Fiche n VII-5 "Cure et décoffrage"

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Fiche n VII-5 "Cure et décoffrage""

Transcription

1 Fiche n VII-5 "Cure et décoffrage" 1. Objet de la présente fiche et rappels Cette fiche concerne la cure du béton et examine les conditions de décoffrage des parties d ouvrage. Elle ne traite pas des cas particuliers où un traitement thermique est mis en place, ni des exigences sur les qualités de parements. La cure du béton consiste à protéger, pendant une durée suffisante pouvant aller de 1 à 10 jours, les surfaces de béton d une dessiccation précoce. Elle permet éventuellement, selon la méthode de cure employée, de limiter les gradients thermiques. Elle est réalisée juste après bétonnage pour les surfaces non coffrées, et après décoffrage pour les autres. Cette opération est très importante car elle conditionne les propriétés de durabilité de l ouvrage. En absence de cure, le séchage précoce peut en effet conduire à un farinage de la surface, un faïençage par retrait plastique. On doit également tenir compte des risques de fissuration dus aux retraits endogène 1 et thermique. La nécessité de la mise en place d'une cure est conditionnée par les conditions climatiques et dépend de la formule de béton. En effet, un vent fort, un ensoleillement important et une hygrométrie basse, accentuent les risques de dessiccation précoce. De plus, les bétons sont plus ou moins sensibles à la cure selon leur formulation (vitesse d acquisition de la résistance) et la nature du liant (par exemple, les ciments CEM III et V s hydratent lentement et de ce fait nécessitent une durée de cure plus importante). Le décoffrage ne peut être réalisé que lorsque la résistance du béton en place est suffisante et compatible avec les opérations de construction. L échéance de décoffrage doit tenir compte de la formulation du béton et des conditions de bétonnage : température du béton frais, conditions climatiques, etc. Or, ces paramètres ont une incidence, non seulement sur la cinétique de durcissement, mais également sur les retraits thermique et endogène. Ainsi, le décoffrage doit également être programmé de manière à limiter les risques de fissuration endogène et thermique. Par exemple, les coffrages peuvent être maintenus en place plus longtemps pour limiter les chocs thermiques. Néanmoins, la durée de coffrage doit être limitée pour éviter les risques de fissuration par déformation gênée. Enfin, le suivi de la résistance du béton en place peut être assuré par la réalisation d'éprouvettes d'information ou par la mise en place d'un contrôle maturométrique (Cf. annexe de la présente fiche). Nota : Cette fiche complète les fiches portant sur la phase bétonnage (n VII-2, VII-3, VII-4 et VII-6). 1 Endogène : qui prend naissance à l'intérieur de la structure. Chapitre VII : Le bétonnage 1/7 Fiche n VII-5 : Cure et décoffrage

2 2. Points importants à examiner Avant les travaux et avant le bétonnage Vérification des dispositions de mise en œuvre du béton prévues sur site dans le Plan Qualité (procédure visée) X Points particuliers relatifs à la cure et au décoffrage devant être traités : Délai de décoffrage ; Pour le décintrement, l opération doit être effectuée selon un programme établi par le bureau d'études et précisant la déformation admissible et la résistance minimale du béton Dispositions pour lutter contre la fissuration Certains ouvrages ou parties d ouvrage sont sensibles à la fissuration au jeune âge, notamment les éléments offrant de grandes surfaces soumises à la dessiccation Procédés de cure La méthode de cure devra être spécifiée ainsi que les modalités de son application telles que : Des éprouvettes d information peuvent être obligatoires si les contraintes appliquées au moment du décintrement dépassent 0,4.f cj (*) (*) f cj désigne la résistance caractéristique à l échéance "j" compte tenu des effets estimés des intempéries éventuelles Un recours aux techniques maturométriques peut permettre de mieux estimer la résistance du béton en place Les coffrages peuvent être maintenus en place pour limiter les chocs thermiques. Cependant, le maintien des coffrages en place doit être limité pour éviter la fissuration due à des déformations gênées. Le décoffrage peut être réalisé en deux temps : décoffrage et maintien à proximité des surfaces décoffrées pour limiter les gradients thermiques - maintien du coffrage pendant toute la durée de cure ; Attention au risque d adhérence et d arrachement du béton - bâche étanche maintenue en permanence au contact ou non du béton ; - toile perméable maintenue humide par arrosages intermittents ; - produit de cure titulaire de la marque NF ou répondant aux exigences du règlement particulier de la marque NF (NF P et NF P18-371) ; Le produit de cure devra être compatible avec la chape d étanchéité ou sera éliminé par sablage - humidification permanente du béton. Un arrosage trop abondant conduit à un délavage du béton Chapitre VII : Le bétonnage 2/7 Fiche n VII-5 : Cure et décoffrage

3 Début et durée de la cure En l absence d étude particulière, la durée minimale de cure à observer est indiquée dans le fascicule 65 du CCTG ( ). Elle dépend des conditions ambiantes, de la température ambiante et de la vitesse de durcissement du béton (classe de résistance et nature du ciment). En cas de cure, celle-ci peut donc s'étendre de 14 h à 15 jours Le cas échéant, mesures spécifiques prévues en cas de bétonnage par temps chaud et froid. Des dispositions particulières doivent être prises lorsque la température sur chantier est inférieure à 5 C ou lorsque la température du béton au moment de la mise en œuvre est susceptible de dépasser 32 C Par temps chaud (T > 25 C) Bétonner dans la mesure du possible en dehors des heures chaudes. Sinon, prévoir des systèmes de refroidissement. Par temps froid (T < 5 C) Température ambiante < - 5 C, le bétonnage est déconseillé ; Entre -5 et 5 C, il faut prévoir : - un calorifugeage des coffrages ; - une protection thermique des surfaces non coffrées (éventuellement chauffer avec de la vapeur d eau) ; - d augmenter la durée de maintien des coffrages tant que le béton n a pas atteint une résistance de 5 MPa. Nota : Les procédés de cure par humidification, arrosage ou immersion ne peuvent pas être employés par temps de gel. Méthode de suivi de la résistance du béton en place : Éprouvettes d'information ou Contrôle maturométrique S adresser à un spécialiste du réseau des LPC pour le contrôle maturométrique Voir le principe de l étalonnage de la maturométrie en annexe de cette fiche et se référer au guide d utilisation de la maturométrie sur chantier Chapitre VII : Le bétonnage 3/7 Fiche n VII-5 : Cure et décoffrage

4 Si un contrôle maturométrique est prévu, les points suivants doivent être vérifiés avec l aide d un spécialiste du réseau des LPC : la conformité de la procédure d étalonnage à mettre en place en début de chantier ; la résistance du béton devra être contrôlée par des éprouvettes d'information tant que l'étalonnage chantier ne sera pas validé (à l'issue des contrôles de conformité initiaux) ; Si un étalonnage a été réalisé au laboratoire, intégrer les paramètres obtenus (courbe d étalonnage et énergie d activation) ; contrôler sur les plans proposés par le bureau d études, la pertinence des positions des thermocouples dans la pièce à bétonner et par la suite leur position effective au sein des coffrages ; le calcul de l âge équivalent par le maturomètre doit commencer à la fin du bétonnage. Vérifier la présence des matériels de mise en œuvre et de contrôle de la cure et du décoffrage Conformité au Plan Qualité Pour estimer la durée de cure, il peut être nécessaire de prévoir un thermomètre à maxima, un hygromètre et un anémomètre en cas de vent fort (> 30 km/h) A la fin du bétonnage et durant la cure Vérifier que la cure des surfaces non coffrées est appliquée dès la fin du surfaçage Vérifier que le procédé de cure est conforme au Plan Qualité Dans le cas de l utilisation d un produit de cure, contrôler les quantités appliquées Conformité à la fiche technique produit Dans le cas d un arrosage à l eau, vérifier : - qu il n altère pas la surface du béton ; Un arrosage trop concentré peut délaver la surface du béton - que toutes les surfaces sont effectivement arrosées ; - qu il s effectue sans interruption. La différence de température entre l eau et la surface du béton doit être inférieure à 10 C Chapitre VII : Le bétonnage 4/7 Fiche n VII-5 : Cure et décoffrage

5 Vérifier le respect de la durée de cure X Conformité au Plan Qualité La durée de cure peut être fixée par un critère de résistance minimale du béton ou à défaut en fonction du type de béton et des conditions d ambiance. Cas du suivi de la résistance du béton par des éprouvettes d'information : - vérifier que les éprouvettes d information sont conservées dans les mêmes conditions thermiques que la pièce bétonnée. Cas du suivi de la résistance du béton par contrôle maturométrique : Exemples de durée de cure : - pour un béton à durcissement rapide : 14 h (temps chaud) à 2 jours (temps froid) ; - pour un béton à durcissement lent (CEM III, CEM IV ou CEM V) : 5 jours (conditions ambiantes moyennes) à 15 jours (temps froid, sec ou venteux). Nota : À défaut de protection isotherme, le décompte de la durée de cure est suspendu lorsque la température de la surface du béton est inférieure à5 C. - vérifier les résultats des contrôles de conformité initiaux et en cours de chantier ; - vérifier les indications fournies par les éprouvettes d information durant les contrôles de conformité initiaux. Si la résistance calculée par le maturomètre est supérieure à la résistance sur éprouvettes de plus de 2 MPa, une action corrective doit être mise en place Avant le décoffrage Autorisation de décoffrage - vérifier que la résistance du béton est suffisante pour autoriser le décoffrage ; - vérifier le respect de la durée de coffrage (cas de la cure par maintien des coffrages ou cas des risques de choc thermique). Contrôle maturométrique ou Éprouvettes d'information X Conformité au Plan Qualité À défaut d étude, la différence de température entre le cœur et la peau sera limitée à 20 C pour les pièces d épaisseur > 50 cm. Des mesures de contrôle de température doivent être prévues expressément dans les pièces écrites L attention est attirée sur le fait que la cure par maintien de coffrage peut conduire à des fissurations au jeune âge par retrait gêné. Une solution Chapitre VII : Le bétonnage 5/7 Fiche n VII-5 : Cure et décoffrage

6 2.4.- Pendant et après le décoffrage consiste alors à desserrer le coffrage Vérifier que les opérations de décoffrage sont conduites progressivement et sans choc Après décoffrage, contrôler l absence de : - déformation excessive des pièces fléchies ; - fissuration des parties tendues. Si la cure doit être maintenue après décoffrage, vérifier qu elle est réalisée immédiatement après décoffrage. Conformité au Plan Qualité Après la cure Contrôler le parement de béton et vérifier l absence de : - farinage de la surface ; - faïençage par retrait plastique ; - fissuration par retrait endogène et thermique. Voir également fiche "Parements" PA : Point d arrêt PC : Point critique 3. Documents à fournir au maître d œuvre Plan Qualité ; bons de livraisons des matériaux (produits de cure) ; fiche de suivi (dûment remplie en fin de mise en œuvre) ; fiche d anomalie éventuelle. 4. Pour en savoir plus, consulter : le fascicule 65 du CCTG : Exécution des ouvrages de Génie Civil en béton armé ou précontraint (2008) art. 84.5, 84.6 et 84.7 ; le fascicule de documentation P "Mise en œuvre des bétons de structure" ; les Techniques de l Ingénieur C2 230 "Béton hydraulique - Mise en oeuvre" ; le guide technique "La résistance du béton dans l ouvrage : la Maturométrie". LCPC/IREX/CALIBE, 2003 ; le guide technique sur les défauts d'aspect des parements en béton. LCPC, Chapitre VII : Le bétonnage 6/7 Fiche n VII-5 : Cure et décoffrage

7 Annexe à la fiche n VII-5 Confection de deux séries d éprouvettes issues d une même gâchée et conservées dans deux ambiances différentes C C Éprouvettes conservées à 20 C Éprouvettes conservées à 5 C 2 historiques de températures C 20 C 5 C Âge réel Comparaison des courbes de résistance pour les 2 séries d éprouvettes Rc 20 C 5 C Âge réel Recherche de la valeur de l énergie d activation apparente qui permet de juxtaposer les 2 courbes précédentes quand la résistance est exprimée en fonction de l âge équivalent Rc Âge équivalent Chapitre VII : Le bétonnage 7/7 Fiche n VII-5 : Cure et décoffrage

Règles de bonne pratique pour la mise en œuvre des bétons. ir. Vinciane Dieryck

Règles de bonne pratique pour la mise en œuvre des bétons. ir. Vinciane Dieryck Règles de bonne pratique pour la mise en œuvre des bétons ir. Vinciane Dieryck 1 Contexte Normes relatives aux Structures en béton NBN EN 1990 (Eurocode) Conception Bases de calcul des structures NBN EN

Plus en détail

Fiche n VII-3 "Mise en œuvre des bétons"

Fiche n VII-3 Mise en œuvre des bétons Fiche n VII-3 "Mise en œuvre des bétons" 1. Objet de la présente fiche et rappels Cette fiche concerne la mise en œuvre des bétons. Elle définit les vérifications à effectuer sur les moyens utilisés (pompe,

Plus en détail

Changements de dimension

Changements de dimension Changements de dimension Le béton est soumis à des changements de dimension. Les causes principales de ces changements sont: - CHARGE MÉCANIQUE FLUAGE - VARIATIONS D HUMIDITÉ / SECHAGE - VARIATIONS DE

Plus en détail

2.6 Mise en œuvre du béton sur chantier

2.6 Mise en œuvre du béton sur chantier 2.6 Mise en œuvre du béton sur chantier 2.6.1 - Les différentes phases de la mise en œuvre 2.6.2 - L approvisionnement du béton De la sortie de la bétonnière ou du malaxeur à l ouvrage fini, le béton passe

Plus en détail

Fiche n V-2 "Parements en béton"

Fiche n V-2 Parements en béton Fiche n V-2 "Parements en béton" 1. Objet de la présente fiche et généralités Cette fiche concerne la vérification de toutes les opérations relatives au coffrage et au décoffrage des éléments en béton

Plus en détail

Guide Pratique du Béton. Chef de chantier. La MISE en

Guide Pratique du Béton. Chef de chantier. La MISE en Guide Pratique du Béton Chef de chantier La MISE en ŒUVRE du BÉTON Fédération Nationale des Travaux Publics - Guide pratique - Novembre 2005 1 Valider les coffrages > Vérifier qu il s agit bien des coffrages

Plus en détail

La Norme XP ENV

La Norme XP ENV La Norme XP ENV 13670-1 Exécution des ouvrages en béton Partie 1 : Tronc commun et document d'application nationale Centre d'études techniques de l'équipement de l'est Ministère de l'écologie, du Développement

Plus en détail

Cours de Structures en béton

Cours de Structures en béton Cours de Structures en béton Chapitre 10 LA FISSURATION DU BETON Section 10.1 Les principes de comportement 10.1.1 Les causes de la fissuration 10.1.1.1 l identification des causes 10.1.1.2 la fissuration

Plus en détail

Normo 5R. Ciment Portland CEM I 52,5 R Fiche d information de Holcim (Suisse) SA

Normo 5R. Ciment Portland CEM I 52,5 R Fiche d information de Holcim (Suisse) SA Ciment Portland CEM I 52,5 R Fiche d information de Holcim (Suisse) SA Le Normo 5R est un ciment de haute qualité qui développe une montée en résistance rapide et atteint une résistance finale élevée.

Plus en détail

L Approche Performantielle

L Approche Performantielle L Approche Performantielle Contrôles de conformité B. THAUVIN CETE Ouest LRPC Saint-Brieuc Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de l'aménagement du territoire www.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

On a discuté. Production du béton en pratique. Le pratique. Specification du béton, d une Centrale à Béton

On a discuté. Production du béton en pratique. Le pratique. Specification du béton, d une Centrale à Béton On a discuté Production du béton en pratique Composants du béton Le processus de durcissement L importance de l eau ajouté e/c Propritées à jeune âge Resistance mechanique Changement de dimension et fissuration

Plus en détail

Fiche n I-1 "L'analyse du PAQ"

Fiche n I-1 L'analyse du PAQ Fiche n I-1 "L'analyse du PAQ" 1. Objet de la présente fiche Cette fiche concerne l analyse d un PAQ (Plan d'assurance Qualité) présenté par l entreprise. Il s agit d une action amont à la phase travaux

Plus en détail

Engagés, ensemble, vers la réussite LES PRÉCAUTIONS INDISPENSABLES POUR BÉTONNER PAR TEMPS FROID. EQIOM Bétons

Engagés, ensemble, vers la réussite LES PRÉCAUTIONS INDISPENSABLES POUR BÉTONNER PAR TEMPS FROID. EQIOM Bétons Engagés, ensemble, vers la réussite LES PRÉCAUTIONS INDISPENSABLES POUR BÉTONNER PAR TEMPS FROID EQIOM Bétons Action du gel sur le béton frais L action du froid sur le béton frais agit de façon néfaste

Plus en détail

Engagés, ensemble, vers la réussite LES PRÉCAUTIONS INDISPENSABLES POUR BÉTONNER PAR TEMPS CHAUD. EQIOM Bétons

Engagés, ensemble, vers la réussite LES PRÉCAUTIONS INDISPENSABLES POUR BÉTONNER PAR TEMPS CHAUD. EQIOM Bétons Engagés, ensemble, vers la réussite LES PRÉCAUTIONS INDISPENSABLES POUR BÉTONNER PAR TEMPS CHAUD EQIOM Bétons Le béton et la chaleur Le réchauffement climatique actuel nous conduira de prendre en compte

Plus en détail

Florent IMBERTY Razel

Florent IMBERTY Razel Florent IMBERTY Razel 1 / 20 Sommaire Les types de dalles couverts par les Eurocodes Matériaux, durabilité, enrobages Les paramètres essentiels du calcul Maîtrise de la fissuration Résistance en fatigue

Plus en détail

Les Accélérateurs. Les Accélérateurs liquides. Les Accélérateurs poudres

Les Accélérateurs. Les Accélérateurs liquides. Les Accélérateurs poudres Les Accélérateurs Un accélérateur de prise est un adjuvant qui diminue le temps de début de transition d un mélange, pour passer de l état plastique à l état rigide. Un accélérateur de durcissement est

Plus en détail

LES PRÉCAUTIONS INDISPENSABLES POUR BÉTONNER PAR TEMPS FROID

LES PRÉCAUTIONS INDISPENSABLES POUR BÉTONNER PAR TEMPS FROID LES PRÉCAUTIONS INDISPENSABLES POUR BÉTONNER PAR TEMPS FROID Action du gel sur le béton frais L action du froid sur le béton frais agit de façon néfaste sur les caractéristiques des bétons frais et des

Plus en détail

Quelques réponses aux questions de mise en œuvre

Quelques réponses aux questions de mise en œuvre Quelques réponses aux questions de mise en œuvre POURQUOI? Ne pas stocker trop longtemps le ciment? 2 Ne pas stocker les barres d acier a même le sol? 2 Ne pas utiliser un sable qui contient trop d argile?

Plus en détail

Exécution des ouvrages

Exécution des ouvrages Valorisation des solutions bois pour la réhabilitation des bâtiments Exécution des ouvrages 23/06/2017 SOMMAIRE A. Chape sur plancher bois...3 1. Solidité... 3 2. Rigidité... 3 3. Maîtrise des transferts

Plus en détail

Modero 3A. Ciment de haut-fourneau CEM III/A 32,5 N Fiche d information de Holcim (Suisse) SA

Modero 3A. Ciment de haut-fourneau CEM III/A 32,5 N Fiche d information de Holcim (Suisse) SA Ciment de haut-fourneau CEM III/A 32,5 N Fiche d information de Holcim (Suisse) SA Le Modero 3A est un ciment de haut-fourneau qui contient environ 50% de laitier choisi de haute qualité. Il satisfait

Plus en détail

Engagés, ensemble, vers la réussite LES PRÉCAUTIONS INDISPENSABLES POUR BÉTONNER PAR TEMPS CHAUD. EQIOM Bétons

Engagés, ensemble, vers la réussite LES PRÉCAUTIONS INDISPENSABLES POUR BÉTONNER PAR TEMPS CHAUD. EQIOM Bétons Engagés, ensemble, vers la réussite LES PRÉCAUTIONS INDISPENSABLES POUR BÉTONNER PAR TEMPS CHAUD EQIOM Bétons Le béton et la chaleur Le réchauffement climatique actuel nous conduira inévitablement vers

Plus en détail

SOMMAIRE CHAPITRE 1: PROCESSUS DES REPARATIONS DES OUVRAGES DEGRADES EN BETON INTRODUCTION DEGRADATION DU BETON...

SOMMAIRE CHAPITRE 1: PROCESSUS DES REPARATIONS DES OUVRAGES DEGRADES EN BETON INTRODUCTION DEGRADATION DU BETON... SOMMAIRE INTRODUCTION GENERALE 1 PARTIE I : REVUE BIBLIOGRAPHIQUE 4 CHAPITRE 1: PROCESSUS DES REPARATIONS DES OUVRAGES DEGRADES EN BETON 5 1.1. INTRODUCTION...................................................

Plus en détail

PRINCIPAUX POINTS DE L ARRETE DU 24 AVRIL 2002

PRINCIPAUX POINTS DE L ARRETE DU 24 AVRIL 2002 B O N N E S P R A T I Q U E S D E T R A N S P O R T D E S P R O D U I T S S A N G U I N S L A B I L E S PRINCIPAUX POINTS DE L ARRETE DU 24 AVRIL 2002 Dr P. FRESSY Coordonnateur Régional d Hémovigilance

Plus en détail

Le béton, un matériau pour des constructions étanches?

Le béton, un matériau pour des constructions étanches? Le béton, un matériau pour des constructions étanches? Claude Ployaert Concrete Technology Engineer 21/01/2016 Agenda 1 2 Introduction Spécification du béton 3 Mise en œuvre du béton 4 Maîtrise des déformations

Plus en détail

REFERENTIEL TREMPLIN ACERMI pour les Bétons

REFERENTIEL TREMPLIN ACERMI pour les Bétons REFERENTIEL TREMPLIN ACERMI pour les Bétons 1 GENERALITES Le présent document définit les règles de base : Des contrôles effectués sur la fabrication des bétons revendiquant une valeur thermique certifiée

Plus en détail

Table des matières. Introduction Contexte Objectif Structure de la thèse 14. Partie 1 : Etude bibliograpique 15

Table des matières. Introduction Contexte Objectif Structure de la thèse 14. Partie 1 : Etude bibliograpique 15 Table des matières Introduction 11 1. Contexte 11 2. Objectif 13 3. Structure de la thèse 14 Partie 1 : Etude bibliograpique 15 Chapitre 1 : Le béton formulé à base de ciment au laitier de haut-fourneau

Plus en détail

Réunion Club OA du 06 juin 2007 Mende Viaduc de Rieucros Bétons

Réunion Club OA du 06 juin 2007 Mende Viaduc de Rieucros Bétons Réunion Club OA du 06 juin 2007 Mende Viaduc de Rieucros Bétons Sommaire Thème abordé : viaduc de Rieucros - bétons - rappel des exigences contractuelles - formulation des bétons - mise à niveau de la

Plus en détail

Sommaire. Présentation générale De nouveaux concepts Principales exigences techniques. Centre d'études Techniques de l'équipement Méditerranée

Sommaire. Présentation générale De nouveaux concepts Principales exigences techniques. Centre d'études Techniques de l'équipement Méditerranée Sommaire Présentation générale De nouveaux concepts Principales exigences techniques Centre d'études Techniques de l'équipement Méditerranée 2 Présentation générale Place dans le corpus normatif Centre

Plus en détail

Protocoles d essais pour la mesure des performances seuils des bétons de chanvre

Protocoles d essais pour la mesure des performances seuils des bétons de chanvre Protocoles d essais pour la mesure des performances seuils des bétons de chanvre 1 Préambule : Pour être conforment au Règles professionnelles de mise en œuvre les bétons de chanvre doivent présenter des

Plus en détail

CHAPITRE IV ETUDE DU BÉTON

CHAPITRE IV ETUDE DU BÉTON CHAPITRE IV IV.1. INTRODUCTION Le béton est un composite hétérogène qui résulte du mélange intime d'un squelette granulaire et d'un liant qui est la pâte de ciment hydratée. L étude de la technique du

Plus en détail

au service de l architectel Emmanuel G A R C I A Directeur Général Lafarge Bétons Sud Est AGENCE RHONE ALPES AUVERGNE

au service de l architectel Emmanuel G A R C I A Directeur Général Lafarge Bétons Sud Est AGENCE RHONE ALPES AUVERGNE Le béton, b une matière au service de l architectel Emmanuel G A R C I A Directeur Général Lafarge Bétons Sud Est AGENCE RHONE ALPES AUVERGNE emmanuel.garcia@lafarge.com Un partenariat technique étroit

Plus en détail

DOSSIER TECHNIQUE DT-AG-002-OR ENCIMEX B608 BETON ENDUIT CIMENT EXTERIEUR INTERIEUR

DOSSIER TECHNIQUE DT-AG-002-OR ENCIMEX B608 BETON ENDUIT CIMENT EXTERIEUR INTERIEUR www.agorbatiment.com DOSSIER TECHNIQUE DT-AG-002-OR ENCIMEX B608 BETON ENDUIT CIMENT EXTERIEUR INTERIEUR AGOR Batiment 460 avenue Gaston Phoebus 64170 ARTIX Tel : 05 59 53 97 33 www.agorbatiment.com Nature

Plus en détail

Effet des conditions de cure sur le béton préfabriqué. Stéphane Théroux, ing., M. Ing., Hanson Tuyaux et préfabriqués Québec

Effet des conditions de cure sur le béton préfabriqué. Stéphane Théroux, ing., M. Ing., Hanson Tuyaux et préfabriqués Québec 22 e Colloque sur la progression de la recherche québécoise sur les Ouvrages d art Effet des conditions de cure sur le béton préfabriqué Stéphane Théroux, ing., M. Ing., Hanson Tuyaux et préfabriqués Québec

Plus en détail

L APPROCHE PERFORMANTIELLE «Une démarche innovante pour concevoir, construire et gérer des structures durables en béton»

L APPROCHE PERFORMANTIELLE «Une démarche innovante pour concevoir, construire et gérer des structures durables en béton» Journée COTITA OUEST NORMANDIE CENTRE Rennes, 21 octobre 2010 L APPROCHE PERFORMANTIELLE «Une démarche innovante pour concevoir, construire et gérer des structures durables en béton» Recommandations pour

Plus en détail

Changements de dimension

Changements de dimension Changements de dimension Questions Quelle phase contribue le plus au développement de la résistance du béton de ciment de Portland? Quels sont les produits principaux d'hydratation de cette phase? Le gypse

Plus en détail

Béton et constituants du béton

Béton et constituants du béton Béton et constituants du béton Recueil sur CD-ROM Référence : 3131861CD ISBN : 2-12-131861-5 Année d édition : 2007 Analyse Fabriqué à partir de matériaux de base simples, gravillons, sable et ciment,

Plus en détail

Fortico 5R. Ciment Portland à la fumée de silice CEM II/A-D 52,5 R Fiche d information de Holcim (Suisse) SA

Fortico 5R. Ciment Portland à la fumée de silice CEM II/A-D 52,5 R Fiche d information de Holcim (Suisse) SA Ciment Portland à la fumée de silice CEM II/A-D 52,5 R Fiche d information de Holcim (Suisse) SA Le Fortico 5R est un ciment Portland à la fumée de silice, qui contient environ 8% de fumée de silice de

Plus en détail

CONTRIBUTION DE LA CONSERVATION REELLE DU BETON A L EFFET DE LA CURE SUR SA RESISTANCE MECANIQUE

CONTRIBUTION DE LA CONSERVATION REELLE DU BETON A L EFFET DE LA CURE SUR SA RESISTANCE MECANIQUE CONTRIBUTION DE LA CONSERVATION REELLE DU BETON A L EFFET DE LA CURE SUR SA RESISTANCE MECANIQUE RESUME K. BENDJILLALI*, et L. AZZOUZ* et S. KENAI** * Université de Laghouat, ** Université de Blida Le

Plus en détail

Construction. Mortier de scellement à retrait compensé et à hautes performances, avec réduction de l impact environnemental. Présentation NF 030

Construction. Mortier de scellement à retrait compensé et à hautes performances, avec réduction de l impact environnemental. Présentation NF 030 Construction Notice Produit Edition Juillet 2016 Numéro 809 Version n 2016-113 Sikagrout -234 Sikagrout -234 NF 030 EN 1504-6 Mortier de scellement à retrait compensé et à hautes performances, avec réduction

Plus en détail

2.3 Formulation des bétons courants

2.3 Formulation des bétons courants Chapitre 2 Les bétons courants 2.3 Formulation des bétons courants 2.3.1 - Objet moyens de mise en œuvre sur chantier : un béton de consistance très ferme nécessite des moyens de vibration appropriés.

Plus en détail

2.5 L enrobage des armatures

2.5 L enrobage des armatures 2.5 L enrobage des armatures 2.5.1 - Incidence de la qualité de l enrobage L enrobage des armatures représente la distance entre la surface du béton et l armature la plus proche (cadres, étriers, épingles,

Plus en détail

SOMMAIRE. l importance de bien faire les essais. Serrage à refus. béton frais - béton vibré. Principe d échantillonage

SOMMAIRE. l importance de bien faire les essais. Serrage à refus. béton frais - béton vibré. Principe d échantillonage 1 I l importance de bien faire les essais 3 SOMMAIRE II III Principe d échantillonage Serrage à refus Essais sur béton frais - béton vibré Essais de consistance Teneur en air pour les bétons XF2 et XF4

Plus en détail

Béton et constituants du béton

Béton et constituants du béton Béton et constituants du béton Un recueil sur CD-ROM Référence : 3131871CD ISBN : 978-2-12-131871-4 Année d édition : 2013 Analyse Sous son apparente simplicité, le béton est en réalité très complexe.

Plus en détail

CPJ 35 Ciments portland composés

CPJ 35 Ciments portland composés CPJ 35 Ciments portland composés Définition Le CPJ 35 est un ciment portland composé, résultant de la mouture de : Clinker (+65 %) ; Complément à 100 % d un ou plusieurs ajouts tels que les calcaires,

Plus en détail

7 TECHNOBÉTON LE BÉTONNAGE PAR TEMPS CHAUD 2. CONSÉQUENCES 1. INTRODUCTION B U L L E T I N T E C H N I Q U E

7 TECHNOBÉTON LE BÉTONNAGE PAR TEMPS CHAUD 2. CONSÉQUENCES 1. INTRODUCTION B U L L E T I N T E C H N I Q U E LE BÉTONNAGE PAR TEMPS CHAUD 7 TECHNOBÉTON B U L L E T I N T E C H N I Q U E 1. INTRODUCTION Les conditions de température élevées généralement rencontrées en période estivale peuvent causer une évaporation

Plus en détail

MORTIER DE CALAGE ET SCELLEMENT PRISE RAPIDE

MORTIER DE CALAGE ET SCELLEMENT PRISE RAPIDE Mortier de calage et scellement prise rapide Mortier de calage et scellement prise rapide est conçu pour la fixation, le scellement et le calage sans retrait de nombreux éléments. Durcissement rapide.

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES

RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES DATE DU DÉBUT DE L ÉVALUATION : RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES Entrepreneur en structures de béton (3.1) Nom du candidat : # NDI : DES MODIFICATIONS AU CONTENU PEUVENT ÊTRE APPORTÉES EN TOUT TEMPS. DÉFINITIONS

Plus en détail

Prénom : Lampadaire autonome Luméa. Choix du ciment de la composition de béton COMPOSITION DU BÉTON DU MASSIF DE PIED LES CIMENTS.

Prénom : Lampadaire autonome Luméa. Choix du ciment de la composition de béton COMPOSITION DU BÉTON DU MASSIF DE PIED LES CIMENTS. Lampadaire autonome Luméa Référence : M1-ACT3 Choix du ciment de la composition de béton COMPOSITION DU BÉTON DU MASSIF DE PIED LES CIMENTS Domaines d emploi La plupart des ciments conviennent aux emplois

Plus en détail

Information produit CEM I 52,5 R

Information produit CEM I 52,5 R Ciment Portland Information produit CEM I 52,5 R CEM I 52,5 R Ciment Portland VIGIER CEM I 52,5 R Ciment Portland Le CEM I 52,5 R est un Ciment Portland pure pour la réalisation de bétons assurant un développement

Plus en détail

Claude Ployaert Concrete Technology Engineer Inter-Beton. Steven Schaerlaekens Technical Support Manager Holcim Belgique s.a.

Claude Ployaert Concrete Technology Engineer Inter-Beton. Steven Schaerlaekens Technical Support Manager Holcim Belgique s.a. Claude Ployaert Concrete Technology Engineer Inter-Beton Steven Schaerlaekens Technical Support Manager Holcim Belgique s.a. Membres de la Commission E104 pour FedBeton Comment spécifier le béton selon

Plus en détail

Les équipements d Ouvrages d Art Etanchéité et dispositifs de retenue

Les équipements d Ouvrages d Art Etanchéité et dispositifs de retenue Les équipements d Ouvrages d Art REPARATION DES CHAPES D ETANCHEITE Jean-Louis Boucher CEREMA/DTerSO/DOA - Saint-Médard-en-Jalles Réparations du complexe étanchéité 2 Deux types de réparations: - Les réparations

Plus en détail

Concevoir, Construire, Gérer des structures durables en béton

Concevoir, Construire, Gérer des structures durables en béton Concevoir, Construire, Gérer des structures durables en béton Recommandations pour la rédaction des CCTP Christophe AUBAGNAC (CETE de Lyon - DL Autun) 15 Novembre 2011 www.setra.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

SPÉCIFICATIONS D ACCEPTATION des colis de déchets radioactifs au Centre de l Aube (I.N.B. n 149)

SPÉCIFICATIONS D ACCEPTATION des colis de déchets radioactifs au Centre de l Aube (I.N.B. n 149) SPÉCIFICATIONS D ACCEPTATION des colis de déchets radioactifs au Centre de l Aube (I.N.B. n 149) Spécifications particulières Spécification technique d acceptation des colis de déchets radioactifs conditionnés

Plus en détail

SOMMAIRE. 1. Principes - Domaines d utilisation 2

SOMMAIRE. 1. Principes - Domaines d utilisation 2 SOMMAIRE A. Description 2 1. Principes - Domaines d utilisation 2 2. Performances 3. Les produits 3 3.1 Composition 3 3.2 Identification, conditionnement et marquage 3 3.3 Stockage 3 4. Fabrication et

Plus en détail

I- Généralités II- Avantages et inconvénients du béton armé Avantages Les inconvénients du béton armé. 14

I- Généralités II- Avantages et inconvénients du béton armé Avantages Les inconvénients du béton armé. 14 : I- Généralités... 13 II- Avantages et inconvénients du béton armé... 13 1- Avantages... 13 2. Les inconvénients du béton armé. 14 12 : Chapitre I : Introduction en béton armé I- Généralités : Le B.A

Plus en détail

Modification par rapport à la précédente édition de septembre 1993 : modification de forme uniquement

Modification par rapport à la précédente édition de septembre 1993 : modification de forme uniquement LABORATOIRE COMPOSITION DES BÉTONS POUR LA FABRICATION DES PAVÉS Données de base Auteurs : Claude REBITZER - Jacques BRESSON Modification par rapport à la précédente édition de septembre 1993 : modification

Plus en détail

1.3 Caractéristiques et emplois des ciments

1.3 Caractéristiques et emplois des ciments 1.3 Caractéristiques et emplois des ciments L industrie cimentière met aujourd hui à la disposition de l utilisateur un grand nombre de ciments qui présentent des caractéristiques précises et adaptées

Plus en détail

BLOC DE BETON A COLLER

BLOC DE BETON A COLLER BLOC DE BETON A COLLER Dossier Techniques et commerciales Siège social : 1 rue du Tertre 25580 ETALANS Tél : 03.81.59.23.65 Fax: 03.81.59.26.08 Usine: 25660 Merey sous Montrond Tél : 03.81.86.71.09 Fax:

Plus en détail

Pour la réalisation d un chauffage par le sol SCHÜTZ selon DIN EN Système pour construction sèche. Type:

Pour la réalisation d un chauffage par le sol SCHÜTZ selon DIN EN Système pour construction sèche. Type: Fiche de planification Pour la réalisation d un chauffage par le sol SCHÜTZ selon DIN EN 1264-4 A) B) Système SCHÜTZ souhaité Système à agrafage Système à plots Système pour construction sèche Système

Plus en détail

Modifications au CCDG et à la norme 3101 du MTQ, version 2015

Modifications au CCDG et à la norme 3101 du MTQ, version 2015 MISE EN SITUATION Le MTQ révise annuellement le Cahier des charges et devis généraux (CCDG) ainsi que les tomes I à VII des normes. Ce document présente les principaux changements de ces documents touchant

Plus en détail

Construction POLYLATEX. Résine à mélanger à l eau de gâchage des mortiers

Construction POLYLATEX. Résine à mélanger à l eau de gâchage des mortiers Notice technique Edition Octobre, 2013 Version 01,2013 POLYLATEX POLYLATEX Résine à mélanger à l eau de gâchage des mortiers Produit Description Polylatex est une dispersion aqueuse de résine synthétique

Plus en détail

Dossier Techniques et commerciales

Dossier Techniques et commerciales Dossier Techniques et commerciales Siège social : 1 rue du Tertre 25580 ETALANS Tél : 03.81.59.23.65 Fax: 03.81.59.26.08 Usine: 25660 Merey sous Montrond Tél : 03.81.86.71.09 Fax: 03.81.86.71.79 SOMMAIRE

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET CONTRÔLE DES TRAVAUX DE REPARATION DES VIPP

DIAGNOSTIC ET CONTRÔLE DES TRAVAUX DE REPARATION DES VIPP DIAGNOSTIC ET CONTRÔLE DES TRAVAUX DE REPARATION DES VIPP Marc BROUXEL et Christopher OSTROWSKI MEASURED DECISIONS FOR BUILT ENVIRONMENT SOMMAIRE Techniques d évaluation des VIPP Outil décisionnel Investigations

Plus en détail

Les bétons. 3.1 Définition

Les bétons. 3.1 Définition Chapitre3 Les bétons 3.1 Définition 3.2 Les constituants du béton 3.2.1 - Le ciment 3.2.2 - Les granulats 3.2.3 - L eau 3.2.4 - Les adjuvants 3.2.5 - Les additions 3.3 La prise du béton 3.4 La plasticité

Plus en détail

PROJET de CONSTRUCTION d un ATELIER - GARAGE MUNICIPAL «Le Moulin de l Eau» à SAUVETERRE DE GUYENNE Page 1

PROJET de CONSTRUCTION d un ATELIER - GARAGE MUNICIPAL «Le Moulin de l Eau» à SAUVETERRE DE GUYENNE Page 1 «Le Moulin de l Eau» à 33540 SAUVETERRE DE GUYENNE Page 1 GENERALITES : Toutes les sections sont données à titre indicatif et seront à définir par une étude béton à fournir par l entreprise 1.01 DESCRIPTION

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (CCTP)

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (CCTP) CENTRE TECHNIQUE DE MATERIAUX NATURELS DE CONSTRUCTION Dossier de consultation CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (CCTP) Objet : ACQUISITION ET INSTALLATION D UN SYSTEME D ESSAIS DE COMPRESSION

Plus en détail

LES ENDUITS SUPERFICIELS. Choix des Différentes Techniques. 1 Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de la Mer

LES ENDUITS SUPERFICIELS. Choix des Différentes Techniques. 1 Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de la Mer LES ENDUITS SUPERFICIELS Choix des Différentes Techniques Patrice VALLON Septembre 200 Choix de la structure d un enduit superficiel Le choix de la structure d un enduit superficiel est essentiellement

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES TRANSPORT ET MANUTENTION...3 MISE EN PLACE...5 DÉVERSEMENT...6 CONSOLIDATION...8 PROTECTION...11 CURE...13 CONCLUSION...

TABLE DES MATIÈRES TRANSPORT ET MANUTENTION...3 MISE EN PLACE...5 DÉVERSEMENT...6 CONSOLIDATION...8 PROTECTION...11 CURE...13 CONCLUSION... TABLE DES MATIÈRES 1 2 3 4 5 6 7 TRANSPORT ET MANUTENTION...3 MISE EN PLACE...5 DÉVERSEMENT...6 CONSOLIDATION...8 PROTECTION...11 CURE...13 CONCLUSION...16 PRÉSENTATION Le Service technique de l Association

Plus en détail

Construire des Ouvrages d'art en Béton Les essais sur béton

Construire des Ouvrages d'art en Béton Les essais sur béton Construire des Ouvrages d'art en Béton Les essais sur béton M. Dierkens (DLL) 19-20 janvier 2011 2 SOMMAIRE Prélèvement de béton Consistance Teneur en air Confection d éprouvettes Cas particulier des BAP

Plus en détail

Chapitre V LA PREFABRICATION LOURDE

Chapitre V LA PREFABRICATION LOURDE LA PREFABRICATION LOURDE LA PREFABRICATION LOURDE I-INTRODUCTION: La préfabrication lourde est une préfabrication des éléments de grandes dimensions qui a pris naissance à l'occasion de l'industrialisation

Plus en détail

Concevoir, Construire et gérer des structures durables en béton

Concevoir, Construire et gérer des structures durables en béton Concevoir, Construire et gérer des structures durables en béton Évolutions normatives et réglementaires, Démarche performantielle Saint-Brieuc 09 novembre 2016 Lycée Freyssinet En partenariat avec : Concevoir,

Plus en détail

B 01/09/2014. Produits manufacturés en mousse rigide de polyuréthanne

B 01/09/2014. Produits manufacturés en mousse rigide de polyuréthanne Indice de Révision Date de mise en application B 01/09/2014 Référentiel Produit nº4 ASSOCIATION POUR LA CERTIFICATION DES MATERIAUX ISOLANTS 4, avenue du Recteur-Poincarré, 75782 Paris Cedex 16 Tel. 33.(0)1.64.68.84.97

Plus en détail

Etude de la norme «bétons» ( norme NF EN )

Etude de la norme «bétons» ( norme NF EN ) Etude de la norme «bétons» ( norme NF EN 206-1 ) 1 Domaine d application de la norme NF EN 206-1 - Cette norme s'applique aux bétons destinés aux structures coulées en place, aux structures préfabriquées,

Plus en détail

S.T.S Bâtiment LABORATOIRE CESSA - TP N 7 Etude des ciments

S.T.S Bâtiment LABORATOIRE CESSA - TP N 7 Etude des ciments S.T.S Bâtiment LABORATOIRE CESSA - TP N 7 Etude des ciments I-Essai de prise de la pâte de ciment (NF P 15-473 - NF EN 196-3) Remarque : Afin de conduire l essai de prise à terme, celui-ci sera réalisé

Plus en détail

NORME NF EN Les bétons prêts à l emploi sont fabriqués en centrale et livrés sur chantier par camion malaxeur (toupie).

NORME NF EN Les bétons prêts à l emploi sont fabriqués en centrale et livrés sur chantier par camion malaxeur (toupie). NORME NF EN 206-1 On distingue deux types de BPE : -les bétons à propriétés spécifiés (BPS) : désignés par la commande. -les bétons à composition prescrite (BCP) : défini par le client. Fabrication : Le

Plus en détail

L APPROCHE PERFORMANTIELLE «Une démarche innovante pour concevoir, construire et gérer des structures durables en béton»

L APPROCHE PERFORMANTIELLE «Une démarche innovante pour concevoir, construire et gérer des structures durables en béton» Journée COTITA OUEST NORMANDIE CENTRE Rennes, 21 octobre 2010 L APPROCHE PERFORMANTIELLE «Une démarche innovante pour concevoir, construire et gérer des structures durables en béton» Exécution des ouvrages

Plus en détail

Travaux d enduits de mortiers

Travaux d enduits de mortiers 10 Travaux d enduits de mortiers Qu ils soient monocouches ou multicouches, composés sur chantier ou formulés industriellement, appliqués manuellement ou projetés mécaniquement, les enduits de mortiers

Plus en détail

BétonlabPro 3 Leçon N 14 Formulation des BHP (Bétons à Hautes Performances)

BétonlabPro 3 Leçon N 14 Formulation des BHP (Bétons à Hautes Performances) BétonlabPro 3 Leçon N 14 Formulation des BHP (Bétons à Hautes Performances) François de Larrard Laboratoire Central des Ponts et Chaussées Centre de Nantes Plan de la leçon Définition Choix des constituants

Plus en détail

Un retardateur est un adjuvant qui augmente le temps de début de transition d un mélange, pour passer de l état plastique à l état rigide.

Un retardateur est un adjuvant qui augmente le temps de début de transition d un mélange, pour passer de l état plastique à l état rigide. Les Retardateurs Un retardateur est un adjuvant qui augmente le temps de début de transition d un mélange, pour passer de l état plastique à l état rigide. Les Retardateurs liquides CIMAXTARD 101 86 CIMIXRETARD

Plus en détail

BétonlabPro 3 Leçon N 11 Formulation d un béton de structure (optimisation et ajustement expérimental)

BétonlabPro 3 Leçon N 11 Formulation d un béton de structure (optimisation et ajustement expérimental) BétonlabPro 3 Leçon N 11 Formulation d un béton de structure (optimisation et ajustement expérimental) François de Larrard Laboratoire Central des Ponts et Chaussées Centre de Nantes Plan de la leçon Rappel

Plus en détail

Avis Technique non valide

Avis Technique non valide Document Technique d Application Référence Avis Technique 20/07-119*08 Mod Modificatif à l Avis Technique 20/07-119, aux extensions 20/07-119*01 Ext, 20/07-119*02 Ext, et annule et remplace les modificatifs

Plus en détail

fiche technique dalles alveolaires en béton armé sous-face lisse

fiche technique dalles alveolaires en béton armé sous-face lisse fiche technique dalles alveolaires en béton armé sous-face lisse Description pour cahier des charges Les éléments préfabriqués en béton armé avec une sous-face lisse ont une épaisseur de 13cm ou 17cm et

Plus en détail

Modélisation du refroidissement d une couche d enrobé hydrocarboné à chaud

Modélisation du refroidissement d une couche d enrobé hydrocarboné à chaud Modélisation du refroidissement d une couche d enrobé hydrocarboné à chaud Michel Froumentin CETE Normandie Centre 10, Chemin de la Poudrière 76121 Le Grand Quevilly Cedex Centre d Expérimentation Routière

Plus en détail

SPECIFICATIONS TECHNIQUES

SPECIFICATIONS TECHNIQUES STABEX vrac Esthétique et performance des sols stabilisés SPECIFICATIONS TECHNIQUES STABEX 1/13 Note technique Stabex vrac SOMMAIRE Préambule 3 1. Domaine d application 3 page 2. Caractéristiques générales

Plus en détail

AMELIORATION DES CONDITIONS DE TRAVAIL DANS LES GRUES A TOUR

AMELIORATION DES CONDITIONS DE TRAVAIL DANS LES GRUES A TOUR AMELIORATION DES CONDITIONS DE TRAVAIL DANS LES GRUES A TOUR Recommandation adoptée par le Comité Technique National des industries du Bâtiment et des Travaux Publics (CTN B) le 11 octobre 2011 SOMMAIRE

Plus en détail

Information produit CEM II/A-LL 42,5 N

Information produit CEM II/A-LL 42,5 N Ciment Portland au calcaire Information produit CEM II/A-LL 42,5 N CEM II/A-LL 42,5 N Ciment Portland au calcaire VIGIER CEM II/A-LL 42,5 N Ciment Portland au calcaire Le CEM II/A-LL 42,5 N est un liant

Plus en détail

COFFRAGES H12 PLUS BETONNAGE. v.0.0 Décembre 2014 CATALOGUE TECHNIQUE

COFFRAGES H12 PLUS BETONNAGE. v.0.0 Décembre 2014 CATALOGUE TECHNIQUE BETONNAGE 179 POUR UN BEAU BETON Un beau béton n est pas forcément seulement un béton architectonique, mais aussi un béton qui génère un gain de temps en finition. Un beau béton est le résultat de l interaction

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE Date : 04/2015. Emulsion incolore en phase aqueuse, d aspect mat velouté et formulée à base de résines acryliques micronisées.

FICHE TECHNIQUE Date : 04/2015. Emulsion incolore en phase aqueuse, d aspect mat velouté et formulée à base de résines acryliques micronisées. IMLAR CPC 1175 T Description Emulsion incolore en phase aqueuse, d aspect mat velouté et formulée à base de résines acryliques micronisées. Destinations Produit destiné à la protection et à l hydrofugation

Plus en détail

U L T I M A T *04,5; ;9Ï: /(<;, 9i:0:;(5*, (<? :<3-(;,: ;<55,3: 6<=9(.,: +»(9;,; -65+(;065: ,:

U L T I M A T *04,5; ;9Ï: /(<;, 9i:0:;(5*, (<? :<3-(;,: ;<55,3: 6<=9(.,: +»(9;,; -65+(;065: ,: ULTIMAT ULTIMAT C 3 A ALCALINS ACTIFS Na 2 O eq SO 3 2 15 1 5 2 1 Cimbag Vrac VICAT - DIRECTION COMMERCIALE CIMENT Tél. 4 74 18 4 1 - marketing@vicat.fr PERFORMAT CIMENT HAUTES PERFORMANCES OUVRAGES EN

Plus en détail

RAPPORT D ESSAIS N CAPE-AT concernant un appareil de chauffage domestique à combustible solide à libération lente de chaleur

RAPPORT D ESSAIS N CAPE-AT concernant un appareil de chauffage domestique à combustible solide à libération lente de chaleur DÉPARTEMENT CAPE CLIMATOLOGIE - AÉRODYNAMIQUE - POLLUTION - ÉPURATION RAPPORT D ESSAIS N CAPE-AT 11-002 concernant un appareil de chauffage domestique à combustible solide à libération lente de chaleur

Plus en détail

MPA NRW Material Prüfungsamt Nordrhein-Westfalen TESTER-CONTROLER-CERTIFIER

MPA NRW Material Prüfungsamt Nordrhein-Westfalen TESTER-CONTROLER-CERTIFIER NT 06 04 V/60 Traduction PV Essai MPA Rapport d essai N 0006-05-0-04 du 0.0.006 Page sur 9 MPA NRW Material Prüfungsamt Nordrhein-Westfalen TESTER-CONTROLER-CERTIFIER Traduction du P.V. d essai N 0006-05-0-04

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES LES CARACTÉRISTIQUES DU BÉTON... 2 LES EXIGENCES DU CODE ET DE LA NORME CSA A

TABLE DES MATIÈRES LES CARACTÉRISTIQUES DU BÉTON... 2 LES EXIGENCES DU CODE ET DE LA NORME CSA A TABLE DES MATIÈRES 1 2 3 4 5 6 LES CARACTÉRISTIQUES DU BÉTON... 2 LES EXIGENCES DU CODE ET DE LA NORME CSA A23.1-09... 11 LES EXIGENCES CONCERNANT LES BÂTIMENTS VISÉS PAR LA GARANTIE OBLIGATOIRE... 15

Plus en détail

d actualité Paris, le 12 décembre 2016

d actualité Paris, le 12 décembre 2016 Journée d actualité Paris, le 12 décembre 2016 APPLICATION DU NOUVEAU FASCICULE 65 SUR L EXÉCUTION DES OUVRAGES DE GÉNIE CIVIL EN BÉTON JOURNÉE PRÉSIDÉE ET ANIMÉE PAR DIDIER BRAZILLIER, DIRECTEUR ADJOINT

Plus en détail

LE PROJET ROUTIER : UN ENCHAINEMENT DE CHOIX

LE PROJET ROUTIER : UN ENCHAINEMENT DE CHOIX LA ROUTE LE PROJET ROUTIER : UN ENCHAINEMENT DE CHOIX CHOIX DE LA STRATÉGIE DE DIMENSIONNEMENT CHOIX DU TRACÉ TRAFIC CUMULÉ ASSURE DES LIAISONS PERMET DES ÉCHANGES CHOIX DU TRAFIC SOLS RENCONTRÉS -PARAMÈTRES

Plus en détail

Le logiciel BétonlabPro 2 Bases scientifiques - Principes de fonctionnement

Le logiciel BétonlabPro 2 Bases scientifiques - Principes de fonctionnement Le logiciel BétonlabPro 2 Bases scientifiques - Principes de fonctionnement François de Larrard, Thierry Sedran Robert Le Roy, Laetitia d Aloia Laboratoire Central des Ponts et Chaussées Plan de l exposé

Plus en détail

Recommandations pour la rédaction des CCTP

Recommandations pour la rédaction des CCTP CONCEVOIR, CONSTRUIRE ET GERER DES STRUCTURES DURABLES EN BETON Recommandations pour la rédaction des CCTP Sommaire Dispositions générales Application sur un ouvrage Choix des classes d exposition Détermination

Plus en détail

SERVICE PUBLIC DE WALLONIE. Document de référence Qualiroutes A 3. Modalités de réception technique préalable

SERVICE PUBLIC DE WALLONIE. Document de référence Qualiroutes A 3. Modalités de réception technique préalable SERVICE PUBLIC DE WALLONIE Document de référence Qualiroutes A 3 Modalités de réception technique préalable Édition du 01/01/2015 1. Préambule La réception technique préalable est une procédure distincte

Plus en détail

Recommandations pour le contrôle extérieur des chaussées

Recommandations pour le contrôle extérieur des chaussées Direction territoriale Ile-deFrance Recommandations pour le contrôle extérieur des chaussées COTITA Île de France Réunion du club Route, Entretien, Exploitation, Sécurité, Service à l usager Safi HADJ-BOUZIANE

Plus en détail

CARNET DE CHANTIER. Pour plus de renseignements, consultez notre bureau d études au

CARNET DE CHANTIER. Pour plus de renseignements, consultez notre bureau d études au Chaque année, plusieurs millions de mètres de poutrelles FIMUREX sont posés en France. Si la poutrelle treillis a fait ses preuves, la réussite d un chantier passe cependant par le respect des règles de

Plus en détail

Montant de garde-corps Doka 1,10m

Montant de garde-corps Doka 1,10m 05/2006 Instructions de montage et d utilisation 999430003 F B L Montant de garde-corps Doka 1,10m Référence 584384000 9430-200-01 Conseils généraux pour une utilisation conforme aux directives Ces informations

Plus en détail