LA MALNUTRITION DES ENFANTS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA MALNUTRITION DES ENFANTS"

Transcription

1 GLOSSAIRE Dénutrition : résultat d une sous-alimentation ou d une mauvaise assimilation de la nourriture. Disette : pénurie de vivres. Faim : besoin urgent de manger. Famine : rupture brutale de l approvisionnement en aliments qui touche l ensemble de la population d une région. Insécurité alimentaire : situation caractérisée par le fait que la population n a pas accès à une quantité suffisante d aliments sans dangers et nutritifs pour avoir une croissance et un développement normaux, être en bonne santé et mener une vie active. L insécurité alimentaire peut être due à l insuffisance de la disponibilité alimentaire, à l insuffisance du pouvoir d achat, à des problèmes de distribution ou à l inadéquation de la consommation alimentaire à l échelon des familles. Elle peut être chronique, saisonnière ou temporaire. (contraire = sécurité alimentaire) Micro-nutriments : vitamines, minéraux et autres substances dont le corps a besoin en petite quantité. Sous-alimentation : ration alimentaire en permanence insuffisante pour couvrir les besoins énergétiques alimentaires. (contraire = suralimentation) 1 CONSTAT DÉFINITION La malnutrition revêt trois formes différentes : - la sous alimentation (manger insuffisamment) - les carences alimentaires (manger mal ou de façon déséquilibrée) - la suralimentation (manger trop) La malnutrition est, en effet, un état complexe où peuvent se mêler des carences multiples et concomitantes en calories, en protéines et en micro-nutriments. Le terme «malnutrition» englobe la malnutrition généralisée qui se manifeste par un retard de croissance, un déficit pondéral et l émaciation, et les carences en micro-nutriments tels que le fer, la vitamine A, l iode, le zinc et l acide folique. La malnutrition, contrairement à la faim, ne dépend pas seulement de la satisfaction de l appétit : un enfant qui mange suffisamment pour calmer sa faim immédiate peut néanmoins être malnutri. On a parlé, à son propos, d urgence silencieuse : les trois quarts des enfants qui meurent de causes liées à la malnutrition, sont atteint de formes modérées ou légères, de façon souvent chronique, qui ne s accompagnent d aucun signe extérieur. Les groupes les plus vulnérables sont les foetus, les enfants de moins de trois ans et les femmes avant et pendant la grossesse et en cours d allaitement. Les formes de malnutrition les plus fréquentes sont les suivantes : La malnutrition de l enfant qui, pendant de longues périodes, ne reçoit pas une nourriture correspondant à ses besoins et provoque carences, retard de croissance et vulnérabilité à la maladie ;

2 La malnutrition par excès ou obésité : pour la première fois dans l histoire, le nombre de personnes obèses dans le monde égale le nombre de personnes souffrant d une insuffisance pondérale. L obésité touche 41% de la population en Colombie et 36% au Brésil. En Chine le nombre d adultes obèses a augmenté de 50% en trois ans. Entraînant certaines maladies comme les troubles cardio-vasculaires, l hypertension et le diabète, l obésité est devenu un important problème de santé publique. Des études ont démontré que la malnutrition sévère de femmes enceintes serait à l origine de certains cas d obésité chez leur enfant : leur corps gardant la mémoire des carences subies mettrait en place un système de compensation en stockant toutes les calories. Les carences en micro-nutriments : ces carences peuvent parfois se révéler aussi graves que le manque de calories ou de protéines et être particulièrement néfastes au développement. La malnutrition protéino-énergétique : elle est provoquée par une rupture dans l alimentation et peut être mortelle sans prise en charge rapide. Les signes cliniques sont très peu apparents mais elle rend vulnérable à tous types d infections et entrave la croissance en poids et en taille de l enfant. Dans les situations d urgence disettes et surtout famines on rencontre deux cas sévères de malnutrition protéino-énergétique. Le marasme : l enfant présente une maigreur spectaculaire, les os sont saillants, les yeux enfoncés, la peau distendue ; il prend alors l allure d un petit vieillard et peut ne plus peser que la moitié du poids normal pour son age. Il s agit d une forme de malnutrition sévère qui menace la vie de l enfant à brève échéance et demande une attention médicale urgente. Le kwashiorkor : l enfant est gonflé d oedèmes, ses cheveux se décolorent et tombent, sa peau est sèche et squameuse ; son comportement change également : il ne sourit plus, ne joue plus, devient indifférent à toute stimulation, pleure et refuse la nourriture. Faute de soin, il est là encore, condamné rapidement. Il s agit d un terme ghanéen qui signifie «l enfant éloigné du sein de sa mère»! 2 L AMPLEUR DU PHÉNOMÈNE Dans le monde en développement, 30% de la population et presque un tiers des enfants est sous alimentée de façon chronique, soit un total de 777 millions d individus ; 11 millions d enfants de moins de cinq ans meurent chaque année ; la malnutrition est responsable de plus de la moitié de ces décès ; les deux tiers des 150 millions d enfants malnutris dans le monde vivent en Asie ; Chaque année, 11 millions de bébés de petit poids (moins de 2,5 Kg) naissent en Asie du sud et 3,6 millions en Afrique subsaharienne ; Plus de deux milliards de personnes souffrent de carences en micro-nutriments, soit un sur trois ; 100 à 140 millions d enfants souffrent d avitaminose A et enfants deviennent partiellement ou totalement aveugles chaque année ; 39% sont anémiés ; 150 millions d enfants présentent un retard de croissance ; 17% des enfants et jusqu à 50% dans certains PMA sont de faible poids à la naissance.

3 LE DÉPISTAGE Chez les jeunes, la malnutrition est synonyme de trouble de la croissance, les enfants mal nourris présentant un rapport poids/taille inférieur à ce que voudrait leur age. Pour mesurer rapidement l ampleur de la malnutrition dans une population, on enregistre le poids et la taille des jeunes enfants, en comparant les chiffres obtenus à une population de référence dont on sait la croissance normale. La malnutrition modérée peut demeurer pratiquement invisible à moins de peser et de mesurer les enfants. Pour ce faire, les agents de santé utilisent des balances, des diagrammes poids/tailles, des toises et des périmètres bracials (bandelettes réglables pour mesurer le tour de bras, le degrés de malnutrition étant indiqué par un code de couleur (vert, jaune, rouge). Les enfants plus gravement malnutris présentent des symptômes cliniques relativement faciles à repérer lors d une auscultation : amaigrissement sévère, oedème des pieds, pâleur des paumes, essoufflement, problèmes visuels LES CAUSES DE LA MALNUTRITION Les deux principales causes immédiates de la malnutrition sont l inadéquation de la ration alimentaire et la maladie. Leur interaction tend à créer un cercle vicieux : l enfant malnutri résiste moins bien à la maladie, il tombe malade et de ce fait la malnutrition empire. affecte en premier lieu les enfants fragilisés sur le plan nutritionnel. Par exemple : la malnutrition et le déficit en vitamine A sont des facteurs favorisant la survenue d une rougeole, par exemple, maladie extrêmement contagieuse et dont les complications peuvent être mortelles. La rougeole, à son tour, va générer des cas de malnutrition chez les enfants atteints. La malnutrition est, en fait, le résultat de tout une combinaison de facteurs sous-jacents parmi lesquels ont peut citer : Les famines et les guerres : contrairement à une idée reçue, celles ci ne sont responsables que d une petite partie de la malnutrition dans le monde ; ces urgences en provoquent par contre les formes les plus graves, souvent mortelles. la sécurité alimentaire insuffisante au niveau du foyer : les familles ne peuvent pas produire ou acquérir assez d aliments contenant l énergie et les nutriments dont elles ont besoin ; Le manque d accès à l eau et à un environnement satisfaisant : l insalubrité à l intérieur et à proximité des maisons favorisant la propagation des maladies infectieuses notamment de diarrhées chez les enfants qui, à leur tour, deviennent des causes majeures de malnutrition ; la mauvaise qualité des services de santé : chers, non existants ou inadaptés, cette carence entraîne de faibles taux de vaccination, une prise en charge des enfants malades et malnutris inadaptée, etc. l inadéquation des soins aux mères et aux enfants : les familles et les communautés ne consacrent pas le temps et les ressources nécessaires à la prise en charge de leur santé et de leur alimentation ; l état nutritionnel des mères : la malnutrition commence dès la conception. En effet, lorsque les femmes enceintes ont des régimes alimentaires inadéquats, elles donnent naissance à des bébés plus petits, affectés par divers problèmes de santé et davantage susceptibles de mourir en bas âge. La discrimination à l égard des femmes et des jeunes filles : l analphabétisme et la place réduite des femmes sur le marché du travail sont des causes fondamentales de la malnutrition : les enfants nés de femmes n ayant pas eu accès à l éducation, ont deux fois plus de risques de mourir en bas âge. Dans certaines régions, les femmes ne mangent qu après les autres membres de la famille et leur ration est moindre. Or, ce qui met en danger les femmes met aussi les enfants en danger et faire respecter le droits des femmes est l un des meilleurs moyens de protéger le bien être et le développement nutritionnel des enfants. 3

4 LES CONSÉQUENCES Hausse de la mortalité infantile et maternelle : chaque année la malnutrition contribue, directement ou indirectement, au décès d environ 6 millions d enfants ; les enfants hypotrophiques (qui pèsent moins de 2,5 Kg à la naissance) et ceux qui présentent une insuffisance pondérale grave courent entre deux et huit fois plus de risque de mourir dans l année suivante que les enfants de poids normal. L anémie ferriprive abaisse la résistance à la maladie et augmente de risque d hémorragie et d infection lors de l accouchement ; elle est ainsi à l origine de 20% des cas de mortalité maternelle en Asie et en Afrique. Par ailleurs, une étude a prouvé que la supplémentation en vitamine A peut faire chuter la mortalité maternelle de 45%. Entrave à la croissance et au développement : de l état nutritionnel de l enfant découle son développement physique, mental et social ; les carences en vitamines et sels minéraux peuvent entraîner un retard de croissance et mettre en péril le développement intellectuel. Les enfants qui survivent à la malnutrition ont une capacité d apprentissage réduite. Une anémie en fer peut retarder le développement psychomoteur et contrarier le développement cognitif, abaissant le QI d environ neuf points. Invalidité : quand elle ne tue pas, la malnutrition laisse des séquelles durables sous forme de handicaps physiques ou mentaux ; la carence en vitamine A est une cause majeure de cécité, en iode, de crétinisme, en vitamine D de rachitisme ; la malnutrition chez la femme enceinte peut également entraîner divers degrés d arriération mentale chez l enfant. ACTION Troubles de l immunité : un lien est désormais clairement établi entre la malnutrition en début de vie y compris la période de croissance foetale et l apparition ultérieure d affections chroniques ; la malnutrition affaiblit le système immunitaire exposant davantage les enfants à des épisodes diarrhéiques graves et nombreux ainsi qu à certaines maladies infectieuses. L enfant risque également d être atteint plus sérieusement et sa capacité de récupération d être moindre. Conséquences économiques : la malnutrition accroît la prédisposition aux maladies et laisse les individus sans force et léthargiques, réduisant leur capacité de travail. Par-là même, elle abaisse la productivité, entrave la croissance économique et l efficacité des investissements dans les domaines de la santé et de l éducation, et elle augmente la pauvreté.. On estime que dans certains pays, les pertes de vies, les infirmités et la chute de pruductivité consécutives aux carences nutritionnelles coûtent plus de 5% du PNB. Aussi, longtemps tenue pour une cause de la malnutrition, La pauvreté est de plus en plus considérée comme l une de ses conséquences. La malnutrition se manifeste au niveau individuel, mais ses causes profondes et fondamentales s étendent au niveau familial et communautaire au niveau national et international. Pour lutter contre les différentes formes de malnutrition, l Unicef doit concevoir des stratégies générales et se battre sur de nombreux fronts. Il convient avant tout d aider les communautés à évaluer et à analyser leurs problèmes avant de prendre les mesures qui s imposent à tous les niveaux. L Unicef a baptisé cette stratégie «l approche des trois A» : Apprécier le problème, Analyser ses causes et Agir afin d améliorer la nutrition des enfants. Parmi les mesures régulièrement prises par l Unicef, figurent : - la récupération nutritionnelle des enfants souffrant de malnutrition grave, - l alimentation complémentaire, - l enrichissement des aliments avec des nutriments essentiels pour lutter contre les carences, - la surveillance de la croissance des jeunes enfants, - la formation sanitaire et nutritionnelle, - un accès élargi des femmes à l éducation, - des actions de plaidoyer visant à augmenter les investissements publics dans le secteur social L Unicef concentre ses efforts dans trois domaines prioritaires : - la protection, la promotion et le soutien de l allaitement maternel ; - la lutte contre les carences nutritionnelles ; - l aide alimentaire en cas d urgence. 4

5 L ALLAITEMENT MATERNEL Par des programme d éducation nutritionnelle, l Unicef tente d inculquer aux familles la meilleure manière de dispenser des soins et de fournir une alimentation adaptée aux enfants. L objectif principal des campagnes consiste à convaincre les femmes de nourrir leur enfant au sein exclusivement pendant six mois, et de poursuivre jusqu aux deux ans de l enfant avec des compléments nutritionnels. L allaitement maternel, combine parfaitement les trois éléments fondamentaux d une alimentation équilibrée : aliments, santé et soins. Le lait maternel constitue un aliment idéal pour les nourrissons pendant les six premiers mois : il contient tous les nutriments, les anticorps et les hormones dont il a besoin. Depuis de nombreuses années, en collaboration avec l OMS, l Unicef contribue à financer des études démontrant la supériorité de l allaitement maternel et les dangers de l allaitement artificiel. Des programmes de formation et de conseil dans le domaine sanitaire, mais également social, sont mis en place. En 1981, l Unicef a contribué à la rédaction du «Code international de commercialisation des substituts au lait maternel» qui établit des normes minimales réglementant les pratiques de commercialisation et fixe les normes d étiquetage des substituts au lait maternel. Il stipule que les centres de santé ne doivent jamais participer à la promotion de ces substituts et interdit la distribution d échantillons gratuits. L Unicef fournit une assistance technique pour la mise en oeuvre du code et d autres aspects juridiques du soutien à l allaitement maternel. En 1991, l UNICEF et l OMS lancent l initiative «Hôpitaux amis des bébés» pour encourager les hôpitaux à promouvoir l allaitement maternel en décernant le label «amis des bébés» à ceux qui remplissent dix conditions : former les personnels soignant, informer les mères des avantages de l allaitement, aider les femmes à commencer l allaitement dans la demi-heure qui suit la naissance, créer des associations de soutient à l allaitement, etc. A Cuba, où 49 des 56 hôpitaux et maternités que compte le pays sont «amis des bébés», le taux l allaitement maternel exclusif a triplé en six ans (passant de 25 à 76%). On compte aujourd hui plus de «hôpitaux amis des bébés» dans plus de 130 pays. 5 LA LUTTE CONTRE LES CARENCES NUTRITIONNELLES Les plus grands succès remportés par l Unicef en matière de nutrition résident dans la chute significative des carences en vitamine A et en iode. Vitamine A : l Unicef fait en sorte de profiter des journées nationales de vaccination pour effectuer d autres interventions bénéfiques à la santé des enfants et susceptibles de sauver des vies (le «plus» du programme «vaccination plus»!). Il s agit d administrer une dose de vitamine A aux enfants, ce qui a été fait dans plus de 40 pays en développement, pour 70% des enfants. Iode : grâce à la iodation du sel, chaque année 91 millions de nouveaux-né sont protégés de l arriération mentale. L Unicef soutient la iodation universelle du sel par des programmes de formation, la fourniture de matériels d essais et la mise en oeuvre de contrôles de qualité pour l iodation produite localement, souvent en étroite collaboration avec le secteur privé. L Unicef se bat pour que les gouvernements et les producteurs de sels s impliquent davantage afin d atteindre le but fixé pour 2005 : l élimination de la carence en iode. Fer : afin de lutter contre l anémie ferriprive, trouble nutritionnel le plus fréquent dans le monde, l Unicef distribue également des comprimés de fer / acide folique. L AIDE ALIMENTAIRE D URGENCE Dans les situations d urgence exigeant une aide alimentaire, les priorités de l Unicef consistent à prévenir la mortalité liée à la faim et aux maladies et à réduire la malnutrition en fournissant l alimentation complémentaire et thérapeutique, les micro-nutriments et en nourrissant les orphelins.

6 L UNICEF travaille en étroite collaboration avec le Programme Alimentaire Mondial (PAM), en charge des distributions générales de vivres. Ils partagent notamment leur capacité logistique, par exemple en Ouganda où le PAM s est chargé d entreposer les envois de suppléments alimentaires et les kits sanitaires de l UNICEF, puis de les transporter au Rwanda lors du soudain retour de réfugiés, à la fin de l année Ils établissent aussi en commun une évaluation des problèmes nutritionnels et des besoins à satisfaire en priorité pour les résoudre. Dans le sud du Soudan, les deux institutions, avec des homologues et des ONG, procèdent chaque année à une évaluation des besoins, étudiant non seulement la sécurité alimentaire mais aussi la «sécurité sanitaire», sur la base de l état nutritionnel et de l accès aux services de santé. L UNICEF et le PAM collaborent aussi dans le cadre de projets «post-conflits» tels que la démobilisation des enfants soldats. A Bukavu, à l est de la République démocratique du Congo, c est le PAM qui fournit des vivres au centre ouvert par l UNICEF pour aider les enfants qui ont pris part à la guerre civile à réintégrer la société. PROGRAMMES FINANCÉS PAR L UNICEF FRANCE MADAGASCAR : promotion des compléments alimentaires pour les enfants Objectif : réduire la malnutrition infantile chez les nourrissons et les jeunes enfants par le renforcement et la promotion de l allaitement maternel exclusif jusqu à 6 mois et la mise à disposition d aliments de complément appropriés à tous les enfants à partir du 6 mois. Financement : sur deux ans pour la généralisation du programme «UTRIMAD» et pour des programmes de «promotion nutritionnelle» relatifs au lien entre allaitement maternel exclusif et alimentation complémentaire des enfants. BURKINA FASO : promotion de l état nutritionnel des enfants et de leurs mères en milieu rural Objectif : améliorer l état nutritionnel des enfants de 0 à 2 ans et de leurs mères. Le projet s appuie sur la sensibilisation des communautés aux besoins des jeunes enfants. Il prévoit le renforcement des activités de suivi pré et post-natal et l amélioration des pratiques d alimentation. Il s agit du volet rural d un projet plus vaste : «NutriFaso-Communautaire». Ce programme est mené en partenariat avec le GRET. Financement : IMPACT PROGRÈS ACCOMPLIS : par thème : Malnutrition : le nombre de cas de malnutrition a diminué de 17 % dans les pays en Développement, au cours de la dernière décennie. L Amérique du Sud a atteint l objectif fixé puisqu elle enregistre une réduction de 60% des cas d insuffisance pondérale sur la décennie, progrès que l on peut en partie attribuer à l amélioration du niveau de vie. Allaitement maternel : le pourcentage d enfants nourris exclusivement au sein a augmenté de près de 20% au cours de la décennie. 50% seulement des enfants sont exclusivement nourris au sein pendant les quatre premiers mois. Avitaminose A : plus de 40 pays administrent à la grande majorité des enfants (plus de 70%) au moins une dose de vitamine A par an. L UNICEF estime qu au moins 1 million de décès d enfants auraient pu être évités au cours des trois dernières années seulement, si cette mesure avait été prise plus tôt. 6

7 Troubles dus aux carences en iode : 72% des foyers dans les pays en développement utilisent du sel iodé, contre moins de 20% au début de la décennie, ainsi chaque année 90 millions de nouveau-nés échappent à d importants troubles d apprentissage. Insuffisance pondérale à la naissance : la proportion d enfants souffrant d insuffisance pondérale a reculé de 32 à 28% dans les PED au cours de la décennie. A ce jour, 57 pays en développement ont moins de 10% d enfants présentant une insuffisance pondérale. Surveillance de la croissance : une majorité de pays en développement ont institué une surveillance de la croissance et autres actions en utilisant diverses approches. Sécurité alimentaire des ménages : le nombre d habitants de pays en développement souffrant de carences caloriques a très légèrement diminué. Par pays : Ethiopie : programmes d alimentation complémentaire menés dans 35 districts pour femmes enceintes, mères allaitantes et enfants souffrant de malnutrition. Chine : vaste campagne de promotion de la consommation de sel iodé : 51 millions de personnes supplémentaires, dont nouveau-nés, ont ainsi été protégés contre ces troubles en En dix ans, le taux de iodation du sel en Chine est passé de 39 à 95%. Bolivie : campagne de promotion de l iodation du sel soutenue par l Unicef. Le pays à fait passer sa production de sel iodé de 65% en 2000 à 85% en Népal : grâce à l intervention de femmes bénévoles formées par l Unicef à promouvoir la distribution de vitamine A dans leurs communautés, c est l un des 17 pays qui distribuent deux fois par an des suppléments de vitamine A à 70% des enfants de moins de cinq ans. Indonésie : l Unicef s est associé à une ONG locale pour surveiller la commercialisation de substituts du lait maternel dans plusieurs provinces du pays. 25 partenaires des pouvoirs publiques et dela société civile, dûment formés, ont entrepris de recenser les violations au Code international. République Démocratique du Congo : le projet «Nutrition à assise communautaire» privilégie le bien-être des nourrissons et notamment l amélioration de leur santé nutritionnelle. Des équipes formées dans ce but, expliquent aux femmes l importance de l alimentation et des micro-nutriments pendant la grossesse. Elles montrent également aux familles comment cultiver des denrées alimentaires et comment les préparer de façon nutritive. En février 2003, dans le cadre des journées de vaccination, l Unicef a fourni de la vitamine A à 12 millions d enfants. Azerbaïdjan : il est ressorti d une étude qu environ 80% des enfants de moins de cinq ans manquaient de vitamine A et que 25% étaient atteints d une carence grave. En conséquence, la distribution de suppléments de vitamine A a été intégrée au programme élargi de vaccination du pays. Angola : soutien financier et technique à l organisation communautaire «Pastoral da criança» qui a axé son action sur les soins prénatals, l allaitement au sein, la nutrition, le développement et les soins de santé de l enfant. Une fois par mois, l association réunit plus de 200 mères pour surveiller le poids de leurs bébés, donner des conseils de santé et de nutrition et permettre aux femmes d échanger leurs expériences. 7

8 8 EXEMPLES DE COÛTS 0,1 = 1 bandelette graduée avec code par couleur pour mesurer la circonférence du bras d un enfant 0,2 = 1 sachet de RESOMAL, sel de réhydratation orale pour enfant atteint de malnutrition sévère, permettant de reconstituer 2 litres de solution 1,50 = 1ration de complément nutritionnel d urgence de 500g 2,80 = 1 balance pour nourrissons jusqu à 2,5 Kg pour identifier les bébés de faible poids à la naissance 5,30 = capsules de vitamine A 13,20 = une balance pour surveiller le poids des enfants jusqu à 25 Kg 259 = 1500 capsules de 200mg d huile iodée 311 = 1 kit d urgence pour l enregistrement, l approvisionnement en compléments nutritionnels et le suivi de 500 enfants pendant 3 mois 344 = 1 tonne d UNIMIX 712 = 1 machine permettant la iodation de 700 Kg de sel par heure 1092 = 1 kit d aliments thérapeutiques pour 100 enfants souffrant de malnutrition sévère Le droit de l enfant à l alimentation est défini par l article 24 de la Convention Internationale des s de l Enfant. Journée mondiale de l alimentation : 16 octobre

Les principaux types de malnutrition et les déficiences en micronutriments. Direction de la Nutrition

Les principaux types de malnutrition et les déficiences en micronutriments. Direction de la Nutrition Les principaux types de malnutrition et les déficiences en micronutriments Direction de la Nutrition PLAN Les causes de la malnutrition Les différents types de malnutrition Les déficiences en micronutriments

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est 28 Objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 2013 Objectif 5 Améliorer la santé maternelle Faits en bref XX En Asie de l Est, en Afrique du Nord et en, la mortalité maternelle a diminué

Plus en détail

UNICEF/97-0627/Lemoyne

UNICEF/97-0627/Lemoyne UNICEF/97-0627/Lemoyne Pourquoi il est important de communiquer et d utiliser les informations sur LA VACCINATION La vaccination Chaque année, 1,7 million d enfants meurent de maladies qui auraient pu

Plus en détail

Ameliorer la Nutrition au Moyen d Approches Multisectorielles Santé

Ameliorer la Nutrition au Moyen d Approches Multisectorielles Santé Ameliorer la Nutrition au Moyen d Approches Multisectorielles Santé Les liens entre la dénutrition et la santé La dénutrition est la cause de mortalité infantile la plus importante dans la plupart des

Plus en détail

MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010

MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010 MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010 On sait avec certitude que des dizaines de milliers de familles vivant dans la partie ouest du Sahel sont en situation d extrême détresse à cause

Plus en détail

JOURNÉE INTERNATIONALE DE L ALPHABÉTISATION 2008 L alphabétisation, le meilleur remède

JOURNÉE INTERNATIONALE DE L ALPHABÉTISATION 2008 L alphabétisation, le meilleur remède JOURNÉE INTERNATIONALE DE L ALPHABÉTISATION 2008 L alphabétisation, le meilleur remède Cette année, la Journée internationale de l alphabétisation mettra l accent sur les liens existant entre l alphabétisation

Plus en détail

Volet thématique «Enfance, sécurité alimentaire et nutrition»

Volet thématique «Enfance, sécurité alimentaire et nutrition» Volet thématique «Enfance, sécurité alimentaire et nutrition» Résumé des résultats clés et réalisations Problématique Le défi de la sécurité alimentaire et de la malnutrition Ces deux dernières décennies,

Plus en détail

Que fait MSF? Evaluation de la situation. Evaluation de la situation

Que fait MSF? Evaluation de la situation. Evaluation de la situation Que fait MSF? La malnutrition Lorsqu une population se trouve confrontée à une crise alimentaire ou à une famine¹, il est primordial pour les équipes de Médecins Sans Frontières (MSF) d agir vite et bien.

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

Mur des préjugés. Idée reçue Réalité Argumentation

Mur des préjugés. Idée reçue Réalité Argumentation Mur des préjugés Idée reçue Réalité Argumentation 1 Une idée reçue très courante consiste à croire que les gens souffrent de la faim seulement en situation de famine ; or derrière le mot faim se cache

Plus en détail

1. CONTEXTE ET PORTÉE :

1. CONTEXTE ET PORTÉE : Section : Direction clientèle services à la communauté N o : 1 Titre : Politique d allaitement maternel Préparé par : Monique Thérien, chef de service Santé publique Page : Page 1 de 9 Professionnels ou

Plus en détail

Investir dans l avenir

Investir dans l avenir Investir dans l avenir RÉSUMÉ DU RAPPORT MONDIAL 2009 BANQUE MONDIALE www.unitedcalltoaction.org La communauté mondiale devrait être choquée par les millions d enfants qui meurent ou sont rendus invalides

Plus en détail

SUIVRE LES PROGRÈS DANS LE DOMAINE DE LA NUTRITION DE L ENFANT ET DE LA MÈRE. Une priorité en matière de survie et de développement

SUIVRE LES PROGRÈS DANS LE DOMAINE DE LA NUTRITION DE L ENFANT ET DE LA MÈRE. Une priorité en matière de survie et de développement SUIVRE LES PROGRÈS DANS LE DOMAINE DE LA NUTRITION DE L ENFANT ET DE LA MÈRE Une priorité en matière de survie et de développement Fonds des Nations Unies pour l enfance (UNICEF) Décembre 2009 Une autorisation

Plus en détail

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE 14 TÉTANOS ET LA ROUGEOLE 14.1 INTRODUCTION Soumaïla MARIKO Comme on l a déjà précisé au chapitre 1, des tests de dépistage de l immunité contre le tétanos et

Plus en détail

Le CSSS du Lac-des-Deux-Montagnes adopte la présente politique d allaitement maternel qui permet de :

Le CSSS du Lac-des-Deux-Montagnes adopte la présente politique d allaitement maternel qui permet de : MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDÉS ADMINISTRATIFS Titre: Allaitement maternel Responsable: Direction de la famille et de la santé mentale Approbation(s): Conseil d administration Initiale: 2002-02-20 Révision:

Plus en détail

Géographie. Chapitre n.. La question des ressources alimentaires

Géographie. Chapitre n.. La question des ressources alimentaires Géographie Chapitre n.. La question des ressources alimentaires I) La situation alimentaire aux Etats-Unis et au Soudan Problématique : Quelles sont les différences entre la situation alimentaire aux Etats-Unis

Plus en détail

La nutrition maternelle et infantile

La nutrition maternelle et infantile La nutrition maternelle et infantile www.thelancet.com Synthèse de la série d études de la revue The Lancet sur la nutrition maternelle et infantile «La nutrition est un facteur crucial de développement,

Plus en détail

Discours sur la sécurité alimentaire

Discours sur la sécurité alimentaire Discours sur la sécurité alimentaire L alimentation est le besoin le plus fondamental de l homme. Elle est essentielle à la vie et au développement. Le droit à l alimentation est donc la base de tous les

Plus en détail

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être CONFERENCE DE HAUT-NIVEAU DE L UE ENSEMBLE POUR LA SANTÉ MENTALE ET LE BIEN-ÊTRE Bruxelles, 12-13 juin 2008 Slovensko predsedstvo EU 2008 Slovenian

Plus en détail

ARRET SUR IMAGES Région du Kanem, Tchad Mission au cœur d une crise nutritionnelle

ARRET SUR IMAGES Région du Kanem, Tchad Mission au cœur d une crise nutritionnelle ARRET SUR IMAGES Région du Kanem, Tchad Mission au cœur d une crise nutritionnelle Cela fait maintenant une journée que je suis dans le Kanem. Je suis en mission dans cette partie Nord du pays pour quelques

Plus en détail

Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE

Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE PARTICIPATION COMMUNAUTAIRE Norme INEE #1 sur la Participation communautaire : la participation Les membres des communautés

Plus en détail

Sécurité alimentaire : Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif?

Sécurité alimentaire : Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif? Sécurité alimentaire : Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif? Les récentes émeutes de la faim à Maputo, au Mozambique, ont servi à rappeler brutalement que les augmentations

Plus en détail

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil.

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil. Zinc EN BREF Introduction Le zinc (Zn) est un oligoélément essentiel à toutes les formes de vie et que l on trouve dans près de 100 enzymes spécifiques. Après le fer, le zinc est l oligoélément le plus

Plus en détail

Scolarisation des filles en Afrique de l Ouest et du Centre. Bilan de l expérience UNICEF

Scolarisation des filles en Afrique de l Ouest et du Centre. Bilan de l expérience UNICEF Scolarisation des filles en Afrique de l Ouest et du Centre Bilan de l expérience UNICEF Pourquoi est-il important de se focaliser sur l éducation, en particulier celles des filles? Bénéfices individuels

Plus en détail

RAPPORT ANTHROPOMETRIQUE

RAPPORT ANTHROPOMETRIQUE REPUBLIQUE DU CONGO Unité* Travail* Progrès ------------------------- RAPPORT ANTHROPOMETRIQUE (Projet) Rédigé par GNIMI Christophe, Nutritionniste Et KIBANGOU Hugues Saturnin, Statisticien Table des matières

Plus en détail

PARTIE : ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT. Chapitre 1 : Comportements alimentaires et satisfaction des besoins

PARTIE : ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT. Chapitre 1 : Comportements alimentaires et satisfaction des besoins PARTIE : ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT Chapitre 1 : Comportements alimentaires et satisfaction des besoins Rappel 5 e : la digestion Les nutriments utilisés par les organes proviennent de la digestion

Plus en détail

Mesdames, Messieurs, 14.06.2006

Mesdames, Messieurs, 14.06.2006 Vaincre la pauvreté et la malnutrition Conférence du 14 juin 2006 à Reims Témoignage de Sœur Luci MORREN Fondatrice de l association nicaraguaienne : SOYNICA Mesdames, Messieurs, 14.06.2006 Je remercie

Plus en détail

des droits! Tous les enfants ont Convention des droits de l enfant Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.unicef.fr

des droits! Tous les enfants ont Convention des droits de l enfant Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.unicef.fr Tous les enfants ont des droits! Tous les enfants du monde ont les mêmes droits, quels que soient le pays où ils vivent, la couleur de leur peau, leur religion, leur sexe Le droit d avoir un nom, une famille,

Plus en détail

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE 2 0 1 3 INTRODUCTION La première stratégie manitobaine de promotion de l allaitement maternel a été conçue à l automne 2006 afin de mettre

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DE L OMS POUR LA PRÉVENTION ET LE TRAITEMENT DE LA PRÉÉCLAMPSIE ET DE L ÉCLAMPSIE Implications et actions

RECOMMANDATIONS DE L OMS POUR LA PRÉVENTION ET LE TRAITEMENT DE LA PRÉÉCLAMPSIE ET DE L ÉCLAMPSIE Implications et actions RECOMMANDATIONS DE L OMS POUR LA PRÉVENTION ET LE TRAITEMENT DE LA PRÉÉCLAMPSIE ET DE L ÉCLAMPSIE Implications et actions Introduction En Afrique et en Asie, près d un dixième des décès maternels sont

Plus en détail

DEUX DEFINITIONS DE RAPPEL

DEUX DEFINITIONS DE RAPPEL NUTRITION ET CHUTES DEUX DEFINITIONS DE RAPPEL 1. Nutrition correcte, normale, bonne Une alimentation équilibrée et diversifiée qui arrive à subvenir aux besoins de la personne : quantitatifs et qualitatifs.

Plus en détail

Contribution en stratégie avancée en matière de santé de reproduction : cas de l unité mobile dans le district sanitaire de Katiola (CNO)

Contribution en stratégie avancée en matière de santé de reproduction : cas de l unité mobile dans le district sanitaire de Katiola (CNO) MEMPD Contribution en stratégie avancée en matière de santé de reproduction : cas de l unité mobile dans le district sanitaire de Katiola (CNO) Titre 14. Programmes et politiques Présenté par : 14.4. Evaluation

Plus en détail

Soins du post-partum

Soins du post-partum Diplôme Inter Universitaire de Soins Obstétricaux et Néonatals d Urgence SONU Soins du post-partum Prise en charge des complications lors de la grossesse et de l accouchement Objectifs de la séance Définir

Plus en détail

APPROCHE MULTISECTORIELLE ET MULTI- ACTEURS POUR LUTTER CONTRE L INSÉCURITÉ ALIMENTAIRE ET LA MALNUTRITION Coordination SUN et facilitation REACH

APPROCHE MULTISECTORIELLE ET MULTI- ACTEURS POUR LUTTER CONTRE L INSÉCURITÉ ALIMENTAIRE ET LA MALNUTRITION Coordination SUN et facilitation REACH APPROCHE MULTISECTORIELLE ET MULTI- ACTEURS POUR LUTTER CONTRE L INSÉCURITÉ ALIMENTAIRE ET LA MALNUTRITION Coordination SUN et facilitation REACH Dr Ruréma Déo-Guide Chef de Cabinet Adjoint à la 2 ème

Plus en détail

COMMENT NOURRIR MON BÉBÉ AU BIBERON?

COMMENT NOURRIR MON BÉBÉ AU BIBERON? COMMENT NOURRIR MON BÉBÉ AU BIBERON? V ous ne voulez pas (ou ne pouvez pas) allaiter votre bébé au sein, ou vous souhaitez cesser de l allaiter plus tôt que ce qui est recommandé. Il faut alors lui donner

Plus en détail

LE MEILLEUR DÉPART DANS LA VIE. Naître dans un «Hôpital-Ami des Bébés»

LE MEILLEUR DÉPART DANS LA VIE. Naître dans un «Hôpital-Ami des Bébés» LE MEILLEUR DÉPART DANS LA VIE Naître dans un «Hôpital-Ami des Bébés» LE CHOIX DU MODE D ALIMENTATION Le choix du mode d alimentation de votre bébé est une décision extrêmement importante. Ce dépliant

Plus en détail

Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie

Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie Contexte de la fistule obstétricale Situation en Mauritanie Progrès au niveau Pays/ Mise en œuvre Défis pour les années à

Plus en détail

CNSA/MARNDR/MSPP* Source: CNSA, 2012. *La majorité des données utilisées dans ce bulletin sont issues de l enquête SMART

CNSA/MARNDR/MSPP* Source: CNSA, 2012. *La majorité des données utilisées dans ce bulletin sont issues de l enquête SMART CNSA/MARNDR/MSPP* HAITI : Information sur la situation nutritionnelle Bulletin #1 Publication Janvier 2013 La malnutrition est un véritable problème de santé Publique et contribue pour près de 53% à la

Plus en détail

SANTÉ DE LA MÈRE ET L ENFANT

SANTÉ DE LA MÈRE ET L ENFANT ALIBORI 57 ATACORA 37 SANTÉ DE LA MÈRE ET L ENFANT DONGA 53 BORGOU 36 Enquête Démographique et de Santé du Bénin 2011 2012 (EDSB-IV) COLLINES 53 ZOU 62 PLATEAU 29 Décès d enfants de moins d un an pour

Plus en détail

DEUXIÈME PARTIE PROGRÈS DE LA MISE EN ŒUVRE

DEUXIÈME PARTIE PROGRÈS DE LA MISE EN ŒUVRE DEUXIÈME PARTIE PROGRÈS DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION ET DU PLAN D ACTION DU SOMMET MONDIAL UNICEF/93-1882/Zaman Santé, nutrition, eau et assainissement L amélioration de la santé et de la nutrition

Plus en détail

ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres

ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres 33 % de nouvelles infections à VIH en moins depuis 2001 29 % de décès liés au sida en moins (adultes et enfants) depuis 2005 52 % de nouvelles infections à VIH en moins

Plus en détail

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Définition Etat pathologique résultant d apports nutritionnels insuffisants en regard des dépenses énergétiques de l organisme: diminution des apports alimentaires

Plus en détail

Manger bien et bouger mieux

Manger bien et bouger mieux Être actif, Manger bien et bouger mieux Être actif, c est la santé! MANGER BIEN ET BOUGER MIEUX Les données et statistiques qui suivent sont tirées du document de l Assembléedes Premières Nations, Les

Plus en détail

Grossesse, Poids et Nutrition

Grossesse, Poids et Nutrition Service de Gynécologie Obstétrique et service de Nutrition Hôpital de la Pitié-Salpêtrière Grossesse, Poids et Nutrition Si vous avez un problème de poids, voici des conseils pour la préparation et le

Plus en détail

Portrait. Recueil d histoires sur la survie, le développement et la protection de l enfant Août 2009

Portrait. Recueil d histoires sur la survie, le développement et la protection de l enfant Août 2009 Portrait Recueil d histoires sur la survie, le développement et la protection de l enfant Août 2009 L accélération de la survie, du développement et de la protection de l enfant à risque Trahantsoa : un

Plus en détail

LES MATINALES DE LA FONDATION

LES MATINALES DE LA FONDATION LES MATINALES DE LA FONDATION «Alimentation, quoi de neuf chez les seniors? Bien s alimenter pour bien vieillir» Conférence du Docteur Carol SZEKELY, Chef de Pôle AGE HUPNVS Hôpital Charles Richet à Villiers-le-Bel

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

PÉDIATRIE. Carole Uchan cuchan@paris.msf.org +33 (0)1 40 21 27 69 8, rue Saint-Sabin 75011 Paris - www.msf.fr

PÉDIATRIE. Carole Uchan cuchan@paris.msf.org +33 (0)1 40 21 27 69 8, rue Saint-Sabin 75011 Paris - www.msf.fr Carole Uchan cuchan@paris.msf.org +33 (0)1 40 21 27 69 8, rue Saint-Sabin 75011 Paris - www.msf.fr Association reconnue d utilité publique - Grande cause nationale 1987 - Prix Nobel de la paix 1999 pédiatrie

Plus en détail

UNICEF SENEGAL CRISE ALIMENTAIRE ET NUTRITIONNELLE AU SENEGAL. CONTRIBUTION DE L UNICEF A LA RIPOSTE

UNICEF SENEGAL CRISE ALIMENTAIRE ET NUTRITIONNELLE AU SENEGAL. CONTRIBUTION DE L UNICEF A LA RIPOSTE UNICEF SENEGAL CRISE ALIMENTAIRE ET NUTRITIONNELLE AU SENEGAL. CONTRIBUTION DE L UNICEF A LA RIPOSTE 1. CONTEXTE Le Sénégal, vu sa position géographique de pays sahélien, est chroniquement exposé à l insécurité

Plus en détail

Rapport de résultats et d impacts

Rapport de résultats et d impacts Rapport de résultats et d impacts Prévention et réduction de la malnutrition chez les enfants de moins de 5 ans à Bach Thong, au Vietnam. Localisation du projet : Date de début : Décembre 2011 Durée du

Plus en détail

COUP D ŒIL SUR LE FIDA

COUP D ŒIL SUR LE FIDA Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté COUP D ŒIL SUR LE FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les populations

Plus en détail

De la naissance à 6 mois

De la naissance à 6 mois De la naissance à 6 mois L alimentation se compose du lait (maternel ou infantile). Seule l eau peut s y ajouter Privilégier l allaitement maternel Le lait maternel - est l alimentation idéale du nouveau-né

Plus en détail

Conférence «Food and development» «Vers un nouveau paradigme de la sécurité alimentaire mondiale, garantie du développement individuel et collectif»

Conférence «Food and development» «Vers un nouveau paradigme de la sécurité alimentaire mondiale, garantie du développement individuel et collectif» Conférence «Food and development» «Vers un nouveau paradigme de la sécurité alimentaire mondiale, garantie du développement individuel et collectif» Benoit Miribel, Président ACF-France Gulbenkian Foundation

Plus en détail

Santé et nutrition de l enfant en Afrique: Enjeux et défis dans le contexte du Développement de la Petite Enfance

Santé et nutrition de l enfant en Afrique: Enjeux et défis dans le contexte du Développement de la Petite Enfance Commission 2.7 - Africa Santé et nutrition de l enfant en Afrique: Enjeux et défis dans le contexte du Développement de la Petite Enfance Professor M. Guelaya Sall World Conference on Early Childhood Care

Plus en détail

LE PALUDISME : UNE DES PRINCIPALES CAUSES DE DÉCÈS ET DE PAUVRETÉ DES ENFANTS EN AFRIQUE

LE PALUDISME : UNE DES PRINCIPALES CAUSES DE DÉCÈS ET DE PAUVRETÉ DES ENFANTS EN AFRIQUE LE PALUDISME : UNE DES PRINCIPALES CAUSES DE DÉCÈS ET DE PAUVRETÉ DES ENFANTS EN AFRIQUE LUTTER CONTRE LE PALUDISME EN AFRIQUE ACTIONS ESSENTIELLES POUR L UNICEF Renforcer la participation de l UNICEF

Plus en détail

Le Code International de commercialisation des substituts du lait maternel

Le Code International de commercialisation des substituts du lait maternel Le Code International de commercialisation des substituts du lait maternel Le Code International est composé d un préambule et de 10 articles : Article 1 : But du Code Le Code International et les Résolutions

Plus en détail

Cambodge 2015 DONNEES CLES EFFECTIFS. Indice de Développement Humain (IDH)* 0.584-136/187 Espérance de vie à la naissance*

Cambodge 2015 DONNEES CLES EFFECTIFS. Indice de Développement Humain (IDH)* 0.584-136/187 Espérance de vie à la naissance* Cambodge 2015 MANDAT Au Cambodge, Handicap International vise à réduire le développement des différents types de handicap, à améliorer l'accès des personnes handicapées aux services de santé et de réadaptation

Plus en détail

SANTÉ DE L ENFANT 9 9.1 CARACTÉRISTIQUES DE L ACCOUCHEMENT. Soumana HAROUNA et Ibrahim CHAIBOU

SANTÉ DE L ENFANT 9 9.1 CARACTÉRISTIQUES DE L ACCOUCHEMENT. Soumana HAROUNA et Ibrahim CHAIBOU SANTÉ DE L ENFANT 9 Soumana HAROUNA et Ibrahim CHAIBOU Au cours de la troisième enquête démographique et de santé et à indicateurs multiples, on a enregistré, pour tous les enfants nés au cours des cinq

Plus en détail

Définition et prévalence de la dénutrition. Dépistage et intervention

Définition et prévalence de la dénutrition. Dépistage et intervention Dépistage de la dénutrition ou de son risque, outil pour suivre les ingesta Isabelle Demierre Sandro Mascaro Contenu: Définition et prévalence de la dénutrition Causes de la dénutrition Dépistage et intervention

Plus en détail

Activité 1 : Les besoins d une alimentation équilibrée

Activité 1 : Les besoins d une alimentation équilibrée TD n 1 : Les besoins nutritionnels Activité 1 : Les besoins d une alimentation équilibrée Voici les résultats d une analyse nutritionnelle partielle d aliments (de A à F) donnant leur valeur nutritionnelle

Plus en détail

La planification familiale

La planification familiale La planification familiale après l avortement spontané ou provoqué Introduction Les grossesses non désirées sont l une des principales raisons pour lesquelles les femmes choisissent d avorter. Beaucoup

Plus en détail

La protection des aînés et des Autochtones et le maintien de l excellence dans la recherche sur les maladies cardiovasculaires au Canada

La protection des aînés et des Autochtones et le maintien de l excellence dans la recherche sur les maladies cardiovasculaires au Canada FONDATION DES MALADIES DU CŒUR ET DE L AVC La protection des aînés et des Autochtones et le maintien de l excellence dans la recherche sur les maladies cardiovasculaires au Canada Mémoire à l intention

Plus en détail

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Résumé d orientation La tuberculose reste l une des maladies transmissibles causant le plus de décès dans le monde. En 2013, selon les estimations,

Plus en détail

Coup d œil sur le FIDA

Coup d œil sur le FIDA Coup d œil sur le FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les populations rurales pauvres à améliorer leur sécurité alimentaire et nutritionnelle,

Plus en détail

Allaitement maternel et alimentation du nourrisson

Allaitement maternel et alimentation du nourrisson Présent pour vous Allaitement maternel et alimentation du nourrisson Préambule L Ordre des pharmaciens du Québec assure la protection du public en encourageant les pratiques pharmaceutiques de qualité

Plus en détail

Daniel SIBETCHEU, Marie Antoinette FOMO, Paul Roger LIBITE et Eric JAZET 10.1 ALLAITEMENT MATERNEL ET ALIMENTATION DE COMPLÉMENT

Daniel SIBETCHEU, Marie Antoinette FOMO, Paul Roger LIBITE et Eric JAZET 10.1 ALLAITEMENT MATERNEL ET ALIMENTATION DE COMPLÉMENT ALLAITEMENT MATERNEL, ÉTAT NUTRITIONNEL 10 DES ENFANTS ET DES FEMMES Daniel SIBETCHEU, Marie Antoinette FOMO, Paul Roger LIBITE et Eric JAZET La malnutrition constitue un problème de santé publique au

Plus en détail

Vue d ensemble de la prise en charge à base communautaire de la malnutrition aiguë (PCMA)

Vue d ensemble de la prise en charge à base communautaire de la malnutrition aiguë (PCMA) Vue d ensemble de la prise en charge à base communautaire de la malnutrition aiguë (PCMA) 1 Module 1. Objectifs d apprentissage Discuter de la malnutrition aiguë et des mesures à prendre en réponse Identifier

Plus en détail

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal Plus de 500 délégués venant de 44 pays africains et

Plus en détail

RENCONTRES PRÉNATALES

RENCONTRES PRÉNATALES RENCONTRES PRÉNATALES Mise à jour février 2013 L allaitement maternel Plan des rencontres 1. Allaitement maternel 2. Se préparer à l accouchement 3. Accouchement et nouveau-né Sommaire de la rencontre

Plus en détail

Plan stratégique de l UNHCR pour la nutrition et la sécurité alimentaire 2008-2012

Plan stratégique de l UNHCR pour la nutrition et la sécurité alimentaire 2008-2012 Plan stratégique de l UNHCR pour la nutrition et la sécurité alimentaire 2008-2012 PLAN STRATÉGIQUE DE L UNHCR POUR LA NUTRITION ET LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE 2008-2012 Table of contents Résumé d orientation...iv

Plus en détail

Progammes ACF «coupons alimentaires» pour soutenir les ménages vulnérables urbains de Portau-Prince. Enjeux, enseignements et perspectives

Progammes ACF «coupons alimentaires» pour soutenir les ménages vulnérables urbains de Portau-Prince. Enjeux, enseignements et perspectives Progammes ACF «coupons alimentaires» pour soutenir les ménages vulnérables urbains de Portau-Prince et Gonaïves Enjeux, enseignements et perspectives PROGRAMME SECURITE ALIMENTAIRE Atelier Coupons Alimentaires

Plus en détail

Cuisiner. Préparer un repas à partir d aliments de base.

Cuisiner. Préparer un repas à partir d aliments de base. AIDE-MÉMOIRE Définitions Consommer une variété d aliments nutritifs en quantité adéquate pour répondre à ses besoins. Alimentation équilibrée en termes de quantité et de qualité. Consommation d une variété

Plus en détail

La sécurité alimentaire, le concept revu et corrigé Hélène Delisle Ph.D., professeur titulaire Directeur de TRANSNUT

La sécurité alimentaire, le concept revu et corrigé Hélène Delisle Ph.D., professeur titulaire Directeur de TRANSNUT Chaire de développement international, FSAA La sécurité alimentaire, le concept revu et corrigé Hélène Delisle Ph.D., professeur titulaire Directeur de TRANSNUT Crise alimentaire, antithèse de la sécurité

Plus en détail

L égalité des sexes, un atout économique

L égalité des sexes, un atout économique L égalité des sexes, un atout économique Un plan d action du Groupe de la Banque mondiale Banque mondiale l accès aux marchés foncier, du travail, des produits et des capitaux est indispensable pour accroître

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2014. Sommaire

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2014. Sommaire Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2014 Ce mémoire est présenté par : Association canadienne des hygiénistes dentaires (ACHD) Sommaire La santé buccodentaire

Plus en détail

CONSOLIDATED RESULTS REPORT. Country : COMOROS Programme Cycle : 2008 to 2014

CONSOLIDATED RESULTS REPORT. Country : COMOROS Programme Cycle : 2008 to 2014 CONSOLIDATED RESULTS REPORT Country : COMOROS Programme Cycle : 2008 to 2014 1. Key Results Expected (restate, 1.1 Réduction du taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans de 71 à 40 pour 1 000 (conformément

Plus en détail

Note d information sur la faisabilité et la rentabilité d un financement renforcé de la nutrition

Note d information sur la faisabilité et la rentabilité d un financement renforcé de la nutrition République Islamique de Mauritanie Cas d investissement sur la nutrition en Mauritanie Note d information sur la faisabilité et la rentabilité d un financement renforcé de la nutrition Produit par Anthony

Plus en détail

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II.

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. 1. L objectif du projet : Le programme s inscrit dans le programme pays du PNUD, dans

Plus en détail

OBJECTIFS DE LA FORMATION

OBJECTIFS DE LA FORMATION PRESENTATION DU PROGRAMME DE FORMATION DES ACTEURS MEDICAUX HUMANITAIRES DE LA VIM S CHARGES DES INTERVENTIONS D ASSISTANCES HUMANITAIRE DANS LES SITUATIONS DES URGENCES EPIDEMIOLOGIQUES, DES CATASTROPHES

Plus en détail

Les personnes handicapées ont les mêmes droits

Les personnes handicapées ont les mêmes droits Les personnes handicapées ont les mêmes droits La stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées Commission européenne Égalité des droits, égalité des chances La valeur ajoutée européenne

Plus en détail

SOMMAIRE. Intervention 1.3: Promouvoir la pratique de petits élevages (pisciculture, apiculture )... 14

SOMMAIRE. Intervention 1.3: Promouvoir la pratique de petits élevages (pisciculture, apiculture )... 14 NOTE POLITIQUE POUR L ELABORATION DU PLAN NATIONAL D ACTION EN NUTRITION 2012-2015 SOMMAIRE INTRODUCTION 1 BUT DE LA POLITIQUE...6 2 OBJECTIFS GENERAUX DE LA PNN...6 3 OBJECTIFS SPECIFIQUES...6 4 SITUATION

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Une voie à suivre

Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Une voie à suivre Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Institut international de recherche sur les politiques alimentaires www.ifpri.org Actualisé le 27 octobre 2007 Préoccupé

Plus en détail

Prévenir... les effets du viellissement

Prévenir... les effets du viellissement Prévenir... les effets du viellissement 3 Les quatre clés du bien vieillir 1 Bien s alimenter Les besoins évoluent avec l âge En prenant de l âge, on a tendance à manger avec moins d appétit. Il est vrai

Plus en détail

Liste des indicateurs SENS

Liste des indicateurs SENS Liste des indicateurs SENS Enfants de 6 Malnutrition aiguë (Standards de croissance OMS 2006) Malnutrition aiguë globale (MAG) Malnutrition aiguë modérée (MAM) Malnutrition aiguë sévère (MAS) Œdèmes Nombre

Plus en détail

DROITS ET RESPONSABILITÉS

DROITS ET RESPONSABILITÉS CHARTE INTERNATIONALE DES DROITS ET RESPONSABILITÉS DES PERSONNES ATTEINTES DU DIABÈTE CHARTE INTERNATIONALE DES DROITS ET RESPONSABILITÉS DES PERSONNES ATTEINTES DU DIABÈTE - 1 Introduction Le diabète

Plus en détail

Deuxième Conférence internationale sur la nutrition. Rome, 19-21 novembre 2014. Document final de la Conférence: Déclaration de Rome sur la nutrition

Deuxième Conférence internationale sur la nutrition. Rome, 19-21 novembre 2014. Document final de la Conférence: Déclaration de Rome sur la nutrition Octobre 2014 ICN2 2014/2 Deuxième Conférence internationale sur la nutrition Rome, 19-21 novembre 2014 Document final de la Conférence: Déclaration de Rome sur la nutrition Nous félicitant de la participation

Plus en détail

Pourquoi la durabilité et l équité?

Pourquoi la durabilité et l équité? Comment peut-on : Pourquoi la durabilité et l équité? Poursuivre le progrès de manières équitables qui ne nuisent pas à l environnement? Répondre aux aspirations de développement des pauvres dans le monde

Plus en détail

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009 L aide aux aidants Aude Comberieu Psychologue clinicienne Hôpital Émile Roux Capacité de gériatrie mars 2009 Définition L aidant naturel L aidant non professionnel L aidant familial «L aidant familial

Plus en détail

LES AUDITS EN OBSTETRIQUE PRESENTATION DES OUTILS D AUDIT DES DECES MATERNELS

LES AUDITS EN OBSTETRIQUE PRESENTATION DES OUTILS D AUDIT DES DECES MATERNELS Diplôme Inter Universitaire de Soins Obstétricaux et Néonatals d Urgence SONU LES AUDITS EN OBSTETRIQUE PRESENTATION DES OUTILS D AUDIT DES DECES MATERNELS Pr. R. X. PERRIN COTONOU Objectifs d Apprentissage

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Un meilleur assainissement pour une meilleure nutrition JOURNÉE MONDIALE DES TOILETTES

Un meilleur assainissement pour une meilleure nutrition JOURNÉE MONDIALE DES TOILETTES Un meilleur assainissement pour une meilleure nutrition JOURNÉE MONDIALE DES TOILETTES LA CRISE MONDIALE DE L ASSAINISSEMENT Nous ne pouvons pas attendre que 2,4 milliards de personnes commencent à utiliser

Plus en détail

SOIXANTE-CINQUIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A65/12 Point 13.3 de l ordre du jour provisoire 16 mars 2012. Nutrition

SOIXANTE-CINQUIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A65/12 Point 13.3 de l ordre du jour provisoire 16 mars 2012. Nutrition SOIXANTE-CINQUIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A65/12 Point 13.3 de l ordre du jour provisoire 16 mars 2012 Nutrition La nutrition chez la femme pendant la période préconceptionnelle, la grossesse et

Plus en détail

Note d information sur les transferts en espèces pour lutter contre la malnutrition

Note d information sur les transferts en espèces pour lutter contre la malnutrition Note d Information 3 République Islamique de Mauritanie Cas d investissement sur la nutrition en Mauritanie Note d information sur les transferts en espèces pour lutter contre la malnutrition Produit par

Plus en détail

Journée mondiale de l alimentation : le 16 octobre. Qu est-ce que la Journée mondiale de l alimentation?

Journée mondiale de l alimentation : le 16 octobre. Qu est-ce que la Journée mondiale de l alimentation? Journée mondiale de l alimentation : le 16 octobre Cette activité pédagogique offre aux élèves un aperçu des 3 pays touchés par des crises alimentaires majeures de cette année : Le Pakistan, Haïti et le

Plus en détail

ABA GRANGOU. 7 Mois après le lancement du 24 Janvier 2012

ABA GRANGOU. 7 Mois après le lancement du 24 Janvier 2012 ABA GRANGOU La Vision du Président, partagée par la Première Dame, est de voir que chaque Haïtien arrive enfin à s'alimenter sainement trois fois par jour 7 Mois après le lancement du 24 Janvier 2012 Préparé

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

Atelier Promotion et diffusion des droits économiques, sociaux et culturels

Atelier Promotion et diffusion des droits économiques, sociaux et culturels Texte de la communication présentée par la secrétaire générale du SIDIIEF à l occasion de la VII e conférence des ONG et OSC, 24 juin 2010, Genève, Suisse Atelier Promotion et diffusion des droits économiques,

Plus en détail