LA FRANCE A LA CONQUÊTE DE L ESPACE (La numérotation des photographies qui illustrent ce sujet est conforme au portfolio).

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA FRANCE A LA CONQUÊTE DE L ESPACE (La numérotation des photographies qui illustrent ce sujet est conforme au portfolio)."

Transcription

1 LA FRANCE A LA CONQUÊTE DE L ESPACE (La numérotation des photographies qui illustrent ce sujet est conforme au portfolio). L histoire de l aérospatiale française est indissociable de celle de la force de dissuasion. En effet, grâce aux efforts conjoints de techniciens civils et militaires, la France devient en 1965 la troisième puissance mondiale dans le domaine spatial. Ce dossier illustré de documents issus des collections audiovisuelles conservées à l ECPAD se propose d évoquer cette aventure humaine, dont on ne peut écarter l héritage issu des travaux menés par les Allemands pendant la Seconde guerre mondiale. Ce survol de quelques pages est un résumé chronologique de la conquête spatiale française dont il ne souligne que certaines étapes importantes. DES AVANCEES DETERMINANTES PENDANT LA SECONDE GUERRE MONDIALE L ingénieur général et polytechnicien Jean-Jacques Barré ( ), entré dans l artillerie en 1924, peut être considéré comme l un des pionniers de l astronautique française. Entre 1935 et 1940, ce militaire, ancien assistant de l aéronaute et astronaute Robert Esnault-Pelterie, conçoit pour la commission des poudres à Versailles des obus propulsés par du peroxyde d'azote. Achevant sa carrière dans l Armée avec le grade de colonel, il se consacre ensuite à la conception des fusées. Devenu lauréat de l académie des sciences en 1958, il intègre la société nationale de construction aéronautique dans les années 60. Photo n 7 Photo n 8 Photo n 9 Photo n 10 7/ Référence : TERRE R4 Copyright ECPAD. Photographe : Emeline. Mars 1945, Toulon (Var). Au premier plan, la fusée française EA-41, lors d une présentation. 8/ Référence : TERRE R6 Copyright ECPAD. Photographe : Emeline. Mars 1945, Toulon (Var). Le commandant Barré (en blouse), concepteur de la fusée EA-41, lors des préparatifs de lancement. 9/ Référence : TERRE R9 Copyright ECPAD. Photographe : Emeline. Mars 1945, Toulon (Var). Préparation de la fusée française EA-41 sur le site de lancement. 10/ Référence : TERRE R4 Copyright ECPAD. Photographe : Emeline. Mars 1945, Toulon (Var). Le pas de tir avec la rampe de lancement de la fusée EA-41. En 1941, pendant le conflit, alors qu il travaille pour le colonel Dubouloz chef de la Section technique de l artillerie, le commandant Barré réalise clandestinement à Lyon une fusée propulsée par un mélange d oxygène liquide et d essence : l EA41(engin autopropulsé modèle 1941). Il parvient à la tester en point fixe le 15 novembre 1941 au camp militaire du Larzac (Essai visible sur la référence film ACT 448 de l ECPAD). De leur côté, sur l île de Peenemünde, les ingénieurs de l Allemagne nazie travaillent sur les «Vergeltungswaffe» les «armes de représailles». Le 3 octobre 1942, la première fusée A4 est lancée. D un poids de 25,700 kg, haute de 14,036 m avec un diamètre de 1,651 m, elle parvient à s'élever à une altitude de 84,5 km sur une distance de 190,6 km. C est un succès. Photogramme n 1 1/Référence : (Tc in ) - Copyright ECPAD. Fusée expérimentale allemande A4 en 1942 sur l un des pas de tir de Peenemünde (Allemagne). 1

2 Le 22 décembre 1942, Hitler convoque au ministère de la guerre à Berlin, Walter Dornberger, officier alors en charge du programme, et Albert Speer, ministre de la production du IIIe Reich. Le Führer leur demande d installer rapidement des usines et neuf zones de tirs d où il sera possible de lancer les fusées conçues à Peenemünde. Speer pousse alors les recherches portant sur le A4 et crée dès 1943 au sein de son ministère une commission pour le tir à longue portée : «la Kommission für Fernschiessen». La construction des usines chimiques pour le traitement des combustibles et les silos de tir pour les sites de lancement sont confiés dès janvier 1943 à l organisation Todt, déjà en charge des fortifications du mur de l Atlantique. C est sous l impulsion de l équipe de Wernher von Braun, directeur technique depuis 1937, que l A4 fait dès 1944 place au V2, cette fusée stratosphérique capable d échapper à toute défense contre avions (D.C.A) ou aux chasseurs alliés. Photogramme n 2 2/ Référence : (Tc in )- Copyright ECPAD. Lancement d une fusée V2 en 1944 (Lieu non précisé). Une arme qui anticipe déjà les missiles d après - guerre et les lanceurs de la future conquête spatiale. L HERITAGE DU CONFLIT Après la Libération, pour les Français dont l armée et les services techniques ne se reconstituent qu à l automne 1944, c est l intérêt que porte le professeur Henri Moureu à récupérer la technologie des engins autopropulsés allemands qui pousse la France à s intéresser aux ces armes secrètes. Ce docteur en chimie, directeur du laboratoire municipal de la ville de Paris, ancien assistant du professeur Frédéric Joliot-Curie, mène durant l Occupation des actions de résistance et agissant en qualité de conseiller technique de la défense passive, il travaille également sur le désamorçage des bombes non explosées et les destructions dues aux bombardements. Dès la Libération, c est donc avec le professeur Moureu que le commandant Jean -.Jacques Barré se rend du 9 au 17 mai 1945 en Allemagne à Oberaderrach au bord du lac de Constance pour examiner les prises de guerre des Français : le site d Oberaderrach est une usine de réception et d essais de V2. Photo n 3 Photo n 4 Photo n 5 Photo n 6 3/ Référence : TERRE R16.Copyright ECPAD. Photographe : Gandner, André. 06/08/1945. Des militaires français étudient le site de l usine de V2 d Oberaderrach (Allemagne). 4/ Référence : TERRE R10. Copyright ECPAD. Photographe : Gandner, André. Le 06/08/1945. Vestiges de l avance technologique allemande, les tours d essai de tuyères de «Porzellan» à Oberaderrach (Allemagne). 5/ Référence : TERRE R7 Copyright ECPAD. Photographe : Gandner, André. 06/08/1945. Un des bunkers de l usine secrète d Oberaderrach (Allemagne) près du lac de Constance. 6/ Référence : TERRE R22 Copyright ECPAD. Photographe : Gandner, André. 06/08/1945. Une zone de remplissage de wagons destinés à l acheminement du combustible depuis le site d Oberaderrach (Allemagne). 2

3 En juin, les deux hommes se rendent en zone américaine, à Nordhausen. Neuf wagons contenant quatre V1 et de quoi assembler quatre V2 s y trouvent. Ils parviennent à les expédier en France (Des éléments comparable au matériel visible sur le film de 1945, des actualités des services alliés, référencé SA 239 à l ECPAD). L étude des V2 est ensuite effectuée sur le site de la Société pour l application générale de l électricité et de la mécanique (SAGEM) à Argenteuil (Val d Oise) mais également dans certains arsenaux comme celui de Puteaux (Hauts - de - Seine). Photo n 12 12/ Référence : F G1 Copyright ECPAD. Photographe : Cadin. Mars 1947 Fusée V2, étudiée à l arsenal de Puteaux (Hauts - de - Seine), ici, lors de la visite du ministre de la Guerre, Paul Coste - Floret. Dans le cadre de l opération «Paperclip», les Etats-Unis sont quant à eux déjà parvenus à exfiltrer près de 1500 scientifiques issus du complexe militaro-industriel allemand, alors que les Britanniques dans le cadre de l opération «Backfire» réalisent trois tirs de V2. En France, le professeur Moureu initie le Centre d études des projectiles autopropulsés (CEPA), alors que la Direction des études et fabrication de l armement (DEFA) qui fixe les orientations, crée à Vernon un nouvel organisme, le Laboratoire de recherches balistiques et aérodynamiques (LRBA) suite au décret du 17 mai Photo n 11 11/ Référence : AIR Copyright ECPAD. Photographe : Demangeon. Paris (France) L'ingénieur général Balland, directeur de la Direction des études et fabrication d'armement (DEFA) lors de la réunion du 5 janvier 1946 sur le potentiel d'armement de la France d'après-guerre. Là, une soixantaine d ingénieurs allemands (TAP ou techniciens anciens de Peenemünde) encadrés d ingénieurs militaires français, permettent des avancées significatives dans le domaine de l autopropulsion. Photo n 13 Photo n 14 Photo n 15 13/ Référence : F R20 Copyright ECPAD. Photographe : Parot Vue générale du LBRA (Laboratoire de recherches balistiques et aérodynamiques) de Vernon (Eure) en juillet / Référence : F54-84 R43 Copyright ECPAD. Photographe : Bergeon. Zone de stockage des ergols au LRBA (Laboratoire de recherches balistiques et aérodynamiques) de Vernon (Eure) en / Référence : F R15 Copyright ECPAD. Photographe : Parot Un point fixe avec bunker au LRBA (Laboratoire de recherches balistiques et aérodynamiques) de Vernon (Eure) en

4 Le célèbre missile PARCA (Projectile auto propulsé radioguidé contre avion) y est entre autres conçu. Photo n 31 31/ Référence : F R1 Copyright ECPAD. Photographe : Dalancourt L'engin "Parca" (Projectile auto - propulsé radioguidé contre avion) sur la base de Colomb Béchar (Algérie) Les premiers programmes de fusées comme Véronique ou Vesta sont également développés à Vernon. Photo n 16 Photo n 18 16/ Référence : F54-84 R34 Copyright ECPAD. Photographe : Bergeon L engin Véronique sur sa table de lancement au LRBA (Laboratoire de recherches balistiques et aérodynamiques) de Vernon (Eure) en / Référence : F Rc8 Copyright ECPAD. Photographe : Bonnet, René-Paul La fusée Vesta avant lancement à Hammaguir (Algérie) en Un premier essai au banc de l EA46, fusée dérivée des travaux de Barré, est donc effectué à Vernon le 4 février Au second essai, l engin explose, faisant trois morts. Une seconde fusée plus puissante est réalisée l année suivante : elle porte le nom d «Eole» et fonctionne à base d un mélange d oxygène liquide et d éther de pétrole. En 1952, alors que les essais au point fixe se poursuivent au LRBA, on prépare les essais en vol qui doivent avoir lieu en Algérie à Hammaguir au Sahara. Pour la première fois, le suivi du tir est effectué par télémesure. La Société française d équipement pour la navigation aérienne (SFENA) fournit les équipements de contrôle de bord. Le 22 novembre 1952 a lieu le premier tir. La fusée Eole explose après six secondes de course. Le 24 novembre, un second tir donne le même résultat. Après ces essais peu concluants, la fusée de Barré est définitivement abandonnée. Dès lors, c est la fusée-sonde Véronique, qui est retenue pour la poursuite des expérimentations. Testée avec succès dés 1950 sur le camp de Suippes (Marne), sa dernière version, baptisée Véronique 61 développe 6 tonnes de poussée. La fusée Vesta la remplace en Capable d emporter une charge de 800 kg propulsée par un moteur-fusée de 16 tonnes de poussée, elle ouvre d autres perspectives. 4

5 Photo n 17 Photo n 19 17/ Référence : F R21 Copyright ECPAD. Photographe : Branlard, André Conçue au LRBA, la fusée-sonde Véronique AGI-V18 sur le polygone de tir d'hammaguir (Algérie) le 7 mars / Référence : F Rc2. Copyright ECPAD. Photographe : Antoine Lancement de la fusée Vesta 5 à Hammaguir (Algérie) en L ENTREE DANS L ERE SPATIALE Alors que se déroule l'année Géophysique Internationale, le 4 octobre 1957, l'union soviétique lance avec succès Spoutnik, le premier satellite artificiel de la Terre. Photo n 30 30/Référence : F R6 Copyright ECPAD. Photographe : Branlard, André Le satellite russe Spoutnik lors de l exposition "Terre et Cosmos "du 12 juin 1958 à Paris. Cette réalisation, qui marque le début de l'ère spatiale, intervient dans un monde où les relations internationales sont dominées par la Guerre froide qui oppose les blocs de l'est et de l'ouest. Au - delà de l'exploit technique, l'importance de l'événement réside dans ses conséquences sur le plan géopolitique. Il tend à démontrer l'avance prise par les Soviétiques dans le domaine des fusées et par conséquent dans le développement des missiles stratégiques. Face à ce défi, le gouvernement américain commence par accroître fortement le soutien de l'état aux industries chargées des missiles balistiques dans le domaine spatial. L'échec du premier essai de satellisation du Vanguard américain, largement médiatisé, provoque de nombreuses réactions, que n'atténue que partiellement le lancement réussi d'explorer le 1er février

6 Avec son retour au pouvoir en mai 1958, le général de Gaulle instaure une nouvelle politique imposant au niveau mondial la notion d indépendance nationale et de coopération. Dans ce cadre, il fixe des objectifs clairs assortis de moyens nécessaires permettant de peser dans le débat sur l'espace qui s'instaure sur le plan international. Il crée le Comité des recherches spatiales, dont la mission est de dresser un état de la situation française et de proposer au gouvernement un programme spatial national. L'importance de l'enjeu, face à l'évolution rapide du contexte international et à la multiplication des initiatives sur le plan européen, amène la France à s'engager résolument dans cette course, les lancements s effectuant alors depuis les bases de Colomb-Béchar et d Hammaguir en Algérie. Photo n 24 Photo n 26 Photo n 27 Photo n 28 24/Référence : F Rc 22 Copyright ECPAD. Photographe : Antoine Vue aérienne du «Cyclope» d Hammaguir (Algérie) en /Référence : F Rc 74 Copyright ECPAD. Photographe : Bonnet, René-Paul Compte à rebours précédent le lancement d une fusée Emeraude sur le site d Hammaguir (Algérie) en /Référence : F Rc 17 Copyright ECPAD. Photographe : Antoine Le poste de commandement et de contrôle de tir (PCCT) à Hammaguir (Algérie) en /Référence : F Rc 25 Copyright ECPAD. Photographe : Antoine Point zéro du site de lancement français d Hammaguir (Algérie) en La SEREB (Société d'études et de réalisations d'engins balistiques), créée le 17 septembre 1959, et regroupant des équipes en provenance de différentes sociétés industrielles (Nord Aviation, Sud Aviation, Matra, SEPR Sagem ) mène des «Etudes balistiques de base» (EBB), dont l'objectif est d'acquérir progressivement la maîtrise des techniques de guidage inertiel et de rentrée, ainsi que celles relatives à la grosse propulsion, pour la réalisation de lanceurs. Effectivement, face aux lanceurs opérationnels russes et américains, les européens semblent à la traîne. En réponse à une préoccupation majeure des milieux politiques, scientifiques, civils et militaires, le gouvernement de Michel Debré fait adopter par la loi du 19 décembre 1961, la création d un Centre national d études spatiales (CNES), qui bénéficie des acquis de la SEREB à ses débuts. C est le physicien Pierre Auger ( ) qui en devient le premier président (par la suite, il participera à la fondation de la Commission européenne pour la recherche spatiale ou ESRO, première ébauche de l'agence spatiale européenne dont il sera le directeur général jusqu'en 1967). Dès 1962, un accord est signé entre cette agence et le ministère de l armement pour le développement d un lanceur à vocation civile «Diamant». Cette fusée découle du programme militaire «Pierres précieuses» qui comprenait cinq véhicules d essai (Agathe, Topaze, Emeraude, Rubis et Saphir). Photo n 25 Photo n 36 25/Référence : F Rc 73 Copyright ECPAD. Photographe : Bonnet, René-Paul Issue du programme militaire «Pierres précieuses», la fusée Emeraude sur sa couronne de lancement à Hammaguir (Algérie) en / Référence : F Rc 106 Copyright ECPAD. Photographe : Bonnet, René-Paul octobre Le lanceur Diamant A sur le site de Saint-Médard-en-Jalles (Gironde). 6

7 La conception du lance-satellite Diamant repose sur une proposition de la SEREB, élaborée à partir de ses travaux sur les missiles balistiques stratégiques. Le projet de lance-satellite, qui est officiellement présenté au Délégué ministériel à l'air le 23 septembre 1960, consiste en un véhicule pouvant placer sur orbite une charge de 40 kg, bâti à partir du futur bi-étages Saphir alors baptisé Céphée auquel est ajouté un autre étage développé spécialement. Dans les mois qui suivent, les études sont intensifiées et la Délégation ministérielle pour l'armement (DMA), qui assure depuis le mois d avril 1961 la tutelle de la SEREB, se déclare favorable au programme qui prend alors le nom de Diamant. LA FRANCE AU 3 e RANG DES PUISSANCES SPATIALES MONDIALES La concrétisation a lieu le 26 novembre 1965, date à laquelle le premier lanceur français, Diamant A, décolle depuis la base d Hammaguir, prés de Colomb-Béchar, au Sahara, plaçant sur orbite la capsule technologique surnommée «Astérix». Photo n 33 Photo n 21 Photo n 22 Photo n 37 Photo n 38 33/ Référence : F Rc 85 Copyright ECPAD. Photographe : Bonnet, René-Paul octobre A Saint-Médard-en-Jalles (Gironde), les techniciens procèdent en cellule aux dernières mises au point du satellite «Astérix». 21/Référence : Reportage F Rc 31 Copyright ECPAD. Photographe : Bonnet, René-Paul Premier étage du lanceur Diamant A à Hammaguir (Algérie) en /Référence : F Rc 9 Copyright ECPAD. Photographe : Bonnet, René-Paul Mise en place du second étage du lanceur Diamant A à Hammaguir (Algérie) en / Référence : F Rc 20 Copyright ECPAD. Photographe : Bonnet, René-Paul. 26 novembre Opérateur devant le pas de tir «Brigitte» lors des préparatifs du lanceur Diamant A à Hammaguir (Algérie). 38/ Référence : F Rc 64 Copyright ECPAD. Photographe : Bonnet, René-Paul. 26 novembre Le 26 novembre 1965, depuis le pas de tir «Brigitte» de la base d'hammaguir (Algérie), le lanceur français Diamant A met en orbite la capsule technologique «Astérix». Diamant A est une fusée à trois étages de 19 mètres de haut et d un poids de 18 tonnes. Cette fusée sur laquelle est peinte la cocarde tricolore, illustre la maîtrise des technologies de pointe dans le domaine de l aérospatial mais également la capacité nationale à transporter des charges militaires. Sa finalisation est réalisée au centre d achèvement et d essais des propulseurs d engins (CAEPE) de la direction générale de l armement du ministère de la Défense. Cet organisme situé en Gironde met au point le propulseur Rita qui sert dès le 10 mars 1970, aux lancements de la fusée Diamant B, ainsi qu à celui de la fusée Diamant BP4 le 6 février 1975 depuis Kourou en Guyane française(*). 7

8 Photo n 42 42/Référence : Photo 14 Copyright ECPAD. Photographe : Bideault, Pierre octobre Préparatifs du vol 39 d Ariane 4 sur la zone de lancement de Kourou (Guyane française). Le programme Diamant avec 10 vols réussis sur 12, permet à la France de se hisser au troisième rang des puissances spatiales mondiales après l ex - Union Soviétique et les Etats-Unis. (*)A la fin du conflit algérien, la France est contrainte d'abandonner le pas de tir d'hammaguir et le CNES commence à rechercher une nouvelle base à proximité de l'equateur, zone qui permettrait d'effectuer toutes les missions spatiales dans les meilleures conditions. Pour sélectionner ce site, la division Équipement Sol de la Direction scientifique et technique du CNES étudia plusieurs possibilités qui aboutirent le 16 avril 1964 à la décision de construction du centre de lancement spatial à Kourou. 8

9 LA FRANCE LEADER SPATIAL EUROPEEN Si, dès 1970, l industrie française poursuit son regroupement avec la fusion de la SEREB, Nord Aviation et Sud Aviation pour donner naissance à la société nationale industrielle aérospatiale (SNIAS), c est par l action du Centre national d études spatiales, que la France entraîne alors l Europe dans une dynamique d autonomie en matière de lancement. Le 31 juillet 1973, en accord avec 10 pays européens (l Allemagne, la Belgique, le Danemark, l Espagne, l Irlande, l Italie, les Pays Bas, le Royaume Uni, la Suède et la Suisse), la production d un lanceur baptisé L III S (Lanceur de 3 e génération de substitution) plus connu sous le nom d Ariane, est décidée à Bruxelles. Le 20 septembre de la même année, l Agence spatiale européenne (ESA) est fondée. Celle - ci combine les objectifs des anciennes organisations européennes pour la mise au point et la construction des lanceurs (ELDO) et de l organisation européenne de recherche spatiale (ESRO) datant des années Le 24 décembre 1979, le 1 er lanceur européen Ariane 1 L01 s élance. La fusée haute de 47,7 m pour une masse d environ 210 tonnes possède une capacité d emport sur orbite de transfert géostationnaire d 1,7 t. Au rythme des tirs, des améliorations techniques sont apportées aux lanceurs de la filière : ajout de propulseurs d'appoint à poudre et liquide, possibilité de lancements doubles pour Ariane 3, augmentation du volume de la coiffe sur Ariane 4. Photo n 43 Photo n 46 Photo n 48 43/ Référence : Photo 24 Copyright ECPAD. Photographe : Savriacouty, Claude - mai Maquette du lanceur Ariane 4 en 1992 à l exposition universelle de Séville (Espagne). 46/Référence : Photo 19 Copyright ECPAD. Photographe : Marcès, Janick mai Décollage de nuit des 470 tonnes du lanceur Ariane 4 depuis Kourou (Guyane française). 48/Référence : N M Copyright ECPAD. Photographe : Pellegrino, Roland Le président de la République, Jacques Chirac, recevant une maquette du prototype de la fusée Ariane le 14 juin 2003 au salon du Bourget(Seine-Saint-Denis). Ariane 4 dont le 1 er lancement a lieu le 15 juin 1988 devient une référence sur le marché du transport spatial, totalisant de 1988 à 2003, 116 missions. LES LANCEURS ARIANE. Ariane 1 Ariane 2 Ariane 3 Ariane 4 Ariane 5 Hauteur 47,7 m 49 m 49 m 58,4 m 52,76 m Masse approximative Au décollage 210 t 217 t 240 t 470 t 725 t 9

10 Le 14 juin 1984, un comité interministériel autorise le CNES à entreprendre les études préparatoires d Ariane 5 en coopération avec ses partenaires de l ESA. Le programme est décidé en janvier 1985 par les ministres européens de l espace à Rome, puis le développement est voté en novembre 1987 au Conseil de La Haye. Le 1 er vol de qualification du 4 juin 1996 est un échec. Au bout de 37 secondes, le lanceur bascule, une explosion est alors déclenchée par les systèmes de sécurité. Après avoir identifié les causes de cet échec, les équipes en charge du projet effectuent pendant près de 16 mois de multiples vérifications. Photo n 40 40/Référence : Copyright ECPAD. Photographe : Bideault, Pierre - octobre La «Salle Jupiter» destinée au suivi des lancements en Guyane. Le 30 octobre 1997, le lanceur décolle de Guyane pour la seconde fois. La mission est un succès malgré quelques anomalies. Le 21 octobre 1998, à l issue du 3 e vol expérimental, parfaitement nominal, le lanceur Ariane 5 obtient sa qualification en vol. Photo n 49 Photo n 50 49/Référence : N M Copyright ECPAD. Photographe : Pellegrino, Roland Présentation d une maquette du lanceur européen Ariane 5 au Premier ministre, François Fillon, en présence du ministre de la Défense, Hervé Morin, lors de l inauguration du salon du Bourget (Seine-Saint-Denis) le18 juin /Référence : Copyright SIRPA AIR Photographe : Cyril Amboise Le lanceur «Ariane 5» à Kourou (Guyane française), le 18 décembre 2009 avant le lancement du satellite «Hélios IIB» Sans aborder des questions telles que le vol habité, les applications liées aux satellites civils ou militaires, ce résumé chronologique sur la conquête spatiale française, met en avant des compétences technologiques qui ont permis à la France et à ses partenaires européens de s imposer dans le domaine des lanceurs. Pourtant, dans le flux constant de l actualité spatiale, d autres nations fixent les attentions depuis ces six dernières années : les Etats-Unis qui projettent une nouvelle expédition lunaire pour 2020, ou encore, la Chine, qui après avoir réalisé son deuxième vol habité en 2005, parvient en 2006 par l emploi du laser à neutraliser un satellite américain. Dans ces secteurs de pointe, le financement, qu il soit fondé sur une économie de marché à l exemple des Etats-Unis ou sur un système centralisé comme pour la Chine, reste une donnée essentielle qui, assortie d une volonté politique à la hauteur du savoir - faire acquis, peut permettre à l Europe de se maintenir parmi les plus grandes puissances spatiales actuelles. Adjudant-chef Daniel DUBOIS. Documentaliste du fonds Actualités. 10

11 - Orientations bibliographiques. - Montage vidéo. Du V2 à Véronique (La naissance des fusées françaises), Olivier Huwart - Editions MARINES. Revue encyclopédique (Les conflits du XX e siècle). L Aventure Spatiale européenne, Philippe Cart-Tanneur Editions Trame Way. La France dans l Espace (Contribution à l effort spatial européen) Hervé Moulin de l agence spatiale européenne Aéronautique et espace (Un siècle d industrie française) Patrick Guérin et Gérard Maoui Editions le cherche midi. Fiches thématiques du CNES. Les extraits visibles dans le montage ci joint proviennent des films suivants : «Canons de tranchées et tubes lance-torpilles» / Cadreur : Costil Edgar / Référence : A 1020 Copyright ECPAD (1917). «Expérimentation de l'engin autopropulsé type 1941» / Cadreur : Emeline / Référence : ACT 448 Copyright ECPAD (1945). «Journal filmé de l'armée n 47» / SCA / Référence : J 47 Copyright ECPAD (1945). «Magazine des Armées n 102» / SCA / Référence : SCA 102 Copyright ECPAD (1956). «Espace, une nouvelle dimension pour la défense» / Réalisateur : Chaudeurge, Chistian / Référence : / Copyright ECPAD (1991): «Groupe SNECMA»/ Réalisateur : Leroux, Didier / Référence : / Copyright ECPAD (1992). «Centre Opérationnel de Défense» / Réalisateur : Chaudeurge, Chistian / Référence / Copyright ECPAD(1995). «Mission ARD» / Cadreurs Lichty, Gérald ; Chanjou Max ; Vilain Jean / Référence : E V / Copyright ECPAD et ESA(1998). «La Défense et l'espace» / Réalisateur : Maldéra, Jean Michel / Référence : / Copyright ECPAD (2007). Remerciement : Au photographe du SIRPA AIR, Cyril Amboise, pour l utilisation de son cliché. 11

Les fusées Ariane. Par Jennifer MOULLET, 3 3

Les fusées Ariane. Par Jennifer MOULLET, 3 3 Les fusées Ariane Par Jennifer MOULLET, 3 3 Sommaire: I) le contexte A: recommencer après un échec B: de nombreux enjeux internationaux et un grand succès II) présentation des fusées A: Généralités B:

Plus en détail

Ami(e) Internaute, Ce soixante-quatorzième diaporama est le second concernant le CIEES. Il traite des fusées amenant aux lancements des satellites et

Ami(e) Internaute, Ce soixante-quatorzième diaporama est le second concernant le CIEES. Il traite des fusées amenant aux lancements des satellites et Ami(e) Internaute, Ce soixante-quatorzième diaporama est le second concernant le CIEES. Il traite des fusées amenant aux lancements des satellites et des traces restant des cibles au sol. Faites le circuler

Plus en détail

À TOI DE JOUER! VIVRE EN FRANCE L EXPLORATION DE L ESPACE. 1. Observez ces documents et cochez la bonne réponse.

À TOI DE JOUER! VIVRE EN FRANCE L EXPLORATION DE L ESPACE. 1. Observez ces documents et cochez la bonne réponse. A B C 1. Observez ces documents et cochez la bonne réponse. 1. Quel est l argument de tous ces documents? 4. Helios est un film L espace traditionnel La Terre en relief Les avions en noir et blanc 2. Dans

Plus en détail

Directives pour l évaluation des participations d astrophilatélie

Directives pour l évaluation des participations d astrophilatélie FEDERATION INTERNATIONALE DE PHILATELIE SECTION FOR ASTROPHILATELY Directives pour l évaluation des participations d astrophilatélie Article 1 : Exposition en compétition Principe fondamental (réf. GREV

Plus en détail

Lignes directrices relatives à la réduction des débris spatiaux du Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique

Lignes directrices relatives à la réduction des débris spatiaux du Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Lignes directrices relatives à la réduction des débris spatiaux du Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique A. Historique 1. Depuis que le Comité des utilisations pacifiques de

Plus en détail

MBDA : Un concept de missiles modulaires pour la projection de puissance

MBDA : Un concept de missiles modulaires pour la projection de puissance Rafale Marine sur le porte-avions Charles de Gaulle MARINE NATIONALE MBDA : Un concept de missiles modulaires pour la projection de puissance A l'occasion du salon aéronautique du Bourget, qui s est déroulé

Plus en détail

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LES ACTIVITÉS DE L UNION EUROPÉENNE EN APPUI À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES Ce projet est

Plus en détail

Le Var et la Grande Guerre. dans les collections photographiques et cinématographiques de l ECPAD (1915-1919).

Le Var et la Grande Guerre. dans les collections photographiques et cinématographiques de l ECPAD (1915-1919). Le Var et la Grande Guerre. dans les collections photographiques et cinématographiques de l ECPAD (1915-1919). Les archives de la SPCA sur le Var Nombre de reportages : 27 (environ 1350 photos) Nombre

Plus en détail

RÈGLEMENT SPÉCIFIQUE ET DIRECTIVES POUR L ÉVALUATION EN ASTROPHILATÉLIE AUX EXPOSITIONS PATRONNÉES PAR LA FFAP

RÈGLEMENT SPÉCIFIQUE ET DIRECTIVES POUR L ÉVALUATION EN ASTROPHILATÉLIE AUX EXPOSITIONS PATRONNÉES PAR LA FFAP FÉDÉRATION FRANÇAISE DES ASSOCIATIONS PHILATÉLIQUES RÈGLEMENT SPÉCIFIQUE ET DIRECTIVES POUR L ÉVALUATION EN ASTROPHILATÉLIE AUX EXPOSITIONS PATRONNÉES PAR LA FFAP Préambule Le présent texte est issu de

Plus en détail

Résultats annuels 2014 Conférence de presse du 11 mars 2015 Éric Trappier, Président-Directeur Général

Résultats annuels 2014 Conférence de presse du 11 mars 2015 Éric Trappier, Président-Directeur Général Résultats annuels 2014 Conférence de presse du 11 mars 2015 Éric Trappier, Président-Directeur Général Événement significatif postérieur à la clôture : RAFALE Égypte Signature le 16 février 2015 avec l

Plus en détail

Les sous-marins au service de la défense

Les sous-marins au service de la défense - La marine nationale - Forces sous-marines - Les centres de transmission - SNLE - SNA Capitaine de frégate Alexandre TACHON Commandant le SNA «CASABIANCA» équipage bleu SFEN - Société française d énergie

Plus en détail

I - L ELABORATION ADMINISTRATIVE

I - L ELABORATION ADMINISTRATIVE FICHE 9 - L ELABORATION DU BUDGET La loi de finances de l année fait l objet d une double élaboration. Le projet est préparé par les différents ministères parmi lesquels le ministère des Finances joue

Plus en détail

«La fusée, un rêve devenu réalité après des siècles d'attentes.» DEPLACE Grégoire HELIES Geoffrey COSQUER Julien GUELARD Evan

«La fusée, un rêve devenu réalité après des siècles d'attentes.» DEPLACE Grégoire HELIES Geoffrey COSQUER Julien GUELARD Evan «La fusée, un rêve devenu réalité après des siècles d'attentes.» DEPLACE Grégoire HELIES Geoffrey COSQUER Julien GUELARD Evan SOMMAIRE: I-Histoire II- Mise en relation d'une fusée à eau avec une fusée

Plus en détail

«Cofely Endel apporte la force d un groupe, leader sur le marché de la maintenance. Ses

«Cofely Endel apporte la force d un groupe, leader sur le marché de la maintenance. Ses CHIMIE Maintenance d un centre de stockage NUCLÉAIRE DÉFENSE NUCLÉAIRE PO Augmenter la disponibilité de ses équipements de stockage Avoir un interlocuteur unique sur les prestations de maintenance et capable

Plus en détail

Assemblée générale RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

Assemblée générale RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE NATIONS UNIES A Assemblée générale Distr. GÉNÉRALE A/RES/54/68 11 février 2000 Cinquante-quatrième session Point 87 de l ordre du jour RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE [sur le rapport de la

Plus en détail

L aventure spatiale. De la maîtrise de l air à la conquête de l espace. www.airliquide.com

L aventure spatiale. De la maîtrise de l air à la conquête de l espace. www.airliquide.com L aventure spatiale De la maîtrise de l air à la conquête de l espace www.airliquide.com Air Liquide, 1961 Air Liquide crée Eurospace pour accompagner l Europe dans la course spatiale 1964 Création du

Plus en détail

neuron Une coopération européenne efficace

neuron Une coopération européenne efficace DIRECTION GÉNÉRALE INTERNATIONALE Décembre 2012 neuron Une coopération européenne efficace I - INTRODUCTION 2 II - LES OBJECTIFS DU PROGRAMME neuron 3 III - L ORGANISATION DU PROGRAMME 4 IV - UN SCHEMA

Plus en détail

Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015. 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière

Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015. 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière 1.1 Le Comité d Innovation Routes et Rues (CIRR) est

Plus en détail

ENIGME 5. Les nombres croisés

ENIGME 5. Les nombres croisés Les nombres croisés DOCUMENT N 1 : Distance entre différentes capitales européennes à vol d oiseau. Ville de départ Ville d arrivée Distance Londres Paris 341 km Madrid Paris 1051 km Madrid Rome 1370 km

Plus en détail

PVP. «Préparation à la vie professionnelle» Faculté des sciences Université de Poitiers

PVP. «Préparation à la vie professionnelle» Faculté des sciences Université de Poitiers PVP «Préparation à la vie professionnelle» Faculté des sciences Université de Poitiers Frédéric BADAWI Professeur des Universités Directeur du CIES Centre Chargé de mission 1 Projet Mise en place d un

Plus en détail

Ariane 6 Une nouvelle dynamique. Alain Charmeau PDG d Airbus Safran Launchers 23 novembre 2015

Ariane 6 Une nouvelle dynamique. Alain Charmeau PDG d Airbus Safran Launchers 23 novembre 2015 Ariane 6 Une nouvelle dynamique Alain Charmeau PDG d Airbus Safran Launchers 23 novembre 2015 1 Ariane Un peu d histoire 2 Ariane 5 commence dans les années 80, enfant de la guerre froide 1980 3 1985 Ariane

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

Présentation de la Société NAFTAL

Présentation de la Société NAFTAL SOCIETE NATIONALE DE COMMERCIALISATION ET DE DISTRIBUTION DE PRODUITS PETROLIERS Filiale de SONATRACH, spa au capital social de 15 650 000 000 DA Présentation de la Société NAFTAL Mai 2014 Historique &

Plus en détail

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes,

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes, Décision n 2013-1405 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 17 décembre 2013 modifiant la décision n 02-1179 du 19 décembre 2002 établissant la liste des

Plus en détail

CIRCULAIRE CONJOINTE. Ministère de l éducation nationale. la défense. du patrimoine et des archives

CIRCULAIRE CONJOINTE. Ministère de l éducation nationale. la défense. du patrimoine et des archives CIRCULAIRE CONJOINTE Ministère de l éducation nationale Ministère de la défense Ministère de l éducation nationale Direction de l enseignement scolaire Ministère de la défense Direction de la mémoire,

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSÉE LE MERCREDI 23 MARS 2011 A L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE

Plus en détail

Ce dossier retrace l'aventure de la fusée européenne Ariane, des premières fusées françaises envoyer dans l espace depuis le Sahara jusqu'aux Ariane

Ce dossier retrace l'aventure de la fusée européenne Ariane, des premières fusées françaises envoyer dans l espace depuis le Sahara jusqu'aux Ariane Ce dossier retrace l'aventure de la fusée européenne Ariane, des premières fusées françaises envoyer dans l espace depuis le Sahara jusqu'aux Ariane V actuelles. L aventure des fusées Ariane débute en

Plus en détail

La réforme de la formation professionnelle agricole au Bénin

La réforme de la formation professionnelle agricole au Bénin La réforme de la formation professionnelle agricole au Bénin Jérôme Makin DJEGUI, Consultant en Ingénierie de la Formation, Directeur du Cabinet Africain d Ingénierie de la Formation (C.A.I.F.) Antoine

Plus en détail

LES DIX ANS DE L ACNUSA. Bilan de la table ronde 8

LES DIX ANS DE L ACNUSA. Bilan de la table ronde 8 6 LES DIX ANS LES DIX ANS DE L ACNUSA Bilan de la table ronde 8 7 LES DIX ANS DE L ACNUSA Bilan de la table ronde À l occasion du dixième anniversaire de sa création, l ACNUSA a réuni tous ses partenaires

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Première Commission (A/58/462)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Première Commission (A/58/462)] Nations Unies A/RES/58/51 Assemblée générale Distr. générale 17 décembre 2003 Cinquante-huitième session Point 73, d, de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la

Plus en détail

LES LANCEURS SPATIAUX

LES LANCEURS SPATIAUX Texte de la 266 e conférence de l'université de tous les savoirs donnée le 22 septembre 2000. LES LANCEURS SPATIAUX par Hubert CURIEN La conquête de l Espace par l Homme est, sans conteste, l un des plus

Plus en détail

Maquette papier à monter éch. 1/100 e

Maquette papier à monter éch. 1/100 e Maquette papier à monter éch. 1/100 e ESA/CNES/Arianespace/CSG Service Optique, 2005 liste prestigieuse : EADS Space Transportation, la Snecma, Alcatel, Air Liquide, Volvo, Sabca, Contraves, Man, Avio,

Plus en détail

Etude réalisée sous la direction de Jean-Pierre Maulny Chercheurs : Sylvie Matelly & Fabio Liberti

Etude réalisée sous la direction de Jean-Pierre Maulny Chercheurs : Sylvie Matelly & Fabio Liberti Analyse comparée des planifications capacitaires par pays de l Union européenne et perspectives pour des orientations communes dans le cadre de la PESD et impact sur les programmations nationales Etude

Plus en détail

Le Président de la République est le responsable

Le Président de la République est le responsable LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE Le Président de la République est le responsable suprême de la politique de défense. A ce titre, il est le garant de l indépendance nationale, de l intégrité du territoire

Plus en détail

APPEL À PROPOSITION POUR UNE COMMANDE ARTISTIQUE

APPEL À PROPOSITION POUR UNE COMMANDE ARTISTIQUE APPEL À PROPOSITION POUR UNE COMMANDE ARTISTIQUE I Objet de la consultation : Conception d une œuvre originale, réalisation et installation de l œuvre au sein du CNES, dans le cadre de Nuit Blanche 2015.

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE. 3 septembre 2015. Jean-Bernard LÉVY Président-Directeur Général

CONFÉRENCE DE PRESSE. 3 septembre 2015. Jean-Bernard LÉVY Président-Directeur Général CONFÉRENCE DE PRESSE 3 septembre 2015 Jean-Bernard LÉVY Président-Directeur Général Xavier URSAT Directeur Exécutif Ingénierie et Projets Nouveau Nucléaire EDF, ÉLECTRICIEN RESPONSABLE CHAMPION DE LA CROISSANCE

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L'ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE Décret n o 2014-1416 du 28 novembre 2014 relatif aux modalités d exercice de l activité privée

Plus en détail

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES. AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES. AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE I. CADRE LÉGAL Développer des compétences, telle est désormais la mission de l école. Le

Plus en détail

Les Hauts-de-Seine et la Grande Guerre dans les collections photographiques et cinématographiques de l ECPAD (1915-1919)

Les Hauts-de-Seine et la Grande Guerre dans les collections photographiques et cinématographiques de l ECPAD (1915-1919) Les Hauts-de-Seine et la Grande Guerre dans les collections photographiques et cinématographiques de l ECPAD (1915-1919) Les archives de la SPCA sur les Hauts-de-Seine Nombre de reportages : 75 Nombre

Plus en détail

Optimisation de trajectoire pour une mission Ariane 5

Optimisation de trajectoire pour une mission Ariane 5 Optimisation de trajectoire pour une mission Ariane 5 Ludovic Goudenège (sur la base d un projet de Pierre Martinon) ENSTA - Module IN103 Septembre 2012 Plan 1 Quelques données et chiffres 2 Dynamique

Plus en détail

Agent de sécurité incendie S.S.I.A.P. 1

Agent de sécurité incendie S.S.I.A.P. 1 Agent de sécurité incendie S.S.I.A.P. 1 OBJECTIFS Assurer la sécurité des personnes et la sécurité incendie des biens. PUBLIC / PRE REQUIS Postulants agents de sécurité incendie en établissement recevant

Plus en détail

Cnim Systèmes Industriels. La performance technologique au coeur de notre savoir-faire industriel

Cnim Systèmes Industriels. La performance technologique au coeur de notre savoir-faire industriel Cnim Systèmes Industriels La performance technologique au coeur de notre savoir-faire industriel le groupe CNIM Le Groupe CNIM développe et réalise des ensembles industriels clés en main à fort contenu

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Signature du bail d occupation de locaux par Snecma 15 décembre 2014

DOSSIER DE PRESSE. Signature du bail d occupation de locaux par Snecma 15 décembre 2014 DOSSIER DE PRESSE Signature du bail d occupation de locaux par Snecma 15 décembre 2014 CONTACTS Sébastien Lecornu Président de la SPL Plateau de l Espace Maire de Vernon 1er vice-président de la Cape slecornu@vernon27.fr

Plus en détail

Ces efforts ont déjà contribué significativement à l atteinte des objectifs de l OTAN depuis 2014.

Ces efforts ont déjà contribué significativement à l atteinte des objectifs de l OTAN depuis 2014. Dès le début de la crise ukrainienne et compte tenu de la menace potentielle perçue par ses alliés d Europe centrale et du Nord à leurs frontières, l OTAN a pris un ensemble de mesures politiques et militaires

Plus en détail

BUREAU DU C.A.S.D.I.S.

BUREAU DU C.A.S.D.I.S. R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E D é p a r t e m e n t d e S E I N E - ET- M A R N E SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS DE SEINE ET MARNE GROUPEMENT DE LA FORMATION BUREAU DU C.A.S.D.I.S.

Plus en détail

Les fusées Chapitres concernés : devoir préparatoire histoire des arts Durée du devoir : 45 minutes

Les fusées Chapitres concernés : devoir préparatoire histoire des arts Durée du devoir : 45 minutes Nom :. Prénom : Date :. Classe : 3 ième.. Chapitres concernés : devoir préparatoire histoire des arts Durée du devoir : 45 minutes Note : Commentaires : /20 Barème : Question Compétence évaluée Nombre

Plus en détail

Nous sommes fiers de votre attention. Vérins de sécurité... 3 Vérins de sécurité à verrouillage mécanique... 4 Ressorts hydrauliques...

Nous sommes fiers de votre attention. Vérins de sécurité... 3 Vérins de sécurité à verrouillage mécanique... 4 Ressorts hydrauliques... D a n s l e s a i r s, s u r t e r r e e t s u r t o u s l e s o c é a n s. L a p a s s i o n n o u s a n i m e. L a p a s s i o n v o u s s u r p r e n d r a! S appuyant sur 50 années d expérience dans

Plus en détail

Atelier C09. Le live de la cellule de crise

Atelier C09. Le live de la cellule de crise Atelier C09 Le live de la cellule de crise Atelier C09 : le live de la cellule de crise Ordre de Jour Ouverture Introduction Simulation de crise : Cuba 1962 Présentation des résultats Questions / Discussion

Plus en détail

UniverSite De montpellier. évènement 1ère pierre DU 1 er Centre Spatial Universitaire français U N I V E R S I T A I R E CENTRE SPATIAL

UniverSite De montpellier. évènement 1ère pierre DU 1 er Centre Spatial Universitaire français U N I V E R S I T A I R E CENTRE SPATIAL NANOSATELLITES UNIVERSITAIRES évènement 1ère pierre DU 1 er Centre Spatial Universitaire français UniverSite De montpellier 1er Centre SpAtiAL UniverSitAire français UniverSite De montpellier Le Centre

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

LES REFERENTIELS DES METIERS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE AU BENIN

LES REFERENTIELS DES METIERS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE AU BENIN Atelier pour l Afrique Subsaharienne FORMATION DE MASSE EN MILIEU RURAL, ÉLÉMENT DE RÉFLEXION POUR LA DÉFINITION D UNE POLITIQUE NATIONALE Ouagadougou, Burkina Faso 30 mai au 3 juin 2005 LES REFERENTIELS

Plus en détail

Examen d analyse et de raisonnement déductif (A R D T - A R D P) Exemples de questions

Examen d analyse et de raisonnement déductif (A R D T - A R D P) Exemples de questions Examen d analyse et de raisonnement déductif (A R D T - A R D P) Pour approfondir vos connaissances sur les emplois dans la fonction publique, consultez le site www.carrieres.gouv.qc.ca. Vous pouvez obtenir

Plus en détail

Association Nationale des Officiers de Réserve de l Armée de l Air Zone de Défense Sud-Ouest

Association Nationale des Officiers de Réserve de l Armée de l Air Zone de Défense Sud-Ouest Association Nationale des Officiers de Réserve de l Armée de l Air Zone de Défense Sud-Ouest Titre du travail : 11 ème Ecole d été de la Communauté des Villes Ariane - Bordeaux 2010 Professeur référent

Plus en détail

SOYOUZ. en Guyane ÉQUIVALENCES CMYK. CNES CNE_10_3852_LogoTerre CMYK_FondFoncé_Baseline 01/03/2011 DÉGRADÉ CMYK RÉSERVE BLANCHE M 70% Y 100%

SOYOUZ. en Guyane ÉQUIVALENCES CMYK. CNES CNE_10_3852_LogoTerre CMYK_FondFoncé_Baseline 01/03/2011 DÉGRADÉ CMYK RÉSERVE BLANCHE M 70% Y 100% CNES CNE_10_3852_LogoTerre CMYK_FondFoncé_Baseline 01/03/2011 de Rothschild - 92288 Suresnes - FRANCE 32 87 00 / Fax : +33 (0)1 57 32 87 87 renoir.com hier est un document d exécution créé sur trator version

Plus en détail

Annales des postes, télégraphes et téléphones Cote : TC 00087p

Annales des postes, télégraphes et téléphones Cote : TC 00087p LA POSTE AERIENNE Bibliographie sélective (articles de périodiques) Annales des postes, télégraphes et téléphones Cote : TC 00087p Le service postal, télégraphique et téléphonique dans les administrations

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

Dossier de Presse 2013

Dossier de Presse 2013 Dossier de Presse 2013 - CCA, plus grosse entreprise industrielle de Corse, développe actuellement 4 sous-ensembles complexes pour les avions nouveaux (les Trappes de train avant et les Karmans de mâts

Plus en détail

1908-1914 Les frères Caudron et la naissance de l aviation

1908-1914 Les frères Caudron et la naissance de l aviation 1908-1914 Les frères Caudron et la naissance de l aviation Cinq ans après les exploits des frères Wright à bord du Flyer, les frères Caudron construisent un premier avion et s élancent pour la première

Plus en détail

Le partenariat Gabon - Suisse: Vers une formation technique et professionnelle en adéquation avec les besoins de l économie

Le partenariat Gabon - Suisse: Vers une formation technique et professionnelle en adéquation avec les besoins de l économie Le partenariat Gabon - Suisse: Vers une formation technique et professionnelle en adéquation avec les besoins de l économie Center for Development and Cooperation CDC Les domaines de la collaboration de

Plus en détail

L exemple d Airbus. L exemple du Comtat Venaissin. L exemple du Mont Saint-Michel

L exemple d Airbus. L exemple du Comtat Venaissin. L exemple du Mont Saint-Michel L exemple d Airbus L exemple du Comtat Venaissin L exemple du Mont Saint-Michel Toulouse -Blagnac Où est localisé Toulouse en France? Où est localisé ce site industriel à Toulouse? Ce site est-il étendu?

Plus en détail

Crédit d'examen pour les détenteurs de diplômes et titres nationaux

Crédit d'examen pour les détenteurs de diplômes et titres nationaux REGLE DSAC/NO Règle disponible en téléchargement sur www.osac.aero Indice B 23 septembre 2014 Crédit d'examen pour les détenteurs de diplômes et titres nationaux R-50-01 Ministère de l'ecologie, du Développement

Plus en détail

Traité d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle (Varsovie, 14 mai 1955)

Traité d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle (Varsovie, 14 mai 1955) Traité d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle (Varsovie, 14 mai 1955) Légende: Le 14 mai 1955, l'albanie, la Bulgarie, la Hongrie, la République démocratique allemande, la Pologne, la Roumanie,

Plus en détail

Luc Jaulin, Emanuel Burnouf, Adrian Gabillard

Luc Jaulin, Emanuel Burnouf, Adrian Gabillard Point de la situation des travaux engagés pour la construction d un robot sous-marin pour le concours SAUC E (fourniture 3 associée au contrat MRIS 2006-2009) Luc Jaulin, Emanuel Burnouf, Adrian Gabillard

Plus en détail

Charnières et Verrouillages

Charnières et Verrouillages Toutes les solutions de et Verrouillages La société PINET propose, depuis 6 générations, des produits pour applications industrielles. Comptant parmi les leaders européens, la société investit dans des

Plus en détail

ARC / PREMIER DOSSIER DU MOIS DE SEPTEMBRE 2012 L

ARC / PREMIER DOSSIER DU MOIS DE SEPTEMBRE 2012 L ARC / PREMIER DOSSIER DU MOIS DE SEPTEMBRE 2012 L Audit Global Partagé et le BIC (Bilan Initial de Copropriété) : une démarche et une méthode innovantes au service de la rénovation des copropriétés À la

Plus en détail

Demande de dispense. de formation statutaire Formation d intégration. quand les talents grandissent, les collectivités progressent

Demande de dispense. de formation statutaire Formation d intégration. quand les talents grandissent, les collectivités progressent Demande de dispense de formation statutaire Formation d intégration quand les talents grandissent, les collectivités progressent 2 - Dispense formation d integration Demande de dispense de formation d

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 60 du 28 novembre 2014. PARTIE PERMANENTE Marine nationale. Texte 17

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 60 du 28 novembre 2014. PARTIE PERMANENTE Marine nationale. Texte 17 BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES Édition Chronologique n 60 du 28 novembre 2014 PARTIE PERMANENTE Marine nationale Texte 17 ARRÊTÉ fixant la liste des brevets et qualifications militaires exigés pour l admission

Plus en détail

LE QUOTIDIEN DANS L ABRI

LE QUOTIDIEN DANS L ABRI LE QUOTIDIEN DANS L ABRI 7AUDIOGUIDE Avant l état de siège, plusieurs centaines de personnes descendent dans l abri le temps d une alerte aérienne. Pas de banc, l éclairage y est installé tardivement :

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE JUIN 2014

DOSSIER DE PRESSE JUIN 2014 DOSSIER DE PRESSE JUIN 2014 2/9 SOMMAIRE PRESENTATION DE BAAS... 3 Les missions de BAAS... 3 Les membres de BAAS... 3 PRESENTATION DU PRIX AERONAUTIQUE ET ESPACE AQUITAINE... 5 La création du Prix... 5

Plus en détail

Organisation pratique de la partie professionnelle de la deuxième année

Organisation pratique de la partie professionnelle de la deuxième année Organisation pratique de la partie professionnelle de la deuxième année Rappel sur le stage professionnel... Il se déroule en deux temps et recouvre deux réalités différentes : le stage ouvrier en juin

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC. Assistance à l'institut d'etudes et de Recherches pour l'arabisation (IERA) (Projet FIT 924/MOR/84)

ROYAUME DU MAROC. Assistance à l'institut d'etudes et de Recherches pour l'arabisation (IERA) (Projet FIT 924/MOR/84) Distribution interne ROYAUME DU MAROC Assistance à l'institut d'etudes et de Recherches pour l'arabisation (IERA) (Projet FIT 924/MOR/84) Rapport de mission, 10-29 juillet 1983 Préparé par G.F. R0MERI0

Plus en détail

Expérience de la Coopération Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne Ecole Supérieure Polytechnique d Antsiranana. 1. Cadre 2.

Expérience de la Coopération Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne Ecole Supérieure Polytechnique d Antsiranana. 1. Cadre 2. THEMATIQUE A Titre : Expérience de la Coopération Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne Ecole Supérieure Polytechnique d Antsiranana. Présenté par : Professeur Chrysostôme RAMINOSOA, Directeur de l

Plus en détail

Thales Alenia Space ETCA

Thales Alenia Space ETCA Thales Alenia Space ETCA UNE NOUVELLE VISION DE L ESPACE Thales Alenia Space, leader européen des systèmes satellitaires et acteur majeur des infrastructures orbitales, est une co-entreprise entre Thales

Plus en détail

Type d activité : Étude de document. Titre de l activité: Escrime et circuits électriques

Type d activité : Étude de document. Titre de l activité: Escrime et circuits électriques Académie Créteil Date Mai 2013 Niveau : cinquième Durée : 1,5 heure Type d activité : Étude de document. Titre de l activité: Escrime et circuits électriques Partie du programme: B Les circuits électriques

Plus en détail

L'Organisation Internationale du Travail (l'oit) en général

L'Organisation Internationale du Travail (l'oit) en général L'Organisation Internationale du Travail (l'oit) en général Depuis quand existe l'oit? Qu'est-ce que l'oit en chiffres? Qu'est ce que le Travail décent? Quels sont les principes et droits fondamentaux

Plus en détail

European Space Laboratory

European Space Laboratory European Space Laboratory LA MISSION DE COLUMBUS Columbus est la principale contribution de l'agence Spatiale Européenne au projet de l'international Space Station conçu conjointement entre la NASA (USA),

Plus en détail

LA COOPERATION FRANCO-ALLEMANDE DANS LE DOMAINE DES MOTEURS-FUSÉES CRYOTECHNIQUES PAR CHRISTOPHE ROTHMUND,

LA COOPERATION FRANCO-ALLEMANDE DANS LE DOMAINE DES MOTEURS-FUSÉES CRYOTECHNIQUES PAR CHRISTOPHE ROTHMUND, CHRISTOPHE ROTHMUND LA COOPERATION FRANCO-ALLEMANDE DANS LE DOMAINE DES MOTEURS-FUSÉES CRYOTECHNIQUES PAR CHRISTOPHE ROTHMUND, INTRODUCTION SNECMA, Vernon En 1945, la France bénéficia de l apport de deux

Plus en détail

La Gironde et la Grande Guerre dans les collections photographiques et cinématographiques de l ECPAD

La Gironde et la Grande Guerre dans les collections photographiques et cinématographiques de l ECPAD La Gironde et la Grande Guerre dans les collections photographiques et cinématographiques de l ECPAD Les archives de la SPCA sur la Gironde Nombre de reportages : 14 Nombre de fonds privés : 1 Nombre de

Plus en détail

CASERNE SULLY A SAINT-CLOUD

CASERNE SULLY A SAINT-CLOUD Dossier de presse Le 5 avril 2012 CASERNE SULLY A SAINT-CLOUD Le Conseil général des Hauts-de-Seine et la Ville de Saint-Cloud présentent le projet de valorisation du site Dossier de presse Contacts presse

Plus en détail

DECRET N 99-821. fixant les statuts de l Aviation Civile de Madagascar

DECRET N 99-821. fixant les statuts de l Aviation Civile de Madagascar DECRET N 99-821 fixant les statuts de l Aviation Civile de Madagascar Le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Vu la Constitution, Vu la Convention relative à l Aviation Civile Internationale signée

Plus en détail

LES RELATIONS INTERNATIONALES (1945-1991) LES DEUX GRANDS

LES RELATIONS INTERNATIONALES (1945-1991) LES DEUX GRANDS LES RELATIONS INTERNATIONALES (1945-1991) LES DEUX GRANDS HTTP://WWW.BASELYNE.NET A AFFRONTEMENT DES DEUX BLOCS Les 2 blocs et les grandes crises, 1960-1975 Explosions ou premiers engins opérationnels

Plus en détail

Mobilité et temporalités

Mobilité et temporalités Mobilité et temporalités L origine et la diffusion politiques temporelles Les origines en Italie 1990 : la loi de réforme de l administration italienne permet aux maires d harmoniser les horaires services

Plus en détail

LA FFA ET LA PRATIQUE DU TRAIL LES ASSISES INTERNATIONALES DU TRAIL 3 SEPTEMBRE 2012 COURMAYEUR

LA FFA ET LA PRATIQUE DU TRAIL LES ASSISES INTERNATIONALES DU TRAIL 3 SEPTEMBRE 2012 COURMAYEUR LES ASSISES INTERNATIONALES DU TRAIL 3 SEPTEMBRE 2012 COURMAYEUR «Courir, Marcher, Sauter, Lancer» sont les 4 verbes qui définissent clairement la pratique de l athlétisme dans nos clubs. Les 2 premiers

Plus en détail

Couverture des régimes de retraite privés

Couverture des régimes de retraite privés Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Couverture des régimes de retraite privés Merci

Plus en détail

Prévention des Risques pour USINE

Prévention des Risques pour USINE ETSCAF Sécurité - Conseil - Audit Formation Siège social : 3 rue de la Chapelle Le Ruel 95640 HARAVILLIERS Siège administratif : 15 rue Pierre Gilles de Gennes 76130 MONT SAINT AIGNAN Tél. : (33) 02.32.98.31.45

Plus en détail

Crédit d'examen pour les détenteurs de diplômes et titres nationaux

Crédit d'examen pour les détenteurs de diplômes et titres nationaux REGLE DSAC/NO Règle disponible en téléchargement sur www.osac.aero Indice A 11 janvier 2013 Crédit d'examen pour les détenteurs de diplômes et titres nationaux R-50-01 Ministère de l'ecologie, du Développement

Plus en détail

altereurope.universite-lyon.fr Master Pro et Recherche

altereurope.universite-lyon.fr Master Pro et Recherche altereurope.universite-lyon.fr Master Pro et Recherche Développer la coopération entre l Union européenne et les pays aux voisinages Le Master AlterEurope forme des experts de l Union européenne et des

Plus en détail

Prenez la main sur votre espace de travail et maitrisez le stockage

Prenez la main sur votre espace de travail et maitrisez le stockage Prenez la main sur votre espace de travail et maitrisez le stockage DÉFENSE ET SÉCURITÉ Un bon ordonnancement mène à la réussite Qu elles soient de terre, marines ou aériennes, les forces armées d aujourd

Plus en détail

CONFERENCE ANNUELLE. Dossier de presse. Groupe de Travail International des Banques Centrales pour la Gestion des Risques Opérationnels

CONFERENCE ANNUELLE. Dossier de presse. Groupe de Travail International des Banques Centrales pour la Gestion des Risques Opérationnels Groupe de Travail International des Banques Centrales pour la Gestion des Risques Opérationnels Dossier de presse 24-26 Avril 2013 Rabat - MAROC COMMUNIQUE DE PRESSE Bank Al-Maghrib organise la huitième

Plus en détail

Comment sont nés les Etats-Unis?

Comment sont nés les Etats-Unis? Comment sont nés les Etats-Unis? Au début du 18ème siècle, l Amérique est composée de colonies européennes. En 1776, les 13 colonies Anglaises d Amérique du nord se révoltent et prennent le nom d Etats-Unis

Plus en détail

DELIBERATION N 2010-16 DU 3 MAI 2010

DELIBERATION N 2010-16 DU 3 MAI 2010 DELIBERATION N 2010-16 DU 3 MAI 2010 PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR LA COMPAGNIE DES AUTOBUS DE MONACO RELATIVE AU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR FINALITE

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE RECRUTEMENT D UN EXPERT EN COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE

TERMES DE REFERENCE RECRUTEMENT D UN EXPERT EN COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE Recrutement d un expert en communication institutionnelle Page 1 TERMES DE REFERENCE RECRUTEMENT D UN EXPERT EN COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE 1. CADRE GENERAL DU PROGRAMME Le Programme d Appui au Commerce

Plus en détail

Atelier Besoins et attentes des parties intéressées

Atelier Besoins et attentes des parties intéressées Atelier Besoins et attentes des parties intéressées Carine POLEVIAK Dirigeante Christophe EPINAY Directeur achats Besoins et attentes des parties intéressées Définitions structurantes Enjeux liés aux parties

Plus en détail

POSSIBILITÉ D UNE ANNÉE À L ÉTRANGER DANS LE CADRE DU DIPLÔME D UNIVERSITÉ DU CELSA

POSSIBILITÉ D UNE ANNÉE À L ÉTRANGER DANS LE CADRE DU DIPLÔME D UNIVERSITÉ DU CELSA POSSIBILITÉ D UNE ANNÉE À L ÉTRANGER DANS LE CADRE DU DIPLÔME D UNIVERSITÉ DU CELSA DU «Sociétés, cultures et pratiques professionnelles» Niveau Master Professionnel 2 ANNEE UNIVERSITAIRE 2014-2015 1 1

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 30 mars 2010 Français Original: anglais ECE/CES/2010/15 Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Cinquante-huitième

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires 1 er juin 2011 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 8 sur 152 Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT

Plus en détail

D022751/01 TEXTE SOUMIS EN APPLICATION DE L ARTICLE 88-4 DE LA CONSTITUTION PAR LE GOUVERNEMENT, À L ASSEMBLÉE NATIONALE ET AU SÉNAT.

D022751/01 TEXTE SOUMIS EN APPLICATION DE L ARTICLE 88-4 DE LA CONSTITUTION PAR LE GOUVERNEMENT, À L ASSEMBLÉE NATIONALE ET AU SÉNAT. D022751/01 ASSEMBLÉE NATIONALE QUATORZIÈME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2012-2013 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 3 octobre 2012 Enregistré à la Présidence du Sénat le 3 octobre

Plus en détail