Les Changements d affectation soumis à permis d urbanisme en Région de Bruxelles-Capitale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les Changements d affectation soumis à permis d urbanisme en Région de Bruxelles-Capitale"

Transcription

1 Les Changements d affectation soumis à permis d urbanisme en Région de Bruxelles-Capitale Association de la Ville et des Communes de la Région de Bruxelles-Capitale

2 INTRODUCTION Il n est pas toujours évident de déterminer à partir de quand la modification de l affectation d'un immeuble est soumise à permis d urbanisme. La notion générique de changement d affectation recouvre des situations différentes comme l affectation (au sens strict) fixée dans les plans d aménagement, la destination indiquée expressément dans le permis d urbanisme ou l utilisation existante de fait. Ces notions recouvrent des actes réalisés même sans travaux sur le bâtiment concerné. La matière a fait l objet d une longue évolution législative dont il est primordial de retracer les différentes étapes afin de vérifier si les actes réalisés sous l empire d une législation étaient légaux ou non à l époque où ils ont été accomplis. Dans l affirmative, ils constituent des situations acquises qui, à ce titre, peuvent être maintenues 1. A défaut, il faudrait considérer que l acte exécuté sans permis est constitutif d une infraction. Il s agit d une simple application du principe de non rétroactivité de la loi. La Cour de cassation a rappelé ce principe à propos de l article 2,2,g du règlement de la bâtisse de l Agglomération bruxelloise 2, à propos de la loi organique de l urbanisme et de l aménagement du territoire du 29 mars ainsi qu à propos du code wallon de l aménagement du territoire et du patrimoine (CWATUP) 4. La question de la légalité d une affectation présente également un intérêt tant en matière de responsabilité du notaire 5 ou de l autorité compétente pour délivrer le permis, qu en matière de conventions, de bail ou de vente, portant sur la destination à donner à l immeuble. La Cour d appel de Bruxelles a jugé que dès lors qu une commune suspecte un administré de donner à son immeuble une destination contraire aux normes en vigueur et l incite à se mettre en règle, il lui incombe de s informer avec précision des éléments de fait et de droit justifiant l application au cas d espèce des normes ou des exceptions légalement prévues et qu à défaut, la commune commet une négligence fautive 6. 1 Le vendeur ou le bailleur ne pourrait s engager valablement à garantir à son cocontractant la possibilité d utiliser un immeuble d une manière ou d une autre, a fortiori s il s agit de maintenir une affectation illégale 7, dans la mesure où cette utilisation est réglée par voie d autorité par des prescriptions urbanistiques que les parties ne pourraient modifier par voie contractuelle 8. En matière de bail, concernant les conséquences de la non obtention d un permis d urbanisme permettant d affecter effectivement les lieux loués à la destination spécifiées dans la convention 9, il a 1 B. LOUVEAUX, «Implantation et location de bureaux dans la Région de Bruxelles-Capitale : Tentative de synthèse», D.A.O.R., 1995, pp. 9 à Cass., 11 avril 1990, Pas., 1990, I, p Cass., 26 octobre 2000, Res. et jur. imm., 2001, p. 161, J.L.M.B., 2001, p Cass., 9 septembre Le notaire ne peut tenir compte des situations de fait non régulières dans la description du bien contenue dans l acte authentique de vente. Sur cette question, voir : Ph. COENRAETS, Droit notarial de l urbanisme et de l aménagement du territoire en Région de Bruxelles-Capitale, Larcier, Bruxelles, Appel Bruxelles, 23 octobre 2002, J.T., 2003, p J.P. Ixelles, 2 ème canton, 22 avril 1998, Act. Jur. Baux, 1999, p C.E. n du 11 mai 1999, Office de la naissance et de l enfance. 9 Sur cette question : voir M. DELNOY, «Licéité des baux au regard de la police de l aménagement du territoire et de l urbanisme», Act. Jur. Baux, 1999, pp. 98 et suiv.

3 été jugé que, étant donné que le contrat de bail ne prévoit pas que le locataire se charge d obtenir les autorisations nécessaires, le bailleur était tenu de le faire afin de permettre une jouissance des lieux conforme aux prescriptions de l autorité. Etant donné que l immeuble ne peut plus être affecté à l usage pour lequel il a été loué, le bail est devenu sans objet et résolu sur base de l article 1741 du Code civil 10. Les problèmes liés à l affectation projetée d un bien immobilier se posent également en cas de vente. Ainsi, lorsqu un immeuble a été affecté à un usage de bureaux à une époque où aucune autorisation administrative n était requise et que l accroissement de la surface de bureaux n était pas impossible mais seulement soumise à des conditions particulières (enquête publique et commission de concertation), le refus de l acheteur de comparaître à l acte authentique au motif que l immeuble ne pourrait être régulièrement affecté à l usage de bureaux constitue une faute 11. Dans la présente contribution, nous détaillerons les régimes juridiques successifs déterminant les changements d affectation soumis à permis d urbanisme. Ensuite, nous examinerons dans quelle mesure les communes peuvent encadrer l accomplissement de ces actes. PREMIERE PARTIE : LES CHANGEMENTS D AFFECTATION SOUMIS A PERMIS D URBANISME 1. LA LOI DU 29 MARS 1962 ORGANIQUE DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET DE L URBANISME : Dans la plupart des cas, les changements d affectation réalisés sous l empire de la loi de 1962 étaient exonérés de tout permis préalable La règle était identique même lorsque les prescriptions d un permis de bâtir spécifiaient expressément la destination du bien 14. L affirmation selon laquelle les changements d affectation n étaient pas soumis à permis de bâtir doit toutefois être nuancée : D une part, les changements d affectation étaient indirectement soumis à permis préalable lorsqu ils s accompagnaient de certains travaux 15. L article 44 de la loi soumettait à permis préalable toute transformation, c est-à-dire «la modification intérieure et/ou extérieure d un bâtiment, ouvrage ou installation par l adjonction ou la suppression 10 Civ. Bruxelles, 27 juin 2000, J.J.P., 2003, p Appel Bruxelles, 26 novembre 1998, J.L.M.B., 2000, p A. DELFOSSE, La poursuite des bureaux «sauvages» en Région bruxelloise, Skyroom Events, journée d étude du 14 décembre 1994, p Appel Anvers, 15 février 1996, T.M.R., 1997, p. 286 : «la modification de l utilisation d un bâtiment autorisé n est soumise à permis obligatoire que depuis l entrée en vigueur du décret du 28 juin 1984». 14 Cass., 26 octobre 2000, op. cit. : «Lorsque, à l époque du changement d affectation d une partie d immeuble, aucune disposition légale ou réglementaire n imposait au propriétaire d obtenir une autorisation préalable pour opérer ce changement d affectation, même s il contrevenait aux prescriptions du permis de bâtir, la Cour d appel, en déduisant de l article 7 de cette autorisation, qui impose au titulaire de se conformer aux plans, de la circonstance que les plans du premier étage indiquaient une destination à usage d appartements, qu il incombait aux propriétaires de solliciter l autorisation de la commune au moment de modifier cette affectation, a violé l article 44, 1 er,1 de la loi du 29 mars 1962.» 15 B. LOUVEAUX, «Implantation et location de bureaux dans la Région de Bruxelles-Capitale : Tentative de synthèse», op. cit.

4 d un local, d un toit, la modification de l architecture ou l emploi d autre matériaux» 16, et cela «même si ces travaux ne modifient pas le volume de la construction existante» 17. Les travaux de transformation ou d aménagement intérieurs n étaient pas dispensés de permis de bâtir 18. Il a ainsi été jugé que les transformations suivantes nécessitaient un permis de bâtir : - Le fait de «procéder au percement d une cloison séparant un bâtiment» La transformation d une «maison unifamiliale de type rentier en un immeuble de rapport à appartements multiples, avec aménagements intérieurs tels que le placement du chauffage central et d installations sanitaires individuelles pour les divers occupants» 20. D autre part, la loi prévoyait des dispositions pénales spécifiques à certains changements d affectation : Aux termes de l article 64 de ladite loi, était constitutif d infraction le fait «d enfreindre, de quelque manière que ce soit», les prescriptions d un plan particulier d aménagement ou d un permis de lotir. Par contre, n était pas constitutif d infraction le fait d enfreindre les prescriptions d un plan général communal ou d un plan de secteur A PARTIR DU 10 JUIN 1975 : L ARTICLE 2, 2, G DU TITRE 1 ER DU REGLEMENT GENERAL SUR LA BATISSE DE L AGGLOMERATION BRUXELLOISE : Les dix-neuf communes de l agglomération bruxelloise étaient dotées d une réglementation relative aux changements d affectation avant même la création de la Région de Bruxelles-Capitale. 3 La loi du 26 juillet 1971 attribuait à l agglomération bruxelloise la compétence de la réglementation de la bâtisse et du lotissement. Le règlement de la bâtisse de l Agglomération complétait les dispositions de la loi du 29 mars 1962, sur base de l article 44, 2 de ladite loi, tel que modifié par la loi du 22 décembre Malgré que les compétences des agglomérations aient été modifiées par la loi du 21 août 1987, la doctrine considère que le règlement «rest[ait] toujours en vigueur tant qu il n a[vait] pas été abrogé par les communes auxquelles il s appliqu[ait]» 22. L article 2,2,g du règlement soumettait à permis : - l appropriation d un ou plusieurs locaux ou encore d un immeuble bâti en vue de donner une nouvelle affectation à ceux-ci ; 16 Cass., 15 juin 1959, Pas. 1959, I, p Civ. Bruxelles, 27 juin 1969, Pas. 1969, II, p Arrêté royal du 16 décembre Civ. Bruxelles, 30 juin 1983, Res. et Jur. Imm., 1983, p Civ. Bruxelles, 27 juin 1969, op. cit., p A. DELFOSSE, La poursuite des bureaux «sauvages» en Région bruxelloise, Skyroom Events, journée d étude du 14 décembre 1994, p F. HAUMONT, «Les changements d affectation soumis à permis d urbanisme», Rev. dr. com., 1994, p.

5 - la modification de la répartition intérieure des locaux d une construction en vue de leur donner une autre affectation que celle de l habitation. En vertu de cette disposition, les changements d affectation ne nécessitaient un permis de bâtir que s ils se matérialisaient par une «appropriation» ou par une «modification de la répartition intérieure des locaux». Il fallait entendre par «appropriation», une adaptation des lieux. B. LOUVEAUX cite à titre d exemples théoriques : «Le seul fait de recouvrir une baignoire d une planche de manière à pouvoir y installer une photocopieuse ne nous paraît pas une «appropriation». En revanche, l enlèvement de l équipement sanitaire d une salle de bains ou d une cuisine en vue de libérer le local et d y installer du mobilier de bureau constitue une «appropriation»» 23. Le Titre I er du règlement de l agglomération ne définit pas le terme «affectation». La jurisprudence considérera à propos de l article 84 de l OPU qu à défaut de définition du changement d affectation dans la réglementation, il y a lieu de se référer aux affectations définies dans le plan de secteur. On peut raisonnablement en tirer la même conclusion pour l article 2, 2,g. Cette interprétation a cependant été contredite par la jurisprudence spécifique à l article 2, 2,g : Il a ainsi été jugé que «la transformation des locaux de la boulangerie en friterie constitue une appropriation en vue de leur donner une nouvelle affectation ; en l espèce, il a été procédé à une telle appropriation par l installation d un extracteur d air, d une éplucheuse qui cause des vibrations qui seraient gênantes pour les voisins et d appareil diffusant de la musique» 24. La légalité du règlement a fait l objet d une vive controverse 25. Les dispositions en cause en matière de changement d affectation n ont toutefois pas été annulées par le Conseil d Etat. La légalité de l article,2,2,g était contestée à un triple point de vue : 4 Le caractère discriminatoire du règlement : Dans le cadre d un recours en annulation introduit par la Ville de Bruxelles sur cette base, le Conseil d Etat a rejeté la requête en relevant que l article 2,2,g «n a pas pour effet d obliger certaines catégories de personnes à demander un permis de bâtir pour la moindre modification interne de l espace destiné à l exercice de leur activité professionnelle» 26. La publicité du règlement : La délibération du Conseil de l Agglomération adoptant le Titre I a été approuvée par arrêté royal et publié par mention au Moniteur belge. L arrêté royal du 26 mai 1971 pris en exécution de la loi du 26 juillet 1971 dispose en outre : 23 B. LOUVEAUX, «Implantation et location de bureaux dans la Région de Bruxelles-Capitale : Tentative de synthèse», op. cit., p Appel Bruxelles, 1 er octobre 1985, Revue communale, 1985, p Le Conseil d Etat a annulé les dispositions suivantes : Les dispositions des Titres VIII et IX imposant à certains propriétaires de déclarer des logements inoccupés ; Le Titre VII subordonnant, à certaines conditions, la délivrance du permis de bâtir à des engagements de nature à garantir le relogement dans des conditions financières et sociales équitables les habitants. Voir : C.E. n , 1 er décembre 1977 et C.E. n , 1 er décembre 1977, cités par B. LOUVEAUX, op. cit. 26 C.E. n

6 «Art. 1 er : La publication des règlements et arrêtés des conseils et des collèges des agglomérations et fédérations de communes se fait par voie d affichage au siège de l agglomération ou de la fédération. ( ) Art. 2 : l accomplissement de la formalité de la publication est justifiée par la tenue, par le secrétaire, d un registre sans blanc ni interligne, coté et paraphé par le président. Le public peut consulter ce registre au secrétariat. ( ) Art. 4 : Les règlements et arrêtés sont affichés dans chaque commune de l agglomération ou de la fédération et insérés au mémorial administratif de la province.» Si la formalité prévue à l article 1 er a été accomplie en date du 5 juin 1975, la plupart des communes restent, en revanche, dans l impossibilité de fournir la preuve de la réalisation d un affichage conforme à l article 4. La publicité incomplète n affecte pas la légalité de l acte mais son opposabilité 27, ce qui a pour effet de le rendre non obligatoire, dans les communes concernées, conformément à la jurisprudence du Conseil d Etat en matière de publicité des plans de secteur 28. Cette thèse a été suivie par le Collège d urbanisme 29, qui se fonde sur l article 190 de la Constitution aux termes duquel aucune loi, aucun arrêté ou règlement d administration générale, provinciale ou communale n est obligatoire qu après avoir été publié dans les formes prescrites par la loi. L objet des règlements d urbanisme : 5 Le principal grief adressé à l article 2,2,g est sa non conformité à l article 59 de la loi organique du 25 mars 1962, qui définissait de manière limitative les objets sur lesquels peut porter un règlement sur la bâtisse : «Art. 59 : ( ) 1 le Roi peut édicter un ou des règlements généraux sur les bâtisses concernant toutes les dispositions de nature à assurer la stabilité, la solidité et la beauté des construction, des installations et de leurs abords ainsi que leur sécurité, notamment leur protection contre l incendie et l inondation. ( ) Ces règlements peuvent concerner les constructions et les installations au-dessus et en dessous du sol, les enseignes, les dispositifs de publicité, les antennes, les canalisations, les clôtures, les dépôts, les plantations, les modifications du relief du sol et l aménagement d emplacements destinés à la circulation et au parcage des voitures en dehors de la voie 27 A. DELFOSSE, op. cit., p C.E. n , 16 juin 1981 ; C.E. n , 26 janvier 1982 ; C.E. n , 1 er décembre Coll. Urb. N 95/111, 19 juin 1995, cité par F. MAUSSION, «La transformation et les changements d affectation ou d utilisation», in «Pratique notariale et droit administratif, aménagement du territoire, environnement et opérations immobilières des pouvoirs locaux», sous la direction de Y. LEJEUNE, Larcier, Bruxelles, 1999, p. 80.

7 publique. Ces règlements ne peuvent déroger aux prescriptions imposées en vertu des lois et des règlements en matière de grande voirie.» Selon une jurisprudence abondante du Conseil d Etat, les règlements sur la bâtisse ne peuvent porter sur la destination d un bâtiment 30. Il résulte également de l article 59 de la loi organique de l urbanisme et l aménagement du territoire que les règlements sur la bâtisse ne peuvent avoir pour objet des actes non assimilables à des constructions 31. Les tenants de la légalité de l article 2,2,g avançaient que ledit article portait non pas sur l utilisation des bâtiments mais plutôt sur la sécurité de ceux-ci. Ils soutenaient également que les actes d «appropriation» au sens de l article 2,2,g devaient être assimilés à des actes de construction. Des décisions judiciaires ont été rendues en des sens divers : Plusieurs décisions du tribunal correctionnel de Bruxelles ont refusé de faire application de l article 2,2,g 32. Le tribunal civil de Bruxelles a, quant à lui, tantôt admis la légalité de l article 2,2,g 33, et tantôt conclu à son illégalité 34. Relevons qu il semble que le ministre en charge de l urbanisme à l époque ait, lui-même désavoué cette disposition en incitant l administration régionale à ne plus l appliquer 35. Enfin, le Gouvernement bruxellois, statuant dans le cadre d un recours en réformation, a également conclu à l illégalité de l article 2,2,g F. HAUMONT (op. cit.) cite à titre d exemple : C.E., n , du 10 juin 1964, Koelmans et consorts : «Qu indépendamment des prescriptions relatives à la destination des immeubles, ces règlements ne peuvent contenir des règles concernant l utilisation que le propriétaire envisage pour l immeuble en fonction de la destination de celui-ci et ne peuvent notamment interdire que l immeuble soit intérieurement aménagé de manière à pouvoir servir d habitation à plus d une famille.» C.E., n , du 26 octobre 1969, Vuergins et Verledens : «l arrêté-loi du 2 décembre 1946 n a pas attribué au conseil communal le pouvoir de fixer, par voie de règlement, la destination d une zone et l implantation des immeubles à ériger sur les parcelles comprises dans cette zone.» C.E., n , du 2 juillet 1974, Vande Capelle : «Considérant que l autorité communale n est pas compétente pour déterminer dans un règlement sur la bâtisse, ou en vertu d un règlement sur la bâtisse, le type d immeuble qui sera édifié à tel ou tel endroit ainsi que l affectation que cet immeuble devra recevoir.» C.E., n , du 6 décembre 1978, agglomération bruxelloise : «Il ressort de l article 59 de la loi du 29 mars 1962 que la réglementation sur la bâtisse concerne la salubrité, la solidité et la beauté des constructions, des installations et de leurs abords, ainsi que leur sécurité ; ce règlement ne concerne que les constructions et nullement l utilisation qui sera faite des bâtiments.» Il y a lieu de citer également trois arrêts plus récents : C.E., n , 27 novembre 1992, Dermagne. C.E., n , 25 mars 2002, Amén., 2002, p.325. C.E., n , 16 janvier 2003, Leboutte. 31 C.E. n , 2 juin 1977 ; C.E. n , 1 er décembre 1977 ; C.E. n , 1 er décembre 1977, cités par A. DELFOSSE, op. cit. ; Voir également : Cass., 29 novembre 1984, Pas., 1985, I, p Corr. Bruxelles, 17 novembre 1995, R. J. I., n 6476, 1997, p. 56 et s. ; Corr. Bruxelles, 25 février 1997, R. J. I.., p. 33 Civ. Bruxelles, 1 er octobre 1985, Rev. dr. comm., 1985, p. 200 ; Civ. Bruxelles, 27 novembre 1996, J.L.M.B., 1997, p ; Civ. Bruxelles, 27 juin 2000, J.J.P., 2003, p. 31 et s. 34 Civ. Bruxelles, 21 juin 1994, Amén., 1994, p Communiqué de presse du 6 février 1998, cité par B. LOUVEAUX et J. VAN YPERSELE, «Le droit de l urbanisme en Belgique et dans les trois Régions», De Boeck et Larcier, Bruxelles, 1999, p. 267 à 269.

8 La question de la légalité de l article 2,2,g n a donc pas été tranchée de manière définitive. 3. A PARTIR DU 1 ER JUILLET 1992 : L ARTICLE 84, 1 ER, 5 DE L OPU 38 : L adoption d un régime imposant un permis d urbanisme pour les changements d affectation, avec ou sans travaux, trouve sa source dans la volonté du législateur régional bruxellois de limiter la prolifération de bureaux dans des quartiers traditionnellement affectés à l habitation. L article 84, 1 er,5, entré en vigueur le 1 er juillet 1992, soumettait à permis le fait de : «modifier l utilisation de tout ou partie d un bien en vue d en changer l affectation, même si cette modification ne nécessite pas de travaux.» La jurisprudence a interprété restrictivement la portée de la nouvelle législation en ce sens qu un changement d utilisation au sein d une même affectation ne nécessitait pas de permis : «Le terme «affectation» ne trouve aucune définition précise dans la loi. Le texte initial ne prévoyait pas la section de la phrase «en vue de changer l affectation». Celle-ci a été ajoutée suite à un amendement dont la justification était la suivante : «sans préjudice de l application des règlements d urbanisme, il convient de viser les modifications d utilisation aboutissant à un changement d affectation (ex. : logements utilisés en bureaux) et non les changements d utilisation à l intérieur d une même affectation (chambre transformée en salle de bains)» (Doc. CC. Bxl/Cap. A/108/2 Sess p. 480/11). L article 84,5 tel qu il a été amendé ne s applique pas aux seuls changements d utilisation d un immeuble, mais aux changements d utilisation liés à («en vue de») des changements d affectation. 7 A défaut de définition du «changement d affectation», il y a lieu de se référer au plan de secteur de l agglomération de Bruxelles, dont le point A intitulé «les prescriptions urbanistiques littérales du plan des affectations» prévoit les affectations des différentes zones. ( ) dans un immeuble ou partie d immeuble ayant une affectation commerciale, l article 84,5 de l ordonnance n impose pas de solliciter un permis d urbanisme en cas de modification du type de commerce. Ce n est que si un changement d affectation a lieu qu un permis d urbanisme doit être introduit 39.» 36 Arrêté du 16 juillet 1998 du gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale : «Considérant qu à l appui de son recours la demanderesse fait notamment valoir que les transformations ont été réalisées en 1987, et que depuis cette époque, il y a une occupation continue du rez-de-chaussée et du 1 er étage par du bureau ; Qu en 1987 le changement d affectation n était pas soumis à permis ; Que l article 2,2,g du Règlement général sur la bâtisse de l Agglomération bruxelloise, qui imposait de solliciter un permis en cas de modification d affectation est illégal pour le motif que la disposition querellée ne correspond pas au contenu d un règlement sur les bâtisses tel que défini à l article 59 de la loi du 29 mars 1962 organique de l aménagement du territoire et de l urbanisme.» 37 Ce qui est pour le moins étrange dans la mesure où en vertu de l article 159 de la Constitution, seuls les cours et tribunaux peuvent écarter les arrêtés et règlements non conformes à la loi. 38 C est-à-dire l ordonnance organique de la planification et de l urbanisme du 29 août Civ. Bruxelles (réf.), 5 février 1993, J.L.M.B., 1993, p. 546, à propos d un «snack-cabaret» transformé en luna-park.

9 Il a été jugé dans le même sens à propos de l installation d une agence bancaire à la place d un salon de beauté A PARTIR DU 1 ER DECEMBRE 1993 : L ARTICLE 84, 1 ER, 5 DE L OPU, TEL QUE MODIFIE PAR L ORDONNANCE DU 23 NOVEMBRE 1993 : En réaction à la jurisprudence restrictive dont question ci-dessus, le législateur régional a décidé de lever toute ambiguïté sur la nature des modifications soumise à permis, par l adoption de l ordonnance du 23 novembre 1993 (entrée en vigueur le 1 er décembre 1993) modifiant l article 84 comme suit : «Art er. Nul ne peut, sans permis préalable, écrit et exprès du collège des bourgmestre et échevins : ( ) 5 modifier l utilisation ou la destination de tout ou partie d un bien, même si cette modification ne nécessite pas de travaux ; On entend par : a) «utilisation», l utilisation existante de fait d un bien non bâti ou d un ou plusieurs locaux d un bien bâti ; b) «destination», la destination d un bien non bâti ou d un ou plusieurs locaux d un bien bâti, indiquée dans le permis de bâtir ou d urbanisme ou, à défaut d un tel permis ou de précisions dans le permis, l affectation indiquée dans les plans visés à l article 2 [c est-àdire les plans d affectation du sol et les plans de développement].» Contrairement aux législations wallonne et flamande, l ordonnance vise également les biens non bâtis et prévoit explicitement que sont visées aussi bien les modifications totales que partielles. 8 Cependant, en l absence d une liste exhaustive, il n était pas évident de déterminer à partir de quand il y avait changement d utilisation. Le Secrétaire d Etat HOTYAT en charge de l urbanisme a apporté des éclaircissements à ce sujet. Il a ainsi déclaré que «cette disposition a notamment pour objet de soumettre à permis aussi bien les spectacles de charmes et les luna-parks que les activités de type cafés, restaurants, et même ouverture de nuit de commerces de détails» 41. Le Secrétaire d Etat donne également un exemple concret à propos de l installation sans permis des nouveaux magasins de vêtements Dujardin dans les locaux anciennement occupés par la bijouterie Wolfers : «il n y aura manifestement pas de changement de destination de l immeuble situé avenue Louise, puisqu il s agira toujours d un commerce de détail». Il cite comme exemple de changement d utilisation le fait de «transformer un logement unifamilial en kots d étudiants» 42. Ce point de vue a été confirmé par la jurisprudence 43. Dans le même sens : Civ. Bruxelles (réf.), 5 février 1993, inédit, à propos de l installation d un commerce de matériel de bureau. 40 J.P. Bruxelles, 9 juin 1992, J.J.P., 1992, p. 205 ; confirmé en degré d appel par Comm. Bruxelles, 26 octobre 1994, cité par B. LOUVEAUX, op. cit., p Réponse du Secrétaire d Etat HOTYAT du 22 mars 1994, cité par B. LOUVEAUX, «Implantation et location de bureaux dans la Région de Bruxelles-Capitale : Tentative de synthèse», D.A.O.R., 1995, p Réponse du Secrétaire d Etat HOTYAT du 22 mars 1994, cité par B. LOUVEAUX, Op. Cit. 43 Civ. Bruxelles (réf.), 3 juin 1999, Amén., 2000, p. 164.

10 Il a été jugé qu étaient soumis à permis, depuis le 1 er décembre 1993, la transformation par déplacement de cloisons, d une surface de 800 m 2 réservée aux commerces en espace de circulation pour piétons 44. De même, l utilisation d un jardin comme terrasse de restaurant est soumise à autorisation lorsque l activité se situe dans une zone d habitation 45. Par décision du 10 avril 2003, le Conseil d Etat a jugé que la transformation d un hangar en centre de tri et de recyclage de déchets inertes constituait un «changement d affectation» 46. En revanche, il a été jugé que ne constituait pas une modification d utilisation, la transformation d une pizzeria en snack-bar, dès lors qu il s agit dans les deux cas d un commerce de restauration 47. Le Conseil d Etat a, par ailleurs, apporté des éclaircissements sur la continuité de l utilisation en précisant, à propos d une terrasse installée en zone de cours et jardins qui n avait pas été occupée pendant deux années, que l ordonnance «n exige pas que l utilisation soit en outre constante ou ininterrompue ou encore non intermittente» A PARTIR DU 20 JANVIER 2003 : L ARTICLE 84, 1 ER, 5 DE L OPU, TEL QUE MODIFIE PAR L ORDONNANCE DU 18 JUILLET 2002 : Le régime applicable en Région de Bruxelles-Capitale a subi une deuxième modification par l adoption de l ordonnance du 18 juillet , cette fois dans le sens d un certain assouplissement. Selon l article 84, 1 er, 5 nouveau (devenu l article 98, 1 er, 5 du Code bruxellois de l aménagement du territoire), est soumis à permis d urbanisme le fait de : 9 «5 modifier la destination de tout ou de partie d'un bien même si cette modification ne nécessite pas de travaux; - modifier l'utilisation de tout ou partie d'un bien même si cette modification ne nécessite pas de travaux mais pour autant que cette modification figure sur une liste arrêtée par le Gouvernement. On entend par : a) " utilisation ", l'utilisation existante de fait d'un bien non bâti ou d'un ou de plusieurs locaux d'un bien bâti; b) " destination ", la destination d'un bien non bâti ou d'un ou de plusieurs locaux d'un bien bâti, indiquée dans le permis de bâtir ou d'urbanisme, ou à défaut d'un tel permis ou de précision dans ce permis, l'affectation indiquée dans les plans d'affectation du sol et les programmes d'action prioritaire.» Partant du constat que la nécessité d imposer un permis d urbanisme pour tous les changements d utilisation avait perdu une part importante de son intérêt dans la pratique 50, le législateur bruxellois a 44 Bruxelles, 28 janvier 1999, J.L.M.B., 2000, p Bruxelles (réf.), 19 mai 1998, J.L.M.B., 1999/30, p et s. 46 C.E. n du 3 juillet 2002 et C.E. n du 10 avril 2003 : Le raisonnement de la Haute juridiction se fonde sur la distinction entre les produits et les déchets telle qu elle résulte de la directive 75/442/CE relative aux déchets. 47 Civ. Bruxelles (réf.), 31 octobre 2001, J.L.M.B., p. 1720, note J.-F. NEURAY. 48 C.E. n du 30 juillet 1996, et n du 18 septembre 1996, Le Parthénon, cité par P. NIHOUL, et D. LAGASSE, «Les permis de bâtir ou d urbanisme, in L urbanisme dans les actes, sous la direction de O. JAMAR, Bruylant, Bruxelles 1998, p Entré en vigueur le 17 janvier 2003.

11 décidé de ne les soumettre à permis que s ils figurent dans une énumération limitative arrêtée par le Gouvernement. Cette modification répondait également au souci de déterminer avec plus de précision les actes constitutifs de changement de l utilisation existante de fait, ce afin de limiter les problèmes d interprétation 51. Cette législation s inspire des législations wallonne et flamande 52 et crée un régime hybride en Région de Bruxelles-Capitale : Alors que tous les changements de destination sont soumis à permis, seuls les changements d utilisation repris dans une liste exhaustive sont soumis à permis. A l inverse des décrets wallon et flamand, l ordonnance ne détermine pas les critères que le Gouvernement doit obligatoirement prendre en considération dans l élaboration de la liste. Le Gouvernement a déterminé les changements d utilisation sans travaux soumis à permis en tenant compte des fonctions faibles qui nécessitent une protection dans certaines zones du plan régional d affectation du sol 53. L arrêté du Gouvernement du 12 décembre 2002, entré en vigueur le jour de sa publication au Moniteur belge le 20 janvier 2003, fixe la liste des changements d utilisation soumis à permis d urbanisme comme suit : «Article 1 er. Sont soumis à permis d'urbanisme, dans toutes les zones du plan régional d'affectation du sol, à l'exception des zones d'industries urbaines, des zones de transport et d'activités portuaires, des zones de chemin de fer et des zones administratives : 1 le changement d'utilisation d'un immeuble ou partie d'immeuble abritant un ou des équipements d'intérêt collectif ou de service public en vue d'y établir un équipement d'intérêt collectif ou de service public d'une autre nature 54 ; 10 2 le changement d'utilisation d'un immeuble ou partie d'immeuble abritant une ou des activités productives en vue d'y établir une ou des activités productives d'une autre nature 55 ; 3 le changement d'utilisation d'un immeuble ou partie d'immeuble de commerce en vue d'y établir un restaurant, un snack, une friterie, un débit de boisson, un café, ou tout autre 50 On peut citer deux facteurs : «Le premier est lié au développement des contrôles de l autorité dans le cadre de l exploitation des installations classées, l ordonnance relative aux permis d environnement soumettant à permis un nombre croissant d exploitations. Le second facteur concerne la démultiplication du nombre d affectations ou de fonctions urbaines prévues par le PRAS, la plupart des changements d utilisation d un bien impliquant dorénavant un changement de destination pour lequel un permis est nécessaire.» V. LETELLIER, «Permis de lotir et d urbanisme en Régions de Bruxelles-Capitale et wallonne», Les dossiers du Journal des tribunaux n 42, Larcier, Bruxelles, 2003, pp. 23 et s. 51 J. VAN YPERSELE et B. LOUVEAUX, Le droit de l urbanisme en Belgique et dans ses trois Régions, De Boeck et Larcier, Bruxelles 2006, p. 432 ; Ph. COENRAETS, Droit notarial de l urbanisme et de l aménagement du territoire en Région de Bruxelles-Capitale, Larcier, Bruxelles, 2007, p Dans ces deux régions, les changements d utilisation sont soumis à des régimes juridiques similaires. Par application de ces législations, les changements d utilisation ne requièrent l obtention d un permis préalable que pour autant qu ils figurent dans une énumération exhaustive arrêtée par le Gouvernement régional et qu ils affectent la fonction principale du bien. Les décrets fixent les critères qui doivent être pris en considération par le pouvoir exécutif pour dresser cette liste. Voir les articles 84, 1 er, 7 et 271 du Code wallon de l aménagement du territoire (CWATUP) ainsi que l'article 99, 1 er, 6, et 2 du décret flamand du 18 mai 1999 portant organisation de l'aménagement du territoire et l article 2 de l arrêté du Gouvernement flamand du 14 avril Voir le rapport précédant l arrêté du Gouvernement du 12 décembre 2002, M. B., 20 janvier Par exemple : une ambassade transformée en service de pouvoirs locaux ou équipement scolaire transformé en théâtre. 55 Il s agit par exemple d une activité de production de service matériel transformée en activité de production de biens immatériels.

Les règlements communaux d urbanisme relatifs aux antennes paraboliques mis à jour au 1 er août 2005

Les règlements communaux d urbanisme relatifs aux antennes paraboliques mis à jour au 1 er août 2005 Les règlements communaux d urbanisme relatifs aux antennes paraboliques mis à jour au 1 er août 2005 Françoise Lambotte Introduction Les antennes paraboliques se sont multipliées sur nos façades et nos

Plus en détail

ANGLE RUE LÉOPOLD, 6 RUE DU FOSSÉ AUX LOUPS, 29 CET ÎLOT EST AFFECTÉ AU LOGEMENT : NON À L AUDITORIUM - RADIATEUR

ANGLE RUE LÉOPOLD, 6 RUE DU FOSSÉ AUX LOUPS, 29 CET ÎLOT EST AFFECTÉ AU LOGEMENT : NON À L AUDITORIUM - RADIATEUR Boulevard Adolphe Max, 55 1000 Bruxelles T. 02 219 33 45 F. 02 219 86 75 info@arau.org ww.arau.org Conférence de presse du lundi 16 février 2009 ANGLE RUE LÉOPOLD, 6 RUE DU FOSSÉ AUX LOUPS, 29 CET ÎLOT

Plus en détail

Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité

Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité Être prêt pour le 1 er janvier 2015 II. Procédures administratives La loi du 11 février 2005 relative aux personnes handicapées a prévu

Plus en détail

LOCAUX VIDES A USAGE D HABITATION ... ...

LOCAUX VIDES A USAGE D HABITATION ... ... Contrat de location Soumis au titre Ier de la loi du 6 juillet 1989 tendant à améliorer les rapports locatifs et portant modification de la loi n 86-1290 du 23 décembre 1986 LOCAUX VIDES A USAGE D HABITATION

Plus en détail

30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) - coordination officieuse au 1 er juillet 2011

30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) - coordination officieuse au 1 er juillet 2011 30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) (coordination officieuse au 1 er juillet 2011 ; modifié par l arrêté royal du 20 juillet 2000 introduction de l

Plus en détail

- le cas échéant, représenté par le mandataire [nom ou raison sociale et adresse du mandataire ainsi que l activité exercée] :

- le cas échéant, représenté par le mandataire [nom ou raison sociale et adresse du mandataire ainsi que l activité exercée] : CONTRAT DE LOCATION (Soumis au titre Ier bis de la loi du 6 juillet 1989 tendant à améliorer les rapports locatifs et portant modification de la loi n 86-1290 du 23 décembre 1986) LOCAUX MEUBLES A USAGE

Plus en détail

Le loyer pour l intégralité du séjour est du à l arrivée dans l appartement.

Le loyer pour l intégralité du séjour est du à l arrivée dans l appartement. Nos Conditions Générales 1. Usage de l appartement L appartement est loué à usage exclusif d habitation et ce à titre provisoire. Le locataire, préalablement à sa réservation, déclare que la réservation

Plus en détail

Les nouvelles notions de surface de plancher et d emprise au sol et le recours obligatoire à l architecte

Les nouvelles notions de surface de plancher et d emprise au sol et le recours obligatoire à l architecte Les nouvelles notions de surface de plancher et d emprise au sol et le recours obligatoire à l architecte La réglementation applicable aux autorisations d urbanisme vient d être significativement modifiée.

Plus en détail

Vu la demande d'avis de M. Christos DOULKERIDIS, Secrétaire d Etat au Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale reçue le 23/02/2012;

Vu la demande d'avis de M. Christos DOULKERIDIS, Secrétaire d Etat au Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale reçue le 23/02/2012; 1/8 Avis n 12/2012 du 11 avril 2012 Objet: Communication de données de consommation d eau et d électricité par les services de distribution à la Cellule administrative régionale ad hoc de la Région de

Plus en détail

La taxe foncière est-elle une charge récupérable par le propriétaire immobilier?

La taxe foncière est-elle une charge récupérable par le propriétaire immobilier? La taxe foncière est-elle une charge récupérable par le propriétaire immobilier? par Maître Philippe Imbert Avocat à la Cour www.atelier-taxeslocales.fr Résumé : le bail d habitation (loi du 6 juillet

Plus en détail

1 er objet : approbation des procès-verbaux des séances des 20 octobre, 17 novembre et 15 décembre 9:00 2010

1 er objet : approbation des procès-verbaux des séances des 20 octobre, 17 novembre et 15 décembre 9:00 2010 1 er objet : approbation des procès-verbaux des séances des 20 octobre, 17 novembre et 15 décembre 9:00 2010 En l'absence de remarque de la part des membres présents, les procès-verbaux des séances du

Plus en détail

Commande publique. 1. Une question délicate : la détermination du champ d application de l article 2.I. de la loi «MURCEF»

Commande publique. 1. Une question délicate : la détermination du champ d application de l article 2.I. de la loi «MURCEF» Compétence juridictionnelle à l égard des contrats d assurance souscrits par les personnes publiques : retour vers une interprétation raisonnable de la loi «MURCEF» Par Florence Caille La première chambre

Plus en détail

PRATIQUE ET POINTS DE VIGILANCE

PRATIQUE ET POINTS DE VIGILANCE APPARTEMENT MEUBLE LOUE POUR DE COURTES DUREES A PARIS PRATIQUE ET POINTS DE VIGILANCE DROIT IMMOBILIER 37.000.000 de nuitées en hôtellerie à Paris pour l année 2011 le chiffre d affaire généré rend envieux

Plus en détail

Autorisation de traiter les formalités douanières et autorisation d agir en tant que représentant de taxe

Autorisation de traiter les formalités douanières et autorisation d agir en tant que représentant de taxe WDS ANTWERPEN BVBA www.wds-customs.nl OFFICE ANTWERPEN Noorderlaan 117 B-2030 Antwerpen t +32 3 541 52 45 e wdsantwerpen@waalhaven-group.be Autorisation de traiter les formalités douanières et autorisation

Plus en détail

De la composition du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre Ier et du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre IV

De la composition du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre Ier et du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre IV CHAPITRE VII. De la composition du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre Ier et du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre IV Section 1re. Des dossiers des demandes de permis

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013. M. Jory Orlando T.

Commentaire. Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013. M. Jory Orlando T. Commentaire Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013 M. Jory Orlando T. (Conditions d attribution d une carte de séjour mention «vie privée et familiale» au conjoint étranger d un ressortissant français)

Plus en détail

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 (Peine d annulation du permis de conduire pour conduite en état alcoolique en récidive et

Plus en détail

dans la poursuite pénale dirigée contre en présence du Ministère Public l arrêt qui suit :

dans la poursuite pénale dirigée contre en présence du Ministère Public l arrêt qui suit : N 8 / 2012 pénal. du 2.2.2012. Not. 4066/08/CD Numéro 3029 du registre. La Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg, formée conformément à la loi du 7 mars 1980 sur l'organisation judiciaire, a rendu

Plus en détail

Circulaire du 13 avril 2006 relative aux ventes au déballage

Circulaire du 13 avril 2006 relative aux ventes au déballage MINISTERE DES PME, DU COMMERCE, DE L ARTISANAT ET DES PROFESSIONS LIBERALES Circulaire du 13 avril 2006 relative aux ventes au déballage Les ventes au déballage, quelle que soit leur dénomination (vide-greniers,

Plus en détail

CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE

CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE II. CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE Il convient de rappeler que le permis de construire est un acte administratif individuel. Il ne peut pas être apprécié ni interprété par un Tribunal civil.

Plus en détail

FICHE PRATIQUE 05 TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS LES AUTORISATIONS DE TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS QUESTIONS / RÉPONSES

FICHE PRATIQUE 05 TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS LES AUTORISATIONS DE TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS QUESTIONS / RÉPONSES LES AUTORISATIONS DE TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS QUESTIONS / RÉPONSES FICHE PRATIQUE 05 TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS COMMENT PRÉPARER LES DEMANDES? QUELLES SONT LES RÈGLES A RESPECTER? MINISTÈRE DE LA CULTURE

Plus en détail

LES 8 ESSENTIELLES POUR LES ARCHITECTES & LES CITOYENS MÉMORANDUM

LES 8 ESSENTIELLES POUR LES ARCHITECTES & LES CITOYENS MÉMORANDUM 8 ESSENTIELLES LES POUR LES ARCHITECTES & LES CITOYENS MÉMORANDUM ÉLECTIONS MAI 2014 ORDRE DES ARCHITECTES CONSEIL FRANCOPHONE ET GERMANOPHONE L Ordre des Architectes est une institution de droit public,

Plus en détail

CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux N 374699 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS DE SANTÉ A DOMICILE et autre

CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux N 374699 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS DE SANTÉ A DOMICILE et autre CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux N 374699 UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS DE SANTÉ A DOMICILE et autre RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Ordonnance du 14 février 2014 LE JUGE DES RÉFÉRÉS

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 97 (1 er janvier 31 mars 2005)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 97 (1 er janvier 31 mars 2005) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 97 (1 er janvier 31 mars 2005) 5 Circulaires de la direction de la protection judiciaire de la jeunesse Signalisation des circulaires du 1er janvier au 31

Plus en détail

NOUVEAU CODE BRUXELLOIS DU LOGEMENT : RÉFORMÉ DE LA CAVE AU GRENIER

NOUVEAU CODE BRUXELLOIS DU LOGEMENT : RÉFORMÉ DE LA CAVE AU GRENIER NOUVEAU CODE BRUXELLOIS DU LOGEMENT : RÉFORMÉ DE LA CAVE AU GRENIER Un nouveau Code du logement est entré en vigueur le 28 juillet 2013. Il apporte d importantes innovations, tout en conservant les acquis

Plus en détail

FONDS QUARTIER EUROPEEN. Situation urbanistique actuelle du Quartier Européen et incidences du projet de schéma directeur

FONDS QUARTIER EUROPEEN. Situation urbanistique actuelle du Quartier Européen et incidences du projet de schéma directeur Association d avocats Haumont, Scholasse & Partners FONDS QUARTIER EUROPEEN Situation urbanistique actuelle du Quartier Européen et incidences du projet de schéma directeur Note de consultation Mai 2007

Plus en détail

LA LOI «ENL» L URBANISME

LA LOI «ENL» L URBANISME LA LOI «ENL» ET L URBANISME Dans le prolongement des travaux de la commission Pelletier, la loi n 2006-872 du 13 juillet 2006 portant engagement national pour le logement dite «ENL» se veut dans le champ

Plus en détail

COUR DE CASSATION DE BELGIQUE

COUR DE CASSATION DE BELGIQUE 28 AVRIL 2003 S.01.0184.F/1 COUR DE CASSATION DE BELGIQUE Arrêt N S.01.0184.F CORA, société anonyme se trouvant aux droits et obligations de la société anonyme Frabelmar-Distrimas, dont le siège social

Plus en détail

Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009.

Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009. Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009. Rendue le mardi, 10 février 2009 par Nous, Marie MACKEL, juge de paix, siégeant comme Présidente du tribunal du travail de et à LUXEMBOURG, assistée

Plus en détail

2. DROIT DE PREEMPTION P.

2. DROIT DE PREEMPTION P. SOMMAIRE 1. PLANIFICATION P. 2 - Un PLU est exécutoire même en l absence de publication au recueil des actes administratifs de la délibération l approuvant 2. DROIT DE PREEMPTION P. 2 - L avis des domaines

Plus en détail

L'évolution de la fiscalité immobilière dans le cadre institutionnel issu de la sixième réforme de l Etat

L'évolution de la fiscalité immobilière dans le cadre institutionnel issu de la sixième réforme de l Etat L'évolution de la fiscalité immobilière dans le cadre institutionnel issu de la sixième réforme de l Etat Prof. dr. Marc Bourgeois (ULg Tax Institute) CESW Lundi 16 mars 2015 Plan 1. Le cadre institutionnel

Plus en détail

COMMUNE DE MOLENBEEK-SAINT-JEAN REGLEMENT RELATIF AUX BUREAUX PRIVES DE TELECOMMUNICATION ET AUX MAGASINS DE NUIT

COMMUNE DE MOLENBEEK-SAINT-JEAN REGLEMENT RELATIF AUX BUREAUX PRIVES DE TELECOMMUNICATION ET AUX MAGASINS DE NUIT COMMUNE DE MOLENBEEK-SAINT-JEAN REGLEMENT RELATIF AUX BUREAUX PRIVES DE TELECOMMUNICATION ET AUX MAGASINS DE NUIT Art. 1 er. Le présent règlement règle une matière visée par les articles 117 et 119 de

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LES CERTIFICATS D AUTORISATION ET D OCCUPATION

RÈGLEMENT SUR LES CERTIFICATS D AUTORISATION ET D OCCUPATION VILLE DE MONTRÉAL ARRONDISSEMENT DE VILLE-MARIE CA-24-107 RÈGLEMENT SUR LES CERTIFICATS D AUTORISATION ET D OCCUPATION Vu l article 119 de la Loi sur l aménagement et l urbanisme (L.R.Q., chapitre A-19.1);

Plus en détail

Table des matières TITRE I : LES BAUX DU CODE CIVIL (100) (Les références entre parenthèses renvoient aux numéros des paragraphes)

Table des matières TITRE I : LES BAUX DU CODE CIVIL (100) (Les références entre parenthèses renvoient aux numéros des paragraphes) Table des matières (Les références entre parenthèses renvoient aux numéros des paragraphes) SOMMAIRE... 1390 INTRODUCTION... 1392 TITRE I : LES BAUX DU CODE CIVIL (100) SECTION 1 : LES CHARGES LOCATIVES

Plus en détail

PENSION APRÈS DIVORCE ET DROIT TRANSITOIRE, JURISPRUDENCE RÉCENTE DE LA COUR D APPEL DE MONS.

PENSION APRÈS DIVORCE ET DROIT TRANSITOIRE, JURISPRUDENCE RÉCENTE DE LA COUR D APPEL DE MONS. Dans un arrêt du 26.03.2008 (R.G. 2007/719, inédit, déposé à la bibliothèque), la 17 ème chambre de la Cour d Appel de Mons s est prononcée sur une question délicate d application des dispositions législatives

Plus en détail

LES CONDITIONS REQUISES POUR CREER UNE SARL

LES CONDITIONS REQUISES POUR CREER UNE SARL LES CONDITIONS REQUISES POUR CREER UNE SARL Hôtel Consulaire Nouveau-Port 20293 BASTIA Tél : 04.95.54.44.44 Fax : 04.95.54.44.47 DIRECTION DES SERVICES AUX ENTREPRISES CCI Bastia Haute Corse DSE Sous réserve

Plus en détail

Numéro du rôle : 2711. Arrêt n 91/2004 du 19 mai 2004 A R R E T

Numéro du rôle : 2711. Arrêt n 91/2004 du 19 mai 2004 A R R E T Numéro du rôle : 2711 Arrêt n 91/2004 du 19 mai 2004 A R R E T En cause : le recours en annulation des articles 40, 67 et 68, alinéa 1er, de la loi du 8 août 1997 sur les faillites, tels qu ils ont été

Plus en détail

LE PETIT PROPRIETAIRE

LE PETIT PROPRIETAIRE Prospectus concernant les prêts hypothécaires sociaux accordés par la s.a. LE PETIT PROPRIETAIRE agréée par la région Bruxelles-Capitale inscrite en vertu d'une décision de la Commission bancaire, financière

Plus en détail

Cadre réservé à l administration : Demande reçue le. Collège communal du :

Cadre réservé à l administration : Demande reçue le. Collège communal du : Commune d Esneux Cadre réservé à l administration : Demande reçue le. Collège communal du : Aides déjà octroyées sur l exercice : oui / non FORMULAIRE A REMPLIR POUR LA DEMANDE DE MISE A DISPOSITION GRATUITE

Plus en détail

Démolition et relogement : le droit applicable

Démolition et relogement : le droit applicable Novembre 2005 Démolition et relogement : le droit applicable Direction juridique et fiscale Hervé des Lyons 4, rue Lord Byron - 75008 Paris Tél.: 01 40 75 68 68 - Fax: 01 40 75 68 10 djef@union-habitat.org

Plus en détail

Décision n 2010-45 QPC 6 octobre 2010. M. Mathieu P.

Décision n 2010-45 QPC 6 octobre 2010. M. Mathieu P. Décision n 2010-45 QPC 6 octobre 2010 M. Mathieu P. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 9 juillet 2010 par le Conseil d État d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) posée à l occasion

Plus en détail

Le Collège des Bourgmestre et Echevins ;

Le Collège des Bourgmestre et Echevins ; Le Collège des Bourgmestre et Echevins ; Vu la demande de permis introduite en date du 17 septembre 2003 par laquelle CLUB ALPIN BELGE -AILE FRANCOPHONE ASBL, ci-après dénommé( e ) l'exploitant, sollicite

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU REDRESSEMENT PRODUCTIF PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES, INNOVATION ET ÉCONOMIE NUMÉRIQUE Ordonnance n o 2014-329 du 12 mars 2014 relative à l

Plus en détail

Le Parlement Wallon a adopté et Nous, Gouvernement, sanctionnons ce qui suit :

Le Parlement Wallon a adopté et Nous, Gouvernement, sanctionnons ce qui suit : Le Parlement Wallon a adopté et Nous, Gouvernement, sanctionnons ce qui suit : CHAPITRE I er. Dispositions générales et définitions Article premier Le présent décret règle, en application de l article

Plus en détail

F Planificateur financier A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/SL-EDJ/JP 717-2014 AVIS. sur

F Planificateur financier A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/SL-EDJ/JP 717-2014 AVIS. sur F Planificateur financier A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/SL-EDJ/JP 717-2014 AVIS sur UN PROJET DE LOI RELATIF AU STATUT ET AU CONTRÔLE DES PLANIFICATEURS FINANCIERS INDEPENDANTS ET A LA FOURNITURE DE

Plus en détail

LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME?

LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME? Conférence APECA : La dématérialisation, réelle opportunité pour les PME? LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME? 7 avril 2009 Denise Lebeau-Marianna Avocat, Baker & McKenzie SCP denise.lebeau_marianna@bakernet.com

Plus en détail

TITRE IX- Des noms de domaine

TITRE IX- Des noms de domaine TITRE IX- Des noms de domaine Présentation des textes Les noms de domaine sur l'internet ont à la fois une fonction technique et une fonction d'identification des services de communication en ligne. Le

Plus en détail

Numéro du rôle : 4043. Arrêt n 115/2007 du 19 septembre 2007 A R R E T

Numéro du rôle : 4043. Arrêt n 115/2007 du 19 septembre 2007 A R R E T Numéro du rôle : 4043 Arrêt n 115/2007 du 19 septembre 2007 A R R E T En cause : le recours en annulation de l article 33, 2, de la loi du 22 février 2006 modifiant la loi du 25 juin 1992 sur le contrat

Plus en détail

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage.

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Une des problématiques récurrente pour les collectivités en matière d occupation illégale de son territoire tient

Plus en détail

CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux. Nos 374524,374554 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. SAS ALLOCAB SOCIÉTÉ VOXTUR et autres AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux. Nos 374524,374554 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. SAS ALLOCAB SOCIÉTÉ VOXTUR et autres AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux Nos 374524,374554 SAS ALLOCAB SOCIÉTÉ VOXTUR et autres Ordonnance du 5 février 2013 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LE JUGE DES RÉFÉRÉS Vu 1, sous

Plus en détail

LE MAJEUR PROTEGE ET SON LOGEMENT.

LE MAJEUR PROTEGE ET SON LOGEMENT. LE MAJEUR PROTEGE ET SON LOGEMENT. Un des soucis du législateur de 1968 a été d assurer la protection du logement des majeurs protégés hospitalisés ou en établissement. L article 490-2 du Code civil prévoit

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 REPUBLIQUE FRANCAISE 1 COUR NATIONALE DE LA TARIFICATION SANITAIRE ET SOCIALE Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 Président : M. DURAND-VIEL Rapporteur : Mme WOLF Commissaire du gouvernement : Mme PICARD

Plus en détail

AEDIFICA SOCIETE ANONYME SICAF IMMOBILIERE PUBLIQUE DE DROIT BELGE AVENUE LOUISE 331-333 1050 BRUXELLES R.P.M. BRUXELLES N ENTREPRISE 0877.248.

AEDIFICA SOCIETE ANONYME SICAF IMMOBILIERE PUBLIQUE DE DROIT BELGE AVENUE LOUISE 331-333 1050 BRUXELLES R.P.M. BRUXELLES N ENTREPRISE 0877.248. AEDIFICA SOCIETE ANONYME SICAF IMMOBILIERE PUBLIQUE DE DROIT BELGE AVENUE LOUISE 331-333 1050 BRUXELLES R.P.M. BRUXELLES N ENTREPRISE 0877.248.501 FUSION PAR ABSORPTION DE LA SOCIETE ANONYME IMMO RESIDENCE

Plus en détail

PHONE-SHOPS ET NIGHT-SHOPS : LES PIERRES D ACHOPPEMENT

PHONE-SHOPS ET NIGHT-SHOPS : LES PIERRES D ACHOPPEMENT PHONE-SHOPS ET NIGHT-SHOPS : LES PIERRES D ACHOPPEMENT La presse se faisait l écho, il y a quelques semaines, de la volonté de la ministre des Classes Moyennes Sabine Laruelle de faire adopter une législation

Plus en détail

LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés?

LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés? LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés? La loi du 24 Mars 2014 dite «loi ALUR», publiée au J.O. du 26/03/2014 a apporté quelques modifications notables dans le domaine du droit de la copropriété.

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Y voir plus clair dans la définition des surfaces...

Y voir plus clair dans la définition des surfaces... Y voir plus clair dans la définition des surfaces... La notion de «surface» se retrouve à différents stades des projets immobiliers (permis de construire, vente, coefficient d'occupation des sols,...),

Plus en détail

Réforme relative au permis de construire et aux autorisations d urbanisme

Réforme relative au permis de construire et aux autorisations d urbanisme Avril 2006 Note d information juridique Agence d Urbanisme du Territoire de Belfort Centre d Affaires des 4 As BP 107-90002 Belfort Cedex Tél : 03 84 46 51 51 - Fax : 03 84 46 51 50 Courriel : autb@autb.asso.fr

Plus en détail

Projet de loi n o 78 (2012, chapitre 12)

Projet de loi n o 78 (2012, chapitre 12) DEUXIÈME SESSION TRENTE-NEUVIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 78 (2012, chapitre 12) Loi permettant aux étudiants de recevoir l enseignement dispensé par les établissements de niveau postsecondaire qu

Plus en détail

CONSOLIDATION OFFICIEUSE

CONSOLIDATION OFFICIEUSE 30 AOÛT 2007. Arrêté du Gouvernement wallon déterminant les critères minimaux de salubrité, les critères de surpeuplement et portant les définitions visées à l article 1 er, 19 à 22 bis, du Code wallon

Plus en détail

Chroniques notariales vol. 56. Table des matières

Chroniques notariales vol. 56. Table des matières Chroniques notariales vol. 56 Table des matières Chapitre I. Généralités..................................... 222 Section 1. Formalité de l enregistrement........................ 222 1. Obligation d enregistrement

Plus en détail

Construire, acheter ou rénover

Construire, acheter ou rénover Construire, acheter ou rénover Quels seront les frais de TVA ou de droits d enregistrement? Faire construire, acheter ou rénover une habitation représente un important investissement financier. Sans compter

Plus en détail

PROCES-VERBAL DE LA COMMISSION DE CONCERTATION DU PROCES-VERBAAL VAN DE OVERLEGCOMMISSIE VAN 04-09-2014

PROCES-VERBAL DE LA COMMISSION DE CONCERTATION DU PROCES-VERBAAL VAN DE OVERLEGCOMMISSIE VAN 04-09-2014 A U D E R G H E M Commission de concertation O U D E R G E M Overlegcommissie PROCES-VERBAL DE LA COMMISSION DE CONCERTATION DU PROCES-VERBAAL VAN DE OVERLEGCOMMISSIE VAN 04-09-2014 Présents/Aanwezig :

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 24/10/2012 Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 07BX02490 Inédit au recueil Lebon 3ème chambre (formation à 3) Mme FLECHER-BOURJOL, président Mme Françoise LEYMONERIE, rapporteur M. VIE, commissaire

Plus en détail

CONTRAT DE LOCATION / MISE À DISPOSITION D UN ENDROIT DE CAMP OU DE WEEKEND EN BELGIQUE

CONTRAT DE LOCATION / MISE À DISPOSITION D UN ENDROIT DE CAMP OU DE WEEKEND EN BELGIQUE À photocopier en deux exemplaires À remplir et à signer par le responsable du groupe et le propriétaire Quand? Le plus tôt possible pour garantir la réservation du lieu À conserver : Un exemplaire pour

Plus en détail

Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs

Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs Les notaires d Europe réunis au sein du CNUE suivent avec grand intérêt les travaux des

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA02599 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président M. Dominique REINHORN, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

Règlement sur les prêts (RPrêts)

Règlement sur les prêts (RPrêts) Version du 31 mai 2013 Règlement sur les prêts (RPrêts) Version validée par la Commission de placements le 14 mars 2011 et adoptée par le Conseil d administration le 21 mars 2011. CHAPITRE PREMIER Généralités

Plus en détail

RÉFORME DES AUTORISATIONS D URBANISME

RÉFORME DES AUTORISATIONS D URBANISME INFORMATIONS JURIDIQUES J 14 Mutuelle des architectes français assurances OCTOBRE 2007 ANNULE ET REMPLACE LA FICHE J 14 DE FÉVRIER 1998 RÉFORME DES AUTORISATIONS D URBANISME La réforme des autorisations

Plus en détail

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics FICHE 19 L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics 1. Qu est ce qu une entreprise en difficulté financière? 1.1. L entreprise en procédure de sauvegarde Les articles L. 620-1 et suivants

Plus en détail

Newsletter n 10 Mars 2012

Newsletter n 10 Mars 2012 Newsletter n 10 Mars 2012 La SHOB et la SHON sont remplacées par la surface plancher depuis le 1er Mars 2012. À l occasion de l adoption de la loi Grenelle 2 en juillet 2010, le Parlement a autorisé le

Plus en détail

IEB - Inventaire des enquêtes publiques en Région de Bruxelles-Capitale

IEB - Inventaire des enquêtes publiques en Région de Bruxelles-Capitale IEB - Inventaire des enquêtes publiques en Région de Bruxelles-Capitale Version du 29/04/2015 Imprimé le : 29/04/2015 13:51:30 P.1/11 IEB - Inventaire des enquêtes publiques en Région de Bruxelles-Capitale-

Plus en détail

3 JUILLET 2005. - LOI RELATIVE AUX DROITS DES VOLONTAIRES.

3 JUILLET 2005. - LOI RELATIVE AUX DROITS DES VOLONTAIRES. 3 JUILLET 2005. - LOI RELATIVE AUX DROITS DES VOLONTAIRES. Version Publication au Moniteur Belge Initiale : L. du. 03/07/2005 relative aux droits des volontaires 29/08/2005. 1 ère modification : L. du.

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Commentaire de la décision n 2007-557 DC du 15 novembre 2007 Loi relative à la maîtrise de l immigration, à l intégration et à l asile Déposé sur le bureau

Plus en détail

Les obligations du vendeur

Les obligations du vendeur Elaboré en Mars 2008. Modifications éventuelles : nous contacter. Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial - 9 Rue des Arènes BP 95236 49052

Plus en détail

AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE PRESTATIONS DE SERVICES MISSION DE MAITRISE D ŒUVRE

AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE PRESTATIONS DE SERVICES MISSION DE MAITRISE D ŒUVRE AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE PRESTATIONS DE SERVICES MISSION DE MAITRISE D ŒUVRE ENTITE ADJUDICATRICE : LANGUEDOC ROUSSILLON AMENAGEMENT agissant au nom et pour le compte de PORT SUD DE FRANCE

Plus en détail

Contrat de partenariat et domaine public

Contrat de partenariat et domaine public Contrat de partenariat et domaine public Le titulaire d un contrat de partenariat est souvent dans la situation d un occupant du domaine public, ce qui conduit à s interroger sur l articulation des régimes

Plus en détail

Droits de succession et de mutation par décès

Droits de succession et de mutation par décès Droits de succession et de mutation par décès Table des matières Droits de succession et de mutation par décès Section préliminaire...................................... 227 1. La notion d habitant du

Plus en détail

LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE?

LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE? LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE? 1. Introduction 1.1 La loi du 15 février 2006, relative à l exercice

Plus en détail

Ordonnance sur le bail à loyer et le bail à ferme d habitations et de locaux commerciaux

Ordonnance sur le bail à loyer et le bail à ferme d habitations et de locaux commerciaux Ordonnance sur le bail à loyer et le bail à ferme d habitations et de locaux commerciaux (OBLF) 221.213.11 du 9 mai 1990 (Etat le 1 er juillet 2014) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 253a, al. 3, du

Plus en détail

Luxembourg, le 9 mars 2011

Luxembourg, le 9 mars 2011 Luxembourg, le 9 mars 2011 Lettre circulaire 11/5 du Commissariat aux Assurances portant modification de la lettre circulaire 09/7 relative au dépôt des valeurs mobilières et liquidités utilisées comme

Plus en détail

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE A QUI INCOMBE LE RECOUVREMENT DES CHARGES? Le rôle du syndic : Le non-paiement des charges par un ou plusieurs copropriétaires oblige

Plus en détail

AVENANT AU BAIL COMMERCIAL. Proposition d un avenant type étages vides

AVENANT AU BAIL COMMERCIAL. Proposition d un avenant type étages vides AVENANT AU BAIL COMMERCIAL Proposition d un avenant type étages vides Avril 2014 Elaborée pour le compte de la Direction du Logement Bruxelles Développement Urbain Secrétaire d Etat en charge du logement

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 328 RÈGLEMENT RELATIF AUX AVERTISSEURS DE FUMÉE =====================================================================

RÈGLEMENT NUMÉRO 328 RÈGLEMENT RELATIF AUX AVERTISSEURS DE FUMÉE ===================================================================== PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINTE-JUSTINE-DE-NEWTON RÈGLEMENT NUMÉRO 328 ===================================================================== RÈGLEMENT RELATIF AUX AVERTISSEURS DE FUMÉE =====================================================================

Plus en détail

Fiche conseil LE BAIL COMMERCIAL. Explications et conseils. Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions :

Fiche conseil LE BAIL COMMERCIAL. Explications et conseils. Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : LE BAIL COMMERCIAL Explications et conseils Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques, Sociales,

Plus en détail

et rangés en deux classes ne pourront être érigés, transformés, déplacés ni exploités qu'en vertu d'un permis dit d'exploitation.

et rangés en deux classes ne pourront être érigés, transformés, déplacés ni exploités qu'en vertu d'un permis dit d'exploitation. ORDONNANCE 41-48 DU 12 FEVRIER 1953 SUR LES ETABLISSEMENTS DANGEREUX, INSALUBRES OU INCOMMODES. Article 1 er Les établissements repris dans la liste annexée à la présente ordonnance et rangés en deux classes

Plus en détail

Insaisissabilité de la demeure principale [1] de l indépendant

Insaisissabilité de la demeure principale [1] de l indépendant Insaisissabilité de la demeure principale [1] de l indépendant Loi du 25 avril 2007 Moniteur Belge 8 mai 2007 Note destinée à nos collaboratrices et collaborateurs Jean-Claude Brulé 23 mai 2007 1 On entend

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ;

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; 1/9 Avis n 06/2010 du 3 février 2010 Objet : avant-projet de décret relatif à l'archivage administratif La Commission de la protection de la vie privée (ci-après "la Commission") ; Vu la loi du 8 décembre

Plus en détail

Rénovation. Simple et Performance (PEB) Confédération de la Construction Bruxelles Capitale - le 17 juin 2009. Architects in Brussels

Rénovation. Simple et Performance (PEB) Confédération de la Construction Bruxelles Capitale - le 17 juin 2009. Architects in Brussels Confédération de la Construction Bruxelles Capitale - le 17 juin 2009 Rénovation Simple et Performance Énergétique des Bâtiments (PEB) avec la collaboration de: Architects in Brussels Contexte et Motivations

Plus en détail

TITRE Ier DISPOSITIONS GENERALES. Article 1 er

TITRE Ier DISPOSITIONS GENERALES. Article 1 er DECISION REGLEMENTAIRE N 12 DU 2 MARS 1948 DU CENTRE NATIONAL DE LA CINEMATOGRAPHIE RELATIVE AUX AUTORISATIONS D'EXERCICE DE LA PROFESSION modifiée par décisions n 12 bis du 18 mai 1949, 12 ter du 3 août

Plus en détail

Art. 1 But. Art. 2 Définition de la pénurie - Champ d'application territorial

Art. 1 But. Art. 2 Définition de la pénurie - Champ d'application territorial TITRE I PRINCIPES GENERAUX Art. 1 But 1 La présente loi a pour but de lutter contre la pénurie de logements en conservant sur le marché des logements loués qui correspondent aux besoins de la population.

Plus en détail

1 - Les conditions légales et réglementaires

1 - Les conditions légales et réglementaires LES REMPLACEMENTS 1. Les conditions légales et réglementaires 2. Formalités diverses - obligations 3. Responsabilités du médecin remplacé et du médecin remplaçant 1 1 - Les conditions légales et réglementaires

Plus en détail

Numéro du rôle : 1364. Arrêt n 84/99 du 15 juillet 1999 A R R E T

Numéro du rôle : 1364. Arrêt n 84/99 du 15 juillet 1999 A R R E T Numéro du rôle : 1364 Arrêt n 84/99 du 15 juillet 1999 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative aux articles 12 et 124, 3, du Code des impôts sur les revenus 1964, posée par la Cour d appel

Plus en détail

Les acteurs & la réglementation

Les acteurs & la réglementation Certification énergétique des bâtiments résidentiels existants Les acteurs & la réglementation Liège, 29 avril 2010 Frédéric DOZOT Attaché Juriste Département de l Énergie et du Bâtiment durable Sommaire

Plus en détail

CONVENTION DE MISE A DISPOSITION DE LOCAUX APPARTENANT AU DOMAINE PRIVE DEPARTEMENTAL

CONVENTION DE MISE A DISPOSITION DE LOCAUX APPARTENANT AU DOMAINE PRIVE DEPARTEMENTAL CONVENTION DE MISE A DISPOSITION DE LOCAUX APPARTENANT AU DOMAINE PRIVE DEPARTEMENTAL ENTRE : 1) Le Département des YVELINES représenté par M. Le Président du Conseil Général, spécialement autorisé à intervenir

Plus en détail

Numéro du rôle : 3717. Arrêt n 36/2006 du 1er mars 2006 A R R E T

Numéro du rôle : 3717. Arrêt n 36/2006 du 1er mars 2006 A R R E T Numéro du rôle : 3717 Arrêt n 36/2006 du 1er mars 2006 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative aux articles 147, 148, 149 et 152 du Code des droits de succession, posée par le Tribunal

Plus en détail

LE PROJET URBAIN PARTENARIAL (PUP) :

LE PROJET URBAIN PARTENARIAL (PUP) : Paris, le 30 mars 2015 LE PROJET URBAIN PARTENARIAL (PUP) : UN OUTIL DE FINANCEMENT DES EQUIPEMENTS PUBLICS Le projet urbain partenarial -PUP-, outil de financement des équipements publics, créé en 2009,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Versailles N 07VE03227 Inédit au recueil Lebon 4ème Chambre M. BROTONS, président Mme Corinne SIGNERIN-ICRE, rapporteur Mme JARREAU, rapporteur public POULY, avocat(s) lecture

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Décret n o 2007-1303 du 3 septembre 2007 fixant les règles nationales d éligibilité

Plus en détail

Vu le rapport d auditorat de la Banque-carrefour reçu le 7 mars 2006;

Vu le rapport d auditorat de la Banque-carrefour reçu le 7 mars 2006; CSSS/06/052 1 DELIBERATION N 06/020 DU 18 AVRIL 2006 RELATIVE A LA DEMANDE D ACCES AUX REGISTRES BANQUE CARREFOUR DE LA SECURITE SOCIALE DANS LE CHEF DU SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES DANS LE CADRE DE

Plus en détail