LES PNEUS HORS D USAGE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES PNEUS HORS D USAGE"

Transcription

1 LES PNEUS HORS D USAGE Le contexte Les pneus sont principalement composés de caoutchouc synthétique, un dérivé du pétrole, et de caoutchouc naturel, provenant d arbres originaires d Amérique du Sud et d Asie. Dans les années 1970, une structure en acier a été intégrée à la composition du pneu. Une véritable toile d araignée de fils métalliques a été incrustée dans le caoutchouc. Le pneu radial venait de faire son apparition sur le marché, augmentant ainsi la durée de vie des pneus et constituant un nouveau défi pour le recyclage de la roue moderne. Des fibres textiles sont également utilisées dans la fabrication des pneus et de minces couches fibreuses permettent de conserver la structure du pneu durant le moulage. Ses propriétés d élasticité et de résistance sont améliorées par l ajout de soufre au caoutchouc, ce qui contribue toutefois à rendre son recyclage plus complexe. Le flux annuel de pneus hors d usage : ce que les Québécois génèrent chaque année Près de huit millions d ÉPA 1 hors d usage sont générés annuellement. De ce nombre, moins d un million d ÉPA sont destinés au réemploi, à la revente au Québec ou à l exportation et environ 7 millions sont récupérés, remoulés, recyclés ou valorisés. Les pneus entreposés : ce que les Québécois ont jeté dans le passé En 2000, on estimait à plus de 25 millions le nombre de pneus hors d usage entreposés au Québec. On répertorie aujourd hui 663 lieux d entreposage dont 1 Équivalent de pneus automobiles Fiche K douze principaux. Un inventaire du nombre de pneus entreposés dans les trois plus gros lieux d entreposage est en cours. Cet important volume de pneus est le résultat d une cinquantaine d années d accumulation, avant la mise sur pied des programmes de gestion des pneus hors d usage. Depuis, environ 622 petits sites ont été vidés ainsi que 6 gros sites, pour un total de 18 millions de pneus. La problématique environnementale Un pneu à l enfouissement Le caoutchouc, les fibres et le métal qui composent un pneu demeurent stables lorsqu ils sont enfouis. Ils se décomposent à très long terme et ne produisent par conséquent ni lixiviat ni biogaz susceptibles de contaminer l air, le sol ou la nappe phréatique à court terme. L inconvénient majeur est tout autre et concerne la gestion et l entreposage des pneus hors d usage. Depuis l an 2000, il est strictement interdit d enfouir ou d incinérer des pneus entiers ou en morceaux. Un pneu entreposé Entreposer des pneus implique nécessairement la concentration en un même lieu de matières inflammables, ce qui augmente les risques d incendie. Les pneus étant des produits dérivés du pétrole, leur combustion est très difficile à arrêter. La fumée d un pneu qui brûle contient des dioxines, des furannes et des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP). Ces composés sont bioaccumulables et persistants, c est-àdire qu ils ne se décomposent pas d euxmêmes et peuvent rester longtemps dans les organismes. Ils ne se retrouvent pas 1

2 seulement dans l air, mais aussi dans les résidus solides du feu. Ainsi, ils représentent un risque de contamination autant pour le sol que pour l eau. L entassement de vieux pneus est aussi une source de pollution visuelle. Les lieux d entreposage se trouvent à distance des agglomérations urbaines pour des raisons de sécurité et, loin de la ville, ils peuvent défigurer certains paysages des campagnes québécoises. Il y a eu fermeture des frontières du Québec à l exportation des pneus et une obligation de vidage des lieux d entreposage pour De plus, les lieux d entreposage de pneus sont des endroits de prédilection pour la nidification des moustiques. L eau qui stagne dans le creux des pneus constitue un lieu idéal d incubation. Cette nouvelle problématique en matière de santé publique doit être prise en considération. Le virus du Nil occidental Ce virus a été isolé pour la première fois en 1937 en Ouganda et a fait irruption dans plusieurs pays depuis. Il est transmis aux humains par la piqûre d un moustique infecté qui s est nourri du sang d un oiseau porteur du virus. Aux États- Unis, le virus du Nil occidental a été repéré pour la première fois en septembre 1999, à New York. C est pourquoi les autorités surveillent les carcasses d oiseaux morts qui lui sont signalées dans chaque région et informent le public. Les lieux propices à l incubation de moustiques sont mis à l étude, y compris les lieux d entreposage de pneus du Québec. RECYC-QUÉBEC a mis en place un programme de surveillance et de suivi effectué par une firme spécialisée depuis La récupération L objectif québécois de récupération prévu pour 2008 déjà atteint! Depuis 1993, grâce aux différents programmes mis en place par RECYC- QUÉBEC, près de 54 millions de pneus ont été récupérés. L objectif de récupération de 85 % du Programme québécois de gestion intégrée des pneus hors d usage a été atteint au cours de l été 2002, six ans avant l'échéance. Le Québec fait décidément figure de proue dans le domaine de la récupération des pneus hors d usage sur la scène internationale. Cette réussite est le fruit de différents programmes qui ont évolué au fil du temps grâce à des efforts soutenus. Jetons un coup d œil sur la dernière décennie pour comprendre comment le Québec est devenu un exemple à suivre en matière de récupération des pneus hors d usage. Le Québec, chef de file mondial de la récupération des pneus hors d usage Les programmes gouvernementaux de récupération des pneus hors d usage ont commencé à la suite d'un incendie survenu dans un important site d entreposage de pneus. En 1990, à Saint-Amable, dans la région de la Montérégie, 3 millions et demi de pneus ont brûlé en six jours. La facture de décontamination s est élevée à 12 millions de dollars. Dès 1990, les lieux d entreposage ont été sécurisés afin d'éviter l'entassement dans un seul et même point. Ainsi, on a procédé au clôturage et à l îlotage des pneus afin d éviter la propagation du feu d un îlot à l autre en cas d incendie. Cette méthode a fait ses preuves en 2001 lorsque la foudre a frappé un site d entreposage. Cette fois, un seul îlot a pris feu, ce qui a limité les dégâts de contamination. Le fait de sécuriser les lieux d entreposage, d interdire l entreposage de 2

3 nouveaux pneus, de récupérer et de trouver une deuxième vie aux pneus hors d usage générés chaque année, puis finalement de vider les sites de leurs pneus entreposés traduit bien les étapes de la stratégie de gestion qui a été retenue. Chronologiquement, les étapes furent les suivantes : 1990 Sécurisation des lieux d entreposage de pneus hors d usage; 1991 Règlement sur l entreposage des pneus; 1992 Programme d aide au réemploi, au recyclage et à la valorisation énergétique des pneus hors d usage; 1996 Programme québécois de gestion intégrée des pneus hors d usage; 1999 Droit environnemental de 3 $ à l achat de pneus neufs; 2000 Interdiction d enfouir ou d incinérer des pneus; fermeture des frontières du Québec pour l entreposage des pneus étrangers; obligation de vider les lieux d entreposage pour 2008; 2001 Programme de vidage des lieux d entreposage ; 2002 Programme de gestion intégrée des pneus hors d usage Le programme québécois de gestion intégrée des pneus hors d usage Le Programme de gestion intégrée des pneus hors d usage est une démarche complète qui repose sur les principes suivants : protéger l environnement : Le programme vise à récupérer et à recycler non seulement le caoutchouc, mais aussi le métal et les fibres qui composent un pneu; favoriser le partenariat : La gestion du programme se fait en concertation avec les recycleurs, les récupérateurs, les transporteurs et les détaillants; développer l entreprenariat : le savoir-faire du Québec en matière de récupération et de recyclage de pneus hors d usage peut être exporté vers d autres pays afin de démarrer des projets prometteurs; assurer une saine gestion des fonds publics : l information relative à l administration du programme est diffusée aux citoyens. Le droit environnemental de 3 $ Depuis le 1 er octobre 1999, un droit environnemental d un montant de trois dollars (3 $) avant les taxes est perçu auprès des consommateurs québécois à l achat de chaque pneu neuf. Grâce à cette contribution, la récupération des pneus usagés est accessible aux citoyens sans qu ils aient à débourser d argent après l utilisation de leurs pneus. Cette somme contribue au financement du programme de vidage des lieux d entreposage et au programme de gestion intégrée des pneus hors d usage. Elle sert également à financer les entreprises de recyclage pour le développement de nouvelles technologies. Le fonctionnement du programme de récupération Il existe au Québec plus de points de récupération répartis dans les 17 régions administratives de la province, ainsi que 8 transporteurs accrédités par RECYC- QUÉBEC qui assurent le transport des pneus du point de récupération au centre de traitement. Le programme vise les pneus provenant du Québec dont le diamètre de jante est égal ou inférieur à 62,23 cm et ayant moins de 123,19 cm de diamètre hors tout. Le point de récupération, qui est souvent un détaillant ou un garagiste, doit être inscrit au 3

4 5,7 programme pour qu un transporteur puisse y récupérer les pneus hors d usage. L ensemble de ce système a permis de récupérer 6,9 millions de pneus en et près de 54 millions de pneus depuis Évolution de la récupération des pneus hors d usage au Québec depuis 1993 (en ÉPA) ,3 6, ,3 5,1 5,2 5,5 5, ,4 1,4 2, Le recyclage Selon son état, chaque pneu ira donc au remoulage, au recyclage ou à la valorisation énergétique. Le remoulage vise la réutilisation et consiste à recouvrir les pneus peu endommagés d une couche de caoutchouc. Il est ensuite cuit. Depuis l instauration des programmes de récupération, plus de pneus ont été remoulés. Le recyclage comprend plusieurs étapes qui permettent de convertir un pneu en poudrette de caoutchouc. Les morceaux du pneu préalablement déchiqueté tombent pêle-mêle à la surface d un tapis roulant sur lequel sont suspendus des aimants dont la très grande puissance attire la majorité des petits fils de métal. La fibre est également retirée par aspiration. Lorsqu il ne reste que du caoutchouc, celui-ci est broyé jusqu à l obtention du grain nécessaire à la fabrication de la poudrette. Plus la poudrette est fine, plus elle gagne en valeur. La valorisation énergétique transforme les pneus, dérivés du pétrole, en combustible industriel alternatif aux combustibles fossiles, dont le charbon, pour les trois plus grandes cimenteries du Québec : Ciment Saint-Laurent, à Joliette, Lafarge Canada, à Saint-Constant, et Ciment Québec, à Saint-Basile de Portneuf. Dans un four spécialisé à combustion complète comme ceux des cimenteries, les petites particules brûlent de même que les contaminants. Les émanations provenant des cheminées sont contrôlées périodiquement de façon à ce qu elles ne soient pas plus nocives que celles 4

5 provenant de l utilisation des combustibles fossiles; lorsqu un pneu brûle à faible température, le matériel n est pas brûlé entièrement et des particules toxiques sont entraînées dans la fumée, comme les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP). Les pneus utilisés pour la valorisation énergétique proviennent principalement des lieux d entreposage. Les produits fabriqués à partir de pneus recyclés sont très variés : tapis de dynamitage tapis d étable ou d usine sous-tapis tuiles de revêtement de sol asphalte et pavés panneaux d insonorisation anneaux d étanchéité de regards d égouts roues pour les bacs roulants bacs à fleurs accessoires de signalisation dos d ânes terrains de soccer tapis pour les centres sportifs (arénas, gymnases) garde-boue Au total, le programme de récupération des pneus générés annuellement a permis le rechapage, la valorisation et le recyclage de plus de 53 millions de pneus. Portrait des recycleurs québécois de pneus Il existe plus d une quinzaine d entreprises de recyclage réparties sur le territoire québécois, dont certaines fabriquent ellesmêmes des produits à contenu recyclé et d autres vendent la poudrette de caoutchouc. Quantité de pneus remoulés, recyclés et valorisés par année (en ÉPA) Remoulage Recyclage Valorisation Les expérimentations prometteuses Plusieurs technologies, tant en ce qui a trait aux procédés de transformation que pour celui des applications des pneus récupérés, sont actuellement en développement. L intégration de la poudrette dans la fabrication de pneus neufs ou de bitume, ou encore dans la fabrication d un mélange composite ayant recours au plastique, en est un bel 5

6 exemple. Parallèlement, de nouvelles technologies de transformation telles que la dévulcanisation pourraient rendre possible la fabrication de produits à valeur ajoutée. Plusieurs projets innovateurs sont actuellement en voie d être commercialisés ou en étude de préfaisabilité; d autres déjà implantés offrent un potentiel intéressant pour le marché de l exportation. Un coup d œil à l international États disposent de mesures incitatives pour les industries de la récupération, du transport et du recyclage des pneus hors d usage. Ces mesures prennent différentes formes : subventions ou prêts à l industrie de la récupération et du recyclage; crédits d impôt pour l achat d équipement; aide financière aux gouvernements locaux (municipalités, comtés); politique d achat préférentiel; financement pour le nettoyage des sites d entreposage. Enfin, une trentaine d États ont mis en place des mesures interdisant l enfouissement des pneus. Chapeau Québec! Le Québec dispose du plus important programme de récupération de pneus au Canada et a été le premier à se doter d un programme de vidage des lieux d entreposage. L Ontario, principal concurrent économique du Québec, ne figure pas parmi les neuf provinces et un territoire du Canada qui offrent des programmes de récupération des pneus grâce à un droit sur la vente de pneus neufs. (Réf.: Soulignons que le Québec assure la présidence du conseil d administration de la Canadian Association of Tire Recycling Agencies (CATRA) qui favorise le recyclage des pneus hors d usage au Canada. Pour plus d'information Ligne INFO-PNEU : PNEU (7638) (sans frais) (Montréal) Adresse de courrier électronique : Site Internet : Dernière mise à jour : Mars 2006 Aux États-Unis, 36 États ont mis en place des programmes de gestion des pneus hors d usage grâce à une ou plusieurs sources de financement : taxes, droits, consignes, frais divers, etc. De plus, la majorité des 6

Les pneus hors d usage Fiches informatives 1

Les pneus hors d usage Fiches informatives 1 Les pneus hors d usage Fiches informatives 1 Contexte Les pneus sont principalement composés de caoutchouc synthétique, un dérivé du pétrole, et de caoutchouc naturel, provenant d arbres d Amérique du

Plus en détail

Les défis logistiques du recyclage des pneus au Québec (A)

Les défis logistiques du recyclage des pneus au Québec (A) Volume 2 Numéro 2 Octobre 2004 Les défis logistiques du recyclage des pneus au Québec (A) Cas produit par Martin BEAULIEU et le professeur Jacques ROY. Introduction Au printemps 1990, les Québécois prenaient

Plus en détail

LES PNEUS SONT-ILS DANGEREUX POUR LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT? Les pneus sont dangereux dans des piles, pas dans des Earthships.

LES PNEUS SONT-ILS DANGEREUX POUR LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT? Les pneus sont dangereux dans des piles, pas dans des Earthships. les pneus sont sécuritaires LES PNEUS SONT-ILS DANGEREUX POUR LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT? Réutiliser un vieux pneu dans un Earthship, où il devient une ressource utile et passe le reste de son temps dans

Plus en détail

Le système de consignation Fiches informatives 1

Le système de consignation Fiches informatives 1 Le système de consignation Fiches informatives 1 Contexte Le système public de consignation vise les contenants à remplissage unique de bière et de boissons gazeuses portant la mention «CONSIGNÉE QUÉBEC»,

Plus en détail

Programme d intendance des pneus du Nouveau-Brunswick Plan de gestion des pneus usés 2014-2019

Programme d intendance des pneus du Nouveau-Brunswick Plan de gestion des pneus usés 2014-2019 Programme d intendance des pneus du Nouveau-Brunswick Plan de gestion des pneus usés 2014-2019 Approuvé par le ministre de l Environnement Le 30 juin 2014 Table des matières 1.0 INTRODUCTION... 3 2.0 RENSEIGNEMENTS

Plus en détail

Allier économie et environnement. Politique québécoise de gestion des matières résiduelles Plan d action 2011-2015

Allier économie et environnement. Politique québécoise de gestion des matières résiduelles Plan d action 2011-2015 Allier économie et environnement Politique québécoise de gestion des matières résiduelles Plan d action 2011-2015 Allier économie et environnement Mot du ministre Les matières résiduelles, au même titre

Plus en détail

Mémoire. CTE 003M C.P. P.L. 48 Véhicules automobiles. Rehausser la performance environnementale de notre parc automobile.

Mémoire. CTE 003M C.P. P.L. 48 Véhicules automobiles. Rehausser la performance environnementale de notre parc automobile. Rehausser la performance environnementale de notre parc automobile CTE 003M C.P. P.L. 48 Véhicules automobiles Mémoire Présenté par l Association des recycleurs de pièces d autos et de camions du Québec

Plus en détail

RÉUSSITE TECHNOLOGIQUE ENVIRONNEMENTALE QUÉBÉCOISE QUI RAYONNE DANS LE MONDE

RÉUSSITE TECHNOLOGIQUE ENVIRONNEMENTALE QUÉBÉCOISE QUI RAYONNE DANS LE MONDE RÉUSSITE TECHNOLOGIQUE ENVIRONNEMENTALE QUÉBÉCOISE QUI RAYONNE DANS LE MONDE André Héroux, président-directeur général DÉJÀ PRÉSENTE AU CANADA, DANS LE NORD-EST DES ÉTATS-UNIS, EN ANGLETERRE ET EN FRANCE,

Plus en détail

notre système de consigne sur les boissons gazeuses est menacé d abolition?

notre système de consigne sur les boissons gazeuses est menacé d abolition? 2 Saviez-vous que notre système de consigne sur les boissons gazeuses est menacé d abolition? L avenir de la consigne au Québec est présentement incertain. Au printemps 2015, le Ministère du Développement

Plus en détail

Que deviennent les matières que nous récupérons?

Que deviennent les matières que nous récupérons? Que deviennent les matières que nous récupérons? Fiches synthèse sur le recyclage des matières (trousse de démonstration) Les matières récupérées offrent aujourd hui des possibilités de recyclage étonnantes.

Plus en détail

La consigne: un système primordial dans le développement durable de l industrie de la bière au Québec

La consigne: un système primordial dans le développement durable de l industrie de la bière au Québec La consigne: un système primordial dans le développement durable de l industrie de la bière au Québec 1 LES BRASSEURS L ABQ L Association des brasseurs du Québec (ABQ) représente les grands brasseurs du

Plus en détail

L Association des recycleurs de pièces d autos et de camions du Québec (ARPAC)

L Association des recycleurs de pièces d autos et de camions du Québec (ARPAC) Projet de loi n 25, Loi transférant au président de l Office de la protection du consommateur la responsabilité de la délivrance des licences de commerçant et de recycleur de véhicules routiers Mémoire

Plus en détail

MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION SUR L EAU, L ENVIRONNEMENT, LE DÉVELOPPEMENT DURABLE ET LES GRANDS PARCS

MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION SUR L EAU, L ENVIRONNEMENT, LE DÉVELOPPEMENT DURABLE ET LES GRANDS PARCS MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION SUR L EAU, L ENVIRONNEMENT, LE DÉVELOPPEMENT DURABLE ET LES GRANDS PARCS Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique 484, route 277, Saint-Léon-de-Standon,

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-BENJAMIN DISPOSITIONS DÉCLARATOIRES ET INTERPRÉTATIVES 1.02 TITRE ET BUT DU RÈGLEMENT

PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-BENJAMIN DISPOSITIONS DÉCLARATOIRES ET INTERPRÉTATIVES 1.02 TITRE ET BUT DU RÈGLEMENT PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-BENJAMIN RÈGLEMENT NUMÉRO 349-11 RÈGLEMENT CONCERNANT LES NUISANCES, LA SALUBRITÉ ET L ENTRETIEN DES BÂTIMENTS D HABITATION CHAPITRE 1 DISPOSITIONS DÉCLARATOIRES

Plus en détail

Ne brûlons plus nos déchets verts à l air libre!

Ne brûlons plus nos déchets verts à l air libre! En savoir QUIZZ + Plan de Protection de l Atmosphère des Bouches-du-Rhône 1 2 3 4 J ai le droit de brûler mes déchets de tonte de pelouse en petite quantité dans ma cour non exposée à la route. Mes déchets

Plus en détail

22 janvier 2011 CONTRIBUTION POTENTIELLE AU PROGRAMME LEED-CI, V 1.0 CHAISES ARTOPEX

22 janvier 2011 CONTRIBUTION POTENTIELLE AU PROGRAMME LEED-CI, V 1.0 CHAISES ARTOPEX 22 janvier 2011 CONTRIBUTION POTENTIELLE AU PROGRAMME LEED-CI, V 1.0 CHAISES ARTOPEX Matériaux et ressources Crédit 2.1 : Gestion des déchets de construction, Détourner 50% des déchets des sites d enfouissement

Plus en détail

3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET

3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET 3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET L ENVIRONNEMENT 3.1 Contexte et tendances L atteinte de l indépendance énergétique est une priorité gouvernementale. Cet objectif sera appuyé par plusieurs politiques,

Plus en détail

Gestion écoresponsable des déchets

Gestion écoresponsable des déchets Gestion écoresponsable des déchets R E C Y C L E R, V A L O R I S E R E T E L I M I N E R P O U R P R E S E R V E R L E N V I R O N N E M E N T E T C O N T R I B U E R A U D E V E L O P P E M E N T D U

Plus en détail

BETTER THAN FUMIGATEUR À LIBÉRATION TOTALE AÉROSOL INSECTICIDE FUMIGATEUR-EXTERMINATEUR DOMESTIQUE

BETTER THAN FUMIGATEUR À LIBÉRATION TOTALE AÉROSOL INSECTICIDE FUMIGATEUR-EXTERMINATEUR DOMESTIQUE BETTER THAN FUMIGATEUR À LIBÉRATION TOTALE AÉROSOL INSECTICIDE FUMIGATEUR-EXTERMINATEUR DOMESTIQUE Enfoncer et barrer la gâchette pour une VAPORISATION CONTINUE ou appuyer sur la gâchette pour une VAPORISATION

Plus en détail

ANALYSE COMPARATIVE DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES BASSINS DE LIT

ANALYSE COMPARATIVE DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES BASSINS DE LIT ANALYSE COMPARATIVE DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES BASSINS DE LIT Points clefs tirés de l étude de l Agence d Evaluation des Technologies et des Modes d Intervention en Santé(AETMIS) ETMIS 2009 Préface

Plus en détail

Pour l environnement. Strength. Performance. Passion.

Pour l environnement. Strength. Performance. Passion. Strength. Performance. Passion. Pour l environnement Réduire les émissions de CO 2 en optimisant les matériaux de construction et les méthodes de production Holcim (Suisse) SA Les fondements de notre avenir

Plus en détail

Assurer l intégrité environnementale du système québécois de plafonnement et d échange pour les émissions de gaz à effet de serre

Assurer l intégrité environnementale du système québécois de plafonnement et d échange pour les émissions de gaz à effet de serre Assurer l intégrité environnementale du système québécois de plafonnement et d échange pour les émissions de gaz à effet de serre Document soumis au gouvernement du Québec à propos de son projet de règlement

Plus en détail

Rosemont- La Petite-Patrie. Îlots de chaleur urbains. Tout. savoir! ce qu il faut

Rosemont- La Petite-Patrie. Îlots de chaleur urbains. Tout. savoir! ce qu il faut Rosemont- La Petite-Patrie Îlots de chaleur urbains Tout savoir! ce qu il faut Qu est-ce qu un îlot de chaleur? Un îlot de chaleur désigne une élévation localisée des températures, particulièrement des

Plus en détail

PROGRAMME DE RÉCUPÉRATION ET DE VALORISATION DES LAMPES AU MERCURE APPEL DE DEMANDE D EXPRESSION D INTÉRÊT (ADEI)

PROGRAMME DE RÉCUPÉRATION ET DE VALORISATION DES LAMPES AU MERCURE APPEL DE DEMANDE D EXPRESSION D INTÉRÊT (ADEI) PROGRAMME DE RÉCUPÉRATION ET DE VALORISATION DES LAMPES AU MERCURE APPEL DE DEMANDE D EXPRESSION D INTÉRÊT (ADEI) 1. Introduction. 1.1. L Association des Producteurs Responsables (l APR) développe un programme

Plus en détail

MISE EN VALEUR DES CAOUTCHOUCS ARMÉS HORS D USAGE DE GRANDES TAILLES. Par Charles Bélanger Bertrand

MISE EN VALEUR DES CAOUTCHOUCS ARMÉS HORS D USAGE DE GRANDES TAILLES. Par Charles Bélanger Bertrand MISE EN VALEUR DES CAOUTCHOUCS ARMÉS HORS D USAGE DE GRANDES TAILLES Par Charles Bélanger Bertrand Essai présenté au Centre universitaire de formation en environnement et développement durable en vue de

Plus en détail

Que faire en cas d incendie?

Que faire en cas d incendie? URGENCE 911 À l AMCQ Que faire en cas d incendie? Développé en collaboration Avec M. Alain Raymond 2009 AVANT PROPOS Vous trouverez ci-joint un document qui, lorsque complété, pourra vous être d une grande

Plus en détail

1.2.1 Enlever et disposer, en tant que déchets de fientes de pigeon, tous les matériaux et les débris des surfaces situées dans la zone des travaux.

1.2.1 Enlever et disposer, en tant que déchets de fientes de pigeon, tous les matériaux et les débris des surfaces situées dans la zone des travaux. TRAVAUX DE NETTOYAGE DES FIENTES DE PIGEON TABLE DES MATIÈRES PAGE TRAVAUX DE NETTOYAGE DES FIENTES DE PIGEON... 1 1 GÉNÉRALITÉS... 1 1.1 CONDITIONS GÉNÉRALES ET TRAVAUX CONNEXES... 1 1.2 DESCRIPTION DES

Plus en détail

3. Gestion des matières résiduelles dans les ICI et assistance de RECYC-QUÉBEC

3. Gestion des matières résiduelles dans les ICI et assistance de RECYC-QUÉBEC 3. Gestion des matières résiduelles dans les ICI et assistance de RECYC-QUÉBEC Principe des 3RV Privilégier dans l ordre : La réduction à la source Le réemploi Le recyclage La valorisation (biologique

Plus en détail

eedd LA PLANETE N EST PAS UNE POUBELLE 1/7

eedd LA PLANETE N EST PAS UNE POUBELLE 1/7 eedd LA PLANETE N EST PAS UNE POUBELLE 1/7 I- ETUDE D UNE PHOTOGRAPHIE DE YANN ARTHUS-BERTRAND : Stockage d ordures dans la périphérie de Saint-Domingue en République dominicaine au cœur des Caraïbes Légende

Plus en détail

Mécanique automobile. Les déchets. Déchets banals (DIB) Déchets dangereux (DIS)

Mécanique automobile. Les déchets. Déchets banals (DIB) Déchets dangereux (DIS) Si vous réalisez également des activités de démontage des voitures ou des travaux sur la carrosserie, reportez-vous également aux fiches correspondantes. 1 Les déchets Les déchets issus de votre activité

Plus en détail

Mémoire de l ACP pour le budget 2013 de l Ontario Le propane comme solution énergétique pour l Ontario

Mémoire de l ACP pour le budget 2013 de l Ontario Le propane comme solution énergétique pour l Ontario Mémoire de l ACP pour le budget 2013 de l Ontario Le propane comme solution énergétique pour l Ontario L Association canadienne du propane Février 2013 Association canadienne du propane Mémoire pour le

Plus en détail

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL XXVIII e ÉDITION

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL XXVIII e ÉDITION JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL XXVIII e ÉDITION Projet de règlement no. 3 : Règlement sur la responsabilisation environnementale PRÉSENTATION Présenté par Monsieur Maxime Maheu-Moisan, membre du comité exécutif,

Plus en détail

Devenez point de chute d une ferme du réseau québécois d agriculture soutenue par la communauté (ASC)

Devenez point de chute d une ferme du réseau québécois d agriculture soutenue par la communauté (ASC) GUIDE À L INTENTION DES ORGANISATIONS Devenez point de chute d une ferme du réseau québécois d agriculture soutenue par la communauté (ASC) Pour des paniers de légumes locaux et sains, directement livrés

Plus en détail

L ÉNERGIE C EST QUOI?

L ÉNERGIE C EST QUOI? L ÉNERGIE C EST QUOI? L énergie c est la vie! Pourquoi à chaque fois qu on fait quelque chose on dit qu on a besoin d énergie? Parce que l énergie est à l origine de tout! Rien ne peut se faire sans elle.

Plus en détail

Sécurité incendie dans les garages et parkings couverts. Prévention incendie

Sécurité incendie dans les garages et parkings couverts. Prévention incendie Sécurité incendie dans les garages et parkings couverts Prévention incendie Risques d incendie dans les garages et parkings couverts Lorsque le feu prend dans des garages, il provoque souvent des dégâts

Plus en détail

Eléments de réflexion sur le financement d un service de gestion des déchets

Eléments de réflexion sur le financement d un service de gestion des déchets 1 Centre Formation Acteurs Eléments de réflexion sur le financement d un service de gestion des déchets Locaux Ouagadougou g Ouagadougou du 26 au 30 Octobre 2009 2 Problématique déchets Augmentation des

Plus en détail

Le cabriolet 100% électrique 200 KM D AUTONOMIE

Le cabriolet 100% électrique 200 KM D AUTONOMIE Le cabriolet 100% électrique 200 KM D AUTONOMIE LA NOUVELLE VOITURE CABRIOLET 100% ÉLECTRIQUE UN NOUVEAU SENTIMENT DE LIBERTÉ Derrière son design résolument innovant, la Bluesummer s adapte à toutes les

Plus en détail

Volume 50 Juillet 2015. Prochaine assemblée municipale

Volume 50 Juillet 2015. Prochaine assemblée municipale LE BULLETIN MUNICIPAL Volume 50 Juillet 2015 Prochaine assemblée municipale L assemblée du conseil municipal aura lieu mardi le 11 août 2015 à 19h00, au 568, rue Principale, à la salle Narcisse Tremblay.

Plus en détail

Opportunités de valorisation des bois de trituration des forêts privées

Opportunités de valorisation des bois de trituration des forêts privées Créer des solutions pour le secteur forestier Opportunités de valorisation des bois de trituration des forêts privées Établissement de centres de mise en copeaux pour le bois de trituration Serge Constantineau,

Plus en détail

Comprendre le rechapage. Les pneus rechapés sont aussi sûrs et durables que n importe quel pneu neuf similaire

Comprendre le rechapage. Les pneus rechapés sont aussi sûrs et durables que n importe quel pneu neuf similaire Comprendre le rechapage Pourquoi rechaper? Excellent rapport qualité-prix Que vous soyez un automobiliste à la recherche de façons d étirer le budget familial ou un gestionnaire de flotte qui achète des

Plus en détail

École secondaire Alphonse -Desjardins. Laval Avril 2014

École secondaire Alphonse -Desjardins. Laval Avril 2014 École secondaire Alphonse -Desjardins Laval Avril 2014 1 Table des matières MISE EN CONTEXTE... 3 SOMMAIRE DU RAPPORT DE VISITE... 4 1. ÉTAT DES LIEUX... 5 1.1. EMPLACEMENT ET ENVIRONNEMENT DE L ÉCOLE...

Plus en détail

Proposition en vue de la préparation du budget fédéral 2015

Proposition en vue de la préparation du budget fédéral 2015 Proposition en vue de la préparation du budget fédéral 2015 Recommandations pour appuyer la croissance et le développement de la production commerciale de biocarburants cellulosiques pour une économie

Plus en détail

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement Profil économique VILLE DE MONTRÉAL Arrondissement de Rivière-des-Prairies Pointe-aux-Trembles chômage mploi logement établissements d affaires localisation de l emploi revenus d emploi professions main-d

Plus en détail

IMPORTATION DES PNEUS

IMPORTATION DES PNEUS Ottawa, le 27 janvier 2012 MÉMORANDUM D19-12-2 En résumé IMPORTATION DES PNEUS Le présent mémorandum a été examiné afin d y apporter des clarifications et d y ajouter une mise à jour relativement aux exigences

Plus en détail

5-DECHETS INDUSTRIELS BANALS (DIB)

5-DECHETS INDUSTRIELS BANALS (DIB) 5-DECHETS INDUSTRIELS BANALS (DIB) Les DIB regroupent l'ensemble des pouvant être générés par les activités courantes d'un établissement d'enseignement supérieur, à l'exclusion des présentant un risque

Plus en détail

Les bénéfices économiques de la récupération et de la mise en valeur des matières résiduelles au Québec Fiches informatives

Les bénéfices économiques de la récupération et de la mise en valeur des matières résiduelles au Québec Fiches informatives 1 Depuis une bonne quinzaine d années, la gestion responsable des matières résiduelles a connu un grand essor au Québec. La récupération et la mise en valeur d une grande quantité de ces matières génèrent

Plus en détail

Ordonnance relative à la prévention des accidents et des maladies professionnelles lors de travaux de peinture par pulvérisation au pistolet

Ordonnance relative à la prévention des accidents et des maladies professionnelles lors de travaux de peinture par pulvérisation au pistolet Ordonnance relative à la prévention des accidents et des maladies professionnelles lors de travaux de peinture par pulvérisation au pistolet 832.314.12 du 5 avril 1966 (Etat le 1 er mai 1966) Le Conseil

Plus en détail

allianceautopropane.com

allianceautopropane.com allianceautopropane.com QUI EST ALLIANCE AUTOPROPANE? LE PLUS GRAND RÉSEAU D AUTOPROPANIERS EN AMÉRIQUE Alliance AutoPropane est un réseau de propaniers qui se consacre à la distribution et à la vente

Plus en détail

Déchets spécifiques de type F, stockés en alvéole spécifique mono matériaux, dans un centre de stockage d inertes

Déchets spécifiques de type F, stockés en alvéole spécifique mono matériaux, dans un centre de stockage d inertes Les déchets actuellement considérés comme inertes en France et stockés comme tels sont des déchets suivants : (1) Stockage en classe III, recyclage, 17 01 01 Béton (armé ou non) 17 01 02 Briques (1) Stockage

Plus en détail

Sécurité incendie dans les garages

Sécurité incendie dans les garages Sécurité incendie dans les garages Assuré et rassuré. Risques d incendie dans les garages Lorsque le feu prend dans des garages, il provoque souvent des dégâts importants, et dans les cas les plus graves,

Plus en détail

Séminaire au centre Tadjabone LES ENERGIES RENOUVELABLES

Séminaire au centre Tadjabone LES ENERGIES RENOUVELABLES PRESENTATION Séminaire au centre Tadjabone LES ENERGIES RENOUVELABLES Organisé avec France Volontaires 24/05/2014 1 ORGANISATION DE LA JOURNEE 10H30 // 11H00 // 11H30 // Accueil et arrivée des participants

Plus en détail

PUNAISES DE LIT. prévention et intervention

PUNAISES DE LIT. prévention et intervention PUNAISES DE LIT prévention et intervention À quoi ressemble la punaise de lit? La punaise de lit, aussi appelée punaise, est un insecte brunâtre visible à l œil nu qui mesure de 4 à 7 millimètres. Elle

Plus en détail

Les plastiques en débat 2014

Les plastiques en débat 2014 Les plastiques en débat 2014 Pratique Léger Astucieux Solide Transformable Indispensable Qualifié Utile Esthétique 3eD_college_LES_CAMPELIERES Collège Les Campelières 121 Chemin Campelières 06250 Mougins

Plus en détail

Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables

Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables Objectifs Matériel Matériel Découvrir Connaître les la différentes signification sources du mot d énergie.. Fiche image 1

Plus en détail

JOURNAL GÉNÉRAL Page : 89

JOURNAL GÉNÉRAL Page : 89 112 Il ne faut pas oublier que les coûts réels de garantie doivent être appliqués contre la provision. Ainsi, lorsque des coûts sont engagés afin d honorer la garantie offerte à des clients, ils ne sont

Plus en détail

La gestion des débris de construction et démolition et des autres encombrants dans l Agglomération de Montréal

La gestion des débris de construction et démolition et des autres encombrants dans l Agglomération de Montréal La gestion des débris de construction et démolition et des autres encombrants dans l Agglomération de Montréal Novembre 2006 ÉQUIPE DE RÉALISATION Lyne Chartier (chargée de projet) Mylène D Aoust Jean-François

Plus en détail

LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1. Construire vert ne devrait pas être un casse-tête

LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1. Construire vert ne devrait pas être un casse-tête LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1 Construire vert ne devrait pas être un casse-tête LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 2 6/4/08 11:53 AM Page 2 LOG 8869 Residential

Plus en détail

ISOLATION FONDATIONS DES. La rénovation domiciliaire éconergétique CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES

ISOLATION FONDATIONS DES. La rénovation domiciliaire éconergétique CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES La rénovation domiciliaire éconergétique ISOLATION DES FONDATIONS CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES AVANT DE COMMENCER Déterminez la nature des fondations : matériaux utilisés (béton, blocs de béton, pierres) ;

Plus en détail

2 nd vie des produits technologiques. Ecocitoyenneté et nouveaux modèles économiques dans la téléphonie mobile

2 nd vie des produits technologiques. Ecocitoyenneté et nouveaux modèles économiques dans la téléphonie mobile 2 nd vie des produits technologiques Ecocitoyenneté et nouveaux modèles économiques dans la téléphonie mobile SOMMAIRE Electronique Grand Public : un marché de masse! Un cadre réglementaire : depuis 2006

Plus en détail

ÉTUDE D IMPACTS ÉCONOMIQUES ET FISCAUX SUR LES EFFETS D UN PARC DE VOITURES ÉLECTRIQUES AU QUÉBEC

ÉTUDE D IMPACTS ÉCONOMIQUES ET FISCAUX SUR LES EFFETS D UN PARC DE VOITURES ÉLECTRIQUES AU QUÉBEC ÉTUDE D IMPACTS ÉCONOMIQUES ET FISCAUX SUR LES EFFETS D UN PARC DE VOITURES ÉLECTRIQUES AU QUÉBEC Le 27 mars 2015 La voiture électrique au Québec Une solution durable et rentable pour réduire la pollution

Plus en détail

LES VÉHICULES HORS D USAGE

LES VÉHICULES HORS D USAGE LES VÉHICULES HORS D USAGE Contexte L automobile et le camion léger sont définis par la Société de l assurance automobile du Québec (SAAQ) comme des véhicules routiers de moins de 3 000 kg dont la fonction

Plus en détail

Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques. Rapport d étude Janvier 2012

Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques. Rapport d étude Janvier 2012 Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques Rapport d étude Janvier 2012 Dans le cadre de sa stratégie d action sur les changements climatiques, le Regroupement national

Plus en détail

LE FILTRE A PARTICULES : SES PROBLEMATIQUES ET NOS SOLUTIONS

LE FILTRE A PARTICULES : SES PROBLEMATIQUES ET NOS SOLUTIONS LE FILTRE A PARTICULES : SES PROBLEMATIQUES ET NOS SOLUTIONS 1. NOTIONS DE BASE 2. CAUSES POSSIBLES DE DYSFONCTIONNEMENT 3. POURQUOI NETTOYER PLUTÔT QUE CHANGER? 4. METHODOLOGIE D APPLICATION FAP-NET (réf.

Plus en détail

2300, rue Michelin Laval (Québec) H7L 5C3. Dossier de présentation

2300, rue Michelin Laval (Québec) H7L 5C3. Dossier de présentation 2300, rue Michelin Laval (Québec) H7L 5C3 Dossier de présentation SOMMAIRE DES FAITS SAILLANTS Adresse de la propriété : Superficie du terrain Type de bâtiments Aire brute du bâtiment Bureaux Cadastre

Plus en détail

Chauffage au bois. à la qualité de l AIR. Vallée de l Arve

Chauffage au bois. à la qualité de l AIR. Vallée de l Arve Chauffage au bois ATTENTION à la qualité de l AIR Vallée de l Arve Tous acteurs de la qualité de l air! Sommaire Chauffage au bois, un enjeu important pour la qualité de l'air... 3 Le chauffage au bois,

Plus en détail

MAITEK SRL. Innovation technologique et respect pour l environnement - Traitement, recyclage et récupération des agrégats -

MAITEK SRL. Innovation technologique et respect pour l environnement - Traitement, recyclage et récupération des agrégats - MAITEK SRL Innovation technologique et respect pour l environnement - Traitement, recyclage et récupération des agrégats - MAITEK s.r.l. démarre ses activités en 1999 avec l objectif de développer des

Plus en détail

LES SECRETS DU SUCCÈS

LES SECRETS DU SUCCÈS Investir - Pour un Québec résolument moderne et innovateur Colloque organisé par le Conseil du patronat du Québec Montréal, le jeudi 11 novembre 2004 POINTS SAILLANTS DU COLLOQUE LES SECRETS DU SUCCÈS

Plus en détail

Consultation publique sur le projet de politique québécoise de gestion des matières résiduelles

Consultation publique sur le projet de politique québécoise de gestion des matières résiduelles Consultation publique sur le projet de politique québécoise de gestion des matières résiduelles Mémoire du Regroupement national des conseils régionaux de l environnement du Québec 23 février 2010 Présentation

Plus en détail

Transport sur la route

Transport sur la route Transport sur la route Dans un camion ou un fourgon, il faut garder le poisson et les produits du poisson au froid et éviter la contamination, pendant toute la période de la livraison aux clients. Suivez

Plus en détail

Electrification statique - Problèmes et solutions L application des sources ionisantes. Auteur: Dr Mark G Shilton, CChem, MRSC. (Copie du document

Electrification statique - Problèmes et solutions L application des sources ionisantes. Auteur: Dr Mark G Shilton, CChem, MRSC. (Copie du document Electrification statique - Problèmes et solutions L application des sources ionisantes. Auteur: Dr Mark G Shilton, CChem, MRSC. (Copie du document présenté à la Conférence sur la sécurité et la fiabilité

Plus en détail

ENGAGEMENTS ISO 14001 ET GESTION DES DECHETS. L exemple de l agence 13/84. Service Hygiène et Sécurité Agence 13/84

ENGAGEMENTS ISO 14001 ET GESTION DES DECHETS. L exemple de l agence 13/84. Service Hygiène et Sécurité Agence 13/84 ENGAGEMENTS ISO 14001 ET GESTION DES DECHETS L exemple de l agence 13/84 Service Hygiène et Sécurité Agence 13/84 Présentation Rappel de l engagement ISO 14001 de l ONF Quelques généralités sur la gestion

Plus en détail

Annexe III du Protocole au Traité sur l'antarctique, relatif à la protection de l'environnement Elimination et gestion des déchets

Annexe III du Protocole au Traité sur l'antarctique, relatif à la protection de l'environnement Elimination et gestion des déchets Annexe III du Protocole au Traité sur l'antarctique, relatif à la protection de l'environnement Elimination et gestion des déchets ARTICLE 1 OBLIGATIONS GENERALES 1. La présente Annexe s'applique aux activités

Plus en détail

Principe de fonctionnement du CSEasy

Principe de fonctionnement du CSEasy Principe de fonctionnement du CSEasy Boulon (6x) Butée de montage Jante conventionnelle Pneu CSEasy Adaptateur CSEasy Plaque de compression L adaptateur intérieur est composé de trois segments et d un

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. - Autorisation délivrée par le Wali ou le président de l APC pour l implantation des capacités de stockage GPL/C de la station.

FICHE TECHNIQUE. - Autorisation délivrée par le Wali ou le président de l APC pour l implantation des capacités de stockage GPL/C de la station. FICHE TECHNIQUE Intitulé du métier ou de l activité : Station de Service Codification NAA : GG 52 49 Codification ONS : 52 48 Codification CNRC : 604 611 Inscription de l activité : CNRC Type d autorisation

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

Conservation, efficacité et fourniture de l énergie

Conservation, efficacité et fourniture de l énergie Ministère de l Énergie Printemps 2015 Conservation, efficacité et fourniture de l énergie Fiche d information Déclaration de principes provinciale, 2014 La Déclaration de principes provinciale de 2014

Plus en détail

RÈGLEMENT 2012-22 PRÉAMBULE

RÈGLEMENT 2012-22 PRÉAMBULE PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT D ABITIBI VILLE DE VAL-D'OR RÈGLEMENT 2012-22 Règlement relatif à la vidange périodique des boues des fosses septiques, des fosses de rétention et des puisards et abrogeant

Plus en détail

Toitures plates. Rhinox. Fiche technique DESCRIPTION DU PRODUIT APPLICATION

Toitures plates. Rhinox. Fiche technique DESCRIPTION DU PRODUIT APPLICATION DESCRIPTION DU PRODUIT APPLICATION Panneau isolant en laine de roche particulièrement praticable pour toiture plate, intégrant une couche supérieure extra dure, une couche intermédiaire rigide et une sous

Plus en détail

Version initiale : Franck BOELHY (QSE Région Nord Est)

Version initiale : Franck BOELHY (QSE Région Nord Est) GUIDE DES DÉCHETS Version initiale : Franck BOELHY (QSE Région Nord Est) Référence : 10QSE1103 mise à jour Novembre 2010 PRÉAMBULE L aspect gestion des déchets, (Papier, Cartons, Cartouches d encres, Piles,

Plus en détail

Comment installer des tuiles de plafond suspendu

Comment installer des tuiles de plafond suspendu Comment installer des tuiles de plafond suspendu Vous pouvez installer les tuiles rigides de Ceilume dans un système de plafond suspendu, autant la collection ultralégère de 0,013 po (0,03 cm) d épaisseur

Plus en détail

De la biomasse à l'énergie renouvelable: cas concret à Rimouski et problématique d'intégration en milieu urbain

De la biomasse à l'énergie renouvelable: cas concret à Rimouski et problématique d'intégration en milieu urbain De la biomasse à l'énergie renouvelable: cas concret à Rimouski et problématique d'intégration en milieu urbain Florian Prost, Ing.f., Ing.jr. Mercredi 8 mai 2013 Objectifs - Problématique Plan d'action

Plus en détail

Vérification des contrats et processus propres au Service du parc automobile. Déposé devant le Comité de la vérification le 12 mars 2015

Vérification des contrats et processus propres au Service du parc automobile. Déposé devant le Comité de la vérification le 12 mars 2015 Bureau du vérificateur général Vérification des contrats et processus propres Résumé Déposé devant le Comité de la vérification le 12 mars 2015 Cette page a été intentionnellement laissée en blanc. Vérification

Plus en détail

Épreuve collaborative

Épreuve collaborative Épreuve collaborative Épreuve collaborative 1. Faire une présentation de quelqu idé fort relativ au mix énergétique (ou bouquet énergétique). (Exposé de 5 minut maximum) 2. Faut-il encore brûler le charbon?

Plus en détail

MANCHESTER «De la ville industrielle à la ville la plus verte d'angleterre»

MANCHESTER «De la ville industrielle à la ville la plus verte d'angleterre» MANCHESTER «De la ville industrielle à la ville la plus verte d'angleterre» 458 100 habitants (2007) - Située au Nord-Ouest de l'angleterre. La stratégie de planification urbaine conduite à Manchester

Plus en détail

Le compost. Un petit écosystème au jardin

Le compost. Un petit écosystème au jardin Le compost Un petit écosystème au jardin En utilisant du compost au jardin, nous rendons les matières organiques produites par le jardin ou par notre alimentation, à l écosystème naturel. Ainsi l écosystème

Plus en détail

On s active pour un Québec sans pétrole

On s active pour un Québec sans pétrole On s active pour un Québec sans pétrole Le pétrole est une énergie non-renouvelable, polluante et de plus en plus chère. Pourtant notre mode de vie en est totalement dépendant. C est une réalité qui n

Plus en détail

TOUS LES AVANTAGES DES PNEUS ÉTOILÉS BMW.

TOUS LES AVANTAGES DES PNEUS ÉTOILÉS BMW. Pneus d origine BMW Garantie pneus Le plaisir Echt de conduire rijplezier TOUS LES AVANTAGES DES PNEUS ÉTOILÉS BMW. APPROUVÉS PAR BMW ET GARANTIS 2 ANS. BMW EfficientDynamics Moins d émissions. Plus de

Plus en détail

L École nationale des pompiers du Québec. Dans le cadre de son programme de formation Pompier I

L École nationale des pompiers du Québec. Dans le cadre de son programme de formation Pompier I L École nationale des pompiers du Québec Dans le cadre de son programme de formation Pompier I QUATRIÈME ÉDITION MANUEL DE LUTTE CONTRE L INCENDIE EXPOSÉ DU PROGRAMME D ÉTUDES POMPIER 1 SUJET 4 Énergie

Plus en détail

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE Nom :. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles 1. Quels sont les gaz généralement inclus dans le secteur de l'énergie, conformément au

Plus en détail

Les Installations Classées pour la Protection de l Environnement

Les Installations Classées pour la Protection de l Environnement Les Installations Classées pour la Protection de l Environnement QU EST CE QU UNE UNE INSTALLATION CLASSÉE? Les ateliers, usines, dépôts, chantiers qui peuvent être source de pollution ou de risque pour

Plus en détail

L'AMIANTE : RÉGLEMENTATION

L'AMIANTE : RÉGLEMENTATION L'AMIANTE : RÉGLEMENTATION Dernière révision du document : juillet 2012 L'amiante (asbeste) est à l origine une roche naturelle composée de minéraux fibreux. Pour ses nombreuses propriétés, dont la résistance

Plus en détail

Réflexe Prévention Déchets

Réflexe Prévention Déchets Réflexe Prévention Déchets Secteur des Travaux Publics 2 ème ½ journée Plan de la présentation 1. La prévention, de quoi parle-t-on? Concept, bénéfices attendu, illustrations 2. Produits innovants et retours

Plus en détail

CONTRÔLE DE LA QUALITÉ DE LAVAGE, DÉSINFECTION ET SÉCHAGE DES VÉHICULES DE TRANSPORT DES PORCS VIVANTS

CONTRÔLE DE LA QUALITÉ DE LAVAGE, DÉSINFECTION ET SÉCHAGE DES VÉHICULES DE TRANSPORT DES PORCS VIVANTS Ce projet a été financé dans le cadre du Programme de biosécurité et de stabilisation sanitaire des entreprises porcines du Québec, une initiative du Conseil canadien de la santé porcine. Le financement

Plus en détail

Guide d implantation D UN CENTRE DE DÉMONTAGE ET TRI DE MATÉRIEL INFORMATIQUE

Guide d implantation D UN CENTRE DE DÉMONTAGE ET TRI DE MATÉRIEL INFORMATIQUE GUIDE À L ATTENTION DES ORGANISMES DÉSIRANT ENTREPRENDRE LE DÉMONTAGE ET LE TRI DU MATÉRIEL INFORMATIQUE EN FIN DE VIE UTILE Guide d implantation D UN CENTRE DE DÉMONTAGE ET TRI DE MATÉRIEL INFORMATIQUE

Plus en détail

La citadine 100% électrique 250 KM D AUTONOMIE

La citadine 100% électrique 250 KM D AUTONOMIE La citadine 100% électrique 250 KM D AUTONOMIE BIENVENUE DANS L UNIVERS La Bluecar est la citadine 100% électrique du Groupe Bolloré, développée en collaboration avec le célèbre constructeur italien Pininfarina.

Plus en détail

Front commun québécois pour une gestion écologique des déchets

Front commun québécois pour une gestion écologique des déchets Front commun québécois pour une gestion écologique des déchets CRISE DU RECYCLAGE : CAUSES ET PISTES DE SOLUTIONS MISE EN CONTEXTE Le présent document s inscrit dans la foulée des mesures annoncées le

Plus en détail

Plate-forme énergie. Filière de la biomasse forestière

Plate-forme énergie. Filière de la biomasse forestière Plate-forme énergie Filière de la biomasse forestière Mars 2013 Table des matières 1. Principes généraux... 0 2. Ce qu on entend par économie d énergie... 1 3. Réflexion sur les sources d énergie à privilégier...

Plus en détail

Rapport explicatif sur la modification de l OTD concernant l élimination des résidus de broyage (RBA)

Rapport explicatif sur la modification de l OTD concernant l élimination des résidus de broyage (RBA) Rapport explicatif sur la modification de l OTD concernant l élimination des résidus de broyage (RBA) 1. Situation initiale Chaque année, en Suisse, 240 000 véhicules environ sont retirés de la circulation.

Plus en détail

RÈGLEMENT 1638. Richard Rheault, Sylvain Beaudoin, Yolande St-Amant et Jean-Félipe Nadeau.

RÈGLEMENT 1638. Richard Rheault, Sylvain Beaudoin, Yolande St-Amant et Jean-Félipe Nadeau. PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE PLESSISVILLE M.R.C. DE L ÉRABLE RÈGLEMENT 1638 CONCERNANT LES FEUX EXTÉRIEURS ET LES APPAREILS À COMBUSTIBLES SOLIDES EXTÉRIEURS LE LUNDI, sixième jour du mois de juillet deux

Plus en détail

POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY

POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY «Penser et agir famille» LES OBJECTIFS 1. Accueillir les familles avec respect et ouverture d esprit dans toutes leurs formes et leurs différences. 2. Stimuler

Plus en détail