IX. IMAGE D UN OBJET PAR UNE LENTILLE SPHERIQUE MINCE CONVERGENTE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "IX. IMAGE D UN OBJET PAR UNE LENTILLE SPHERIQUE MINCE CONVERGENTE"

Transcription

1 page IX-1 IX. IMGE D UN JET PR UNE LENTILLE SPHERIQUE MINCE CNVERGENTE Nous allons utiliser les foyers 1 et leurs propriétés pour établir la position et la grandeur d une image, connaissant celles de l objet. Nous verrons d abord que, selon la position de l objet, différents cas se présentent. Chacun des cas donne lieu à une ou plusieurs applications. Nous terminerons par une étude quantitative qui s appuie sur la construction géométrique de l image et qui nous fournira les relations de conjugaison et de grandissement 2.. nalyse qualitative de l image d un objet ponctuel Sur l axe optique, deux points, le foyer objet et le centre optique, jouent un rôle particulier pour la position des objets (voir la figure 9.1). (Le troisième point particulier, le foyer image joue un rôle dans la position des images mais pas dans celle des objets.) fig. 9.1 : les points particuliers sur l'axe optique Les positions d un objet par rapport { une lentille convergente se classent donc en trois catégories : avant le foyer objet, entre le foyer objet et la lentille, et enfin après la lentille. Ce classement fait apparaître trois cas particuliers : { l infini, au foyer objet et sur la lentille. 1 Pour la définition des foyers objet et image, voir le chapitre VIII oyers des lentilles sphériques minces, paragraphes C.1.a et C.2.a. 2 Pour la définition des relations de conjugaison et de grandissement, voir le chapitre V ormation des images dans l exemple du miroir plan, paragraphes.3.c et.3.b.

2 8 8' Chapitre IX page IX-2 Nous allons commencer par un objet situé { l infini sur l axe, puis nous allons progressivement le rapprocher de la lentille et enfin terminer par un objet virtuel bjet situé à l infini sur l axe L image est au foyer image. Le faisceau de rayons parallèles est transformé en un faisceau convergent. (Voir la figure 9.2.) fig. 9.2 : objet à l'infini sur l'axe 2. bjet réel situé avant le foyer objet Partant de l infini, nous rapprochons maintenant l objet de la lentille, en restant avant le foyer fig. 9.3 : objet réel situé avant le foyer objet, comparé à un objet situé à l'infini ' objet. Nous allons comparer ces deux situations pour trouver la position de l image. (Voir la figure 9.3.) Le faisceau incident, parallèle dans le premier cas, est maintenant divergent 4. Le faisceau émergent, qui convergeait vers, est donc maintenant moins convergent. Conclusion : un objet réel situé avant le foyer donne une image réelle située après le foyer image. 3. bjet réel situé au foyer objet L image est { l infini sur l axe. Le faisceau incident divergent est transformé en un faisceau de rayons parallèles. (Voir la figure 9.4.) fig. 9.4 : objet réel situé au foyer objet 3 Sur les notions de réalité et virtualité, voir le chapitre V ormation des images dans l exemple du miroir plan, paragraphe.3.a et le chapitre VIII oyers des lentilles sphériques minces, paragraphe. 4 Pour l action d une lentille convergente sur les faisceaux lumineux voir le chapitre VII Les lentilles sphériques, paragraphe.3.

3 page IX-3 4. bjet réel situé entre le foyer objet et la lentille Partant du foyer, nous rapprochons encore l objet de la lentille. Nous allons comparer ces deux situations pour trouver la position de l image. (Voir la figure 9.5.) ' fig. 9.5 : objet réel situé après le foyer objet, comparé à un objet situé au foyer Puisque le faisceau divergent issu de émerge en un faisceau parallèle, le faisceau plus divergent issu de émerge en divergeant (il est cependant moins divergent que son faisceau incident). Les prolongements des rayons émergents se coupent en avant de la lentille. L image est donc virtuelle. lentille donne une image virtuelle (c est { dire située avant la lentille). 5. bjet situé sur la lentille 8' Conclusion : un objet réel situé entre le foyer et la ' Lorsque l objet est situé en, les rayons lumineux convergeant au centre optique ne sont pas déviés, donc l image est, elle aussi, située en. (Voir la figure 9.6.) fig. 9.6 : objet situé sur la lentille 6. bjet virtuel Nous considérons maintenant un faisceau convergent frappant la lentille. Il émerge en un faisceau plus convergent. L image est donc réelle. (Voir la figure 9.7.) ' fig. 9.7 : objet virtuel Comme un faisceau parallèle émerge en convergeant vers, le faisceau convergent émerge en convergeant vers située avant. L image est donc située entre et.

4 8 8 Chapitre IX page IX-4 7. Conclusion Un objet réel situé avant le foyer donne une image réelle (située après le foyer image). Un objet réel situé entre le foyer objet et la lentille donne une image virtuelle. Un objet situé sur la lentille donne une image située sur la lentille. Un objet virtuel donne une image réelle (située entre et ). Un objet situé { l infini donne une image réelle située au foyer image. Un objet réel situé au foyer objet donne une image { l infini. Remarque : Les images sont réelles sauf lorsque l objet est situé entre le foyer objet et la lentille (en mettant { part le cas de l image { l infini).. Etude quantitative des deux cas objet ou image à l infini 1. bjet étendu situé à l infini a) La situation, notion de rayon angulaire Le soleil, les planètes constituent des objets étendus situés { l infini. Ces objets sont vus par nous comme des disques et nous allons nous intéresser à un rayon de ce disque. Le point situé { l infini sur l axe émet un faisceau de rayons parallèles { l axe. Le point situé { l infini hors de l axe émet un faisceau de rayons faisant l angle avec l axe 5. L objet émet donc un ensemble de faisceaux parallèles déterminés par des angles compris entre 0 et. fig. 9.8 : objet étendu situé à l'infini L angle est appelé rayon angulaire du Soleil ou de la planète ; 2 est son diamètre angulaire. b) Position et taille de l image L objet étant { l infini, son image est dans le plan focal image. 5 Sur les objets situés à l infini voir le chapitre VIII oyers des lentilles sphériques minces, paragraphe.1

5 8 8 Chapitre IX page IX-5 Chaque point { l infini hors de l axe a pour image un foyer image secondaire. En particulier le point a pour image le point S donc '.. La taille de l image est Remarquons d abord que l objet est droit, ce qui ' ' entraîne que l angle est positif. Dans le triangle rectangle en (voir figure 9.9), nous calculons : fig. 9.9 : taille de l'image ' ' 'tan f 'tan. ' ' f 'tan. L image est renversée : Le «haut» de la planète, du Soleil ou de la Lune se retrouve «en bas». L image entière est un disque de diamètre 2. Remarque : Les diamètres angulaires du Soleil et de la Lune sont de l ordre de 30 (minutes d arc), ceux des planètes de l ordre de quelques secondes d arc 6. Dans ces cas, l angle faible, donc tan (exprimé en radian), alors : ' - = - f. 2. Image étendue située à l infini a) Construction L objet étendu est alors au foyer objet. fig : objet étendu situé au foyer objet, image étendue située à l'infini est Considérons la figure Le faisceau incident émis par émerge en un faisceau parallèle { l axe formant l image. (Le faisceau incident issu de n est pas tracé sur la figure pour ne pas la brouiller.) Le faisceau incident émis par émerge en un faisceau parallèle formant l image. Chaque point S de l objet donne une image située { l infini dans la direction avec l axe optique. que fait l axe secondaire ( S) L image est formée d un ensemble de faisceaux parallèles déterminés par des angles compris entre 0 et. b) Position et rayon angulaire de l image L objet étant au foyer objet, son image est { l infini. ' 8' 8' 6 Un degré = soixante minutes d arc (1 = 60 ) et une minute d arc = soixante secondes d arc (1 = 60 ).

6 page IX-6 La taille de l image est infinie. L étendue de l image est alors donnée par son rayon angulaire qui est positif car l image est droite 7. Dans le triangle rectangle en (voir la figure 9.10), nous calculons : tan ' tan ' tan ' f ' C. Les trois cas à distance finie 1. bjet étendu réel situé avant le foyer objet a) Schéma D après l analyse qualitative, la lentille convergente en donne une image réelle. ' ' fig : objet étendu réel situé avant le foyer objet b) Image de Pour construire le schéma, nous cherchons d abord { déterminer l image du point objet. Par définition, elle se trouve { l intersection des rayons issus de. Il faut donc en tracer au moins deux. Voir la figure 9.11 : Premier rayon : Le rayon issu de et passant par le centre optique n est pas dévié 8. Deuxième rayon : Le rayon issu de et parallèle { l axe optique émerge en passant par le foyer image 9. L image est { l intersection des deux rayons émergents Si nous plaçons notre œil après la lentille, nous voyons l image vers le haut de la page. 8 Voir chapitre VIII oyers des lentilles sphériques minces, paragraphe.3. 9 Voir chapitre VIII, paragraphe C.1.b. 10 Voir chapitre V ormation des images dans l exemple du miroir plan, paragraphes.1 & 2.

7 page IX-7 c) Stigmatisme La position de est trouvée, un troisième rayon n est pas nécessaire. Cependant comme nous avons { notre disposition un troisième rayon particulier, nous allons le tracer et l étudier. Troisième rayon : Le rayon issu de et passant par le foyer objet émerge parallèlement { l axe optique 11. Le stigmatisme 12 impose que le rayon émergent passe par. Voir la figure Tout rayon et tout faisceau lumineux émis par émergent en passant par. Voir la figure ' fig : stigmatisme ' Remarque : L image se forme même avec un faisceau lumineux ne frappant pas toute la lentille, ou encore en utilisant seulement un fragment de lentille. Elle est seulement moins lumineuse. d) Image de Ensuite, nous pouvons déterminer l image du point. Grâce { l aplanétisme 13, l image d un objet perpendiculaire { l axe optique est aussi perpendiculaire { l axe optique. Donc nous traçons perpendiculairement { l axe optique. La position de est alors déterminée. e) Nature et grandeur de l image Cette construction confirme que l image est réelle. Elle montre en outre que l image est renversée. Elle peut être agrandie ou réduite selon la position de l objet (voir figures 9.13). ' ' ' fig. 9.13a : image réduite fig. 9.13b : image agrandie ' 11 Voir chapitre VIII oyers des lentilles sphériques minces, paragraphe C.2.b. 12 Voir chapitre V ormation des images dans l exemple du miroir plan, paragraphe Voir le chapitre V, paragraphe.4.

8 page IX-8 f) Utilisation : projection et photographie Dans le cas de la figure 9.13a, l objectif d un appareil photo donne de la scène photographiée une image réduite sur la pellicule. Le type de situation de la figure 9.13b sert { former une image agrandie d un objet sur un écran. Par exemple, l image d un film ou d une diapositive. C est ce qu on appelle la projection. g) L œil En première approximation, l œil peut être modélisé par une lentille convergente qui fonctionne comme nous venons de le voir sur la figure 9.13a. De plus, l œil hypermétrope (pas assez convergent) est corrigé { l aide de lentilles convergentes (voir chapitre XI sur l œil). 2. bjet étendu réel situé entre le foyer objet et la lentille a) Construction Nous reprenons la même méthode de construction 14. Le rayon émis par et passant par le centre optique n est pas dévié. Le rayon émis par, parallèle { l axe optique, émerge en passant par. ' ' fig : objet étendu réel situé entre et b) Nature et grandeur de l image Les rayons émergents ne se coupent pas en avant de la lentille ; Leurs prolongements vers l arrière se coupent en. Grâce { l aplanétisme, nous en déduisons. Nous constatons donc que l image est virtuelle. De plus elle est droite et agrandie. c) Utilisation : loupe C est ainsi que fonctionne une loupe. Celle-ci donne d un objet réel situé entre le foyer et la loupe une image virtuelle agrandie. 14 Voir paragraphe C.1.

9 page IX-9 d) Suite de la construction et stigmatisme Pour compléter la construction, considérons le rayon émis par et semblant provenir de. Il émerge parallèlement { l axe optique. Le prolongement vers l arrière de cet émergent passe par. Voir la figure Grâce au stigmatisme, tout rayon et tout faisceau émis par émerge ' ' en semblant provenir de. Voir la figure bjet étendu virtuel fig : stigmatisme a) Construction Sur la figure 9.16 nous reprenons la même méthode de construction 15. Le rayon incident passant par le centre optique et se dirigeant vers n est pas dévié. L incident parallèle { l axe optique et se dirigeant vers, émerge en passant par. ' ' fig : objet étendu virtuel b) Nature et grandeur de l image Les rayons émergents se coupent en. Grâce { l aplanétisme, nous en déduisons. Et nous constatons que l image est réelle, droite et réduite. c) Utilisation : association de lentilles Ce type de situation nécessite deux lentilles : Une première lentille forme d un objet réel, une image réelle. Cette image sert d objet virtuel pour la seconde 16. Nous reviendrons dans le chapitre XII sur quelques associations de lentilles. 15 Voir paragraphe C Voir chapitre VIII oyers des lentilles sphériques minces, paragraphe.1.

10 page IX-10 d) Suite de la construction et stigmatisme Sur la figure 9.16, pour compléter la construction, considérons le rayon incident passant par et se dirigeant vers. Il émerge parallèlement { l axe optique et passe par. Grâce au stigmatisme, tout rayon et tout faisceau incident se dirigeant vers l objet émerge en passant par l image. Voir la figure ' ' fig : stigmatisme 4. Conclusion Dans les trois cas, la méthode de construction est toujours la même. Seules la disposition des rayons et leurs parties réelles ou virtuelles changent. Cependant chaque cas possède son propre intérêt pratique. D. Relations de conjugaison et de grandissement Nous allons déterminer quantitativement la position et la grandeur de l image connaissant celles de l objet. 1. rientation de l espace. Relation de conjugaison. Grandissement transversal 17 L axe optique est orienté dans le sens de la lumière incidente. L axe perpendiculaire { l axe optique est orienté vers le haut de la page. La relation de conjugaison donne la position de l image en fonction de celle de l objet (et des caractéristiques du système optique). Le grandissement transversal est le quotient de la taille algébrique de l image par celle de l objet : ' ' 17 Voir note 2.

11 page IX Etude du schéma a) Rappel du schéma I ' J ' fig : construction de l'image d'un objet étendu Nous raisonnerons sur le premier cas que nous avons rencontré (objet réel situé avant le foyer) mais les démonstrations que nous ferons et les relations que nous allons obtenir sont valables dans les trois cas à distance finie. b) Les trois paires de triangles semblables Considérons la figure Les triangles J et forment une première paire de triangles semblables ; Une deuxième paire est formée des triangles et I ; Et enfin la troisième, des triangles et. Les différents rapports de similitude s écrivent donc : (1) (2) (3) J ' ' ' ' ' I ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' car J ' ' car I ien que les positions des triangles changent, nous retrouvons les mêmes paires de triangles semblables dans les deux autres cas (considérer les figures 9.14 et 9.16). 3. Les relations de grandissement a) Grandissement de Descartes (origine au centre optique) La relation (3) donne immédiatement le grandissement en prenant le centre optique comme origine : ' ' '

12 page IX-12 b) Grandissements de Newton (origines aux foyers) La relation (1) donne immédiatement le grandissement en prenant le foyer objet comme origine : ' ' f ' La relation (2) donne immédiatement le grandissement en prenant le foyer image comme origine : ' ' ' ' ' ' ' f Pour aider { la mémorisation de ces formules, on peut remarquer que l image, lorsqu elle est présente, est toujours au numérateur tandis que l objet, lorsqu il est présent, est toujours au dénominateur. 4. Les relations de conjugaison a) Relation de conjugaison de Descartes La comparaison des relations (2) et (3) donne : ' ' ' ' ' ' ' 1 ' ' ' ' En divisant les deux membres par ' ' ' f ' Cette relation peut aussi s écrire : ' ' 1/ mesure la convergence du faisceau incident : si > 0, le faisceau est convergent ; si <0, le faisceau est divergent ; Plus est grand, moins le faisceau est convergent ou divergent. De même avec ' pour le faisceau émergent. Donc la formule de Descartes montre qu une lentille mince convergente augmente toujours la convergence du faisceau incident, et ceci d une quantité égale à la vergence de la lentille.

13 page IX-13 b) Relation de conjugaison de Newton La comparaison des relations (1) et (2) donne : ' ' ' 2 ' '.. ' f. f ' f ' La formule de Newton montre que ' et sont toujours de signes contraires : si l objet est avant le foyer objet, l image est après le foyer image (l objet et l image sont alors tous les deux réels) ; si l objet est après le foyer objet (objet réel entre le foyer objet et la lentille ou objet virtuel après la lentille), l image est avant le foyer image (image virtuelle avant la lentille ou image réelle entre la lentille et le foyer image). c) pplication : objet situé à l infini Combien la distance entre l objet et la lentille doit-elle valoir pour que celui-ci puisse être considéré comme étant { l infini? - Lorsque l objet peut être considéré comme étant { l infini, alors l image peut être considérée comme étant au foyer image : ' ' ' Pour pouvoir faire cette approximation, il faut et il suffit que : 1 1 ' c est { dire ' Donc, pour être considéré comme étant { l infini, il faut et il suffit que l objet soit situé { une distance grande devant la distance focale image. - Nous pouvons reprendre cette étude en raisonnant de façon qualitative sur les grandeurs caractéristiques. Nous nous interrogeons sur la valeur { donner { la distance de l objet { la lentille, donc sur une distance. Quelles sont les distances caractéristiques d une lentille? Réponse : son épaisseur, les rayons de courbure des dioptres, sa largeur, sa distance focale. Parmi ces distances laquelle intervient pour caractériser la distance d un objet { la lentille? Réponse : la distance focale, comme nous l avons vu dans l analyse qualitative des différents cas. Nous concluons donc qu un objet est { une distance pratiquement infinie de la lentille si cette distance est grande devant la distance focale. - Nous pouvons aussi reprendre cette étude de façon quantitative : «Combien de fois la distance focale doit-elle être contenue dans la distance?»

14 page IX-14 La réponse dépend nécessairement de la précision désirée. Cette précision dépend de la distance. Nous allons choisir par exemple = f /10. (La distance focale est ainsi prise comme unité de mesure.) La relation de conjugaison de Newton donne rapidement le résultat cherché : ' '. f ' 2 2 f ' 2 10 f '. ' f ' 10 f ' D où : f ' 10 f ' 11 f ' 11 f ' Si nous avions choisi = f /100, nous aurions trouvé = 101f, etc. Donc le rapport à fixer entre et f dépend uniquement de la précision désirée. Selon la position de l objet, différents cas se présentent qui se traitent tous avec la même méthode et qui possèdent tous des applications (projection, photo, loupe, associations de lentilles). L étude quantitative nous a conduits aux relations de conjugaison et aux grandissements de Descartes et Newton. Dans le chapitre suivant nous étudierons les lentilles divergentes et nous verrons que la conclusion est sensiblement la même.

15 page IX-15 Résumé Selon la position de l objet, cinq cas se présentent : Trois cas à distances finies : Un objet réel situé avant le foyer donne une image réelle, située après le foyer image, agrandie ou réduite. pplications : projection, photographie. Un objet réel situé entre le foyer objet et la lentille donne une image virtuelle, agrandie. pplication : la loupe. Un objet virtuel donne une image réelle, située entre et, réduite. pplication : associations de lentilles. Deux cas où l une des positions est à l infini : Un objet situé { l infini donne une image réelle située au foyer image. Un objet réel situé au foyer objet donne une image { l infini. pplication : les lunettes astronomiques. Relations de conjugaison et grandissements Grandissement de Descartes (origine au centre optique) ' ' ' Grandissements de Newton (origines aux foyers) ' ' f ' ' ' ' ' ' ' ' f Relation de conjugaison de Descartes ' ' f ' Relation de conjugaison de Newton 2 ' '.. ' f. f ' f '

Université Bordeaux 1 MIS 103 OPTIQUE GÉOMÉTRIQUE

Université Bordeaux 1 MIS 103 OPTIQUE GÉOMÉTRIQUE Université Bordeaux 1 MIS 103 OPTIQUE GÉOMÉTRIQUE Année 2006 2007 Table des matières 1 Les grands principes de l optique géométrique 1 1 Principe de Fermat............................... 1 2 Rayons lumineux.

Plus en détail

OPTIQUE GEOMETRIQUE POLYCOPIE DE COURS

OPTIQUE GEOMETRIQUE POLYCOPIE DE COURS OPTIQUE GEOMETRIQUE POLYCOPIE DE COURS PR. MUSTAPHA ABARKAN EDITION 014-015 Université Sidi Mohamed Ben Abdallah de Fès - Faculté Polydisciplinaire de Taza Département Mathématiques, Physique et Informatique

Plus en détail

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Approche d'un projecteur de diapositives...2 I.Questions préliminaires...2 A.Lentille divergente...2 B.Lentille convergente et

Plus en détail

Chapitre 2 : étude sommaire de quelques instruments d optique 1 Grandeurs caractéristiques des instruments d optique Grossissement

Chapitre 2 : étude sommaire de quelques instruments d optique 1 Grandeurs caractéristiques des instruments d optique Grossissement Chapitre 2 : étude sommaire de quelques instruments d optique 1 Grandeurs caractéristiques des instruments d optique Grossissement Puissance Pouvoir de résolution ou pouvoir séparateur Champ 2 l œil comme

Plus en détail

Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile

Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile W. Lermantoff To cite this version: W. Lermantoff. Sur le grossissement

Plus en détail

Séquence 1. Physique Couleur, vision et image Chimie La réaction chimique. Sommaire

Séquence 1. Physique Couleur, vision et image Chimie La réaction chimique. Sommaire Séquence 1 Physique Couleur, vision et image Chimie La réaction chimique Sommaire 1. Physique : Couleur, vision et image Résumé Exercices 2. Chimie : La réaction chimique Résumé Exercices Séquence 1 Chapitre

Plus en détail

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D. TITRE : Comment s affranchir de la limite de la diffraction en microscopie optique?

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D. TITRE : Comment s affranchir de la limite de la diffraction en microscopie optique? ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D TITRE : Comment s affranchir de la limite de la diffraction en microscopie optique? Temps de préparation :...2 h 15 minutes Temps de présentation devant le jury

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

Découvrir la voûte céleste c est avant tout une balade dans le ciel qui nous entoure. Mais pour se promener d une étoile ou d une galaxie à une

Découvrir la voûte céleste c est avant tout une balade dans le ciel qui nous entoure. Mais pour se promener d une étoile ou d une galaxie à une Patrice Octobre 2012 Découvrir la voûte céleste c est avant tout une balade dans le ciel qui nous entoure. Mais pour se promener d une étoile ou d une galaxie à une autre, il faut savoir où regarder dans

Plus en détail

Faculté de physique LICENCE SNV EXERCICES PHYSIQUE Par MS. MAALEM et A. BOUHENNA Année universitaire 2010-2011

Faculté de physique LICENCE SNV EXERCICES PHYSIQUE Par MS. MAALEM et A. BOUHENNA Année universitaire 2010-2011 Faculté de physique LICENCE SNV L1 EXERCICES DE PHYSIQUE Par Année universitaire 2010-2011 OPTIQUE GÉOMÉTRIQUE: GÉNÉRALITÉS ET MIROIR PLAN Ex. n 1: Citer quelques systèmes optiques, d'usage courant. Ex.

Plus en détail

Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses. Guillaume Martinez 17 décembre 2007

Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses. Guillaume Martinez 17 décembre 2007 Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses Guillaume Martinez 17 décembre 2007 1 Table des matières 1 Le projet 3 1.1 Objectif................................ 3 1.2 Les choix techniques.........................

Plus en détail

DURÉE DU JOUR EN FONCTION DE LA DATE ET DE LA LATITUDE

DURÉE DU JOUR EN FONCTION DE LA DATE ET DE LA LATITUDE DURÉE DU JUR E FCTI DE LA DATE ET DE LA LATITUDE ous allons nous intéresser à la durée du jour, prise ici dans le sens de période d éclairement par le Soleil dans une journée de 4 h, en un lieu donné de

Plus en détail

Les interférences lumineuses

Les interférences lumineuses Les interférences lumineuses Intérêt de l étude des interférences et de la diffraction : Les interférences sont utiles pour la métrologie, la spectrométrie par transformée de Fourier (largeur de raie),

Plus en détail

1 radian. De même, la longueur d un arc de cercle de rayon R et dont l angle au centre a pour mesure α radians est α R. R AB =R.

1 radian. De même, la longueur d un arc de cercle de rayon R et dont l angle au centre a pour mesure α radians est α R. R AB =R. Angles orientés Trigonométrie I. Préliminaires. Le radian Définition B R AB =R C O radian R A Soit C un cercle de centre O. Dire que l angle géométrique AOB a pour mesure radian signifie que la longueur

Plus en détail

"La collimation est la première cause de mauvaises images dans les instruments amateurs" Walter Scott Houston

La collimation est la première cause de mauvaises images dans les instruments amateurs Walter Scott Houston "La collimation est la première cause de mauvaises images dans les instruments amateurs" Walter Scott Houston F.Defrenne Juin 2009 Qu est-ce que la collimation en fait? «Newton»? Mais mon télescope est

Plus en détail

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES Théorème - Définition Soit un cercle (O,R) et un point. Une droite passant par coupe le cercle en deux points A et

Plus en détail

Comment fabriquer un miroir de télescope?

Comment fabriquer un miroir de télescope? Comment fabriquer un miroir de télescope? Origine et historique du projet: Le concours «olympiades de physique» étant consacré plus particulièrement cette année à l'astronomie, un groupe de lycéens de

Plus en détail

Plan du cours : électricité 1

Plan du cours : électricité 1 Semestre : S2 Module Physique II 1 Electricité 1 2 Optique géométrique Plan du cours : électricité 1 Partie A : Electrostatique (discipline de l étude des phénomènes liés aux distributions de charges stationnaires)

Plus en détail

La spectrophotométrie

La spectrophotométrie Chapitre 2 Document de cours La spectrophotométrie 1 Comment interpréter la couleur d une solution? 1.1 Décomposition de la lumière blanche En 1666, Isaac Newton réalise une expérience cruciale sur la

Plus en détail

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Spectrophotomètre à réseau...2 I.Loi de Beer et Lambert... 2 II.Diffraction par une, puis par deux fentes rectangulaires... 3

Plus en détail

L.T.Mohammedia CHAINE D ENERGIE - DESSIN TECHNIQUE S.CHARI

L.T.Mohammedia CHAINE D ENERGIE - DESSIN TECHNIQUE S.CHARI I. Introduction Pourquoi le dessin technique? Le Dessin Technique est une façon de représenter des pièces réelles (donc en 3 dimensions) sur une feuille de papier (donc en 2 dimensions) que l on appelle

Plus en détail

Seconde MESURER LA TERRE Page 1 MESURER LA TERRE

Seconde MESURER LA TERRE Page 1 MESURER LA TERRE Seconde MESURER LA TERRE Page 1 TRAVAUX DIRIGES MESURER LA TERRE -580-570 -335-230 +400 IX - XI siècles 1670 1669/1716 1736/1743 THALES (-à Milet) considère la terre comme une grande galette, dans une

Plus en détail

5 ème Chapitre 4 Triangles

5 ème Chapitre 4 Triangles 5 ème Chapitre 4 Triangles 1) Médiatrices Définition : la médiatrice d'un segment est l'ensemble des points équidistants des extrémités du segment (cours de 6 ème ). Si M appartient à la médiatrice du

Plus en détail

Si un quadrilatère a. Si un quadrilatère a. Si un quadrilatère a. Si un quadrilatère a. ses côtés opposés. ses côtés opposés de. deux côtés opposés

Si un quadrilatère a. Si un quadrilatère a. Si un quadrilatère a. Si un quadrilatère a. ses côtés opposés. ses côtés opposés de. deux côtés opposés P1 P2 P3 P4 a a a a ses côtés opposés ses côtés opposés de deux côtés opposés ses diagonales qui se parallèles, alors c est même longueur alors parallèles et de même coupent en leur un c est un longueur

Plus en détail

Construction de la bissectrice d un angle

Construction de la bissectrice d un angle onstruction de la bissectrice d un angle 1. Trace un angle. 1. 2. Trace un angle cercle. de centre (le sommet de l angle) et de rayon quelconque. 1. 2. 3. Trace Le cercle un angle cercle coupe. de la demi-droite

Plus en détail

PRATIQUE DU COMPAS ou

PRATIQUE DU COMPAS ou PRTQU U OMPS ou Traité élémentaire de tous les traits servant aux rts et Métiers et à la construction des âtiments ZR, éomètre ii Reproduction de l édition de 1833, VNN, imprimerie TMON Père et ils, par

Plus en détail

AiryLab. 12 impasse de la Cour, 83560 Vinon sur Verdon. Rapport de mesure

AiryLab. 12 impasse de la Cour, 83560 Vinon sur Verdon. Rapport de mesure AiryLab. 12 impasse de la Cour, 83560 Vinon sur Verdon Rapport de mesure Référence : 2010-44001 FJ Référence 2010-44001 Client Airylab Date 28/10/2010 Type d'optique Lunette 150/1200 Opérateur FJ Fabricant

Plus en détail

AC AB. A B C x 1. x + 1. d où. Avec un calcul vu au lycée, on démontre que cette solution admet deux solutions dont une seule nous intéresse : x =

AC AB. A B C x 1. x + 1. d où. Avec un calcul vu au lycée, on démontre que cette solution admet deux solutions dont une seule nous intéresse : x = LE NOMBRE D OR Présentation et calcul du nombre d or Euclide avait trouvé un moyen de partager en deu un segment selon en «etrême et moyenne raison» Soit un segment [AB]. Le partage d Euclide consiste

Plus en détail

Les Conditions aux limites

Les Conditions aux limites Chapitre 5 Les Conditions aux limites Lorsque nous désirons appliquer les équations de base de l EM à des problèmes d exploration géophysique, il est essentiel, pour pouvoir résoudre les équations différentielles,

Plus en détail

Exercice numéro 1 - L'escalier

Exercice numéro 1 - L'escalier Exercice numéro 1 - L'escalier On peut monter un escalier une ou deux marches à la fois. La figure de droite montre un exemple. 1. De combien de façons différentes peut-on monter un escalier de une marche?

Plus en détail

Magnitudes des étoiles

Magnitudes des étoiles Magnitudes des étoiles 24/03/15 Observatoire de Lyon 24/03/15 () Magnitudes des étoiles Observatoire de Lyon 1 / 14 Magnitude apparente d une étoile Avant la physique... Hipparque, mathématicien et astronome

Plus en détail

Chapitre 0 Introduction à la cinématique

Chapitre 0 Introduction à la cinématique Chapitre 0 Introduction à la cinématique Plan Vitesse, accélération Coordonnées polaires Exercices corrigés Vitesse, Accélération La cinématique est l étude du mouvement Elle suppose donc l existence à

Plus en détail

DOCM 2013 http://docm.math.ca/ Solutions officielles. 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10.

DOCM 2013 http://docm.math.ca/ Solutions officielles. 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10. A1 Trouvez l entier positif n qui satisfait l équation suivante: Solution 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10. En additionnant les termes du côté gauche de l équation en les mettant sur le même dénominateur

Plus en détail

IFO. Soleil. Antoine COUSYN 29/07/2012 08/02/2015. Vidéo. Manipur, Inde. Saturation du capteur CMOS. 19 Juin 2011. 15h11 heure locale.

IFO. Soleil. Antoine COUSYN 29/07/2012 08/02/2015. Vidéo. Manipur, Inde. Saturation du capteur CMOS. 19 Juin 2011. 15h11 heure locale. Rapport d expertise IPACO Nom de l expert Antoine COUSYN Date du rapport 29/07/2012 Dernière mise à jour 08/02/2015 Type IFO Classe A Explication Saturation du capteur CMOS Complément Soleil Document Lieu

Plus en détail

Mesure d angles et trigonométrie

Mesure d angles et trigonométrie Thierry Ciblac Mesure d angles et trigonométrie Mesure de l angle de deux axes (ou de deux demi-droites) de même origine. - Mesures en degrés : Divisons un cercle en 360 parties égales définissant ainsi

Plus en détail

Dr FOUGERAIS Guillaume, formateur Génération Implant, Nantes.

Dr FOUGERAIS Guillaume, formateur Génération Implant, Nantes. La photographie intra buccale : méthode de réalisation. Dr FOUGERAIS Guillaume, formateur Génération Implant, Nantes. La photographie numérique est un formidable outil de communication pour nos patients

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Spectrophotomètre à réseau

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Spectrophotomètre à réseau PHYSIQUE-CHIMIE L absorption des radiations lumineuses par la matière dans le domaine s étendant du proche ultraviolet au très proche infrarouge a beaucoup d applications en analyse chimique quantitative

Plus en détail

Les droites (d 1 ) et (d 2 ) sont sécantes en A Le point A est le point d intersection des 2 droites

Les droites (d 1 ) et (d 2 ) sont sécantes en A Le point A est le point d intersection des 2 droites I Droites perpendiculaires Lorsque deux droites se coupent, on dit qu elles sont sécantes Les droites (d 1 ) et (d 2 ) sont sécantes en A Le point A est le point d intersection des 2 droites Lorsque deux

Plus en détail

COMPTE-RENDU «MATHS EN JEANS» LYCEE OZENNE Groupe 1 : Comment faire une carte juste de la Terre?

COMPTE-RENDU «MATHS EN JEANS» LYCEE OZENNE Groupe 1 : Comment faire une carte juste de la Terre? Claire FORGACZ Marion GALLART Hasnia GOUDJILI COMPTERENDU «MATHS EN JEANS» LYCEE OZENNE Groupe 1 : Comment faire une carte juste de la Terre? Si l on se pose la question de savoir comment on peut faire

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

L ALGORITHMIQUE. Algorithme

L ALGORITHMIQUE. Algorithme L ALGORITHMIQUE Inspirée par l informatique, cette démarche permet de résoudre beaucoup de problèmes. Quelques algorithmes ont été vus en 3 ième et cette année, au cours de leçons, nous verrons quelques

Plus en détail

Cours 1. Bases physiques de l électronique

Cours 1. Bases physiques de l électronique Cours 1. Bases physiques de l électronique Par Dimitri galayko Unité d enseignement Élec-info pour master ACSI à l UPMC Octobre-décembre 2005 1 Champ électrique et ses propriétés Ce premier cours introduit

Plus en détail

TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE

TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE Exercice en classe EXERCICE 1 : La fibre à gradient d indice On considère la propagation d une onde électromagnétique dans un milieu diélectrique

Plus en détail

LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE

LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE 2. L EFFET GYROSCOPIQUE Les lois physiques qui régissent le mouvement des véhicules terrestres sont des lois universelles qui s appliquent

Plus en détail

La perspective conique

La perspective conique La perspective conique Définitions et principes. Deux cas de la perspective conique : la perspective conique oblique et la perspective conique centrale. Principe de la perspective conique : . La perspective

Plus en détail

Exercices - Nombres complexes : corrigé. Formes algébriques et trigonométriques, module et argument

Exercices - Nombres complexes : corrigé. Formes algébriques et trigonométriques, module et argument Formes algébriques et trigonométriques, module et argument Exercice - - L/Math Sup - On multiplie le dénominateur par sa quantité conjuguée, et on obtient : Z = 4 i 3 + i 3 i 3 = 4 i 3 + 3 = + i 3. Pour

Plus en détail

Deux disques dans un carré

Deux disques dans un carré Deux disques dans un carré Table des matières 1 Fiche résumé 2 2 Fiche élève Seconde - version 1 3 2.1 Le problème............................................... 3 2.2 Construction de la figure avec geogebra...............................

Plus en détail

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide I Rappels : Référentiel : Le mouvement d un corps est décris par rapport à un corps de référence et dépend du choix de ce corps. Ce corps de référence

Plus en détail

GMEC1311 Dessin d ingénierie. Chapitre 1: Introduction

GMEC1311 Dessin d ingénierie. Chapitre 1: Introduction GMEC1311 Dessin d ingénierie Chapitre 1: Introduction Contenu du chapitre Introduction au dessin technique Normes Vues Traits Échelle Encadrement 2 Introduction Les dessins ou graphiques sont utilisés

Plus en détail

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE Un microscope confocal est un système pour lequel l'illumination et la détection sont limités à un même volume de taille réduite (1). L'image confocale (ou coupe optique)

Plus en détail

FICHE METIER. «Opérateur de prises de vue» Opérateur de prises de vue vidéo. Cadreur. Pointeur vidéo APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER

FICHE METIER. «Opérateur de prises de vue» Opérateur de prises de vue vidéo. Cadreur. Pointeur vidéo APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER Opérateur de prises de vue Version 1 «Opérateur de prises de vue» APPELLATION(S) DU METIER Opérateur de prises de vue vidéo Cadreur Pointeur vidéo DEFINITION DU METIER L'opérateur de prises de vue assure

Plus en détail

Les moments de force. Ci-contre, un schéma du submersible MIR où l on voit les bras articulés pour la récolte d échantillons [ 1 ]

Les moments de force. Ci-contre, un schéma du submersible MIR où l on voit les bras articulés pour la récolte d échantillons [ 1 ] Les moments de force Les submersibles Mir peuvent plonger à 6 000 mètres, rester en immersion une vingtaine d heures et abriter 3 personnes (le pilote et deux observateurs), dans une sphère pressurisée

Plus en détail

Cercle trigonométrique et mesures d angles

Cercle trigonométrique et mesures d angles Cercle trigonométrique et mesures d angles I) Le cercle trigonométrique Définition : Le cercle trigonométrique de centre O est un cercle qui a pour rayon 1 et qui est muni d un sens direct : le sens inverse

Plus en détail

La magnitude des étoiles

La magnitude des étoiles La magnitude des étoiles 1.a. L'éclat d'une étoile L'éclat d'une étoile, noté E, est la quantité d'énergie arrivant par unité de temps et par unité de surface perpendiculaire au rayonnement. Son unité

Plus en détail

Séquence 2. Repérage dans le plan Équations de droites. Sommaire

Séquence 2. Repérage dans le plan Équations de droites. Sommaire Séquence Repérage dans le plan Équations de droites Sommaire 1 Prérequis Repérage dans le plan 3 Équations de droites 4 Synthèse de la séquence 5 Exercices d approfondissement Séquence MA0 1 1 Prérequis

Plus en détail

4.14 Influence de la température sur les résistances

4.14 Influence de la température sur les résistances nfluence de la température sur la résistance 4.14 nfluence de la température sur les résistances ne résistance R, parcourue par un courant pendant un certain temps t, dissipe une énergie calorifique (W

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Problèmes de dénombrement.

Problèmes de dénombrement. Problèmes de dénombrement. 1. On se déplace dans le tableau suivant, pour aller de la case D (départ) à la case (arrivée). Les déplacements utilisés sont exclusivement les suivants : ller d une case vers

Plus en détail

http://jb-musique.wifeo.com/

http://jb-musique.wifeo.com/ LE PIANO Volume 1 Edition 2010 version 1.1 Par Jérémy BEZIE - 1 - Préface Ce guide est destiné aux débutants et aux personnes souhaitant avoir une méthode simple pour apprendre à jouer rapidement des morceaux

Plus en détail

Université Joseph Fourier Grenoble. Master Pro "Physique et Ingénieries" Spécialité "Optique et Photonique"

Université Joseph Fourier Grenoble. Master Pro Physique et Ingénieries Spécialité Optique et Photonique Université Joseph Fourier Grenoble Master Pro "Physique et Ingénieries" Spécialité "Optique et Photonique" Campus de Saint Martin d Hères, Bt C 3 ème étage (salle 312) Logiciel de conception de systèmes

Plus en détail

La géométrie du triangle III IV - V Cercles remarquables - Lieux géométriques - Relations métriques

La géométrie du triangle III IV - V Cercles remarquables - Lieux géométriques - Relations métriques La géométrie du triangle III IV - V Cercles remarquables - Lieux géométriques - Relations métriques III. Cercles 1. Cercle d'euler 2. Droite d'euler 3. Théorème de Feuerbach 4. Milieux des segments joignant

Plus en détail

AiryLab. 34 rue Jean Baptiste Malon, 04800 Gréoux les Bains. Rapport de mesure

AiryLab. 34 rue Jean Baptiste Malon, 04800 Gréoux les Bains. Rapport de mesure AiryLab. 34 rue Jean Baptiste Malon, 04800 Gréoux les Bains Rapport de mesure Référence : 2014-07001 FJ Référence 2014-07001 Client xxx Date 14/02/2014 Type d'optique Triplet ED Opérateur FJ Fabricant

Plus en détail

I- Les différents champs selon les télescopes utilisés. II- Application à l'observation des astéroïdes: leur détection et leur identification

I- Les différents champs selon les télescopes utilisés. II- Application à l'observation des astéroïdes: leur détection et leur identification Travaux Pratiques d'astronomie d'application du cours sur la sphère céleste et la mesure astrométrique "Mesure de la position d'un corps céleste: Application aux petits corps du système solaire" Le but

Plus en détail

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite Suites numériques 3 1 Convergence et limite d une suite Nous savons que les termes de certaines suites s approchent de plus en plus d une certaine valeur quand n augmente : par exemple, les nombres u n

Plus en détail

PHYSIQUE 2 - Épreuve écrite

PHYSIQUE 2 - Épreuve écrite PHYSIQUE - Épreuve écrite WARIN André I. Remarques générales Le sujet de physique de la session 010 comprenait une partie A sur l optique et une partie B sur l électromagnétisme. - La partie A, à caractère

Plus en détail

SYSTEME DE PARTICULES. DYNAMIQUE DU SOLIDE (suite) Table des matières

SYSTEME DE PARTICULES. DYNAMIQUE DU SOLIDE (suite) Table des matières Physique Générale SYSTEME DE PARTICULES DYNAMIQUE DU SOLIDE (suite) TRAN Minh Tâm Table des matières Applications de la loi de Newton pour la rotation 93 Le gyroscope........................ 93 L orbite

Plus en détail

Triangles isométriques Triangles semblables

Triangles isométriques Triangles semblables Triangles isométriques Triangles semblables Les transformations du plan ont permis de dégager des propriétés de figures superposables. Le théorème de Thalès a permis de s initier aux notions de réduction

Plus en détail

Puissances d un nombre relatif

Puissances d un nombre relatif Puissances d un nombre relatif Activités 1. Puissances d un entier relatif 1. Diffusion d information (Activité avec un tableur) Stéphane vient d apprendre à 10h, la sortie d une nouvelle console de jeu.

Plus en détail

Activités numériques [13 Points]

Activités numériques [13 Points] N du candidat L emploi de la calculatrice est autorisé. Le soin, la qualité de la présentation entrent pour 2 points dans l appréciation des copies. Les résultats seront soulignés. La correction est disponible

Plus en détail

COMPOSITION DE PHYSIQUE ET SCIENCES DE L INGÉNIEUR. Lecteurs optiques numériques

COMPOSITION DE PHYSIQUE ET SCIENCES DE L INGÉNIEUR. Lecteurs optiques numériques ÉCOLE POLYTECHNIQUE FILIÈRE MP Option Physique et Sciences de l Ingénieur CONCOURS D ADMISSION 2010 COMPOSITION DE PHYSIQUE ET SCIENCES DE L INGÉNIEUR (Durée : 4 heures) L utilisation des calculatrices

Plus en détail

L espace de travail de Photoshop

L espace de travail de Photoshop L espace de travail de Photoshop 1 Au cours de cette leçon, vous apprendrez à : ouvrir les fichiers Photoshop ; sélectionner et employer certains des outils dans le panneau Outils ; définir les options

Plus en détail

Le contexte. Le questionnement du P.E.R. :

Le contexte. Le questionnement du P.E.R. : Le contexte Ce travail a débuté en janvier. Le P.E.R. engagé depuis fin septembre a permis de faire émerger ou de réactiver : Des raisons d être de la géométrie : Calculer des grandeurs inaccessibles et

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR POUR LE BREVET

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR POUR LE BREVET TOUT E QU IL FUT SVOIR POUR LE REVET NUMERIQUE / FONTIONS eci n est qu un rappel de tout ce qu il faut savoir en maths pour le brevet. I- Opérations sur les nombres et les fractions : Les priorités par

Plus en détail

Les bases de l optique

Les bases de l optique Vision to Educate Les 10 pages essentielles Edition 2014 Introduction Edito Si résumer le métier d opticien dans un livret de 12 pages n est pas possible, nous avons essayé dans ce document d apporter

Plus en détail

LE PROJOPHONE de Fresnel

LE PROJOPHONE de Fresnel LE PROJOPHONE de Fresnel Le principe général est assez simple : l'image de l écran est agrandie et projetée à l'aide de la lentille optique. Nous allons commencer par créer un élément dans lequel le téléphone

Plus en détail

COTTAZ Céline DESVIGNES Emilie ANTHONIOZ-BLANC Clément VUILLERMET DIT DAVIGNON Nicolas. Quelle est la trajectoire de la Lune autour de la Terre?

COTTAZ Céline DESVIGNES Emilie ANTHONIOZ-BLANC Clément VUILLERMET DIT DAVIGNON Nicolas. Quelle est la trajectoire de la Lune autour de la Terre? COTTAZ Céline DESVIGNES Emilie ANTHONIOZ-BLANC Clément VUILLERMET DIT DAVIGNON Nicolas Quelle est la trajectoire de la Lune autour de la Terre? Terminale S1 Lycée Elie Cartan Olympiades de Physiques 2003-2004

Plus en détail

Présentation d un télescope, de ses composants et de quelques consignes d utilisation

Présentation d un télescope, de ses composants et de quelques consignes d utilisation Présentation d un télescope, de ses composants et de quelques consignes d utilisation Nous vous présentons ici très brièvement les différentes parties d un télescope, en prenant l exemple d un type de

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 12 avril 2007

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 12 avril 2007 Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 1 avril 7 EXERCICE 1 Commun à tous les candidats 4 points 1 a Les vecteurs AB et AC ont pour coordonnées AB ; ; ) et AC 1 ; 4 ; 1) Ils ne sont manifestement pas colinéaires

Plus en détail

Si deux droites sont parallèles à une même troisième. alors les deux droites sont parallèles entre elles. alors

Si deux droites sont parallèles à une même troisième. alors les deux droites sont parallèles entre elles. alors N I) Pour démontrer que deux droites (ou segments) sont parallèles (d) // (d ) (d) // (d ) deux droites sont parallèles à une même troisième les deux droites sont parallèles entre elles (d) // (d) deux

Plus en détail

Notion de fonction. Résolution graphique. Fonction affine.

Notion de fonction. Résolution graphique. Fonction affine. TABLE DES MATIÈRES 1 Notion de fonction. Résolution graphique. Fonction affine. Paul Milan LMA Seconde le 12 décembre 2011 Table des matières 1 Fonction numérique 2 1.1 Introduction.................................

Plus en détail

Le coloriage virtuel multiple et ses applications

Le coloriage virtuel multiple et ses applications Le coloriage virtuel multiple et ses applications Introduction Le coloriage virtuel suffit pour résoudre les grilles de sudoku jusqu à des niveaux élevés ; autour de 15-16, parfois au-delà ; cela dépend

Plus en détail

Nom : Groupe : Date : 1. Quels sont les deux types de dessins les plus utilisés en technologie?

Nom : Groupe : Date : 1. Quels sont les deux types de dessins les plus utilisés en technologie? Nom : Groupe : Date : Verdict Chapitre 11 1 La communication graphique Pages 336 et 337 1. Quels sont les deux types de dessins les plus utilisés en technologie? Les dessins de fabrication. Les schémas.

Plus en détail

Définition : On obtient les nombres entiers en ajoutant ou retranchant des unités à zéro.

Définition : On obtient les nombres entiers en ajoutant ou retranchant des unités à zéro. Chapitre : Les nombres rationnels Programme officiel BO du 8/08/08 Connaissances : Diviseurs communs à deux entiers, PGCD. Fractions irréductibles. Opérations sur les nombres relatifs en écriture fractionnaire.

Plus en détail

Résolution d équations non linéaires

Résolution d équations non linéaires Analyse Numérique Résolution d équations non linéaires Said EL HAJJI et Touria GHEMIRES Université Mohammed V - Agdal. Faculté des Sciences Département de Mathématiques. Laboratoire de Mathématiques, Informatique

Plus en détail

Mélanges binaires de granulaires en tambour tournant

Mélanges binaires de granulaires en tambour tournant Formation Stage 2006 2007 Sciences de la Matière PERGE Christophe École Normale Supérieure de Lyon L3 Université Claude Bernard, Lyon 1 Option Physique Mélanges binaires de granulaires en tambour tournant

Plus en détail

Enoncé et corrigé du brevet des collèges dans les académies d Aix- Marseille, Montpellier, Nice Corse et Toulouse en 2000. Énoncé.

Enoncé et corrigé du brevet des collèges dans les académies d Aix- Marseille, Montpellier, Nice Corse et Toulouse en 2000. Énoncé. Enoncé et corrigé du brevet des collèges dans les académies d Aix- Marseille, Montpellier, Nice Corse et Toulouse en 2000. Énoncé. I- ACTIVITES NUMERIQUES (12 points) Exercice 1 (3 points) On considère

Plus en détail

LA PUISSANCE DES MOTEURS. Avez-vous déjà feuilleté le catalogue d un grand constructeur automobile?

LA PUISSANCE DES MOTEURS. Avez-vous déjà feuilleté le catalogue d un grand constructeur automobile? LA PUISSANCE DES MOTEURS Avez-vous déjà feuilleté le catalogue d un grand constructeur automobile? Chaque modèle y est décliné en plusieurs versions, les différences portant essentiellement sur la puissance

Plus en détail

L isomorphisme entre les tours de Lubin-Tate et de Drinfeld et applications cohomologiques par Laurent Fargues

L isomorphisme entre les tours de Lubin-Tate et de Drinfeld et applications cohomologiques par Laurent Fargues Préambule.................................... xv Bibliographie... xxi I L isomorphisme entre les tours de Lubin-Tate et de Drinfeld et applications cohomologiques par Laurent Fargues Introduction...................................

Plus en détail

2.4 Représentation graphique, tableau de Karnaugh

2.4 Représentation graphique, tableau de Karnaugh 2 Fonctions binaires 45 2.4 Représentation graphique, tableau de Karnaugh On peut définir complètement une fonction binaire en dressant son tableau de Karnaugh, table de vérité à 2 n cases pour n variables

Plus en détail

Les algorithmes de base du graphisme

Les algorithmes de base du graphisme Les algorithmes de base du graphisme Table des matières 1 Traçage 2 1.1 Segments de droites......................... 2 1.1.1 Algorithmes simples.................... 3 1.1.2 Algorithmes de Bresenham (1965).............

Plus en détail

Optimisation, traitement d image et éclipse de Soleil

Optimisation, traitement d image et éclipse de Soleil Kléber, PCSI1&3 014-015 I. Introduction 1/8 Optimisation, traitement d image et éclipse de Soleil Partie I Introduction Le 0 mars 015 a eu lieu en France une éclipse partielle de Soleil qu il était particulièrement

Plus en détail

Mais où est donc passée la relativité générale? Version 3.0

Mais où est donc passée la relativité générale? Version 3.0 Mais où est donc passée la relativité générale? Version 3.0 Pascal Picard 29 mars 2015 Je suis amateur de Mathématiques et de Physique Théorique, convaincu que ces sciences sont accessibles à tous, à condition

Plus en détail

Problèmes sur le chapitre 5

Problèmes sur le chapitre 5 Problèmes sur le chapitre 5 (Version du 13 janvier 2015 (10h38)) 501 Le calcul des réactions d appui dans les problèmes schématisés ci-dessous est-il possible par les équations de la statique Si oui, écrire

Plus en détail

Etude de fonctions: procédure et exemple

Etude de fonctions: procédure et exemple Etude de fonctions: procédure et exemple Yves Delhaye 8 juillet 2007 Résumé Dans ce court travail, nous présentons les différentes étapes d une étude de fonction à travers un exemple. Nous nous limitons

Plus en détail

La mesure de Lebesgue sur la droite réelle

La mesure de Lebesgue sur la droite réelle Chapitre 1 La mesure de Lebesgue sur la droite réelle 1.1 Ensemble mesurable au sens de Lebesgue 1.1.1 Mesure extérieure Définition 1.1.1. Un intervalle est une partie convexe de R. L ensemble vide et

Plus en détail

«Aucune investigation humaine ne peut être qualifiée de science véritable si elle ne peut être démontrée mathématiquement.

«Aucune investigation humaine ne peut être qualifiée de science véritable si elle ne peut être démontrée mathématiquement. «Aucune investigation humaine ne peut être qualifiée de science véritable si elle ne peut être démontrée mathématiquement.» Léonard de Vinci MATHEMATIQUES Les mathématiques revêtaient un caractère particulier

Plus en détail

COMPLÉMENTAIRE SANTÉ COLLECTIVE EMPLOYEUR, SALARIÉS : ET SI CHACUN CHOISISSAIT LA PROTECTION QU IL LUI FAUT?

COMPLÉMENTAIRE SANTÉ COLLECTIVE EMPLOYEUR, SALARIÉS : ET SI CHACUN CHOISISSAIT LA PROTECTION QU IL LUI FAUT? COMPLÉMENTAIRE SANTÉ COLLECTIVE EMPLOYEUR, SALARIÉS : ET SI CHACUN CHOISISSAIT LA PROTECTION QU IL LUI FAUT? Avec Réunica Santé Liberté vous offrez à chaque salarié la possibilité d adapter sa complémentaire

Plus en détail

Paris et New-York sont-ils les sommets d'un carré?

Paris et New-York sont-ils les sommets d'un carré? page 95 Paris et New-York sont-ils les sommets d'un carré? par othi Mok (3 ), Michel Vongsavanh (3 ), Eric hin (3 ), iek-hor Lim ( ), Eric kbaraly ( ), élèves et anciens élèves du ollège Victor Hugo (2

Plus en détail