L ŒUVRE AU NOIR : par Gilles ROQUETTE (Laboratoire genum, Montréal)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L ŒUVRE AU NOIR : par Gilles ROQUETTE (Laboratoire genum, Montréal)"

Transcription

1 L ŒUVRE AU NOIR : UN PATIENT LABYRINTHE ENTRE SCIENCE ET TECHNOLOGIE par Gilles ROQUETTE (Laboratoire genum, Montréal) Pierre Laszlo, Professeur de Chimie à l École polytechnique de l Université de Liège, écrivait dans l introduction de son ouvrage Qu est-ce que l Alchimie? : «Des alchimistes médiévaux ont, avec courage et fermeté, prôné, contre la scolastique, le recours à l expérience». Ce bref énoncé contient sans aucun doute l une des clés de l itinéraire de Zénon. Tôt familier des improvisations techniques d un Colas Gheel, rapidement éprouvées sur ces familles de métiers à tisser mécaniques «tels qu on en essayait çà et là en grand secret à Ypres, à Gand, et à Lyon en France» (OR, p. 575), Zénon ne fera qu amplifier cette posture, pour reprendre un terme à la mode, au cœur de la forêt d Houthuist, par exemple, où notre héros «se rengageait dans les spéculations alchimiques abordées à l école, ou en dépit de l école (OR, p. 584) ; se levait «pour sa coutumière observation des astres», pensait «à Pythagore, à Nicolas de Cusa, à un certain Copernic» (OR, p. 585). Ces attitudes se déclineront à l infini tout au long de l ouvrage, nous entraînant dans une remarquable aventure intellectuelle et philosophique. L ingénieur Prototype essentiel du dispositif de l ouvrage, l ingénieur nous apparaît très vite (OR, p. 570) en la personne de Lancelot Blondeel ( ), artiste renommé dont on retrouve les œuvres dans diverses ventes aujourd hui, en charge des travaux 17

2 Gilles Roquette de drainage autour de Bruges menacée d ensablement. Il nous fait penser à cette autre figure qu est Wenceslas Cobergher ( ) à qui furent confiées la conception du réseau hydraulique et la réalisation de l assèchement des terres cultivables un peu plus à l ouest, les fameuses Wateringues entre Bergues Hondschoote et le littoral (40 moulins de relevage des eaux en série). De telles figures ont capté, c est bien le mot, l attention de considérables collectivités pour l époque, tant les destins de celles-ci devenaient dépendants de l accomplissement technique, à travers leurs extraordinaires promoteurs. À quoi tenait l apparition de ces personnages révolutionnaires et de leurs projets insensés, «ces ouvriers de bois et de métal qui ne buvaient ni ne braillaient, faisaient à dix l ouvrage de quarante», tel ce Colas transmutant ainsi ces vils matériaux? (OR, p. 580). La fièvre industrieuse de la population flamande, certes, cette aptitude instinctive à pratiquer cette autre alchimie qui consiste à produire de l humaine activité sa conséquente contrepartie en bonne monnaie, bien sûr, mais aussi des événements précis. Ainsi la parution à Bruges, en 1370, d un ouvrage promis à grand succès : Le livre des Métiers, bientôt traduit en allemand, puis en anglais, et imprimé très tôt, à la fin du XV e siècle. Manuel bilingue français-flamand, (performance inouïe) destiné à l instruction des écoliers, contenant des informations sur le travail de la laine, la confection des draps, des teintures, offrant de plus la liste des places où se traitent les échanges, et les noms des négociants. L imprimerie en tant que telle amplifia considérablement la projection qu une société a voulu pour elle-même, préfigurant la révolution Internet, cinq siècles plus tard. Les maîtres rhénans de cette nouvelle discipline, se dispersant également à Bruges ainsi qu à Venise, ces deux sœurs jumelles commerçantes, font fonctionner vingt-deux presses à Venise en 1475, l assomption de cette filière à Bruges se situant cependant un peu plus tard, au milieu du XVI e siècle (Stradanus, ), en même temps qu à Anvers (famille Plantin-Moretus). 18

3 L Œuvre au Noir : un patient labyrinthe entre science et technologie Les grands marchands banquiers, mobilisant de solides connaissances de calcul, de comptabilité ou de technique bancaire dans l exercice de leur activité, dynamisaient en outre la géographie, l apprentissage des langues, la construction navale (Bruges, Damme, etc.). La navigation maritime stimule la demande croissante de guides, de portulans ou de cartes, que l on imprime à Bruges d abord, à Anvers ensuite, ainsi que des instruments de cette navigation quand elle s entreprend au-delà des côtes visibles (les Flandres ont été un important centre de fabrication de compas - Christophe Colomb a emporté un compas génois et un autre flamand lors de son second voyage). Tout ceci n est pas sans incidence sur les savoirs appliqués. S il est par exemple une contribution au triomphe du calcul tel qu il se décline de l essor marchand, c est bien la collection des 36 équations-types de Maître Benedetto, établie à Florence en 1463 et consignée dans son Trattato di Praticha aristmetica, où s illustrent, autour des polynômes, de l apparition de la cosa l inconnue, mais aussi les carrés, les cubes, la formulation de problèmes portant sur le second degré ou les degrés supérieurs, et leur résolutions, bien sûr. Pareillement, l expertise développée par les marins au long cours à partir de leur pratique du compas et des relevés correspondants propulse un nombre croissant de personnes dans des manipulations arithmétiques et mathématiques. Depuis 1200, les foires flamandes d Ypres, Torhout et Messines, couplées à celle de Bruges, avaient mis ces cités en compétition, stimulant leurs industries et leurs métiers. À partir de 1250, des Hanséates obtiennent des privilèges pour exercer leurs négoces. Le formidable levier de cette multinationale du commerce qu était la ligue hanséatique s estompera néanmoins, du fait de l ensablement du port ainsi que des conflits juridiques, qui vont faire migrer la place brugeoise (devenue Kontor Comptoir en 1356) vers Anvers à partir du milieu du XVI e siècle. Les arts libéraux, enfin, l architecture, la peinture, et leurs commanditaires géniaux, permirent à Bruges de capter et/ou de faire s épanouir les Van Eyck ( ), Memling (

4 Gilles Roquette 1494), Van der Goes ( ), et leurs écoles respectives, incomparables maîtres de la peinture flamande. À cela s ajoute l espace politique et social inédit que constituent ces Pays-Bas méridionaux, où triomphe une liberté individuelle, socle déterminant pour les aventuriers des arts et techniques, sans oublier ceux qui ambitionnaient les conquêtes de l esprit. Car aventureux est le chemin d un Colas Gheel, d un Thierry Loon, d un Jean Myers «habile homme, sans pareil pour la saignée et la taille de la pierre, mais qu on soupçonnait de disséquer les morts» (OR, p. 575), bravant les interdits ou risquant leur renom. C est, dans cette empreinte, dans ce moule, que se façonne le jeune Zénon, celui de l invention, qui se situe à mi-chemin de l artisanat et du génie, préfigurant l ingénierie telle qu elle sera ensuite codifiée plus près de nous. Poulies, manivelles, contrepoids, leviers y sont agencés de sorte à entraîner leurs techniciens improvisés à d inédites ivresses mécaniques, enchaînant aux artefacts les ressources nouvelles que procuraient ces nouveaux territoires de leur ingéniosité. Les quarante premières pages de L Œuvre au Noir ne constituent-elles pas quelque apprentissage, tel le chemin initiatique proposé au novice? Ne nous suggèrent-elles pas la nécessaire clarification de l âme requise pour aborder de nouveaux rivages? Le Savant Nous allons petit à petit quitter cet univers tactile, où se déploient des techniques inédites, passablement déconcertantes. En effet, à partir de cet industrieux exercice des mécaniciens, bouleversant l ordre des choses, c est l exploration de l ordre des savoirs qui est à son tour entreprise par l auteur. Marguerite Yourcenar conduit alors ses lecteurs à migrer de leurs certitudes vers les questionnements qui vont très vite se décliner des arts mécaniques aux prodiges du corps, dont on entreprend l examen. C est la «description minutieuse des fibres tendineuses et des anneaux valvulaires du cœur, suivie d une étude sur le rôle qu aurait joué la branche gauche du nerf 20

5 L Œuvre au Noir : un patient labyrinthe entre science et technologie vague dans le comportement de cet organe», ou l étude du «rétrécissement et de l épaississement des artères dans certaines maladies» (OR, p. 601), qui vont ensuite accompagner cette aventure de l expérience, clé du savoir, paradigme de la science. C est l un des messages essentiels de l écrivain, une sorte de pierre angulaire de l ouvrage. Se déploient dans ces nombreux exposés, la dissection effectivement entreprise, bien sûr, mais bien plus, au sens figuré cette fois, l accomplissement de l effort engagé par la volonté de comprendre par l examen. À l irruption des machines, longuement commentée dans le tout début de l ouvrage, succède en effet le pari également démesuré pour l époque que représente la conquête de la connaissance de l étrange machine du corps humain. Située par l auteur 22 ans après la publication par le moine Luther de ses redoutables Thèses clouées sur les portes de la Schlosskirche du Château de Wittenberg en Thuringe (1517), achevant la dislocation de la chrétienté déjà brisée par le schisme entre Occident et Orient, l apparition à Bruges du petit traité attribué à Zénon, déçoit presque son ancien maître, le chanoine Campanus, qui n y trouve rien «qui justifiât les rumeurs d impiété environnant son ancien élève» (OR, p. 601). C est pourtant précisément, et à y regarder de plus près avec le recul approprié, ce type d effort qui, par l incroyable rupture qu il représente avec la tradition, concourt silencieusement à la révolution véritablement copernicienne qui s engage en la matière. Fait ainsi irruption l idée déconcertante de la résistibilité des canons du savoir ou des énoncés endiguées de certitudes, jamais éprouvés par l observation. Se déterminent aussi, par voie de conséquence, ces prototypes naissants, parfaitement subversifs, de l ingénieur, du technicien, du médecin, du chirurgien Nous ne sommes pas encore dans la science proprement dite, mais un épisode particulier permet à l auteur de baliser notre itinéraire : dans le chapitre «La Mort à Münster» en effet, se déploie, en une sorte d extravagant et macabre bouquet final, l assomption de la superstition, terrible avatar de l esprit, dont Marguerite Yourcenar instruit le procès tout au 21

6 Gilles Roquette long de son ouvrage. Il est permis de penser qu à partir de ce moment, ce sont les déroutantes et accablantes ivresses de l espèce humaine, fragile comme en témoignent les nombreux désordres dans lesquels elle s enlise, qu il convient de surmonter. L enseignement est celui de l inévitable recours à l expérience, exigeante discipline, qui seule fournira l ossature des nouvelles polarités du savoir et de l être. Le patient et gradué apprentissage du lecteur dans ces registres, que l on perçoit de mieux en mieux comme parfaitement contraires aux pesanteurs du conformisme, nous conduit, assez inéluctablement, des bouillonnements des métiers ou des arts vers ces enceintes complexes où s investissent les esprits libres. Il s était en effet sommairement projeté dans des exercices alchimiques, parce que s en était maintenue la licence, comme cela se cristallisera encore, un peu plus tard, à la cour de Rodolphe II de Habsbourg, à Prague. C est là en effet que convergeront ce que l Europe entière comptera alors de nécromanciens, d astrologues, de devins, sorciers, nécromants ou autres faiseurs d éternité. Ce dernier trait a ceci d essentiel qu il constitue l un des ressorts de l alchimie : la préoccupation d une pharmacopée efficace, et plus si affinités, pourrait-on dire Le médecine que choisit de pratiquer Zénon, empreinte d un parti pris expérimental parfaitement inédit en son temps, l amène très vite à l examen de ces nombreux traités, de ces exégèses en tous genres qui alimentent, dans une logique scolastique, il faut bien l imaginer, les efforts variés des alchimistes qui se développaient alors. Il revendiquera sans sourciller cet état dans sa conversation à Innsbruck, dont le crédite l homme de guerre rencontré en rassemblant sa suspicion : «Vous faites de l or» (OR, p. 654). Ce à quoi Zénon répond : «Non, [ ] mais d autres en feront. C est affaire de temps et d outils adéquats pour mener à bien l expérience». Son rapport à l alchimie s éclaire ainsi parfaitement : s échapper du monde spéculatif, autant que possible, au même titre que le veut la mise au point des machines, par l assemblage précis de leurs composants, et par leur mise en fonctionnement concerté. 22

7 L Œuvre au Noir : un patient labyrinthe entre science et technologie Un peu plus loin, il poursuit : «Combler le fossé entre la prédiction catégorique du calculateur d éclipses et le pronostic déjà plus ondoyant du médecin, me risquer précautionneusement à étayer l une par l autre la prémonition et la conjecture» (OR, p. 657). Fort curieusement, ce sont les mêmes attitudes mentales qui vont nourrir les percées d un Copernic ( ), découvrant le mouvement des objets célestes à partir du calcul, proposant aussitôt un tel saut conceptuel qu il faudra plus de cinquante ans pour que se manifeste la perspective parfaitement révolutionnaire du système proposé par le savant. Les thèses de Copernic ont-elles été connues de Zénon? Publiées en 1543, l année même de la mort du mathématicien, elles s alignent sur l itinéraire du flamand, qu on situe en Europe centrale à la même époque. Les observations de l astronome, insuffisantes pour contenir les recherches engagées, donnent à son travail une dimension plus intellectuelle qu expérimentale. Sa démonstration, par une théorie mathématique, que la terre effectue un mouvement de rotation sur elle-même, de période diurne, en même temps qu une translation circulaire autour du soleil (mouvement annuel) ne pourra pas échapper à l obligation de s appuyer sur des observations ayant valeur de preuve. C est ainsi que trente années d observations ont, à la fois, suivi l énoncé initial et précédé la publication du De Revolutionibus orbium coelestium. La révolution qui s exprime, tant astronomique que philosophique, est appelée à guider les attitudes qui, dorénavant, s élaborent puissamment parmi les hommes remarquables. La stupéfiante déclinaison des apports majeurs d un Léonard de Pise, dont le surnom était Fibonacci, fils d un marchand italien s étant emparé, génialement, dès le XIII e siècle, des legs mathématiques arabes pour les intégrer dans ses activités, a dopé les arithmétiques marchandes. Mais c est bien en astronomie, émergeant comme science à part entière, que l outillage spéculatif offert par l algèbre et sa combinatoire a triomphé. Jérôme Cardan ( ), enseigna dialectique et astronomie à côté des mathématiques, puis devint professeur de médecine à Padoue. Il est l auteur de la Pratica arithmetice et de l Ars magna. Il est l un des compagnons 23

8 Gilles Roquette possibles de Zénon. À cette époque, les mathématiciens sont nombreux, et peuvent vivre de leur science. Paul Benoît, historien et archéologue des techniques, spécialiste de l histoire médiévale, parle même de masse critique en évoquant cette situation précise. Celle-ci en place, tout devient possible, bien évidemment. Certes il n y pas de passerelle avérée entre l exercice de ces algorismes ou algèbres et la vocation que nous savons mobiliser Zénon, la médecine. Mais, à l image de ce qui se déploie à travers les mathématiques, à savoir la démonstration, va se déployer l ambition du savant dans ses nombreuses interventions : il lui faut détecter des propositions, qu il appartient de corréler entre elles, avant que d en tenter l assemblage, suivant le mode expérimental. Nous parlant du cœur, «cet astre rouge qui palpite dans la nuit du corps, suspendu dans sa cage d os et de chair» (OR, p. 665), Zénon nous livre une réflexion majeure en nous précisant qu à ses yeux, son importance lui est plus essentielle que «les astres inclin[a]nt notre destinée, mais [qui] n en décident pas» (ibid.), car tel fut, dans sa recherche, le guide invariant de sa pensée : la certification demeure le seul point de passage possible en ce qui concerne les explorations de l esprit ; l astrologie ne se prête pas à cette exigence ; il va s en détourner. Et ceci quelle que soit la fascination de la voûte céleste en son temps, stimulant les prérogatives des Ruggieri, Nostradamus, Ferrier, l astrologue du Pape,... Il demeure à cette époque une substantielle compilation de savoirs anciens, mais le développement des sciences va entraîner très inévitablement la relégation de cet héritage, comme d autres, au profit de ces nouveaux territoires que constituent les disciplines naissantes. Sans nul doute cependant, Zénon aura croisé Paracelse ( ), symbole d une astrologie savante dévouée à la médecine. Cet homme est le véritable géniteur d une approche hermétique, associant en un étroit et fécond dualisme les quatre éléments (air, eau, terre, feu) et les quatre ordres d esprits (sylphes, ondins, gnomes et salamandres) composant l homme, selon le médecin. C est en étudiant le ciel que l on détermine le moment propice à l administration des remèdes 24

9 L Œuvre au Noir : un patient labyrinthe entre science et technologie naturels, tel que le conçoit Paracelse. Malgré le recours à la possible légitimité d une raisonnement analogique, Montaigne ne fera pas sienne cette tentative de compréhension, pas plus qu un Zénon, en toute logique. Copernic, parce qu il dépouille le ciel de sa puissance, nourrit indirectement cet énoncé précis : l astre rouge cité plus haut obéit «à des lois plus compliquées que les nôtres» (OR, p. 665). C est là l expression cardinale de l humilité du chercheur qui, même s il dispose d un appareil puissant d explications, redoute néanmoins de découvrir trop vite les limites de son savoir. Zénon va rencontrer Ruggieri, l un des derniers astrologues à avoir occupé cette charge authentique à la cour de Catherine de Médicis, en un temps où la puissance publique n avait pas encore décidé de bannir la tradition et l exercice astrologiques (OR, p. 667). Au cœur du pouvoir, près du jeune roi malade François II, il ne sait s il lui faut entreprendre la recherche des protecteurs dont il pressent très logiquement qu ils lui deviendront nécessaires, dans son exigeant et périlleux itinéraire. En effet, mention est faite «qu Étienne Dolet, son premier libraire, avait été étranglé et jeté au feu pour opinions subversives» (OR, p. 670). La confrontation, sitôt de retour à Bruges, avec Jean Myers, accablé de nombreux maux, désempare Zénon qui perçoit l immense fragilité des destins qui portent les espérances de la connaissance. La complicité iconoclaste des deux savants en ce qui concerne les avanies du clergé ou la répudiation des dogmes réunit en un bref moment lumineux ces deux intelligences hors du commun, en des temps où fléchissent grandeur de la cité brugeoise ou splendeur bourguignonne. Bien que venant de cet excellent maître, les considérations de Myers sur «la triade ineffable ou le mercure lunaire» (OR, p. 674) n entraînent pas Zénon dans ce dispositif hermétique qui s éloigne irréversiblement de ses centres d intérêt. Très vite, avec le décès de Myers, et tel un organisme effectuant sa mue «comme un homme qui absorbe chaque jour une certaine nourriture finit par en être modifié dans sa substance» (OR, p. 683), Zénon va choisir d autres expériences. 25

10 Gilles Roquette L abandon aux oeuvres des legs de Myers, ainsi que divers comportements illustrent une perspective nouvelle qui se façonne en Zénon. «Du monde des idées, il rentrait dans le monde plus opaque de la substance contenue et délimitée par la forme» (OR, p. 687). Le corps et ses mystères vont exclusivement accaparer désormais sa destinée. Peut-être s effraie-t-il de ne plus avoir assez de temps pour pousser plus avant ses travaux, après pourtant «tant d années passées à anatomiser la machine humaine» (OR, p. 689)? Les ressorts de la psychologie, ou de l affect, vont constituer, près de 400 ans avant nos modernes efforts, une part importante de ses recherches, à partir de ses expériences personnelles. Il fait alors basculer l étude des chairs, des substances qui les composent vers celle des sens, des ivresses qui submergent l humaine nature, dont le désir bien sûr. Des contrées inexplorées sont abordées par Zénon, telle celle de la différenciation sexuée, dont il énonce l énigme. Destins ultimes L itinéraire scientifique du savant s amplifie, en se confrontant chaque jour un peu plus à la complexité : «Les traités consacrés à l aventure de l esprit se trompaient en assignant à celle-ci des phases successives : toutes au contraire s entremêlaient ; tout était sujet à des redites et à des répétitions infinies» (OR, p. 705). Le pressentiment d une immense complexité chez Zénon, tel que formulé par l auteur, rejoint en une fabuleuse contraction du temps, les plus modernes avancées scientifiques contemporaines, autour des travaux essentiels du professeur Ilya Prigogine, Prix Nobel de Chimie en 1977, tourmenté lui aussi tant par Les métamorphoses de la science que par cette Fin des certitudes, comme en témoignent les titres effectifs d au moins deux de ses ouvrages. Un peu plus loin, les regards inquiets du prieur, s agissant de sa maladie, le mènent parfois à risquer l inversion totale qu il confie à Zénon/Sébastien Théus, évoquant «l idée que Dieu n est au-dessus de nous qu un tyran ou qu un monarque incapable, et que l athée qui le nie est le seul homme qui ne 26

11 L Œuvre au Noir : un patient labyrinthe entre science et technologie blasphème pas» (OR, p. 727). Quel sera l accueil par Zénon, au terme proche de sa vie, de ces options désespérées, lui qui aura tenté de conquérir la vérité, sa vérité en tout cas, avec une patience infinie, avec tant d humilité, sous ces ciels si bas qui parlent ce même langage, comme le célébrera bien plus tard Jacques Brel? La dernière expérience, l ultime mise à l épreuve de sa perception mobilisée à l incandescence, sera pour Zénon, l écoute de «[l] immense rumeur de la vie en fuite» (OR, p. 832), sa propre vie, dont il choisit le terme, en faisant de sa propre fin l objet dernier de sa quête, apportant ainsi sa conclusion définitive à l ouvrage : sans plus de vie, il n est rien qui légitime aucune ligne inutile. «Et c est aussi loin que l on peut aller dans la fin de Zénon.» Bibliographie À la Conquête des Mers - Marins et Marchands des Bas-Pays, catalogue de l Exposition présentée en octobre 1982 à l Hospice Comtesse, à Lille. BENOÎT Paul et MICHAEAU Françoise, «L intermédiaire arabe?», in Éléments d histoire des sciences, Paris : Larousse, CLARK Kenneth, Civilisation, Paris : Hermann, DAUXOIS Jacqueline, L Empereur des Alchimistes - Rodolphe II de Habsbourg, Paris : Jean-Claude Lattès, GRENET Micheline, La Passion des astres au XVII e siècle : de l astrologie à l astronomie, Paris : Hachette, HALE John, La Civilisation de l Europe à la Renaissance, Paris : Perrin, LASZLO Pierre, Qu est-ce que l alchimie? Paris : Hachette, Question de Science, ROUSSET André, Faut-il brûler la Science?, Paris : Ellipses, SERRES Michel (dir.), Eléments d Histoire des Sciences, Paris : Larousse, SPIRE Arnaud, La pensée-prigogine, Paris : Desclée De Brouwer,

12

13

Qu est-ce que la virtualisation?

Qu est-ce que la virtualisation? I Qu est-ce que la virtualisation? L actuel et le virtuel Considérons pour commencer l opposition facile et trompeuse entre réel et virtuel. Dans l usage courant, le mot virtuel s emploie souvent pour

Plus en détail

LA SOCIETE POLITIQUE

LA SOCIETE POLITIQUE LA SOCIETE POLITIQUE PLAN : I) L Homme est un Animal social II) Définition de la société politique par les 4 causes III) Le but et la fin de la société politique I) L Homme est un Animal social L expérience

Plus en détail

LA RENAISSANCE SOUS FRANÇOIS 1 er PAR LES IMAGES POULAIN

LA RENAISSANCE SOUS FRANÇOIS 1 er PAR LES IMAGES POULAIN INTRODUCTION C est autour de l œuvre publicitaire d Auguste POULAIN, né à Pontlevoy, à la Ferme des Bordes en 1825 et fondateur de la chocolaterie de Blois, que nous vous invitons à découvrir les grands

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement INTRODUCTION : Le constat Le principe d une école destinée à former tous les magistrats

Plus en détail

«L art d accompagner les dirigeants» COACHING CROISÉ ACCOMPAGNEMENT DE DIRIGEANTS ET MENTORAT. Le partenaire de votre réussite

«L art d accompagner les dirigeants» COACHING CROISÉ ACCOMPAGNEMENT DE DIRIGEANTS ET MENTORAT. Le partenaire de votre réussite «L art d accompagner les dirigeants» COACHING CROISÉ ACCOMPAGNEMENT DE DIRIGEANTS ET MENTORAT F A I S O N S CONNAISSANCE > VOUS ÊTES Dirigeant d une petite ou moyenne entreprise Repreneur d une entreprise

Plus en détail

Qu est-ce que la lecture?

Qu est-ce que la lecture? Qu est-ce que la lecture? La lecture peut être définie comme une construction de sens résultant de la rencontre, dans un contexte particulier, entre un sujet et un texte écrit. Cette interaction permet

Plus en détail

«Une bonne thèse répond à une question très précise!» : comment l enseigner?

«Une bonne thèse répond à une question très précise!» : comment l enseigner? «Une bonne thèse répond à une question très précise!» : comment l enseigner? Congrès du CNGE Angers Novembre 2008 Sébastien Cadier*, Isabelle Aubin**, Pierre Barraine* *Département de médecine générale

Plus en détail

La Nature du coaching

La Nature du coaching ENJEUX ET FONCTIONS DE LA SUPERVISION EN COACHING 1. INTRODUCTION Le coaching connaît un développement croissant dans l entreprise. Ceci a notamment comme conséquence, une «arrivée» massive de nombreux

Plus en détail

Organisation de la classe de seconde générale et technologique, au Lycée Pierre LAGOURGUE. Le nouveau lycée d enseignement général et technologique

Organisation de la classe de seconde générale et technologique, au Lycée Pierre LAGOURGUE. Le nouveau lycée d enseignement général et technologique Organisation de la classe de seconde générale et technologique, au Lycée Pierre LAGOURGUE 1 Organisation de la classe de seconde générale et technologique, au lycée Pierre LAGOURGUE ENSEIGNEMENTS OBLIGATOIRES

Plus en détail

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE Un problème de recherche est l écart qui existe entre ce que nous savons et ce que nous voudrions savoir à propos d un phénomène donné. Tout problème de recherche

Plus en détail

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL Décembre 2008 Sommaire 4 4 5 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle

Plus en détail

Cette année, le thème de la semaine des services de garde «Près de toi, prêt pour toi!» a grandement inspiré l équipe du CPE-BC Québec-Centre.

Cette année, le thème de la semaine des services de garde «Près de toi, prêt pour toi!» a grandement inspiré l équipe du CPE-BC Québec-Centre. Cette année, le thème de la semaine des services de garde «Près de toi, prêt pour toi!» a grandement inspiré l équipe du CPE-BC Québec-Centre. Une phrase, qui accompagnait le dévoilement de l illustration,

Plus en détail

Programme détaillé BTS NEGOCIATION ET RELATION CLIENT. Objectifs de la formation DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS NEGOCIATION ET RELATION CLIENT. Objectifs de la formation DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le Brevet de Technicien Supérieur de Négociation et Relation Client est un diplôme national de l enseignement supérieur qui s inscrit dans un contexte de mutation des métiers

Plus en détail

Enseignements d exploration de seconde. Sciences de l Ingénieur. Création et Innovation Technologiques

Enseignements d exploration de seconde. Sciences de l Ingénieur. Création et Innovation Technologiques Enseignements d exploration de seconde Sciences de l Ingénieur Création et Innovation Technologiques SI et CIT enseignements complémentaires pour un développement durable CIT Comprendre comment évoluent

Plus en détail

ÉTUDE DES MÉTIERS DE LA BRANCHE DANS LA FILIÈRE AÉRONAUTIQUE

ÉTUDE DES MÉTIERS DE LA BRANCHE DANS LA FILIÈRE AÉRONAUTIQUE ÉTUDE DES MÉTIERS DE LA BRANCHE DANS LA FILIÈRE AÉRONAUTIQUE Etude réalisée par Jean-François LÉCOLE, Jean-Pierre BOUCHEZ, Myriam CIMALA, Anne DEBOSQUE, Hervé DISSAUX, Claire MONTAILLIER et Erik PILLET

Plus en détail

Introduction. Formation des enseignants et intégration des TIC

Introduction. Formation des enseignants et intégration des TIC Formation et pratiques d enseignement en questions Introduction. Formation des enseignants et intégration des TIC Bernadette CHARLIER et Pierre-François COEN L intégration des usages technologies de l

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

Sommaire: Introduction général Partie I: Conclusion. 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II:

Sommaire: Introduction général Partie I: Conclusion. 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II: Thème: Le Coaching Sommaire: Introduction général Partie I: 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II: 1.Caractéristiques du coaching 2.Rôle et mission du coach 3.La

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

Thèmes des rencontres

Thèmes des rencontres Thèmes des rencontres Note: L IDP pourrait apporter des modifications à ce programme en cours de saison. Mise à jour: 23 septembre 2014 La plupart des entreprises établies limitent la portée de leurs innovations

Plus en détail

Augmenter et partager le leadership pour mieux réussir en affaires

Augmenter et partager le leadership pour mieux réussir en affaires «L Avenir de l agriculture : l Agriculteur!» Le jeudi 10 novembre 2011 Augmenter et partager le leadership pour mieux réussir en affaires Edith Luc, Ph.D. Consultante et auteure en leadership des personnes

Plus en détail

Les domaines, les résultats d apprentissage et les indicateurs de réalisation

Les domaines, les résultats d apprentissage et les indicateurs de réalisation Les domaines, les résultats d apprentissage et les indicateurs de réalisation Les éléments du Cadre FL2 (M-8) sont formulés en termes de résultats d apprentissage généraux, de résultats d apprentissage

Plus en détail

Le raisonnement par récurrence

Le raisonnement par récurrence Le raisonnement par récurrence Nous notons N l ensemble des entiers naturels : N = {0,,, } Nous dirons naturel au lieu de entier naturel Le principe du raisonnement par récurrence Soit A une partie de

Plus en détail

Les Grandes découvertes

Les Grandes découvertes Les Grandes découvertes Copyright -A. Pleutin -2010 1 Les causes des grandes découvertes A la fin du XV s., les Européenspartent à l aventure et à la découverte de terres jusqu alors inconnues. Mais un

Plus en détail

LE FULGURANT PASSAGE DE LA PRESENCE

LE FULGURANT PASSAGE DE LA PRESENCE LE FULGURANT PASSAGE DE LA PRESENCE «et en plus, il faut faire un tableau.» Alberto Giacometti Ecrire sur la peinture pourrait signifier écrire «par-dessus», recouvrir des signes arbitraires de l écriture

Plus en détail

Association Régionale pour le Fleurissement et l Embellissement du Cadre de Vie

Association Régionale pour le Fleurissement et l Embellissement du Cadre de Vie Association Régionale pour le Fleurissement et l Embellissement du Cadre de Vie Provence Alpes Côte d Azur «Notre Provence est une terre qui se mérite et qui s'entretient chaque jour avec la passion et

Plus en détail

Introduction au private equity

Introduction au private equity BANQUE FINANCE SOCIAL GESTION DROIT MARKETING Introduction au private equity Les bases du capital-investissement Cyril Demaria 4 e édition SOMMAIRE Préface... 11 Introduction : Qu est-ce que le private

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

Management intergénérationnel De la génération Y à l innovation managériale

Management intergénérationnel De la génération Y à l innovation managériale Management intergénérationnel De la génération Y à l innovation managériale Contexte Introduction «Nos jeunes aiment le luxe, ont de mauvaises manières, se moquent de l autorité et n on aucun respect pour

Plus en détail

Développer son expertise en tant que Responsable Formation

Développer son expertise en tant que Responsable Formation 1 Développer son expertise en tant que Responsable Formation Environnement et fondamentaux de la formation professionnelle L environnement de la formation professionnelle revêt un caractère de plus en

Plus en détail

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 1 Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique 1 RÔLES DE LA COMPTABILITÉ DE GESTION INFORMER

Plus en détail

S T E DELTA-C FORMATION UNIVERSITAIRE. Centre de Formation et d Appui Conseil pour le Développement Local

S T E DELTA-C FORMATION UNIVERSITAIRE. Centre de Formation et d Appui Conseil pour le Développement Local DELTA-C Centre de Formation et d Appui Conseil pour le Développement Local FORMATION UNIVERSITAIRE ETABLI EN 2009 PROGRAMMES DE LMD (LICENCES-MASTERS-DOCTORATS) Fiche Scientifique et Pédagogique DOMAINE

Plus en détail

Approche de la négociation commerciale et objet du livre

Approche de la négociation commerciale et objet du livre I N T R O D U C T I O N Approche de la négociation commerciale et objet du livre Depuis l achèvement de la première édition de cet ouvrage en décembre 1997, le monde a changé sous plusieurs angles et a

Plus en détail

Généralités. Formations transversales aux sciences humaines: histoire, sociologie, littérature, langues, droit, économie, géopolitique.

Généralités. Formations transversales aux sciences humaines: histoire, sociologie, littérature, langues, droit, économie, géopolitique. Généralités Difficile de faire la différence entre des formations orientées vers la science politique et une autre vers les relations internationales dans l organisation de l enseignement supérieur français.

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

La gestion de projet

La gestion de projet K E K σ C D C C O N S U L T A N T S rue Hugi 3 CH 2502 Biel Bienne Tél: +41 32 325 19 25 Fax: +41 32 325 19 29 e-mail: kessler@kek.ch www.kek.ch La gestion de projet Sommaire 1 Le concept de «projet» 1

Plus en détail

La comptabilité, une technique statistique

La comptabilité, une technique statistique La comptabilité, une technique statistique Claude JANSSENS 1. Introduction En doctrine, une approche qui peut permettre de démontrer l importance du respect du caractère correct et complet des situations

Plus en détail

Préface de la première édition

Préface de la première édition Préface de la première édition AU détour d une phrase ou d un mot, un livre choisi sait toujours vous apporter ce que vous attendez, ici et maintenant. La lecture de ce livre n est pas linéaire, elle s

Plus en détail

Un peu de mécanique. Chaos iii. La pomme et la lune http://www.chaos-math.org

Un peu de mécanique. Chaos iii. La pomme et la lune http://www.chaos-math.org Un peu de mécanique Chaos iii. La pomme et la lune http://www.chaos-math.org Chaos est un film mathématique constitué de neuf chapitres de treize minutes chacun. Il s agit d un film tout public autour

Plus en détail

Un bureau d études engagé

Un bureau d études engagé C o n s u l t a n t s Un bureau d études engagé ASSISTANCE À MAITRISE D OUVRAGE PENSER LES PROJETS- ÉTUDES ET CONSEILS - PROGRAMMATIONS Faire le pari d un renouveau de la qualité des modes d habiter, de

Plus en détail

Accompagner le personnel scolaire vers un engagement qui favorise le réinvestissement

Accompagner le personnel scolaire vers un engagement qui favorise le réinvestissement Accompagner le personnel scolaire vers un engagement qui favorise le réinvestissement Leadership et travail en équipe de collègues 2008 Louise Lafortune Université du Québec à Trois-Rivières Téléphone

Plus en détail

Le mécénat d entreprise

Le mécénat d entreprise Le mécénat d entreprise Ubiqus Paris, le 1 er octobre ] Sommaire Ouverture... 3 Georges CHABIN, Directeur de la communication... Qu est-ce que le mécénat?... 3 Maxine HEBERT, Responsable du Mécénat, société

Plus en détail

PROJET (propositions du groupe de travail)

PROJET (propositions du groupe de travail) APPUI OPERATIONNEL A L ELABORATION DES OUTILS PRATIQUES DE MISE EN PLACE DES CLASSIFICATIONS AU SEIN DE LA BRANCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PROJET (propositions du groupe de travail) Préambule Pourquoi

Plus en détail

Agence de la biodiversité et Agence des aires marines protégées : intégration ou association?

Agence de la biodiversité et Agence des aires marines protégées : intégration ou association? Agence de la biodiversité et Agence des aires marines protégées : intégration ou association? La création d une Agence de la biodiversité, annoncée dans son principe en septembre 2012 est à l étude depuis

Plus en détail

Mesures pour améliorer l efficacité de l enseignement de l allemand. 1) Propositions concernant les contenus d enseignement :

Mesures pour améliorer l efficacité de l enseignement de l allemand. 1) Propositions concernant les contenus d enseignement : Inspection générale d allemand Mesures pour améliorer l efficacité de l enseignement de l allemand. Les décisions prises lors du Conseil des ministres franco-allemand de Berlin d octobre 2004 offrent de

Plus en détail

Panorama de la méthode en organisation

Panorama de la méthode en organisation Albert Moundosso Panorama de la méthode en organisation Les différents visionnaires, concepteurs et praticiens de l organisation du travail Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions

Plus en détail

LE GUIDE COMPLET PRETS A PARIER

LE GUIDE COMPLET PRETS A PARIER LE GUIDE COMPLET PRETS A PARIER Ce guide va vous proposer deux manières de profiter des jeux «Prêts à Parier» disponibles sur le site Promoturf. Ces pronostics sont le résultat d une amélioration majeure

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES Politique adoptée par la Résolution CA-2013-2014-7 du conseil d administration du Conservatoire à sa 26 e séance ordinaire tenue

Plus en détail

Le sport et ses pouvoirs

Le sport et ses pouvoirs Le sport et ses pouvoirs (XIXe - XXe) Les travaux des historiens et sociologues du sport visent à rendre compte de la complexité des enjeux culturels, sociaux et politiques soulevés par les sports et les

Plus en détail

Le bureau du recrutement et des concours

Le bureau du recrutement et des concours Cette brochure présente les conditions d inscription ainsi que les nouvelles épreuves applicables dès 2013 au concours d attaché d administrations parisiennes. Dans un souci pédagogique, divers indications

Plus en détail

Qualifed Islamic Banker

Qualifed Islamic Banker EN PARTENARIAT AVEC Qualifed Islamic Banker QUALIFICATION PROFESSIONNELLE EN TECHNIQUES ET OPÉRATIONS BANCAIRES PARTICIPATIVES UNE FORMATION QUALIFIANTE DE PLUS DE 200 HEURES CAPACITY BUILDING FUTUR FINANCE

Plus en détail

Notions et définitions utiles

Notions et définitions utiles Notions et définitions utiles 1 Notions et définitions utiles I. Notions d usage 1. La notion de compétitivité. La notion de «compétitivité» est la symbolique de l enjeu de développement des entreprises.

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 2 Analyser le libellé 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 2 Analyser le libellé Avertissement Dans la présente leçon, on verra comment cerner tous les aspects d une tâche :

Plus en détail

Ateliers du coaching Le programme des leaders authentiques

Ateliers du coaching Le programme des leaders authentiques Ateliers du coaching Le programme des leaders authentiques Qu est-ce que les ateliers du coaching? L ambition des ateliers du coaching est de faciliter l émergence d un leadership réticulaire pour accompagner

Plus en détail

PVP. «Préparation à la vie professionnelle» Faculté des sciences Université de Poitiers

PVP. «Préparation à la vie professionnelle» Faculté des sciences Université de Poitiers PVP «Préparation à la vie professionnelle» Faculté des sciences Université de Poitiers Frédéric BADAWI Professeur des Universités Directeur du CIES Centre Chargé de mission 1 Projet Mise en place d un

Plus en détail

L'étape de planification de votre projet technologique

L'étape de planification de votre projet technologique L'étape de planification de votre projet technologique Résumé : Pour gérer l ensemble des contraintes de votre projet - humaines, matérielles, temporelles et surtout financières et accroître ses chances

Plus en détail

L'INVITE DE L'ECONOMIE Le 12/12/2014 20 :18 :27 Invitée : Marie-Anne BARBAT-LAYANI, directrice générale de la FEDERATION BANCAIRE FRANÇAISE

L'INVITE DE L'ECONOMIE Le 12/12/2014 20 :18 :27 Invitée : Marie-Anne BARBAT-LAYANI, directrice générale de la FEDERATION BANCAIRE FRANÇAISE 1/5 Marie-Anne Barbat-Layani : «C est le bon moment pour investir, pour aller voir sa banque avec un projet». Retrouvez l interview de Marie-Anne Barbat-Layani, directrice générale de la FBF, qui était

Plus en détail

Chaotique ou pas? Chaos ix. La recherche aujourd hui http://www.chaos-math.org

Chaotique ou pas? Chaos ix. La recherche aujourd hui http://www.chaos-math.org Chaotique ou pas? Chaos ix. La recherche aujourd hui http://www.chaos-math.org Chaos est un film mathématique constitué de neuf chapitres de treize minutes chacun. Il s agit d un film tout public autour

Plus en détail

Déléguer efficacement

Déléguer efficacement Déléguer efficacement La délégation n est pas une aptitude innée La délégation est un des éléments essentiels du leadership Copyright 2002 - Tous droits réservés Paule Bolduc inf. M. Éd. Le leadership

Plus en détail

Notre programme de formation conduit à devenir coach, à un niveau ACC ou PCC de L International Coach Federation (ICF).

Notre programme de formation conduit à devenir coach, à un niveau ACC ou PCC de L International Coach Federation (ICF). 3 INTRODUCTION AU PROGRAMME COACHING WAYS Notre programme de formation conduit à devenir coach, à un niveau ACC ou PCC de L International Coach Federation (ICF). Cette approche intégrative est particulièrement

Plus en détail

Conceptualiser et concevoir un programme de formation

Conceptualiser et concevoir un programme de formation Conceptualiser et concevoir un programme de formation Les informations obtenues à partir de l évaluation des besoins de formation vous aideront à concevoir le programme de formation. Ce travail doit s

Plus en détail

GERER DES PROBLEMES. Marc Thiébaud. Novembre 2005

GERER DES PROBLEMES. Marc Thiébaud. Novembre 2005 www.forres.ch Séminaire de base GERER DES PROBLEMES Marc Thiébaud Novembre 2005 «Un problème, c'est un défi à surmonter. Mais c'est surtout un défi que l'on se crée, car il n'est pas simplement posé, il

Plus en détail

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Janvier 2010, Révisée en octobre 2012 1 BUT POURSUIVI PAR LA POLITIQUE

Plus en détail

INTERVIEW : RENCONTRE AVEC SOLID

INTERVIEW : RENCONTRE AVEC SOLID INTERVIEW : RENCONTRE AVEC SOLID Eskimon 29 octobre 2015 Table des matières 1 Introduction 5 3 1 Introduction Figure 1.1 Solid Salut Solid! Il parait que tu exerces dans un domaine finalement peu connu,

Plus en détail

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne Une nouvelle muséologie pour le musée moderne André Desvallées, dir., Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie André Desvallées, dans cet extrait de Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie

Plus en détail

L approche par les compétences en formation

L approche par les compétences en formation L approche par les compétences en formation infirmière De l analyse des pratiques à l analyse de l activité, vers l émergence d une didactique des soins infirmiers Nathalie Alglave 1, Marc Nagels 2 1 Université

Plus en détail

Les contributions de Copernic et Galilée ou la lente avancée des Sciences...

Les contributions de Copernic et Galilée ou la lente avancée des Sciences... Les contributions de Copernic et Galilée ou la lente avancée des Sciences... Retour sur les étapes clés / pistes d'activités en classe Stage "Le ciel et la Terre" Année 2012-2013 S.Rondi Animateur Sciences

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

Rapport concernant le dossier HDR de. M. Dr. Slimane HAMMOUDI

Rapport concernant le dossier HDR de. M. Dr. Slimane HAMMOUDI Prof. Michel LEONARD Département des Systèmes d Information Faculté des Sciences Économiques et Sociales CUI Batelle Bât A 7 route de Drize CH-1227 Carouge Tél. +41 22 379 02 27 Fax. +41 22 379 02 79 Rapport

Plus en détail

METHODES DE TRAVAIL : IDEES GENERALES

METHODES DE TRAVAIL : IDEES GENERALES METHODES DE TRAVAIL : IDEES GENERALES Les questions suivantes sont destinées à vous aider à vous situer et vous faire quelques propositions d'amélioration. 1. Pour quelles raisons ai-je choisi cette formation?

Plus en détail

L approche des nombres en maternelle

L approche des nombres en maternelle L approche des nombres en maternelle I. Du côté théorique et didactique: A. Le nombre ça sert à quoi? a) Les nombres servent à mémoriser les quantités et à construire ainsi des collections ayant le même

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

tel : 06 32 16 57 83 site : ma-ma.biz mail : thomas.mouillon@gmail.com

tel : 06 32 16 57 83 site : ma-ma.biz mail : thomas.mouillon@gmail.com MA tel : 06 32 16 57 83 site : ma-ma.biz mail : thomas.mouillon@gmail.com présentation janvier 2014 MA est une histoire qui a commencée par hasard. L une de ces idées qui prend forme lentement, et qui

Plus en détail

5 formations indispensables pour une relation managériale efficace!

5 formations indispensables pour une relation managériale efficace! 5 formations indispensables pour une relation managériale efficace! Edition 2010 Des formations -s & -s Nouveauté rentrée 2010 : Réduction de l offre : Le socle + 4 déclinaisons spécifiques www.management-progression.fr

Plus en détail

ARE : Construire une recherche documentaire pertinente

ARE : Construire une recherche documentaire pertinente ARE : Construire une recherche documentaire pertinente (Intervention animée par le Pôle Formation des usagers de la BUPMC) ARE CNED SENSCHIM Une méthode de recherche documentaire EFFICACE, c est Définition

Plus en détail

Ni coach, ni thérapeute, ni gourou! L accompagnateur spirituel, un guide fraternel...

Ni coach, ni thérapeute, ni gourou! L accompagnateur spirituel, un guide fraternel... Comment articuler «accompagnement spirituel» et «sciences humaines»? Un livre de Christine Aulenbacher et Robert Moldo Ni coach, ni thérapeute, ni gourou! L accompagnateur spirituel, un guide fraternel...

Plus en détail

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES. AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES. AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE I. CADRE LÉGAL Développer des compétences, telle est désormais la mission de l école. Le

Plus en détail

Rédiger un rapport technique

Rédiger un rapport technique Rédiger un rapport technique Prof. N. Fatemi Plan Introduction Présentation écrite Programmation du travail Rédaction Conseils génériques Références 2 Introduction Objectifs du cours Savoir étudier un

Plus en détail

Des solutions de croissance pour les PME du logiciel

Des solutions de croissance pour les PME du logiciel Des solutions de croissance pour les PME du logiciel Maillage 3D adapté à l écoulement d air à l arrière d un avion supersonique Vous êtes dirigeant de PME de la filière logicielle et conscient que l innovation

Plus en détail

La civilisation du livre

La civilisation du livre Niveau : TCL Année scolaire : 2009/2010 Composition de Français : 2ème Trimestre Durée : 03H00 Texte : La civilisation du livre L homme du XX e siècle hésite rarement entre le livre et la radio. La radio

Plus en détail

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant :

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant : Grille d évaluation du stage d immersion en entreprise de 3 ème bachelier 2014-2015 Etudiant : Entreprise :. Date : Superviseur :. Maitre de stage : Signature :. 1. Evaluation continue [60 pts] Entourez

Plus en détail

Chapitre 1. Adapter les forces de vente à l évolution des marchés... 1

Chapitre 1. Adapter les forces de vente à l évolution des marchés... 1 Table des matières Préface.............................................................................. XV Chapitre 1. Adapter les forces de vente à l évolution des marchés... 1 1.1 Force de Vente (F.D.V.)

Plus en détail

Junior ESSEC 19/01/2015

Junior ESSEC 19/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 3ème journée Compte-rendu de l atelier 4 : Transformation numérique des relations administration-usagers Thème de la journée

Plus en détail

La dictée à l adulte. Dessin d une expérimentation. «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant.

La dictée à l adulte. Dessin d une expérimentation. «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant. La dictée à l adulte Dessin d une expérimentation «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant.» La dictée à l adulte Déjà préconisée dans les IO de 1995,

Plus en détail

LA FORMATION PRATIQUE : LA PRÉPARATION DES SUPERVISEURS ET DES ENSEIGNANTS ASSOCIÉS À LA FORMATION EN MILIEU DE PRATIQUE

LA FORMATION PRATIQUE : LA PRÉPARATION DES SUPERVISEURS ET DES ENSEIGNANTS ASSOCIÉS À LA FORMATION EN MILIEU DE PRATIQUE LA FORMATION PRATIQUE : LA PRÉPARATION DES SUPERVISEURS ET DES ENSEIGNANTS ASSOCIÉS À LA FORMATION EN MILIEU DE PRATIQUE Résumé des constats et des défis identifiés lors de la journée thématique Présentation

Plus en détail

Saskia maaike Bouvier Genève

Saskia maaike Bouvier Genève , June 2011 Des montres à complications créées par une femme pour des femmes Saskia maaike Bouvier (SMB) a su aller au-delà de la pratique pure de l art horloger et apporter sa créativité et son talent

Plus en détail

Avant-propos. L utilité du plan marketing

Avant-propos. L utilité du plan marketing Avant-propos L Avant-propos E PLAN MARKETING est l exercice annuel des chefs de produit, des directeurs marketing et des comités de direction des entreprises. Le chef de produit le réalise pour la gamme

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

Les apports de l informatique. Aux autres disciplines

Les apports de l informatique. Aux autres disciplines Les apports de l informatique Aux autres disciplines Le statut de technologie ou de sous-discipline est celui de l importation l et de la vulgarisation Le statut de science à part entière est lorsqu il

Plus en détail

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Quebec PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Direction de la formation générale

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Le réseau communautaire pour les professionnels. des métiers de bouche et de la restauration DOSSIER DE PRESSE

Le réseau communautaire pour les professionnels. des métiers de bouche et de la restauration DOSSIER DE PRESSE Le réseau communautaire pour les professionnels des métiers de bouche et de la restauration DOSSIER DE PRESSE JANVIER 2015 Edito SOMMAIRE Page 3 Edito de Vincent Sigaud, Directeur Général de FoodConnexion

Plus en détail

Table des matières. Introduction

Table des matières. Introduction Table des matières Introduction A la suite de l obtention de mon baccalauréat économique et social mention assez bien, je me suis dirigée vers la formation Gestion des Entreprises et des Administrations

Plus en détail