Objet : Règlement communal visant à la salubrité des logements.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Objet : Règlement communal visant à la salubrité des logements."

Transcription

1 Objet : Règlement communal visant à la salubrité des logements. CHAPITRE l - DISPOSITIONS GENERALES Article 1 Au sens du présent règlement communal, il y a lieu d'entendre par : a. ménage : soit la personne vivant seule, soit l'ensemble des personnes, qui, unies ou non par des liens familiaux, ont une vie commune au niveau notamment de la gestion budgétaire ou de la consommation alimentaire. b. logement : l'immeuble ou la partie d'immeuble destiné à l'habitation d'un ou de plusieurs ménages ou utilisé à cette fin. c. Logement individuel : le logement dont les pièces d habitation et les locaux sanitaires sont réservés à l usage individuel d un seul ménage; d. Logement collectif : le logement dont au moins une pièce d habitation ou un local sanitaire est utilisé par plusieurs ménages; e. Logement salubre : le logement qui respecte les critères minimaux de salubrité fixés par le Gouvernement; f. Logement améliorable : le logement qui ne respecte pas les critères minimaux de salubrité fixés par le Gouvernement mais qui deviendrait salubre, moyennant l exécution de travaux appropriés dont le coût et l ampleur ne dépassent pas les limites fixées par le Gouvernement ; g. Logement non améliorable : le logement qui ne respecte pas les critères minimaux de salubrité fixés par le Gouvernement et qui exige, pour devenir salubre, des travaux dont le coût et l ampleur dépassent 800 par mètre carré de superficie utile (la superficie utile d un logement étant la somme des surfaces des pièces habitables). h. Logement inhabitable : le logement qui ne respecte pas les critères minimaux de salubrité fixés par le Gouvernement et dont l occupation met en péril la santé ou la sécurité de ses habitants; i. Pièces d'habitation : : toute pièce autre que les halls, couloirs, locaux sanitaires, caves, greniers non aménagés, annexes non habitables, garages, locaux à usage professionnel et locaux qui ne communiquent pas, par l intérieur, avec le logement ; sont également exclus les locaux qui présentent une des caractéristiques suivantes : a. une superficie au sol inférieure à 4m² b. une largeur constamment inférieure à 1,50m c. un plancher dont tous les côtés sont situés à plus d 1m sous le niveau des terrains adjacents; d. une absence totale d éclairage naturel ; Une mezzanine fait partie de la pièce d habitation dans laquelle elle s intègre. j. locaux sanitaires : les W.-C., salles de bains et salles d eau k. superficie habitable : la superficie mesurée entre les parois intérieures des pièces d habitation multipliée par un coefficient de hauteur et par un coefficient d éclairage calculés conformément aux critères fixés par le Gouvernement. L emprise des escaliers, mesurée horizontalement, est déduite. l. attestation de conformité: le document certifiant que toutes les normes de qualité établies par le règlement sont respectées m. enquêteur: la personne agréée en vertu du présent règlement pour délivrer l'attestation de conformité

2 Article 2 Le présent règlement s'applique aux immeubles affectés totalement ou partiellement au logement de personnes qui ne font pas partie du ménage du bailleur, quels que soient la durée d'occupation, le statut juridique de celle-ci et le montant des loyers. Article 3 Ne sont pas visés par le présent règlement: 1. Les immeubles régis par le décret du Conseil de la Communauté Française du 9 novembre 1990 relatif aux conditions d'exploitation des établissements d'hébergement et des établissements hôteliers. 2. Les logements possédant ou ayant obtenu un permis de location conformément aux dispositions du décret du 6/4/95 concernant "les normes de qualité des logements collectifs et de petits logements individuels, loués ou mis en location à titre de résidence principale" et aux dispositions de l'arrêté d'application du 20/7/95. Article 4 Par bailleur, il y a lieu d'entendre, au sens du présent règlement, toute personne apte à donner en jouissance à quelque titre que ce soit des biens ou des parties de biens entrant dans l'aire d'application du présent règlement tel qu'il est défini par l'article 2. Par location, il y a lieu d'entendre toute mise à disposition de logement(s) au sens de l'article 2. Article 5 Nul ne peut conférer la jouissance ou exposer à la location un ou plusieurs logements sur le territoire de Bertrix sans être en possession d'un permis de location communal délivré par le Collège des Bourgmestre et Echevins. La décision de refus ou d'octroi dudit permis sera notifiée au demandeur dans les 30 jours de la réception de sa demande de location. A l'expiration de ce délai, le demandeur qui n'a pas reçu notification de la décision du Collège des Bourgmestre et Echevins informera celui-ci par pli recommandé. A défaut d une réponse dans un délai de 15 jours, la décision sera réputée favorable. Ce permis pourra être assorti de conditions notamment relatives à la limitation du nombre d'occupants. Le Collège fixe les procédures relatives à la demande de location ou de mise en location, à l'agrément des personnes visées à l'alinéa 2 et à la délivrance des permis de location. Article 6 Ce permis de location communal est valable pour une période de 5 ans. Il peut être suspendu ou retiré à tout moment si les conditions prescrites n'étaient plus respectées. En cas de suspension, le permis de location est permuté en permis de location provisoire (voir article 8). Ce dernier ne pourra redevenir définitif qu à la suite d une visite de contrôle «favorable» des services communaux. En cas de retrait, une nouvelle demande de permis de location complétée par un enquêteur agréé devra être introduite. A l échéance du permis de location, un nouveau rapport de visite complété par un enquêteur agréé devra être introduit. En cas de modification importante apportée à un immeuble soumis au présent règlement, un nouveau permis de location communal doit être demandé et ce, nonobstant l obligation de solliciter un permis d urbanisme.

3 Article 7 Les logements visés par le présent règlement communal : 1. ne peuvent présenter aucune des causes d'insalubrité figurant dans une liste arrêtée par le Collège des bourgmestre et échevins et qui concernent notamment : a. la stabilité de l'enveloppe extérieure et de la structure portante du logement ainsi que de ses composants non structurels. b. l'étanchéité, c'est-à-dire l'absence d'humidité par infiltrations, ascensionnelle et par condensation. c. la sécurité des installations électriques et de gaz d. la ventilation au niveau des surfaces de baies et des grilles d'entrée d'air et des hauteurs libres sous plafonds. e. l'éclairage naturel des pièces d habitations f. l'équipement sanitaire et le système de chauffage. g. La structure et la dimension du logement h. la circulation au niveau des sols et des escaliers et à proximité des baies d'étages ouvrantes i. la sécurité pour chaque logement contre les risques d incendie par la présence, entre autres, d un détecteur d incendie en parfait état de fonctionnement. 2. doivent avoir, suivant les normes arrêtées par le Collège communal, des superficies et un nombre de pièces en relation avec le nombre d occupants. Les superficies sont spécifiées comme suit dans les annexes techniques de ce règlement. a. en cas de logement individuel, les superficies sont définies au niveau : de la superficie habitable du logement de la superficie d'au moins une pièce d'habitation. b. en cas de logement collectif, les superficies sont définies au niveau de : de la superficie des pièces d'habitations à usage individuel de la superficie des pièces d'habitation à usage collectif de la somme, par ménage, des superficies habitables à son seul usage et de celles à usage collectif. 3. doivent garantir l'inviolabilité du domicile et le respect de la vie privée, notamment par des fermetures à clé des locaux à usage individuel et des boîtes aux lettres. Article 8 Par dérogation à l'art. 5, le logement présentant des manquements aux normes fixées par l'article 7 peut faire l'objet d'un permis de location provisoire dont la durée est fixée par le Collège communal. Le permis de location provisoire est renouvelable pour autant que la durée couverte par l ensemble des permis provisoires ne dépasse pas six mois. Dans ce cas, le rapport d'enquête doit faire état des travaux à réaliser. Le non respect des normes ne peut se rapporter à des critères vitaux. Le Collège communal notifie au demandeur la liste des travaux à réaliser et les délais fixés pour la mise en conformité. Le permis provisoire peut déterminer une échéance pour chaque type de travaux à réaliser. Cette échéance ne pourra excéder un délai maximum de 60 jours pour tout ce qui concerne la sécurité des personnes (instabilité, installation électrique, installation gaz, ventilation ) Article 9 L enquêteur agréé par la Commune a qualité pour rechercher et constater par procès-verbal les infractions au présent règlement communal et pour procéder à des visites de contrôle notamment à la demande du locataire ou du propriétaire.

4 Le bailleur et le locataire ne peuvent s'opposer à ces visites de contrôle. Ils doivent fournir les éléments nécessaires pour que la visite de contrôle se déroule dans les meilleures conditions. Cette visite de contrôle a lieu pendant la journée, entre 8 heures et 18 heures. La date en est communiquée, au moins huit jours à l'avance, par écrit, au bailleur, au locataire et à l'enquêteur. Article 10 En cas de non respect du présent règlement communal, le Collège communal de Bertrix, adresse au bailleur, après avis d'un des fonctionnaires ou agents visés à l'art. 9, une mise en demeure sommant le bailleur de prendre dans un délai de quarante-huit heures à six mois, les mesures nécessaires pour respecter le présent règlement communal. Si le bailleur n'a pas obtempéré à la mise en demeure visée à l'alinéa 1er, le Collège communal procède au retrait du permis de location communal. Article 11 Les infractions au présent règlement seront en outre punies de peines de police. Article 12 Le présent règlement communal et les annexes techniques s'y rapportant entrent en vigueur dès son adoption par le Conseil Communal. Article 13 Les logements faisant l'objet d'une demande de permis de location communal devront en outre satisfaire à toutes dispositions légales et réglementaires. CHAPITRE II - DISPOSITIONS RELATIVES AUX ENQUETEURS Article 14 Préalablement à son agrément, l'enquêteur doit s'engager à ne pas exercer de mission s'il a, soit personnellement, soit par personne interposée, un intérêt quelconque susceptible d'influencer cette mission. L'existence d'un tel intérêt est présumée : 1. dès qu'il y a parenté ou alliance jusqu'au quatrième degré inclusivement entre l'enquêteur et le bailleur ou son conjoint. 2. lorsque l'enquêteur se trouve dans un lien de subordination vis-à-vis du bailleur ou de son conjoint. 3. dans le cas où le bailleur est une personne morale de droit privé, dès qu'il y a parenté ou alliance jusqu'au quatrième degré inclusivement entre l'enquêteur et toute personne qui exerce pour le compte du bailleur un pouvoir de direction ou de gestion 4. lorsque l'enquêteur est lui-même ou par personne interposée, propriétaire, copropriétaire ou associé actif d'une personne morale de droit privé qui agit en tant que bailleur 5. lorsque l'enquêteur détient, soit par lui-même, soit par personne, interposée, une ou des actions ou parts représentant au moins 5 % du capital social d'une personne morale de droit privé qui agit en tant que bailleur. 6. Lorsque l enquêteur a été auteur de projet du logement faisant l objet de la demande de permis de location. CHAPITRE lli - PROCEDURE RELATIVE A L'OBTENTION DE L'ATTESTATION DE CONFORMITE ET A LA DELIVRANCE DU PERMIS DE LOCATION COMMUNAL. Article 15 Le bailleur demande à la commune le formulaire nécessaire à l'obtention d un permis de location communal. Le dit formulaire dont le modèle est établi par le Collège communal est remis au service population en deux exemplaires. La délivrance d un permis de location communal fait l objet d une taxe communale.

5 Article 16 Le bailleur complète dans chaque exemplaire du formulaire visé à l'article 15 les rubriques permettant son identification personnelle ainsi que celle de l'immeuble concerné et du logement à visiter. Le service population avise l enquêteur agréé. De commun accord entre l'enquêteur, le bailleur et le locataire, une date est fixée pour la visite du logement. Article 17 Après visite du logement, l'enquêteur complète les deux exemplaires du formulaire visé à l'article 15. S'il appert de la visite du logement que les normes fixées au chapitre I sont respectées, l'enquêteur établit, en deux exemplaires, l'attestation de conformité. S'il appert de la visite du logement que les normes fixées au chapitre I ne sont pas totalement respectées, l'enquêteur dresse la liste des travaux à réaliser à la rubrique du formulaire prévue à cet effet. Article 18 L'enquêteur conserve un exemplaire des documents qu'il a complétés et établis et remet l'autre exemplaire au Collège communal. Lorsque l'enquêteur a dû faire application de la disposition prévue à l'article 8, alinéa 2, il en informe sans délai l'administration et lui transmet copie du formulaire qu'il a complété. Article 19 Le Collège communal, lorsqu il est en possession des documents requis délivre le permis de location communal conformément à l article 6 du présent règlement. Deux exemplaires du permis de location communal sont remis au bailleur. Un exemplaire est conservé à la Commune au Service Population. CHAPITRE V - CONTROLES ET SANCTION Article 20 Le Collège communal désigne le ou les enquêteur(s) agréé(s) chargés d'effectuer, d'initiative ou à la suite des plaintes, des visites de contrôle. Toute plainte relative à l'inobservation éventuelle de dispositions prévues par le règlement peut être déposée par quiconque auprès de la commune. Article 21 Dans les quarante jours suivant la réception d'une plainte, l enquêteur agréé effectue une visite de contrôle du logement concerné. Cette visite de contrôle a lieu pendant la journée, entre 8 heures et 18 heures. La date en est communiquée, au moins huit jours à l'avance, par écrit, au bailleur, au locataire et à l'enquêteur. Article 22 De la visite de contrôle visée à l'article 21, il est dressé un rapport selon le modèle établi par le Collège communal. Un exemplaire est destiné à la Commune, Service Population. En ce qui concerne le locataire du logement visé par la visite de contrôle, il est informé, selon le cas, par l'administration de la décision prise par le Collège communal quant aux locaux qu'il occupe à titre individuel et aux locaux à usage collectif dont il peut disposer.

6 Article 23 En cas de constatation d'infractions au présent règlement communal et aux présentes annexes, les personnes qui ont effectué la visite de contrôle dressent procès-verbal selon le modèle établi par le Collège communal. Lorsque le Collège communal procède à la suspension du permis conformément à l article 6 du règlement, les services communaux complètent le formulaire du permis provisoire en deux exemplaires selon le modèle établi par le Collège communal. Lorsque le Collège communal procède au retrait du permis conformément à l'article 7 du règlement, les services communaux complètent le formulaire de retrait du permis de location en quatre exemplaires selon le modèle établi par le Collège communal. Un exemplaire est remis au bailleur ; Un exemplaire est remis aux locataires ; Un exemplaire est destiné à la Commune ; Un exemplaire est destiné à la police communale afin de faire usage des dispositions de l'article 10 du règlement. Article 24 Le propriétaire d un logement faisant l objet d un refus de permis de location communal peut introduire un recours devant les autorités compétentes. Article 25 Le Collège communal est chargé de l'exécution du présent règlement communal et du respect des présentes annexes techniques. Annexes techniques CHAPITRE 1 NORMES DE QUALITES DES LOGEMENTS A) Logements existants en conformité à un permis d urbanisme délivré par la commune de Bertrix. Article 1 Les causes d'insalubrité arrêtées en exécution du présent règlement communal sont établies selon les critères suivants : 1 stabilité Les critères de stabilité de l'enveloppe extérieure et de la structure portante du logement sont corrects s il n y a pas: a. des défauts ou insuffisances au niveau des fondations b. des dévers ou bombements vers l'extérieur ou l'intérieur d'ouvrages verticaux, susceptibles d'en entraîner la ruine. c. des vices de construction apparents, parasites, mérules ou autres champignons, défauts réduisant la solidité de la structure portante des planchers d. des fentes latérales, parasites ou défauts mettant en cause la fonction première des charpentes e. des lézardes ou profondes fissures, la vétusté prononcée, les vices de construction ou tout autre défaut, de nature à compromettre la stabilité de la construction. Le critère de stabilité des composants non structurels du logement tels que la couverture, les cloisons et les plafonds est présent si aucun défaut susceptible d'entraîner leur chute ou leur effondrement existe.

7 2. Humidité Les critères de salubrité ne sont pas respectés s il y a présence d'humidité par : a. infiltrations résultant d'un défaut d'étanchéité de la toiture, des murs ou des menuiseries extérieures. b. humidité ascensionnelle dans les murs ou les planchers c. forte condensation du aux caractéristiques techniques des diverses parois extérieures ou à l'impossibilité d'assurer une ventilation normale. 3. Sécurité Gaz et l électricité Les critères de salubrité relatifs à la sécurité de l installation du gaz et/ou de l électricité sont: a. l existence d une attestation valide de conformité des installations et que ceux-ci sont manifestement pas dangereux. a. la présence d un dispositif d évacuation à l air libre des gaz brulés b. de l accès en permanence à l occupant du dispositif de coupure de l installation du gaz et/ou de l électricité. 4. La ventilation Les critères de salubrité relatifs à la ventilation sont : a. aération par ventilation forcée b. aération par ouverture/grille/gaine ouvrant vers l extérieur du bâtiment dont la section libre en position ouverture fait 70cm² pour le WC, 140cm² pour les cuisines, salle de bains et douche et 0,08% des pièces de séjour et chambres 5. Eclairage naturel Les critères de salubrité relatifs à l'éclairage naturel sont respectés si chaque pièce d habitation est pourvue d une source d éclairage naturel. Cette source d éclairage naturel (partie vitrée vers l extérieur) doit être au moins égale à 1/14 de la surface de plancher de cette pièce en cas de vitrage vertical ou de 1/16 en cas de vitrage de toiture non vertical. 6. Equipement sanitaire et l installation de chauffage Les critères de salubrité résultent au respect des exigences suivantes : 1) le logement satisfait aux dispositions du règlement général d'assainissement des eaux urbaines résiduaires arrêté sur la base de l'article D.218 du livre II du Code de l'environnement; 2) les points d'eau potable sont équipés d'un robinet sur réceptacle (évier ou lavabo avec siphon muni d'un système d'évacuation); 3) les wc sont munis d'une chasse d'eau; le local où est situé le wc est cloisonné jusqu'au plafond, sauf s'il est situé dans une salle de bain ou une salle d'eau cloisonnée jusqu'au plafond; 4) le logement individuel comprend au moins : - un point d'eau potable accessible en permanence; - un wc; 5) le logement collectif comprend : - par ménage, un point d'eau potable situé dans une pièce à usage individuel; - un point d'eau potable dans chaque local à usage collectif où s'exercent les fonctions de cuisine, de salle de bain ou de salle d'eau; - une douche avec eau chaude, réservée à l'usage exclusif des occupants du logement. - un wc pour 7 occupants, réservé à l'usage exclusif des occupants du logement; De plus, le local où est situé le wc satisfait aux conditions suivantes : - si le wc est à usage individuel, il ne communique avec aucune pièce d'habitation sauf si le wc et cette pièce sont réservés au même ménage;

8 - si le wc est à usage collectif, il ne peut communiquer avec les pièces d'habitation, être séparé de plus d'un niveau et demi des pièces d'habitation; 6) l existence d un équipement spécifique de chauffage conçu pour permettre le placement et l alimentation d un point de chauffage fixe, et ce dans au moins une pièce d habitation. 7) Que cette installation de chauffage ne présente pas de caractère dangereux. 7. Structure et dimension du logement 1) Hauteur de toute les pièces (habitables et pièces sanitaires) supérieure à 2.00m 2) une largeur d'assiette constamment inférieure à 2,80 mètres 3) la largeur de l'unique façade inférieure à 3,50 mètres mesurée entre murs intérieurs 4) la plus grande largeur de façade inférieure à 2,80 mètres 8. Circulation et escalier Les critères de salubrité liés à la circulation résultent du respect des points suivants: 1. l'absence de déformations et d instabilité des sols et planchers, susceptibles de provoquer des chutes; 2. la hauteur libre des baies de passage et échappée de l'escalier est de 1,80 m minimum et leur largeur minimale de 0,60 m y compris dans les escaliers; 3. les escaliers donnant accès aux pièces d'habitation sont fixes et stables. Ils présentent les caractéristiques suivantes : - les marches sont horizontales et régulières; leur hauteur (H) et leur giron (G) sont réguliers sur l'étendue de l'escalier et satisfont aux conditions suivantes : 16 cm <= H <= 22 cm et G > 0,7H; - ils comportent une main courante rigide et un garde-corps en cas de risque de chute latérale; 4. Toute baie d'étage munie d'un système ouvrant dont le seuil se situe à moins de 80 cm du plancher et toute surface de plancher accessible située à plus d'un mètre du niveau du sol sont munies d'un garde-corps d'une hauteur minimale de 80 cm et dont les ouvertures ou les écarts entre éléments ne peuvent excéder 10 cm. Article 2- critère de surpeuplement Les normes de superficie arrêtées en exécution de l'article 7 2. du présent règlement communal sont les suivantes : 1 Logement individuel a. Superficie habitable du logement La superficie habitable du logement ne peut être inférieure à 15m² pour une personne dont une pièce doit faire 10m² minimum 28m² pour 2 personnes dont une pièce doit faire 15m² minimum 33m² pour 3 personnes dont une pièce de 15m² minimum +5m² par personne supplémentaire La superficie habitable tient compte du coefficient de hauteur et du coefficient d éclairage. 2. Logement collectif a. Superficie habitable La superficie habitable totale du logement ne peut être inférieure à 15m² pour une personne dont 10m² minimum correspond à la/les pièces à usage individuel 28m² pour 2 personnes dont 15m² minimum correspond à la/les pièces à usage individuel 33m² pour 3 personnes dont 20m² minimum correspond à la/les pièces à usage individuel +5m² par personne supplémentaire pour la pièce individuel

9 La pièce collective respectera le tableau suivant : Nombre de Superficie habitable (S) des pieces a usage collectif en ménages fonction du nombre d'occupants (n) du logement collectif 2 a 5 S => 5,00 m2 si n <= 7 S => 10,00 m2 si n => 8 6 a 8 S => 10,00 m2 si n <= 14 S => 15,00 m2 si n => 15 9 a 11 S => 15,00 m2 si n <= 21 S => 20,00 m2 si n => a 14 S => 20,00 m2 si n <= 28 S => 25,00 m2 si n => S => 25,00 m2 si n <= 35 S => 30,00 m2 si n => 36 - Au-delà de 17 ménages, la superficie habitable des pièces à usage collectif est augmentée de 3 m2 par ménage supplémentaire. - Les pièces à usage collectif, prises en compte dans la détermination de cette superficie, ne sont pas séparées de plus d'un niveau et demi des pièces à usage individuel du ménage. La superficie habitable tiens compte du coefficient de hauteur et du coefficient d éclairage. Coefficient de hauteur : partie sous pente entre 2,00m et 1.00m = 0.5 Partie sous pente inférieure à 1.00m = 0 Partie sous plafond horizontal hauteur entre 1.80 et 2.00m = 0.75 Partie sous plafond horizontal hauteur entre 1.00 et 1.80m = 0.50 Partie sous plafond horizontal inférieur à 1.00m = 0 Mezzanine 4m² minimum dont au moins 1m² sous une hauteur sous plafond minimale de 1.80m. Le coefficient est de 1 pour une hauteur de 2.00m minimum et 0.5 pour le solde de la superficie. Coefficient d éclairage : (14V +16T)/S T= surface totale du vitrage de toiture, en m2; V : surface totale du vitrage vertical, en m2; S : superficie du plancher de la pièce d'habitation qui reçoit un éclairage naturel direct, en m2. Ne sont comptabilisées que les parties vitrées des baies vers l'extérieur de la pièce d'habitation qui reçoit un éclairage naturel direct. Lorsque le rapport est supérieur à 1, le coefficient est ramené à 1. La superficie habitable d'une pièce d'habitation dont le coefficient d'éclairage ne peut être fixé faute d'un éclairage naturel direct est comptabilisée comme suit, sur base de l'éclairage naturel indirect d'une pièce adjacente : - si la surface de l'ouverture de la paroi séparant les deux pièces contiguës est inférieure à 2,00 m2, la superficie habitable de la pièce d'habitation est égale à la surface de l'ouverture multipliée par 1,5; limitée à la superficie utilisable de cette pièce; - si la surface de l'ouverture de la pièce est supérieure à 2,00 m2, la superficie habitable de la pièce d'habitation est égale au double de la surface de l'ouverture, limitée à la superficie utilisable de cette pièce. - La superficie habitable de la pièce d'habitation qui ne reçoit qu'un éclairage naturel indirect est égale à 0 lorsque la pièce adjacente qui reçoit un éclairage naturel direct est insuffisamment éclairée pour elle-même. Remarque: deux pièces, telles que définies à l'article 1er, 19, du Code, séparées par une paroi comportant une ouverture d'une superficie supérieure à 4 m2 peuvent être assimilées à une seule pièce : - soit pour atteindre la superficie habitable minimale - soit pour augmenter la superficie habitable tenant compte d'un coefficient d'éclairage unique calculé sur les deux pièces;

10 Article 3 Les normes relatives au dimension et au nombre de chambre par ménage sont les suivantes : 1 toute pièce utilisée comme chambre doit comporter au minimum 4.00m² pour une personne, 6,00 m2 lorsqu'elle est utilisée par deux personnes et au minimum 9,00 m2 lorsqu'elle est utilisée par trois personnes; 2 la pièce exclusivement affectée à la cuisine ne peut servir de chambre; 3 la pièce principalement affectée au séjour ne peut servir de chambre lorsque le ménage comprend un ou plusieurs enfants de plus de 6 ans; 4 le logement comporte au moins deux pièces à usage de chambre lorsque le ménage comprend un ou plusieurs enfants de plus d'an; 5 le logement comporte un nombre suffisant de pièces à usage de chambre de telle sorte qu'un enfant de plus de 10 ans ne doive pas partager sa chambre avec un enfant de sexe différent. L'assimilation de deux pièces à une seule n'est pas prise en compte dans la détermination du surpeuplement par manque de pièces à usage de chambre. Article 4 Pour tout immeuble comportant au moins un logement visé par le règlement, les normes relatives au respect de la vie privée en exécution de l'article 7, 3. dudit règlement communal sont les suivantes : 1. Les accès à l'immeuble ainsi qu'à chaque logement tombant sous le champ d'application du règlement doivent être munis de portes fermant à clef. Le locataire doit être mis en possession des clefs, en double exemplaire nécessaire en vue d'accéder à l'immeuble et aux parties qu'il occupe à titre individuel. 2. L'accès à chaque pièce d'habitation à usage individuel d'un même ménage doit pouvoir se faire sans devoir passer par une pièce d'habitation à usage individuel d'un autre ménage. 3. Tout WC, toute salle d'eau, toute salle de bains doivent pouvoir fermer à clef, sauf s'il s'agit d'un logement individuel et si, en cas d'immeuble comportant plusieurs logements, les locaux dont question ne sont accessibles qu'au ménage occupant ce logement. 4. Des sonnettes individuelles doivent être prévues à l'entrée principale de l'immeuble, de façon à ce que chaque ménage puisse être directement appelé. 5. Chaque ménage doit disposer d'une boîte aux lettres fermant à clé. B) Logements à construire ou à créer après la délivrance d un futur permis d urbanisme. Dans ce cas, les critères suivants sont modifiés, les autres étant d application : 1 le logement individuel ainsi que l'unité de logement à usage individuel d'un logement collectif disposent d'une superficie minimale habitable de 24,00 m2; 2 la hauteur requise sous plafond est de 2,40 m pour les pièces de jour et 2,20 m pour les pièces de nuit et les locaux sanitaires. Par dérogation, la hauteur requise sous plafond est de 2,10 m lorsque la structure existante du bâtiment à restructurer ou à diviser, en plusieurs logements ne permet pas de rehausser les plafonds existants; 3 l'installation sanitaire doit comporter une douche ou une baignoire avec eau chaude et un wc intérieur; 4 l'éclairage naturel requis est respecté si les parties vitrées des ouvertures vers l'extérieur d'une pièce d'habitation atteint au moins 1/12e de la superficie au sol en cas de vitrage vertical et/ou 1/14e en cas de vitrage de toiture; 5 les escaliers satisfont aux conditions suivantes : 58 cm <= (2 H + G) <= 67 cm.

CONSOLIDATION OFFICIEUSE

CONSOLIDATION OFFICIEUSE 30 AOÛT 2007. Arrêté du Gouvernement wallon déterminant les critères minimaux de salubrité, les critères de surpeuplement et portant les définitions visées à l article 1 er, 19 à 22 bis, du Code wallon

Plus en détail

Fonds du Logement de Wallonie Habitat et action sociale Cellule d appui et de coordination

Fonds du Logement de Wallonie Habitat et action sociale Cellule d appui et de coordination Arrêté du Gouvernement wallon du 30 août 2007 déterminant les critères minimaux de salubrité, les critères de surpeuplement et portant les définitions visées à l article 1 er, 19 à 22 bis, du Code wallon

Plus en détail

R.E.P.E. Code du logement Exigences élémentaires en matière de sécurité, de salubrité et d'équipement des logements

R.E.P.E. Code du logement Exigences élémentaires en matière de sécurité, de salubrité et d'équipement des logements R.E.P.E. Code du logement Exigences élémentaires en matière de sécurité, de salubrité et d'équipement des logements Attention: les informations relatives au Code du logement seront mises à jour très prochainement;

Plus en détail

LE GOUVERNEMENT DE LA REGION DE BRUXELLES-CAPITALE ;

LE GOUVERNEMENT DE LA REGION DE BRUXELLES-CAPITALE ; Arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale déterminant les exigences élémentaires en matière de sécurité, de salubrité et d équipement des logements. LE GOUVERNEMENT DE LA REGION DE BRUXELLES-CAPITALE

Plus en détail

Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale. Allocation de Déménagement-installation et d Intervention dans le Loyer (ADIL)

Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale. Allocation de Déménagement-installation et d Intervention dans le Loyer (ADIL) Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale Administration de l Aménagement du Territoire et du Logement Direction du Logement Allocation de Déménagement-installation et d Intervention dans le Loyer (ADIL)

Plus en détail

BAUX A LOYER RELATIFS AUX LOGEMENTS SITUES EN REGION WALLONNE. Législation régionale wallonne relative aux baux à loyer

BAUX A LOYER RELATIFS AUX LOGEMENTS SITUES EN REGION WALLONNE. Législation régionale wallonne relative aux baux à loyer ANNEXE À L ARRÊTÉ ROYAL DU 4 MAI 2007 PRIS EN EXÉCUTION DE L ARTICLE 11bis, DU LIVRE III, TITRE VIII, CHAPITRE II, SECTION II, DU CODE CIVIL BAUX A LOYER RELATIFS AUX LOGEMENTS SITUES EN REGION WALLONNE

Plus en détail

Allocation de Relogement

Allocation de Relogement Direction du Logement Rue du Progrès, 80 bte 1 1035 Bruxelles Allocation de Relogement NORMES D ADEQUATION DES LOGEMENTS Remarque importante : Comment lire les normes?...3 Normes d occupation et de grandeur

Plus en détail

Qu est-ce qu un logement décent?

Qu est-ce qu un logement décent? direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction Guide d évaluation Qu est-ce qu un logement décent? Que vous soyez propriétaire ou locataire Quelques éléments de réponse... Octobre

Plus en détail

Réglementation communale pour l'exploitation de maison de logement(s) garni(s) ou non.

Réglementation communale pour l'exploitation de maison de logement(s) garni(s) ou non. Réglementation communale pour l'exploitation de maison de logement(s) garni(s) ou non. - Généralités - Partie 1 : Dispositions communales concernant les critères d Insalubrités Partie 2 : a) Généralités

Plus en détail

30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) - coordination officieuse au 1 er juillet 2011

30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) - coordination officieuse au 1 er juillet 2011 30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) (coordination officieuse au 1 er juillet 2011 ; modifié par l arrêté royal du 20 juillet 2000 introduction de l

Plus en détail

Allocations de déménagement et de loyer (ADEL)

Allocations de déménagement et de loyer (ADEL) Allocations de déménagement et de loyer (ADEL) INFORMATIONS GÉNÉRALES Statistiques voisines Périodicité Ponctualité Propriété Les allocations de déménagement et de loyer sont octroyées aux personnes quittant

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA SALUBRITÉ ET L ENTRETIEN DES LOGEMENTS

RÈGLEMENT SUR LA SALUBRITÉ ET L ENTRETIEN DES LOGEMENTS VILLE DE MONTRÉAL RÈGLEMENT 03-096 RÈGLEMENT SUR LA SALUBRITÉ ET L ENTRETIEN DES LOGEMENTS Attendu que l administration municipale désire assurer des conditions de logement acceptables pour tous les Montréalais

Plus en détail

Bâtiment à transformer - Formulaire 2 Travaux de rénovation simple (selon l'art. 548) Changement d'affectation (non visé à l'art.

Bâtiment à transformer - Formulaire 2 Travaux de rénovation simple (selon l'art. 548) Changement d'affectation (non visé à l'art. Travaux de rénovation simple (selon l'art. 548) Changement d'affectation (non visé l'art. 549) 1. Données administratives Cadre réservé l'administration 1.1 Contexte du formulaire QUI doit introduire un

Plus en détail

DDELIND Dispositif Départemental d'eradication du Logement Indigne ou Non Décent

DDELIND Dispositif Départemental d'eradication du Logement Indigne ou Non Décent Pôle Aménagement du Territoire Plan Départemental d'action pour le Logement des Personnes Défavorisées du Bas-Rhin DDELIND Dispositif Départemental d'eradication du Logement Indigne ou Non Décent Fiche

Plus en détail

Y voir plus clair dans la définition des surfaces...

Y voir plus clair dans la définition des surfaces... Y voir plus clair dans la définition des surfaces... La notion de «surface» se retrouve à différents stades des projets immobiliers (permis de construire, vente, coefficient d'occupation des sols,...),

Plus en détail

CODE DU TRAVAIL. Nombre de dégagements réglementaires. Nombre total d'unités de passage Moins de 20 personnes 1 1. 1 + 1 dégagement accessoire (a)

CODE DU TRAVAIL. Nombre de dégagements réglementaires. Nombre total d'unités de passage Moins de 20 personnes 1 1. 1 + 1 dégagement accessoire (a) CODE DU TRAVAIL Art. R. 235-4.- Les dispositions de la présente section s'appliquent aux établissements mentionnés à l'article R. 232-12. Les bâtiments et les locaux régis par la présente section doivent

Plus en détail

TITRE IV ZONAGE CHAPITRE 16 DISPOSITIONS CONCERNANT LES BÂTIMENTS

TITRE IV ZONAGE CHAPITRE 16 DISPOSITIONS CONCERNANT LES BÂTIMENTS TITRE IV ZONAGE CHAPITRE 16 DISPOSITIONS CONCERNANT LES BÂTIMENTS 16-1 TABLE DES MATIÈRES ZONAGE CHAPITRE 16 DISPOSITIONS CONCERNANT LES BÂTIMENTS 16.1 BÂTIMENT PRINCIPAL 16.1.1 Superficie minimale 16.1.2

Plus en détail

Accessibilité des personnes handicapées dans les ERP

Accessibilité des personnes handicapées dans les ERP Accessibilité des personnes handicapées dans les ERP 09-2011 http://www.ville-libourne.fr La loi du 11 février 2005 dite "Loi Handicap" vise à susciter un nouvel élan dans la prise en compte de l'insertion

Plus en détail

1. Données administratives. 1.1 Contexte du formulaire. 1.2 Localisation des travaux. Cadre réservé à l'administration

1. Données administratives. 1.1 Contexte du formulaire. 1.2 Localisation des travaux. Cadre réservé à l'administration Travaux de rénovation simple (selon l'art. 548) Changement d'affectation (visé à l'art. 549) (Formulaire relatif aux renforcements d'exigences du 1er juin 2012) 1. Données administratives Cadre réservé

Plus en détail

Décrète : Ce règlement est applicable aux zones définies à l'article premier. Fait à Rabat, le 21 chaabane 1384 (26 décembre 1964). Ahmed Bahnini.

Décrète : Ce règlement est applicable aux zones définies à l'article premier. Fait à Rabat, le 21 chaabane 1384 (26 décembre 1964). Ahmed Bahnini. Décret n 2-64-445 du 21 chaabane 1384 (26 décembre 1964) définissant les zones d'habitat économique et approuvant le règlement général de construction applicable à ces zones.( BO n 2739 du 28 Avril 1965)

Plus en détail

Article R.122-3 [Exception au domaine d application] Article R.122-4 [Arrêtés d application] Article R.122-5 [Classes d'immeubles de grande hauteur]

Article R.122-3 [Exception au domaine d application] Article R.122-4 [Arrêtés d application] Article R.122-5 [Classes d'immeubles de grande hauteur] CODE DE LA CONSTRUCTION ET DE L'HABITATION LIVRE 1 - DISPOSITIONS GENERALES TITRE II - Sécurité et protection contre l'incendie Chapitre 2 Disposition de sécurité relative aux immeubles de grande hauteur

Plus en détail

L'accessibilité des bâtiments d'habitations collectifs neufs

L'accessibilité des bâtiments d'habitations collectifs neufs L'accessibilité des bâtiments d'habitations collectifs neufs (Arrêté du 1 août 2006 modifié par l'arrêté du 30 novembre 2007) Direction Départementale de l'équipement des Hautes-Alpes - SAUL/HG - 05/11/09

Plus en détail

CONTRAT DE BAIL. Ce logement a été attribué en tenant compte, notamment, de la situation sociale, familiale et financière du locataire.

CONTRAT DE BAIL. Ce logement a été attribué en tenant compte, notamment, de la situation sociale, familiale et financière du locataire. CONTRAT DE BAIL 1. La société HABITATIONS SUD Luxembourg SCRL Dont l adresse est la suivante : 18, rue des Métallurgistes 6791 ATHUS (Siège social) 9, rue de la Sambre 6700 ARLON (Siège administratif)

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : Numéro de référence du permis : Construction : avant 1971 ou inconnu Version du protocole: 17/07/2013

Plus en détail

RÉNOVATION ET ENTRETIEN DU PARC DE LOGEMENT SOCIAL ET RÉGION WALLONNE: BESOINS EN FINANCEMENT

RÉNOVATION ET ENTRETIEN DU PARC DE LOGEMENT SOCIAL ET RÉGION WALLONNE: BESOINS EN FINANCEMENT Union des Villes et Communes de Wallonie asbl RÉNOVATION ET ENTRETIEN DU PARC DE LOGEMENT SOCIAL ET RÉGION WALLONNE: BESOINS EN FINANCEMENT Avis du Comité permanent des Sociétés de Logement de Service

Plus en détail

LE PRÊT AGRI-TRAVAUX

LE PRÊT AGRI-TRAVAUX SECTEUR AGRICOLE LE PRÊT AGRI-TRAVAUX Le prêt agri-travaux, c est quoi? Le prêt agri-travaux est un prêt délivré par Action logement, qui finance les travaux d'installation ou d'amélioration dans votre

Plus en détail

Données administratives. Rue : Avenue Henri Wautier N : 9A Boîte : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Avenue Henri Wautier N : 9A Boîte : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 27/05/2005 Numéro de référence du permis : PU 2005/067 Construction : 2006 Version

Plus en détail

FICHE ROL DEPARTEMENT DU TARN RELEVE D OBSERVATION LOGEMENT (ROL) I:\ENVIR\CB\2008\HABITAT\guide as\fiche ROL.doc

FICHE ROL DEPARTEMENT DU TARN RELEVE D OBSERVATION LOGEMENT (ROL) I:\ENVIR\CB\2008\HABITAT\guide as\fiche ROL.doc FICHE ROL DEPARTEMENT DU TARN RELEVE D OBSERVATION LOGEMENT (ROL) I:\ENVIR\CB\2008\HABITAT\guide as\fiche ROL.doc Le ROL est un document à usage des intervenants de terrain non techniciens du bâtiment.

Plus en détail

L accessibilité des bâtiments d habitation collectifs neufs

L accessibilité des bâtiments d habitation collectifs neufs L accessibilité des bâtiments d habitation collectifs neufs GUIDE TECHNIQUE POUR L APPLICATION DES TEXTES RÉGLEMENTAIRES Juin 2004 Loi n 75-534 du 30 juin 1975 (JO du 1er juillet 1975) Loi n 91-663 du

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 24/06/1992 Numéro de référence du permis : 92/39 Construction : 1993 Version

Plus en détail

AUTORISATION DE TRAVAUX POUR CONSTRUIRE, AMENAGER OU MODIFIER UN ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC (ERP) guide d'aide pour l'instruction

AUTORISATION DE TRAVAUX POUR CONSTRUIRE, AMENAGER OU MODIFIER UN ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC (ERP) guide d'aide pour l'instruction Direction Départementale des Territoires Cher Service Urbanisme Habitat Ville Bureau Construction Accessibilité 6, place de la Pyrotechnie 18019 BOURGES CEDEX AUTORISATION DE TRAVAUX POUR CONSTRUIRE, AMENAGER

Plus en détail

AIDES AUX INVESTISSEMENTS DES PARTICULIERS. Règlement des MODALITES D APPLICATION

AIDES AUX INVESTISSEMENTS DES PARTICULIERS. Règlement des MODALITES D APPLICATION ECONOMIES D'ENERGIE AIDES AUX INVESTISSEMENTS DES PARTICULIERS Règlement des MODALITES D APPLICATION Annexe à la délibération du Conseil Municipal du 2 mai 2011 Article 1 : Bénéficiaires Toute personne

Plus en détail

ATTENDU QUE la Ville de Richmond souhaite développer et promouvoir le développement résidentiel dans la ville de Richmond;

ATTENDU QUE la Ville de Richmond souhaite développer et promouvoir le développement résidentiel dans la ville de Richmond; PROVINCE DE QUÉBEC MRC DU VAL-SAINT-FRANÇOIS VILLE DE RICHMOND L assemblée régulière du conseil de la Ville a eu lieu au 745 rue Gouin, le lundi 1 er octobre 2012 à 19 h, sous la présidence de monsieur

Plus en détail

S E ID A T E S E IM R P Logement

S E ID A T E S E IM R P Logement Logement PRIMES ET AIDES Un logement sain, pour vous, c est important! Pour la Région wallonne aussi. Remplacer la toiture, les menuiseries extérieures ou le plancher, rendre l électricité conforme, éliminer

Plus en détail

Son montant peut atteindre 10 000, plus 5000 s'il finance des travaux d'économie d'énergie.

Son montant peut atteindre 10 000, plus 5000 s'il finance des travaux d'économie d'énergie. Le prêt Travaux, c'est quoi? Le prêt Travaux est un prêt délivré par Action logement qui vous aide à financer des travaux d amélioration réalisés par une entreprise dans votre résidence principale. Le

Plus en détail

Demande d aide au logement

Demande d aide au logement Merci de compléter également un formulaire de déclaration de situation. Merci de rappeler votre identité Nom de famille : Prénom : (nom de naissance) Nom d usage : (facultatif et s il y a lieu) Date de

Plus en détail

rue Marcel Tonglet n 142 6500 BEAUMONT - : 071/31.89.83 rue de Villers n 17-1348 LOUVAIN-LA-NEUVE - : 010/84.85.50

rue Marcel Tonglet n 142 6500 BEAUMONT - : 071/31.89.83 rue de Villers n 17-1348 LOUVAIN-LA-NEUVE - : 010/84.85.50 SOCIETE COOPERATIVE DE LOGEMENT SOCIAL Numéro d entreprise 0240.277.017 Sièges administratifs et social : boulevard Tirou n 167-6000 CHARLEROI - : 071/53.91.00 - Compte n 795-5562693-23 ANTENNES : rue

Plus en détail

NOR: ETLL1237177A Version consolidée au 01 janvier 2013

NOR: ETLL1237177A Version consolidée au 01 janvier 2013 Arrêté du 7 novembre 0 relatif à l'attestation de prise en compte de... sur 08/0/03 0:53 ARRETE Arrêté du 7 novembre 0 relatif à l'attestation de prise en compte de la réglementation acoustique applicable

Plus en détail

1. Décret exécutif n 09-18 du 20 Janvier 2009, modifié et complété, fixant la réglementation relative à l'exercice de la profession d'agent

1. Décret exécutif n 09-18 du 20 Janvier 2009, modifié et complété, fixant la réglementation relative à l'exercice de la profession d'agent Ministère de l Habitat et de l Urbanisme Direction Générale de l Habitat et de la Construction Direction de la Gestion Immobilière Sous Direction de la Préservation du Patrimoine Immobilier Synthèse des

Plus en détail

Le logement donné en location présente les caractéristiques suivantes :

Le logement donné en location présente les caractéristiques suivantes : ENTRE les soussignés : M. En sa qualité de bailleur, d une part ; ET M. M. En qualité de locataire, d autre part ; IL A ÉTÉ EXPOSÉ ET CONVENU CE QUI SUIT : EXPOSÉ I - Législation applicable Le local d

Plus en détail

SECTION 3 ENTREPRISES UTILISANT UNE ADRESSE DITE DE DOMICILIATION [DB 4G223]

SECTION 3 ENTREPRISES UTILISANT UNE ADRESSE DITE DE DOMICILIATION [DB 4G223] Références du document 4G223 Date du document 25/06/98 SECTION 3 Entreprises utilisant une adresse dite de domiciliation Dans le cadre des mesures destinées à faciliter la création des entreprises, la

Plus en détail

RÈGLEMENT CO-2009-577 ÉTABLISSANT UN CODE DU LOGEMENT POUR LA VILLE DE LONGUEUIL CHAPITRE I GÉNÉRALITÉS SECTION I DOMAINE D'APPLICATION

RÈGLEMENT CO-2009-577 ÉTABLISSANT UN CODE DU LOGEMENT POUR LA VILLE DE LONGUEUIL CHAPITRE I GÉNÉRALITÉS SECTION I DOMAINE D'APPLICATION Codification administrative Ce document n'a pas de valeur officielle RÈGLEMENT CO-2009-577 ÉTABLISSANT UN CODE DU LOGEMENT POUR LA VILLE DE LONGUEUIL LE CONSEIL DÉCRÈTE CE QUI SUIT : CHAPITRE I GÉNÉRALITÉS

Plus en détail

Mise à disposition d'un local

Mise à disposition d'un local Mise à disposition d'un local La mise à disposition des locaux obéit à un certain nombre de règles visant à assurer l égalité de traitement entre les citoyens. L'article L.2144-3 du Code général des collectivités

Plus en détail

et rangés en deux classes ne pourront être érigés, transformés, déplacés ni exploités qu'en vertu d'un permis dit d'exploitation.

et rangés en deux classes ne pourront être érigés, transformés, déplacés ni exploités qu'en vertu d'un permis dit d'exploitation. ORDONNANCE 41-48 DU 12 FEVRIER 1953 SUR LES ETABLISSEMENTS DANGEREUX, INSALUBRES OU INCOMMODES. Article 1 er Les établissements repris dans la liste annexée à la présente ordonnance et rangés en deux classes

Plus en détail

NOUVELLES POUR LE STOCKAGE DES

NOUVELLES POUR LE STOCKAGE DES NOUVELLES RÈGLES SOMMAIRES POUR LE STOCKAGE DES PRODUITS PÉTROLIERS Depuis septembre 2006, suivant le décret de Juillet 2004 STOCKAGE AU REZ-DE-CHAUSSEE OU EN SOUS-SOL D'UN BATIMENT Les réservoirs et équipements

Plus en détail

Liste des travaux recevables

Liste des travaux recevables Liste des travaux recevables Travaux préparatoires Les travaux préparatoires, l'installation de chantier, la base de vie des ouvriers, les échafaudages, les travaux éventuels de démolition d'ampleur limitée

Plus en détail

REGLEMENT REGIONAL D'URBANISME TITRE IV. Accessibilité des bâtiments par les personnes à mobilité réduite

REGLEMENT REGIONAL D'URBANISME TITRE IV. Accessibilité des bâtiments par les personnes à mobilité réduite Page : 1 REGLEMENT REGIONAL D'URBANISME TITRE IV. Accessibilité des bâtiments par les personnes à mobilité réduite Tables des matières * CHAPITRE 1 er : Généralités * CHAPITRE II : Normes relatives aux

Plus en détail

PDF Created with deskpdf PDF Writer - Trial :: http://www.docudesk.com

PDF Created with deskpdf PDF Writer - Trial :: http://www.docudesk.com 3.5 Certificat d'autorisation (L.A.U., art. 119, 2 e ) Les objets suivants sont interdits sans l'obtention d'un certificat d'autorisation: 1) tout changement d'usage ou de destination d'un immeuble, d'un

Plus en détail

Chaudière gaz à basse température & à condensation

Chaudière gaz à basse température & à condensation Primes & Démarches Administratives Il est important de préciser que toutes les démarches administratives sont prises en charge par la SPRL Kreusch Frères (Bernard Kreusch) même que nous sommes là pour

Plus en détail

www.financeimmo.com 1 - Généralités sur le prêt pass travaux. 2 - Bénéficiaires de l'emprunt travaux. Prêt PASS TRAVAUX du 1% patronal

www.financeimmo.com 1 - Généralités sur le prêt pass travaux. 2 - Bénéficiaires de l'emprunt travaux. Prêt PASS TRAVAUX du 1% patronal Vos crédits au meilleur taux Notre travail est de vous aider à rechercher les meilleures conditions commerciales correspondant à votre situation au moment où vous en avez besoin. Nous vous accompagnons

Plus en détail

Règlement de police relatif à la prostitution en vitrine

Règlement de police relatif à la prostitution en vitrine Règlement de police relatif à la prostitution en vitrine Le Conseil, Vu l article 17 de la Convention du 21 mars 1950 pour la répression de la traite des êtres humains et de l exploitation de la prostitution

Plus en détail

Un logement en bon état d usage, de confort et d entretien

Un logement en bon état d usage, de confort et d entretien Un logement en bon état d usage, de confort et d entretien PROPRIÉTAIRE ou LOCATAIRE vous avez des obligations VOUS AVEZ SIGNÉ UN BAIL. CE CONTRAT DE LOCATION, RENFORCÉ PAR LES DISPOSITIONS LÉGALES, PRÉCISE

Plus en détail

Circulations intérieures verticales des parties communes H.25

Circulations intérieures verticales des parties communes H.25 des parties communes H.25 Objet de la fiche appeler les dispositions de l arrêté pour l application, aux cheminements intérieurs accessibles, des articles.111-18 à.111-18-3 du code de la construction et

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE D un projet de construction d un ÉTABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC Soumis : Aux dispositions générales des articles R 123-1 à R 123-55 du code de la construction et de l habitation

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE

NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE MODELE N 2 Document disponible sur http://www.auvergne.pref.gouv.fr/protection_civile/etablissements _recevant_public/sec_incendie_erp/procedure.php NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE Etablissement Recevant

Plus en détail

Art. 1er. - Objectif et champ d'application. 1.1. Généralités

Art. 1er. - Objectif et champ d'application. 1.1. Généralités GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Strassen, février 2009 Le présent texte a été établi par l Inspection du Travail et des Mines et le Service Incendie et Ambulance de la Ville de Luxembourg. Prescriptions de sécurité

Plus en détail

Rappel des droits et obligations

Rappel des droits et obligations GAZ Norme XP P 45-500 A compter du 1er novembre 2007 le vendeur d'un logement équipé d'une installation intérieure au gaz naturel ou GPL datant de 15 ans ou plus devra produire un diagnostic gaz de l installation

Plus en détail

28 MAI 1956 - O.R.U. nº 41/78. Etablissements dangereux, insalubres ou incommodes. (B.O.R.U., 1956, p. 442).

28 MAI 1956 - O.R.U. nº 41/78. Etablissements dangereux, insalubres ou incommodes. (B.O.R.U., 1956, p. 442). 28 MAI 1956 - O.R.U. nº 41/78. Etablissements dangereux, insalubres ou incommodes. (B.O.R.U., 1956, p. 442). Article: 1 Les établissements repris dans la liste annexée à la présente ordonnance et rangés

Plus en détail

CONTRAT DE LOCATION SAISONNIERE

CONTRAT DE LOCATION SAISONNIERE CONTRAT DE LOCATION SAISONNIERE Entre les soussignés, M., Mme, Mlle (nom, prénom)... né le...à... demeurant... désigné(s) ci-après le bailleur et M., Mme, Mlle (nom, prénom)... né le...à... demeurant...

Plus en détail

Professions immobilières - décret du 20 juillet 1972

Professions immobilières - décret du 20 juillet 1972 Professions immobilières - décret du 20 juillet 1972 DECRET N 2005-1315 du 21.10.2005 (EXTRAIT) ENTREE EN VIGUEUR : 1ER JANVIER 2006 Décret n 72-678 du 20 juillet 1972 fixant les conditions d application

Plus en détail

Accessibilité aux personnes handicapées des locaux à usage de professions libérales

Accessibilité aux personnes handicapées des locaux à usage de professions libérales Accessibilité aux personnes handicapées des locaux à usage de professions libérales Camille PATARD Olivier CLAIREAU Direction départementale des Territoires et de la Mer De la Loire-Atlantique unité SBL/PTB

Plus en détail

www.financeimmo.com Ces prêts fonctionnent en général comme le prêt 1 % Logement et interviennent en tant que prêts complémentaires.

www.financeimmo.com Ces prêts fonctionnent en général comme le prêt 1 % Logement et interviennent en tant que prêts complémentaires. Vos crédits au meilleur taux Notre travail est de vous aider à rechercher les meilleures conditions commerciales correspondant à votre situation au moment où vous en avez besoin. Nous vous accompagnons

Plus en détail

vu la loi sur le logement du 9 septembre 1975 A vu le préavis du Département de l'économie Conditions d'occupation

vu la loi sur le logement du 9 septembre 1975 A vu le préavis du Département de l'économie Conditions d'occupation RÈGLEMENT sur les conditions d'occupation des logements à loyers modérés (RCOLLM) du 7 janvier 007 (état: 0.0.007) 840...5 LE CONSEIL D'ÉTAT DU CANTON DE VAUD vu la loi sur le logement du 9 septembre 975

Plus en détail

Quelle surface indiquer sur la déclaration? Quel nombre de pièces indiquer sur la déclaration?

Quelle surface indiquer sur la déclaration? Quel nombre de pièces indiquer sur la déclaration? Quelle surface indiquer sur la déclaration? Quel nombre de pièces indiquer sur la déclaration? Quelle surface indiquer sur la déclaration? Le détail de la surface totale de votre local est à indiquer dans

Plus en détail

RÈGLEMENT CO-2009-577 ÉTABLISSANT UN CODE DU LOGEMENT POUR LA VILLE DE LONGUEUIL CHAPITRE I GÉNÉRALITÉS SECTION I DOMAINE D'APPLICATION

RÈGLEMENT CO-2009-577 ÉTABLISSANT UN CODE DU LOGEMENT POUR LA VILLE DE LONGUEUIL CHAPITRE I GÉNÉRALITÉS SECTION I DOMAINE D'APPLICATION RÈGLEMENT CO-2009-577 ÉTABLISSANT UN CODE DU LOGEMENT POUR LA VILLE DE LONGUEUIL LE CONSEIL DÉCRÈTE CE QUI SUIT : CHAPITRE I GÉNÉRALITÉS DOMAINE D'APPLICATION 1. Le présent règlement s'applique à tout

Plus en détail

Le Clos Boissy. Descriptif sommaire

Le Clos Boissy. Descriptif sommaire 16 Rue de Boissy 95320 Saint Leu La Forêt Février 2013 Le Clos Boissy Descriptif sommaire Résidence de 70 logements en R+3+Combles répartis en 2 immeubles sur un terrain de 3385m² entouré de verdure et

Plus en détail

Mr et Mme... demeurant à... ci-après dénommés «Bailleur», s engageant solidairement et indivisiblement,

Mr et Mme... demeurant à... ci-après dénommés «Bailleur», s engageant solidairement et indivisiblement, CONTRAT DE BAIL DE RESIDENCE PRINCIPALE (Région de Bruxelles-Capitale) ENTRE: Mr et Mme... demeurant à... ci-après dénommés «Bailleur», s engageant solidairement et indivisiblement, ET: Mr et Mme... demeurant

Plus en détail

Les Formalités concernant les. Etablissements Recevant du Public. Cahier Technique n 7

Les Formalités concernant les. Etablissements Recevant du Public. Cahier Technique n 7 Les Formalités concernant les Etablissements Recevant du Public Cahier Technique n 7 Vous êtes exploitant d un Etablissement Recevant du Public (E.R.P.) par exemple un restaurant, une salle de spectacles,

Plus en détail

1 la loi: la loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail;

1 la loi: la loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail; Arrêté royal du 30 août 2013 fixant des dispositions générales relatives au choix, à l'achat et à l'utilisation d'équipements de protection collective (M.B. 7.10.2013) Chapitre I er. - Dispositions relatives

Plus en détail

COORDINATION OFFICIEUSE DE :

COORDINATION OFFICIEUSE DE : COORDINATION OFFICIEUSE DE : L ARRÊTÉ DU GOUVERNEMENT DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE RELATIF DU 17 FÉVRIER 2011 À L'AGRÉMENT DES CERTIFICATEURS QUI ÉTABLISSENT UN CERTIFICAT PEB OU UN CERTIFICAT PEB

Plus en détail

La profession d assistant maternel

La profession d assistant maternel 26/03/09 11:45 Page 1 La profession d assistant maternel Pour en savoir plus : Conseil général d Eure-et-Loir Direction enfance et famille Service de protection maternelle et infantile 1, place Châtelet

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE POUR LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE POUR LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE POUR LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC Préambule : Cette notice concerne les dispositions essentielles de sécurité à prévoir en fonction du classement de l'établissement

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES A. INTRODUCTION B. LIGNES DIRECTRICES C. COMMENTAIRES

TABLE DES MATIÈRES A. INTRODUCTION B. LIGNES DIRECTRICES C. COMMENTAIRES TABLE DES MATIÈRES A. INTRODUCTION A-1 Domaine d application 1 A-2 Principes généraux 1 A-3 Contenu du Guide d application 2 A-4 Référence au chapitre I, Bâtiment 3 A-5 Entretien et réparation 4 A-6 Mise

Plus en détail

ÉTAT DES LIEUX ÉTAT DES LIEUX CONTRADICTOIRE À ANNEXER AU CONTRAT DE LOCATION

ÉTAT DES LIEUX ÉTAT DES LIEUX CONTRADICTOIRE À ANNEXER AU CONTRAT DE LOCATION ÉTAT DES LIEUX ÉTAT DES LIEUX CONTRADICTOIRE À ANNEXER AU CONTRAT DE LOCATION État des lieux d'entrée État des lieux de sortie Nouvelle adresse (Etats des lieux de sortie) LES LOCAUX Appartement Maison

Plus en détail

LA VENTE D IMMEUBLES A RENOVER

LA VENTE D IMMEUBLES A RENOVER LA VENTE D IMMEUBLES A RENOVER L article 80 de la loi n 2006-872 du 13 juillet 2006, portant «engagement national pour le logement», a créé un nouveau contrat de vente en construction, le contrat de vente

Plus en détail

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Notice de sécurité Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Cette notice a été établie à l'attention des exploitants d Etablissements Recevant du Public (ERP), afin

Plus en détail

Dans le présent règlement, les mots suivants signifient :

Dans le présent règlement, les mots suivants signifient : PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE MONT-LAURIER RÈGLEMENT NUMÉRO : 119 Règlement sur la salubrité et l entretien des logements. À la séance ordinaire du conseil municipal de la Ville de Mont-Laurier, tenue le

Plus en détail

Tourisme - Capacité des communes en hébergement touristique

Tourisme - Capacité des communes en hébergement touristique Tourisme - Capacité des communes en hébergement touristique PSDC99 NSEC99 CPGaa CPGEaa CPGELaa CPGEOaa HCaa HCCHaa CPG1aa CPGE1aa CPGEL1aa CPGEO1aa HC0aa HCCH0aa CPG2aa CPGE2aa CPGEL2aa CPGEO2aa HC1aa

Plus en détail

ANNEXE 2 : REGLEMENT COMMUNAL RELATIF AUX MODALITES DE RACCORDEMENT A L'EGOUT ET A L ASSAINISSEMENT DES EAUX USÉES

ANNEXE 2 : REGLEMENT COMMUNAL RELATIF AUX MODALITES DE RACCORDEMENT A L'EGOUT ET A L ASSAINISSEMENT DES EAUX USÉES ANNEXE 2 : REGLEMENT COMMUNAL RELATIF AUX MODALITES DE RACCORDEMENT A L'EGOUT ET A L ASSAINISSEMENT DES EAUX USÉES Chapitre 1 : Portée du règlement communal Article 1. Le présent règlement vise à réglementer

Plus en détail

Les travaux subventionnables par l Anah LA LISTE ÉTABLIE AU 1 ER JANVIER 2009. Document d information non contractuel

Les travaux subventionnables par l Anah LA LISTE ÉTABLIE AU 1 ER JANVIER 2009. Document d information non contractuel Les travaux subventionnables par l Anah LA LISTE ÉTABLIE AU 1 ER JANVIER 2009 Document d information non contractuel L Anah, Agence nationale de l habitat, attribue des aides financières aux propriétaires

Plus en détail

NORMES DE PRATIQUE D INSPECTION DE BÂTIMENT

NORMES DE PRATIQUE D INSPECTION DE BÂTIMENT ASSOCIATION DES THERMOGRAPHES EN INSPECTION DE BÂTIMENT 84 RUE DES ROSIERS, ST-APOLLINAIRE, QC G0S 2E0 TÉLÉPHONE : 1-888-931-0221 NORMES DE PRATIQUE D INSPECTION DE BÂTIMENT L'inspecteur agit comme généraliste

Plus en détail

LES NORMES DES CABINETS MEDICAUX

LES NORMES DES CABINETS MEDICAUX Fiche technique n 4 LES NORMES DES CABINETS MEDICAUX Sources : CNOM, ANGAK, code de la construction et de l habitation 2010, Ministère de la santé Loi du 11/02/2005 pour l égalité des droits et des chances,

Plus en détail

LE CONSEIL COMMUNAL,

LE CONSEIL COMMUNAL, LE CONSEIL COMMUNAL, Considérant l article D.220 du Code de l Eau en vertu duquel le Conseil Communal est tenu d édicter un règlement communal qui complète les obligations d évacuation des eaux usées dérivant

Plus en détail

QUESTIONNAIRE D EVALUATION DE LA SECURITE INCENDIE ET DU CONFORT DES CHAMBRES D ETUDIANTS A BRUXELLES

QUESTIONNAIRE D EVALUATION DE LA SECURITE INCENDIE ET DU CONFORT DES CHAMBRES D ETUDIANTS A BRUXELLES Brusselse Hoofdstedelijke Dienst voor Brandweer en Dringende Medische Hulp Helihavenlaan, 11-15 1000 Brussel - 022088430 Q1 QUESTIONNAIRE D EVALUATION DE LA SECURITE INCENDIE ET DU CONFORT DES CHAMBRES

Plus en détail

Rénovation. Simple et Performance (PEB) Confédération de la Construction Bruxelles Capitale - le 17 juin 2009. Architects in Brussels

Rénovation. Simple et Performance (PEB) Confédération de la Construction Bruxelles Capitale - le 17 juin 2009. Architects in Brussels Confédération de la Construction Bruxelles Capitale - le 17 juin 2009 Rénovation Simple et Performance Énergétique des Bâtiments (PEB) avec la collaboration de: Architects in Brussels Contexte et Motivations

Plus en détail

Tourisme - Capacité des communes en hébergement touristique au 1er janvier 2010 Documentation des indicateurs

Tourisme - Capacité des communes en hébergement touristique au 1er janvier 2010 Documentation des indicateurs Tourisme - Capacité des communes en hébergement touristique au 1er janvier 2010 Documentation des indicateurs Retour liste com PSDC99 Pop_mun_20cc RSECbb CPGaa CPGEaa CPGELaa CPGEOaa HCaa HCCHaa HNCaa

Plus en détail

D E C R E T S. 28 Moharram 1430 25 janvier 2009 4 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 06

D E C R E T S. 28 Moharram 1430 25 janvier 2009 4 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 06 4 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 06 D E C R E T S Décret exécutif n 09-18 du 23 Moharram 1430 correspondant au 20 janvier 2009 fixant la réglementation relative à l exercice de la profession

Plus en détail

Voici un guide indicatif à suivre afin de réaliser un audit sécurité de votre établissement. Ce guide indique les points principaux à respecter.

Voici un guide indicatif à suivre afin de réaliser un audit sécurité de votre établissement. Ce guide indique les points principaux à respecter. Voici un guide indicatif à suivre afin de réaliser un audit sécurité de votre établissement. Ce guide indique les points principaux à respecter. Cependant si vous désirez un audit sécurité complet, il

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE COMPLETANT LES DISPOSITIONS GENERALES

FICHE TECHNIQUE COMPLETANT LES DISPOSITIONS GENERALES FICHE TECHNIQUE COMPLETANT LES DISPOSITIONS GENERALES MOBILITE REDUITE I - ACCEDER - CHEMINER II - UTILISER LES EQUIPEMENTS III - SALLE DE REUNION, AMPHITHEATRE, ESPACE SOCIAL DE RESTAURATION. IV - INSTALLATIONS

Plus en détail

Guide simplifié du locataire

Guide simplifié du locataire mais assez complêt Guide simplifié du locataire OBLIGATIONS ET CONSEILS EN MATIÈRE D ENTRETIEN DE VOTRE LOGEMENT Nous voulons vous aider à récupérer votre dépôt de garantie LOGICIEL DE GESTION LOCATIVE

Plus en détail

Valeur à neuf Expertise d'un bâtiment existant avant et après travaux

Valeur à neuf Expertise d'un bâtiment existant avant et après travaux Gudrun Xpert - sa Avenue des Arts 50 BE - 1000 Bruxelles tel. 02/515 12 40 98951-11 /NBW Avenue des arts 50 BE - 1000 Bruxelles 11/123.45.67 99999 rue des Printemps/ BE - 5000 Namur Valeur à neuf Expertise

Plus en détail

LE DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DPE

LE DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DPE LE DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DPE Mars 2008 Qu'est-ce qu'un DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE? P1 S o m m a i r e Quelles opérations nécessitent un DPE? Le contenu du DPE Validité et valeur

Plus en détail

NOTE 12-DC-R-CG-2510 Le crédit d impôts de 25 %

NOTE 12-DC-R-CG-2510 Le crédit d impôts de 25 % NOTE 12-DC-R-CG-2510 Le crédit d impôts de 25 % Initialement prévu pour tous travaux réalisés entre le 1 er janvier 2005 et le 31 décembre 2009, le crédit d impôts sur le revenu pour les dépenses d équipements

Plus en détail

Déroulement de la certification PEB de votre bâtiment

Déroulement de la certification PEB de votre bâtiment Déroulement de la certification PEB de votre bâtiment La certification énergétique de votre habitation se déroulera en 2 étapes : 1) la visite de votre habitation et le relevé de ses caractéristiques ;

Plus en détail

ANNEXE I A L'ARTICLE R. 353-90

ANNEXE I A L'ARTICLE R. 353-90 ANNEXE I A L'ARTICLE R. 353-90 conventions conclues entre l'etat et les personnes physiques ou morales autres que les organismes d HLM et les sociétés d économie mixte pour la construction ou l acquisition

Plus en détail

Normes techniques d'accessibilité

Normes techniques d'accessibilité Normes techniques d'accessibilité Informations tirées du site de la CRIPH (Cellule de Recrutement et d Insertion des Personnes Handicapées) La notion d accessibilité intègre plusieurs composantes : l accès

Plus en détail

CHAPITRE VI - ZONE Uza

CHAPITRE VI - ZONE Uza CHAPITRE VI - ZONE Uza Caractère de la zone Cette zone de la ZAC MAYAC a pour vocation la construction de logements collectifs autour d'une place de Quartier, avec possibilité de création de commerces

Plus en détail

RÈGLEMENT 840.11.2 sur les conditions d'occupation des logements construits ou rénovés avec l'appui financier des pouvoirs publics (RCOL)

RÈGLEMENT 840.11.2 sur les conditions d'occupation des logements construits ou rénovés avec l'appui financier des pouvoirs publics (RCOL) Adopté le 24.07.1991, entrée en vigueur le 24.07.1991 - Etat au 01.01.2013 (en vigueur) RÈGLEMENT 840.11.2 sur les conditions d'occupation des logements construits ou rénovés avec l'appui financier des

Plus en détail

Section 1 - Construction, dégagements, gaines

Section 1 - Construction, dégagements, gaines Page 1 sur 7 Règlement de sécurité contre l'incendie relatif aux établissements recevant du public LIVRE III : Dispositions applicables aux établissements de la cinquième catégorie CHAPITRE II Règles techniques

Plus en détail

Définitions. Les Dossiers de Profils n 75 - Avril 2004 69 Insee Nord-Pas-de-Calais

Définitions. Les Dossiers de Profils n 75 - Avril 2004 69 Insee Nord-Pas-de-Calais Logement Un logement est défini par son utilisation : c est un local séparé et indépendant utilisé pour l habitation. Il doit être séparé d autres locaux par des murs ou cloisons et doit disposer d un

Plus en détail