Consolider nos acquis Stratégie à moyen terme. Institut de l UNESCO pour l apprentissage tout au long de la vie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Consolider nos acquis Stratégie à moyen terme. Institut de l UNESCO pour l apprentissage tout au long de la vie"

Transcription

1 Consolider nos acquis Stratégie à moyen terme Institut de l UNESCO pour l apprentissage tout au long de la vie

2 Institut de l UNESCO pour l apprentissage tout au long de la vie, 2009 Feldbrunnenstrasse Hamburg Allemagne Composé et mis en page par : Boldface, London Imprimé par : Albert Schnell GmbH, Hambourg UIL/2009/PI/H/8

3 Sommaire Avant-Propos 5 Le contexte mondial et ses défis 7 Plaider en faveur de l apprentissage tout au long de la vie 8 L apprentissage tout au long de la vie et l UNESCO 10 L UNESCO et l UIL 12 Les objectifs stratégiques de l UIL 14 Faire progresser l apprentissage tout au long de la vie 15 Promouvoir l alphabétisation en tant que fondement de l apprentissage tout au long de la vie 19 Reconnaître l éducation des adultes et l intégrer aux stratégies sectorielles 23 Renforcer les capacités des gouvernements et de la société civile en Afrique 26 Appui institutionnel aux objectifs poursuivis par l UIL 30 3

4 Avant-Propos C est un grand plaisir pour moi de présenter la Stratégie à moyen terme de l Institut de l UNESCO pour l apprentissage tout au long de la vie (UIL) pour la période Notre changement de statut en Institut de l UNESCO à part entière, il y a deux ans, qui s est accom pagné d un nouveau nom (nous nous appelions auparavant Institut de l UNESCO pour l Éducation), nous a offert beaucoup plus de possibilités à explorer. Il a fallu concevoir de nouvelles idées, adopter de nouveaux concepts et lignes de conduite, mettre au point de nouvelles méthodes de travail et instaurer de nouveaux partenariats, au sein comme à l extérieur de l UNESCO. Cela a été une période d activité débordante. Depuis sa création en 1952 en tant que fonda tion allemande, l Institut a traversé différ entes étapes, comme toute autre organisation, en faisant face aux changements rapides survenus autour de nous durant cette période. Nous avons constamment redéfini nos rôles, devenant ainsi une organisation plus forte et plus mûre. Notre première Stratégie à moyen terme pour Enrichir le Trésor étant terminée, nous tournons une nouvelle page en consolidant nos acquis et en réévaluant notre avantage compara tif. Nous présentons ci-après nos objectifs stratég iques fondés sur notre analyse des défis posés par un monde globalisé et sur le mandat de l Institut au sein de la famille de l UNESCO. Ces objectifs ont été définis à partir des besoins et requêtes exprimés par les diverses parties prenantes sur le terrain. Comme dans la Stratégie à moyen terme précédente, les partenariats noués avec les États membres, les agences intergouvernementales, la société civile et le secteur privé seront d une importance capitale pour atteindre nos objectifs. Traduire cette stratégie dans le réel exigera des ressources, et nous comptons sur nos partenaires indéfectibles, les gouvernements de l Allemagne, du Danemark, de la Finlande, du Nigeria, de la Norvège, de la Suède et de la Suisse, pour qu ils maintiennent leur soutien, tout en recherchant de nouveaux donateurs afin de développer davantage nos activités. Cette Stratégie, qui s inspire du document C/4 de l UNESCO, a fait l objet d une large con sultation. Elle a bénéficié de la direction con sciente du président du Conseil d administration de l UIL, M. Anders Falk, de la sagesse collective des membres du Conseil d administration, et du travail sans relâche de mes collègues de l Institut. Le Sous- Directeur général de l UNESCO pour l éducation, M. Nicholas Burnett, a également été une importante source de conseils durant l élaboration de ce document. Enfin, sans le soutien sans faille du Directeur général, M. Koïchiro Matsuura, nous ne serions pas parvenus à élaborer cette seconde Stratégie à moyen terme de l Institut. Adama Ouane Directeur 5

5 Le contexte mondial et ses défis Notre monde se caractérise par une abon - dance sans précédent, grâce en partie aux progrès de la science et de la technologie. Notre ère est une ère de globalisation et d internat iona - l isation, de coopération mais aussi de compétition féroce. Nous pouvons bénéficier des opportunités sociales, économ iques et tech nologiques positives qu offre notre époque, telles que la possibilité d apprendre de la rich esse et de la diversité des ressources cul turelles qui traversent les frontières géographiques. Cependant, tandis que certains doivent leur pros - périté à ces opportunités, pour nombre d autres, les promesses de la mondialisation sont restées vaines. En dépit de la richesse des ressources économiques et culturelles dispon ibles, le monde est confronté à des défis majeurs non résolus, parmi lesquels la pauvreté demeure le plus important. La moitié de la population mondiale, soit trois milliards de personnes, vit avec moins de 2 dollars US par jour. Bien qu on parle d une société mondiale du savoir, 774 millions de personnes, dont la majorité sont des femmes, sont analphabètes. Leur manque de compétences de base les empêche de prendre part pleinement à une vaste gamme de pro cessus sociaux. Les disparités en matière de santé de la population mondiale restent une préoccu pation majeure : la malaria cause la mort de plus d un million de personnes chaque année, et plus de deux millions meurent du sida. Pauvreté, inégalité et insuffisance de ressources constituent les défis clés. Une grande majorité des adultes vivant dans les pays les plus pauvres, toutefois, ne possèdent même pas les compé tences et capacités leur permettant de fonction ner efficacement dans la société, et encore moins de contribuer à relever ces défis. L évolution démographique représente un sérieux défi. L augmentation significative de l espér ance de vie a abouti à un nombre croissant de citoyens âgés dont une bonne proportion n a pas ou peu accès aux systèmes de sécurité sociale ou de retraite. Les grands mouvements de populations au sein des pays et entre ces derniers causés par l urbanisation, la mondialisation et les conflits méritent d urgence l attention des politiques. En outre, une population mondiale de plus de 6 milliards d habitants et une production économique globale de 60 billions de dollars US exercent une pression considérable sur l écosystème de la planète. Le changement climatique, la pénurie croissante de produits alimentaires et d eau, la diminution des zones de pêche, la dégradation de l environnement et la perte de biodiversité menacent tous notre survie et celle des générations futures. Par ailleurs, nous faisons face à une épreuve formidable : celle de notre capacité à coexister pacifiquement. Nous avons le devoir de léguer un monde meilleur à nos enfants en faisant en sorte de garantir l équité et de promouvoir l inclusion pour tous nos citoyens. Il est certain qu en tant qu individus, commu - nautés, sociétés et race, nous devons acquérir et développer la capacité d affronter les défis existants et d anticiper ceux à venir. Ainsi nous sommes en train de devenir rapidement des sociétés du savoir, dotées d une base de con nais - sances en croissance exponentielle. La prop riété et le stockage de l information, la gestion et l utilisation critique de ces connaissances déter - minent de plus en plus ceux qui ont accès aux ressources et au pouvoir. En effet, comme le dit le proverbe, savoir, c est pouvoir. Il nous faut donc davantage d éducation continue pour développer et renforcer les capacités de dévelop pement des personnes et des sociétés et pour nous assurer que les fruits du savoir sont équit ablement répartis. 7

6 Plaider en faveur de l apprentissage tout au long de la vie Les individus et les gouvernements finissent par se rendre compte que l apprentissage est nécessaire pour relever les défis de notre monde en rapide évolution, pour combler le fossé entre ceux qui savent s adapter au courant dominant et ceux qui sont laissés pour compte, et pour permettre à chacun de réaliser toutes ses poten - tialités. Le pouvoir transformateur de l appren - tissage doit être mobilisé au profit des individus, communautés et sociétés. L apprentissage ne peut pas être considéré plus longtemps comme quelque chose qui est confiné à l enfance, à l école ou à ce que l on appelait auparavant le secteur de «l éducation». L appren - t issage couvre toute la durée et toute l amplitude de la vie : il a lieu à la maison, en famille, au travail et dans le cadre de la vie sociale et civique. C est grâce à l apprentissage que les gens peuvent devenir des agents conscients et responsables du changement agir en tant que véritables apprenants tout au long de la vie. Souvent l apprentissage tout au long de la vie est perçu comme un moyen d atteindre des objectifs économiques. Plus rarement il est considéré comme la responsabilité d un gouvernement envers ses citoyens ou comme un moyen d auto - nomiser ces derniers. Fondé sur le Rapport Faure Apprendre à être (1972) de l UNESCO, le rapport Delors (1996) exposait la notion des quatre piliers de l appren - tissage : apprendre à faire, apprendre à appren dre, apprendre à être et apprendre à vivre ensemble. Depuis lors, il a été proposé de rajouter d autres piliers tels que apprendre à changer et à se transformer, apprendre à faire des efforts et à prendre des risques, et apprendre à devenir. Tout ceci reflète la nature évolutive du concept d apprentissage tout au long de la vie et la nécessité non seulement de faire face aux problèmes et aux défis actuels mais aussi d anticiper ceux qui se font jour. Comprendre dans ce sens le concept d appren - tissage tout au long de la vie octroierait d im - menses bienfaits aux individus, aux sociétés et au monde dans son ensemble. Bienfaits au niveau individuel Toute personne est un apprenant dont les besoins d apprentissage varient avec les différents rôles qu il joue en tant que salarié, travailleur indépendant, chômeur, manager, parent, citoyen, travailleur bénévole, migrant, voisin, croyant ou consommateur. Plus les oppor tunités d apprentis - sage sont vastes et diversifiées, plus il est probable que le voyage de l apprentissage sera satisfaisant, plus les options et les possibilités offertes à l individu toute la vie durant sont larges, plus les possibilités d autono misation des personnes privées d autonomie seront étendues et meilleures seront la capacité et l aptitude des citoyens à faire face aux changements auxquels ils seront inévi - tablement confrontés dans le cours de leur vie. Bienfaits au niveau de la société L apprentissage continu produit un effet positif démontrable sur la productivité économique, la prospérité et le niveau de vie. Il permet égale ment aux individus de prendre plus largement part à leur société, de s interroger sur le pour quoi des choses, et de faire des choix personnels éclairés. Bienfaits au niveau mondial L exercice du droit d apprendre permet une plus grande entente entre les peuples et le respect de la diversité. Ses bienfaits en termes d amélior ation de la santé et de réduction de la pauvreté sont incommensurables. La garde des ressources naturelles du monde, et une distribution plus égale de ses richesses sont gérées plus durable ment par des citoyens conscients de leur envir on - nement, critiques et actifs. 8

7 Consolider nos acquis Il est clair que nous sommes très loin d un tel monde, les politiques et stratégies d éducation présentant des lacunes aux niveaux local, national et mondial. Il reste encore beaucoup à faire en termes d équité et d inclusion. L appren tissage tout au long de la vie, tel que nous le concevons, n est pas une chimère ni un idéal lointain à réaliser à un moment indéterminé de l avenir et devant céder le pas à de plus grandes priorités. Bien au contraire, il est urgent de faire de l apprentissage tout au long de la vie une partie intégrante de l ensemble du système éducatif, en fait de l ensemble du tissu social et économique. Le droit fondamental humain qu est le droit d apprendre toute la vie durant n est pas large - ment reconnu. Son observation doit constam - ment être réaffirmée et défendue. Son inscrip tion dans la constitution par les gouverne ments serait une déclaration d inten tion sans équivoque. Eu égard à la pensée compartimentée et sectorielle qui prédomine, il paraît urgent d adopter des approches holistiques et inter - sectorielles de l éducation et de l apprentissage. Il faut prêter attention à la synergie entre tous les niveaux de l éducation et de l apprentissage, y compris les soins et l éducation de la petite enfance, l éducation des jeunes et des adultes aux compétences nécessaires dans la vie cour ante et l alphabétisation des adultes. Cet ensemble sera cimenté par un système complet de recon - naissance, de validation et d homolo gation de toutes les formes d apprentissage suivies, indépendamment de leur mode (formel, non formel et informel) ou de leur lieu d acquis ition (face-à-face, apprentissage autodirigé ou à distance). Des efforts concertés doivent être déployés pour combattre la faible conscience des béné fices de l éducation des adultes et le manque de motivation qui en résulte, en faisant appel à des campagnes de plaidoyer, telles que les Semaines des apprenants adultes et les festivals de l apprentissage, et en apportant un appui au mouvement croissant des communautés, villes et régions d apprentissage. Des approches inclusives de l apprentissage tout au long de la vie s avèrent indispensables, incluant non seulement des approches orientées vers le marché de l emploi et l enseignement à visée professionnelle mais aussi des démarches qui encouragent la citoyenneté critique et la cohésion sociale, promouvant en définitive l ensemble du potentiel humain. Il est nécessaire d instaurer et de développer des partenariats efficaces entre les parties prenantes pertinentes, telles que les gouverne - ments, les organisations de la société civile et les institutions éducatives, ainsi que le secteur des entreprises et les média. Il conviendrait de faire un usage inventif des nouveaux médias et de leur énorme potentiel de création d espaces d apprentissage (tels que les sites Internet interactifs, les forums de discussion, les listes de diffusion, les cours basés sur la Toile et les bibliothèques électroniques), et de prendre des mesures afin de réduire le fossé numérique dans le domaine de l apprentissage. 9

8 L apprentissage tout au long de la vie et l UNESCO La Stratégie à moyen terme de l UNESCO pour (34C/4) aborde plusieurs défis relatifs au processus complexe de la mondialisation. Ces derniers comprennent la paix, les droits de l homme, l égalité entre les sexes, la prévention ou l atténuation du VIH et du sida, le développement durable, les défis so - ciaux et éthiques émergents, la diversité biolo - gique et culturelle, les réponses aux situations de post-conflit, l utilisation des TIC, la promotion du multiculturalisme et l édifi cation de sociétés du savoir et de sociétés apprenantes inclusives. L apprentissage tout au long de la vie peut être considéré comme le principe directeur de cette Stratégie à moyen terme dans tous les secteurs. La Stratégie à moyen terme de l UNESCO définit l orientation stratégique de l Organ isation conformément à l énoncé de sa mission, à ses priorités et cinq objectifs primordiaux. En tant qu initiative mondiale, la Stratégie à moyen terme de l UNESCO contribue à la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), un accent particulier étant mis sur la lutte contre la pauvreté. En outre, l UNESCO est le chef de file de l Édu cation pour tous (EPT) et la principale agence des Nations Unies de la Décennie des Nations Unies pour l alphabétisation (DNUA) et de la Décennie pour l éducation en vue du dévelop pement durable (DEDD). Le principe de l apprentissage tout au long de la vie soutient fermement la réalisation de tous les objectifs de l EPT. Il convient de promouvoir l apprentissage tout au long de la vie comme une approche permettant aux individus et aux communautés de relever tous les types de défis émergents. Il faut appliquer de manière responsable les innovations scientifiques et technologiques, vivre en harmonie Énoncé de mission En tant qu institution spécialisée des Nations Unies, l UNESCO contribue à l édification de la paix, à l éradication de la pauvreté, au développement durable et au dialogue interculturel par l éducation, les sciences, la culture, la communication et l information Priorité à l Afrique Priorité à l égalité entre les sexes Assurer une éducation de qualité pour tous et l apprentissage tout au long de la vie Mobiliser la science, le savoir et la politique au service du développement durable Faire face aux nouveaux défis sociaux et éthiques Promouvoir la diversité culturelle, le dialogue interculturel et une culture de la paix Édifier des sociétés du savoir inclusives grâce à l information et à la communication 10

9 Consolider nos acquis dans un monde de plus en plus façonné par la mobilité et la diversité, agir comme agents du changement en traitant l information d un regard critique et en communiquant avec les autres, et continuer d acquérir les compétences nécessaires pour gérer les nouvelles situations. L importance de l apprentissage tout au long de la vie a été reconnue par toutes les grandes agences et institutions, tant nationales qu inter nationales, concernées par l éducation, telles que l OCDE, le Conseil de l Europe et la Banque mondiale. Les préoccupations éthiques majeures de l UNESCO pour la justice sociale, les droits de l homme, l égalité des chances pour tous la conduisent naturellement à mettre un accent sur les besoins des groupes les plus défavorisés, exclus et vulnérables des sociétés et des régions de par le monde. Améliorer leur participation à l apprentis - sage est une dimension clé de la promotion de l inclusion. Oeuvrant pour un monde qui respecte la différence et dans lequel les ressources et les biens sont équitablement distribués, la Stratégie à moyen terme de l UNESCO pour la période accorde la priorité aux régions pauvres et vulnérables du monde, telles que l Afrique, aux pays les moins avancés et aux petits États insulaires en développement (PEID). Les trois cinquièmes des personnes les plus pauvres dans le monde étant des femmes et des filles, la promotion de l autonomisation des femmes et l intégration des questions relatives à l égalité entre les sexes constituent une autre priorité. L agenda du Secteur de l éducation concentre ses activités sur la réalisation d une éducation de qualité pour tous dans une perspective d appren - tissage tout au long de la vie. Ce principe s applique à tous les niveaux d édu cation et va audelà. Il embrasse toutes les formes d apprentissage qui ont lieu dans différentes structures, dans différents lieux et différentes circonstances. Ce n est qu en appliquant l ensemble des modalités éducatives à l apprentissage tout au long de la vie que le Secteur de l éducation de l UNESCO pourra faire face aux défis de l environnement d aujourd hui en mutation rapide. L apprentissage tout au long de la vie est au coeur de l agenda de l UNESCO parce qu à son sens, c est seulement en formant et en autonomisant les individus à devenir des citoyens actifs et démocratiques qu il est possible de réaliser un monde de respect mutuel, de paix, de dignité et de sécurité pour les familles et les nations. 11

10 L UNESCO et l UIL L Institut de l UNESCO pour l apprentiss age tout au long de la vie de Hambourg (UIL) oeuvre depuis plus de trois décennies dans le domaine de l apprentissage tout au long de la vie. Les défis de ce champ d activité, qui va de l éducation de la petite enfance à l enseigne ment supérieur et englobe l éducation formelle et non formelle ainsi que l apprentiss age infor mel, sont au centre de l agenda de l Institut. La mission de l UIL embrasse de nouvelles perspectives tout en s appuyant sur sa propre expérience et sa conception de l apprentissage tout au long de la vie, ainsi que sur ses propres activités d éducation des adultes et d alphabétisa tion. À ceci s ajoute à présent une nouvelle prise de conscience des implications, au niveau mondial, de l apprentissage qui se fait tout au long de la vie. L UIL n a ni l ambition ni le désir de traiter tout le champ de l apprentissage tout au long de la vie, d autres secteurs de l UNESCO couvrant divers aspects de ce domaine. Toutefois, l UIL considère qu une partie de sa mission spécifique consiste à promouvoir une nouvelle complé mentarité et une synergie entre les divers organismes de l UNESCO, tant au Siège qu au niveau des instituts et bureaux locaux, afin de relever le défi d offrir une éducation de qualité pour tous, toute la vie durant. Les États membres de l UNESCO ont reconnu l importance de l apprentissage tout au long de la vie ; c est pourquoi le rôle de l UIL est de veiller à l intégration de l apprentissage tout au long de la vie dans les politiques et programmes nationaux. En outre, l Institut œuvre à la création d environnements favorables à l appren tiss age tout au long de la vie, conformément au droit d accès de chaque citoyen à diverses formes d éducation et d apprentissage. L UIL contribue actuellement à la mission de l UNESCO à travers ses domaines de compé tence que sont l alphabétisation, l éducation non formelle, l éducation des adultes et l appren tissage tout au long de la vie. Ses activités sont axées vers la réalisation des objectifs de l Éduca tion pour tous (EPT) et de ceux du Millénaire pour le développement (OMD), ou encore de ceux de la Décennie des Nations Unies pour l alphabétisation (DNUA), de la Décennie de l éducation en vue du développe ment durable (DEDD), tout en assurant la coordination du processus de la Conférence internationale sur l éducation des adultes (CONFINTEA). L UIL répond aux domaines prioritaires de l UNESCO en consacrant des programmes importants à l Afrique et en s assurant que les principes de l égalité entre les sexes sont bien intégrés dans son plan de travail. Les buts majeurs de l UIL sont alignés sur les deux objectifs stratégiques de programme du Secteur de l Éducation de l UNESCO, à savoir renforcer le rôle de chef de file et de coordina tion à l échelle mondiale de l Éducation pour tous (EPT) joué par l UNESCO et soutenir le leadership national en faveur de l EPT ; dévelop per les politiques, les capacités et les instruments en vue d une éducation de qualité pour tous et de l apprentissage tout au long de la vie, ainsi que promouvoir l éducation au service d un développement durable. Conformément aux fonctions clés de l UNESCO, l UIL opère en tant que laboratoire d idées en identifiant les défis émergents et les tendances actuelles relatifs à l édification de sociétés apprenantes grâce à sa recherche guidée par les politiques et orientée vers l action. L UIL conduit et collecte des recherches afin de plaider en faveur de la réalisation de l alphabétisation et de l éducation de base pour tous comme fondement de l appren tissage tout au long de la vie et d assurer le suivi des progrès accomplis vers celle-ci. En tant que centre d échange d information sur l apprentissage tout au long de la vie, la fonction de 12

11 Consolider nos acquis l UIL consiste à réunir, documenter et diffuser l information, les connaissances, l exper tise, les approches innovantes et les pratiques efficaces par le biais de son centre de docu mentation, de ses activités de publication et de ses services d information en ligne. Il apporte un soutien technique au développement des capacités humaines et institutionnelles aux États membres qui en font la demande. À travers le mouvement de la Semaine des apprenants adultes, l UIL plaide vivement en faveur de l apprentissage tout au long de la vie en encourageant les échanges et les visites d étude afin d immerger les responsables politiques clés dans des contextes bien établis et de leur donner l occasion de prendre part à des festivals d apprentissage tout au long de la vie et autres événements qui ont lieu au sein des communautés, villes et régions d apprentissage. Enfin, l UIL agit comme catalyseur à l échelon mondial en promouvant les activités de réseautage, de partenariat et de jumelage, ainsi que la coopération Sud-Sud ou celle établie sur une base triangulaire Nord-Sud-Sud. L UIL est responsable de la coordination mon diale de l Initiative pour l alphabétisation : savoir pour pouvoir (LIFE), le mécanisme de soutien de l UNESCO qui a pour objet de promouvoir les capacités et les démarches nationales qui contribuent à améliorer les activités d alphabét isa - tion, à augmenter les opportunités d apprent iss age et à relever les taux d alphabétisme. En tant que cadre stratégique visant à intensifier les efforts d alphabétisation dans les pays affichant un taux d alphabétisme inférieur à 50% ou ayant une population comptant plus de 10 millions d adultes ne sachant ni lire ni écrire, LIFE contribue à la réalisation des objectifs de Dakar (en particulier des objectifs 3, 4 et 5) et des buts de la Décennie des Nations Unies pour l alphabétisation (DNUA). Concrètement cela signifie que l UIL aide les États membres à rehausser leur capacité en matière de formula tion de politiques, de prestations de pro grammes, de plaidoyer et d innovation. Un accent particulier est mis sur les populations vulnérables et les groupes ayant des besoins d apprentissage spéciaux. La mise en oeuvre et le suivi de la Sixième Conférence internationale sur l éducation des adultes (CONFINTEA VI), l un des mandats clés de l UIL, permettra également en con certation avec les parties prenantes majeures d intégrer les approches de formation et d éducation des adultes dans une perspective d apprentissage tout au long de la vie. 13

12 Les objectifs stratégiques de l UIL Le tableau ci-après expose d une manière générale les paramètres de ce que l UIL a l intention de réaliser au cours de la durée de sa Stratégie à moyen terme. Les objectifs straté giques spécifiques de l UIL consistent à faire progresser l apprentissage tout au long de la vie pour tous, à promouvoir l alphabétisation comme fondement de l apprentissage tout au long de la vie et à assurer la reconnaissance et l intégration des stratégies sectorielles de la formation des adultes. Un accent géographique est mis sur l Afrique. L UIL s attachera à atteindre ces objectifs stratégiques en s appuyant sur son expertise en matière de plaidoyer, de recherche, de renforcement des capacités et de réseautage, soutenu par ses unités transversales et ses services. L UIL bénéficie actuellement des efforts et des compétences des membres de son personnel dévoué, tous engagés dans plus d un domaine de spécialité. Pour l UIL, cette série ambitieuse d objectifs exigera nécessairement une expansion équivalente de ses ressources humaines et techniques. Des affectations provisoires et des services conseils apporteront un soulagement de courte durée, mais ils n augmenteront ni sa capacité organisationnelle ni sa base de compétences à long terme. Si l UIL doit réussir à atteindre les objectifs qu il s est fixés, un investissement majeur dans la form ation et l augmentation de son personnel sera requis. Domaines d action Domaines de spécialisation Faire progresser Promouvoir Intégrer la Renforcer les Soutien l apprentissage tout l alphabétisation formation et capacités en transversal au long de la vie l éducation des Afrique adultes Plaidoyer Politiques de Politiques Politiques de Promotion de Canaux appropriés de développement de d alphabétisation formation/d éducation l enseignement communication utilisés l éducation améliorées incorporées dans les des adultes bilingue et des pour atteindre les dans une optique plans nationaux incorporées dans les langues locales publics cibles d apprentissage tout de développement agendas de l éducation au long de la vie et d éducation et du développement Recherche Synergie accrue entre Recours à la Publication régulière Recherche en Publication et diffusion pratiques d éducation recherche pour du Rapport mondial collaboration avec des recherches afin non formelle et améliorer les sur l apprentissage ADEA (conférences d informer les parties d éducation formelle politiques, les et l éducation des biennales) prenantes sur la programmes et la adultes formulation des formation politiques d alphabétisation Développement Cadres et outils Formation des Conception de la Programmes Mise au point des des capacités conçus pour éducateurs, collecte et de la d études, capacités ressources promouvoir et conception des méthode d analyse des formateurs, d information en institutionnaliser matériels et des des données systèmes de suivi ligne l apprentissage tout outils d évaluation et d évaluation au long de la vie améliorés Réseautage Réseaux de Réseau actifs de Encourager les Contribution à la praticiens plus coopération forums mondiaux Deuxième Décennie informés Nord-Sud-Sud et régionaux de l Union africaine d apprenants adultes pour l éducation 14

13 Faire progresser l apprentissage tout au long de la vie pour tous La promotion de l apprentissage tout au long de la vie fait partie des activités de l UIL depuis Afin de réaliser l objectif con sistant à faire progresser l apprentissage tout au long de la vie pour tous entre 2008 et 2013, quatre domaines d action stratégiques ont été identifiés : Plaider pour la formulation et l intégration de l optique d apprentissage tout au long de la vie dans les politiques éducatives ; Effectuer des recherches sur les bonnes pra - tiques dans l apprentissage tout au long de la vie, en soulignant la synergie entre éducation formelle et éducation non-form elle ; Renforcer les capacités pour des politiques et pratiques efficaces d apprentissage tout au long de la vie ; Instaurer des partenariats et faciliter les activités de réseautage avec les organismes gouvernementaux, les instituts de recherche, les institutions scientifiques et la société civile. Des dialogues nationaux, régionaux et inter na - tionaux sur les politiques réunissant les parties prenantes clés seront organisés afin de mettre en lumière l impact des politiques d apprentissage tout au long de la vie et de présenter les inno - vations dans ce domaine en vue d une citoyenn eté active, du développement de la main-d œuvre et de l intégration sociale. À partir de ces échanges, l UIL élaborera des profils nation aux sur les structures et solutions de soutien à l apprentissage tout au long de la vie. L UIL organisera des forums appropriés afin d échanger les pratiques relatives à l intégration de l apprentissage tout au long de la vie dans les activités de la Décennie de l éducation en vue du développement durable. Des recherches seront menées sur les questions clés de l apprentissage tout au long de la vie afin de soutenir le travail de plaidoyer de l UIL. Les pratiques efficaces de synergie entre éducation formelle et éducation non formelle, ainsi que les expériences en matière de reconnaissance, validation et homologation seront collectées, analysées et disséminées. Les résultats seront communiqués au plus grand public possible. L UIL effectuera également des études sur l impact socioéconomique général de l appren tiss age tout au long de la vie, démontrant ainsi les changements que l offre d apprentissage tout au long de la vie a apportés dans la vie des individus, dans les communautés et les sociétés. L UIL fournira une assistance technique aux États membres pour la formulation de leurs politiques et stratégies d éducation non formelle et l incorporation des perspectives d appren tissage tout au long de la vie dans leurs réformes éducatives. Cette aide sera apportée aux États membres qui en feront la demande, en étroite collaboration avec les unités hors Siège et les bureaux régionaux de l UNESCO. Par ailleurs, l UIL apportera un appui aux États membres pour intégrer la validation et la reconnaissance de l apprentissage non formel et informel dans leurs systèmes nationaux de certification afin d encou - rager l éducation continue et l entrée sur le marché de l emploi. L accent mis sur l Afrique se poursuivra à travers les activités liées à l Observatoire international des modèles et bonnes pratiques. Reconnaissant la nécessité d atteindre le plus grand nombre possible de groupes engagés dans l apprentissage tout au long de la vie, ainsi que l importance d assurer la participation active de toutes les parties prenantes clés, l UIL renforcera les partenariats existants et en instaurera de nouveaux avec les centres d apprentissage tout au long de la vie, les experts et les responsables de politiques. 15

14 Consolider nos acquis Faire progresser l apprentissage tout au long de la vie Domaine d action Activités 1.1 Plaider pour la formulation et l incorporation de l optique Organiser des dialogues internationaux et régionaux sur les politiques en matière d apprentissage tout au long de la vie dans les politiques éducatives d apprentissage tout au long de la vie réunissant les États membres, les instituts de recherche et la société civile Apporter un soutien pour la formulation de politiques paritaires d apprentissage tout au long de la vie Analyser les plans de la Stratégie de soutien à l éducation nationale de l UNESCO (UNE pour s assurer qu ils correspondent bien à l optique d apprentissage tout au long de la (par ex. prévention du VIH, apprentissage professionnel, apprentissage intergénérationn 1.2 Recherches sur les bonnes pratiques en apprentissage tout au long de la Effectuer et publier des recherches sur les pratiques efficaces censées établir des pass vie soulignant la synergie entre éducation formelle et éducation non formelle entre éducation formelle et éducation non formelle dans des domaines déterminés Synthétiser les expériences sur la reconnaissance, la validation et l homologation de l apprentissage non formel et informel et de l apprentissage antérieur 1.3 Renforcement des capacités pour la mise en place de politiques et Disséminer les leçons relatives aux pratiques efficaces pour la reconnaissance, la valid pratiques d apprentissage tout au long de la vie et l homologation de l apprentissage tout au long de la vie Disséminer les leçons relatives à l apprentissage dans des contextes multilingues et multiculturels Organiser le renforcement des capacités et faciliter la conception de politiques et la rec dans le domaine de l apprentissage tout au long de la vie dans les pays en développem Instaurer des partenariats avec les instituts et les organismes oeuvrant à la mise en œu de la Décennie des Nations Unies pour l éducation au service du développement durab de s assurer que l optique de l apprentissage tout au long de la vie y est bien incorporé 1.4 Instaurer des partenariats et faciliter les activités de réseautage avec Organiser des forums et des communautés virtuelles pour l échange des résultats de la les organismes gouvernementaux, les instituts de recherche et la société recherche sur l apprentissage tout au long de la vie civile 16

15 Consolider nos acquis Programmes Série de dialogues internationaux et régionaux sur les politiques Résultats escomptés Politiques d éducation et de développement améliorées dans une optique d apprentissage tout au long de la vie Appui technique pour développer davantage le système d éducation non formelle en vue de l apprentissage tout au long de la vie dans le cadre de la réforme générale de l éducation dans les États membres SS) vie Incorporation d une optique d apprentissage tout au long de la vie dans les plans nationaux de la stratégie d appui de l UNESCO à l éducation nationale (UNESS) serelles Recherche internationale et régionale sur l interface entre éducation Synergies accrues entre pratiques éducatives formelles et non formelles formelle et éducation non formelle nel) Études nationales en Afrique Mise en place des modèles recensés par l Observatoire Échange d expériences sur une base Nord-Sud dation Séries de dossiers de plaidoyer Capacités renforcées, dissémination des programmes, cadres et outils de la reconnaissance, la validation et l homologation de l apprentissage formel et informel Élaboration d une base de données sur les institutions pertinentes et identification d outils appropriés cherche Documents de communication sur l apprentissage tout au long de la Capacités renforcées et un groupe représentatif d agents du changement est ent vie et ateliers sur le renforcement des capacités formé à la conception de politiques et à la recherche en apprentissage tout au long de la vie dans les pays en développement la Créer des partenariats avec les instituts de recherche sur Intégration des pratiques efficaces dans les politiques et programmes l apprentissage tout au long de la vie d apprentissage tout au long de la vie uvre Promouvoir le réseau mondial des parties prenantes de Réseau de praticiens mieux informé le afin l apprentissage tout au long de la vie ée 17

16 18

17 Promouvoir l alphabétisation comme fondement de l apprentissage tout au long de la vie En tant que chef de file de l UNESCO pour l alphabétisation, l UIL inscrira ses activités dans le cadre des six objectifs d EPT de Dakar ainsi que dans celui de la DNUA. Afin de pro - mouvoir l alphabétisation comme fondement de l apprentissage tout au long de la vie, cinq domaines d action stratégiques ont été définis : macro-coordination de l Initiative de l UNESCO pour l alphabétisation : savoir pour pouvoir (LIFE); plaidoyer en faveur de l alphabétisation recherche sur les politiques et pratiques d alphabétisation ; renforcement des capacités pour la réalisation de l objectif 4 de Dakar dans les États membres ; systèmes efficaces de suivi-appui et évaluation. L UIL continuera de coordonner la mise en oeuvre de LIFE, tout en cherchant à établir une synergie avec les deux autres initiatives de l UNESCO, à savoir EDUSIDA et TTISSA. LIFE étant un cadre d action concertée, l UIL facilitera un processus favorable de con sultation et de négociation continues avec toutes les parties prenantes nationales et internationales afin d instaurer des partenariats durables. L UIL aidera à formuler des pro positions stratégiques et des stratégies de plaidoyer et de communication, et à organiser des événe ments encourageant en particulier, l échange Sud-Sud. Les activités de l UIL comportent un soutien sur mesure à la formulation et au renforcement des politiques et stratégies d alphabétisation, au développement des capacités pour la conception et la mise en œuvre des programmes, et à l utilisation des pratiques innovantes et efficaces. Les experts et les responsables des politiques en alphabétisation débattent actuellement de la contribution de l alphabétisation des adultes au développement social, discussion pertinente pour la mobilisation et le déploiement de ressources en faveur de programmes de grande envergure. Pour l UIL, il s agit d une excellente opportunité de s engager dans la recherche orientée vers l action et guidée par les politiques, conjointement avec les principaux instituts de recherche. Les activités de recherche de l UIL planifiées pour la période à moyen terme incluent la création de réseaux nationaux, régionaux et internationaux de centres de recherche spécialisés, la définition et l analyse des indicateurs de qualité et de l impact des programmes d alphabétisation. À son agenda figurent l alphabétisation familiale, l utilisation de la langue maternelle et le multilinguisme, l usage des TIC, la création d environnements lettrés et la mesure des résultats de l apprentissage. Une des activités de l UIL en matière de plaidoyer consiste à informer les décideurs politiques, les chercheurs et les praticiens à l aide de données probantes. Son programme d action s appuie sur la nécessité d accroître la compréhension parmi toutes les parties prenantes des enjeux clés de l alpha - bétisation pour l autonomisation, d échanger les connaissances fondées sur la recherche et les inno - vations en vue de l améli oration continue des poli - tiques et pratiques d alphabétisation, et de ren forcer les partenariats à tous les niveaux. Le Portail d alpha - bétisation et LIFE-line consti tueront les prin cipaux canaux de plaidoyer en faveur de l alpha bétisation auprès du plus grand public possible. L UIL élaborera des pratiques d évaluation intégrées dans le programme LIFE à travers un processus de rapport régulier. Il organisera une évaluation à mi-parcours (2011) de LIFE. Un soutien technique sera apporté aux pays sélec - tionnés afin de concevoir des systèmes efficaces de suivi-appui et d évaluation pour l alphabétisation et l éducation non formelle, qui pourront égale ment être adaptés au processus post-confintea 19

18 Consolider nos acquis Promouvoir l alphabétisation comme fondement de l apprentissage tout au long de la vie Domaine d action Activités 2.1 Macro-coordination de l Initiative de l UNESCO pour Créer un processus utile et favorable de consultation et de négociation continues avec toutes les l alphabétisation : savoir pour pouvoir (LIFE) parties prenantes Formulation et communication de l orientation stratégique de LIFE Création de partenariats et de réseaux en appui à LIFE Apporter un soutien aux pays de LIFE dans l élaboration des politiques d alphabétisation et le renforcement des capacités pour la mise en œuvre des programmes Suivi et évaluation des progrès accomplis par LIFE aux niveaux national et international 2.2 Renforcement des capacités pour la réalisation de Aider les États membres à élaborer leurs politiques et stratégies l objectif 4 de Dakar dans les États membres Fournir une assistance, sur demande, en matière de renforcement des capacités, de formation ou technique pour la mise en œuvre des programmes Concevoir et disséminer des ressources et outils pour le renforcement des capacités Renforcer les capacités pour l EPT dans les pays de LIFE ou autres Apporter un appui aux États membres dans la conception et la mise en œuvre de systèmes de mesure, suivi-appui et évaluation 2.3 Recherche sur les politiques et pratiques Effectuer des recherches orientées vers l action et guidées par les politiques d alphabétisation Créer des réseaux nationaux, régionaux et internationaux de centres de recherche spécialisés Cartographie des données de la recherche et préparation à leur publication pour diffusion Analyser les indicateurs de qualité et l impact des programmes d alphabétisation Procéder à la collecte, la synthèse, l analyse et la diffusion des tendances, innovations et bonnes pratiques à l échelon international 2.4 Plaidoyer en faveur de l alphabétisation Informer les responsables des politiques, les chercheurs et praticiens Réunir les données fondées sur la recherche portant sur des questions critiques et les mettre à la disposition des responsables politiques et praticiens Échange d expériences, des résultats de la recherche et collaboration en matière de planification des politiques et de stratégies de coopération Gestion et dissémination de la documentation/information Coordination des partenariats d apprentissage Mise en réseau et création de partenariats 20

19 Consolider nos acquis Programmes Coordination de LIFE et structure opérationnelle Propositions stratégiques pertinentes Plaidoyer et communication Événements liés à la consultation, la coordination et l échange Bilan de mi-parcours (2011) et évaluation générale (2015) à l échelon international Ateliers et séminaires sur la conception de politiques et stratégies fondées sur des études d évaluation et des analyses des besoins Formations à la conception de programmes d alphabétisation et d éducation non formelle Conception de ressources et outils pour le renforcement des capacités Appui technique a) aux pays de LIFE b) aux pays en situation de post-conflit c) répondant à des requêtes spéciales, Appui technique à un choix de pays dans l élaboration de systèmes de suivi-appui et d évaluation Réaliser des études sur des domaines critiques et émergents comme la pédagogie, le multilinguisme et l interculturalisme, l autonomisation, les situations de post-conflit, l utilisation des TIC, l environnement lettré Coordination des recherches en alphabétisation menées en Allemagne grâce aux fonds du BMBF Recherche continue et renforcement des capacités en alphabétisation familiale Recherche sur les indicateurs de qualité et l impact Recherche sur les tendances mondiales et émergentes, les expériences novatrices (les bonnes pratiques) et les leçons tirées Divers événements de plaidoyer en appui à LIFE et à la DNUA Organisation de plateformes de dialogue sur les politiques, le réseautage et l échange d expertise Dossiers nationaux d alphabétisation Organisation de forums et de communautés virtuelles Dialogue Sud-Sud Portail d alphabétisation Alphabétisation et éducation aux compétences de la vie courante dispensées en milieu carcéral Réseau d alphabétisation DNUA en Europe (avec un accent spécial mis sur l Allemagne) Résultats escomptés Un cadre de coopération fondé sur une large base est établi Intégration des politiques d alphabétisation dans les plans nationaux de développement et d éducation Des processus LIFE engagés et pérennes au niveau national Multiplication générale des activités d alphabétisation, participation accrue et niveaux d alphabétisation élevés dans les pays de LIFE Rapports réguliers sur les progrès accomplis dans les pays de LIFE et autres Politiques et mise en œuvre des programmes améliorées grâce aux capacités renforcées Le personnel d alphabétisation est formé à tous les niveaux Des ressources et outils appropriés sont élaborés et diffusés Les capacités sont améliorées au niveau national afin de promouvoir les opportunités d apprentissage autonomisantes, alternatives et de bonne qualité Les outils d évaluation sont conçus et les capacités devant les élaborer et les utiliser sont renforcées Résultats fondés sur la recherche et bonnes pratiques appliquées pour améliorer les politiques, programmes et formation d alphabétisation Réseaux mieux informés de praticiens Recours aux synergies entre éducation formelle et éducation non formelle pour élever les niveaux d alphabétisation des gens Les données de référence sont compilées et analysées au niveau national Mise en ligne des bases de données avec des exemples de bonnes pratiques en alphabétisation Utilisation de systèmes efficaces de suivi-appui et d évaluation dans les États membres afin d améliorer les politiques et pratiques Compréhension accrue parmi toutes les parties prenantes des questions clés de l alphabétisation pour l autonomisation des individus et de l ensemble de la société Engagement politique accru favorable à l investissement dans l alphabétisation Intégration de l alphabétisation dans les initiatives internationales et les politiques nationales d éducation et de développement Le savoir basé sur la recherche et les innovations est partagé afin d améliorer constamment les politiques et pratiques d alphabétisation Réseaux plus actifs de praticiens Partenariats puissants aux niveaux national et international 21

20 onfintea VI vivre et apprendre pour un futur viable - l importance de l éducation des adultes sixième conférence internationale sur l éducation des adultes 1 4 décembre 2009 belém, brésil Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture confintea VI Ministério da Educação GOVERNO FEDERAL

21 Reconnaître l éducation des adultes et l intégrer aux stratégies sectorielles Outre l approche systémique générale ment appliquée par l UIL concernant les cadres et contextes d apprentissage tout au long de la vie, les activités en appui à cet objectif visent à faire progresser la reconnaissance et l incorporation de l éducation des adultes et de l éducation non formelle dans les stratégies sectorielles et les approches intersectorielles. Pendant la période à moyen terme en cours, le travail de l UIL en éducation des adultes et éducation non formelle s inscrit dans la prép aration et l organisation de la Sixième Con férence internationale sur l éducation des adultes (CONFINTEA VI) qui se tiendra en 2009, ainsi que dans les processus subséquents de suivi et de mise en œuvre. Dans la lignée des conférences précédentes de la série CONFINTEA, CONFINTEA VI four nira elle aussi une plate-forme importante de dialogue sur les politiques et de plaidoyer en faveur de l éducation des adultes et de l éduca tion non formelle à l échelon mondial, impliquant les États membres de l UNESCO, les agences des Nations Unies et les partenaires internationaux du développement, les organisa tions de la société civile, les instituts de recherche, le secteur privé et les apprenants de par le monde. Conformément aux principales fonctions de l UNESCO, CONFINTEA VI et les processus qui s y rattachent permettent à l UNESCO d exercer une action normative. Le processus de CONFINTEA VI insiste sur l élaboration de politiques fondées sur des données, ainsi que sur la conception d outils de suivi-appui et d indicateurs de performance. Mettant à profit les résultats de CONFINTEA V (1997), CONFINTEA VI offrira une vue d ensemble des nouveaux développements glo - baux ayant eu lieu depuis dans l éducation des adultes et l éducation non formelle. Elle s emploiera à créer la dynamique politique nécessaire et à élaborer les outils techniques indispensables pour passer de la rhétorique à l action en produisant des politiques et conditions systématiques et favorables pour l éducation des adultes et l éducation non formelle. La coordination par l UIL des processus prépa - ratoires et de suivi-appui de CONFINTEA VI se fera aux niveaux international, régional et national. L UIL préparera et conduira cette conférence en étroite coopération avec un groupe consultatif. Ce groupe assurera la par tici pation des parties prenantes, établira des interfaces avec d autres domaines et accroîtra la coopération avec les institutions des Nations Unies. Des bilans régionaux ainsi que des rapp orts nationaux, dont on effectuera également le suivi, seront organisés. L UIL dirigera la conception de la mise en oeuvre et des outils du suivi durant le processus de CONFINTEA VI. Un cadre d action final sera l aboutissement concret de CONFINTEA VI en Il appuiera et incorporera des indicateurs de performance afin d effectuer le suivi de la mise en oeuvre subséquente et de mesurer les progrès accomplis vers les engage ments pris. Un rapport mondial sur l éducation et la formation des adultes sera publié, il donnera une vue d ensemble de la situation de l éducation des adultes et de l éducation non formelle à travers le monde et fournira les instruments du suivi-appui per - mettant de prévoir les développements futurs dans ce dom aine. La Semaine internationale des apprenants adultes continuera en tant que réseau de plai doyer et de mobilisation en faveur de l éduca tion des adultes non formelle, et en vue d encour ager une participation accrue des adultes et des jeunes non scolarisés aux offres d apprentissage. Les réseaux nationaux et inter nationaux d apprenants adultes seront soutenus comme caisses de résonance et lieux de discuss ion pour l élaboration de politiques et de ser vices fondés sur les besoins des apprenants et comme moyens de faire entendre la voix de ces derniers dans la conception des politiques. 23

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Apprendre pour le travail, la citoyenneté et la durabilité DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Suggestions à l UNESCO pour la planification d actions en matière

Plus en détail

JOURNÉE INTERNATIONALE DE L ALPHABÉTISATION 2008 L alphabétisation, le meilleur remède

JOURNÉE INTERNATIONALE DE L ALPHABÉTISATION 2008 L alphabétisation, le meilleur remède JOURNÉE INTERNATIONALE DE L ALPHABÉTISATION 2008 L alphabétisation, le meilleur remède Cette année, la Journée internationale de l alphabétisation mettra l accent sur les liens existant entre l alphabétisation

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Déclaration finale de la Réunion mondiale sur l EPT 2014 Accord de Mascate Préambule 1. Nous, ministres, chefs de délégations,

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004

Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004 Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004 Annexe La Conférence générale de l Organisation internationale du Travail, convoquée à Genève par le Conseil d administration du

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail

ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS

ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS Déclaration de Bogotá Instaurer des partenariats constructifs et ouverts pour le développement (VERSION FINALE, 25 mars

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal Plus de 500 délégués venant de 44 pays africains et

Plus en détail

L Initiative de l UNESCO pour la formation des enseignants en Afrique subsaharienne (TTISSA)

L Initiative de l UNESCO pour la formation des enseignants en Afrique subsaharienne (TTISSA) PRESENTATION TTISSA Gabrielle BONNET, Ramya VIVEKANANDAN Expertes associées, Section pour la formation des enseignants, Division de l enseignement supérieur, UNESCO L Initiative de l UNESCO pour la formation

Plus en détail

Une mission commune au service de la protection sociale universelle

Une mission commune au service de la protection sociale universelle Une mission commune au service de la protection sociale universelle Note conceptuelle En ce début de XXI e siècle, c est avec fierté que nous faisons nôtre le consensus qui s est dégagé: la protection

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Rencontre des pays de la Francophonie préparatoire à la sixième Conférence internationale sur l éducation des adultes (CONFINTEA VI)

Rencontre des pays de la Francophonie préparatoire à la sixième Conférence internationale sur l éducation des adultes (CONFINTEA VI) 1 Rencontre des pays de la Francophonie préparatoire à la sixième Conférence internationale sur l éducation des adultes (CONFINTEA VI) «Pour une alphabétisation durable : Prévenir et lutter contre l illettrisme»

Plus en détail

COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA DIVERSITÉ DES EXPRESSIONS CULTURELLES

COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA DIVERSITÉ DES EXPRESSIONS CULTURELLES 7 IGC CE/13/7.IGC/INF.4 Paris, 15 novembre 2013 Original : anglais COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA DIVERSITÉ DES EXPRESSIONS CULTURELLES Septième session ordinaire Paris,

Plus en détail

Questions clés pour la consultation élargie

Questions clés pour la consultation élargie Processus de planification stratégique de Terre des Hommes Fédération Internationale Questions clés pour la consultation élargie Beaucoup de progrès ont été accomplis lors de l Assemblée Générale (AG)

Plus en détail

L agenda 2030 de développement durable

L agenda 2030 de développement durable L agenda 2030 de développement durable L Agenda 2030 en bref Pourquoi des objectifs mondiaux de développement durable? Le monde est confronté à des défis majeurs, comme l extrême pauvreté, le changement

Plus en détail

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE»

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE» Confédération Européenne des Syndicats 1 Union des Confédérations de l Industrie et des Employeurs d Europe UNICE/UEAPME 2 Centre Européen des Entreprises à Participation Publique et des Entreprises d

Plus en détail

ACTIVITES DE RENFORCEMENT DE CAPACITES PREVUES POUR LE PROCHAIN TRIENNAT 2012-2014 (Préparé par le Secrétariat)

ACTIVITES DE RENFORCEMENT DE CAPACITES PREVUES POUR LE PROCHAIN TRIENNAT 2012-2014 (Préparé par le Secrétariat) DIXIEME SESSION DE LA CONFERENCE DES PARTIES Bergen, 20-25 novembre 2011 Point 18 de l ordre du jour CONVENTION SUR LES ESPECES MIGRATRICES CMS Distribution: Générale PNUE/CMS/Conf.10.17 26 septembre 2011

Plus en détail

Cadre institutionnel pour le développement durable

Cadre institutionnel pour le développement durable DOCUMENT DE POSITION DE L CADRE INSTITUTIONNEL POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Cadre institutionnel pour le développement durable Conférence des Nations Unies sur le développement durable Rio+20, Rio de

Plus en détail

PROJET CONFERENCE CONJOINTE CHEFS DE DELEGATIONS DU G77 ET DU MOUVEMENT DES NON-ALIGNES DURANT LA 37EME SESSION DE LA CONFERENCE GENERALE DE L UNESCO

PROJET CONFERENCE CONJOINTE CHEFS DE DELEGATIONS DU G77 ET DU MOUVEMENT DES NON-ALIGNES DURANT LA 37EME SESSION DE LA CONFERENCE GENERALE DE L UNESCO PROJET CONFERENCE CONJOINTE CHEFS DE DELEGATIONS DU G77 ET DU MOUVEMENT DES NON-ALIGNES DURANT LA 37EME SESSION DE LA CONFERENCE GENERALE DE L UNESCO Nous, Chefs de Délégations des États membres du Groupe

Plus en détail

CONSENSUS DE SHANGHAI

CONSENSUS DE SHANGHAI Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture Troisième Congrès international sur l enseignement et la formation techniques et professionnels Shanghai, République populaire

Plus en détail

CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION 1. PREMIER VOLET : LA RECONNAISSANCE DU STATUT D ENTREPRISE D INSERTION

CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION 1. PREMIER VOLET : LA RECONNAISSANCE DU STATUT D ENTREPRISE D INSERTION CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION Le cadre de reconnaissance et de financement des entreprises d insertion comporte deux volets le premier volet comprend les éléments

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

AFRICAN UNION UNION AFRICAINE

AFRICAN UNION UNION AFRICAINE AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Remarques introductives du Dr Jean PING Président de la Commission de l Union africaine à l ouverture de la 11 ème Réunion du Mécanisme de Coordination Régionale

Plus en détail

ED-2009/CONF.402/2. (UNESCO, Paris, 5-8 juillet 2009) COMMUNIQUÉ. 8 juillet 2009

ED-2009/CONF.402/2. (UNESCO, Paris, 5-8 juillet 2009) COMMUNIQUÉ. 8 juillet 2009 ED-2009/CONF.402/2 Conférence mondiale sur l enseignement supérieur 2009 : La nouvelle dynamique de l enseignement supérieur et de la recherche au service du progrès social et du développement (UNESCO,

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2007 PFA POUR DÉCISION. Budgets proposés pour les comptes extrabudgétaires en 2008-09

Conseil d administration Genève, novembre 2007 PFA POUR DÉCISION. Budgets proposés pour les comptes extrabudgétaires en 2008-09 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.300/PFA/4/2 300 e session Conseil d administration Genève, novembre 2007 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION QUATRIÈME QUESTION

Plus en détail

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud FIC/Inf.1 15 juin 2011 Le Cap, Afrique du Sud ELABORATION D EXPOSES DIDACTIQUES POUR LE FORUM DES PARTENARIATS 2012 Note : ce document d information sera présenté dans la rubrique «Questions diverses»

Plus en détail

L AVENIR DU FISC APRES LA SAICM : DAVANTAGE D OPTIONS POUR LE DOCUMENT DE REFLEXION

L AVENIR DU FISC APRES LA SAICM : DAVANTAGE D OPTIONS POUR LE DOCUMENT DE REFLEXION Translation L AVENIR DU FISC APRES LA SAICM : DAVANTAGE D OPTIONS POUR LE DOCUMENT DE REFLEXION Un Groupe de travail du Forum intergouvernemental sur la sécurité chimique (FISC) vient récemment de rédiger

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

COLLÈGE FRONTIÈRE : Plan stratégique 2011-2014

COLLÈGE FRONTIÈRE : Plan stratégique 2011-2014 COLLÈGE FRONTIÈRE : Plan stratégique 2011-2014 1 En tant que pionnier en matière d alphabétisation au Canada, nous rejoindrons plus d apprenants d ici 2014 en faisant preuve de leadership. Nous atteindrons

Plus en détail

Programme d Activités pour l Emploi des Jeunes dans la Province du Katanga (PAEJK)

Programme d Activités pour l Emploi des Jeunes dans la Province du Katanga (PAEJK) Programme d Activités pour l Emploi des Jeunes dans la Province du Katanga (PAEJK) Projet de coopération déléguée présenté dans le cadre du PIC entre le Royaume de Belgique et la RD du Congo Durée 3 ans

Plus en détail

L égalité des sexes, un atout économique

L égalité des sexes, un atout économique L égalité des sexes, un atout économique Un plan d action du Groupe de la Banque mondiale Banque mondiale l accès aux marchés foncier, du travail, des produits et des capitaux est indispensable pour accroître

Plus en détail

Commission pour le développement de la Science et de la Technologie Seizième session Genève, du 3 au 7 juin 2013

Commission pour le développement de la Science et de la Technologie Seizième session Genève, du 3 au 7 juin 2013 E/CN/16/2013/CRP.2 Distr: 30 mai 2013 Commission pour le développement de la Science et de la Technologie Seizième session Genève, du 3 au 7 juin 2013 Le secrétariat de la Commission pour le développement

Plus en détail

Notre approche de développement local

Notre approche de développement local Notre approche de développement local Renforcer le pouvoir d agir des personnes et des collectivités La grande marche de la démocratie La Déclaration universelle des droits de l homme adoptée en 1948 affirme

Plus en détail

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE PENSÉE ET VISION STRATÉGIQUE Avoir une perspective globale des enjeux actuels et futurs du client ainsi que de définir des orientations visant

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 JANVIER 2013

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 JANVIER 2013 PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 JANVIER 2013 Vision Nous croyons que pour régler ses problèmes les plus complexes, le Canada a besoin d un gouvernement efficace et de la participation des dirigeants de tous

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Les parlementaires africains Reconnaissant que les parlements

Plus en détail

Atelier sur Crise alimentaire: l éducation et la formation des ruraux en question Siège de l OAA, Rome, Italie 4 et 5 juin 2009 2009

Atelier sur Crise alimentaire: l éducation et la formation des ruraux en question Siège de l OAA, Rome, Italie 4 et 5 juin 2009 2009 Atelier sur Crise alimentaire: l éducation et la formation des ruraux en question Siège de l OAA, Rome, Italie 4 et 5 juin 2009 2009 Messages principaux tirés de: 51 communications 5 sessions plenières

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Lettre de soutien. Paris, le 30 août 2012

Lettre de soutien. Paris, le 30 août 2012 Lettre de soutien Paris, le 30 août 2012 Secrétariat du Forum Mondial sur le Droit, la justice et le Développement c/o La Banque Mondiale Vice présidence juridique 1818 H Street N.W. Washington D.C. 20433

Plus en détail

Mettre la culture au cœur des politiques de développement durable

Mettre la culture au cœur des politiques de développement durable Déclaration de Hangzhou Mettre la culture au cœur des politiques de développement durable Adoptée à Hangzhou, République populaire de Chine, le 17 mai 2013 Nous, les participants réunis à Hangzhou à l

Plus en détail

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II.

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. 1. L objectif du projet : Le programme s inscrit dans le programme pays du PNUD, dans

Plus en détail

Conférence Régionale Préparatoire Africaine pour le Sommet mondial sur la Société de l Information (SMSI)

Conférence Régionale Préparatoire Africaine pour le Sommet mondial sur la Société de l Information (SMSI) SMSI Conférence Régionale Préparatoire Africaine pour le SMSI Accra 2005 Union Africaine Commission économique pour l Afrique Conférence Régionale Préparatoire Africaine pour le Sommet mondial sur la Société

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉDITION 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. À propos du CETEQ 2. Politique de développement durable 3. Notre vision du développement durable 4. L intégration de la responsabilité

Plus en détail

Bureau du Projet de l ONU sur la Gouvernance (UNPOG)

Bureau du Projet de l ONU sur la Gouvernance (UNPOG) Bureau du Projet de l ONU sur la Gouvernance (UNPOG) Mine United Nations Electronic/Mobile Government Knowledge Repository (emgkr) United Nations Project Office on Governance United Nations Department

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX PARLEMENTAIRE DE S COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX La Commission de l économie, du commerce, du travail et des blocs commerciaux examine les questions économiques

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011 Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement 1. La présente note d orientation a pour objet d exposer l approche plus vaste

Plus en détail

Sixième session de la Plateforme océanienne pour la gestion des risques de catastrophe

Sixième session de la Plateforme océanienne pour la gestion des risques de catastrophe Sixième session de la Plateforme océanienne pour la gestion des risques de catastrophe La voie à suivre : vers un développement résilient aux risques climatiques et aux catastrophes dans le Pacifique 2-4

Plus en détail

Référentiel des villes apprenantes. Liste de caractéristiques clés et méthodes d évaluation

Référentiel des villes apprenantes. Liste de caractéristiques clés et méthodes d évaluation Référentiel des villes apprenantes Liste de caractéristiques et méthodes d évaluation Adopté à la Conférence internationale sur les villes apprenantes Pékin, Chine, - octobre 0 Référentiel des villes apprenantes

Plus en détail

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 La CONFEMEN a adhéré à l initiative «l Éducation avant tout» du Secrétaire général

Plus en détail

Réponse du Congo ANNEXE I

Réponse du Congo ANNEXE I Réponse du Congo ANNEXE I QUESTIONNAIRE SUR LES BESOINS ET PRIORITÉS NATIONAUX EN MATIÈRE DE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS ET DE CRÉATION DE CAPACITÉS, AFIN D APPUYER LA MISE EN OEUVRE DU PROTOCOLE DE NAGOYA

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES

LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES SUR MOBILE AU MOYEN D UNE RÉGLEMENTATION CIBLÉE Organisé

Plus en détail

Rapport du Comité de haut niveau pour l examen de la coopération technique entre pays en développement

Rapport du Comité de haut niveau pour l examen de la coopération technique entre pays en développement Nations Unies Rapport du Comité de haut niveau pour l examen de la coopération technique entre pays en développement Onzième session (1er-4 juin 1999) Assemblée générale Documents officiels Cinquante-quatrième

Plus en détail

Présentation de. Dr Mustapha Mekideche

Présentation de. Dr Mustapha Mekideche P a g e 1 LES PERSPECTIVES DU MECANISME AFRICAIN D EVALUATION PAR LES PAIRS A LA LUMIERE DE DIX ANS D EXPERIENCE : RELEVER NEUF DEFIS MAJEURS Présentation de Dr Mustapha Mekideche Nations Unies, New York

Plus en détail

Titre du Poste Jeune Expert Associé Unité Bureau Exécutif du PNUE Emplacement Nairobi Durée 2 ans (possibilité d extension pour une troisième année)

Titre du Poste Jeune Expert Associé Unité Bureau Exécutif du PNUE Emplacement Nairobi Durée 2 ans (possibilité d extension pour une troisième année) FICHE DE POSTE DE JEA FRANÇAIS AU PNUE POUR L EQUIPE POST-2015 TEAM/ BUREAU EXECUTIF Information Générale Titre du Poste Jeune Expert Associé Unité Bureau Exécutif du PNUE Emplacement Nairobi Durée 2 ans

Plus en détail

Les personnes handicapées ont les mêmes droits

Les personnes handicapées ont les mêmes droits Les personnes handicapées ont les mêmes droits La stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées Commission européenne Égalité des droits, égalité des chances La valeur ajoutée européenne

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

CHARTE DU PARTENARIAT MONDIAL POUR L ÉDUCATION

CHARTE DU PARTENARIAT MONDIAL POUR L ÉDUCATION CHARTE DU PARTENARIAT MONDIAL POUR L ÉDUCATION Dernière mise à jour : novembre 2013 (Décision BOD/2013/11-02) éducation de qualité pour tous les enfants page 1 de 15 Chartre du PME PRÉAMBULE 1.1 Le Partenariat

Plus en détail

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 MISSION Le Réseau canadien de documentation pour la recherche (RCDR) est un partenariat d universités canadiennes qui se consacre à étendre l accès au contenu numérique

Plus en détail

Créateur d opportunités

Créateur d opportunités Créateur d opportunités Climat, énergie & ressources naturelles Agriculture & développement rural Marchés de l emploi & développement du secteur privé Systèmes financiers Commerce & intégration régionale

Plus en détail

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Conférence introductive InEE CNRS Paris, 4 avril 2012 Laurence Tubiana Institut du Développement Durable et des Relations Internationales

Plus en détail

MOPAN. Note de synthèse. L Office du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR)

MOPAN. Note de synthèse. L Office du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) COUNTRY MULTILATERAL D O N O R MOPAN Réseau d évaluation de la performance des organisations multilatérales (MOPAN). Note de synthèse L Office du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR)

Plus en détail

DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE

DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE NOUS, Chefs d État et de Gouvernement de l Union africaine, réunis à notre treizième session ordinaire à Syrte (Grande Jamahiriya arabe libyenne),

Plus en détail

SOIXANTIEME ASSEMBLEE MONDIALE DE LA SANTE A60/19

SOIXANTIEME ASSEMBLEE MONDIALE DE LA SANTE A60/19 SOIXANTIEME ASSEMBLEE MONDIALE DE LA SANTE A60/19 Point 12.12 de l ordre du jour provisoire 29 mars 2007 Projet de stratégie visant à intégrer l analyse des spécificités de chaque sexe et une démarche

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

PROPOSITIONS POUR LE PLAN TRIENNAL REGIONAL 2015 2018 (v.7) (Pour examen par les Organisations Scoutes Nationales)

PROPOSITIONS POUR LE PLAN TRIENNAL REGIONAL 2015 2018 (v.7) (Pour examen par les Organisations Scoutes Nationales) Document 9 PROPOSITIONS POUR LE PLAN TRIENNAL REGIONAL 2015 2018 (v.7) (Pour examen par les Organisations Scoutes Nationales) *******************************************************************************

Plus en détail

STRATÉGIE DES LANGUES POUR LE DEGRÉ SECONDAIRE II

STRATÉGIE DES LANGUES POUR LE DEGRÉ SECONDAIRE II STRATÉGIE DES LANGUES POUR LE DEGRÉ SECONDAIRE II Stratégie de la CDIP du 24 octobre 2013 pour la coordination à l échelle nationale de l enseignement des langues étrangères dans le degré secondaire II

Plus en détail

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session 197 EX/PG/Recommandations PARIS, le 24 septembre 2015 Original anglais/français RECOMMANDATIONS ADRESSÉES PAR LE GROUPE PRÉPARATOIRE À LA 197 e SESSION

Plus en détail

Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle

Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle 1 Contexte La Fédération pour la diversité culturelle regroupe 43 coalitions nationales, dont près du deux tiers se trouvent dans des pays

Plus en détail

Plan d Action de Gaborone sur les Activités des Noms Géographiques en Afrique

Plan d Action de Gaborone sur les Activités des Noms Géographiques en Afrique Distr.: GÉNÉRALE NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE E/ECA/STATCOM/3/19 novembre 2011 FRANÇAIS Original : ANGLAIS Troisième réunion de la Commission africaine

Plus en détail

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE FOURNIR UNE ÉNERGIE ABORDABLE, FIABLE ET DURABLE ÉNERGIE DURABLE POUR TOUS Vision de l Initiative «Énergie durable pour tous» Quelque 590 millions de personnes en Afrique subsaharienne

Plus en détail

Compte rendu provisoire 11-1

Compte rendu provisoire 11-1 Conférence internationale du Travail Compte rendu provisoire 104 e session, Genève, juin 2015 11-1 Quatrième question à l ordre du jour: Les petites et moyennes entreprises et la création d emplois décents

Plus en détail

Consolider le leadership international du Canada en matière de promotion de l égalité entre les sexes

Consolider le leadership international du Canada en matière de promotion de l égalité entre les sexes Consolider le leadership international du Canada en matière de promotion de l égalité entre les sexes :5 Rédigé par les membres du Groupe de travail informel sur les droits des femmes une organisation

Plus en détail

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Contribution de l Institut de coopération pour l éducation des adultes (ICÉA) Juin 2014 2 Table des

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Introduction Le vieillissement de la population et l inversion

Plus en détail

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Principes européens et code de conduite Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Une proposition du réseau IRENE Préambule Le réseau IRENE réunit des praticiens, experts, chercheurs,

Plus en détail

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 ISO l Organisation internationale de normalisation L ISO comprend 163* membres qui sont les instituts nationaux de normalisation de pays

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

Expert(e) International(e) en santé publique Délégué(e) à la co-gestion de la composante «Appui à la demande de soins» Sénégal

Expert(e) International(e) en santé publique Délégué(e) à la co-gestion de la composante «Appui à la demande de soins» Sénégal Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL E NATIONS UNIES CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL Distr.: LIMITEE E/ECA/DISD/CODI.3/24 3 avril 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Troisième réunion du Comité de l'information

Plus en détail

CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL

CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL C-WP/Simulation 5/12/14 CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL DÉFIS RELATIFS AUX PRÉVISIONS DE PÉNURIE DE PERSONNEL AÉRONAUTIQUE QUALIFIÉ

Plus en détail

Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Une voie à suivre

Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Une voie à suivre Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Institut international de recherche sur les politiques alimentaires www.ifpri.org Actualisé le 27 octobre 2007 Préoccupé

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO concernant le suivi de la mise en œuvre des engagements de CONFINTEA VI Le 19 janvier 2012 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

IUCN Position Paper. Première réunion de l Assemblée Plénière d IPBES, 3-7 Octobre 2011, Nairobi, Kenya

IUCN Position Paper. Première réunion de l Assemblée Plénière d IPBES, 3-7 Octobre 2011, Nairobi, Kenya Position de l UICN IUCN Position Paper LA VISION DE L UICN POUR UNE PLATEFORME INTERGOUVERNEMENTALE ET PLURI-ACTEURS SCIENTIFIQUE ET POLITIQUE SUR LA BIODIVERSITE ET LES SERVICES ECOSYSTEMIQUES (IPBES)

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant. Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures!

Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant. Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures! Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures! Adopté à l assemblée annuelle des membres Le 10 octobre 2013 La version finale,

Plus en détail