PME / PMI. Les opportunités. pour les. Comment accompagner les entreprises du secteur privé? BATIMENTS TRAVAUX PUBLICS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PME / PMI. Les opportunités. pour les. Comment accompagner les entreprises du secteur privé? BATIMENTS TRAVAUX PUBLICS"

Transcription

1 Gratuit N 008 Le bulletin d'information du secteur privé ivoirien GRANDS PROJETS D'infrastructures économiques Les opportunités pour les PME / PMI Code minier Les investisseurs satisfaits Entrepreneuriat féminin Résoudre les préoccupations du genre Crédits bancaires + 23% en 2013 Tarif Extérieur Commun Le privé se prépare pour 2015 BATIMENTS TRAVAUX PUBLICS Comment accompagner les entreprises du secteur privé? juillet 2014 #008 LA TRIBUNE DU PATRONAT 1

2 2 LA TRIBUNE DU PATRONAT #008 JUILLET 2014

3 L'EDITORIAL DE Monsieur KONGO-KOUADIO KOUASSI Président du GIBTP, Vice-président de la CGECI Pour une plus grande efficacité des investissements dans le secteur du BTP M. KONGO-KOUADIO KOUASSI Président du GIBTP / Vice-Président de la CGECI Depuis l accession de la Côte d Ivoire à l Indépendance, le secteur BTP a connu une dynamique pour le moins irrégulière. Au sortir des "vingt glorieuses" du "miracle ivoirien" ( ) où il a conduit la mise en place de l essentiel des infrastructures modernes du pays, le BTP a plongé dans une décennie de faible activité, voire de dépression, sous l effet de la mauvaise conjoncture économique des années 80. Nombre d entreprises ont dû fermer faute de commandes. Immédiatement après la dévaluation du franc CFA, une brève embellie s est ouverte pour le secteur, vite interrompue par le coup d Etat de 1999 : Du vaste programme de développement annoncé par l Etat, seuls les chantiers de l aéroport d Abidjan et de la centrale thermique d Azito ont pu voir le jour. S en est suivi la crise militaro-politique des années 2000 avec sa cohorte de difficultés de tous ordres dans le BTP : absence d investissements nouveaux, dégradation continue du réseau routier, engorgement des infrastructures portuaires, accumulation de déficit notamment en matière d électricité, ralentissement des progrès en matière d'assainissement, d accès à l'eau, etc. Un coup d arrêt a été porté à cette descente aux enfers, avec la fin des remous socio-politiques et le retour à une relative stabilité et l avènement en 2011 d un nouveau gouvernement. Celui-ci a engagé le pays dans un programme de reconstruction et de mise en chantier d infrastructures essentielles au développement économique, dont : De grands chantiers tels que le 3ème pont baptisé Pont HKB, la fin de l autoroute Abidjan-Yamoussoukro, l autoroute Abidjan-Bassam, la réhabilitation des voiries intra et interurbaines ; Des travaux d agrandissement du port d Abidjan, qui renoue progressivement avec sa position de centre maritime régional majeur d antan, bientôt complété par le développement du port de San Pedro ; La concession ferroviaire qui dynamisera de plus en plus le trafic et réduira le retard accumulé par le chemin de fer ; Des programmes de réhabilitation et de développement du réseau routier, d infrastructures dans les secteurs de l éducation, de la santé, de l adduction en eau potable, de l électrification rurale, etc. Ainsi, tout n est plus à l arrêt comme durant la décennie Le pays commence à renouer avec les grands travaux. C est le lieu de se pencher sur la nécessité de moderniser le cadre des activités du secteur, notamment en apportant plus de visibilité et de transparence dans la passation des marchés publics et en modernisant le Code des marchés. Celui-ci pèche en effet sur trois points. D une part, disposant que l avance de démarrage est facultative, la seule condition exigée de la mise en vigueur des travaux est la signature du marché. Il conviendrait désormais de subordonner la mise en vigueur du marché à la réception de l ordre de service de notification du marché, à la mise à disposition du site et au paiement de l avance de démarrage. Devenir meilleur dès maintenant comme le recommande Côte d Ivoire 2040 de la CGECI, doit être le leitmotiv de nos entreprises afin de donner entière satisfaction aux donneurs d ordre En outre, il est stipulé que l avance de démarrage ne peut excéder 15% de la valeur du marché. Cette avance devrait être relevée jusqu à 30%, telle que pratiquée selon les normes internationales, étant entendu que cette avance est cautionnée à 100% par le titulaire du marché. Enfin, les délais de paiement sont fixés à 90 jours au lieu de 60, voire 45 jours, comme cela est de mise, ailleurs dans le monde. Ce délai, bien que contractuel, est rarement respecté. Il convient d adopter de bonnes pratiques, telles que le stipule, par exemple, la LME (loi de modernisation des entreprises) en Europe, qui contraint les donneurs d ordre, ou tous autres clients commerciaux, à payer à bonne date leurs fournisseurs. Une telle loi serait une avancée essentielle en matière d environnement des affaires en Côte d Ivoire. Par ailleurs, les entreprises souhaitent avoir une bonne visibilité quant aux investissements publics alloués au secteur; c'est la condition pour les entreprises de réagir à bon escient. Elle les met en position de rationaliser le plan de développement de leurs activités et décider efficacement quels équipements techniques et machines idoines à acquérir, quelle ressources humaines compétentes embaucher et quel personnel à former, etc. N est-ce pas une solution possible pour l emploi des jeunes? C est pourquoi il est nécessaire que l autorité publique communique sur la planification de ses investissements à un horizon suffisamment long pour être pris en compte de manière efficiente par les entreprises du BTP. Dans la même veine, il convient de faire aboutir le projet de catégorisation des entreprises. Cette opération, dont l objectif est de faire participer, lors des appels d offres, les entreprises en fonction de leurs capacités, évaluées en termes de ressources matérielles, humaines et financières, aura l avantage d éviter les déperditions de fonds et les surcoûts, dans le cadre de l exécution de la commande publique. Une ultime suggestion est que l Etat ne décide de lancer des marchés que quand les fonds requis à cet effet sont disponibles ; cela permettrait d éviter le cumul des créances publiques qui mettent à mal la bonne santé des entreprises. Les conditions de développement du secteur du BTP, et en particulier des PME, s articulent ainsi autour de la problématique des conditions de mise en vigueur des marchés (qui sont fondés sur le respect de l équilibre et de l équité des engagements du donneur d ordre vis à vis des entreprises et réciproquement), de la transparence de la compétition et du règlement effectif des travaux exécutés La Tribune du Patronat est une publication de la Confédération Générale des Entreprises de Côte d Ivoire République de Côte d'ivoire - Abidjan Plateau Immeuble ALPHA 2000, 21 è étage Tél.: / Fax : Site web : - Directeur de Publication Jean Kacou DIAGOU Rédacteur en Chef Lakoun OUATTARA SecrétaireS à la Rédaction Richard BEUGRE Rédacteurs Ferdinand N'DRI KOFFI, Zoumanan SANOGO CONCEPTION GRAPHIQUE et Réalisation Olivier TANO impression Graphicolor TIRAGE 2000 DISTRIBUTION CGECI Régie ICEL Depôt légal N du 08 Janvier 2014 Avec la contribution de Edouard LADOUYOU, SOGONE Bi-Dama, Marie-Paule KASSI, KOUASSI LOU Karine, Aude KANGAH Toute reproduction est interdite sans l'autorisation de la CGECI juillet 2014 #008 LA TRIBUNE DU PATRONAT 3

4 SOMMAIRE La Tribune du Patronat juillet 2014_#008 éditorial 03 Pour une plus grande efficacité des investissements dans le secteur du BTP 05 Code minier Les investisseurs satisfaits ACTUALITé 05 Code minier Le nouveau code minier favorable aux investisseurs 05 ASSURANCE SANTé Liste des maladies remboursables 06 Doing Business 2015 Les dernières reformes DOSSIERS 10 batiments et travaux publics Comment accompagner les entreprises du secteur? 14 IMMOBILIER Un déficit à combler 10 batiments et travaux publics Comment accompagner les entreprises du secteur 11 GIBTP Une organisation pour la promotion du Bâtiment et des Travaux Publics 14 / 19 PUBLI-Rédactionnels La main verte Ivoirienne de Fibrociment (IFC) L Art Ivoirien CICO ENJEU 20 PROGRAMME NATIONAL DE Développement Les opportunités d affaires autour des grands projets d infrastructures 23 CGECI ACADEMY 2014 Les meilleurs entrepreneurs récompensés 23 cgeci academy 2014 Les meilleurs entrepreneurs récompensés EVENEMENTS 26 Journées de l entrepreneuriat Féminin 2014 Comment résoudre les problèmes liés à l entrepreneuriat féminin? 28 Tarif Extérieur Commun Le secteur privé ivoirien se prépare Brèves 30 ECONOMIE NATIONALE ET INTERNATIONALE Économie Marchés Publics Assurance Exportation Banque bit 26 Entrepreneuriat féminin Résoudre les préoccupations du genre zoom sur 32 Petroci 20 ans pour un champion national 4 LA TRIBUNE DU PATRONAT #008 JUILLET 2014

5 Rencontres patronales Actualité Maladie professionnelle 45 affections ou groupes d affections retenus pour être indemnisables Sur rapport conjoint du Ministre d'etat, Ministre de l'emploi, des Affaires Sociales et de la Formation Professionnelle et du Ministre de la Santé et de la Lutte contre le Sida, le Président de la République a signé le décret n du 05 août 2013 portant établissement de la liste des maladies professionnelles indemnisables. code minier Cette liste comprend quarante-cinq affections ou groupes d'affections dont les affections provoquées par les rayonnements ionisants, la surdité provoquée par les bruits lésionnels, les affections dues au plomb et à ses composés, le tétanos professionnel. A celles-ci, s ajoutent les Accidents nerveux aigus, les intoxications professionnelles par l'hydrogène arsénié, les affections causées par les ciments et les affections professionnelles provoquées par les bois. Par ailleurs, la durée de la prise en charge part d un mois à 15 ans pour les leucémies (sous réserve d'une durée d'exposition d'au moins un an), voire 35 ans pour la fibrose interstitielle pulmonaire diffuse non régressive, d'apparence primitive. Une maladie provoquée par l emploi des ciments dans les chantiers du bâtiment et des travaux publics. Le décret précise que cette liste peut être révisée une fois par an. Toute maladie ne figurant pas sur la liste des Maladies Professionnelles Indemnisables prévue au présent décret et dont on suspecte un lien avec l'activité professionnelle est qualifiée de maladie à caractère professionnel. Elle servira à l'actualisation de la liste et des tableaux des maladies professionnelles indemnisables. Toutefois, la maladie à caractère professionnel doit être déclarée aux autorités compétentes selon la même procédure que celle utilisée pour les maladies professionnelles indemnisables. Dans le souci de garantir une surveillance des maladies indemnisables et d assurer l actualisation de la liste, un autre décret a été pris. Ainsi, il est créé auprès de la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale, CNPS, un Observatoire National des Accidents du Travail et des Maladies Professionnelles de Côte d'ivoire, en abrégé ONATMP-CI. Cette structure est chargée de collecter, regrouper dans un même lieu, traiter, valider et diffuser les informations existantes sur la santé et la sécurité au travail. Mais aussi, mettre en place un système d'information et d'alerte pour la prise de décision en matière de prévention des risques professionnels Le nouveau code minier favorable aux investisseurs La Côte d Ivoire, cherche à attirer les investissements dans le secteur aurifère. C est dans ce contexte que le législateur ivoirien a approuvé un nouveau code minier très attendu. Le pays espère attirer davantage d'investisseurs et cherche à doubler la production d'or chaque année à partir de l'année prochaine. La Côte d Ivoire a fixé des objectifs ambitieux pour l'exploitation minière, qui représente pour l'instant à peine 1 % du produit intérieur brut (PIB). Elle vise un objectif de production de 25 tonnes d'or en 2015 contre 12 tonnes extraites en Le nouveau code prolonge la période de maintien des permis de sept à dix ans, avec la possibilité de la prolonger par deux nouveaux permis. Il précise également que les futures zones de permis seraient réduites à 400 kilomètres carrés contre auparavant. Point crucial pour les investisseurs, le code adopté par le Parlement le 4 mars 2014 ne contient pas une taxe sur les bénéfices exceptionnels. Le texte, qui abroge l ancien code minier datant de 1985, prévoit également "l exonération fiscale et douanière" au cours de la recherche et de l exploitation. Entre autres dispositions, la nouvelle loi entend aussi introduire une plus grande transparence dans les procédures d attribution des permis. Ainsi, toutes les personnes ayant accès à l information minière stratégique sont interdites de prendre des participations directes ou indirectes dans les sociétés minières, cinq ans après la cession de leurs fonctions", selon un article de ce code. Satisfecit L ensemble des acteurs de ce secteur se sont félicités de cette nouvelle loi qui selon ceux, a fait un grand pas en avant en rendant le secteur aurifère plus attractif. La Côte d'ivoire devient attractive par rapport à d'autres producteurs de la région comme le Mali, le Ghana et le Burkina Faso en raison de ses bonnes infrastructures : le pays est vraiment sous-exploité par rapport à ses voisins parce que sa production a débuté il y'a environ 5 ans. Les autorités ivoiriennes ont pour ambition de faire de la Côte d Ivoire un pays minier, alors que seuls l or et le manganèse y sont pour l heure produits de manière industrielle. En 2013, le pays a produit tonnes de manganèse et carats de diamant extraits de façon artisanale, selon des chiffres figurant dans le projet de loi. Le sous-sol ivoirien contient également du fer, du nickel, de la bauxite et du cuivre. Jusqu ici, 108 permis d explorations ont été distribués en Côte d Ivoire juillet 2014 #008 LA TRIBUNE DU PATRONAT 5

6 Actualité environnement des affaires Doing Business 2015 La Côte d Ivoire poursuit ses réformes Le Directeur Général du CEPICI, a présenté lors d une conférence de presse, le bilan des réformes mises en œuvre en 2014 pour l'amélioration des performances de la Côte d'ivoire dans le rapport Doing Business. Le classement DOING BUSINESS 2015 sera connu en septembre Impact : Cette réforme réduit les délais de création d entreprise d un jour. Entrée en vigueur du texte : 07 mai 2014 Libellé de la Réforme passage chez le notaire : R5 : Levée de l'obligation de passage chez le notaire pour l établissement des actes de constitution pour les sociétés de type SARL. Désormais, avec les nouvelles lois adoptées par l Etat ivoirien conformément aux réformes communautaires de l OHADA : Le créateur d entreprise n est plus obligé de passer devant un notaire pour créer une entreprise de type SARL. Le choix est laissé à l entrepreneur de passer par un notaire ou de créer directement son entreprise par acte sous seing privé. Choix de constitution sous seing privé de son entreprise: 1. Mise à disposition des statuts types et des formulaires de DSV 2. Impact : Les délais de création d entreprise de 2 jours; Le nombre de procédure de 1; Les coûts inhérents aux services du notaire. Entrée en vigueur : 18 avril 2014 Monsieur Esmel Essis, Directeur Général du CEPICI. CRÉATION D ENTREPRISES Libellé de la Réforme au sujet de la publication de l avis de constitution : R1 : Publication de l'avis de constitution d'entreprise en ligne sur le site Internet du CEPICI. Par le passé, l entrepreneur devait se rendre à Fraternité Matin pour la publication de l avis de constitution de sa société dans les annonces légales. Ce qui lui prenait du temps et lui coûtait FCFA. Désormais, la publication de l avis de constitution se fait gratuitement en ligne sur le site web du CEPICI automatiquement après l enregistrement de la société. Impact : Cette réforme réduira : Le nombre de procédure de 1 ; Les coûts de création d entreprises de FCFA ; Les délais de création sera réduit des deux jours liés à l insertion à Fraternité Matin. Entrée en vigueur du texte : 18 avril 2014 Libellé de la Réforme sur le coût administratif : R2 : Réduction des coûts administratifs de création d entreprise pour les sociétés commerciales au capital de 10 millions de FCFA maximum La Côte d Ivoire a poursuivi les efforts entrepris l'année dernière par une réduction importante des coûts fiscaux de création d entreprises de F CFA pour les sociétés commerciales à un capital de 10 millions de FCFA maximum. En d autres termes les frais d enregistrement des statuts, de la DNSV, droits de timbre, DFE, bordereau de dépôt sont supprimés. Aujourd'hui, les frais de création d entreprise ne se limitent qu'aux frais d'immatriculation au RCCM qui sont passés de FCFA à FCFA dont FCFA pour l'immatriculation au RCCM et FCFA de frais de dépôt. Impact : Cette réforme réduit : Les coûts de création d entreprises, tels qu évalués par le Doing Business dans son rapport 2014 qui sont passés de (44,4% du Rev/Habt) à ( FCFA - RCCM) ( FCFA - Cachet) (4,10% du Rev/Habt). Entrée en vigueur du texte : 23 avril 2014 Libellé de la Réforme relative aux délais de création : R4 : Réduction des délais de création d entreprise au Guichet Unique du CEPI- CI de 48h à 24h. Le Guichet Unique du CEPICI a amélioré ses performances en matière de création d'entreprise en passant de 48 heures à 24 heures, intégrant les délais de publication de l'avis de constitution des entreprises. Libellé de la Réforme capital minimum : R6 : Levée de l exigence du capital Minimum pour les sociétés de type SARL; Depuis la Session du Conseil des Ministres des 30 et 31 janvier 2014, l'ohada a ramené au droit interne des pays, la possibilité de légiférer relativement au capital social pour les SARL. Tirant avantage de cette réforme, la Côte d'ivoire a donné le droit au créateur de décider du montant de son capital social, tout en respectant la part de la part sociale, celui-ci ne doit ce pendant pas être inférieur au montant minimum d'une part sociale soit FCFA selon l'ohada. Impact : Levée de l exigence faite aux créateurs de mobiliser un million avant l établissement des actes constitutifs d entreprise; Capital ne peut être inférieur à la valeur d une part sociale. Mme Fanja Ravoavy, Program Manager du Programme Amélioration de l'environnement des Affaires à la SFI. 6 LA TRIBUNE DU PATRONAT #008 JUILLET 2014

7 environnement des affaires Actualité Entrée en vigueur du texte : 18 avril 2014 Creation d Entreprise - Résumé Evolution (+/-) Réformes Procédures Délais Coûts (% du revenu par hbt) 44,40% 4,10% -40,30% Capital minimum (% du revenu par hbt) 164,40% 4,10% -160,30% OCTROI DU PERMIS DE CONSTRUIRE Libellé de la Réforme au niveau des délais : R8 : Réduction du nombre de procédures d octroi du permis de construire de 16 à 11 du délai de 364 à 87 jours. La Côte d Ivoire a réduit de façon considérable les délais nécessaires à l obtention du Permis de construire ministériel de 364 jours à 87 jours. La procédure d obtention du permis de construire qui se faisant en 16 procédures ou étapes, est aujourd hui réalisée en 11 procédures (celles du Guichet du Foncier et de l'habitat et les autres acteurs comme la CIE, SODECI, ONPC.). Impact: Réduire le nombre de procédures d octroi du permis de construire de 16 à 11; Réduire les délais d octroi du permis de construire de 364 à 87 jours. Entrée en vigueur du texte : 11 mars 2014 RACCORDEMENT A L ELECTRICITE Libellé de la Réforme liée aux délais : R36 : Simplification et Réduction des procédures de 8 à 4 et des délais de 55 à 28 jours pour le raccordement à l'électricité d'un entrepôt au réseau électrique pour une puissance souscrite de 160 KVA. Impact : réduit : Le nombre de procédures de Raccordement à l électricité de 8 à 4 Les délais de 55 jours à 28 jours Renforcement du strict respect du Bordereau de Prix en vigueur (art 5 Arrêté No. 187) Entrée en vigueur du texte : 07 mai 2014 Procédures de Raccordement à l électricité N Procédures Délais 1 Délivrance d un certificat de Conformité par LBTP/SECUREL Etude de la demande de raccordement par CIE dont délai de délivrance de l autorisation de l AGEROUTE Réalisation des Travaux de Raccordement par CIE dont vérification et essai des transformateurs 4 Installation du compteur d énergie et mise en service par CIE 07 Total (Puissance souscrite inférieure ou égale à 160 KVA Distance de 200 mètres) TRANSFERT DE PROPRIETE Libellé de la Réforme relative à la procédure de l enregistrement et de publication de l acte de vente : R10 : Institution de la procédure fusionnée d enregistrement et de publication de l acte de vente par la conservation foncière réduisant les délais de 25 à 15 jours. Parmi les formalités administratives nécessaires pour acquérir une propriété immobilière, les Services de la Direction Générale des Impôts procédaient initialement à deux formalités: celle de l enregistrement puis celle de la publication de l acte de vente. Pour rappel, la publication ou la publicité foncière consiste à informer le grand public des changements intervenus sur le bien (notamment le changement de propriétaire). Avec la Reforme matérialisée par l Annexe au Budget 2014, ces deux formalités ne font plus qu une ; ce qui a réduit leurs délais de 25 jours à 15 jours. Cette réforme est d application depuis le 1 er janvier La Côte d Ivoire a fusionné les deux procédures d enregistrement et de publication des actes de vente en une seule. Impact : Réduire le nombre de procédures d enregistrement et de publicité foncière de 2 à 1; Réduire les délais liés à ces deux anciennes procédures de 25 à 15 jours. Entrée en vigueur du texte : 1er Janvier 2014 Libellé de la Réforme sur le registre foncier : R32 : Mise en ligne du Livre Foncier (LIFE). Dans le cadre de la modernisation des services publics, la Côte d Ivoire a décidé de dématérialiser le Registre foncier en le mettant sous forme électronique et en ligne sur Internet. Ce Registre électronique appelé Livre Foncier Electronique ou LIFE permet aujourd hui aux notaires d avoir accès depuis leurs bureaux aux informations dont ils ont besoin pour préparer les documents relatifs à la vente/achat du bien immobilier. Impact : Réduire les délais d obtention des informations nécessaires à la préparation des documents de la transaction de 10 à 5 jours; Entrée en vigueur du texte : 14 Mai 2014 Libellé de la Réforme : R15 : Réduction les taux des droits d'enregistrement sur les mutations d'immeubles de 7% à 6% Le Gouvernement de Côte d Ivoire a consenti depuis 2013, une réduction du taux du droit d'enregistrement en matière de mutation d'immeuble, en le ramenant de 10% à 7%. Ces efforts se sont poursuivis en 2014 avec une réduction de ce taux à 6%. Impact : Réduire le taux de droits d enregistrement des mutations d'immeubles de 7% à 6%. Entrée en vigueur du texte : 18 avril 2014 PROTECTION DES INVESTISSEURS Libellé de la Réforme sur les droit des actionnaires : R21 : Permettre aux actionnaires ou associés détenant une part inférieure ou égale à 10% du capital social, de demander l'expertise d'une transaction effectuée par les dirigeants de l'entreprise. Le 30 janvier 2014, le Conseil des Ministres de l OHADA a adopté l Acte Uniforme révisé relatif au Droit des Sociétés Commerciales et du Groupement d Intérêt Economique. Cet Acte en vigueur depuis le 05 mai 2014, institue de nouvelles règles juridiques relatives à la protection des investisseurs. Il améliore notamment dans le fonctionnement des sociétés commerciales, l indice de divulgation des informations et celui relatif à l étendue de la responsabilité des dirigeants sociaux. Impact : Accroitre l indice de facilité des poursuites Entrée en vigueur du texte : 5 mai 2014 Libellé de la Réforme sur les transactions : R22 : Permettre aux actionnaires de demander réparation aux dirigeants pour une transaction conclue et approuvée par les organes dirigeants de l'entreprise en cas d'abus, de déséquilibre, de conflit d'intérêt ou de préjudices subis. A travers cette réforme, les actionnaires seront dans la capacité de défendre leurs droits et intérêts et pourront engager en justice la responsabilité des dirigeants. Impact: Accroitre l indice de responsabilité des dirigeants Entrée en vigueur du texte : 5 mai 2014 juillet 2014 #008 LA TRIBUNE DU PATRONAT 7

8 Actualité APE Accord de partenariat économique La sensibilisation se poursuit Mettre les représentants du secteur privé au même niveau d information et offrir aux ivoiriens de bonnes informations sur le processus de l accord régional APE-CEDEAO, c est dans cette optique que le Ministère de l intégration Africaine et des Ivoiriens de l Extérieur a organisé un séminaire sur les APE. Cette action visait à expliquer largement l Accord de Partenariat Economique entre la CEDEAO et l Union Européenne. «L APE consistera à mettre en place une zone de libre échange réciproque entre l UE et nos régions ACP conformément aux règles de l organisation du commerce. Mais, ce nouveau cadre ira au-delà des échanges commerciaux et portera sur le développement des régions ACP et l intégration de ces régions à l économie mondiale. L APE veut imprimer des changements importants dans la structure et le volume de la production et des exportations des ACP grâce à plusieurs outils» a indiqué à l ouverture, le Directeur de cabinet du Ministre Ally Coulibaly, Monsieur Diamoutene Alassane Zié.Face aux craintes et préoccupations qui ont souvent cours sur la question des APE, Monsieur Diamoutene Alassane Zié a appelé les sceptiques à quitter «l approche dogmatique et émotive» pour rechercher la vérité et lever les équivoques. «Il convient de préciser qu il ne s agit pas d ouvrir à tous vents les marchés. L ouverture des marchés ne concernera pas les produits et les secteurs sensibles agricoles et industriels que nous jugeons nécessaire de protéger. Pour les autres produits, l ouverture sera très graduelle et comprendra une flexibilité suffisante pour les protéger grâce à des mécanismes de sauvegarde permettant de faire face à des problèmes qui pourraient subvenir», a-t-il expliqué. Puis d ajouter : «Ce dont nous avons la conviction que c est que l APE devrait nous permettre d améliorer notre compétitivité, d augmenter notre capacité de production de transformation et d exportation de produits agricoles et industriels». A son tour, le représentant de l Union Européenne à cet atelier Monsieur Bruno Pozzi a souligné que l APE va permettre de donner un coup d essor au partenariat commercial qui existe entre l Afrique de l Ouest et l Union Européenne. «En effet l APE propose une approche progressive et programmée dans le temps pour libéraliser la plupart des échanges et de biens entre l Afrique de l Ouest et l UE. Tandis que l UE s engage à pratiquer une ouverture totale de ses marchés, les pays d Afrique de l Ouest ont la possibilité d exclure du processus de libéralisation toute une gamme de marchandises. Ils bénéficient de clauses de protection des industries naissantes assorties d autres mesures visant à garantir que l ouverture des marchés instaurée par les APE ne ruinera pas leurs efforts de développement», a-t-il assuré. A l en croire, l APE offre de multiples avantages aux consommateurs et aux producteurs. «L Accord offre des opportunités significatives à la fois aux producteurs et aux consommateurs en Afrique de l Ouest. Pour les producteurs ; l accord préserve l accès en franchise de droit et hors quota au marché européen et dans un traité international permanant. Il contribuera à baisser le coût de certains produits importés de biens d équipement, facilitant ainsi l investissement et la compétitivité. Pour les consommateurs l accord offre l accès à une palette de produits de qualité élargie et à moindre coût», a-t-il fait savoir. Pour le représentant de la société civile, Docteur Christophe Kouamé, celle-ci ne «ne saurait cacher sa joie et sa satisfaction face à une telle avancée» Capital-Investissement Une réponse à la problématique de financement des entreprises La Confédération Générale des Entreprises de Côte d Ivoire (CGECI), la Chambre de Commerce et d Industrie de Côte d Ivoire et le Cabinet PricewaterhouseCoopers (PWC), ont organisé le Mercredi 16 Avril 2014, une rencontre d échanges sur les opportunités qu offrent les modes de financement alternatif. Selon M. Andrei UGAROV, Directeur Corporate Finance chez PWC, l Afrique ne présente plus de risque, il est plus risqué de ne pas investir en Afrique que d investir en Afrique. Pour lui, le continent est devenu un Intérêt stratégique. D autant plus qu aujourd hui il existe plus de financement que de projets crédibles. Les secteurs de la santé, l agriculture, les télécom ont un besoin d investissement colossal et attirent les fonds. L histoire des fonds d investissements a commencé en Afrique depuis les années 1990 dans les pays Anglophones que sont l Afrique du Sud, ensuite le Nigeria et le Ghana. Désormais les pays francophones sont dans la course et sont en passe de refaire leur retard. Le niveau de crédit accordé aux entreprises est certes en hausse, +23% soit 550 milliards FCFA (chiffres APBEF-CI), mais le concours des fonds d investissements s avère indispensable pour une simple raison opérationnelle. Ceci, dans la mesure où le mode de fonctionnement des fonds d investissements fournit de multiples avantages non compris dans l offre traditionnelle des banques. Ainsi, les fonds ne prêtent pas d argent, puisqu ils financent la croissance de l entreprise par une prise de participation allant de 20% à 50%. Ce qui les expose aux mêmes risques que l entrepreneur. Plusieurs autres explications ont été données. Notamment la capacité des fonds d investissements à aider l entreprise dans l extension de son offre, la transparence dans la gestion, etc. Il est revenu que l un des critères importants pour bénéficier des financements des fonds d investissements est le taux de rentabilité de l entreprise. Un taux qui doit avoisiner les 25 %. Aussi, la qualité du management constitue-t-elle un élément primordial des critères de sélection des entreprises candidates au financement des fonds d investissements. Les fonds en question ne restent dans le capital d une entreprise que sur 5 ou 7 ans, après, ils sortent du capital soit, à travers la bourse ou en cédant ses parts à un autre fonds ou tout simplement en les revendant à un investisseurs tiers. Pour éviter tout malentendu ou conflit d intérêt, il est recommandé que les entreprises qui veulent bénéficier d un financement de la part des fonds d investissement, aient préalablement recours à un conseil. Cette rencontre a bénéficié de la présence et de l expertise de M. OUATTARA Lakoun, Directeur Général de la CGECI, modérateur et de messieurs Andrei UGAROV, Directeur Corporate Finance, Yann ASSOR et Coulibaly Souleymane de chez PWC. Les fonds aujourd hui en service en Afrique Francophone sont : ACP ; Afraaj group ; Actis ; AfriInvest ; Amethis ; Propaco, Ifc Hellios 8 LA TRIBUNE DU PATRONAT #008 JUILLET 2014

9 SMIG Actualité juillet 2014 #008 LA TRIBUNE DU PATRONAT 9

10 Dossiers batiments et travaux publics BTP Comment accompagner les entreprises du secteur? La relance de l économie par les investissements dans les infrastructures offre des perspectives alléchantes au secteur des BTP en Côte d Ivoire. Mais, ces opportunités ne se traduisent pas toujours en marchés pour les entreprises du secteur et quand c est le cas, certaines conditionnalités nuisent considérablement à leur exécution. Le Président du GIBTP, Monsieur KONGO-KOUADIO KOUASSI se veut claire sur le sujet. Il estime qu il est temps de se pencher sur la nécessité de moderniser le cadre des activités du secteur, notamment en apportant plus de visibilité et de transparence dans la passation des marchés publics et en modernisant le Code des marchés. Celui-ci pèche en effet sur trois points. D une part, disposant que l avance de démarrage est facultative, la seule condition exigée de la mise en vigueur des travaux est la signature du marché. Il conviendrait désormais de subordonner la mise en vigueur du marché à la réception de l ordre de service de notification du marché, à la mise à disposition du site et au paiement de l avance de démarrage. En outre, il est stipulé que l avance de démarrage ne peut excéder 15% de la valeur du marché. Cette avance devrait être relevée jusqu à 30%, tel que pratiqué selon les normes internationales, étant entendu que cette avance est cautionnée à 100% par le titulaire du marché. Enfin, les délais de paiement sont fixés à 90 jours au lieu de 60, voire 45 jours, comme cela est pratiqué, ailleurs dans le monde. Ce délai, bien qu étant contractuel, est rarement respecté. Il convient d en venir à de bonnes pratiques, telles que le stipule, par exemple, la LME (loi de modernisation des entreprises) en Europe, qui contraint les donneurs d ordre, ou tous autres clients commerciaux, à payer à bonne date leurs fournisseurs. Une telle loi serait une avancée essentielle en matière d environnement des affaires en Côte d Ivoire. Par ailleurs, le Président du GIBTP traduit le vœu selon lequel les entreprises souhaitent avoir une bonne visibilité quant aux investissements publics alloués au secteur; elle est la condition pour les entreprises de réagir à bon escient. Elle les met en position de rationaliser le plan de développement de leurs activités et de décider efficacement des équipements techniques et machines idoines à acquérir, des ressources humaines compétentes à embaucher et du personnel à former, etc. N estce pas une solution possible pour l emploi des jeunes? Se demande-t-il, avant de faire des propositions : Il est nécessaire que l autorité publique communique sur la planification de ses investissements à un horizon suffisamment long pour être pris en compte de manière efficiente par les entreprises du BTP. Dans la même veine, il convient de faire aboutir le projet de catégorisation des entreprises. Cette opération, dont l objectif est de faire participer, lors des appels d offres, les entreprises en fonction de leurs capacités, évaluées en termes de ressources matérielles, humaines et financières, aura l avantage d éviter les déperditions de fonds et les surcoûts, dans le cadre de l exécution de la commande publique. Une ultime suggestion est que l Etat ne puisse lancer des marchés que quand les fonds requis à cet effet sont disponibles ; ce qui permettrait d éviter le cumul des créances publiques qui mettent à mal la bonne santé de des entreprises. Les conditions de développement du secteur du BTP, et en particulier des PME, s articulent ainsi autour de la problématique des conditions de mise en vigueur des marchés (qui sont fondés sur le respect de l équilibre et de l équité des engagements du donneur d ordre vis à vis des entreprises et réciproquement), de la transparence de la compétition et du règlement effectif des travaux exécutés. Conclut Monsieur KONGO-KOUADIO KOUASSI 10 LA TRIBUNE DU PATRONAT #008 JUILLET 2014

11 batiments et travaux publics Dossiers IMMOBILIER Un déficit à combler Avec un déficit de logements par an dans le seul district d'abidjan et plus de logements par an sur l'ensemble du territoire national, le pays connaît une véritable crise du logement depuis plusieurs années. Selon des architectes, l'offre émanant généralement de promoteurs privés n atteint pas 3000 logements par an à Abidjan. Selon des statistiques, à Abidjan, 75 % de la population est locataire contre 25 % de propriétaires, quand les cours communes dominent encore le paysage immobilier abidjanais et concentrent près de 36 % de la population. Cette crise du logement a d ailleurs motivé une analyse par le gouvernement des différents aspects de l Habitat social et économique, notamment les conditions de financement, les volets fonciers et institutionnels en vue de la mise en place d une politique générale de financement de l Habitat en Côte d Ivoire. Le gouvernement a ainsi admis qu il faut au moins 400 milliards de francs CFA par an pour financer l habitat en Côte d Ivoire. Certes, il existe des promoteurs immobiliers qui se sont investis dans le secteur de l habitat, mais leurs offres atteignent à peine 3000 logements par an. Ces derniers sont d ailleurs critiqués pour la qualité des matériaux utilisés et le coût exorbitant des maisons. Selon certains analystes du domaine de l'immobilier, l'etat a intérêt à rester un acteur majeur dans la promotion des logements sociaux s'il veut tenir les engagements pris par l'autorité suprême du pays. Car, avancent-ils, le social se fait avec des ressources dédiées en termes de taux d'intérêt et de longue durée. Le coût du terrain et des matériaux de construction, la marge du promoteur immobilier, la fiscalité sont autant de facteurs qui contribuent au renchérissement des prix des logements en Côte d'ivoire. Il faut donc une forte volonté politique traduite dans les faits comme au Maroc si le gouvernement ivoirien espère voir aboutir son projet de logements d ici 2015 à Abidjan, 75 % de la population est locataire contre 25 % de propriétaires juillet 2014 #008 LA TRIBUNE DU PATRONAT 11

12 Dossiers batiments et travaux publics GIBTP Une organisation pour la promotion du Bâtiment et des Travaux Publics Le Groupement Interprofessionnel du Bâtiment et des Travaux Publics (GIBTP) est la principale organisation professionnelle privée dans le secteur du BTP en Côte d Ivoire. En conséquence, autant les grandes entreprises, que les PME les plus performantes du secteur Bâtiment et Travaux Publics opérant en Côte d Ivoire. La vocation principale de cette organisation est d aider l industrie ivoirienne du BTP à mieux exploiter toutes ses potentialités et renforcer sa position sur le marché national et régional. Depuis sa création, le GIBTP a acquis une expertise auprès des Institutions Publiques Nationales et Internationales. Les 26 entreprises, les plus importantes, sont actuellement membres du GIBTP. Le GIBTP est membre de la Confédération Générale des Entreprises de Côte d Ivoire (CGECI). Le GIBTP a pour missions principales de : - Coordonner l activité patronale ; - Défendre et promouvoir les intérêts de l industrie du BTP ; - Représenter les membres auprès des autres opérateurs économiques ; - Développer et promouvoir la coopération technique et économique entre professionnels ivoiriens du secteur BTP, en matière de stratégies, programmes, projets et équipements ; - Identifier et résoudre en commun les problèmes de l Industrie du BTP ; - Etablir et promouvoir une coopération technique avec les organismes d aide et de développement ; Informer les membres. Pour atteindre ses objectifs, le GIBTP assure : - Le suivi du marché du BTP et de la situation de l offre et de la demande, besoins des entreprises et innovations technologiques; - La collecte et la diffusion des données statistiques sur l activité BTP; - La publication de rapports et d études pour le compte de ses membres; - L assistance aux Gouvernements pour la préparation de mesures économiques destinées à faciliter le développement durable de l industrie du BTP; 12 LA TRIBUNE DU PATRONAT #008 JUILLET 2014

13 batiments et travaux publics Dossiers La représentation du collège employeur au Tribunal de Travail. Le secrétariat de la Commission d Officialisation des Prix. Le GIBTP participe, également, à toutes les consultations et actions d envergure initiées par les acteurs institutionnels des Marchés Publics, en tant que membre, pour le secteur privé, du Conseil de l Autorité Nationale de Régulation des Marchés Publics (ANRMP). Le groupement est aussi un interlocuteur privilégié du Gouvernement, et des Institutions multilatérales de développement. Les organes centraux du GIBTP sont les suivants : > ASSEMBLEE GENERALE : instance d orientation, elle se réunit une fois l an. > CONSEIL D ADMINISTRATION : instance de contrôle du groupement, le conseil se réunit une fois par mois. > BUREAU DU CONSEIL D ADMINISTRATION : instance de décision du groupement, le bureau du conseil délibère sur toutes questions entre deux réunions consécutives du Conseil d Administration. > COMMISSIONS SPECIALISEES: Elles ont un rôle central de manière générale et sectorielle dans le dispositif de dialogue permanent et favorisent la synergie d actions au sein de la profession. > SECRETARIAT GENERAL : Il est la structure exécutive qui gère le GIBTP au quotidien. Le Secrétariat du Groupement est assuré par un Secrétaire Général. Il est chargé de la coordination et du suivi des programmes d'activités établis par l Assemblée Générale et le Conseil d Administration juillet 2014 #008 LA TRIBUNE DU PATRONAT 13

14 Dossiers Publi-reportage la main verte La Main Verte Environnement, un label de qualité Le bureau d études «La Main Verte Environnement», est sorti de l esprit d un ingénieur horticole, M. Dim Sawadogo, qui le crée en 1999, pour répondre à un besoin du marché ivoirien. Le projet a vite pris de l ampleur, passant du stade d une entreprise spécialisée dans les métiers du paysage et de l horticulture ornementale, à celui d une entreprise ouverte sur les métiers du bien-être quotidien : l espace vert et les jardins publics. Ces équipes interviennent régulièrement sur tout le territoire ivoirien et effectuent des missions dans la sous-région ouest-africaine et au-delà : une entreprise à vocation nationale et internationale. Jardiniers, techniciens, illustrateurs, décorateurs, paysagistes, composent l équipe de la Main Verte Environnement, qui assure sous la direction de M. Sawadogo, la réalisation complète des projets. Le bureau d études est situé à Abidjan dans le quartier résidentiel des Deux-Plateaux. C est là que se conçoivent les différents plans d aménagement paysager, à partir de briefings, du questionnaire design, de plans, et de photos d un site à aménager, tout ceci tenant compte des besoins du client et des contraintes environnementales. De la création à la réalisation, le paysagiste Dim Sawadogo aborde la problématique du jardin de façon tout à fait spéciale. En effet, sur la base de son travail qui est le jardin tropical, auquel il mêle harmonieusement les principes du jardin contemporain, il s attaque aussi bien aux formes et aux reliefs qu aux éléments structuraux : chemins, pièce d eau, mur végétal, éclairage. L ambition est clairement affichée. Il s agit de créer le bien- être par l amélioration du cadre de vie de chacun et de tous. L objectif principal est la mise en cohérence des contraintes techniques et environnementales pour une vision paysagiste durable. Engagé dans le développement durable, le bureau d études accorde une place prépondérante aux développements écologiques, sociaux et économiques. Par exemple, l utilisation de produits homologués, l éducation des usagers des jardins, et l écoute du client. Deux départements animent la vie de la Main Verte Environnement. Le département «Jardin et Espace vert» et le département «pestes contrôles opérations». Le premier est en charge de toutes les activités horticoles qui prennent en compte l Aménagement Paysager, la gestion d espaces verts, l expertise horticole, l écologie et l environnement. 14 LA TRIBUNE DU PATRONAT #008 JUILLET 2014

15 Publi-reportage Dossiers Le deuxième département regroupe les activités de lutte contre la peste : l hygiène publique, le traitement des denrées stockées et la protection phytosanitaire. La Main Verte Environnement participe régulièrement à des manifestations publiques pour son rayonnement et pour le développement de l horticulture paysagère. Le Salon de l Agriculture et des Ressources Animales d Abidjan, le Salon de l Architecture et du bâtiment d Abidjan, le Salon du Mariage et Art en Ciel, jardin suspendu sur le toit de l hôtel IBIS, ont tous reçu la marque du personnel de la Main Verte Environnement. Celle qui se caractérise par sa jeunesse, son dynamisme, sa compétence et son expérience professionnelle à toutes épreuves. Des équipes interviennent partout en Côte d Ivoire et au- delà où son expertise est reconnue. La Main Verte Environnement est aujourd hui un label de qualité. En témoigne la confiance toujours renouvelée de ses clients et partenaires LA MAIN VERTE ENVIRONNEMENT Adresse géo : Il Plaleaux Vallons Adresse postale : 11bp 1216 Abidjan 11 Ville : Abidjan Tel : Fax : juillet 2014 #008 LA TRIBUNE DU PATRONAT 15

16 Dossiers Publi-reportage entrevue M. Ozin Christophe / Directeur général de L Art Ivoirien L électricité c'est de l Art «L Art Ivoirien» est une société spécialisée dans le domaine de l électricité, avec à sa tête M. Ozin Christophe qui dispose d une solide expérience dans le domaine. Grâce à des techniciens expérimentés et qualifiés, l importance et la qualité des équipements à la pointe de la technologie, «l Art Ivoirien» a réussi le pari de satisfaire sa clientèle aussi bien en Côte d Ivoire qu en Afrique de l Ouest. Les activités de cette entreprise de référence sont nombreuses dans sa spécialité que représente l électricité. L électrification villageoise Depuis des décennies, «l Art Ivoirien» a doté de nombreux villages du courant électrique dans le cadre de l électrification villageoise et des projets du BNETD en Côte d Ivoire. En accompagnant les autorités dans leur quête pour apporter l électricité dans les endroits souvent reculés, «l Art Ivoirien» participe au développement de l ensemble des populations qui y vivent. Tout le monde sait ce que peut générer le courant électrique : Un véritable moyen de changement de vie et de développement économique. particulière. Des sociétés privées et publiques, des organismes internationaux et des professionnels continuent de faire confiance à «l Art Ivoirien» pour son expertise qui dépasse les frontières ivoiriennes. En effet, d importants travaux réalisés dans la sous-région attestent du travail bien fait. Cette notoriété implique forcement des exigences au niveau de l exécution des projets : Un travail de professionnels pour faire de l électricité un ART «L Art Ivoirien» a su mettre sur pied de véritables réseaux qui garantissent une mise en œuvre de mains de spécialistes pour des installations de qualité, et a su exporter cela au Bénin, en Guinée et au Mali, au cours de ces trois dernières décennies. De l électricité dans les immeubles et bâtiments «L Art Ivoirien» dispose d équipes de maîtrise et d exécution, de moyens importants en matériel et d une longue expérience pour concevoir, réaliser des travaux de grandes envergures dans de nombreux secteurs d activités. Des immeubles et des bâtiments à Abidjan bénéficient des installations électriques de cette société. De même cette société a réalisé l électrification de l université de Bouaké (Campus I et II), toutes les régies financières, l automatisme des groupes électrogènes dans des hôpitaux (blocs opératoires), l installation de compteurs adaptés etc. L électricité est de l Art Dans le réseau électrique tout n est pas exclusivement technique. «L électricité est de l Art» selon le premier patron de l Art Ivoirien, M. Ozin Christophe. En effet, dans la finition d un ouvrage, «l Art Ivoirien» ajoute sa marque d embellissement soumise à une expertise 16 LA TRIBUNE DU PATRONAT #008 JUILLET 2014

17 Publi-reportage Dossiers juillet 2014 #008 LA TRIBUNE DU PATRONAT 17

18 Dossiers Publi-reportage entrevue M. Amadou Coulibaly Directeur général de l Ivoirienne de Fibrociment (IFC) Nous voulons améliorer le cadre de vie de nos populations Au centre de ses préoccupations l écologie et l économie de l énergie. Le Directeur Général de l Ivoirienne de Fibrociment (IFC), M. Amadou Coulibaly, dirige depuis 2007, l unité industrielle de la seule entreprise en Afrique de l Ouest qui produit des plaques fibrociment sans amiante. Ce qui frappe immédiatement dans votre bureau, ce sont les nombreux prix qui ont été décernés, aussi bien en Côte d Ivoire qu à l étranger, à IFC. Est-ce une grande marque de fierté pour vous? Je crois que cela est le résultat de la persévérance et de l abnégation de toute l équipe que je dirige. Nous y mettons de la rigueur, de l autorité mais aussi de l humanisme. Les différents prix obtenus à travers le monde témoignent de la confiance que ces spécialistes placent en nos produits. Quels sont les produits fabriqués par votre unité industrielle? IFC est spécialisé dans la fabrication des plaques ondulées et plaques en fibrociment. Ces produits servent à la couverture des bâtiments, des bardages, et des plafonds. Et la question de l amiante dont l utilisation a provoqué des problèmes de santé dans certains pays? Cela est très important car l Etat de Côte d Ivoire a interdit l utilisation de l amiante dans les matériaux de construction, depuis Nos produits sont donc sans amiante, par conséquent sans produits cancérigènes. Le fibrociment comprend outre le ciment, des fibres de PVA, de la silice, de la mousse de mer, et de la cellulose. C est donc un élément de couverture sans amiante qui est fabriqué en Côte d Ivoire. Quel est votre slogan? La toiture pour l Afrique. Le fibrociment a des caractéristiques et des avantages qui peuvent améliorer le cadre de vie de nos populations. C est un isolant contre la chaleur, il est durable, protège contre le bruit et est un anti- feu. Ce qui donne des avantages écologiques, économiques, esthétiques et inoxydables. Comment vos produits sont- ils appréciés? IFC a noué des partenariats destinés à conquérir le vaste marché sousrégional. Le Bénin, le Burkina-Faso et le Mali reçoivent nos livraisons dans le cadre de l exécution de nombreux projets qui prennent en compte les caractéristiques et les avantages de nos produits. En Côte d Ivoire, des particuliers et des sociétés nous ont déjà fait confiance pour la couverture des toitures. Car nous couvrons tout type de bâtiment. La capacité de production de notre unité est de l ordre de 4500 plaques par jour, elle produit aujourd hui 1800 plaques par jour pour éviter des coûts de stockage trop élevés. Qu attendez-vous des pouvoirs publics? Les réalisations de toitures avec nos produits peuvent aider les pouvoirs publics à faire des économies. Nos produits sont résistants, durables et adaptés à notre climat chaud. Même en saison de pluie ils apportent toujours le confort. Nos écoles, nos hôpitaux, marchés et bâtiments administratifs doivent être couverts par des produits fiables. Il y a encore des toitures en fibrociment livrées durant l époque coloniale qui sont visibles aussi bien à Abidjan qu à l intérieur du pays. Par exemple, la toiture de l école primaire plateau II à Dimbokro, au début des années cinquante, est toujours intacte. Dans certaines parties du Plateau, des toits en fibrociments qui datent de la période avant l indépendance en 1960, résistent encore au temps. Il y a-t-il des précautions à prendre dans la construction des bâtiments avec la toiture en fibrociment? Il faut respecter les normes de pose et surtout éviter de marcher entre les poutres. Avez-vous un défi à relever? Il s agit de faire de l IFC une entreprise leader dans la production et la commercialisation de ce matériau au niveau continental «La toiture pour l Afrique» est la parfaite illustration de cette ambition SA "IVOIRIENNE DE FIBRO-CIMENT" par abréviation "I.F.C" SIEGE SOCIAL: ABIDJAN-Z. I. YOPOUGON 01 BP 4701 ABIDJAN LA TRIBUNE DU PATRONAT #008 JUILLET 2014

19 Publi-reportage Dossiers CICO CICO garantit une finition sûre et professionnelle CICO (Côte d Ivoire Construction) est une Société Anonyme, spécialisée dans le domaine de l étude, la conception et l exécution de travaux de bâtiments et de génie civil. Avec à sa tête M. Djedjero Mathieu AKPA, ingénieur des Travaux Publics, diplômé de l ENSTP (Ecole Nationale Supérieure des Travaux Publics) de Yamoussoukro ; l entreprise dispose de techniciens expérimentés et qualifiés. Grâce au choix de matériaux adéquats, la conscience professionnelle de son personnel, l importance et la qualité des équipements, la société a réussi à satisfaire sa clientèle et à s implanter sur le marché national et sous régional. Aujourd hui, CICO souhaite accroitre sa notoriété et s étendre au reste de l Afrique. Elle souhaite mettre son expertise à la disposition des Etats, des sociétés publiques et privées, des organismes internationaux, des professionnels et des particuliers afin de relever des challenges de plus en plus importants. Bâtiment tout corps d état : Chez CICO, nous faisons fusionner l ensemble des corps de métier du BTP. Du Gros œuvre au Second œuvre, en passant par l Aménagement, la Finition, l Embellissement et le Sol. CICO vous garantit une mise en œuvre de main d expert pour des constructions de qualité. Ouvrages de génie civil : CICO dispose d équipes de maîtrise et d exécution, de moyens importants en matériel et d une forte expérience. Nous nous occupons de la conception, de la réalisation, de l exploitation et de la réhabilitation d ouvrages de construction et d infrastructures. Notre mission est de répondre aux besoins de la société, tout en assurant la sécurité du public et la protection de l environnement. VRD (Voiries et réseaux divers) : CICO intervient sur l ensemble des réseaux d alimentation de votre habitation, ainsi que les voies de circulation. Dans ce réseau, nous retrouvons généralement le réseau électrique, l eau, le gaz mais également les évacuations d eau usées. Ces réseaux sont la plupart du temps enterrés et soumis à des règles précises quant à la profondeur, l espacement ou les matériaux II Plateaux boulevard Latrille face station Oil Lybia Tél : Fax : Boite Postal: 06 BP 6941 Abidjan 06 Site Web: juillet 2014 #008 LA TRIBUNE DU PATRONAT 19

20 Enjeu CGECI ACADEMY 2014 PND Monsieur OUATTARA Lakoun, Directeur Général de la CGECI, lors de sa présentation à la CGECI Academy les opportunités d affaires autour des grands projets d infrastructures Dans le cadre de "CGECI ACADEMY 2014", organisé sous le thème : "un entrepreneur un projet", la Confédération Générale des Entreprises de Côte d Ivoire (CGECI) a décidé de mettre à la disposition des entreprises et des porteurs de projets, l ensemble des opportunités d affaires que peut générer le PND. Nous vous présentons ci-après un résumé du catalogue d identification des opportunités d affaires autour des grands projets d infrastructures. Dans ce contexte de résurgence économique plusieurs questions se posent pour les acteurs Nationaux. Pour l état: Comment assurer une croissance inclusive et redistributive au travers de ces investissements publics? Comment garantir des externalités positives de ces projets en termes de création d emplois, de création de réseau de sous-traitants nationaux performants, ainsi que la capitalisation en termes de savoir-faire technique et managérial? AEROPORTUAIRES La liste des projets aéroportuaires prioritaires, au nombre de quatre (4) s accompagne de la Cartographie des types d opportunités (28 projets) sur les projets d infrastructures aéroportuaires profitables à d autres investisseurs. Environ 106 milliards FCFA sont en jeu. Pour le Secteur Privé et les Entrepreneurs en herbe: Comment se positionner pour capitaliser sur ces projets et flux financiers et créer de la richesse de façon pérenne? Comment demeurer compétitif dans un environnement ouvert et qui sera fortement concurrentiel? Comment financer son projet? L analyse de l impact des projets d infrastructure s est focalisée sur les types et le nombre d objectifs OMD (Objectif Mondial pour le Développement) que chaque projet d infrastructure impacte. Ainsi, une route impactera directement le développement, alors qu un hôpital impactera la santé maternelle et la mortalité infantile. Les projets d infrastructures occasionnent des opportunités aussi bien pour ceux qui veulent se lancer dans l entrepreneuriat que pour les PME existantes. Les catalogues ci-après retracent ces opportunités. 20 LA TRIBUNE DU PATRONAT #008 JUILLET 2014

CONFERENCE DE PRESSE SUR LES REFORMES DE L AMELIORATION DE L ENVIRONNEMENT DES AFFAIRES EN CÔTE D IVOIRE, FOCUS DOING BUSINESS 2015

CONFERENCE DE PRESSE SUR LES REFORMES DE L AMELIORATION DE L ENVIRONNEMENT DES AFFAIRES EN CÔTE D IVOIRE, FOCUS DOING BUSINESS 2015 CONFERENCE DE PRESSE SUR LES REFORMES DE L AMELIORATION DE L ENVIRONNEMENT DES AFFAIRES EN CÔTE D IVOIRE, FOCUS DOING BUSINESS 2015 ESSIS ESMEL EMMANUEL DIRECTEUR GÉNÉRAL DU CEPICI 21 MAI 2014 SALLE DE

Plus en détail

TABLEAU RÉCAPITULATIF DES RÉFORMES 2014 ET TEXTES Y AFFÉRENTS FOCUS DOING BUSINESS 2015

TABLEAU RÉCAPITULATIF DES RÉFORMES 2014 ET TEXTES Y AFFÉRENTS FOCUS DOING BUSINESS 2015 TABLEAU RÉCAPITULATIF DES RÉFORMES 2014 ET TEXTES Y AFFÉRENTS FOCUS DOING BUSINESS 2015 No. LIBELLE DE LA REFORME DESCRIPTION DE LA REFORME NATURE DU DOCUMENT DATE DE MISE EN VIGUEUR Indicateur 1 : Création

Plus en détail

COMMUNICATION SUR LES REFORMES D AMELIORATION DE L ENVIRONNEMENT DES AFFAIRES, FOCUS DOING BUSINESS

COMMUNICATION SUR LES REFORMES D AMELIORATION DE L ENVIRONNEMENT DES AFFAIRES, FOCUS DOING BUSINESS Réf.: 25_2014/SEA/120514 COMMUNICATION SUR LES REFORMES D AMELIORATION DE L ENVIRONNEMENT DES AFFAIRES, FOCUS DOING BUSINESS +usiness 2015 Pour une Règlementation SMART de l Environnement des Affaires

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DES REFORMES 2014, FOCUS DOING BUSINESS 2015

NOTE DE PRESENTATION DES REFORMES 2014, FOCUS DOING BUSINESS 2015 Réf.: 25_2014/SEA/120514 COMMUNICATION SUR LES REFORMES D AMELIORATION DE L ENVIRONNEMENT DES AFFAIRES, FOCUS DOING BUSINESS NOTE DE PRESENTATION DES REFORMES 2014, FOCUS DOING BUSINESS 2015 +usiness 2015

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DES REFORMES 2014, FOCUS DOING BUSINESS 2015

NOTE DE PRESENTATION DES REFORMES 2014, FOCUS DOING BUSINESS 2015 Réf.: 25_2014/SEA/120514 AMELIORATION DE L ENVIRONNEMENT DES AFFAIRES EN COTE D IVOIRE NOTE DE PRESENTATION DES REFORMES 2014, FOCUS DOING BUSINESS 2015 Pour une Règlementation SMART de l Environnement

Plus en détail

Assemblées Annuelles de la BAD: mot introductif de la ministre Kaba Nialé lors de la journée promotionnelle dédiée à la Côte d Ivoire

Assemblées Annuelles de la BAD: mot introductif de la ministre Kaba Nialé lors de la journée promotionnelle dédiée à la Côte d Ivoire Assemblées Annuelles de la BAD: mot introductif de la ministre Kaba Nialé lors de la journée promotionnelle dédiée à la Côte d Ivoire (source abidjan.net) La Ministre auprès du Premier Ministre chargée

Plus en détail

Classement Doing Business (Les performances du Sénégal)

Classement Doing Business (Les performances du Sénégal) Classement Doing Business (Les performances du ) Secrétariat du Conseil Présidentiel de l Investissement 52-54, rue Mohamed V, BP 430, CP 18524, Dakar Tél. (221) 338.49.05.55 - Fax (221) 338.23.94.89 Email

Plus en détail

DEFIS ET OPPORTUNITES DU SECTEUR FINANCIER DANS LA PROMOTION DE L INCLUSION FINANCIERE AU SENEGAL

DEFIS ET OPPORTUNITES DU SECTEUR FINANCIER DANS LA PROMOTION DE L INCLUSION FINANCIERE AU SENEGAL Dialogue sur le développement du secteur financier au Sénégal 16 avril 2013, BCEAO-Siège DEFIS ET OPPORTUNITES DU SECTEUR FINANCIER DANS LA PROMOTION DE L INCLUSION FINANCIERE AU SENEGAL Présentation :

Plus en détail

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers U Etude réalisée sous la direction d IDEFIE par Charline Jacob-Nassimian Juillet 2010 UI. La situation économique

Plus en détail

COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 22/05/2013

COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 22/05/2013 République de Côte d Ivoire Union - Discipline Travail Porte- parolat du Gouvernement COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 22/05/2013 Le mercredi 22 mai 2013, un Conseil des Ministres s est

Plus en détail

JOURNAL. OFFICIEL de la. naturelles en République Démocratique du Congo et, SOMMAIRE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE

JOURNAL. OFFICIEL de la. naturelles en République Démocratique du Congo et, SOMMAIRE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE Première partie 55 e année n spécial JOURNAL OFFICIEL de la République Démocratique du Congo Cabinet du Président de la République Kinshasa 18 février 2014 SOMMAIRE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE 11 février

Plus en détail

REPUBLIQUE DU BENIN. Fraternité Justice Travail PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE SECRETARIAT PERMANENT DU CONSEIL PRESIDENTIEL DE L INVESTISSEMENT

REPUBLIQUE DU BENIN. Fraternité Justice Travail PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE SECRETARIAT PERMANENT DU CONSEIL PRESIDENTIEL DE L INVESTISSEMENT REPUBLIQUE DU BENIN Fraternité Justice Travail PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE SECRETARIAT PERMANENT DU CONSEIL PRESIDENTIEL DE L INVESTISSEMENT REFORMES DU GOUVERNEMENT DU BENIN VISANT L AMELIORATION DU CLIMAT

Plus en détail

LE NOUVEAU CODE DES INVESTISSSEMENTS

LE NOUVEAU CODE DES INVESTISSSEMENTS LE NOUVEAU CODE DES INVESTISSSEMENTS I) CONTEXTE II) LES GRANDS CHANGEMENTS III) DISPOSITIF DE GESTION DU CODE REGIMES: BENEFICE DES AVANTAGES PLUS FAVORABLES MECANISME DE CONTRÔLE ET DE SUIVI EVALUATI

Plus en détail

LES RENDEZ-VOUS DU GOUVERNEMENT -------

LES RENDEZ-VOUS DU GOUVERNEMENT ------- MINISTERE AUPRES DU PREMIER MINISTRE CHARGE DU BUDGET --------- CABINET REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE ------------ Union-Discipline- Travail LES RENDEZ-VOUS DU GOUVERNEMENT ------- Présenté par Monsieur

Plus en détail

LA VEILLE JURIDIQUE F.D.K.A

LA VEILLE JURIDIQUE F.D.K.A LA VEILLE JURIDIQUE F.D.K.A Actualité juridique mensuelle N 5 - MAI 2013 Nous avons procédé à la revue de l actualité juridique pendant la période du mois de mai 2013 en vue d identifier les changements

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT BOAD - Guide pratique GUIDE PRATIQUE DESTINE AUX OPERATEURS ECONOMIQUES PRIVES 1. PRESENTATION La Banque Ouest

Plus en détail

Accord de libre échanges Maroc-USA Maroc/USA

Accord de libre échanges Maroc-USA Maroc/USA Conseil National du Commerce Extérieur Accord de libre échanges Maroc-USA Maroc/USA Anticiper Partager Agir 2006 www.cnce.org.ma SOMMAIRE A. Vers une importante ouverture du marché marocain des produits

Plus en détail

JOURNEE NATIONALE DE PARTENARIAT ETAT SECTEUR PRIVE. Allocution de Monsieur le Premier Ministre, Président du Conseil de Concertation

JOURNEE NATIONALE DE PARTENARIAT ETAT SECTEUR PRIVE. Allocution de Monsieur le Premier Ministre, Président du Conseil de Concertation JOURNEE NATIONALE DE PARTENARIAT ETAT SECTEUR PRIVE Allocution de Monsieur le Premier Ministre, Président du Conseil de Concertation 27 Avril 2015, Sofitel Hôtel Ivoire 1 Madame et Messieurs les Présidents

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. des opérateurs privés. Edition 2015. Guide pratique - BOAD 1 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

GUIDE PRATIQUE. des opérateurs privés. Edition 2015. Guide pratique - BOAD 1 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés Edition 2015 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT Guide pratique - BOAD 1 GUIDE PRATIQUE DESTINE AUX OPERATEURS ECONOMIQUES PRIVES 1. PRESENTATION La Banque Ouest

Plus en détail

Les activités du Ministère

Les activités du Ministère MINISTERRE DU COMMERCE, DE L ARTISANAT ET DE LA PROMOTION DES PME ---------------- Le Ministre Le Cabinet ---------------- REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE ---------------- Union-Discipline-Travail Les activités

Plus en détail

République Centrafricaine. Possession, détention, exploitation et commerce de l or et des diamants bruts

République Centrafricaine. Possession, détention, exploitation et commerce de l or et des diamants bruts Possession, détention, exploitation et commerce de l or et des diamants bruts [NB - Ordonnance n 83.024 du 15 mars 1983 fixant les conditions de possession et de détention et réglementant l exploitation

Plus en détail

Note de synthèse du Projet du Budget Citoyen de l année 2016

Note de synthèse du Projet du Budget Citoyen de l année 2016 Note de synthèse du Projet du Budget Citoyen de l année 2016 L élaboration du Projet de Budget Citoyen au titre de l année 2016 s inscrit dans le cadre de la consécration des droits garantis par la Constitution

Plus en détail

4 ème SESSION DU CAMEROON BUSINESS FORUM (CBF) DOUALA-HOTEL SAWA, 21 FEVRIER 2013 RAPPORT GENERAL DU SECRETAIRE PERMANENT DU CAMEROON BUSINESS FORUM

4 ème SESSION DU CAMEROON BUSINESS FORUM (CBF) DOUALA-HOTEL SAWA, 21 FEVRIER 2013 RAPPORT GENERAL DU SECRETAIRE PERMANENT DU CAMEROON BUSINESS FORUM 4 ème SESSION DU CAMEROON BUSINESS FORUM (CBF) DOUALA-HOTEL SAWA, 21 FEVRIER 2013 RAPPORT GENERAL DU SECRETAIRE PERMANENT DU CAMEROON BUSINESS FORUM Excellence, Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement

Plus en détail

: DCC/625/01/14/OSACE

: DCC/625/01/14/OSACE 0 N/Réf : DCC/625/01/14/OSACE A l Attention des porteurs de projet de création d entreprise Entrepreneur - Investisseur - Chef d entreprise - Particuliers Objet: Offre de service d Assistance en Création

Plus en détail

I. AU TITRE DU MINISTERE DU DEVELOPPEMENT RURAL :

I. AU TITRE DU MINISTERE DU DEVELOPPEMENT RURAL : Communiqué du Conseil des ministres du mercredi 7 octobre 2015 Le Conseil des Ministres s est réuni en session ordinaire, le mercredi 7 octobre 2015, dans sa salle de délibérations au Palais de Koulouba,

Plus en détail

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Juin 2013 Agenda Facteurs de développement du secteur bancaire syrien Le secteur bancaire syrien: performance solide, mais La Syrie

Plus en détail

NOTRE ZONE D INTERVENTION : L UEMOA

NOTRE ZONE D INTERVENTION : L UEMOA 1 MGE CONSEIL 2 NOTRE ZONE D INTERVENTION : L UEMOA L Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) est une organisation de l Afrique de l ouest, qui a comme mission la réalisation de l'intégration

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION

CATALOGUE DE FORMATION CATALOGUE DE FORMATION Siège social : Boulevard Latrille 7eme tranche Immeuble ESPLANADE SANTA MARIA. Escalier C. Porte C2 Téléphone : (225) 22 00 72 16 E-mail : info@cabinetimance.com Site Web : www.cabinetimance.com

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

REFORMES OPEREES PAR LE GOUVERNEMENT POUR L AMELIORATION DE L ENVIRONNEMENT DES AFFAIRES EN RDC

REFORMES OPEREES PAR LE GOUVERNEMENT POUR L AMELIORATION DE L ENVIRONNEMENT DES AFFAIRES EN RDC république démocratique du congo Ministère du Plan et Révolution de la Modernité Agence Nationale pour la Promotion des Investissements ANAPI REFORMES OPEREES PAR LE GOUVERNEMENT POUR L AMELIORATION DE

Plus en détail

NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA

NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA MFW4A La finance au service de l afrique

Plus en détail

Présentation AFRICA LINK CAPITAL

Présentation AFRICA LINK CAPITAL Présentation AFRICA LINK CAPITAL ALC, UN PARTENAIRE DE RÉFÉRENCE Africa Link Capital (ALC) est un Cabinet de Conseil Financier et Arrangeur indépendant, ayant une vocation de Banque d Affaires, créé en

Plus en détail

PROJET DE DÉCRET n. NOR : PRMX1522402D/Rose-1 ------ Entrée en vigueur : le texte s applique aux demandes présentées à compter du 12 novembre 2015.

PROJET DE DÉCRET n. NOR : PRMX1522402D/Rose-1 ------ Entrée en vigueur : le texte s applique aux demandes présentées à compter du 12 novembre 2015. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Premier ministre PROJET DE DÉCRET n du relatif aux exceptions à l application du principe «silence vaut acceptation» sur le fondement du 4 du I de l article 21 de la loi n 2000-321

Plus en détail

La stratégie du Groupe BPCE

La stratégie du Groupe BPCE La stratégie du Groupe BPCE 2 edito Groupe BPCE est né en juillet 2009 de la volonté des groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne de construire ensemble le deuxième groupe bancaire en France, un groupe

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST Allocution d ouverture du Secrétaire Général du Conseil Régional de l Epargne Publique et des Marchés Financiers (CREPMF) Monsieur Edoh Kossi

Plus en détail

CHARTE DES PETITES, MOYENNES ENTREPRISES ET DE L ARTISANAT EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

CHARTE DES PETITES, MOYENNES ENTREPRISES ET DE L ARTISANAT EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO 1 REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES CHARTE DES PETITES, MOYENNES ENTREPRISES ET DE L ARTISANAT EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO Kinshasa, le 24 août 2009

Plus en détail

RAPPORT GENERAL DE LA JOURNEE NATIONALE DU PARTENARIAT ETAT SECTEUR PRIVE

RAPPORT GENERAL DE LA JOURNEE NATIONALE DU PARTENARIAT ETAT SECTEUR PRIVE RAPPORT GENERAL DE LA JOURNEE NATIONALE DU PARTENARIAT ETAT SECTEUR PRIVE Sous le Haut-patronage de Son Excellence Monsieur Daniel KABLAN DUNCAN, Premier Ministre de la République de Côte d Ivoire, s est

Plus en détail

Redressement et stabilisation du cadre. Reformes structurelles de l économie Reformes des finances publiques Bonne gouvernance

Redressement et stabilisation du cadre. Reformes structurelles de l économie Reformes des finances publiques Bonne gouvernance Avant - Économie congolaise caractérisée par un tissu industriel délabré - Infrastructures socio-économiques de base détruites - Inflation galopante - Monnaie chancelante Après - Ambitieux programme de

Plus en détail

L AFD AU CAMEROUN. La mise en œuvre du Contrat de Désendettement et de Développement (C2D)

L AFD AU CAMEROUN. La mise en œuvre du Contrat de Désendettement et de Développement (C2D) L AFD AU CAMEROUN La mise en œuvre du Contrat de Désendettement et de Développement (C2D) LUTTER CONTRE LA PAUVRÉTÉ ET FAVORISER UNE CROISSANCE ÉCONO Le groupe de l AFD intervient au Cameroun depuis les

Plus en détail

République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION

République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION Investir pour le futur Anticiper - Innover 01 BP 3726 ABIDJAN

Plus en détail

chambre de commerce de djibouti

chambre de commerce de djibouti 1 Guide PratiQue Sommaire La création d entreprise à djibouti avant-propos... 05 a. Le choix de La Forme juridique... 06 b. LeS étapes de La création d entreprise... 08 1. obtention d un certificat négatif...

Plus en détail

www.droit-afrique.com concessionnaire, le permissionnaire ou l amodiataire déclare avoir produites au cours du mois précédent.

www.droit-afrique.com concessionnaire, le permissionnaire ou l amodiataire déclare avoir produites au cours du mois précédent. concessionnaire, le permissionnaire ou l amodiataire déclare avoir produites au cours du mois précédent. Pour permettre l établissement des états de liquidation, une déclaration signée, affirmée sincère

Plus en détail

FORUM FRANCO-AFRICAIN POUR UNE CROISSANCE PARTAGEE DISCOURS DE SEM ALASSANE OUATTARA LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

FORUM FRANCO-AFRICAIN POUR UNE CROISSANCE PARTAGEE DISCOURS DE SEM ALASSANE OUATTARA LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE ----------------- ------------------ Union-Discipline-Travail FORUM FRANCO-AFRICAIN POUR UNE CROISSANCE PARTAGEE DISCOURS DE SEM ALASSANE OUATTARA

Plus en détail

Le projet Centres des Métiers Ruraux «CMR»

Le projet Centres des Métiers Ruraux «CMR» Atelier pour l Afrique Subsaharienne FORMATION DE MASSE EN MILIEU RURAL, ÉLÉMENT DE RÉFLEXION POUR LA DÉFINITION D UNE POLITIQUE NATIONALE Ouagadougou, Burkina Faso 30 mai au 3 juin 2005 Le projet Centres

Plus en détail

Les mesures pour relancer la construction de logements

Les mesures pour relancer la construction de logements Les mesures pour relancer la construction de logements Janvier 2015 Le logement est devenu, pour la plupart des Français, cher et difficilement accessible. Le secteur de la construction traverse une grave

Plus en détail

Par Claude d Almeida, mai 2012.

Par Claude d Almeida, mai 2012. 1 er FORUM ÉCONOMIQUE DU PATRONAT IVOIRIEN Thème : «MÉCANISMES INNOVANTS ET ALTERNATIFS DE FINANCEMENT DU SECTEUR PRIVÉ» Par Claude d Almeida, mai 2012. CLAUDE D ALMEIDA, CONSULTANT ANCIEN STATISTICIEN

Plus en détail

SYSTÈME FINANCIER DE L UEMOA ET CONTRIBUTION DU SECTEUR DES ASSURANCES

SYSTÈME FINANCIER DE L UEMOA ET CONTRIBUTION DU SECTEUR DES ASSURANCES UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- La Commission 35 e ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE DE LA FANAF Dakar du 21 au 24 février 2011 SYSTÈME FINANCIER DE L UEMOA ET CONTRIBUTION

Plus en détail

Juridique & Fiscal. Au service d un environnement sous contrôle

Juridique & Fiscal. Au service d un environnement sous contrôle Juridique & Fiscal Au service d un environnement sous contrôle Nous avons fait le choix de rester près de votre entreprise pour l accompagner dans la maîtrise des risques juridiques et fiscaux qui entourent

Plus en détail

CLIMAT DE L INVESTISSEMENT DANS LES ETATS MEMBRES DE L UEMOA : ETAT DES LIEUX

CLIMAT DE L INVESTISSEMENT DANS LES ETATS MEMBRES DE L UEMOA : ETAT DES LIEUX UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------ La Commission CLIMAT DE L INVESTISSEMENT DANS LES ETATS MEMBRES DE L UEMOA : ETAT DES LIEUX INTERVENTION DE M. SOUMAÏLA CISSE PRESIDENT DE LA

Plus en détail

LOI N 2006-029 du 24 novembre 2006. portant organisation de la Chambre de Commerce et d Industrie. (J.O. n 3 102 du 23/04/08, pages 2803 à 2809)

LOI N 2006-029 du 24 novembre 2006. portant organisation de la Chambre de Commerce et d Industrie. (J.O. n 3 102 du 23/04/08, pages 2803 à 2809) LOI N 2006-029 du 24 novembre 2006 portant organisation de la Chambre de Commerce et d Industrie (J.O. n 3 102 du 23/04/08, pages 2803 à 2809) L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté en leur séance

Plus en détail

INDICATEUR (vs. Afrique) Création d'entreprise 11 jours (27,3j) 169 159-10. Transfert de Propriété 29 jours (57,2j) 133 127-6

INDICATEUR (vs. Afrique) Création d'entreprise 11 jours (27,3j) 169 159-10. Transfert de Propriété 29 jours (57,2j) 133 127-6 Disclaimer : Cette fiche pays ne constitue qu un outil de base destiné à présenter aux lecteurs une synthèse globale des régimes juridiques et fiscaux des entreprises d investissement à capital fixe. Elle

Plus en détail

AGENDA DES ACTIVITES DE LA SEMAINE du 02 au 06 Mars 2015

AGENDA DES ACTIVITES DE LA SEMAINE du 02 au 06 Mars 2015 AGENDA DES ACTIVITES DE LA SEMAINE du 02 au 06 Mars 2015 Lundi 02 Mars 2015 08H00 : Travail des enfants Réunion du Comité de rédaction du Plan d Action National de Lutte contre le Travail des enfants.

Plus en détail

STRATEGIE DE L AUTORITE PORTUAIRE POUR LE DEVELOPPEMENT DU PORT DE SAN PEDRO

STRATEGIE DE L AUTORITE PORTUAIRE POUR LE DEVELOPPEMENT DU PORT DE SAN PEDRO HOTEL PULLMAN ABIDJAN JUIN 2009 STRATEGIE DE L AUTORITE PORTUAIRE POUR LE DEVELOPPEMENT DU PORT DE SAN PEDRO Présentation DESIRE DALLO Directeur Général Port Autonome de San Pedr Port Autonome de San Pedr

Plus en détail

«LE DEFI DE L'OPTIMISATION DES REGIES FINANCIERES AU SERVICE DE L'ECONOMIE IVOIRIENNE»

«LE DEFI DE L'OPTIMISATION DES REGIES FINANCIERES AU SERVICE DE L'ECONOMIE IVOIRIENNE» «LE DEFI DE L'OPTIMISATION DES REGIES FINANCIERES AU SERVICE DE L'ECONOMIE IVOIRIENNE» I. Introduction II. Définitions des notions clés III. Optimisation des régies financières IV. Conclusion INTRODUCTION

Plus en détail

Les infrastructures en quête d investissements. Rapport Post Événement FAI 2012 FORUM AFRICAIN DES INFRASTRUCTURES FORUM AFRICAIN DES INFRASTRUCTURES

Les infrastructures en quête d investissements. Rapport Post Événement FAI 2012 FORUM AFRICAIN DES INFRASTRUCTURES FORUM AFRICAIN DES INFRASTRUCTURES Organisateur Sous le parrainage de SE Monsieur le Premier Ministre, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice Sous l égide du Ministère de l Economie et des Finances République de Côte d Ivoire PArtenaire

Plus en détail

Contrat d application 2014-2020 pour l amélioration de la compétitivité logistique IMPORT-EXPORT

Contrat d application 2014-2020 pour l amélioration de la compétitivité logistique IMPORT-EXPORT Contrat d application 2014-2020 pour l amélioration de la compétitivité logistique IMPORT-EXPORT CONTEXTE GÉNÉRAL L amélioration de la compétitivité logistique des flux import-export, en termes de développement

Plus en détail

CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS,

CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS, CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS, ( Le système ÉLECTRIQUE français Le nouveau groupe de production qui serait implanté à Flamanville s inscrit dans l ensemble du système électrique français dont

Plus en détail

MINISTERE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PECHE

MINISTERE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PECHE République Française MINISTERE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PECHE ARRÊTÉ portant création et fixant les conditions de délivrance du certificat de spécialisation «technicien conseil en comptabilité et gestion

Plus en détail

Directive de la CEDEAO pour l efficacité énergétique dans les bâtiments. 12/06/2014 - Version V2

Directive de la CEDEAO pour l efficacité énergétique dans les bâtiments. 12/06/2014 - Version V2 Directive de la CEDEAO pour l efficacité énergétique dans les bâtiments 12/06/2014 - Version V2 1. Contexte... 2 2. Objectif de la directive de la CEDEAO relative à l efficacité énergétique dans les bâtiments...

Plus en détail

POINT DE L EXECUTION DES RECOMMANDATIONS ISSUES DE LA DEUXIEME EDITION DU CAMEROON BUSINESS FORUM

POINT DE L EXECUTION DES RECOMMANDATIONS ISSUES DE LA DEUXIEME EDITION DU CAMEROON BUSINESS FORUM SERVICES DU EMIER MINISTRE POINT DE L EXECUTION DES RECOMMANDATIONS ISSUES DE LA DEUXIEME EDITION DU CAMEROON BUSINESS FORUM Période de référence : 2011 AXES D INTERVENTION 1-création d entreprises REFORMES/RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Fiche projet La révision du projet d aménagement d une station touristique future Version du 26 novembre 2010

Fiche projet La révision du projet d aménagement d une station touristique future Version du 26 novembre 2010 République Tunisienne Ministère de l Environnement et du Développement Durable Coopération Technique Allemande Elaboration de la stratégie nationale d adaptation au changement climatique du secteur touristique

Plus en détail

CONFEDERATION GENERALE DES ENTREPRISES DE COTE D IVOIRE

CONFEDERATION GENERALE DES ENTREPRISES DE COTE D IVOIRE CGECI : AGENDA DES ACTIVITES DE LA SEMAINE DU 03 au 07 Mai 2010 Lundi 03 Mai 2010 16H 00 : Prospective CI 2040 Réunion interne du personnel sur le point du Séminaire de restitution et de validation de

Plus en détail

III. locaux. Vous recherchez des locaux pour votre entreprise dans le canton de Genève

III. locaux. Vous recherchez des locaux pour votre entreprise dans le canton de Genève III. locaux Vous recherchez des locaux pour votre entreprise dans le canton de Genève Les caractéristiques et l emplacement des locaux de votre entreprise peuvent avoir un impact non négligeable sur la

Plus en détail

des logotypes. Rexel Energy in Motion Français

des logotypes. Rexel Energy in Motion Français rotection igoureusement. Celle-ci se définie essous. Aucun visuel ou texte ne doit des logotypes. Rexel Energy in Motion Français Rexel, Building the future together Notre mission La mission de Rexel est

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Le pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi le lundi 18 mars à 17h30

DOSSIER DE PRESSE Le pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi le lundi 18 mars à 17h30 PREFET DU LANGUEDOC-ROUSSILLON DOSSIER DE PRESSE Le pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi le lundi 18 mars à 17h30 1. Point Presse Lundi 18 mars à 17h30 Amphi Philippe Lamour

Plus en détail

Thème : Adoption d'une loi uniforme pour le «credit reporting» : le cas des huit (8) Etats membres de l'umoa

Thème : Adoption d'une loi uniforme pour le «credit reporting» : le cas des huit (8) Etats membres de l'umoa Thème : Adoption d'une loi uniforme pour le «credit reporting» : le cas des huit (8) Etats membres de l'umoa Présenté par M. Moussa SANOGO, Adjoint au Directeur des Statistiques (BCEAO) I. INTRODUCTION

Plus en détail

Fiche récapitulative - Réformes en Afrique

Fiche récapitulative - Réformes en Afrique Fiche récapitulative - Réformes en Afrique L Angola a amélioré le long et fastidieux processus de création d entreprise, grâce à son guichet unique, Guichet Unico da Empresa, qui a réduit les délais nécessaires

Plus en détail

Centre de Communication et de Développement de l Entreprise

Centre de Communication et de Développement de l Entreprise Centre de Communication et de Développement de l Entreprise Bureau d Études Siège: 25, Avenue Noguès, Rue n 4 06 B.P. 1409 Abidjan 06 R.C. N CI-ABJ-2007-B-2911 Tél. : (225) 20.32.91.41 Fax : (225) 20.32.91.40

Plus en détail

CABINET COMPTABLE ET DE GESTION

CABINET COMPTABLE ET DE GESTION CABINET COMPTABLE ET DE GESTION Audit Appui - Evaluation en microfinance, - Etude renforcement sectorielle des - Appuis capacités, et Conseils audit, - appuis Ingénierie aux projets/programme informatique

Plus en détail

DISCOURS INTRODUCTIF DU PREMIER MINISTRE, MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

DISCOURS INTRODUCTIF DU PREMIER MINISTRE, MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DISCOURS INTRODUCTIF DU PREMIER MINISTRE, MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Madame Hélène CONWAY-MOURET Ministre déléguée chargée des Français de l Etranger ; Madame et Messieurs les Ministres ; Excellences,

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC Avril 2014 TDR pour l élaboration d une stratégie de mobilisation de ressources

Plus en détail

Article 2 : L Agence Emploi Jeunes est placée sous la tutelle du Ministre chargé de la Promotion de la Jeunesse et de l Emploi des Jeunes.

Article 2 : L Agence Emploi Jeunes est placée sous la tutelle du Ministre chargé de la Promotion de la Jeunesse et de l Emploi des Jeunes. PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ----------- DECRET N DU PORTANT ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DE L AGENCE NATIONALE POUR L INSERTION ET L EMPLOI DES JEUNES,

Plus en détail

PLACE FINANCIERE SUISSE

PLACE FINANCIERE SUISSE PLACE FINANCIERE SUISSE Importance économique et interactions avec la place industrielle Une étude réalisée sur mandat de l Association suisse des banquiers et d economiesuisse Mars 2011 Editeur BAK Basel

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

La loi de modernisation de l économie

La loi de modernisation de l économie 1/5 Cette loi est une nouvelle étape de l action réformatrice conduite par le gouvernement depuis le printemps 2007. Une action engagée par la loi du 21 août 2007 en faveur du travail, de l emploi et du

Plus en détail

business assistance un service pour saisir les meilleures opportunités du marché Nous accompagnons votre développement...

business assistance un service pour saisir les meilleures opportunités du marché Nous accompagnons votre développement... business assistance un service pour saisir les meilleures opportunités du marché Nous accompagnons votre développement... Chers adhérents, Dans la dynamique d améliorer votre compétitivité et participer

Plus en détail

Le Cameroun face au défi de l accès à l énergie électrique

Le Cameroun face au défi de l accès à l énergie électrique Le Cameroun face au défi de l accès à l énergie électrique Communication du Directeur Général D ENEO Cameroon S.A. à la 4è assise de l université du GICAM sur le thème: «L Entreprise Offensive» DOUALA

Plus en détail

Activités de la Banque mondiale en Tunisie

Activités de la Banque mondiale en Tunisie Activités de la Banque mondiale en Tunisie Stratégie de coopération La Stratégie de coopération de la Banque mondiale pour la période de juillet 2004 à juin 2008 (exercices budgétaires 2005-2008) propose

Plus en détail

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE BOURGOGNE Place des Nations Unies - B.P. 87009-21070 DIJON CEDEX Téléphone : 03 80 60 40 20 - Fax : 03 80 60 40 21 MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT Préambule

Plus en détail

LA POLITIQUE AGRICOLE DE. un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs

LA POLITIQUE AGRICOLE DE. un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs LA POLITIQUE AGRICOLE DE l UEMOA: un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs Plan de l exposé 1. Un rappel sur l espace UEMOA et sur le Traité 2. L importance

Plus en détail

GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT ALLOCUTION DE M. BOUBACAR-SID BARRY

GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT ALLOCUTION DE M. BOUBACAR-SID BARRY GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT ALLOCUTION DE M. BOUBACAR-SID BARRY SYMPOSIUM AFRICAIN SUR LA FACILITATION DU COMMERCE ET DU TRANSPORT ROUTIER CASABLANCA, LE 5 MAI 2012 Excellence Monsieur

Plus en détail

INVESTIR AU TCHAD. Le Tchad est un pays d agriculture et d élevage, un pays dont le peuple est laborieux, un pays dont le sous sol est promoteur.

INVESTIR AU TCHAD. Le Tchad est un pays d agriculture et d élevage, un pays dont le peuple est laborieux, un pays dont le sous sol est promoteur. INVESTIR AU TCHAD POURQUOI INVESTIR AU TCHAD Des Potentialités Economiques Enormes Un Environnement Politique et Economique Favorable Une Activité Economique Réglementée Un Cadre Indicatif Favorable. DES

Plus en détail

Mesdames et Messieurs,

Mesdames et Messieurs, Mesdames et Messieurs, J ai accepté avec plaisir d intervenir ici, pour les 10 ans de Planète PME, devant les entreprises et leurs principaux partenaires publics de financement. Nous partageons tous je

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

La gouvernance dans le domaine de la fiscalité en Chine 1

La gouvernance dans le domaine de la fiscalité en Chine 1 La gouvernance dans le domaine de la fiscalité en Chine 1 1. Vue d ensemble Même s il n est pas très ancien, le système fiscal chinois a déjà subi d importantes réformes au cours des 20 dernières années.

Plus en détail

PRÉSENTATION DOCUMENT DE TRAVAIL DU SÉMINAIRE TECHNIQUE SUR LA MISE EN PLACE AGENCE FINANCIÈRE POUR LE DÉVELOPPEMENT D EMPLOIS DÉCENTS

PRÉSENTATION DOCUMENT DE TRAVAIL DU SÉMINAIRE TECHNIQUE SUR LA MISE EN PLACE AGENCE FINANCIÈRE POUR LE DÉVELOPPEMENT D EMPLOIS DÉCENTS PRÉSENTATION DOCUMENT DE TRAVAIL DU SÉMINAIRE TECHNIQUE SUR LA MISE EN PLACE AGENCE FINANCIÈRE POUR LE DÉVELOPPEMENT D EMPLOIS DÉCENTS Présenté par Dr Alpha AYANDE Tél. +41 79 358 26 12 Email: syfodip@gmail.com

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 2014 Maisons Kozi

DOSSIER DE PRESSE 2014 Maisons Kozi DOSSIER DE PRESSE 2014 Maisons Kozi Franchise française de maisons individuelles à ossature bois Contact presse SOMMAIRE MAISONS KOZI Le Groupe Fousse crée sa première franchise Le Groupe Fousse Constructions

Plus en détail

Les opportunités d investissement au Togo

Les opportunités d investissement au Togo Les opportunités d investissement au Togo Forum Economique Afrique - Japon 10-11 Juin 2014 République du Togo 1 SURVOL DES AXES DE DEVELOPPEMENT MAJEURS DU TOGO Infrastructures : Construction et Renforcement

Plus en détail

Hausse des prix des céréales Plan d action du ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt

Hausse des prix des céréales Plan d action du ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt Hausse des prix des céréales Plan d action du ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt La hausse des prix des céréales et des oléagineux constatée sur les marchés mondiaux ces derniers

Plus en détail

Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine

Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine CAS D'EXPÉRIENCE Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine Présentation du cas d expérience de la Commission de l UEMOA relatif au Projet de renforcement des capacités en matière de

Plus en détail

Interview de Monsieur le Président - Dubaï 2014

Interview de Monsieur le Président - Dubaï 2014 1 Interview de Monsieur le Président - Dubaï 2014 1. Quel est le bilan des projets de développement financés par la BOAD dans les pays d Afrique de l Ouest, à ce jour, et les investissements nécessaires

Plus en détail

NOUVELLE STRATEGIE POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA COMPETITIVITE LOGISTIQUE DU MAROC

NOUVELLE STRATEGIE POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA COMPETITIVITE LOGISTIQUE DU MAROC NOUVELLE STRATEGIE POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA COMPETITIVITE LOGISTIQUE DU MAROC Marrakech, 19 mai 2011 Stratégie logistique : Cadre général Développement de la logistique = priorité stratégique pour renforcer

Plus en détail

Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: ALGERIE

Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: ALGERIE Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: ALGERIE Un projet financé par l Union Européenne Réunion de Travail des Coordonnateurs du SBA et des Conseillers

Plus en détail

Les chartes de France Investissement

Les chartes de France Investissement Les chartes de France Investissement Introduction : le dispositif France Investissement Les PME les plus dynamiques ou à fort potentiel de croissance apportent une contribution essentielle au développement

Plus en détail

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet www.unidroit.org PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT Le Guide UNIDROIT/FAO sur l agriculture sous contrat Note de projet SOMMAIRE Qu est-ce que l agriculture

Plus en détail

TABLEAU SYNOPTIQUE DES INCITATIONS FISCALES

TABLEAU SYNOPTIQUE DES INCITATIONS FISCALES TABLEAU SYNOPTIQUE DES INCITATIONS FISCALES Réforme globale du Code Général des Impôts Fiche technique thématique Mesures Modalités pratiques Objectif poursuivi 1 Crédit d impôt pour investissement (Impôt

Plus en détail

GESTION PRIVÉE GESTION DE FORTUNE. Développer harmonieusement votre patrimoine

GESTION PRIVÉE GESTION DE FORTUNE. Développer harmonieusement votre patrimoine GESTION PRIVÉE GESTION DE FORTUNE Développer harmonieusement votre patrimoine 1 Un partenaire proche, fiable, solide Développer son patrimoine nécessite une relation de proximité. Avec plus d un million

Plus en détail

Fiscalité suisse et vaudoise : Quels conseils et opportunités à saisir pour les PME et les investisseurs? Plan de l exposé

Fiscalité suisse et vaudoise : Quels conseils et opportunités à saisir pour les PME et les investisseurs? Plan de l exposé Fiscalité suisse et vaudoise : Quels conseils et opportunités à saisir pour les PME et les investisseurs? PETIT DÉJE JEÛNER DES PME & START-UP séminaire du 23.3.2007 DÉPARTEMENT DES FINANCES Administration

Plus en détail