Faire la ville avec ses habitants

Advertisement


Advertisement
Documents pareils
QUESTIONS DE VILLE LA DUCHÈRE EN (RE)CONSTRUCTION

Comment savoir si ma commune fait partie du territoire VPah? Consultez le site internet du Pays Loire Val d Aubois à la page partenaires

Dossier de presse. Favoriser l aménagement numérique du territoire

BOULOGNE-SUR-MER Construire ensemble la rue Auguste Delacroix. La maison de Sophie, d architecture

Le Comptoir des Ressources Créatives

DOSSIER DE PRESSE. LABs 41

Présentation du Village d Artisans - TPE de Pornic. Dossier de presse

EXPOSITION «PORTRAITS DE CHANTIER» à la Maison du projet des Bassins à flot LES COLLABORATIONS ARTISTIQUES

Dossier de presse Mars Devenir chef d entreprise avec Netto

Appels à projets, prix et bourses 2013, appel à candidature. Financements privés

FICHE DE BONNE PRATIQUE

DOSSIER DE PRESSE. service d auto-partage de véhicules sans permis

Rapport de Mission à Bopa, Avril 2012

DES CYBERCATALOGUES AUX PLACES DE MARCHÉ POUR L INDUSTRIE DE LA CONSTRUCTION

LE SHOPPING EN MODE PLAISIR LES ALLÉES SHOPPING DE BAYONNE - ONDRES

L année 2016 marque le renouvellement du label décerné, en 2006, à la Ville de Nice : «Ville amie des enfants»

ZONES COMMERCIALES Beaulieu 1 se refait une beauté

Des villes mobilisées pour le droit des femmes

OFFRE DE L ASSOCIATION ECOCENE DANS LE CADRE DE L ANIMATION DES TEMPS PERISCOLAIRES

DOSSIER DE PRESSE. Lancement de Label Emmaüs le grand bazar d Emmaüs bientôt disponible sur le web. Juin 2016

CONTENU DU DOSSIER. Le WE WARN en bref. Contexte de l événement. Contenu de l événement. Programme. L après WE WARN. Organisateur.

Un nouvel EHPAD de 77 places

Grenoble, ville de toutes les citoyennetés

SERVICE ARCHIVES ET DOCUMENTATION. Mairie de Bois-Colombes 15, rue Charles-Duflos

Quand le musée sort de ses murs 17 et 18 Mars 2016

«En tant que relais du champ social, comment organiser sa visite au musée de Bretagne?»

L'HUMANISME MÉTHODOLOGIQUE CONCEPTION ET INGÉNIERIE DU TOURISME TERRITORIAL UNE MUTATION RADICALE

ADRIEN GOLINELLI. [images]studio

Appel à Projet pour l animation et la gestion d un «atelier solidaire» dans le quartier d Empalot à Toulouse

Programme de recherche MICODEV, IRD Urmis Université de Sousse

Objectif thématique 9 : «Promouvoir l inclusion sociale et lutter contre la pauvreté et toute forme de discrimination»

centre social et culturel ambroise-croizat activités

Ou téléchargeables sur le site internet de la mairie de Villeneuve-Loubet :

Le bénévolat aujourd hui

Projet «point de vue sur la ville» Lycée des Charmilles

LES ARCHES MÉTROPOLE. Créateur et Développeur de Pôles de Vie

RAPPORT ANNUEL DE LʼADIE EN ALSACE ANS ET TOUJOURS + INNOVANTE

Pour une véritable mixité sociale dans l arrondissement Ville-Marie

Supra2011, une année en lévitation

LE NOUVEAU SPOT DU TEMPS LIBRE

Patrimoine Solidarité Culture Architecture Art de vivre Urbanisme... OISIEL

World café / Les co-bénéfices des PCET

Reconversion de la caserne Mellinet Atelier Maison du Projet 3 décembre 2016 ateliergeorges

Commune d Ormesson-sur-Marne EDEPOT/ORMESSON

Rapport annuel 2014 Association Lavaux Patrimoine mondial. Rapport annuel 2015

Évènement CareTECH «HealthCare TECHnology Days» ESIGELEC les 2 & 3 décembre 2014 Projet innovation pour le soutien à l autonomie en Seine-Maritime

Enquête annuelle de suivi du programme Adultes-relais SYNTHÈSE NATIONALE

BIMBY, une démarche innovante à l écoute des propriétaires de maisons individuelles

Dossier de presse. Maxime Le Clanche. Octobre 2015

«Pour un accès de tous les jeunes à l art et à la culture» Consultation nationale sur l éducation artistique et culturelle

EHPAD Magneville - Projet d Etablissement 2012/2016 EHPAD JOURDAN. Le Ferrage MAGNEVILLE. Tel : Fax :

Programme ludique et pédagogique de sensibilisation au tri et au recyclage pour les 6-11 ans, à destination des écoles et centres de loisirs.

LYON CITE CAMPUS Campus LyonTech La Doua Campus Charles Mérieux

La première rencontre avec les parents, une étape cruciale

Allocution d ouverture du forum formation :

Projet Educatif Espace-jeux

Le devenir des diplômés de Licence Professionnelle 2010

Dossier de Presse. Défense Mobilité 7 Avril 2011 CONTACTS PRESSE

Lieux de culte, lieux de culture

Etude pour la définition d un lieu de mémoire au CAFI. Etat de la réflexion esquisse de scénario

DEPARTEMENT DES ALPES-MARITIMES

Plan directeur des systèmes de transport intelligents (STI) de la Ville de Montréal

LE XI-EME SOMMET DE LA FRANCOPHONIE, BUCAREST, ROUMANIE, SEPTEMBRE 2006 LES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION DANS L EDUCATION

LES BLEUETS DE PAU ET LA MJC LES FLEURS SARAGOSSE

PROVINCE DE BORDEAUX (4) Enquête sur : LA VIE DE NOS COMMUNAUTES CHRETIENNES AUJOURDʹHUI

Colloque 2005 Achats responsables. Séquence 19 : La restauration collective

01 La Genèse Un Opérateur privé

Siège social : Au pied des marches 15,rue Robert Saint-Etienne

10 jours sans écrans les enfants et les parents d une école de Strasbourg ont relevé le défi

INTERVENTIONS EN MILIEU CULTUREL / ATELIERS JEUNESSE

DISTRICT MULTIPLE 103

dsaa. alternatives urbaines. Diplôme Supérieur d Arts Appliqués Design mention Espace

Consultations pour les marchés. d agences tronçons. et d évènementiel. Vendredi 17 juin 2016

Collège Via Domitia JE 58

Le Developpement Durable

L habitat collectif. et ses relais

Phobie sociale et hypnothérapie. H y p n o t h é r a p i e. Article de Jean Touati, hypnothérapeute

pratique artistique ingénierie de projets

Association le Square

MUSIQUE ET POINTS DE VENTE FOCUS BARS ET CAFÉS

Appel à projets 2010 du Département de Paris pour développer l économie sociale et solidaire notamment l insertion par l activité économique

P E R N E D N R D E R E E N E N CH C A H R A G R E G E LE L S E S P U P B U L B I L CS C

La Résidence des Vignes. Document non contractuel

APPEL A CANDIDATURES ATELIERS D ILLUSTRATION EN PAYS DE LUMBRES

QUAND LA COLLECTIVITÉ MULTIPLIE LES ACTIONS, ELLE CRÉE PLUS D INTERACTIONS. Les Solutions Vie Citoyenne du Groupe Chèque Déjeuner

PROGRAMME SERVICE CIVIQUE REUNIONNAIS à MADAGASCAR Portraits

BOUTIQUE DE GESTION ANJOU DEVIENT BGE ANJOu. Vos initiatives ont un avenir

Communauté Urbaine Grand Toulouse

- Emplois d avenir - La Poste recrute treize jeunes en Auvergne

Section des Formations et des diplômes. Évaluation du diplôme de l École nationale supérieure d'art de la Villa Arson (Nice) DNSEP Option : Art

rapport d activité 2010

Architecture. contemporaine. 19 et 20 janvier Pré-programme. Pôle National de Ressources Ville et architecture Bordeaux

L enseigne Galeries Lafayette, icône du commerce et de la mode, se renforce en France, à l international et sur le web

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 12 FEVRIER 2015 EXPOSE DES MOTIFS

PROGRAMME DE SENSIBILISATION À L ENVIRONNEMENT À DESTINATION DES SCOLAIRES

POSE DE LA 1 ère PIERRE DU NOUVEAU CENTRE COMMERCIAL LES BLEUETS QUARTIER VAL-SAINT-MARTIN - MONT-SAINT-MARTIN

Association Jaccede.com Présentation. Contact : Laure Bonvin

Le 30 Mars 2011 à 11 H 00 LE CENTRE HOSPITALIER EDOUARD TOULOUSE INAUGURE UN NOUVEAU PAVILLON DE 50 LITS EN PSYCHIATRIE GENERALE DOSSIER DE PRESSE

3.2 COMMUNE DE PLAN-DE-CUQUES RÉVISION N 1 ORIENTATION D AMENAGEMENT LES GARDANENS APPROUVÉE LE :

Dossier de presse. 16 e Rencontres Sénatoriales de l Apprentissage Mercredi 13 avril 2016

Advertisement
Transcription:

reportages leroymerlinsource Faire la ville avec ses habitants Un parcours partagé avec les architectes de Construire Patrick Bouchain, un architecte qui joue collectif, est à l origine de la création des associations professionnelles Construire et Notre Atelier Commun. Une première rencontre avec lui en 2012 a permis de tisser des liens entre ce réseau d architectes et Leroy Merlin autour d une idée simple : comme la maison, la ville se construit mieux en étroite collaboration avec ses habitants. Lors des secondes Assises de l habitat en 2013, Sophie Ricard et Sébastien Eymard témoignent avec un groupe d habitants de Boulogne-sur-Mer de la rénovation de leur quartier, avec une architecte en immersion parmi eux pendant deux ans. À partir de là, se tisseront d autres liens avec des magasins à Rennes en premier lieu, puis à Avignon et demain peut-être en Normandie. Une architecte chez Pasteur ou l université foraine Leroy Merlin aux côtés des architectes NOTRE ATELIER COMMUN De Tourcoing à Avignon, les lieux des possibles

Une architecte chez Pasteur ou l université foraine PAR Christel Leca Depuis 2012, la métropole rennaise accueille une autre façon de faire de l architecture : l université foraine. Pour réhabiliter un bâtiment universitaire en centre-ville et une friche industrielle en périphérie, le collectif Notre Atelier Commun a organisé des rencontres avec tous les acteurs du territoire puis coordonné une occupation des lieux par les usagers. Objectif : définir un programme avec les utilisateurs des futurs lieux. Récit avec Sophie Ricard, l architecte qui a mené l expérience. Moulin. Enfin, en juillet, c est la fête : une grande marche citoyenne le long du chemin de halage relie Pasteur à Apigné où les réjouissances se prolongent tard dans la nuit. Lancée en octobre 2012 à Rennes, l université foraine (Ufo), portée par Notre Atelier Commun (voir p.6), s est attachée à la demande de la mairie à trouver un devenir à deux sites inoccupés : le Moulin d Apigné, situé dans un espace naturel basé en périphérie et constitué d anciennes gravières et de quelques bâtiments désaffectés, et le bâtiment Pasteur, ancien équipement universitaire accueillant la faculté des sciences puis la faculté dentaire (le centre de soin dentaire reste encore en activité jusqu en 2018) en plein centre-ville. Une permanence architecturale est assurée par Sophie Ricard, dans le cadre d une convention signée avec la ville de Rennes, Rennes Métropole et le plan urbanisme construction architecture (Puca) à partir de début 2013. Elle recueille les besoins et envies des Rennais à l occasion de rencontres publiques organisées autour de thématiques aussi diverses que le corps, les arts politiques, la mémoire, l appropriation et la propriété, l occupation, la prévention. En mars 2013, deux journées sont consacrées aux «plaisirs et aux malheurs du corps». En avril, ce sont les arts politiques qui font l objet d un débat. En mai, des élèves en art et architecture révèlent les capacités du bâtiment Pasteur et font des propositions de rénovation, sous forme de maquettes et d occupation du site, sur le principe d une arche de Noé dans la ville. En juin, «Mémoire des hommes, mémoire des lieux, mémoire des plantes» réunit tout le monde au Des gens très différents «Ces huit mois de rencontres publiques nous ont permis de connaître les acteurs et les faiseurs du territoire et de comprendre leurs besoins et leurs envies. Puis, nous avons obtenu les clés du bâtiment Pasteur début 2014» raconte Sophie Ricard. Les bâtiments du Moulin sont trop délabrés pour être occupés, mais le site reste un lieu d accueil en extérieur. «Nous avions touché aussi bien des médecins que des agriculteurs, des gens de l insertion sociale, des artistes, des écoles, des institutions, des universités, des maisons des jeunes, des centres sociaux, des citoyens lambda, etc. Des gens très différents qui sont dans le faire et ne se connaissaient pas forcément. Avec l Ufo, on comprend ce qui se passe sur le territoire, on met en lumière les envies. Alors, une fois qu on a les clés, dès qu on ouvre, il se passe plein de choses!» Sortir de son institution «Ils ont besoin de sortir de leur institution» note l architecte. Ainsi, ce psychiatre de l hôpital voisin veut tester une nouvelle forme de thérapie venue du Brésil, la thérapie communautaire, mais sent bien que cela ne marchera pas au sein de l institution psychiatrique. De même, des étudiants de l école nationale de théâtre de Bretagne, sous la direction d Éric Lacascade, ont envie de ramener le théâtre dans la ville hors les murs de l institution pour inventer autre chose. Quant au musée des Beaux-Arts, il souhaite faire sortir ses œuvres, les confronter à un autre lieu, pour inviter à regarder l art autrement. Ou encore des étudiants en architecture amateurs de hip-hop Faire la ville avec ses habitants 2

qui s organisent un cours gratuit, mais où pratiquer? L école ferme à 19 h! Le centre social Kléber propose des soins du corps aux bénéficiaires du Rsa dans un bureau exigu, inadapté à l envie de prendre soin de son corps : Pasteur leur ouvre les bras, à tous. L intérêt général, somme d intérêts particuliers À tous ces acteurs locaux qui ont besoin de trouver une liberté d action et d expérimentation, Pasteur ouvre le champ des possibles. «Il faut retrouver des terrains de jeu où une véritable démocratie s exerce» poursuit Sophie, «où l on se parle, où l on refait du commun en partant des intérêts particuliers de chacun» qui ont tous quelque chose à apporter à la collectivité. C est aussi cela l Ufo : elle part du principe que l intérêt général n existe pas, qu il émergera de la rencontre des intérêts privés de chacun. «Chacun vient avec son projet, sur un temps donné, avec ses valises. Il est responsable tant qu il est dans les lieux, et autonome. Nous ne portons pas de jugement sur la réussite ou non de son projet : il a le droit d expérimenter au contact ou non avec d autres.» De la danse dans une salle d attente C est ce que Sophie Ricard appelle la «place publique» : «il n y en a plus aujourd hui dans les centres-villes ultra gentrifiés. Le travail ne sort plus dans la rue, l artisanat se cache, on vide le centre-ville de ses services, on n y trouve plus que des boutiques de fringues L intérêt de Pasteur, c est qu il abrite un centre dentaire en rez-de-chaussée où des milliers de gens, qui n habitent pas le centre, viennent se faire soigner». 40 000 Rennais fréquentent chaque année le centre rennais de formation hospitalo-universitaire des chirurgiens dentistes. Lui aussi fait l objet d occupations originales. Un ancien étudiant, danseur amateur, a ainsi organisé un ballet dans la salle d attente du centre à la suite d une rencontre publique sur le soin et la prévention organisée dans l amphithéâtre Blanchard (le père de la dentisterie moderne) inutilisé depuis près de dix ans. «De la musique et de la danse dans une salle d attente : pourquoi pas? Ça réveille l hôpital» se réjouit Sophie. Et la sécurité, dans tout ça? Une salle d attente qui n est pas normée pour un ballet, un amphi inutilisé, un bâtiment à l abandon, peuvent-ils recevoir du public? «Parlons tous ensemble des questions de sécurité» répond l architecte. «Soyons intelligents. Même si tout cela n est Faire la ville avec ses habitants 3

pas tout à fait dans les normes, on peut s emparer d un lieu, faire attention, tous ensemble, et ne pas laisser fermés 8 000 m 2 en plein centre-ville!» Alors, lorsqu une association d insertion organise une formation aux premiers secours pour les bénéficiaires du Rsa, c est à Pasteur qu elle le fait avec les pompiers. «Nous avons rencontré les pompiers en amont. Ils nous ont dit à quoi faire attention, nous les avons écoutés. On se fait confiance. Et s il y a un problème, on sait où ils sont.» «Tout ça c est une histoire» Sophie Ricard passe environ trois heures d entretien préalable avec chaque porteur de projet, non pas pour évaluer le projet, «je ne suis pas une directrice artistique» précise-t-elle, mais pour responsabiliser les porteurs. «Je leur explique tout : l Ufo, qui est Nac, d où ça vient, pourquoi on fait ça, d où je viens, de Boulogne, etc. Tout ça, c est une histoire. J explique aussi le contenu politique et philosophique de la démarche. Alors, tout le monde comprend que c est une chance d y participer et tous ont envie d en prendre soin. Pasteur n est ni un squat ni une institution publique où quelqu un va passer le balai derrière eux : c est chez vous! Ça prend du temps, je répète tous les jours la même chose, mais c est comme ça que ça marche. Les gens se prennent en main.» Et tout le monde comprend vite que s il y a un problème, un accident, le lieu risque de fermer. Chacun apporte sa pierre à l édifice, même sans le vouloir Les porteurs ont un projet précis : organiser un atelier artistique avec des jeunes déscolarisés en vue d éditer un fanzine sur la ville, réaliser un clip pour un groupe de musique folk, organiser une exposition photographique déambulatoire de portraits d inconnus rennais, etc. sur un temps donné limité à trois mois. «Sinon, on risque de s installer, c est une sorte de règle que l on s est fixée» dit Sophie Ricard, intuitivement. Sans que cela soit un impératif, les projets apportent toujours quelque chose au lieu. Des artistes muralistes ont réalisé une magnifique fresque dans l escalier (dans le cadre du festival Faire la ville avec ses habitants 4

avec qui l Ufo a monté un partenariat pour récupérer du matériel ou des produits invendus (voir encadré), est venu plusieurs fois en réunion, «ça les change de la zone industrielle où ils travaillent. J aimerais aller plus loin avec eux dans l échange de savoir-faire sur la construction ou le numérique» projette Sophie. Teenage Kicks) ; des étudiants en design passent leur diplôme à Pasteur en construisant des objets autant utiles que beaux ; Tout Atout, un atelier d insertion, construit les tables de la future cuisine. Même une thérapie nouvelle ou un workshop numérique, qui ne laissent pas forcément de trace, «sans le vouloir, apportent leur pierre à l édifice : en choisissant cette pièce, avec cette lumière-là, ils révèlent les potentialités de l architecture. Et puis, c est fabuleux que des personnes en insertion ou soignées à l hôpital psychiatrique côtoient l élite culturelle.» Un lieu de brassage ouvert à tous Car ce ne sont pas seulement les artistes qui ont une place à Pasteur : c est un lieu de brassage et de rencontres ouvert à tous. C est à la permanence architecturale de trouver un équilibre, autour du fil rouge du bien-être issu de l histoire du lieu : «le monde de la culture a l habitude de s approprier des lieux nouveaux. Il faut laisser la place à ceux qui ne l ont pas. Il faut aller les chercher : grâce à l Ufo, nous les avions identifiés, ils nous connaissaient. Et il faut que ça tourne, que ce ne soit pas toujours les mêmes». Une centaine de structures, pas toujours institutionnalisées, sont venues à Pasteur : pour une AG annuelle, pendant un mois en permanence pour monter une pièce de théâtre, deux fois par mois pour faire du sport, etc. Le magasin Leroy Merlin de Chantepie, Réhabiliter sans figer La permanence architecturale a duré jusqu en décembre 2014. Puis la nouvelle équipe municipale issue des élections et dirigée par Nathalie Appéré a repris le flambeau. Elle s est laissé le temps de la réflexion, étudiant le bilan produit par l architecte. Le lieu a été fermé pour quelques mois, puis la permanence a repris en mai 2015 sous la houlette de Territoires Publics, une société d économie mixte intervenant dans la création de nouveaux quartiers, le renouvellement urbain et la construction d équipements publics sur la métropole rennaise. Celleci a confié tout naturellement à Sophie Ricard une mission de coordination des usagers et d assistance à la maîtrise d ouvrage pour la création d une école maternelle au rez-de-chaussée, à la place du centre dentaire qui quitte les lieux en 2018, et la réhabilitation des étages. «Nous avons proposé une réhabilitation sur cinq ans du bâtiment qui restera occupé. Une réhabilitation a minima des étages, rendant cet hôtel à projets aux normes, sans aménagements. Nous n attribuons pas des espaces à une activité, mais plutôt des ailes à des disciplines en fonction de la façon dont les usagers se sont approprié les lieux. Ici le soin, là le numérique, ailleurs des bureaux, dans les grandes salles le sport, etc.» Sophie Ricard Faire la ville avec ses habitants 5

Questionner la gouvernance Après avoir questionné l architecture et les usages, l architecte va donc expérimenter la gouvernance du lieu : «c est passionnant d aller jusqu au bout» s enthousiasme Sophie Ricard. Quel type de structure peut gérer un lieu aussi mouvant accueillant des publics aussi variés? Comment réhabiliter sans fixer les usages? Peut-on simplement mettre aux normes et laisser l usager aménager temporairement un espace puis le laisser libre et vierge pour les usages suivants? Telles sont quelques-unes des questions auxquelles Territoires Publics et Sophie Ricard vont devoir répondre dans les prochaines années. En savoir plus sur : www.hotelpasteur.fr Faire la ville avec ses habitants 6

Leroy Merlin aux côtés des architectes Des liens se tissent grâce aux Ufo entre les magasins Leroy Merlin, les sites et les acteurs du territoire. Témoignages à Rennes et Avignon. C est à l occasion des 2 mes Assises de l habitat organisées par Leroy Merlin à Paris en 2013 que Marie Bonhommeau, chef de secteur service client au magasin de Chantepie-Rennes, a pris connaissance du projet en cours à Pasteur. «Dès que Sophie Ricard est arrivée sur Rennes, je l ai rencontrée pour voir de quelle manière nous pouvions nous intégrer à la démarche.» Créer un maillage Son idée première : créer un maillage avec les acteurs du territoire «et nous ouvrir sur l extérieur, car la grande distribution est souvent à l écart des collectivités» regrette Marie Bonhommeau. La collaboration s instaure : le magasin met à la disposition de la permanence architecturale ses invendus, une pratique déjà bien installée avec les associations locales sur Chantepie. Il organise à Pasteur une réunion des responsables de rayon ou un comité de direction. L occasion de nombreuses rencontres avec des écoles et des associations qui nourrissent des projets liés, par exemple à la domotique, un domaine dans lequel Anne-Marie Dapp souhaite investir son entreprise. «Pour la réfection de nos bureaux à l étage du magasin, nous allons travailler avec l école de design de Rennes que nous avons rencontrée à Pasteur. De même, nous développons des projets avec la maison des associations, comme les Ateliers de la maison ou les Repair cafés.» Autant de contacts et d idées nés de rencontres à l occasion de l Ufo. Changer les habitudes la logistique du magasin, déploie toute son «énergie positive» pour changer les habitudes de ses collègues. «J écris des mails, j envoie des messages via l intranet, je vais en rayon, j explique, je dis : ne jette pas ça, je récupère pour une association qui en a besoin!» Entreprise solidaire Pour Hervé Liétard, chef de secteur matériaux, à l origine de cette collaboration, «cela fait sens, quand on voit le nombre de personnes en difficulté concernées par le projet du tri postal : on est une entreprise solidaire, pas seulement sur le papier! Et puis on fait faire des économies au magasin». Car des produits ou matériaux invendables qui trouvent preneur, ce sont autant de produits ou matériaux qui n auront pas à être recyclés : retours clients, emballages défectueux, pots de peinture cabossés, portes de placards rayées, compresseurs dont la cuve est légèrement enfoncée, etc. «Nous avons évalué à plusieurs milliers d euros chaque année les économies sur le recyclage des pots de peinture invendables» précise le chef de secteur qui espère aussi que dans le cadre de la rénovation du magasin, des espaces pourront être consacrés au stockage des invendus avant qu ils ne soient récupérés par le Triporteur ou d autres associations humanitaires. En savoir plus sur le tri postal Cette expérience a été renouvelée très récemment en Avignon. Depuis mai 2015, le magasin Leroy Merlin met ses invendus à la disposition de l association Triporteur, créée pour gérer le bâtiment de l ancien tri postal qui a fait l objet d une permanence architecturale en 2014/2015. «Si je pouvais récupérer ne serait-ce que le quart de ce qui est jeté, je serais la plus heureuse!» Anne-Marie Dapp, responsable de Faire la ville avec ses habitants 7

NOTRE ATELIER COMMUN NOTRE ATELIER COMMUN REFERENCES 2011 Notre Atelier Commun La Friche la Belle de Mai 41, rue Jobin 13003 Marseille T: 04 95 04 96 35 - F: 04 95 04 95 00 nac@notreateliercommun.org Association loi 1901 Siret n 444 432 793 00016 code APE 94 99Z En savoir plus sur : www.universiteforaine.fr Télécharger la brochure de présentation CCréé en 1999 par Patrick Bouchain, constructeur et scénographe, Notre Atelier Commun (Nac) est une association constituée d architectes, d élus, d artistes et d usagers, installée à Saint-Jacques-de-la-Lande (35). Elle mène des projets liés au paysage, à l architecture et à la ville en questionnant la dimension sociale, culturelle et environnementale de l acte de construire. «Programmer ne sert à rien» expliquait Patrick Bouchain lors d un colloque organisé à Tours sur la permanence architecturale en octobre 2015. «Il faut construire des choses qui trouvent leur fonction en se construisant, inventer la commande, ne pas avoir peur de l expérimentation.» En créant le mouvement Construire, Patrick Bouchain encourage une nouvelle façon de faire de l architecture et de l urbanisme par l usage et l appropriation sociale. Un mouvement ouvert à tous : «tous ceux qui font comme nous peuvent se servir de Construire, le nom n est pas déposé» précise l architecte. De Tourcoing à Avignon, les lieux des possibles RENNES Sophie Ricard CAEN Justine Braun BOULOGNE-SUR-MER Sophie Ricard ST-PIERRE-DES-CORPS Ariane Cohin, Léo Hudson BORDEAUX Paloma Charpentier, Henri Jannet Emeline Romanat BAGNEUX Sophie Beis, Arthur Barbara, Damien Najean TOURCOING Marie Blanckaert CLERMONT-FERRAND Suzie Passaquin, Esther Guillemard AVIGNON Agathe Chiron, Hélène Bucher BATAVILLE Margaux Milhade MARSEILLE Simon Himpens PERMANENCES En cours Passées C est après son expérience à Boulogne-sur- Mer que Sophie Ricard s est installée à Rennes (35). D autres universités foraines et permanences architecturales ont été menées par des architectes de Construire aux quatre coins de France. À St-Pierre-des-corps (37), le Point Haut a été remis aux normes tout en étant occupé par les artistes usagers et l architecte qui vivait dans une caravane sur les lieux. À Bagneux (92), l architecte s est installé dans une baraque de chantier pour la rénovation du «Plus petit cirque du monde», impliquant tout le quartier dans le projet. La réhabilitation de l îlot Stephenson de Tourcoing (59) n aurait pu avoir lieu sans la présence permanente de l architecte Marie Blanckaert qui a permis de reconnecter les habitants hostiles au projet. Esther Guillemard et Suzie Passaquin vivent actuellement à La Gauthière, un quartier sensible de Clermont-Ferrand (63), où elles ont installé un atelier d architecture ouvert au public dans l ancien centre d animation : «lieu de l élaboration du projet, notre permanence se modifie régulièrement pour devenir atelier maquette, espace de projection, bibliothèque, salle d exposition, café, salle de réunion, salon de coiffure» racontent-elles. À Avignon (84), c est une association, le Triporteur, qui a pris le relais de la permanence architecturale d Agathe Chiron et Hélène Bucher au tri postal situé en plein centre-ville : elles ont inventé un programme de réhabilitation au plus proche des résidents, anciens sans domicile fixe, et des acteurs sociaux et culturels de la ville. Quant à Margaux Milhade, son diplôme d architecte tout frais en poche, elle vient de s installer en Moselle pour mener pendant un an une Ufo et trouver avec les acteurs du territoire et les habitants une destination à l ancienne usine de chaussures et sa cité ouvrière de Bataville (57). Faire la ville avec ses habitants 8