Guinée Equatoriale Juridique & Fiscal

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Guinée Equatoriale Juridique & Fiscal"

Transcription

1 Guinée Equatoriale Juridique & Fiscal Lettre trimestrielle d'informations juridiques et fiscales 2ème trimestre 2005 Audit.Tax.Consulting.Financial Advisory.

2 Dans ce numéro, Vous retrouverez notre chronique de droit des affaires OHADA ainsi que nos chroniques fiscale et sociale. Si vous souhaitez des compléments d information, les coordonnées de nos professionnels sont disponibles à la fin de ce numéro. Sommaire Chronique de droit des affaires Le rôle et la mission du commissaire aux comptes 3 Chronique fiscale Principales questions soulevées lors du séminaire fiscal de Mongomo 11 Chronique sociale Le droit aux congés 16 Echéancier fiscal et social Obligations du mois de Juillet 21 Obligations du mois d Août 21 Obligations du mois de Septembre 22 Contact chez Deloitte 23 Page 2 of 23

3 Chronique de droit des affaires Le rôle et la mission du commissaire aux comptes Jean-Pierre Bozec Jean-Pierre Bozec est Associé en charge des activités juridiques et fiscales des bureaux de Deloitte à Malabo et Libreville. Synthèse L Acte Uniforme a, sur un plan général, renforcé l ensemble des procédures de contrôle des organes de gestion des sociétés commerciales, notamment en étendant le rôle et la mission du Commissaire aux comptes. Avocat de formation, il dispose d une expérience de plus de 10 ans en Afrique Centrale dans les domaines du droit des affaires, du droit social, fiscal et douanier. Conditions d exercice de la fonction de Commissaire aux comptes Qualifications requises :. fonction réservée aux experts comptables (art.695 et 696 de l A.U.), choisis sur la liste de l Ordre ou sur une liste établie par une commission. Aucun Ordre des experts comptables n existant en Guinée Equatoriale et aucune commission n ayant été mise en place, le choix se limite aux experts comptables agréés CEMAC dûment habilités par les autorités de tutelle. Nomination dans les SA :. obligation de nommer un Commissaire aux comptes titulaire et un Commissaire aux comptes suppléant. durée du mandat : à la constitution pour 2 exercices ou en cours de vie sociale pour 6 exercices.. pour les SA faisant appel à l épargne publique, obligation de nommer deux titulaires et deux suppléants. Nomination dans les SARL :. obligation de nommer un Commissaire aux comptes si la société remplie l une ou l autre des conditions suivantes : * capital social supérieur à F. CFA, * chiffre d affaires annuel supérieur à F. CFA, * effectif permanent supérieur à 50 personnes. Nature et étendue du rôle du Commissaire aux comptes Mission permanente :. Mission de contrôle sur les valeurs et les documents comptables :. Droit de communication sur place de tous contrats, documents comptables, registres des procès-verbaux ; il ne peut se voir opposer le secret professionnel. Missions spécifiques ou ponctuelles :. contrôle portant sur le bilan et les comptes annuels présentés aux actionnaires ;. suivi des conventions réglementées ;. contrôle du mode de fonctionnement de la société. Trois obligations s imposent au Commissaire dans le cadre de l exercice du contrôle : devoir d information : information des dirigeants sociaux et des actionnaires des faits découverts lors de ces investigations. Page 3 of 23

4 - à l égard des dirigeants sociaux : rapport rendant compte de l exécution de sa mission et de ses conclusions, préalablement à l arrêté des comptes annuels (art.715) ; - à l égard des actionnaires : ce devoir se matérialise par différents rapports que ce soit à l attention de l Assemblée Générale Ordinaire ou Extraordinaire. devoir de dénonciation : obligation faite au Commissaire d informer le Ministère public des faits délictueux qu il aurait pu découvrir (art.716). Sanction pénale en cas de non dénonciation. devoir d alerte : procédure prévue pour alerter les dirigeants sociaux et actionnaires des faits de nature à compromettre la continuité de l exploitation (art. 153). Demande d explication adressée aux dirigeants et demande de convocation de l Assemblée pour information des risques encourus. Fin du mandat du Commissaire aux comptes Pas de possibilité pour l Assemblée de démettre le Commissaire aux comptes qu elle a nommé. Arrivée du terme du mandat : Intervient à l issue de l Assemblée Générale qui statue sur le dernier exercice du mandat. Dans le cas d omission du renouvellement du mandat celui-ci se proroge jusqu à la prochaine Assemblée Générale Ordinaire annuelle. Empêchement, démission ou décès : Dans le cas d empêchement : suspension du mandat, Dans le cas de démission ou de décès : fin du mandat. Les fonctions sont exercées par le Commissaire aux comptes suppléant jusqu à la cessation de l empêchement ou jusqu à l expiration du mandat. Récusation : Procédure judiciaire permettant de mettre fin aux fonctions du Commissaire dans les trente jours à compter de sa date de nomination par l Assemblée ; ne pouvant être utilisée que dans des cas restreints ; procédure ouverte à un ou plusieurs actionnaires représentant au moins le 1/10ème du capital et Ministère public ; ne s applique pas quand le Commissaire est nommé lors de la constitution de la société. Révocation : Cette procédure qui peut être exercée à tout moment, suppose l empêchement du Commissaire ou une faute de celui-ci ; procédure ouverte à un ou plusieurs actionnaires représentant au moins le 1/10ème du capital, à l Administrateur Général, au Conseil d Administration ou au Ministère Public ; en cas d aboutissement de la procédure remplacement par le suppléant. Page 4 of 23

5 Exposé L'Acte Uniforme relatif au Droit des Sociétés Commerciales a, sur un plan général, renforcé l'ensemble des procédures de contrôle des organes de gestion des sociétés commerciales. L'un des moyens utilisé a été d'étendre le rôle et la mission du Commissaire aux comptes dans les sociétés commerciales. Nous examinerons, tout d abord, les conditions d exercice de la fonction de Commissaire aux comptes (I), et ensuite la nature et l étendue des missions de contrôle qui sont dévolues au Commissaire aux comptes (II). 1. Les conditions d exercice de la fonction de Commissaire aux comptes Nous aborderons successivement les qualifications que doivent avoir les personnes appelées à exercer ces fonctions (1.1), les modalités de leur nomination (1.2) et la durée de leur mandat (1.3), respectivement dans les Sociétés Anonymes et les Sociétés à Responsabilité Limitée Qualifications requises Selon les articles 695 et 696 de l Acte Uniforme, seuls les experts comptables peuvent exercer les fonctions de Commissaire aux comptes. Ils doivent être choisis parmi les membres de l Ordre, s il en existe un ou, à défaut, parmi les experts comptables inscrits sur une liste établie par une commission siégeant auprès de la Cour d Appel du siège de la société. La nomination en qualité de Commissaire aux comptes d une personne ne répondant pas à ces critères entraîne la nullité des délibérations des Assemblées statuant sur son ou ses rapports. Ces fonctions sont par ailleurs interdites à toute personne ayant des liens familiaux ou financiers avec les dirigeants sociaux de la société qu ils sont appelés à contrôler. Elles sont incompatibles avec toute activité susceptible de porter atteinte à son indépendance. Dans la pratique, en l absence d Ordre des experts comptables et de commission adhoc, il apparaît que seuls les experts comptables titulaires d un agrément CEMAC et dûment habilités par les autorités de tutelle peuvent être nommés en qualité de Commissaire aux comptes dans les sociétés Le cas des Sociétés Anonymes La nomination d un Commissaire aux comptes dans une société anonyme n est pas une obligation nouvelle. Elle existait bien avant la promulgation de l Acte Uniforme. Ce qui est nouveau, par contre, c est celle de nommer, à côté du Commissaire aux comptes titulaire, un Commissaire aux comptes suppléant chargé de remplacer le titulaire en cas d absence ou d empêchement. Il convient par ailleurs de noter que, s agissant des sociétés faisant appel à l épargne publique, celles-ci sont tenues de désigner deux Commissaires aux comptes titulaires et deux suppléants. Par ailleurs, dans le souci d améliorer l efficacité du contrôle grâce à une meilleure connaissance des dossiers, la durée du mandat des Commissaires aux comptes (titulaire et suppléant) a été portée de : Page 5 of 23

6 un exercice à deux lors de la nomination intervenant à la constitution ; trois exercices à six lorsque la nomination est faite en cours de vie sociale Le cas des Sociétés A Responsabilité Limitée Un Commissaire aux comptes doit être nommé, pour une durée de trois exercices, dès lors que la société remplie l une ou l autre des trois conditions suivantes : un capital social supérieur à F. CFA ; un chiffre d affaires annuel supérieur à F. CFA ; un effectif permanent supérieur à 50 personnes. 2. La nature et l étendue du contrôle du Commissaire aux comptes La mission du Commissaire aux comptes est définie comme une mission permanente de contrôle sur les valeurs et les documents comptables de la société, des sociétés mères et des filiales et non plus comme seulement un contrôle de l exactitude et la véracité des comptes annuels (2.1). D autre part, il lui est attribué des missions spécifiques et ponctuelles (2.2) Mission permanente A ce titre, le Commissaire aux comptes se voit reconnaître le droit de se faire communiquer sur place tous contrats, livres, documents comptables et registres des procès-verbaux appartenant à ces sociétés. Il peut également recueillir toutes informations utiles auprès des tiers mandataires de la société qui ont accompli des opérations pour le compte de la société. Dans ce cas, le Commissaire aux comptes ne peut exiger la communication de ces pièces, à moins qu une décision du Président de la juridiction compétente, statuant à bref délai, lui en donne l autorisation. Dans le cadre de ses investigations, le Commissaire aux comptes ne peut se voir opposer le secret professionnel, à l exception des auxiliaires de justice et toute entrave à l exercice de ses fonctions (obstacle aux vérifications ou aux contrôles, refus de communiquer des pièces) est sanctionné pénalement. Enfin, pour cette mission permanente de contrôle, le commissaire peut se faire assister ou représenter par des experts ou des collaborateurs qu il aura choisis et fait connaître nommément à la société. Outre cette mission permanente, d autres types de contrôles doivent désormais être exercés par le Commissaire aux comptes Missions spécifiques ou ponctuelles On peut les classer en 3 catégories distinctes : a) Contrôle portant sur le bilan et les comptes annuels présentés aux actionnaires : Cette mission vise à : vérifier les valeurs et documents comptables de la société ; contrôler la conformité de la comptabilité de la société avec les règles en vigueur ; Page 6 of 23

7 vérifier la sincérité et la concordance avec les états financiers de synthèse, des informations données dans le rapport de gestion du conseil d administration ou dans les documents sur la situation financière et les états financiers adressés aux actionnaires. L Acte Uniforme portant droit comptable a étendu son rôle, puisque le Commissaire aux comptes doit désormais : vérifier l annexe ; vérifier les comptes consolidés ou les comptes combinés, les pouvoirs d investigation du Commissaire aux comptes de la société consolidante s étendant à l ensemble des entreprises comprises dans la consolidation ; vérifier l information donnée lors des changements de méthode et de référentiel comptables. Dans le but d améliorer ces contrôles, le délais de mise à disposition de l inventaire, du bilan et des comptes pertes et profits, a été porté à 45 jours contre 40 antérieurement. b) Suivi des conventions réglementées Les conventions concernées (art. 438) sont celles conclues directement ou par personnes interposées entre la société et l un de ses administrateurs, directeurs généraux ou directeurs généraux adjoints, qu ils soient administrateurs ou non, ou avec une entreprise ou toute autre personne morale dont ils seraient propriétaires, associés, indéfiniment responsable, ou dirigeants. Le Commissaire aux comptes, informé par le Président du Conseil, le Président Directeur Général ou l Administrateur Général, doit s assurer sous sa responsabilité (art. 441) du respect de la procédure relative à ces conventions et dénoncer à l Assemblée des actionnaires, toute irrégularité ou violation des dispositions légales. Soulignons que cette procédure n est pas applicable aux conventions portant sur des opérations courantes conclues à des conditions normales. Elle doit, par contre, être suivie s agissant des rémunérations exceptionnelles allouées par le Conseil d Administration à certains de ses membres (art.432). Enfin, le Commissaire a également obligation (art. 525) de certifier le montant global des rémunérations servies aux cinq ou dix principaux dirigeants sociaux et salariés dans un état qui doit être tenu à la disposition des actionnaires au cours des quinze jours précédant l Assemblée Générale Ordinaire Annuelle. c) Contrôle du mode de fonctionnement de la société Dans le cadre de cette mission, le Commissaire aux comptes devra s assurer du respect de l égalité entre les actionnaires et notamment que toutes les actions d une même catégorie bénéficient des mêmes droits (droit au dividende, droit préférentiel de souscription, droit d attribution d actions nouvelles ou de droits de souscription, droit d accès aux assemblées, droit de communication, droit de vote, etc). En ce domaine, l Acte Uniforme étend et précise une mission du même ordre en cas d abandon du droit préférentiel de souscription. L Acte Uniforme conforte le principe de l interdiction pour le Commissaire aux comptes de s immiscer dans la gestion de la société et de remettre en cause les décisions de gestion. 3. Les suites du contrôle A l issue de ses investigations, le Commissaire aux comptes est tenu, selon les résultats de ces dernières, à un devoir d information (3.1), un devoir de dénonciation (3.2) en cas de faits délictueux et à un devoir d alerte en cas de difficultés (3.3). Page 7 of 23

8 Afin d exercer au mieux ces obligations, le Commissaire aux comptes est obligatoirement convoqué : à toute réunion du Conseil d Administration, par l Administrateur Général, lorsqu il arrête les comptes de l exercice, à toute réunion de l Assemblée Générale des actionnaires. Il ne peut être dérogé à ces obligations sous peine de sanctions pénales. Outre sa présence aux différentes réunions des organes sociaux, le Commissaire aux comptes se voit reconnaître le droit de convoquer lui-même l Assemblée Générale Ordinaire après avoir requis, sans succès, celle du Conseil d Administration ou, en cas d Administrateur Général, une réunion avec ce dernier Le devoir d information C est la mission traditionnelle du Commissaire aux comptes. Il consiste à porter à la connaissance des dirigeants sociaux et des actionnaires les faits découverts au cours de ses investigations. A l égard des dirigeants sociaux, il se matérialise par un compte rendu sur les modalités d exécution de sa mission et ses conclusions, compte rendu remis au Président du Conseil d Administration ou à l Administrateur Général préalablement à l arrêt des comptes annuels et suggérant, éventuellement, des modifications ou corrections à apporter au bilan avant l arrêté des comptes (art 715). A l égard de l Assemblée Générale Ordinaire annuelle des actionnaires, le devoir d information se matérialise par : un rapport sur les comptes de l exercice, certifiant (avec ou sans réserve) la régularité et la sincérité des états financiers et rendant compte des modalités d exécution de sa mission, un rapport spécial, portant sur les conventions soumises à autorisation, un état indiquant et certifiant les rémunérations des dirigeants et salariés les mieux rémunérés de la société, et le cas échéant, un rapport spécial sur les rémunérations exceptionnelles décidées par le Conseil d Administration, un rapport sur l acquisition par la société d un bien appartenant à un actionnaire, un rapport spécial si la continuité de l exploitation demeure compromise. Ces rapports doivent être tenus à la disposition des actionnaires au siège social 15 jours au moins avant la date de l Assemblée Générale. S agissant de l Assemblée Générale Extraordinaire, le devoir d information se traduit par l établissement de rapports spéciaux : rapport sur l abandon du droit préférentiel de souscription en cas d augmentation de capital dont la souscription est réservée, rapport certifiant l exactitude de l arrêté de compte en cas de libération par compensation d actions émises au titre d une augmentation de capital en numéraire, rapport en cas de fusion de sociétés, s il est désigné à cette fin par le Président du Tribunal statuant sur requête, Page 8 of 23

9 rapport sur la délégation de pouvoirs de l Assemblée, au Conseil d Administration ou à l Administrateur Général en cas d augmentation de capital, rapport en cas de réduction de capital proposée aux actionnaires, rapport sur la transformation de la société anonyme, ou de la SARL, en société d une autre forme Le devoir de dénonciation Le devoir de dénonciation se traduit par l obligation faite au Commissaire aux comptes d informer le Ministère public des faits délictueux qu il aurait pu découvrir lors de ses investigations (art.716). Dans l exécution de cette obligation, le Commissaire ne peut pas avoir sa responsabilité engagée par la société mais il est passible de sanctions pénales en cas de non dénonciation Le devoir d alerte Cette procédure, prévue par l article 153 de l Acte Uniforme relatif au droit des sociétés commerciales, vise à alerter les dirigeants et les actionnaires des faits de nature à compromettre la continuité de l exploitation. Dans ce cadre, le Commissaire aux comptes doit adresser une demande d explication aux dirigeants et demander la convocation de l Assemblée des actionnaires afin de l informer des risques encourus par la société. 4. La fin du mandat du Commissaire aux comptes Il nous semble, tout d abord, important de souligner avant toute chose que l Acte Uniforme ne donne pas le pouvoir à l Assemblée des actionnaires de démettre la Commissaire aux comptes qu elle a pourtant nommé. La raison en est la volonté du législateur de garantir l indépendance du Commissaire aux comptes et de ne pas risquer de voir son mandat écourté en raison des remarques formulées dans le cadre de sa mission. Le mode normal de cessation des fonctions du Commissaire aux comptes est donc l arrivée du terme de son mandat. L Acte Uniforme a cependant prévu deux procédures judiciaires permettant, dans un certain nombre de cas déterminés, de mettre fin prématurément aux fonctions du Commissaire aux comptes L arrivée du terme du mandat Elle intervient à l issue de l Assemblée Générale qui statue sur les comptes du dernier exercice du mandat du Commissaire aux comptes, soit : le deuxième exercice social pour les SA en cas de nomination dans les statuts, le troisième exercice suivant sa nomination pour les SARL, le sixième exercice suivant sa nomination pour les SA, en cours de vie sociale. Dans le cas où l Assemblée omettrait de renouveler le mandat du Commissaire aux comptes ou de le remplacer à l issue de son mandat, sa mission se verrait proroger jusqu à la prochaine Assemblée Générale Ordinaire annuelle. Enfin, et dans le but de garantir davantage l indépendance du Commissaire aux comptes, l article 707 de l Acte Uniforme lui permet, lorsque son mandat n est pas renouvelé, d être entendu par l Assemblée. Page 9 of 23

10 4.2. L empêchement, la démission ou le décès La survenance d une telle éventualité entraîne dans le premier cas, une suspension du mandat et dans les deux autres, la fin du mandat. Les fonctions sont alors exercées par le suppléant jusqu à la cessation de l empêchement ou lorsque l empêchement est définitif, jusqu à l expiration du mandat du Commissaire aux comptes empêché. A noter que les dispositions de l article 707 visé ci-dessus nous semblent susceptibles de s appliquer dans le cas où le Commissaire aux comptes suppléant ne serait pas nommé titulaire La procédure de récusation Il s agit d une procédure judiciaire, qui permet de mettre fin prématurément aux fonctions du Commissaire aux comptes dans les trente jours à compter de la date de sa désignation par l Assemblée Générale. Cette procédure ne peut être utilisée que lorsque le Commissaire (titulaire ou suppléant) qui a été nommé par l Assemblée est soupçonné par exemple d avoir enfreint les règles sur l incompatibilité des fonctions de Commissaire aux comptes. Elle est ouverte à un ou plusieurs actionnaires représentant au moins le dixième du capital social ainsi qu au Ministère public. Cette procédure n est pas applicable à l encontre d un Commissaire aux comptes nommé lors de la constitution de la société. Si la procédure aboutit, un nouveau Commissaire aux comptes est nommé par la juridiction ayant prononcé la récusation. Il ne reste en fonction que jusqu à ce que l Assemblée des actionnaires désigne un nouveau Commissaire La révocation Cette autre procédure judiciaire, qui permet d aboutir au même résultat, diffère de la précédente en ce qu elle peut être exercée à tout moment en cours de mandat. Elle suppose que le Commissaire soit empêché, soit qu il ait commis une faute. Elle est ouverte à un ou plusieurs actionnaires représentant au moins le dixième du capital social, à l Administrateur Général, au Conseil d Administration ou au Ministère public. Si la procédure aboutit, le Commissaire titulaire empêché est remplacé par son suppléant et un nouveau suppléant devra être nommé par l Assemblée dans les conditions prévues aux articles 728 et 729 de l Acte Uniforme. Page 10 of 23

11 Chronique fiscale Principales questions soulevées lors du séminaire fiscal de Mongomo Stéphane Klutsch Stéphane Klutsch est Associé, Directeur-général de Deloitte Guinée Equatoriale. Synthèse Dans notre dernière circulaire, nous avions présenté le nouveau code general des impôts en vigueur depuis le 1 er janvier Expert-Comptable Agréé CEMAC, il intervient depuis 1988 sur des missions d expertise-comptable, de conseil et de commissariat aux comptes pour le compte de différentes entreprises nationales ou internationales de taille et d activité variées. A l occasion du séminaire fiscal qui s est tenu en juillet 2005 à Mongomo, l administration fiscale a commenté les principales modifications introduites par ce nouveau code. Impôt sur les sociétés A l exception d un abatement de 50% pour certaines sociétés nouvelles, le taux d impôt sur les sociétés a été porté à 35%, les pertes fiscales plafonnées à 3 ans sous peine de radiation des registres fiscaux. Impôt sur le revenu des personnes physiques L administration fiscale a insisté sur l introduction de nouveaux taux pour l évaluation des avantages en nature et l application d un nouveau barème fiscal. Taxe sur la valeur ajoutée (VAT) L ancienne taxe ICN (Impuesto sobre Cifra de Negocio) a été remplacée par la taxe sur la valeur ajoutée (VAT) avec des taux identiques. Taxe sur la propriété urbaine Le redevable n est pas seulement le propriétaire et le délai de depot de la déclaration a été réduit. Retenue à la source sur les activités économiques du secteur pétrolier Le champ de la retenue a été étendu à tous les services et les biens. La retenue ne s applique pas aux salaires qui sont soumis à l Impôt sur le revenu des personnes physiques Retenue à la source et TVA La retenue s applique à tous les fournisseurs des contractants et sous-traitants du secteur pétrolier, même si le fournisseur n appartient pas au secteur pétrolier. Les contractants et sous-traitants du secteur pétrolier n ont pas à payer la TVA s ils peuvent donner à leurs fournisseurs une attestation des services fiscaux. Page 11 of 23

12 Exposé Cet article présente les principaux points qui ont été développés oralement lors du séminaire fiscal qui s est tenu à Mongomo, du 13 au 15 juillet I. Principales modifications apportées par le décret-loi n 4/2004 du 28 Octobre 2004 Le nouveau système fiscal introduit par le Décret-loi n 4/2004 est entré en vigueur le 1er janvier Le Directeur Général des Impôts a détaillé les principaux aspects qui ont été modifiés suite à l introduction de cette nouvelle législation. 1.1 Application du nouveau système fiscal Bien que ces nouvelles règles soient entrées en vigueur à partir du 1er janvier 2005, les Contrats de Partage de Production ( CPPs ) signés avant cette date devraient être régis par la loi antérieure. Cependant, cette précision a été nuancée au cours du séminaire par le Directeur Général, qui a fait remarquer que l application de la loi en vigueur au moment de la signature du contrat devait être prévue dans le contrat lui-même pour pouvoir être opposable. 1.2 Impôt sur les Sociétés (I.S.) Succession d exercices déficitaires : Sous la loi antérieure, une société pouvait reporter ses pertes sur les trois exercices suivants. Dans le nouveau système, l article 155 reprend ces dispositions mais prévoit qu une société qui réalise des pertes trois ans de suite, soit automatiquement rayée du registre fiscal par l Administration. Taux de l Impôt sur les Sociétés : Le taux de l Impôt sur les Sociétés est passé de 25% à 35% dans le nouvel article 159. Implantation dans les chefs-lieux de district : Les sociétés ayant le siège de leur direction et la centralisation effective de la gestion de leurs activités dans les chefs-lieux de province (à l exclusion des provinces côtières) bénéficieront d un rabais de 50% sur l impôt, en conformité avec les dispositions de l article 147-B du Décret-loi. Cependant, cette disposition ne s applique pas à certaines activités, notamment minières, pétrolières ou forestières. Impôt sur le Revenu des Personnes Physiques (Impuesto Sobre la Renta de las Personas Físicas IRPF) Assujettis : Les revenus perçus par les employés des Organisations Internationales et des Missions Diplomatiques en Guinée Equatoriale mais n ayant pas le statut diplomatique sont soumis à l impôt, conformément à l article 173. Avantages en nature : L article 220 a modifié le calcul utilisé pour l évaluation des avantages en nature en ce qui concerne le logement (augmenté de 5%, il est passé à 15%) et la nourriture, qui n est plus évaluée qu à 20% du salaire brut au lieu de 25%. Le régime du forfait : Trois seuils ont été mis en place par l article 192, en fonction du type d activité exercé par la société. Les entreprises avec un chiffre d affaires annuel ne dépassant pas FCFA, FCFA et FCFA peuvent bénéficier de ce régime du forfait. Page 12 of 23

13 Déduction de la base imposable : Il résulte des dispositions de l article b que le paiement justifié d arriérés obligatoires et à titre gratuit engagés par une personne physique au cours de l exercice précédent peut être déduit de la base imposable, dans la limite de 50% de cette base avant déduction. Barème de l impôt : Les nouveaux taux applicables au revenu imposable annuel sont listés à l article Il existe neuf tranches, la part du revenu dépassant FCFA par an étant taxable au taux de 35%. La première catégorie de revenus, taxée au taux de 0%, a été étendue à FCFA ; cependant, la société devra toujours remplir une déclaration, même pour les employés qui ne sont pas imposables. Retenue à la source de 10% dans le secteur pétrolier : L article a introduit une retenue à la source au taux de 10%, applicable aux non-résidents percevant des revenus de source équato-guinéenne versés par des sociétés du secteur pétrolier. Toute société qui ne pratiquerait pas la retenue est substituée au fournisseur étranger en tant que redevable de l impôt. Délai de réponse à un avis de liquidation automatique : L ancien délai accordé au contribuable pour soumettre ses observations à l Administration suite à un avis de liquidation automatique était de 20 jours suivant la notification effectuée par l Administration. L article a ramené ce délai à 10 jours seulement. 1.3 Taxe sur la Valeur Ajoutée TVA (Impuesto Sobre el Valor Añadido IVA) La TVA remplace l ancienne taxe sur le chiffre d affaires (Impuesto sobre Cifra de Negocio ICN), en reprenant les mêmes taux (15%, 6%, 0%). Un Droit Spécial de 30% est ajouté à la TVA sur l importation de certains produits. Parmi les conditions requises pour que l assujetti puisse déduire la TVA acquittée, l Administration fiscale exige que cette déduction n ait lieu qu après paiement par le fournisseur du montant de la taxe au Trésor. 1.4 Taxe foncière (Contribución Urbana) Selon les articles 364 et 366, la simple possession d immeubles en zone urbaine est soumise à la taxe foncière, et le propriétaire n est plus le seul redevable de l impôt, puisque le possesseur du bien y est aussi soumis. Selon le code civil, il semblerait que le terme de possesseur («poseedor») ne fasse pas référence au locataire mais à une personne qui acquiert un droit à la propriété par simple occupation, sans avoir de titre. Selon l article 379, les redevables ne disposent plus que d un délai de 30 jours pour remettre leurs déclarations, contre 90 jours selon les anciens textes. Page 13 of 23

14 2 Système fiscal applicable au secteur des hydrocarbures 2.1 Retenue à la source (RAS) sur les activités économiques Selon les articles et 468-1, une retenue au taux de 6,25% doit être pratiquée par les contractants et sous-traitants du secteur pétrolier sur leurs paiements effectués en faveur de fournisseurs résidents en Guinée Equatoriale, tandis qu un taux de 10% est appliqué aux nonrésidents. Bien que l Administration ait confirmé que la période à prendre en compte pour la détermination de la notion de résident est de 90 jours, en conformité avec l article 475, il s avère en pratique difficile pour les sociétés pétrolières de justifier de la qualité de résident de leurs fournisseurs. L Administration a donc annoncé qu une instruction devrait venir clarifier l application des taux de 6,25% et de 10% aux fournisseurs. La RAS est due 15 jours après la date à laquelle elle a été retenue, soit 15 jours après le paiement du fournisseur. La RAS est payée au Ministère de l Economie par les contractants et les sous-traitants, qui obtiennent ainsi un certificat établissant que le paiement de la RAS a été effectué. Ce certificat constitue pour les fournisseurs un crédit d impôt, qui leur permet d imputer sur leur impôt le montant de la RAS retenue sur leurs factures. En ce qui concerne le type d opérations soumises à la RAS, l Administration a confirmé à Mongomo que les services, mais aussi les biens seraient soumis à la retenue. Dans l ancienne législation, (Orden Ministerial n 4 de Diciembre 12 de 1997), seuls certains services étaient concernés. Pourtant, l Administration a rappelé que les dispositions de la loi étaient claires et concernaient «tout type d activité commerciale ou industrielle». Par ailleurs, l Administration a rappelé que selon l article 460-2, les employés sont soumis aux dispositions et aux taux du régime général de l Impôt sur le Revenu des Personnes Physiques (IRPF) de l article 252. La RAS ne s applique donc pas cumulativement. 2.2 Retenue à la Source (RAS) et Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA) La distinction entre les fournisseurs soumis à la RAS au taux de 6,25% sur les paiements qu ils reçoivent et les autres fournisseurs, soumis à TVA, a aussi été évoquée durant le Séminaire de Mongomo. Il est établi qu à partir du moment où un fournisseur réalise des opérations avec un contractant ou un sous-traitant du secteur pétrolier, il est soumis à la RAS, même si ses activités ne sont pas liées au secteur pétrolier. De plus, la RAS s applique aussi bien aux contrats à long terme qu aux opérations ponctuelles. Ainsi, tout achat réalisé par un contractant ou un sous-traitant devrait être soumis à la RAS. Cependant, l Administration tolère que certains achats, d un faible montant, soient soumis à TVA et non à la RAS (par exemple lors d un achat dans une épicerie). Dans tous les cas, les fournisseurs ne bénéficiant pas d une exonération de TVA doivent la faire figurer sur leurs factures, sachant que certains contractants et sous-traitants du secteur pétrolier ne l acquitteront pas, selon les dispositions contenues dans leur contrat de partage de production (CPP). Un système qui doit encore être mis en oeuvre par les autorités permettra au Ministère des Mines ou au Ministère des Finances (ce point reste à clarifier) de vérifier que le contractant, mais aussi ses sous-traitants, sont exonérés de TVA, selon les dispositions contenues dans le CPP. Dans ce cas, le Ministère pourra délivrer au contractant un certificat confirmant qu il n a pas à payer de TVA sur ses achats. Ce certificat permettra au contractant et à ses sous-traitants de régler leurs factures sans TVA, à partir du moment où ils peuvent délivrer ce certificat à leurs fournisseurs. Page 14 of 23

15 Les fournisseurs devront alors mentionner dans leurs déclarations mensuelles le montant de la TVA facturée aux contractants et aux sous-traitants. Etant donné que cette TVA collectée n a pas été payée, nous en déduisons que ce montant est déduit sur la même déclaration, au titre de la «TVA à régulariser». La déduction de ce montant serait alors justifiée auprès du Trésor par les certificats délivrés par les clients du secteur pétrolier. L Administration a rappelé à l assistance qu une instruction reprenant ces différents points devrait être émise prochainement. Page 15 of 23

16 Chronique sociale Le droit aux congés payés Jordi Bonabosch Jordi Bonabosch est consultant juridique et fiscal au bureau de Deloitte à Malabo. Trilingue espagnol anglais - français, il est titulaire d un DESS en droit de l Université de Montpellier, spécialité Droit du Commerce International. Articles 54 et 59 du code du travail Synthèse Le droit au congé du travailleur s acquiert à la charge de l employeur, à raison d un mois par année de service effectif, sans interruption. Le congé payé est augmenté en considération de l ancienneté à raison d un jour supplémentaire tous les deux ans, après 10 ans de services dans la même entreprise. Que faut-il entendre par mois de congés? Le Code du Travail ne précise pas si le mois de congés doit être compté en jours ouvrables ou calendaires. En pratique, il conviendra de retenir la méthode la plus favorable au salarié. Que faut-il entendre par année de service effectif? Pour le décompte des mois de travail effectif, ne doivent pas être retenues les jours de fête nationale ou locale et les abscences pour maladie. Accorder la jouissance du congé est-elle une obligation? Accorder la jouissance des congés payés à un salarié est une obligation même si le salarié souhaite son maintien au sein de l entreprise pour des raisons financières. Que comprend l assiette de calcul de l allocation des congés payés? Une allocation au moins égale à son salaire mensuel sera versée au travailleur. En cas de salaire variable, le travailleur percevra la moyenne correspondante des salaires dont le travailleur a bénéficié au cours des 3 derniers mois précédant son départ en congés. L allocation des congés payés doit-elle être versée avant le départ du salarié? Oui, cette obligation résulte des dispositions de l article 59 du code du travail. L allocation des congés payés peut-elle être payée en lieu et place du congé payé? Non, il est interdit de verser une indemnité de congé à la place du congé payé. Dans quel cas doit-on payer l indemnité compensatrice des congés payés? En cas de résiliation du contrat de travail, les jours de congé acquis au titre de sa présence effective doivent lêtre payés au travailleur. Page 16 of 23

17 Exposé A la veille de la période des congés payés, nous jugeons utile de vous en rappeler les contours juridiques en répondant successivement aux différentes questions que tout employeur se pose en pratique, notamment, concernant : le droit au congé (1), la durée des congés (2), la jouissance des congés (3), l allocation des congés payés (4). 1. Le droit au congé Sauf dispositions contractuelles plus favorables, le droit au congé du travailleur s acquiert à la charge de l employeur, à raison d un mois par année de service effectif, sans interruption (article 54 du Code du Travail). C est cette disposition qui permet d augmenter contractuellement la durée du congé, notamment s agissant des expatriés. Le mois de congés demeure un minimum obligatoire. Le droit au congé amène nécessairement à distinguer deux (2) notions essentielles : la notion de mois de congés (1.1), la notion de service effectif (1.2) Que faut-il entendre par mois de congés? L article 54 du Code du Travail ne précise pas si le mois de congés doit être compté en jours ouvrables ou calendaires. En pratique, il conviendra de retenir la méthode la plus favorable au salarié. Rappelons que sont réputés jours ouvrables pour la détermination du congé, tous les jours autres que le dimanche et ceux, qui en vertu de la loi, des règlements, des conventions collectives et des usages sont fériés et chômés. En d autres termes, il faut retenir que sont considérés comme jours ouvrables au sens du droit au congé, les jours où le salarié était supposé travailler. S agissant de la journée du samedi, il y a lieu de noter que celle-ci est considérée comme une journée ouvrable en application de l article 48 du Code du Travail Que faut-il entendre par année de service effectif? L article 54 du Code du Travail dispose que pour le décompte des mois de travail effectif, ne doivent pas être retenues : les jours de fête nationale ou locale, les absences pour maladie ; A la lecture de l article 72 du Code du Travail, il nous semble que les absences pour congé de maternité ne doivent également pas être retenues. Page 17 of 23

18 En revanche, la loi ayant limitativement défini les périodes de service effectif, les autres absences doivent être considérées comme périodes de travail effectif, notamment les permissions pour évènements familiaux. Certains employeurs s interrogent à l effet de savoir s il y a lieu ou non d inclure la période des congés dans le calcul des jours acquis. En d autres termes, la période d absence liée aux congés payés ouvre-t-elle droit au congé ou encore la période des congés payés est-elle assimilable à une période de service effectif? Dans la mesure où le Code ne le prévoit pas dans la liste limitative des périodes d absence exclues du service effectif, nous pouvons considérer que la période des congés précédents devrait être assimilée à du service effectif ouvrant droit à congé. A noter que le projet de l Acte Uniforme OHADA portant Droit du Travail actuellement en cours d examen auprès des instances de l OHADA prévoit la prise en compte de cette période dans la détermination des jours de congés. Il en va différemment de la période de préavis non exécutée qui ne saurait être assimilée à une période de service effectif ouvrant droit à congé Y a t-il une distinction à faire entre le droit au congé et le droit à la jouissance des congés? Oui, le droit au congé est ouvert à tout travailleur quelle que soit la forme de son contrat de travail (CDD, CDI, période d essai, période d apprentissage) dès le début de la relation contractuelle, ou le retour des congés. En revanche, le droit à la jouissance au congé est le droit du travailleur à bénéficier de sa période de repos annuel sur la base des jours qu il a acquis après une période de service de 12 mois. 2. La durée des congés La durée des congés est déterminée sur la base des jours acquis au cours des présences effectives de travail. Cette durée des congés est celle qu on appelle communément le congé principal. A ce congé principal sont ajoutés des jours supplémentaires qui sont déterminés en fonction de l ancienneté du salarié. Le congé payé est augmenté en considération de l ancienneté à raison d un jour supplémentaire tous les deux ans, après 10 ans de services dans la même entreprise. A titre d exemple : un salarié cumulant une ancienneté de 12 ans bénéficie d un jour de congés supplémentaires. 3. La jouissance du congé 3.1. Accorder la jouissance du congé est-elle une obligation? Bon nombre d employeurs s interrogent à l effet de savoir si le congé doit ou non être accordé obligatoirement aux travailleurs. A cette question, nous rappelons qu accorder la jouissance du congé au salarié est une obligation en application de l article 54 du Code du Travail, et ce, dès que le droit à la jouissance du congé est né ; c est-à-dire après une présence effective de travail du salarié égale à 12 mois au moins. Il est donc vivement recommandé de veiller à accorder la jouissance des congés payés aux salariés, même si les salariés souhaitent souvent leur maintien au sein de l entreprise pour des raisons financières. Page 18 of 23

19 3.2. La jouissance du congé peut-elle être accordée au travailleur avant que ce droit ne soit né, c est-à-dire avant qu il n ait accompli une durée de service égale à 1 an? Nous avons précisé supra que la jouissance du droit au congé était légalement acquise après une période de service égale à 1 an. Sur ces bases, d un point de vue strictement juridique, la jouissance du congé ne doit être accordée qu après une durée de services de 12 mois. Néanmoins, nous pensons que rien ne s oppose à ce que, d un commun accord, l employeur accède à accorder la jouissance des congés payés avant le terme de la période des 12 mois. Pour la bonne gestion du personnel, il conviendrait cependant de ne pas accorder de jours de congés supérieurs au nombre théorique acquis à la date de départ en congés. A titre d exemple, si la présence est de 6 mois, seul un congé de 15 jours pourrait être autorisé Le congé peut-il être fractionné? La date de départ en congé est fixée librement entre l'employeur et le travailleur. En cas de désaccord, il revient à l Inspecteur du Travail de la fixer. Le fractionnement ne relève pas d une obligation, mais d une tolérance des deux parties, soit parce que l employeur au vu de l activité ne souhaite pas accorder la totalité du congé payé à la date voulue par le travailleur, ou que le travailleur souhaite adapter ses jours de congés payés en fonction d évènements familiaux ou des raisons personnelles autres. Le Code du Travail prévoit la possibilité de fractionner les congés. Il requiert toutefois l accord de l Inspecteur du Travail. Les modalités de fractionnement sont strictement encadrées : le travailleur peut être autorisé à prendre 15 jours de repos minimum et le solde de ses congés lors des 15 mois suivants. Il nous paraît préférable que le droit à la jouissance du congé soit né, c est-à-dire qu il faut que le travailleur cumule au moins une présence effective sur 12 mois. Dans ce cas, l allocation des congés payés est entièrement payée au moment du départ, le salarié bénéficiant ensuite d un congé sans solde. C est la solution la plus pratique. Cependant, on peut aussi envisager d accorder le congé payé en fonction des fractionnements ; c est-à-dire qu à chaque départ, le salarié percevra une allocation des congés payés en fonction du cumul de jours effectivement acquis Dans quel délai la demande en congés payés est-elle prescrite? L action en demande de congés payés se prescrit après un délai de 3 ans. Nous insistons sur la nécessité de veiller à accorder au salarié son droit au congé, même si ce dernier souhaite continuer à travailler pour des raisons financières. 4. L allocation des congés payés 4.1. Que comprend l assiette de calcul de l allocation des congés payés? L article 59 du Code du Travail dispose à ce sujet qu une allocation au moins égale à son salaire mensuel sera versé au travailleur. En cas de salaire variable, le travailleur percevra la moyenne correspondante des salaires dont le travailleur a bénéficié au cours des 3 derniers mois précédant son départ en congés. Page 19 of 23

20 Le Code du Travail ne précise pas ce que recouvre la notion de salaire qui sert de base à l allocation des congés payés. A notre avis, lorsque le salaire est fixe, il s agit du salaire brut hors primes et avantages liés à l emploi, exception faite de l'indemnité de logement. Lorsque le salaire est variable, il convient d y ajouter les primes variables (rendement, assiduité ) perçues au cours des trois derniers mois Quelle est l incidence des jours fériés dans le calcul de l allocation des congés payés? Si les congés du salarié sont accordés sur une période contenant des jours fériés, ces jours doivent être payés au salarié, au même titre que les autres salariés restés en service. Cela ne signifie pas pour autant que la durée de repos est prorogée L allocation des congés payés doit-elle être versée avant le départ du salarié? Oui, cette obligation résulte des dispositions de l article 59 du code du travail L allocation des congés payés peut-elle être payée en lieu et place du congé payé? Non, cette interdiction résulte des dispositions de l article 54 du code du travail. Il est interdit de verser une indemnité de congé à la place du congé payé Dans quel cas doit-on payer l indemnité compensatrice des congés payés? L indemnité compensatrice des congés payés doit obligatoirement être distinguée de l allocation des congés payés. Alors que l allocation des congés payés est celle qui est versée au salarié lorsque ce dernier va en congé, l indemnité compensatrice des congés payés est due en cas de résiliation du contrat (démission, licenciement, décès du travailleur). En effet, le Code du Travail prévoit que le droit au congé est acquis au travailleur dès le début de son activité salariale et que les jours de congé acquis au titre de sa présence effective doivent lui être payés. Les modalités de calcul sont le mêmes que celle de l allocation des congés payés. Page 20 of 23

Le comité d entreprise

Le comité d entreprise Le comité d entreprise En bref Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus du personnel

Plus en détail

Imposition des frontaliers belges occupés par un employeur luxembourgeois et travaillant au Luxembourg et en Belgique / Etats tiers

Imposition des frontaliers belges occupés par un employeur luxembourgeois et travaillant au Luxembourg et en Belgique / Etats tiers Imposition des frontaliers belges occupés par un employeur luxembourgeois et travaillant au Luxembourg et en Belgique / Etats tiers TAX 25 novembre 2010 Georges Bock Partner Tax, Head of Tax Stéphanie

Plus en détail

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA Le statut des associés des sociétés commerciales La protection des associés des sociétés commerciales constitue une avancée du droit OHADA sur le droit congolais La République démocratique du Congo (RDC)

Plus en détail

La protection des représentants du personnel

La protection des représentants du personnel La protection des représentants du personnel Les représentants du personnel bénéficient d une protection dans leur emploi afin de mener à bien leurs missions en lien avec leur mandat. Cette protection

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable et Commissaire aux Comptes DESS en Banques et Finances GUIDE PRATIQUE DE LA SARL et de l EURL Création et gestion de la SARL, de l EURL, de la SELARL, de la SELU

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable et Commissaire aux Comptes DESS en Banques et Finances GUIDE PRATIQUE DE LA SARL ET DE L EURL Création et gestion de la SARL, de l EURL, de la SELARL, de la SELU

Plus en détail

Le nouveau droit des sociétés de l OHADA : l acte uniforme révisé relatif au droit des sociétés commerciales et du GIE entré en vigueur le 5 mai 2014

Le nouveau droit des sociétés de l OHADA : l acte uniforme révisé relatif au droit des sociétés commerciales et du GIE entré en vigueur le 5 mai 2014 Le nouveau droit des sociétés de l OHADA : l acte uniforme révisé relatif au droit des sociétés commerciales et du GIE entré en vigueur le 5 mai 2014 2 Sommaire I. Présentation de l Acte Uniforme révisé

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

Loi relative à la Sécurisation de l emploi

Loi relative à la Sécurisation de l emploi Synthèse Loi relative à la Sécurisation de l emploi 1 Santé et prévoyance (incapacité de travail, invalidité, décès) => Généralisation de la couverture complémentaire santé => Généralisation de la couverture

Plus en détail

Calculer l indemnité d un licenciement

Calculer l indemnité d un licenciement Prendre en compte les autres formes de rémunération et d indemnités Calculer l indemnité d un Référence Internet Saisissez la Référence Internet dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr

Plus en détail

Vous trouverez ici les réponses aux questions les plus fréquemment posées par les assistantes maternelles sur leur emploi.

Vous trouverez ici les réponses aux questions les plus fréquemment posées par les assistantes maternelles sur leur emploi. Vous trouverez ici les réponses aux questions les plus fréquemment posées par les assistantes maternelles sur leur emploi. N hésitez pas à consulter les textes législatifs applicables aux assistantes maternelles

Plus en détail

Ministère du Travail, de l Emploi, de la Formation Professionnelle et du Dialogue Social

Ministère du Travail, de l Emploi, de la Formation Professionnelle et du Dialogue Social Ministère du Travail, de l Emploi, de la Formation Professionnelle et du Dialogue Social Unité Territoriale de la DIRECCTE de la Vienne Section Centrale Travail 6, Allée des Anciennes Serres 86280 SAINT-BENOIT

Plus en détail

ORDRE DU JOUR ET TEXTE DES RESOLUTIONS

ORDRE DU JOUR ET TEXTE DES RESOLUTIONS IGE+XAO Société Anonyme au capital de 6 752 900 euros Siège social : Immeuble «Le Pythagore» 25-27 boulevard Victor Hugo 31770 COLOMIERS 338 514 987 RCS Toulouse ORDRE DU JOUR ET TEXTE DES RESOLUTIONS

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Ordonnance n o 2006-344 du 23 mars 2006 relative aux retraites professionnelles supplémentaires NOR

Plus en détail

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique Mieux connaître le licenciement économique 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique I. L obligation préalable d adaptation et de reclassement «Le licenciement pour motif économique

Plus en détail

Il est fixé à 6% de la masse salariale en 2014 (contre 4% en 2013) de l entreprise selon un mode de calcul présenté ci-après.

Il est fixé à 6% de la masse salariale en 2014 (contre 4% en 2013) de l entreprise selon un mode de calcul présenté ci-après. Crédit d Impôt Compétitivité et Emploi (CICE) : Base de calcul et Montant N hésitez pas à consulter la circulaire ci-jointe intitulée «CICE COMMENT L OBTENIR» celle-ci vous informant sur les modalités

Plus en détail

INDICATEUR (vs. Afrique) Création d'entreprise 11 jours (27,3j) 169 159-10. Transfert de Propriété 29 jours (57,2j) 133 127-6

INDICATEUR (vs. Afrique) Création d'entreprise 11 jours (27,3j) 169 159-10. Transfert de Propriété 29 jours (57,2j) 133 127-6 Disclaimer : Cette fiche pays ne constitue qu un outil de base destiné à présenter aux lecteurs une synthèse globale des régimes juridiques et fiscaux des entreprises d investissement à capital fixe. Elle

Plus en détail

Flash News. Imposition des travailleurs frontaliers allemands Applications pratiques. 30 mars 2012

Flash News. Imposition des travailleurs frontaliers allemands Applications pratiques. 30 mars 2012 Flash News Imposition des travailleurs frontaliers allemands Applications pratiques 30 mars 2012 Le 26 mars 2012, l administration fiscale luxembourgeoise a émis plusieurs circulaires afin de clarifier

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 5 F-16-01 N 136 du 27 JUILLET 2001 5 F.P. / 58 - F 114 INSTRUCTION DU 18 JUILLET 2001 TRAITEMENTS ET SALAIRES. ASSIETTE. REGIME D IMPOSITION DES

Plus en détail

Fiche Portabilité des droits des salariés

Fiche Portabilité des droits des salariés Fiche Portabilité des droits des salariés L article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 avait mis en place un mécanisme de portabilité des droits pour les anciens salariés

Plus en détail

Juin. Modernisation du Marché du Travail

Juin. Modernisation du Marché du Travail Juin Modernisation du Marché du Travail 2008 les fiches argumentaires du medef Les dispositions de l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2008, dont la mise en œuvre requiert un support législatif,

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE L EMPLOYEUR * * * 3 IMMATRICULATION DES ARTISTES ET TECHNICIENS 5 DECLARATION ET VERSEMENT DES COTISATIONS

GUIDE PRATIQUE DE L EMPLOYEUR * * * 3 IMMATRICULATION DES ARTISTES ET TECHNICIENS 5 DECLARATION ET VERSEMENT DES COTISATIONS GUIDE PRATIQUE DE L EMPLOYEUR *** PREAMBULE et CONTACTS 1 CHAMP D APPLICATION 2 AFFILIATION 3 IMMATRICULATION DES ARTISTES ET TECHNICIENS 4 CERTIFICAT D EMPLOI 5 DECLARATION ET VERSEMENT DES COTISATIONS

Plus en détail

Analyse de l annexe fiscale 2003. Loi n 2003-206 du 7 juillet 2003 portant loi de finances de l année 2003. Première partie Impôts sur le revenu

Analyse de l annexe fiscale 2003. Loi n 2003-206 du 7 juillet 2003 portant loi de finances de l année 2003. Première partie Impôts sur le revenu Analyse de l annexe fiscale 2003 Loi n 2003-206 du 7 juillet 2003 portant loi de finances de l année 2003 Première partie Impôts sur le revenu INSTITUTION DE RETENUES AU TITRE DE L IMPOT SUR LES BENEFICES

Plus en détail

Le Club de Gestion. Nomination d un Commissaire aux Comptes. www.club-gestion.fr. Nomination d un Commissaire aux Comptes

Le Club de Gestion. Nomination d un Commissaire aux Comptes. www.club-gestion.fr. Nomination d un Commissaire aux Comptes I - Cas de nomination dans les différentes formes de société 1) Les sociétés par actions a) Les Sociétés Anonymes (SA) La nomination d un ou plusieurs CAC est obligatoire dans les SA. L art. L. 225-16

Plus en détail

Loi n 24-01 relatives aux opérations de pension.

Loi n 24-01 relatives aux opérations de pension. Loi n 24-01 relatives aux opérations de pension. Bourse de Casablanca Sommaire CHAPITRE PREMIER- DISPOSITIONS GENERALES...3 CHAPITRE II - DES MODALITES DE CONCLUSION DES OPERATIONS DE PENSION...3 CHAPITRE

Plus en détail

LA RUPTURE CONVENTIONNELLE

LA RUPTURE CONVENTIONNELLE LA RUPTURE CONVENTIONNELLE Maître Nicole BIOLET, Avocat au Barreau de Grasse Le 14/05/09 La rupture amiable (ou départ négocié) a toujours été admise par la jurisprudence sur le fondement de l article

Plus en détail

ALLOCATIONS CHOMAGE. Effet au 01/07/2014

ALLOCATIONS CHOMAGE. Effet au 01/07/2014 Questions sociales Note d information n 14-15 du 6 août 2014 ALLOCATIONS CHOMAGE Effet au 01/07/2014 Références Arrêté du 25 juin 2014 portant agrément de la convention du 14 mai 2014 relative à l indemnisation

Plus en détail

LES CONGES PAYES. Document Stagiaire N M5 S3-3

LES CONGES PAYES. Document Stagiaire N M5 S3-3 LES CONGES PAYES Textes : Article L. 3141 et suivant du Code du Travail. Principe : Tout salarié travaillant en France, quelle que soit sa nationalité, a droit, dès lors qu il en remplit les conditions,

Plus en détail

Règlement intérieur de l association Entre preneurs d actions solidaires Adopté par l assemblée générale du 15 mars 2013

Règlement intérieur de l association Entre preneurs d actions solidaires Adopté par l assemblée générale du 15 mars 2013 Page 1 sur 5 Règlement intérieur de l association Entre preneurs d actions solidaires Adopté par l assemblée générale du 15 mars 2013 Article 1. Agrément des nouveaux membres. ( Article 6 des statuts)

Plus en détail

I.1 OBJECTIFS I.2 CHAMP D APPLICATION. Les entreprises. I. La préretraite-licenciement FNE

I.1 OBJECTIFS I.2 CHAMP D APPLICATION. Les entreprises. I. La préretraite-licenciement FNE I.1 OBJECTIFS Les conventions FNE de préretraite-licenciement s adressent à des salariés ayant au moins 57 ans (56 ans dans certains cas), qui sont menacés de licenciement économique et ne peuvent être

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Délais de conservation des documents de l association»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Délais de conservation des documents de l association» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Délais de conservation des documents de l association» Points clés Les documents, émis ou reçus par une association dans l'exercice de son activité, doivent être conservés

Plus en détail

REGLEMENT DU REGIME COMPLEMENTAIRE DES AVOCATS ETABLI PAR LA CAISSE NATIONALE DES BARREAUX FRANÇAIS

REGLEMENT DU REGIME COMPLEMENTAIRE DES AVOCATS ETABLI PAR LA CAISSE NATIONALE DES BARREAUX FRANÇAIS CAISSE NATIONALE DES BARREAUX FRANCAIS REGLEMENT DU REGIME COMPLEMENTAIRE DES AVOCATS ETABLI PAR LA CAISSE NATIONALE DES BARREAUX FRANÇAIS Arrêté du 30 décembre 2005 J.O. du 25 janvier 2006 Arrêté du 31

Plus en détail

CONVOCATIONS AUDIKA GROUPE

CONVOCATIONS AUDIKA GROUPE CONVOCATIONS ASSEMBLÉES D'ACTIONNAIRES ET DE PORTEURS DE PARTS AUDIKA GROUPE Société anonyme au capital de 283 500 Siège social : 12 rue de Presbourg 75116 Paris 310 612 387 R.C.S. Paris Avis de réunion

Plus en détail

CARREFOUR STATUTS. (à jour au 27 juillet 2012)

CARREFOUR STATUTS. (à jour au 27 juillet 2012) CARREFOUR Société Anonyme au capital de 1 773 036 632,50 euros Siège social 33, avenue Emile Zola (92100) Boulogne-Billancourt 652 014 051 RCS NANTERRE STATUTS (à jour au 27 juillet 2012) TITRE I. DISPOSITIONS

Plus en détail

Groupe WSP Global Inc. Régime de réinvestissement des dividendes

Groupe WSP Global Inc. Régime de réinvestissement des dividendes Groupe WSP Global Inc. Régime de réinvestissement des dividendes APERÇU Le régime de réinvestissement des dividendes (le «régime») de Groupe WSP Global Inc. (la «Société») offre aux porteurs admissibles

Plus en détail

Code civil local art. 21 à 79

Code civil local art. 21 à 79 Code civil local art. 21 à 79 Toute association qui fixe son siège, ou qui transfère son siège en Alsace-Moselle doit rédiger des statuts conformes aux présents articles du Code civil local. 1. Dispositions

Plus en détail

Le contrat d apprentissage

Le contrat d apprentissage Le contrat d apprentissage Objectif du contrat d apprentissage Acquérir une formation générale à la fois théorique et pratique, reconnue par un diplôme ou un titre à finalité professionnelle enregistré

Plus en détail

2. FRANCE - Plus-values Cession de fonds de commerce et clientèles libérales

2. FRANCE - Plus-values Cession de fonds de commerce et clientèles libérales Lettre mensuelle Mai 2005 SOCIETES 1. UE FRANCE - Intégration fiscale Déduction des pertes subies par des filiales situées dans d autres Etats Membre de l UE 2. FRANCE - Plus-values Cession de fonds de

Plus en détail

ALLOCATIONS CHOMAGE. Rémunération. Références. A retenir. Introduction. N 02 10 juillet 2015

ALLOCATIONS CHOMAGE. Rémunération. Références. A retenir. Introduction. N 02 10 juillet 2015 Rémunération N 02 10 juillet 2015 ALLOCATIONS CHOMAGE Références A retenir Arrêté du 25 juin 2014 portant agrément de la convention du 14 mai 2014 relative à l indemnisation du chômage et les textes qui

Plus en détail

A - LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI (n 2013-504 du 14 Juin 2013) (Les principales mesures)

A - LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI (n 2013-504 du 14 Juin 2013) (Les principales mesures) EC CABIINET PESCE - LEBOUCHER 1. SOCIETE 2. D EXPERTISE COMPTABLE www.cabinetpesceleboucher.fr Le 25/09/2013 ACTUALITES SOCIALES 2013/2 EN BREF (quelques chiffres) valeurs inchangées : SMIC Horaire au

Plus en détail

Édition du 10 mars 2014

Édition du 10 mars 2014 1 Édition du 10 mars 2014 LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles sont les conditions relatives au jeune? 3 Quelles sont les caractéristiques

Plus en détail

MODIFICATIONS APPORTÉES PAR LA LOI DU 15 MAI 2001

MODIFICATIONS APPORTÉES PAR LA LOI DU 15 MAI 2001 MODIFICATIONS APPORTÉES PAR LA LOI DU 15 MAI 2001 SARL EURL et SASU SAS SAS D EXERCICE LIBÉRAL SELAS LES MODIFICATIONS AVANT LA LOI DU 18 MAI 2001 1. libération du capital : libération des apports de numéraire

Plus en détail

CONVENTION PORTANT CREATION D UNE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE

CONVENTION PORTANT CREATION D UNE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE CONVENTION PORTANT CREATION D UNE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE Sur recommandation du Comité Monétaire institué par la Convention de Coopération du 22 novembre 1972, Le Gouvernement de la République

Plus en détail

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE Introduction L impôt de solidarité sur la fortune est un impôt annuel dû par les personnes physiques détenant un patrimoine net supérieur à 790 000 au 1 er janvier

Plus en détail

PLAN DE WARRANTS 2014 EMISSION ET CONDITIONS D EXERCICE

PLAN DE WARRANTS 2014 EMISSION ET CONDITIONS D EXERCICE PLAN DE WARRANTS 2014 EMISSION ET CONDITIONS D EXERCICE Offre de maximum 100.000 de droits de souscription ("Warrants") réservés aux Bénéficiaires du Plan de Warrants de la Société Les acceptations dans

Plus en détail

Règlement intérieur. Son existence et ses termes principaux seront portés à la connaissance des actionnaires et du public.

Règlement intérieur. Son existence et ses termes principaux seront portés à la connaissance des actionnaires et du public. Règlement intérieur du Conseil d administration (tel que modifié le 25 août 2014) Les membres du Conseil d administration de Accor (ci-après la «Société») ont souhaité adhérer aux règles de fonctionnement

Plus en détail

(ci-après la "Société") AVIS DE REUNION VALANT CONVOCATION

(ci-après la Société) AVIS DE REUNION VALANT CONVOCATION DIETSWELL ENGINEERING Société Anonyme au capital de 3.844.072 Siège social : 1 rue Alfred Kastler, le Naïade, 78280 Guyancourt 428 745 020 RCS Versailles (ci-après la "Société") AVIS DE REUNION VALANT

Plus en détail

4ème trimestre 2014 APPRENTIS CRÉDIT D IMPÔT POUR LA COMPÉTITIVITÉ ET L EMPLOI (CICE) Paiement des cotisations au plus tard le 16 février 2015

4ème trimestre 2014 APPRENTIS CRÉDIT D IMPÔT POUR LA COMPÉTITIVITÉ ET L EMPLOI (CICE) Paiement des cotisations au plus tard le 16 février 2015 Attention, cette notice d information n est plus transmise sous forme papier. En cas de besoin, elle pourra vous être adressée (uniquement sur demande). 4ème trimestre 2014 V ous recevez votre déclaration

Plus en détail

LES MATINALES DU CRA

LES MATINALES DU CRA LES MATINALES DU CRA 11 MARS 2014 COMMENT OPTIMISER VOTRE REVENU DANS LE CADRE D UN LBO? Intervenant : Christelle POULIQUEN Avocat associé Société d avocats AFFIS 1 Rue de Villersexel 75007 PARIS Comment

Plus en détail

Vos obligations d employeur FICHE CONSEIL. Nom du Document : L EXERCICE DES FONCTIONS DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL : VOS

Vos obligations d employeur FICHE CONSEIL. Nom du Document : L EXERCICE DES FONCTIONS DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL : VOS L EXERCICE DES FONCTIONS DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL : Vos obligations d employeur FICHE CONSEIL Les salariés de votre entreprise ont élu leur(s) délégué(s) du personnel. Vous avez pu constater que la loi

Plus en détail

DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution.

DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution. DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution. Le Président de la République Vu la Constitution, Vu la loi n 90-07 du 28 juin 1990 relative à l organisation

Plus en détail

ASSOCIATION DES JURISTES D ASSURANCE ET DE REASSURANCE «AJAR» STATUS

ASSOCIATION DES JURISTES D ASSURANCE ET DE REASSURANCE «AJAR» STATUS ASSOCIATION DES JURISTES D ASSURANCE ET DE REASSURANCE «AJAR» STATUS ASSOCIATION DES JURISTES D ASSURANCE ET DE REASSURANCE «AJAR» STATUTS Article 1 Constitution Dénomination Il est forme entre les soussignés

Plus en détail

CONVOCATIONS DERICHEBOURG

CONVOCATIONS DERICHEBOURG CONVOCATIONS ASSEMBLÉES D'ACTIONNAIRES ET DE PORTEURS DE PARTS DERICHEBOURG Société anonyme au capital de 42 020 507,50 Siège social : 119, avenue du Général Michel Bizot 75012 PARIS 352 980 601 R.C.S.

Plus en détail

Flash News. Circulaire du directeur des contributions 95/2 du 31 décembre 2010

Flash News. Circulaire du directeur des contributions 95/2 du 31 décembre 2010 www.pwc.lu Flash News Circulaire du directeur des contributions 95/2 du 31 décembre 2010 7 avril 2011 Un nouveau régime fiscal destiné aux salariés internationaux remplissant certaines conditions augmente

Plus en détail

LE LICENCIEMENT ECONOMIQUE COLLECTIF DE 2 A 9 SALARIES DANS LES ENTREPRISES DE MOINS DE 50 SALARIES AVEC REPRESENTANTS DU PERSONNEL

LE LICENCIEMENT ECONOMIQUE COLLECTIF DE 2 A 9 SALARIES DANS LES ENTREPRISES DE MOINS DE 50 SALARIES AVEC REPRESENTANTS DU PERSONNEL LE LICENCIEMENT ECONOMIQUE COLLECTIF DE 2 A 9 SALARIES DANS LES ENTREPRISES DE MOINS DE 50 SALARIES AVEC REPRESENTANTS DU PERSONNEL PROCEDURE DE LICENCIEMENT ECONOMIQUE DE 2 A 9 SALARIES DANS LES ENTREPRISES

Plus en détail

Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration

Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration joint au rapport de gestion rendant compte des conditions de préparation et d organisation des travaux du Conseil ainsi que des procédures de

Plus en détail

LA PRATIQUE DE LA PAIE ET LE DROIT

LA PRATIQUE DE LA PAIE ET LE DROIT Cycle Formation Paie LA PRATIQUE DE LA PAIE ET LE DROIT SOCIAL Du 8 juin au 11 décembre 2015 OBJECTIFS PEDAGOGIQUES A l issue du cycle de formation, les participants seront capables de : Comprendre les

Plus en détail

N 20 14 / 001 14/02/2014

N 20 14 / 001 14/02/2014 N 20 14 / 001 14/02/2014 Origine : Direction de la Règlementation et des Affaires Juridiques Contact : Département de la Règlementation du Recouvrement Draj.reglementationrecouvrement@rsi.fr Annexes :

Plus en détail

SALARIES EMBAUCHES OU DEBAUCHES EN COURS DE TRIMESTRE

SALARIES EMBAUCHES OU DEBAUCHES EN COURS DE TRIMESTRE Branche Recouvrement 4 RUE DU GENERAL MANGIN BP L5 98849 NOUMEA CEDEX NOUVELLE-CALEDONIE RIDET N 112615-001 TEL./ FAX. : (687) 25.58.09 NOTICE EXPLICATIVE des règles de détermination des assiettes proratisées

Plus en détail

GARANTIE MAINTIEN DE SALAIRE

GARANTIE MAINTIEN DE SALAIRE HÔTELS CAFÉS RESTAURANTS GARANTIE MAINTIEN DE SALAIRE INCAPACITÉ TEMPORAIRE DE TRAVAIL CONDITIONS GÉNÉRALES N 2308/1 ACSK1210-2939.indd 1 19/12/12 16:18 SOMMAIRE CONDITIONS GÉNÉRALES 3 ARTICLE 1 - OBJET

Plus en détail

annexe IV rapport du Président du Conseil d Administration

annexe IV rapport du Président du Conseil d Administration annexe IV rapport du Président du Conseil d Administration joint au rapport de gestion rendant compte des conditions de préparation et d organisation des travaux du Conseil ainsi que des procédures de

Plus en détail

LES ACTES DE MEDECINE ET DE CHIRURGIE ESTHETIQUE SOUMIS A LA TVA

LES ACTES DE MEDECINE ET DE CHIRURGIE ESTHETIQUE SOUMIS A LA TVA 1 LES ACTES DE MEDECINE ET DE CHIRURGIE ESTHETIQUE SOUMIS A LA TVA Depuis le 1 er octobre 2012, les actes de médecine et de chirurgie esthétique non remboursés par la sécurité sociale sont soumis à la

Plus en détail

TRAVAIL EMPLOI FORMATION

TRAVAIL EMPLOI FORMATION TRAVAIL EMPLOI FORMATION Salarié MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE Direction générale du travail Sous-direction des relations individuelles et

Plus en détail

Tout salarié y a droit, quels que soient son emploi, sa catégorie ou qualification, la nature de sa rémunération et son horaire de travail.

Tout salarié y a droit, quels que soient son emploi, sa catégorie ou qualification, la nature de sa rémunération et son horaire de travail. LES CONGES PAYES DES ASSISTANTS MATERNELS Il s'agit d'une période de repos rémunérée accordée obligatoirement chaque année au salarié par son employeur. Pendant cette période, l'employeur ne peut pas faire

Plus en détail

MODALITES DE LIQUIDATION DE LA RETRAITE, CUMUL EMPLOI RETRAITE ET INCIDENCE ISF

MODALITES DE LIQUIDATION DE LA RETRAITE, CUMUL EMPLOI RETRAITE ET INCIDENCE ISF MODALITES DE LIQUIDATION DE LA RETRAITE, CUMUL EMPLOI RETRAITE ET INCIDENCE ISF I - RETRAITE ET REPRISE D ACTIVITE La loi subordonne le versement d une pension de retraite par le régime général à la cessation

Plus en détail

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1 RÉGIME DES PERSONNES IMPATRIÉES REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008... 1 REGIME NOUVEAU... 4 A - Personnes concernées... 5 1 Salariés et mandataires sociaux... 5 2 Personnes non salariées... 6

Plus en détail

LE STATUT DU COLLABORATEUR LIBERAL LOIT DU 2 AOUT 2005 ART. 18

LE STATUT DU COLLABORATEUR LIBERAL LOIT DU 2 AOUT 2005 ART. 18 1 LE STATUT DU COLLABORATEUR LIBERAL LOIT DU 2 AOUT 2005 ART. 18 La loi du 2 août 2005, art. 18, a crée un nouveau mode d exercice des professions libérales : celui de collaborateur libéral. Deux professions

Plus en détail

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS de meubles incorporels (aussi appelée saisie-arrêt) est une procédure au moyen de laquelle il est possible pour un créancier d appréhender les biens dématérialisés constituant le patrimoine de son débiteur

Plus en détail

QUESTIONS FISCALES DIVERSES

QUESTIONS FISCALES DIVERSES N 41 - FISCAL N 5 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 26 mars 2004 QUESTIONS FISCALES DIVERSES Parmi les informations fiscales récentes relevées dans la jurisprudence, les bulletins officiels

Plus en détail

Décision de la Cour de justice. du 2 juillet 2003

Décision de la Cour de justice. du 2 juillet 2003 VERSION CONSOLIDÉE Décision de la Cour de justice du 2 juillet 2003 établissant le régime applicable aux experts nationaux détachés (telle que modifiée par les décisions de la Cour de justice du 24 septembre

Plus en détail

Vacances, j oublie rien! Partie 2/2

Vacances, j oublie rien! Partie 2/2 Vacances, j oublie rien! Partie 2/2 Ce mois-ci, nous présentons d abord les régimes spécifiques de vacances annuelles : plus précisément le droit aux vacances européennes, vacances jeunes et vacances seniors.

Plus en détail

JE ME SEPARE DE MON ASSISTANT(E) MATERNEL(LE)

JE ME SEPARE DE MON ASSISTANT(E) MATERNEL(LE) JE ME SEPARE DE MON ASSISTANT(E) MATERNEL(LE) 1- LES DIFFERENTS CAS DE RUPTURE 2- LE PREAVIS 3- LES INDEMNITES DE FIN DE CONTRAT 4- LES DOCUMENTS DE FIN DE CONTRAT 5- LA DERNIERE DECLARATION PAJEMPLOI

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION ASSYSTEM REGLEMENT INTERIEUR

CONSEIL D ADMINISTRATION ASSYSTEM REGLEMENT INTERIEUR CONSEIL D ADMINISTRATION ASSYSTEM REGLEMENT INTERIEUR Etabli par le Conseil d Administration du 22 mai 2014 1 Préambule Adopté en séance le 22 mai 2014 suite à l Assemblée Générale Mixte de la Société

Plus en détail

AVIS DE REUNION VALANT AVIS DE CONVOCATION

AVIS DE REUNION VALANT AVIS DE CONVOCATION ERMO Société anonyme à Conseil d'administration au capital de 2 860 004,76 euros Siège social : Zone Artisanale 53440 MARCILLE LA VILLE 316 514 553 RCS LAVAL AVIS DE REUNION VALANT AVIS DE CONVOCATION

Plus en détail

Allemagne: Licenciement d un salarié

Allemagne: Licenciement d un salarié Allemagne: Licenciement d un salarié Allemagne: Licenciement d un salarié Le licenciement («Kündigung») par une société allemande ou française d un salarié employé en Allemagne n est pas aussi strictement

Plus en détail

Convocations. Assemblées d'actionnaires et de porteurs de parts. Ales Groupe. Société anonyme au capital de 28.242.582 Euros

Convocations. Assemblées d'actionnaires et de porteurs de parts. Ales Groupe. Société anonyme au capital de 28.242.582 Euros 21 mai 2012 BULLETIN DES ANNONCES LEGALES OBLIGATOIRES Convocations Assemblées d'actionnaires et de porteurs de parts Ales Groupe Société anonyme au capital de 28.242.582 Euros Siège social : 99, rue du

Plus en détail

LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent :

LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent : LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent : - la simplification du régime des micro-entreprises, - les droits de mutation

Plus en détail

Sommaire L ACCORD D INTERESSEMENT... 1 LE SUPPLEMENT D INTERESSEMENT... 4 LE CREDIT D IMPOT EN FAVEUR DE L INTERESSEMENT... 5

Sommaire L ACCORD D INTERESSEMENT... 1 LE SUPPLEMENT D INTERESSEMENT... 4 LE CREDIT D IMPOT EN FAVEUR DE L INTERESSEMENT... 5 Eres a créé cette fiche pour vous aider à mettre en place dans les meilleures conditions un accord d intéressement au sein d une entreprise. En effet, l accord d intéressement nécessite un certain formalisme,

Plus en détail

ASSOCIATION «MARSEILLE Horizon» pour la PROMOTION de MANIFESTATIONS SPORTIVES & EDUCATIVES à MARSEILLE

ASSOCIATION «MARSEILLE Horizon» pour la PROMOTION de MANIFESTATIONS SPORTIVES & EDUCATIVES à MARSEILLE ASSOCIATION pour la PROMOTION de MANIFESTATIONS SPORTIVES & EDUCATIVES à MARSEILLE Titre 1 - CONSTITUTION - OBJET - SIEGE SOCIAL - DUREE Article 1 : Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents

Plus en détail

LOI N 99/014 DU 22 DECEMBRE 1999 REGISSANT LES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES

LOI N 99/014 DU 22 DECEMBRE 1999 REGISSANT LES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES LOI N 99/014 DU 22 DECEMBRE 1999 REGISSANT LES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES L assemblée nationale a délibéré et adopté, le président de la république promulgue la loi dont la teneur suit : CHAPITRE

Plus en détail

Actualité du Droit Social

Actualité du Droit Social 1 Actualité du Droit Social janvier 2012 Table des matières 1. Actualité jurisprudentielle... 2 1.1 Obligation de sécurité-résultat de l employeur... 2 1.2 Modification de la durée du travail... 2 1.3

Plus en détail

Les Guides des Avocats de France LA SOCIÉTÉ PAR ACTIONS SIMPLIFIÉE

Les Guides des Avocats de France LA SOCIÉTÉ PAR ACTIONS SIMPLIFIÉE Les Guides des Avocats de France LA SOCIÉTÉ PAR ACTIONS SIMPLIFIÉE 2 2005 Les Guides des Avocats de France LA SOCIETE PAR ACTIONS SIMPLIFIEE Page 4 INTRODUCTION Page 6 DÉFINITION Page 7 CARACTÉRISTIQUES

Plus en détail

Charte du cotisant. contrôlé

Charte du cotisant. contrôlé Charte du cotisant contrôlé Le mot du directeur Vous avez été informé de la visite de l un de nos inspecteurs dans le cadre d un contrôle. La CRPCEN s engage, par la présente charte, à vous informer sur

Plus en détail

La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi

La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi La Loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2011 institue une prime de partage des profits, ou

Plus en détail

INDICATEUR (vs. Afrique) Création d'entreprise 12 jours (27,3j) 117 173 56. Transfert de Propriété 120 jours (57,2j) 165 163-2

INDICATEUR (vs. Afrique) Création d'entreprise 12 jours (27,3j) 117 173 56. Transfert de Propriété 120 jours (57,2j) 165 163-2 Disclaimer : Cette fiche pays ne constitue qu un outil de base destiné à présenter aux lecteurs une synthèse globale des régimes juridiques et fiscaux des entreprises d investissement à capital fixe. Elle

Plus en détail

9- Règlement de la CNACG

9- Règlement de la CNACG 9- Règlement de la CNACG Juillet 2014 - Page 205 COMMISSION NATIONALE D AIDE ET DE CONTRÔLE DE GESTION (CNACG) PRÉAMBULE L éthique sportive et la régularité de la compétition exigent que ne soient admises

Plus en détail

Actu Juridique & Sociale Dynamique Entreprise Avril 2015

Actu Juridique & Sociale Dynamique Entreprise Avril 2015 LE POINT SUR La base de données unique (BDU) dans les entreprises de moins de 300 salariés Afin de renforcer l information des instances représentatives du personnel, la loi du 14 juin 2013 a créé un nouveau

Plus en détail

I - Législation du travail :

I - Législation du travail : POLYNESIE FRANCAISE Les dispositions en matière de droit du travail, protection sociale et fiscalité sont différentes de celles en vigueur en Métropole. I - Législation du travail : Autorisation de séjour

Plus en détail

FICHE PRATIQUE Les jours fériés

FICHE PRATIQUE Les jours fériés FICHE PRATIQUE Les jours fériés Chaque année, il revient à l employeur de gérer les périodes comportant des jours fériés, c'est pourquoi il est important de connaitre les règles qui s'appliquent en la

Plus en détail

Loi n 2008-1258 du 3 décembre 2008 en faveur des revenus du travail

Loi n 2008-1258 du 3 décembre 2008 en faveur des revenus du travail Loi n 2008-1258 du 3 décembre 2008 en faveur des revenus du travail Décrets n 2009-350 et n 2009-351 du 30 mars 2009 portant diverses mesures en faveur des revenus du travail I. L intéressement Le crédit

Plus en détail

TMP Ukraine. Expertise-Conseil-Audit

TMP Ukraine. Expertise-Conseil-Audit TMP Ukraine Expertise-Conseil-Audit 36-B rue O. Gontchara, bur. 8 01034 Kiev, Ukraine Tel.: +38(044)234.33.48, +38(067)501.19.60, +38(067)406.97.37 Fax: +38(044)235.39.05 Sofia Tokar Auditeur certifié

Plus en détail

ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LUXEMBOURG. Norme sur les diligences professionnelles de l expert-comptable qui agit comme domiciliataire de sociétés

ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LUXEMBOURG. Norme sur les diligences professionnelles de l expert-comptable qui agit comme domiciliataire de sociétés ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LUXEMBOURG Norme sur les diligences professionnelles de l expert-comptable qui agit comme domiciliataire de sociétés Cette norme professionnelle a été adoptée lors de l'assemblée

Plus en détail

STATUTS DE LA SOCIETE IMMOBILIERE PUBLIQUE «SIP/SM» L an deux mille quatorze, le vingt-troisième jour du mois de Décembre ;

STATUTS DE LA SOCIETE IMMOBILIERE PUBLIQUE «SIP/SM» L an deux mille quatorze, le vingt-troisième jour du mois de Décembre ; 1 STATUTS DE LA SOCIETE IMMOBILIERE PUBLIQUE «SIP/SM» L an deux mille quatorze, le vingt-troisième jour du mois de Décembre ; L Assemblée générale extraordinaire des actionnaires de la SIP ; Vu la loi

Plus en détail

DEFENSE PENALE ET RECOURS

DEFENSE PENALE ET RECOURS DEFINITIONS On entend par : > Assuré : Toute personne réputée assurée au présent contrat, c est-à-dire : Le souscripteur du contrat : personne morale régulièrement déclarée auprès des autorités préfectorales

Plus en détail

P R E T S P R E F E R E N T I E L S E T S U B V E N T I O N S D I N T E R Ê T S

P R E T S P R E F E R E N T I E L S E T S U B V E N T I O N S D I N T E R Ê T S P R E T S P R E F E R E N T I E L S E T S U B V E N T I O N S D I N T E R Ê T S Il est courant pour les employeurs d octroyer à leurs employés des prêts préférentiels ou des subventions d intérêts. L économie

Plus en détail

IMPOSITION DES DIVIDENDES DISTRIBUES EN 2012

IMPOSITION DES DIVIDENDES DISTRIBUES EN 2012 IMPOSITION DES DIVIDENDES DISTRIBUES EN 2012 Les lois de finances de la fin 2012 ont modifié sur de nombreux points le mode d'imposition des dividendes des SARL et des EURL à l'i.s S'agissant des dividendes

Plus en détail

NOTE CIRCULAIRE N 723 RELATIVE AU REMBOURSEMENT DU CREDIT DE TAXE CUMULE

NOTE CIRCULAIRE N 723 RELATIVE AU REMBOURSEMENT DU CREDIT DE TAXE CUMULE NOTE CIRCULAIRE N 723 RELATIVE AU REMBOURSEMENT DU CREDIT DE TAXE CUMULE Dans le cadre de la mise en œuvre des recommandations des assises nationales sur la fiscalité tenues à Skhirat les 29 et 30 avril

Plus en détail

La société en commandite par actions : on n aime que ce qu on connaît...

La société en commandite par actions : on n aime que ce qu on connaît... La société en commandite par actions : on n aime que ce qu on connaît... Peter Verschelden Expert-comptable Lors de la constitution d une nouvelle société, on opte généralement pour une forme de société

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > L'intéressement

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > L'intéressement L'intéressement Textes de référence : Loi n 2001-152 du 19 /02/2001 Lettre circulaire Acoss n 2001-056 du 10 avril 2001 rappelant les modifications apportées aux mécanismes de l épargne salariale Circulaire

Plus en détail

TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF

TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF Chapitre I : Les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières Section I : Dispositions générales Article 264 : Les dispositions du présent chapitre

Plus en détail