MÉDECINS DU MONDE RAPPORT MORAL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MÉDECINS DU MONDE RAPPORT MORAL"

Transcription

1 MÉDECINS DU MONDE RAPPORT MORAL 2009

2 Sommaire // 03 Notre projet > Accédez à la page. // en chiffres > Accédez à la page. // 14 Les programmes internationaux > Accédez à la page. 16 Planisphère > Accédez à la page. 22 Afrique > Accédez à la page. 32 Amérique latine > Accédez à la page. 42 Asie > Accédez à la page. 52 Europe de l Est > Accédez à la page. 60 Proche- et Moyen-Orient > Accédez à la page. 69 Perspectives missions > Accédez à la page. // 70 Réseau international > Accédez à la page. // 94 Projets transversaux > Accédez à la page. // 104 Les missions en France > Accédez à la page. // 122 Notre mobilisation > Accédez à la page. // 135 Délégations régionales > Accédez à la page. // 151 Notre organisation > Accédez à la page. // 162 Glossaire > Accédez à la page. // 166 Remerciements > Accédez à la page.

3 MEDECINS DU MONDE NOTRE Projet EDGAR MORIN «Le siècle est marqué par le dépérissement des solidarités de personne à personne et le développement des solidarités d administration à catégorie sociale.» 3

4 4 Mayotte Jobard/MdM/Sipa

5 MÉDECINS DU MONDE NOTRE PROJET Médecins du Monde entre dans sa trentième année. C est certainement l âge de la maturité, c est aussi celui d un militantisme assumé. Toujours en lien avec la réalité du terrain, nous avons su nous adapter et bâtir une organisation indépendante. C est au regard d une première année de présidence, mais riche de cette histoire, que l'on peut dresser un premier bilan de DR / AFP EN FRANCE ET EN EUROPE, RÉSISTER ET INNOVER» Dr OLIVIER BERNARD PRÉSIDENT DE MÉDECINS DU MONDE FRANCE Plusieurs évolutions ont marqué cette année : Le durcissement des approches sécuritaires vis-à-vis des populations que Médecins du Monde soutient, dans un contexte de crise économique qui touche en premier lieu les plus pauvres et les plus exclus. Malgré des plans successifs, la question du logement des plus précaires n est toujours pas abordée de manière concrète. Nos équipes sont confrontées au quotidien à l absence de solution d hébergement adapté pour les personnes que nous accompagnons sur nos programmes de soins. Une profonde modification de l offre de soins, avec sans doute des avancées, comme une place accrue des représentants des collectivités territoriales dans la gestion, mais aussi une logique économique qui prévaut, avec la mise en place de la tarification à l activité dans les hôpitaux, les déremboursements et le développement des franchises médicales. Aucune avancée notable sur les questions d accès aux soins pour les populations que nous prenons en charge. Sur les dispositifs de la loi de 1999 : CMU, AME, Pass à l exception des avancées sur la domiciliation, grâce notamment à MdM, on assiste à une régression. La mise en œuvre d une politique sécuritaire visant les acteurs de la solidarité en France eux-mêmes : Médecins du Monde, après avoir protégé une centaine de personnes rroms installées Quai de Saint-Ouen, dans la région parisienne, a été assigné en justice en juin 2009 pour occupation illégale d un terrain de l État. La justice a reconnu le bien-fondé de notre action humanitaire et tranché en faveur de la protection des personnes.

6 6 MÉDECINS DU MONDE A SU S ADAPTER À CETTE ÉVOLUTION DES BESOINS En résistant tout d abord. Nous avons décidé de : maintenir des centres d accueil, de soins et d orientations (Caso) dans 22 villes en France pour soigner et témoigner de la réalité des entraves à l accès aux soins ; poursuivre des actions mobiles qui nous permettent de soigner et de rendre compte de la réalité de l extrême exclusion (missions auprès des personnes SDF, auprès des Rroms, auprès des personnes se prostituant) ; dénoncer la maltraitance que notre société inflige aux populations rroms et la politique exclusivement répressive de l État à l encontre des migrants, à Calais, Paris ou Mayotte ; intégrer le collectif Délinquants solidaires, pour témoigner de notre capacité et de notre détermination à refuser l amalgame fait entre trafic organisé et devoir de solidarité. En innovant ensuite. Nos projets auprès des personnes se prostituant se sont adaptés aux évolutions inquiétantes du cadre de la loi de sécurité intérieure. C est l exemple des projets mobiles Funambus, à Nantes, ou Lotus Bus, à Paris, qui vont à leur rencontre. Face à l impasse dans laquelle se trouvent les patients psychotiques vivant à la rue et le triangle infernal prisonrue-hôpital, nous avons su, à Marseille, Strasbourg et Paris, aborder les questions de la santé mentale et de la précarité en mettant en place des programmes adaptés. Pour faire face à l épidémie de VIH et d hépatite C, MdM poursuit le développement d initiatives innovantes, en matière de dépistage pour les plus précaires et de réduction des risques pour les usagers de drogues. Ainsi, dans une logique préventive, MdM a mis en place un programme d éducation aux risques liés à l injection. En Guyane, la mise en place de tests de dépistage rapides était devenue une nécessité tant la prévalence du VIH est importante et notamment auprès des personnes migrantes. À Mayotte, l accès aux soins pour les enfants migrants de l intérieur de l archipel des Comores étant quasi impossible, nous mettons en place un programme d accès aux soins et de plaidoyer en direction de cette population. Par ailleurs, MdM continue de créer du lien entre praticiens, chercheurs et humanitaires en développant des diplômes universitaires consacrés à la santé et la précarité. Enfin, il faut saluer le travail accompli par la mission parrainage des enfants hospitalisés et remercier sa responsable qui a su très tôt nous alerter sur la situation des enfants isolés dans les services hospitaliers. DES MISSIONS INTERNATIONALES DYNAMIQUES NOTRE INDÉPENDANCE DOIT SE RENFORCER Une grande confusion continue de régner sur le terrain où défilent de plus en plus d intervenants qui, à côté, avec, ou en amont des ONG se disent «acteurs de l humanitaire» Des militaires qui interviennent dans les gestions de crise, des sociétés de protection privées, comme en Irak ou en Afghanistan, chargées de la reconstruction, sans oublier bien sûr les États qui acheminent directement de l aide ou envoient des dispositifs civils sur les terrains de crise et qui sont parfois les bailleurs principaux, voire exclusifs, de certaines ONG. Si les motivations respectives de ces acteurs n ont souvent rien d humanitaire, sur le terrain elles sont souvent perçues et assimilées comme telles. Pour nos équipes, dans les zones de conflit, le travail n en est que plus complexe et l accès aux populations rendu difficile. Notre indépendance vis-à-vis des acteurs étatiques et des agendas politiques, économiques ou militaires, est ici cruciale et mérite d être renforcée pour que nous puissions continuer d agir, notamment en Afghanistan, en Irak, en Colombie ou encore au Darfour/Soudan, en Somalie ou au Pakistan. Dans ce pays, les populations sont les premières victimes des affrontements réguliers entre DÉLIT DE SOLIDARITÉ «Si la solidarité devient un délit, nous demandons à être poursuivis pour ce délit», tel est le slogan constitutif des associations (dont MdM) regroupées au sein de Délinquants solidaires. C est à la suite de la montée des pressions policières à l encontre de bénévoles associatifs ou de professionnels du secteur social et aux dispositions de l article L du Code de l entrée et du séjour des étrangers et de l asile que ce collectif a vu le jour. RROMS MdM remporte le procès contre la préfecture de Seine- Saint-Denis en juillet 2009 : le tribunal de Bobigny déboute le préfet dans sa plainte à l encontre de Médecins du Monde. La justice ne soutient donc pas l État dans sa demande d expulsion du camp d urgence installé à Saint-Denis par MdM pour des familles rroms à la rue. La justice reconnaît ainsi la situation d urgence humanitaire dans laquelle se trouvent les Rroms d Île-de-France, situation que n a cessé de dénoncer Médecins du Monde.

7 MÉDECINS DU MONDE GAZA L opération «Plomb durci», menée par l armée israélienne du 27 décembre au 18 janvier 2009 dans la Bande de Gaza, a eu de graves répercussions sur le système de santé : 16 professionnels de santé figurent parmi les victimes ; 185 hôpitaux, 41 centres de santé et 29 ambulances ont été endommagés. Cet épisode de guerre est venu aggraver une situation humanitaire déjà très tendue du fait du blocus que subit la population gazaouie, la plus dense au monde. DARFOUR À la suite du mandat d arrêt émis par la CPI à l encontre du président soudanais, Omar el-béchir, pour crimes de guerre et crimes contre l humanité au Darfour, les autorités soudanaises ont décidé d expulser une dizaine d ONG. Bien que non visé par cette mesure, MdM reste très préoccupé par les conséquences d un retrait massif des acteurs humanitaires pour les populations civiles du Darfour, dont les besoins, notamment en matière de santé, restent entiers. On compte 2,7 millions de personnes très dépendantes de l aide humanitaire. les forces armées du gouvernement et l insurrection menée par les talibans provoquant des déplacements massifs de population, estimés à 2 millions de personnes. En d autres termes, sans refuser le dialogue avec les acteurs étatiques, économiques ou avec les Nations unies, il s agit de résister à toute forme de subordination à leurs agendas respectifs souvent éloignés des besoins des populations. Le 12 janvier dernier, Haïti était touché par un violent séisme faisant plus de morts, personnes déplacées et 1,1 million de personnes sans abri. Comme d autres ONG, MdM a rapidement apporté des secours en équipes, matériel médical (plus de 30 tonnes) et médicaments essentiels permettant la mise en place d activités médico-chirurgicales d appui psychologique. Tout cela a bien entendu été possible grâce à l implantation de MdM dans ce pays depuis plus d une quinzaine d années à Port-au-Prince, mais également dans le département de la Grand Anse, et ce en partenariat avec des acteurs locaux. Cette approche communautaire développée par l association et ses partenaires aura permis de rapidement et efficacement porter secours aux populations affectées en lien et coordination avec les autorités locales et les autres ONG. L association continuera d apporter son soutien pendant de nombreuses années à la réhabilitation du système de soins dans le pays. DES ENJEUX PRIORITAIRES Le premier sujet touche à la mortalité maternelle et infantile et notre volonté d agir en faveur des femmes et des enfants en soutenant les systèmes de santé dans les pays les plus vulnérables. Il s agit également de renforcer le plaidoyer pour une meilleure accessibilité financière aux soins pour les femmes enceintes et les enfants de moins de 5 ans. Un effort continuera également à être porté sur les conséquences médicales et sociales des violences et des discriminations liées au genre, comme c est le cas actuellement en République démocratique du Congo. Ce défi concerne les pays en guerre, mais aussi l accès à des soins adaptés aux femmes vivant dans les bidonvilles et les quartiers pauvres en Amérique latine, en Asie ou en Afrique. En matière de sida, l épidémie n est pas finie. Malgré de réelles avancées en matière de lutte contre la pandémie, les risques de transmission de la maladie chez les populations vulnérables doivent être combattus, notamment chez les migrants, les travailleurs du sexe, les usagers de drogues (Afghanistan, Chine) et les efforts de prévention et de soin accrus via le dépistage (test rapide), le traitement thérapeutique (accès gratuit aux antirétroviraux, ARV) et le soutien à nos partenaires de santé. D autre part, MdM s est investi dans l amélioration de l accès aux ARV de façon décentralisée, dans les dispensaires ruraux, au plus proche des communautés touchées, comme au Zimbabwe, en Tanzanie ou en Birmanie, et souhaite poursuivre cet effort. La question de la santé et l environnement est un dossier en devenir. Et l échec du sommet de Copenhague n a rien de rassurant. À Madagascar aujourd hui, et peut-être ailleurs demain, des projets communautaires sont initiés concernant la prévention des désastres naturels et de leur impact sur la santé. Mais aussi en s inspirant de notre expérience en France sur la question de l intoxication au plomb chez l enfant par exemple. La manière dont nos sociétés européennes abordent la question de la migration en ce début de XXI e siècle restera probablement, au regard de l Histoire, une tragédie. Comment comprendre les silences face aux renvois vers leur pays en guerre de jeunes Afghans venus chercher refuge en Europe et qui, confrontés à une gestion des flux migratoires exclusivement répressive, se retrouvent dans la plus grande précarité à survivre dans des taudis, sur les plages de la Manche ou, dans les squares publics de Paris ou d autres villes de France? Nous, acteurs humanitaires de terrain, présents ici en Europe au- 7

8 8 près des plus précaires, des marginaux et des sans-droits, et nous, soignants présents là-bas dans les pays d origine, constatons jour après jour combien l état de santé de ces personnes est précaire. Être au plus proche d elles, apporter des soins physiques et psychiques, soutenir les associations du Sud impliquées sur cette question et témoigner de cette effroyable inhumanité, tel est très certainement un des objectifs prioritaires pour notre association dans les années à venir. Dans le domaine de l adoption internationale, MdM continue d être un acteur incontournable et reconnu, même s il convient régulièrement d analyser les évolutions contextuelles telles que celles rencontrées au Vietnam ou en Haïti. DÉVELOPPER DES PARTENARIATS DURABLES ET PLUS ÉQUILIBRÉS À défaut de neutralité, c est probablement dans l impartialité de l analyse des besoins et des réponses que se situe la spécificité d une ONG humanitaire et médicale comme MdM. Sans naïveté au regard des agendas internationaux ou nationaux, notre place réside plus que jamais dans la proximité avec les populations les plus précaires. Ainsi, nous devons continuer à développer des réseaux et à travailler en partenariat, localement et régionalement, pour une approche plus ancrée dans les réalités culturelles. Le partenariat ici et làbas avec des représentants des patients et avec des ONG locales est l une des pistes pour tendre vers un humanitaire plus équilibré et vers cette nécessaire interdépendance dans un monde complexe et globalisé. NOTRE FONCTIONNEMENT Après vingt-cinq années au sein de MdM, dont dix-sept comme directeur général à l action humanitaire, le Dr Michel Brugière a quitté l association pour une retraite que nous lui souhaitons heureuse et militante. C est l occasion une nouvelle fois de le remercier pour avoir su nous guider et nous accompagner durant toutes ces années. Son successeur devra nous aider à affronter les profondes modifications à venir des contextes d intervention et de la place de l action humanitaire, tout en maintenant cette dimension bénévole et militante de notre association. Médecins du Monde c est aujourd hui un réseau de 15 délégations régionales grâce auxquelles le travail au plus près des bénéficiaires est possible. Cette année, et dans la suite des engagements pris précédemment, nous avons poursuivi l appui à ces délégations. Cette structuration était devenue nécessaire en raison de l approche régionale des politiques de santé, mais aussi dans un souhait d assurer une meilleure cohérence de nos actions au regard des besoins locaux. Conscients que la question de l accès aux soins des migrants en Europe se joue à Bruxelles, nous nous structurons également peu à peu à l échelle européenne en termes d actions, de soins et de témoignages, à travers le réseau international de MdM. Les publications du second rapport de l Observatoire européen de l accès aux soins et du rapport Huma sur la législation d accès aux soins des sans-papiers et demandeurs d asile dans 10 pays de l Union européenne en sont une parfaite illustration. Cela démontre une nouvelle fois la pertinence de notre développement international et la nécessité pour MdM de renforcer le développement de ses délégations et bureaux afin d accroître ses capacités opérationnelles et sa cohérence en termes de prise de parole sera l anniversaire des 30 ans de Médecins du Monde. Le temps de faire le point sur l histoire et l évolution d une association toujours militante grâce à tous les acteurs qui participent à ses actions, qu ils soient bénévoles, volontaires sur le terrain, salariés, associatifs ou donateurs. Ce sera l occasion surtout de se projeter avec lucidité et conviction dans l avenir, ici et là-bas. RAPPORT HUMA L enquête portant sur les législations européennes confirme que le droit à la santé n est pas garanti dans l UE. Dans aucun pays les sans-papiers ne bénéficient du «plus haut niveau possible de soins physiques et mentaux», comme cela est exigé par les textes internationaux de protection des droits de l homme.

9 Pakistan Lâm Duc Hiên

10 EN CHIFFRES RÉSEAU INTERNATIONAL RESSOURCES HUMAINES* RESSOURCES MDM FRANCE 152 programmes internationaux dans 64 pays 210 projets nationaux dans 14 pays 14 associations du réseau Allemagne Argentine Belgique Canada Espagne France Grèce Italie Japon Pays-Bas Portugal Royaume-Uni Suède Suisse 284 salariés RÉPARTITION 179 salariés au siège 37 salariés terrain 12 salariés dans les délégations régionales 56 salariés sur les missions France 219 départs d'expatriés 134 expatriés** 367 départs pour des missions exploratoires et d'appui technique salariés nationaux sur les missions DÉPENSES 76,64 % missions sociales 16,73 % recherche de fonds 6,63 % fonctionnement RESSOURCES 58,64 % générosité du public 34,98 % subventions publiques 4,72 % subventions et autres fonds privés 1,66 % autres * Les données salariales sont indiquées en équivalent temps plein (ETP) ** Nombre d expatriés au 31 décembre 2009

11 BUDGET MDM FRANCE 57,3 M EN FRANCE PROGRAMMES INTERNATIONAUX Afrique Amérique latine Asie et Asie centrale Europe de L Est Proche- et Moyen-Orient bénévoles patients accueillis dans les 21 Caso consultations médicales consultations dentaires consultations sociales 104 programmes dans 29 villes personnes ciblées personnes qui pourraient recourir aux services délivrés par MdM bénéficiaires personnes ayant bénéficié d'un ou de plusieurs services délivrés par MdM consultations médicales effectuées personnes sous ARV 75 missions 47 pays RÉPARTITION GÉOGRAPHIQUE DES PROGRAMMES Afrique 34 Afrique 11 Amérique latine 16 Asie et Asie centrale 5 Europe de l Est 9 Proche- et Moyen-Orient Amérique latine Asie et Asie centrale Europe de L Est Maghreb + Moyen-Orient Projets transversaux RÉPARTITION GÉOGRAPHIQUE DES DÉPENSES DES PROGRAMMES INTERNATIONAUX 51 % Afrique 12 % Amérique latine 18 % Asie et Asie centrale 3 % Europe de l Est 11 % Maghreb et Moyen-Orient 5% Projets transversaux Adoption, Opération Sourire, missions exploratoires

12 12 RESSOURCES HUMAINES PRIORITÉS AUX SALARIÉS NATIONAUX ET HARMONISATION DES POLITIQUES MÉDICALES ET SOCIALES SUR NOS TERRAINS EN a été une année marquée par un renforcement de notre politique de ressources humaines à l international et tout particulièrement à destination de nos salariés nationaux en poste à travers le monde. Nos efforts se sont dans un premier temps concentrés sur la finalisation de la mise en place d une politique commune de rémunération pour nos équipes nationales, ainsi que sur la mise à jour des outils de gestion et de management. Cette étape préliminaire était indispensable afin de pouvoir dans un second temps poursuivre notre chemin vers une politique de ressources humaines plus globale, permettant une gestion des individus et des parcours fondée sur les compétences, au-delà des questions de statuts et de nationalités. LE PARCOURS DES CADRES NATIONAUX De la même façon que nous construisons des parcours professionnels au sein de Médecins du Monde avec nos ressources humaines expatriées, il est indispensable que nous soyons en capacité de travailler avec les cadres nationaux à la construction de leur parcours professionnel au sein de l association, que ce soit dans leur propre pays ou bien à l étranger, en tant qu expatrié. Pour cela, la formation et la sensibilisation des coordinateurs aux questions de suivi individuel, de gestion des compétences, de mobilité, de formation, sont essentielles. La valorisation des parcours a été et reste un enjeu majeur pour l association. UNE POLITIQUE MÉDICALE ET SOCIALE Dans chaque pays, nos missions disposent à ce jour d une couverture médicale couvrant les salariés nationaux des projets. Il peut s agir de systèmes de prise en charge différents d un pays à l autre en fonction de l offre disponible (système public de santé, compagnie d assurance privée, mécanisme interne à MdM). Nous souhaitons aller plus loin et proposer une politique médicale et sociale Médecins du Monde, harmonisée d une mission à l autre dans ses orientations, valeurs et grands principes. Une étude qualitative et quantitative des politiques actuellement en place sur les missions a été réalisée, afin de nous donner un état des lieux précis de la réalité des prises en charge. Les résultats de cette étude vont nous permettre de définir un minimum commun en matière de prise en charge médicale et sociale devant être assuré à chaque salarié national travaillant avec MdM et ce indépendamment du pays dans lequel il agit.

13 Libéria Georges Gobet/AFP

14 14 LES PROGRAMMES INTERNA- TIONAUX

15 MÉDECINS DU MONDE Sommaire 16 Planisphère > Accédez à la page. 22 Afrique > Accédez à la page. 32 Amérique latine > Accédez à la page. 42 Asie > Accédez à la page. 52 Europe de l Est > Accédez à la page. 60 Proche- et Moyen-Orient > Accédez à la page. 69 Perspectives missions > Accédez à la page.

16 16 CARTE PROGRAMME INTERNATIONAUX Algérie Mexique Guatemala Nicaragua Haïti Mali Niger Tchad Sénégal Burkina Faso Guinée Liberia Colombie Pérou PROGRAMME D'URGENCE ET DE LONG TERME PROGRAMME DE LONG TERME PROGRAMME D'URGENCE

17 Russie Serbie Roumanie Bulgarie Moldavie Turquie Afghanistan Liban Irak Syrie Territoires palestiniens Égypte Chine Népal Birmanie Yémen Érythrée Pakistan Inde Vietnam Cambodge Soudan Éthiopie Somalie Rwanda Rép. dém. du Congo Tanzanie Indonésie Angola Madagascar Zimbabwe

18 18 PROGRAMMES INTERNATIONAUX À l international, MdM travaille sur presque tous les continents, dans des contextes variés et sur des thématiques multiples. Nous verrons dans un premier temps les types de contextes dans lesquels nous sommes intervenus en 2009, et dans un second temps les thématiques. LES CONTEXTES D INTERVENTION Nous intervenons dans 5 types de contextes : zones fragiles, zones de violences internes, zones de conflit armé, zone de catastrophe naturelle et zones stabilisées. ZONES FRAGILES OU DE VIOLENCES INTERNES (67,9 % du budget) La majorité des programmes de MdM (et la majorité du budget) se situent dans ces zones du globe. La qualification de zone fragile renvoie à la notion de gouvernance fragile. Les structures gouvernementales et les institutions de ces pays donnent des résultats sérieusement inadéquats quant à leurs activités et à leurs fonctions, par rapport au rôle présumé de l État envers ses citoyens (santé notamment). Dans ces pays, les capitales sont souvent moins «fragiles» que les zones rurales, c est pourquoi nous utilisons le terme de zone fragile et non celui de pays fragile. Ces situations sont souvent liées à des violences internes. Les violences internes se caractérisent par des actes de révolte et de violence émanant de factions plus ou moins organisées contre des autorités ou entre elles. Ces zones se distinguent de celles dites de conflit armé non international, où les actes de révolte ou de violence revêtent une plus grande intensité. C est dans ces zones que nous développons les projets les plus variés. ZONES DE CONFLIT ARMÉ (21,7 % du budget) En 2009, MdM a poursuivi et renforcé ses activités en Somalie, en Éthiopie (région Somali), au Soudan (Darfour), à Gaza (Territoires palestiniens) et en Afghanistan, mais aussi en Colombie, dans la région du Meta, et en Irak ; MdM a ouvert 2 nouveaux programmes auprès de personnes déplacées en raison de conflits armés : au Pakistan, dans la région de North West Frontier, et dans le Nord-Yémen. La majorité des actions sur ces zones visent à donner accès aux soins de premiers secours. Kaboul fait ici exception, avec un programme de réduction des risques (RDR) auprès des usagers de drogues, véritable problème de santé publique dans ce pays qui compte 1,5 million d usagers de drogues, dont la plupart vivent à Kaboul. PROGRAMMES EN AFRIQUE 34 programmes dans 18 pays et 1 région commune à 3 pays : Algérie, Angola, Burkina Faso, Érythrée, Éthiopie, Guinée, Liberia, Madagascar, Mali, Niger, RDC, Rwanda, Sénégal, Somalie, Soudan, Tanzanie, Tchad, Zimbabwe PROGRAMMES EN AMÉRIQUE LATINE 11 programmes dans 6 pays : Colombie, Guatemala, Haïti, Mexique, Nicaragua, Pérou

19 MÉDECINS DU MONDE PROGRAMMES EN ASIE 16 programmes dans 10 pays : Afghanistan, Birmanie, Cambodge, Chine, Inde, Indonésie, Népal, Pakistan, Russie, Vietnam PROGRAMMES EN EUROPE DE L EST 5 programmes dans 4 pays : Bulgarie, Moldavie, Roumanie, Serbie PROGRAMMES AU PROCHE- ET AU MOYEN-ORIENT 9 programmes dans 7 pays : Égypte, Irak, Liban, Syrie, Territoires palestiniens, Turquie, Yémen ZONE DE CATASTROPHE NATU- RELLE (1,9 % du budget) Cette année, MdM a répondu à une seule catastrophe naturelle, le tremblement de terre à Padang, île de Sumatra, en Indonésie ; ce tremblement de 7,9 sur l échelle de Richter survenu en zone habitée a fait officiellement morts et a affecté 1,2 million de personnes. 50 % des centres de santé et 85 % des postes de maternité de la zone ne pouvaient plus assurer leurs missions consultations de médecine générale et près de 800 de santé mentale ont été réalisées par les équipes mobiles en un mois. 4 centres de santé ont pu fonctionner de nouveau grâce à nos actions. En début d année, le programme d urgence cyclones Haïti a fermé ; il faisait suite aux passages, en 2008, de Gustav, Hanna et Ike, trois cyclones successifs qui ont fait 793 morts, dont plus de la moitié sur la ville de Gonaïves, 500 disparus et personnes affectées. En cinq mois, les équipes mobiles ont réalisé près de consultations. ZONES STABILISÉES (8,5 % du budget) Ces zones excluent pour nous les précédentes ; nous y travaillons sur des thématiques assez réduites : migrants, usagers de drogues, traite des êtres humains, VIH/sida, santé reproductive et soutien au développement d un partenariat local (Russie-Grand Nord, Roumanie, Bulgarie). 67,9 % du budget de Médecins du Monde est consacré au développement de programmes dans des zones fragiles ou de violences internes 5 PRIORITÉS D ACTION 1. LUTTE CONTRE LES GRANDES ENDÉMIES (VIH/SIDA, PALUDISME ET TUBERCULOSE) (12 % du budget) L essentiel de nos actions dans ce cadre porte sur le VIH/sida, la moitié en Afrique, l autre en Asie. Les activités, bien que variables d un programme à l autre, visent la formation des personnels de santé et des non-soignants, les communications pour un changement de comportement, la distribution de préservatifs, le dépistage du VIH et parfois des hépatites, le soutien psychosocial aux personnes vivant avec le VIH, la prévention de la transmission de la mère à l enfant, les soins avant thérapie antirétrovirale et les traitements antirétroviraux ; le projet VIH/sida du Nord-Kivu (RDC) est même impliqué dans la sécurité transfusionnelle. Tous ces projets sont orientés vers l ensemble des personnes touchées par le virus, sauf un qui ne cible que les populations les plus à risques comme les personnes se prostituant (hommes et femmes) et les usagers de drogues (Birmanie-Yangoon). En tout, plus de personnes ont bénéficié cette année d un traitement antirétroviral. 2. ACCÈS AUX SOINS Pour la population générale (50,5 % du budget) Ces programmes ont pour objectif le renforcement de l accès aux soins de base, ils incluent les personnes affectées par les épidémies. C est la thématique la plus développée sur les terrains de conflit armé et sur les zones fragiles ou de violences internes. Ce renforcement peut passer, selon les programmes, par la for- 19

20 20 mation (Liberia, Birmanie-delta de l Irrawadi, Yémen, Niger ), la construction ou la réhabilitation d infrastructures (RDC, Liberia, Somalie ), l organisation de systèmes de soins (Liberia, RDC ), l approvisionnement en médicaments et en matériel médical (presque toujours), le partenariat institutionnel ou avec d autres acteurs (toujours) ; MdM fournit assez peu d aide directe (consultations par des équipes MdM) sauf dans les premières semaines ou les premiers mois suivant une catastrophe naturelle (tremblement de terre Padang, Cyclones Gonaïves), ou dans des situations d urgence complexes (Colombie, Pakistan-NWFP ) Dans le Tanganyika (RDC), lors de la flambée épidémique de l année 2009, cas de choléra ont été pris en charge à Kalémie, avec un taux de létalité de 0,78 %, ce qui est tout à fait correct en termes de résultat. Pour les femmes enceintes et les enfants (6,2 % du budget) En 2009, cette population a été spécifiquement ciblée par 9 programmes, en Érythrée, au Niger, au Tchad, au Mali, au Népal, en Inde, au Pérou, au Nicaragua et en Bulgarie. Ces programmes développent les consultations pré et postnatales, l assistance à l accouchement, les soins de base pour les enfants de moins de 5 ans, l éducation à la santé, et travaillent parfois sur l organisation de systèmes de soins, comme en Haïti. Dans ce pays, le projet pilote d accessibilité financière pour les femmes enceintes et les enfants de moins de 5 ans vient de montrer son efficacité en multipliant par 3 le nombre de consultations. 2 de ces programmes touchent particulièrement les femmes atteintes de fistules vésico-vaginales, complications invalidantes d accouchements mal ou non assistés et de grossesses précoces (Tchad, Mali). Pour les personnes vivant dans la rue (4,7 % du budget) Kinshasa et Le Caire sont les deux grandes villes dans lesquelles nous continuons à développer ce type de programme en partenariat avec des ONG locales. Pour les personnes détenues (1,4 % du budget) Madagascar et la Guinée sont les deux seuls pays où ces activités se poursuivent. À Madagascar, le programme contribue à l humanisation des prisons du gouvernement malgache. 3. PRISE EN CHARGE Des violences liées au genre (7 % du budget) En 2009, 7 programmes ont évolué sous cette thématique au Nicaragua, au Guatemala, à Haïti, en RDC (Nord-Kivu), au Pakistan, en Algérie et en Moldavie. La prise en charge est le plus souvent pluridisciplinaire et ces programmes, pour la plupart, ne se contentent pas d une prise en charge médicale mais vont au-delà, dans l optique de limiter ces violences. Tous ces projets ont des volets formation. Soins spécialisés (chirurgie, santé mentale, nutrition ) (6,8 % du budget) Des projets d interventions chirurgicales programmées ont continué à Madagascar et dans les Territoires palestiniens (Gaza), mais aussi au Cambodge, en Mongolie, au Bénin, au Mali, au Niger et au Tchad dans le cadre de l Opération Sourire. Par ailleurs, MdM a déclenché une action d urgence chirurgicale à Madagascar au moment de la crise sociopolitique du début d année. En effet, les événements avaient entraîné un afflux de blessés par balle et par des mouvements de foule. Si bon nombre de programmes ont des volets santé mentale, trois y sont consacrés et se trouvent au Moyen-Orient : Irak-Kerbala, Territoires palestiniens-naplouse et Liban-camps palestiniens. Ils comportent tous un volet formation. Quant à la nutrition, elle est le plus souvent intégrée à des projets plus larges d accès aux soins de base. 4. RÉDUCTION DES RISQUES EN SANTÉ Liés aux conséquences des déplacements (réfugiés, déplacés, migrants) (0,7 % du budget) VIOLENCES LIÉES AU GENRE Elles se manifestent par le fait de croyances, de traditions, de comportements ou d attitudes dommageables envers les individus en fonction de leur sexe. Il peut s agir de violences physiques, sexuelles, morales et psychologiques, économiques et sociales (accès aux soins, à l éducation) ou de pratiques traditionnelles préjudiciables (mutilation génitale, mariage forcé, avortement sélectif.)

SOIGNER ET TEMOIGNER. Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la prévention et de la lutte contre le SIDA

SOIGNER ET TEMOIGNER. Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la prévention et de la lutte contre le SIDA IRG-Université de Virginie 21 au 23 mars 2010 Acteurs non étatiques et politiques de santé publique SOIGNER ET TEMOIGNER Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S REGARD SUR L EPIDEMIE DU VIH D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S Photo: ONUSIDA Levier de la riposte au sida, l ONUSIDA s emploie à bâtir l action politique et à promouvoir les droits de tous les

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix»

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Résumé des résultats clés et réalisations Problématique Prévention des crises et consolidation de la paix : les défis Quelque 1,5 milliard

Plus en détail

A. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale. 1.

A. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale. 1. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale et pays dont les ressortissants en sont exemptés A. Liste des pays tiers dont les ressortissants

Plus en détail

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 Mettre fin à l épidémie de sida ces mots renferment de tels espoirs et de telles promesses. Grâce à des engagements mondiaux et à des objectifs précis,

Plus en détail

Nations Unies Haut Commissariat aux Droits de l Homme, réf: NVebU mes 2011

Nations Unies Haut Commissariat aux Droits de l Homme, réf: NVebU mes 2011 Nations Unies Haut Commissariat aux Droits de l Homme, réf: NVebU mes 2011 Initiatives montrant des bonnes pratiques ainsi que des pratiques efficaces dans l adoption d une approche fondée sur les droits

Plus en détail

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie.

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie. Jeunes demandeurs d asile tchétchènes jouant au centre d accueil de BialaPodlaska(Pologne). Albanie France Monaco Saint-Marin Allemagne Grèce Norvège Saint-Siège Andorre Hongrie Pays-Bas Slovaquie Autriche

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER BOURSES SCOLAIRES au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER ÉTABLISSEMENT PUBLIC NATIONAL À CARACTÈRE ADMINISTRATIF SOUS

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

Le HCR est pleinement conscient. Le budget du HCR pour l exercice 2013. Le processus de planification

Le HCR est pleinement conscient. Le budget du HCR pour l exercice 2013. Le processus de planification Identification des be Le HCR est pleinement conscient de la nécessité de travailler en étroit partenariat avec ses principaux bailleurs de fonds pour rassembler les ressources dont il doit disposer pour

Plus en détail

Directeur Général de l association ALIMA

Directeur Général de l association ALIMA Directeur Général de l association ALIMA L ASSOCIATION ALIMA Lors de la création d ALIMA, en juin 2009, l objectif était de produire des secours médicaux lors de situations d urgences ou de catastrophes

Plus en détail

Parrainez une fille, investissez dans son avenir.

Parrainez une fille, investissez dans son avenir. photos - Roger Job - Plan Comme Marie Gillain, parrainez une fille avec PLAN! «Grâce à ma filleule, j ai été le témoin privilégié des actions de PLAN sur le terrain. À travers ses yeux, j ai réalisé que

Plus en détail

Bénéficiaires du droit d asile dans l UE, par nationalités, 2014. Irak 5% Afghanistan

Bénéficiaires du droit d asile dans l UE, par nationalités, 2014. Irak 5% Afghanistan 82/2015-12 mai 2015 Décisions sur les demandes d asile dans l UE Les États membres de l UE ont accordé la protection à plus de 185 000 demandeurs d asile en 2014 Les Syriens demeurent les premiers bénéficiaires

Plus en détail

FACTSHEET HAITI DEUX ANS APRES

FACTSHEET HAITI DEUX ANS APRES HAITI DEUX ANS APRES Les actions de la Commission européenne pour reconstruire le pays Janvier 2012 Table of contents 1 L aide de l UE en bref 3 2 L aide humanitaire de la Commission européenne à Haïti.

Plus en détail

Leçon n 3 : «Les mobilités humaines»

Leçon n 3 : «Les mobilités humaines» Leçon n 3 : «Les mobilités humaines» Introduction : Le XXè siècle a connu plus de déplacements de personnes qu aucune autre période. Les migrations peuvent être internes aux pays ou bien régionales et

Plus en détail

CRÉATION DE MÉDECINS DU MONDE LUXEMBOURG. Dossier de presse - 27 mai 2014 LA SANTÉ EST-ELLE ACCESSIBLE À TOUS?

CRÉATION DE MÉDECINS DU MONDE LUXEMBOURG. Dossier de presse - 27 mai 2014 LA SANTÉ EST-ELLE ACCESSIBLE À TOUS? CRÉATION DE MÉDECINS DU MONDE LUXEMBOURG Dossier de presse - 27 mai 2014 LA SANTÉ EST-ELLE ACCESSIBLE À TOUS? 3 SOMMAIRE Le mot du Président p. 3 Communiqué de presse Création de Médecins du Monde Luxembourg

Plus en détail

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES I. SECTEURS D ACTIVITES - Aéronautique - Agriculture - Assurances - Banques (épargne, office des chèques postaux) - Bâtiment et génie civil - Communications - Postes - Télécommunications

Plus en détail

Un INTERVENANT DE SANTE (H/F) Pour son PROGRAMME MIGRANTS LITTORAL (basé à Dunkerque pour des activités sur Calais)

Un INTERVENANT DE SANTE (H/F) Pour son PROGRAMME MIGRANTS LITTORAL (basé à Dunkerque pour des activités sur Calais) MEDECINS DU MONDE FRANCE recherche Un INTERVENANT DE SANTE (H/F) Pour son PROGRAMME MIGRANTS LITTORAL (basé à Dunkerque pour des activités sur Calais) Médecins du Monde, association médicale militante

Plus en détail

L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE

L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE L Aide publique au développement (APD) désigne les dépenses publiques au bénéfice des pays en développement dont le but essentiel est de favoriser le développement économique

Plus en détail

FINAL ACCORD DE LA MANCHA 25 juin 2006, Athènes L ACCORD DE LA MANCHA

FINAL ACCORD DE LA MANCHA 25 juin 2006, Athènes L ACCORD DE LA MANCHA L ACCORD DE LA MANCHA Le processus de La Mancha est né de la nécessité de relever les défis internes et externes auxquels se heurte l'action de MSF. Après plus d une année de discussions et de débats,

Plus en détail

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre inégalité Note de Synthèse Protection sociale pour les Enfants Réduction de la pauvreté q protection sociale Février 2009 exclusion sociale Politiques Sociales atteindre les OMD sécurité stratégies politiques

Plus en détail

de plus de moitié, particulièrement dans les pays où la mortalité infantile est élevée 39.

de plus de moitié, particulièrement dans les pays où la mortalité infantile est élevée 39. postes de haut-fonctionnaires sont détenus par des femmes 38. Mais dans l ensemble, les avancées enregistrées par les pays africains dans leur progression vers la réalisation d une meilleure parité entre

Plus en détail

Par Maitre Innocent NTAKOBANJIRA BISIMWA. Consultant en Droits des Autochtones Pygmées

Par Maitre Innocent NTAKOBANJIRA BISIMWA. Consultant en Droits des Autochtones Pygmées Garantir un accès aux soins de santé des Peuples Autochtones Pygmées expulsés dans le PNKB dans la province du Sud Kivu : Capitalisation du thème de la journée internationale des Peuples Autochtones 2015

Plus en détail

Tests rapides d orientation diagnostique Expérience du CASO de Cayenne

Tests rapides d orientation diagnostique Expérience du CASO de Cayenne 1 1 Tests rapides d orientation diagnostique Expérience du CASO de Cayenne Dr Christian Hubert Médecins du Monde - Mission France Guyane CASO de Cayenne Réunion COREVIH Guadeloupe 26/11/2010 MDM : Soigner

Plus en détail

L de l IDA PARITÉ HOMMES-FEMMES. Le Fonds de la Banque mondiale pour les plus pauvres

L de l IDA PARITÉ HOMMES-FEMMES. Le Fonds de la Banque mondiale pour les plus pauvres L de l IDA PARITÉ HOMMES-FEMMES Le Fonds de la Banque mondiale pour les plus pauvres L de l IDA PARITÉ HOMMES-FEMMES Le Fonds de la Banque mondiale pour les plus pauvres Promotion de l égalité des sexes

Plus en détail

Ce chapitre offre un aperçu du processus de

Ce chapitre offre un aperçu du processus de Identification des be Introduction Ce chapitre offre un aperçu du processus de planification qui sert à déterminer les besoins des réfugiés, des apatrides et des autres personnes relevant de la compétence

Plus en détail

Personnel. Composition de l effectif du Secrétariat de l Agence. Rapport du Directeur général

Personnel. Composition de l effectif du Secrétariat de l Agence. Rapport du Directeur général L atome pour la paix Conseil des gouverneurs Conférence générale GOV/2015/46-GC(59)/16 19 août 2015 Réservé à l usage officiel Point 8 b) i) de l ordre du jour provisoire du Conseil des gouverneurs (GOV/2015/43)

Plus en détail

MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010

MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010 MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010 On sait avec certitude que des dizaines de milliers de familles vivant dans la partie ouest du Sahel sont en situation d extrême détresse à cause

Plus en détail

ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944

ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 Entrée en vigueur : L Accord est entré en vigueur le 30 janvier 1945. Situation : 130 parties. Cette liste

Plus en détail

La plateforme de micro-dons du CCFD-Terre solidaire

La plateforme de micro-dons du CCFD-Terre solidaire La plateforme de micro-dons du CCFD-Terre solidaire DOSSIER DE PRÉSENTATION S o m m ai r e SolidaireVille, plateforme innovante de micro-dons. Une première!...3 Des projets au service du développement

Plus en détail

Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile

Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile ANNEXE 1 Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile Pays Pays où il y a un Pays exigeant Pays exigeant risque de transmission la vaccination

Plus en détail

Les problèmes de politisation. Comprendre. l Indice de réponse humanitaire

Les problèmes de politisation. Comprendre. l Indice de réponse humanitaire Les problèmes de politisation Comprendre l Indice de réponse humanitaire 2010 Les donateurs sont essentiels / Les donateurs jouent un rôle essentiel lorsqu il s agit de garantir que l aide parvienne aux

Plus en détail

Situation sanitaire dans le territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est

Situation sanitaire dans le territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est SOIXANTE-HUITIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A68/INF./4 Point 20 de l ordre du jour provisoire 15 mai 2015 Situation sanitaire dans le territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est Le Directeur

Plus en détail

Centre d Appel «Tukinge Watoto»

Centre d Appel «Tukinge Watoto» RAPPORT ANNUEL 2014 INTRODUCTION Les violations des droits de l enfant continuent à être régulières dans l ensemble de la République Démocratique du Congo (RDC). L impact des conflits armés sur les enfants

Plus en détail

DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS

DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS H3.Thème 2. DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS Comment les colonies accèdent-elles à l indépendance? A quelles difficultés ces nouveaux Etats sont-ils confrontés? Frise p 111. Les différentes

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Asie centrale. Environnement opérationnel. Kazakhstan. Kirghizistan. Ouzbékistan. Tadjikistan. Turkménistan

Asie centrale. Environnement opérationnel. Kazakhstan. Kirghizistan. Ouzbékistan. Tadjikistan. Turkménistan Environnement opérationnel Kazakhstan Kirghizistan Ouzbékistan Tadjikistan Turkménistan Les abondantes réserves de pétrole et de gaz de l Asie centrale expliquent en partie l importance géopolitique que

Plus en détail

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM)

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) Politiques, pratiques et données statistiques sur les mineurs isolés étrangers (MIE) dans les États membres de l UE et en Norvège 1. INTRODUCTION Cette note de synthèse

Plus en détail

Révision des besoins non satisfaits: En bref Résumé de l analyse de MEASURE DHS

Révision des besoins non satisfaits: En bref Résumé de l analyse de MEASURE DHS Révision des besoins non satisfaits: En bref Résumé de l analyse de MEASURE DHS Pourquoi faut-il changer la définition des besoins non satisfaits en matière de planification familiale? Le concept de besoins

Plus en détail

Acteur majeur de la lutte contre le sida Antenne genevoise de l Aide Suisse contre le Sida Membre de la Coalition internationale PLUS

Acteur majeur de la lutte contre le sida Antenne genevoise de l Aide Suisse contre le Sida Membre de la Coalition internationale PLUS Acteur majeur de la lutte contre le sida Antenne genevoise de l Aide Suisse contre le Sida Membre de la Coalition internationale PLUS Groupe sida Genève 9, rue du Grand-Pré CH-1202 Genève info@groupesida.ch

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

JORDANIE. Personnes relevant de la compétence du HCR

JORDANIE. Personnes relevant de la compétence du HCR RAPPORT GLOBAL 2012 JORDANIE Présence du HCR en 2012 Nombre de bureaux 1 Effectifs totaux 222 Internationaux 23 Nationaux 77 JEA 3 VNU 7 Autres 112 Faits marquants Aperçu L environnement de protection

Plus en détail

TNS. BFM LE GRAND JOURNAL Le 14/01/2010 20:17:51 Invité : Thierry VANDEVELDE, fondateur VEOLIA FORCE

TNS. BFM LE GRAND JOURNAL Le 14/01/2010 20:17:51 Invité : Thierry VANDEVELDE, fondateur VEOLIA FORCE 15/01/10-08:01 - Page 1/3 Ref. Doc. : 2500-4318690-8 A : Service de presse / VEOLIA ENVIRONNEMENT Mot-Clé : VEOLIA BFM LE GRAND JOURNAL Le 14/01/2010 20:17:51 Invité : Thierry VANDEVELDE, fondateur VEOLIA

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

www.saint-quentin-en-yvelines.fr

www.saint-quentin-en-yvelines.fr IPS - 3, place de la Mairie 78190 Trappes-en-Yvelines Tél. : 01 30 16 17 80 www.saint-quentin-en-yvelines.fr Un Institut au cœur des problématiques de santé créé par l agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

Un réseau international

Un réseau international Un réseau international > Depuis plus de 30 ans > Un réseau de 14 organisations France, Belgique, Suisse, Espagne, Italie, Portugal, Suède, Grèce, Canada, Argentine, Allemagne, Grande Bretagne, Pays-Bas,

Plus en détail

Lieux de stage des étudiants du Master 2 en Santé Internationale 2010-2015

Lieux de stage des étudiants du Master 2 en Santé Internationale 2010-2015 Lieux de stage des étudiants du Master 2 en Santé Internationale 2010-2015 Lieux de stage, structures d accueil et sujets de stage des étudiants du Master 2 en Santé Internationale 2010-2015 Pays Structure

Plus en détail

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Résumé d orientation La tuberculose reste l une des maladies transmissibles causant le plus de décès dans le monde. En 2013, selon les estimations,

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

L accès aux soins des plus démunis en 2012

L accès aux soins des plus démunis en 2012 Dossier de presse octobre 2012 L accès aux soins des plus démunis en 2012 ; Journée internationale du refus de la misère 17 octobre 2012 Dossier de presse - 17 octobre 2012 2 la solidarité, un remède contre

Plus en détail

ACTED. Bien que les guerres soient officiellement terminées, il persiste des conflits localisés à l Est du territoire.

ACTED. Bien que les guerres soient officiellement terminées, il persiste des conflits localisés à l Est du territoire. Chargé de Logistique RDC Closing date: 04 Sep 2015 I. ACTED ACTED ACTED est une association de solidarité internationale française qui a pour vocation de soutenir les populations vulnérables de par le

Plus en détail

DIRECTIVES CONCERNANT LES GROUPES DE COMPÉTITEURS ET LES RAPPORTS DE TENDANCE

DIRECTIVES CONCERNANT LES GROUPES DE COMPÉTITEURS ET LES RAPPORTS DE TENDANCE STR DIRECTIVES CONCERNANT LES GROUPES DE COMPÉTITEURS ET LES RAPPORTS DE TENDANCE Directives pour l Amérique du Nord et les Caraïbes Nombre minimum de propriétés Les groupes de compétiteurs doivent inclure

Plus en détail

Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka

Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka Table ronde ReMed «Améliorer l acc accès aux soins des Femmes et des Enfants» Paris, 4 novembre 2011 Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka Jean-Marie Trapsida Coordonnateur,

Plus en détail

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève ***

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève *** Atelier de présentation du Programme Améliorer les capacités institutionnelles pour la gouvernance des migrations de main-d oeuvre en Afrique du Nord et de l Ouest (Bamako, Mali, 3 au 5 mars 2009) Intervention

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Centre de recherches conjoncturelles ETH Zurich LEE G 116 Leonhardstrasse 21 892 Zurich Tél. +41 44 632 8 3 Fax +41 44 632 12 18 www.kof.ethz.ch globalization@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich,

Plus en détail

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Un article de la loi de financement de la sécurité sociale 2010 aligne le coût de ce rachat

Plus en détail

LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE

LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE Renforcer l'autonomie des populations et la protection de leur environnement le partenariat continu pour apporter un

Plus en détail

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE Source: Eurostat, 2014, sauf indication contraire Les données se rapportent aux ressortissants de pays tiers, dont le lieu de résidence habituel se trouvait dans un pays hors

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE 2 0 1 3 INTRODUCTION La première stratégie manitobaine de promotion de l allaitement maternel a été conçue à l automne 2006 afin de mettre

Plus en détail

et à Hammamet (en Tunisie) 4, en mars 2013. Ces consultations ont été complétées par une enquête en ligne 5 amorcée en 2011.

et à Hammamet (en Tunisie) 4, en mars 2013. Ces consultations ont été complétées par une enquête en ligne 5 amorcée en 2011. Document final des consultations régionales sur le programme de développement après-2015 Contexte Partout dans le monde, les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) ont généré des actions de

Plus en détail

La gratuité des services aux mères et aux enfants au Burkina Faso améliore fortement et durablement l accès et la fréquentation des services

La gratuité des services aux mères et aux enfants au Burkina Faso améliore fortement et durablement l accès et la fréquentation des services COMMISSION EUROPÉENNE Aide humanitaire et Protection civile La gratuité des services aux mères et aux enfants au Burkina Faso améliore fortement et durablement l accès et la fréquentation des services

Plus en détail

Génération des forces de police Standards et Procédures

Génération des forces de police Standards et Procédures Génération des forces de police Standards et Procédures Forum régional de Yaoundé 8-10 novembre 2009 Participation aux OMP: pratiques et paramètres par Mody BERETHE Divison Police des Nations Unies/DOMP

Plus en détail

POINT DE DÉCISION DE LA FRANCOPHONIE : STOPPER LES NOUVELLES INFECTIONS AU VIH ET GARANTIR LES TRAITEMENTS POUR TOUS

POINT DE DÉCISION DE LA FRANCOPHONIE : STOPPER LES NOUVELLES INFECTIONS AU VIH ET GARANTIR LES TRAITEMENTS POUR TOUS POINT DE DÉCISION DE LA FRANCOPHONIE : STOPPER LES NOUVELLES INFECTIONS AU VIH ET GARANTIR LES TRAITEMENTS POUR TOUS SOMMET DE LA FRANCOPHONIE kinshasa Octobre 2012 Messages clés : Les pays membres de

Plus en détail

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI)

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) Un partenariat en appui aux politiques environnementales en Afrique de l Ouest PROGRAMME AFRIQUE CENTRALE ET OCCIDENTALE

Plus en détail

Le Conseil d administration. L Article VI du Statut du PAM définit comme suit les fonctions du Conseil:

Le Conseil d administration. L Article VI du Statut du PAM définit comme suit les fonctions du Conseil: 1. L E C O N S E I L D A D M I N I S T R A T I O N E T S E S F O N C T I O N S 1er janvier 1996, suite à l adoption de résolutions parallèles par l Assemblée générale des Nations Unies et la Conférence

Plus en détail

Le nouveau modèle de financement du Fonds mondial

Le nouveau modèle de financement du Fonds mondial Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme Quatrième reconstitution des ressources (2014-2016) Le nouveau modèle de financement du Fonds mondial Avril 2013 Introduction 1. Fin

Plus en détail

Section I. Les performances récentes de l Afrique en matière d OMD

Section I. Les performances récentes de l Afrique en matière d OMD Section I. Les performances récentes de l Afrique en matière d OMD À l approche de l échéance 2015 pour la réalisation des OMD, il est essentiel de faire le point sur les progrès accomplis par l Afrique.

Plus en détail

JOURNEE MONDIALE SIDA 2011 RAPPORT ONUSIDA. Atteindre l Objectif Zéro : Une riposte plus rapide plus intelligente plus efficace

JOURNEE MONDIALE SIDA 2011 RAPPORT ONUSIDA. Atteindre l Objectif Zéro : Une riposte plus rapide plus intelligente plus efficace JOURNEE MONDIALE SIDA 2011 RAPPORT ONUSIDA Atteindre l Objectif Zéro : Une riposte plus rapide plus intelligente plus efficace La vision de l ONUSIDA 0 Zéro nouvelle infection à VIH. Zéro discrimination.

Plus en détail

PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS

PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS Positionnement en vue de la session spéciale des (22 septembre 2014) 2 1. FACE À UN AVENIR INCERTAIN, LES GOUVERNEMENTS DOIVENT SE REMOBILISER

Plus en détail

Garantir l accès aux soins de santé

Garantir l accès aux soins de santé 10 April 2011 Operational Guidance on Refugee Protection and Solutions in Urban Areas Ensuring Access to Health Care Garantir l accès aux soins de santé Directives opérationnelles en matière de protection

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

Mortalité par cause spécifique et morbidité

Mortalité par cause spécifique et morbidité par cause spécifique et morbidité Sur 10 décès qui se produisent dans le monde, 6 sont dus à des non, 3 à des pathologies, génésiques ou nutritionnelles et 1 résulte de. De nombreux pays en développement

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

BOURSES DE RECHERCHE DOCTORALE ET DE POST-DOCTORAT «EUGEN IONESCU»

BOURSES DE RECHERCHE DOCTORALE ET DE POST-DOCTORAT «EUGEN IONESCU» BOURSES DE RECHERCHE DOCTORALE ET DE POST-DOCTORAT «EUGEN IONESCU» 2010-2011 DOCUMENT DE PRÉSENTATION Appel international à candidatures ouvert du 10 novembre 2010 au 10 janvier 2011 1. DOCUMENT DE PRESENTATION

Plus en détail

Tableau récapitulant au 10 octobre 2014 l'état de la Convention et des accords y relatifs

Tableau récapitulant au 10 octobre 2014 l'état de la Convention et des accords y relatifs Information concernant l état de la Convention, de l'accord relatif à l'application de la Partie XI de la Convention et de l Accord aux fins de l'application des dispositions de la Convention relatives

Plus en détail

L AIDE humanitaire d urgence solidarité, compétences, partenariats

L AIDE humanitaire d urgence solidarité, compétences, partenariats L AIDE humanitaire d urgence solidarité, compétences, partenariats Édito Waterforce Notre philosophie d action 3 principes essentiels Nos zones d intervention Un réseau unique qui ne cesse de démontrer

Plus en détail

Service de presse 15 20 novembre 2014

Service de presse 15 20 novembre 2014 Service de presse 15 20 novembre 2014 40 ans après la ratification de la Convention européenne des droits de l homme (CEDH) Les droits fondamentaux remis en question Isabelle Bindschedler Un soutien pour

Plus en détail

La Fondation Schneider Electric reçoit l Oscar ADMICAL du Mécénat d entreprise 2011

La Fondation Schneider Electric reçoit l Oscar ADMICAL du Mécénat d entreprise 2011 Dossier de presse 09 mai 2011 La Fondation Schneider Electric reçoit l Oscar ADMICAL du Mécénat d entreprise 2011 Communiqué de Presse La Fondation Schneider Electric reçoit l Oscar ADMICAL du Mécénat

Plus en détail

Des problèmes de protection ont continué à se produire le long de la frontière de la Turquie avec la Grèce et la Bulgarie.

Des problèmes de protection ont continué à se produire le long de la frontière de la Turquie avec la Grèce et la Bulgarie. En Turquie, plus de 9 200 personnes ont pris contact avec le HCR pour demander l asile, soit une augmentation de 18 pour cent par rapport à l année précédente. Près de 45 pour cent des demandeurs étaient

Plus en détail

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV 1 CONTEXTE EN ALGERIE Recrudescence des TIA HACCP obligatoire depuis 2010 Mise à niveau

Plus en détail

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique.

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique. Activité : «Mais où est donc..?» Afrique Géographie : problématique de la faim. Age : 10-13 ans Outil pédagogique développé par l équipe jeunesse du PAM. Résumé Connaissances et compétences requises :

Plus en détail

RAPPORT MORAL 2006. de Médecins du Monde

RAPPORT MORAL 2006. de Médecins du Monde RAPPORT MORAL 2006 de Médecins du Monde 1 RAPPORT MORAL 2006 La Terre nous est prêtée par nos enfants... Proverbe amérindien Cité par Jean-Pierre Dupuy dans «Petite métaphysique des tsunamis». Sommaire

Plus en détail

SAEGIS SUR SERION DES BASES DE DONNÉES DIVERSIFIÉES. UNE COUVERTURE MONDIALE. THOMSON COMPUMARK. Registre international.

SAEGIS SUR SERION DES BASES DE DONNÉES DIVERSIFIÉES. UNE COUVERTURE MONDIALE. THOMSON COMPUMARK. Registre international. DES DIVERSIFIÉES. UNE COUVERTURE MONDIALE. REUTERS/ANDY GAO Registre international Registre international Amérique du Nord Bermudes Canada Mexique États-Unis : Marques fédérales, Marques d État Amérique

Plus en détail

Informations préliminaires sur le poste. Informations générales sur la mission

Informations préliminaires sur le poste. Informations générales sur la mission Intitulé du poste Rattachement hiérarchique Pays / ville d affectation Date d arrivée souhaitée 15/09/15 Durée de la mission Contexte Informations préliminaires sur le poste CHARGE DE PROJET SANTE PROFIL

Plus en détail

2. Bailleurs de fonds internationaux majeurs, coordination et possibilité de division du travail, exercices d évaluation conjointe (harmonization)

2. Bailleurs de fonds internationaux majeurs, coordination et possibilité de division du travail, exercices d évaluation conjointe (harmonization) DIREZIONE GENERALE PER LA COOPERAZIONE ALLO SVILUPPO Ufficio IV Cadre Pays Stream 2013-2015 BURKINA FASO 1. Contexte et finalités de la présence de la coopération italienne Le Burkina Faso est l'un des

Plus en détail

130 ème ASSEMBLEE DE L'UIP ET REUNIONS CONNEXES Genève, 16-20.3.2014

130 ème ASSEMBLEE DE L'UIP ET REUNIONS CONNEXES Genève, 16-20.3.2014 130 ème ASSEMBLEE DE L'UIP ET REUNIONS CONNEXES Genève, 16-20.3.2014 Commission permanente de la C-III/130/DR-am démocratie et des droits de l homme 6 mars 2014 PROTEGER LES DROITS DES ENFANTS, EN PARTICULIER

Plus en détail

Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI

Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI L ASSOCIATION ALIMA The Alliance for International Medical Action (ALIMA) est une organisation médicale internationale, fondée en 2009. ALIMA a

Plus en détail

Les défis du mandat d une Équipe itinérante : prévenir les glissements

Les défis du mandat d une Équipe itinérante : prévenir les glissements Résumé Les défis du mandat d une Équipe itinérante : prévenir les glissements Ce texte fait partie d une banque de 50 récits de pratiques d intervention en itinérance qui ont été réalisés avec quatre Équipes

Plus en détail

BOURSES DE RECHERCHE DOCTORALE ET DE POST-DOCTORAT «EUGEN IONESCU»

BOURSES DE RECHERCHE DOCTORALE ET DE POST-DOCTORAT «EUGEN IONESCU» BOURSES DE RECHERCHE DOCTORALE ET DE POST-DOCTORAT «EUGEN IONESCU» 2011-2012 DOCUMENT DE PRÉSENTATION Appel international à candidatures ouvert du 28 juin (1 er août en ligne) au 28 octobre 2011 (minuit,

Plus en détail

LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE» DANS LE PROCESSUS D INTÉGRATION SOUS-RÉGIONALE OUEST-AFRICAINE :

LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE» DANS LE PROCESSUS D INTÉGRATION SOUS-RÉGIONALE OUEST-AFRICAINE : LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE» DANS LE PROCESSUS D INTÉGRATION SOUS-RÉGIONALE OUEST-AFRICAINE : Résultats du séminaire de Sikasso 4-7 mars 2002 www.afriquefrontieres.org WABI/DT/04/03 2 LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE»

Plus en détail

Analyse. Le mouvement mutualiste et les politiques nationales de santé et de protection sociale au Burkina Faso Par Esther Favre-Félix.

Analyse. Le mouvement mutualiste et les politiques nationales de santé et de protection sociale au Burkina Faso Par Esther Favre-Félix. Le mouvement mutualiste et les politiques nationales de santé et de protection sociale au Burkina Faso Par Esther Favre-Félix Esther Favre-Félix est diplômée en Relations internationales de l Université

Plus en détail

Délégation pour les relations avec la société civile et les partenariats

Délégation pour les relations avec la société civile et les partenariats Délégation pour les relations avec la société civile et les partenariats Pôle volontariat 27, rue de la Convention CS 91533 75732 Paris cedex 15 Téléphone : 01 43 17 62 94 Statistiques relatives aux Volontaires

Plus en détail

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET note d information Enseignement supérieur & Recherche 11.11 JUILLET En 27-28, 3,3 millions d étudiants suivent une formation hors de leur pays d origine dont 2,7 dans un pays de l OCDE. Leur nombre a quadruplé

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC

LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC UNE PRIORITÉ DE LA POLITIQUE DE PÉRINATALITÉ (2008-2018) Mémoire présenté aux membres de la commission parlementaire de la santé et des services sociaux Préparé par

Plus en détail

Médecin de desk L ASSOCIATION ALIMA TYPOLOGIE DU POSTE. LIEU DE MISSION : Poste basé à Dakar avec 25 à 30% du temps sur le terrain.

Médecin de desk L ASSOCIATION ALIMA TYPOLOGIE DU POSTE. LIEU DE MISSION : Poste basé à Dakar avec 25 à 30% du temps sur le terrain. Médecin de desk L ASSOCIATION ALIMA L association ALIMA (The Alliance for International Medical Action) a été créée en juin 2009 avec pour objectif de produire des secours médicaux de qualité lors des

Plus en détail