Quand le Président Issoufou

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Quand le Président Issoufou"

Transcription

1 «Ceux qui ont le privilège de savoir ont le devoir de parler» Albert Einstein TOUBAL INFO - BIMENSUEL D INFORMATIONS GENERALES - SIEGE : DOSSO - B.P TEL : N 36 DU MERCREDI 23 OCTOBRE 2012 Remise des Nigériens au travail : Prix : 300 FCFA Quand le Président Issoufou Mahamadou fait du populisme Au centre de l actualité, la remise au travail des Nigériens donne libre cours aux appréciations des plus favorables, aux commentaires les plus désapprobateurs sur cette question. Lancé dans une série de visites inopinées l ayant conduit respectivement au ministère des mines et celui de l éducation nationale, le Président Issoufou Mahamadou semble se confiner dans une démarche qui date d une autre époque où le contexte l admettait. Commune urbaine de Gaya : Le torchon brûle entre le maire et le vice-maire Fait divers Un clou enfoncé dans un fœtus de huit mois 2 e Session ordinaire du conseil régional de Dosso : Vers la fin de la léthargie Submersion du corps d une jeune fille à Boumba

2 Remise des Nigériens au travail : Au centre de l actualité, la remise au travail des Nigériens donne libre cours aux appréciations des plus favorables, aux commentaires les plus désapprobateurs sur cette question. Lancé dans une série de visites inopinées l ayant conduit respectivement au ministère des mines et celui de l éducation nationale, le Président Issoufou Mahamadou semble se confiner dans une démarche qui date d une autre époque où le contexte l admettait. Perçue comme une façon de vouloir être en même temps sur tous les fronts, ces deux sorties constituent pour certains la preuve tangible que le tâtonnement tant reproché au Président de la République continue de faire légion à la présidence. Ainsi cette autre façon d attirer l attention sur soi et de dire ; attention j arrive, n est que du simple populisme inopportun. Pour certains, le concept remise au travail des nigériens reste non seulement mal fondé, mais constitue également une insulte à l endroit des travailleurs nigériens qui, en dépit de toutes les difficultés, n ont jamais baissé les bras devant l adversité. Pour preuve, rien que ce 1 er octobre 12, des enseignants et enseignantes ont accepté de reprendre le chemin de l école malgré l incapacité du gouvernement à leur assurer le minimum vital c est-à-dire les salaires et les pécules. Ainsi remettre au travail ces derniers n est qu un autre slogan politique de trop qui ne trouve pas sa place dans le contexte actuel. Pour cela, le Président Issoufou doit se départir de l idée selon laquelle les difficultés auxquelles font face les Nigériens soient liées à l absentéisme, au retard des travailleurs ou à un imaginaire faible rendement du travail des Nigériens. C est pourquoi d aucuns voient mal le président Issoufou se lancer dans ce que la presse française avait qualifié en son temps de bling-bling de l ex-président Nicolas Sarkozy, qui, peu avant le glas de sa chute, avait débar- POLITIQUE Quand le Président Issoufou Mahamadou fait du populisme qué dans une usine de fabrique à six heures du matin. Intrigué, un employé avait tout bonnement refusé de prendre sa main. En riposte, l ex-président laissa tomber un «casse- toi pauvre con» il s agissait pour Sarkozy de révolutionner ce qu il pensait être un handicap pour les français, notamment les 35 heures de travail instaurées par les sociales qui avaient opté pour cette logique ; travailler plus pour gagner plus. Pour le cas présent du président Issoufou, il opterait sans doute pour un «casse-toi pauvre absentéiste» à la différence qu ici les choses ne se présentent pas de la même manière. Il est aujourd hui une triste réalité que le fonctionnement de notre administration connait une certaine paralysie, mais dont, les nombreuses origines sont à chercher ailleurs. En effet, il est inadmissible à l heure actuelle de parler d une remise au travail quand on sait que cette même administration est demeurée politisée à 90% par tous les régimes démocratiquement installés, qui se sont jusqu ici succédés. Comment donc remettre au travail quelqu un qui se voit écarter des affaires pour la simple raison que son parti politique n appartient pas à la mouvance? Aujourd hui ces ministères pullulent d agents et hauts cadres reconnus valablement pour leur efficacité, mais qui ont à peine un bureau. Dans le cas contraire, leurs absences et leurs présences sont pareilles car quel que soit leur expérience, ils resteront toujours en marge de toutes les affaires. Cette grave situation a malheureusement gagné l intérieure du pays où très souvent dans les services, le patron a pour principaux collaborateurs, les seuls militants de son parti. Comment aussi remettre les Nigériens au travail pendant que nos centres de santé manquent de tout pour lutter efficacement contre les ravages du paludisme, dont les victimes se comptent par centaines au quotidien? C est pourquoi, avant de parler d une quelconque remise au travail, El hadj Issoufou Mahamadou président de tous les Nigériens, doit d abord mettre les travailleurs Nigériens dans les conditions opti- Fait divers Un clou enfoncé dans un fœtus de huit mois Ce fait divers qui découle d une réalité inimaginable est l œuvre d une sexagénaire résidant à Dosso commune. Fille de salle de son état, la nommée Haoua fait partie de ces femmes employées au niveau de nos maternités qui aident les sages femmes dans leur rude et noble tâche de faire accoucher nos épouses, mais aussi de veiller sur la propreté des salles d accouchement. Rompue dans les pratiques mafieuses auxquelles s adonne l écrasante majorité de ces femmes, la vielle Haoua aurait séjourné dans certaines maternités de la capitale Niamey avant d atterrir à Dosso où elle connut une subite réputation. Pour les faits, une veuve tombée enceinte, aurait approché cette dernière pour qu elle lui face avorter cette grossesse de 8 mois qui ternira à jamais cette fausse image d épouse fidèle et respectable qu elle a jusqu ici incarnée. Consciente des multiples dangers auxquels elle exposerait sa victime par une quelconque tentative d avortement à ce stade avancé de la grossesse, notre avorteuse a tout simplement opté pour une manière peu ordinaire males, en commençant bien entendu par solutionner la fronde sociale qui risquerait de détériorer davantage les choses. dans l histoire des avortements, en enfonçant tout bonnement un clou dans ce fœtus de 8 mois. Dans sa démarche, cette sorcière avait voulu uniquement occasionner une perte de liquide qui entrainerait automatiquement l arrivée de l enfant. Mais pour leur malheur, le clou a fini par atteindre le crâne de l enfant qu il traversa sans aucune difficulté. Comme il fallait s y attendre, trois jours à peine, notre dame clouée s était précipitamment présentée à la maternité où en l inspectant, les sages femmes ont découvert la présence du clou dans l utérus. Hésitante dans un premier temps, elle a fini par faire des aveux qui mettent en cause la nommée Haoua qu elle prétend lui avoir enfoncé le clou. Interpellée à la police, l avorteuse nie les faits en reconnaissant cas même avoir été chez elle quelques jours au paravent, juste pour l écouter sur la possibilité d avorter. En attendant elle est écrouée à la maison d arrêt de Dosso où cette fois ci les clientes n iront certainement pas la chercher. TOUBAL INFO - N 36 DU 23 OCTOBRE

3 NATION Plan-Niger Dosso lance la campagne «parce que je suis une fille» , elle a permis l officialisation par l ONU de la journée internationale des filles le 11 Octobre de chaque année. L objectif de la présente activité est donc de promouvoir l accès équitable aux droits pour toutes les filles sans discrimination au Niger d ici Dans le cadre de la promotion des droits des filles et leur autonomisation, plan a initié une campagne de mobilisation internationale dénommée «Because I am a girl» ou «parce que je suis une fille» débutée en Placée sous le haut patronage de madame la marraine, l épouse de l honorable sultan hadjia Maimouna, cette cérémonie de lancement s est déroulée ce mercredi 17 Octobre 2012 dans la nouvelle salle des réunions du gouvernorat de Dosso. L éclat de la cérémonie a été rehaussé par le gouverneur de la région, le vice président du conseil la place. On note également une forte participation de la junte féminine, notamment les porteuses de tenue venues en grand nombre. Dans une ambiance de grande fête, cette journée avait été marquée par une série de prestations culturelles animées par des jeunes filles issues de certaines écoles de la commune, le tout sanctionné par une remise de cadeaux. Il s est agi des kits scolaires remis à des filles scolarisées issues de familles démunies et certaines apprenties coutumières dont beaucoup en situation de handicap, ayant reçu des machines à coudre. M. Smaël Amadou, directeur Unité Programme Plan-Niger Dosso régional, le préfet du département, le maire de la commune urbaine de Dosso, les responsables des forces de défense et de sécurité, les responsables de projets et les directeurs régionaux de Mme Sultan née Hadjia Maïmouna, marraine de l édition mande une action engagée et un combat de longue haleine afin que le début de cette campagne porte son fruit, celui d un lendemain prospère et radieux pour le bien être de toute l humanité entière. En concluant, il a indiqué que le but de cette campagne porte la nécessité d investir le plus tôt possible dans l éducation des filles et de leurs accorder toutes les possibilités et opportunités pour mettre en place une société prospère et équitable, car investir dans l avenir des filles est dans l intérêt de tous. Quant au gouverneur de la région de Dosso, Monsieur Amadou Babalé, il a souligné qu il est primordial que nous donnions à toutes les filles, la possibilité d être instruites pour jouer pleinement leur rôle en tant que citoyennes à part entière. Pour le patron de la région de Dosso, cette journée nous appelle tous ensemble à un devoir, celui d une grande solidarité en faveur de cette catégorie de notre population juvénile qui constitue une préoccupation Dans son allocution le directeur d unité de programme plan-niger Dosso, monsieur Ismaël Amadou a affirmé que la vulnérabilité de ce précieux échantillon humain que sont les filles nous recommajeure. Dans son discours de lancement, madame la marraine a indiqué que la cause des filles nécessite que tout le monde s engage car il nous faut bannir à jamais les obstacles empêchant aux filles de jouir de leurs droits. Avant de donner le signal de l engagement, Mm l épouse de l honorable sultan hadjia Maimouna, a d abord insisté sur le fait que l autonomisation économique et la participation des filles et des femmes à la marche de la cité constituent des socles pour un monde juste et équitable en faveur du bien être de tous. C est donc sur ces mots que la marraine a donné le geste symbolisant l engagement de toutes les couches de la population fortement représentée par les différents participants. Notons enfin qu après un déjeuner auquel avait pris part beaucoup de filles participantes, l après midi de cette journée a été marqué par un débat radiophonique sur le thème à la radio Fara a Dosso. 2 3 TOUBAL INFO - N 36 DU 23 OCTOBRE 2012

4 NATION 2 e Session ordinaire du conseil régional de Dosso : Vers la fin de la léthargie Tenus dans la salle des réunions de son siège, les travaux de la deuxième session ordinaire du conseil régional de Dosso au titre de l année 2012 se sont déroulés du samedi 20 au lundi 22 Octobre 2012 sous la présidence de Mounkaila Hima président dudit conseil. Il faut tout de suite préciser que les travaux de cette session ont touché du doigt, d importantes questions de l heure relatives à l épanouissement socioéconomique des populations de la région en particulier et du Niger en général. Désormais dans ce qu il convient d appeler reprendre du poil de la bête, après trois jours d intenses travaux, les conseillers régionaux de Dosso ont donc débattu de sujets de grands intérêts publics allant dans l amélioration des conditions de vie de nos populations. Les conclusions de ces travaux ont aboutit sur deux pertinentes recommandations formulées par nos élus. Il s est agi d abord de palier à l insuffisance de personnel notamment dans la mise en œuvre de la politique nationale 3 N, les Nigériens nourrissent les Nigériens initiée par les autorités de la 7 e République. A ce titre, les conseillers régionaux de Dosso ont invité le gouvernement à procéder à un recrutement d agents de développement rural afin que ce concept soit une réalité. La seconde recommandation est relative à la situation de la voirie de la capitale régionale Dosso qui se trouve être la plus désolante de nos chefs lieu de région. En effet, considérant que Dosso n ayant pas bénéficié des retombées de la fête tournante du 18 décembre ayant permis la construction de plusieurs infrastructures dans les différentes villes bénéficiaires, les conseillers régionaux de Dosso ont formulé le vœu de voir la promesse du président de la République, celle de faire d une Dosso Nyala après Niamey, se matérialiser, afin que Dosso puisse se débarrasser à jamais de cette éternelle image de ville bancale. Devant la pertinence de ces deux recommandations, le gouverneur de la région et le sultan pour leur part n ont pas manqué d apporter leur contribution. Il faut aussi ajouter M. Hima Mounkaila, président Conseil Régional Dosso que les conseillers ont fustigé l absence très remarquée des députés de la région qui évoluent dans leur indifférence affichée qui traduit un manque d engouement face aux activités de ce conseil. En effet, depuis la cérémonie d installation de ce conseil, nos députés ont toujours brillé par leur absence aux différentes assises du conseil régional. Une situation qui a fini par attirer l attention des participants notamment le sultan qui a beaucoup insisté la conjugaison des efforts de tout un chacun pour pouvoir relever les multiples défis. Dans son allocution de clôture, le président Mounkaila Hima s est réjouit du climat de sérénité et de cohésion ayant caractérisé ces travaux dont la richesse des débats n est plus à démontrée. C est donc sur une note de satisfaction générale que les travaux de cette deuxième session ordinaire du conseil régional de Dosso au titre de l année 2012 ont pris fin. Submersion du corps d une jeune fille à Boumba Située à 25 km de son chef lieu de département Falmey, Boumba est une localité riveraine du fleuve Niger qui la longe sur une grande distance. Dans ce village à majorité pêcheurs, réputé aussi pour son marché hebdomadaire qui a lieu tous les lundis, certaines pratiques rétrogrades ont encore de beaux jours devant elles. C est ainsi que le corps d une jeune fille âgée d environ 18 ans avait été entrainé par le courant du fleuve jusqu au niveau de cette localité. Selon des témoins, elle aurait séjourné dans l eau un peu au-delà de 24 heures et porterait des traces de violence. Informés, les responsables du village ont tout simplement recouru à leur tradition où dans une situation pareille, c est-à-dire, quand un corps est retrouvé sur le fleuve, sans le hisser hors de l eau, on l alourdi par des cailloux qu on lui attache et on le coule. Ainsi sans avoir avisé les autorités communales ou les gendarmes en poste, les gardiens de la coutume de ce village ont décidé de faire disparaitre ce corps qui pourrait pourtant faire l objet d une enquête. N est-ce pas que les coutumes ont souvent la vie dure. TOUBAL INFO - N 36 DU 23 OCTOBRE

5 Commune urbaine de Gaya : SOCIÉTÉ Le torchon brûle entre le maire et le vice-maire Dans une correspondance en date du 10 octobre 2012 adressée au ministre d Etat, ministre de l intérieure, le vice maire de la commune urbaine de Gaya n a pas été tendre avec son maire qu il accuse d avoir vendu des réserves foncières et de spéculer sur le prix officiel des lotissements. Selon ses accusations, le maire aurait vendu deux espaces réservés, respectivement de 50 hectares et de 147 hectares pour un montant de 42 millions de f CFA. Dans un long réquisitoire qui expose de façon limpide ses rapports boiteux avec son maire, il a conclu en formulant la demande de dissolution du conseil municipal de Gaya. Une sale affaire que beaucoup d observateurs qualifient d un simple règlement de compte entre les deux hommes. En effet, il n est un secret pour personne à Gaya, que le climat qui prévaut entre les deux premiers responsables de la commune urbaine de Gaya, issus de la même formation politique l ANDP- Zaman Lahiya, est caractérisé par une morosité sans précédent. Réagissant à toutes ces allégations, le maire de Gaya s est pour sa part adressé à monsieur le ministre de l intérieure dans une correspondance en date du 16 Octobre, où avec peine et beaucoup de maladresses, il présente une situation qui pourrait au contraire l enfonce dans les entrailles d une profonde culpabilité. En effet, pour seul argumentaire, il dresse un simple tableau des acquéreurs des différentes parcelles mises en cause, en mentionnant les montants. Dans cette tentative d esquiver le tir de son second et d échapper à la noyade, le maire venait tout simplement de se faire harakiri, en reconnaissant avoir vendu ces réserves à des promoteurs d établissements scolaires privés. Car point n est de rappeler que les terrains des établissements privés sont des donations de l Etat. C est pourquoi, beaucoup interprètent la correspondance du maire comme un simple aveu même si par ailleurs les prix avancés par son accusateur ne sont d aucun fondement. Pour revenir sur l origine de ces em- brouilles entre les deux élus, d aucuns attribuent cela à une situation presque générale au sein de la gestion de nos différentes collectivités territoriales où, les maires et leurs seconds sont toujours en désaccord quel que soient leurs bords politiques. Une situation le plus souvent liée à certaines considérations matérielles où certains vices maires considèrent que les maires se sucrent à leur dépend. Pour le cas présent de Gaya, certains racontent que le vice maire est un être frustré qui se voit en marge des retombées et autres avantages dont bénéficie souvent son supérieur. En tout cas dans la présente situation, aucun acte de patriotisme de sa part ne saurait justifier son attitude à charcuter l élu de son propre parti. Comme on le dit souvent, le linge sale se lave en famille. Pour certains, il pourrait arrêter ce qu il avait qualifié d hémorragie dans la gestion des affaires de la mairie de Gaya sans en arriver là. Mais en agissant ainsi, tous les observateurs furent unanimes que cela cache autre chose de plus important pour lui que l amour des populations du Dendi. Il est vrai que dans sa lettre adressée au ministre, il avait fait sortir un semblant de patriotisme qui vous donnera l impression qu il serait capable d avaler le drapeau Nigérien. Mais voyez vous, nous sommes au Niger où tout le monde connait tout le monde en ce sens que beaucoup s étonnent du fait que monsieur le vice maire de Gaya s érige en patriote modèle qu il est loin d incarner. La SNV accompagne la commune de Golé dans ses œuvres de développement Comme partenariat, la commune rurale de Golé bénéficiera de l appui de la SNV notamment dans le secteur de l eau et l hygiène. Un vaste programme qui touchera plusieurs villages de cette commune. Grâce donc à la ténacité et à la clairvoyance de son maire, cette commune considérée comme l une des plus pauvres du département de Dosso est devenue le centre d intérêts des partenaires au développement. C est dans ce cadre que la SNV a organisé ce dimanche 21 Octobre 2012, un atelier de restitution sur des enquêtes réalisées dans plusieurs villages de la commune, pour relever les insuffisances et suffisances notamment dans le domaine de l eau et de l assainissement. La cérémonie d ouverture a été présidée par le secrétaire général de la préfecture de Dosso. Outre les élus, elle a regroupé plusieurs chefs de villages et représentants d associations. Dans son allocution, le maire de Golé M. Goumey Abdourahamane s est réjouit de ce cadre de partenariat entre la SVN et sa commune qui vise essentiellement l amélioration des conditions de vie de la population. Durant trois jours, les participants se sont penchés sur les prochaines actions que se propose de réaliser la SNV pour le grand bonheur des populations de cette commune. Dans cette démarche de noyer son maire, il aurait tenté de rencontrer en personne le ministre de l intérieure, histoire d appuyer son écrit. Mais, des sources racontent que ce dernier l aurait envoyé promener. Résigné, il aurait regagné Gaya livré au remord et à la déception d avoir échoué ce putsch qui le propulserait enfin sur ce fauteuil de maire tant convoité, car rappelez vous que le personnage est à son 2 e séjour comme vice maire de cette commune de Gaya. Et d ailleurs certains estiment que son comportement n est pas étranger à une quelconque manipulation de certains opérateurs économiques de la place qui cherchent la tête du maire et qui lui auraient proposé main forte et assistance pour remplacer ce dernier en cas de dissolution du conseil municipal de Gaya. En conclusion, il faut tout simplement retenir que le cas de Gaya est une situation qui prévaut au niveau de toutes nos communes et dont l origine reste et demeure matérielle. Car personne ne crache dans le plat qu il mange. TOUBAL INFO SIEGE : DOSSO B.P TEL : Bimensuel d Informations Générales Directeur de Publication Hassane Zada Badjé / Rédaction : Zada Boubacar Daouda A. Camara Zada Hassane Tirage : 1000 exemplaires IMPRIMERIE NTI 5 TOUBAL INFO - N 36 DU 23 OCTOBRE 2012

6 DÉVELOPPEMENT Campagne nationale d inscription et de retour de tous les enfants à l école pour l année scolaire dans la région de Dosso Le lundi 1 er octobre, jour de la rentrée scolaire, s était déroulée à Dosso la cérémonie de lancement de la Campagne nationale d inscription et de retour de tous les enfants à l école. Présidée par la Ministre en charge de l éducation, de l alphabétisation et de la promotion des langues nationales entourée pour la circonstance de cadres centraux et des responsables régionaux, cette campagne dont les activités ont été menées tambours battant, est une initiative novatrice des autorités de la 7 e République visant à réviser et à améliorer certaines des politiques et stratégies jugées jusque là peu efficaces pour rentabiliser les efforts dans la lutte contre l analphabétisme. Notre pays il faut le rappeler, fait partie des nations les moins scolarisées au monde avec un taux de fréquentation parmi des plus bas. Rappelons aussi que Pendant longtemps, les maintes efforts des politiques et de leurs partenaires visant à l élaboration d une conscience collective instituant et acceptant l école comme condition de développement et de progrès, ont été annihilés par tantôt des considérations qui lui sont hostiles, tantôt des pesanteurs socioculturelles très expressives, virulentes et agressives même dans certaines contrées vis-àvis de l institution. C est donc conscient de la spécificité du problème et de son caractère atypique que le gouvernement actuel a opté pour une méthode somme toute révolutionnaire pour attirer l attention des nigériens sur l impérative nécessité d arrêter l hémorragie. Les statistiques nous donnent en effet un état alarmant des taux de fréquentation. Tenez ; selon le dernier annuaire des statistiques scolaires du MEN/ A/PLN, le taux net de scolari- sation au primaire est de 67,2% avec un grand écart entre les sexes, soit 59,2% chez les filles contre 75,1% chez les garçons avec un taux d achèvement national de 51% dont 42% pour les filles. Les cas d abandon sont chiffrés à 7398 élèves dont 3161 filles. Aux dires des autorités, la crise alimentaire, les récentes catastrophes liées aux dernières inondations et la crise au nord du Mali ont été les facteurs aggravant d une situation déjà alimentée par les réticences de certaines composantes de la population vis-àvis de l école. Devant cet état de fait, les autorités de la 7 e République et ses partenaires à l éducation pensent pouvoir renverser la tendance à travers une politique éducative soutenue, axée sur la sensibilisation tout en mettant à contribution les leaders d opinion et les religieux. Des axes stratégiques d intervention sont aussi définis et intéresseront le plaidoyer et la mobilisation sociale, le renforcement des capacités des enseignants, la synergie et la complémentarité avec les agences onusiennes, le gouvernement et les ONG du secteur de l éducation et les prestations de services visant à doter les élèves et les enseignants de fournitures scolaires et matériels collectifs d apprentissage. En procédant au lancement de la campagne, la Ministre en charge de l éducation nationale a souligné l engagement du Président de la République, Chef de l Etat à faire des questions éducatives des axes prioritaires. Madame Ali Mariama d affirmer que 27% du budget national seront désormais consacrés à la promotion du secteur éducatif, ce qui viendra s ajouter aux efforts déjà consentis par les partenaires traditionnels à l éducation. Le Directeur Régional de l éducation Nationale a quant à lui salué la présence de la responsable de l éducation pour le lancement de cette campagne. Monsieur Abdou Amani, parlant de l éducation, a souligné toute l importance qu il y a à donner à tous les enfants la chance d aller à l école et d y rester surtout. Pour Monsieur Amani, le fort taux d illettrisme dans un pays constitue une sorte de boulet au pied qui handicape lourdement toutes les tentatives de se hisser au diapason des nations qui veulent épouser l avenir et ses éventuelles difficultés en toute confiance. D où la nécessité de lutter constamment pour son significatif recul Il y a donc lieu dorénavant d œuvrer sans répit avec les instruments adéquats, à déraciner les préjugés et autres maux dont souffre l école nigérienne afin de garantir à notre jeunesse, fer de lance du développement, les armes de ses combats futurs. En effet, relever les multiples défis, présents et à venir demande de chaque nation qu elle dispose en permanence d une jeunesse consciente des enjeux, donc avertie et alors mieux armée pour débusquer les pièges des contre cultures et autres dangers tueurs de progrès qui ponctuent les parcours de nos époques pleines de promesses mais aussi d inquiétudes de tous genres. Les guerres et les évènements douloureux eux, nous rappellent sans cesse l extrême fragilité de l institution éducative, mais nous avertissent aussi que les peuples doivent mettre les fruits de l éducation pour s affirmer. Si on parle de nos jours de l existence de grandes et de petites nations, c est sans doute eu égard aussi aux grandes contributions apportées par l éducation sous toutes ses formes au progrès et au rayonnement de la culture de tel ou tel pays. L école, donc l éducation doit être de ce fait le terreau fertile sur lequel doit pousser et s élever les tendances culturelles qui seront le point d ancrage d un cosmopolitisme humaniste capable de relier les hommes par de-là leurs différences culturelles nationales. La portée de l éducation est dépendante de l Etat. C est pourquoi les politiques éducatives doivent être à mesure de déclencher un cercle vertueux qui ferait de l éducation, de la culture, une façon de civiliser et permettre aux générations présentes et futures d avoir des idéaux de plus en plus éclairés. Les grandes nations en sont arrivées à saisir la dimension de ces enjeux et cela très tôt. Et pour nous TOUBAL INFO - N 36 DU 23 OCTOBRE

7 NATION Droit de réponse au journal «Toubal Info» J ai l honneur et l agréable plaisir de vous faire parvenir ce droit de réponse relatif à notre école de santé. Tout d abord, je profite de cette impérieuse opportunité que m offre notre journal puisque je suis un grand lecteur de TOUBAL, pour présenter toutes mes excuses à tous les élèves et parents d élève de mon établissement ISPS de Dosso dont je suis le Fondateur pour le rejet des dossiers de 45 élèves lors du dernier examen de certification. Je me dois de remercier par la même occasion les autorités du Gouvernorat de Dosso, le Proviseur du Lycée Saraounia Mangou, Mr Amadou Kotondi, Mr Badjé l actuel SG de la Préfecture de Tchintabaraden, qui n ont ménagé aucun effort à nous soutenir dans tous les règlements de crise et pour la promotion de cet Institut. Je n oublierais pas aussi de féliciter l ensemble des vacataires, les enseignants permanents et les membres du Staff, qui pendant 5 ans se sont donné corps et âmes pour la réussite des élèves et étudiants de l ISPS. Maintenant, revenons au sujet qui a motivé ce droit de réponse. Arnaque académie ou académique à Dosso, Quand une école de santé de la place sacrifie l avenir de plusieurs dizaines de ses étudiants. Tel est le titre pompeux du journal numéro 35 à la page 2 écrit par Mr Boubacar Zada, journaliste de son état, qui nous épingle. En lieu et place d une poursuite judiciaire, nous avons préférer en bon démocrate, juste un droit de réponse puisque l objectif d un journal est d éclairer le public sans passion et sans insultes. Nous avons essuyé à quatre reprises des insultes dans votre journal. Notre éducation ne nous permet pas de vous insulter, surtout pas un cousin. Je ne peux que vous dire la vérité, ce que je sais sur ce sujet. Vous m avez accusé de vouloir sciemment refuser d envoyer une fiche dans les dossiers de mes élèves, ce qui est la cause du rejet des 42 dossiers. Votre source d information est fausse et très fausse. Un journal comme Toubal, de la cité des Djermakoye doit tout faire pour ne pas mentir. Cette fois Toubal a bien résonné mais vous, en tant que journaliste vous avez tiré à terre comme aime le dire les Ivoiriens. C est-à-dire que vous avez raté. Vous auriez du rencontrer la Direction de l ISPS de Dosso en particulier le DGA ou le DE ou un membre de la commission nationale de certification. Cela allait vous éviter ce gros mensonge. En tant que Fondateur, j ai eu mal plus que quiconque. J ai été humilié, frustré, car pour moi c est un échec. Je n ai pas créé pour échouer et je n oublierais jamais ce contre poids. Contre la force de l état, on ne peut que subir. Mais je suis désolé de vous dire que votre informateur a mentit. Je le connais très bien et il est interne à l ISPS. C est dommage, c est un homme qui crache toujours dans le plat dans lequel il mange. Il sait que je sais et je le lui ai dis cela ; malgré qu il a nié. Contre vous, je n ai rien sur le cœur, puisque vous venez de faire tomber le masque qu il porte Il faut lui demander, il sait qu au niveau de l ISPS, la direction n a jamais utilisé des fiches pour le stage de ses étudiants jusque là ce sont plutôt des carnets de stage. Votre source, toute honte bue, vous a menti, sans aucune dignité et sans vergogne. Suivez maintenant très bien mon regard : l année passée ce sont les mêmes carnets de stage qui ont été insérés dans les dossiers des 30 élèves ASB. 28 ont été déclarés admis et ont reçu leur diplôme d état d Agent de Santé de Base, ce qui nous a donné un succès éclatant de 98%, 1 er au Niger. Votre journal était où pour ne pas nous féliciter? Cette année comme ça sent du mauvais on saute sur sa plume et hop : Fondateur négligeant, cupide, non sérieux et indélicat et patatras. Même s il y a des fiches ce n est pas le rôle du Fondateur de les envoyer ou de les cacher. Il y a bien une administration sur place qui a un rôle technique et administratif: valider l année à travers tous les modules et faire parvenir les dossiers y compris le carnet de stage à la commission régionale qui doit procéder un premier toilettage avant de les faire parvenir à la commission nationale de certification. Cette administration a bel et bien remplit son rôle, même si certains carnets sont mal remplis, mais ce n est pas ça le vrai mobile du rejet. Pour votre information, le rôle du Fondateur reste très protocolaire (Plaidoyer en faveur de l Institut, orienter vers les objectifs de l Institut, octroyer des moyens à l administration pour sa bonne marche et gérer les conflits interne et externes...etc.) Vous parler de faux pas, non, ce n est pas un faux pas de la part du Fondateur ni même de son administration. La commission nationale nous accuse de ne pas spécifier sur une page la mention Stage de fonction, voici le vrai mobile pour lequel nos dossiers ont été rejetés. Aussi, je vous confirme que le DGA, le DE et le Directeur du CHR peuvent vous le confirmer. Tous mes 42 élèves ont effectués leur stage de fonction, documents à l appui. Je dirais tout simplement que la commission a travaillé avec le cœur, pas avec la raison. Il y a eu de la haine contre le Fondateur de l ISPS Monsieur le journaliste, regardez vous-même, le même carnet a été utilisé l année passée. Cette année c est encore le même carnet. Pourquoi s acharner sur nos étudiants sur un faux principe. En rappel, je dois vous dire que tout le programme est harmonisé dans tout le pays et dans toute la CDEAO. Les carnets de stage et des fiches n ont jamais été harmonisés, chaque école et institut fait à sa tête et au moment de l analyse des dossiers, on créé subitement de nouveaux critères sciemment pour bloquer certains, c est cela la vraie réalité et celui qui vous a filer les informations sait très bien que c est de cela qu il s agit. Demander à qui de droit de la commission nationale de certification s il ne s agit pas de question de stage de fonction? Vérifier nos registres des anciens étudiants sortis, l ISPS a toujours fait du bon travail et nos étudiants sont les meilleurs partout ou ils vont. Ce n est pas de la magie. Faite votre propre analyse : L ISPS est une toute petite école de santé. L encadrement est assuré par des cadres de la santé toutes catégories confondues (Médecins Spécialistes, Médecins Généralistes, Sages-femmes, Infirmières, Techniciens supérieurs etc.) de la DRSP, du District sanitaire de Dosso, et du CHR. Il y a aussi les Enseignants de l Ecole Normale, des Lycées et des Collèges et ceux des services publics et privés de la commune de Dosso. Au niveau des sites de stage on ne se bouscule pas sur les chariots et sur les patients comme on le constate dans les services des l Hôpitaux Nationaux de Niamey ou de Zinder. L apprentissage est de qualité et le personnel de santé (Mentors, je veux dire les Chefs de services et les Majors) sont disponibles et pleins d expériences. A présent, parlons d arriérés de salaires et vacations. Je dirais affirmatif. Cela a été créé suite à la création depuis 2006 des promotions de 3 à 5 étudiants pour les filaires du niveau supérieur, et comme les enseignants sont assez lourd et dans le déroulement et dans le paiement des vacations ce qui continue à nous suivre jusqu à ce jour mais en 2013 ce serait terminé et c est d ailleurs la raison pour laquelle nous avons supprimé les sections du niveau supérieur. Vous dites que le Fondateur à amasser trop d argent et que cela a permis de construire l ISPS de Tillabéry. J espère que vous n êtes pas régionaliste et non jaloux des biens d autrui. Pour vous dire qu à Tillabéry nous sommes en location, on n a même pas reçu de terrain, vous êtes libre d aller vérifier à Tillabéry. L ISPS est logé dans la villa d un certain Méhaou Halidou (Pharmacien de son état). Vous dites que j ai endossé la responsabilité du naufrage, je dirais oui, mais je n ai pas failli. J ai protégé mes agents. C est aussi ça la responsabilité. Je m assume pleinement et je dois vous dire que ce n est pas pour éviter ou fuir la justice. C est un droit pour les élèves et les parents de porter cette affaire devant les juridictions. Seulement, ils sont plus tolérants, responsables, fraternels, soucieux, clairvoyants, et plus intelligents que ceux qui cultivent la haine, la méchanceté, le régionalisme et la jalousie. Devant les autorités du Gouvernorat, avec les élèves et certains parents d élèves, je vous informe que nous avons trouvé un consensus : Toute l année académique , ils feront leur stage de fonction et se présenteront en juillet En conclusion, je dois simplement vous dire que j ai eu l ingénieuse idée de créer cette école pour aider la région de Dosso. A ce jour, au moins 400 diplômés en sont sortis et je considère que nous avons lutté contre la pauvreté et contre la maladie. L ISPS a aussi octroyé de 2006 à ce jour au moins de nos francs en bourses d études aux plus démunis. Mon dernier mot : je regrette la mort de feu MOUMOUNI ADAMOU DJERMAKOYE mon vrai mentor qui m a toujours encouragé et m a aidé dans les difficultés de ce genre. Que Dieu m en garde, alaouakbar, s il était vivant, les choses n allaient pas être telles. Dieu est grand, PAIX à son âme. Le Fondateur de l ISPS de Dosso. 7 TOUBAL INFO - N 36 DU 23 OCTOBRE 2012

Égalité des chances pour toutes et tous

Égalité des chances pour toutes et tous Égalité des chances pour toutes et tous L égalité des chances pour toutes les personnes vivant en Suisse et un des piliers centraux d une société juste et solidaire. L égalité des chances signifie d abord

Plus en détail

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat Conseil Municipal des Enfants à Thionville Livret de l électeur et du candidat Elections du vendredi 18 novembre 2011 Mot du Maire Le Conseil Municipal des Enfants fait sa rentrée. Il joue un rôle essentiel

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES

DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES I. INTRODUCTION Dans le cadre du séminaire d imprégnation des personnels

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ----------

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Cher David Lasfargue, Mesdames, Messieurs, C est toujours un honneur et un plaisir pour un Ambassadeur

Plus en détail

INSCRIPTION au RESTAURANT SCOLAIRE Année 2014 / 2015

INSCRIPTION au RESTAURANT SCOLAIRE Année 2014 / 2015 NOM DE L ENFANT :. PRENOM DE L ENFANT : Date de Naissance :.. Sexe de l enfant: Masculin Féminin 1 Dossier à compléter par enfant. Maternelle : Elémentaire : - petite section - moyenne section.. Classe

Plus en détail

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche ÉDITORIAL Pour la Corse et pour la France, une démocratie politique et sociale vraiment neuve Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche de réalisations possibles, la

Plus en détail

5 clés pour plus de confiance en soi

5 clés pour plus de confiance en soi ASSOCIATION JEUNESSE ET ENTREPRISES Club SEINE-ET- MARNE 5 clés pour plus de confiance en soi Extrait du guide : «Vie Explosive, Devenez l acteur de votre vie» de Charles Hutin Contact : Monsieur Jackie

Plus en détail

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit J ai droit, tu as droit, il/elle a droit Une introduction aux droits de l enfant Toutes les personnes ont des droits. Fille ou garçon de moins de 18 ans, tu possèdes, en plus, certains droits spécifiques.

Plus en détail

L Etat dans l Eure SERVICE CIVIQUE UNIVERSEL. Edito de René BIDAL, Préfet de l Eure. Juin 2015

L Etat dans l Eure SERVICE CIVIQUE UNIVERSEL. Edito de René BIDAL, Préfet de l Eure. Juin 2015 L Etat dans l Eure Juin 2015 SERVICE CIVIQUE UNIVERSEL Edito de René BIDAL, Préfet de l Eure A compter du 1er juin, le Service Civique devient universel : tout jeune de 16 à 25 ans qui voudra s'engager

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a entendu Mme M.R., sa fille, Mme M.K., ainsi que MM. S.A., capitaine de police, et S.C., brigadier-chef.

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a entendu Mme M.R., sa fille, Mme M.K., ainsi que MM. S.A., capitaine de police, et S.C., brigadier-chef. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COMMISSION NATIONALE DE DÉONTOLOGIE DE LA SÉCURITÉ Saisine n 2010-109 AVIS ET RECOMMANDATIONS de la Commission nationale de déontologie de la sécurité à la suite de sa saisine, le

Plus en détail

CHARTE NATIONALE DE SOLIDARITÉ

CHARTE NATIONALE DE SOLIDARITÉ MINISTERE DE L ACTION SOCIALE BURKINA FASO ET DE LA SOLIDARITE NATIONALE Unité progrès Justice ------------------------------ ----------------------- CHARTE NATIONALE DE SOLIDARITÉ Préambule Nous, personnes

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

2012-2016 4+4 4+4 2012-2016. Stratégie du Pôle Social. Stratégie du Pôle Social

2012-2016 4+4 4+4 2012-2016. Stratégie du Pôle Social. Stratégie du Pôle Social 2012-2016 Stratégie du Pôle Social 4+4 4+4 Stratégie du Pôle Social 2012-2016 »YɪàL G Ö dg á«é«jgî SG 4+4 2012-2016 Introduction Notre pays entre dans une nouvelle phase de construction d un projet national

Plus en détail

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire,

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Paris, le Grand Véfour, mardi 3 février 2004 Messieurs

Plus en détail

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mobilisation contre le décrochage scolaire Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mercredi 8 janvier 2014 SOMMAIRE Introduction : la Nation mobilisée contre le

Plus en détail

Un contrat de respect mutuel au collège

Un contrat de respect mutuel au collège Apprentissage du respect - Fiche outil 01 Un contrat de respect mutuel au collège Objectifs : Décrire une action coopérative amenant élèves et adultes à s interroger sur leurs propres comportements en

Plus en détail

Secrétariat d État chargé des Personnes handicapées et de la Lutte contre l exclusion

Secrétariat d État chargé des Personnes handicapées et de la Lutte contre l exclusion Secrétariat d État chargé des Personnes handicapées et de la Lutte contre l exclusion Discours de Ségolène Neuville à l occasion de la journée «La domiciliation : premier pas vers l inclusion» organisé

Plus en détail

Les certificats médicaux

Les certificats médicaux Les certificats médicaux Dr BOUDRIES COURS DROIT MEDICAL (BEJAIA) 2013 I - généralités Les certificats médicaux sont de plus en plus demandés par les malades et les non malades pour répondre aux attentes

Plus en détail

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Déclaration finale de la Réunion mondiale sur l EPT 2014 Accord de Mascate Préambule 1. Nous, ministres, chefs de délégations,

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

Honorables invités, Mesdames et Messieurs,

Honorables invités, Mesdames et Messieurs, Discours du Gouverneur de la Banque Centrale des Comores à l occasion de la cérémonie officielle de lancement de la nouvelle pièce de 250 FC Palais du Peuple, le 02 janvier 2014 - Excellence Monsieur le

Plus en détail

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse P R O J E T E D U C AT I F Association Espace Jeunesse I N T R O D U C T I O N Ce projet éducatif expose les orientations éducatives de l Association ESPACE JEUNESSE, chargée par la municipalité du Séquestre

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

Le Livret du Citoyen

Le Livret du Citoyen Le Livret du Citoyen Bienvenue à l âge de la majorité! Vous venez d avoir 18 ans et à l occasion de la remise de votre carte d électeur, l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes

Plus en détail

Institut de la Sainte-Famille - Virton Projet d établissement

Institut de la Sainte-Famille - Virton Projet d établissement Institut de la Sainte-Famille - Virton Projet d établissement Mai 2013 Qu est-ce qu un projet d établissement? Ce document exprime la volonté collective de réaliser pendant les années à venir les actions

Plus en détail

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO PARIS, 2 NOVEMBRE

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE de la COMMUNE de LINXE 05.58.73.89.58

REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE de la COMMUNE de LINXE 05.58.73.89.58 REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE de la COMMUNE de LINXE 05.58.73.89.58 Préambule La Commune de Linxe, organise un service de restauration pour son groupe scolaire. Ce service est ouvert à tous

Plus en détail

Pour pouvoir fréquenter le restaurant scolaire, l inscription préalable est obligatoire.

Pour pouvoir fréquenter le restaurant scolaire, l inscription préalable est obligatoire. Chaque famille demandant l inscription de son ou de ses enfants en restauration scolaire s engage à respecter tous les points du présent règlement, notamment les modalités d inscription, de facturation

Plus en détail

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Numéro WHH du projet: AF 1519 / COD 1063-07 Numéro KfW du projet : KfW 2007 65 537

Plus en détail

Les Principes fondamentaux

Les Principes fondamentaux Les Principes fondamentaux DU MOUVEMENT INTERNATIONAL DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Christoph von Toggenburg/CICR Les Principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge et du

Plus en détail

L éducation au Bénin : «Nous étions aveugles, maintenant, nous commençons à y voir clair!»

L éducation au Bénin : «Nous étions aveugles, maintenant, nous commençons à y voir clair!» L éducation au Bénin : «Nous étions aveugles, maintenant, nous commençons à y voir clair!» Richard Gerster* Le nombre des élèves augmente rapidement au niveau primaire. Au Bénin, un pays d Afrique de l

Plus en détail

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Rio de Janeiro (Brésil), 21 octobre 2011 1. À l invitation de l Organisation mondiale de la Santé, nous, Chefs de Gouvernement, Ministres

Plus en détail

I. L étude Usages & Attitudes

I. L étude Usages & Attitudes I. L étude Usages & Attitudes 1. Historique En 1997, entreprise leader de la distribution de boissons sur le marché hors domicile, France Boissons souhaite réaliser un état des lieux de son secteur d activité

Plus en détail

13 ème Forum pharmaceutique international: Problématique de l accès au médicament. CEREMONIE D OUVERTURE Intervention de la Présidente de la CIOPF

13 ème Forum pharmaceutique international: Problématique de l accès au médicament. CEREMONIE D OUVERTURE Intervention de la Présidente de la CIOPF 13 ème Forum pharmaceutique international: Problématique de l accès au médicament N Djamena, 5 juin 2012 CEREMONIE D OUVERTURE Intervention de la Présidente de la CIOPF Excellence, Monsieur le Président

Plus en détail

ACTIVITE ANNUELLE GESTION RISQUE 2010

ACTIVITE ANNUELLE GESTION RISQUE 2010 ACTIVITE ANNUELLE GESTION RISQUE 2010 Cette documentation est réservée à l usage du personnel et des médecins du Centre de santé et de services sociaux de Port-Cartier. Les autres lecteurs doivent évaluer

Plus en détail

Le prix du fair-play

Le prix du fair-play LE RESPECT, C EST DEJA UNE VICTOIRE! Panathlon Wallonie-Bruxelles L emblème de l éthique sportive en Belgique Le prix du fair-play Le service Sport de la Province du Brabant Wallon PANATHLON Wallonie-Bruxelles

Plus en détail

Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris Tél : 01 40 01 06 51 contact@liguedesconducteurs.org

Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris Tél : 01 40 01 06 51 contact@liguedesconducteurs.org Avril 2014 Contact : Christiane Bayard Secrétaire générale 06 11 29 47 69 Contact : Christiane Bayard Secrétaire générale 06 11 29 47 69 Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris

Plus en détail

Le S.N.P, fréquemment interpellé par ses membres, s est ainsi posé la question suivante :

Le S.N.P, fréquemment interpellé par ses membres, s est ainsi posé la question suivante : Une clause d expertise ne pourrait-elle pas éviter aux parties le recours à l expert judiciaire lors de l état des lieux de sortie? Par Pierre Rousseaux, avocat Président SNP Charleroi 1. INTRODUCTION

Plus en détail

Guide Confiance en soi

Guide Confiance en soi Guide Confiance en soi Phase Être en relation avec soi Guide.Confiance-juillet 2014.doc 27-07-14 Ce document, créé par ÉCOUTE TON CORPS, est destiné pour votre usage personnel seulement. Seuls nos diplômés

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

P R I M A T U R E REPUBLIQUE DU MALI -------- UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI SECRETARIAT GENERAL DU ----------- GOUVERNEMENT ----------------

P R I M A T U R E REPUBLIQUE DU MALI -------- UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI SECRETARIAT GENERAL DU ----------- GOUVERNEMENT ---------------- P R I M A T U R E REPUBLIQUE DU MALI -------- UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI SECRETARIAT GENERAL DU ----------- GOUVERNEMENT ---------------- COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 10 SEPTEMBRE

Plus en détail

30 ème SESSION ORDINAIRE DU CONSEIL DES MINISTRES DE L APPA

30 ème SESSION ORDINAIRE DU CONSEIL DES MINISTRES DE L APPA ASSOCIATION DES PRODUCTEURS DE PETROLE AFRICAINS (APPA) 30 ème SESSION ORDINAIRE DU CONSEIL DES MINISTRES DE L APPA CEREMONIE D OUVERTURE SOLENNELLE DES TRAVAUX Discours de Son excellence ETIENNE DIEUDONNE

Plus en détail

Par Maitre Innocent NTAKOBANJIRA BISIMWA. Consultant en Droits des Autochtones Pygmées

Par Maitre Innocent NTAKOBANJIRA BISIMWA. Consultant en Droits des Autochtones Pygmées Garantir un accès aux soins de santé des Peuples Autochtones Pygmées expulsés dans le PNKB dans la province du Sud Kivu : Capitalisation du thème de la journée internationale des Peuples Autochtones 2015

Plus en détail

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie,

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie, Prise de Parole de Monsieur Jean-Paul FOURNIER Sénateur du Gard - Maire de Nîmes - Président de Nîmes Métropole Inauguration d une plaque dans le cadre du 450 ème anniversaire de la création de l Eglise

Plus en détail

Guide. du citoyen. L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays!

Guide. du citoyen. L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays! Guide du citoyen L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays! Sommaire p 4 p 5 p 8 p 12 p 16 p 20 p 24 p 28 Préambule Nos noms dans la République Les grands moments de l existence Acte de

Plus en détail

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Déposé à la Commission de l aménagement du territoire de l Assemblée nationale du Québec Dans le cadre

Plus en détail

Rentrée 2015. Charte du restaurant scolaire

Rentrée 2015. Charte du restaurant scolaire Rentrée 2015 Charte du restaurant scolaire Délibération du conseil municipal du 22 mai 2014 Mairie de Marcy L étoile Préambule Merci de bien vouloir prendre connaissance en famille, avec vos enfants, du

Plus en détail

MISE EN OEUVRE DU BUDGET PARTICIPATIF DANS LES COLLECTIVITES LOCALES DE KAOLACK ET KEUR BAKA

MISE EN OEUVRE DU BUDGET PARTICIPATIF DANS LES COLLECTIVITES LOCALES DE KAOLACK ET KEUR BAKA MISE EN OEUVRE DU BUDGET PARTICIPATIF DANS LES COLLECTIVITES LOCALES DE KAOLACK ET KEUR BAKA Préparé par l ARD de Kaolack Dans le Cadre de la Convention PNDL Enda ECOPOP Table des matières Sigles et acronymes

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

Combien vaut VRAIMENT votre vieille voiture

Combien vaut VRAIMENT votre vieille voiture Combien vaut VRAIMENT votre vieille voiture Ou Comment j ai appris par hasard que ma voiture avait été revendue 32 FOIS PLUS CHER que le montant de ma reprise! AVERTISSEMENT Cette fiche pratique n a qu

Plus en détail

Réussir sa vie ce n est pas toujours réussir dans la vie.

Réussir sa vie ce n est pas toujours réussir dans la vie. Réussir sa vie 1. Réussir sa vie ce n est pas toujours réussir dans la vie. 2. Pour certaines personnes avoir une fonction importante, un poste à responsabilités, c est le signe de la réussite. 3. Pour

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes 1 Intervention de Marisol Touraine Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Conseil d administration du régime social des indépendants Jeudi 25 juin 2015 Monsieur le Ministre,

Plus en détail

A SEARCH FOR FAME : INITIATIVES POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRE DURABLE IDID : A LA RECHERCHE D UNE NOTORIÉTÉ : LE CHEMIN DE L ONG IDID AU BÉNIN

A SEARCH FOR FAME : INITIATIVES POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRE DURABLE IDID : A LA RECHERCHE D UNE NOTORIÉTÉ : LE CHEMIN DE L ONG IDID AU BÉNIN A SEARCH FOR FAME : INITIATIVES POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRE DURABLE IDID : A LA RECHERCHE D UNE NOTORIÉTÉ : LE CHEMIN DE L ONG IDID AU BÉNIN Introduction Initiatives pour un Développement Intégré Durable

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

Discours d ouverture de Michèle Bourque présidente et première dirigeante Société d assurance-dépôts du Canada Ottawa mercredi 6 février 2013

Discours d ouverture de Michèle Bourque présidente et première dirigeante Société d assurance-dépôts du Canada Ottawa mercredi 6 février 2013 1 Première conférence du Comité régional de l AIAD (Association internationale des assureurs-dépôts) pour l Amérique du Nord sur les règlements transfrontières et les institutions-relais Discours d ouverture

Plus en détail

Dans un monde en mouvement perpétuel, rapide, incessant, il faut saisir. Nous devons être fiers de pouvoir exécuter la décision prise :

Dans un monde en mouvement perpétuel, rapide, incessant, il faut saisir. Nous devons être fiers de pouvoir exécuter la décision prise : 1 Mesdames et Messieurs les Conseillers départementaux, Dans la tempête, il faut garder le cap, corriger le chemin. Dans un monde en mouvement perpétuel, rapide, incessant, il faut saisir l instant celui

Plus en détail

Ministère des Richesses naturelles de l Ontario Direction de l application des règlements

Ministère des Richesses naturelles de l Ontario Direction de l application des règlements Ministère des Richesses naturelles de l Ontario Direction de l application des règlements Rapport annuel sur les éloges et les plaintes du public 1 Table des matières Message du responsable de la gouvernance

Plus en détail

STATUTS ET RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA M U D E T

STATUTS ET RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA M U D E T STATUTS ET RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA M U D E T STATUTS PRÉAMBULE - Vu la politique de développement social et culturel entreprise par les autorités nationales ; - Considérant qu il appartient à chacun

Plus en détail

Au Niger, le soutien est fort mais pas unanime pour l adoption de la sharia dans la Constitution

Au Niger, le soutien est fort mais pas unanime pour l adoption de la sharia dans la Constitution Introduction Les questions religieuses connaissent un regain d intérêt dans les espaces publics de nos pays. Au Niger, elles sont devenues préoccupantes en raison des évènements récents qui ont marqué

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE PRÉAMBULE

CODE D ÉTHIQUE PRÉAMBULE CODE D ÉTHIQUE PRÉAMBULE Depuis ses origines, Maison l Échelon s inspire de valeurs humanistes qui placent la dignité de la personne au premier plan. Le client souffrant de maladie psychiatrique est une

Plus en détail

RECOMMANDATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE N 13 DE L ECRI

RECOMMANDATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE N 13 DE L ECRI CRI(2011)37 RECOMMANDATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE N 13 DE L ECRI SUR LA LUTTE CONTRE L ANTI-TSIGANISME ET LES DISCRIMINATIONS ENVERS LES ROMS ADOPTÉE LE 24 JUIN 2011 Strasbourg, Septembre 2011 Publication

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE DE JUMIÈGES

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE DE JUMIÈGES RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE DE JUMIÈGES I - RÈGLES GÉNÉRALES Article 1 - Le restaurant scolaire n a pas un caractère obligatoire, il a pour objet d assurer, dans les meilleures conditions

Plus en détail

Attention, lors de la rédaction, aux vices de forme et de fonds : n hésitez pas à demander conseil auprès de votre notaire, avant de vous lancer.

Attention, lors de la rédaction, aux vices de forme et de fonds : n hésitez pas à demander conseil auprès de votre notaire, avant de vous lancer. LUNDI Quelles sont les différentes formes de testament? Tout d abord, Le testament olographe Il doit être entièrement écrit de la main du testateur, daté et signé. Il ne peut être ni dactylographié, ni

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

DES FEMMES GUINENNES BENEFICIENT D UNE FORMATION EN LEADERSHIP TRANSFORMATIONNEL DANS LE CADRE D UN PROGRAMME ELABORE A CET EFFET

DES FEMMES GUINENNES BENEFICIENT D UNE FORMATION EN LEADERSHIP TRANSFORMATIONNEL DANS LE CADRE D UN PROGRAMME ELABORE A CET EFFET DES FEMMES GUINENNES BENEFICIENT D UNE FORMATION EN LEADERSHIP TRANSFORMATIONNEL DANS LE CADRE D UN PROGRAMME ELABORE A CET EFFET «Ce programme est très bénéfique pour les femmes guinéennes car il développe

Plus en détail

RESTAURATION SCOLAIRE

RESTAURATION SCOLAIRE RESTAURATION SCOLAIRE REGLEMENT INTERIEUR L admission à la cantine ne constitue pas une obligation pour la commune, mais un service rendu aux familles dans le cadre de l organisation arrêtée par la collectivité

Plus en détail

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait.

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait. Jeudi 8 mai 2014 Cérémonie patriotique / Parvis de l Hôtel de Ville Discours de Karl Olive, Maire de Poissy, Conseiller général des Yvelines Monsieur le Ministre, Monsieur le Préfet, Madame la Conseillère

Plus en détail

CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU

CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU Préambule Le sport de haut niveau joue un rôle social et culturel de première importance. Conformément aux valeurs de l Olympisme énoncées dans la Charte olympique et aux

Plus en détail

TITRE DU PROJET : Étude de faisabilité concernant la mise en place d une mutuelle de santé communale.

TITRE DU PROJET : Étude de faisabilité concernant la mise en place d une mutuelle de santé communale. TITRE DU PROJET : Étude de faisabilité concernant la mise en place d une mutuelle de santé communale. District Sanitaire de : Boboye Commune de : Falmey Département de : Falmey (nouveau département, se

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-090

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-090 Décision du Défenseur des droits MLD-2014-090 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à un refus de carte de paiement adossée à un crédit renouvelable en considération du congé maternité de la

Plus en détail

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui.

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Mesdames et Messieurs, 1 Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Le but de ce moment d échange est de mieux faire connaissance. Il est aussi

Plus en détail

SÉRIE SUR LA LOCATION IMMOBILIÈRE. Le déménagement

SÉRIE SUR LA LOCATION IMMOBILIÈRE. Le déménagement SÉRIE SUR LA LOCATION IMMOBILIÈRE Le déménagement La présente brochure traite de la façon de donner un préavis, de la façon de déménager plus tôt que prévu tout en respectant la loi, et de ce que vous

Plus en détail

Votre guide pour l organisation d une rencontre de l ensemble des candidates et des candidats

Votre guide pour l organisation d une rencontre de l ensemble des candidates et des candidats Votre guide pour l organisation d une rencontre de l ensemble des candidates et des candidats Élections municipales et scolaires de 2014 en Ontario Le lundi 27 octobre 2014 En Ontario, les élections municipales

Plus en détail

Argumentaire du Développement de la Couverture Universelle en Santé au Niger

Argumentaire du Développement de la Couverture Universelle en Santé au Niger Argumentaire du Développement de la Couverture Universelle en Santé au Niger Dr HIM & AGK Niamey, avril 2014 P a g e 1 Introduction La Constitution nigérienne du 25 Novembre 2010 dispose, en son article

Plus en détail

ENJEUX, PRATIQUES ET RÉGLEMENTATION EN ASSURANCE AUTOMOBILE : UNE COLLABORATION RÉUSSIE ENTRE L AUTORITÉ ET LE GAA

ENJEUX, PRATIQUES ET RÉGLEMENTATION EN ASSURANCE AUTOMOBILE : UNE COLLABORATION RÉUSSIE ENTRE L AUTORITÉ ET LE GAA ENJEUX, PRATIQUES ET RÉGLEMENTATION EN ASSURANCE AUTOMOBILE : UNE COLLABORATION RÉUSSIE ENTRE L AUTORITÉ ET LE GAA Notes pour une allocution prononcée par M. Patrick Déry Surintendant de l encadrement

Plus en détail

"Allô Parents Marseille" Parents d adolescents, Des professionnels à votre écoute.

Allô Parents Marseille Parents d adolescents, Des professionnels à votre écoute. "Allô Parents Marseille" Parents d adolescents, Des professionnels à votre écoute. QuickTime et un décompresseur TIFF (non compressé) sont requis pour visionner cette image. " Mieux faire connaître ce

Plus en détail

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Rappel méthodologique Contexte & objectifs 1 2 Semaine pour l emploi des personnes handicapées : après avoir longtemps centré le regard

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture Plan d action de développement durable 2009-2015 Le développement durable, une question de culture Révisé en mars 2013 Note importante Le gouvernement du Québec a autorisé le 29 février 2013 par décret

Plus en détail

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici».

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». 1. Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». Près d un enfant sur cinq est victime de violence sexuelle, y compris d abus sexuels. Vous pouvez empêcher que cela arrive à votre enfant. Apprenez

Plus en détail

L ECOLE DE L ARNAQUE

L ECOLE DE L ARNAQUE L ECOLE DE L ARNAQUE Vous avez tous eu des projets de rénovation ou des projets d améliorations de votre habitation! Voici toutes les techniques de vente, les secrets des commerciaux, les pièges à éviter

Plus en détail

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS Strasbourg, 17 février 2010 [cdcj/cdcj et comités subordonnés/ documents de travail/cj-s-ch (2010) 4F final] CJ-S-CH (2010) 4F FINAL GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH)

Plus en détail

Rapports sur de récentes réunions spécialisées de l'uip

Rapports sur de récentes réunions spécialisées de l'uip 133 ème ASSEMBLEE DE L'UIP ET REUNIONS CONNEXES Genève, 17-21.10.2015 Conseil directeur CL/197/10c)-R.1 Point 10 6 octobre 2015 Rapports sur de récentes réunions spécialisées de l'uip c) 10 ème Réunion

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Déroulement des travaux. Jour 1

Déroulement des travaux. Jour 1 Atelier national sur le partage des résultats de l étude et la mobilisation des organisations de la société civile pour le lancement d une campagne de plaidoyer autour de l accaparement des terres au Cameroun

Plus en détail

Accidents de travail, circonstances et prise en charge : Région de Boumerdès Algérie.

Accidents de travail, circonstances et prise en charge : Région de Boumerdès Algérie. Accidents de travail, circonstances et prise en charge : Région de Boumerdès Algérie. Fatima ABADLIA Médecin conseil, Caisse Nationale des Assurances Sociales (CNAS) 1. Définition Est considéré comme accident

Plus en détail

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire 1 Intervention de Marisol TOURAINE Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Maison de Santé Pluridisciplinaire Magny-en-Vexin Vendredi 20 février 2015 Seul le prononcé fait

Plus en détail

CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7

CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7 CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7 Téléphone : 514 382.7922 Télécopieur : 514 382.3474 Site Internet : www.2tiers.org Courriel : club@2tiers.org

Plus en détail

Cérémonie de clôture de la réunion débat sur le thème de la 56 e session ministérielle

Cérémonie de clôture de la réunion débat sur le thème de la 56 e session ministérielle 1 Cérémonie de clôture de la réunion débat sur le thème de la 56 e session ministérielle Discours de Madame ALBATOUL Zakaria, Ministre de l'enseignement fondamental et de l'alphabétisation du Tchad, Présidente

Plus en détail

Projet de réinsertion socio-scolaire et professionnelle

Projet de réinsertion socio-scolaire et professionnelle Projet de réinsertion socio-scolaire et professionnelle RESUME DU PROJET Titre du projet : Réinsertion socio-scolaire et professionnelle des enfants et jeunes qui ont de la déficience intellectuelle de

Plus en détail

PLAN DE CRISE ECOLE :..

PLAN DE CRISE ECOLE :.. Académie de Corse Direction des services départementaux de l'education nationale de Corse du Sud. PLAN DE CRISE ECOLE :.. Gestion des situations exceptionnelles Ce document doit disposer en annexe de la

Plus en détail

RAPPORT SYNTHESE DE L ATELIER DE PARTAGE SUR L ACTE UNIFORME RELATIF AU DROIT DES SOCIETES COMMERCIALES ET DU GROUPEMENT D INTERET ECONOMIQUE REVISE

RAPPORT SYNTHESE DE L ATELIER DE PARTAGE SUR L ACTE UNIFORME RELATIF AU DROIT DES SOCIETES COMMERCIALES ET DU GROUPEMENT D INTERET ECONOMIQUE REVISE RAPPORT SYNTHESE DE L ATELIER DE PARTAGE SUR L ACTE UNIFORME RELATIF AU DROIT DES SOCIETES COMMERCIALES ET DU GROUPEMENT D INTERET ECONOMIQUE REVISE Du 4 au 5 décembre 2014, il s est tenu à l hôtel Royal

Plus en détail

En collaboration avec LA GESTION DES RISQUES AU SEIN DU SECTEUR PUBLIC LOCAL EN 2013

En collaboration avec LA GESTION DES RISQUES AU SEIN DU SECTEUR PUBLIC LOCAL EN 2013 En collaboration avec LA GESTION DES RISQUES AU SEIN DU SECTEUR PUBLIC LOCAL EN 2013 MARS 2013 INTRODUCTION, METHODOLOGIE Primo France, association dédiée à la gouvernance et à la gestion du risque public,

Plus en détail

Celui qui aime apprendre est proche du savoir. Charte de vie de la section fondamentale. Centre Scolaire de Ma Campagne. Confucius

Celui qui aime apprendre est proche du savoir. Charte de vie de la section fondamentale. Centre Scolaire de Ma Campagne. Confucius 2015 2016 Charte de vie de la section fondamentale Celui qui aime apprendre est proche du savoir. Confucius Centre Scolaire de Ma Campagne Rue Africaine, 3 1050 Bruxelles Pour vivre en groupe correctement

Plus en détail

Mise en œuvre d'un dispositif de vidéosurveillance nocturne du cœur de ville

Mise en œuvre d'un dispositif de vidéosurveillance nocturne du cœur de ville CONSEIL MUNICIPAL 1 Séance du 06 décembre 2012 Mise en œuvre d'un dispositif de vidéosurveillance nocturne du cœur de ville Direction Solidarité Urbaine - Tranquillité Publique - Rapporteur(s) M. Christophe

Plus en détail