Démontrer le caractère injectif / surjectif / bijectif d une application

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Démontrer le caractère injectif / surjectif / bijectif d une application"

Transcription

1 Démontrer le caractère injectif / surjectif / bijectif d une application Il s agit donc de montrer une propriété commençant par un symbole. La démonstration débute donc par : Soit (x 1, x 2 ) E 2. La propriété est alors exprimée par une implication. Au final, on doit écrire : Soit (x 1, x 2 ) E 2. Supposons f(x 1 ) = f(x 2 ) et montrons que x 1 = x 2. On fera apparaître ce squelette en couleur. Cette fiche a pour but de faire un point sur les grandes méthodes à utiliser pour démontrer le caractère injectif / surjectif / bijectif d une application. Ce type de raisonnement sera abordé à l aide de différents exemples. 1 Montrer le caractère injectif d une application 1.1 Démonstration élémentaire On peut parler de démonstration élémentaire ici car il s agit d une méthode de démonstration basique, s appuyant sur la définition. Elle est aussi élémentaire en ce sens qu on montre une propriété sur les éléments de l ensemble de départ de l application. Rappelons la définition d injectivité Définition Définition Soient E et F deux ensembles. Une application f : E F est injective si deux éléments distincts de E ont des images distinctes par f. (x 1, x 2 ) E 2, x 1 x 2 f(x 1 ) f(x 2 ) Il est souvent plus simple de manipuler une propriété énoncée de manière positive. On utilisera donc plutôt la contraposée de la propriété précédente, à savoir : (x 1, x 2 ) E 2, f(x 1 ) = f(x 2 ) x 1 = x Illustration sur des exemples Exercice 1 Soit f : E F et g : F E deux applications. Montrer que : g f = id E f injective. Supposons g f = id E et montrons que f est injective. Soit (x 1, x 2 ) E 2. Supposons f(x 1 ) = f(x 2 ). En composant par g, on obtient g(f(x 1 )) = g(f(x 2 )). Or, par hypothèse, on a g f = id E donc g(f(x 1 )) = x 1 et g(f(x 2 )) = x 2. On en conclut que x 1 = x 2. On a ainsi montré que f est injective. On a donc montré que : g f = id E f injective. Exercice 2 Soient f : E F, g : F G deux applications. On considère l application h : E F G x ( f(x), g(x) ). Montrer que : (f injective OU g injective) h injective. Supposons (f injective OU g injective) et montrons que h est injective. Il y a donc deux cas à traiter. Si f est injective : Soit (x 1, x 2 ) E 2. Supposons h(x 1 ) = h(x 2 ). On a donc h(x 1 ) = (f(x 1 ), g(x 1 )) = (f(x 2 ), g(x 2 )) = h(x 2 ). Ceci montre notamment que f(x 1 ) = f(x 2 ). Or f est injective. On en conclut que x 1 = x 2. On a ainsi montré que h est injective. Si g est injective : on démontre de manière analogue que h est injective. On a donc montré que : (f injective OU g injective) h injective. 1

2 Exercice 3 Soient f : E G, g : F H deux applications. On considère l application h : E F G H ( x 1, x 2 ) ( f(x 1 ), g(x 2 ) ). Montrer que : (f injective ET g injective) h injective. Supposons (f injective ET g injective) et montrons que h est injective. Soit (u, v) (E F ) 2. Supposons h(u) = h(v). u et v sont des éléments de E F. Ceci signifie qu ils s écrivent sous la forme u = (u 1, u 2 ) avec u 1 E et u 2 F et v = (v 1, v 2 ) avec v 1 E et v 2 F. On a alors : h(u) = (f(u 1 ), g(u 2 )) = (f(v 1 ), g(v 2 )) = h(v). Ceci signifie que f(u 1 ) = f(v 1 ) et g(u 2 ) = g(v 2 ). Or f et g sont injectives donc u 1 = v 1 et u 2 = v 2. On en conclut que u = (u 1, u 2 ) = (v 1, v 2 ) = v. On a ainsi montré que h est injective. On a donc montré que : (f injective ET g injective) h injective. 1.2 Démonstration à l aide de propriétés du cours Des propriétés utiles Soient f : E F et g : F G deux applications. 1) g f injective f injective 2) } f injective g injective g f injective 1) Supposons g f injective et montrons que f est injective. Soit (x 1, x 2 ) E 2. Supposons f(x 1 ) = f(x 2 ). En composant par g, on obtient que g(f(x 1 )) = g(f(x 2 )). Or, par hypothèse, l application g f est injective. On en conclut que x 1 = x 2. On a ainsi montré que f est injective. On a donc montré que : g f injective f injective. 2) Supposons f et g injectives et montrons que g f est injective. Soit (x 1, x 2 ) E 2. Supposons g f (x 1 ) = g f (x 2 ). Autrement dit, g(f(x 1 )) = g(f(x 2 )). Or, par hypothèse, l application g est injective. On a donc f(x 1 ) = f(x 2 ). Or, par hypothèse, l application f est injective. On en conclut que x 1 = x 2. On a ainsi montré que g f est injective. On a donc montré que : (f ET g injectives) g f injective. Ces deux propriétés doivent être parfaitement connues et peuvent être utilisées sans avoir à les redémontrer Illustration sur des exemples Utilisation de la propriété 1) On remarque que les énoncés de la propriété 1) et de l Exercice 1 sont très similaires. On reprend ici la démonstration de cet Exercice 1. Supposons g f = id E et montrons que f est injective. L application id E est bijective. Elle est donc notamment injective. Ainsi, g f est injective. On en conclut que f est injective. On a donc montré que : g f = id E f injective. Utilisation de la propriété 2) La propriété 2) est quant à elle utilisable lorsque l on souhaite démontrer le caractère injectif d une application qui apparaît «naturellement» comme composée de deux applications. Exercice 4 Démontrer l injectivité de h : [1, + [ R x ln x 2

3 L application h apparaît comme la composée des applications f : [1, + [ R+ x ln x et g : R+ R x (h = g f). Or f et x g sont injectives (car ce sont des applications réelles strictement croissantes). L application h est donc injective. 2 Montrer le caractère surjectif d une application 2.1 Démonstration élémentaire Définition Définition Soient E et F deux ensembles. Une application f : E F est surjective si tout élément de F admet au moins un antécédent par f. Ce qui revient à dire : f(e) = F. y F, x E, y = f(x) Il s agit donc de montrer une propriété commençant par un symbole. La démonstration débute donc par : Soit y F. La propriété est alors exprimée par un quantificateur existentiel. Il s agit donc d exhiber un élément x E tel que y = f(x). Pour y F fixé, il s agit de démontrer l existence d un élément x E tel que y = f(x). Une rédaction comme : «Soit x E tel que y = f(x)...» est donc impropre puisqu elle suppose l existence de l élément x (c est justement ce que l on cherche à démontrer!). On fera apparaître le squelette de la démonstration en couleur Illustration sur des exemples On reprend les exercices précédents qui ont permis d illustrer la démonstration de l injectivité. Exercice 5 Soit f : E F et g : F E deux applications. Montrer que : g f = id E g surjective. Supposons g f = id E et montrons que g est surjective. Soit y E. Comme g f = id E, on a g(f(y)) = y. Ainsi, y apparaît comme l image par la fonction g de l élément f(y). On a trouvé x F (x = f(y)) tel que y = g(x). Ainsi, g est surjective. On a donc montré que : g f = id E g surjective. Exercice 6 Soient f : E F, g : F G deux applications. On considère l application h : E F G x ( f(x), g(x) ). Si f et g sont surjectives, en est-il de même pour h? Il ne s agit pas ici de montrer de la surjectivité mais de montrer que l implication [(f surjective ET g surjective) h surjective] n est pas vérifiée. Il s agit donc de trouver deux applications f et g surjectives telles que h n est pas surjective (un contre-exemple). On peut prendre E = F = G = R et f(x) = x + 1, g(x) = x + 2. Dans ce cas, h n est pas surjective. En effet, (5, 5) est un élément de R 2 qui n admet pas d antécédent x R par la fonction h. On peut le montrer par l absurde : s il existe x R tel que h(x) = (f(x), h(x)) = (5, 5), alors on a x + 1 = 5 et x + 2 = 5. On trouve donc x = 4 et x = 3, ce qui est impossible. h n est donc pas nécessairement surjective, même si f et g le sont. Exercice 7 Soient f : E G, g : F H deux applications. On considère l application h : E F G H ( x 1, x 2 ) ( f(x 1 ), g(x 2 ) ). Montrer que : (f surjective ET g surjective) h surjective. 3

4 Supposons (f surjective ET g surjective) et montrons que h est surjective. Soit y G H. Ainsi y s écrit y = (y 1, y 2 ) avec y 1 G et y 2 H. Or f est surjective. Il existe donc x 1 E tel que y 1 = f(x 1 ). De même, g est surjective. Il existe donc x 2 F tel que y 2 = f(x 2 ). On a trouvé x E F (x = (x 1, x 2 )) tel que y = h(x). Ainsi, h est surjective. On a donc montré que : (f surjective ET g surjective) h surjective. 2.2 Démonstration à l aide de propriétés du cours Des propriétés utiles Soient f : E F et g : F G deux applications. 3) g f surjective g surjective 4) } f surjective g surjective g f surjective 3) Supposons g f surjective et montrons que g est surjective. Soit y G. Comme g f : E G est surjective, il existe u E tel que y = g f (u). Autrement dit, y = g(f(u)). On a trouvé x F (x = f(u)) tel que y = g(x). Ainsi, g est surjective. On a donc montré que : g f surjective f surjective. 4) Supposons f et g surjectives et montrons que g f : E G est surjective. Soit y G. Comme g : F G est surjective, il existe u F tel que y = g(u). Comme f : E F est surjective, il existe x E tel que u = f(x). Ainsi, y = g(u) = g(f(x)) = g f (x). On a trouvé x E tel que y = g f (x). Ainsi, g f est surjective. On a donc montré que : (f surjective ET g surjective) g f surjective. Ces deux propriétés doivent être parfaitement connues et peuvent être utilisées sans avoir à les redémontrer Illustration sur des exemples Utilisation de la propriété 3) On remarque que les énoncés de la propriété 3) et de l Exercice 5 sont très similaires. On reprend ici la démonstration de cet Exercice 5. Supposons g f = id E et montrons que g est surjective. L application id E est bijective. Elle est donc notamment surjective. Ainsi, g f est surjective. On en conclut que g est surjective. On a donc montré que : g f = id E g surjective. Utilisation de la propriété 4) La propriété 4) est quant à elle utilisable lorsque l on souhaite démontrer le caractère surjectif d une application qui apparaît «naturellement» comme composée de deux applications. Exercice 8 Démontrer la surjectivité de h : [1, + [ R+ x ln x L application h apparaît comme la composée des applications f : [1, + [ R+ x ln x et g : R+ R + x (h = g f). Or f et x g sont surjectives (elles sont même bijectives : faire une étude de fonction). L application h est donc surjective. 4

5 3 Montrer le caractère bijectif d une application 3.1 Démonstration élémentaire Définition Définition Soient E et F deux ensembles. Une application f : E F est bijective si elle est à la fois injective et surjective. De manière équivalente, une application f est une bijection si : y F,!x E, y = f(x) Il y a donc deux manières élémentaires de montrer le caractère bijectif d une application f : E F : a) montrer que f est injective et surjective. b) montrer que tout élément de F admet un et un seul antécédent par f. On ne revient pas sur le point a) qui a déjà été traité dans les sections précédentes. Illustrons le point b) sur un exemple. On fera apparaître le squelette de cette démonstration en couleur Illustration sur un exemple Exercice 9 On considère l application f définie par : f : R\{ 5} R\{2} x 2x 3 x+5 Montrer que f est bien définie, qu elle est bijective et donner sa bijection réciproque. La fonction f est définie pour tout x n annulant pas son dénominateur. Ainsi, D f = R \ { 5}. On souhaite montrer que : y R \ {2},! x R \ { 5}, y = f(x) Soit y R \ {2}. On résout l équation y = f(x) d inconnue x R \ { 5}. Pour ce faire, on raisonne par équivalence : y = f(x) (1 ) y = 2x 3 (2 ) x + 5 y(x + 5) = 2x 3 (3 ) x(y 2) = 3 5y (4 ) x = 3 + 5y (5 ) 2 y ( On a trouvé un unique x R \ { 5} x = 3 + 5y ). Ainsi, f est bijective. 2 y (Notez que la ligne (2 ) est justifiée par le fait que x 5 et que la ligne (5 ) est justifiée par le fait que y 2) Sa bijection réciproque f 1 est donnée par : Pourquoi raisonne-t-on ici par équivalence? Considérons le raisonnement par implication suivant : f 1 : R \ {2} R \ { 5} x 3+5x 2 x Soient y 2 et x 5 tels que y = f(x). Alors (par les mêmes étapes de calcul), x = 3+5y 2 y. Ce raisonnement permet de prouver que s il existe x tel que y s écrit sous la forme y = f(x) alors x est déterminé de manière unique par x = 3+5y 2 y. Mais ceci ne prouve pas qu il existe un tel x. Cette étape primordiale est démontrée par l implication réciproque, qui peut se résumer par : Soient y 2. Alors y = f( 3+5y 2 y ).. 5

6 3.2 Démonstration à l aide de propriétés du cours Des propriétés utiles Soient f : E F et g : F G deux applications. } f bijective 5) g f bijective g bijective Supposons f et g bijectives. f et g sont donc sont notamment injectives. Leur composée g f est donc injective. De même, f et g sont surjectives donc g f est surjective. Ainsi, g f est bijective. Soit f : E F. S il existe g : F E tq { g f = ide f g = id F alors f est bijective et g = f 1. Supposons l existence d une telle fonction g. D après l Exercice 1 (ou la propriété 1 )) on déduit de g f = id E que f est injective et de f g = id F que g est injective. D après l Exercice 5 (ou la propriété 3 )) on déduit de g f = id E que g est surjective et de f g = id F que f est surjective. Ainsi, f et g sont bijectives et ont pour bijection réciproque f 1 et g 1. Enfin, g = f 1 f g = f 1 id F = f Illustration sur des exemples Utilisation de la propriété 5) La propriété 5) est quant à elle utilisable lorsque l on souhaite démontrer le caractère bijectif d une application qui apparaît «naturellement» comme composée de deux applications. Exercice 10 Démontrer la bijectivité de h : [1, + [ R+ x ln x L application h apparaît comme la composée des applications + x ln x et g : R + R + f : [1, + [ R x (h = g f). Or f x et g sont bijectives (faire une étude de fonction). L application h est donc bijective. Utilisation de la seconde propriété Il faut y penser dès que l on voit apparaître l application identité comme composée de deux fonctions. Exercice 11 Soit f : E E une application vérifiant f f f = id E. Montrer que f est bijective et déterminer son inverse. On a (f f) f = id E et f (f f) = id E. Ainsi, l application f est bijective, d inverse f f. Ces deux propriétés doivent être parfaitement connues et peuvent être utilisées sans avoir à les redémontrer. 6

7 Utilisation des propriétés précédentes Pour montrer qu une application est bijective, on peut montrer son caractère injectif et surjectif en utilisant les propriétés précédentes. Exercice 12 Soient f : E F, g : F G, h : G H. On suppose que g f et h g sont bijectives. Démontrer que f, g, h sont bijectives. On montre tout d abord que g est bijective. Comme g f est surjective, g est surjective. Comme h g est injective, g est injective. Ainsi, g et bijective, et sa réciproque g 1 est aussi bijective. On en conclut que f = g 1 (g f) et h = (h g) g 1 sont bijectives car s écrivent comme la composée de deux applications bijectives. Exercice 13 Soient f : A B, g : B C et h : C A telles que : h g f et f h g sont injectives g f h est surjective Montrer que f, g et h sont bijectives. On montre tout d abord que g est bijective. Comme g f h est surjective, g est surjective. Comme f h g est injective, g est injective. Ainsi, g et bijective, et sa réciproque g 1 est aussi bijective. On en conclut que f h = g 1 (g f h) est surjective car est la composée de deux applications surjectives. Ainsi, f est surjective. Or f est aussi injective car (h g) f est injective. Ainsi, f est bijective. Enfin, h = (h g f) f 1 g 1 est injective car est la composée de 3 applications injectives. h est de plus surjective car s écrit comme composée de 3 applications surjectives : h = f 1 g 1 (g f h). Ainsi, h est bijective. 7

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

Problèmes de Mathématiques Filtres et ultrafiltres

Problèmes de Mathématiques Filtres et ultrafiltres Énoncé Soit E un ensemble non vide. On dit qu un sous-ensemble F de P(E) est un filtre sur E si (P 0 ) F. (P 1 ) (X, Y ) F 2, X Y F. (P 2 ) X F, Y P(E) : X Y Y F. (P 3 ) / F. Première Partie 1. Que dire

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats)

EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats) EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats) On cherche à modéliser de deux façons différentes l évolution du nombre, exprimé en millions, de foyers français possédant un téléviseur à écran plat

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

Relation d ordre. Manipulation des relations d ordre. Lycée Pierre de Fermat 2012/2013 Feuille d exercices

Relation d ordre. Manipulation des relations d ordre. Lycée Pierre de Fermat 2012/2013 Feuille d exercices Lycée Pierre de Fermat 2012/2013 MPSI 1 Feuille d exercices Manipulation des relations d ordre. Relation d ordre Exercice 1. Soit E un ensemble fixé contenant au moins deux éléments. On considère la relation

Plus en détail

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités Chapitre II Groupe symétrique 1 Définitions et généralités Définition. Soient n et X l ensemble 1,..., n. On appelle permutation de X toute application bijective f : X X. On note S n l ensemble des permutations

Plus en détail

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015 Énoncé Soit V un espace vectoriel réel. L espace vectoriel des endomorphismes de V est désigné par L(V ). Lorsque f L(V ) et k N, on désigne par f 0 = Id V, f k = f k f la composée de f avec lui même k

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

Bien lire l énoncé 2 fois avant de continuer - Méthodes et/ou Explications Réponses. Antécédents d un nombre par une fonction

Bien lire l énoncé 2 fois avant de continuer - Méthodes et/ou Explications Réponses. Antécédents d un nombre par une fonction Antécédents d un nombre par une fonction 1) Par lecture graphique Méthode / Explications : Pour déterminer le ou les antécédents d un nombre a donné, on trace la droite (d) d équation. On lit les abscisses

Plus en détail

I. Ensemble de définition d'une fonction

I. Ensemble de définition d'une fonction Chapitre 2 Généralités sur les fonctions Fonctions de références et fonctions associées Ce que dit le programme : Étude de fonctions Fonctions de référence x x et x x Connaître les variations de ces deux

Plus en détail

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé Planche n o Fonctions de plusieurs variables Corrigé n o : f est définie sur R \ {, } Pour, f, = Quand tend vers, le couple, tend vers le couple, et f, tend vers Donc, si f a une limite réelle en, cette

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

Le produit semi-direct

Le produit semi-direct Le produit semi-direct Préparation à l agrégation de mathématiques Université de Nice - Sophia Antipolis Antoine Ducros Octobre 2007 Ce texte est consacré, comme son titre l indique, au produit semi-direct.

Plus en détail

Développement décimal d un réel

Développement décimal d un réel 4 Développement décimal d un réel On rappelle que le corps R des nombres réels est archimédien, ce qui permet d y définir la fonction partie entière. En utilisant cette partie entière on verra dans ce

Plus en détail

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé Chapitre 2 Eléments pour comprendre un énoncé Ce chapitre est consacré à la compréhension d un énoncé. Pour démontrer un énoncé donné, il faut se reporter au chapitre suivant. Les tables de vérité données

Plus en détail

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema.

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. Chapitre 5 Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. On s intéresse dans ce chapitre aux dérivées d ordre ou plus d une fonction de plusieurs variables. Comme pour une fonction d une

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

Chapitre VI Fonctions de plusieurs variables

Chapitre VI Fonctions de plusieurs variables Chapitre VI Fonctions de plusieurs variables 6. 1 Fonctions différentiables de R 2 dans R. 6. 1. 1 Définition de la différentiabilité Nous introduisons la différentiabilité sous l angle des développements

Plus en détail

Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés.

Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés. Préparation au CAPES Strasbourg, octobre 2008 Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés. Le problème posé : On se donne deux cercles C et C de centres O et O distincts et de rayons R et R

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Logique. Plan du chapitre

Logique. Plan du chapitre Logique Ce chapitre est assez abstrait en première lecture, mais est (avec le chapitre suivant «Ensembles») probablement le plus important de l année car il est à la base de tous les raisonnements usuels

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach Chapitre 7 Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach L objet de ce chapitre est de définir un calcul fonctionnel holomorphe qui prolonge le calcul fonctionnel polynômial et qui respecte

Plus en détail

Calcul différentiel sur R n Première partie

Calcul différentiel sur R n Première partie Calcul différentiel sur R n Première partie Université De Metz 2006-2007 1 Définitions générales On note L(R n, R m ) l espace vectoriel des applications linéaires de R n dans R m. Définition 1.1 (différentiabilité

Plus en détail

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme Chapitre 3 Quelques fonctions usuelles 1 Fonctions logarithme et eponentielle 1.1 La fonction logarithme Définition 1.1 La fonction 7! 1/ est continue sur ]0, +1[. Elle admet donc des primitives sur cet

Plus en détail

Probabilités sur un univers fini

Probabilités sur un univers fini [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 7 août 204 Enoncés Probabilités sur un univers fini Evènements et langage ensembliste A quelle condition sur (a, b, c, d) ]0, [ 4 existe-t-il une probabilité P sur

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé 2012-2013 1 Petites questions 1 Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? Réponse : Non, car le complémentaire de ], 0[ n est pas ouvert.

Plus en détail

Cours de mathématiques

Cours de mathématiques DEUG MIAS premier niveau Cours de mathématiques année 2003/2004 Guillaume Legendre (version révisée du 3 avril 2015) Table des matières 1 Éléments de logique 1 1.1 Assertions...............................................

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable Eo7 Fonctions de plusieurs variables Eercices de Jean-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-francefr * très facile ** facile *** difficulté moenne **** difficile ***** très difficile I

Plus en détail

Capes 2002 - Première épreuve

Capes 2002 - Première épreuve Cette correction a été rédigée par Frédéric Bayart. Si vous avez des remarques à faire, ou pour signaler des erreurs, n hésitez pas à écrire à : mathweb@free.fr Mots-clés : équation fonctionnelle, série

Plus en détail

Développements limités, équivalents et calculs de limites

Développements limités, équivalents et calculs de limites Développements ités, équivalents et calculs de ites Eercice. Déterminer le développement ité en 0 à l ordre n des fonctions suivantes :. f() e (+) 3 n. g() sin() +ln(+) n 3 3. h() e sh() n 4. i() sin(

Plus en détail

Correction du baccalauréat S Liban juin 2007

Correction du baccalauréat S Liban juin 2007 Correction du baccalauréat S Liban juin 07 Exercice. a. Signe de lnx lnx) : on fait un tableau de signes : x 0 e + ln x 0 + + lnx + + 0 lnx lnx) 0 + 0 b. On afx) gx) lnx lnx) lnx lnx). On déduit du tableau

Plus en détail

a et b étant deux nombres relatifs donnés, une fonction affine est une fonction qui a un nombre x associe le nombre ax + b

a et b étant deux nombres relatifs donnés, une fonction affine est une fonction qui a un nombre x associe le nombre ax + b I Définition d une fonction affine Faire l activité 1 «une nouvelle fonction» 1. définition générale a et b étant deux nombres relatifs donnés, une fonction affine est une fonction qui a un nombre x associe

Plus en détail

Cours3. Applications continues et homéomorphismes. 1 Rappel sur les images réciproques

Cours3. Applications continues et homéomorphismes. 1 Rappel sur les images réciproques Université de Provence Topologie 2 Cours3. Applications continues et homéomorphismes 1 Rappel sur les images réciproques Soit une application f d un ensemble X vers un ensemble Y et soit une partie P de

Plus en détail

Fibonacci et les paquerettes

Fibonacci et les paquerettes Fibonacci et les paquerettes JOLY Romain & RIVOAL Tanguy Introduction Quand on entend dire que l on peut trouver le nombre d or et la suite de Fibonacci dans les fleurs et les pommes de pin, on est au

Plus en détail

Résolution d équations non linéaires

Résolution d équations non linéaires Analyse Numérique Résolution d équations non linéaires Said EL HAJJI et Touria GHEMIRES Université Mohammed V - Agdal. Faculté des Sciences Département de Mathématiques. Laboratoire de Mathématiques, Informatique

Plus en détail

Calcul différentiel. Chapitre 1. 1.1 Différentiabilité

Calcul différentiel. Chapitre 1. 1.1 Différentiabilité Chapitre 1 Calcul différentiel L idée du calcul différentiel est d approcher au voisinage d un point une fonction f par une fonction plus simple (ou d approcher localement le graphe de f par un espace

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Marc HINDRY. Introduction et présentation. page 2. 1 Le langage mathématique page 4. 2 Ensembles et applications page 8

Marc HINDRY. Introduction et présentation. page 2. 1 Le langage mathématique page 4. 2 Ensembles et applications page 8 COURS DE MATHÉMATIQUES PREMIÈRE ANNÉE (L1) UNIVERSITÉ DENIS DIDEROT PARIS 7 Marc HINDRY Introduction et présentation. page 2 1 Le langage mathématique page 4 2 Ensembles et applications page 8 3 Groupes,

Plus en détail

Probabilités sur un univers fini

Probabilités sur un univers fini [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 août 2015 Enoncés 1 Proailités sur un univers fini Evènements et langage ensemliste A quelle condition sur (a,, c, d) ]0, 1[ 4 existe-t-il une proailité P sur

Plus en détail

1 Définition et premières propriétés des congruences

1 Définition et premières propriétés des congruences Université Paris 13, Institut Galilée Département de Mathématiques Licence 2ème année Informatique 2013-2014 Cours de Mathématiques pour l Informatique Des nombres aux structures Sylviane R. Schwer Leçon

Plus en détail

III- Raisonnement par récurrence

III- Raisonnement par récurrence III- Raisonnement par récurrence Les raisonnements en mathématiques se font en général par une suite de déductions, du style : si alors, ou mieux encore si c est possible, par une suite d équivalences,

Plus en détail

Un K-espace vectoriel est un ensemble non vide E muni : d une loi de composition interne, c est-à-dire d une application de E E dans E : E E E

Un K-espace vectoriel est un ensemble non vide E muni : d une loi de composition interne, c est-à-dire d une application de E E dans E : E E E Exo7 Espaces vectoriels Vidéo partie 1. Espace vectoriel (début Vidéo partie 2. Espace vectoriel (fin Vidéo partie 3. Sous-espace vectoriel (début Vidéo partie 4. Sous-espace vectoriel (milieu Vidéo partie

Plus en détail

Seconde Généralités sur les fonctions Exercices. Notion de fonction.

Seconde Généralités sur les fonctions Exercices. Notion de fonction. Seconde Généralités sur les fonctions Exercices Notion de fonction. Exercice. Une fonction définie par une formule. On considère la fonction f définie sur R par = x + x. a) Calculer les images de, 0 et

Plus en détail

Items étudiés dans le CHAPITRE N5. 7 et 9 p 129 D14 Déterminer par le calcul l'antécédent d'un nombre par une fonction linéaire

Items étudiés dans le CHAPITRE N5. 7 et 9 p 129 D14 Déterminer par le calcul l'antécédent d'un nombre par une fonction linéaire CHAPITRE N5 FONCTIONS LINEAIRES NOTION DE FONCTION FONCTIONS LINEAIRES NOTION DE FONCTION FONCTIONS LINEAIRES NOTION DE FONCTION Code item D0 D2 N30[S] Items étudiés dans le CHAPITRE N5 Déterminer l'image

Plus en détail

Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5.

Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5. DÉVELOPPEMENT 32 A 5 EST LE SEUL GROUPE SIMPLE D ORDRE 60 Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5. Démonstration. On considère un groupe G d ordre 60 = 2 2 3 5 et

Plus en détail

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite Suites numériques 3 1 Convergence et limite d une suite Nous savons que les termes de certaines suites s approchent de plus en plus d une certaine valeur quand n augmente : par exemple, les nombres u n

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

Chapitre 2. Matrices

Chapitre 2. Matrices Département de mathématiques et informatique L1S1, module A ou B Chapitre 2 Matrices Emmanuel Royer emmanuelroyer@mathuniv-bpclermontfr Ce texte mis gratuitement à votre disposition a été rédigé grâce

Plus en détail

Exo7. Limites de fonctions. 1 Théorie. 2 Calculs

Exo7. Limites de fonctions. 1 Théorie. 2 Calculs Eo7 Limites de fonctions Théorie Eercice Montrer que toute fonction périodique et non constante n admet pas de ite en + Montrer que toute fonction croissante et majorée admet une ite finie en + Indication

Plus en détail

Correction de l examen de la première session

Correction de l examen de la première session de l examen de la première session Julian Tugaut, Franck Licini, Didier Vincent Si vous trouvez des erreurs de Français ou de mathématiques ou bien si vous avez des questions et/ou des suggestions, envoyez-moi

Plus en détail

6 Equations du première ordre

6 Equations du première ordre 6 Equations u première orre 6.1 Equations linéaires Consiérons l équation a k (x) k u = b(x), (6.1) où a 1,...,a n,b sont es fonctions continûment ifférentiables sur R. Soit D un ouvert e R et u : D R

Plus en détail

Cours d Analyse I et II

Cours d Analyse I et II ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE DE LAUSANNE Cours d Analyse I et II Sections Microtechnique & Science et génie des matériaux Dr. Philippe Chabloz avril 23 Table des matières Sur les nombres. Les nombres

Plus en détail

IV- Equations, inéquations dans R, Systèmes d équations

IV- Equations, inéquations dans R, Systèmes d équations IV- Equations, inéquations dans R, Systèmes d équations 1- Equation à une inconnue Une équation est une égalité contenant un nombre inconnu noté en général x et qui est appelé l inconnue. Résoudre l équation

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 30 avril 2015 Enoncés 1

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 30 avril 2015 Enoncés 1 [http://mpcpgedupuydelomefr] édité le 3 avril 215 Enoncés 1 Exercice 1 [ 265 ] [correction] On note V l ensemble des matrices à coefficients entiers du type a b c d d a b c c d a b b c d a et G l ensemble

Plus en détail

Structures algébriques

Structures algébriques Structures algébriques 1. Lois de composition s Soit E un ensemble. Une loi de composition interne sur E est une application de E E dans E. Soient E et F deux ensembles. Une loi de composition externe

Plus en détail

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Chapitre 6 Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Nous allons maintenant revenir sur les espaces L p du Chapitre 4, à la lumière de certains résultats du Chapitre 5. Sauf mention

Plus en détail

Moments des variables aléatoires réelles

Moments des variables aléatoires réelles Chapter 6 Moments des variables aléatoires réelles Sommaire 6.1 Espérance des variables aléatoires réelles................................ 46 6.1.1 Définition et calcul........................................

Plus en détail

Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire

Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire Cours 02 : Problème général de la Programmation Linéaire. 5 . Introduction Un programme linéaire s'écrit sous la forme suivante. MinZ(ou maxw) =

Plus en détail

Simulation de variables aléatoires

Simulation de variables aléatoires Chapter 1 Simulation de variables aléatoires Références: [F] Fishman, A first course in Monte Carlo, chap 3. [B] Bouleau, Probabilités de l ingénieur, chap 4. [R] Rubinstein, Simulation and Monte Carlo

Plus en détail

Cours d arithmétique Première partie

Cours d arithmétique Première partie Cours d arithmétique Première partie Pierre Bornsztein Xavier Caruso Pierre Nolin Mehdi Tibouchi Décembre 2004 Ce document est la première partie d un cours d arithmétique écrit pour les élèves préparant

Plus en détail

La mesure de Lebesgue sur la droite réelle

La mesure de Lebesgue sur la droite réelle Chapitre 1 La mesure de Lebesgue sur la droite réelle 1.1 Ensemble mesurable au sens de Lebesgue 1.1.1 Mesure extérieure Définition 1.1.1. Un intervalle est une partie convexe de R. L ensemble vide et

Plus en détail

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications A. Optimisation sans contrainte.... Généralités.... Condition nécessaire et condition suffisante

Plus en détail

Chap 4. La fonction exponentielle Terminale S. Lemme : Si est une fonction dérivable sur R telle que : = et 0! = 1 alors ne s annule pas sur R.

Chap 4. La fonction exponentielle Terminale S. Lemme : Si est une fonction dérivable sur R telle que : = et 0! = 1 alors ne s annule pas sur R. Lemme : Si est une fonction dérivable sur R telle que : = et 0! = 1 alors ne s annule pas sur R. Démonstration : Soit la fonction %:& %&!= &!, elle est dérivable sur R et & R, %. &!= &! = &! = %&! gaelle.buffet@ac-montpellier.fr

Plus en détail

Théorie de la Mesure et Intégration

Théorie de la Mesure et Intégration Université Pierre & Marie Curie (Paris 6) Licence de Mathématiques L3 UE LM364 Intégration 1 & UE LM365 Intégration 2 Année 2010 11 Théorie de la Mesure et Intégration Responsable des cours : Amaury LAMBERT

Plus en détail

Équations non linéaires

Équations non linéaires Équations non linéaires Objectif : trouver les zéros de fonctions (ou systèmes) non linéaires, c-à-d les valeurs α R telles que f(α) = 0. y f(x) α 1 α 2 α 3 x Equations non lineaires p. 1/49 Exemples et

Plus en détail

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

Programmation linéaire et Optimisation. Didier Smets

Programmation linéaire et Optimisation. Didier Smets Programmation linéaire et Optimisation Didier Smets Chapitre 1 Un problème d optimisation linéaire en dimension 2 On considère le cas d un fabricant d automobiles qui propose deux modèles à la vente, des

Plus en détail

Développements limités. Notion de développement limité

Développements limités. Notion de développement limité MT12 - ch2 Page 1/8 Développements limités Dans tout ce chapitre, I désigne un intervalle de R non vide et non réduit à un point. I Notion de développement limité Dans tout ce paragraphe, a désigne un

Plus en détail

avec des nombres entiers

avec des nombres entiers Calculer avec des nombres entiers Effectuez les calculs suivants.. + 9 + 9. Calculez. 9 9 Calculez le quotient et le rest. : : : : 0 :. : : 9 : : 9 0 : 0. 9 9 0 9. Calculez. 9 0 9. : : 0 : 9 : :. : : 0

Plus en détail

DOCM 2013 http://docm.math.ca/ Solutions officielles. 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10.

DOCM 2013 http://docm.math.ca/ Solutions officielles. 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10. A1 Trouvez l entier positif n qui satisfait l équation suivante: Solution 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10. En additionnant les termes du côté gauche de l équation en les mettant sur le même dénominateur

Plus en détail

Raisonnement par récurrence Suites numériques

Raisonnement par récurrence Suites numériques Chapitre 1 Raisonnement par récurrence Suites numériques Terminale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Raisonnement par récurrence. Limite finie ou infinie d une suite.

Plus en détail

Commun à tous les candidats

Commun à tous les candidats EXERCICE 3 (9 points ) Commun à tous les candidats On s intéresse à des courbes servant de modèle à la distribution de la masse salariale d une entreprise. Les fonctions f associées définies sur l intervalle

Plus en détail

Extrait du poly de Stage de Grésillon 1, août 2010

Extrait du poly de Stage de Grésillon 1, août 2010 MINI-COURS SUR LES POLYNÔMES À UNE VARIABLE Extrait du poly de Stage de Grésillon 1, août 2010 Table des matières I Opérations sur les polynômes 3 II Division euclidienne et racines 5 1 Division euclidienne

Plus en détail

Exercices Corrigés Premières notions sur les espaces vectoriels

Exercices Corrigés Premières notions sur les espaces vectoriels Exercices Corrigés Premières notions sur les espaces vectoriels Exercice 1 On considére le sous-espace vectoriel F de R formé des solutions du système suivant : x1 x 2 x 3 + 2x = 0 E 1 x 1 + 2x 2 + x 3

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

Dérivation : cours. Dérivation dans R

Dérivation : cours. Dérivation dans R TS Dérivation dans R Dans tout le capitre, f désigne une fonction définie sur un intervalle I de R (non vide et non réduit à un élément) et à valeurs dans R. Petits rappels de première Téorème-définition

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

NOMBRES COMPLEXES. Exercice 1 :

NOMBRES COMPLEXES. Exercice 1 : Exercice 1 : NOMBRES COMPLEXES On donne θ 0 un réel tel que : cos(θ 0 ) 5 et sin(θ 0 ) 1 5. Calculer le module et l'argument de chacun des nombres complexes suivants (en fonction de θ 0 ) : a i( )( )(1

Plus en détail

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé Baccalauréat S ntilles-guyane 11 septembre 14 Corrigé EXERCICE 1 6 points Commun à tous les candidats Une entreprise de jouets en peluche souhaite commercialiser un nouveau produit et à cette fin, effectue

Plus en détail

Suites numériques 4. 1 Autres recettes pour calculer les limites

Suites numériques 4. 1 Autres recettes pour calculer les limites Suites numériques 4 1 Autres recettes pour calculer les limites La propriété suivante permet de calculer certaines limites comme on verra dans les exemples qui suivent. Propriété 1. Si u n l et fx) est

Plus en détail

Problème 1 : applications du plan affine

Problème 1 : applications du plan affine Problème 1 : applications du plan affine Notations On désigne par GL 2 (R) l ensemble des matrices 2 2 inversibles à coefficients réels. Soit un plan affine P muni d un repère (O, I, J). Les coordonnées

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D TITRE : Les Fonctions de Hachage Temps de préparation :.. 2 h 15 minutes Temps de présentation devant le jury :.10 minutes Entretien avec le jury :..10 minutes GUIDE

Plus en détail

Cours arithmétique et groupes. Licence première année, premier semestre

Cours arithmétique et groupes. Licence première année, premier semestre Cours arithmétique et groupes. Licence première année, premier semestre Raphaël Danchin, Rejeb Hadiji, Stéphane Jaffard, Eva Löcherbach, Jacques Printems, Stéphane Seuret Année 2006-2007 2 Table des matières

Plus en détail

Fonction inverse Fonctions homographiques

Fonction inverse Fonctions homographiques Fonction inverse Fonctions homographiques Année scolaire 203/204 Table des matières Fonction inverse 2. Définition Parité............................................ 2.2 Variations Courbe représentative...................................

Plus en détail

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007 Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 7 EXERCICE points. Le plan (P) a une pour équation cartésienne : x+y z+ =. Les coordonnées de H vérifient cette équation donc H appartient à (P) et A n

Plus en détail

F1C1/ Analyse. El Hadji Malick DIA

F1C1/ Analyse. El Hadji Malick DIA F1C1/ Analyse Présenté par : El Hadji Malick DIA dia.elmalick1@gmail.com Description sommaire du cours Porte sur l analyse réelle propose des outils de travail sur des éléments de topologie élémentaire

Plus en détail

Eteindre. les. lumières MATH EN JEAN 2013-2014. Mme BACHOC. Elèves de seconde, première et terminale scientifiques :

Eteindre. les. lumières MATH EN JEAN 2013-2014. Mme BACHOC. Elèves de seconde, première et terminale scientifiques : MTH EN JEN 2013-2014 Elèves de seconde, première et terminale scientifiques : Lycée Michel Montaigne : HERITEL ôme T S POLLOZE Hélène 1 S SOK Sophie 1 S Eteindre Lycée Sud Médoc : ROSIO Gauthier 2 nd PELGE

Plus en détail

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé CCP PSI - 00 Mathématiques : un corrigé Première partie. Définition d une structure euclidienne sur R n [X]... B est clairement symétrique et linéaire par rapport à sa seconde variable. De plus B(P, P

Plus en détail

Optimisation des fonctions de plusieurs variables

Optimisation des fonctions de plusieurs variables Optimisation des fonctions de plusieurs variables Hervé Hocquard Université de Bordeaux, France 8 avril 2013 Extrema locaux et globaux Définition On étudie le comportement d une fonction de plusieurs variables

Plus en détail

Chp. 4. Minimisation d une fonction d une variable

Chp. 4. Minimisation d une fonction d une variable Chp. 4. Minimisation d une fonction d une variable Avertissement! Dans tout ce chapître, I désigne un intervalle de IR. 4.1 Fonctions convexes d une variable Définition 9 Une fonction ϕ, partout définie

Plus en détail

Exercice autour de densité, fonction de répatition, espérance et variance de variables quelconques.

Exercice autour de densité, fonction de répatition, espérance et variance de variables quelconques. 14-3- 214 J.F.C. p. 1 I Exercice autour de densité, fonction de répatition, espérance et variance de variables quelconques. Exercice 1 Densité de probabilité. F { ln x si x ], 1] UN OVNI... On pose x R,

Plus en détail

Premiers exercices d Algèbre. Anne-Marie Simon

Premiers exercices d Algèbre. Anne-Marie Simon Premiers exercices d Algèbre Anne-Marie Simon première version: 17 août 2005 version corrigée et complétée le 12 octobre 2010 ii Table des matières 1 Quelques structures ensemblistes 1 1.0 Ensembles, relations,

Plus en détail

Fonctions homographiques

Fonctions homographiques Seconde-Fonctions homographiques-cours Mai 0 Fonctions homographiques Introduction Voir le TP Géogébra. La fonction inverse. Définition Considérons la fonction f définie par f() =. Alors :. f est définie

Plus en détail