Les archives d entreprises et la Première Guerre mondiale R. Brion et J.-L. Moreau

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les archives d entreprises et la Première Guerre mondiale R. Brion et J.-L. Moreau"

Transcription

1 Les archives d entreprises et la Première Guerre mondiale R. Brion et J.-L. Moreau 1. CONSIDERATIONS GENERALES Les considérations qui suivent concernent les archives de quelques grands groupes d entreprises : la Société Générale de Belgique (banque et holding), Tractebel (énergie et transports en commun), l Union Minière (métaux non ferreux), la Sofina (énergie et transport), Fortis Banque (archives de l ancienne Caisse Générale d Epargne et de Retraite et de l ancienne Société Générale de Banque), la CMB (Compagnie Maritime Belge), Fortis AG (assurances), Finoutremer (sociétés coloniales), CBR (ciment) Au total, une dizaine de sociétés holdings et quelque 300 entreprises exploitantes Sauf exception, les archives de ces groupes plusieurs kilomètres d étagères au total ont été traitées par les soussignés dans le cadre de contrats conclus avec l Association pour la Valorisation des Archives d Entreprises. Cette association sans but lucratif a été créée il y a une quinzaine d années, à temps pour faire face au vaste mouvement de fusions et de restructurations d entreprises qui a caractérisé les années Avec l appui des Archives Générales du Royaume, l AVAE œuvre sans répit à la sauvegarde de ce patrimoine atypique : les archives d entreprises. Bien sûr, de telles opérations de sauvegarde ne peuvent être menés que dans le cadre d une collaboration étroite entre l AVAE et les entreprises elles-mêmes. Les archives d entreprises sont des archives privées, et ne peuvent faire l objet d aucune mesure coercitive de sauvegarde. L AVAE mène donc une politique de sensibilisation, s efforçant en outre de diversifier ses interventions de façon à pouvoir éclairer les activités du plus grand nombre possible de secteurs économiques.

2 Les archives traitées couvrent les 19 e et 20 e siècles. Mais leur grande masse est postérieure à la Seconde Guerre mondiale. Au total, peu de dossiers ont survécu qui se rapportent explicitement à l activité des entreprises pendant la Grande Guerre. Quant à l examen des archives des organes légaux de la société procès verbaux d assemblées générales ou de conseil d administration, il aboutit à des résultats très divers. Beaucoup de procès-verbaux d époque sont peu diserts il est évident que sous le régime d occupation, on craignait les indiscrétions. Mais certains aspects sont néanmoins plus facilement évoqués : pénurie de matières premières, paiement des réquisitions, oeuvres en faveur du personnel Signalons spécialement l intérêt des rapports annuels publiés par de très nombreuses entreprises en 1919 ou 1920, où il la vie de la société sous l occupation est présentée en détail, dans un climat nationaliste virulent. Nous nous permettrons, dans la brève note qui suit, de détailler certaines trouvailles intéressantes. Nous ne passerons pas en revue les archives de chaque entreprise, mais nous aborderons plutôt certains thèmes qui pourraient être développés grâce aux archives des entreprises. 2. L ACTIVITE DES ENTREPRISES EN BELGIQUE OCCUPEE 2.1. La situation des entreprises durant les journées d invasion reste mal connue. A la CGER, on retrouve quelques notes et procès-verbaux concernant les dispositions prises pour limiter les remboursements des dépôts à la Caisse d'epargne Une étude systématique des archives d entreprises permettrait de mieux connaître la politique de présence des industriels belges pendant la Grande Guerre, qui préfigure la «politique de moindre mal» ou «politique Galopin» pratiquée pendant le second conflit mondial. De nombreux industriels et financiers qui ont connu les deux guerres ont déjà souligné ce parallèle dans l attitude des industriels. Mais comme ils l ont fait en 1945 pour justifier la politique de travail menée de 1940 à 1945, ils ont été peu écoutés. Donnons quelques pistes de recherche : Les charbonnages belges restèrent actifs durant toute la durée de la guerre. Dès cette époque, on justifia cette politique de travail par la nécessité de garder barre sur les exploitations et de permettre la survie de la population. Dans un rapport de l avocat général de Ryckere, publié en 1920 par La Belgique judiciaire, on peut lire que : «Le seul moyen d'échapper aux réquisitions [de charbon] résidait dans l'arrêt complet des exploitations et ne pouvait être réalisé que par la fermeture des charbonnages. Cette solution radicale a été mûrement envisagée; les associations [charbonnières] n'ont pas voulu s'en rapporter à leur seul jugement et elles ont eu recours alors, ainsi qu'en maintes autres circonstances, aux conseils de hautes personnalités belges restées au pays. L'avis a prévalu qu'une mesure aussi grave aurait eu infailliblement pour conséquence de provoquer la mainmise de l'ennemi sur tout le disponible existant dans les magasins, d'acculer la classe ouvrière à la misère la plus noire et de priver de charbon toute la population belge». Sur l activité des charbonnages durant cette période, on a notamment dans les archives de la Société Générale des notes d'inspection des charbonnages patronnés par le groupe, les résultats mensuels de ces charbonnages patronnés et les procès-verbaux de leurs conseils d administration respectifs Les activités du Consortium des banques sont l une des manifestations les plus tangibles de la politique de présence des entreprises belges. Ce consortium fut formé au début de la guerre. Le 3 août 1914, alors que la Banque Nationale décidait d'envoyer son encaisse-or à Anvers pour la mettre à l'abri, les représentants des vingt principales banques de Bruxelles et à leur tête, Jean Jadot, Gouverneur de la Société Générale de Belgique, se réunissaient pour organiser un «Consortium général des Banques». Il s'agissait au départ d'un fonds d'assistance mutuelle destiné à garantir en consortium à la Banque Nationale de Belgique les avances sur titres qu'elle consentirait aux banques, de façon à éviter la chute des maisons de crédit les plus fragiles. Le Consortium des Banques allait jouer un rôle très important comme centre de concertation entre les organismes financiers du pays pendant toute la durée de la guerre. Les banquiers y débattirent de nombreux problèmes réclamant une politique commune: paiement des contributions de guerre à l'occupant, levée progressive du moratoire des comptes courants et des effets de commerce, taux d'intérêt de l'argent, circulation fiduciaire... Les procès-verbaux du Consortium, conservés dans les archives de la Société Générale de Belgique, enregistrent de façon très libres les entrevues avec les représentants des autorités allemandes, von Lumm et Pocci, ainsi qu avec les délégations de la Banque Nationale.

3 Dans de nombreux autres domaines d activité (sidérurgie par exemple), les usines belges s arrêtèrent spontanément pour ne pas favoriser l effort de guerre allemand On trouve peu de documents concernant la surveillance exercée par les Allemands sur les différents secteurs de l économie. Ce qui a survécu aux nettoyages successifs imposés aux archives d entreprises permet juste deviner ce qui a été perdu. Les archives de la Société Générale de Belgique déposées aux AGR contiennent une correspondance avec les autorités allemandes concernant la surveillance des établissements de crédit et de banque et une pétition des banques belges contre cette mesure. Dans les archives de la société d assurance anversoise Securitas, on trouve quelques traces de la correspondance échangée entre la direction de la compagnie et le professeur NN. Dorn, commissaire spécial pour le séquestre et la surveillance des compagnies d'assurances en Belgique (Spezialkommisar für Zwangsverwaltung und Audsicht von Versicherungsgesellschaften) et avec von Lumm, commissaire général aux banques en Belgique. Ce dossier permet de constater que l occupant contrôlait la comptabilité de l entreprise et exigea de lui remettre une liste du personnel de la compagnie Quelques entreprises furent placées directement sous la gestion de l occupant (mises sous séquestre). Il s agissait soit d entreprises stratégiques, soit d entreprises dont le capital était aux mains d ennemis (Anglais ou Français), soit enfin d entreprises qui refusaient de fournir à l Allemagne On sait que faute d être ravitaillés en matières premières, la plupart des grands secteurs de l industrie ont été progressivement paralysés. Certains procès-verbaux du conseil d administrations d entreprises industrielles relatent les difficultés croissantes d approvisionnement en matières premières. Une étude détaillée de la comptabilité de certaines entreprises devrait permettre dans certains cas de suppléer l absence d archives plus directement explicites. Elle permettrait par exemple de mettre en évidence que les affaires de certaines entreprises, comme les sociétés de gaz, d électricité ou de tramways, se sont considérablement développées pendant la guerre. On possède dans les archives de la Société Générale de Belgique quelques comptes rendus des réunions du comité industriel mis sur pied pour favoriser la reprise de l industrie malgré l occupation. Le plan consistait à obtenir l entrée de matières premières avec le consentement des Allemands et des Anglais, en insistant sur le fait que la reprise partielle de l activité industrielle permettrait une réduction des allocations de chômage et d indigence A partir de 1916, de nombreuses entreprises ont été systématiquement démantelées par l occupant. Celui-ci commença à réquisitionner systématiquement les matières premières et l'outillage susceptibles de contribuer à sa production de guerre. Il confisqua successivement les métaux non-ferreux (cuivre, laiton, étain, bronze), les laines, les fibres animales et végétales, tous les produits des industries chimiques, toutes les matières à base d'huile végétale ou animale, les cuirs, les bois (peupliers, orme, frêne,...) On enleva aussi tous les moteurs électriques et dynamos. Aucune industrie belge n'échappa à ces réquisitions, sauf celles qui étaient mises sous séquestre. Dans la plupart des secteurs, la guerre entraîna ainsi de lourdes pertes. Les archives de la CMB, par exemple, contiennent une nomenclature des navires perdus pendant les deux guerres mondiales.

4 3. LE RAVITAILLEMENT DU PAYS ET LA QUESTION SOCIALE AU SEIN DES ENTREPRISES Les archives de plusieurs entreprises, comme par exemple celles de la CGER, recèlent des dossiers concernant le sort du personnel pendant la guerre et évoquent entre autres les œuvres sociales développées en sa faveur par l entreprise ou la problématique de la déportation. On sait le rôle joué par les entreprises privées dans la création et la gestion du Comité National de Secours et d Alimentation. Dannie Heineman, patron de la Sofina, joua un rôle essentiel dans sa création ; Émile Francqui, directeur à la Société Générale de Belgique, le dirigea pendant toute la durée de la guerre ; la Compagnie Mutuelle de Tramways (aujourd hui Tractebel) accueillit l administration du Comité dans ses bureaux Malgré l implication massive de ces différentes entreprises, leurs archives ne recèlent que quelques liasses concernant les activités du Comité. Mentionnons en particulier dans les archives de la Société Générale de Belgique un dossier ayant appartenu à son Gouverneur, Jean Jadot, qui contient quelques lettres ou procès-verbaux concernant l organisation du comité et l aide apportée par des pays neutres comme l Espagne et les États-Unis. Ce dossier permettant d apprécier dans certains cas le rôle de personnalités comme Herbert Hoover, Dannie Heinemann, Emile Francqui, le Marquis de Villalobar, Ernest Solvay, Brand Whitlock La correspondance entre Edmond Carton de Wiart, directeur de la Générale réfugié à Londres, et Emile Francqui, conservée dans les archives de Fortis Banque, permet de bien connaître la situation de la population belge. Elle traite de tous sujets, comme la déportation de civils, la création du Conseil des Flandres, la famine, l organisation du Comité de Secours et d Alimentation, les difficiles contacts à ce sujet entre Francqui et Hoover, l'opinion américaine, les réquisitions allemandes. Dans un autre ordre d idée, mentionnons l existence, dans les archives de la CMB, d une liasse de pièces diverses concernant l'armement Deppe, qui s occupa de l acheminement des denrées livrées à la Belgique par la Belgian Commission for Relief : on y trouve un tableau des cargaisons transportées par les différents armements belges pour le compte de la Commission américaine du Relief, pendant la Première Guerre mondiale.

5 4. L ORGANISATION PROFESSIONNELLE ET LA CONCENTRATION INDUSTRIELLE ET FINANCIERE PENDANT ET JUSTE APRES LA GUERRE De nombreuses entreprises ou secteurs industriels ont élaboré pendant la guerre des projets de concentration, de cartel de production ou de rationalisation. On se rendait compte que l effort de reconstruction serait tel qu il gagnerait beaucoup à être coordonné. Les archives des différents groupement professionnels qu il nous a été donné de consulter ne recèlent plus aucune archive de la période de guerre, qu il s agisse du Comité Central Industriel (aujourd hui FEB), de l Union des Exploitations Electriques en Belgique ou de la Fédération des Constructeurs de Belgique (aujourd hui Agoria, ex-fabrimétal). En ce qui concerne ce dernier groupement professionnel, signalons toutefois que les procès-verbaux de réunions de la Commission administrative de la Fédération ont été publiés dans le Bulletin de la Fédération des Constructeurs de Belgique, 1919, n 1, p La Société Générale de Belgique, toujours elle, joua un rôle essentiel dans l'éclosion de syndicats industriels créés par les entreprises d'un même secteur pour préparer le redémarrage de l'économie après la guerre. Fin 1917, Ernest Solvay et Jean Jadot, entourés de nombreuses personnalités industrielles constituèrent un «Comité pour le relèvement de l'industrie et du commerce». Des représentants des fédérations professionnelles existantes furent conviées à prendre part à ses travaux qui durèrent jusqu'en mars Le «Comité Jadot» étudia notamment la réforme des tarifs douaniers et la constitution de groupements sectoriels au sein de l'industrie nationale. On n en a malheureusement pas, à ce jour, retrouvé les comptes-rendus. Par contre, des documents épars existent encore sur certaines initiatives prises dans les derniers mois de guerre pour fonder des sociétés qui devaient devenir des pôles de concentration de leur secteur en Belgique. C est ainsi que des accords furent conclus en juin 1918 entre les différentes aciéries belges : un consortium fut formé pour alimenter les aciéries en matières premières et répartir l'outillage. Un dossier concernant cette affaire subsiste dans les archives de la Société Générale, où on peut lire entre autres «qu'un seul organisme pour l'achat, la répartition et l'utilisation des minerais pourra obtenir des conditions d'achat et de livraisons bien meilleures que si tous les hauts-fourneaux belges se faisaient mutuellement concurrence». L'idée de concentrer le financement industriel sous l égide de la Générale se concrétisa entre autres par la signature en juin 1917 d un accord avec différents groupes liégeois (Banque Générale de Liège, Banque Nagelmackers et groupe Ougrée). Une société nouvelle fut créé, l'union Financière et Industrielle Liégeoise (UFIL). La Générale y prit une importante participation et par ce biais, se prépara à prendre des intérêts dans plusieurs grosses affaires industrielles liégeoises dans le but notamment «de faire contrepoids à l'influence de certains établissements financiers locaux ou de la capitale qui passent pour avoir des attaches allemandes». Dans les archives de la Société Générale de Belgique, une liasse d archives (dossier formé par Edmond Carton de Wiart) concerne la formation du Lloyd Royal Belge s.a. en 1916, dans le but d émanciper le port d Anvers de l influence allemande. 5. L ACTIVITE DES SOCIETES BELGES A L ETRANGER De nombreuses entreprises belges exploitant des usines ou concessions à l étranger au Congo, dans des pays neutres (Espagne, Chine) ou dans des pays alliés (Russie, France, Italie ) restèrent actives pendant toute la durée du conflit, gérées soit par la direction locale, soit par un bureau provisoire installé à Londres ou à Paris Quelques cas concrets : 5.1. La Banque Belge pour l Etranger (BBE) : Cette banque, filiale de la Société Générale, avait des succursales en Chine, en Egypte et à Londres. Pendant la Première Guerre mondiale, un Comité formé des Administrateurs van Eetvelde, Carton de Wiart et Goffinet (tous trois réfugiés en Angleterre) administra la Banque depuis son agence londonienne. La Banque finança et coordonna quantité d'organismes, comités et oeuvre belges en Angleterre. Elle rendit maints signalés services aux autorités belges en exil, que ce soit en France ou en Angleterre, de même qu'aux réfugiés belges en Angleterre. Elle fut le banquier de la Commission for Relief in Belgium et assura le service financier du «Service de l'ordonnancement de l'armée», installé dans

6 ses bureaux. Les papiers d Edmond Carton de Wiart, conservés à Fortis Banque, concernent pour une large part la gestion de cette banque pendant la guerre Le Crédit Foncier d Extrême-Orient (CFEO) : cette société active en Chine fut administrée de Paris pendant la Guerre. On est assez bien documenté sur les opérations de la compagnie durant cette période, notamment grâce au courrier de l administrateur Henry Le Bœuf entre 1914 et La direction de la Compagnie Belge Maritime Congolaise (devenue aujourd hui CMB, Cie Maritime Belge) se réfugia à Londres. Les réunions du Temporary Management Committee se tenaient dans les bureaux de la société African Steamship Cy Ltd, à Londres. Ses procès-verbaux ont été conservés par la CMB Même scénario à l Union Minière du Haut-Katanga (aujourd hui Umicore), ou le Conseil d Administration tint différentes réunions à Londres. Dans ce cas-ci, c était d autant plus logique que des administrateurs anglais siégeaient au conseil de l Union Minière, puisque la Tanganyika Concessions Ltd en était actionnaire. Il y a pas mal à dire sur l effort de guerre de l Union Minière La CGER organisa un service de l épargne à Londres, au Havre et à Amsterdam, qui dut aborder le problème des versements en monnaies française ou anglaise et celui posé par le transfert de livrets ouverts à la British Post Office Saving's Bank sur des livrets belges, après la guerre. 6. L INSTAURATION D UN REGIME COMMUNISTE EN RUSSIE Les entreprises belges actives en Russie seront nationalisées en De nombreux fonds d archives de sociétés filiales de la Société Générale de Belgique, de Tractebel, de la Sofina rapportent des témoignages intéressants sur l évolution de la situation en Russie pendant la durée de la guerre et lors de la nationalisation. Dès mars 1918, les sociétés spoliées par les nationalisations coordonnèrent leurs revendications au sein d un groupement, le Comité de Défense des Intérêts Belges en Russie, sous l'égide du gouvernement réfugié au Havre. Son secrétaire général était Eugène Witmeur, bras droit de Jean Jadot et ingénieur-conseil de la Société Générale de Belgique. Les intérêts de ce dernier groupe dans l'ex-empire tsariste étaient en effet considérables. Le Comité comprenait différentes sections dont celle des «concessions des services publics» présidée par le baron Édouard Empain. Les archives de ce Comité, où l on trouve les déclarations de toutes les sociétés et particuliers spoliés en Russie en 1917, ont déjà été exploitées. 7. L EMISSION DE BILLETS DE BANQUE PAR LA SOCIETE GENERALE Malgré les démarches de la direction de la Banque Nationale et de Jean Jadot lui-même auprès des autorités belges réfugiées au Havre, celles-ci ne purent s'entendre avec l'occupant sur les modalités d'une continuation des activités de la Banque Nationale. Les Allemands estimaient que la Banque Nationale devait cesser toute activité en Belgique. C'est alors que Jadot imagina de substituer provisoirement la Société Générale à la Banque Nationale pour l'émission de billets. L'idée était de créer au sein de l'établissement de la Rue Royale un organisme autonome, le Département d'emission, à la gestion duquel la Direction de la Banque Nationale serait associée. De cette façon, on donnait à l'occupant une satisfaction de principe, tout en modifiant le moins possible la situation existante. De même, la Générale continuerait avec le concours et sous la responsabilité de la Banque Nationale les opérations d'escompte et d'avances sur fonds publics. Cette solution fut acceptée par toutes les parties. La création d'un Département d'emission lié à la Société Générale faillit néanmoins être remise en cause à propos du rôle que cet organisme allait jouer dans le financement de l'imposition de guerre imposée à la Belgique. Ce fut avec réticence et après avoir obtenu l'assentiment des ministres d'etat, représentants et hauts fonctionnaires restés au pays, que Jadot accepta que le Département d'emission intervienne dans le financement de la contribution de guerre. Les procès-verbaux de ce département d émission ont été conservés depuis par la Société Générale de Belgique. La correspondance échangée entre le Gouverneur de la Société Générale de Belgique, Jean Jadot, et le directeur de la même société, Edmond Carton de Wiart, réfugié à Londres, est miraculeusement conservée par la Société Générale de Belgique. Elle est cruciale pour étudier l histoire du Département d Emission de la Société Générale de Belgique. Se qualifiant lui-même de «patriote pratique», Jadot y dénonça à plus d une

7 reprise l'attitude matamoresque de certains dirigeants de la Banque Nationale. Jadot enrageait de ce que l attitude des dirigeants de la Société Générale puisse être mal jugée par certains et assimilée à de la compromission. Séparé du Gouvernement belge du Havre par la double ligne de front, le Gouverneur de la Générale s efforçait néanmoins de l informer des raisons de son attitude. L'opposition entre Jean Jadot, partisan du moindre mal, et Omer Lepreux, directeur de la Banque Nationale, favorable à une résistance ouverte à l ennemi, devint particulièrement vive lors de l'affaire du rapatriement des marks en Allemagne. «Résistons tant que nous pouvons, protestons énergiquement et après avoir épuisé tous les moyens, cédons à la force comme le font tous les industriels subissant des réquisitions forcées». 8. LES PROBLEMES POLITIQUES Incidemment, les archives d entreprises évoquent certaines questions politiques propres à la guerre. Dans les archives de la Société Générale de Belgique, on retrouve certaines notes sur des propositions de paix séparée et sur les extensions territoriales possibles de la Belgique. De même, dans la correspondance entre Francqui et Carton, qui fait partie des archives de Fortis Banque, on évoque ces problèmes de patriotisme. Les mêmes fonds contiennent également quelques lettres et notes sur les mesures linguistiques prises par l occupant. Dans les archives de la CGER, on trouve un dossier concernant la censure, l'usage des langues dans l entreprise, les arrêtés pris par l occupant et des réclamations anonymes transmises par l'autorité allemande à la Caisse. 9. LES LENDEMAINS DE LA PREMIERE GUERRE MONDIALE 9.1. Le statut des anciens combattants Dans les archives de la CGER, on retrouve de nombreux documents concernant les activités de la Caisse Nationale de Pensions de la Guerre, qui fut gérée d ailleurs par la Caisse : on retrouve les projets successifs d établissement du fonds, la correspondance avec la Fédération Nationale des Militaires Mutilés et Invalides de la Guerre, les procès verbaux du Conseil d'administration de la Caisse, des fiches individuelles et carnets d'épargne de pensionnés de guerre etc. Par ailleurs, des livrets de dotation furent accordés aux enfants des combattants de la guerre et aux prisonniers de guerre Le soutien des oeuvres De nombreuses œuvres se donnant pour but de soulager les misères provoquées par la guerre ou de préserver le souvenir du sacrifice des soldats reçurent des dons de certaines entreprises. Parmi ces œuvres, mentionnons : Prisonniers de guerre et internés Agence Belge de Renseignements pour les Prisonniers de Guerre et les Internés Centrale des Anciens Prisonniers de a.s.b.l. Population éprouvée Ligue Nationale des Locataires (avec un prospectus et un exemplaire du Bulletin Officiel de la Ligue Nationale des Locataires) Oeuvre Nationale de l'enfance Oeuvre des Tuberculeux de la Guerre a.s.b.l. Invalides de guerre Aide et Apprentissage aux Invalides de la Guerre Les Asiles des Soldats Invalides Belges a.s.b.l. Fédération Nationale des Militaires Mutilés et Invalides de la Guerre.

8 Les Invalides Prévoyants. Oeuvre Nationale d'assistance aux Eprouvés de la Guerre a.s.b.l. La Maison des Invalides a.s.b.l. La Boîte des Soldats Mutilés Oeuvre Nationale pour la Protection des Combattants Eprouvés Belges Oeuvre Nationale des Invalides de la Guerre. Orphelins de guerre Oeuvre Nationale des Orphelins de la Guerre Les Amis des Enfants de nos Soldats Reconstruction Comité National d'architectes pour la Reconstruction des Villes Souvenir Mémorial Interallié à ériger à Liège Monument à la mémoire des militaires du génie belge tombé au cours de la Grande Guerre Mémorial de l'yser Monuments aux fusillés, aux soldats dinantais et français tombés au champ d'honneur ainsi qu'aux déportés (commémoration des massacres du 23 août 1914) émission de timbres réclame en protestation contre des publications allemandes contestant la responsabilité du Reich dans les événements d'août 1914 (avec exemplaires de vignettes).

LES ARCHIVES D ENTREPRISES ET LA RUSSIE J.-L. Moreau

LES ARCHIVES D ENTREPRISES ET LA RUSSIE J.-L. Moreau LES ARCHIVES D ENTREPRISES ET LA RUSSIE J.-L. Moreau Parmi les masses d archives sauvegardées ces dernières années par l Association pour la Valorisation des Archives d Entreprises, plusieurs fonds se

Plus en détail

dans le système de protection sociale les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier 2011

dans le système de protection sociale les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier 2011 www.inami.be www.coopami.org L assurance maladie obligatoire dans le système de protection sociale en Belgique. Quels enseignements peut on en tirer pour les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier

Plus en détail

Table des matières Caisse Commune d Assurance des Charbonnages du Couchant de Mons : AEM et SAICOM INTRODUCTION 2

Table des matières Caisse Commune d Assurance des Charbonnages du Couchant de Mons : AEM et SAICOM INTRODUCTION 2 Table des matières Caisse Commune d Assurance des Charbonnages du Couchant de Mons : AEM et SAICOM INTRODUCTION 2 INVENTAIRE DE LA CAISSE COMMUNE D'ASSURANCE DES CHARBONNAGES DU COUCHANT DE MONS : ARCHIVES

Plus en détail

Les hommes, les femmes et les enfants travaillent entre 14 et 17 heures par jour.

Les hommes, les femmes et les enfants travaillent entre 14 et 17 heures par jour. Pol Indépendance de la Belgique 1830 La Belgique est gouvernée par les libéraux et les catholiques. Il ne s agit pas encore de partis politiques mais plutôt de regroupements philosophiques. Vote censitaire

Plus en détail

Retrouver l état signalétique ou le passé militaire d un combattant des armées françaises nés en France

Retrouver l état signalétique ou le passé militaire d un combattant des armées françaises nés en France Retrouver l état signalétique ou le passé militaire d un combattant des armées françaises nés en France Origine, composition des fonds d archives C est la loi Jourdan du 15 septembre 1798 qui substitue

Plus en détail

compl mentaire des dossiers réalisés dans le cadre du Concours national de la Résistance notamment de ceux réalis

compl mentaire des dossiers réalisés dans le cadre du Concours national de la Résistance notamment de ceux réalis Introduction L ensemble ensemble documentaire qui suit est complémentaire compl mentaire des dossiers réalisés r dans le cadre du Concours national de la Résistance R sistance et de la Déportation, D notamment

Plus en détail

victimes civiles de la guerre en Belgique :

victimes civiles de la guerre en Belgique : Direction générale Victimes de la Guerre victimes civiles de la guerre en Belgique : entre droits et mémoire NOS ACTIVITÉS Plus de 70 ans après la Deuxième Guerre mondiale, on peut se demander pourquoi

Plus en détail

92 AQ. SOCIÉTÉ ANONYME DES MINES DE HOUILLE DE BLANZY

92 AQ. SOCIÉTÉ ANONYME DES MINES DE HOUILLE DE BLANZY 92 AQ. SOCIÉTÉ ANONYME DES MINES DE HOUILLE DE BLANZY Dès le 17ème siècle nous trouvons des traces de «charbonnières» dans la région de Blanzy 1. La mise en valeur véritable des mines du bassin de Montcenis

Plus en détail

DÉONTOLOGIE. Loi du 6 janvier 2014 portant création d'une Commission fédérale de déontologie 1. Article 1 er TITRE 2. DÉFINITIONS. Art.

DÉONTOLOGIE. Loi du 6 janvier 2014 portant création d'une Commission fédérale de déontologie 1. Article 1 er TITRE 2. DÉFINITIONS. Art. DÉONTOLOGIE Loi du 6 janvier 2014 portant création d'une Commission fédérale de déontologie 1 TITRE 1 ER. DISPOSITION GÉNÉRALE Article 1 er La présente loi règle une matière visée à l'article 78 de la

Plus en détail

INVENTAIRE DES ARCHIVES DE LA BANQUE BRÉSILIENNE ITALO-BELGE S.A. PUIS B.I.B. (BANQUE ITALO-BELGE) S.A. René BRION et Jean-Louis MOREAU

INVENTAIRE DES ARCHIVES DE LA BANQUE BRÉSILIENNE ITALO-BELGE S.A. PUIS B.I.B. (BANQUE ITALO-BELGE) S.A. René BRION et Jean-Louis MOREAU INVENTAIRE DES ARCHIVES DE LA BANQUE BRÉSILIENNE ITALO-BELGE S.A. PUIS B.I.B. (BANQUE ITALO-BELGE) S.A. René BRION et Jean-Louis MOREAU BNP Paribas Fortis Historical Centre Association pour la Valorisation

Plus en détail

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous?

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous? Les textes de l exposition «Dictature et démocratie» et le questionnaire pédagogique sont assez longs. Nous vous conseillons donc de répartir les fiches de travail entre vos élèves et de mettre les réponses

Plus en détail

ARCHIVES NATIONALES DU MONDE DU TRAVAIL. Société des aciers comprimés AGP Société des fours à coke de Douai 96 AQ

ARCHIVES NATIONALES DU MONDE DU TRAVAIL. Société des aciers comprimés AGP Société des fours à coke de Douai 96 AQ ARCHIVES NATIONALES DU MONDE DU TRAVAIL Société des aciers comprimés AGP Société des fours à coke de Douai 96 AQ INTRODUCTION Activités métallurgie Présentation de l entrée Ce fonds est entré en décembre

Plus en détail

Architecture du système bancaire marocain

Architecture du système bancaire marocain Architecture du système bancaire marocain 2009-2010 SOMMAIRE RAPPEL HISTORIQUE LE PAYSAGE BANCAIRE MAROCAIN L'ACTIVITE DES BANQUES RAPPEL HISTORIQUE - 2 éme moitié du 19 ème siècle: apparition des premiers

Plus en détail

BANQUE NATIONALE DE SERBIE BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE MISSION DE M. BOSCHMANS

BANQUE NATIONALE DE SERBIE BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE MISSION DE M. BOSCHMANS BANQUE NATIONALE DE SERBIE BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE MISSION DE M. BOSCHMANS 1884/85 Commencement des opérations de la BNS La Banque nationale de Serbie exprime ses remerciements au Département de la

Plus en détail

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé Département Informations micro-économiques Service Centrale des bilans boulevard de Berlaimont 14 - BE-1000 Bruxelles tél. 02 221 30 01 - fax 02 221 32 66 e-mail: centraledesbilans@nbb.be - site Internet:

Plus en détail

ARCHIVES NATIONALES DU MONDE DU TRAVAIL. Fonds Robert Dufourg Banque de France et Assurances Générales de France

ARCHIVES NATIONALES DU MONDE DU TRAVAIL. Fonds Robert Dufourg Banque de France et Assurances Générales de France ARCHIVES NATIONALES DU MONDE DU TRAVAIL Fonds Robert Dufourg Banque de France et Assurances Générales de France 2012 041 INTRODUCTION Activités Assurances Présentation de l entrée Ce fonds est entré aux

Plus en détail

LE MINISTERE DU COMMERCE DANS LES DERNIERES ANNEES DU XIX ème SIECLE (extraits des cahiers du Chatefp n 1, octobre 1998)

LE MINISTERE DU COMMERCE DANS LES DERNIERES ANNEES DU XIX ème SIECLE (extraits des cahiers du Chatefp n 1, octobre 1998) LE MINISTERE DU COMMERCE DANS LES DERNIERES ANNEES DU XIX ème SIECLE (extraits des cahiers du Chatefp n 1, octobre 1998) Comme indiqué plus haut, l'ordonnance de 1828 avait organisé l'administration centrale

Plus en détail

Présentation générale Underwriting & International Risk Management

Présentation générale Underwriting & International Risk Management Présentation générale Underwriting & International Risk Management Assurances de personne Biens & Responsabilités des Entreprises Production audiovisuelle Schéma général 1 PRESENTATION GENERALE L association

Plus en détail

Décision n 2014-246 L. Dossier documentaire

Décision n 2014-246 L. Dossier documentaire Décision n 2014-246 L Nature juridique de l article L. 723-23 du code rural et de la pêche maritime Dossier documentaire Source : services du Conseil constitutionnel 2014 Sommaire I. Normes de référence...

Plus en détail

CENTRE DES ARCHIVES DU MONDE DU TRAVAIL

CENTRE DES ARCHIVES DU MONDE DU TRAVAIL CENTRE DES ARCHIVES DU MONDE DU TRAVAIL 1989 003 CREPELLE ET CIE CREPELLE ET CIE 1989 003 ACTIVITE : PRODUCTION D'EQUIPEMENT INDUSTRIEL Historique La société, fondée par M. Le Gavrian, a d'abord construit

Plus en détail

au départ en vacances www.francealzheimer.org Un malade, c est toute une famille qui a besoin d aide

au départ en vacances www.francealzheimer.org Un malade, c est toute une famille qui a besoin d aide VOS aides au départ en vacances www.francealzheimer.org Un malade, c est toute une famille qui a besoin d aide Cabourg, Autrans, Grasse, Pornichet, La Rochelle, La carte des destinations de vacances laisse

Plus en détail

Guide des expositions temporaires. Service Educatif Édition 2015

Guide des expositions temporaires. Service Educatif Édition 2015 Guide des expositions temporaires Service Educatif Édition 2015 Résistance et Monde rural en Zone interdite 1940-1944 Le Musée de la Résistance de Bondues Le musée a pour vocation de transmettre ce que

Plus en détail

GRÈCE. Les dépenses sociales sont exprimées en millions d Euros (EUR).

GRÈCE. Les dépenses sociales sont exprimées en millions d Euros (EUR). GRÈCE Nomenclature IKA LAEK OAED OGA TEAM TEBE Organisme d assurance sociale Fonds pour l'emploi et la formation professionnelle Agence pour l emploi et la main-d œuvre Organisme d assurance de l agriculture

Plus en détail

Fichier enseignant. Voici les lieux de visite que nous vous conseillons pour couvrir le programme et les objectifs qu il vise :

Fichier enseignant. Voici les lieux de visite que nous vous conseillons pour couvrir le programme et les objectifs qu il vise : Fichier enseignant Dans le programme d histoire du cycle 3 au chapitre le 20 ème siècle et notre époque les deux conflits mondiaux sont abordés. L accent est mis sur ce qui fit basculer l humanité dans

Plus en détail

Musée temporaire. Le jeu

Musée temporaire. Le jeu Musée temporaire Le jeu Bienvenue à la Banque nationale de Belgique! La Banque nationale de Belgique n est pas une banque comme les autres Par exemple, tu ne peux pas y ouvrir de compte bancaire : seules

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE

RÈGLEMENT INTÉRIEUR RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE RÈGLEMENT INTÉRIEUR Règlement intérieur de la Croix-Rouge française adopté par l assemblée générale extraordinaire du 20 janvier 2012 et approuvé par le ministre de l Intérieur RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA

Plus en détail

Durée de conservation. Durée du contrat + 2 ans. Durée du contrat + 10 ans. Durée de conservation

Durée de conservation. Durée du contrat + 2 ans. Durée du contrat + 10 ans. Durée de conservation ASSURANCES Quittances et primes Contrat d'assurance habitation et automobile Dossier "dommages corporels" Assurance sur la vie et assurance décès Durée du contrat + 10 ans Durée du contrat + 10 ans Quittances,

Plus en détail

ELEMENTS POUR UNE HISTOIRE DES TEXTES CONCERNANT LE PLACEMENT ET L EMBAUCHE DES TRAVAILLEURS.

ELEMENTS POUR UNE HISTOIRE DES TEXTES CONCERNANT LE PLACEMENT ET L EMBAUCHE DES TRAVAILLEURS. ELEMENTS POUR UNE HISTOIRE DES TEXTES CONCERNANT LE PLACEMENT ET L EMBAUCHE DES TRAVAILLEURS. (article L.311-1 à L321-12 et L.330-1 à L.330-9 du Code du travail) (extraits des Cahiers du Chatefp n 2-3,

Plus en détail

I. Dénomination, siege social et objectifs. Article 1 (Dénomination et cadre légal)

I. Dénomination, siege social et objectifs. Article 1 (Dénomination et cadre légal) I. Dénomination, siege social et objectifs Article 1 (Dénomination et cadre légal) Par les présents statuts, il est constitué une fédération internationale d associations dénommée EURODOC le Conseil Européen

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle

ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle COUVERTURE SOCIALE AU MAROC COUVERTURE SOCIALE AU MAROC - Régime de sécurité sociale; - Régime du RCAR; - Code de la couverture

Plus en détail

BeSHG : statuts SOCIETE BELGE DE GENETIQUE HUMAINE ASBL. Rue au Bois 22 1950 Kraainem, Numéro d entreprise : 0473.908.148 NOUVEAUX STATUTS COORDONNES

BeSHG : statuts SOCIETE BELGE DE GENETIQUE HUMAINE ASBL. Rue au Bois 22 1950 Kraainem, Numéro d entreprise : 0473.908.148 NOUVEAUX STATUTS COORDONNES SOCIETE BELGE DE GENETIQUE HUMAINE ASBL Rue au Bois 22 1950 Kraainem, Numéro d entreprise : 0473.908.148 NOUVEAUX STATUTS COORDONNES En sa séance du 17 février 2006, l assemblée générale, convoquée à cette

Plus en détail

Jour 3 : Annecy/Lyon/Vassieux-en-Vercors

Jour 3 : Annecy/Lyon/Vassieux-en-Vercors Jour 3 : Annecy/Lyon/Vassieux-en-Vercors Nous quitterons Annecy vers 7h45 pour nous rendre à Lyon. La visite du Mémorial de Montluc est prévue à 10h30. Si nous ne sommes pas retardés lors du trajet, nous

Plus en détail

Société Nationale des Parcs Industriels (SONAPI)

Société Nationale des Parcs Industriels (SONAPI) République d'haïti Ministère de l'économie et des Finances (MEF) Site de Documentation Numérique (SDN) Section : Lois et Décrets Société Nationale des Parcs Industriels (SONAPI) Intitulé : Décret créant

Plus en détail

STATUTS de l association «Le Paris des Orgues» Modifiés à l AG ordinaire du 13 novembre 2013

STATUTS de l association «Le Paris des Orgues» Modifiés à l AG ordinaire du 13 novembre 2013 STATUTS de l association «Le Paris des Orgues» Modifiés à l AG ordinaire du 13 novembre 2013 Article 1 Forme Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er

Plus en détail

INDEX... 2 INTRODUCTION... 4 PÉRIODE... 4

INDEX... 2 INTRODUCTION... 4 PÉRIODE... 4 Monitoring Marchés publics Utilisation des applications d e-procurement dans les services de l Etat fédéral Avril 2013 Juin 2013 1 Index INDEX... 2 INTRODUCTION... 4 PÉRIODE... 4 RAPPORT POUR LES SERVICES

Plus en détail

Annexe 2 241. Vu la loi spéciale du 12 janvier 1989 relative aux Institutions bruxelloises, notament les articles 42 et 63;

Annexe 2 241. Vu la loi spéciale du 12 janvier 1989 relative aux Institutions bruxelloises, notament les articles 42 et 63; Annexe 2 241 Annexe 2 Accord de coopération entre l'etat fédéral, les Communautés et les Régions relatif à la continuité de la politique en matière de pauvreté L'accord de coopération entre l'etat fédéral,

Plus en détail

Créer un syndicat UNSA Territoriaux

Créer un syndicat UNSA Territoriaux Créer un syndicat UNSA Territoriaux Qui peut constituer le syndicat? Deux conditions : avoir une activité professionnelle, être syndiqué. Ces deux conditions sont issues du préambule de la constitution

Plus en détail

La nouvelle architecture de contrôle du secteur financier

La nouvelle architecture de contrôle du secteur financier Communication _2011_15 du 23 mars 2011 La nouvelle architecture de contrôle du secteur financier Champ d'application: Tous les établissements soumis au contrôle de la ou du CREFS. Résumé/Objectifs: La

Plus en détail

Accord économique de consultation mutuelle (Paris, 20 mars 1945)

Accord économique de consultation mutuelle (Paris, 20 mars 1945) Accord économique de consultation mutuelle (Paris, 20 mars 1945) Légende: Le 20 mars 1945, la Belgique, la France, le Luxembourg et les Pays-Bas signent à Paris l'accord économique de consultation mutuelle.

Plus en détail

Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational

Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational Soutien au Processus de Rabat sur la Migration et le Développement Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational Rabat, (Maroc) 31 mars 1 er avril

Plus en détail

«La société mutuelle agricole de caluire et cuire : témoignage sur trente années de pratiques»

«La société mutuelle agricole de caluire et cuire : témoignage sur trente années de pratiques» «La société mutuelle agricole de caluire et cuire : témoignage sur trente années de pratiques» Xavier Junique, Patricia Toucas et Richard Ribière Revue internationale de l'économie sociale : Recma, n 301,

Plus en détail

Numéro du rôle : 3717. Arrêt n 36/2006 du 1er mars 2006 A R R E T

Numéro du rôle : 3717. Arrêt n 36/2006 du 1er mars 2006 A R R E T Numéro du rôle : 3717 Arrêt n 36/2006 du 1er mars 2006 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative aux articles 147, 148, 149 et 152 du Code des droits de succession, posée par le Tribunal

Plus en détail

«AMICALE DES CADRES DE LA POLICE NATIONALE ET DE LA SECURITE INTERIEURE» «ACPNSI»

«AMICALE DES CADRES DE LA POLICE NATIONALE ET DE LA SECURITE INTERIEURE» «ACPNSI» «AMICALE DES CADRES DE LA POLICE NATIONALE ET DE LA SECURITE INTERIEURE» «ACPNSI» Mutuelle régie par les dispositions du Livre III du Code de la mutualité et immatriculée au registre national des mutuelles

Plus en détail

Règlement intérieur. de la Commission de surveillance

Règlement intérieur. de la Commission de surveillance Règlement intérieur de la Commission de surveillance L a loi du 28 avril 1816 dote la Caisse des Dépôts et Consignations d un statut particulier destiné à assurer à sa gestion une indépendance complète

Plus en détail

ASCOMADE Association des Collectivités pour la Maîtrise des Déchets et de l Environnement LES STATUTS. Article 1 - CONSTITUTION ET TITRE

ASCOMADE Association des Collectivités pour la Maîtrise des Déchets et de l Environnement LES STATUTS. Article 1 - CONSTITUTION ET TITRE ASCOMADE Association des Collectivités pour la Maîtrise des Déchets et de l Environnement LES STATUTS Les soussignés Article 1 - CONSTITUTION ET TITRE Membres ayant adhéré aux présents statuts de l association

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3085 Convention collective nationale IDCC : 16. TRANSPORTS ROUTIERS ET ACTIVITÉS AUXILIAIRES DU TRANSPORT

Plus en détail

Le Registre national

Le Registre national E Le Registre national 34 2005 RAPPOR D ACTIVITES E.1. Description Le Registre national est un système de traitement d'informations qui assure, conformément aux dispositions de la loi du 8 août 1983 organisant

Plus en détail

SOCIETE DE SECOURS MUTUEL DES COMPTABLES DE LA VILLE DU MANS

SOCIETE DE SECOURS MUTUEL DES COMPTABLES DE LA VILLE DU MANS ARCHIVES DEPARTEMENTALES DE LA SARTHE Sous-série 32 J SOCIETE DE SECOURS MUTUEL DES COMPTABLES DE LA VILLE DU MANS Répertoire numérique par M. TERMEAU et C. GUENERIE 1992 La société de secours mutuels

Plus en détail

DECRET NOR : ETLL1414320D

DECRET NOR : ETLL1414320D RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du logement et de l égalité des territoires DECRET portant création du Conseil supérieur de la construction NOR : ETLL1414320D Publics concernés : professionnels de la construction.

Plus en détail

N 63 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1993-1994. Annexe au procès-verbal de la séance du 27 octobre 1993. PROPOSITION DE RÉSOLUTION

N 63 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1993-1994. Annexe au procès-verbal de la séance du 27 octobre 1993. PROPOSITION DE RÉSOLUTION N 63 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1993-1994 Annexe au procès-verbal de la séance du 27 octobre 1993. PROPOSITION DE RÉSOLUTION PRÉSENTÉE EN APPLICATION DE L'ARTICLE 73 BIS DU RÈGLEMENT, sur la proposition

Plus en détail

Valeur refuge ultime, l or physique devrait faire partie de la constitution de tout patrimoine.

Valeur refuge ultime, l or physique devrait faire partie de la constitution de tout patrimoine. Valeur refuge ultime, l or physique devrait faire partie de la constitution de tout patrimoine. Depuis des milliers d'années déjà, l'or est un moyen de paiement. Les médias en parlent de plus en plus fréquemment.

Plus en détail

En conséquence, toutes les banques qui souhaitent notes de commerce, doit obtenir l'autorisation de la Commission.

En conséquence, toutes les banques qui souhaitent notes de commerce, doit obtenir l'autorisation de la Commission. Le système bancaire Shvetsarii caractérisé par des règles strictes. Toutes les banques et institutions financières impliquées dans les activités bancaires, doivent s'inscrire auprès de la Commission bancaire

Plus en détail

ARCHIVES MUNICIPALES

ARCHIVES MUNICIPALES V I L L E D E N I C E ARCHIVES MUNICIPALES S E R I E Q A S S I S T A N C E E T P R E V O Y A N C E 1 7 9 2-1 8 6 0 M I S E A J O U R A V R I L 2 0 0 1 A S S I S T A N C E E T P R E V O Y A N C E ( 1 7

Plus en détail

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Alors que les concertations sur la réforme des retraites sont actuellement en cours, l Assurance retraite, premier

Plus en détail

CORRECTION BREVET BLANC 2015 PREMIER PARTIE/HISTOIRE

CORRECTION BREVET BLANC 2015 PREMIER PARTIE/HISTOIRE CORRECTION BREVET BLANC 2015 PREMIER PARTIE/HISTOIRE 1/ en 1804 2/ le second empire 3/JULES FERRY 4/régime de Vichy : 1940/1944 La collaboration caractérise ce régime. Par exemple, la milice française

Plus en détail

Sous-série 4 X. Prévoyance sociale

Sous-série 4 X. Prévoyance sociale Sous-série 4 X Prévoyance sociale SOCIETES DE SECOURS MUTUELS 4 X 1 Instructions, statuts, correspondance, statuts-types 1842-1868. Rapports nationaux 1910, 1921. Rapport de la commission supérieure des

Plus en détail

Analyse de la carte :

Analyse de la carte : Amorcée au 18eme siècle en Angleterre la révolution industrielle s accélère dans les années 1870 1880 et se diffuse dans toute l Europe et aux USA. Stimulé par de nouvelles inventions comme l électricité,

Plus en détail

Demande de pension À LA SUITE DU DÉCÈS D'UN FONCTIONNAIRE DE L'ÉTAT, D'UN MAGISTRAT OU D'UN MILITAIRE EN ACTIVITÉ

Demande de pension À LA SUITE DU DÉCÈS D'UN FONCTIONNAIRE DE L'ÉTAT, D'UN MAGISTRAT OU D'UN MILITAIRE EN ACTIVITÉ cerfa N 12231*03 À LA SUITE DU DÉCÈS D'UN FONCTIONNAIRE DE L'ÉTAT, D'UN MAGISTRAT OU D'UN MILITAIRE EN ACTIVITÉ Pour remplir ce formulaire, consultez la notice jointe Envoyez ce formulaire et les documents

Plus en détail

Voici, ci dessous les 4 nations qui composent le Royaume Uni.. C est l union des drapeaux de 3 nations qui compose le drapeau du Royaume Uni.

Voici, ci dessous les 4 nations qui composent le Royaume Uni.. C est l union des drapeaux de 3 nations qui compose le drapeau du Royaume Uni. Voici, ci dessous les 4 nations qui composent le Royaume Uni.. C est l union des drapeaux de 3 nations qui compose le drapeau du Royaume Uni. Le Royaume Uni est un archipel (un ensemble d iles). Il est

Plus en détail

Tarifs et Conditions extrait des prix et services (ttc) au 01/01/2013

Tarifs et Conditions extrait des prix et services (ttc) au 01/01/2013 Tarifs et Conditions extrait des prix et services (ttc) au 01/01/2013 Sommaire Extrait standard des tarifs...3 Ouverture, fonctionnement et suivi de votre compte...4 Relevés de votre compte...4 Services

Plus en détail

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chanson : Nuit et brouillard de Jean Ferrat http://www.youtube.com/watch?v=94yoxycqo6s

Plus en détail

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille!

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale est un terme générique qui recouvre, la Sécurité Sociale (régime général obligatoire solidaire, géré

Plus en détail

Mémoires d Ici Centre de recherche et de documentation du Jura bernois Saint-Imier

Mémoires d Ici Centre de recherche et de documentation du Jura bernois Saint-Imier CH MDI CONC K Associations 1868-2001 Mémoires d Ici Centre de recherche et de documentation du Jura bernois Saint-Imier Fonds État au 13 décembre 2010 ASSOCIATIONS K/CONC A. INVENTAIRE SOMMAIRE 1 Administration

Plus en détail

CONSERVATION DES PAPIERS Combien de temps faut-il les conserver?

CONSERVATION DES PAPIERS Combien de temps faut-il les conserver? CONSERVATION DES PAPIERS Combien de temps faut-il les conserver? Un droit qui n'est pas prouvé n'est pas protégé. Ce précepte simple en apparence révèle toute sa complexité dans les actes courants de la

Plus en détail

I la question d'israël. 1 les origines et le conflit iraélo-arabe

I la question d'israël. 1 les origines et le conflit iraélo-arabe I la question d'israël 1 les origines et le conflit iraélo-arabe Le sionisme apparaît à la fin du XIXe siècle, à l'époque des nationalismes. Pour cette idéologie, les juifs doivent retourner sur la terre

Plus en détail

Le respect de l environnement

Le respect de l environnement Le respect de l environnement 1 L entreprise familiale Galliker en harmonie avec son temps Depuis 1918 à travers quatre générations l entreprise Galliker a appris à endosser ses responsabilités. La rapidité

Plus en détail

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire Avoirs dormants L assureur réveille le bénéficiaire 2 Avoirs dormants Table des matières Table des matières... 2 1 Introduction... 3 1.1 Avoirs dormants... 3 1.2 Nouvelle législation... 3 2 Procédures

Plus en détail

Louer devient encore plus intéressant avec le. Pack Bailleur. Une tranquillité absolue pour votre bien immobilier!

Louer devient encore plus intéressant avec le. Pack Bailleur. Une tranquillité absolue pour votre bien immobilier! Louer devient encore plus intéressant avec le Pack Bailleur Une tranquillité absolue pour votre bien immobilier! Félicitations! En mettant votre bien en location, vous assurez vos arrières et vos fins

Plus en détail

Dix ans de contentieux familiaux

Dix ans de contentieux familiaux Population, famille 1 Dix ans de contentieux familiaux Sonia Lumbroso, Odile Timbart* En 2003, les affaires familiales ont généré 402 000 procédures devant les tribunaux, soit une progression de 13 % en

Plus en détail

Papiers et factures Combien de temps faut-il les conserver?

Papiers et factures Combien de temps faut-il les conserver? Assurances Quittances et primes 2 ans Quittances, avis d'échéance, preuve du règlement, courrier de résiliation, accusé de réception Contrats d'assurance habitation et automobile Durée du contrat + 2 ans

Plus en détail

Envoi et réception des documents sociaux par voie électronique

Envoi et réception des documents sociaux par voie électronique 2008 Envoi et réception des documents sociaux par voie électronique EASYPAY GROUP Juli 2008 Table des matières Introduction... 3 Simplification administrative... 3 Participation au développement durable...

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 33 du 4 juillet 2014. PARTIE TEMPORAIRE Administration Centrale. Texte 18

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 33 du 4 juillet 2014. PARTIE TEMPORAIRE Administration Centrale. Texte 18 BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES Édition Chronologique n 33 du 4 juillet 2014 PARTIE TEMPORAIRE Administration Centrale Texte 18 DÉLÉGATION DE GESTION entre les services du ministère de la défense et ceux

Plus en détail

CONSERVATION DES DOCUMENTS :

CONSERVATION DES DOCUMENTS : CONSERVATION DES DOCUMENTS : Cette brochure réalisée par Dominique MATHELIE GUINLET, COJC Bordeaux. Edition Septembre 2014 Le réseau JURIS DEFI c est : Des professionnels du droit à votre écoute : Avocats

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Restructurations et réductions d emplois dans le secteur bancaire belge

Restructurations et réductions d emplois dans le secteur bancaire belge Restructurations et réductions d emplois dans le secteur bancaire belge Anne Vincent L e secteur bancaire belge vient de connaître des années mouvementées, et les transformations à l œuvre ne sont certainement

Plus en détail

Document mis en distribution le 24 novembre 1999 N o 1931 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 16 novembre 1999.

Plus en détail

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important?

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important? Pages 77-78. Passage en italique. «Je crois devoir attirer votre attention sur le fait qu en exécution des ordres reçus du commandeur des SS, les arrestations ont été opérées uniquement par la police française

Plus en détail

Créer une ASBL : Comment s y prendre?

Créer une ASBL : Comment s y prendre? Créer une ASBL : Comment s y prendre? Bruxelles, 11 décembre 2013 Programme du jour: 1) Introduction 2) La personnalité juridique, différences société-asbl 2) Constitution d une ASBL 3) Mesures de publicité

Plus en détail

Communiqué de presse. Les Voies de la Liberté. Exposition temporaire 2015 Mémorial National de la Prison de Montluc

Communiqué de presse. Les Voies de la Liberté. Exposition temporaire 2015 Mémorial National de la Prison de Montluc Exposition temporaire 2015 Mémorial National de la Prison de Montluc Les Voies de la Liberté Du 15 septembre 2015 au 28 mai 2016 Communiqué de presse Mémorial de la Shoah, CDLV82017 Le Mémorial En 2009,

Plus en détail

Vivre seul : quelques détails pratiques!

Vivre seul : quelques détails pratiques! Réf : février 2012 Vivre seul : quelques détails A partir de quand peux tu vivre seul? Tu dois savoir que si tu es mineur, tu ne peux pas quitter le domicile de tes parents sans leur autorisation. Si effectivement

Plus en détail

La Chambre régionale des comptes, après avoir examiné la réponse à ses. observations provisoires qu'elle vous avait adressées le 8 juin 1998 sur

La Chambre régionale des comptes, après avoir examiné la réponse à ses. observations provisoires qu'elle vous avait adressées le 8 juin 1998 sur Monsieur le Président, La Chambre régionale des comptes, après avoir examiné la réponse à ses observations provisoires qu'elle vous avait adressées le 8 juin 1998 sur la gestion de la mutuelle de retraite

Plus en détail

AUTORISATION D OUVERTURE DE COMPTE D ÉPARGNE POUR UN MINEUR

AUTORISATION D OUVERTURE DE COMPTE D ÉPARGNE POUR UN MINEUR AUTORISATION D OUVERTURE DE COMPTE D ÉPARGNE POUR UN MINEUR Joindre une copie de la carte d identité du (des) représentant(s) légal(aux) et une composition de ménage. Pour faciliter l ouverture du compte

Plus en détail

PERSONNES POLITIQUEMENT EXPOSÉES Tendances et indicateurs

PERSONNES POLITIQUEMENT EXPOSÉES Tendances et indicateurs Cellule de Traitement des Informations Financières Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1 1060 Bruxelles Tél. : +32 2 533 72 11 Fax : +32 2 533 72 00 E-mail : info@ctif-cfi.be NLtypoPEP version4 Janvier 2012

Plus en détail

JOURNAL D UN TEMOIN DEPUIS LA BELGIQUE (Roberto J. PAYRO, pour La Nación)

JOURNAL D UN TEMOIN DEPUIS LA BELGIQUE (Roberto J. PAYRO, pour La Nación) JOURNAL D UN TEMOIN DEPUIS LA BELGIQUE (Roberto J. PAYRO, pour La Nación) Bruxelles, lundi 3 août (1914) Bruxelles vient de s éveiller avec une effroyable impression. On n a appris qu aujourd hui, ce matin,

Plus en détail

Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives. Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM

Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives. Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM 1 Partie Système d Assurance Maladie Avant la réforme «Performances & Insuffisances» La

Plus en détail

Mise à jour le 08.07.2013 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Mise à jour le 08.07.2013 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre) Papiers à conserver Mise à jour le 08.07.2013 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre) Principe Le délai de des papiers varie selon leur nature. Il s'agit de durées minimales

Plus en détail

TITRE I DISPOSITIONS GENERALES. Article 1 Définitions

TITRE I DISPOSITIONS GENERALES. Article 1 Définitions Arrangement administratif relatif à l application de la Convention sur la sécurité sociale entre le Royaume de Belgique et la République Fédérative du Brésil (Entrée en vigueur le 01-12-2014, publié au

Plus en détail

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Principales caractéristiques du système de santé en Belgique Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Sécurité sociale Introduction: De quoi vais je parler? Exposé: Seulement sur la sécurité sociale au sens strict!

Plus en détail

L'ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE,

L'ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE, ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE -------- NOR : ENR9401445DL DELIBERATION N 94-153 AT DU DECEMBRE 1994 ------------------------------------------------------------ unifiant le régime de

Plus en détail

PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. relatif au statut de la Banque de France et à l'activité et au contrôle des établissements de crédit.

PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. relatif au statut de la Banque de France et à l'activité et au contrôle des établissements de crédit. PROJET DE LOI adopté le 2 juillet 1993 N 113 SENAT DEUXIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1992-1993 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT relatif au statut de la Banque de France et à l'activité et au contrôle

Plus en détail

Projet financé par l'ue

Projet financé par l'ue Soutien au Processus de Rabat sur la Migration et le Développement Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational Rabat,(Maroc)31mars 1 er avril2011

Plus en détail

Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle

Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle (Juin 1998) Introduction Le Comité de Bâle n a pas publié de recommandations sur les systèmes de protection des dépôts en ce qui

Plus en détail

COMMUNICATION N D. 134

COMMUNICATION N D. 134 71.074/PERM.FIN/CV. Bruxelles, le 18 avril 1995. COMMUNICATION N D. 134 Objet : Utilisation des "créances sur réassureurs" comme valeurs représentatives. Application de l'article 10 3-8 de l'arrêté royal

Plus en détail

Table des matières. Chapitre 2 Les réglementations européennes de lutte contre les retards et les défauts de paiement 25

Table des matières. Chapitre 2 Les réglementations européennes de lutte contre les retards et les défauts de paiement 25 Table des matières Présentation du guide 7 Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Chapitre 1 Les retards de paiement en Europe 15 Section I La crise économique et les retards de paiement 15 Section II Cartographie

Plus en détail

1 ère partie - Avant la libération, le contexte historique

1 ère partie - Avant la libération, le contexte historique A l'est - En janvier 1944, débute l'offensive soviétique qui entraîne la retraite de la Wehrmarcht de ses alliés. En juillet 1944, l'armée rouge, désormais supérieure en effectifs et en armements, pénètre

Plus en détail

La Matmut, un assureur innovant et compétitif

La Matmut, un assureur innovant et compétitif La Matmut, un assureur innovant et compétitif La conception de notre métier d'assureur est d'accompagner au mieux nos assurés à chaque étape de leur vie. Cela nous conduit à rechercher en permanence des

Plus en détail

Employee Benefits Easy Plan L assurance de groupe pour la petite entreprise

Employee Benefits Easy Plan L assurance de groupe pour la petite entreprise Employee Benefits L assurance de groupe pour la petite entreprise : l assurance de groupe pour la petite entreprise Ma petite entreprise, j en suis fier. Je l ai créée et je l ai développée avec beaucoup

Plus en détail

* * * Loi n 07-08 portant transformation de Barid Al-Maghrib en société anonyme

* * * Loi n 07-08 portant transformation de Barid Al-Maghrib en société anonyme Dahir n 1-10-09 du 26 safar 1431 portant promulgation de la loi n 07-08 portant transformation de Barid Al-Maghrib en société anonyme. (B.O. n 5822 du 18 mars 2010). Vu la Constitution, notamment ses articles

Plus en détail

Le Titre II «Investir» du projet de loi pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques a été adopté par l Assemblée nationale

Le Titre II «Investir» du projet de loi pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques a été adopté par l Assemblée nationale EMMANUEL MACRON MINISTRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMERIQUE C o m m u n i q u é d e p r e s s e www.economie.gouv.fr C o m m u n i q u é d e p r e s s e Paris, le 15 février 2015 N 406 Le Titre

Plus en détail

SOCIETE FRANCAISE EXXONMOBIL CHEMICAL S.C.A. Rapport du Président du Conseil de Surveillance

SOCIETE FRANCAISE EXXONMOBIL CHEMICAL S.C.A. Rapport du Président du Conseil de Surveillance SOCIETE FRANCAISE EXXONMOBIL CHEMICAL S.C.A. Rapport du Président du Conseil de Surveillance Procédures de contrôle interne relatives à l'élaboration et au traitement de l'information comptable et financière

Plus en détail