à exposition de produits éco-conçus Appel à exposition de produits éco-conçus Colloque Eco-conception Le 07 février 2012 à St-Etienne Le présent document constitue le cahier des charges de l appel à projets «Exposition de produits éco-conçus»

Plus en détail

Dossier de Candidature Trophée Des Lycées 2013. Vous souhaitez bénéficier d une aide Banque Populaire / LMDE?

Dossier de Candidature Trophée Des Lycées 2013. Vous souhaitez bénéficier d une aide Banque Populaire / LMDE? Dossier de Candidature Trophée Des Lycées 2013 Vous souhaitez bénéficier d une aide Banque Populaire / LMDE? Avant-propos «S engager avec audace au service des projets de vie personnels et professionnels

Plus en détail

Règlement des stages Février 2015

Règlement des stages Février 2015 Règlement des stages Février 2015 Article 1.- Valorisation du stage 1.1. Les étudiants inscrits dans le bloc 2 du master en droit à la Faculté de droit et de criminologie de l ULB ont la possibilité d

Plus en détail

La Réunion au World Future Energy Summit 2016

La Réunion au World Future Energy Summit 2016 La Réunion au World Future Energy Summit 2016 Le sommet mondial des energies renouvelables Du 18 au 21 Janvier 2016 Abu Dhabi - Emirats Arabes Unis Rencontre mondiale des énergies de demain, le World Future

Plus en détail

REGLEMENT BOURSE PROJETS JEUNES PATRIMOINE

REGLEMENT BOURSE PROJETS JEUNES PATRIMOINE REGLEMENT BOURSE PROJETS JEUNES PATRIMOINE Projets Jeunes La volonté de la Mairie est de faire d Oloron Sainte-Marie un Pôle Patrimonial et de Tourisme Culturel fort. Pour cela il s agit de mettre en œuvre

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION AUX RENCONTRES STAND-ART 2015

DOSSIER D INSCRIPTION AUX RENCONTRES STAND-ART 2015 7, rue du Sentier - 75002 Paris - www.stand-art.fr Eugène N SONDÉ - Président : standart1@me.com - 01 83 92 15 70 DOSSIER D INSCRIPTION AUX RENCONTRES STAND-ART 2015 Les dates des accrochages, vernissages,

Plus en détail

MPS, guide destiné aux acheteurs publics pour expérimenter les «marchés publics simplifiés»

MPS, guide destiné aux acheteurs publics pour expérimenter les «marchés publics simplifiés» PREMIER MINISTRE SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR LA MODERNISATION DE L ACTION PUBLIQUE DIRECTION INTERMINISTERIELLE POUR LA MODERNISATION DE L ACTION PUBLIQUE SERVICE /DEPARTEMENT: INNOVATION MISSION DITES-LE-NOUS

Plus en détail

Délibération au Conseil Municipal du lundi 21 mars 2011

Délibération au Conseil Municipal du lundi 21 mars 2011 21 Délibération au Conseil Municipal du lundi 21 mars 2011 Conclusion d'une convention de mécénat pour le musée Tomi Ungerer avec ES Energies Strasbourg. La société ES Energies Strasbourg développe de

Plus en détail

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT ACCORD CADRE DE PARTENARIAT Entre L Association pour la formation professionnelle des adultes ( AFPA) 13 place du Général de Gaulle - 93108 Montreuil Cedex Représentée par : Son directeur général, Philippe

Plus en détail

GUIDE POUR L UTILISATION DE LA PLATE-FORME DE DEMATERIALISATION DES MARCHES PUBLICS DU CONSEIL GENERAL DE L ISERE

GUIDE POUR L UTILISATION DE LA PLATE-FORME DE DEMATERIALISATION DES MARCHES PUBLICS DU CONSEIL GENERAL DE L ISERE GUIDE POUR L UTILISATION DE LA PLATE-FORME DE DEMATERIALISATION DES MARCHES PUBLICS DU CONSEIL GENERAL DE L ISERE La plate-forme de dématérialisation des marchés publics du Conseil général de l Isère permet

Plus en détail

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR «Rien ne sert de bien sélectionner, il faut aussi savoir intégrer à point!» Si un recrutement réussi dépend avant toute chose d une solide procédure de sélection,

Plus en détail

Programme "Conception et simulation" COSINUS Edition 2009. Projet

Programme Conception et simulation COSINUS Edition 2009. Projet Projet Numéro d'ordre du projet : Acronyme du projet : Titre du projet : Coordonnateur du projet (nom/laboratoire) : Thématique principale : Montant total de l'aide demandée (en k ) : Durée du projet :

Plus en détail

REGLEMENT APPEL A PROJET FONDATION COMPAGNIE DU MONT-BLANC

REGLEMENT APPEL A PROJET FONDATION COMPAGNIE DU MONT-BLANC REGLEMENT APPEL A PROJET FONDATION COMPAGNIE DU MONT-BLANC Toute demande devra s inscrire dans l un des domaines d intervention de la Fondation : 1. Insertion sociale et professionnelle des jeunes avec

Plus en détail

APPEL À CANDIDATURE ET INFORMATIONS SUPPLÉMENTAIRES : WWW.DAUPHINEARTCONTEMPORAIN.COM - 5 BINÔMES SÉLECTIONNÉS PAR UN JURY DE PROFESSIONNELS DU MONDE

APPEL À CANDIDATURE ET INFORMATIONS SUPPLÉMENTAIRES : WWW.DAUPHINEARTCONTEMPORAIN.COM - 5 BINÔMES SÉLECTIONNÉS PAR UN JURY DE PROFESSIONNELS DU MONDE APPEL À CANDIDATURE ET INFORMATIONS SUPPLÉMENTAIRES : WWW.DAUPHINEARTCONTEMPORAIN.COM - 5 BINÔMES SÉLECTIONNÉS PAR UN JURY DE PROFESSIONNELS DU MONDE DE L ART 2 LIEUX / 2 EXPOSITIONS (MARS & JUIN) - 2

Plus en détail

AVIS DE PUBLICITE 01/2015

AVIS DE PUBLICITE 01/2015 1 VILLE D ISNEAUVILLE - 76230 AVIS DE PUBLICITE 01/2015 COLLECTIVITE : VILLE D ISNEAUVILLE PLACE DE LA MAIRIE 76230 ISNEAUVILLE Maire : Monsieur Pierre PELTIER TEL : 02-35-60-57-85 FAX : 02-35-61-67-66

Plus en détail

CONVENTION N 2015-C-DGAE-DAC-17 RELATIVE A L OPERATION D AIDE A L ACHAT D INSTRUMENTS DE MUSIQUE Année 2015

CONVENTION N 2015-C-DGAE-DAC-17 RELATIVE A L OPERATION D AIDE A L ACHAT D INSTRUMENTS DE MUSIQUE Année 2015 CONVENTION N 2015-C-DGAE-DAC-17 RELATIVE A L OPERATION D AIDE A L ACHAT D INSTRUMENTS DE MUSIQUE Année 2015 ENTRE le Département de la Vienne, Place Aristide Briand, 86008 Poitiers représenté par Monsieur

Plus en détail

Jeunes sur la piste du patrimoine mondial Programme de jumelage scolaire 2015-2016. Projet

Jeunes sur la piste du patrimoine mondial Programme de jumelage scolaire 2015-2016. Projet Jeunes sur la piste du patrimoine mondial Programme de jumelage scolaire 2015-2016 Projet LA DESCRIPTION DU PROJET Jeunes sur la piste du patrimoine mondial consiste à jumeler des écoles situées dans les

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Appel à exposition de produits éco-conçus

Appel à exposition de produits éco-conçus Appel à exposition de produits éco-conçus Colloque Eco-conception 2016 Les 2 et 3 mai 2016 à St-Etienne Co organisateurs : : Le présent document constitue le cahier des charges de l appel à projets «Exposition

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM DATA auprès des collectivités et des bailleurs sociaux Cette consultation a pour objectif

Plus en détail

APPEL A PROJETS ATELIERS D ARTISTES DE CAUX ESTUAIRE ARTS CULTURE ŒUVRES CIRQUE

APPEL A PROJETS ATELIERS D ARTISTES DE CAUX ESTUAIRE ARTS CULTURE ŒUVRES CIRQUE APPEL A PROJETS ATELIERS D ARTISTES DE CAUX ESTUAIRE ARTS CULTURE ŒUVRES CIRQUE CREATIONS ATELIERS P ROJET AMBITIEUX EN FAVEUR DU DEVELOPPEMENT CULTUREL Dans le cadre de sa compétence «Relations Culturelles»,

Plus en détail

Article 2 : Engagements réciproques Les États partenaires s engagent à 1) ENCOURAGER LE PLURILINGUISME AU SEIN DE LEUR FONCTION PUBLIQUE

Article 2 : Engagements réciproques Les États partenaires s engagent à 1) ENCOURAGER LE PLURILINGUISME AU SEIN DE LEUR FONCTION PUBLIQUE MÉMORANDUM DE PARTENARIAT RELATIF À L INITIATIVE FRANCOPHONE NATIONALE (2015-2018) DANS LE CADRE DU PROGRAMME «LE FRANÇAIS DANS LES RELATIONS INTERNATIONALES» L Organisation internationale de la Francophonie

Plus en détail

Les nouveaux enjeux économiques et sociaux des politiques de couverture santé 4È ME CYCLE INSTITUT DES HAUTES ÉTUDES DE PROTECTION SOCIALE

Les nouveaux enjeux économiques et sociaux des politiques de couverture santé 4È ME CYCLE INSTITUT DES HAUTES ÉTUDES DE PROTECTION SOCIALE Les nouveaux enjeux économiques et sociaux des politiques de couverture santé 4È ME CYCLE SEPTEMBRE 2012 - JUIN 2013 «Les nouveaux enjeux économiques et sociaux des politiques de couverture santé» SEPTEMBRE

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Référencement des prestataires Mode d emploi» Vous envisagez de participer au Dispositif Local d Accompagnement (DLA) en Région Champagne- Ardenne, sur des missions d

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN (approuvée par le 8 ème congrès français de la nature 26 mai 2008) L Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) est le plus important

Plus en détail

Règlement du jeu concours photo lancé par la communauté d agglomération «Un cliché pour réduire ses déchets» du 13 octobre au 10 novembre 2014

Règlement du jeu concours photo lancé par la communauté d agglomération «Un cliché pour réduire ses déchets» du 13 octobre au 10 novembre 2014 Thème : La Réduction des Déchets Règlement du jeu concours photo lancé par la communauté d agglomération «Un cliché pour réduire ses déchets» du 13 octobre au 10 novembre 2014 1/ Contexte Dans le cadre

Plus en détail

PROGRAMME «La Culture a de la classe» RÈGLEMENT POUR L INTRODUCTION DE PROJETS 201 5 /201 6

PROGRAMME «La Culture a de la classe» RÈGLEMENT POUR L INTRODUCTION DE PROJETS 201 5 /201 6 PROGRAMME «La Culture a de la classe» RÈGLEMENT POUR L INTRODUCTION DE PROJETS 201 5 /201 6 Objectif du programme Article 1 Le programme «La Culture a de la classe» finance la création de partenariats

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Procédure d habilitation

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Procédure d habilitation Procédure d habilitation Version 1.1 Page 1/12 Historique des versions Date Version Évolutions du document 17/12/2010 1.0 Première version. 29/02/2012 1.1 Prise en compte de la date de la publication de

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI OMPI A/41/16 ORIGINAL : anglais DATE : 24 août 2005 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI Quarante et unième série de réunions Genève, 26

Plus en détail

Mise en concurrence. Site emploi Alsace et multipostage d offres d emploi

Mise en concurrence. Site emploi Alsace et multipostage d offres d emploi Mise en concurrence Site emploi Alsace et multipostage d offres d emploi 15 juin 2015 L Agence d Attractivité de l Alsace a pour mission : De conforter l image et la notoriété de l Alsace. D accélérer

Plus en détail

Règlement et sujets de la 6 ème édition du challenge construction durable

Règlement et sujets de la 6 ème édition du challenge construction durable Règlement et sujets de la 6 ème édition du challenge construction durable IUT de La Rochelle, 2015 (Version provisoire v.2 du 21/11/2014) Article 1 Participants Concours ouvert aux étudiants de tous les

Plus en détail

Pôle de compétitivité Aerospace Valley

Pôle de compétitivité Aerospace Valley Pôle de compétitivité mondial Aéronautique, Espace, Systèmes embarqués Pôle de compétitivité Aerospace Valley Cahier des charges Définition de la Vision «Aerospace Valley 2018» Cahier des Charges n 15-ADMIN-CS-208

Plus en détail

Règlement du Concours. «Meilleur Site WEB en utilisant One Click»

Règlement du Concours. «Meilleur Site WEB en utilisant One Click» 1 ALGERIE TELECOM-Spa DIRECTION GENERALE Règlement du Concours «Meilleur Site WEB en utilisant One Click» 2 Avril 2014 Page 1 Article 1. Objet du concours Concevoir et mettre en ligne un site Internet,

Plus en détail

APPEL A PROJETS du Conseil Régional de Lorraine «TECHNOLOGIES NUMERIQUES POUR LES NOUVEAUX USAGES DE L IMAGE»

APPEL A PROJETS du Conseil Régional de Lorraine «TECHNOLOGIES NUMERIQUES POUR LES NOUVEAUX USAGES DE L IMAGE» APPEL A PROJETS du Conseil Régional de Lorraine «TECHNOLOGIES NUMERIQUES POUR LES NOUVEAUX USAGES DE L IMAGE» INTRODUCTION Pourquoi un appel à projets «Technologies numériques pour les nouveaux usages

Plus en détail

Prix de l Innovation Technologique

Prix de l Innovation Technologique 2015 Prix de l Innovation Technologique Air et Espace Aéro-Club de France - Commission Innovation Technologique 6, Rue Galilée - 75116 Paris - Tél : 01 47 23 72 72 - Fax : 01 47 23 50 90 Email : aeroclub@aeroclub.com

Plus en détail

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics :

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Cahier des charges pour un programme de formation à l attention des agents des institutions publiques (Collectivités locales, services

Plus en détail

Peintre, vidéaste, photographe, sculpteur Vous avez jusqu au 5 décembre 2014 pour proposer une œuvre sur le thème de l économie.

Peintre, vidéaste, photographe, sculpteur Vous avez jusqu au 5 décembre 2014 pour proposer une œuvre sur le thème de l économie. 6 e CONCOURS ARTISTIQUE DE LA CCI MARSEILLE PROVENCE Dota 30 0 tion 00 Peintre, vidéaste, photographe, sculpteur Vous avez jusqu au 5 décembre 2014 pour proposer une œuvre sur le thème de l économie. thalie.testot-ferry@ccimp.com

Plus en détail

<< PLATFORM > < Grand Est >>

<< PLATFORM > < Grand Est >> PROGRAMME DE RÉSIDENCES DES FRAC DU GRAND EST EDITION 2008 // Appel à candidature >>> PRESENTATION DES FRAC >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> Les Fonds régionaux d art contemporain du Grand

Plus en détail

APPEL À PROJETS QUARTIERS DURABLES CITOYENS MODALITÉS

APPEL À PROJETS QUARTIERS DURABLES CITOYENS MODALITÉS APPEL À PROJETS QUARTIERS DURABLES CITOYENS 2015 MODALITÉS PRÉSENTATION DE L APPEL À PROJETS L appel à projets Quartiers Durables Citoyens encourage et soutient les habitants qui s engagent dans leur quartier

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

APPEL D OFFRES POUR LA CRÉATION D UN VISUEL GÉNÉRIQUE ET D UN SLOGAN

APPEL D OFFRES POUR LA CRÉATION D UN VISUEL GÉNÉRIQUE ET D UN SLOGAN Agence de valorisation de l économie de la culture en Limousin 19, boulevard de la Corderie 87000 Limoges 05 87 21 30 50 contact@avec-limousin.fr www.avec-limousin.fr APPEL D OFFRES POUR LA CRÉATION D

Plus en détail

Règlement de l Appel à Projet #3 Mettre en Scène la Ville

Règlement de l Appel à Projet #3 Mettre en Scène la Ville Règlement de l Appel à Projet #3 Mettre en Scène la Ville Article 1 Objet Valoriser et aider des porteurs de projets qui dans les quatre catégories décrites ci-après, ont atteint de façon originale et

Plus en détail

REGION DES PAYS DE LA LOIRE. Fonds régional Santé publique. Règlement d intervention

REGION DES PAYS DE LA LOIRE. Fonds régional Santé publique. Règlement d intervention REGION DES PAYS DE LA LOIRE Fonds régional Santé publique Règlement d intervention 1 1- POLITIQUE RÉGIONALE DE SANTÉ ET FONDS RÉGIONAL SANTÉ PUBLIQUE La santé des Ligériens constitue l une des priorités

Plus en détail

Article 1 Objet. Article 2 Conditions de participation, techniques et thèmes

Article 1 Objet. Article 2 Conditions de participation, techniques et thèmes Article 1 Objet Dans le but d encourager les artistes d aujourd hui à s emparer des thématiques de l Economie, la Chambre de Commerce et d Industrie Marseille Provence (CCIMP) organise une manifestation

Plus en détail

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY par Andrew Acland Résumé version longue L auteur estime que les imperfections de la démocratie citées le plus fréquemment sont entre autres le faible taux de

Plus en détail

La finalité de cet appel à projet est de favoriser la fluidité des parcours en augmentant la capacité d accompagnement de ce type de mesures.

La finalité de cet appel à projet est de favoriser la fluidité des parcours en augmentant la capacité d accompagnement de ce type de mesures. Cahier des charges de l appel à projet lancé par le Conseil général pour la création de 0 places de PEAD (placement éducatif à domicile) dans le département du Finistère I - identification des besoins

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Pour participer il vous suffit de retourner votre dossier de candidature accompagné d une copie de vos cartes d étudiant, diplôme ou attestation du statut étudiant entrepreneur avant le lundi 15 décembre

Plus en détail

Validation des Acquis de l Expérience Notice concernant le Livret 2

Validation des Acquis de l Expérience Notice concernant le Livret 2 Validation des Acquis de l Expérience Notice concernant le Livret 2 Après le dépôt d un Livret 1, votre demande de validation a été déclarée recevable par un courrier du Rectorat. À partir de la date du

Plus en détail

PRIX DE L ASSOCIATION PIERRE & ALEXANDRA BOULAT

PRIX DE L ASSOCIATION PIERRE & ALEXANDRA BOULAT PRIX DE L ASSOCIATION PIERRE & ALEXANDRA BOULAT Règlement 2015 Article 1 L Association Pierre & Alexandra Boulat, qui a été créée pour promouvoir l œuvre de Pierre & Alexandra Boulat, et encourager le

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

Cahier des charges de formation

Cahier des charges de formation Cahier des charges de formation 1 Intitulé de l action de formation «Espaces collaboratifs Silverpeas» 2 Contexte et enjeux L Inra est un établissement public de recherche qui compte 18 centres de recherche

Plus en détail

1 CONTEXTE ET DEFINITION

1 CONTEXTE ET DEFINITION Consultation des cabinets conseils référencés «Diagnostic RH et Formation PME 2015» en Languedoc Roussillon pour la réalisation de prestations d Evaluation de dispositifs de formation interne Cahier des

Plus en détail

Dossier de candidature au Concours Prix de thèse

Dossier de candidature au Concours Prix de thèse Dossier de candidature au Concours Prix de thèse Pour constituer votre dossier de candidature, vous devez adresser à l URPS Médecins Libéraux du Languedoc-Roussillon Maison des Professions Libérales 285

Plus en détail

DISPOSITIONS FACULTAIRES FORMATION DOCTORALE ET DOCTORAT

DISPOSITIONS FACULTAIRES FORMATION DOCTORALE ET DOCTORAT DISPOSITIONS FACULTAIRES FORMATION DOCTORALE ET DOCTORAT Ce texte spécifie des dispositions propres à la Faculté de Psychologie et des Sciences de l Education (FPSE). Ces dispositions ne dérogent en aucune

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION Direction de la Valorisation Information Scientifique et Technique forma@doc Pôle Formation CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION «Animation de groupe, gestion de projet et communication» pour les animateurs

Plus en détail

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics :

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Cahier des charges pour un programme de formation à l attention des agents des institutions publiques soumises à l Ordonnance du 23 juillet

Plus en détail

6 espace Moman 32 rue Mallet Stevens 84270 VEDENE 30900 NIMES. Tél. : 04 32 74 64 94 Tél. : 04 66 28 21 05 Fax : 04 32 74 64 93 Fax : 04 66 28 21 06

6 espace Moman 32 rue Mallet Stevens 84270 VEDENE 30900 NIMES. Tél. : 04 32 74 64 94 Tél. : 04 66 28 21 05 Fax : 04 32 74 64 93 Fax : 04 66 28 21 06 VAUCLUSE GARD 6 espace Moman 32 rue Mallet Stevens Chemin de Capeau Bâtiment K - Ville Active 84270 VEDENE 30900 NIMES Tél. : 04 32 74 64 94 Tél. : 04 66 28 21 05 Fax : 04 32 74 64 93 Fax : 04 66 28 21

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT CONVENTION DE PARTENARIAT Entre LE CENTRE NATIONAL DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE 10-12 rue d Anjou 75381 PARIS cedex 08 représenté par son Président, Monsieur François DELUGA, dûment habilité à

Plus en détail

Appel à projets dans les domaines prioritaires de la recherche scientifique et du développement technologique

Appel à projets dans les domaines prioritaires de la recherche scientifique et du développement technologique Appel à projets dans les domaines prioritaires de la recherche scientifique et du développement technologique Dans le cadre de la promotion de la recherche scientifique, l innovation et le développement

Plus en détail

CILGERE SA PHASE DE SELECTION DES CANDIDATS REGLEMENT DE CONSULTATION

CILGERE SA PHASE DE SELECTION DES CANDIDATS REGLEMENT DE CONSULTATION CILGERE SA MARCHE 15.006 «PRESTATIONS DE NETTOYAGE BUREAUX / LOCAUX TECHNIQUES / ARCHIVES / EMPLACEMENTS DE PARKINGS / COUR INTERIEURE ET ESCALIERS DANS IMMEUBLE 176 RUE MONTMARTRE 75002 PARIS» PHASE DE

Plus en détail

Contexte et enjeux du dispositif de valorisation du savoir, dans son ensemble

Contexte et enjeux du dispositif de valorisation du savoir, dans son ensemble Formation permanente nationale CAHIER DES CHARGES DE LA PRESTATION «Captation audio/vidéo et enrichissement d un support de diffusion multimédia des conférences d un séminaire de formation, à des fins

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT APPUI CONSEIL «GESTION DES AGES» dans le cadre du Contrat de génération Le présent

Plus en détail

PROGRAMME EIFFEL VADE-MECUM 2015

PROGRAMME EIFFEL VADE-MECUM 2015 PROGRAMME EIFFEL VADE-MECUM 2015 Le programme de bourses Eiffel comporte deux volets : - un volet master qui permet de financer une formation diplômante de niveau master de 12 à 36 mois ; - un volet doctorat

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2006 MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Initiative focale sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE)

Conseil d administration Genève, mars 2006 MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Initiative focale sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE) BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.295/MNE/2/1 295 e session Conseil d administration Genève, mars 2006 Sous-commission sur les entreprises multinationales MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION DEUXIÈME QUESTION

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Consultation 2016 Programme Formations Tourisme «Motiver et manager son équipe»

Consultation 2016 Programme Formations Tourisme «Motiver et manager son équipe» Consultation 2016 Programme Formations Tourisme «Motiver et manager son équipe» Contact : Karel CHAUCHEPRAT Plan de Formation régional CRDT Auvergne Parc Technologique la Pardieu 7 allée Pierre de Fermat

Plus en détail

Observation des pratiques linguistiques en langues de France

Observation des pratiques linguistiques en langues de France Observation des pratiques linguistiques en langues de France La Délégation générale à la langue française et aux langues de France, dont l une des missions est l observation des pratiques linguistiques

Plus en détail

LES DIX ANS DE L ACNUSA. Bilan de la table ronde 8

LES DIX ANS DE L ACNUSA. Bilan de la table ronde 8 6 LES DIX ANS LES DIX ANS DE L ACNUSA Bilan de la table ronde 8 7 LES DIX ANS DE L ACNUSA Bilan de la table ronde À l occasion du dixième anniversaire de sa création, l ACNUSA a réuni tous ses partenaires

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

Programme de formation «CAP RSEA»

Programme de formation «CAP RSEA» Programme de formation «CAP RSEA» Amélioration et mesure de la performance économique, sociale, sociétale et environnementale des Entreprises Adaptées Contexte La RSE se définit comme la responsabilité

Plus en détail