ÉRIC PARENT. Menace. Êtes-vous protégé? à l interne. unerévolution pour la sécurité de l information? LASABSA: Aux commandes de la sécurité AVEC

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ÉRIC PARENT. Menace. Êtes-vous protégé? à l interne. unerévolution pour la sécurité de l information? LASABSA: Aux commandes de la sécurité AVEC"

Transcription

1 Vol. 1 n o 2 Septembre 2009 Le comportement humain De la gestion du risque à la gestion du changement MAGAZINE POUR LES ORGANISATIONS ET LES GENS QUI S INTÉRESSENT À LA SÉCURITÉ INFORMATIQUE (www.secus.ca) Menace à l interne Êtes-vous protégé? LASABSA: unerévolution pour la sécurité de l information? Aux commandes de la sécurité AVEC ÉRIC PARENT

2 «80% des organisations auront un incident de sécurité sur leurs applications Web d ici 2010.» (Source: Gartner) «75% des menaces et des vulnérabilités sont situées au niveau de la couche applicative.» (Source: Gartner) «91% des sites Web ont au moins une vulnérabilité.» (Source: WhiteHat Security) «78% des applications Web affectées de vulnérabilités sont facilement exploitables.» (Source: Symantec) «64% des développeurs ne sont pas confiants de leurs habiletés à élaborer des applications sécurisées.» (Source: Microsoft Developer Research) Alors que la majorité des organisations concentrent toujours leurs efforts de sécurisation au niveau de la couche réseau, les tendances observées au cours des dernières années indiquent que les menaces et risques sont maintenant situés au niveau des applications et sites Web vulnérables. De plus, si on considère que le développement applicatif est souvent en retard sur les prévisions, dépasse les budgets et intègre rarement les meilleures pratiques de sécurité, force est de constater que la sécurité applicative n est pas prise en charge de façon adéquate par la majorité des organisations. Que ce soit pour un test d intrusion, une revue d architecture, une analyse de menaces et risques, des conseils stratégiques ou encore la formation et la sensibilisation des développeurs, les professionnels en sécurité applicative de Victrix sont en mesure de vous appuyer et de vous conseiller dans vos démarches de sécurisation d applications et de sites Web stratégiques. Contactez-nous pour obtenir plus de détails concernant notre offre de services. Montréal 625, avenue du Président-Kennedy Bureau 1100 Montréal (Québec) H3A 1K2 Téléphone: Québec 1670, rue Semple Bureau 240 Québec (Québec) G1N 4B8 Téléphone:

3 S O M M A I R E Vol. 1 n o 2 Septembre 2009 ÉDITEURS ET PROPRIÉTAIRES Mario Audet Samuel Bonneau COLLABORATEURS Alex Bédard Brett Beranek Louis Lavoie-Caron Patrick Chouinard Michel Cusin Marc-André Fortier Sébastien Lapointe Marc Le Brun Yannick Lepage Nanette Maestre Éric Parent Michel Perreault Roland Pintal DIRECTEUR DE L INFORMATION Samuel Bonneau RÉVISEURS TECHNIQUES Alex Bédard Louis Lavoie-Caron RÉVISEURE LINGUISTIQUE Amélie Lapierre GRAPHISTE Geneviève Bolduc PHOTOGRAPHES René Robichaud Annie Tremblay BÉDÉISTE Martin Bérubé VENTE ET PUBLICITÉ Mario Audet SÉCUS est un magazine électronique produit par des professionnels québécois de la sécurité de l information. Il est destiné à tous les francophones ayant un intérêt professionnel ou personnel à ce sujet. Le but de cette initiative est d offrir une tribune aux experts afin de diffuser leur savoir, de faire connaître les produits et services et, finalement, de promouvoir la sécurité informatique. Bibliothèque nationale du Canada ISSN SÉCUS, Toute reproduction, par quelque procédé que ce soit, en tout ou en partie, du présent ouvrage, sans l autorisation écrite des éditeurs, est strictement interdite. 4 MOTS DES ÉDITEURS Mario Audet et Samuel Bonneau 6 ENTREVUE AUX COMMANDES DE LA SÉCURITÉ AVEC ÉRIC PARENT Propos recueillis par Samuel Bonneau 10 ASPECT LÉGAL DIVULGATION OBLIGATOIRE : QUAND LA DÉTENTION DE RENSEIGNEMENTS OBLIGE LES ENTREPRISES À DIVULGUER LEURS PROBLÈMES DE SÉCURITÉ Sébastien Lapointe 14 COMMUNICATION STRATÉGIQUE LE COMPORTEMENT HUMAIN DE LA GESTION DU RISQUE À LA GESTION DU CHANGEMENT Marc-André Fortier 18 ENQUÊTE MENACE À L INTERNE ÊTES-VOUS PROTÉGÉ? Brett Beranek 22 SOLUTION COMMENT CHOISIR UNE SOLUTION DE GESTION DES INFORMATIONS ET DES ÉVÉNEMENTS DE SÉCURITÉ? Michel Perreault 26 CONSEILS D EXPERT UN PLAN DE RELÈVE TECHNOLOGIQUE SOLIDE Marc Le Brun 28 MÉTHODOLOGIE LA SABSA : UNE RÉVOLUTION POUR LA SÉCURITÉ DE L INFORMATION? Yannick Lepage 32 EXPERTISE LE DÉVELOPPEMENT APPLICATIF SÉCURITAIRE Nanette Maestre 35 ÉTUDE DE CAS RÉUSSIR À IMPLANTER UN SYSTÈME DE GESTION D IDENTITÉ Louis Lavoie-Caron 37 CONSEILS TECHNIQUES CONSEILS POUR UNE PRÉSENCE SÉCURITAIRE SUR LE WEB Roland Pintal 40 INVESTIGATION MÊME CHIFFRÉES, VOS DONNÉES SONT-ELLES VRAIMENT EN SÉCURITÉ? Michel Cusin 45 REPORTAGE COLLOQUE QUÉBÉCOIS DE LA CYBERCRIMINALITÉ 2009 Alex Bédard 48 ZOOM DES NOUVELLES DE L ASIQ 50 CALENDRIER DES ÉVÉNEMENTS Septembre 2009 SÉCUS 3

4 M O T S D E S É D I T E U R S Et la fraude continue PAR SAMUEL BONNEAU, éditeur, directeur de l information et copropriétaire de SÉCUS Samuel Bonneau est éditeur, directeur de l information et copropriétaire du magazine SÉCUS. Il est également conseiller en sécurité de l information et directeur de la sécurité pour la firme TechnoConseil. Il possède un baccalauréat en génie informatique et détient les certifications CISSP et CISM. 1. Consultez le texte de M e Sébastien Lapointe. 2. Consultez le texte de Louis Lavoie-Caron. 3. Consultez le texte d Éric Parent. 4. Consultez le texte de Roland Pintal. 5. Consultez le texte de Nanette Maestre. 6. Consultez le texte de Yannick Lepage. 7. Consultez le texte de Michel Perreault. 8. Consultez le texte de Michel Cusin. 9. Consultez le texte de Marc-André Fortier. 10.Consultez le texte d Alex Bédard. 11. Consultez le texte d Alex Bédard. 12. Consultez le texte de Brett Beranek. 13. Consultez le texte de Marc Le Brun. Photo : Annie Tremblay L affaire Earl Jones nous a démontré à quel point ce peut être simple de frauder. Allègrement! Et ce ne sont sûrement pas les lois canadiennes qui vont freiner les arnaqueurs. Qu ils soient en ligne ou non, ils s en sortent plutôt bien. Connaissez-vous Vincent Lacroix? Ces actes démasqués ne représentent que la pointe de l iceberg de la fraude québécoise et canadienne. L absence de lois et la clémence des peines de la législation canadienne 1 ne permettent pas aux autorités d épingler ou de décourager les escrocs tenaces. Certains d entre eux sont des pirates en ligne redoutables. Ils naviguent habilement dans l «insécurité» informatique de nos entreprises. Le danger est réel. Bien sûr, des lois comme SOX (Sarbanes-Oxley) et C-198, instaurées à la suite du scandale Enron et axées sur les aspects financiers, s adressent aux entreprises cotées en Bourse. Mais qu advient-il des autres organisations publiques et privées? Rien ne les protège des risques reliés à la sécurité de l information. La survie de certaines d entre elles est menacée. D un autre côté, les entreprises canadiennes n ont pas à se conformer à des normes de sécurité exigeantes. Il y a tout de même le contrôle PCI DSS (Payment Card Industry Data Security Standard) qui est applicable pour toute organisation manipulant des transactions en lien avec les cartes de crédit. Néanmoins, respecter ses critères généraux n est pas un gage de sécurité. Alors, ce laxisme n est pas rassurant. Cependant, la norme ISO s avère prometteuse, mais, jusqu à présent, les entreprises du pays n y attribuent pas encore une valeur respectable et respectée, comme c est le cas avec la norme ISO Si ces organisations font face à des menaces potentielles puissantes, comment peuvent-elles donc efficacement protéger leurs actifs informationnels? SÉCUS RENFERME DES SOLUTIONS CONCRÈTES Les entreprises doivent considérer la sécurité de l information comme une condition sine qua non pour se protéger des attaques informatiques. Les dirigeants 2 doivent faire appel à des responsables compétents des technologies de l information et leur donner la latitude nécessaire afin qu ils puissent viser essentiellement la sécurité informatique. Il est également fondamental que les gestionnaires en sécurité de l information reçoivent une formation 3 adéquate et continue dans ce domaine. Puis, les erreurs 4 les plus fréquentes doivent être évitées à tout prix. Et la sécurité des applications 5, les nouvelles méthodologies 6, les solutions de gestion des informations 7, les données chiffrées 8, la gestion du changement 9, la consultation d organismes 10, la participation à des événements clés 11, l implantation de normes rigoureuses et une riposte contre la menace interne 12 doivent faire partie d un plan 13 solide en sécurité de l information. Le minimum requis ne suffit plus. Les entreprises, et tous les internautes, sont responsables de leur sécurité informatique. En lisant SÉCUS, chacun saura mieux se protéger contre la fraude en ligne. Faute de la voir disparaître complètement... Septembre 2009 SÉCUS 4

5 M O T S D E S É D I T E U R S : collaboration une professionnelle gagnante À la suite du premier magazine SÉCUS, nous avons reçu plusieurs félicitations. Merci à vous, lecteurs! La qualité du contenu et de la forme de notre première publication a certainement assuré son succès, mais ce sont évidemment des gens de choix qui portent fièrement ce projet. Merci à vous, collaborateurs! Photo : Annie Tremblay PAR MARIO AUDET, éditeur et copropriétaire du magazine SÉCUS Mario Audet est éditeur et copropriétaire du magazine SÉCUS. Il compte dix-sept années d expérience en technologies dont dix en sécurité de l information. Il est également architecte de solutions de sécurité chez Bell. Son intérêt pour la veille en sécurité l a amené à développer l agrégateur automatisé de nouvelles de sécurité informatique SecurNews.com. AU CŒUR DU PROJET : LES AUTEURS Pour le premier numéro de SÉCUS, Samuel Bonneau et moi avons fait appel à des professionnels remarquables du domaine de la sécurité de l information pour écrire dans le magazine SÉCUS. Ils ont été assidus et à la hauteur de toutes nos attentes. Pour cette deuxième parution, d autres auteurs de choix se sont greffés à l équipe. Ce fut un réel plaisir et un honneur de travailler avec tous ces gens compétents et passionnés. À LA BASE DU PROJET : LES PARTENAIRES Nous devons en grande partie la popularité du magazine SÉCUS à l Association de la sécurité de l information du Québec (ASIQ) et à l Association de Sécurité de l Information du Montréal Métropolitain (ASIMM). Elles ont su distribuer judicieusement le magazine SÉCUS, notamment : en insérant des encarts de SÉCUS dans les trousses des invités lors du Rendez-vous de la sécurité de l information 2009 (RSI 2009) ; en insérant des exemplaires imprimés du magazine dans les trousses des invités lors du Colloque québécois de la sécurité de l information 2009 (CQSI 2009). Les échanges de bons procédés avec nos partenaires et la notion de gagnant-gagnant sont pour nous d une importance capitale! DES ANNONCEURS DE CONFIANCE Nous remercions vivement les annonceurs du premier numéro de SÉCUS, soit TechnoConseil et AGRM-PI. Au départ, ils ne savaient pas dans quoi ils s embarquaient. En mai dernier, lors du lancement de SÉCUS, ils ont constaté la pertinence de la publication et la justesse de cette collaboration. Nous sommes reconnaissants de cette confiance. «Un pour tous, tous pour SÉCUS!» «Il y a de vraies bonnes plumes en sécurité de l information au Québec. Et nous les rassemblons toutes pour vous dans SÉCUS!» Le succès du magazine SÉCUS repose donc sur une initiative simple qui permet à tous les participants d être gagnants et de trouver leur compte. SÉCUS est l exemple parfait d une collaboration professionnelle efficace en sécurité de l information au Québec. Surtout, nous souhaitons que vous, chers lecteurs, puisiez dans SÉCUS des informations à la page sur la sécurité de l information. Septembre 2009 SÉCUS 5

6 E N T R E V U E Aux commandes de la sécurité avec Éric Parent PROPOS RECUEILLIS PAR SAMUEL BONNEAU Éric Parent possède plus de vingt ans d expérience en informatique et en sécurité de l information. Il est, entre autres, président de LogicNet et vice-président de l ASIMM. Il se dit transparent, engagé et passionné par la sécurité de l information. L expertise d Éric Parent est diversifiée et touche les domaines suivants : gestion de crise, médiation technologique, préparation et accompagnement de pré-audit, conception et révision d architecture technologique, normes et lois ISO , COBIT, ITIL, SOX, 5970-SAS70, conformité, déploiement et opération de solutions de gestion de sécurité, analyse et sélection de solutions technologiques, classification d actifs, analyse «Éric Parent détient les certifications suivantes : IMITI, CISSP-ISSAP, CGEIT, CISM, CNE, MCSE, CCSE, CCDA.» de risques et identification de contremesure, audit de sécurité, élaboration de normes et procédures, etc. DESCRIPTION DE LOGICNET Fondée en 1996, LogicNet 1 est une entreprise dynamique qui offre des services-conseils technologiques de pointe. Spécialisée en sécurité informatique, elle regroupe des experts reconnus mondialement qui aident ses clients dans la réalisation de leurs plus grands défis. LogicNet a une philosophie de transparence ainsi qu une réelle préoccupation du bien-être de ses clients. Ces derniers sont des partenaires et ils sont les meilleures références. LogicNet, étant toujours à la fine pointe de l innovation, offre un service de réponses aux questions de sécurité des dirigeants d entreprise. LogicNet maîtrise la prise en charge des problématiques technologiques. Ses experts-conseils et experts médiateurs sont habilités dans l accompagnement de cadres à tous les niveaux. La mission de LogicNet se résume en quelques points : Réunir les expertises requises et reconnues pour voir à l accompagnement compétent de ses clients et s assurer qu ils évoluent avec des solutions optimales. Explorer les défis et leur complexité afin d élaborer des stratégies de prise en charge et de résolution optimale en ligne avec les objectifs d affaires de ses clients. Agir comme «chien de garde» pour défendre les intérêts de ses clients en utilisant son expertise technique et ses connaissances intimes des affaires pour garantir le meilleur chemin à parcourir. Suite en page 7 Septembre 2009 SÉCUS 6

7 Suite de la page 6 E N T R E V U E QUEL A ÉTÉ VOTRE PARCOURS AVANT DE DEVENIR SPÉCIALISTE EN SÉCURITÉ DE L INFORMATION? Tout a commencé par une grande passion pour l électronique, qui s est dirigée, par la suite, vers l informatique. Déjà, au secondaire, je m impliquais dans tout plein de projets et je participais à des concours. J ai même remporté des prix remis par IBM pour l innovation technologique. Par la suite, j ai fait partie de l armée et je l ai quittée quelques années plus tard pour atterrir en consultation informatique pour la firme Girard, Roy et Associés, où j ai travaillé, entre autres, dans les services médicaux, notamment pour de grands hôpitaux. C est là où j ai réussi à me démarquer, surtout sur le plan de la plateforme Novell. Nos services se qualifiaient de consultations de pointe en considérant le haut niveau de spécialisation des services offerts. QUELS SONT VOS PASSE-TEMPS? Je suis avant tout un passionné. Peu importe le projet, j aime m investir à fond. Comme passe-temps, j adore l aviation. J ai ma licence de pilote. À l occasion, il m arrive même de me déplacer avec mon avion pour aller travailler chez certains clients en région. C est cette passion qui m a entre autres amené à démarrer le projet Internet Warflyers (www.warflyers.com). Il répertorie les points d accès sans fil. La région de Montréal a déjà été survolée et d autres villes le seront. Venez voir les résultats, c est impressionnant! VOTRE APPROCHE CLIENTÈLE SEMBLE ÊTRE PARTICULIÈRE. POURRIEZ-VOUS NOUS LA DÉCRIRE? Je suis un gars très simple et, surtout, transparent. Mon attitude, et même celle de ma compagnie, c est d aider le client avant tout. Ça paraît cliché, mais ça vient de ma formation dans l armée où, lorsqu il y a un problème, il faut tout faire pour le régler. C est la réussite des initiatives qui compte. Par exemple, si, pour aider un client, je dois m exclure de l équation, alors je le fais. Donc, si un projet est bien parti et que je considère que le client n a plus besoin de mon expertise, je vais lui suggérer de mettre fin au contrat pour investir dans les endroits plus judicieux. De plus, j ai la vision qu un client doit être autonome. Dès mon arrivée chez un nouveau client, je m organise pour qu il puisse se passer rapidement de mes services. Ceci passe par la formation de ses employés, la refonte de processus, l ajout de technologies, etc. C est différent de certaines firmes qui, dès qu elles entrent chez un client, ne cherchent qu à rester le plus longtemps possible et à faire entrer le plus de ressources pour tirer profit de la situation. Mon attitude est souvent bouleversante pour les clients, mais ils apprécient ma franchise et ça permet de bâtir sur du long terme. Je considère qu une bonne réputation garantit de l emploi, et je place ma confiance en ma réputation. LE 19 AVRIL 2009, À SAN FRANCISCO, VOUS AVEZ ÉTÉ HONORÉ 2 PAR L ISC 2 (INTERNATIONAL INFORMATION SYSTEMS SECURITY CERTIFICATION CONSORTIUM). POURRIEZ-VOUS NOUS EXPLIQUER DE QUOI IL S AGISSAIT? En fait, je m implique dans l ISC 2 depuis plusieurs années et, le 19 avril 2009, lors des cérémonies du 20 e anniversaire de l organisation, cette dernière a procédé à des remerciements spéciaux en reconnaissance des pionniers pour «excellente contribution dans l industrie». Actuellement, je siège à un comité responsable des questions pour les examens, notamment celui menant à la certification CISSP (Certified Information System Security Professional). J ai réussi à me démarquer en raison du nombre élevé de questions soumises, de mes idées et de mon implication dans la francisation des questions. La qualité des examens en français s est beaucoup améliorée dans les dernières années. FÉLICITATIONS ET MERCI DE REPRÉSENTER LE QUÉBEC SUR LA SCÈNE INTERNATIONALE! PARLEZ-NOUS DONC DE LA SI POPULAIRE CERTIFICATION CISSP. Ceux qui pensent qu ils seront considérés comme des «dieux en sécurité» après avoir réussi leur CISSP sont carrément à côté de la track. Le CISSP ne creuse pas profond, il couvre plutôt large. Il y a actuellement plus de personnes possédant la certification CISSP dans le monde, alors c est moins une façon de se démarquer qu une connaissance qui est requise. Malgré tout, chaque informaticien devrait au moins avoir lu le volume. Ça permettrait un certain niveau de connaissance générale en sécurité et notre posture de sécurité, en serait de beaucoup améliorée. VOUS ÊTES AUSSI IMPLIQUÉ DANS L ASIMM 3 (ASSOCIATION DE SÉCURITÉ DE L INFORMATION DU MONTRÉAL MÉTROPOLITAIN). POURRIEZ-VOUS NOUS DÉCRIRE LE RÔLE QUE VOUS Y JOUEZ? L une de mes responsabilités, l année passée, était la programmation. Étant moi-même un grand «consommateur» de conférences, j aime bien m impliquer dans cette partie. C est toujours un défi d établir une programmation pouvant plaire à tous nos membres. Je vous invite à consulter régulièrement notre site pour connaître les activités (www.asimm.org). Cette année, je prends le siège de vice-président et j assurerai la présidence en Très bientôt, le site Web sera retouché. De plus, nous désirons aller chercher une nouvelle clientèle, celle du domaine technique de la sécurité informatique. Alors, plusieurs initiatives seront lancées dans cette direction. Nous avons des nouveaux membres au CA qui reprendront en charge la programmation pour en faire un énorme succès. Suite en page 8 Septembre 2009 SÉCUS 7

8 Suite de la page 7 POURRIEZ-VOUS NOUS RÉSUMER LA SITUATION DU DOMAINE DE LA SÉCURITÉ DE L INFORMATION DURANT LA PRÉSENTE CRISE ÉCONOMIQUE? Tout dépend de l industrie. Par exemple, à Québec, c est principalement un marché du secteur gouvernemental. L impact sera légèrement moins ressenti que dans le secteur privé. Dans le secteur bancaire, un ménage, à la fin de l année 2008, a libéré plusieurs centaines d employés. Ces postes seront graduellement occupés durant les dix-huit prochains mois. Le résultat a permis d avoir bonne presse auprès des actionnaires pour la fin de l année À Montréal, bien qu il y ait eu des compressions dans plusieurs secteurs, je constate que la demande est toujours aussi élevée pour les ressources de qualité et avec de l expérience. Ceci nous apporte comme problème de savoir comment départir les bonnes ressources, des imposteurs. Lorsque l économie va mal, le crime augmente. Ainsi, si la crise persiste, nous aurons sans doute de sérieux problèmes de sécurité, ce qui risque de nous tenir assez occupés. QUE PENSEZ-VOUS DES NORMES ET DES STANDARDS? Le PCI DSS 4 (Payment Card Industry Data Security Standard) est principalement un transfert de responsabilités. Il n est pas nécessairement clair et il est de très haut niveau. Je préfère ISO ou COBIT 6 (contrôle de l information et des technologies associées), pourvu que ces normes et standards soient appliqués par des gens qui ont la compétence pour le faire. Autrement, ça ne sert à rien. La qualité de l auditeur a aussi un grand rôle à jouer. Ce dernier doit être en mesure de poser les bonnes questions et ne pas s arrêter à des réponses évasives. Du côté de la méthode Méhari, certains l aiment, d autres non. Ce qu il faut retenir, c est qu une fois qu elle est adaptée, elle devient un excellent outil. La clé, c est l adaptation. L utilisation bornée d un outil, sans le personnaliser à ses besoins et à son contexte d affaires est une très grande erreur. VOUS ÊTES SPÉCIALISTE EN SÉCURITÉ DE L INFORMATION. QUELLES SONT LES PROBLÉMATIQUES QUE VOUS CONSTATEZ DANS LE MARCHÉ? Les premiers problèmes sont attribuables aux gestionnaires en sécurité de l information. Les ego démesurés des gestionnaires sont la source de plusieurs problèmes. À la base, un gestionnaire veut changer les choses. Pour démontrer qu ils sont bien les patrons, ils font des changements quasi aléatoires qui n apportent aucun vrai résultat de valeur. C est ce que j appelle de la mauvaise qualité de gestion, et c est très fréquent. Un autre problème, c est que des gestionnaires prennent des décisions reliées à la sécurité de l organisation, mais elles sont basées uniquement sur leur ego et sur la protection de leur carrière. Ces derniers veulent tellement paraître intelligents qu ils ne disent pas la vérité à la couche du haut, et s il arrive quelque chose aux actifs de l entreprise, vous pouvez être assuré qu ils rejetteront le blâme. Malheureusement, ces gestionnaires ne travaillent pas pour le bien-être de l entreprise, mais plutôt pour le leur. Les hauts gestionnaires se plantent et ils ne le savent même pas. Plusieurs organisations, même de très grandes entreprises, courent des risques importants sur le plan de la sécurité de leurs actifs et elles ne sont même pas au courant. Ceci en raison des gestionnaires qui ne sont pas du tout à leur place et qui ne communiquent pas vers le haut. La sécurité de l information est un sujet abstrait, où les statistiques ne sont pas précises, et où de nombreuses zones grises peuvent apparaître. Mon conseil à ce sujet est d être transparent. «Le problème, c est que trop souvent les gestionnaires en sécurité n ont pas de formation ni d expérience en sécurité.» «Si une situation n est pas maîtrisée, alors on doit l améliorer. C est blanc ou noir, surtout pas gris.» Dans le processus des entrevues de recrutement, malheureusement, les entreprises sont TRÈS paresseuses. Celles-ci font affaire avec des chasseurs de têtes au lieu de laisser leurs responsables des ressources humaines faire leur job. Le problème, avec les chasseurs de têtes, c est qu ils cherchent la plupart du temps des acronymes de certification, et ce critère n est pas nécessairement un gage de qualité. Mon conseil à ces gestionnaires est le suivant : considérant que l objectif premier de l entreprise n est pas de vous fournir un emploi, vous devez prendre des décisions menant à protéger l entreprise. Ça semble évident, mais c est rarement le résultat observé. Un bel exemple à citer est un de nos clients (un important fournisseur hydro-électrique). La directrice du groupe des finances a été très encline à revoir en entier le programme de gestion de risques. L initiative a donné de la valeur à ce programme qui se veut maintenant très efficace. Il ne faut pas avoir peur de s interroger ouvertement et de se poser la question suivante : «Pouvons-nous faire mieux?». L autre problème est relié à la qualité des ressources. Certains consultants seniors en sécurité sont des imposteurs. À preuve, ils ne détiennent parfois que deux ans d expérience. Une des problématiques de ce Suite en page 9 Septembre 2009 SÉCUS 8

9 Suite de la page 8 domaine très pointu est qu il existe très peu de formations menant à une spécialisation. Je vous raconte une anecdote à ce sujet. J ai connu une ressource qui s improvisait «spécialiste en ISO 27001» et «consultante senior en sécurité». Ce qui est amusant, c est que pas plus de deux ans plus tôt, cette personne travaillait en administration avec un bagage en science politique. Je ne savais pas «Par conséquent, seulement l expérience est garante de qualité dans ce domaine et elle s acquiert après plusieurs années d interventions à tout niveau.» qu on pouvait s octroyer ces prestigieux titres en quelques mois. Ce genre de comportement est dangereux pour l industrie. Ultimement, si des gens avec deux ans d expérience se donnent le titre de senior en sécurité, alors moi, je ne suis pas sûr de mon titre... peut-être «fossile en sécurité»? Des ressources, il y en a pas mal, mais des ressources de qualité, il n y en a pas tant que ça. La sécurité informatique, il faut voir ça comme une maîtrise. Ça s acquiert à la suite d une solide formation et d une grande expérience en informatique. La certification n égale pas nécessairement qualité. Une certification n est rien de plus qu une confirmation que certains éléments précis sont maîtrisés, mais elle ne garantit en rien la qualité de la ressource. À mon avis, la certification la plus juste pour évaluer une ressource est la IMITI 7 (International Master of Information Technology Institute), car elle est acquise à la suite d examens et d entrevues évaluant à la fois les compétences techniques et les qualités humaines d un individu. Après cette très sévère évaluation, vous pouvez être qualifié de maître dans votre domaine. Pour IMITI, ce qui fait un excellent professionnel, ce n est pas uniquement ses compétences, et ce n est pas uniquement sa personnalité, c est plutôt l ensemble de toutes ses caractéristiques et de ses aptitudes. CONCERNANT LA SÉCURITÉ DES ENTREPRISES, OÙ SONT LES MANQUES ET QUELS INVESTISSEMENTS DEVRAIENT-ELLES PRIORISER? Généralement, la maturité du plan de sécurité n est pas atteinte. J utilise souvent une grille d évaluation de maturité de la sécurité d une entreprise basée sur le CMM 8 (Capability Maturity Model) et adaptée pour évaluer la maturité du plan de sécurité d une entreprise. Il s agit d une échelle de 0 à 4 : 0 = L entreprise n a aucune idée de ses problèmes de sécurité. 1= L entreprise a une idée de ses problèmes de sécurité, mais elle ne fait rien. 2 = L entreprise a une idée de ses problèmes de sécurité et elle en règle quelques-uns. 3 = L entreprise a une idée de ses problèmes de sécurité et les prend en charge. 4 = L entreprise est proactive et prévient d éventuels problèmes de sécurité. La majorité des organisations que j ai eu la chance de voir sont situées entre les niveaux 1 et 2. Je ne peux pas affirmer qu elles sont au niveau 2 lorsqu elles ne prennent en charge qu une partie des problèmes. Ce qui est étonnant, c est que lorsque je les rencontre avant une évaluation, elles pensent être au niveau 3, ou encore entre les niveaux 2 et 3. Un gros problème, actuellement, c est la conformité. C est ça qui a bouleversé l industrie dans les dernières années, avec l arrivée, entre autres, de SOX 9 (loi Sarbanes-Oxley) et compagnie. De mon côté, j accompagne souvent des entreprises à «passer» leur premier audit. Par la suite, elles doivent forcément continuer à avancer par ellesmêmes en fonction des plans d action élaborés lors du premier audit. «Malheureusement, les entreprises ne se conforment pas pour être dans une meilleure posture de sécurité, mais plutôt pour paraître conformes.» Du côté de la sécurité, l industrie est toujours en retard. Elle réagit lorsque des problèmes surviennent. Les universités font de même. Ça fait longtemps que le marché est en manque de ressources de qualité, et ce, en grande partie en raison du manque de formations dans tous les secteurs de l informatique. Les entreprises et nos hauts gestionnaires devraient s assurer d avoir une vraie vision de leur maturité ainsi qu un plan réaliste avec des étapes concrètes pour faire croître leur maturité. Pour nos dirigeants, ceci commence donc par savoir s entourer de gens compétents et ne pas avoir peur de les laisser faire leur boulot, en laissant les vrais experts dire ce qu ils pensent, et non pas uniquement ce que les gestionnaires veulent entendre Septembre 2009 SÉCUS 9

10 A S P E C T L É G A L Divulgation obligatoire: quand la détention de renseignements oblige les entreprises à divulguer leurs problèmes de sécurité PAR M e SÉBASTIEN LAPOINTE, avocat Holmested & Associés SENC M e Sébastien Lapointe est avocat à Montréal. Il pratique depuis une dizaine d années en droit des TI, en droit de la propriété intellectuelle et en droit commercial. Il est passionné par le numérique, conseille une clientèle variée composée notamment d entreprises de TI et du secteur tertiaire. LA PROTECTION NAISSANTE DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS La fin du XX e siècle voit naître une nouvelle problématique relative au traitement de l information par le droit. Avec l importance pratique grandissante des données et de l information à caractère «personnel», on constate que les individus peuvent facilement se voir transformer en victimes si les renseignements à leur sujet ne sont pas protégés adéquatement. L avènement de l ère du numérique augmente en effet le risque et les possibilités pour les malfaiteurs de s adonner à des pratiques comme le vol d identité, l accès non autorisé aux bases de données et aux services en ligne, la fraude, et nombre d autres crimes que peut faciliter l usurpation des renseignements d un individu. Le droit en vient ainsi à prendre conscience de toute l importance que peuvent avoir certains types de renseignements dans l ère de la «société de l information», alors que les technologies de l information permettent une cueillette, un usage et un partage de renseignements à une échelle sans précédent dans l histoire de l humanité. Dès lors, les renseignements dits «personnels» sont ciblés comme un type d information ayant un statut juridique particulier. Un nombre grandissant Par définition, le développement de la société de l information accroît l importance de la création, du partage et de l utilisation de l information, et ce, à tous les niveaux de notre société. L un des résultats directs de ce phénomène a trait au fait que nous devons maintenant apprendre à composer avec le défi que pose pour notre droit l encadrement du partage et de l utilisation d information à caractère particulièrement sensible, comme les renseignements personnels. de juridictions imposent ainsi dorénavant une norme plus rigoureuse quant à la cueillette, à la conservation, à l utilisation et à la divulgation de ces renseignements personnels. Pour simplifier, en droit, on peut dire que l on considère les «renseignements personnels 1» comme incluant tout renseignement nominatif ou concernant un individu identifiable, qui serait, par exemple, lié à sa fiche dans une base de données 2. On comprend qu une telle conception de ce que constitue un renseignement personnel peut englober un grand nombre de renseignements, allant de l information relative aux caractéristiques physiques (des données biométriques, par exemple) à l information relative à la santé ou aux finances, jusqu aux coordonnées ou à l adresse IP d une personne. Fort d une conception large de ce qui entre dans le champ des renseignements personnels, on adopte ainsi, autour de l année 2000 (dans un nombre grandissant de juridictions à travers le monde), un nouveau type de lois visant à protéger les renseignements se rapportant aux individus. À l ère de la société de l information, on conçoit que, contrairement à la situation qui existe jusqu alors, il faut dorénavant se munir de mécanismes juridiques pour régir les renseignements personnels, à défaut de quoi les droits de l individu quant à sa vie privée (privacy rights) pourront se voir sérieusement bafoués, même d un seul clic de souris. Suite en page 11 Septembre 2009 SÉCUS 10

UN SERVICE À VOTRE IMAGE

UN SERVICE À VOTRE IMAGE UN SERVICE À VOTRE IMAGE Un service Un service de de Mutuelles qui qui inspire inspire la fierté! la fierté! Depuis 2012, Depuis l AQEI 2012, offre l AQEI un offre outil un sur outil mesure à mesure ses

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS

OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS Décembre 2013 Pourquoi un observatoire sur la maltraitance? Sérieux problème Multitude d acteurs Fragmentation Besoin de convergence La maltraitance

Plus en détail

Politique de sécurité de l information. Adoptée par le Conseil d administration

Politique de sécurité de l information. Adoptée par le Conseil d administration Politique de sécurité de l information Adoptée par le Conseil d administration Le 10 novembre 2011 Table des matières PRÉAMBULE 1. GÉNÉRALITÉS... 3 2. RÔLES ET RESPONSABILITÉS... 4 3. DÉFINITIONS... 8

Plus en détail

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses Cet outil a pour but de présenter dix questions d entrevue typiques et le type de réponse qui constitue une réponse concise et réfléchie. Ces questions sont parmi les plus difficiles posées en entrevue.

Plus en détail

L impact d un incident de sécurité pour le citoyen et l entreprise

L impact d un incident de sécurité pour le citoyen et l entreprise L impact d un incident de sécurité pour le citoyen et l entreprise M e Jean Chartier Président Carrefour de l industrie de la sécurité 21 octobre 2013 - La Malbaie (Québec) Présentation générale La Commission

Plus en détail

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières Discours d ouverture Andrew J. Kriegler Président et chef de la direction Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 25

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS CODE DE CONDUITE DU CONSEIL

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS CODE DE CONDUITE DU CONSEIL CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS CODE DE CONDUITE DU CONSEIL APPLICATION Le présent code de conduite (le «code du conseil») s applique à vous si vous êtes membre du conseil d

Plus en détail

JInvestors. Groupe. Imagine. Consultation relative à l offre d assurance par internet au Québec. Objet: Madame, A. Commentaires généraux

JInvestors. Groupe. Imagine. Consultation relative à l offre d assurance par internet au Québec. Objet: Madame, A. Commentaires généraux Groupe JInvestors Le 23 mai 2012 Anne-Marie Beaudoin Secrétaire générale Autorité des marchés financiers 800, square Victoria, 22e étage C.P. 246, tour de la Bourse Montréal (Québec) H4Z 1G3 Télécopieur:

Plus en détail

Politique de données ouvertes

Politique de données ouvertes Politique de données ouvertes 1 MOT DU MAIRE ET DU VICE-PRÉSIDENT DU COMITÉ EXÉCUTIF Montréal aspire à devenir un chef de file mondialement reconnu parmi les villes intelligentes et numériques. Pour atteindre

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

L entrepreneur. 1. Qu est ce que l entrepreneur?

L entrepreneur. 1. Qu est ce que l entrepreneur? L 1. Qu est ce que l? Un est celui qui observe son environnement, identifie les opportunités qui se présentent eu plan économique ou social, réunit les moyens nécessaires, met en œuvre l activité et en

Plus en détail

Politique de gestion intégrée des risques

Politique de gestion intégrée des risques 5, Place Ville Marie, bureau 800, Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 Téléc. 514 843.8375 www.cpaquebec.ca Politique de gestion intégrée des risques Émise par la Direction, Gestion

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

Trousse du présentateur 2014-2015. Cégeps Technique de comptabilité et de gestion

Trousse du présentateur 2014-2015. Cégeps Technique de comptabilité et de gestion Trousse du présentateur 2014-2015 Cégeps Technique de comptabilité et de gestion _pager votre passion. Pros recherchés! Vous avez en main la trousse du présentateur de l Ordre des CPA du Québec. Celle-ci

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES COMMENTAIRES DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA

Plus en détail

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement?

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Lumesse Avis d expert Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Dans l univers sans cesse mouvant de la Gestion des Talents, nous observons un nouveau changement fondamental en matière de développement

Plus en détail

Traitement transfrontalier des données personnelles Lignes directrices

Traitement transfrontalier des données personnelles Lignes directrices Commissariat à la protection de la vie privée du Canada LPRPDE Traitement transfrontalier des données personnelles Lignes directrices OBJET Le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada a

Plus en détail

Vous ne pouvez pas accéder à ce site si n importe laquelle des conditions suivantes s applique à vous :

Vous ne pouvez pas accéder à ce site si n importe laquelle des conditions suivantes s applique à vous : Termes et Conditions 1 UTILISATION DE CE SITE 1.1 L accès et l utilisation de ce site sont sujets à toutes les lois et tous les règlements applicables à ce site, à l Internet et/ou au World Wide Web, ainsi

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Transcontinental inc. (la Société) est une société dont les valeurs sous-tendent une saine gestion d entreprise. Son conseil d administration (le conseil) a pour mission

Plus en détail

Conseil - Formation Management du changement

Conseil - Formation Management du changement KEY PARTNERS 55 avenue Marceau, 75116 Paris Tel 09 77 19 51 14 / Fax 01 53 01 35 68 email : infos@key-partners.biz www.key-partners.biz Conseil - Formation Management du changement Key Partners est un

Plus en détail

Dans l attente de votre réponse, favorable je l espère, veuillez agréer, Madame, Monsieur, l expression de mes sentiments les meilleurs.

Dans l attente de votre réponse, favorable je l espère, veuillez agréer, Madame, Monsieur, l expression de mes sentiments les meilleurs. Je suis actuellement en cinquième année d études universitaires pour la préparation d un Master 2 en Fiscalité et Droit des Affaires au Groupe Ecole des Hautes Etudes Commerciales à X. Je désire poursuivre

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé

Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé Introduction Des employés engagés et productifs ont à cœur la réussite de leur employeur. Par leur attitude et leur confiance en eux,

Plus en détail

PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA. Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale

PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA. Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale www.inspection.gc.ca/alimentssalubres Balayer le code de réponse

Plus en détail

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 ISO 14001: 2015 Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 4115, Rue Sherbrooke Est, Suite 310, Westmount QC H3Z 1K9 T 514.481.3401 / F 514.481.4679

Plus en détail

Être conforme à la norme PCI. OUI, c est possible!

Être conforme à la norme PCI. OUI, c est possible! Être conforme à la norme PCI OUI, c est possible! Présentation Réseau Action TI 8 mai 2013 Johanne Darveau Directrice systèmes, portefeuille de projets et support applicatif Technologies de l information

Plus en détail

Étude sur la monnaie numérique

Étude sur la monnaie numérique Étude sur la monnaie numérique Allocution de Darren Hannah Vice-président intérimaire, Politiques et Opérations Association des banquiers canadiens Prononcée devant le Comité sénatorial des banques et

Plus en détail

L éthique et les élus municipaux

L éthique et les élus municipaux CAT 015M C.P. P.L. 109 Éthique et déontologie en matière municipale L éthique et les élus municipaux Faire une différence éthique Notes de présentation Commission de l aménagement du territoire Nous devons

Plus en détail

de l invalidité Pour un retour au travail en santé

de l invalidité Pour un retour au travail en santé Services de gestion de l invalidité Pour un retour au travail en santé Nous visons un retour au travail en santé pour permettre à nos clients de continuer se concentrer sur leur entreprise Dans une petite

Plus en détail

Entretien avec Richard Silver

Entretien avec Richard Silver Entretien avec Richard Silver par Claude Larivière et Sarah Boucher-Guévremont 1. Richard Silver, vous combinez deux domaines de formation professionnelle, le droit et le travail social. Pour plusieurs

Plus en détail

POLITIQUE DE RESPECT DE LA VIE PRIVÉE ET DES PRATIQUES DE GESTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS

POLITIQUE DE RESPECT DE LA VIE PRIVÉE ET DES PRATIQUES DE GESTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS La présente Politique de respect de la vie privée et des pratiques de gestion des renseignements personnels (ci-après: «Politique») détermine les pratiques de Antirouille Métropolitain MD via ses sites

Plus en détail

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Politique de Développement Durable Plan d action 2011-2014 Édifice Le Delta III certifié LEED-CS «Or», ville de Québec Mot DE LA DIRECTION Dessau est née d une volonté

Plus en détail

Littératie financière : un investissement dans l avenir

Littératie financière : un investissement dans l avenir Littératie financière : un investissement dans l avenir Allocution de Terry Campbell Président Association des banquiers canadiens Prononcée devant La Conférence de Montréal Le 12 juin 2012 Montréal SEUL

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

ÉNONCÉ DE DIVULGATION DES CONFLITS D INTÉRÊTS DOMAINE INVESTISSEMENTS DE MERCER JUIN 2014

ÉNONCÉ DE DIVULGATION DES CONFLITS D INTÉRÊTS DOMAINE INVESTISSEMENTS DE MERCER JUIN 2014 ÉNONCÉ DE DIVULGATION DES CONFLITS D INTÉRÊTS DOMAINE INVESTISSEMENTS DE MERCER JUIN 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION... 1 2. SENSIBILISATION AUX CONFLITS... 1 3. CONFLITS ENTRE MERCER ET SES CLIENTS...

Plus en détail

Liste de contrôle relative à la politique en matière de protection de la vie privée

Liste de contrôle relative à la politique en matière de protection de la vie privée Fiche-conseil Liste de contrôle relative à la Pourquoi les organismes de bienfaisance enregistrés doivent-ils avoir une politique en matière de protection? Des lois ont été adoptées par le gouvernement

Plus en détail

Étapes d élaboration d une formation en compétences essentielles (CE) ou en anglais langue seconde (ALS) propre à l entreprise

Étapes d élaboration d une formation en compétences essentielles (CE) ou en anglais langue seconde (ALS) propre à l entreprise Étapes d élaboration d une formation en compétences essentielles (CE) ou en anglais langue seconde (ALS) propre à l entreprise Vous souhaitez commencer à mettre en œuvre une formation en CE, mais vous

Plus en détail

Le directeur. Introduction de l'étude Global CMO Study. marketing, au cœur de la performance de l entreprise

Le directeur. Introduction de l'étude Global CMO Study. marketing, au cœur de la performance de l entreprise Le directeur IBM Introduction de l'étude Global CMO Study marketing, au cœur de la performance de l entreprise L illustration de couverture représente les plus de 1700 responsables marketing qui se sont

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

Plus qu une entreprise... Un réseau

Plus qu une entreprise... Un réseau Société GRICS Plus qu une entreprise... Un réseau De par sa nature, la Société GRICS n est pas une entreprise comme les autres : elle est un regroupement, au centre d un réseau qui réunit l ensemble des

Plus en détail

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA Le présent document a pour but de servir de guide pour ce qui est des rôles et des responsabilités du coordonnateur communautaire

Plus en détail

De meilleures données pour de meilleures décisions :

De meilleures données pour de meilleures décisions : De meilleures données pour de meilleures décisions : un appui pour des soins plus efficaces et appropriés Amélioration de l expérience client. Perfectionnement de la planification des programmes et capacité

Plus en détail

Travailler efficacement avec votre avocate ou avocat

Travailler efficacement avec votre avocate ou avocat Travailler efficacement avec votre avocate ou avocat (Traduction du webinaire www.lawhelpontario.org/videos/webcast.132633- Working_Effectively_With_Your_Lawyer) Travailler avec une avocate ou un avocat

Plus en détail

Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP. Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique

Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP. Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP // Introduction Introduction

Plus en détail

SERVICES GÉRÉS DE SÉCURITÉ (MSS)

SERVICES GÉRÉS DE SÉCURITÉ (MSS) SERVICES GÉRÉS DE SÉCURITÉ (MSS) L INITIATIVE EN CYBERSÉCURITÉ La cybercriminalité devient un facteur important pour les chefs de l information, les professionnels en TI, mais aussi pour les chefs des

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes et des commentaires

Politique de gestion des plaintes et des commentaires Politique de gestion des plaintes et des commentaires 03.01.0 Page 1 de 6 DATE DE LA MISE À JOUR 2010-11-03 RÉSUMÉ Cette politique vise à encadrer et harmoniser la gestion des plaintes et des commentaires

Plus en détail

Paiement préautorisé ou chèque en blanc? S O M M A I R E E X É C U T I F. par

Paiement préautorisé ou chèque en blanc? S O M M A I R E E X É C U T I F. par ? S O M M A I R E E X É C U T I F par avril 2005 LES PAIEMENTS PAR DÉBIT PRÉAUTORISÉS Le nombre de paiements par débit préautorisé (DPA) effectués dans les comptes des consommateurs a connu depuis plusieurs

Plus en détail

Le DSI du futur Rapport d'étude

Le DSI du futur Rapport d'étude Le DSI du futur Rapport d'étude Devenir un catalyseur du changement Partagez ce rapport d'étude Le DSI du futur : Devenir un catalyseur du changement Tandis que la plupart des DSI s accordent à dire que

Plus en détail

L Elaboration d un plan stratégique pour un réseau/une association de microfinance

L Elaboration d un plan stratégique pour un réseau/une association de microfinance L Elaboration d un plan stratégique pour un Développé comme partie du Programme de renforcement institutionnel, par Citi Première édition Mai, 2008 L Elaboration d un plan stratégique pour un La planification

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À Thérèse Besner DU COURS DDM4600 Stage de préinsertion professionnelle PAR MÉLODIE CHAMPAGNE 17 Avril 2015 C est en terminant

Plus en détail

Préoccupé par la sécurité routière? ISO 39001 vous aidera à sauver des vies.

Préoccupé par la sécurité routière? ISO 39001 vous aidera à sauver des vies. Préoccupé par la sécurité routière? ISO 39001 vous aidera à sauver des vies. Vous êtes entre de bonnes mains avec BSI. Notre gamme de solutions efficaces de gestion des risques permettra à votre organisation

Plus en détail

Déposer une plainte. Guide à l intention des investisseurs

Déposer une plainte. Guide à l intention des investisseurs Déposer une plainte Guide à l intention des investisseurs Le présent guide contient de l information sur ce qui suit : des conseils sur la façon de déposer des plaintes efficaces; le rôle de la Commission

Plus en détail

Procédures de traitement des plaintes relatives à la comptabilité et à la vérification

Procédures de traitement des plaintes relatives à la comptabilité et à la vérification Procédures de traitement des plaintes relatives à la comptabilité et à la vérification Secrétariat Corporate Service corporatif August 7, 2014 V1.0 7 août 2014 V9.0 Pour usage interne Table des matières

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Avril 2011 Introduction Étape préalable à la demande Phases de l'évaluation environnementale et de l'examen des permis

Plus en détail

Programme d optimisation. L image de votre entreprise

Programme d optimisation. L image de votre entreprise Programme d optimisation L image de votre entreprise SOMMAIRE L image joue un rôle pondérable dans les pratiques commerciales et est dédiée exclusivement à assurer une représentativité corporative de l

Plus en détail

Idéopolis #4 Le temps, le travail et vous Avril 2014

Idéopolis #4 Le temps, le travail et vous Avril 2014 Idéopolis #4 Le temps, le travail et vous Avril 2014 À l aube de ce printemps tellement attendu, les indicateurs économiques surveillés par Workopolis semblent pointer vers une hausse graduelle de l emploi

Plus en détail

Message de Patrick Lundy, président et chef de la direction, Zurich Canada

Message de Patrick Lundy, président et chef de la direction, Zurich Canada Message de Patrick Lundy, président et chef de la direction, Zurich Canada Parler au téléphone, accéder à une salle de réunion, lire l écran de son ordinateur la plupart d entre nous tiennent ces activités

Plus en détail

Monsieur le Président de l Ordre, Monsieur le Président et chef de la direction, Très chers Fellows, Mesdames, Messieurs,

Monsieur le Président de l Ordre, Monsieur le Président et chef de la direction, Très chers Fellows, Mesdames, Messieurs, Notes pour l allocution de Simon Brault, FCPA, FCGA, lauréat du Prix Hommage 2015 À l occasion de la Soirée des Fellows 2015 Hôtel Westin Montréal, le samedi 9 mai 2015 Monsieur le Président de l Ordre,

Plus en détail

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION Siège Bureau de Montréal Bureau 1.10 Bureau 18.200 575, rue Saint-Amable 500, boulevard René-Lévesque Ouest Québec (Québec) G1R 2G4 Montréal (Québec) H2Z 1W7 Tél. : (418) 528-7741 Tél. : (514) 873-4196

Plus en détail

VILLE DE JOLIETTE POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO

VILLE DE JOLIETTE POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO VILLE DE JOLIETTE POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO Adoptée à la séance du 21 janvier 2013 par la résolution G2013-00-18 TABLE DES MATIÈRES Page 1. INTRODUCTION... 3 2. CADRE JURIDIQUE... 3 3.

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE)

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) 1 Table des matières Introduction... 3 À propos du Plan pluriannuel d accessibilité de l OQRE... 3

Plus en détail

Actio Ressources Humaines Expertise, Simplicité, Solutions pour la tranquillité d esprit!

Actio Ressources Humaines Expertise, Simplicité, Solutions pour la tranquillité d esprit! Actio Ressources Humaines Expertise, Simplicité, Solutions pour la tranquillité d esprit! Actio Ressources Humaines vous offre des solutions pratiques, adaptées à votre organisation et une gamme complète

Plus en détail

Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles. Adopté : 17 avril 2007. CATÉGORIE : Ressources humaines. Dernière révision : 25 janvier 2013

Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles. Adopté : 17 avril 2007. CATÉGORIE : Ressources humaines. Dernière révision : 25 janvier 2013 Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles CATÉGORIE : Ressources humaines SURVEILLANCE : juin 2014 Adopté : 17 avril 2007 Dernière révision : 25 janvier 2013 Révisée le : 20 septembre 2013 Le Centre de santé

Plus en détail

Préface. de Xavier QUÉRAT-HÉMENT

Préface. de Xavier QUÉRAT-HÉMENT Préface de Xavier QUÉRAT-HÉMENT La réussite de toute entreprise, comme le savent les opérationnels au contact de clients de plus en plus exigeants et soumis à une règlementation qui s étoffe régulièrement,

Plus en détail

Le ministère du Développement durable, de l Environnement et des Parcs

Le ministère du Développement durable, de l Environnement et des Parcs Le ministère du Développement durable, a pour mission d assurer la protection de l environnement, des écosystèmes naturels et de la biodiversité. Le Ministère doit contribuer au bien-être des générations

Plus en détail

Tribunal de la protection des fonctionnaires divulgateurs Canada

Tribunal de la protection des fonctionnaires divulgateurs Canada Tribunal de la protection des fonctionnaires divulgateurs Canada 2010-2011 Rapport ministériel sur le rendement L honorable James Moore, C.P., député Ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : M. C. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 63 Appel n o : GE-14-466 ENTRE : M. C. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU

Plus en détail

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil AGO BIAT du 28 Mai 2010 Allocution d ouverture Allocution d ouverture de Monsieur le Président du Conseil Chers Actionnaires, Mesdames, Messieurs : L année 2009 a été globalement une année très positive

Plus en détail

Vos commentaires sur la pertinence de ce cours dans le programme

Vos commentaires sur la pertinence de ce cours dans le programme Évaluation de l enseignement COMMENTAIRES Activité : GSF-6008-S (82526) Finance corporative Enseignant : Jean-François Guimond Session : Automne 2012 Méthode d évaluation : Papier Date de l évaluation

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

Professeur superviseur ALAIN APRIL

Professeur superviseur ALAIN APRIL RAPPORT TECHNIQUE PRÉSENTÉ À L ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE DANS LE CADRE DU COURS MGL804 REALISATION ET MAINTENANCE DE LOGICIELS TRAVAIL DE SESSION N12 EVALUATION D UN CONTRAT DE MAINTENANCE DU LOGICIEL

Plus en détail

INVESTIR À propos de Banque Nationale Courtage direct. Prenez le contrôle avec Banque Nationale Courtage direct

INVESTIR À propos de Banque Nationale Courtage direct. Prenez le contrôle avec Banque Nationale Courtage direct Prenez le contrôle avec Banque Nationale Courtage direct 01 Au service des investisseurs canadiens depuis plus de 25 ans Filiale d une des plus grandes institutions financières au pays, offre aux investisseurs

Plus en détail

Code de conduite en matière de jeu responsable

Code de conduite en matière de jeu responsable Code de conduite en matière de jeu responsable 1 Notre mission Loto-Québec a pour mission première d exploiter dans l ordre et la mesure les jeux de hasard et d argent au Québec. Créée en 1969 afin d implanter

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

Philosophie de gestion des ressources humaines

Philosophie de gestion des ressources humaines Philosophie de gestion des ressources humaines En collaboration avec la Direction des services à la clientèle et la Direction des ressources humaines Consultation faite auprès du Comité PDRH et du Comité

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Mémoire du Conseil canadien des archives (CCA) au comité législatif sur le projet de loi C-32 (CC32)

Mémoire du Conseil canadien des archives (CCA) au comité législatif sur le projet de loi C-32 (CC32) Mémoire du Conseil canadien des archives (CCA) au comité législatif sur le projet de loi C-32 (CC32) Fondé en 1985, le Conseil canadien des archivistes est né d une volonté fédéraleprovinciale de favoriser

Plus en détail

Postes en technologie de l information

Postes en technologie de l information Mutation 2013 Postes en technologie de l information Consultez les témoignages de nos ambassadeurs Suzanne Samson Gestionnaire en technologies de l information Simon Barriault Analyste en informatique

Plus en détail

La loi québécoise 10 ans après: les leçons à retenir à la veille de l entrée en vigueur de la loi fédérale

La loi québécoise 10 ans après: les leçons à retenir à la veille de l entrée en vigueur de la loi fédérale La loi québécoise 10 ans après: les leçons à retenir à la veille de l entrée en vigueur de la loi fédérale Charles Morgan Conférence Insight Hôtel Inter-Continental, Montréal Le 1er décembre 2003 McCarthy

Plus en détail

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS concernant l application de l article 41 de la Loi sur les langues officielles 2009-2012 TABLE DES MATIÈRES Glossaire... 1 Renseignements généraux... 2 Résumé des résultats

Plus en détail

Services d orientation pour adultes

Services d orientation pour adultes Services d orientation pour adultes Le c.o. pour adultes est le spécialiste de la relation entre l individu, le travail et la formation. Se réorienter Trouver un travail à sa mesure Faire le point sur

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

AVIS DU PERSONNEL DE L ACFM ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES EXTÉRIEURES

AVIS DU PERSONNEL DE L ACFM ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES EXTÉRIEURES Personne-ressource : Paige Ward Avocate générale et vice-présidente, Politiques Téléphone : 416 943-5838 Courriel : pward@mfda.ca APA-0040 Le 20 mai 2005 AVIS DU PERSONNEL DE L ACFM ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

Plus en détail

Le retard en matière de marketing en ligne» dans l industrie hôtelière: une tendance inquiétante

Le retard en matière de marketing en ligne» dans l industrie hôtelière: une tendance inquiétante Septembre 2009 Le retard en matière de marketing en ligne» dans l industrie hôtelière: une tendance inquiétante par Max Starkov Comme spécialistes du marketing hôtelier en ligne depuis bientôt 15 ans,

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

Politique de gestion des archives. Adoptée le 11 octobre 2011 par le conseil d administration (289 e assemblée résolution n o 2479)

Politique de gestion des archives. Adoptée le 11 octobre 2011 par le conseil d administration (289 e assemblée résolution n o 2479) Politique de gestion des archives Adoptée le 11 octobre 2011 par le conseil d administration (289 e assemblée résolution n o 2479) TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 3 1. OBJECTIFS DE LA POLITIQUE... 3 2.

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

LES RISQUES JURIDIQUES DES PROPRIÉTAIRES D ENTREPRISES AU QUÉBEC

LES RISQUES JURIDIQUES DES PROPRIÉTAIRES D ENTREPRISES AU QUÉBEC LES RISQUES JURIDIQUES DES PROPRIÉTAIRES D ENTREPRISES AU QUÉBEC Les petites et moyennes entreprises (PME) sont essentielles à la santé économique du Québec. Elles emploient environ 75% de la population

Plus en détail

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Introduction Ce document est un complément au Code d Éthique et de Conduite Professionnelle

Plus en détail

www.accountemps.be 1 Comment faire pour conserver vos meilleurs collaborateurs?

www.accountemps.be 1 Comment faire pour conserver vos meilleurs collaborateurs? www.accountemps.be 1 Comment faire pour conserver vos meilleurs collaborateurs? Fournir du personnel intérimaire spécialisé dans le domaine de la comptabilité et des finances, c est notre métier. Mais

Plus en détail

Intermédiaire d assurance AFA

Intermédiaire d assurance AFA ACADEMY FOR FINANCE & INSURANCE SERVICES Préparation à l examen pour Intermédiaire d assurance AFA de septembre 2014 à mars 2015 Votre partenaire pour votre formation professionnelle Quel sont les objectifs

Plus en détail

L INSPECTION PRÉACHAT DANS LE DOMAINE IMMOBILIER ÀSSOIÀTION PES CONSOMMATEURS POUR LA QUALITÉ PANS LÀ CONSTRUCTION POUR UNE MEILLEURE PROTECTION

L INSPECTION PRÉACHAT DANS LE DOMAINE IMMOBILIER ÀSSOIÀTION PES CONSOMMATEURS POUR LA QUALITÉ PANS LÀ CONSTRUCTION POUR UNE MEILLEURE PROTECTION POUR LA QUALITÉ PANS LÀ CONSTRUCTION ÀSSOIÀTION PES CONSOMMATEURS DES ACHETEURS ET DES VENDEURS POUR UNE MEILLEURE PROTECTION IMMOBILIER DANS LE DOMAINE PRÉACHAT L INSPECTION L INSPECTION PRÉACHAT DANS

Plus en détail

Enquête de PSMT ENQUÊTE DE PSMT 1

Enquête de PSMT ENQUÊTE DE PSMT 1 Enquête de PSMT Qu est-ce que PSMT? Protégeons la santé mentale au travail est un ensemble exhaustif de ressources uniques, fondées sur des données probantes, qui ont été conçues dans le but d évaluer

Plus en détail