Cuba. Guide à l exportateur. Mai 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cuba. Guide à l exportateur. Mai 2013"

Transcription

1 Cuba Guide à l exportateur Mai 2013 Guide à l attention des entreprises belges et luxembourgeoises, réalisé par la Représentation Economique et Commerciale de la Région de Bruxelles Capitale à Cuba Embajada de Bélgica en La Habana Oficina Comercial Belgian Embassy in Havana Trade Office Calle 8 n 309 entre 3ra Ave. y 5ta Ave. Miramar Playa. La Habana. CUBA Tel: (537) / (537) Fax: (537)

2 Localisation 2

3 Introduction Après les difficiles années , la reprise économique engagée en 2010 semble se confirmer en 2012; le PIB cubain affiche 3,1% de croissance, les prévisions 2013 étant de 3.7%. L ensemble des mesures entamées en 2012, vouées à adapter le pays à un environnement international globalisé, concernent aussi bien l assainissement des finances publiques, l encouragement à l initiative privée, l accès à la consommation ou encore la flexibilisation administrative de l appareil bureaucratique de l Etat. Dans ce contexte, la Belgique, bien qu actuellement dans l ombre du partenaire énergétique vénézuélien et du géant chinois, gagne des parts de marché. L échange commercial belgo-cubain pour 2012 s élève à 105 millions d euros, ce qui représente une croissance de 10.35% par rapport à 2011 et de 184% par rapport à 2010! La Belgique a exporté des produits divers - à hauteur de 35 millions d euros - provenant des secteurs alimentaires (frites surgelées, huile, lait en poudre, poulet,..), métallurgiques, chimiques, pharmaceutique, médicaux, audio-visuels, ainsi que des machines industrielles. Quant aux exportations cubaines vers la Belgique, celles-ci se sont chiffrées à 70 millions d euros et se composent de kérosène (combustible pour avions) et de produits agricoles (principalement des cigares). La société à capital 100% cubain CUBACIGARS, filiale de Habanos S.A. et distributeur de cigares pour le Benelux, est implantée en Belgique. Du côté cubain, la mise en œuvre des modifications économiques ont conduit au démantèlement de plusieurs ministères et à la réduction ou fusion d'autres: le Ministère du Sucre disparait pour donner lieu au holding sucrier AZCUBA. Le secteur pharmaceutique dérivé du Ministère de l Industrie de Base se fusionne avec le pôle scientifique pour créer le groupe BIOCUBAFARMA composé de 38 entreprises «fonctionnera sur les principes d entrepreneurship» (dixit Conseil d'etat cubain). L'industrie pharmaceutique et biotechnologique devient le secteur porteur de la production industrielle. L'industrie du sucre reprend peu à peu. Nous pouvons entrevoir que ces changements structurels mettent l accent sur la séparation des fonctions gouvernementales des fonctions de l'entreprise. Le gouvernement veut réformer la gestion de l'économie, la politique de prix et l autonomie des entreprises cubaines, obligeant celles-ci à se recapitaliser par leurs moyens propres et non plus à travers le budget de l État. Ceci permettra in fine d identifier et séparer les sociétés véritablement performantes des autres. Le gouvernement continue à donner la priorité à l expansion du tourisme et à l exportation des services médicaux, tous deux moteurs de l économie cubaine. Il nous semble toutefois, qu il est trop tôt pour juger de l efficacité de ces mesures. On peut cependant mettre à l actif des autorités le changement de méthode, la transparence et l ouverture à des idées nouvelles même si un passage à l économie de marché est prématuré. Il reste encore de nombreux défis à relever, améliorer le cadre légal des investissements étrangers, assurer l équilibre financier pour pouvoir honorer les échéances de remboursement de la dette, apporter des garanties de financement et de pérennité au secteur privé sans le surcharger de taxes et d impôts. Les années à venir devraient confirmer cette nouvelle dynamique impulsée par les autorités et définir un nouvel environnement d affaires favorable pour nos exportateurs. 3

4 D ores et déjà, un certain nombre de secteurs porteurs offrent de bonnes perspectives d affaires à nos entreprises: Les entreprises qui n ont pas l expérience du marché peuvent s appuyer sur le bureau commercial belge qui entretient des relations privilégiées avec les autorités cubaines depuis plus de 10 ans (le poste de Brussels Invest & Export poste compétent pour les trois régions de Belgique et le Grand-Duché du Luxembourg a été créé en 2001). Un pays au passé aussi riche, disposant d une position géostratégique unique entre l Amérique du Nord et du Sud, est un marché où il faut s investir d autant plus que les relations belgo-cubaines sont actuellement porteuses. 4

5 Sommaire Localisation Introduction.. 3 Données générales Superficie totale Population Climat Poids et mesures Monnaie Heure Jours fériés 7 Tendances de l économie cubaine 8 Taux de croissance du PIB Import-export Cuba/reste du monde (2011) Distributions des échanges de Cuba par continent Importations cubaines par type de produit (2011) Principaux partenaires commerciaux Principaux partenaires commerciaux européens Échanges entre Cuba et la Belgique (millions d euros. Répartition sectorielle de l échange commercial Cuba / Belgique (2012) Origine du tourisme vers Cuba, en 2011 Exportations cubaines vers la Belgique 2012 Arrivée de touristes en 2012 Réglementations et procédures à l importation de biens à Cuba Les appels d offres. 12 Tarifs, règlementations et pratiques douanières 13 Zones franches. 16 Procédures et conditions de détachement de personnel belge à Cuba 16 5

6 Ouvrir un bureau de représentation à Cuba (succursale) 17 Implantation: Environnement légal et juridique 19 Formes d implantation.. 20 Les sociétés mixtes Les contrats d Associations Économiques Internationales (AEI) Les contrats de coopération en production et en administration.. 21 Principales caractéristiques du contrat de coopération en production et en administration Contexte fiscal global des entreprises locales / coûts salariaux globaux pour les fonctions de cadres à Cuba 24 Salariés cubains Charges et services (payés en Pesos Convertibles CUC) 25 Documents nécessaires et procédure pour l ouverture d un compte bancaire, pour les sociétés basées à l étranger Pratiques commerciales L approche La patience et la ténacité L offre commerciale Payement / finances L embargo américain. 27 Importation d échantillons et / ou documentation Annexes Grille des salaires qui devront être payées à ACOREC par la succursale étrangère Pays ayant signé un accord bilatéral avec Cuba pour la Promotion et Protection Réciproque des Investissements (APPRI) 29 Pays ayant signé un accord avec Cuba pour éviter la double imposition et l évasion fiscale. 30 Liste des banques étrangères établies à Cuba Principaux liens et documents consultés. 33 6

7 Données générales Superficie totale km 2, dont 105,000 km 2 pour l Île de Cuba. L île de la Jeunesse (Isla de la Juventud) occupe km 2, les cayos (îlots), 3000 km 2. Population 11,2 millions (recensement de décembre 2010). Climat L'île de Cuba est située au sud du Tropique du Cancer, celle ci jouit d'un climat subtropical. La moyenne annuelle de température s'élève à 25,5 C. L humidité relative moyenne est de 81%. La saison sèche va de novembre à avril. Le mois d'août est le mois le plus chaud (en moyenne 32 C) et le plus pluvieux aussi (autour de 180 mm). Les mois les plus froids, et les plus secs, sont janvier et février où les températures se situent entre C. Poids et mesures Cuba utilise le système métrique international, l ancien système d unités espagnoles est également employé. Le sucre est souvent mesuré en tonnes espagnoles ce qui équivaut à 1030 kg, le terme quintal cubain (46 kg) est également employé, celui ci représente 4 arrobes 1. Concernant les mesures de surface, on utilise la caballería, une caballería équivaut à 13,4 ha. Monnaie Il existe deux monnaies nationales: le peso cubain (CUP), utilisé pour les prix et les salaires locaux, et le peso convertible (CUC), utilisé comme «devise forte» pour accéder à nombre de produits et services. Un peso (cubain ou convertible) équivaut à 100 centavos (cubains ou convertibles). Les taux de change officiels, utilisés dans le domaine de la comptabilité nationale, budgétaire et des entreprises, est de: $1.00 CUC = $1.00 CUP ($1.00 CUP = $1.00 USD). Cependant, il existe un deuxième taux de change, utilisé celui-ci par la population lors des transactions personnelles pour acheter des biens et des services dans le marché national : $1.00 CUC = $24.00 CUP. Depuis 2002, l euro est accepté dans la plupart des hôtels et installations touristiques. Heure -5 heures GMT (Octobre Avril) -4 heures GMT (Avril Octobre) -heure d'été. Jours fériés 1 janvier (Fête Nationale) Vendredi Saint 1 er mai juillet 10 Octobre 25 Décembre 1 L'arrobe est couramment définie comme le quart d'un quintal, soit 25 livres (+- 12 kg) 7

8 Tendances de l économie cubaine Taux de croissance du PIB (%) * *Valeur estimée selon les prévisions officielles. Distributions des échanges de Cuba par continent Import-export Cuba/reste du monde (2011) en Mds USD Exportations Importations Importations cubaines par type de produit (2011) Produits Parts Hydrocarbures et minerais % Equipement industriel et véhicules % Agroalimentaire % Articles manufacturés et métaux % Produits chimiques % Autres % Principaux partenaires commerciaux Principaux partenaires commerciaux européens 8 Avec un échange commercial de 105 millions d euros en 2012, la Belgique est le sixième partenaire européen de Cuba

9 Millares Belgian Trade Office - Havana Échanges entre Cuba et la Belgique (millions d euros) Répartition sectorielle de l échange commercial Cuba / Belgique (2012) * % 6% 24% 16% 5% 11% 24% Origine du tourisme vers Cuba, en ,200 1, Secteurs: 1. Animaux vivants et produits du règne animal. 2. Produits minéraux 3. Produits des industries chimiques ou des industries connexes 4. Machines et appareils, matériels électriques et leurs parties, Matières plastiques et ouvrages en ces matières, caoutchouc et ouvrages en caoutchouc 6. Instruments et appareils d'optique, de mesure, de contrôle ou de précision, Autres. (Tourisme belge = visiteurs) Exportations cubaines vers la Belgique 2012 : (70 M euros) Arrivée de touristes en (Cuba a accueilli touristes, une croissance de 4,3%) 370, , , , , , , ,986 1% 8% 91% , , , , , , , , , ,425 Jan Fév Mar Avr Mai Juin Juill Août Sept Oct Nov Déc Secteurs: 1. Produits minéraux. 2. Produits des industries alimentaires, boissons, 3. Autres.

10 Réglementations et procédures à l importation de biens à Cuba Exporter à Cuba s avère particulièrement compliqué au vu des nombreuses procédures administratives par lesquelles doit passer tout contrat ou projet de contrat. Le résultat le plus marquant de ce système est la multiplicité des acteurs impliqués, un fait dont l exportateur doit tenir compte dès les premiers contacts, puisque le négociateur n est pas nécessairement l importateur, ce dernier n étant pas toujours le client. L acheteur cubain est tenu de vérifier que ses besoins ne peuvent être satisfaits par la production nationale y compris celle des sociétés mixtes, qui bénéficient d une priorité de droit. Il doit ensuite réunir ou tenter de réunir au minimum trois offres concurrentes et analyser celles-ci, notamment à l aide d une liste de références établie par la direction financière du Ministère cubain du Commerce Extérieur et l Investissement Étranger (MINCEX). Les importations ne peuvent être réalisées que pour des produits approuvés, en correspondance avec les références de la Codification harmonisée des douanes. Enfin, les importations ne doivent pas faciliter à l entreprise étrangère une activité commerciale directe sur le marché interne. Le non-respect de ces principes est passible de sanctions pour le responsable cubain. L acheteur cubain a l obligation, en principe, dès les premiers contacts, de recueillir non seulement des renseignements techniques sur les produits ou matériels proposés, mais également des renseignements sur la société étrangère et sur l interlocuteur lui-même, afin de vérifier sa fonction et sa représentativité, soit: l acte de constitution de la compagnie (de préférence traduit à l espagnol). le Pouvoir du représentant (et accord de désignation des principaux directeurs, s ils ne sont pas mentionnés dans l acte de constitution). le registre commercial récent (émis par la Chambre de Commerce du pays d origine de la société, maximum 6 mois). une lettre de garantie de la banque attestant la santé financière de l entreprise. S il s agit d aliments d origine animale telle que la viande de bœuf, poulet, charcuterie, porc, un certificat d habilitation de l usine sera nécessaire. Ce certificat est émis par l Institut de Médecine Vétérinaire de Cuba (IMV) suite à une visite in situ d un vétérinaire cubain officiel représentant l IMV. La réciprocité n étant pas encore totalement entrée dans les mœurs, il est souhaitable de demander au préalable des précisions sur le statut et la licence de l interlocuteur importateur, si cette information est vérifiable auprès de la Chambre de Commerce de Cuba. 10

11 Pa rapport à la signature du contrat, l importateur doit s inspirer d un contrat type annexé à la résolution No.217/97 du MINCEX, et suivre les dispositions de la résolution No.190/2001 également du MINCEX, il en résulte des difficultés pour l exportateur étranger d imposer ses propres conditions générales. Le contrat doit préciser, notamment, l Incoterm retenu. En ce sens, alors que la règle générale était le recours à la vente CIF, il est demandé aux importateurs cubains de privilégier le principe des ventes FOB. L origine des marchandises doit être précisée, de même que les mentions d usage en matière de contrat de vente internationale. Le contrat type prévoit le principe de pénalité de retard à la charge du vendeur. Un règlement du MINCEX rend en outre la prestation de service après-vente, obligatoire. L activité d importation est limitée aux entreprises cubaines et mixtes, ayant reçu une autorisation d importation («Nomenclatura») délivrée par le MINCEX et portant sur un groupe de produits spécifiques. Tableau résumé du processus d exportation de biens vers Cuba. 11

12 D autre part, un mécanisme dit de «Carta de Liquidez» (Lettre de Liquidités) a été mis en place, afin d éviter les retards de paiement et blocages de transferts apparus à partir de Seuls les achats validés par la CL, disposent (en théorie) de crédits dédiés et approuvés par les organismes de tutelle (ministère(s) et Banque Centrale de Cuba -BCC). Il est donc vivement conseillé que l exportateur belge exige une CL afin de s assurer au mieux de la solvabilité du client. Enfin, le contrat ne peut être signé qu après avis d un «comité de contrats», dans le cas où son montant dépasse le plafond d autonomie attribué à l entreprise. Le projet est alors soumis au comité du ministère concerné, voir, pour les marchés les plus importants, à un comité interministériel (Conseil d Etat). Des comités de produits (notamment pour le bois, les viandes et les métaux), sous la tutelle du MINCEX, rassemblent périodiquement les acheteurs de toutes les entreprises importatrices. Si un contrat n est manifestement pas dans la fourchette des conditions prix/financement obtenues par l ensemble, il doit être renégocié. En matière de compétence contentieuse, l usage est de prévoir le recours à l arbitrage international (notamment la Cour d arbitrage de la Chambre du Commerce Internationale qui siège à Paris) et le cas échéant, à titre subsidiaire, la désignation des juridictions compétentes du défendeur. Les appels d offres La procédure des appels d offres est réglementée par le règlement No. 69 du 2004, émis par le MINCEX. Dans la pratique, prix et financement constituent des critères essentiels, même si certaines mauvaises expériences conduisent, de plus en plus, les entités cubaines à examiner la qualité et la durabilité des produits et matériels, les garanties offertes et l existence d un service après-vente. Les exigences techniques peuvent donc évoluer au fur et à mesure de la réception et de l examen des offres concurrentes, ce dont il convient, bien sûr, d être si possible informé. L offre retenue est celle qui saura valoriser les ressources et compétences cubaines internes pour y apporter un complément. 12

13 Tarifs, règlementations et pratiques douanières Comme il est indiqué ci-dessus, l activité d importation est limitée aux entreprises cubaines et mixtes, ayant reçu une autorisation d importation. La réglementation des importations est très encadrée, l État cubain exerce un contrôle strict (délivrance de licences, comités d importation par produits et filières...) et détermine les secteurs prioritaires, dans un contexte de pénurie de devises. Un certain nombre de produits, considérés comme liés à la sécurité, se trouvent interdits d importation ou soumis à autorisation préalable (électronique, téléphones satellitaires, GPS). La mise en place du système douanier est certifiée par le Décret-loi 124 de Celui-ci a ensuite été parachevé par les dispositions relatives au statut de membre de l Organisation Mondiale du Commerce (dont Cuba est membre fondateur), par le décret No.162 de 1996 (douanes) et enfin par les résolutions du Ministère des Finances et des Prix (MFP) fixant les tarifs en vigueur pour une durée de 5 ans. La réglementation douanière cubaine comporte tous les régimes douaniers prévus dans la convention internationale pour la simplification et l harmonisation des régimes douaniers, ou «Convention de Kyoto» entrée en vigueur en (Résolution No. 190 de 2001 du MINCEX). Cuba applique les tarifs douaniers suivant la classification du Système Harmonisé de Désignation et la Codification des Marchandises de la Convention Internationale du Système Harmonisé de l Organisation Mondiale de Douanes. Suivant les engagements internationaux de Cuba, deux types de tarifs sont en vigueur: le tarif général (TG), qui s applique aux pays non membres de OMC et avec lesquels Cuba n a pas signé d accords commerciaux bilatéraux. Celui-ci s établit en moyenne à 21,3% en 2007 d après les données de l OMC (le tarif général s échelonne pour l essentiel de 3% à 16%, mais atteint jusqu à 40% pour certaines marchandises (produits agricoles, vêtements, boissons). le tarif de «la nation la plus favorisée» (NPF) pour les membres de l OMC (qui s applique donc aux produits d origine belge) et pour les pays qui ne sont pas membres de cette organisation, mais, qui jouissent de préférences dans le cadre d accords commerciaux bilatéraux. Il s établit en moyenne à 10,7% et le tarif maximum NPF est de 30% -près de 80% des marchandises se retrouvent dans une fourchette de moins de 10 à 15%. 13

14 Des tarifs réduits, adaptés sur la valeur CIF, sont aussi applicables pour les produits provenant : des pays membres du Système Global de Préférences Commerciales (SGPC), créé par le Groupe des 77. des pays membres de l Association Latino-Américaine d Intégration (ALADI), avec lesquels Cuba a signé des accords de complémentarité. des pays membres de l ALBA 2, des accords de complémentarité économique avec le Venezuela et la Bolivie et d autres pays de la région, ayant établi des tarifs de douanes «zéro» pour les échanges bilatéraux. Ces droits de douane sont acquittés par l importateur de droit cubain, payable en Pesos Convertibles (CUC) ou en Pesos Cubains (CUP) en fonction du type d entreprise importatrice (les sociétés mixtes payent en devises ou CUC). Ceux-ci s acquittent désormais dans des agences bancaires, les importateurs devant y présenter le reçu correspondant à la douane pour pouvoir libérer leurs marchandises. En plus du droit de douane, les douanes perçoivent pour toute importation de marchandise, une taxe de dédouanement de 0,35% sur la valeur CIF. Pour les sociétés mixtes, l exonération de droits de douane peut être accordée pour les importations d équipement. Il existe une clause spéciale, allant jusqu à l exonération totale et ce pour les matières premières destinées à la fabrication de produits destinés aux exportations cubaines. Les normes sanitaires en vigueur amènent à des contrôles rigoureux, avant tout, destinés à prévenir une contamination extérieure et à vérifier la qualité de fabrication et de stockage des produits (lorsque le stockage se réalise sur un site diffèrent de celui de la production, une inspection in situ est nécessaire). La Direction d enregistrement, du contrôle et de la qualité sanitaire de l Institut de la Nutrition et de l Hygiène des Aliments (INHA), sous la tutelle du Ministère de la Santé Publique (MINSAP), approuve les autorisations pour l enregistrement sanitaire des produits alimentaires, matières premières, aditifs, équipements et tout produit en contact avec des aliments, ainsi que pour d autres produits, importés ou produits localement, qui seront destinés à la commercialisation et à la vente. Cet enregistrement est postérieur dans la procédure, à l obtention des permis sanitaires plus spécifiques selon la nature du produit (l Institut de Médicine Vétérinaire, le Centre National d Hygiène Végétale, le Centre de contrôle étatique de la qualité des médicaments). À noter que seules les entités cubaines autorisées à l activité d importation peuvent déposer une demande d enregistrement sanitaire pour les produits importés même si c est en général le fournisseur étranger qui réalise le paiement des frais de registre. 2 Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique - Traité de commerce des Peuples (ALBA - TCP) 14

15 Le système des normes techniques est quant à lui placé sous la supervision de l Oficina Nacional de Normalización (Bureau National de Normalisation), entité dépendante du Ministère des Sciences, de la Technologie et de l Environnement (CITMA). L ONN émet ainsi les autorisations techniques exigées pour certains produits par les dispositions de la Résolution No. 231 de 2004 du MINCEX. Toutes les entités importatrices et exportatrices à Cuba sont obligées d utiliser des agences agréées par les douanes cubaines pour le courtage douanier. Même si la conformité aux règlements relève, en principe, de l importateur cubain ou de l agent qui s occupe des expéditions en consignation, une documentation, soigneusement remplie par l exportateur, réduira les erreurs et les retards. Les principaux documents exigés lors d une exportation sont: Facture commerciale (en Euros ou USD), séparant les éléments qui constituent la valeur (valeur de la marchandise selon l Incoterm utilisé, fret et coût de l assurance séparés). Certificat d origine (pour bénéficier de la clause de la nation la plus favorisée, ou des tarifs préférentiels selon les accords en vigueur). Lettre de transport (AWB, BL). D autres certificats techniques et d analyses selon la nature du produit. Certificat d inspection de la marchandise à l origine de l embarquement (de plus en plus exigées par les autorités cubaines, ces inspections sont faites par des agences de contrôle cubaines ou leur représentants sur place). Police d assurance déclarant comme bénéficiaire l entité importatrice, dans les cas des termes concernés des Incoterms. 15

16 Les zones franches Autrefois très médiatisées par les autorités cubaines, les zones franches, crées en 1996, ont été désactivées depuis En effet, celles-ci qui se voulaient être moteur de la production, étaient utilisées en grande partie par les sociétés étrangères, comme plateforme commerciale. Cependant, les nouvelles «Lignes directrices économiques» soumises au débat populaire lors du VII e Congrès du Parti communiste en avril 2011, comprennent la création des Zones Spéciales de Développement, dans le but d encourager l exportation, la substitution des importations et les projets de haute technologie et de développement local. Procédures et conditions de détachement de personnel belge à Cuba Les salariés étrangers voulant travailler à Cuba doivent avoir un permis de travail émis par le Ministère du Travail avec l approbation du ministère ou de l entité cubaine responsable du secteur d activité en question (Chambre de Commerce de Cuba CCC pour les bureaux de représentation et Banque Centrale de Cuba - BCC pour le secteur bancaire). Ces démarches nécessitent un appui et un suivi important de la part de l entité employeuse. Depuis le 1 mai 2010, il est obligatoire pour tout travailleur expatrié de disposer d une assurance santé privée. En dehors des succursales, il existe un certain frein provenant de l administration cubaine concernant l emploi de personnel expatrié, qu il s agisse des Associations Économiques Internationales (AEI), des contrats de gestion hôtelière ou des sociétés mixtes. Dans ces entités, il est interdit de recruter à l étranger si un candidat cubain peut remplir les fonctions demandées. 16

17 Ouvrir un bureau de représentation à Cuba (succursale) L agent belge chargé d effectuer les démarches auprès des autorités cubaines doit obligatoirement être muni d un visa d affaires. Les succursales (bureaux de représentation) ne sont pas une forme d investissement à proprement parler, mais une forme d implantation régie par des conditions particulières définies par le Décret No.206 de 1996 et la Résolution No.550 de Elle est particulièrement utilisée par les entreprises visant à faire le suivi direct des opérations de commerce extérieur en cours, le marketing de leurs produits in situ, ainsi que les négociations et contrats envisagés avec les contreparties cubaines. Nous rappelons qu une succursale ne peut en aucun cas: Effectuer des opérations d importation ou distribution sur le territoire national. Réaliser des opérations de vente en gros ou au détail de produits et services, à l exception des services après-vente et de garantie expressément prévus dans les contrats régissant les opérations de commerce extérieur. Transporter des marchandises sur le territoire national. Les entreprises créées depuis au moins cinq ans et justifiant de relations commerciales avec Cuba depuis trois ans à hauteur de $ CUC de facturation par an, peuvent ouvrir un bureau de représentation après fourniture de très nombreux documents: Lettre détaillant les motifs de cette demande, remise par le représentant dont la signature devra être auparavant légalisée par la Chambre de Commerce ou par un notaire public. Attestation du ministère cubain directement concerné par l activité de la société, détaillant l importance pour l économie cubaine de l ouverture immédiate d un bureau de représentation. Copie des statuts de la société. Écriture ou pouvoir en charge de la succursale désignant la personne devant agir comme représentant. Liste des produits et des services compris dans les activités de l entreprise qui demande la création de la succursale, et qui feront partie des opérations commerciales au territoire cubain. 17

18 Relevé bancaire (la date d expédition ne doit pas dépasser les 3 mois par rapport à la date de présentation du dossier). Le relevé bancaire doit être envoyé par la banque en Belgique, directement à un établissement bancaire cubain. Curriculum vitae du représentant. Information générale sur l activité de la société (production, technique ou services) dont bilan des opérations effectuées au cours des 5 dernières années et, le cas échéant, détails sur l activité des succursales ou des filiales désireuses d établir des relations d affaires à Cuba. Liste des clients et volume des opérations effectuées pendant les 3 dernières années, dûment certifiés par le directeur de l organisme, entreprise ou institution cubaine. Tous les documents rédigés en français ou néerlandais doivent être accompagnés de leur traduction en espagnol certifiée conforme. Pour cela, il est obligatoire que les traductions soient effectuées par des traducteurs assermentés: en Belgique, par des traducteurs dûment habilités par la loi pour exercer le métier; à Cuba, par le seul bureau de traducteurs officiels: l Empresa de Servicios de Traductores e Intérpretes (Entreprise de Services de Traduction et Interprétation). Les documents doivent être certifiés auprès: de la Chambre de Commerce de la région belge concernée. du Consulat cubain à Bruxelles. du Ministère cubain des Relations Extérieures, par le biais d un cabinet d avocats. d un notaire public cubain, qui délivre un acte de certification. Bien que la Chambre de Commerce cubaine tienne le Registre national des succursales et agents des sociétés commerciales à Cuba, cette dernière ne fait que transmettre le dossier au MINCEX, chargé de l analyser et de se prononcer dans un délai ne pouvant pas dépasser 60 jours. Une fois la licence délivrée par règlement du MINCEX (publié dans le Journal Officiel de la République de Cuba 3 ), la société étrangère dispose de 90 jours pour s inscrire au Registre et commencer les démarches relatives à son implantation. Les objectifs et activités de la succursale sont spécifiés dans une annexe au règlement. Cette licence est valable pour une période de 5 ans, et renouvelable tous les 3 ans. Des audits peuvent être effectués à tout moment par le gouvernement cubain. La tenue des livres comptables (en espagnol) est obligatoire. Ceux-ci doivent être conservés 5 ans après la fin de l exercice comptable. 3 «Gaceta Oficial de la República de Cuba» / 18

19 Implantation: Environnement légal et juridique Le cadre juridique de l investissement étranger à Cuba est basé sur une loi spécifique : la Loi No.77 ( ) Cette loi a été approuvée par l Assemblée Nationale après la modification de la Constitution cubaine en 1992, dans un contexte économique particulièrement difficile pour le pays lié à la disparition des pays socialistes et à l arrêt de leur soutien économique (le fameux CAME avec notament l ancienne URSS). La Loi 77 a été adoptée dans le but d encourager l entrée des capitaux étrangers dans une approche de complémentarité des efforts pour le recouvrement économique du pays, et non comme un choix politique de développement économique. Cette loi développe et actualise les normes du Décret-loi No.50 existant depuis 1982, qui répondait surtout à des stratégies ponctuelles dans le secteur du tourisme. La Loi 77 repose donc sur le principe de l ouverture contrôlée et non sur une certaine libéralisation, le chemin désigné étant celui de la sélection et non de la dérégulation. Son but final reste ainsi la préservation des ressources nationales par l État cubain. Avec cette loi, le cadre juridique pour l investissement étranger devient assez clair. Les règles sont simples: un Investissement Étranger Direct (IDE) doit apporter des devises, de la technologie, du savoir-faire et doit être mené en partenariat avec l État cubain. Après les modifications de la Constitution en 1992, son article 23 précise que «l État reconnaît la propriété des entreprises mixtes, des sociétés et groupements économiques constitués conformément à la loi» et l article 17, que «les entreprises ou entités économiques mises en place doivent faire face à leurs obligations grâce à leurs ressources financières propres et que l État ne répond pas aux obligations contractées par elles». D autres normes connexes complètent ce cadre juridique, à savoir : le Code de Commerce de la République de Cuba, qui date de 1885, ainsi que le Code civil, le Code pénal et des lois et normes relevant de secteurs spécifiques, par exemple la Loi sur les Mines de 1994, les Décrets-lois de 1997 sur le système bancaire, ou la Loi sur les hypothèques de 2004, entre autres 5. Enfin, les Accords pour la Promotion et la Protection Réciproque des Investissements (APPRI) accords bilatéraux à niveau gouvernemental- établissent certaines facilités pour le transfert de bénéfices, ainsi que des exemptions et/ou diminutions d obligations fiscales. Ils définissent également des pistes dans la résolution de 4 Il existe actuellement une nouvelle version très attendue - de cette loi, en préparation. 5 À consulter le site du Journal Officiel de la République de Cuba, qui publie toutes les lois cubaines. (Cfr la liste annexe des sites Internet d intérêt, à la fin de ce document). 19

20 conflits. Dans la plupart de ces accords figure une clause d indemnisation en cas d expropriation. Cuba et la Belgique ont signé cet accord en Certains ministères ont par ailleurs ordonné une réglementation interne, aux termes de laquelle le projet d implantation doit être préalablement approuvé au sein du ministère concerné avant d être transmis au MINCEX. Dans tous les cas, il est vivement conseillé d associer, le plus rapidement possible aux négociations, les différentes Directions du MINCEX, en particulier, la Direction de Politique Commerciale avec l Europe. Formes d implantation: Les sociétés mixtes. Ce sont des sociétés anonymes par actions nominatives de droit cubain. Ce type d accord concerne uniquement les associations aboutissant à la création d une entité distincte des deux organismes fondateurs. La répartition du capital social est normalement déterminée d un commun accord entre les associés et confirmée par l autorisation légale donnée. En réalité, c est l État cubain qui fixe la part de chacun, celle des partenaires étrangers ne dépassant que très rarement 50%. L apport en capital du partenaire cubain se réalise en général sous forme de cession de terrain ou d équipements. Comme exemple de société mixte belgo cubaine, citons Bucanero S.A (Ministère de l Industrie Alimentaire - AB INBEV 50/50). Les contrats d Associations Économiques Internationales (AEI). Une AEI est une association provisoire, créée dans le but de réaliser un projet précis. Elle peut être l antichambre de la constitution d une entreprise mixte. Ce type de contrat permet de mener conjointement des activités sans créer nécessairement d entité juridique distincte de celles des partenaires. Cette formule est utilisée pour des partenariats n impliquant généralement pas d investissements importants, pour une durée moyenne de 5 à 10 ans. La direction d une AEI est assurée à parts égales, avec souvent une présidence tournante tous les deux ou trois ans. Dans le cadre des AEI, qui ne disposent pas de la personnalité juridique, la partie qui réalise un acte de gestion bénéficiant à toutes les parties en répond intégralement à l égard des tiers et, dans le cadre des relations internes, chaque partie en répond dans la mesure de la proportion de leurs droits respectifs conformémentt au contrat signé. 20

21 Les contrats de coopération en production et en administration. En mars 2001 deux nouvelles formes de collaboration commerciale ont été reconnues, à la portée cependant plus limitée que les formes d investissement étranger mentionnées dans la loi 77. Il s agit des «contrats de coopération pour la production de biens ou la fourniture de services» et des «contrats en administration d hôtels ou de production». Les parties conviennent de participer à des objectifs mutuels d affaires de façon structurée et contractuelle mais restent des entités distinctes. Ces contrats diffèrent des AEI dans le fait qu ils sont plus centrés sur la fourniture d une expertise et d une technologie par la partie étrangère et ne font pas appel à des investissements importants. Ils sont particulièrement utilisés dans le secteur hôtelier, où l entité étrangère assume la gestion courante de l établissement, sans aucun transfert de droit de propriété (c est le cas des groupes MELIA, ACCOR, IBEROSTAR, BREEZES,...) Principales caractéristiques du contrat de coopération en production et en administration Un ou plusieurs partenaires cubains / un ou plusieurs partenaires étrangers. Accord de coopération conjointe pour la production de biens ou la fourniture de services (soumis à l approbation de la direction de l administration centrale de l État dont relève le partenaire cubain). Les partenaires étrangers fournissent les ressources matérielles ou financières, la technologie ou les marchés qui font l objet du contrat, les modalités de paiement sont définies pour ces apports. Les parties se consacrent de façon indépendante à la commercialisation à l étranger des produits ou des services, le partenaire cubain quant à lui s occupe toujours des importations et de la distribution à Cuba. La répartition des bénéfices s effectue de manière indépendante entre les entités. Chaque partie acquitte les impôts et autres contributions fiscales de façon autonome. 21

22 La résolution No.5290 de 2004, du Conseil des Ministres cubain, a limité les avantages de ce type de contrat. Les opérateurs étrangers ne sont plus libres de choisir leurs fournisseurs et doivent désormais prendre en compte la concurrence pour effectuer leurs achats. Par ailleurs, les contrôles ont augmenté et les achats doivent tous être soumis à autorisation administrative. En contrepartie de la prise de risque de la part des investisseurs, vis-à-vis de l Embargo US sur Cuba, les IDE bénéficient d exclusivité sur le marché intérieur (non pas versus la société 100% cubaine mais bien par rapport au fournisseur étranger). Les impôts et prélèvements obligatoires restent raisonnables. Le retour sur investissement a été correct, voire performant. Néanmoins, depuis la crise structurelle de liquidité vécue par Cuba depuis fin 2008, les charges ont augmenté, alors que les revenus ont subi des blocages menant à une dégradation sensible de la rentabilité réelle des investissements. La rentabilité est ainsi devenue laborieuse, un constat particulièrement vrai pour les investissements récents ou la part cubaine a été souvent financée par des prêts consentis par le partenaire étranger, qui ne détient malgré tout que 50% la capacité de la partie cubaine à rembourser ces avances d actionnaire reposant sur une base de confiance et de risques in fine partagés. L analyse effectuée démontre que les entreprises mixtes souffrent relativement plus que les exportateurs ou les autres entités présentes à Cuba et que les perspectives ne sont globalement pas bonnes. Ceci est du moins la situation actuelle en mai 2013, une actualisation de la loi 77, offrant davantage de garanties et un cadre légal plus rentable pour la partie étrangère, serait en cours et devrait voir le jour à la fin 2013, début

23 Quelques exemples de la présence étrangère à Cuba * Havana Club International S.A. est une J/V entre la société Pernod Ricard et le Ministère cubain de l alimentation/minal. * INBEV AB en association mixte (50/50) avec le MINAL, a créé Bucanero S.A., le plus grand brasseur national, celui ci détient notamment trois marques de bières ce qui représente 95% du marché cubain. 23

Cuba. Guide à l exportation Business guide. Mai 2013

Cuba. Guide à l exportation Business guide. Mai 2013 Cuba Guide à l exportation Business guide Mai 2013 Guide à l attention des entreprises belges et luxembourgeoises, réalisé par la Représentation Economique et Commerciale de la Région de Bruxelles Capitale

Plus en détail

Informations données par les invités de la Table ronde transmis par la télévision cubaine le 21 août 2013

Informations données par les invités de la Table ronde transmis par la télévision cubaine le 21 août 2013 CUBADEBATE (22 août 2013) Informations données par les invités de la Table ronde transmis par la télévision cubaine le 21 août 2013 Le 1 er juillet 2013, les 124 premières coopératives non-agricoles de

Plus en détail

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg La titrisation d actifs est un mécanisme en pleine expansion au Luxembourg, qui consiste à convertir des actifs difficilement commercialisables

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE CARREFOUR EUROPE 6 NOVEMBRE 2013 Présenté par: Équipe internationale, Banque Nationale du Canada 1 Contexte Situation

Plus en détail

1. Créer une société en Suisse occidentale

1. Créer une société en Suisse occidentale Nestle, (canton of Vaud) 1. Créer une société en Suisse occidentale Sommaire 1.1 Éligibilité 1.2 Différentes étapes de la création d une société généralités 1.3 Choix de la forme juridique de la société

Plus en détail

Venir travailler en Russie : les démarches

Venir travailler en Russie : les démarches Venir travailler en Russie : les démarches Actualisation au 19 août 2008 MINEFE DGTPE Prestation réalisée sous système de management de la qualité certifié AFAQ ISO 9001 NB : Cette fiche a pour but de

Plus en détail

Entreprises étrangères travaillant en France

Entreprises étrangères travaillant en France Entreprises étrangères travaillant en France QUELLES SONT LEURS OBLIGATIONS? Si les entreprises sont établies sur le territoire de l Union européenne, elles peuvent «librement» effectuer des travaux en

Plus en détail

CONSITUTION D UNE SOCIETE AU CAMBODGE

CONSITUTION D UNE SOCIETE AU CAMBODGE CONSITUTION D UNE SOCIETE AU CAMBODGE 1 REGIME JURIDIQUE Le régime juridique des sociétés au Cambodge résulte d une circulaire du Ministère du Commerce. Différents types de sociétés Le droit des sociétés

Plus en détail

Projet du Code de l Investissement

Projet du Code de l Investissement République Tunisienne Ministère du Développement, de l Investissement et de la Coopération Internationale Projet du Code de l Investissement Version préliminaire 22 mai 2015 Article1premier. TITRE PREMIER.

Plus en détail

OBJECTIF DU GUIDE 1-L ENCADREMENT JURIDIQUE DES ACTIVITES D ASSURANCE

OBJECTIF DU GUIDE 1-L ENCADREMENT JURIDIQUE DES ACTIVITES D ASSURANCE OBJECTIF DU GUIDE Présenter au public et en particulier aux investisseurs, les règles de constitution et de fonctionnement des organismes d assurance. Arrêté n 2005-0773 du 14 décembre 2005 fixant les

Plus en détail

CHINE CONTINENTALE ET HONG KONG : LA REFORME DE LA FISCALITÉ S INTENSIFIE

CHINE CONTINENTALE ET HONG KONG : LA REFORME DE LA FISCALITÉ S INTENSIFIE De nombreuses réformes fiscales sont en cours en Chine afin d encadrer une économie mature et en phase de consolidation. Ces réformes sont profondes et fondamentales mais n en sont pas moins d abord testées

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À LA DIVERSIFICATION DES MARCHÉS DES ENTREPRISES MANUFACTURIÈRES QUÉBÉCOISES INVESTISSEMENT QUÉBEC

CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À LA DIVERSIFICATION DES MARCHÉS DES ENTREPRISES MANUFACTURIÈRES QUÉBÉCOISES INVESTISSEMENT QUÉBEC CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À LA DIVERSIFICATION DES MARCHÉS DES ENTREPRISES MANUFACTURIÈRES QUÉBÉCOISES INVESTISSEMENT QUÉBEC Direction des mesures fiscales TABLE DES MATIÈRES Nature de l aide fiscale... 3

Plus en détail

Réglementation. Import/Export CHAPITRE 6

Réglementation. Import/Export CHAPITRE 6 CHAPITRE 6 Réglementation Import/Export Dans ce chapitre: Rubriques / pages Prescriptions du Traité/ 187 Mesures Législatives et Administratives / 191 Conformité / 194 Diffusion / 196 Programme d Assistance

Plus en détail

Présentation du Programme : Phase II

Présentation du Programme : Phase II PROGRAMME D APPUI A LA MISE EN ŒUVRE DE L ACCORD D ASSOCIATION Présentation du Programme : Phase II L Accord d Association constitue le cadre juridique L Accord d Association constitue le cadre juridique

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 23 septembre 2014 MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 1. Introduction La Banque du Canada (la «Banque») est l administrateur du Régime de pension de la Banque du Canada (le «Régime de pension»)

Plus en détail

DECRET N 99-821. fixant les statuts de l Aviation Civile de Madagascar

DECRET N 99-821. fixant les statuts de l Aviation Civile de Madagascar DECRET N 99-821 fixant les statuts de l Aviation Civile de Madagascar Le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Vu la Constitution, Vu la Convention relative à l Aviation Civile Internationale signée

Plus en détail

Importations, droit de Douane, franchise et exonérations en République Centrafricaine Mars 2008

Importations, droit de Douane, franchise et exonérations en République Centrafricaine Mars 2008 Importations, droit de Douane, franchise et exonérations en République Centrafricaine Mars 2008 Généralités : Les franchises et exonérations des droits de Douane sont régis par le Code des Douanes de la

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------- Abidjan, le 05 janvier

Plus en détail

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Membre inscrit I. Définitions Loi du 11 mai 2007 relative

Plus en détail

Attendu que. Attendu que. La Partie italienne a exprimé sa disponibilité à financer la réalisation du projet susnommé;

Attendu que. Attendu que. La Partie italienne a exprimé sa disponibilité à financer la réalisation du projet susnommé; PROTOCOLE D ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE ITALIENNE ET LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE TUNISIENNE CONCERNANT LE PROJET FONDS D ETUDES ET D EXPERTISE Le Gouvernement de la République Italienne,

Plus en détail

Conférence régionale des élus de la CHAUDIÈRE-APPALACHES POLITIQUE DE GESTION FINANCIÈRE ET POLITIQUE DE FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE REPRÉSENTATION

Conférence régionale des élus de la CHAUDIÈRE-APPALACHES POLITIQUE DE GESTION FINANCIÈRE ET POLITIQUE DE FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE REPRÉSENTATION Conférence régionale des élus de la CHAUDIÈRE-APPALACHES POLITIQUE DE GESTION FINANCIÈRE ET POLITIQUE DE FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE REPRÉSENTATION Adopté au conseil d administration du 10 juin 2004 Modifications

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques)

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques) CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques) INVESTISSEMENT QUÉBEC Direction des mesures fiscales TABLE DES MATIÈRES Nature de l aide fiscale... 3 Société biopharmaceutique admissible...

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

Comprendre l Ouzbékistan 15

Comprendre l Ouzbékistan 15 Préface.......................................................................... 7 Comprendre l Ouzbékistan 15 Repères essentiels........................................................ 17 Chiffres clés

Plus en détail

LES MESURES D INCITATIONS A L INVESTISSEMENT PRIVE EN REPUBLIQUE DU CAMEROUN

LES MESURES D INCITATIONS A L INVESTISSEMENT PRIVE EN REPUBLIQUE DU CAMEROUN LES MESURES D INCITATIONS A L INVESTISSEMENT PRIVE EN REPUBLIQUE DU CAMEROUN EXTRAIT DE LA LOI N 2013/004 DU 11 AVRIL 2013 TITRE II CHAPITRE I DES INCITATIONS FISCALES ET DOUANIERES ARTICLE 5. Les incitations

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

Aspects juridiques de la conduite des affaires en Chine Plusieurs pièges à éviter

Aspects juridiques de la conduite des affaires en Chine Plusieurs pièges à éviter Aspects juridiques de la conduite des affaires en Chine Plusieurs pièges à éviter Chambre de commerce du Montréal métropolitain 10 avril 2015 Vivian Desmonts Avocat (Guangzhou, Chine) Quelques rappels

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2014-06-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

ARRÊTE N 01/0096/MINESUP DU 07 Décembre 2001 Fixant les Conditions de Création et de Fonctionnement des Institutions Privées d Enseignement Supérieur.

ARRÊTE N 01/0096/MINESUP DU 07 Décembre 2001 Fixant les Conditions de Création et de Fonctionnement des Institutions Privées d Enseignement Supérieur. ARRÊTE N 01/0096/MINESUP DU 07 Décembre 2001 Fixant les Conditions de Création et de Fonctionnement des Institutions Privées d Enseignement Supérieur. LE MINISTRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR, VU la Constitution

Plus en détail

Les Iles Vierges Britanniques (BVI):

Les Iles Vierges Britanniques (BVI): Les Iles Vierges Britanniques (BVI): Les International Business Companies (IBC) sont des sociétés offshore instituées dans les îles Vierges Britanniques (BVI), en vertu de l'international Business Companies

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES AGENCES DE VOYAGES & DE TOURISME CATEGORIE «A»

CAHIER DES CHARGES DES AGENCES DE VOYAGES & DE TOURISME CATEGORIE «A» CAHIER DES CHARGES DES AGENCES DE VOYAGES & DE TOURISME CATEGORIE «A» Arrêté du Ministre du Tourisme du 9 novembre 2006, portant approbation du cahier des charges relatif à l exercice de l activité d agence

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

INDEXÉDITORIAL LA LÉGISLATION SUR LES INVESTISSEMENTS LE RÉGIME FISCAL DES ENTREPRISES LIENS UTILES CRÉDITS SOURCES CONTACT

INDEXÉDITORIAL LA LÉGISLATION SUR LES INVESTISSEMENTS LE RÉGIME FISCAL DES ENTREPRISES LIENS UTILES CRÉDITS SOURCES CONTACT Cette fiche générale sur les conditions juridiques et fiscales des investissements en Équateur fait partie d une série de fiches générales et sectorielles visant à faciliter l exportation et l implantation

Plus en détail

JORF n 0095 du 21 avril 2012. Texte n 29

JORF n 0095 du 21 avril 2012. Texte n 29 1 JORF n 0095 du 21 avril 2012 Texte n 29 DECRET Décret n 2012-528 du 19 avril 2012 relatif au fonds d assurance formation des chefs d entreprise exerçant une activité artisanale NOR: EFII1126169D Publics

Plus en détail

Le Pack Pro : Dirigeants de TPE, confiez l ensemble de vos problématiques juridiques à Judicial

Le Pack Pro : Dirigeants de TPE, confiez l ensemble de vos problématiques juridiques à Judicial Le Pack Pro : Dirigeants de TPE, confiez l ensemble de vos problématiques juridiques à Judicial Présentation de Judicial 2013 I Pack Pro : la solution d accompagnement juridique pour les Dirigeants de

Plus en détail

COOPERATION BELGIQUE - BURUNDI Programme 2012 de bourses d études et de stage hors-projet

COOPERATION BELGIQUE - BURUNDI Programme 2012 de bourses d études et de stage hors-projet COOPERATION BELGIQUE - BURUNDI Programme 2012 de bourses d études et de stage hors-projet Les bourses d études ou de stages sont financées par la coopération belge dans le cadre d un accord de coopération

Plus en détail

Loi n 98-38 du 2 juin 1998 relative au Code de la Poste

Loi n 98-38 du 2 juin 1998 relative au Code de la Poste Loi n 98-38 du 2 juin 1998 relative au Code de la Poste Au nom du peuple, La chambre des députés ayant adopté. Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit : Titre Premier : Dispositions

Plus en détail

On vous doit de l argent en Europe...

On vous doit de l argent en Europe... On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! Centre Européen des Consommateurs France Réseau européen ECC-Net en coopération avec le Ministère de la Justice,

Plus en détail

Délibération n 2012-2 Conseil d administration du 6 mars 2012

Délibération n 2012-2 Conseil d administration du 6 mars 2012 Délibération n 2012-2 Conseil d administration du 6 mars 2012 Objet : modification du règlement financier de la CNRACL M. Domeizel, Président, rend compte de l exposé suivant : Exposé L article 13-4 du

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION

NOTE DE PRESENTATION NOTE DE PRESENTATION Projet de décret pris pour l'application de la loi n 62-12 relative à l'organisation de la profession de conseiller agricole Le projet de ce présent décret s inscrit dans le cadre

Plus en détail

FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER

FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER ANNEXE DU REGLEMENT INTERIEUR ARTICLE 88 Validé par le Comité Directeur du 5 Novembre 2005 Adopté par l Assemblée Générale du 18 mars 2006

Plus en détail

Gibraltar: www.icd-london.fr. CECROPS Limited - Registered office in England N 574 1196

Gibraltar: www.icd-london.fr. CECROPS Limited - Registered office in England N 574 1196 Gibraltar: Gibraltar est une péninsule située à l'extrémité sud de l'espagne et d une superficie d'environ 7 km ². Gibraltar a une position stratégique à la jonction de l'atlantique et la Méditerranée.

Plus en détail

DEMANDE DE CREDIT A RENSEIGNER PAR LE CLIENT

DEMANDE DE CREDIT A RENSEIGNER PAR LE CLIENT DEMANDE DE CREDIT A RENSEIGNER PAR LE CLIENT Réf. Dossier : (A remplir par la Direction du Crédit & Risque) Afin de faciliter l étude de votre demande de crédit et d écourter les délais de réponse, nous

Plus en détail

La Société de Participations Financières luxembourgeoise

La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise, communément appelée «SOPARFI», est la société de droit commun luxembourgeoise. Elle est

Plus en détail

Initiation aux activités d importation de marchandises au Canada. Séminaire des délégués commerciaux. Mardi, 29 mai 2012

Initiation aux activités d importation de marchandises au Canada. Séminaire des délégués commerciaux. Mardi, 29 mai 2012 Initiation aux activités d importation de marchandises au Canada Séminaire des délégués commerciaux Mardi, 29 mai 2012 Partenaires de la chaîne commerciale Importateurs Courtiers en douane Transporteurs

Plus en détail

la séparation totale des activités des postes et télécommunications;

la séparation totale des activités des postes et télécommunications; LE CADRE GENERAL D ASSISTANCE PAR CONSULTANTS POUR L ELABORATION ET LA MISE EN OEUVRE D UN CADRE LEGAL APPROPRIE POUR LE SECTEUR DES TELECOMMUNICATIONS CONTEXTE GENERAL Le Gouvernement [PAYS] a adopté,

Plus en détail

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial Entretien accordé par Monsieur Le Ministre du Commerce à l APS ( 31/01/2014) Points abordés : Protection du produit national, Crédit à la consommation, L accord commercial préférentiel "Algérie-Tunisie,

Plus en détail

Investissez maintenant dans un avenir durable.

Investissez maintenant dans un avenir durable. Investissez maintenant dans un avenir durable. Investissez dans la croissance de la Banque Triodos À la Banque Triodos, votre argent contribue à une société durable dans laquelle une place centrale est

Plus en détail

Bulletin Newsflash des CSD N 27-2014

Bulletin Newsflash des CSD N 27-2014 Bulletin Newsflash des CSD N 27-2014 Semaine du 22 au 26 Septembre 2014 Récapitulatif : Guide d Euroclear sur la règlementation des CSD. Lancement d un nouveau portail par le CSD de la Russie. Révision

Plus en détail

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main!

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! Finances Achats e-commerce Santé Tourisme Véhicules Shutterstock Immobilier énergie Justice On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! brochure réalisée

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Article 1

REGLEMENT INTERIEUR. Article 1 REGLEMENT INTERIEUR Article 1 Le présent règlement intérieur de fonctionnement, adopté par l'assemblée générale, s'impose à tous les adhérents. Des assouplissements peuvent cependant être décidés, lorsque

Plus en détail

Table des matières. Contenu du guide 7 Adresses utiles 8

Table des matières. Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Table des matières Présentation du guide 7 Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Chapitre 1 Les retards de paiement en Europe 15 Section I La crise économique et les retards de paiement 15 Section II Cartographie

Plus en détail

SÉNAT PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE

SÉNAT PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE N 22 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2008-2009 Annexe au procès-verbal de la séance du 15 octobre 2008 PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE pour le financement de l économie, ADOPTÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE,

Plus en détail

Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi. au détachement de travailleurs en FRANCE

Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi. au détachement de travailleurs en FRANCE Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi RÈGLES applicables au détachement de travailleurs en FRANCE Ce document est purement informatif et, à ce titre, volontairement synthétique.

Plus en détail

Comment s associer avec un partenaire du Sud

Comment s associer avec un partenaire du Sud Comment s associer avec un partenaire du Sud FCM 15/11/12 1 DLO / POLE COMEX Les Etapes du Processus La Relation Commerciale Comment vais-je m implanter? Croissance organique/interne Croissance externe

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE LA FEDERATION FRANCAISE DE CANOË-KAYAK ANNEXE 4 : REGLEMENT FINANCIER

REGLEMENT INTERIEUR DE LA FEDERATION FRANCAISE DE CANOË-KAYAK ANNEXE 4 : REGLEMENT FINANCIER Fédération Française de Canoë-Kayak 87 quai de la Marne 94340 Joinville le Pont Cedex REGLEMENT INTERIEUR DE LA FEDERATION FRANCAISE DE CANOË-KAYAK ANNEXE 4 : REGLEMENT FINANCIER Sommaire Article I. Objet...3

Plus en détail

Optimisez vos formalités douanières à l export

Optimisez vos formalités douanières à l export Optimisez vos formalités douanières à l export À l heure de la mondialisation, exporter est devenu un enjeu majeur pour la plupart des entreprises. Expédier vos produits à l international et tenir vos

Plus en détail

Code de déontologie de l auto-entrepreneur

Code de déontologie de l auto-entrepreneur Code de déontologie de l auto-entrepreneur Ce code a été rédigé par Monsieur HABI Hacène, créateur de Habi Consultant International (HCI), pour offrir aux entrepreneurs et aux organismes un support de

Plus en détail

Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20)

Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20) Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20) I. Définition des entreprises totalement exportatrices (art 10) : L article 10 du code d incitation aux investissements a défini les entreprises

Plus en détail

Réformes dans la Fonction Publique

Réformes dans la Fonction Publique Réformes dans la Fonction Publique Précisions et propositions supplémentaires I.- Les avancements automatiques Il est précisé que le Gouvernement, en utilisant les termes «peut» ou «peuvent» dans les textes

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE 1.1 Mission Le Centre local de développement (CLD) de Mirabel gère trois (3) fonds destinés à la création et au maintien d emploi par le biais d

Plus en détail

Sommaire. Projet CL01 Groupe 13 A2012 2

Sommaire. Projet CL01 Groupe 13 A2012 2 Projet CL01 Export de légumes surgelés au Chili Manon AHRWEILLER Enora CORRIGNAN Cécilia FABRE Yvan JEANNIN Julien ROLLIER Yang WANG 1 Sommaire Introduction Etude du Chili Produits exportés Emballage Aspect

Plus en détail

Il se traduit par une déduction, dans le calcul du revenu imposable de l employé d un montant égal au «revenu admissible» versé par cet employeur.

Il se traduit par une déduction, dans le calcul du revenu imposable de l employé d un montant égal au «revenu admissible» versé par cet employeur. SPÉCIALISTE ÉTRANGER Dans le but de favoriser le recrutement de particuliers à l extérieur du Canada qui disposent d une expertise dans certains secteurs d activités spécialisées, la législation fiscale

Plus en détail

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF)

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF DE LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L ADMINISTRATION

Plus en détail

Convention n o 172 concernant les conditions de travail dans les hôtels, restaurants et établissements similaires

Convention n o 172 concernant les conditions de travail dans les hôtels, restaurants et établissements similaires Texte original Convention n o 172 concernant les conditions de travail dans les hôtels, restaurants et établissements similaires 0.822.727.2 Conclue à Genève le 25 juin 1991 Approuvée par l Assemblée fédérale

Plus en détail

> Dossier 17 mars 2009

> Dossier 17 mars 2009 > Dossier 17 mars 2009 Le travail des étrangers en France Vous embauchez un étranger au sein de votre entreprise : ce que vous devez savoir. L embauche de personnels de nationalité étrangère est soumise

Plus en détail

Note à Messieurs les :

Note à Messieurs les : DIRECTION GENERALE Alger, le 02 septembre 2015 DE L INSPECTION GENERALE Réf./DGIG/N 1039/2015 Note à Messieurs les : - Présidents des Conseils d Administration ; - Présidents Directeurs Généraux ; - Directeurs

Plus en détail

Nous ne partageons pas et ne vendons pas vos informations confidentielles auprès de sociétés tierces.

Nous ne partageons pas et ne vendons pas vos informations confidentielles auprès de sociétés tierces. CONDITIONS GENERALES DE VENTE NOVOENGLISH Applicables à compter du 20 avril 2013 NovoEnglish 15 rue Taitbout 75009 Paris France www.novoenglish.com info@novoenglish.com SARL au capital de 10.000 Euros

Plus en détail

AVIS DE PUBLICITE RELATIF A LA PASSATION D UNE CONVENTION DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC

AVIS DE PUBLICITE RELATIF A LA PASSATION D UNE CONVENTION DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC AVIS DE PUBLICITE RELATIF A LA PASSATION D UNE CONVENTION DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC SECTION I: AUTORITE DELEGANTE I.1) Nom et adresse Académie des sciences 23 quai de Conti 75006 Paris Contacts :

Plus en détail

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES AGREMENT DES CORRESPONDANTS REGLEMENT Préambule Conformément à l article 4 du Règlement Général 1 du Conseil des Bureaux qui a pour objet de régir les relations entre les Bureaux nationaux d assurance

Plus en détail

THE WARRANTY GROUP, INC. POLITIQUE DE DELEGATION D AUTORITÉ

THE WARRANTY GROUP, INC. POLITIQUE DE DELEGATION D AUTORITÉ THE WARRANTY GROUP, INC. POLITIQUE DE DELEGATION D AUTORITÉ Approuvé par le conseil d administration : le 30 janvier 2014 BUT ET CHAMP D APPLICATION: La présente politique de délégation d autorité (la

Plus en détail

Table des matières. Contenu du guide 7 Adresses utiles 8

Table des matières. Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Table des matières Présentation du guide 7 Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Chapitre 1 Les retards de paiement en Europe 15 Section I La crise économique et les retards de paiement 15 Section II Cartographie

Plus en détail

Le soutien au développement économique local

Le soutien au développement économique local Le soutien au développement économique local L État est responsable de la conduite de la politique économique et sociale ainsi que de la défense de l emploi. Toutefois, la loi dote les collectivités locales

Plus en détail

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Procédure d habilitation

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Procédure d habilitation Procédure d habilitation Version 1.1 Page 1/12 Historique des versions Date Version Évolutions du document 17/12/2010 1.0 Première version. 29/02/2012 1.1 Prise en compte de la date de la publication de

Plus en détail

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement L es entreprises opèrent aujourd hui dans un environnement mondialisé et compétitif

Plus en détail

Fonds pour l adaptation

Fonds pour l adaptation Fonds pour l adaptation Conseil du Fonds pour l adaptation Deuxième réunion Bonn, 16-19 juin 2008 AFB/B.2/10 22 mai 2008 Point 6h) de l ordre du jour FONCTIONS ET ATTRIBUTIONS DE L ADMINISTRATEUR DU FONDS

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3090 Convention collective nationale IDCC : 1527. IMMOBILIER (Administrateurs de biens, sociétés immobilières,

Plus en détail

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité.

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité. Modèle de contrat de travail à durée indéterminée 2 e modèle normal Entre : l association..... représentée par M. (le président)... d une part, et : M. demeurant.. d autre part, IL A ETE CONVENU CE QUI

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA CREATION ET AU FONCTIONNEMENT DES BUREAUX D ENCADREMENT ET D ASSISTANCE FISCALES (1)

CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA CREATION ET AU FONCTIONNEMENT DES BUREAUX D ENCADREMENT ET D ASSISTANCE FISCALES (1) CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA CREATION ET AU FONCTIONNEMENT DES BUREAUX D ENCADREMENT ET D ASSISTANCE FISCALES (1) Ce cahier des charges se compose de : - 7 pages comportant 6 chapitres et 19 articles,

Plus en détail

(Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004)

(Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004) RÈGLEMENT FINANCIER (Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004) Article 1 er Objet 1.1 Le Règlement Financier est l outil d aide à la gestion comptable et financière de la Fédération. Il vise

Plus en détail

Le CGFPN propose des modifications à la LGF

Le CGFPN propose des modifications à la LGF 31 mars 2015 Volume 1 Numéro 1 Un bulletin d information du Conseil de Le Bilan gestion financière des Premières nations ÉDITION SPÉCIALE - PROPOSITIONS LIÉES À LA LOI SUR LA GESTION FINANCIÈRE DES PREMIÈRES

Plus en détail

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL (SPF) www.bdo.lu 2 Les Sociétés de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS 3 1. INTRODUCTION 4 2. ACTIVITES D UNE SPF 2.1 Activités

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE 65 TABLEAU COMPARATIF Texte du projet de loi Texte adopté par l Assemblée nationale Propositions de la Commission PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE CONDITIONS GÉNÉRALES DE L ÉQUILIBRE FINANCIER

Plus en détail

ASSEMBLEE DE L UNION LOI N 07- /AU

ASSEMBLEE DE L UNION LOI N 07- /AU UNION DES COMORES Unité Solidarité Développement ------ ASSEMBLEE DE L UNION LOI N 07- /AU Autorisant le Président de l Union à ratifier La Convention entre le Gouvernement de l Union des Comores et la

Plus en détail

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Ottawa, le 7 janvier 2014 MÉMORANDUM D13-3-13 EN RÉSUMÉ Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Les modifications supplémentaires liées à la

Plus en détail

Via Prim Export. Nom Objectif

Via Prim Export. Nom Objectif Via Prim Export La Région des Pays de la Loire apporte un soutien financier aux entreprises dans le cadre de leur participation à un salon ou une mission de prospection commerciale à l étranger Nom Objectif

Plus en détail

Plan PME - ENVIRONNEMENT ACCES Rhône-Alpes- CAP ENERGIE. CONSULTATION EXPERTS en Efficacité énergétique des sites industriels et des procédés

Plan PME - ENVIRONNEMENT ACCES Rhône-Alpes- CAP ENERGIE. CONSULTATION EXPERTS en Efficacité énergétique des sites industriels et des procédés Consultation de sociétés d Expert en Efficacité énergétique des sites industriels et des procédés, pour la réalisation d interventions auprès des PME/PMI dans le cadre du programme CAP ENERGIE Contexte

Plus en détail

Société à responsabilité limitée par actions (Société à responsabilité limitée par actions)

Société à responsabilité limitée par actions (Société à responsabilité limitée par actions) Chypre est située dans le nord-est de la Méditerranée au carrefour de l'europe et l'afrique depuis 2004 -. Membre à part entière de l'ue, qui a officiellement cessé d'être en mer, bien que retenu un nombre

Plus en détail

AUGMENTATION DE CAPITAL 2014 RESERVEE AUX ADHERENTS DU PLAN D EPARGNE DU GROUPE SAINT-GOBAIN

AUGMENTATION DE CAPITAL 2014 RESERVEE AUX ADHERENTS DU PLAN D EPARGNE DU GROUPE SAINT-GOBAIN Compagnie de Saint-Gobain Les Miroirs 18, avenue d'alsace (92400) Courbevoie France S.A. au capital de 2 220 707 160 542 039 532 R.C.S. Nanterre Le 21 mars 2014 Communiqué AUGMENTATION DE CAPITAL 2014

Plus en détail

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets?

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? LES ENTRETIENS EXCLUSIFS Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? Entretien avec Mehdi Salmouni-Zerhouni, Conseil

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Décret n o 2015-215 du 25 février 2015 relatif aux conditions et modalités d agrément des groupements

Plus en détail

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER 1 LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER La profession d agent immobilier est réglementée par : la loi modifiée n 70-9 du 2 janvier 1970 modifiée par l ordonnance n 2004-634 du 1 er juillet 2004 réglementant

Plus en détail

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ)

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ APPLICABLES POUR LA PÉRIODE DU 1ER AVRIL 2015 AU 30 SEPTEMBRE 2015 Avril 2015 FONDS D AIDE À L EMPLOI

Plus en détail

Un nouveau régime de qualifications professionnelles pour l Europe

Un nouveau régime de qualifications professionnelles pour l Europe Un nouveau régime de qualifications professionnelles pour l Europe L UE pour la croissance et l emploi Marché intérieur et services Michel Barnier Membre de la Commission européenne en charge du marché

Plus en détail

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC»

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» Par Pierre-Claver NZOHABONAYO SECRETAIRE GENERAL ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES «OPC» 1. OBJECTIFS Dès sa création, l OPC vise une régulation articulée

Plus en détail

Sujet : Appel d offres ITB n PCD/07/043 Fourniture de moquette

Sujet : Appel d offres ITB n PCD/07/043 Fourniture de moquette Le 13 septembre 2007 Sujet : Appel d offres ITB n PCD/07/043 Fourniture de moquette Madame, Monsieur, 1. Nous avons le plaisir de vous inviter à nous soumettre une offre portant sur la fourniture de moquette

Plus en détail

CONTRAT D ADHÉSION. FAC FOR PRO PARIS Tous droits réservés

CONTRAT D ADHÉSION. FAC FOR PRO PARIS Tous droits réservés CONTRAT D ADHÉSION CONTRAT ENTRE FAC FOR PRO PARIS ET L ÉTUDIANT Article 1. Dispositions générales Le présent contrat, ci-après dénommé «le contrat» constitue l accord régissant pendant sa durée, les relations

Plus en détail