Les archives d entreprises et la Première Guerre mondiale R. Brion et J.-L. Moreau

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les archives d entreprises et la Première Guerre mondiale R. Brion et J.-L. Moreau"

Transcription

1 Les archives d entreprises et la Première Guerre mondiale R. Brion et J.-L. Moreau 1. CONSIDERATIONS GENERALES Les considérations qui suivent concernent les archives de quelques grands groupes d entreprises : la Société Générale de Belgique (banque et holding), Tractebel (énergie et transports en commun), l Union Minière (métaux non ferreux), la Sofina (énergie et transport), Fortis Banque (archives de l ancienne Caisse Générale d Epargne et de Retraite et de l ancienne Société Générale de Banque), la CMB (Compagnie Maritime Belge), Fortis AG (assurances), Finoutremer (sociétés coloniales), CBR (ciment) Au total, une dizaine de sociétés holdings et quelque 300 entreprises exploitantes Sauf exception, les archives de ces groupes plusieurs kilomètres d étagères au total ont été traitées par les soussignés dans le cadre de contrats conclus avec l Association pour la Valorisation des Archives d Entreprises. Cette association sans but lucratif a été créée il y a une quinzaine d années, à temps pour faire face au vaste mouvement de fusions et de restructurations d entreprises qui a caractérisé les années Avec l appui des Archives Générales du Royaume, l AVAE œuvre sans répit à la sauvegarde de ce patrimoine atypique : les archives d entreprises. Bien sûr, de telles opérations de sauvegarde ne peuvent être menés que dans le cadre d une collaboration étroite entre l AVAE et les entreprises elles-mêmes. Les archives d entreprises sont des archives privées, et ne peuvent faire l objet d aucune mesure coercitive de sauvegarde. L AVAE mène donc une politique de sensibilisation, s efforçant en outre de diversifier ses interventions de façon à pouvoir éclairer les activités du plus grand nombre possible de secteurs économiques.

2 Les archives traitées couvrent les 19 e et 20 e siècles. Mais leur grande masse est postérieure à la Seconde Guerre mondiale. Au total, peu de dossiers ont survécu qui se rapportent explicitement à l activité des entreprises pendant la Grande Guerre. Quant à l examen des archives des organes légaux de la société procès verbaux d assemblées générales ou de conseil d administration, il aboutit à des résultats très divers. Beaucoup de procès-verbaux d époque sont peu diserts il est évident que sous le régime d occupation, on craignait les indiscrétions. Mais certains aspects sont néanmoins plus facilement évoqués : pénurie de matières premières, paiement des réquisitions, oeuvres en faveur du personnel Signalons spécialement l intérêt des rapports annuels publiés par de très nombreuses entreprises en 1919 ou 1920, où il la vie de la société sous l occupation est présentée en détail, dans un climat nationaliste virulent. Nous nous permettrons, dans la brève note qui suit, de détailler certaines trouvailles intéressantes. Nous ne passerons pas en revue les archives de chaque entreprise, mais nous aborderons plutôt certains thèmes qui pourraient être développés grâce aux archives des entreprises. 2. L ACTIVITE DES ENTREPRISES EN BELGIQUE OCCUPEE 2.1. La situation des entreprises durant les journées d invasion reste mal connue. A la CGER, on retrouve quelques notes et procès-verbaux concernant les dispositions prises pour limiter les remboursements des dépôts à la Caisse d'epargne Une étude systématique des archives d entreprises permettrait de mieux connaître la politique de présence des industriels belges pendant la Grande Guerre, qui préfigure la «politique de moindre mal» ou «politique Galopin» pratiquée pendant le second conflit mondial. De nombreux industriels et financiers qui ont connu les deux guerres ont déjà souligné ce parallèle dans l attitude des industriels. Mais comme ils l ont fait en 1945 pour justifier la politique de travail menée de 1940 à 1945, ils ont été peu écoutés. Donnons quelques pistes de recherche : Les charbonnages belges restèrent actifs durant toute la durée de la guerre. Dès cette époque, on justifia cette politique de travail par la nécessité de garder barre sur les exploitations et de permettre la survie de la population. Dans un rapport de l avocat général de Ryckere, publié en 1920 par La Belgique judiciaire, on peut lire que : «Le seul moyen d'échapper aux réquisitions [de charbon] résidait dans l'arrêt complet des exploitations et ne pouvait être réalisé que par la fermeture des charbonnages. Cette solution radicale a été mûrement envisagée; les associations [charbonnières] n'ont pas voulu s'en rapporter à leur seul jugement et elles ont eu recours alors, ainsi qu'en maintes autres circonstances, aux conseils de hautes personnalités belges restées au pays. L'avis a prévalu qu'une mesure aussi grave aurait eu infailliblement pour conséquence de provoquer la mainmise de l'ennemi sur tout le disponible existant dans les magasins, d'acculer la classe ouvrière à la misère la plus noire et de priver de charbon toute la population belge». Sur l activité des charbonnages durant cette période, on a notamment dans les archives de la Société Générale des notes d'inspection des charbonnages patronnés par le groupe, les résultats mensuels de ces charbonnages patronnés et les procès-verbaux de leurs conseils d administration respectifs Les activités du Consortium des banques sont l une des manifestations les plus tangibles de la politique de présence des entreprises belges. Ce consortium fut formé au début de la guerre. Le 3 août 1914, alors que la Banque Nationale décidait d'envoyer son encaisse-or à Anvers pour la mettre à l'abri, les représentants des vingt principales banques de Bruxelles et à leur tête, Jean Jadot, Gouverneur de la Société Générale de Belgique, se réunissaient pour organiser un «Consortium général des Banques». Il s'agissait au départ d'un fonds d'assistance mutuelle destiné à garantir en consortium à la Banque Nationale de Belgique les avances sur titres qu'elle consentirait aux banques, de façon à éviter la chute des maisons de crédit les plus fragiles. Le Consortium des Banques allait jouer un rôle très important comme centre de concertation entre les organismes financiers du pays pendant toute la durée de la guerre. Les banquiers y débattirent de nombreux problèmes réclamant une politique commune: paiement des contributions de guerre à l'occupant, levée progressive du moratoire des comptes courants et des effets de commerce, taux d'intérêt de l'argent, circulation fiduciaire... Les procès-verbaux du Consortium, conservés dans les archives de la Société Générale de Belgique, enregistrent de façon très libres les entrevues avec les représentants des autorités allemandes, von Lumm et Pocci, ainsi qu avec les délégations de la Banque Nationale.

3 Dans de nombreux autres domaines d activité (sidérurgie par exemple), les usines belges s arrêtèrent spontanément pour ne pas favoriser l effort de guerre allemand On trouve peu de documents concernant la surveillance exercée par les Allemands sur les différents secteurs de l économie. Ce qui a survécu aux nettoyages successifs imposés aux archives d entreprises permet juste deviner ce qui a été perdu. Les archives de la Société Générale de Belgique déposées aux AGR contiennent une correspondance avec les autorités allemandes concernant la surveillance des établissements de crédit et de banque et une pétition des banques belges contre cette mesure. Dans les archives de la société d assurance anversoise Securitas, on trouve quelques traces de la correspondance échangée entre la direction de la compagnie et le professeur NN. Dorn, commissaire spécial pour le séquestre et la surveillance des compagnies d'assurances en Belgique (Spezialkommisar für Zwangsverwaltung und Audsicht von Versicherungsgesellschaften) et avec von Lumm, commissaire général aux banques en Belgique. Ce dossier permet de constater que l occupant contrôlait la comptabilité de l entreprise et exigea de lui remettre une liste du personnel de la compagnie Quelques entreprises furent placées directement sous la gestion de l occupant (mises sous séquestre). Il s agissait soit d entreprises stratégiques, soit d entreprises dont le capital était aux mains d ennemis (Anglais ou Français), soit enfin d entreprises qui refusaient de fournir à l Allemagne On sait que faute d être ravitaillés en matières premières, la plupart des grands secteurs de l industrie ont été progressivement paralysés. Certains procès-verbaux du conseil d administrations d entreprises industrielles relatent les difficultés croissantes d approvisionnement en matières premières. Une étude détaillée de la comptabilité de certaines entreprises devrait permettre dans certains cas de suppléer l absence d archives plus directement explicites. Elle permettrait par exemple de mettre en évidence que les affaires de certaines entreprises, comme les sociétés de gaz, d électricité ou de tramways, se sont considérablement développées pendant la guerre. On possède dans les archives de la Société Générale de Belgique quelques comptes rendus des réunions du comité industriel mis sur pied pour favoriser la reprise de l industrie malgré l occupation. Le plan consistait à obtenir l entrée de matières premières avec le consentement des Allemands et des Anglais, en insistant sur le fait que la reprise partielle de l activité industrielle permettrait une réduction des allocations de chômage et d indigence A partir de 1916, de nombreuses entreprises ont été systématiquement démantelées par l occupant. Celui-ci commença à réquisitionner systématiquement les matières premières et l'outillage susceptibles de contribuer à sa production de guerre. Il confisqua successivement les métaux non-ferreux (cuivre, laiton, étain, bronze), les laines, les fibres animales et végétales, tous les produits des industries chimiques, toutes les matières à base d'huile végétale ou animale, les cuirs, les bois (peupliers, orme, frêne,...) On enleva aussi tous les moteurs électriques et dynamos. Aucune industrie belge n'échappa à ces réquisitions, sauf celles qui étaient mises sous séquestre. Dans la plupart des secteurs, la guerre entraîna ainsi de lourdes pertes. Les archives de la CMB, par exemple, contiennent une nomenclature des navires perdus pendant les deux guerres mondiales.

4 3. LE RAVITAILLEMENT DU PAYS ET LA QUESTION SOCIALE AU SEIN DES ENTREPRISES Les archives de plusieurs entreprises, comme par exemple celles de la CGER, recèlent des dossiers concernant le sort du personnel pendant la guerre et évoquent entre autres les œuvres sociales développées en sa faveur par l entreprise ou la problématique de la déportation. On sait le rôle joué par les entreprises privées dans la création et la gestion du Comité National de Secours et d Alimentation. Dannie Heineman, patron de la Sofina, joua un rôle essentiel dans sa création ; Émile Francqui, directeur à la Société Générale de Belgique, le dirigea pendant toute la durée de la guerre ; la Compagnie Mutuelle de Tramways (aujourd hui Tractebel) accueillit l administration du Comité dans ses bureaux Malgré l implication massive de ces différentes entreprises, leurs archives ne recèlent que quelques liasses concernant les activités du Comité. Mentionnons en particulier dans les archives de la Société Générale de Belgique un dossier ayant appartenu à son Gouverneur, Jean Jadot, qui contient quelques lettres ou procès-verbaux concernant l organisation du comité et l aide apportée par des pays neutres comme l Espagne et les États-Unis. Ce dossier permettant d apprécier dans certains cas le rôle de personnalités comme Herbert Hoover, Dannie Heinemann, Emile Francqui, le Marquis de Villalobar, Ernest Solvay, Brand Whitlock La correspondance entre Edmond Carton de Wiart, directeur de la Générale réfugié à Londres, et Emile Francqui, conservée dans les archives de Fortis Banque, permet de bien connaître la situation de la population belge. Elle traite de tous sujets, comme la déportation de civils, la création du Conseil des Flandres, la famine, l organisation du Comité de Secours et d Alimentation, les difficiles contacts à ce sujet entre Francqui et Hoover, l'opinion américaine, les réquisitions allemandes. Dans un autre ordre d idée, mentionnons l existence, dans les archives de la CMB, d une liasse de pièces diverses concernant l'armement Deppe, qui s occupa de l acheminement des denrées livrées à la Belgique par la Belgian Commission for Relief : on y trouve un tableau des cargaisons transportées par les différents armements belges pour le compte de la Commission américaine du Relief, pendant la Première Guerre mondiale.

5 4. L ORGANISATION PROFESSIONNELLE ET LA CONCENTRATION INDUSTRIELLE ET FINANCIERE PENDANT ET JUSTE APRES LA GUERRE De nombreuses entreprises ou secteurs industriels ont élaboré pendant la guerre des projets de concentration, de cartel de production ou de rationalisation. On se rendait compte que l effort de reconstruction serait tel qu il gagnerait beaucoup à être coordonné. Les archives des différents groupement professionnels qu il nous a été donné de consulter ne recèlent plus aucune archive de la période de guerre, qu il s agisse du Comité Central Industriel (aujourd hui FEB), de l Union des Exploitations Electriques en Belgique ou de la Fédération des Constructeurs de Belgique (aujourd hui Agoria, ex-fabrimétal). En ce qui concerne ce dernier groupement professionnel, signalons toutefois que les procès-verbaux de réunions de la Commission administrative de la Fédération ont été publiés dans le Bulletin de la Fédération des Constructeurs de Belgique, 1919, n 1, p La Société Générale de Belgique, toujours elle, joua un rôle essentiel dans l'éclosion de syndicats industriels créés par les entreprises d'un même secteur pour préparer le redémarrage de l'économie après la guerre. Fin 1917, Ernest Solvay et Jean Jadot, entourés de nombreuses personnalités industrielles constituèrent un «Comité pour le relèvement de l'industrie et du commerce». Des représentants des fédérations professionnelles existantes furent conviées à prendre part à ses travaux qui durèrent jusqu'en mars Le «Comité Jadot» étudia notamment la réforme des tarifs douaniers et la constitution de groupements sectoriels au sein de l'industrie nationale. On n en a malheureusement pas, à ce jour, retrouvé les comptes-rendus. Par contre, des documents épars existent encore sur certaines initiatives prises dans les derniers mois de guerre pour fonder des sociétés qui devaient devenir des pôles de concentration de leur secteur en Belgique. C est ainsi que des accords furent conclus en juin 1918 entre les différentes aciéries belges : un consortium fut formé pour alimenter les aciéries en matières premières et répartir l'outillage. Un dossier concernant cette affaire subsiste dans les archives de la Société Générale, où on peut lire entre autres «qu'un seul organisme pour l'achat, la répartition et l'utilisation des minerais pourra obtenir des conditions d'achat et de livraisons bien meilleures que si tous les hauts-fourneaux belges se faisaient mutuellement concurrence». L'idée de concentrer le financement industriel sous l égide de la Générale se concrétisa entre autres par la signature en juin 1917 d un accord avec différents groupes liégeois (Banque Générale de Liège, Banque Nagelmackers et groupe Ougrée). Une société nouvelle fut créé, l'union Financière et Industrielle Liégeoise (UFIL). La Générale y prit une importante participation et par ce biais, se prépara à prendre des intérêts dans plusieurs grosses affaires industrielles liégeoises dans le but notamment «de faire contrepoids à l'influence de certains établissements financiers locaux ou de la capitale qui passent pour avoir des attaches allemandes». Dans les archives de la Société Générale de Belgique, une liasse d archives (dossier formé par Edmond Carton de Wiart) concerne la formation du Lloyd Royal Belge s.a. en 1916, dans le but d émanciper le port d Anvers de l influence allemande. 5. L ACTIVITE DES SOCIETES BELGES A L ETRANGER De nombreuses entreprises belges exploitant des usines ou concessions à l étranger au Congo, dans des pays neutres (Espagne, Chine) ou dans des pays alliés (Russie, France, Italie ) restèrent actives pendant toute la durée du conflit, gérées soit par la direction locale, soit par un bureau provisoire installé à Londres ou à Paris Quelques cas concrets : 5.1. La Banque Belge pour l Etranger (BBE) : Cette banque, filiale de la Société Générale, avait des succursales en Chine, en Egypte et à Londres. Pendant la Première Guerre mondiale, un Comité formé des Administrateurs van Eetvelde, Carton de Wiart et Goffinet (tous trois réfugiés en Angleterre) administra la Banque depuis son agence londonienne. La Banque finança et coordonna quantité d'organismes, comités et oeuvre belges en Angleterre. Elle rendit maints signalés services aux autorités belges en exil, que ce soit en France ou en Angleterre, de même qu'aux réfugiés belges en Angleterre. Elle fut le banquier de la Commission for Relief in Belgium et assura le service financier du «Service de l'ordonnancement de l'armée», installé dans

6 ses bureaux. Les papiers d Edmond Carton de Wiart, conservés à Fortis Banque, concernent pour une large part la gestion de cette banque pendant la guerre Le Crédit Foncier d Extrême-Orient (CFEO) : cette société active en Chine fut administrée de Paris pendant la Guerre. On est assez bien documenté sur les opérations de la compagnie durant cette période, notamment grâce au courrier de l administrateur Henry Le Bœuf entre 1914 et La direction de la Compagnie Belge Maritime Congolaise (devenue aujourd hui CMB, Cie Maritime Belge) se réfugia à Londres. Les réunions du Temporary Management Committee se tenaient dans les bureaux de la société African Steamship Cy Ltd, à Londres. Ses procès-verbaux ont été conservés par la CMB Même scénario à l Union Minière du Haut-Katanga (aujourd hui Umicore), ou le Conseil d Administration tint différentes réunions à Londres. Dans ce cas-ci, c était d autant plus logique que des administrateurs anglais siégeaient au conseil de l Union Minière, puisque la Tanganyika Concessions Ltd en était actionnaire. Il y a pas mal à dire sur l effort de guerre de l Union Minière La CGER organisa un service de l épargne à Londres, au Havre et à Amsterdam, qui dut aborder le problème des versements en monnaies française ou anglaise et celui posé par le transfert de livrets ouverts à la British Post Office Saving's Bank sur des livrets belges, après la guerre. 6. L INSTAURATION D UN REGIME COMMUNISTE EN RUSSIE Les entreprises belges actives en Russie seront nationalisées en De nombreux fonds d archives de sociétés filiales de la Société Générale de Belgique, de Tractebel, de la Sofina rapportent des témoignages intéressants sur l évolution de la situation en Russie pendant la durée de la guerre et lors de la nationalisation. Dès mars 1918, les sociétés spoliées par les nationalisations coordonnèrent leurs revendications au sein d un groupement, le Comité de Défense des Intérêts Belges en Russie, sous l'égide du gouvernement réfugié au Havre. Son secrétaire général était Eugène Witmeur, bras droit de Jean Jadot et ingénieur-conseil de la Société Générale de Belgique. Les intérêts de ce dernier groupe dans l'ex-empire tsariste étaient en effet considérables. Le Comité comprenait différentes sections dont celle des «concessions des services publics» présidée par le baron Édouard Empain. Les archives de ce Comité, où l on trouve les déclarations de toutes les sociétés et particuliers spoliés en Russie en 1917, ont déjà été exploitées. 7. L EMISSION DE BILLETS DE BANQUE PAR LA SOCIETE GENERALE Malgré les démarches de la direction de la Banque Nationale et de Jean Jadot lui-même auprès des autorités belges réfugiées au Havre, celles-ci ne purent s'entendre avec l'occupant sur les modalités d'une continuation des activités de la Banque Nationale. Les Allemands estimaient que la Banque Nationale devait cesser toute activité en Belgique. C'est alors que Jadot imagina de substituer provisoirement la Société Générale à la Banque Nationale pour l'émission de billets. L'idée était de créer au sein de l'établissement de la Rue Royale un organisme autonome, le Département d'emission, à la gestion duquel la Direction de la Banque Nationale serait associée. De cette façon, on donnait à l'occupant une satisfaction de principe, tout en modifiant le moins possible la situation existante. De même, la Générale continuerait avec le concours et sous la responsabilité de la Banque Nationale les opérations d'escompte et d'avances sur fonds publics. Cette solution fut acceptée par toutes les parties. La création d'un Département d'emission lié à la Société Générale faillit néanmoins être remise en cause à propos du rôle que cet organisme allait jouer dans le financement de l'imposition de guerre imposée à la Belgique. Ce fut avec réticence et après avoir obtenu l'assentiment des ministres d'etat, représentants et hauts fonctionnaires restés au pays, que Jadot accepta que le Département d'emission intervienne dans le financement de la contribution de guerre. Les procès-verbaux de ce département d émission ont été conservés depuis par la Société Générale de Belgique. La correspondance échangée entre le Gouverneur de la Société Générale de Belgique, Jean Jadot, et le directeur de la même société, Edmond Carton de Wiart, réfugié à Londres, est miraculeusement conservée par la Société Générale de Belgique. Elle est cruciale pour étudier l histoire du Département d Emission de la Société Générale de Belgique. Se qualifiant lui-même de «patriote pratique», Jadot y dénonça à plus d une

7 reprise l'attitude matamoresque de certains dirigeants de la Banque Nationale. Jadot enrageait de ce que l attitude des dirigeants de la Société Générale puisse être mal jugée par certains et assimilée à de la compromission. Séparé du Gouvernement belge du Havre par la double ligne de front, le Gouverneur de la Générale s efforçait néanmoins de l informer des raisons de son attitude. L'opposition entre Jean Jadot, partisan du moindre mal, et Omer Lepreux, directeur de la Banque Nationale, favorable à une résistance ouverte à l ennemi, devint particulièrement vive lors de l'affaire du rapatriement des marks en Allemagne. «Résistons tant que nous pouvons, protestons énergiquement et après avoir épuisé tous les moyens, cédons à la force comme le font tous les industriels subissant des réquisitions forcées». 8. LES PROBLEMES POLITIQUES Incidemment, les archives d entreprises évoquent certaines questions politiques propres à la guerre. Dans les archives de la Société Générale de Belgique, on retrouve certaines notes sur des propositions de paix séparée et sur les extensions territoriales possibles de la Belgique. De même, dans la correspondance entre Francqui et Carton, qui fait partie des archives de Fortis Banque, on évoque ces problèmes de patriotisme. Les mêmes fonds contiennent également quelques lettres et notes sur les mesures linguistiques prises par l occupant. Dans les archives de la CGER, on trouve un dossier concernant la censure, l'usage des langues dans l entreprise, les arrêtés pris par l occupant et des réclamations anonymes transmises par l'autorité allemande à la Caisse. 9. LES LENDEMAINS DE LA PREMIERE GUERRE MONDIALE 9.1. Le statut des anciens combattants Dans les archives de la CGER, on retrouve de nombreux documents concernant les activités de la Caisse Nationale de Pensions de la Guerre, qui fut gérée d ailleurs par la Caisse : on retrouve les projets successifs d établissement du fonds, la correspondance avec la Fédération Nationale des Militaires Mutilés et Invalides de la Guerre, les procès verbaux du Conseil d'administration de la Caisse, des fiches individuelles et carnets d'épargne de pensionnés de guerre etc. Par ailleurs, des livrets de dotation furent accordés aux enfants des combattants de la guerre et aux prisonniers de guerre Le soutien des oeuvres De nombreuses œuvres se donnant pour but de soulager les misères provoquées par la guerre ou de préserver le souvenir du sacrifice des soldats reçurent des dons de certaines entreprises. Parmi ces œuvres, mentionnons : Prisonniers de guerre et internés Agence Belge de Renseignements pour les Prisonniers de Guerre et les Internés Centrale des Anciens Prisonniers de a.s.b.l. Population éprouvée Ligue Nationale des Locataires (avec un prospectus et un exemplaire du Bulletin Officiel de la Ligue Nationale des Locataires) Oeuvre Nationale de l'enfance Oeuvre des Tuberculeux de la Guerre a.s.b.l. Invalides de guerre Aide et Apprentissage aux Invalides de la Guerre Les Asiles des Soldats Invalides Belges a.s.b.l. Fédération Nationale des Militaires Mutilés et Invalides de la Guerre.

8 Les Invalides Prévoyants. Oeuvre Nationale d'assistance aux Eprouvés de la Guerre a.s.b.l. La Maison des Invalides a.s.b.l. La Boîte des Soldats Mutilés Oeuvre Nationale pour la Protection des Combattants Eprouvés Belges Oeuvre Nationale des Invalides de la Guerre. Orphelins de guerre Oeuvre Nationale des Orphelins de la Guerre Les Amis des Enfants de nos Soldats Reconstruction Comité National d'architectes pour la Reconstruction des Villes Souvenir Mémorial Interallié à ériger à Liège Monument à la mémoire des militaires du génie belge tombé au cours de la Grande Guerre Mémorial de l'yser Monuments aux fusillés, aux soldats dinantais et français tombés au champ d'honneur ainsi qu'aux déportés (commémoration des massacres du 23 août 1914) émission de timbres réclame en protestation contre des publications allemandes contestant la responsabilité du Reich dans les événements d'août 1914 (avec exemplaires de vignettes).

LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES

LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES SERVICE DES RETRAITES DE l ETAT - 0810 10 33 35 - www.pensions.bercy.gouv.fr - Edition du 1 er mai 2013 En application de l article L. 40 du code des

Plus en détail

PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION

PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION Statut Le Comité de nomination et de rémunération est un comité consultatif du Conseil d Administration. Il remplit également

Plus en détail

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête 1. Les faits L enquête sous forme de questionnaire a été menée durant le mois d octobre 2011 auprès des assistants diplômés

Plus en détail

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement ANNEXE N 3 Médiateur de la Société générale Le rapport d activité de la médiation est uniquement interne, nous n avons donc pas pu en avoir connaissance Historique du dispositif de médiation C est le 15

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE CARREFOUR EUROPE 6 NOVEMBRE 2013 Présenté par: Équipe internationale, Banque Nationale du Canada 1 Contexte Situation

Plus en détail

Réglez un litige avec votre banque

Réglez un litige avec votre banque LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 3 Réglez un litige avec votre banque FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE mise à jour décembre 2005 Ce mini-guide vous est offert Tous droits réservés. La reproduction totale

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENLigne toutes les innovations FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen?

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Un comité sur les locaux à bureaux composé de plusieurs membres du Conseil exécutif national a été mis sur pied. Des représentants de la gestion

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO

REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO Ce règlement vient préciser les statuts de l Association tels qu ils ont été votés par l Assemblée Générale Extraordinaire en date du 9 janvier 2014 1. Modalités

Plus en détail

3. QUELS SONT VOS OBJECTIFS DE PLACEMENT?

3. QUELS SONT VOS OBJECTIFS DE PLACEMENT? Quels sont vos objectifs de placement? 2 3. QUELS SONT VOS OBJECTIFS DE PLACEMENT? Les facteurs à prendre en compte Ils dépendent de votre personnalité, de votre âge, de votre situation de famille et de

Plus en détail

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Alors que les concertations sur la réforme des retraites sont actuellement en cours, l Assurance retraite, premier

Plus en détail

DIFFERENTES ETAPES POUR ACQUERIR UN TERRAIN

DIFFERENTES ETAPES POUR ACQUERIR UN TERRAIN DIFFERENTES ETAPES POUR ACQUERIR UN TERRAIN Vous souhaitez acquérir un terrain pour y construire votre villa, voici comment cela se déroule. I. CHOISIR VOTRE PARCELLE : Tout d abord, il s agit de faire

Plus en détail

ASSURANCES DU CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DES PYRENEES-ALTANTIQUES

ASSURANCES DU CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DES PYRENEES-ALTANTIQUES ASSURANCES DU CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DES PYRENEES-ALTANTIQUES DECLARATIONS Marché d'assurances 2009 CDG-64 1 Le Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale des

Plus en détail

Note de présentation relative au Projet de Décret portant création du Conseil Consultatif Supérieur de la Consommation

Note de présentation relative au Projet de Décret portant création du Conseil Consultatif Supérieur de la Consommation Note de présentation relative au Projet de Décret portant création du Conseil Consultatif Supérieur de la La loi n 31-08 édictant des mesures de protection du consommateur promulguée par le Dahir 1.11.03

Plus en détail

A la suite de ce sinistre, l activité n a pas été interrompue, la SAS ayant pu poursuivre son activité sur un autre site.

A la suite de ce sinistre, l activité n a pas été interrompue, la SAS ayant pu poursuivre son activité sur un autre site. COMPTES ANNUELS - Date de comptabilisation des indemnités d'assurance suite à un incendie - Provision pour charges liées à la reconstruction du bâtiment appartenant à une SCI - EC 2010-28 Mots clés Comptes

Plus en détail

Objet: Mécanismes particuliers ayant pour but ou pour effet de favoriser la fraude fiscale dans le chef de tiers

Objet: Mécanismes particuliers ayant pour but ou pour effet de favoriser la fraude fiscale dans le chef de tiers Contrats d'assurance vie à primes flexibles - taux garanti, Provisions complémentaires d'assurances vie, Bases techniques de la tarification des contrats d'assurance vie Bruxelles, le 30 novembre 2001

Plus en détail

Acquisition d un logiciel métier : solution de gestion des Relations administrés et guichet unique

Acquisition d un logiciel métier : solution de gestion des Relations administrés et guichet unique Mairie de Pontcharra Service des marchés publics 95 avenue de la Gare BP 49 38530 Pontcharra cedex Tél: 04 76 97 11 65 Acquisition d un logiciel métier : solution de gestion des Relations administrés et

Plus en détail

REGLEMENT FINANCIER. 1.1. Séparation des fonctions d ordonnateur et de comptable

REGLEMENT FINANCIER. 1.1. Séparation des fonctions d ordonnateur et de comptable REGLEMENT FINANCIER Le présent règlement a pour objet de fixer les modalités de fonctionnement de la Fédération Française de Go (FFG) pour ce qui concerne les aspects comptables et financiers de sa gestion.

Plus en détail

REFORME DU DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES

REFORME DU DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES N 56 - MARCHES n 12 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 24 mars 2009 ISSN 1769-4000 REFORME DU DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES L essentiel Tirant le bilan de deux années d application de

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/09/137 DÉLIBÉRATION N 09/075 DU 1 ER DÉCEMBRE 2009 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR

Plus en détail

Les affaires et le droit

Les affaires et le droit Les affaires et le droit Chapitre 20 Le cautionnement Me Micheline Montreuil 1 1 Contenu Le cautionnement Le cautionnement conventionnel Le cautionnement légal Le cautionnement judiciaire Le cautionnement

Plus en détail

- 136 AQ - Société diverses filiales de Gaz de France

- 136 AQ - Société diverses filiales de Gaz de France - 136 AQ - Société diverses filiales de Gaz de France Origine : versement de Gaz de France (Archives publiques) Date d'entrée aux Archives : 1974 (n 2499), 1977 (n 2694) Dates extrêmes : 1872-1967 Composition

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU 16 MARS 2007 RELATIF

Plus en détail

Perte d autonomie AXA s engage à vos côtés

Perte d autonomie AXA s engage à vos côtés Pour tout renseignement complémentaire, contactez-nous : Vous souhaitez vivre pleinement votre vie, faire des projets et préparer l avenir en toute confiance. Notre métier est de vous proposer les solutions

Plus en détail

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire Avoirs dormants L assureur réveille le bénéficiaire 2 Avoirs dormants Table des matières Table des matières... 2 1 Introduction... 3 1.1 Avoirs dormants... 3 1.2 Nouvelle législation... 3 2 Procédures

Plus en détail

Si vous vivez actuellement un conflit conjugal, votre situation peut être très douloureuse.

Si vous vivez actuellement un conflit conjugal, votre situation peut être très douloureuse. Que faire lors d un conflit conjugal? Consultations matrimoniales Séparation et divorce Médiation familiale Négociation Droit familial collaboratif Litige Que faire lors d un conflit conjugal? Si vous

Plus en détail

KEY ISSUES - Corporate Governance COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE

KEY ISSUES - Corporate Governance COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE KEY ISSUES - Corporate Governance COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE Reporting corporate governance Bruxelles, le 18 novembre 1999 Madame, Monsieur La Commission bancaire et financière et Brussels Exchanges

Plus en détail

«AMICALE DES CADRES DE LA POLICE NATIONALE ET DE LA SECURITE INTERIEURE» «ACPNSI»

«AMICALE DES CADRES DE LA POLICE NATIONALE ET DE LA SECURITE INTERIEURE» «ACPNSI» «AMICALE DES CADRES DE LA POLICE NATIONALE ET DE LA SECURITE INTERIEURE» «ACPNSI» Mutuelle régie par les dispositions du Livre III du Code de la mutualité et immatriculée au registre national des mutuelles

Plus en détail

POLYNESIE FRANÇAISE - AGENCES DE VOYAGES - REGLEMENTATION DE LA LICENCE

POLYNESIE FRANÇAISE - AGENCES DE VOYAGES - REGLEMENTATION DE LA LICENCE POLYNESIE FRANÇAISE - AGENCES DE VOYAGES - REGLEMENTATION DE LA LICENCE Polynésie française : la chronique juridique des notaires TEXTES Délibération n 87-138 AT du 23 décembre 1987 (JOPF du 7 janvier

Plus en détail

REGLEMENT FINANCIER. Règlement financier validé par l Assemblée Générale Fédérale du 1 er février 2014 1

REGLEMENT FINANCIER. Règlement financier validé par l Assemblée Générale Fédérale du 1 er février 2014 1 REGLEMENT FINANCIER Règlement financier validé par l Assemblée Générale Fédérale du 1 er février 2014 1 SOMMAIRE 1. REGLEMENT FINANCIER 3 1.1. Elaboration du budget 3 1.2. Responsabilités et compétences

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale 1 Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSSS/15/029 DÉLIBÉRATION N 15/011 DU 3 MARS 2015 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR SIGEDIS

Plus en détail

Délégué/e/s à la formation. Rôle et missions. (version 2012) INAP rôle et missions du délégué à la formation Page 1

Délégué/e/s à la formation. Rôle et missions. (version 2012) INAP rôle et missions du délégué à la formation Page 1 Délégué/e/s à la formation Rôle et missions (version 2012) INAP rôle et missions du délégué à la formation Page 1 Sommaire: 1. Considérations générales sur le rôle et les missions du délégué/e à la formation...

Plus en détail

ACCORD D ENTREPRISE INSTITUANT UN REGIME DE PREVOYANCE COLLECTIVE

ACCORD D ENTREPRISE INSTITUANT UN REGIME DE PREVOYANCE COLLECTIVE Caisse Régionale de CREDIT AGRICOLE MUTUEL de la TOURAINE et du POITOU ACCORD D ENTREPRISE INSTITUANT UN REGIME DE PREVOYANCE COLLECTIVE Entre les Soussignés : La CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL

Plus en détail

CONSEIL DE CABINET. du jeudi 10 avril 1941, â 16,30 H. SONT PRESENTS : MM. Pl'ERLOT, SPAAK et DE VLEESCRAMER,

CONSEIL DE CABINET. du jeudi 10 avril 1941, â 16,30 H. SONT PRESENTS : MM. Pl'ERLOT, SPAAK et DE VLEESCRAMER, LONDRES, No 23 75 CONSEIL DE CABINET du jeudi 10 avril 1941, â 16,30 H. SONT PRESENTS : MM. Pl'ERLOT, SPAAK et DE VLEESCRAMER, ARRETE"LOI AUTORISANT LA COLONIE A GARANTIR LE REMBOURSEMENT DES EMPRUNTS

Plus en détail

C O N V E N T I O N. ET La Croix Rouge, 98 rue DIDOT, Paris 14, représentée par le Président de la Croix-Rouge française, Jean-François MATTEI.

C O N V E N T I O N. ET La Croix Rouge, 98 rue DIDOT, Paris 14, représentée par le Président de la Croix-Rouge française, Jean-François MATTEI. C O N V E N T I O N RELATIVE A L AFFECTATION D UN INTERNE DE MEDECINE GENERALE DANS LES MISSIONS HUMANITAIRES DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE ENTRE : LE CENTRE HOSPITALIER ET UNIVERSITAIRE De, représenté par

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

ACCORD-CADRE 2008-2011

ACCORD-CADRE 2008-2011 ACCORD-CADRE 2008-2011 ENTRE : L INSTITUT NATIONAL DE PREVENTION ET D EDUCATION POUR LA SANTE (INPES), Etablissement public administratif, situé 42, boulevard de la Libération 93203 Saint-Denis cedex,

Plus en détail

MAIRIE DE LORMONT Rue André Dupin BP n 1 33305 LORMONT Cedex MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES

MAIRIE DE LORMONT Rue André Dupin BP n 1 33305 LORMONT Cedex MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES MAIRIE DE LORMONT Rue André Dupin BP n 1 33305 LORMONT Cedex MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES Acquisition de véhicules neufs ou d occasion pour la Ville de LORMONT Année 2007 CAHIER DES CHARGES Préambule :

Plus en détail

LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES. L impact de la loi BORLOO sur l instauration de la GPEC au sein des entreprises.

LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES. L impact de la loi BORLOO sur l instauration de la GPEC au sein des entreprises. L impact de la loi BORLOO sur l instauration de la GPEC au sein des entreprises. Depuis janvier 2008, les entreprises de plus de 300 salariés sont obligées de négocier la mise en place d un dispositif

Plus en détail

La dissolution d une asbl

La dissolution d une asbl FICHE PRATI QUE La dissolution d une asbl La dissolution d une association sans but lucratif est un acte qui a pour but de mettre juridiquement fin à son existence. Pouvant résulter d une action volontaire

Plus en détail

AIDES SOCIALES 2015 NOTICE D INFORMATION. Service Action Sanitaire et Sociale VOUS SOUHAITEZ BÉNÉFICIER D UNE AIDE DE LA CRPCEN

AIDES SOCIALES 2015 NOTICE D INFORMATION. Service Action Sanitaire et Sociale VOUS SOUHAITEZ BÉNÉFICIER D UNE AIDE DE LA CRPCEN NOTICE D INFORMATION Pour tout renseignement, contacter le Centre de la Relation Clients : Tél. 01 44 90 13 33 Fax 01 44 90 20 15 Formulaire de contact accessible sur notre site Internet www.crpcen.fr

Plus en détail

FONDS EDMOND LE BRETON

FONDS EDMOND LE BRETON ARCHIVES NATIONALES DU MONDE DU TRAVAIL FONDS EDMOND LE BRETON REPRÉSENTANT EN VÊTEMENTS DE PROTECTION 2012 004 INTRODUCTION Activités commerce, textile Présentation de l entrée Ce fonds est entré aux

Plus en détail

Compte Epargne Temps : Les tours de bonneteau du Ministre

Compte Epargne Temps : Les tours de bonneteau du Ministre Compte Epargne Temps : Les tours de bonneteau du Ministre A la suite du Conseil Supérieur de la Fonction Publique du 9 avril 2009, le décret 2009-1065 du 28 août 2009 portant modifications du Compte Epargne

Plus en détail

BILAN A MI-PARCOURS SUR L APPLICATION DE LA CONVENTION AERAS «s assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé»

BILAN A MI-PARCOURS SUR L APPLICATION DE LA CONVENTION AERAS «s assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé» BILAN A MI-PARCOURS SUR L APPLICATION DE LA CONVENTION AERAS «s assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé» Comité consultatif du secteur financier Paris, mardi 18 novembre 2008 Assurance emprunteur

Plus en détail

1. Code de la sécurité sociale

1. Code de la sécurité sociale Points-clés de la loi du 17 décembre 2010 portant réforme du système de soins de santé et modifiant : 1. le Code de la sécurité sociale ; 2. la loi modifiée du 28 août 1998 sur les établissements hospitaliers.

Plus en détail

Position de la COFACE sur le rôle des pensions alimentaires dans la lutte contre la pauvreté des familles monoparentales

Position de la COFACE sur le rôle des pensions alimentaires dans la lutte contre la pauvreté des familles monoparentales Confédération des Organisations Familiales de l Union européenne Confederation of Family Organisations in the European Union Position de la COFACE sur le rôle des pensions alimentaires dans la lutte contre

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 3 octobre 2013 N de pourvoi: 12-24957 ECLI:FR:CCASS:2013:C201507 Non publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président SCP Didier et Pinet,

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le 4 octobre

Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le 4 octobre Information réglementée* Bruxelles, Paris, 10 octobre 2011 5h30 Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le

Plus en détail

Germain Dulac Ph.D. N 2. Les pensions alimentaires payées par les pères au Québec

Germain Dulac Ph.D. N 2. Les pensions alimentaires payées par les pères au Québec Ph.D. N 2 Les pensions alimentaires payées par les pères au Québec Montréal, 1er mai 2008 Les pensions alimentaires payées par les pères au Québec Page 2 Table des matières LA LOI ET LA PERCEPTION DES

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

RAPPORT DU PRESIDENT SUR LE FONCTIONNEMENT DU CONSEIL ET LE CONTROLE INTERNE

RAPPORT DU PRESIDENT SUR LE FONCTIONNEMENT DU CONSEIL ET LE CONTROLE INTERNE RAPPORT DU PRESIDENT SUR LE FONCTIONNEMENT DU CONSEIL ET LE CONTROLE INTERNE Mesdames, Messieurs les actionnaires, En application des dispositions de l article L. 225-37, alinéa 6, du Code de commerce,

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. «ADASP des YVELINES»

REGLEMENT INTERIEUR. «ADASP des YVELINES» REGLEMENT INTERIEUR «ADASP des YVELINES» ARTICLE PREMIER - AGREMENT DES MEMBRES 1.1 Membres actifs du 1er collège : Le 1 er collège est composé au plus de 15 membres. Sont admis de droit les membres actifs

Plus en détail

SOCIAL QUIZ «MAItrISeZ vous votre protection SOCIALe?»

SOCIAL QUIZ «MAItrISeZ vous votre protection SOCIALe?» SOCIAL QUIZ «Maitrisez vous votre protection sociale?» 2 3 APPLICATION TABLETTE À DESTINATION DES EXPERTS-COMPTABLES AG2R LA MONDIALE lance l application Social Quiz pour tablette «Maitrisez-vous votre

Plus en détail

Table des matières Caisse Commune d Assurance des Charbonnages du Couchant de Mons : AEM et SAICOM INTRODUCTION 2

Table des matières Caisse Commune d Assurance des Charbonnages du Couchant de Mons : AEM et SAICOM INTRODUCTION 2 Table des matières Caisse Commune d Assurance des Charbonnages du Couchant de Mons : AEM et SAICOM INTRODUCTION 2 INVENTAIRE DE LA CAISSE COMMUNE D'ASSURANCE DES CHARBONNAGES DU COUCHANT DE MONS : ARCHIVES

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

ENTREPRISE UNIPERSONNELLE A RESPONSABILITE LIMITEE

ENTREPRISE UNIPERSONNELLE A RESPONSABILITE LIMITEE ENTREPRISE UNIPERSONNELLE A RESPONSABILITE LIMITEE 27/02/2015 L EURL - Entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée dotée de la personnalité morale, n est pas une nouvelle forme de société ; c est

Plus en détail

R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés.

R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés. R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés. QUI EST OETH? L association OETH a pour objectif la mise en œuvre de l Accord de Branche 2006-2010 relatif à l Obligation

Plus en détail

PROTECTION COLLABORATEURS UNE STRATÉGIE DE POURSUITE DES AFFAIRES FAISANT APPEL À L ASSURANCE-VIE ET À L ASSURANCE MALADIES GRAVES

PROTECTION COLLABORATEURS UNE STRATÉGIE DE POURSUITE DES AFFAIRES FAISANT APPEL À L ASSURANCE-VIE ET À L ASSURANCE MALADIES GRAVES PROTECTION COLLABORATEURS UNE STRATÉGIE DE POURSUITE DES AFFAIRES FAISANT APPEL À L ASSURANCE-VIE ET À L ASSURANCE MALADIES GRAVES Aidez vos clients à protéger leur entreprise contre les frais imprévus.

Plus en détail

Protocole d'amendement à la Convention concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale

Protocole d'amendement à la Convention concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale Série des traités du Conseil de l'europe - n 208 Protocole d'amendement à la Convention concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale Paris, 27.V.2010 STCE 208 Assistance mutuelle

Plus en détail

Se porter caution : un engagement financier

Se porter caution : un engagement financier AVRIL 2014 N 19 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Se porter caution : un engagement financier Ce mini-guide vous est offert par :

Plus en détail

Numéro du rôle : 5633. Arrêt n 26/2014 du 6 février 2014 A R R E T

Numéro du rôle : 5633. Arrêt n 26/2014 du 6 février 2014 A R R E T Numéro du rôle : 5633 Arrêt n 26/2014 du 6 février 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 4 de l arrêté royal du 18 novembre 1996 «instaurant une assurance sociale en

Plus en détail

dos. 1625 Orbe, le 6 septembre 2011 Préavis no 05/11 : Augmentation des effectifs du personnel communal

dos. 1625 Orbe, le 6 septembre 2011 Préavis no 05/11 : Augmentation des effectifs du personnel communal MUNICIPALITE D ORBE Secrétariat : tél. 024/442.92.10 fax 024/442.92.19 Hôtel de Ville - 1350 Orbe greffe@orbe.ch Au Conseil communal dos. 1625 Orbe, le 6 septembre 2011 Préavis no 05/11 : Augmentation

Plus en détail

FEDERATION EUROPEENNE DE FINANCES ET BANQUES ETHIQUES et ALTERNATIVES STATUTS

FEDERATION EUROPEENNE DE FINANCES ET BANQUES ETHIQUES et ALTERNATIVES STATUTS FEDERATION EUROPEENNE DE FINANCES ET BANQUES ETHIQUES et ALTERNATIVES Association Internationale Sans But Lucratif STATUTS Approuvé par l Assemblée Générale du 16/06/2015 Dénomination, but et objectif

Plus en détail

GROUPEMENT EUROPEEN D'INTERET ECONOMIQUE (GEIE) PARIS EUROLAW WORLD NET ASSOCIATION DE DROIT FRANÇAIS PARIS

GROUPEMENT EUROPEEN D'INTERET ECONOMIQUE (GEIE) PARIS EUROLAW WORLD NET ASSOCIATION DE DROIT FRANÇAIS PARIS GROUPEMENT EUROPEEN D'INTERET ECONOMIQUE (GEIE) PARIS EUROLAW WORLD NET ASSOCIATION DE DROIT FRANÇAIS PARIS REGLEMENT INTERIEUR 2004 Article 1 er : ADHESION D UN NOUVEAU MEMBRE 1.1 Le profil requis Tout

Plus en détail

LA RESPONSABILITE LIÈE AUX ACTIVITES JURIDIQUES L obligation de conseil et les autres obligations. Rapport italien par Vincenzo Zeno-Zencovich

LA RESPONSABILITE LIÈE AUX ACTIVITES JURIDIQUES L obligation de conseil et les autres obligations. Rapport italien par Vincenzo Zeno-Zencovich s.scritti resp civ grerca lione LA RESPONSABILITE LIÈE AUX ACTIVITES JURIDIQUES L obligation de conseil et les autres obligations Rapport italien par Vincenzo Zeno-Zencovich Professeur de droit comparé

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE MARS 2010 BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE Avril 2011 Préparer sa retraite est un exercice déjà compliqué lorsque l on vit en France. Mais lorsqu on se trouve à l étranger depuis un certain temps,

Plus en détail

Statuts de l association Electrolab

Statuts de l association Electrolab Statuts de l association Electrolab Mardi 16 Novembre 2010 Article 1 : Titre Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 juillet 1901 relative au contrat

Plus en détail

Introduction. Eric BUSSIÈRE. Professeur à l Université Paris IV-Sorbonne

Introduction. Eric BUSSIÈRE. Professeur à l Université Paris IV-Sorbonne Introduction Eric BUSSIÈRE Professeur à l Université Paris IV-Sorbonne L histoire de l intégration européenne couvre depuis quelques années des champs qui l éloignent de la démarche strictement institutionnelle

Plus en détail

ARCHIVES NATIONALES DU MONDE DU TRAVAIL LE SOLEIL L'AIGLE COMPAGNIE GÉNÉRALE DE RÉASSURANCE 117 AQ

ARCHIVES NATIONALES DU MONDE DU TRAVAIL LE SOLEIL L'AIGLE COMPAGNIE GÉNÉRALE DE RÉASSURANCE 117 AQ ARCHIVES NATIONALES DU MONDE DU TRAVAIL LE SOLEIL L'AIGLE COMPAGNIE GÉNÉRALE DE RÉASSURANCE 117 AQ INTRODUCTION Activités assurances Présentation de l entrée Ce fonds est transféré aux Archives nationales

Plus en détail

NOUVELLE LOI SUR LES ASBL: NOUVELLES FORMALITES ET PUBLICATIONS

NOUVELLE LOI SUR LES ASBL: NOUVELLES FORMALITES ET PUBLICATIONS NOUVELLE LOI SUR LES ASBL: NOUVELLES FORMALITES ET PUBLICATIONS La nouvelle loi du 2 mai 2002 sur les asbl apporte des changements : - dans la rédaction des statuts ; - dans les formalités et les publications

Plus en détail

UE 1 - GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE

UE 1 - GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE UE 1 - GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE Niveau M : 180 heures 20 ECTS Thèmes Sens et portée de l'étude Notions et contenus 1. L entreprise et son environnement (50 heures) 1.1 Eléments généraux sur

Plus en détail

C O N V E N T I O N. (a) ******************

C O N V E N T I O N. (a) ****************** C O N V E N T I O N (a) ****************** ENTRE LES SOUSSIGNES : - Monsieur le Président du Conseil Général des Bouches-du-Rhône, agissant au nom et pour le compte du Département, en vertu de la délibération

Plus en détail

LE RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS

LE RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS LE RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS L ordonnance n 2005-1528 du 8 décembre 2005 a créé le Régime Social des Indépendants (RSI). Celui-ci, né de la fusion de la Caisse Nationale d Assurance Maladie des Professions

Plus en détail

La retraite, comment en bénéficier?

La retraite, comment en bénéficier? Salariés agricoles La retraite, comment en bénéficier? Je prépare ma retraite RETRAITE Je suis, salarié agricole cadre ou non cadre Sommaire De quoi est composée ma retraite? p.3 Ma retraite à taux plein,

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE POUR LES RESPONSABLES D EMBALLAGES

GUIDE PRATIQUE POUR LES RESPONSABLES D EMBALLAGES GUIDE PRATIQUE POUR LES RESPONSABLES D EMBALLAGES Sommaire Introduction : la loi 2 1. votre entreprise est-elle concernée? 3 3 types de responsables d emballages 2. les obligations des entreprises 4 Le

Plus en détail

CONVENTION D OBJECTIFS ET DE MOYENS ENTRE LA VILLE DE METZ ET L ASSOCIATION MOB D EMPLOI POUR L OPÉRATION METZ VELOCATION ANNÉE 2011

CONVENTION D OBJECTIFS ET DE MOYENS ENTRE LA VILLE DE METZ ET L ASSOCIATION MOB D EMPLOI POUR L OPÉRATION METZ VELOCATION ANNÉE 2011 CONVENTION D OBJECTIFS ET DE MOYENS ENTRE LA VILLE DE METZ ET L ASSOCIATION MOB D EMPLOI POUR L OPÉRATION METZ VELOCATION ANNÉE 2011 Projet V5 (14/02/2011) Entre : La Ville de Metz, représentée par son

Plus en détail

DÉLÉGATION POUR L UNION EUROPÉENNE COMPTE RENDU N 167. Réunion du mardi 4 avril 2006 à 16 heures 15. Présidence de M. Pierre Lequiller, Président

DÉLÉGATION POUR L UNION EUROPÉENNE COMPTE RENDU N 167. Réunion du mardi 4 avril 2006 à 16 heures 15. Présidence de M. Pierre Lequiller, Président DÉLÉGATION POUR L UNION EUROPÉENNE COMPTE RENDU N 167 Réunion du mardi 4 avril 2006 à 16 heures 15 Présidence de M. Pierre Lequiller, Président SOMMAIRE pages I. Examen du rapport d information de M. Robert

Plus en détail

APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES

APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES Le présent plan n est pas un document indépendant. Il faut le considérer dans le contexte du Plan d urgence de la ville de Moncton. 1 Préambule Le

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

Décès. Calendrier des démarches

Décès. Calendrier des démarches Pour faciliter vos démarches, dans cette période difficile, nous avons recensé quatre étapes essentielles à suivre : le calendrier des démarches, l organisation des funérailles, les demandes spécifiques

Plus en détail

Prix AGIRC et ARRCO Faciliter l accès aux soins des personnes handicapées vieillissantes pour favoriser l autonomie

Prix AGIRC et ARRCO Faciliter l accès aux soins des personnes handicapées vieillissantes pour favoriser l autonomie APPEL À PROJETS Prix AGIRC et ARRCO Faciliter l accès aux soins des personnes handicapées vieillissantes pour favoriser l autonomie en partenariat avec le Comité national Coordination Action Handicap (CCAH)

Plus en détail

- permettre le maintien et le développement des liens d amitié et de solidarité entre les étudiants et les diplômés des différentes promotions ;

- permettre le maintien et le développement des liens d amitié et de solidarité entre les étudiants et les diplômés des différentes promotions ; Projet de fusion des associations fondatrices de fbs Alumni I - Objectif du projet de fusion Le Conseil d administration a validé lors du CA du 12 juin 2013 la décision de procéder à la fusion/absorption

Plus en détail

Problématique et public concerné I.

Problématique et public concerné I. FORMATION INTERENTREPRISES MANAGERS DE PROXIMITE 2015 Département de la Marne performance durable ressources humaines santé - sécurité qualité management sécurité alimentaire Proposition rédigée par Graziella

Plus en détail

Rapports du Corps commun d inspection

Rapports du Corps commun d inspection COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Vingt et unième réunion Point 3.5 de l ordre du jour provisoire EBPBAC21/6 31 octobre 2014 Rapports du Corps commun d inspection

Plus en détail

CONTRAT. PARTICIPANT, personne morale légalement constituée sous le régime des lois du Canada, ayant un établissement au (Québec),

CONTRAT. PARTICIPANT, personne morale légalement constituée sous le régime des lois du Canada, ayant un établissement au (Québec), CONTRAT ENTRE : PARTICIPANT, personne morale légalement constituée sous le régime des lois du Canada, ayant un établissement au (Québec), ci-après nommée le «Participant», ET : HYDRO-QUÉBEC, personne morale

Plus en détail

L adresse de référence

L adresse de référence Version n : 1 Dernière actualisation : 18-12-2006 1) À quoi sert cette fiche? 2) Qu est-ce qu une adresse de référence? 3) Quels sont les avantages d une adresse de référence? 4) Qui peut s inscrire en

Plus en détail

ASSOCIATION SUISSE POUR LA PROTECTION DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE (AIPPI SUISSE) S T A T U T S. A. Nom, siège et but de l'association

ASSOCIATION SUISSE POUR LA PROTECTION DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE (AIPPI SUISSE) S T A T U T S. A. Nom, siège et but de l'association ASSOCIATION SUISSE POUR LA PROTECTION DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE (AIPPI SUISSE) S T A T U T S A. Nom, siège et but de l'association 1 Sous le nom de "Association suisse pour la protection de la propriété

Plus en détail

DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution.

DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution. DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution. Le Président de la République Vu la Constitution, Vu la loi n 90-07 du 28 juin 1990 relative à l organisation

Plus en détail

DELIBERATION relative aux bureaux d information touristique

DELIBERATION relative aux bureaux d information touristique République Française ASSEMBLEE SECRETARIAT GENERAL N 32 2005/APS Du 1 er décembre 2005 AMPLIATIONS HC 1 Com Del 1 Gouvernement 1 Congrès 1 APS 40 SGPS 2 Trésorier 1 Directions 11 JONC 1 DELIBERATION relative

Plus en détail

DROITS ET DEVOIRS DU MANDATAIRE

DROITS ET DEVOIRS DU MANDATAIRE DROITS ET DEVOIRS DU MANDATAIRE PROBLÈMES POSÉS Quels sont les droits et les devoirs du mandataire de coopérative scolaire, de quartier ou de foyer coopératif? STATUT ET DROITS DU MANDATAIRE Le mandataire

Plus en détail

CABINET OLIVIER BOSSARD RAPPORT DE TRANSPARENCE PUBLIE SUR LE SITE EN APPLICATION DES DISPOSITIONS DE L ARTICLE R.823.21 DU CODE DE COMMERCE

CABINET OLIVIER BOSSARD RAPPORT DE TRANSPARENCE PUBLIE SUR LE SITE EN APPLICATION DES DISPOSITIONS DE L ARTICLE R.823.21 DU CODE DE COMMERCE CABINET OLIVIER BOSSARD RAPPORT DE TRANSPARENCE PUBLIE SUR LE SITE EN APPLICATION DES DISPOSITIONS DE L ARTICLE R.823.21 DU CODE DE COMMERCE EXERCICE CLOS LE 31 DECEMBRE 2014 Mai 2015 1. Présentation du

Plus en détail

Fondation MAAF Assurances Fondation d entreprise (mis à jour du conseil d administration du 13 novembre 2013)

Fondation MAAF Assurances Fondation d entreprise (mis à jour du conseil d administration du 13 novembre 2013) STATUTS Fondation MAAF Assurances Fondation d entreprise (mis à jour du conseil d administration du 13 novembre 2013) Les FONDATEURS soussignés : MAAF Assurances Société d'assurance mutuelle à cotisations

Plus en détail

Conseil d administration de l Association «Heidelberg Alumni Frankreich» (HAFR) Première réunion. Réunion du conseil tenue le 11 juillet 2008

Conseil d administration de l Association «Heidelberg Alumni Frankreich» (HAFR) Première réunion. Réunion du conseil tenue le 11 juillet 2008 Conseil d administration de l Association «Heidelberg Alumni Frankreich» (HAFR) Première réunion Réunion du conseil tenue le 11 juillet 2008 Compte rendu Le conseil d administration a lieu le 11 juillet

Plus en détail

Se porter caution : un engagement financier

Se porter caution : un engagement financier JUIN 2015 N 19 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Se porter caution : un engagement financier Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE

Plus en détail

- les Commissions Hygiène et Sécurité La mise en place du document unique la saisie de la DASH-CT 4 - Points positifs - Points négatifs

- les Commissions Hygiène et Sécurité La mise en place du document unique la saisie de la DASH-CT 4 - Points positifs - Points négatifs Délégation Académique «Sécurité Hygiène et Conditions de Travail (DASH-CT) septembre 2011 Tel/répondeur : 04 42 95 29 72 mail : dash-ct@ac-aix-marseille.fr Bilan et Reconsidération de la désignation d

Plus en détail

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement?

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Portefeuilles de retraite TD La nouvelle réalité de la retraite Le paysage de la retraite a changé, et les marchés aussi. Êtes-vous préparé? Si vous êtes

Plus en détail

Le nouveau Compte Personnel de Formation remplace le DIF à partir du 1 er janvier 2015

Le nouveau Compte Personnel de Formation remplace le DIF à partir du 1 er janvier 2015 Décembre 2014 Le nouveau Compte Personnel de Formation remplace le DIF à partir du 1 er janvier 2015 A compter du 1 er janvier 2015 le DIF ou Droit Individuel à la Formation n existera plus, il est remplacé

Plus en détail