La protection de l environnement est sans

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La protection de l environnement est sans"

Transcription

1 Un regard sur la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles Karel Ménard Directeur général, Front commun québécois pour une gestion écologique des déchets (FCQGED) La protection de l environnement est sans doute l un des sujets les plus médiatiques de ces dernières années. Il ne se passe pas un jour, pas une semaine, sans qu une nouvelle soit directement reliée à la détérioration du seul habitat dont nous disposons. Lorsque l on demande aux gens quelle est la principale menace à notre environnement, les changements climatiques, bien sûr, arrivent au premier rang. Mais lorsqu il est question de trouver des solutions concrètes à l échelle individuelle pour remédier aux problèmes environnementaux, le recyclage des déchets domestiques semble toutefois être la réponse la plus courante. Le recyclage. La gestion de nos ordures. Cette activité est presque devenue le baromètre que nous utilisons subjectivement afin de juger de notre performance, de notre implication, sur le plan environnemental. Par un petit geste simple, nous apportons ce qui est pour nous notre contribution à l amélioration de notre environnement. Mais qu en est-il réellement de notre performance collective en matière de recyclage qui, parfois, peut avoir des traits de ressemblance avec un système d indulgences? Nos poubelles : une priorité La gestion des matières résiduelles est certainement le seul dossier environnemental qui soit resté sans défaillir à l agenda de nos gouvernements ces 20 dernières années. Déjà, en 1989, le Québec se dotait d une politique 2 qui avait pour principal objectif de réduire de 50 % les déchets qui auraient été éliminés à l an 2000, et ce, par rapport à l année de référence de Par ricochet, donc, cette politique avait pour but la réduction à la source de nos déchets ou leur détournement de l élimination. La politique de 1989 ne s est cependant pas traduite en actions concrètes. Cet échec, renforcé notamment par l arrivée dans le paysage québécois de multinationales de l enfouissement et la gestion chaotique des déchets sur le territoire métropolitain, a provoqué une mobilisation La gestion des déchets est le seul dossier environnemental qui soit resté à l agenda de nos gouvernements ces 20 dernières années. des groupes environnementaux à travers la province. Ceux-ci réclamaient une commission d enquête sur la gestion des déchets au Québec, un peu à l image de la commission Charbonneau sur les déchets dangereux de À la fin de 1995, le gouvernement en place reconnaissait le bien-fondé d une telle démarche et mandatait le Bureau d audiences publiques sur l environnement (BAPE) afin que celui-ci dresse un bilan de la situation, mais 239 Que bec *.indd /11/08 09:50:43

2 L état du Québec 2009 Centre de récupération des matières recyclables, Montréal. surtout qu il fournisse des recommandations sur la gestion de nos déchets solides 4. En 1997, le BAPE rendait public son rapport 5 qui a servi de base à un plan d action gouvernemental 6. Celui-ci a pris toute sa mesure lorsqu il est devenu une politique, enchâssée en tant que telle dans la Loi sur la qualité de l environnement (LQE), en septembre C est donc par le biais de la LQE que nous avons l obligation de mettre en valeur une fraction des matières résiduelles que nous générons. Ainsi, la Politique fixe des objectifs de mise en valeur pour les trois principaux secteurs qui produisent des déchets. Le secteur résidentiel de même que celui de la construction, rénovation et démolition (CRD) doivent tous les deux atteindre un taux de valorisation de leurs résidus de 60 % tandis que le secteur des industries, commerces et institutions (ICI) doit atteindre les 80 %. Chacun de ces trois secteurs est également soumis à des taux de mise en valeur spécifiques pour les différentes catégories de matières résiduelles qu il génère. Pour le secteur résidentiel, par exemple, les matières visées sont globalement les fibres (papier, carton), les contenants alimentaires, les textiles, les matières putrescibles, les encombrants (comme les électroménagers ou les meubles) et les résidus domestiques dangereux (RDD). Tous secteurs confondus, l objectif global de la politique québécoise est de valoriser environ 65 % des déchets. Il faut toutefois préciser que, le plus souvent, les taux de récupération qu on nous présente sont calculés à partir des matières résiduelles qui offrent un potentiel de récupération, et non à partir de l ensemble des résidus générés. Ainsi, le taux de récupération global de 52 % qu on nous annonce régulièrement est calculé à partir des matières résiduelles qui sont potentiellement recyclables ; le taux de récupération calculé sur la totalité des déchets générés est, quant à lui, de 48 %. Selon la méthode de calcul, on a ou pas! dépassé le seuil psychologique des 50 % en matière de recyclage. 240 Que bec *.indd /11/08 09:24:29

3 Environnement Une consommation boulimique Alors que l ancienne politique de 1989 prévoyait un plafond des quantités de résidus à éliminer, la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles vise, quant à elle, un pourcentage de matières résiduelles à recycler ou, plutôt, à mettre en valeur, d ici la fin de Or, si grâce à nos efforts le pourcentage de matières recyclées augmente, nous éliminons toujours, bon an mal an, sensiblement les mêmes quantités de déchets. Pourquoi? Tout simplement parce que notre consommation ne cesse elle aussi d augmenter. En effet, notre production de déchets a connu une hausse de 56 % de 1996 à Recycler est une chose, réduire notre con - sommation en est une autre. Par ailleurs, les problèmes environnementaux, économiques et sociaux liés à la présence en régions de mégasites d enfouissement ne se sont pas résorbés par l application de la Politique, au contraire. Non seulement nous aurions été en droit de nous attendre à une diminution globale des quantités éliminées, mais une poignée de sites ont, de plus, vu leurs capacités autorisées grimper en flèche. Ainsi, aujourd hui, sur une soixantaine de lieux d enfouissement en service au Québec, cinq d entre eux se partagent plus de 75 % de tous les déchets enfouis de la province 8. Une approche purement quantitative Bien que le but sous-jacent de toute politique environnementale soit la préservation de notre environnement et de ses ressources et, ultimement, la protection de la santé humaine, les objectifs de la Politique sont formulés de façon strictement quantitative. Bien que l on parle communément de recyclage, la LQE utilise plutôt le terme de valorisation. Au sens de la Loi, la valorisation inclut toute activité dont le recyclage qui vise la transformation d une matière résiduelle (d un déchet) en un produit utile ou en énergie. La LQE ne hiérarchise pas les 3R (réduction, réutilisation et recyclage) comme le fait pourtant la Politique. Il s agit là d une contradiction évidente entre deux textes de loi. Ainsi, que l on recycle, que l on composte ou que l on transforme une matière résiduelle en énergie par un procédé thermique quelconque, cela a la même valeur aux yeux de la Loi et dans les bilans de notre société d État, RECYC- QUÉBEC. Il faudrait pour tant prendre conscience du fait que certaines formes de valorisation ne sont pas sou haitables d un point de vue écologique, car elles détruisent des ressources et ont des impacts négatifs sur l environnement. Recycler est une chose, réduire notre consommation en est une autre. S il est vrai que la majorité des matières résiduelles de nos bacs de récupération est recyclée dans les règles de l art, il peut en être tout autrement pour d autres catégories de matières. Certaines sont utilisées pour leur valeur calorifique par des industries énergivores ou brûlées pour en récupérer le peu de métaux précieux qu elles contiennent, comme c est le cas notamment avec nos rebuts informatiques. On se soucie en fait peu de ce qui arrive à nos matières résiduelles une fois qu elles ont été récupérées et comptabilisées comme Cueillette sélective des déchets recyclables, Montréal. 241 Que bec *.indd /11/08 09:24:30

4 L état du Québec 2009 Centre de récupération des matières recyclables, Montréal. telles. Certaines sont même acheminées à l étranger, et ce, sans que nous ayons d assurance sur l innocuité des méthodes de recyclage utilisées. Peut-être faut-il préciser également que la valorisation n est pas, par définition, de l élimination ; l encadrement qui régit cette activité est ainsi beaucoup plus souple, car nous voulons favoriser cette voie. Sommes-nous aussi bons que nous voulons le croire? Tous secteurs confondus, la récupération est passée au Québec de 39 % en 2000 à 52 % en À deux ans de l échéance de la Politique, l objectif global ne semble pas aussi inatteignable qu il y a 10 ans, quand tout restait à être mis en place. Il serait toutefois pertinent de préciser que l augmentation globale de la récupération au cours de ces récentes années est principalement due au seul secteur de la construction, rénovation et démolition (CRD). En effet, la récupération de matériaux comme le béton, l asphalte, la brique et la pierre a fait un bond de près d un million de tonnes entre 2004 et 2006, soit une hausse de 45 %. Cette hausse est principalement attribuable à l introduction d une norme gouvernementale sur les agrégats ainsi que d une redevance à l élimination. Le secteur CRD a non seulement contribué massivement à l augmentation globale de la récupération, mais il représente également, à lui seul, près de la moitié du tonnage récupéré au Québec. En effet, sur les 6,2 millions de tonnes métriques de résidus mis en valeur en 2006, 2,9 millions provenaient de ce secteur ce qui s explique aisément par la nature des matières résiduelles en cause. La récupération au Québec serait autrement moins performante sans l apport de ce secteur. 242 Que bec *.indd /11/08 09:24:30

5 Environnement Pour ce qui est du secteur résidentiel (le recyclage domestique), les dernières données indiquent que les quantités récupérées ont atteint tonnes, soit un taux de mise en valeur de 32 %. Ce pourcentage correspond à un peu moins de 15 % de l ensemble des matières recyclées au Québec en Il faut donc apprendre à relativiser lorsque l on parle d un taux global de récupération. Si le taux de valorisation semble faible eu égard aux objectifs de la Politique (60 %), il faut toutefois préciser que le secteur résidentiel est celui qui accusait le plus grand retard en termes de mise en valeur de ses déchets. En effet, en 2000, lorsque la Politique a été officiellement adoptée, les taux de récupération des secteurs ICI et CRD atteignaient déjà respectivement 48 % et 43 %, alors qu il n était que de 15 % dans le secteur résidentiel. La récupération dans le secteur résidentiel est celle qui a démontré la meilleure progression en doublant presque le tonnage des matières récupérées et mises en valeur entre 2000 et Cela s explique principalement par l obligation qu ont maintenant les municipalités régionales de comté (MRC) d implanter des plans de gestion des matières résiduelles générées sur leur territoire. À l heure actuelle, toutes les municipalités du Québec sont desservies par la collecte sélective, ce qui était loin d être le cas en Le défi pour le secteur municipal reste cependant la valorisation des matières organiques (résidus de table et de jardins), qui n était que de 8 % en Quant aux résidus issus du secteur des industries, commerces et institutions (ICI), leur taux de mise en valeur est sensiblement le même en 2006 qu en 2000, soit moins de 50 %. Vers un échec de la Politique? À moins de circonstances exceptionnelles, il est fort peu probable que le bilan 2008 de la gestion des matières résiduelles au Québec dévoilé par RECYC-QUÉBEC en 2010 annonce que les objectifs de la Politique sont atteints. Or, malgré certains ratés 9 ou la nécessité de revoir certaines définitions de la LQE, la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles a réussi là où les autres politiques ont échoué. Elle a réussi à susciter l intérêt, voire l engouement, de tous les secteurs d activités concernés. Le recyclage n est plus perçu comme une corvée, comme cela pouvait être le cas auparavant. Certaines entreprises ont même su tirer des avantages économiques de la mise en valeur de leurs résidus. La question n est pas ici de porter des blâmes, mais plutôt de tirer des enseignements pour la mise en œuvre de la Politique La principale réalisation de la Politique aura été de mobiliser l ensemble tableau 1 Évolution de la récupération en fonction de l objectif global de la Politique , en tonnes métriques générés (tm) valorisables (tm) éliminés (tm) valorisés (tm) récupérés (%) Objectifs de la Politique (%) Source : RECYC-QUÉBEC 243 Que bec *.indd /11/08 09:24:30

6 L état du Québec 2009 des intervenants autour de la problématique de la gestion des matières résiduelles au Québec. De cette mobilisation s est dégagé un consensus : la mise en valeur de nos matières résiduelles est non seulement possible, mais aussi souhaitable. Il faut également garder à l esprit le fait que l application de la Politique a mené, directement ou indirectement, à l implantation de nombreuses mesures dans le domaine de la gestion des déchets. Des lois ont été adoptées : celle, par exemple, qui vise à financer 50 % des coûts nets de la collecte sélective municipale par l industrie des contenants, imprimés et emballages ou celle qui impose une redevance à l élimination de quelque 10 $ la tonne afin de financer les programmes de mise en valeur des résidus au sein des municipalités. Divers règlements ont également vu le jour : celui sur l enfouissement et l incinération des matières résiduelles ou ceux visant la récupération de certaines matières résiduelles spécifiques (huiles usées, peintures, pneus). Bientôt, ce sera la mise en valeur des résidus issus des technologies de l information et des communications (TIC) qui fera l objet d une réglementation. Depuis 10 ans, nous avons certes progressé sur le plan de la récupération des déchets au Québec, mais nous devrions maintenant penser au-delà de cette simple activité de récupération et raffiner nos procédés de mise en valeur afin qu ils soient davantage cohérents avec les principes d une gestion des déchets plus respectueuse de l environnement. Se limiter à l utilisation de notre bac de recyclage ne sera ainsi plus suffisant. Si nous sommes, collectivement et individuellement, la cause des détériorations que subit notre environnement, nous faisons surtout partie de la solution. Aucune politique, quelle qu elle soit, ne pourra rien changer si nous ne modifions pas nos habitudes de consommation. Recycler, c est bien ; réduire, c est mieux. Pour lire la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles : matieres/mat_res. Notes 1. Toutes les données de cet article sont tirées du Bilan 2006 de la gestion des matières résiduelles au Québec, réalisé par la Société québécoise de récupération et de recyclage (RECYC-QUÉBEC), en Gouvernement du Québec, Politique de gestion intégrée des déchets solides, Bureau d audiences publiques sur l environnement, Les déchets dangereux au Québec. Une gestion environnementale, rapport de la Commission d enquête sur les déchets dangereux, Un «déchet solide» ou une «matière résiduelle» est un produit résiduaire solide par opposition à liquide provenant d activités résidentielles, commerciales, industrielles, institutionnelles ou encore d activités de construction, de rénovation ou de démolition. Sont notamment exclus de cette liste les déchets dangereux, nucléaires ou encore biomédicaux. 5. Bureau d audiences publiques sur l environnement, d hier, ressources de demain, rapport de la Commission sur la gestion des matières résiduelles au Québec, Gouvernement du Québec, Plan d action québécois sur la gestion des matières résiduelles J aime mon environnement, je jette autrement, Gouvernement du Québec, «Politique québécoise de gestion des matières résiduelles », Gazette officielle du Québec, 132 e année, n o 39, septembre Ces sites sont : Lachenaie, 1,3 million tm/an ; Sainte-Sophie, 1 million tm/an ; Lachute, 0,67 million tm/an ; Saint-Thomas de Joliette, 0,7 million tm/ an et Saint-Nicéphore, 0,6 million tm/an. 9. Consulter à cet effet le chapitre 5 du tome II du Rapport à l Assemblée nationale pour l année , déposé par le Vérificateur général du Québec en décembre Que bec *.indd /11/08 09:24:31

Vers 2025 : Séance d information sur le deuxième PMGMR. Agglomération de Longueuil Hôtel de ville 26 mars 2015

Vers 2025 : Séance d information sur le deuxième PMGMR. Agglomération de Longueuil Hôtel de ville 26 mars 2015 Vers 2025 : Séance d information sur le deuxième PMGMR Agglomération de Longueuil Hôtel de ville 26 mars 2015 La Communauté métropolitaine de Montréal 82 municipalités, 7 grandes compétences Développement

Plus en détail

PMGMR. Données applicables au PMGMR. Projet de PMGMR de la CMM soumis à la consultation publique VERS UNE GESTION RESPONSABLE DE NOTRE ENVIRONNEMENT

PMGMR. Données applicables au PMGMR. Projet de PMGMR de la CMM soumis à la consultation publique VERS UNE GESTION RESPONSABLE DE NOTRE ENVIRONNEMENT PMGMR Projet de PMGMR de la CMM soumis à la consultation publique VERS UNE GESTION RESPONSABLE DE NOTRE ENVIRONNEMENT PLAN MÉTROPOLITAIN DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES Projet de PMGMR de la CMM soumis

Plus en détail

Stratégie québécoise de développement de l industrie de l environnement

Stratégie québécoise de développement de l industrie de l environnement PLAN DE LA PRÉSENTATION 1. La gestion des matières résiduelles dans le Grand Montréal 2. Objectifs de la mission de travail 3. Pertinence de l expérience japonaise 4. Contexte japonais 5. Programme de

Plus en détail

Politique québécoise de gestion des matières résiduelles Plan d action Actions Biens livrables Échéance

Politique québécoise de gestion des matières résiduelles Plan d action Actions Biens livrables Échéance Stratégie 1 : Respecter la hiérarchie des 3RV-E 1. Afin que la LQE soit claire sur la priorité accordée aux activités de gestion des matières résiduelles les plus profitables pour l environnement et le

Plus en détail

Études de caractérisation de grande envergure réalisées par NI Corporation, division Services-conseils

Études de caractérisation de grande envergure réalisées par NI Corporation, division Services-conseils Études de caractérisation de grande envergure réalisées par NI Corporation, division Services-conseils Titre Description Année(s) Client Caractérisation des encombrants et matériaux secs issus de la collecte

Plus en détail

Gestion des matières résiduelles Consultation publique - 9 juillet 2015

Gestion des matières résiduelles Consultation publique - 9 juillet 2015 Gestion des matières résiduelles 2016-2020 Consultation publique - 9 juillet 2015 Le contexte Politique québécoise de gestion des matières résiduelles Renouvellement du contrat municipal de collectes Enjeux

Plus en détail

Les acquisitions au cœur du développement durable. Mario Laquerre Directeur Programmes et exploitation

Les acquisitions au cœur du développement durable. Mario Laquerre Directeur Programmes et exploitation Les acquisitions au cœur du développement durable Mario Laquerre Directeur Programmes et exploitation Société d État RECYC-QUÉBEC Société d État RECYC-QUÉBEC Société d État, créée en 1990 Relève du ministre

Plus en détail

PLAN MÉTROPOLITAIN DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES (PMGMR) RAPPORT SYNTHÈSE SUR LA MISE EN ŒUVRE DES MESURES DU PMGMR

PLAN MÉTROPOLITAIN DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES (PMGMR) RAPPORT SYNTHÈSE SUR LA MISE EN ŒUVRE DES MESURES DU PMGMR PLAN MÉTROPOLITAIN DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES (PMGMR) RAPPORT SYNTHÈSE SUR LA MISE EN ŒUVRE DES MESURES DU PMGMR ANNÉE 2015 Mai 2016 2 TABLE DES MATIÈRES 1. MISE EN CONTEXTE... 3 2. RÉDUCTION

Plus en détail

poubelle? dans ma Qu y a-t-il Ki sa ki ni adan bwet-zodi mwen an?

poubelle? dans ma Qu y a-t-il Ki sa ki ni adan bwet-zodi mwen an? Qu y a-t-il dans ma poubelle? Ki sa ki ni adan bwet-zodi mwen an? Grand public BILAN DE LA CAMPAGNE DE CARACTERISATION 2011 / 2012 DES DECHETS MENAGERS ET ASSIMILES DE LA MARTINIQUE Sé ki sa? / C est quoi?

Plus en détail

5.2 Optimisation des installations reliées à la gestion des matières résiduelles

5.2 Optimisation des installations reliées à la gestion des matières résiduelles Recensement des diverses installations de gestion des matières résiduelles publiques et privées 5.2 Optimisation des installations reliées à la gestion des matières résiduelles La MRC de La Matapédia utilise

Plus en détail

PLAN DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES DE LA MRC DU VAL-SAINT-FRANÇOIS. Adopté par le Conseil de la MRC le 2003

PLAN DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES DE LA MRC DU VAL-SAINT-FRANÇOIS. Adopté par le Conseil de la MRC le 2003 PLAN DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES DE LA MRC DU VAL-SAINT-FRANÇOIS Adopté par le Conseil de la MRC le 2003 Q94118 8 OCTOBRE 2003 ÉQUIPE DE RÉALISATION MRC du Val-Saint-François Directrice générale

Plus en détail

Étude publique des modes de collectes en vue d améliorer la collecte sélective

Étude publique des modes de collectes en vue d améliorer la collecte sélective Étude publique des modes de collectes en vue d améliorer la collecte sélective Mémoire déposé par Projet Montréal à la Commission sur le transport, la gestion des infrastructures et l environnement Le

Plus en détail

Réflexions pour l application sur l Eco-quartier

Réflexions pour l application sur l Eco-quartier Présentation du SIETREM La réduction et le tri des déchets Réflexions pour l application sur l Eco-quartier Présentation du SIETREM COMPETENCES La collecte : Conteneurs, déchets résiduels, Emballages-journaux

Plus en détail

Les matières organiques : ensemble vers 2020!

Les matières organiques : ensemble vers 2020! 2 AVRIL 2015 Les matières organiques : ensemble vers 2020! Mariane Maltais-Guilbault Agente de développement industriel 2 Mandat La Société a pour objets de promouvoir, de développer et de favoriser la

Plus en détail

PROJET DE PLAN DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES CONJOINT CONSULTATION PUBLIQUE

PROJET DE PLAN DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES CONJOINT CONSULTATION PUBLIQUE PROJET DE PLAN DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES CONJOINT 2016-2020 CONSULTATION PUBLIQUE MOT DE BIENVENUE 2 MEMBRES DE LA COMMISSION MEMBRE David Maden Maurice Poudrier Steven Roy Cullen Martin Saint-Pierre

Plus en détail

L extension des consignes de tri dans les bacs jaunes sur le territoire du SBA

L extension des consignes de tri dans les bacs jaunes sur le territoire du SBA Riom, le 14 janvier 2016 L extension des consignes de tri dans les bacs jaunes sur le territoire du SBA Communiqué Depuis le 1er octobre 2013, le Syndicat du Bois de l Aumône étend ses consignes de tri

Plus en détail

Séance d information sur la collecte des résidus alimentaires

Séance d information sur la collecte des résidus alimentaires Séance d information sur la collecte des résidus alimentaires Ordre du jour 1. Qui sommes-nous? 2. Pourquoi une collecte des résidus alimentaires? 3. Dans l ensemble, où nous situons-nous? 4. Quel est

Plus en détail

MISE EN PLACE DE LA REDEVANCE INCITATIVE. Réunion publique

MISE EN PLACE DE LA REDEVANCE INCITATIVE. Réunion publique MISE EN PLACE DE LA REDEVANCE INCITATIVE Réunion publique Présentation de la collectivité La collectivité a pour compétence : Collecte des déchets ménagers (ordures ménagères, tri sélectif, verre) Gestion

Plus en détail

Code volontaire de bonnes pratiques sur l utilisation des sacs d emplettes. Avril 2008

Code volontaire de bonnes pratiques sur l utilisation des sacs d emplettes. Avril 2008 Code volontaire de bonnes pratiques sur l utilisation des sacs d emplettes Avril 2008 ISBN : 978-2-550-52972-9 (Imprimé) 978-2-550-52973-6 (PDF) Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec,

Plus en détail

portée par : Une alternative citoyenne Zéro déchet Présentation GT Syctom 17 mars 2016

portée par : Une alternative citoyenne Zéro déchet Présentation GT Syctom 17 mars 2016 portée par : Une alternative citoyenne Zéro déchet Présentation GT Syctom 17 mars 2016 Syctom 2014 : Gisements et destinations 2,4 millions de tonnes de déchets collectés sur le territoire dont 114 000

Plus en détail

Règlement relatif à la gestion des déchets

Règlement relatif à la gestion des déchets 1 Règlement relatif à la gestion des déchets L'assemblée communale - Vu la loi cantonale du 13 novembre 1996 sur la gestion des déchets (LGD) ; - Vu la loi cantonale du 5 septembre 1980 sur les communes

Plus en détail

Règlement des déchets. Commune de Prez-vers-Noréaz

Règlement des déchets. Commune de Prez-vers-Noréaz Règlement des déchets Commune de Prez-vers-Noréaz 22 février 1999 Table des matières I Dispositions générales 2 II Élimination des déchets 5 1 Déchets urbains 6 2 Déchets particuliers 9 III Financement

Plus en détail

Les orientations et les services offerts aux ICI àmagog

Les orientations et les services offerts aux ICI àmagog Les orientations et les services offerts aux ICI àmagog Présenté par Élyse Ménard, coordonnatrice Division environnement Février 2012 Mise en contexte La gestion des MR àmagog 25 767 Magogois, Magogoise

Plus en détail

Valorisation des matières résiduelles

Valorisation des matières résiduelles Valorisation des matières résiduelles (Les premiers pas vers l économie circulaire) 10 septembre 2015 1 Victoriaville et sa région 1 911 km 2 70 120 habitants Chômage 5 % (au Québec 7,8 %) 2 L économie

Plus en détail

Les Rendez-vous RECYC-QUÉBEC pour les municipalités mai 2014 LA RESPONSABILITÉ ÉLARGIE DES PRODUCTEURS AU QUÉBEC

Les Rendez-vous RECYC-QUÉBEC pour les municipalités mai 2014 LA RESPONSABILITÉ ÉLARGIE DES PRODUCTEURS AU QUÉBEC Les Rendez-vous RECYC-QUÉBEC pour les municipalités mai 2014 LA RESPONSABILITÉ ÉLARGIE DES PRODUCTEURS AU QUÉBEC ÉTAT DE LA SITUATION DE LA REP AU QUÉBEC Pré Règlement Qu est-ce que la REP? Quoi : Outil

Plus en détail

RECYC-QUÉBEC GUIDE SUR LA COLLECTE SÉLECTIVE DES MATIÈRES RECYCLABLES

RECYC-QUÉBEC GUIDE SUR LA COLLECTE SÉLECTIVE DES MATIÈRES RECYCLABLES Dépôt légal Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2006 Bibliothèque et Archives, Canada, 2006 ISBN 2-550-46176-2 PAGE 2 REMERCIEMENTS RECYC-QUÉBEC tient à remercier chaleureusement les personnes

Plus en détail

LE CONSEIL MUNICIPAL DÉCRÈTE CE QUI SUIT :

LE CONSEIL MUNICIPAL DÉCRÈTE CE QUI SUIT : RÈGLEMENT NUMÉRO 300-2007 CONCERNANT LA TARIFICATION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES AU LIEU D ENFOUISSEMENT ATTENDU QUE la Ville de Matagami opère son propre site d enfouissement de matières résiduelles; ATTENDU

Plus en détail

! PROJET!DE!PLAN!DE!GESTION!! DES!MATIÈRES!RÉSIDUELLES!!

! PROJET!DE!PLAN!DE!GESTION!! DES!MATIÈRES!RÉSIDUELLES!! !!!!!! ROJET!DE!LAN!DE!GESTION!! DES!MATIÈRES!RÉSIDUELLES!! 201672020! !!!! ROJET!DE!LAN!DE!GESTION!DES!MATIÈRES!RÉSIDUELLES! 201672020!!!!! 4430,!Avenue!apineau! Montréal!(Québec)!H2H!1T8! Téléphone!:!514!844B7111!!!!

Plus en détail

PLAN MÉTROPOLITAIN DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES UNE GESTION RESPONSABLE DE NOTRE ENVIRONNEMENT

PLAN MÉTROPOLITAIN DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES UNE GESTION RESPONSABLE DE NOTRE ENVIRONNEMENT PLAN MÉTROPOLITAIN DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES 2015-2020 UNE GESTION RESPONSABLE DE NOTRE ENVIRONNEMENT Septembre 2016 AVANT-PROPOS Créée le 1 er janvier 2001, la Communauté métropolitaine de Montréal

Plus en détail

POLITIQUES ET PROCÉDURES

POLITIQUES ET PROCÉDURES POLITIQUES ET PROCÉDURES Politique: Gestion des résidus de construction, rénovation et démolition Guide : CUSM Politiques et procédures Service d origine : Services techniques Politique : Nouvelle Révisée

Plus en détail

Suivi de la mise en œuvre du Plan de gestion des matières résiduelles (2003) Rapport annuel 2015

Suivi de la mise en œuvre du Plan de gestion des matières résiduelles (2003) Rapport annuel 2015 Suivi de la mise en œuvre du Plan de gestion des matières résiduelles (2003) Rapport annuel 2015 INTRODUCTION Le Plan de gestion des matières résiduelles (PGMR) de la a été adopté en 2003. Douze années

Plus en détail

Le Plan Départementale d Elimination des Déchets Ménagers et Assimilés des Alpes Maritimes

Le Plan Départementale d Elimination des Déchets Ménagers et Assimilés des Alpes Maritimes Le Plan Départementale d Elimination des Déchets Ménagers et Assimilés des Alpes Maritimes Les grandes orientations départementales en matière de gestion des déchets sont données par le Plan Départemental

Plus en détail

FORMATION TECHNIQUE Gervais Simard, T.P. Chargé de projets

FORMATION TECHNIQUE Gervais Simard, T.P. Chargé de projets FORMATION TECHNIQUE 2013 BITUME QUÉBEC Gervais Simard, T.P. Chargé de projets Gervais Simard, T.P. Chargé de projets Implications & consequences des règlements environnementaux pour les exploitants QU

Plus en détail

Présentation du Projet d usine de biocarburant de nouvelle génération à Varennes

Présentation du Projet d usine de biocarburant de nouvelle génération à Varennes Présentation du Projet d usine de biocarburant de nouvelle génération à Varennes Dans le cadre de la consultation sur le Projet de Plan directeur de gestion des matières résiduelles de l agglomération

Plus en détail

Règlement relatif à la gestion des déchets

Règlement relatif à la gestion des déchets Règlement relatif à la gestion des déchets L assemblée communale Vu la loi du 13 novembre 1996 sur la gestion des déchets (LGD) ; Vu la loi du 25 septembre 1980 sur les communes (LCo) ; Vu le règlement

Plus en détail

MRC Vallée-du-Richelieu. Patrouille verte collecte des ordures ménagères et des matières recyclables RAPPORT SOMMAIRE

MRC Vallée-du-Richelieu. Patrouille verte collecte des ordures ménagères et des matières recyclables RAPPORT SOMMAIRE MRC Vallée-du-Richelieu Patrouille verte 2016 collecte des ordures ménagères et des matières recyclables RAPPORT SOMMAIRE septembre 2016 Rapport sommaire de la patrouille verte 2016 Projet : Mise en place

Plus en détail

L évolution de la quantité de déchets ménagers collectés par habitant par département

L évolution de la quantité de déchets ménagers collectés par habitant par département Thème : Consommation et production durables Orientation : Limiter et valoriser les déchets L évolution de la quantité de déchets ménagers collectés par habitant par département Pour une gestion plus durable

Plus en détail

PLAN LOCAL D URBANISME DE VENERQUE

PLAN LOCAL D URBANISME DE VENERQUE PLAN LOCAL D URBANISME DE VENERQUE ORIGINAL ARTELIA EAU ET ENVIRONNEMENT SITE DE PAU Hélioparc 2 Avenue Pierre Angot 64053 PAU CEDEX 9 Tel. : +33 (0)5 59 84 23 50 Fax : +33 (0)5 59 84 30 24 COMMUNE DE

Plus en détail

Ces objectifs visent la récupération de :

Ces objectifs visent la récupération de : Projet de plan de gestion des matières résiduelles 2016-2020 Les enjeux sont importants. La Ville de Gatineau doit revoir son plan de gestion des matières résiduelles (PGMR) pour les années 2016 à 2020

Plus en détail

MODECOM Etude de caractérisation des déchets ménagers des Hautes-Pyrénées

MODECOM Etude de caractérisation des déchets ménagers des Hautes-Pyrénées MODECOM 2012-2014 Etude de caractérisation des déchets ménagers des Hautes-Pyrénées SOMMAIRE Introduction Une étude pour connaître le contenu de notre poubelle Méthode de caractérisation Quelques photos

Plus en détail

«Grenelle de l Environnement, source de valeur pour l entreprise» Passer du déchet à la matière

«Grenelle de l Environnement, source de valeur pour l entreprise» Passer du déchet à la matière «Grenelle de l Environnement, source de valeur pour l entreprise» Passer du déchet à la matière PARTIE 1 PARTIE 2 Le nouveau cadre règlementaire des Grenelle 1 et 2 Les déchets des entreprises en France

Plus en détail

Mémoire sur le Plan de gestion des matières résiduelles 2016-2020

Mémoire sur le Plan de gestion des matières résiduelles 2016-2020 Mémoire sur le Plan de gestion des matières résiduelles 2016-2020 Déposé par le Conseil régional de l environnement de Lanaudière à la MRC de Joliette Février 2016 Rédaction Vicky Violette, directrice

Plus en détail

GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES DANS LES GRANDES AGGLOMÉRATIONS NORD-AMÉRICAINES

GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES DANS LES GRANDES AGGLOMÉRATIONS NORD-AMÉRICAINES GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES DANS LES GRANDES MISE EN CONTEXTE En 2012, la Communauté métropolitaine de Montréal a réalisé une étude préalable à la révision de son PMGMR dans laquelle des fiches synthèses

Plus en détail

T TRI INFORMEL DE LA VILLE DE RABAT MAROC

T TRI INFORMEL DE LA VILLE DE RABAT MAROC T TRI TRI INFORMEL EXPERIENCE DE LA VILLE DE RABAT MAROC Aperçu sur la ville de Rb Rabat Capitale du Royaume du Maroc Appartient a l agglomération de Rabat Salé Temara de 2millions d habitants Rabat fêtera

Plus en détail

Bilan du Plan National de Gestion des Déchets 2010

Bilan du Plan National de Gestion des Déchets 2010 Bilan du Plan National de Gestion des Déchets 2010 Stephanie Goergen Administration de l environnement Contenu Le cadre général Bilan du Plan National de Gestion des Déchets 2010 En route vers la révision

Plus en détail

Oh les Déchets : passons au vert! tri sélectif. Les déchets. professionnels

Oh les Déchets : passons au vert! tri sélectif. Les déchets. professionnels Oh les Déchets : passons au vert! tri sélectif Les déchets professionnels Gestion collective des déchets industriels Les idées reçues La gestion collective des déchets permet à plusieurs entreprises d

Plus en détail

LE CADRE REGLEMENTAIRE

LE CADRE REGLEMENTAIRE LE CADRE REGLEMENTAIRE Il fait référence aux textes de base qui ont été repris dans le code de l environnement I Concernant les plans de prévention et de gestion des déchets non dangereux des ménages et

Plus en détail

Caractérisation des matières résiduelles Cégep Saint Jean sur Richelieu

Caractérisation des matières résiduelles Cégep Saint Jean sur Richelieu Caractérisation des matières résiduelles Cégep Saint Jean sur Richelieu Le 4 novembre 2011 Faits saillants Dans le cadre de l application du Plan d action de gestion environnementale 2011 2015 et du programme

Plus en détail

Le développement durable

Le développement durable Le développement durable L appui de la Régie au développement durable se traduit par des gestes concrets. Depuis la sanction de la Loi sur le développement durable en 2006, la Régie s est engagée formellement

Plus en détail

Richard Armstrong Gilles Lafortune. L environnement au Collège de Rosemont : un cheminement et des réalisations éloquentes!

Richard Armstrong Gilles Lafortune. L environnement au Collège de Rosemont : un cheminement et des réalisations éloquentes! Richard Armstrong Gilles Lafortune L environnement au Collège de Rosemont : un cheminement et des réalisations éloquentes! 1.Défis 2.Pourquoi? Sommaire Motivations internes Motivations externes 3.Comment?

Plus en détail

Nous sommes mobilisés pour l environnement

Nous sommes mobilisés pour l environnement Nous sommes mobilisés pour l environnement en partenariat avec Chambre Syndicale des Eaux Minérales Imprimé sur papier recyclé - Crédit photos : photothèque Eco-Emballages, Michaêl Keller / Corbis Stock

Plus en détail

CADRE DE GESTION ENVIRONNEMENTALE

CADRE DE GESTION ENVIRONNEMENTALE Commission de protection du territoire agricole du Québec CADRE DE GESTION ENVIRONNEMENTALE Table des matières 1. Introduction...3 1.1. Contexte...3 1.2. Engagement de la Commission...3 2. Définitions...3

Plus en détail

Entente relative à la Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie

Entente relative à la Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie Entente relative à la Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie ANNEXE III Les Organismes et entreprises oeuvrant sur le territoire de planification Intervenants en gestion des

Plus en détail

Valoriser des matériaux alternatifs dans les travaux d infrastructures

Valoriser des matériaux alternatifs dans les travaux d infrastructures Valoriser des matériaux alternatifs dans les travaux d infrastructures Caroline MARC - DREAL Normandie Service Energie Climat Logement Aménagement Durable 3 mars 2016 Crédit photo : Arnaud Bouissou/MEDDE

Plus en détail

MÉMOIRE LA COMMISSION DES FINANCES PUBLIQUES

MÉMOIRE LA COMMISSION DES FINANCES PUBLIQUES MÉMOIRE CFP 010M C.P. P.L. 130 Plan d action 2010-2014 Réduction et contrôle des dépenses Présenté à LA COMMISSION DES FINANCES PUBLIQUES Par le Regroupement des Récupérateurs et des Recycleurs de Matériaux

Plus en détail

/Vivre/Dechets_menagers/Choix_de_la_commune/Kochersberg/Pourquoi_la_redevance_incitative? page 1/6 20

/Vivre/Dechets_menagers/Choix_de_la_commune/Kochersberg/Pourquoi_la_redevance_incitative? page 1/6 20 Pourquoi la redevance incitative? /Vivre/Dechets_menagers/Choix_de_la_commune/Kochersberg/Pourquoi_la_redevance_incitative? page 1/6 20 Nous produisons chaque année de plus en plus de déchets qui polluent

Plus en détail

DECHETS et RECYCLAGE

DECHETS et RECYCLAGE DECHETS et RECYCLAGE SOMMAIRE INTRODUCTION 1 - LES DIFFERENTS TYPES DE DECHETS 2 - LA COLLECTE DES DECHETS 3 - DEFINITION DU RECYCLAGE 4 - LES DECHETS NON RECYCLABLES 5 - LES DECHETS RECYCLABLES 6 - COMMENT

Plus en détail

Gestion des matières résiduelles

Gestion des matières résiduelles Gestion des matières résiduelles Commission sur le transport, la gestion des infrastructures et l environnement Étude publique des modes de collecte en vue d améliorer la collecte sélective Par la Direction

Plus en détail

LE COMITÉ D'EMBELLISSEMENT 351, rue Conrad-Gugy Yamachiche (Québec) G0X 3L0 tél. : (819) courriel :

LE COMITÉ D'EMBELLISSEMENT 351, rue Conrad-Gugy Yamachiche (Québec) G0X 3L0 tél. : (819) courriel : MUNICIPALITÉ D YAMACHICHE 366 rue Sainte-Anne Yamachiche G0X 3L0, Tél: 296-3795 Courriel: hoteldeville@municipalite.yamachiche.qc.ca Site Internet: www.municipalite.yamachiche.qc.ca BULLETIN MUNICIPAL

Plus en détail

INVENTAIRE DECHETS 1. GENERALITE 2. DONNEES CONCERNANT LES DECHETS

INVENTAIRE DECHETS 1. GENERALITE 2. DONNEES CONCERNANT LES DECHETS INVENTAIRE DECHETS 1. GENERALITE 1.1. POURQUOI UN FORMULAIRE INVENTAIRE DES DECHETS DE CONSTRUCTION? La démolition et l enlèvement sélectif des matériaux permettent de stimuler le tri des déchets de construction

Plus en détail

COMMUNE DE CORMINBOEUF. relatif à la gestion des déchets

COMMUNE DE CORMINBOEUF. relatif à la gestion des déchets COMMUNE DE CORMINBOEUF Règlement du 15 décembre 1998 relatif à la gestion des déchets L'assemblée communale Vu la loi cantonale du 13 novembre 1996 sur la gestion des déchets (LGD) ; Vu la loi cantonale

Plus en détail

Allier économie et environnement

Allier économie et environnement Avis au lecteur sur l accessibilité : Ce document est conforme au standard du gouvernement du Québec SGQRI 008-02 afin d être accessible à toute personne handicapée ou non. Toutes les notices entre accolades

Plus en détail

NOUVEAUX HABITANTS DESSERVIS PAR LE BAC JAUNE DEPUIS LE 4 OCTOBRE 2010

NOUVEAUX HABITANTS DESSERVIS PAR LE BAC JAUNE DEPUIS LE 4 OCTOBRE 2010 45 000 NOUVEAUX HABITANTS DESSERVIS PAR LE BAC JAUNE DEPUIS LE 4 OCTOBRE 2010 Brest métropole océane assure la compétence en matière de collecte et d élimination des déchets ménagers sur l ensemble de

Plus en détail

Compostage, de la théorie à la pratique. Par Serge Loubier 10 mars 2016

Compostage, de la théorie à la pratique. Par Serge Loubier 10 mars 2016 Compostage, de la théorie à la pratique Par Serge Loubier 10 mars 2016 Plan de présentation Qui nous sommes Compost intrants- contaminants Enjeux d hier à aujourd hui Traitement, usages et taux de diversion

Plus en détail

Les déchets #11 LA VILLE ET L ENVIRONNEMENT

Les déchets #11 LA VILLE ET L ENVIRONNEMENT La production annuelle d ordures ménagères de chaque Français a doublé en 40 ans. La gestion des déchets est devenue une problématique majeure de nos sociétés, d autant plus que les collectivités chargées

Plus en détail

Développement durable en milieu hospitalier : les défis et les opportunités

Développement durable en milieu hospitalier : les défis et les opportunités Développement durable en milieu hospitalier : les défis et les opportunités Serge Sévigny, ing Dir. Services techniques 10 avril 2008 Colloque San-Tech Collaboration: Mme Claire Garon, Coordonnatrice SGM

Plus en détail

Comprendre la gestion des déchets Les types de déchets

Comprendre la gestion des déchets Les types de déchets Comprendre la gestion des déchets Les types de déchets Qu est ce qu un déchet? Tout résidu d'un processus de production, de transformation ou d'utilisation, toute substance, matériau, produit que son détenteur

Plus en détail

La tarification incitative doit aussi permettre la réduction des déchets produits par tous et un meilleur tri des déchets.

La tarification incitative doit aussi permettre la réduction des déchets produits par tous et un meilleur tri des déchets. DOSSIER DE PRESSE Une tarification Incitative pour réduire les déchets Le Syndicat du Bois de l Aumône assure la collecte des déchets ménagers des 131 communes qui composent son territoire. Il encourage

Plus en détail

GRILLE DE CALCUL DE LA PERFORMANCE DES PROGRAMMES MUNICIPAUX DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES

GRILLE DE CALCUL DE LA PERFORMANCE DES PROGRAMMES MUNICIPAUX DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES GRILLE DE CALCUL DE LA PERFORMANCE DES PROGRAMMES MUNICIPAUX DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES SECTION A : Renseignements généraux - L es cases soulignées en jaune doivent être complétées électroniquement

Plus en détail

Trier pour recycler. recycler. pour moins gaspiller

Trier pour recycler. recycler. pour moins gaspiller Trier pour recycler recycler pour moins gaspiller Mettez votre poubelle au régime La poubelle du Grand-Saconnex est composée de : Déchets de cuisine 34.03 % Plastiques 17.90 % et cartons 9.71 % non recyclable

Plus en détail

Fiche d information - automne Gestion des matières compostables

Fiche d information - automne Gestion des matières compostables Fiche d information - automne 2016 Gestion des matières compostables Contexte, impact environnemental Les matières compostables constituent un sujet incontournable lorsqu il est question de gestion des

Plus en détail

Lien entre le CEVMR et Valoris Et

Lien entre le CEVMR et Valoris Et Lien entre le CEVMR et Valoris Et Description sommaire des infrastructures de gestion, de traitement et de valorisation des matières résiduelles du parc Éco-industriel de Valoris à Bury LIENS ENTRE LE

Plus en détail

Programme de traitement des matières organiques par biométhanisation

Programme de traitement des matières organiques par biométhanisation Programme de traitement des matières organiques par biométhanisation et compostage Personne contact : Nadine Gaudette nadine.gaudette@mddep.gouv.qc.ca Bureau des changements climatiques MDDEP Fédération

Plus en détail

EVOLUTION DE LA GESTION DES DECHETS : LE POINT DE VUE DES COLLECTIVITES VALORAISNE 31 Janvier 2011 P.1

EVOLUTION DE LA GESTION DES DECHETS : LE POINT DE VUE DES COLLECTIVITES VALORAISNE 31 Janvier 2011 P.1 EVOLUTION DE LA GESTION DES DECHETS : LE POINT DE VUE DES COLLECTIVITES VALORAISNE 31 Janvier 2011 P.1 APRES LE GRENELLE : UNE CHAINE DE RESPONSABILITE Producteurs de biens de consommations Distributeurs

Plus en détail

STRATÉGIES ET MÉCANISMES D APPUI MUNICIPAL POUR UNE GESTION RESPONSABLE DES MATIÈRES RÉSIDUELLES PAR LES ICI. Par Bouchra Bzioui

STRATÉGIES ET MÉCANISMES D APPUI MUNICIPAL POUR UNE GESTION RESPONSABLE DES MATIÈRES RÉSIDUELLES PAR LES ICI. Par Bouchra Bzioui STRATÉGIES ET MÉCANISMES D APPUI MUNICIPAL POUR UNE GESTION RESPONSABLE DES MATIÈRES RÉSIDUELLES PAR LES ICI Par Bouchra Bzioui Essai présenté au Centre universitaire de formation en environnement en vue

Plus en détail

le guide du tri

le guide du tri le guide du tri www.grandlyon.com les déchets recyclables [en vrac] Les déchets recyclables doivent être triés pour être réutilisés dans la fabrication d un nouveau produit (identique ou différent). Il

Plus en détail

PRÉSENTATION DE LA CERTIFICATION ACTION RÉDUCTION

PRÉSENTATION DE LA CERTIFICATION ACTION RÉDUCTION PRÉSENTATION DE LA CERTIFICATION ACTION RÉDUCTION Pour accompagner les marchands IGA et IGA extra du Québec à optimiser la gestion de leurs matières résiduelles, le Jour de la Terre présente la certification

Plus en détail

CADRE DE GESTION ENVIRONNEMENTALE DIRECTEUR DES POURSUITES CRIMINELLES ET PÉNALES

CADRE DE GESTION ENVIRONNEMENTALE DIRECTEUR DES POURSUITES CRIMINELLES ET PÉNALES CADRE DE GESTION ENVIRONNEMENTALE 2012 2014 DIRECTEUR DES POURSUITES CRIMINELLES ET PÉNALES 1 MESSAGE DU DIRECTEUR Depuis l'entrée en vigueur de la Loi sur le développement durable en 2006 et de la Stratégie

Plus en détail

Mémoire du Regroupement national des conseils régionaux de l environnement du Québec

Mémoire du Regroupement national des conseils régionaux de l environnement du Québec Consultations particulières à l égard du projet de loi no 102, Loi modifiant la Loi sur la qualité de l'environnement et la Loi sur la Société québécoise de récupération et de recyclage. Mémoire du Regroupement

Plus en détail

Quel avenir pour le traitement des déchets des ménages dans le sud de la Loire?

Quel avenir pour le traitement des déchets des ménages dans le sud de la Loire? SYndicat mixte d étude pour le traitement des DÉchets MÉnagers et assimilés Résiduels du Stéphanois et du Montbrisonnais Quel avenir pour le traitement des déchets des ménages dans le sud de la Loire?

Plus en détail

L électricité produite est distribuée localement par Soregies.

L électricité produite est distribuée localement par Soregies. Dossier de Presse Un pôle de production d énergie renouvelable dans la Vienne : SVO Eco-Industries Engagée dans une démarche de développement durable, SVO Eco- Industries développe un pôle de production

Plus en détail

LA REDEVANCE INCITATIVE

LA REDEVANCE INCITATIVE LA REDEVANCE INCITATIVE «en quelques mots»... Préambule : Ce document vient répondre aux questionnements et inquiétudes que vous pourriez avoir par rapport à l instauration de la REDEVANCE INCITATIVE (RI)

Plus en détail

Collecte des déchets des ménages en Rhône-Alpes

Collecte des déchets des ménages en Rhône-Alpes ENQUÊTE 2015 DONNÉES 2014 Collecte des déchets des ménages en Rhône-Alpes Toutes les données ci-dessous concernent l'ensemble des déchets pris en charge par les collectivités ; il s'agit donc des déchets

Plus en détail

L Histoire de l entreprise

L Histoire de l entreprise Ce document a été réalisé par Zero Waste Europe et correspond au 4 ème cas d étude rédigé par l association. La version originale en anglais est téléchargeable sur le site de Zero Waste Europe, ainsi que

Plus en détail

Projet pilote de compostage centralisé à Yellowknife

Projet pilote de compostage centralisé à Yellowknife Projet pilote de compostage centralisé à Yellowknife «Nourrir la terre, pas les lieux d enfouissement» Kim Rapati, coordonnatrice du compostage, Ecology North Le 14 décembre 2012 Sommaire 1. À propos de

Plus en détail

Communauté de communes Yonne Nord 52 Faubourg de Villeperrot Pont-sur-yonne

Communauté de communes Yonne Nord 52 Faubourg de Villeperrot Pont-sur-yonne RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE PUBLIC D'ELIMINATION DES DECHETS MENAGERS ANNEE 2015 Communauté de communes Yonne Nord 52 Faubourg de Villeperrot 89140 Pont-sur-yonne Téléphone 03 86

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE RIMOUSKI RÈGLEMENT

PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE RIMOUSKI RÈGLEMENT PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE RIMOUSKI RÈGLEMENT 606-2011 RÈGLEMENT SUR LA TARIFICATION DES BIENS ET SERVICES CONSIDÉRANT QUE la Ville de Rimouski peut imposer un tarif sur les biens et services qu elle

Plus en détail

État de la réglementation sur la chaleur fatale

État de la réglementation sur la chaleur fatale État de la réglementation sur la chaleur fatale Sophie Dehayes Direction Générale de l énergie et du climat Ministère de l environnement, de l énergie et de la mer Ministère de l'écologie, du Développement

Plus en détail

Règlements et autres actes

Règlements et autres actes Partie 2 GAZETTE OFFICIELLE DU QUÉBEC, 16 mars 2011, 143 e année, n o 11 971 Règlements et autres actes Gouvernement du Québec Décret 100-2011, 16 février 2011 Loi sur la qualité de l environnement (L.R.Q.,

Plus en détail

Étude de cas de récupération des matières organiques dans une industrie, commerce ou institution

Étude de cas de récupération des matières organiques dans une industrie, commerce ou institution Étude de cas de récupération des matières organiques dans une industrie, commerce ou institution Aéroports de Montréal 1- Portrait de l organisation Secteur d activité Aéroports Lieu 975, boulevard Roméo-Vachon

Plus en détail

Exemple de projet de Réduction des déchets

Exemple de projet de Réduction des déchets Exemple de projet de Réduction des déchets Moins gaspiller et composter dans les collèges de l Essonne Partenariat CG 91 / collèges pilotes 1 Politique départementale de l Essonne de réduction des déchets

Plus en détail

Situation de la gestion des déchets charentais et perspectives

Situation de la gestion des déchets charentais et perspectives Situation de la gestion des déchets charentais et perspectives Contexte réglementaire : Loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte Titre IV Lutter contre les gaspillages et promouvoir

Plus en détail

PROJET PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE RIMOUSKI RÈGLEMENT XXX Le préambule ci-dessus fait partie intégrante du présent règlement :

PROJET PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE RIMOUSKI RÈGLEMENT XXX Le préambule ci-dessus fait partie intégrante du présent règlement : PROJET PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE RIMOUSKI RÈGLEMENT XXX-2016 RÈGLEMENT CONCERNANT L IMPOSITION DE LA TAXE D ENLÈVEMENT ET DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES POUR L ANNÉE 2017. CONSIDÉRANT QUE le conseil

Plus en détail

Quantification des mesures de réduction des émissions de gaz à effet de serre des plans d action municipaux

Quantification des mesures de réduction des émissions de gaz à effet de serre des plans d action municipaux Quantification des mesures de réduction des émissions de gaz à effet de serre des plans d action municipaux Juillet 2013 Bureau des changements climatiques II ÉQUIPE DE RÉALISATION Auteurs : Marika Gauthier-Ouellet

Plus en détail

La gestion des déchets de construction en Estrie

La gestion des déchets de construction en Estrie Édition spéciale La gestion des déchets de construction en Estrie 11% Dans cette édition spéciale sur la gestion des déchets de construction en Estrie, nous expliquerons ce que vous pouvez faire des déchets

Plus en détail

La gestion des matières résiduelles dans le Vancouver métropolitain

La gestion des matières résiduelles dans le Vancouver métropolitain La gestion des matières résiduelles dans le Vancouver métropolitain Communauté Métropolitaine de Montréal 7 mai 2015 Esther Bérubé, ing. Ingénieur de projet sénior, Solid Waste Services METRO VANCOUVER

Plus en détail

Qualité des composts Valorisation des biodéchets

Qualité des composts Valorisation des biodéchets Qualité des composts Valorisation des biodéchets - Les règles de retour au sol de la matière organique : normes sur les composts, homologation - Limitation de l épandage des composts de qualité insuffisante

Plus en détail

Digestats et composts issus du traitement de matières résiduelles organiques: caractéristiques et utilisations possibles

Digestats et composts issus du traitement de matières résiduelles organiques: caractéristiques et utilisations possibles Digestats et composts issus du traitement de matières résiduelles organiques: caractéristiques et utilisations possibles Panel sur les usages du biométhane et du digestat issu de la biométhanisation dans

Plus en détail

Mémoire sur le plan de gestion des matières résiduelles de la MRC de Papineau PGMR Mémoire réalisé par le CREDDO

Mémoire sur le plan de gestion des matières résiduelles de la MRC de Papineau PGMR Mémoire réalisé par le CREDDO Mémoire sur le plan de gestion des matières résiduelles de la MRC de Papineau 2016-2020 PGMR 2016-2020 Mémoire réalisé par le CREDDO 15 février 2016 Sommaire La MRC de Papineau présente actuellement son

Plus en détail

Présenté au Ministère du Développement durable, de l Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques

Présenté au Ministère du Développement durable, de l Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques RAPPORT DE SUIVI DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES DE LA MRC DE BEAUHARNOIS-SALABERRY ANNÉE 2015 Présenté au Ministère du Développement durable, de l Environnement et de la

Plus en détail