Méthode de construction d une base de données infra-régionales des consommations d énergie et des émissions de gaz à effet de serre

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Méthode de construction d une base de données infra-régionales des consommations d énergie et des émissions de gaz à effet de serre"

Transcription

1 Méthode de construction d une base de données infra-régionales des consommations d énergie et des émissions de gaz à effet de serre Les données fournies sont issues de reconstitutions statistiques. Il ne s agit pas de données réelles. Les données fournies comportent des incertitudes. Secteur résidentiel Il s agit de croiser les données relatives au parc régional de résidences principales issues du recensement général de la population (RGP INSEE 2006 Fichier Détail Logements) avec des consommations énergétiques unitaires (par type de logement) fournies au niveau national. Des hypothèses sont appliquées aux consommations énergétiques du chauffage d appoint, de production d eau chaude sanitaire et de cuisson de façon à leur associer des énergies (les énergies de chauffage principal sont données par le RGP). Modélisation des consommations énergétiques dans la résidentiel Parc de logements INSEE 06 X Correction climatique DJU METEO FRANCE Consommation énergétique : -pour le chauffage ( combustible utilisé) Spécifique -pour ECS / cuisson Hypothèses des parts de marché des énergies pour l eau chaude sanitaire et la cuisson Consommation énergétique par usage Le parc de résidences principales de chaque commune est spécifié selon 96 catégories. Ainsi à chaque ensemble homogène de résidences principales est associé une consommation unitaire type de chauffage principal, chauffage d appoint, d eau chaude sanitaire, de cuisson, d usage spécifique de l électricité. 1

2 Structure du parc de résidences principales Maisons individuelles collectif individuel ou autre Urbain domestique Bois, autre Appartements collectif individuel ou autre Les données du recensement permettent de connaître l énergie de chauffage principal des résidences. Les énergies des autres usages sont estimées à partir des hypothèses suivantes : Hypothèses relatives aux énergies de chauffage d appoint Energie de chauffage Energie d appoint Energie d appoint principale (appartement) (maison individuelle) 100% Bois 75% 25% Bois 100% Bois 100% 100% Bois 75% 25% 100% Bois 75% 25% Bois 100% 100% 100% Bois 75% 25% Hypothèses relatives aux énergies de cuisson Energie de chauffage principale Bois Energie de cuisson (,gaz nat, élec) 50%- 50% 50%- 50% 50%- 50% 50%-gaz naturel 50% 50%- 50% 50%- 50% 2

3 Hypothèses relatives aux énergies de production d eau chaude sanitaire Energie de chauffage principale Bois Energie de production d eau chaude sanitaire Secteurs tertiaire et industrie Il s agit de croiser des emplois (voir des surfaces on suppose que les surfaces par emploi sont stables au sein d un même secteur d activité) issus du RGP (INSEE 2006) avec des consommations unitaires (consommation thermique et électrique par emploi). Les branches d activité du tertiaire retenues dans l étude sont au nombre de 7 : -bureaux et administrations -santé -enseignement -sport loisir culture -établissements du transport -hôtels-cafés-restaurants -commerces Les branches d activité de l industrie retenues dans l étude sont au nombre de 9: -chimie -métallurgie -production de minéraux -agro alimentaire -Papier / carton -Textile -aéronautique -électrique/électronique -industries divers 3

4 Modélisation des consommations énergétiques du tertiaire et de l industrie Emploi INSEE06 Par branche d activit é Au niveau infra r égional X par usage et par salari é (selon la branche d activit é) Consommation énerg é tique Secteur des transports Les données trafics (comptage routier) sont croisées avec des facteurs d émissions nationaux. Pour les secteurs non couverts par les comptages routiers, la consommation régionale (diminuée de la consommation régionale estimée au préalable) est répartie sur le territoire selon la densité de population. Secteur agricole Les données issues du recensement agricole AGRESTE 2000 sont croisées avec des facteurs d émissions nationaux : Emissions de méthane issues de l élevage : il s agit de croiser les données du recensement de l AGRESTE (année 2000) avec les coefficients d émissions nationaux. A chaque catégorie de bétails (ovins / porcins / caprins / bovins / volailles) sont associés des facteurs d émissions de méthane validés au niveau international (GIEC). Emissions de protoxyde d azote issues de l épandage d engrais pour les cultures : il s agit de croiser les données du recensement de l AGRESTE (année 2000) avec les coefficients d émissions. Ainsi à chaque type de surface cultivée est associée une quantité d engrais et donc d émissions de N2O. Consolidation du modèle Afin de limiter les incertitudes relatives à l estimation des consommations d énergie au niveau infra régional, un bouclage au niveau communal est réalisé à partir des données de consommation de gaz naturel fournies par GRDF et d électricité fournies par ERDF. Pour le bois énergie et le fioul un bouclage est réalisé au niveau régional. Cependant, la comptabilité de ces énergies restent fragiles (la part non marchande du bois énergie est difficile à appréhender les livraisons de fioul sont difficilement traçables à un niveau fin du territoire et son stockage rendent sa comptabilité énergétique incertaine). 4

5 Annexe Le pouvoir de réchauffement global PRG (source CITEPA) Cet indicateur vise à regrouper sous une seule valeur l'effet additionné de toutes les substances contribuant à l'accroissement de l'effet de serre. Il est disponible pour l ensemble des gaz à effet de serre mais nous ne présentons ici que les six gaz pris en compte dans le protocole de Kyoto, à savoir le CO 2, le CH 4 (méthane), le N 2 O (protoxyde d azote), les HFC, les PFC (halocarbures) et le SF 6 (hexafluorure de soufre). Cet indicateur est exprimé en «équivalent CO 2» du fait que par définition l'effet de serre attribué au CO 2 est fixé à 1 et celui des autres substances relativement au CO 2. Cette façon d'exprimer le PRG (Pouvoir de Réchauffement Global) est source de confusion pour certaines personnes non averties qui rencontrent des données de ce type ou des données relatives au seul CO 2. L'indicateur est calculé sur la base d'un horizon fixé à 100 ans afin de tenir compte de la durée de séjour des différentes substances dans l'atmosphère. Les PRG de ces différents gaz ont été calculés une première fois en 1995, puis mis à jour par le GIEC en 2007 ; ils sont présentés ci-dessous : CO 2 = 1 CH 4 = 25 N 2 O = 298 HFC = variables de 124 à selon les molécules considérées PFC = variables de à selon les molécules considérées SF 6 = Comptabilisation des émissions liées à l électricité Pour l électricité, l établissement d un facteur d émission de CO 2 pose problème. De façon rigoureuse, il conviendrait de comptabiliser les émissions issues de la combustion des combustibles utilisés pour la production de l électricité consommée en région Midi- Pyrénées. Il est impossible de connaître l origine de l électricité consommée (électricité d origine nucléaire, hydraulique ou produite en es thermiques?). La solution retenue consiste à affecter un contenu moyen en CO 2 à chaque kwh électrique consommé. On considère qu un kwh consommé en période de base, lorsque les barrages et les es nucléaires fournissent la totalité du courant, n aura pas le même contenu en CO 2 qu un kwh consommé en période de pointe durant laquelle les es thermiques classiques sont sollicitées. L ADEME en partenariat avec EDF a élaboré un facteur d émission de CO 2 pour l électricité variable selon l usage. Comptabilisation des émissions liées à la combustion de bois énergie Nous supposons que les émissions de CO2 issues de la combustion du bois énergie sont réabsorbées lors du processus de photosynthèse. Aussi, à couvert forestier constant, nous supposons que le bilan GES du bois énergie est neutre. 5