SYSTÈMES DE GESTION. Un guide de mise en œuvre AUX EXPLOITANTS AÉRIENS ET AUX ORGANISMES DE MAINTENANCE DES AÉRONEFS. préparé par

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SYSTÈMES DE GESTION. Un guide de mise en œuvre AUX EXPLOITANTS AÉRIENS ET AUX ORGANISMES DE MAINTENANCE DES AÉRONEFS. préparé par"

Transcription

1 Transports Canada Transport Canada SYSTÈMES DE GESTION AUX EXPLOITANTS AÉRIENS ET AUX ORGANISMES DE MAINTENANCE DES AÉRONEFS Un guide de mise en œuvre préparé par la Direction de l aviation commerciale et d affaires et la Direction de la maintenance et de la construction des aéronefs TP F *TP13881F* 03/2002

2 Travaux publics et Services gouvernementaux, Canada, 2002 Le ministère des Transports, Canada autorise la reproduction du contenu de ce guide en tout ou en partie pourvu que pleine reconnaissance soit accordée au ministère des Transports, Canada et que la reproduction du matériel soit exacte. Bien que l utilisation du matériel soit autorisée, le ministère des Transports, Canada se dégage de toute responsabilité quant à la façon dont l information est présentée et à l interprétation de celle-ci. Il est possible que ce guide ne tienne pas compte des dernières modifications apportées au contenu original. Pour obtenir l information la plus récente, veuillez communiquer avec le ministère des Transports, Canada. L information contenue dans ce guide ne doit servir que de guide et ne doit pas être citée à titre d autorité légale. Elle peut devenir périmée, en tout ou en partie, à n importe quel moment et sans préavis. Pour obtenir des renseignements, veuillez communiquer avec le Centre de communications de l Aviation civile au (HNE).

3 Références réglementaires Le présent guide s applique aux modifications proposées aux règlements suivants : RAC (11) RAC 700.xx RAC 720.xx RAC (2)(c) RAC (2)(a)(ii) RAC (3) RAC (5)(o) RAC (oo) RAC RAC

4 Remerciements Le présent matériel d orientation a été préparé par le personnel de la Direction de l aviation commerciale et d affaires et de la Direction de la maintenance et de la construction des aéronefs de l Aviation civile de Transports Canada. Transports Canada souhaite adresser ses remerciements aux personnes, aux sociétés et aux organismes de réglementation suivants de l aide qu ils lui ont apportée dans l élaboration de ce matériel : * M. le Professeur James Reason, University of Manchester * La Division des normes d exploitation, Civil Aviation Authority, Royaume-Uni * Clifford Edwards, Royal Dutch-Shell Group of companies * Air Canada * Le Boeing Commercial Airplane Group * La Direction des services de la sécurité, Aviation civile de Transports Canada Le présent document est un document évolutif et sera examiné périodiquement pour tenir compte des modifications à la réglementation, de la rétroaction de l industrie et des meilleures pratiques reconnues. Les mises à jour seront communiquées par l entremise du site Web de Transports Canada. 2

5 Table des matières RÉFÉRENCES RÉGLEMENTAIRES...1 REMERCIEMENTS...2 INTRODUCTION...5 Avant propos...5 Qu est-ce qu un SGS?...6 Aspects génériques essentiels de l approche du SGS...7 Aspects essentiels particuliers aux exigences réglementaires...8 Pourquoi se donner tout ce mal?...9 COMPOSANTES D UN PROGRAMME DE GESTION DE LA SÉCURITÉ PLAN DE GESTION DE LA SÉCURITÉ...11 Politique de sécurité...11 Objectifs de sécurité...12 Mesure de la performance en matière de sécurité...13 Politiques disciplinaires non punitives...14 Rôles et responsabilités...15 Documentation des rôles et des responsabilités...15 Rôles et responsabilités des personnes...16 Délégation de tâches visant à l exploitation efficace du système de gestion de la sécurité...18 Bureau de la sécurité...18 Comité de sécurité...18 Participation des employés à l établissement et à la mise en œuvre du système...19 Description des composantes du système DOCUMENTATION...21 Reconnaissance des règlements, des normes et des exemptions en matière de sécurité aérienne...21 Documentation décrivant les composantes du système...22 Mise en œuvre des changements à la documentation de l entreprise...22 Maintien d une documentation à jour, pertinente et utile SURVEILLANCE DE LA SÉCURITÉ...25 Processus réactifs...26 Rapport des événements et des dangers...26 Systèmes de rapport des dangers, des événements et des problèmes de sécurité...27 Pourquoi rendre compte?...28 Qu est-ce qui devrait faire l objet d un rapport?

6 Table des matières Enquête relative à un rapport et analyse du rapport...29 Enquête relative à un événement...29 Le processus de MEDA...31 Le processus de PEAT...32 Proactif : Évaluation de la sécurité...33 Détection des dangers...33 Fréquence des évaluations...34 Éléments commun...36 Procédures de rapport...36 Cueillette des données...36 Systèmes de cueillette des données...37 Gestion des risques...37 Plan de mesures correctives...40 Surveillance continue...41 Diffusion des renseignements FORMATION ASSURANCE DE LA QUALITÉ PLAN D INTERVENTION EN CAS D URGENCE...51 CONCLUSION

7 Introduction [ A vant-propos] Les Canadiens jouissent d une cote de sécurité aérienne enviable, tandis que le programme de sécurité de l Aviation civile a été cité par l Organisation de l aviation civile internationale comme étant l un des meilleurs au monde. Toutefois, avec la croissance prévue du transport aérien et la probabilité que cette croissance s accompagne d une hausse du taux d accidents, nous ne pouvons maintenir le statu quo. Pour obtenir les mêmes résultats, nous devons constamment nous mettre au défi d améliorer les normes de sécurité et le travail que nous accomplissons en vue de réduire de façon marquée le taux d accidents. Pour relever ce défi, la Direction de l aviation commerciale et d affaires et la Direction de la maintenance et de la construction des aéronefs ont promulgué des modifications au Règlement de l aviation canadien (RAC) exigeant l établissement de systèmes (SGS) dans certains types d opérations. i Ce matériel d orientation fournit des éclaircissements quant à l objet et à l application des exigences réglementaires proposées. Il est conçu comme un guide pratique en matière d établissement et de mise en œuvre d un SGS destiné aux exploitants aériens et aux organismes de maintenance des aéronefs. Notre intention n est pas que l information qui suit devienne une formule normative pour l établissement du SGS d une entreprise. Le matériel contenu dans les présentes est purement explicatif. Lorsqu il fait référence à des systèmes ou à des éléments existants, l exemple fourni ne sert qu à clarifier certains points et à démontrer que certains systèmes existent déjà. Les auteurs n ont pas l intention de plaider en faveur de l utilisation de l un ou l autre des systèmes en particulier. En s en tenant aux règlements axés sur la performance, le présent guide vise à donner des détails sur les diverses exigences réglementaires en matière de SGS et à proposer des exemples de façons possibles d activer ces éléments. 5

8 Introduction [ Qu est-ce qu un SGS? ] Un SGS est un processus systématique, explicite et global de gestion des risques inhérents à la sécurité, qui intègre des systèmes d exploitation et techniques à la gestion de ressources financières et humaines, pour toutes les activités reliées à un exploitant aérien ou au certificat d un organisme de maintenance agréé. Un SGS constitue une approche de la sécurité rappelant celle d une entreprise. À l instar de tous les systèmes de gestion, celui-ci prévoit l établissement d objectifs, la planification et la mesure de la performance. Il s intéresse à la sécurité organisationnelle plutôt qu aux préoccupations conventionnelles liées à la santé et sécurité au travail. Le SGS d une entreprise définit sa façon dont elle entend que la gestion de la sécurité aérienne soit conduite en tant que partie intégrante des activités de gestion commerciale de l entreprise. Le SGS d une entreprise est intégré dans la structure même d une organisation; il devient partie intégrante de sa culture, de la façon dont les employés s acquittent de leurs fonctions. Les structures et les activités organisationnelles qui composent un SGS sont présentes dans toute l organisation. Chaque employé de chaque service contribue à la bonne tenue de l organisation en matière de sécurité. Dans certains services, l activité reliée à la gestion de la sécurité sera plus évidente dans certains secteurs que d autres, mais il est nécessaire d intégrer le système à la «façon de faire» de l organisation. À cette fin, il faudra mettre en œuvre et soutenir sans cesse une politique cohérente en matière de sécurité et des procédures bien définies. 6

9 Introduction [ ] Aspects génériques essentiels de l approche du SGS Aucune signification particulière n est attribuée à l expression «système de gestion de la sécurité», chaque organisme et l industrie, plus précisément, possède une interprétation qui lui est propre. Du point de vue de l aviation civile, voici les cinq traits caractéristiques qui identifient un système de gestion de la sécurité : Une approche systématique globale de la gestion de la sécurité aérienne au sein de l entreprise qui exploite des aéronefs, dont les interfaces entre l exploitant et ses fournisseurs, ses sous-traitants et ses partenaires commerciaux. Une attention particulière aux dangers inhérents à ce type d entreprise comme à leurs effets sur les activités critiques pour la sécurité. La pleine intégration des considérations relatives à la sécurité aux activités opérationnelles, par un contrôle de la gestion à tous les aspects des processus opérationnels essentiels à la sécurité. La mise en place de processus de sur veillance et de vérification actives, afin de confirmer si les contrôles nécessaires établis au cours du processus de gestion des dangers sont en place et d assurer un engagement actif et continu à l égard de la sécurité. L adoption des principes d assurance de la qualité, dont les mécanismes d amélioration et de rétroaction. Dans sa recherche de moyens pour appliquer les caractéristiques susmentionnées, un organisme peut choisir d utiliser un système disponible sur le marché. Bien que cela puisse convenir à certaines entreprises, le programme doit être adapté aux besoins propres à chaque organisme, plutôt que de présumer que le même système convient à tous. Il faut aussi tenir compte des liens entre les composantes individuelles; celles-ci doivent être liées de façon systématique plutôt que d apparaître comme des unités autonomes. ii 7

10 Introduction [ ] Aspects essentiels particuliers aux exigences réglementaires un plan ; des pouvoirs, des responsabilités et des obligations de rendre compte bien définis à tous les niveaux de l organisation; la communication de rapports sur les événements et les dangers; des procédures de cueillette des données; une analyse des incidents; la détection des dangers et la gestion des risques; une documentation; des exigences relatives à la formation en gestion de la sécurité; un plan d intervention en cas d urgence. 8

11 Introduction [ ] Pourquoi se donner tout ce mal? On dit souvent que la sécurité a une importance économique. À moins qu une entreprise n essuie des pertes ou n estime dans une perspective critique les coûts directs et indirects associés à un événement, il est souvent difficile de se sentir concerné par cet énoncé. Habituellement faciles à quantifier, les coûts directs comprennent les dommages subis par l aéronef, l indemnisation des blessures et des dommages à la propriété, et sont souvent réglés par le biais d une déclaration de sinistre. Il est un peu plus difficile d évaluer les coûts indirects, parce qu ils ne sont pas couverts ou entièrement remboursés par l assurance de l entreprise, et leurs répercussions sont souvent décalées. Au nombre de ces répercussions, mentionnons : les torts commerciaux et à la réputation; les frais de justice et les demandes en dommages-intérêts; les coûts médicaux non couverts par l indemnisation pour accident de travail; les coûts de l usage perdu du matériel (perte de revenus); les heures non travaillées par la ou les personnes blessées et les coûts de rem placement des travailleurs; la hausse des primes d assurance; la récupération et la remise en état de l aéronef; les amendes. L argument économique est encore plus saillant lorsqu on tient compte des statistiques produites par la Boeing Aircraft Corporation. En 1996, Boeing a établi une estimation du coût moyen en dollars américains des événements suivants : Interruption des activités en cours de vol...$ Annulation d un vol...$ Pour chaque heure de retard d un vol...$ Le coût de mise en œuvre et de maintien d un SGS perd en importance, et l investissement en vaut finalement la peine en comparaison du coût de maintien du statu quo. 9

12 COMPOSANTES D UN PROGRAMME DE GESTION DE LA SÉCURITÉ 1 Plan de gestion de la sécurité Si l on veut mettre en œuvre un système efficace de gestion de la sécurité, il est nécessaire de définir quels sont les objectifs de l organisation en matière de sécurité, quelle forme prendra le système et qui assumera la responsabi-lité de ce système. Ceci appelle essentiellement une définition de la philosophie de l organisation quant à l intégration de la sécurité comme la principale fonction de gestion.

13 [ ] Plan de gestion de la sécurité Le plan devrait comporter trois éléments principaux : 1. Une définition de l approche fondamentale qu une société adoptera pour gérer la sécurité au sein de son organisation. Cette définition comprend une politique de sécurité qui définit clairement quelle philosophie et quels objectifs de performance l entreprise a établis pour elle-même. 2. Une définition précise des rôles et des responsabilités de tous les employés qui jouent un rôle en matière de sécurité. 3. Une description des composantes du SGS. Politique de sécurité La politique de sécurité d un exploitant devrait énoncer clairement les intentions de l entreprise, ses principes de gestion et ses aspirations quant à l amélioration continue du niveau de sécurité. Pour y parvenir, il faudra établir des politiques documentées décrivant quels processus et structures organisationnels cet exploitant mettra en place pour assurer le bon fonctionnement du SGS. Cette politique devrait aussi comporter une déclaration soulignant les objectifs de l entreprise et les résultats qu elle souhaite obtenir par le biais du SGS. Il est recommandé que la politique de sécurité comporte une description de chaque élément du système comme l exige le Règlement de l aviation canadien. Cette description ressemblera à celle d autres systèmes telle qu elle apparaît de façon détaillée dans un manuel de contrôle de la maintenance (MCM), un manuel de politique de maintenance (MPM) ou encore un manuel d exploitation de la compagnie (COM). 11

14 Objectifs de sécurité Énoncé de mission > Les objectifs de sécurité de l organisation devraient constituer le point de départ de la politique de sécurité de l entreprise. Ils devraient être accompagnés d une déclaration de haut niveau concernant l engagement de l entreprise à procéder à des améliorations sur le plan de la sécurité et devraient être annoncés et diffusés le plus possible. Par exemple, la mission de Transports Canada est d établir et d administrer des politiques, des règlements et des services pour le meilleur réseau de transport qui soit pour le Canada et les canadiens. L organisation pourrait adopter une position similaire. Un énoncé caractéristique soulignant les objectifs d un programme de gestion de la sécurité pourrait se lire de la façon suivante : Il est important de veiller à ce que les objectifs indiqués soient réalisables et qu ils définissent clairement les limites dans lesquelles l entreprise opérera. Ils devraient être énoncés sans ambiguïté, bien documentés, aisément accessibles et devraient être revus régulièrement. Buts de sécurité Composantes d un programme Le programme vise à l amélioration continue de la sécurité des opérations aériennes de l entreprise ABC par la détection, l élimination et l atténuation de toute anomalie touchant les conditions, les politiques et les procédures, et à s assurer que les employés tiennent compte, en tout temps, des répercussions de leurs propres actes et de ceux de leurs collègues sur la sécurité. La fixation des buts est vitale pour la performance d une organisation. Toutes les organisations ont leurs propres façons d établir et de formuler leurs buts. Dans certaines organisations, les buts ne sont pas formulés de façon très explicite. D autres organisations établissent des buts de manière officielle et documentent le processus. Peu importe la façon dont les buts de gestion sont fixés, peu d organisations excellent dans l art d établir des buts de sécurité. La faiblesse la plus commune sous ce rapport touche les résultats. Par résultats, on entend calculer le nombre d accidents, mais on sait que les compagnies d aviation les plus sûres peuvent avoir des accidents, tandis que des exploitants moins portés sur la sécurité peuvent avoir de la chance et éviter les accidents. Même si le but ultime consiste à ne subir «aucun accident», il existe des façons plus précises et plus utiles de mesurer la sécurité, particulièrement au sein d un système sûr, que celle qui consiste à compter les accidents. La détection et l élimination ou la maîtrise des dangers sont un combat sans fin. Nous aurons toujours des mesures à adopter pour rendre le système plus sûr. Une gestion saine exige qu on détermine ces mesures, qu on décide la façon de les appliquer et d en accepter la responsabilité. Les procédures de gestion des risques peuvent aider les gestionnaires à décider où se situent les risques les plus élevés et à établir un ordre des priorités. Pour fixer les buts de sécurité les plus pertinents, il faut miser sur la détection des faiblesses systémiques et sur les éléments 12

15 précurseurs des accidents, et les éliminer ou les atténuer. Mesure de la performance en matière de sécurité La performance d une activité touchant la sécurité doit faire l objet d une surveillance, à la fois proactive et réactive, afin de veiller à ce que les objectifs de sécurité continuent d être atteints. La surveillance par le biais de vérifications constitue un élément essentiel de cette activité et doit inclure une évaluation quantitative et qualitative. Les résultats de cette surveillance de la performance en matière de sécurité doivent être documentés et utilisés comme rétroaction, et ce, pour améliorer le système. Il est largement reconnu que les taux d accidents ne constituent pas une mesure efficace de la sécurité. iii Ils sont simplement aléatoires et ne sont efficaces que lorsque les taux d accidents sont suffisamment élevés. En outre, se fier aux taux d accidents comme mesure de performance en matière de sécurité peut créer une fausse impression; l hypothèse qu aucun accident indique que l organisme est sécuritaire. En réalité, il existera toujours des conditions latentes au sein du système qui peuvent, si elles ne font pas l objet de surveillance, mener à un accident. Un moyen plus efficace de mesurer la sécurité peut consister à tenir compte de chaque secteur de préoccupation. Par exemple, procéder à une évaluation des améliorations apportées aux méthodes de travail peut s avérer beaucoup plus profitable que de mesurer les taux d accidents. La mesure de la performance doit être liée intégralement à l ensemble des objectifs énoncés des compagnies. Pour ce faire, il faut tenir compte de deux éléments : l élaboration et la mise en œuvre d un ensemble cohérent de mesures de la performance en matière de sécurité, et d un lien bien défini entre les mesures de la performance en matière de sécurité et les mesures de la performance des activités de l organisme. Cela indique une relation transparente entre les objectifs en matière de sécurité de la compagnie et la réalisation de ses objectifs organisationnels et d affaires. iv Un exemple simple est fourni dans le tableau ci-dessous. Objectifs Mesures de la performance en matière de sécurité v Objectif d affaires : réduire les coûts Réduction des taux d assurance Objectif en matière Nombre total des événements de sécurité : diminuer le nombre et la Nombre des événements comportant des gravité des incidents dans dommages seulement dans les hangars Nombre d accidents évités de justesse Leçons apprises à partir des analyses d événement Nombre de plans de mesures correctives élaborés et mis en œuvre 13

16 Politiques disciplinaires non punitive L entreprise doit s efforcer de mettre en œuvre une politique disciplinaire non punitive comme partie intégrante de son SGS. Les employés sont davantage susceptibles de rapporter les événements et de coopérer dans le cadre d une enquête lorsqu un certain niveau d immunité contre la prise de mesures disciplinaires leur est assuré. Lorsqu elle envisage l adoption d une politique disciplinaire non punitive, l entreprise peut prendre en considération le fait que l événement découle ou non d un acte volontaire de la part de la personne concernée et tenir compte des circonstances concomitantes. Par exemple, on pourrait prendre en considération le fait qu une personne ait déjà été mêlée ou non à un événement semblable par le passé et qu elle ait ou non pleinement participé à l enquête. Une politique disciplinaire type pourrait comporter les énoncés suivants : Le principal engagement d AirABC porte sur la sécurité des opérations aériennes. À l appui de cet engagement, nous tablons sur une libre communication de tous les incidents et événements qui compromet tent la sécurité de nos opérations. Nous demandons à chaque employé d accepter la responsabilité de communiquer toute information qui peut avoir une incidence sur l intégrité de la sécurité des vols. Les employés doivent être assurés qu en communiquant de telles informations ils ne feront l objet d aucune représaille, permettant d échanger librement de l information et de le faire de manière ponctuelle. Tous les employés sont avisés que AirABC n adoptera aucune mesure disciplinaire à l endroit d un employé qui révèle un incident ou un événement ayant trait à la sécurité aérienne. Cette politique ne s applique pas à des infractions criminelles, internationales ou réglementaires. AirABC a mis à la disposition de tous les employés des formulaires de rapport de sécurité qu ils utiliseront pour communi quer des renseignements portant sur la sécurité aérienne. Ils sont conçus pour protéger l identité de l employé qui fournit ces renseignements. Ces formulaires sont déjà disponibles dans votre secteur de travail. Nous invitons fortement les employés à collaborer à ce plan pour contribuer au maintien du rôle de chef de file attribué à AirABC pour ce qui est d assurer à ses clients et aux membres de son personnel le plus haut niveau de sécurité en vol. vi Une approche non-disciplinaire n empêche pas l utilisation d une approche générale progressive de mesures disciplinaires dans les cas où un employé est impliqué dans des événements semblables fréquents. Cela peut comprendre les étapes suivantes : première infraction avertissement verbal deuxième infraction avertissement officiel par écrit troisième infraction dernier avertissement par écrit (peut impliquer une suspension) quatrième infraction cessation d emploi. 14

17 Des avertissements par écrit peuvent demeurer en vigueur pendant un an, après quoi une lettre reconnaissant le changement positif d attitude sera rédigée par le superviseur direct de l individu et jointe à l avertissement officiel par écrit qui se trouve au dossier personnel. Rôles et responsabilités Une organisation devrait documenter et définir les rôles et les responsabilités attribués à chaque membre du personnel au sein du SGS. En outre, une déclaration devrait stipuler que chacun a des responsabilités sur le plan de la sécurité. Cela implique que les cadres dirigeants doivent répondre de la sécurité au sein de l entreprise. Le dévouement et l engagement de la haute direction à l égard de la sécurité et des pratiques sécuritaires doivent être affirmés clairement. Il importe que les cadres supérieurs soient perçus comme jouant un rôle de premier plan, actif et fort, au sein du SGS. Ce rôle implique l engagement à allouer les ressources nécessaires à l atteinte des objectifs établis par l organisation. Dans la liste qui suit sont énumérées des activités témoignant de l engagement actif de la haute direction à l égard du SGS : Inscrire les questions de sécurité à l ordre du jour des réunions, depuis le conseil d administration en descendant; activement aux activités et aux examens reliés aux questions de sécurité, tant sur les sites locaux qu éloignés; Allouer les ressources nécessaires, soit le temps et l argent, au traitement de questions reliées à la sécurité; Donner personnellement l exemple dans l accomplissement des tâches quotidiennes Prendre acte des rapports de sécurité soumis par les employés et adopter les mesures appropriées; Promouvoir les sujets reliés à la sécurité dans les publications de l entreprise. vii La culture idéale de la sécurité incarne un esprit d ouverture et affirme son appui au personnel et aux méthodes de travail. Également, la haute direction devrait être accessible et résolue à apporter les changements qui s imposent pour rehausser la sécurité. Les cadres dirigeants devraient être disposés à discuter des tendances et des problèmes de sécurité dégagés à l aide du système. Une culture positive de la sécurité conforte l ensemble des réalisations de l entreprise en matière de sécurité et est cruciale quant à sa réussite. Documentation des rôles et des responsabilités Les lignes directrices suivantes accordent une importance particulière aux secteurs essentiels qui devraient être documentés : les responsabilités de chaque poste et de chaque tâche en matière de sécurité; les habiletés requises pour chaque poste; la ligne de responsabilité pour ce qui est de s assurer des compétences et de la formation nécessaires à l accomplissement des tâches des employés et de veiller à ce qu une formation soit dispensée; les responsabilités du gestionnaire responsable des services d approvisionnement externe. Tous les fournisseurs non approuvés devraient satisfaire aux normes de l entreprise relatives au SGS ou s être dotés d un système équivalent. 15

18 La figure I propose un scénario organisationnel possible, qui répond aux exigences en matière de communication et de liens hiérarchiques au sein d une organisation, tel qu il est précisé dans l avis de proposition de modification au Règlement de l aviation canadien. Les lignes continues représentent les rapports hiérarchiques, tandis que les lignes pointillées représentent les canaux de communication. Figure I: Exemple d'organigramme du SGS Ce diagramme montre les points où les corps organisationnels existants, comme le bureau de la sécurité, s intègrent au SGS. Si on situe ce qui précède dans le contexte actuel, le bureau de la sécurité de plusieurs organisations est encore perçu aujourd hui comme une entité autonome, égale à n importe quel autre corps opérationnel. Les fonctions particulières au SGS sont concentrées dans cette zone fermée et ne sont pas partagées par le reste de l organisation. La gestion de la sécurité est une fonction opérationnelle comparable à toute autre fonction reliée à l exploitation. Les considérations d ordre sécuritaire devraient être intégrées à l organisation, de la même manière que le sont celles d ordre financier. Dans le SGS, la sécurité est perçue comme étant la responsabilité de tous et chacun, et non pas la seule affaire du bureau de la sécurité. Rôles et responsabilités des personnes La gestion efficace de la sécurité exige une définition précise de toutes les voies hiérarchiques au sein de l organisation. Il devrait y avoir une compréhension claire de l obligation de rendre compte, de la responsabilité et du pouvoir de tous les intervenants du système. Des efforts devraient être faits en vue de documenter et de distribuer l organigramme à travers l entreprise, encourageant 16

19 ainsi une compréhension commune du rôle que tous et chacun jouent au sein du SGS. La figure I propose un exemple de la façon dont les lignes de responsabilité peuvent être établies. Dans ce diagramme, les fonctions du SGS sont exécutées par le gestionnaire d assurance de la qualité et par le responsable de la sécurité aérienne. Dans d autres organisations, ces fonctions peuvent être partagées entre les secteurs techniques ou opérationnels, créant ainsi un type de gestion de la sécurité pleinement intégré à toutes les gammes d activités. Le rôle, la responsabilité et l obligation de rendre compte de la direction ayant trait au SGS, ainsi que les lacunes organisationnelles qui ont été reconnues dans l ensemble du système, doivent être définis de façon précise, et les lignes d autorité clairement comprises. Tel qu indiqué dans les exigences réglementaires proposées, il est recommandé que : le gestionnaire supérieur responsable ait la responsabilité de l établissement et du maintien du SGS; le service fonctionnel, qui est le secteur de la responsabilité directe, tels celui de l entretien ou celui de l exploitation des aéronefs, soit responsable du programme de sécurité; la sécurité incombe à chaque membre de l organisation, y compris le personnel affecté aux opérations et à l entretien, ainsi qu aux employés provenant d autres secteurs non techniques, comme celui du marketing ou le service à la clientèle; les fonctions particulières au SGS doivent être exercées par une personne employée au sein du secteur opérationnel où elle travaille. On peut passer outre à cette règle dans les cas où la taille des opérations constitue un obsta cle raisonnable à l attribution de ressources à cette activité; la personne responsable du service fonctionnel concerné, tel le directeur de l ex ploitation ou celui de la maintenance, réponde de la définition et de l application d une mesure corrective globale. Il y a trois raisons à cela : > Le directeur fonctionnel, qui est la personne ayant la responsabilité hiérarchique directe pour le secteur concerné, participe au processus de prise de décision. Dans la plupart des cas, il possède le savoir-faire et l expertise nécessaires pour recommander l adoption d une mesure corrective ou préventive efficace et a le pouvoir d attribuer, le cas échéant, les ressources appropriées. > Le directeur fonctionnel doit assumer la responsabilité de la sécurité au sein de son propre secteur de responsabilité. De cette façon, il participe au processus de «sécurité», en plus de répondre des problèmes survenant dans son secteur fonctionnel. > La fonction d assurance de la qualité est prévue parce que les enquêtes relatives à un événement et les mesures correctives sont deux activités séparées. Cette division élimine la possibilité de conflits d intérêt parce que la personne qui cerne le problème n est pas aussi celle qui détermine quelle doit être la mesure corrective. Cette situation n exclut en rien la discussion des conclusions 17

20 relatives à la sécurité au sein d un comité de sécurité; toutefois, le dernier mot quant à la mesure corrective appropriée revient au directeur fonctionnel responsable. L établissement d une culture de sécurité positive suppose la participation de tous les secteurs de l organisation au processus de sécurité, de sorte que l engagement à l égard de la gestion de la sécurité soit partagé par l ensemble de l entreprise. Délégation de tâches visant à l exploitation efficace du SGS Pour assurer le fonctionnement efficace du SGS, il est essentiel de déléguer les tâches suivantes au personnel de l entreprise, comme il convient. Le rôle, la responsabilité et l obligation de rendre compte de chaque personne ou de chaque poste devraient être bien définis, et les lignes de responsabilité clairement comprises. Tel qu indiqué dans les exigences réglementaires proposées, elle peut être responsable : de l établissement et du maintien d un système de rapport visant à recueillir des données relatives à la sécurité; de la détection des dangers et de l analyse de la gestion des risques; de la conduite d examens périodiques qui déterminent l efficacité du programme; de l élaboration et de l évaluation des résultats des initiatives en matière de sécurité; de la surveillance des problèmes de sécurité éprouvés ailleurs dans l industrie et qui pourraient toucher l organisation; de la détermination de l adéquation des programmes de formation; de la notification des résultats de l analyse des événements aux personnes qui les ont rapportés. Bureau de la sécurité Il n existe aucune exigence réglementaire quant à l existence d un bureau de la sécurité. Toutefois, il est reconnu que les plus grandes organisations pourront choisir de créer un bureau de la sécurité en tant que corps consultatif ou administratif. Dans ce cas, le bureau de la sécurité peut faire office de dépositaire des rapports et des renseignements relatifs à la sécurité, des questions touchant la santé et la sécurité au travail, en plus de mettre à la disposition des gestionnaires fonctionnels leur savoir en matière d évaluation des risques et d analyse des données. Le bureau de la sécurité peut fournir directement au gestionnaire supérieur responsable des données concernant les problèmes de sécurité dégagés par le système. Il faut rappeler que le directeur fonctionnel concerné conserve la responsabilité de communiquer au cadre supérieur responsable les déficiences majeures sur le plan de la sécurité détectées dans le secteur qui lui est propre. En outre, tandis que le bureau de la sécurité peut participer aux discussions portant sur une éventuelle mesure corrective, il est de la responsabilité du directeur fonctionnel de déterminer quelle sera exactement cette mesure corrective et de veiller à ce qu on surveille et évalue les résultats. Le bureau de la sécurité n a pas le pouvoir de renverser les décisions d ordre opérationnel reliées aux problèmes de sécurité signalés par le système ou par le SGS lui-même. Comité de sécurité Les organisations de plus grande taille et plus complexes pourraient tirer profit de la mise en place d un comité de sécurité. De 18

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004 Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité Ébauche septembre 2004 Le présent guide a été conçu dans le but d aider les petits exploitants du domaine de l aviation

Plus en détail

Destinataire : Sociétés pétrolières et gazières relevant de l Office national de l énergie et parties intéressées

Destinataire : Sociétés pétrolières et gazières relevant de l Office national de l énergie et parties intéressées Dossier : Ad GA RG OPR 0301 Destinataire : Sociétés pétrolières et gazières relevant de l Office national de l énergie et parties intéressées Avis de projet de modification réglementaire (APMR) 2011-01

Plus en détail

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF)

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF) RÔLE DE LA FONCTION Finance est une fonction autonome qui rend compte avec exactitude et en temps utile du rendement des unités opérationnelles (y compris les secteurs d activité) de l institution financière

Plus en détail

INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE

INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE CHAPITRE 1 OBJET ET CHAMP D APPLICATION 1.1. Objet Les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (les

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS Dernière modification en vigueur le 1 er mars 2014 Ce document a valeur officielle chapitre V-1.1, r. 7.1 RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS A.M.

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD

COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD Aperçu Lancé en 2004 par l Association minière du Canada, le programme Vers le développement minier durable est un système de contrôle du rendement qui aide

Plus en détail

Exploitation technique des aéronefs

Exploitation technique des aéronefs Normes et pratiques recommandées internationales Extraits de l'annexe 6, Partie I concernant la gestion des risques lies à la fatigue Annexe 6 à la Convention relative à l aviation civile internationale

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Note de mise en œuvre

Note de mise en œuvre Note de mise en œuvre Objet : appliquant l approche standard ou une AMA Catégorie : Fonds propres N o : A & A-1 Date : Mai 2006 I. Introduction L objectif de cette note de mise en œuvre est de présenter

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques. Anne M. Marchetti

Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques. Anne M. Marchetti Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques Anne M. Marchetti Programme Aperçu général de la gestion des risques, de l évaluation des risques et du contrôle interne Contexte actuel Contrôle interne

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération;

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; COMITÉ D AUDIT 1. Composition et quorum minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; seuls des administrateurs indépendants,

Plus en détail

Destinataires : Sociétés réglementées et autres parties intéressées

Destinataires : Sociétés réglementées et autres parties intéressées Dossier OF-EP-Gen-NSD-RSRF 0101 Le 6 octobre 2014 Destinataires : Sociétés réglementées et autres parties intéressées Exigences de dépôt relatives aux forages extracôtiers dans l Arctique canadien de l

Plus en détail

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN Adoptée le 21 juin 1995 CA-95-20-190

Plus en détail

Organisation de l aviation civile internationale RÉUNION RÉGIONALE SPÉCIALE DE NAVIGATION AÉRIENNE (RAN) AFRIQUE-OCÉAN INDIEN (AFI)

Organisation de l aviation civile internationale RÉUNION RÉGIONALE SPÉCIALE DE NAVIGATION AÉRIENNE (RAN) AFRIQUE-OCÉAN INDIEN (AFI) Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL SP AFI/08-WP/45 17/10/08 RÉUNION RÉGIONALE SPÉCIALE DE NAVIGATION AÉRIENNE (RAN) AFRIQUE-OCÉAN INDIEN (AFI) Durban (Afrique du Sud), 24

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Table des matières CONTEXTE...5 OBJET...7 CHAMP D APPLICATION...7 PRINCIPES GÉNÉRAUX ET VALEURS...7 OBJECTIFS GÉNÉRAUX...8 OBJECTIFS PARTICULIERS...8 DISPOSITIONS

Plus en détail

TP 14693F (05/2007) Aviation civile. Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302*

TP 14693F (05/2007) Aviation civile. Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302* Transports Canada Transport Canada TP 14693F (05/2007) Aviation civile Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302* Imprimé au Canada Veuillez acheminer vos commentaires, vos commandes

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

RÈGLES DE GESTION INTERNE

RÈGLES DE GESTION INTERNE RÈGLES DE GESTION INTERNE TITRE: NATURE DU DOCUMENT: Règlement x Procédure Page 1 de 6 x Politique Directive C.A. C.E. x C.G. Direction générale Résolution 00-650-6.00 Direction x Nouveau document x Amende

Plus en détail

Aucun plan ne peut être considéré comme achevé avant d avoir été mis à l essai.

Aucun plan ne peut être considéré comme achevé avant d avoir été mis à l essai. Lignes directrices sur les mises à l essai 1 Les lignes directrices sur la mise à l essai des plans de continuité d activité (PCA) présentées ci-après ont été établies par le sous-comité des plans d'urgence

Plus en détail

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 CONSTRUCTION DE DÉFENSE (1951) LIMITÉE PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 (Modifie et abrège le profil en date

Plus en détail

Procédures de traitement des plaintes relatives à la comptabilité et à la vérification

Procédures de traitement des plaintes relatives à la comptabilité et à la vérification Procédures de traitement des plaintes relatives à la comptabilité et à la vérification Secrétariat Corporate Service corporatif August 7, 2014 V1.0 7 août 2014 V9.0 Pour usage interne Table des matières

Plus en détail

RÈGLEMENT DE CERTIFICATION

RÈGLEMENT DE CERTIFICATION QSE_DOC_015 V4.0 RÈGLEMENT DE CERTIFICATION Systèmes de management Tél. : 01 41 98 09 49 - Fax : 01 41 98 09 48 certification@socotec.com Sommaire Introduction 1. Déroulé d une prestation de certification

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF Approuvée par le Collège du CMF en date du 3 juillet 2013 1 La présente charte définit officiellement les missions, les pouvoirs et les responsabilités de la structure

Plus en détail

Cadre de référence Groupe de travail de la CCSN Examen de l événement nucléaire au Japon : Répercussions sur les centrales nucléaires canadiennes

Cadre de référence Groupe de travail de la CCSN Examen de l événement nucléaire au Japon : Répercussions sur les centrales nucléaires canadiennes Cadre de référence Groupe de travail de la CCSN Examen de l événement nucléaire au Japon : Répercussions sur les centrales nucléaires canadiennes Objet L objectif général consiste à évaluer les répercussions

Plus en détail

QMS-QUA-03 Mesures correctives et préventives

QMS-QUA-03 Mesures correctives et préventives 1 Domaine et application 1.1 Objectif QMS-QUA-03 Mesures correctives et préventives Fournir une méthode efficace et uniforme d aborder les problèmes, les plaintes, les suggestions et les anomalies concernant

Plus en détail

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit Proposition N o : 2015-S05f Au : Conseil d administration Pour : DÉCISION Date : 2015-04-22 1. TITRE Modifications à la charte du Comité d audit 2. BUT DE LA PROPOSITION Obtenir l approbation du conseil

Plus en détail

POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES Politique adoptée par la Résolution CA-2013-2014-7 du conseil d administration du Conservatoire à sa 26 e séance ordinaire tenue

Plus en détail

Questionnaire de pré qualification HSEQ des contractants (Marchés de travaux à risque moyen / élevé)

Questionnaire de pré qualification HSEQ des contractants (Marchés de travaux à risque moyen / élevé) SEREPT HSEQ Questionnaire de pré qualification HSEQ (Marchés de travaux à risque moyen / élevé) SEREPT-HSEQ-07-01-F02 Page 1 sur 7 A propos de ce questionnaire 1. Ce questionnaire a été développé selon

Plus en détail

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE PENSÉE ET VISION STRATÉGIQUE Avoir une perspective globale des enjeux actuels et futurs du client ainsi que de définir des orientations visant

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL DATE : 1 er juillet 2013 SECTION : Programme NUMÉRO : PG301 PAGES : 6 RESPONSABLE : Direction des ressources humaines

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») 1. Généralités CHARTE DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité la gouvernance

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT ISA 610. Utilisation des travaux des auditeurs internes

NORME INTERNATIONALE D AUDIT ISA 610. Utilisation des travaux des auditeurs internes NORME INTERNATIONALE D AUDIT ISA 610 Utilisation des travaux des auditeurs internes This International Standard on Auditing (ISA) 610, Using the Work of Internal Auditors, published by the International

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI)

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI) COMMUNIQUÉ 14-COM-002 14 juillet 2014 Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI) L Association des superviseurs prudentiels des caisses (ASPC) a créé un groupe

Plus en détail

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012 Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE Le 10 août 2005 RAPPEL PLAN

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

Table des matières INTRODUCTION... 3 1. GOUVERNANCE AU SEIN DES INSTITUTIONS APPLIQUANT L APPROCHE STANDARD AU TITRE DU RISQUE OPÉRATIONNEL...

Table des matières INTRODUCTION... 3 1. GOUVERNANCE AU SEIN DES INSTITUTIONS APPLIQUANT L APPROCHE STANDARD AU TITRE DU RISQUE OPÉRATIONNEL... CADRE DE TRAVAIL Caisses non membres d une fédération, sociétés de fiducie et sociétés d épargne désirant adopter une approche standard pour le calcul des exigences de fonds propres au titre du risque

Plus en détail

~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~

~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~ CHARTE DU COMITÉ DU RISQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Approuver le cadre de gestion des

Plus en détail

SERVICE DE VALIDATION DES TITRES DE COMPÉTENCE (SVTC) MARCHE À SUIVRE POUR SOUMETTRE UNE DEMANDE DE VALIDATION DE PROGRAMME

SERVICE DE VALIDATION DES TITRES DE COMPÉTENCE (SVTC) MARCHE À SUIVRE POUR SOUMETTRE UNE DEMANDE DE VALIDATION DE PROGRAMME SERVICE DE VALIDATION DES TITRES DE COMPÉTENCE (SVTC) MARCHE À SUIVRE POUR SOUMETTRE UNE DEMANDE DE VALIDATION DE PROGRAMME Pour obtenir des renseignements, veuillez communiquer avec : Service de l assurance

Plus en détail

RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS

RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS Norme n o 610 RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS 1. Les experts en évaluation d entreprises peuvent se voir

Plus en détail

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels RC4415(F) Avant-propos Le présent rapport annuel au

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1361-00-16 Nombre de pages : 8 POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

En quoi consiste la gestion des dossiers et de l information (GDI)?

En quoi consiste la gestion des dossiers et de l information (GDI)? OBJET Les dossiers et l information sont d importants biens stratégiques pour une organisation et, comme c est le cas d autres éléments organisationnels (ressources humaines, capital et technologie), ils

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ Avril 2009 Table des matières Préambule... 3 Introduction... 4 Champ d application... 5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour... 6 1. Cadre de gestion de la conformité...

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS... 3 A. Membres du Conseil, principes de gouvernance

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3)

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Remarque : Le masculin est utilisé pour faciliter la lecture. PRINCIPES FONDAMENTAUX Les incidents provoqués par des conduites intimidantes ou violentes

Plus en détail

RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES

RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES OBJET : Politique de santé globale du personnel COTE : DG 2013-02 APPROUVÉE PAR : Le conseil d administration le 26 février 2013 EN VIGUEUR LE : 26 février 2013 RESPONSABLE

Plus en détail

Rapport de vérification interne. Cadre de gestion et de contrôle des demandes d agrément. de la Division des régimes de retraite privés

Rapport de vérification interne. Cadre de gestion et de contrôle des demandes d agrément. de la Division des régimes de retraite privés Rapport de vérification interne du Cadre de gestion et de contrôle des demandes d agrément de la Division des régimes de retraite privés du Bureau du surintendant des institutions financières Novembre

Plus en détail

Gestion de l information sur les entreprises (CIM) Rapport d audit Rapport n o 2/15 11 mars 2015

Gestion de l information sur les entreprises (CIM) Rapport d audit Rapport n o 2/15 11 mars 2015 Gestion de l information sur les entreprises (CIM) Rapport d audit Rapport n o 2/15 11 mars 2015 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction

Plus en détail

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Avril 2011 Introduction Étape préalable à la demande Phases de l'évaluation environnementale et de l'examen des permis

Plus en détail

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)]

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)] NATIONS UNIES A Assemblée générale Distr. GÉNÉRALE A/RES/48/218 B 12 août 1994 Quarante-huitième session Point 121 de l ordre du jour RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE [sur le rapport de la Cinquième

Plus en détail

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS Le comité des risques associés à la sécurité, au milieu de travail et aux projets («comité») est un comité

Plus en détail

Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire

Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire Dr CHEN Daoxing, ingénieur expert au Bureau de la sécurité des transports du Canada Présentation générale du système de sécurité Définition

Plus en détail

28 FÉVRIER 2014. Voici les dates importantes se rapportant à l examen du classement du métier de mécanicien-monteur de construction :

28 FÉVRIER 2014. Voici les dates importantes se rapportant à l examen du classement du métier de mécanicien-monteur de construction : 28 FÉVRIER 2014 INVITATION À PRÉSENTER DES DOSSIERS-COMMENTAIRES EXAMEN DU CLASSEMENT DU MÉTIER: MÉCANICIEN-MONTEUR OU MÉCANICIENNE-MONTEUSE DE CONSTRUCTION Conformément l al. 1, par. (6), art. 2 du Règlement

Plus en détail

Outil d évaluation de la FC pour les CIM MD

Outil d évaluation de la FC pour les CIM MD Façon d utiliser le présent document Cet outil est fourni pour aider les candidats aspirant au titre de (CIM MD ) à évaluer la pertinence de leurs activités de formation continue en ce qui a trait aux

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM)

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) 1 ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) CHARTE DU COMITÉ DES FINANCES, DE L AUDIT COMPTABLE ET DE LA GESTION DES RISQUES Mandat Le Comité des finances, de l audit

Plus en détail

Réclamations de la Clientèle

Réclamations de la Clientèle Réclamations de la Clientèle Fiche processus: Traitement des réclamations de la clientèle Vue d'ensemble Domaine Gestion de fortune et gestion de la société Nom du processus Traitement des réclamations

Plus en détail

Code : CD-176-2008. Page 1 de 6. Type de document : Politique Révision prévue : 2011

Code : CD-176-2008. Page 1 de 6. Type de document : Politique Révision prévue : 2011 Adopté par : Code : CD-176-2008 Page 1 de 6 Type de document : Politique Révision prévue : 2011 Comité de direction Adopté le : 2008-10-07 Entré en vigueur le : 2008-10-07 Révisé le : Document(s) remplacé(s)

Plus en détail

CHARTE D AUDIT INTERNE

CHARTE D AUDIT INTERNE CHARTE D AUDIT INTERNE adoptée par le Conseil des gouverneurs le 26 mars 2013 Centre de recherches pour le développement international Ottawa, Canada Assurances et conseils afin de soutenir le développement

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

Directive de la Présidence

Directive de la Présidence Directive de la Présidence Date : 5 mars 2004 DIRECTIVE RELATIVE À LA CONSTITUTION DE FONDS D AFFECTATION SPÉCIALE DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE Section première Dispositions générales 1.1. La présente

Plus en détail

RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE

RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE Loi sur l Assemblée nationale (chapitre A-23.1, a. 124.3) CHAPITRE I APPLICATION 1. Les présentes

Plus en détail

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs Appendice 2 (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs NOTE Dans les propositions de Texte identique, XXX désigne un qualificatif de norme

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE ATTENDU : A. que le paragraphe 83(1) de la Loi sur les Indiens reconnaît le pouvoir des Premières nations de

Plus en détail

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Définition Le terme organisation dans le contexte d un modèle de gestion de la qualité est utilisé pour indiquer

Plus en détail

Manuel d Approche systémique Outils de communication : Préparer un plan de communication

Manuel d Approche systémique Outils de communication : Préparer un plan de communication Manuel d Approche systémique Outils de communication : Préparer un plan de communication Pourquoi un plan de communication? Si vous voulez améliorer la qualité, l accessibilité et la gamme des services

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL. S étant réuni à Genève les 21 et 22 février 2011,

ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL. S étant réuni à Genève les 21 et 22 février 2011, ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL Forum de dialogue mondial sur la sécurité dans la chaîne d approvisionnement concernant le remplissage des conteneurs GDFPC/2011/10 Genève 21-22 février 2011 et conclusions

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS CODE DE CONDUITE DU CONSEIL

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS CODE DE CONDUITE DU CONSEIL CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS CODE DE CONDUITE DU CONSEIL APPLICATION Le présent code de conduite (le «code du conseil») s applique à vous si vous êtes membre du conseil d

Plus en détail

AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ. Direction de l évaluation et de l assurance qualité

AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ. Direction de l évaluation et de l assurance qualité POLITIQUE POL-DEAQ-04 AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ ÉMETTEUR : APPROUVÉ PAR : Direction de l évaluation et de l assurance qualité Conseil d administration DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 6 octobre 2011

Plus en détail

L utilisation et le contenu d un devis d événement

L utilisation et le contenu d un devis d événement Chapitre 4 Annexe B L utilisation et le contenu d un devis d événement Les formules de gestion pour la réalisation ont été discutées à l annexe 4A. Une de ces formules est le lancement, par le promoteur,

Plus en détail

Banque Canadienne Impériale de Commerce Mandat du conseil d administration 1

Banque Canadienne Impériale de Commerce Mandat du conseil d administration 1 1 1. OBJET (1) Les membres du conseil d administration ont le devoir de surveiller la gestion des affaires tant commerciales qu internes de la Banque CIBC. Le conseil d administration donne, à la fois

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE 15 MAI 2012 Document 212021 POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE A. INTRODUCTION Le présent document énonce le processus et les critères définis par le Conseil des normes

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

Partenariats public-privé

Partenariats public-privé Partenariats public-privé Au-delà de l approvisionnement : stratégies de gestion des contrats PPP kpmg.ca/fr CONCRÉTISER LA VALEUR DES PROJETS PPP Le modèle canadien de partenariat publicprivé (PPP) est

Plus en détail

Les exigences de la norme ISO 9001:2008

Les exigences de la norme ISO 9001:2008 Les exigences de la norme ISO 9001:2008! Nouvelle version en 2015! 1 Exigences du client Satisfaction du client Le SMQ selon ISO 9001:2008 Obligations légales Collectivité Responsabilité de la direction

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 23 septembre 2014 MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 1. Introduction La Banque du Canada (la «Banque») est l administrateur du Régime de pension de la Banque du Canada (le «Régime de pension»)

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

RÈGLES POUR LE PASSAGE D UNE CLASSE À L AUTRE AU PRIMAIRE ET POUR LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES

RÈGLES POUR LE PASSAGE D UNE CLASSE À L AUTRE AU PRIMAIRE ET POUR LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES RÈGLES POUR LE PASSAGE D UNE CLASSE À L AUTRE AU PRIMAIRE ET POUR LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES Présentées au conseil d établissement de l école Notre-Dame-du-Rosaire lors de la séance ordinaire du 9 juin 2014.

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION

PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION Statut Le Comité de nomination et de rémunération est un comité consultatif du Conseil d Administration. Il remplit également

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Le conseil d administration (le «conseil») rend compte à l actionnaire et relève du Parlement par l intermédiaire du ministre de l Industrie. Le conseil assume la responsabilité

Plus en détail

La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence.

La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence. 1 CHAMP D APPLICATION La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence. La présente directive s applique à l ensemble du personnel du Fonds d assurance dans l exercice

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET LA BANQUE DE NOUVELLE ÉCOSSE POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET PROCÉDURES Y AFFÉRENTES Supplément au Code d éthique Octobre 2015 BANQUE SCOTIA Table des matières SECTION 1 INTRODUCTION... 3 SECTION 2 RAISON

Plus en détail