Crédits gratuits et promotionnel : vraies et fausses rémunérations

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Crédits gratuits et promotionnel : vraies et fausses rémunérations"

Transcription

1 Crédits gratuits et promotionnel : vraies et fausses rémunérations Table ronde introduite et présidée par Yves GÉRARD, Conseiller à la Cour de cassation en service extraordinaire Yves GÉRARD. L intitulé retenu pour cette table ronde peut apparaître provocateur parce qu il paraît tenir pour acquis le fait que le banquier dont les talents commerciaux sont là encore reconnus obtiendra à tous les coups une rémunération et peut-être même deux : une vraie rémunération et une fausse. Mais il est vrai qu il n est pas choquant que le banquier soit rémunéré pour les crédits qu il consent. Pour autant, rien ne lui interdit de consentir à son tour des crédits qui seraient gratuits ou promotionnels pour les consommateurs. Si ces crédits donnent lieu, au profit du banquier, à une rémunération, vraie ou fausse, qui la prend en charge? Première question. Et ensuite, au bénéfice de qui interviendra-t-elle? Qui prend en charge cette rémunération? Évidemment, il peut s agir de la banque ellemême. Il n est pas interdit de penser que le banquier consente des crédits promotionnels pour tel secteur d activité quand il veut développer sa part de marché. Il s agira aussi de l État. L État peut vouloir, pour des motifs d intérêt général, abonder certains crédits (prêts à taux zéro, prêts aidés destinés au financement d une formation à la conduite et à la sécurité routière par exemple). Il s agira, enfin et surtout, du fournisseur de biens et services qui entend développer son chiffre d affaires en permettant à ses clients potentiels, qui ne peuvent pas payer comptant, de recourir à un crédit à un taux attractif. Dans ce dernier cas, la prise en charge de la rémunération du banquier par le fournisseur peut intervenir de diverses manières. Il se peut d abord que le fournisseur effectue un dépôt, c est-à-dire demande l ouverture d une ligne de refinancement dans les livres de la banque, par le biais d un dépôt non rémunéré, qu il a effectué et qui permettra au banquier de consentir des crédits à des taux attractifs. Mais ce n est pas la forme la plus usuelle. Le fournisseur intervient souvent en prenant directement en charge tout ou partie des intérêts dus par le client. C est d ailleurs cette pratique qui est visée et réglementée par le Code de la consommation. Reste alors à préciser au profit de qui un tel crédit est consenti. Toutes les tranches et secteurs de l activité économique peuvent être concernés : tant les professionnels, bien évidemment, que les profanes, pour reprendre la terminologie à la mode. Les crédits consentis aux professionnels n appellent pas d observations particulières, sauf peut-être à rappeler la règlementation prudentielle applicable en la matière. Mais il n existe pas, à ma connaissance, de dispositions spécifiques qui règlementeraient ce type de crédits. C est essentiellement pour les consommateurs qu existe une règlementation. Cette dernière a, du reste, fait l objet d une modification récente, par une loi du 28 janvier 2005, dont le titre III avait précisément pour objet de libérer le crédit gratuit. Quelle formidable évolution quand on sait que le crédit à la 1

2 consommation n était certes plus considéré comme un procédé malsain de financement, mais continuait néanmoins à susciter une certaine méfiance. Pour autant, il me paraît excessif de considérer que cette règlementation a ouvert les vannes du surendettement. En effet, le nouveau dispositif qui vous sera présenté au cours de la table ronde comporte des mesures de nature à dissuader les établissements de crédits d abuser de cette liberté. C est donc au crédit à la consommation que nous allons réserver, pour l essentiel, les interventions qui vont suivre dans le cadre de cette table ronde. Nous avons prévu, de manière très classique, que chacun des intervenants fera part de son point de vue à la faveur d une courte intervention préalable. La première question qui se pose est, bien évidemment, de définir les différents concepts et donc de camper le décor. C est le professeur Thierry Bonneau qui se chargera de cette intervention. Non seulement parce que c est une tâche qui incombe à la doctrine mais, surtout, parce que tout le monde sait qu il est un fin connaisseur des questions de droit bancaire. Je lui cède sans attendre la parole, si nous voulons être en mesure de démêler le vrai du faux... Thierry BONNEAU, Professeur à l Université Paris II (Panthéon-Assas), Administrateur de l AEDBF-France. Le banquier est-il un philanthrope? Assurément non, car les crédits, qui sont au cœur de l activité bancaire, sont nécessairement à titre onéreux (1) : le banquier est rémunéré pour les crédits qu il consent. Dès lors, la question doit être posée : lorsque sont proposés aux clients des crédits gratuits, est-ce pour les tromper? Est-ce pour les attraper comme des mouches? Car si le crédit bancaire est forcément onéreux, on ne voit pas alors comment il peut être en même temps gratuit. Pourtant, le crédit gratuit existe : c est le crédit dont le coût intérêts et frais est supporté, non par l emprunteur mais par autrui, notamment par le vendeur (2). Aussi peut-on se demander s il porte bien son nom. Car le crédit gratuit l est certes pour l emprunteur, mais ni pour celui qui paie, ni pour le banquier qui le consent et dont la rémunération est prise en charge par le payeur. Et le crédit n est effectivement gratuit pour l emprunteur que si le prix du bien ou du service financé par ce crédit n a pas été augmenté. Car, en ce cas, le crédit n est gratuit que dans son intitulé. Mais il est vrai que les autorités veillent afin que cette gratuité ne soit pas uniquement un miroir aux alouettes! On l aura compris, le crédit gratuit suscite la suspicion car, s il est un moyen promotionnel pour attirer le client, il peut se révéler plus ou moins sérieux, plus ou moins loyal. La gratuité pour l emprunteur n est d ailleurs pas l apanage du seul crédit gratuit : elle caractérise (1) C. mon. fin., art. L Sur la définition de l opération de crédit telle qu elle résulte de ce texte, v. T. Bonneau, Droit bancaire, 6 e éd., 2005, Montchrestien, n s 50 et sq., p. 44. (2) V. G. Raymond, Crédit à la consommation, fasc. 940 : J.-Cl. Concurrence-consommation, n

3 également le prêt à taux zéro qui correspond à une avance remboursable à taux nul, l absence d intérêt ayant toutefois pour contrepartie une aide de l État (3), de sorte que le prêt à taux zéro a, comme le crédit gratuit, un coût supporté par autrui. On doit, dans le même temps, souligner que la gratuité n est que l un des moyens permettant d attirer la clientèle de sorte que le crédit gratuit ne saurait être confondu avec le crédit promotionnel que l on peut définir comme un crédit qui comporte un avantage, un attrait que les crédits ne comportent pas habituellement : cet avantage peut consister dans un taux promotionnel, qui n est pas par définition le taux du marché, mais un taux plus faible, un taux réduit ; l avantage peut être également une période de franchise de remboursement (4) ou encore un cadeau ou une prime, encore que cet avantage ne peut être consenti que conformément à la réglementation en vigueur (5), qui est assez restrictive. Les notions de crédit gratuit et promotionnel étant précisées, on doit relever que si le Code de la consommation (6) vise, en matière de publicité, le taux promotionnel, en revanche aucun texte ne définit les notions de crédit gratuit et de crédit promotionnel. Ce qui est sans inconvénient pour le crédit gratuit, mais regrettable pour le crédit promotionnel en raison des difficultés générées par les avantages autres que les taux réduits. On doit également souligner que les crédits gratuits et promotionnels ne sont réglementés que s ils sont consentis à des consommateurs, ce qui explique que la réglementation se situe dans le Code de la consommation : au sein du chapitre consacré au «Crédit à la consommation» (7), ce Code y consacre une section intitulée «Crédit gratuit» (8) pour y régir la publicité (9), le prix des biens et services financés par le crédit (10), et exiger que le crédit gratuit ou promotionnel fasse l objet d une offre préalable distincte de l offre portant sur le crédit onéreux (11). Ces dispositions attirent doublement l attention. Tout d abord parce qu elles prévoient que le vendeur doit «proposer un prix pour paiement comptant inférieur à la somme proposée pour l achat à crédit» (12). Est-ce à dire que le consommateur supporte en fait le coût du crédit réputé gratuit? Sans doute non car la réponse (3) Cette aide a pris la forme, selon les époques, d une subvention ou d un crédit d impôt : v. E. Huet, Aide de l Etat au logement prêt à 0 % : J.-Cl. Contruction Urbanisme, fasc. 645, n s 38 et sq., et la mise à jour. (4) Ce que vise l article L du Code de la consommation. (5) Sur la réglementation des primes et cadeaux, J.-J. Biolay, Ventes promotionnelles, Offres d avantages autres que les prix, fasc : J.-Cl. Contrats Distribution, n s 2 sq. (6) C. consom., art. L (7) C. consom., art. L sq. (8) C. consom., art. L à L (9) C. consom., art. L et L (10) C. consom., art. L (11) C. consom., art. L (12) C. consom., art. L ; v. également art. L qui fait référence au «montant de l escompte consenti en cas de paiement comptant». 3

4 contraire ne serait pas alors en harmonie avec la disposition (13) selon laquelle la publicité comportant la mention «crédit gratuit» doit préciser «qui prend en charge le coût du crédit consenti gratuitement au consommateur». On peut alors être tenté d expliquer cette disposition par la volonté de ne pas pénaliser les consommateurs qui paient au comptant en les faisant bénéficier d un avantage comparable à la gratuité du crédit. On peut rester toutefois sceptique sur cet argument, et plus généralement, sur le crédit gratuit, car rien n est gratuit dans notre société : tout se paie. Car nécessairement l avantage consenti est récupéré, d une façon ou d une autre, par celui qui le consent. Car il n est pas le père Noël! Ensuite, parce que les dispositions précitées ont été modifiées par la loi «Chatel» du 28 janvier 2005 (14) qui a entendu libérer le crédit gratuit, afin de favoriser la consommation des ménages tout en l encadrant pour prévenir les risques de surendettement et éviter que le bénéficiaire d un crédit gratuit soit mis dans la quasi-obligation de contracter en même temps un crédit permanent, un crédit renouvelable, encore appelé crédit revolving (15). D ou l obligation, posée par l article L du Code de la consommation, d émettre deux offres préalables, l une pour le crédit gratuit ou promotionnel, l autre pour le crédit à titre onéreux (au taux du marché). Ce texte vise l ensemble des crédits gratuits ou promotionnels consentis concomitamment aux crédits à titre onéreux, et donc tant les crédits gratuits ou promotionnels liés à des achats effectués auprès des commerçants que ceux proposés par les établissements de crédit lors de l ouverture du compte où est inscrite la réserve d argent dont le consommateur peut disposer à son gré. On doit d ailleurs souligner que si le vendeur d un bien ou d une marchandise peut attirer le consommateur au moyen d un crédit gratuit, l organisme de crédit peut l attirer, indépendamment de tout contrat de vente ou de fourniture, au moyen d un taux promotionnel utilisable pendant une certaine durée, le taux au prix habituel prenant le relais à l expiration de la fenêtre promotionnelle. La promotion conduit aux mêmes questions que la gratuité : le crédit promotionnel en est-il réellement un si le taux promotionnel à 2 % laisse la place, à l issue de la fenêtre promotionnelle, à un taux de 15 ou 16 %? On nous rétorquera qu il ne s agit là que de méthode de vente et qu il n y a là rien de blâmable, ce qui est vrai car chacun doit être responsable et savoir dire non au crédit. Mais la gratuité, la promotion sont, pour certains consommateurs, des avantages immédiats qui les conduisent à faire l autruche, avec des lendemains qui déchantent s ils ont été trop imprudents, (13) C. consom., art. L (14) Loi n tendant à conforter la confiance et la protection du consommateur. (15) G. Raymond, Actualité législative en droit de la consommation : Contrats concurrence - Consommation, mars 2005, Étude 3, p. 8, spéc. n

5 voire capricieux, en voulant tout tout de suite. Doit-on alors interdire, encadrer les crédits promotionnels et gratuits? L usage du terme gratuit me paraît très critiquable et je pense que l on devrait, en raison de son impact psychologique et de son attrait, en interdire l usage sans interdire la prise en charge du coût du crédit par autrui. A fortiori, le crédit promotionnel doit être autorisé sans réserve. En revanche, il faut éduquer le consommateur afin qu il prenne conscience que tout crédit est une charge et qu il faut savoir user sans abuser des «bonnes choses». Mais bien sûr est-ce politiquement correct de faire une telle proposition à une époque où l on considère que l on doit consommer, encore et toujours, du crédit? Yves GÉRARD, Conseiller à la Cour de cassation en service extraordinaire. Je m attendais à ce que vous fassiez preuve de votre sentiment sur la question et je n ai pas été déçu. Je cède sans attendre la parole à Alain Gourio qui va exposer le point de vue des banques. Alain GOURIO, Vice-Président de l AEDBF-France, Responsable de la coordination juridique de BNP Paribas. C est moins le point de vue des banques que je souhaiterais exprimer, mais plutôt différentes observations personnelles permettant à la fois de faire un bref état des lieux de la pratique et de nourrir le débat. Dans quel contexte le crédit gratuit est-il, en fait, mis en œuvre en France? On peut préciser tout de suite que c est une pratique française. On rencontre effectivement du crédit promotionnel en Europe, mais le vrai crédit gratuit celui que vous avez parfaitement décrit n est pas pratiqué, à ma connaissance, dans les autres pays. Plus exactement, il ne l est qu au travers des filiales des banques françaises, qui, peu à peu, vous le savez, s étendent en Europe. C est un système français que nous sommes en train d exporter. Mais en France, je dirais que c est devenu un principe universel car les banques ne sont pas les seuls agents économiques à utiliser la technique du crédit gratuit. Aujourd hui, la gratuité est un moyen d action économique, sociale et commerciale. Moyen d action économique et sociale, je vise ici l intervention de l État avec le prêt à 0 % en matière d accession à la propriété. Les banques sont évidemment impliquées puisque ce sont elles qui distribuent le fameux crédit à taux zéro. Il ne s agit pas, à proprement parler, de crédit gratuit mais plutôt peut-être que l expression vous conviendra mieux, Monsieur le Professeur Bonneau d un crédit à 0 %. Ainsi que vous l avez bien rappelé, c est l État qui verse en fait les intérêts aux prêteurs. Dans l absolu, il est vrai que le crédit gratuit n existe pas. Vous avez tout à fait raison. Mais, lorsque l on regarde la relation contractuelle, c est-à-dire le contrat de prêt ou le contrat de crédit de façon plus générale, il y a bien un crédit à taux zéro. Quelles sont, en effet, les obligations de l emprunteur? Dans la configuration habituelle, il doit rembourser le capital et payer les intérêts. En l occurrence, il ne paye aucun intérêt. Il y a donc, soit prêt à taux zéro, soit crédit gratuit et, personnellement, l appellation qui est inscrite dans le 5

6 Code de la consommation ne me choque pas. Ce dispositif est utilisé pour favoriser des actions d accession à la propriété : il s agit d accession sociale à la propriété parce que, évidemment, tout le monde ne bénéficie pas du prêt à taux zéro. Des conditions de ressources ont été posées. Un nouveau système, construit sur le même modèle, existe depuis 2005 qui pourra peutêtre intéresser les jeunes dans l auditoire : c est le permis de conduire à 1 euro par jour, qui était limité à l automobile et qui vient d être étendu, par un décret du 17 septembre 2006, aux motos. Il repose exactement sur la même logique. La banque fait un crédit et l État lui verse les intérêts. Là encore, des conditions sont posées, mais uniquement des conditions d âge puisque tous les jeunes entre 16 et 25 ans peuvent y prétendre. La gratuité est aussi un instrument, et vous l avez souligné en le stigmatisant, de développement commercial. Il est exact que c est là un procédé dont usent à la fois les vendeurs, les prestataires de services et les banques, afin de dynamiser leurs activités. Les vendeurs recourent au crédit gratuit c est-à-dire la prise en charge par eux-mêmes des intérêts du prêt dans plusieurs cas de figure. D abord, pour lancer un nouveau produit, l argument du crédit gratuit étant, alors, un instrument de promotion commerciale. Dans d autres hypothèses, le crédit gratuit est utilisé dans certains secteurs d activité pendant les périodes de basses eaux, c est-à-dire les périodes où l activité commerciale est faible. Vous l avez compris, le crédit gratuit est une technique, qui, dans le domaine commercial, a également un champ d application très large. En effet, il est susceptible de s appliquer tant au financement professionnel qu au financement des particuliers. S agissant des financements à destination des professionnels, on pourrait évoquer la pratique très répandue des vendeurs de matériels agricoles : comme, pendant la période hivernale, on ne vend pas beaucoup de tracteurs ni de moissonneuses batteuses, le recours au crédit gratuit est fréquent. Il en va de même pour les matériels de travaux publics où le système de prise en charge des intérêts par le vendeur est une pratique très ancienne (une dizaine voire une vingtaine d années) et très au point. Elle s inscrit dans des accords de partenariat entre les banques et les vendeurs pour éviter, justement, le risque de dérive que vous avez souligné. C est une façon d essayer de relancer les ventes et de maintenir l activité économique. Il y a aussi le dispositif qui s applique en matière de crédit aux particuliers et qui est, on l a rappelé, bien encadré par le Code de la consommation. Le crédit gratuit et/ou promotionnel est couramment utilisé dans la grande distribution (les hypermarchés, les grandes surfaces spécialisées). Les professionnels recourent volontiers au système du «trois fois sans frais» que l on connait bien : on paie le prix d achat de son écran plat, étalé sur trois mois sans aucun frais, c est-à-dire sans payer d intérêt ; l intérêt étant versé par le vendeur directement à la banque. Le système, ancien et bien encadré juridiquement, ne semble pas créer de véritables difficultés en pratique, y compris sous l angle du contrôle administratif. Personnellement, je 6

7 pense que, malgré peut-être une légère ambiguïté de dénomination, c est une technique particulièrement intéressante pour l action économique et sociale. Philippe GUILLERMIN, Adjoint au Chef du Bureau Droit de la Consommation, DGCCRF. Pour faire suite aux propos de Monsieur le Professeur Bonneau et de Monsieur Gourio s il y a une forme de crédit gratuit qui fait l objet d un encadrement législatif, c est effectivement le crédit gratuit à la consommation. L objectif est évidemment de préserver les intérêts des emprunteurs-consommateurs, agissant pour des besoins purement privés. Je ne parlerai pas du crédit immobilier. L encadrement du crédit gratuit dans le Code de la consommation, dont Monsieur le Professeur Bonneau a rappelé les grandes lignes, n est pas nouveau. La réglementation remonte même à l origine de la législation sur le crédit qui date de Le dispositif a été modifié à différentes reprises, notamment dans le sens d une prévention du surendettement. Vous savez comme moi que, depuis la fin des années 80 et le début des années 90, la lutte contre le surendettement est une préoccupation majeure des pouvoirs publics. Ceux-ci se trouvent, du reste, confrontés à un défi : devoir concilier des dispositions législatives qui visent à prévenir le surendettement tout en favorisant le développement de la consommation considéré comme un élément moteur de la croissance. Or, la consommation passe par un accès facilité au crédit à la consommation. L équilibre est parfois difficile à trouver. En tout état de cause, les pouvoirs publics ont considéré que, pour cette forme de crédit particulier, qui est le crédit gratuit, il convenait, non pas de le déréguler totalement mais à tout le moins de lever, peut-être, certains obstacles. En effet, plusieurs règles qui encadraient ce type de crédit sont apparues inutilement restrictives et leur suppression n a pas semblé de nature à accroitre le phénomène du surendettement. Avec la loi «Chatel», le législateur n a pas entendu, à proprement parler, libéraliser totalement le crédit gratuit, mais a plutôt cherché à assouplir les conditions sa promotion, en autorisant, désormais, la publicité pour ce type d opération hors de lieux de vente. En effet, avant l entrée en vigueur du texte, la publicité sur le crédit gratuit n était autorisée que sur les lieux de vente ; son impact était donc limité. En revanche, était interdite la publicité hors des lieux de vente. Il est indéniable que, d un point de vue commercial, il y avait là un obstacle majeur au développement du crédit gratuit. Comme l a rappelé Monsieur le Professeur Bonneau, les autres dispositions qui encadrent la pratique du crédit gratuit et qui visent à s assurer que ce crédit soit effectivement gratuit, sont restées inchangées avec la loi «Chatel». Le texte a même cherché à distinguer clairement crédit gratuit et crédit onéreux : une même offre ne peut proposer à la fois un crédit gratuit et onéreux. Autrement dit, les deux formes de crédit doivent faire l objet de deux offres préalables, distinctes l une de l autre, de crédit. À la DGCCRF, nous nous sommes intéressés à l impact que pouvait avoir les mesures législatives inscrites dans le Code de la consommation sur la pratique du crédit gratuit. C est 7

8 pourquoi, au cours du quatrième trimestre 2005 et du premier trimestre 2006, nous avons procédé dans le cadre de ce que l on appelle nos programmes trimestriels d enquête, à des contrôles sur le terrain. Un des objectifs a été d essayer de déterminer si on constatait une recrudescence de la pratique du crédit gratuit, notamment par le biais de la publicité puisque, désormais, celle-ci était licite hors des lieux de vente. Nous avons aussi tenté de vérifier si le dispositif législatif celui qui était déjà en place avant la loi «Chatel», comme les mesures qui ont été prises avec la loi «Chatel» était respecté par les opérateurs économiques. Durant les périodes que je viens d indiquer, 275 contrôles ont été pratiqués par 38 directions départementales. Généralement, nous procédons ainsi, sans mobiliser toutes les directions départementales dans le cadre des enquêtes qui figurent au titre de notre programme trimestriel d activité. Ces interventions se sont déroulées en différents lieux comme les hypermarchés. Bien évidemment, nous nous sommes exclusivement intéressés à la distribution de biens ou de services, dans certains secteurs plus ou moins ciblés, qui, avant les aménagements de la loi «Chatel», étaient des secteurs où, traditionnellement, se pratiquait ce type de crédit. Je pense notamment au secteur du meuble ainsi qu au secteur de l automobile. Nous avons également décidé d intervenir chez des enseignes spécialisées de la grande distribution, par exemple dans le domaine de l informatique, de l électroménager, de l équipement de la maison ainsi que chez des commerçants indépendants. Les conclusions auxquelles nous sommes arrivés sont de différents ordres. Tous d abord, nous n avons relevé aucune recrudescence du recours à la pratique du crédit gratuit. Il a même été, parfois, difficile de trouver dans les départements enquêtés, des exemples d offres publicitaires portant sur le crédit gratuit, que cette publicité soit réalisée dans la presse ou même par voie de prospectus ou panneaux d affichages. Nous avons essayé de déterminer la raison de ce manque d intérêt apparent, de la part des professionnels, pour cette technique, qui venait pourtant, avec la loi «Chatel», de faire l objet d un assouplissement notable. Il nous a été répondu que ce type de crédit demeurait onéreux pour les professionnels. Surtout, ce coût n était généralement pas compensé par un développement corrélatif de leur chiffre d affaires, en tout cas, pas suffisamment compensé pour que l opération devienne intéressante. En réalité, il semble que les opérations de crédit gratuit, généralement proposées, sont stipulées remboursables à court terme, alors que les particuliers, les consommateurs préfèrent souvent un crédit, certes à titre onéreux, mais s échelonnant sur un délai plus long. Manifestement, le caractère gratuit du crédit sur un laps de temps trop court n est pas de nature à séduire un nombre suffisant de consommateurs. À cela s ajoute aussi le fait que la capacité financière d un certain nombre de ménages ne leur permet pas, même si le crédit est gratuit, de rembourser des échéances qui peuvent être relativement importantes. Par ailleurs, il a été constaté que les professionnels avaient recours au crédit gratuit dans des cas très particuliers, dans la mesure où le crédit gratuit ne visait généralement pas une offre de produits très large. Au contraire, il s agissait souvent de produits assez ciblés. En tout cas, les offres de crédit gratuit étaient réservées aux clients réalisant un minimum d achat. Enfin, beaucoup de professionnels considèrent qu il est plus intéressent, pour 8

9 eux, de favoriser les formules de paiement en 3 ou 4 fois sans frais, c est-à-dire, pour des durées inférieures à 3 mois car, ainsi, ils échappent au formalisme légal. En effet, la législation française sur le crédit à la consommation ne s applique que dans la mesure où l opération est supérieure à 3 mois, qu elle soit à titre onéreux ou à titre gratuit, de sorte que, en deçà de 3 mois, le professionnel n a pas à se plier aux exigences du formalisme contractuel ni aux règles de publicité s appliquant pour tout crédit à la consommation supérieur à 3 mois. S agissant non plus de l appréciation que portent les professionnels et les distributeurs sur le crédit gratuit mais des constatations que nous avons faites au cours de notre enquête, il est apparu, d une manière générale, que l obligation de mentionner, dans les publicités, le montant de l escompte pour paiement comptant était correctement respectée, du moins en ce qui concerne les publicités faites par les grandes enseignes. En revanche, on a relevé que ce formalisme impératif était appliqué de manière moins rigoureuse par les commerçants indépendants. Ceux-ci se déclarent, d ailleurs, assez peu informés de l état de la législation. Néanmoins, les irrégularités les plus graves qui ont été constatées ont trait, pour l essentiel, à la publicité de nature à induire en erreur. En effet, il a été observé, dans un certain nombre de cas, que les difficultés portaient non pas sur le respect des règles encadrant techniquement le crédit gratuit (C. consom., art. L et art. L ), mais sur des questions liées aux publicités de nature à induire en erreur le consommateur (C. consom., art. L ). Les manquements les plus courants concernent des publicités qui n annonçaient pas clairement les conditions restrictives d application du crédit gratuit. En effet, le crédit gratuit ne concernait en réalité qu un produit bien particulier, alors que l annonce était présentée de façon à ce que le consommateur soit légitimement fondé à croire que l offre de crédit gratuit portait sur un nombre beaucoup plus important de produits. Je songe en particulier à ce concessionnaire automobile dont l offre de crédit gratuit ne concernait qu un seul type de véhicule, alors pourtant que la publicité laissait clairement entendre que la proposition de crédit portait sur la totalité de la gamme. Nous avons aussi détecté des offres de crédit gratuit accessibles seulement à partir d un minimum d achat, alors que cette condition essentielle n était pas précisée dans la publicité. Il s agissait, là encore, d une publicité de nature à induire en erreur. En revanche, nous avons rencontré assez peu de cas de publicités qui annonçaient un escompte dont le mode de calcul n était pas conforme aux exigences de la règlementation. Vous savez qu un tableau défini par décret permet de connaître le montant de l escompte qui doit être consenti au regard du nombre de points de crédit pris en charge par le vendeur. À ce propos, nous avons détecté quelques cas de publicités qui n annonçaient pas clairement que l escompte ne portait que sur la partie financée à crédit dans l hypothèse où il existait une possibilité de financement seulement sur une partie du prix, l autre partie étant réglée au comptant. Ainsi, les publicités irrégulières constatées ont donné lieu à 18 rappels de réglementation, 15 notifications d informations réglementaires et 5 procès-verbaux transmis au Parquet. 9

10 Un autre volet de l enquête concernait les conditions de mise en œuvre des opérations de crédit gratuit. Cela a permis d établir que, dans la grande distribution, les opérations de crédit gratuit étaient souvent réservées exclusivement aux détenteurs de carte de paiement du magasin. Cartes qui sont elles-mêmes associées à un crédit renouvelable ; ce qui revenait en définitive à faire bénéficier les consommateurs, titulaires de ce crédit renouvelable, de la possibilité d utiliser la réserve, que ce crédit renouvelable met à leur disposition, gratuitement, sans payer d intérêt, à tout le moins, pendant une certaine période ou à partir d un certain montant d achat ou pour l acquisition d un certain type de produit. La pratique devient cependant contestable, y compris dans les enseignes de la grande distribution, lorsqu elle s accompagne de conditions d octroi de l escompte ne respectant manifestement pas toutes les exigences légales. Nous avons notamment saisi une note de service dans une enseigne de la grande distribution qui recommandait de ne pas accorder ou de ne pas proposer l escompte aux clients payant comptant, alors que celui-ci est expressément rendu obligatoire par les textes du Code de la consommation. S agissant de cette question de l escompte, dix-neuf cas de nonconformité ont été relevés, donnant lieu à 9 rappels de réglementation, 7 notifications d informations réglementaires ; trois procès verbaux ont été dressés et transmis au procureur de la République. Au total, les contrôles effectués ont révélé un taux de non-conformité des opérations de crédit gratuit de l ordre de 20 %. Yves GÉRARD. Je vous remercie. Si je comprends bien, il y a peu ou pas de problèmes en matière de crédit gratuit car il y a peu ou pratiquement pas de publicité sur le crédit gratuit. Pour autant, des difficultés existent néanmoins, et notamment lorsqu il s agit de définir les différentes notions utilisées. S il est aisé de comprendre ce qu est le crédit gratuit, le crédit promotionnel pourra éventuellement susciter des interrogations quant à sa signification précise. Mais je ne suis pas là pour créer un contentieux. La question que je voulais poser est de savoir si le comportement du banquier est le même lorsqu il s agit de consentir un crédit gratuit ou un crédit onéreux. Alain GOURIO. Je suis d autant plus à l aise pour répondre qu il n y a aucune différence puisque, pour les banques, le crédit gratuit ne présente aucune véritable originalité : un capital est versé pour lequel on perçoit une rémunération. Bien entendu, il faut apprécier la capacité de remboursement de l emprunteur, mais les critères d analyse sont identiques à ceux utilisés en présence d un crédit classique. Il n y a donc pas de distinction ni de discrimination négative ou positive pour un crédit gratuit. 10

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

Crédit à la consommation et panneaux photovoltaiques non conformes

Crédit à la consommation et panneaux photovoltaiques non conformes Crédit à la consommation et panneaux photovoltaiques non conformes Actualité juridique publié le 18/01/2015, vu 1312 fois, Auteur : Laurent LATAPIE Avocat Il convient de s intéresser à un arrêt qui a été

Plus en détail

La loi Macron valide le prêt interentreprises

La loi Macron valide le prêt interentreprises La loi Macron valide le prêt interentreprises par Dominique Legeais, Professeur à l Université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité, Directeur du CEDAG Article paru dans la Revue trimestrielle de droit

Plus en détail

Les principaux crédits et les pièges à éviter

Les principaux crédits et les pièges à éviter Chapitre 1 Les principaux crédits et les pièges à éviter 1. Le crédit revolving Le crédit revolving (ou crédit permanent) est souvent vendu comme une réserve d argent permettant de financer des envies

Plus en détail

ATELIER DROIT DES CONTRATS, DE LA CONSOMMATION ET DU COMMERCE ELECTRONIQUE

ATELIER DROIT DES CONTRATS, DE LA CONSOMMATION ET DU COMMERCE ELECTRONIQUE ATELIER DROIT DES CONTRATS, DE LA CONSOMMATION ET DU COMMERCE ELECTRONIQUE Présidence : Martine Behar-Touchais, professeur à l Université Paris Descartes (Paris V) Les clauses abusives à l épreuve de la

Plus en détail

PUBLICITÉ ET CRÉDIT À LA CONSOMMATION. Les modifications apportées par la Loi du 1 er juillet 2010

PUBLICITÉ ET CRÉDIT À LA CONSOMMATION. Les modifications apportées par la Loi du 1 er juillet 2010 PUBLICITÉ ET CRÉDIT À LA CONSOMMATION Les modifications apportées par la Loi du 1 er juillet 2010 La Directive «crédit à la consommation» du 23 avril 2008 a été transposée par la loi n 2010-737 du 1 er

Plus en détail

Allocution d ouverture

Allocution d ouverture Allocution d ouverture Pierre SIMON Président de la Chambre de commerce et d industrie de Paris Mesdames, Messieurs, Chers amis, C est avec grand plaisir que je vous accueille aujourd hui à la Chambre

Plus en détail

Les Crédits et ouverture de crédit

Les Crédits et ouverture de crédit Les Crédits et ouverture de crédit Contexte général Besoin d une nouvelle voiture, votre machine à lessiver tombe en panne ou besoin d effectuer quelques travaux dans votre maison? De grosses dépenses

Plus en détail

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Âge Accès aux crédits à la consommation Recommandations L établissement de crédit X, filiale de F, a refusé d attribuer une carte de paiement adossée à une

Plus en détail

Les conditions de fond de l opération de crédit. Les conditions de fond de l opération de crédit

Les conditions de fond de l opération de crédit. Les conditions de fond de l opération de crédit Les conditions de fond de l opération de crédit Article juridique publié le 08/12/2012, vu 1538 fois, Auteur : Maître Joan DRAY Les conditions de fond de l opération de crédit La loi n 84-46 du 24 janvier

Plus en détail

A quoi sert une banque? corrigé 1 Le micro trottoir : «A quoi sert une banque?»

A quoi sert une banque? corrigé 1 Le micro trottoir : «A quoi sert une banque?» 1 Le micro trottoir : «A quoi sert une banque?» Lien avec la finance pour tous : à quoi sert une banque? (http:///-la-banque-a-quoi-ca-sert-.html) sur le site Synthèse commune sous forme de schéma ROLE

Plus en détail

LE PRET A TAUX REVISABLE

LE PRET A TAUX REVISABLE ADIL des Hauts de Seine Décembre 2007 L ADIL Vous Informe LE PRET A TAUX REVISABLE Accéder à la propriété d un bien immobilier suppose dans la très grande majorité des cas de recourir au crédit au prés

Plus en détail

La notion d opération de crédit islamique en droit français

La notion d opération de crédit islamique en droit français La notion d opération de crédit islamique en droit français Ibrahim Zeyyad Cekici Enseignant Chercheur Coresponsable du DU Finance Islamique Ecole de Management Strasbourg, Université de Strasbourg Ibrahim.cekici@unistra.fr

Plus en détail

Leçon 2. La formation du contrat

Leçon 2. La formation du contrat Objectifs : Connaître les différentes étapes de la formation du contrat de crédit à la consommation. Leçon 2 La formation du contrat Afin de responsabiliser l emprunteur la loi a voulu apporter à ce dernier

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

3. LES DISPOSITIONS JURIDIQUES ENCADRANT LE CRÉDIT RENOUVELABLE

3. LES DISPOSITIONS JURIDIQUES ENCADRANT LE CRÉDIT RENOUVELABLE 3. LES DISPOSITIONS JURIDIQUES ENCADRANT LE CRÉDIT RENOUVELABLE Selon le Code de la consommation, le crédit à la consommation couvre toute opération de crédit, ainsi que son cautionnement éventuel, consentie

Plus en détail

Réforme du crédit à la consommation Position de la CCIP

Réforme du crédit à la consommation Position de la CCIP Rapports et études Les prises de position de la Chambre de commerce et d industrie de Paris Réforme du crédit à la consommation Position de la CCIP Rapport de Monsieur Philippe HOUZÉ avec la collaboration

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

3. Un crédit à la consommation responsable

3. Un crédit à la consommation responsable 3. Un crédit à la consommation responsable Comité consultatif du secteur financier Rapport 2009-2010 49 Au cours de l exercice 2009-2010, le CCSF a suivi de près l évolution du texte de loi sur la réforme

Plus en détail

Obligations des sociétés du groupe

Obligations des sociétés du groupe 4 Obligations des sociétés du groupe 76 Le processus d élaboration d une intégration fiscale se réalise en deux temps. Dans une première étape, chaque société, y compris la société mère, va devoir : déterminer

Plus en détail

Comores. Entreprises de crédit différé

Comores. Entreprises de crédit différé Entreprises de crédit différé Loi n 52-332 du 24 mars 1952 [NB - Loi n 52-332 du 24 mars 1952 relative aux entreprises de crédit différé] Art.1.- Sont considérées comme entreprises de crédit différé, toutes

Plus en détail

Quelle rémunération pour les dépôts à vue? (EB) Professeur Didier MAILLARD Octobre 2004

Quelle rémunération pour les dépôts à vue? (EB) Professeur Didier MAILLARD Octobre 2004 Conservatoire National des Arts et Métiers Chaire de BANQUE Document de recherche n 10 Quelle rémunération pour les dépôts à vue? (EB) Professeur Didier MAILLARD Octobre 2004 Avertissement La chaire de

Plus en détail

SCP BARTHELEMY, MATUCHANSKY, VEXLIARD ; SCP CELICE, BLANCPAIN, SOLTNER, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP BARTHELEMY, MATUCHANSKY, VEXLIARD ; SCP CELICE, BLANCPAIN, SOLTNER, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 328655 Publié au recueil Lebon 9ème et 10ème sous-sections réunies M. Philippe Martin, président M. Philippe Josse, rapporteur M. Pierre Collin, rapporteur public SCP BARTHELEMY, MATUCHANSKY,

Plus en détail

Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010)

Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010) Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010) Frais excessifs, tarification difficilement compréhensible, les litiges entre les banques et leurs clients sont nombreux. Des

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993 Dans un contexte marqué par un repli général des taux d intérêt (d une fin d année à l autre, les taux directeurs ont baissé de près de 300 points

Plus en détail

Le Médiateur du Crédit Mutuel. Procédure d organisation de la fonction et des missions du Médiateur bancaire

Le Médiateur du Crédit Mutuel. Procédure d organisation de la fonction et des missions du Médiateur bancaire Le Médiateur du Crédit Mutuel Procédure d organisation de la fonction et des missions du Médiateur bancaire Cette procédure s applique aux Fédérations du Crédit Mutuel et à leurs filiales qui adhèrent

Plus en détail

Juin. Modernisation du Marché du Travail

Juin. Modernisation du Marché du Travail Juin Modernisation du Marché du Travail 2008 les fiches argumentaires du medef Les dispositions de l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2008, dont la mise en œuvre requiert un support législatif,

Plus en détail

Les modalités de la vente. La vente en l état Futur d achèvement - vefa. www.notaires.paris-idf.fr

Les modalités de la vente. La vente en l état Futur d achèvement - vefa. www.notaires.paris-idf.fr IMMOBILIER Les modalités de la vente La vente en l état Futur d achèvement - vefa www.notaires.paris-idf.fr Les modalités de la vente LA VENTE EN L état FUTUR D ACHèVEMENT VEFA La vente en l état futur

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 15 septembre 2011 N de pourvoi: 10-23837 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président Me Le Prado, SCP Célice, Blancpain et Soltner,

Plus en détail

COMMERCE INTERNATIONALE : OPERATION INTERNATIONALE

COMMERCE INTERNATIONALE : OPERATION INTERNATIONALE Mlle Bâ Aminata Master EI 2 ème année COMMERCE INTERNATIONALE : OPERATION INTERNATIONALE Année Universitaire 2009/2010 Mr Crapanzano 1 Sujet : Vous êtes analyste dans une banque, votre client est un intermédiaire,

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 325 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2008-2009 Annexe au procès-verbal de la séance du 7 avril 2009 PROPOSITION DE LOI tendant à prévenir le surendettement, PRÉSENTÉE Par MM. Michel MERCIER, Claude BIWER,

Plus en détail

Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice

Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice http://gfen.langues.free.fr Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice Maria-Alice Médioni Le projet, autrefois combattu, est aujourd hui à la mode. Il apparaît même incontournable dans la mesure où il

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change 2015-R-04 du 2 mars 2015 1. Contexte de la recommandation 2012-R-01 publiée le 6 avril 2012 Des établissements

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 6 mai 2014 N de pourvoi: 12-23608 ECLI:FR:CCASS:2014:C300610 Non publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président Me Le Prado, Me Spinosi,

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Études Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DÉCISIONS FINANCIÈRES Note de cours N 7

Plus en détail

2005/5479 - Procédure de délégation de service public de la fourrière pour automobiles - Désignation du délégataire

2005/5479 - Procédure de délégation de service public de la fourrière pour automobiles - Désignation du délégataire 2005/5479 - Procédure de délégation de service public de la fourrière pour automobiles - Désignation du délégataire ( Direction Régulation Urbaine) (BMO du 22/08/2005, p. 1395) Rapporteur : M. TETE Etienne

Plus en détail

(Document adopté par la Commission le 19 janvier 2006)

(Document adopté par la Commission le 19 janvier 2006) Bilan de l application de la recommandation de la Commission nationale de l informatique et des libertés du 29 novembre 2001 sur la diffusion de données personnelles sur Internet par les banques de données

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

Circulaire du 7 juillet 2009

Circulaire du 7 juillet 2009 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l économie, de l industrie et de l emploi NOR : ECEC0907743C Circulaire du 7 juillet 2009 concernant les conditions d application de l arrêté du 31 décembre 2008 relatif

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD/2013-85

Décision du Défenseur des droits n MLD/2013-85 Décision du Défenseur des droits n MLD/2013-85 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à la pratique d un établissement de crédit consistant à refuser l accès à ses crédits aux populations d

Plus en détail

Introduction : Bonne lecture!

Introduction : Bonne lecture! LA SOCIETE PAR ACTIONS SIMPLIFIEE PRESENTATION ET ANALYSE Dossier réalisé par M. Guy REVERT Enseignant en Economie & Gestion Université de Provence Page 2 sur 6 PRESENTATION DE LA SOCIETE PAR ACTIONS SIMPLIFIEE

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 14/05/2013 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 24 avril 2013 N de pourvoi: 12-14377 ECLI:FR:CCASS:2013:C100415 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président),

Plus en détail

La Commission de la concurrence (ci-après: Comco) a adopté le 21 octobre 2002 une

La Commission de la concurrence (ci-après: Comco) a adopté le 21 octobre 2002 une Wettbewerbskommission WEKO Commission de la concurrence COMCO Commissione della concorrenza COMCO Competition Commission COMCO Note explicative de la Commission de la concurrence se rapportant à la Communication

Plus en détail

On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir

On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir Dessins : Gérard Gautier - Création et réalisation : Esprit Graphique F. Fullenwarth - Impression : Hauts de Vilaine On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir Maison de la consommation et de l environnement

Plus en détail

La physionomie du droit de la consommation

La physionomie du droit de la consommation La physionomie du droit de la consommation INTRODUCTION 1 La définition du droit de la consommation Généralement, le droit de la consommation se définit comme l ensemble des règles dont le but est de protéger

Plus en détail

M_CONTRAN Contrats nouveaux

M_CONTRAN Contrats nouveaux M_CONTRAN Contrats nouveaux Présentation Le document M_CONTRAN recense, de manière exhaustive, les nouveaux contrats de crédit libellés en euros, conclus avec les particuliers, les sociétés non financières,

Plus en détail

Préparé par : Wafaa ELBARAKA Siham MOUATABIR Mariam ZAHIRI. encadré par : MME LIDDER

Préparé par : Wafaa ELBARAKA Siham MOUATABIR Mariam ZAHIRI. encadré par : MME LIDDER Préparé par : Wafaa ELBARAKA Siham MOUATABIR Mariam ZAHIRI encadré par : MME LIDDER 1-INTRODUCTION a- Définition du crédit b- Les fournisseurs de crédits aux particuliers c- L importance de l activité

Plus en détail

Les conséquences du changement de régime fiscal et social des PEL sur l épargne logement

Les conséquences du changement de régime fiscal et social des PEL sur l épargne logement Les conséquences du changement de régime fiscal et social des PEL sur l épargne logement Elisabeth FONTENY Direction des Études et Statistiques monétaires Service des Analyses et Statistiques monétaires

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 95-A-10 du 20 juin 1995 relatif à un projet de décret concernant la publicité pour les médicaments et certains produits à usage humain et modifiant le code de la santé publique

Plus en détail

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ :

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : LOI N 2010-737 DU 1ER JUILLET 2010 PORTANT RÉFORME DU CRÉDIT À LA CONSOMMATION SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : CHAPITRE II Publicité et information de l emprunteur Article

Plus en détail

SCP Peignot, Garreau et Bauer-Violas, SCP de Chaisemartin et Courjon, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Peignot, Garreau et Bauer-Violas, SCP de Chaisemartin et Courjon, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 26 septembre 2012 N de pourvoi: 11-12941 Publié au bulletin Rejet M. Charruault (président), président SCP Peignot, Garreau et Bauer-Violas, SCP

Plus en détail

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010)

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Réforme de la loi sur les crédits à la consommation (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Introduction Le crédit est utile et nécessaire à la vie des ménages. Ce

Plus en détail

D. n 2012 1243, 8 nov. 2012 : JO 9 nov. 2012, p. 17557

D. n 2012 1243, 8 nov. 2012 : JO 9 nov. 2012, p. 17557 JBB 2013 0047 Bulletin Joly Bourse, 01 mars 2013 n 3, P. 141 Tous droits réservés Droit financier 47. Commentaire Refonte du placement privé à la française et modification de la notion d investisseur qualifié

Plus en détail

SOMMAIRE AIDES AUX MENAGES

SOMMAIRE AIDES AUX MENAGES N 10 Juillet 2006 (Annule et remplace le n 18 de février1999 et la partie du n 22 de mai 1999 relatifs à la sécurisation des accédants 1%) SOMMAIRE AIDES AUX MENAGES LE PRET SECURI-PASS I/ GUIDE PRATIQUE

Plus en détail

REGLES RELATIVES A LA PUBLICITE ET AU PARRAINAGE SUR TV5MONDE

REGLES RELATIVES A LA PUBLICITE ET AU PARRAINAGE SUR TV5MONDE REGLES RELATIVES A LA PUBLICITE ET AU PARRAINAGE SUR TV5MONDE LES REGLES RELATIVES A LA PUBLICITE Constitue une publicité toute forme de message télévisé diffusé contre rémunération ou autre contrepartie

Plus en détail

Janvier 2012. La notion de blanchiment

Janvier 2012. La notion de blanchiment Cellule de Traitement des Informations Financières Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1 1060 Bruxelles Tél. : +32 2 533 72 11 Fax : +32 2 533 72 00 E-mail : info@ctif-cfi.be NL1156d La lutte contre le blanchiment

Plus en détail

réparation ou fabrication, transports, etc. Dans des cas semblables, vous pouvez souvent cocher également la case 29.

réparation ou fabrication, transports, etc. Dans des cas semblables, vous pouvez souvent cocher également la case 29. GUIDE RELATIF A LA TYPOLOGIE DE PROBLEMES ET DE DEMANDES DU CONSOMMATEUR Le présent guide fournit des explications concernant les différentes catégories de problèmes et de demandes du consommateur, ainsi

Plus en détail

Petit guide pratique du taux d endettement

Petit guide pratique du taux d endettement Petit guide pratique du taux d endettement Sommaire 1. Le taux d endettement, c est quoi? 2. Comment calculer votre taux d endettement? 3. Pourquoi évaluer votre taux d endettement? 4. L intérêt du calcul

Plus en détail

Droit de la consommation : Bilan des nouveautés de 2014

Droit de la consommation : Bilan des nouveautés de 2014 Droit de la consommation : Bilan des nouveautés de 2014 La fin de l année approche et avec elle ses bilans et autres rétrospectives. Pour l ULC, c est l occasion de faire le point et d informer les consommateurs

Plus en détail

ETUDE AUPRÈS DE PERSONNES EN SITUATION DE SURENDETTEMENT

ETUDE AUPRÈS DE PERSONNES EN SITUATION DE SURENDETTEMENT ASSOCIATION CRESUS ETUDE AUPRÈS DE PERSONNES EN SITUATION DE SURENDETTEMENT - Synthèse de l'institut CSA - N 1101469 Octobre 2011 2, rue de Choiseul BP 6571 75065 Paris cedex 02 CSA Politique-Opinion Tél.

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 18/01/2011 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 6 janvier 2011 N de pourvoi: 09-70651 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP Vincent et

Plus en détail

Guide des opérations promotionnelles

Guide des opérations promotionnelles Guide des opérations promotionnelles Ce guide a vocation à faire le point sur les différentes opérations promotionnelles que peuvent rencontrer les consommateurs, préciser leur spécificité et présenter

Plus en détail

IR Crédit d'impôt sur les intérêts d'emprunt afférent à l'habitation principale Prêts ouvrant droit au crédit d'impôt

IR Crédit d'impôt sur les intérêts d'emprunt afférent à l'habitation principale Prêts ouvrant droit au crédit d'impôt Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-IR-RICI-350-10-30-20140113 DGFIP IR Crédit d'impôt sur les intérêts d'emprunt

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 22 mai 2013 N de pourvoi: 12-17651 ECLI:FR:CCASS:2013:CO00514 Non publié au bulletin Rejet M. Espel (président), président SCP Delaporte, Briard

Plus en détail

PLUS DE DROITS ET PLUS DE CHOIX POUR LE CONSOMMATEUR. Plus d informations sur la loi Consommation : mars 2015

PLUS DE DROITS ET PLUS DE CHOIX POUR LE CONSOMMATEUR. Plus d informations sur la loi Consommation : mars 2015 Plus d informations sur la loi Consommation : www.loiconso.gouv.fr #LoiConso VOITURE CONSOMMATION RESPONSABLE QUALITÉ & TRAÇABILITÉ CARTE DE FIDÉLITÉ ON LITIGES OFF LUTTE CONTRE LE SURENDETTEMENT SANTÉ

Plus en détail

Le Groupe DELACHAUX se développe depuis plus de cent ans dans des métiers variés où il a su devenir un acteur respecté et incontournable.

Le Groupe DELACHAUX se développe depuis plus de cent ans dans des métiers variés où il a su devenir un acteur respecté et incontournable. CODE D ETHIQUE Groupe DELACHAUX «L engagement du Groupe DELACHAUX» : Respect des lois et Ethique professionnelle Le Groupe DELACHAUX se développe depuis plus de cent ans dans des métiers variés où il a

Plus en détail

COURS DE DROIT DU CREDIT

COURS DE DROIT DU CREDIT COURS DE DROIT DU CREDIT BIBLIOGRAPHIE : - Sophie Sabatier : Droit du crédit, 2007, 1 ère Edition ; - Fodé Ndiaye : Micro-finance en Afrique de l Ouest ; - Ousseynou Sow : la sécurisation des engagements

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

CONSEIL DE LA REGION DE BRUXELLES-CAPITALE. Bulletin des interpellations et des questions orales

CONSEIL DE LA REGION DE BRUXELLES-CAPITALE. Bulletin des interpellations et des questions orales CONSEIL DE LA REGION DE BRUXELLES-CAPITALE Bulletin des interpellations et des questions orales Commission du logement et de la rénovation urbaine REUNION DU MARDI 23 AVRIL 2002 Conseil de la Région de

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Bien organiser votre assemblée générale (Dossier réalisé par Michèle Lorillon, In Extenso Octobre 2011) Quelles sont les obligations à respecter pour une bonne gouvernance

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Informations financières sur le fonds de stabilisation

Informations financières sur le fonds de stabilisation Informations financières sur le fonds de stabilisation SNB StabFund Société en commandite de placements collectifs (fonds de stabilisation) constitue, avec ses filiales, un placement collectif fermé au

Plus en détail

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS de meubles incorporels (aussi appelée saisie-arrêt) est une procédure au moyen de laquelle il est possible pour un créancier d appréhender les biens dématérialisés constituant le patrimoine de son débiteur

Plus en détail

QUESTIONNAIRE A. Questions d ordre général

QUESTIONNAIRE A. Questions d ordre général QUESTIONNAIRE A. Questions d ordre général (a) Base juridique: veuillez indiquer la base juridique applicable aux mesures mises en œuvre conformément au cadre temporaire. L aide sous forme de garanties

Plus en détail

Commission nationale de l informatique et des libertés. Paris, le 10 novembre 2005

Commission nationale de l informatique et des libertés. Paris, le 10 novembre 2005 Commission nationale de l informatique et des libertés Paris, le 10 novembre 2005 Document d orientation adopté par la Commission le 10 novembre 2005 pour la mise en œuvre de dispositifs d alerte professionnelle

Plus en détail

Chapitre 1 : Les clés pour communiquer avec votre banquier

Chapitre 1 : Les clés pour communiquer avec votre banquier 5 Introduction Les Directeurs de la banque avaient développé les principes suivants au milieu des années 70 : La décision de crédit doit être conditionnée par votre appréciation : d abord et avant tout,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 28/02/2015 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 29 octobre 2014 N de pourvoi: 13-23113 ECLI:FR:CCASS:2014:C101262 Non publié au bulletin Rejet Mme Batut (président), président SCP

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : chambre commerciale Audience publique du 26 octobre 2010 N de pourvoi: 09-71404 Publié au bulletin Rejet Mme Favre (président), président Me Spinosi, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

sommaire 09 13 19 25 29

sommaire 09 13 19 25 29 ÉDITION 2012 sommaire 09 13 19 25 29 Introduction La loi n 31-08 édictant des mesures de protection du consommateur a Aux termes de la loi, les droits garantis aux consommateurs sont : été publiée au bulletin

Plus en détail

ENQUETE AFDCC 2014 SUR LES COMPORTEMENTS

ENQUETE AFDCC 2014 SUR LES COMPORTEMENTS ENQUETE AFDCC 2014 SUR LES COMPORTEMENTS DE PAIEMENT DES ENTREPRISES RESULTATS DE LA 12 EME EDITION L Association Française des Credit Managers et Conseils présente la 12 ème édition de son enquête annuelle.

Plus en détail

L essentiel sur. Le crédit à la consommation

L essentiel sur. Le crédit à la consommation L essentiel sur Le crédit à la consommation Prêt personnel Prêt affecté Crédit renouvelable Qu est ce que c est? Le crédit à la consommation sert à financer l achat de biens de consommation (votre voiture,

Plus en détail

UNE ÉVALUATION DU SEUIL DE RENTABILITÉ DE LA PRODUCTION DE CRÉDIT

UNE ÉVALUATION DU SEUIL DE RENTABILITÉ DE LA PRODUCTION DE CRÉDIT UNE ÉVALUATION DU SEUIL DE RENTABILITÉ DE LA PRODUCTION DE CRÉDIT Le seuil de rentabilité de la production de crédit est défini comme le taux en deçà duquel les établissements vendraient à perte leur production

Plus en détail

Décisions n 2014-6 LOM du 7 novembre 2014. Dispositions du droit de la propriété intellectuelle applicables en Polynésie française

Décisions n 2014-6 LOM du 7 novembre 2014. Dispositions du droit de la propriété intellectuelle applicables en Polynésie française Commentaire Décisions n 2014-6 LOM du 7 novembre 2014 Dispositions du droit de la propriété intellectuelle applicables en Polynésie française Le Conseil constitutionnel a été saisi le 18 août 2014, par

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Droit des marchés publics

Droit des marchés publics série 1 - champ D application Du code Des marchés publics et principes fondamentaux 1. la notion de La MarChÉ notion de public marché public Le Code des marchés publics de 2006 distingue, en les intégrant

Plus en détail

Carrefour Réflexions. // Le rapport spécial du commissaire. aux comptes sur les conventions et engagements réglementés // Décembre 2011 - n 84

Carrefour Réflexions. // Le rapport spécial du commissaire. aux comptes sur les conventions et engagements réglementés // Décembre 2011 - n 84 Carrefour Réflexions Décembre 2011 - n 84 L essentiel // Le rapport spécial du commissaire aux comptes sur les conventions et engagements réglementés // Francine Bobet, Présidente de la Commission Nationale

Plus en détail

www.economie.gouv.fr Paris, le 19 mars 2014 N 1156

www.economie.gouv.fr Paris, le 19 mars 2014 N 1156 PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES www.economie.gouv.fr Paris, le 19 mars 2014 N 1156 Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances Conférence de presse sur

Plus en détail

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes 13 septembre 2005 GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes Ce glossaire a été élaboré sous l égide du CCSF. Il est conçu à des fins purement informatives, et destiné à vous aider à comprendre les termes

Plus en détail

AUCUN LIEN DE DÉPENDANCE AVEC LES FOURNISSEURS

AUCUN LIEN DE DÉPENDANCE AVEC LES FOURNISSEURS V L es conflits d intérêts Il y a «conflit d intérêts» lorsque vos intérêts personnels nuisent de quelque façon que soit aux intérêts de la Société. Une situation peut être conflictuelle lorsque vous prenez

Plus en détail

Le crédit documentaire PRESENTEE PAR :

Le crédit documentaire PRESENTEE PAR : Le crédit documentaire PRESENTEE PAR : Introduction 1. Définition: Le crédit documentaire est un arrangement bancaire pour le règlement des transactions commerciales internationales. Plus précisément,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 09/11/2012 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 18 février 2009 N de pourvoi: 05-16774 Non publié au bulletin Cassation M. Bargue (président), président Me Blondel, SCP Waquet,

Plus en détail

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Chapitre 9 Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Savoir utiliser son argent est un art et un art qui paie. Comme toutes les ressources, l argent peut être utilisé à bon ou

Plus en détail

le Fichier central des chèques (FCC) et le Fichier national des chèques irréguliers (FNCI),

le Fichier central des chèques (FCC) et le Fichier national des chèques irréguliers (FNCI), Le rôle du Fichier central des chèques et du Fichier national des chèques irréguliers Note d information La Banque de France a reçu du législateur la mission de «veiller au bon fonctionnement et à la sécurité

Plus en détail

SYSTEMES FINANCIERS ET MONETAIRES. Chapitre II : LE MARCHE DE LA MONNAIE PLAN

SYSTEMES FINANCIERS ET MONETAIRES. Chapitre II : LE MARCHE DE LA MONNAIE PLAN Université d Auvergne, Clermont I Faculté de Sciences économiques et de gestion 2 ème année de DEUG Cours de Mr Diemer Arnaud SYSTEMES FINANCIERS ET MONETAIRES Chapitre II : LE MARCHE DE LA MONNAIE PLAN

Plus en détail

Autorité des Marchés Financiers, 37 rue des Mathurins, 17 Place de la Bourse, 75002 Paris. 75008 Paris contactcom@amf-france.org

Autorité des Marchés Financiers, 37 rue des Mathurins, 17 Place de la Bourse, 75002 Paris. 75008 Paris contactcom@amf-france.org CFA France Autorité des Marchés Financiers, 37 rue des Mathurins, 17 Place de la Bourse, 75002 Paris 75008 Paris contactcom@amf-france.org le 7 septembre 2012 CFA France remercie l Autorité des Marchés

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail