LE FINANCEMENT DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE «FP 101»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE FINANCEMENT DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE «FP 101» 2010-2011"

Transcription

1 LE FINANCEMENT DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE «FP 101» Présentation par : Lucie Bisson, Agente d administration Commission scolaire de la Rivière-du-Nord 1

2 LOI SUR L INSTRUCTION PUBLIQUE 2

3 Loi sur l instruction publique : Dispositions légales concernant les responsabilités des intervenants L.I.P.; Article Le directeur du centre, après consultation des membres du personnel du centre, fait part à la commission scolaire, à la date et dans la forme que celle-ci détermine, des besoins du centre pour chaque catégorie de personnel, ainsi que des besoins de perfectionnement de ce personnel. 3

4 L.I.P.; Article Le directeur du centre, après consultation du conseil d établissement, fait part à la commission scolaire des besoins du centre en biens et services, ainsi que des besoins d amélioration, d aménagement, de construction, de transformation ou de réfection des locaux ou immeubles mis à la disposition du centre. 4

5 L.I.P.; Article 275 La commission scolaire établit, après consultation des conseils d établissement et du comité de parents, les objectifs et les principes de la répartition des subventions, du produit de la taxe scolaire et de ses autres revenus entre ses établissements. Cette répartition doit être effectuée de façon équitable en tenant compte des besoins exprimés par les établissements, des inégalités sociales et économiques auxquelles les établissements sont confrontés, de la convention de partenariat conclue entre la commission scolaire et le ministre et des conventions de gestion et de réussite éducative conclues entre la commission scolaire et ses établissements. 5

6 L.I.P. Article 275 (suite) La répartition doit prévoir les montants alloués au fonctionnement des conseils d établissement ainsi que les montants requis pour les besoins de la commission scolaire et de ses comités. La commission scolaire doit rendre publics les objectifs et les principes de la répartition ainsi que les critères qui ont servi à déterminer les montants alloués. 6

7 L.I.P. Article Le directeur du centre prépare le budget annuel du centre, le soumet au conseil d établissement pour adoption, en assure l administration et en rend compte au conseil d établissement. 7

8 L.I.P. Article (suite) Le budget maintient l équilibre entre, d une part, les dépenses et, d autre part, les ressources financières allouées au centre par la commission scolaire et les autres revenus qui lui sont propres. 8

9 L.I.P. Article (suite) Le budget approuvé du centre constitue des crédits distincts au sein du budget de la commission scolaire et les dépenses pour ce centre sont imputées à ces crédits. À la fin de chaque exercice financier, les surplus du centre, le cas échéant, deviennent ceux de la commission scolaire. Toutefois, ces surplus doivent être portés aux crédits du centre pour l exercice financier suivant lorsque la convention de gestion et de réussite éducative conclue en application de l article y pourvoit. En cas de fermeture du centre, les surplus et les fonds de celui-ci, le cas échéant, deviennent ceux de la commission scolaire. 9

10 Article La commission scolaire et le directeur de chacun des établissements conviennent annuellement, dans le cadre d une convention de gestion et de réussite éducative, des mesures requises pour assurer l atteinte des buts fixés et des objectifs mesurables prévus à la convention de partenariat conclue entre la commission scolaire et le ministre. Un projet de la convention de gestion et de réussite éducative doit être soumis pour approbation au conseil d établissement après consultation du personnel de l établissement. 10

11 Article (suite) La convention de gestion et de réussite éducative est établie en tenant compte du plan de réussite de l établissement et de sa situation particulière. Elle porte notamment sur les éléments suivants : les modalités de la contribution de l établissement; les ressources que la commission scolaire alloue spécifiquement à l établissement pour lui permettre d atteindre les buts fixés et les objectifs mesurables prévus; les mesures de soutien et d accompagnement mises à la disposition de l établissement; les mécanismes de suivi et de reddition de compte mis en place par l établissement. 11

12 L.I.P.; Article 95 Le conseil d établissement adopte * le budget annuel du centre proposé par le directeur de centre et le soumet à l approbation de la commission scolaire. * Avec ou sans modifications. 12

13 L.I.P.; Article 276 La commission scolaire approuve* le budget des écoles, des centres de formation professionnelle et des centres d éducation des adultes. * Elle ne peut modifier le budget de l établissement; elle l approuve ou le désapprouve. 13

14 L.I.P.; Article 276 (suite) Le budget d un établissement est sans effet tant qu il n est pas approuvé par la commission scolaire. Toutefois, la commission scolaire peut autoriser un établissement, aux conditions qu elle détermine, à engager des dépenses qui n ont pas été approuvées. 14

15 Préparation budgétaire Étapes suggérées pour la préparation budgétaire : 1. Évaluer les ETP par programme 2. Évaluer les dépenses RH, incluant les élèves et périodes excédentaires 3. Évaluer les besoins en RM et MAO 4. Évaluer les frais de gestion Présenter un budget équilibré. Les mêmes étapes sont pertinentes pour la révision budgétaire. 15

16 SOURCES DE FINANCEMENT EN FP 16

17 Sources de financement en FP : 1. Allocation de base : cours dispensés : Ressources humaines (RH) Ressources de soutien (RS) Ressources matérielles (RM) 2. Autres services de formation : Reconnaissance des acquis et des compétences (RAC) Évaluation et reconnaissance des acquis scolaires (examen seulement) Assistance aux autodidactes Formation à distance 17

18 Sources de financement en FP : 3. Formation générale suivie en concomitance avec un programme d études professionnelles menant à un DEP (concomitance) 4. Ajustements à l allocation de base : Mesures de sensibilisation à l entrepreneuriat Ajustement pour l alternance travail-études (ATE) 18

19 Sources de financement en FP : 5. Allocations supplémentaires pour le fonctionnement : Mesure : accès à la formation professionnelle pour les élèves de moins de 20 ans Mesure : plan de formation des enseignants Mesure : soutien de l offre régionale en formation professionnelle : - Formation de courte durée menant à l attestation d études professionnelles (AEP) - Formation de petits groupes - Formation à temps partiel 19

20 Sources de financement en FP : 6. Produit maximal de la taxe scolaire 7. Allocations pour les investissements : Mobilier, appareillage et outillage (MAO) Amélioration, maintien et transformation des bâtiments (AMT) 8. Allocations spécifiques pour les investissements : Mesure : ajout ou réaménagement d espace pour la formation professionnelle Mesure : financement de l équipement de formation professionnelle pour les jeunes et les adultes 20

21 Sources de financement en FP : 9. Formations financées par Emploi Québec 10. Revenus autonomes : Service aux entreprises Service de partenariat avec différents organismes Vente de matériel Projet de développement avec le MELS 21

22 Sources de financement en FP : Où trouver l information? Dans les 3 documents suivants : 1. Les règles budgétaires de fonctionnement 2. Les règles budgétaires d investissements 3. Le document complémentaire Ces documents explicitent les paramètres communs d allocations de chacune des commissions scolaires. Ils sont disponibles à l adresse suivante : 22

23 Règles budgétaires : annexes Les règles budgétaires de fonctionnement comprennent les annexes suivantes (pertinentes en FP) Annexe E : Droits de scolarité pour les élèves venant de l extérieur du Québec Annexe H : Allocation de base RH, RS, RM et RAC (évaluation) pour la FP; montant par élève et par programme 23

24 Règles budgétaires : annexes Annexe I : Allocation de base pour les activités éducatives de la FP; montant par élève pour l organisation scolaire et facteur d ajustement du coût subventionné; montant personnalisé par commission scolaire 24

25 Règles budgétaires : annexes Les règles budgétaires d investissements comprennent l annexe suivante (pertinente en FP) : Annexe B : Allocation de base pour les investissements; - normes par programme pour le MAO spécialisé en FP - montant par élève et par programme 25

26 1. Allocation de base : cours dispensés L allocation de base pour les cours dispensés est obtenue à partir des calculs suivants : (a.1) Montant par élève et par programme ($) (a.2) Facteur d ajust. coût subv. (a.3) Élèves ETP (a.4) Facteur d abandons Allocation ($) Ressources humaines (RH) -Montant de base 1 X 2 X X 3 = - Organisation scolaire 2 X 2 X X 3 = Ressources de soutien (RS) 1 X X 1.10 = Ressources matérielles (RM) 1 X X 1.05 = ALLOCATION TOTALE 1. Le montant par élève, spécifique à chaque programme, est présenté à l annexe H. 2. Le facteur d ajustement lié au coût subventionné par enseignant et le montant par élève pour l organisation scolaire spécifiques à chaque commission scolaire sont présentés à l annexe I. 3. Ce facteur est de 15 % pour les élèves de moins de 20 ans et de 10 % pour les autres. 26

27 Allocation de base : RH : ressources humaines = coût des enseignants. Organisation scolaire (personnalisé par C.S. annexe I) : tient compte des particularités de chaque C.S. eu égard à la formation des groupes d élèves. Pour plus d équité entre les centres, on peut le calculer et le répartir par centre avec l aide de l outil «Ésoppe FP», qu on peut se procurer à la FCSQ. 27

28 Allocation de base : Facteur d ajustement du coût subventionné (personnalisé par C.S. annexe I) : tient compte des particularités de chaque C.S. quant aux coûts liés à la rémunération de ses enseignants (nombre d enseignants permanents, à contrat et à taux horaire, expérience, scolarité, contributions de l employeur, etc.). On peut aussi le calculer et le répartir par centre, en partant du document G, section 2 des paramètres initiaux. 28

29 Allocation de base : RS : ressources de soutien = coûts relatifs aux ressources professionnelles, techniques et de soutien en lien avec la pédagogie. RM : ressources matérielles = coûts autres que ceux du personnel enseignant et non-enseignant. 29

30 Allocation de base : Élèves admissibles à l allocation de base : Effectifs scolaires équivalent temps plein (ETP) sanctionnés en (1 ETP = 900 heures), que l examen ait été réussi ou échoué. Aux fins de financement, les mentions «succès» et «échec» se définissent conformément au système de sanction du Ministère et ne concernent que les cours suivis et terminés au cours de l année scolaire

31 Allocation de base : Le financement d un cours est accordé durant l année scolaire au cours de laquelle l évaluation ou l examen a lieu. Afin d assurer à chaque adulte, un suivi du temps alloué pour atteindre les objectifs du programme d études en cause, le total des heures sanctionnées reconnues aux fins de financement ne peut excéder de 20 % la durée normale du programme, telle qu elle est spécifiée à l instruction ministérielle sur la formation professionnelle dans les commissions scolaires. Pour un élève et pour un cours dont on a déjà accordé la sanction «succès», seule la première sanction est retenue aux fins de financement. 31

32 Allocation de base : Un cours sanctionné «échec» qui fait l objet d une reprise doit être déclaré au service «examen seulement», à moins que l élève n ait de nouveau suivi la durée normative du cours. Celle-ci est atteinte lorsque les éléments suivants sont respectés : - il y a présence de l élève du début à la fin de la période de formation prévue pour le cours; - l écart entre les heures de formation suivies par l élève et les heures normatives prévues pour un cour demeure marginal; - les absences observées de l élève sont sporadiques. 32

33 2- Autres services de formation : Reconnaissance des acquis et des compétences (RAC) $ par élève lorsque l entrevue de validation et l inscription à la RAC dans un programme d études sont réalisées 2. un montant par évaluation réussie, spécifique à chaque programme (annexe H) 3. pour la formation manquante, le financement correspond aux règles prévues à la section «cours dispensés» lorsque la participation de l élève est égale ou supérieure à 33 % de la 33 durée normative du cours

34 Autres services de formation : Évaluation et reconnaissance des acquis scolaires (examen seulement) 40 $ par examen, réussi ou non, déclaré au système de sanction du Ministère * * Un cours sanctionné «échec» qui fait l objet d une reprise doit être déclaré au service «examen seulement» à moins que l élève n ait de nouveau suivi la durée normative du cours. 34

35 Autres services de formation : Assistance aux autodidactes 30 $ par unité de cours déclaré au système de sanction du Ministère Formation à distance 50 $ par unité de cours déclaré au système de sanction du Ministère 35

36 Autres services de formation : Effectif scolaire subventionné À moins d indication contraire, la présente section ne s applique qu aux «cours dispensés» et aux «autres services de formation». L effectif scolaire admissible aux subventions pour les activités éducatives de la formation professionnelle des commissions scolaires mandatées (articles 466 et 467, L.R.Q., c.i-13.3) : Comprend toute personne légalement inscrite et reconnue par le Ministère, incluant celle inscrite en vertu de l article 215.1, qui poursuit des études dans le respect de la Loi sur l instruction publique, du Régime pédagogique de la formation professionnelle et l Instruction en formation professionnelle. 36

37 Autres services de formation : Effectif scolaire subventionné (suite) Doit être inscrit, pour la durée de sa formation, à des cours totalisant un minimum de quinze heures par semaine (cours dispensés seulement) à moins que les cours qui lui manquent pour terminer sa formation ne nécessitent un nombre d heures inférieur à ce minimum. Cette disposition s applique également aux élèves ayant bénéficié de la reconnaissance des acquis pour des cours de leur programme d études, lorsque l organisation de la formation manquante l exige. 37

38 3- Formation générale suivie en concomitance avec un programme d études professionnelles menant à un DEP : Enseignement Formation Générale : Avec horaire intégré à la FP * : $ X le facteur d ajustement RH jeunes (annexe B) Sans horaire intégré à la FP : $ X le facteur d ajustement RH jeunes (annexe B) Ajouter aussi 516 $ pour les autres dépenses éducatives * Formation intégrée: au moins 20 % des heures de l horaire de l élève sont consacrées à la formation générale. 38

39 Formation générale suivie en concomitance avec un programme d études professionnelles menant à un DEP : Formation professionnelle : mêmes calculs que pour un élève inscrit aux cours dispensés, avec facteurs d abandons. Voir règles budgétaires de fonctionnement page 36 et annexe B. 39

40 Formation générale suivie en concomitance avec un programme d études professionnelles menant à un DEP : À ces sommes s ajoute aussi la mesure 30280, qui mentionne que le Ministère alloue $ par élève (somme des ETP en formation professionnelle et en formation générale) inscrit en concomitance afin de soutenir l accompagnement des élèves et des ressources enseignantes. Seuls les élèves dont la formation générale est intégrée à l horaire de la formation professionnelle ont droit à cette allocation. 40

41 4- Ajustement à l allocation de base : Mesures de sensibilisation à l entrepreneuriat Pages 37 et 38 des règles budgétaires de fonctionnement. Ajustement pour l alternance travail-études (ATE) Alternance travail-études (ATE) P. 38 des règles budgétaires de fonctionnement Mesure pour soutenir les CFP des CS dans ce projet. Effectif scolaire en ATE ETP sanctionné non majoré Montant par ETP Sanctionné non majoré Pour les 50 premiers ETP $ Entre le 51 e et le 200 e ETP 500 $ 201 e et plus (sans limite) 200 $ 41

42 Ajustement à l allocation de base : Organisation d un nouveau programme ATE dans les CS : Un montant de $ est remis dès son autorisation par le MELS. Un second montant de $ est alloué si le CFP de la CS réalise 15 ETP sanctionnés dans les 3 prochaines années. 42

43 5- Allocations supplémentaires pour le fonctionnement : Mesure : Accès à la formation professionnelle pour les élèves de moins de 20 ans Cette mesure permet aux commissions scolaires de déployer des actions destinées à accroître le taux de fréquentation et la réussite des jeunes en formation professionnelle. Les moyens retenus sont inspirés du rapport d orientation pour accroître l accès des jeunes de moins de 20 ans à la FP (30281). Allocation répartie par C.S. en tenant compte de l effectif de moins de 20 ans sanctionné en (environ 274 $ par ETP). 43

44 Allocations supplémentaires pour le fonctionnement : Mesure : Accès à la formation professionnelle pour les élèves de moins de 20 ans (suite) Pour les activités d exploration professionnelle élaborées localement par les écoles en collaboration avec les centres FP concernées : une allocation est allouée a priori, au prorata de l effectif scolaire jeune du secondaire inscrit au 30 septembre 2007 (30282). Pour les activités d exploration professionnelle élaborées localement par les centres d éducation des adultes en collaboration avec les centres FP concernées : une allocation est allouée a priori, au prorata de l effectif scolaire de moins de 20 ans inscrit à la formation générale des adultes (30283). 44

45 Allocations supplémentaires pour le fonctionnement : Mesure : Plan de formation des enseignants Permet de libérer des enseignants pour qu ils participent à des sessions de perfectionnement sur le français. L allocation est répartie au prorata du nombre total d enseignants retenus à PERCOS en (environ 36 $ par enseignant régulier). 45

46 Allocations supplémentaires pour le fonctionnement : Mesure : Soutien de l offre régionale en formation professionnelle Cette mesure regroupe trois allocations qui permettent d adapter l offre de formation aux besoins régionaux, de concert avec les intervenants du milieu. 1. Formations de courte durée menant à l attestation d études professionnelles (AEP) : permet de répondre aux besoins de main-d œuvre de la région en concertation avec Emploi-Québec. Une somme de 7,5 M$ est disponible pour cette activité. 2. Formation de petits groupes : vise à offrir une compensation pour le manque à gagner résultant de faibles inscriptions pour une première cohorte d élèves dans un programme. Une somme de 3,1 M$ est disponible pour cette activité. 46

47 Allocations supplémentaires pour le fonctionnement : Mesure : Soutien de l offre régionale en formation professionnelle (suite) 3. Formation à temps partiel : vise à soutenir la commission scolaire qui accueille des élèves à un rythme inférieur à 15 heures par semaine, en vue du rehaussement de leur qualification professionnelle de leur insertion ou de leur progression en emploi. Les élèves doivent être inscrits «hors programme» à des cours de formation prévus dans des programmes existants. Une somme de 2,5 M$ est disponible pour cette activité. Ces trois allocations sont établies en fonction des demandes présentées au Ministère et des ressources financières disponibles. 47

48 Allocations supplémentaires pour le fonctionnement : Mesure : Soutien de l offre régionale en formation professionnelle (suite) La C.S. qui veut obtenir une allocation pour l une de ces activités, doit faire une demande à la table régionale (inter-ordre) qui l analysera et l acceptera en fonction des sommes disponibles pour la région. Si les fonds d une des ces allocations étaient insuffisants, la table pourrait ne remette que le solde ou proposer un transfert d une allocation non dispensée dans la région ou encore, s il n y avait aucune disponibilité, faire une demande au provincial afin d utiliser des fonds non dépensés d une autre région. 48

49 6- Produit maximal de la taxe scolaire : Montant de base par élève en : 760,21 $ L effectif scolaire de la formation professionnelle est celui de , majoré de 10 % aux fins de financement et pondéré de 3,4. Donc, pour 1 ETP : 1 X 1,10 X 3,4 X 760,21 $ = 2 843,19 $ par ETP sanctionné en Source : règles budgétaires de fonctionnement, page 4 et document complémentaire, page 8 49

50 7-Allocations pour les investissements : Les ressources financières allouées pour les investissements ne peuvent être transférées à celles allouées pour le fonctionnement. De plus, les allocations spécifiques aux investissements ne sont pas transférables ni entre elles, ni aux allocations de base ou supplémentaires des investissements. 50

51 Allocations pour les investissements : Mobilier, appareillage et outillage (MAO) Montant par ETP sanctionné en , propre à chaque programme. Pour les montants par programme par ETP, consulter l annexe B de règles budgétaires d investissements. 51

52 Allocations pour les investissements : Amélioration, maintien et transformation des bâtiments (AMT) L AMT finance des travaux de réparation ou de réfection d un immeuble ou des travaux de transformation fonctionnelle. L AMT ne peut être utilisée pour financer des travaux permettant un ajout d espace. Montant propre à chaque CS. 52

53 8- Allocations spécifiques pour les investissements : Mesure : ajout ou réaménagement d espace pour la formation professionnelle. Mesure : financement de l équipement de formation professionnelle pour les jeunes et les adultes. Détails dans les règles budgétaires des investissements, à partir de la page 10 53

54 9- Formations financées par Emploi Québec : Achat de formation sur mesure, financé par programme. Entente de partenariat pour le suivi et le soutien de ces élèves. 54

55 10- Revenus autonomes : Service aux entreprises, formation sur mesure et reconnaissance d acquis non financés par le MELS; Service de partenariat avec différents organismes; Vente de matériel; Projet de développement avec le MELS. 55

56 LES PARAMÈTRES D ALLOCATION DES RESSOURCES 56

57 Les paramètres d allocation des ressources : Ce document, spécifique à chaque CS, détermine dans chacun des secteurs d activité de la CS des allocations qu elle recevra en fonction de sa clientèle et de son étendue. Il est disponible auprès de vos ressources financières et est composé de : Document A : synthèse des paramètres d allocation; Document B : calcul de l allocation de base pour l organisation des services et du produit maximal de la taxe scolaire; 57

58 Les paramètres d allocation des ressources : Document C : calcul de l allocation de base pour les activités éducatives des jeunes; Document D : calcul des rapports maître-élèves et des montants pour l organisation scolaire (formation générale des jeunes); Document E : calcul du coût subventionné par enseignant en formation générale des jeunes; Document F : calcul de l allocation de base pour les activités éducatives des adultes de la formation générale; 58

59 Les paramètres d allocation des ressources : Document G : calcul de l allocation de base pour les activités de la formation professionnelle; Document H : allocations supplémentaires a priori; Document I : calcul de l allocation de base pour les investissements; Document J : calcul de l allocation de base pour le transport scolaire. 59

60 Les paramètres d allocation des ressources : Vous devriez demander à vos services financiers une copie des documents B, G, H et I afin de vous assurer que vous recevez toutes les sommes qui vous sont dues. Éventuellement vous pourriez personnaliser par centre vos montants d organisation scolaire et facteur d ajustement RH. 60

61 Les paramètres d allocation des ressources : Attention Paramètres de consultation : en lien avec le projet de règles budgétaires (mars ou avril). Paramètres initiaux : en lien avec les règles budgétaires officielles (mai ou juin). 61

62 Documents à vous procurer auprès de vos Services financiers MINISTÈRE DE L ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT DIRECTION GÉNÉRALE DU FINANCEMENT ET DE L ÉQUIPEMENT RÈGLES BUDGÉTAIRES : PARAMÈTRES D ALLOCATION DES RESSOURCES «PARAMÈTRES INITIAUX» DOCUMENT B : CALCUL DE L ALLOCATION DE BASE POUR L ORGANISATION DES SERVICES ET DU PRODUIT MAXIMAL DE LA TAXE SCOLAIRE Rivière-du-Nord, CS de la DIRECTION RÉGIONALE : de Laval, des Laurentides et de Lanaudière

63 Documents à vous procurer auprès de vos Services financiers MINISTÈRE DE L ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT DIRECTION GÉNÉRALE DU FINANCEMENT ET DE L ÉQUIPEMENT RÈGLES BUDGÉTAIRES : PARAMÈTRES D ALLOCATION DES RESSOURCES «PARAMÈTRES INITIAUX» DOCUMENT G : CALCUL DE L ALLOCATION DE BASE POUR LES ACTIVITÉS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Rivière-du-Nord, CS de la DIRECTION RÉGIONALE : de Laval, des Laurentides et de Lanaudière

64 Documents à vous procurer auprès de vos Services financiers MINISTÈRE DE L ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT DIRECTION GÉNÉRALE DU FINANCEMENT ET DE L ÉQUIPEMENT RÈGLES BUDGÉTAIRES : PARAMÈTRES D ALLOCATION DES RESSOURCES «PARAMÈTRES INITIAUX» DOCUMENT H : ALLOCATIONS SUPPLÉMENTAIRES A PRIORI Rivière-du-Nord, CS de la DIRECTION RÉGIONALE : de Laval, des Laurentides et de Lanaudière

65 Documents à vous procurer auprès de vos Services financiers MINISTÈRE DE L ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT DIRECTION GÉNÉRALE DU FINANCEMENT ET DE L ÉQUIPEMENT RÈGLES BUDGÉTAIRES : PARAMÈTRES D ALLOCATION DES RESSOURCES «PARAMÈTRES INITIAUX» DOCUMENT I : CALCUL DE L ALLOCATION DE BASE POUR LES INVESTISSEMENTS Rivière-du-Nord, CS de la DIRECTION RÉGIONALE : de Laval, des Laurentides et de Lanaudière

66 TOUTE CETTE DOCUMENTATION SERA DISPONIBLE SUR LE SITE DE L ACSQ 66

67 MERCI POUR VOTRE PARTICIPATION Lucie Bisson Agente d administration Commission scolaire de la Rivière-du-Nord Février

Le financement de la formation professionnelle

Le financement de la formation professionnelle Le financement de la formation professionnelle Financement FP 101 Atelier A-1 Rosaire Jacques CA 1 Contenu de l atelierl Concepts et terminologie utilisés en matière de ressources financières Les sources

Plus en détail

Pierre Marchand Consultant

Pierre Marchand Consultant Pierre Marchand Consultant 1 Avant-propos Mot de bienvenue Présentation du formateur Logistique Mise en garde Modifications par rapport à 2012-2013 Les exemples présentés proviennent des paramètres de

Plus en détail

Objectifs, principes et critères de répartition (règles budgétaires) Des allocations entre les écoles et les centres de la Commission scolaire

Objectifs, principes et critères de répartition (règles budgétaires) Des allocations entre les écoles et les centres de la Commission scolaire Objectifs, principes et critères de répartition (règles budgétaires) Des allocations entre les écoles et les centres de la Commission scolaire 2014-2015 Adoptée : 26 juin 2014 (CC-2014-295) En vigueur

Plus en détail

Présentation aux membres

Présentation aux membres LE BUDGET DES ÉCOLES Présentation aux membres des conseils d établissement Sylvie Girard Sylvie Girard Directrice du Service des ressources financières Février 2012 Plan de la présentation Cadre financier

Plus en détail

RÈGLES BUDGÉTAIRES POUR L ANNÉE SCOLAIRE 2013-2014

RÈGLES BUDGÉTAIRES POUR L ANNÉE SCOLAIRE 2013-2014 RÈGLES BUDGÉTAIRES POUR L ANNÉE SCOLAIRE 2013-2014 Éducation préscolaire et enseignement primaire et secondaire Établissements d enseignement privés agréés aux fins de subventions RÈGLES BUDGÉTAIRES POUR

Plus en détail

Budget décentralisé (Comité établissement)

Budget décentralisé (Comité établissement) BALISES DE FONCTIONNEMENT COMITÉ PARITAIRE DE PERFECTIONNEMENT DU PERSONNEL ENSEIGNANT SECONDAIRE - FP - FGA Section 1 : Section 2 : Budget centralisé (Comité paritaire CSSMI) Budget décentralisé (Comité

Plus en détail

LE FINANCEMENT DE L EFFECTIF DES ÉTABLISSEMENTS PRIVÉS AGRÉÉS AUX FINS DE SUBVENTIONS

LE FINANCEMENT DE L EFFECTIF DES ÉTABLISSEMENTS PRIVÉS AGRÉÉS AUX FINS DE SUBVENTIONS Annexe 002 - Page 1 de 6 LE FINANCEMENT DE L EFFECTIF DES ÉTABLISSEMENTS PRIVÉS AGRÉÉS AUX FINS DE SUBVENTIONS 1 La présente annexe précise les modalités générales de financement des établissements privés

Plus en détail

Du personnel d encadrement des commissions scolaires

Du personnel d encadrement des commissions scolaires DE S C R I P T IO N D E S E M P L O I S G É NÉ R I Q U E S Du personnel d encadrement des commissions scolaires Direction générale des relations du travail Ministère de l Éducation Juillet 2002 TABLE DES

Plus en détail

Initiation au financement de la formation professionnelle par le MEESR

Initiation au financement de la formation professionnelle par le MEESR Initiation au financement de la formation professionnelle par le MEESR Atelier A-10 jeudi 21 mai, de 10 h 45 à 12 h 15 Pierre Marchand, MBA 1 Avant-propos Mot de bienvenue Présentation du formateur Logistique

Plus en détail

Pierre Marchand, Consultant

Pierre Marchand, Consultant Pierre Marchand, Consultant 1 Avant-propos Mot de bienvenue Présentation du formateur Logistique Modifications par rapport à 2012-2013 Les exemples présentés proviennent de différentes commissions scolaires

Plus en détail

BANQUE DE CANDIDATURES

BANQUE DE CANDIDATURES BANQUE DE CANDIDATURES POSTES À LA DIRECTION D ÉTABLISSEMENT (liste d admissibilité) 2010-2011-C-01 (Secteur jeune) ou 2010-2011-C-02 (Secteur adulte) La Commission scolaire De La Jonquière étudiera, au

Plus en détail

Évaluation des apprentissages en formation professionnelle

Évaluation des apprentissages en formation professionnelle Évaluation des apprentissages en formation professionnelle L évaluation des apprentissages fait partie intégrante de l enseignement. L APEQ vous propose ici un document qui devrait vous permettre de clarifier

Plus en détail

Les grands outils de délibération

Les grands outils de délibération Fiche 3 Les grands outils de délibération À la suite du projet de loi 88, adopté en octobre 2008, deux nouvelles mesures s ajoutent au plan stratégique d une commission scolaire, au projet éducatif, aux

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE DÉVELOPPEMENT ET DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIDGP)

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE DÉVELOPPEMENT ET DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIDGP) POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE DÉVELOPPEMENT ET DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIDGP) Adoptée par le conseil d administration le 27 novembre 2003 Direction des études Table des matières 1. BUT...

Plus en détail

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ)

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ APPLICABLES POUR LA PÉRIODE DU 1ER AVRIL 2015 AU 30 SEPTEMBRE 2015 Avril 2015 FONDS D AIDE À L EMPLOI

Plus en détail

E-02 Politique sur la gestion des immobilisations Recueil sur la gouvernance

E-02 Politique sur la gestion des immobilisations Recueil sur la gouvernance E-02 Politique sur la gestion des immobilisations Anciennement «Politique sur la gestion du budget d immobilisations» adopté par le C.A. le 26 février 2002 Amendé par le C.A. le 3 mai 2011 (résolution

Plus en détail

ADOPTION : Comité de direction

ADOPTION : Comité de direction PROGRAMME PROGRAMME DE PERFECTIONNEMENT DU PERSONNEL PROFESSIONNEL DATE : 28 avril 2015 SECTION : Programme NUMÉRO : PG304 RESPONSABLE : Direction des ressources humaines ADOPTION : Comité de direction

Plus en détail

CADRE DE RÉFÉRENCE SUR LA GESTION FINANCIÈRE DES ÉTABLISSEMENTS

CADRE DE RÉFÉRENCE SUR LA GESTION FINANCIÈRE DES ÉTABLISSEMENTS CADRE DE RÉFÉRENCE SUR LA GESTION FINANCIÈRE DES ÉTABLISSEMENTS (Règle 15) ADOPTION :CC 0310-0923 MISE EN VIGUEUR : 14 octobre 2003 AMENDEMENT : TABLE DES MATIÈRES 1- INTRODUCTION 3 2- PRINCIPES 3 2.1

Plus en détail

COMITÉ DE PARTICIPATION DES ENSEIGNANTS

COMITÉ DE PARTICIPATION DES ENSEIGNANTS COMITÉ DE PARTICIPATION DES ENSEIGNANTS En vertu de la clause 4-1.01 de l entente locale, la Commission scolaire (ci-après la «Commission») reconnaît officiellement que les enseignantes et les enseignants

Plus en détail

COMITÉ DE PERFECTIONNEMENT

COMITÉ DE PERFECTIONNEMENT COMITÉ DE PERFECTIONNEMENT PROFESSIONNELLES ET PROFESSIONNELS DE RECHERCHE DE L UNIVERSITÉ LAVAL Règles de fonctionnement Le fonds de perfectionnement a pour objectif de favoriser le perfectionnement des

Plus en détail

3.5 RECONNAISSANCE DES ACQUIS ET DES COMPÉTENCES

3.5 RECONNAISSANCE DES ACQUIS ET DES COMPÉTENCES Dans le cas de l horaire intégré : l inscription en formation professionnelle et en formation générale (jeune ou adulte, selon le Régime pédagogique applicable), le calendrier de l année scolaire en cours

Plus en détail

SANCTION DES ÉTUDES. Guide de gestion de la sanction des études et des épreuves ministérielles

SANCTION DES ÉTUDES. Guide de gestion de la sanction des études et des épreuves ministérielles + SANCTION DES ÉTUDES Guide de gestion de la sanction des études et des épreuves ministérielles Formation générale des jeunes (FGJ) Formation générale des adultes (FGA) Formation professionnelle (FP) Édition

Plus en détail

PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO)

PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO) PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ POUR LA PÉRIODE ALLANT DU 1ER AVRIL 2015 AU 31 MARS 2016 1 PROGRAMME

Plus en détail

POLITIQUE LINGUISTIQUE. 2.0 Notre milieu : son contexte, ses particularités et ses défis

POLITIQUE LINGUISTIQUE. 2.0 Notre milieu : son contexte, ses particularités et ses défis Page 7002-1 1.0 Préambule En 2008, le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport adoptait son Plan d action pour l amélioration du français à l enseignement primaire et à l enseignement secondaire.

Plus en détail

RÈGLEMENT N O 7 DÉTERMINANT LES DROITS ET LES FRAIS EXIGIBLES DES ÉTUDIANTS

RÈGLEMENT N O 7 DÉTERMINANT LES DROITS ET LES FRAIS EXIGIBLES DES ÉTUDIANTS RÈGLEMENT N O 7 DÉTERMINANT LES DROITS ET LES FRAIS EXIGIBLES DES ÉTUDIANTS Adopté par le conseil d administration le 16 juin 2015 (résolution numéro CA-015-0942) et déposé au ministère de l Éducation,

Plus en détail

RÈGLEMENT N 3 DÉTERMINANT LES CONDITIONS D ADMISSION DANS LES PROGRAMMES D ÉTUDES AU CÉGEP GÉRALD-GODIN

RÈGLEMENT N 3 DÉTERMINANT LES CONDITIONS D ADMISSION DANS LES PROGRAMMES D ÉTUDES AU CÉGEP GÉRALD-GODIN RÈGLEMENT N 3 DÉTERMINANT LES CONDITIONS D ADMISSION DANS LES PROGRAMMES D ÉTUDES AU CÉGEP GÉRALD-GODIN Adopté par le Conseil d administration le 10 février 2015 (résolution n CA-015-0915) Déposé au ministère

Plus en détail

RÉSOLUTION N O 990317-ED-0119

RÉSOLUTION N O 990317-ED-0119 Politique n o 1999-ED-01 SERVICES DE GARDE EN MILIEU SCOLAIRE ADOPTION : MISE À JOUR : RÉSOLUTION N O 990317-ED-0119 RÉSOLUTION N O 050622-ED-0195 NOTE : Dans le présent document, le masculin est utilisé

Plus en détail

ADMINISTRATION DES CONTRATS DE RECHERCHE, Numéro : 6 DE CONSULTATION ET DES ESSAIS INDUSTRIELS Date : 2011-04-21 Page : 1 de 7

ADMINISTRATION DES CONTRATS DE RECHERCHE, Numéro : 6 DE CONSULTATION ET DES ESSAIS INDUSTRIELS Date : 2011-04-21 Page : 1 de 7 Page : 1 de 7 BUT DÉFINITIONS Déterminer la marche à suivre pour l administration des contrats de recherche, de consultation professionnelle et d essais industriels. Contrat de recherche Projet de recherche

Plus en détail

RÈGLEMENT N O 20 SUR LA GESTION FINANCIÈRE

RÈGLEMENT N O 20 SUR LA GESTION FINANCIÈRE RÈGLEMENT N O 20 SUR LA GESTION FINANCIÈRE Adopté le 29 juin 2009 par le conseil d'administration (275 e assemblée résolution n o 2321) Modifié le 21 avril 2015 par le conseil d administration (310 e assemblée

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1361-00-16 Nombre de pages : 8 POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

Plus en détail

GUIDE DE DÉTERMINATION DE L ÉCHELON SALARIAL

GUIDE DE DÉTERMINATION DE L ÉCHELON SALARIAL GUIDE DE DÉTERMINATIONN DE L ÉCHELON SALARIAL CALCUL DE L EXPÉRIENCEE ET DE LA SCOLARITÉ AVANCEMENT D ÉCHELON EN «PROGRESSION NORMALE» ET EN «PROGRESSION ACCÉLÉRÉE» CONVENTION 2010-2015 JANVIER 2012 Rédaction

Plus en détail

RESPONSABILITÉ DGA SG

RESPONSABILITÉ DGA SG RÈGLEMENT DE LÉGATION DE FONCTIONS ET DE POUVOIRS GÉNÉRAL - DROITS, POUVOIRS ET OBLIGATIONS 1. Adoption de toute mesure jugée appropriée pour pallier temporairement toute situation d urgence et rapport

Plus en détail

Atelier C1 27 novembre 2014 15 h 15 à 16 h 30 Optimiser le financement de la formation professionnelle

Atelier C1 27 novembre 2014 15 h 15 à 16 h 30 Optimiser le financement de la formation professionnelle Atelier C1 27 novembre 2014 15 h 15 à 16 h 30 Optimiser le financement de la formation professionnelle Pierre Marchand, MBA Consultant 1 Avant-propos Mot de bienvenue Présentation du formateur Logistique

Plus en détail

BUDGET D UN ÉTABLISSEMENT. Février 2013

BUDGET D UN ÉTABLISSEMENT. Février 2013 BUDGET D UN ÉTABLISSEMENT Février 2013 Contenu de la présentation Financement de la commission scolaire Budget de la commission scolaire Budget de l établissement En résumé 2 FINANCEMENT DE LA COMMISSION

Plus en détail

Initiation au financement de la FGA par le MEESR Atelier D-10 Vendredi 22 mai, de 10 h 30 à 12 h Pierre Marchand, MBA

Initiation au financement de la FGA par le MEESR Atelier D-10 Vendredi 22 mai, de 10 h 30 à 12 h Pierre Marchand, MBA Initiation au financement de la FGA par le MEESR Atelier D-10 Vendredi 22 mai, de 10 h 30 à 12 h Pierre Marchand, MBA 1 Avant-propos Mot de bienvenue Présentation du formateur Logistique Mise en garde

Plus en détail

PROGRAMME APPRENTISSAGE-DIPLÔME

PROGRAMME APPRENTISSAGE-DIPLÔME PROGRAMME APPRENTISSAGE-DIPLÔME EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ POUR LES BÉNÉFICIAIRES 1 er avril 2015 au 31 mars 2018 Date : mars 2015 1 PROGRAMME APPRENTISSAGE-DIPLÔME EXIGENCES

Plus en détail

CADRE DE GESTION ET D'APPLICATION DE LA POLITIQUE SUR LA QUALITÉ DES SERVICES DE GARDE À LA COMMISSION SCOLAIRE DE MONTRÉAL

CADRE DE GESTION ET D'APPLICATION DE LA POLITIQUE SUR LA QUALITÉ DES SERVICES DE GARDE À LA COMMISSION SCOLAIRE DE MONTRÉAL CADRE DE GESTION ET D'APPLICATION DE LA POLITIQUE SUR LA QUALITÉ DES SERVICES DE GARDE À LA COMMISSION SCOLAIRE DE MONTRÉAL Section 1 Service de garde 1. Définition : Les services de garde en milieu scolaire

Plus en détail

LETTRE D ENTENTE ENTRE LE SYNDICAT DU PERSONNEL ENSEIGNANT DU COLLÈGE AHUNTSIC LE COLLÈGE D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL D AHUNTSIC

LETTRE D ENTENTE ENTRE LE SYNDICAT DU PERSONNEL ENSEIGNANT DU COLLÈGE AHUNTSIC LE COLLÈGE D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL D AHUNTSIC LETTRE D ENTENTE ENTRE LE SYNDICAT DU PERSONNEL ENSEIGNANT DU COLLÈGE AHUNTSIC ET LE COLLÈGE D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL D AHUNTSIC SUR LES RÈGLES DE RÉPARTITION DES RESSOURCES ENSEIGNANTES

Plus en détail

GUIDE ADMINISTRATIF 2014-2015. La concomitance entre la formation professionnelle et la formation générale

GUIDE ADMINISTRATIF 2014-2015. La concomitance entre la formation professionnelle et la formation générale GUIDE ADMINISTRATIF 2014-2015 La concomitance entre la formation professionnelle et la formation générale Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, novembre 2014 ISBN 978-2-550-71955-7

Plus en détail

RÈGLES BUDGÉTAIRES POUR L ANNÉE SCOLAIRE 2014-2015 Éducation préscolaire et enseignement primaire et secondaire

RÈGLES BUDGÉTAIRES POUR L ANNÉE SCOLAIRE 2014-2015 Éducation préscolaire et enseignement primaire et secondaire RÈGLES BUDGÉTAIRES POUR L ANNÉE SCOLAIRE 2014-2015 Éducation préscolaire et enseignement primaire et secondaire ÉTABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT PRIVÉS AGRÉÉS AUX FINS DE SUBVENTIONS Le présent document a

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Politique relative aux frais de déplacement et de représentation 2 16

TABLE DES MATIERES. Politique relative aux frais de déplacement et de représentation 2 16 VERSION OFFICIELLE POLITIQUE RELATIVE AUX FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE REPRÉSENTATION Entrée en vigueur le 1 er juillet 2009 Modifiée le 6 décembre 2010 Modifiée le 5 juin 2012 Modifiée le 23 juin 2015 Service

Plus en détail

2.3 Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, Politique d évaluation des apprentissages, Décroche tes rêves, mars 2003.

2.3 Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, Politique d évaluation des apprentissages, Décroche tes rêves, mars 2003. 2.3 Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, Politique d évaluation des apprentissages, Décroche tes rêves, mars 2003. 2.4 Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, Cadre de référence en

Plus en détail

22 2011 (CC-20111-110)

22 2011 (CC-20111-110) Politiquee linguistique Adoptée : En vigueur : Amendement : 22 mars 2011 (CC-2011-110) 22 mars 2011 Table des matières 1. PRÉAMBULE... 1 2. CHAMP D APPLICATION... 1 3. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE...

Plus en détail

Formation destinée aux nouveaux membres des conseils d établissement. Commission scolaire de Sorel-Tracy Le mercredi 15 octobre 2014

Formation destinée aux nouveaux membres des conseils d établissement. Commission scolaire de Sorel-Tracy Le mercredi 15 octobre 2014 Formation destinée aux nouveaux membres des conseils d établissement Commission scolaire de Sorel-Tracy Le mercredi 15 octobre 2014 1 Contenu de la formation Le CÉ au sein du monde scolaire Le cadre juridique

Plus en détail

CAHIER DE GESTION. Le personnel enseignant du Service de la formation continue de l Institut maritime du Québec.

CAHIER DE GESTION. Le personnel enseignant du Service de la formation continue de l Institut maritime du Québec. CAHIER DE GESTION RÈGLEMENT RÉGISSANT LES CONDITIONS DE TRAVAIL DU PERSONNEL ENSEIGNANT NON SYNDIQUÉ DU SERVICE DE LA FORMATION CONTINUE DE L INSTITUT MARITIME DU QUÉBEC (Règlement n 07-01.25) COTE 32-06-01.301

Plus en détail

Mécanismes de suivi et de contrôle internes des effectifs scolaires en Formation professionnelle pour l année scolaire 2014-2015

Mécanismes de suivi et de contrôle internes des effectifs scolaires en Formation professionnelle pour l année scolaire 2014-2015 Code : 2112-04-15-05 POLITIQUE DIRECTIVE RÈGLEMENT PROCÉDURE X Mécanismes de suivi et de contrôle internes des effectifs scolaires en Formation professionnelle pour l année scolaire 2014-2015 Date d approbation

Plus en détail

Réseau de la formation professionnelle A1213-VPP-008

Réseau de la formation professionnelle A1213-VPP-008 Réseau de la formation professionnelle A1213-VPP-008 Où va la formation professionnelle? Retour sur les grandes orientations gouvernementales qui ont guidé la formation professionnelle Présentation conjointe

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE 1.1 Mission Le Centre local de développement (CLD) de Mirabel gère trois (3) fonds destinés à la création et au maintien d emploi par le biais d

Plus en détail

DIVERSIFICATION DES PARCOURS SCOLAIRES DANS LE SYSTÈME SCOLAIRE QUÉBÉCOIS

DIVERSIFICATION DES PARCOURS SCOLAIRES DANS LE SYSTÈME SCOLAIRE QUÉBÉCOIS DIVERSIFICATION DES PARCOURS SCOLAIRES DANS LE SYSTÈME SCOLAIRE QUÉBÉCOIS Apprentissage tout au long de la vie Explorer différents parcours d apprentissage 10 juillet 2014 L éducation au Québec En vertu

Plus en détail

L intégration socioprofessionnelle un levier pour : le développement de l employabilité, l orientation et la réussite

L intégration socioprofessionnelle un levier pour : le développement de l employabilité, l orientation et la réussite L intégration socioprofessionnelle un levier pour : le développement de l employabilité, l orientation et la réussite Commission de perfectionnement des cadres de l ACSQ - 10 Février 2011 Encadrements

Plus en détail

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE TABLE DES MATIÈRES Alternance travail-études au niveau collégial... 5 Rôles et responsabilités de chacun... 6 Avantages de l alternance travail-études... 7 Situations particulières...

Plus en détail

Politique de scolarisation à la maison

Politique de scolarisation à la maison Code : 2521-02-12-01 POLITIQUE X DIRECTIVE RÈGLEMENT PROCÉDURE Politique de scolarisation à la maison Date d approbation : 12 juin 2012 Service dispensateur : Date d entrée en vigueur : 13 juin 2012 Services

Plus en détail

La présentation du présent document s inscrit dans la démarche des Premières Nations en vue d obtenir le financement adéquat pour rendre la formation

La présentation du présent document s inscrit dans la démarche des Premières Nations en vue d obtenir le financement adéquat pour rendre la formation La présentation du présent document s inscrit dans la démarche des Premières Nations en vue d obtenir le financement adéquat pour rendre la formation professionnelle vraiment accessible aux jeunes et aux

Plus en détail

- SERVICES DE GARDE EN MILIEU SCOLAIRE -

- SERVICES DE GARDE EN MILIEU SCOLAIRE - - SERVICES DE GARDE EN MILIEU SCOLAIRE - 1. OBJECTIFS 1.1 Préciser les orientations de la Commission scolaire quant à la mise en place, à l organisation et au fonctionnement des services de garde en milieu

Plus en détail

Les services éducatifs complémentaires en formation générale des adultes et en formation professionnelle. Rendez-vous SARCA novembre 2014

Les services éducatifs complémentaires en formation générale des adultes et en formation professionnelle. Rendez-vous SARCA novembre 2014 Les services éducatifs complémentaires en formation générale des adultes et en formation professionnelle Rendez-vous SARCA novembre 2014 PRÉSENTATION 1. CADRE DE RÉFÉRENCE 2. FINANCEMENT 3. ÉLÈVE AYANT

Plus en détail

Convention de gestion Plan de réussite 2011-2013 année scolaire 2011-2012

Convention de gestion Plan de réussite 2011-2013 année scolaire 2011-2012 7 octobre 2011 Version : 21 septembre 2011 Centre de formation professionnelle Maurice-Barbeau Convention de gestion Plan de réussite 2011-2013 année scolaire 2011-2012 Approuvé par les membres du Conseil

Plus en détail

FRAIS EXIGÉS À LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET À LA FORMATION GÉNÉRALE DES ADULTES

FRAIS EXIGÉS À LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET À LA FORMATION GÉNÉRALE DES ADULTES 177 POLITIQUE OBJECTIF FRAIS EXIGÉS À LA FORMATION PROFESSIONNELLE La présente politique vise à établir des balises d encadrement des frais exigés à la formation professionnelle ainsi qu à la formation

Plus en détail

Info AO. La formation professionnelle, ai-je la tête de l emploi? Les tests de reconnaissances des. Pour qui? Pour quoi? Comment?

Info AO. La formation professionnelle, ai-je la tête de l emploi? Les tests de reconnaissances des. Pour qui? Pour quoi? Comment? L info AO se veut un moyen de fournir des outils pratiques en orientation La formation professionnelle, ai-je la tête de l emploi? Info AO Des réponses à vos questions en orientation pour le quotidien

Plus en détail

a) d assurer le meilleur fonctionnement possible de l organisation ;

a) d assurer le meilleur fonctionnement possible de l organisation ; DES MEMBRES DU CONSEIL EXÉCUTIF DU SECS Adopté au Conseil d administration 13 avril 4 1.0 Principes directeurs Ce protocole s inspire de la volonté du SECS-CSQ : a) d assurer le meilleur fonctionnement

Plus en détail

E-01 Règlement relatif à la gestion financière Recueil sur la gouvernance

E-01 Règlement relatif à la gestion financière Recueil sur la gouvernance E-01 Règlement relatif à la gestion financière Anciennement «Règlement relatif à la gestion financière R-2» adopté par le C.A. le 24 avril 1985 Révisé par le C.A. les 11 décembre 2001 et 24 février 2009

Plus en détail

Financement 2014-2015

Financement 2014-2015 Atelier C-2 Financement 2014-2015 Jeudi 6 novembre 2014 13 h 00 à 14 h30 Pierre Marchand 1 Objectifs de la présentation Résumer le financement par le MELS d une commission scolaire. 1. Le fonctionnement

Plus en détail

FONDS SPORTS-QUÉBEC POLITIQUE DE DONS ET

FONDS SPORTS-QUÉBEC POLITIQUE DE DONS ET FONDS SPORTS-QUÉBEC POLITIQUE DE DONS ET GUIDE D OPÉRATIONS UN DON AU FONDS SPORTS-QUÉBEC POURQUOI? SPORTSQUÉBEC LÉGALEMENT APTE À ÉMETTRE DES REÇUS FISCAUX À titre d association canadienne de sport amateur

Plus en détail

ATTENDU QUE l article 960.1 du Code municipal du Québec, un règlement de cette nature doit indiquer :

ATTENDU QUE l article 960.1 du Code municipal du Québec, un règlement de cette nature doit indiquer : CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MRC DU HAUT SAINT FRANÇOIS MUNICIPALITÉ DU CANTON DE HAMPDEN RÈGLEMENT NUMÉRO 110-34 DÉCRÉTANT LA DÉLÉGATION DE COMPÉTENCE DE LA PART DU CONSEIL À LA DIRECTRICE GÉNÉRALE / SECRÉTAIRE

Plus en détail

LOCATION DES LOCAUX ET IMMEUBLES DE LA COMMISSION SCOLAIRE, FOURNITURE DE SERVICES EXTRA SCOLAIRES ET ENTENTES MUNICIPALES

LOCATION DES LOCAUX ET IMMEUBLES DE LA COMMISSION SCOLAIRE, FOURNITURE DE SERVICES EXTRA SCOLAIRES ET ENTENTES MUNICIPALES 505 POLITIQUE LOCATION DES LOCAUX ET IMMEUBLES DE LA COMMISSION SCOLAIRE, FOURNITURE DE SERVICES EXTRA SCOLAIRES ET ENTENTES MUNICIPALES BUT Établir les règles relatives à la fourniture de services extra

Plus en détail

Programme de recrutement et dotation

Programme de recrutement et dotation Programme de recrutement et dotation Adopté le 13 juin 2006 par le conseil d administration (255 e assemblée résolution n o 2139) Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro

Plus en détail

DEVELOPPEMENT C U L T U R E L

DEVELOPPEMENT C U L T U R E L AU DEVELOPPEMENT C U L T U R E L PROGRAMME ÉLABORÉ PAR LE COMITÉ AD HOC CONJOINT COMMISSION SCOLAIRE DE LA RÉGION- D E - S H E R B R O O K E E T V I L L E D E S H E R B R O O K E Généré en mars 2008 OBJECTIF

Plus en détail

PROCÉDURE RELATIVE AU PERFECTIONNEMENT DU PERSONNEL DE SOUTIEN

PROCÉDURE RELATIVE AU PERFECTIONNEMENT DU PERSONNEL DE SOUTIEN PROCÉDURE RELATIVE AU PERFECTIONNEMENT DU PERSONNEL DE SOUTIEN OBJECTIFS La présente procédure a pour but d établir les règles à suivre pour l obtention du remboursement de frais encourus dans le cadre

Plus en détail

Le contrat de travail à temps partiel

Le contrat de travail à temps partiel Le contrat de travail à temps partiel 1) Travail à temps partiel : de quoi s agit-il? Est considéré comme salarié à temps partiel le salarié dont la durée du travail est inférieure : - à la durée légale

Plus en détail

LE CPF Financer la formation

LE CPF Financer la formation LE CPF Financer la formation Quelles que soient la forme et la durée de son contrat de travail, le salarié peut se former en tout ou partie pendant le temps de travail. Le statut du salarié pendant la

Plus en détail

Adoptée : En vigueur : Amendement :

Adoptée : En vigueur : Amendement : SCOLARISATION À LA MAISON Adoptée : En vigueur : Amendement : 9 novembre 2010 (CC-2010-463) 9 novembre 2010 TABLE DES MATIÈRES 1. DISPOSITIONS GÉNÉRALES.. 3 1.1 Objet et but de la politique 3 1.2 Champ

Plus en détail

Règles de fonctionnement du comité paritaire de perfectionnement des enseignantes et des enseignants au niveau Commission (C.P.P.E.E.

Règles de fonctionnement du comité paritaire de perfectionnement des enseignantes et des enseignants au niveau Commission (C.P.P.E.E. Règles de fonctionnement du comité paritaire de perfectionnement des enseignantes et des enseignants au niveau Commission (C.P.P.E.E.) Commission scolaire des Découvreurs Service des ressources humaines

Plus en détail

Centre de formation professionnelle Maurice-Barbeau

Centre de formation professionnelle Maurice-Barbeau Centre de formation professionnelle Maurice-Barbeau Plan de réussite Convention de gestion 2013-2016 2014-2015 Approuvé par les membres du Conseil d établissement à la réunion du 8 octobre 2014 20 octobre

Plus en détail

FRAIS EXIGÉS DES PARENTS ET DES ÉLÈVES EN FORMATION PROFESSIONNELLE QUELQUES BALISES

FRAIS EXIGÉS DES PARENTS ET DES ÉLÈVES EN FORMATION PROFESSIONNELLE QUELQUES BALISES FRAIS EXIGÉS DES PARENTS ET DES ÉLÈVES EN FORMATION PROFESSIONNELLE QUELQUES BALISES FRAIS EXIGÉS DES PARENTS ET DES ÉLÈVES EN FORMATION PROFESSIONNELLE QUELQUES BALISES Préparé par : Marlène Bergeron

Plus en détail

Pierre Marchand, Consultant

Pierre Marchand, Consultant Pierre Marchand, Consultant 1 Avant-propos Mot de bienvenue Présentation du formateur Logistique Mise en garde Les règles budgétaires 2014-2015 ne sont pas disponibles. Un projet de document G a été acheminé

Plus en détail

Document de gestion # 200,209. Politique locale et fonctionnement du Comité de perfectionnement des professionnels non enseignants

Document de gestion # 200,209. Politique locale et fonctionnement du Comité de perfectionnement des professionnels non enseignants Commission scolaire du Lac-Abitibi Secrétariat général Document de gestion # 200,209 Politique locale et fonctionnement du Comité de perfectionnement des professionnels non enseignants Adopté par le conseil

Plus en détail

CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION 1. PREMIER VOLET : LA RECONNAISSANCE DU STATUT D ENTREPRISE D INSERTION

CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION 1. PREMIER VOLET : LA RECONNAISSANCE DU STATUT D ENTREPRISE D INSERTION CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION Le cadre de reconnaissance et de financement des entreprises d insertion comporte deux volets le premier volet comprend les éléments

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET 2004 LOI ORGANIQUE N 2004-42 DU 13 MAI 2004 PORTANT MODIFICATION ET COMPLETANT LA LOI ORGANIQUE DU BUDGET N 67-53 DU 8 DECEMBRE 1967

Plus en détail

Syndicat du personnel de soutien de l Université du Québec en Outaouais. Politique de perfectionnement pour le personnel de soutien

Syndicat du personnel de soutien de l Université du Québec en Outaouais. Politique de perfectionnement pour le personnel de soutien Syndicat du personnel de soutien de l Université du Québec en Outaouais Politique de perfectionnement pour le personnel de soutien Politique révisée le 28 avril 2006 1. DÉFINITIONS... 3 2. OBJECTIFS...

Plus en détail

6. Les allocations d investissements

6. Les allocations d investissements Les allocations d investissements 6. Les allocations d investissements 6.1 La portée, les objets et les reports 6.2 Le parc mobilier 6.3 Le parc immobilier 6.4 L enveloppe de rattrapage pour les travaux

Plus en détail

Formation en courtage immobilier, commercial et hypothécaire

Formation en courtage immobilier, commercial et hypothécaire Formation en courtage immobilier, commercial et hypothécaire Le Collège de l'immobilier est le plus important établissement d enseignement en immobilier résidentiel, commercial et hypothécaire au Québec.

Plus en détail

un investissement dans les compétences de votre personnel

un investissement dans les compétences de votre personnel EMPLOI-QUÉBEC La qualification obligatoire un investissement dans les compétences de votre personnel LA QUALIFICATION OBLIGATOIRE avant-propos La compétence de la main-d œuvre constitue un des facteurs

Plus en détail

RÈGLEMENT DE GESTION FINANCIÈRE POUR LE COLLÈGE D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL DE SAINT-JÉRÔME

RÈGLEMENT DE GESTION FINANCIÈRE POUR LE COLLÈGE D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL DE SAINT-JÉRÔME RÈGLEMENT DE GESTION FINANCIÈRE POUR LE COLLÈGE D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL DE SAINT-JÉRÔME (Règlement numéro 8) Remplaçant l ancien règlement numéro 8 et abrogeant le Règlement numéro 6 -

Plus en détail

GESTION DU DOSSIER SCOLAIRE DE L ÉLÈVE. Adoption le Amendement le Mise en vigueur le 6 mai 2004 Résolution #

GESTION DU DOSSIER SCOLAIRE DE L ÉLÈVE. Adoption le Amendement le Mise en vigueur le 6 mai 2004 Résolution # PROCÉDURE GESTION DU DOSSIER SCOLAIRE DE L ÉLÈVE # 40-02 Adoption le Amendement le Mise en vigueur le 6 mai 2004 Résolution # Autorisation Susan Tremblay Directrice générale Page 1 de 10 1. Préambule Le

Plus en détail

Présider un conseil d établissement

Présider un conseil d établissement Présider un conseil d établissement Une bonne façon de s impliquer dans la vie de son école. http://www.cspaysbleuets.qc.ca/commissionscolaire/comités/conseildétablissement.aspx Présider un conseil d établissement

Plus en détail

Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est

Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est Section locale 2000 Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est actuellement en vigueur... 3 1997...3

Plus en détail

LES PARTICULARITÉS DE LA COOPÉRATIVE DE SOLIDARITÉ

LES PARTICULARITÉS DE LA COOPÉRATIVE DE SOLIDARITÉ Vous envisagez de vous lancer en affaires sous la formule «Coopérative»? Une coopérative est une personne morale regroupant des personnes ou sociétés qui ont des besoins économiques, sociaux ou culturels

Plus en détail

MÉMOIRE. de la Fédération des commissions scolaires du Québec

MÉMOIRE. de la Fédération des commissions scolaires du Québec 1 MÉMOIRE de la Fédération des commissions scolaires du Québec sur le projet de règles budgétaires pour l année scolaire 2013-2014 pour le fonctionnement des commissions scolaires ainsi que le projet de

Plus en détail

PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE OBJECTIF DU PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE

PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE OBJECTIF DU PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE OBJECTIF DU PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE Le processus administratif de suivi et de traitement d une demande

Plus en détail

CNFPT. La Réforme de la Formation dans la Fonction Publique Territoriale

CNFPT. La Réforme de la Formation dans la Fonction Publique Territoriale CNFPT La Réforme de la Formation dans la Fonction Publique Territoriale . Présentation 2009 de la loi du 19/02/2007 et du Décret d application du 26/12/2007 Le chapitre 1er de la loi du 19/02/07 relative

Plus en détail

Règlement sur les droits de scolarité et de toute nature exigibles des étudiants du Cégep régional de Lanaudière

Règlement sur les droits de scolarité et de toute nature exigibles des étudiants du Cégep régional de Lanaudière TITRE : Règlement sur les droits de scolarité et de toute nature exigibles des étudiants du Cégep régional de Lanaudière NO : 5 Adoption par le conseil d administration : Résolution : CARL-981207-08 Date

Plus en détail

DES ACQUIS ET DES COMPÉTENCES

DES ACQUIS ET DES COMPÉTENCES (PROGRAMME EN ATTENTE) AEC en ASSURANCE DE DOMMAGES DÉMARCHE DE RECONNAISSANCE DES ACQUIS ET DES COMPÉTENCES Service de la reconnaissance des acquis et des compétences de Lanaudière T 1 888 758-3654 -

Plus en détail

Abolition de certains postes d encadrement au 31 mars 2015 et application de certaines dispositions entourant la stabilité d emploi

Abolition de certains postes d encadrement au 31 mars 2015 et application de certaines dispositions entourant la stabilité d emploi Volume 1, numéro 4 Février 2015 Ce bulletin vise à fournir de l information sur l avancement des travaux liés à la mise en oeuvre de la Loi modifiant l organisation et la gouvernance du réseau de la santé

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE

DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE JANVIER 2014 INTRODUCTION Le CAMO pour personnes handicapées souhaitait établir un portrait de la situation de la formation des personnes

Plus en détail

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES ANNÉE 2010-2011 TABLE DES MATIÈRES Page I. PRÉAMBULE 3 II. ANALYSE DE LA SITUATION 3 III. LES OBJECTIFS QUANTITATIFS 5 IV. LES MESURES ENVISAGÉES

Plus en détail

PROCESSUS DE GESTION DU BUDGET 2014-2015 Éducation aux adultes et formation professionnelle

PROCESSUS DE GESTION DU BUDGET 2014-2015 Éducation aux adultes et formation professionnelle PROCESSUS DE GESTION DU BUDGET 2014-2015 Éducation aux adultes et formation professionnelle Adopté le 20 août 2014 Table des matières 1. PRÉAMBULE ET PRINCIPES DE LA REPARTITION ÉQUITABLE DES RESSOURCES.

Plus en détail

Politique des voyages octobre 2015

Politique des voyages octobre 2015 Politique des voyages octobre 2015 Introduction Les voyages sont de riches expériences pour les élèves. Ils permettent des rapports significatifs avec le personnel de l école, des réalités autres que celles

Plus en détail

Normes et modalités d évaluation. École secondaire Jean-Baptiste-Meilleur

Normes et modalités d évaluation. École secondaire Jean-Baptiste-Meilleur Normes et modalités d évaluation École secondaire Jean-Baptiste-Meilleur MAI 2015 PRÉAMBULE L article 96.15 de la Loi sur l Instruction publique et la Politique d évaluation des apprentissages obligent

Plus en détail

CHARTE RELATIVE AUX DIPLÔMES EN PARTENARIAT INTERNATIONAL ET AUX FORMATIONS DÉLOCALISÉES

CHARTE RELATIVE AUX DIPLÔMES EN PARTENARIAT INTERNATIONAL ET AUX FORMATIONS DÉLOCALISÉES CHARTE RELATIVE AUX DIPLÔMES EN PARTENARIAT INTERNATIONAL ET AUX FORMATIONS DÉLOCALISÉES L Université de Reims Champagne-Ardenne, Soucieuse d accompagner l internationalisation grandissante de l enseignement

Plus en détail

POLITIQUE SUR L ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES EN FORMATION GÉNÉRALE À L ENSEIGNEMENT PRIMAIRE ET SECONDAIRE

POLITIQUE SUR L ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES EN FORMATION GÉNÉRALE À L ENSEIGNEMENT PRIMAIRE ET SECONDAIRE COMMISSION SCOLAIRE DE KAMOURASKA RIVIÈRE-DU-LOUP Code : SE 1998 01 En vigueur : Approbation : Marcien Proulx directeur général POLITIQUE SUR L ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES EN FORMATION GÉNÉRALE À L ENSEIGNEMENT

Plus en détail

POLITIQUE CONCERNANT LES FRAIS DE DÉPLACEMENT, DE REPAS, D HÉBERGEMENT ET DE REPRÉSENTATION

POLITIQUE CONCERNANT LES FRAIS DE DÉPLACEMENT, DE REPAS, D HÉBERGEMENT ET DE REPRÉSENTATION Code : Ressources financières COMMISSION SCOLAIRE DE KAMOURASKA RIVIÈRE-DU-LOUP En vigueur : Le 23 mars 2005 Approbation : Conseil des commissaires CC 2005-05-1114 PRINCIPE D APPUI POLITIQUE CONCERNANT

Plus en détail