Mardi 21 juin 2005 Banque Générale de Luxembourg Luxembourg

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mardi 21 juin 2005 Banque Générale de Luxembourg Luxembourg"

Transcription

1 Réunion plénière de l ALCO Mardi 21 juin 2005 Banque Générale de Luxembourg Luxembourg L ALCO remercie la BGL qui nous accueille et offre le cocktail.

2 2 PROGRAMME 17h30: Message d introduction J.-M. Legendre ALCO s working group coordination E. Mc Hale La lutte anti-blanchiment dans le secteur des assurances La politique de Compliance O. Sentis R. Sonnenschein 18h30: Guest speaker La place luxembourgeoise face au risque opérationnel T. Lopez 19h00: Cocktail offert par la BGL

3 ALCO s Working Group Coordination Evelyn Mc Hale

4 Importance of Working Groups Réunion plénière 21 juin Bringing ALCO members together Sharing knowledge and building knowledge database Raising profile with, and influencing, regulators Liaison with others associations in Luxembourg and abroad

5 Points to note Réunion plénière 21 juin The quality and timeliness of the work is important Board needs to be aware of issues arising so it can provide support and timely input

6 Role of the Co-ordinator Réunion plénière 21 juin To be the central point of contact for working group members and the Board for the set-up and progress of work To collect minutes, papers and issues arising in one place To resolve issues for working groups and to provide information to the working groups To avoid duplication

7 Target Réunion plénière 21 juin Each working group must produce a report or more: a conference within a certain time-frame

8 How to contact the Co-ordinator Réunion plénière 21 juin Any working group owner or member may contact the co-ordinator on: GSM:

9 La lutte anti-blanchiment dans le secteur des assurances Problématique et dimension opérationnelle Olivier Sentis

10 Spécificités d un contrat d assurance vie : les personnes 10 - Preneur(s) (ou souscripteur) du contrat - Payeur(s) de prime - Assuré(s) - Bénéficiaire(s) Vie - Bénéficiaire(s)Décès : Identification au moment de la prestation TÊTE ASSUREE =M. DUPONT Albert Cie d assurance-vie En cas de décès? SOUSCRIPTEUR = M. DUPONT Albert BENEFICIAIRE = Son épouse,

11 Spécificités d un contrat d assurance vie : les intermédiaires 11 Degré différent de connaissance de l aspect KYC en fonction de l intervenant. Agent agréé ( en général exclusif ): statut de mandataire de la Cie le client est le client de la Cie Courtier d assurance : indépendant qui a un contrat de collaboration avec la Cie le client est son client, le rôle du courtier est de mettre son client en relation avec la Cie pour souscrire le contrat Différents types d intermédiaire: --> différentes procédures anti-blanchiment adaptées

12 Spécificités d un contrat d assurance vie : la vie du contrat 12 Lors des versements : la source des fonds n est pas cohérente le client verse des cotisations périodiques d un montant important, puis demande à un tiers de faire les paiements suivants. leur montant ne cadre pas avec la situation apparente du client ; Opérations qui peuvent intervenir au cours de la vie du contrat et qui nécessitent une analyse spécifique: - rachat (précoce), avance, renonciation - crédits, nantissements - modification de la clause bénéficiaire - changement de preneur,...

13 Evolution du contrat Réunion plénière 21 juin Opérations qui peuvent intervenir au cours de la vie du contrat et qui nécessitent une analyse spécifique: Rachat Modification de la clause bénéficiaire Changement de preneur,

14 14 AY remet à sa sœur BY des espèces ayant pour origine un trafic de stupéfiants CY Le père, retraité, souscrit des bons de capitalisation nominatifs La sœur BY verse ces espèces sur son compte bancaire et paie par chèques à son père CY, le loyer de plusieurs garages dont elle serait sous-locataire

15 15 Achat d une voiture avec des fonds d origine illicite Remboursement par l assureur de la valeur de la voiture Déclaration de vol à l assureur

16 Compliance policy GT n 23 Rob Sonnenschein

17 Working group n 23 Compliance Policy Réunion plénière 21 juin Members of the working group: Roland Dillien Hans van der Drift Martin Fey Mette Garby Sundhevy Goiot Anne Kayser Philippe Lassine Matthias Maertens Katrin Manegold Asli Mutlucan Harold Parize Sophie Pirotte Sophie Rase Nicholas Tandy Michel Tessore Marco Zwick Rob Sonnenschein

18 18 In accordance with CSSF circular 2004/155 Key items: Identify key compliance risk issues Explain the principles laid down by the board of directors Establish the compliance function, its independence and its objectives Require the drawing up of a compliance charter Institute the implementation of a continuous learning program

19 19 Senior management puts in place a compliance function to monitor the implementation of and to ensure that the compliance policy is followed. Independency; particularly the compliance function shall: Assist senior management in ensuring the adherence of the ethical rules Identify and assess the compliance risks Assist senior management in the management and control of compliance risks Inform and educate staff

20 20 Compliance risks Risk of breach of ethical rules Legal and regulatory risks Operational risks Risk of Sanctions Reputation risk

21 21 Compliance principles (I) Engage in and promote business and professional ethical conduct Comply with laws, regulations, rules and professional standards Avoid any conflicts of interest Take all reasonable measures to protect confidentially Protect the company s assets

22 22 Compliance principles (II) Protect the client s best interests Respect corporate governance principles Small treasurer note: Please be so kind to transfer your membership fee in case it slipped your mind

23 23 ALCO - Réunion Plénière 21 juin 2005 La Place luxembourgeoise face au risque opérationnel Thierry López Head of KBL Group Risk Management Président de PRiM

24 24 Plan Genèse du risque opérationnel & définition - Typologie du risque dans le secteur financier - Illustrations : COSO : Bâle II - CAD III Exclusions - Risque stratégique - Risque de réputation Audit, Compliance & Risk Management : complémentaires, non opposées - Charte Compliance de la Banque des Règlements Internationaux - GT 25 de l ALCO (IACI - PRiM) La Place luxembourgeoise et le risque opérationnel - Première approche - Deuxième approche [ 24 ]

25 25 Genèse du risque opérationnel & définition Typologie du risque dans le secteur financier MARKET CREDIT OPERATIONAL RISK METHODOLOGY RISK METHODOLOGY RISK METHODOLOGY Interest rate ERAC, VaR. Direct Weighting of nominal. IT Sum in absolute terms of net positions Weighting of notional, Advanced Measurement Forex for all currencies; excluding the base currency. Indirect CSA. Staff Approach (loss distribution Liquidity Price Maximum Cash Outflow. Mark-to-Market. Settlement weighting of nominal/notional in local systems. Process External events approach, scorecards) and insurances. [ 25 ]

26 26 Genèse du risque opérationnel & définition Illustrations Barings (1995) : pertes de 1,3 milliard de dollars. Responsable : Nick Leeson, trader. Causes : la concentration du risque de marché sur l'activité de trading en instruments financiers dérivés ; les cadres supérieurs ne perçoivent pas l'importance des opérations du trader ; le manque de rapports de suivi des activités et opérations de marché ; le manque de réaction et d'implication des dirigeants aux notifications de l'audit interne. En 1994, un rapport d'audit interne, avait formellement identifié le manque de séparation des tâches qui existait entre le front et le back-office de la banque, néanmoins le Comité de direction ne prend aucune mesure pour réduire ce facteur de risque de fraude ; le manque de proactivité de la part des autorités de contrôle. En effet, bien que celles-ci aient constaté et averti du risque inhérent au manque de séparation des responsabilités du trader, aucune sanction n'avait été prise à l'encontre de la banque. [ 26 ]

27 27 Genèse du risque opérationnel & définition Illustrations LTCM (1998) : pertes de 4 milliards de dollars. Responsables : des prix Nobel... Causes : concentration du risque sur une seule position (d où risques de crédit, de marché et de liquidité) : actifs de la dette publique russe ; pas de stratégie précise du Comité de direction concernant le profil de risque maximum accepté par l'institution (responsabilités des dirigeants) ; pas de procédures de reporting régulier afin de suivre l'évolution du profil de risque et pouvoir prendre des décisions rapides d'ajustement du profil de risque ; et... modélisation Value at Risk (VaR) inadéquate. [ 27 ]

28 28 Genèse du risque opérationnel & définition 1990 : COSO Définition : le risque opérationnel regroupe l'ensemble des pertes qui ne sont pas couvertes par le risque de crédit et le risque de marché et qui sont issues des unités fonctionnelles. Critiques : mérite d exister même si définition par défaut ; si ni crédit ni marché, alors activités opérationnelles MAIS aussi les événements externes ; orientation vers les éléments générateurs : les interruptions de la chaîne de production ; les carences des contrôles de production et de la qualité ; les pannes de systèmes d'information ; les erreurs ou malversations humaines ; les événements extérieurs. [ 28 ]

29 29 Genèse du risque opérationnel & définition 2004 : Bâle II - CAD III Définition : le risque opérationnel se définit comme le risque de pertes résultant de carences ou de défauts attribuables à des procédures, personnels et systèmes internes ou à des événements extérieurs. La définition inclut le risque juridique, mais exclut les risques stratégique et de réputation. Critiques : 4 catégories de vecteurs de risque dont les 3 premières regroupent des risques sur lesquels la banque dispose d'un contrôle direct et cela par le biais de sa structure fonctionnelle et des responsabilités de son organisation alors que la dernière catégorie (événements externes) est plus difficile à contrôler et à évaluer ; exclusion du risque stratégique et du risque de réputation (voir infra) ; création d un flou quant aux périmètres respectifs des fonctions Audit, Compliance et Risk Management (voir infra). [ 29 ]

30 30 Plan Genèse du risque opérationnel & définition - Typologie du risque dans le secteur financier - Illustrations : COSO : Bâle II - CAD III Exclusions - Risque stratégique - Risque de réputation Audit, Compliance & Risk Management : complémentaires, non opposées - Charte Compliance de la Banque des Règlements Internationaux - GT 25 de l ALCO (IACI - PRiM) La Place luxembourgeoise et le risque opérationnel - Première approche - Deuxième approche [ 30 ]

31 31 Exclusions Risque stratégique Définition : risque lié aux choix stratégiques d'une firme pour s'adapter à son environnement concurrentiel. Les choix stratégiques doivent respecter les attentes des actionnaires et des clients, assurer la croissance des revenus et l'amélioration de la qualité de ses services et de ses produits. Donc : risque de pertes de revenus encourus par une banque qui n'adapte pas ses produits, ses activités commerciales ou ses pratiques aux besoins et usages en vigueur sur son marché de prédilection. Critiques : choix stratégiques ont un impact sur ses revenus futurs mais impact peu aisé à mesurer car indirect et désynchronisé par rapport à la période à laquelle le choix stratégique a été opéré ; difficulté de différencier risque stratégique et risque opérationnel : si l implémentation des choix stratégiques est la cause directe (implémentation de systèmes défaillants ou inadaptés) des pertes assimilables à l'une ou l'autre des [ 31 ] catégories de risque opérationnel, ces pertes seraient de facto considérées comme des pertes opérationnelles.

32 32 Exclusions Risque de réputation Définition : la réputation peut se mesurer par le crédit dont jouit une firme, il s'agit à la fois de la confiance issue de la qualité des produits et services et/ou de la sincérité inspirée par l'intégrité de ses dirigeants et des valeurs sociales que ces derniers se sont engagés à promouvoir. Selon Brotzen : le risque de réputation se définit comme l'ensemble des menaces qui affectent à long terme la confiance des partenaires de la firme. Critiques : risque bien réel mais souvent sous-jacent à un risque opérationnel avéré (Cf. illustrations précédentes) ; extrêmement difficile à quantifier. [ 32 ]

33 33 Plan Genèse du risque opérationnel & définition - Typologie du risque dans le secteur financier - Illustrations : COSO : Bâle II - CAD III Exclusions - Risque stratégique - Risque de réputation Audit, Compliance & Risk Management : complémentaires, non opposées - Charte Compliance de la Banque des Règlements Internationaux - GT 25 de l ALCO (IACI - PRiM) La Place luxembourgeoise et le risque opérationnel - Première approche - Deuxième approche [ 33 ]

34 34 Audit, Compliance & Risk Management : complémentaires, non opposées Charte Compliance de la Banque des Règlements Internationaux Définition : This Charter describes the basic principles for promoting sound compliance practices at the BIS. Responsabilités : Compliance responsibilities are shared among all staff members as well as across various units of the Bank, the most notable of which are the following: [ 34 ]

35 35 Audit, Compliance & Risk Management : complémentaires, non opposées Charte Compliance de la Banque des Règlements Internationaux Management and line managers have primary responsibility for compliance at the Bank. The Compliance Unit identifies and assesses compliance risks, guides and educates staff on compliance issues, performs a monitoring and reporting role and in cooperation with the Legal Service also an advisory role. The Legal Service has primary responsibility for identifying the relevant laws, rules and standards with which the Bank should comply and for providing interpretation in case of doubt. Risk Control monitors the Bank s financial risks (credit risk, market risk and liquidity risk) and ensures compliance with the respective policies and limits. Internal Audit reviews the adequacy of controls established to ensure compliance with policies, plans, procedures and business objectives, in accordance with the Internal Audit Charter. [ 35 ]

36 36 Audit, Compliance & Risk Management : complémentaires, non opposées Charte Compliance de la Banque des Règlements Internationaux BIS Audit Committee Charter - 1. Purpose - The Audit Committee is an advisory committee established pursuant to Article 43 of the Bank s Statutes to assist the Board in its oversight responsibilities with respect to audit and compliance and the implementation of the financial reporting. The Audit Committee will review: (1) the effectiveness of the Bank s internal control and risk management system; (2) the effectiveness of the internal audit function; (3) the independent audit process, including recommending the appointment and assessing the performance of the external auditor; and (4) the Bank s process for monitoring compliance with relevant laws and regulations. [ 36 ]

37 37 Audit, Compliance & Risk Management : complémentaires, non opposées Charte Compliance de la Banque des Règlements Internationaux 5. Roles and responsibilities - The Audit Committee, in fulfilling its purpose, will: ( ) C. Compliance review the effectiveness of the Bank s system for monitoring compliance with relevant laws and regulations (including internal rules) and the measures taken by Management as a result of its investigation of material incidents of non-compliance. [ 37 ]

38 38 Audit, Compliance & Risk Management : complémentaires, non opposées GT 25 de l ALCO (IACI - PRiM) Définition : Ce groupe - auquel participent des représentants des trois associations ALCO, IACI et PRiM - a été constitué à la suite d'une demande de la CSSF pour approfondir la caractérisation de la fonction de Compliance par rapport aux fonctions voisines de l'audit Interne et du Risk Management. Critiques : néant! [ 38 ]

39 39 Plan Genèse du risque opérationnel & définition - Typologie du risque dans le secteur financier - Illustrations : COSO : Bâle II - CAD III Exclusions - Risque stratégique - Risque de réputation Audit, Compliance & Risk Management : complémentaires, non opposées - Charte Compliance de la Banque des Règlements Internationaux - GT 25 de l ALCO (IACI - PRiM) La Place luxembourgeoise et le risque opérationnel - Première approche - Deuxième approche [ 39 ]

40 40 La Place luxembourgeoise et le risque opérationnel Première approche Notre Place compte des institutions financières très bien capitalisées, ce qui de facto relativise la charge supplémentaire de consommation en fonds propres due à ce type de risque. La présence, sur nos terres, de filiales de grands Groupes internationaux, suppose souvent une décentralisation décisionnelle peu encline à une harmonisation locale de la gestion, notamment méthodologique, du risque opérationnel. Même si ce n'est pas typiquement luxembourgeois, l'immaturité des méthodes dites de type AMA, et les doutes entourant l'économie en consommation de fonds propres y liée, si on les compare aux méthodes Standardisée ou de Base, n'ont pas aidé à plaider la cause du risque opérationnel jusqu'à ce jour. [ 40 ]

41 41 La Place luxembourgeoise et le risque opérationnel Deuxième approche Fondamentalement, la prise en compte du risque opérationnel pour calculer les besoins en fonds propres force les institutions financières à mieux prévoir que par le passé des réponses à l'incertitude. Les objectifs de base de toute gestion des risques sont au nombre de trois : 1. éviter les pertes autant que faire se peut en limitant, le cas échéant, leur fréquence et leur sévérité ; 2. transférer éventuellement les risques ; et 3. se préparer de manière dynamique afin d'être capable de rétablir une situation détériorée et d'en limiter l'impact. [ 41 ]

42 42 La Place luxembourgeoise et le risque opérationnel Deuxième approche Probabilité d occurrence de pertes Tactique de réduction du risque Tactique de rejet du risque Tactique d acceptation du risque Tactique de transfert du risque Intensité des pertes Source : Lacroix [ 42 ]

43 43 La Place luxembourgeoise et le risque opérationnel Deuxième approche Risk Management Assurances Identification Evaluation Transfert Prévention Gestion a posteriori Operational Risk Management BCP Source : Esch, Kieffer & López [ 43 ]

44 44 La Place luxembourgeoise et le risque opérationnel Deuxième approche Si ces trois objectifs de base (éviter, transférer, se préparer) sont franchement bien rencontrés pour les risques financiers (i.e. de marché et de crédit) et, qui plus est, méthodologiquement bien appuyés, la nature non financière du risque opérationnel ne permet malheureusement pas d'aboutir au même constat. La Place de Luxembourg a pour core business des métiers dits «non risqués», sur le plan des risques financiers, mais par contre éminemment risqués sur le plan opérationnel justement. [ 44 ]

45 45 La Place luxembourgeoise et le risque opérationnel Deuxième approche Les questions qui viennent alors à l'esprit sont au nombre de trois : tout d'abord la question liée au capital. L'institution est-elle et demeurera-t-elle suffisamment capitalisée pour absorber tout désastre, quelle qu'en soit l'ampleur? ensuite, la politique générale d'une maison mère non luxembourgeoise en matière de gestion du risque opérationnel est-elle complètement adéquate avec le core business de sa filiale luxembourgeoise et compatible avec ses contraintes locales? et enfin ne mélange-t-on pas les notions de coût, d'une part, et de valeur d'autre part? Les méthodes d'appréhension du risque opérationnel ne servent-elles qu'à faire du risk measurement ou au contraire à mieux faire du risk management qualitatif, créateur de valeur pour l'entreprise? [ 45 ]

46 46 La Place luxembourgeoise et le risque opérationnel Deuxième approche En filigrane, l'homogénéité des métiers phares de la Place ne constitue-elle pas matière à mieux nous protéger ensemble, le cas échéant en ayant recours à des méthodes de type avancé, fût-ce dans un premier temps au titre du capital économique, c'est-à-dire de celui du management qui cherche à mieux allouer son capital sans question régulatoire immédiate? Le projet de mutualisation des incidents LuxOR (pour Luxembourg Operational Risk), même s'il n'a pas encore reçu l'accueil qu'il mérite, refera parler de lui. [ 46 ]

47 47 La Place luxembourgeoise et le risque opérationnel Deuxième approche Le projet GRIF (Gestion des Risques Opérationnels dans les Institutions Financières) débouche sur l'approche méthodologique de la CSSF dans le cadre du Pilier II des Nouveaux Accords de Bâle. Il s agit d une méthode d'évaluation permettant de répondre aux nouvelles exigences de Bâle II sans imposer de contraintes sur des procédures spécifiques, mais en favorisant la valorisation des savoir-faire des établissements financiers, de leurs fournisseurs ainsi que des autorités de surveillance. Cette méthode doit permettre d'obtenir une mesure objective sur le modèle de gestion des risques opérationnels soumis par les établissements à la CSSF dans le cadre du Pilier II. La méthode retenue est générique et permet à terme l'évaluation de tous types d'organisations sur base de la maturité de ses processus et peut donc être appliquée par les établissements financiers pour évaluer la maturité aussi bien de la gestion des risques opérationnels que des activités métiers. [ 47 ]

48 48 Conclusion 98/143 : par contrôle interne on entend des mesures mises en place par la direction, y inclus les procédures et les contrôles en place au sein d une banque ou d un PSF, qui ont pour but d assurer que : les objectifs posés par l entreprise sont atteints ; les ressources sont utilisées de façon économique et efficiente ; les risques sont contrôlés adéquatement et le patrimoine est protégé ; l information financière et l information de gestion sont complètes et fiables ; les lois et réglementations ainsi que les politiques, les plans, les règles et les procédures internes sont respectés. ( ) le système de contrôle interne ( ) comporte finalement une fonction d audit interne dont l objet est d évaluer de façon régulière l adéquation du contrôle interne. [ 48 ]

49 49 Conclusion 04/155 : la fonction Compliance est définie comme une fonction indépendante dont l'objectif est d'identifier et d'évaluer le risque de Compliance d un établissement ainsi que d assister la direction dans la gestion et le contrôle de ce risque. Elle fait rapport à la direction et, en cas de besoin, au conseil d'administration et sert de conseiller à la direction. Par risque de Compliance on entend le risque de préjudices qu'un établissement peut subir suite au fait que les activités ne sont pas exercées conformément aux normes en vigueur. Il peut comporter une variété de risques tels que le risque de réputation, le risque légal, le risque de contentieux, le risque de sanctions ainsi que certains aspects du risque opérationnel, ceci en relation avec l intégralité des activités de l établissement. [ 49 ]

50 50 Conclusion Bâle II : le risque opérationnel se définit comme le risque de pertes résultant de carences ou de défauts attribuables à des procédures, personnels et systèmes internes ou à des événements extérieurs. Principle 2: The board of directors should ensure that the bank s operational risk management framework is subject to effective and comprehensive internal audit by operationally independent, appropriately trained and competent staff. The internal audit function should not be directly responsible for operational risk management. Principle 8: Banking supervisors should require that all banks, regardless of size, have an effective framework in place to identify, assess, monitor and control/mitigate material operational risks as part of an overall approach to risk management. [ 50 ]

51 51 Conclusion La Compliance et le Risk Management font partie du périmètre auditable, mais concourent à l efficience du système de contrôle interne. En termes prudentiels, il est pire d avoir des gaps que des overlaps : la largesse de la définition du risque opérationnel pose la question de l identification des gaps et overlaps entre Audit, Compliance et Risk Management. Une culture de la gestion du risque passe d abord par une définition claire du périmètre de chaque intervenant et des interactions entre intervenants. Peu ou ne pas se soucier de la gestion qualitative, voire quantitative, du risque opérationnel à Luxembourg aux titres que la banque est bien capitalisée, que la maison mère s en occupe ou encore que certaines méthodes ne sont pas mûres est plus qu hasardeux étant donné le profil en risque opérationnel des core businesses de la Place. La gestion du risque opérationnel, c est comme la politique, quand on ne s en occupe pas, c est elle qui s occupe de vous... [ 51 ]

AUDIT COMMITTEE: TERMS OF REFERENCE

AUDIT COMMITTEE: TERMS OF REFERENCE AUDIT COMMITTEE: TERMS OF REFERENCE PURPOSE The Audit Committee (the Committee), assists the Board of Trustees to fulfill its oversight responsibilities to the Crown, as shareholder, for the following

Plus en détail

Référentiel d'évaluation du système de contrôle interne auprès des établissements de crédit

Référentiel d'évaluation du système de contrôle interne auprès des établissements de crédit Annexe Circulaire _2009_19-1 du 8 mai 2009 Référentiel d'évaluation du système de contrôle interne auprès des établissements de crédit Champ d'application: Commissaires agréés. Réglementation de base Table

Plus en détail

National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC)

National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC) National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC) Reporting to the General Manager, Engineering and Maintenance, you will provide strategic direction on the support and maintenance of

Plus en détail

Séminaire EIFR 7 Mars 2012. Sébastien Rérolle

Séminaire EIFR 7 Mars 2012. Sébastien Rérolle Séminaire EIFR 7 Mars 2012 Sébastien Rérolle 1 Focus sur le risque de crédit L approche basée sur les notations internes de Bâle 2, qui concerne la totalité des grandes banques françaises, requiert l évaluation

Plus en détail

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Les faits saillants Highlights L état financier du MAMROT est très complexe et fournit de nombreuses informations. Cette

Plus en détail

L Audit Interne vs. La Gestion des Risques. Roland De Meulder, IEMSR-2011

L Audit Interne vs. La Gestion des Risques. Roland De Meulder, IEMSR-2011 L Audit Interne vs. La Gestion des Risques Roland De Meulder, IEMSR-2011 L audit interne: la définition L audit interne est une activité indépendante et objective qui donne à une organisation une assurance

Plus en détail

CEPF FINAL PROJECT COMPLETION REPORT

CEPF FINAL PROJECT COMPLETION REPORT CEPF FINAL PROJECT COMPLETION REPORT I. BASIC DATA Organization Legal Name: Conservation International Madagascar Project Title (as stated in the grant agreement): Knowledge Management: Information & Monitoring.

Plus en détail

Conférence Bales II - Mauritanie. Patrick Le Nôtre. Directeur de la Stratégie - Secteur Finance Solutions risques et Réglementations

Conférence Bales II - Mauritanie. Patrick Le Nôtre. Directeur de la Stratégie - Secteur Finance Solutions risques et Réglementations Conférence Bales II - Mauritanie Patrick Le Nôtre Directeur de la Stratégie - Secteur Finance Solutions risques et Réglementations AGENDA Le positionnement et l approche de SAS Notre légitimité dans les

Plus en détail

La dynamique d un Contexte Global

La dynamique d un Contexte Global Accountability comment le traduire dans une entreprise???? Colloque INRIA Lyon 11 Septembre, 2013 Daniel Pradelles - EMEA Privacy Officer La dynamique d un Contexte Global 1 Les challenges d aujourd hui

Plus en détail

SC 27/WG 5 Normes Privacy

SC 27/WG 5 Normes Privacy SC 27/WG 5 Normes Privacy Club 27001 Toulousain 12/12/2014 Lionel VODZISLAWSKY Chief Information Officer l.vodzislawsky@celtipharm.com PRE-CTPM 141212-Club27001 Toulouse normes WG5_LV L organisation de

Plus en détail

www.pwc.com/lu/sustainability progena by PwC Une nouvelle approche du développement durable 31 mars 2011

www.pwc.com/lu/sustainability progena by PwC Une nouvelle approche du développement durable 31 mars 2011 www.pwc.com/lu/sustainability progena by PwC Une nouvelle approche du développement durable 31 mars 2011 L impératif du développement durable va transformer tous les secteurs économiques Capacité écologique

Plus en détail

UE 13 Contrôle de gestion. Responsables : Henri Bouquin, Professeur Stéphanie Thiéry-Dubuisson, Maître de Conférences

UE 13 Contrôle de gestion. Responsables : Henri Bouquin, Professeur Stéphanie Thiéry-Dubuisson, Maître de Conférences UE 13 Contrôle de gestion Responsables : Henri Bouquin, Professeur Stéphanie Thiéry-Dubuisson, Maître de Conférences www.crefige.dauphine.fr polycopié de TD Ouvrage de référence : Henri BOUQUIN, Comptabilité

Plus en détail

Evènement formulaires Namur 02/12

Evènement formulaires Namur 02/12 Evènement formulaires Namur 02/12 Formulaires électroniques à la Commission européenne Philippe Biérlaire Chef de l unité Systèmes d information pour la gestion des ressources humaines Direction Systèmes

Plus en détail

Basel Committee on Banking Supervision Principles for the Sound Management of Operational Risk

Basel Committee on Banking Supervision Principles for the Sound Management of Operational Risk 1 Basel Committee on Banking Supervision Principles for the Sound Management of Operational Risk June 2011 Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Principes pour une bonne gestion du risque opérationnel

Plus en détail

Solvabilité II et rentabilité ajustée au risque des produits en assurance-vie

Solvabilité II et rentabilité ajustée au risque des produits en assurance-vie Solvabilité II et rentabilité ajustée au risque des produits en assurance-vie Vladislav GRIGOROV, CRO SwissLife France Journées d études de l IA, Deauville, 21 septembre 2012 Introduction Solvency II représente

Plus en détail

Scénarios économiques en assurance

Scénarios économiques en assurance Motivation et plan du cours Galea & Associés ISFA - Université Lyon 1 ptherond@galea-associes.eu pierre@therond.fr 18 octobre 2013 Motivation Les nouveaux référentiels prudentiel et d'information nancière

Plus en détail

Compliance Monitoring Manager. Rôle attendu du CMM

Compliance Monitoring Manager. Rôle attendu du CMM Compliance Monitoring Manager Rôle attendu du CMM Introduction Rappel des bases réglementaires Rappel du positionnement du Compliance Monitoring Manager Sommaire Contexte réglementaire Part ORA Exigences

Plus en détail

2012, EUROPEEN YEAR FOR ACTIVE AGEING 2012, ANNEE EUROPEENNE DU VIEILLISSEMENT ACTIF

2012, EUROPEEN YEAR FOR ACTIVE AGEING 2012, ANNEE EUROPEENNE DU VIEILLISSEMENT ACTIF 2012, EUROPEEN YEAR FOR ACTIVE AGEING 2012, ANNEE EUROPEENNE DU VIEILLISSEMENT ACTIF Kick off transnational project meeting June 6 & 7th 2011 6 et 7 Juin 2011 CERGY/ VAL D OISE Monday june 6th morning

Plus en détail

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe Formation en conduite et gestion de projets Renforcer les capacités des syndicats en Europe Pourquoi la gestion de projets? Le département Formation de l Institut syndical européen (ETUI, European Trade

Plus en détail

La mise en œuvre d un programme de conformité

La mise en œuvre d un programme de conformité La mise en œuvre d un programme de conformité culture française vs culture allemande? Amrei Chaussat-Augustin Group Deputy General Counsel Compliance Legal & General Matters 13/03/2014 Sommaire Présentation

Plus en détail

Manager, Construction and Engineering Procurement. Please apply through AECL website:

Manager, Construction and Engineering Procurement. Please apply through AECL website: Position: Location: How to Apply: Manager, Construction and Engineering Procurement Chalk River, Ontario Please apply through AECL website: http://www.recruitingsite.com/csbsites/aecl/en/jobdescription.asp?jobnumber=709148

Plus en détail

Opportunités s de mutualisation ITIL et ISO 27001

Opportunités s de mutualisation ITIL et ISO 27001 Opportunités s de mutualisation ITIL et ISO 27001 Club ISO 27001 Paris,19 avril 2007 Alexandre Fernandez-Toro Rappels sur l ISO l 27001 Norme précisant les exigences pour La

Plus en détail

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39 under the SMALL BUSINESS INVESTOR TAX CREDIT ACT (O.C. 2003-220) Regulation Outline Filed July 29, 2003 Citation........................................... 1 Definition

Plus en détail

Brochure de Presentation. (Janvier 2015)

Brochure de Presentation. (Janvier 2015) Brochure de Presentation (Janvier 2015) Présentation du Cabinet _Melhenas & Associés est un cabinet indépendant d expertise comptable, d audit et de conseil. _Notre métier, conseiller et accompagner nos

Plus en détail

EUROPEAN COMMISSION Job Description Form. Job description version5 (Active) Job no.164686 in DEVCO.B.4 Valid from 26/07/2012 until

EUROPEAN COMMISSION Job Description Form. Job description version5 (Active) Job no.164686 in DEVCO.B.4 Valid from 26/07/2012 until EUROPEAN COMMISSION Job Description Form Job description version5 (Active) Job no.164686 in DEVCO.B.4 Valid from 26/07/2012 until Job Holder Name Graça Maria MOREIRA DE SOUSA Job Profile Position CONTRACT

Plus en détail

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée.

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. Il y a trois approches possibles du produit intérieur brut : Optique de la production Optique

Plus en détail

Solvabilité II : Retour d expérience sur quelques aspects du Pilier II

Solvabilité II : Retour d expérience sur quelques aspects du Pilier II Solvabilité II : Retour d expérience sur quelques aspects du Pilier II Vladislav GRIGOROV SL France Journées d études IA de Deauville, 4 octobre 2013 Introduction Le Pilier I et les dispositifs de reporting

Plus en détail

Examen Final. Indications

Examen Final. Indications DANS LE SECTEUR BANQUE-ASSURANCE NOM : MATRICULE : PRENOM : Examen Final Problèmes Indications Veuillez respecter les indications suivantes: 1. Vous avez 3 heures à disposition 2. Veuillez vérifier que

Plus en détail

Conditions de l'examen

Conditions de l'examen Conditions de l'examen Gestion des selon la norme ISO/CEI 20000 Consultant/Manager (IS20CM.FR) Date de publication 01-07-2010 Date de parution 01-07-2010 Résumé Groupe cible Le qualification Consultant/Manager

Plus en détail

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011.

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. Sent: 11 May 2011 10:53 Subject: Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. I look forward to receiving two signed copies of this letter. Sent: 10

Plus en détail

PAR_20141217_09543_EUR DATE: 17/12/2014. Suite à l'avis PAR_20141119_08654_EUR

PAR_20141217_09543_EUR DATE: 17/12/2014. Suite à l'avis PAR_20141119_08654_EUR CORPORATE EVENT NOTICE: Emission avec maintien du droit préférentiel de souscription, d obligations convertibles en actions ordinaires nouvelles assorties de bons de souscription d action («OCABSA») -

Plus en détail

Journée Mondiale de la Normalisation

Journée Mondiale de la Normalisation Journée Mondiale de la Normalisation Recherche et innovation : usage des normes dans les s régulés Introduction: Confiance & Services IT «Systèmes de s» eco-systèmes d enterprises offrant des s combinés

Plus en détail

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking European Commission DG MARKT Unit 02 Rue de Spa, 2 1049 Brussels Belgium markt-consultation-shadow-banking@ec.europa.eu 14 th June 2012 Natixis Asset Management Response to the European Commission Green

Plus en détail

Quels nouveaux outils pour accompagner le développement de nos professions?

Quels nouveaux outils pour accompagner le développement de nos professions? CONFÉRENCE annuelle Paris -14 novembre 2013 Quels nouveaux outils pour accompagner le développement de nos professions? Atelier F Isabelle Dreysse (ADP) Guy Maillant (EDF) Noah Gottesman (Thomson Reuters)

Plus en détail

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Sommaire Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Comment définir

Plus en détail

Archived Content. Contenu archivé

Archived Content. Contenu archivé ARCHIVED - Archiving Content ARCHIVÉE - Contenu archivé Archived Content Contenu archivé Information identified as archived is provided for reference, research or recordkeeping purposes. It is not subject

Plus en détail

Subvention pour la formation continue Votre opportunité, nos solutions

Subvention pour la formation continue Votre opportunité, nos solutions Subvention pour la formation continue Votre opportunité, nos solutions Nos solutions Deloitte vous propose un service personnalisé, au choix durant la phase de préparation ou de certification du rapport

Plus en détail

Directive AIFM Le régime dépositaire 4 février 2013

Directive AIFM Le régime dépositaire 4 février 2013 Directive AIFM Le régime dépositaire 4 février 2013 Laurent Fessmann, Baker & McKenzie Luxembourg Sandrine Leclercq, Baker & McKenzie Luxembourg Anne Landier-Juglar, Caceis Baker & McKenzie Luxembourg

Plus en détail

Fiche d Inscription / Entry Form

Fiche d Inscription / Entry Form Fiche d Inscription / Entry Form (A renvoyer avant le 15 octobre 2014 Deadline octobrer 15th 2014) Film Institutionnel / Corporate Film Film Marketing Produit / Marketing Product film Film Communication

Plus en détail

Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees

Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees For Immediate Release October 10, 2014 Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees The Senate Standing Committee on Banking, Trade, and Commerce resumed hearings

Plus en détail

JUSTICE BY ANY OTHER NAME? LES MÉCANISMES DE PLAINTE DES BANQUES DE DÉVELOPPEMENT

JUSTICE BY ANY OTHER NAME? LES MÉCANISMES DE PLAINTE DES BANQUES DE DÉVELOPPEMENT Centre d Etudes et de Recherches Internationales et Communautaires (CERIC), UMR 7318 CNRS / Aix-Marseille University JUSTICE BY ANY OTHER NAME? LES MÉCANISMES DE PLAINTE DES BANQUES DE DÉVELOPPEMENT Vanessa

Plus en détail

POSITION DESCRIPTION DESCRIPTION DE TRAVAIL

POSITION DESCRIPTION DESCRIPTION DE TRAVAIL Supervisor Titre du poste de la superviseure ou du superviseur : Coordinator, Communications & Political Action & Campaigns Coordonnatrice ou coordonnateur de la Section des communications et de l action

Plus en détail

Name of document. Audit Report on the CORTE Quality System: confirmation of the certification (October 2011) Prepared by.

Name of document. Audit Report on the CORTE Quality System: confirmation of the certification (October 2011) Prepared by. AUDIT REPORT ON THE CORTE QUALITY SYSTEM: CONFIRMATION OF THE CERTIFICATION (OCTOBER 2011) Name of document Prepared by Audit Report on the CORTE Quality System: confirmation of the certification (October

Plus en détail

STRATEGIE, GOUVERNANCE ET TRANSFORMATION DE LA DSI

STRATEGIE, GOUVERNANCE ET TRANSFORMATION DE LA DSI STRATEGIE, GOUVERNANCE ET TRANSFORMATION DE LA DSI NOTRE EXPERTISE Dans un environnement complexe et exigeant, Beijaflore accompagne les DSI dans le pilotage et la transformation de la fonction SI afin

Plus en détail

Projet de réorganisation des activités de T-Systems France

Projet de réorganisation des activités de T-Systems France Informations aux medias Saint-Denis, France, 13 Février 2013 Projet de réorganisation des activités de T-Systems France T-Systems France a présenté à ses instances représentatives du personnel un projet

Plus en détail

Me Mandessi Bell Evelyne. www.ohadalegis.com. Avocat - Consultante. 2013. Tous droits réservés

Me Mandessi Bell Evelyne. www.ohadalegis.com. Avocat - Consultante. 2013. Tous droits réservés Me Mandessi Bell Evelyne Avocat - Consultante www.ohadalegis.com 2013. Tous droits réservés Version française du Kit, à partir de la p. 3. Sommaire p. 6. Version anglaise du Kit, à partir de la p. 110.

Plus en détail

EN UNE PAGE PLAN STRATÉGIQUE

EN UNE PAGE PLAN STRATÉGIQUE EN UNE PAGE PLAN STRATÉGIQUE PLAN STRATÉGIQUE EN UNE PAGE Nom de l entreprise Votre nom Date VALEUR PRINCIPALES/CROYANCES (Devrait/Devrait pas) RAISON (Pourquoi) OBJECTIFS (- AN) (Où) BUT ( AN) (Quoi)

Plus en détail

Bons d'option émis par. SOCIETE GENERALE (en qualité d'emetteur)

Bons d'option émis par. SOCIETE GENERALE (en qualité d'emetteur) CONDITIONS DEFINITIVES POUR LES BONS D'OPTION SUR ACTION EN DATE DU 18 NOVEMBRE 2011 Bons d'option émis par SOCIETE GENERALE (en qualité d'emetteur) Les modalités applicables aux Bons d'option figurent

Plus en détail

BUSINESSVALUATOR. Management presentation

BUSINESSVALUATOR. Management presentation BUSINESSVALUATOR Management presentation English pages 2 to 12, French pages 13 to 23 Jean-Marc Bogenmann Designer of BusinessValuator Accredited consultant in business transfer jeanmarcbogenmann@iib.ws

Plus en détail

La recherched emploi: Etapes et points d attention

La recherched emploi: Etapes et points d attention La recherched emploi: Etapes et points d attention Isabelle Dehut - HR & Internal Communication T H I N K I N G A H E A D B E G I N S N O W 1 Agenda Bilan personnel Lettre de candidature CV Postuler Entretien

Plus en détail

RICHEL SERRES DE FRANCE PAR_20120203_02432_ALT DATE: 03/02/2012

RICHEL SERRES DE FRANCE PAR_20120203_02432_ALT DATE: 03/02/2012 CORPORATE EVENT NOTICE: Offre contractuelle de rachat RICHEL SERRES DE FRANCE PLACE: Paris AVIS N : PAR_20120203_02432_ALT DATE: 03/02/2012 MARCHE: Alternext Paris La société RICHEL SERRES DE FRANCE (la

Plus en détail

Archived Content. Contenu archivé

Archived Content. Contenu archivé ARCHIVED - Archiving Content ARCHIVÉE - Contenu archivé Archived Content Contenu archivé Information identified as archived is provided for reference, research or recordkeeping purposes. It is not subject

Plus en détail

GOUVERNANCE DES SERVICES

GOUVERNANCE DES SERVICES Depuis quelques années, le secteur financier est en pleine mutation pour créer des niches d excellence alliant meilleure performance des processus et assurance de résultat de ces même processus, et ceci

Plus en détail

Crédit Agricole CIB. Les 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change. Paris, Jeudi 6 Février 2014. www.ca-cib.

Crédit Agricole CIB. Les 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change. Paris, Jeudi 6 Février 2014. www.ca-cib. Crédit Agricole CIB Les 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change Paris, Jeudi 6 Février 2014 www.ca-cib.com Le marché Euro PP Le développement du marché Euro PP Volumes

Plus en détail

ADMINISTRATION CENTRALE, GOUVERNANCE INTERNE, GESTION DES RISQUES

ADMINISTRATION CENTRALE, GOUVERNANCE INTERNE, GESTION DES RISQUES ADMINISTRATION CENTRALE, GOUVERNANCE INTERNE, GESTION DES RISQUES Circulaire CSSF 12/552 21 février 2013 Introduction (1) Développements récents au niveau international Problèmes de gouvernance interne

Plus en détail

LE FORMAT DES RAPPORTS DU PERSONNEL DES COMMISSIONS DE DISTRICT D AMENAGEMENT FORMAT OF DISTRICT PLANNING COMMISSION STAFF REPORTS

LE FORMAT DES RAPPORTS DU PERSONNEL DES COMMISSIONS DE DISTRICT D AMENAGEMENT FORMAT OF DISTRICT PLANNING COMMISSION STAFF REPORTS FORMAT OF DISTRICT PLANNING COMMISSION STAFF REPORTS LE FORMAT DES RAPPORTS DU PERSONNEL DES COMMISSIONS DE DISTRICT D AMENAGEMENT A Guideline on the Format of District Planning Commission Staff Reports

Plus en détail

Panorama des bonnes pratiques de reporting «corruption»

Panorama des bonnes pratiques de reporting «corruption» Panorama des bonnes pratiques de reporting «corruption» L inventaire ci-après, présente des bonnes pratiques des entreprises du CAC40 ainsi que des bonnes pratiques étrangères et, est organisé dans l ordre

Plus en détail

EXPERTISE & SOLUTIONS POUR OPERATEURS & PROPRIETAIRES D AVIONS PRIVES EXPERTISE & SOLUTIONS FOR PRIVATE AIRCRAFT OPERATORS & OWNERS

EXPERTISE & SOLUTIONS POUR OPERATEURS & PROPRIETAIRES D AVIONS PRIVES EXPERTISE & SOLUTIONS FOR PRIVATE AIRCRAFT OPERATORS & OWNERS EXPERTISE & SOLUTIONS POUR OPERATEURS & PROPRIETAIRES D AVIONS PRIVES EXPERTISE & SOLUTIONS FOR PRIVATE AIRCRAFT OPERATORS & OWNERS JET SERVICES GROUP vous propose la solution MANAJETS destinée aux opérateurs

Plus en détail

Toute une palette de compétences et de personnalités pour vous accompagner. A large palette of competencies and personalities to accompany you.

Toute une palette de compétences et de personnalités pour vous accompagner. A large palette of competencies and personalities to accompany you. Toute une palette de compétences et de personnalités pour vous accompagner. A large palette of competencies and personalities to accompany you. Expertise comptable / Certified accountancy Social / Social

Plus en détail

Statement of the European Council of Medical Orders on telemedicine

Statement of the European Council of Medical Orders on telemedicine Statement of the European Council of Medical Orders on telemedicine The CEOM statement on telemedicine was formally adopted by its participating organisations during the CEOM plenary meeting held in Bari

Plus en détail

Données Personnelles : Les impacts du futur Règlement Européen

Données Personnelles : Les impacts du futur Règlement Européen GENERAL ELECTRIC Données Personnelles : Les impacts du futur Règlement Européen Accountability & Data Protection Christian Pardieu, Executive Counsel, Privacy & Regulatory Affairs Document confidentiel

Plus en détail

Etienne Galerneau. etienne_galerneau@fr.ibm.com. Manager of Integration Acquisition Software Group IMT France & NWA

Etienne Galerneau. etienne_galerneau@fr.ibm.com. Manager of Integration Acquisition Software Group IMT France & NWA Etienne Galerneau etienne_galerneau@fr.ibm.com Manager of Integration Acquisition Software Group IMT France & NWA 13 Les acquisitions au cœur de la stratégie d IBM Software Group Annual meeting of stockholders

Plus en détail

Our connections make a world of difference

Our connections make a world of difference Our connections make a world of difference Your Partners for Success Your partners for success About us Qui sommes nous Fondé en 2001 par Tarik Bouziane, RSM Acconcil offre à ses clients nationaux et

Plus en détail

Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien. 10 Septembre 2012

Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien. 10 Septembre 2012 Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien 10 Septembre 2012 Les défis de la chaine de la logistique du transport maritime Danielle T.Y WONG Director Logistics Performance

Plus en détail

Public and European Business Law - Droit public et européen des affaires. Master I Law Level

Public and European Business Law - Droit public et européen des affaires. Master I Law Level Public and European Business Law - Droit public et européen des affaires Stéphane de La Rosa Master I Law Level Delivered Lectures Jean Monnet Chair «Droit de l Union Européenne et Mutations de l intégration

Plus en détail

Règlement sur les baux visés à la Loi no 1 de 1977 portant affectation de crédits. Appropriation Act No. 1, 1977, Leasing Regulations CODIFICATION

Règlement sur les baux visés à la Loi no 1 de 1977 portant affectation de crédits. Appropriation Act No. 1, 1977, Leasing Regulations CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Appropriation Act No. 1, 1977, Leasing Regulations Règlement sur les baux visés à la Loi no 1 de 1977 portant affectation de crédits C.R.C., c. 320 C.R.C., ch. 320 Current

Plus en détail

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES PPB-2006-8-1-CPA ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES Introduction 0. Base légale 1. Le contrôle interne 1.1. Définition et éléments constitutifs 1.2. Mesures

Plus en détail

Génie Logiciel et Gestion de Projets

Génie Logiciel et Gestion de Projets Génie Logiciel et Gestion de Projets INFO-F-407 Ragnhild Van Der Straeten 2008-2009 ULB 1 Génie Logiciel et Gestion de Projets Organisation 2 Ragnhild Van Der Straeten VUB, 4K209 Campus Etterbeek rvdstrae@vub.ac.be

Plus en détail

3 rd ORGANIC PROCESSING CONFERENCE

3 rd ORGANIC PROCESSING CONFERENCE 3 rd ORGANIC PROCESSING CONFERENCE FUTURE CHALLENGES: Sustainability, Quality, Integrity & New Regulation Yvonne Henkel AöL Rapporteur for Sustainability 17 18 November, Paris New environmental management

Plus en détail

Colloque 2005. Du contrôle permanent à la maîtrise globale des SI. Jean-Louis Bleicher Banque Fédérale des Banques Populaires

Colloque 2005. Du contrôle permanent à la maîtrise globale des SI. Jean-Louis Bleicher Banque Fédérale des Banques Populaires Colloque 2005 de la Sécurité des Systèmes d Information Du contrôle permanent à la maîtrise globale des SI Jean-Louis Bleicher Banque Fédérale des Banques Populaires Mercredi 7 décembre 2005 Du contrôle

Plus en détail

Module Title: French 4

Module Title: French 4 CORK INSTITUTE OF TECHNOLOGY INSTITIÚID TEICNEOLAÍOCHTA CHORCAÍ Semester 2 Examinations 2010 Module Title: French 4 Module Code: LANG 6020 School: Business Programme Title: Bachelor of Business Stage 2

Plus en détail

Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise

Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise Business Continuity Convention Tunis 27 Novembre 2012 Sommaire Sections 1 Ernst & Young : Qui sommes-nous? 2 Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise

Plus en détail

Département des Risques

Département des Risques DOCUMENTATION RELATIVE AU PILIER 3 DE LA REGLEMENTATION BALE II SOMMAIRE 1- Présentation 2- Politique de gestion des risques 3- Fonds propres 4- Adéquation des fonds propres 5- Risques de contrepartie

Plus en détail

C H A P T E R 4 C H A P I T R E 4. (Assented to June 16, 2011) (Date de sanction : 16 juin 2011)

C H A P T E R 4 C H A P I T R E 4. (Assented to June 16, 2011) (Date de sanction : 16 juin 2011) C H A P T E R 4 C H A P I T R E 4 THE PRESCRIPTION DRUGS COST ASSISTANCE AMENDMENT ACT (PRESCRIPTION DRUG MONITORING AND MISCELLANEOUS AMENDMENTS) LOI MODIFIANT LA LOI SUR L'AIDE À L'ACHAT DE MÉDICAMENTS

Plus en détail

Memorandum of Understanding

Memorandum of Understanding Memorandum of Understanding File code of the Memorandum of Understanding (optional) texte 1. Objectives of the Memorandum of Understanding The Memorandum of Understanding 1 (MoU) forms the framework for

Plus en détail

Marc Haan. Belgian/Belge

Marc Haan. Belgian/Belge Marc Haan Belgian/Belge 41 years old/41 ans Partner/Associé Marc Haan has been promoted partner in the Advisory department of KPMG Luxembourg. He has gained extensive experience in the Investment Management

Plus en détail

Gestion du risque cyber: un risque assurable?

Gestion du risque cyber: un risque assurable? Gestion du cyber: un assurable? Conférence Afinege Sommaire 1. Pour qu il y ait assurance il faut qu il y ait 2. Le cyber ou source de 3. Pour pouvoir payer il faut avoir un montant 4. Et demain? Page

Plus en détail

Etude sur l efficacité marketing des entreprises luxembourgeoises Bilan en demi-teinte

Etude sur l efficacité marketing des entreprises luxembourgeoises Bilan en demi-teinte Etude sur l efficacité marketing des entreprises luxembourgeoises Bilan en demi-teinte Sommaire Méthodologie et approche 3 Le département marketing au Luxembourg: une fonction clef dans le support de la

Plus en détail

ANGULAR JS AVEC GDE GOOGLE

ANGULAR JS AVEC GDE GOOGLE ANGULAR JS AVEC GDE GOOGLE JUIN 2015 BRINGING THE HUMAN TOUCH TO TECHNOLOGY 2015 SERIAL QUI SUIS-JE? ESTELLE USER EXPERIENCE DESIGNER BUSINESS ANALYST BRINGING THE HUMAN TOUCH TO TECHNOLOGY SERIAL.CH 2

Plus en détail

PREVENTION OF MONEY LAUNDERING QUESTIONNAIRE / FINANCIAL INSTITUTIONS

PREVENTION OF MONEY LAUNDERING QUESTIONNAIRE / FINANCIAL INSTITUTIONS In order to comply with outstanding regulation on Attijariwafa bank Europe Policies and Procedures on Money Laundering Prevention, please complete the following questionnaire./ Afin de se conformer à la

Plus en détail

Circulaire NBB_2012_16 - Annexe 1

Circulaire NBB_2012_16 - Annexe 1 Politique prudentielle et stabilité financière boulevard de Berlaimont 14 BE-1000 Bruxelles Tél. +32 2 221 35 88 Fax + 32 2 221 31 04 numéro d entreprise: 0203.201.340 RPM Bruxelles www.bnb.be Circulaire

Plus en détail

AXES MANAGEMENT CONSULTING. Le partage des valeurs, la recherche de la performance. Sharing values, improving performance

AXES MANAGEMENT CONSULTING. Le partage des valeurs, la recherche de la performance. Sharing values, improving performance AXES MANAGEMENT CONSULTING Le partage des valeurs, la recherche de la performance Sharing values, improving performance Abeille (apis) : les abeilles facilitent la pollinisation en passant d une fleur

Plus en détail

Our connections make a world of difference

Our connections make a world of difference Acconcil Connected for Success Our connections make a world of difference Your Partners for Success Your partners for success About us Qui sommes nous Fondé en 2001 par Tarik Bouziane, Acconcil offre à

Plus en détail

Provide supervision and mentorship, on an ongoing basis, to staff and student interns.

Provide supervision and mentorship, on an ongoing basis, to staff and student interns. Manager, McGill Office of Sustainability, MR7256 Position Summary: McGill University seeks a Sustainability Manager to lead the McGill Office of Sustainability (MOOS). The Sustainability Manager will play

Plus en détail

GEIDE MSS /IGSS. The electronic document management system shared by the Luxembourg

GEIDE MSS /IGSS. The electronic document management system shared by the Luxembourg GEIDE MSS /IGSS The electronic document management system shared by the Luxembourg Social Security Ministry and IGSS Introduction: The administrative context IGSS missions Legal and international affairs

Plus en détail

Bill 70 Projet de loi 70

Bill 70 Projet de loi 70 1ST SESSION, 41ST LEGISLATURE, ONTARIO 64 ELIZABETH II, 2015 1 re SESSION, 41 e LÉGISLATURE, ONTARIO 64 ELIZABETH II, 2015 Bill 70 Projet de loi 70 An Act respecting protection for registered retirement

Plus en détail

APPENDIX 2. Provisions to be included in the contract between the Provider and the. Holder

APPENDIX 2. Provisions to be included in the contract between the Provider and the. Holder Page 1 APPENDIX 2 Provisions to be included in the contract between the Provider and the Obligations and rights of the Applicant / Holder Holder 1. The Applicant or Licensee acknowledges that it has read

Plus en détail

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations Initiative d excellence de l université de Bordeaux Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014 Recommandations 2/1 RECOMMANDATIONS DU COMITE STRATEGIQUE Une feuille de route pour le conseil de gestion

Plus en détail

A I D E F I N A N C I È R E P O U R É T U D E S S U P É R I E U R E S

A I D E F I N A N C I È R E P O U R É T U D E S S U P É R I E U R E S 08/05/2015 www.bdo.lu A I D E F I N A N C I È R E P O U R É T U D E S S U P É R I E U R E S La loi du 24 juillet 2014 concernant l aide financière de l Etat pour études supérieures est entrée en vigueur

Plus en détail

REVISION DE LA DIRECTIVE ABUS DE MARCHE

REVISION DE LA DIRECTIVE ABUS DE MARCHE REVISION DE LA DIRECTIVE ABUS DE MARCHE Principaux changements attendus 1 Le contexte La directive Abus de marché a huit ans (2003) Régimes de sanctions disparates dans l Union Harmonisation nécessaire

Plus en détail

Application Form/ Formulaire de demande

Application Form/ Formulaire de demande Application Form/ Formulaire de demande Ecosystem Approaches to Health: Summer Workshop and Field school Approches écosystémiques de la santé: Atelier intensif et stage d été Please submit your application

Plus en détail

BIOMETRICS FOR HIGH-VALUE SERVICES

BIOMETRICS FOR HIGH-VALUE SERVICES BIOMETRICS FOR HIGH-VALUE SERVICES L utilisation de la biométrie constitue désormais une tendance de fond sur le marché grand public. Elle redéfinit l expérience utilisateur de l authentification en conciliant

Plus en détail

If the corporation is or intends to become a registered charity as defined in the Income Tax Act, a copy of these documents must be sent to:

If the corporation is or intends to become a registered charity as defined in the Income Tax Act, a copy of these documents must be sent to: 2014-02-05 Corporations Canada 9th floor, Jean Edmonds Towers South 365 Laurier Avenue West Ottawa, Ontario K1A 0C8 Corporations Canada 9e étage, Tour Jean-Edmonds sud 365, avenue Laurier ouest Ottawa

Plus en détail

UMANIS. Actions UMANIS(code ISIN FR0010949388 /mnémo UMS)

UMANIS. Actions UMANIS(code ISIN FR0010949388 /mnémo UMS) CORPORATE EVENT NOTICE: Offre publique de rachat PLACE: Paris AVIS N : PAR_20131212_09018_EUR DATE: 12/12/2013 MARCHE: EURONEXT PARIS Le 12/12/2013, l'autorité des marchés financiers (l'"amf") a fait connaître

Plus en détail

Control your dog with your Smartphone. USER MANUAL www.pet-remote.com

Control your dog with your Smartphone. USER MANUAL www.pet-remote.com Control your dog with your Smartphone USER MANUAL www.pet-remote.com Pet-Remote Pet Training Pet-Remote offers a new and easy way to communicate with your dog! With the push of a single button on your

Plus en détail

CLAUSES TYPES en génie-conseil

CLAUSES TYPES en génie-conseil CLAUSES TYPES en génie-conseil 1. LIMITATION DE RESPONSABILITE... 2 2. PROPRIÉTÉ ET UTILISATION DES DOCUMENTS, BREVETS ET MARQUES DE COMMERCE... 3 2.1 OWNERSHIP AND USE OF DOCUMENTS, PATENTS AND TRADEMARKS...

Plus en détail

1. City of Geneva in context : key facts. 2. Why did the City of Geneva sign the Aalborg Commitments?

1. City of Geneva in context : key facts. 2. Why did the City of Geneva sign the Aalborg Commitments? THE AALBORG COMMITMENTS IN GENEVA: AN ASSESSMENT AT HALF-TIME 1. City of Geneva in context : key facts 2. Why did the City of Geneva sign the Aalborg Commitments? 3. The Aalborg Commitments: are they useful

Plus en détail

BILL 203 PROJET DE LOI 203

BILL 203 PROJET DE LOI 203 Bill 203 Private Member's Bill Projet de loi 203 Projet de loi d'un député 4 th Session, 40 th Legislature, Manitoba, 63 Elizabeth II, 2014 4 e session, 40 e législature, Manitoba, 63 Elizabeth II, 2014

Plus en détail

AccessLearn Community Group: Introductory Survey. Groupe communautaire AccessLearn : étude introductive. Introduction.

AccessLearn Community Group: Introductory Survey. Groupe communautaire AccessLearn : étude introductive. Introduction. AccessLearn Community Group: Introductory Survey Introduction The W3C Accessible Online Learning Community Group (aka AccessLearn) is a place to discuss issues relating to accessibility and online learning,

Plus en détail

L'Offre sera ouverte pendant 18 jours de bourse, à un prix par action de 152,30 EUR. BPCE International et Outre-Mer

L'Offre sera ouverte pendant 18 jours de bourse, à un prix par action de 152,30 EUR. BPCE International et Outre-Mer CORPORATE EVENT NOTICE: Offre publique d'achat simplifiée REUNION(BANQUE DE LA) PLACE: Paris AVIS N : PAR_20150402_02663_EUR DATE: 02/04/2015 MARCHE: EURONEXT PARIS Le 02/04/2015, l'autorité des marchés

Plus en détail