Ouvrir une filiale aux États-Unis : du concret!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ouvrir une filiale aux États-Unis : du concret!"

Transcription

1 N U M É R O n o v e m b r e E d i t o Ouvrir une filiale aux États-Unis : du concret! Le dernier petit-déjeuner de France Biotech a donné le 22 novembre quelques clés pour créer une filiale aux États-Unis. là que cela se passe», c est du moins l idée répandue dans le secteur des bio- «C est technologies. Et il est parfois plus facile de contacter les "big pharma" outre-atlantique qu en Europe. Sans vouloir être exhaustifs, Marie Landel, expert comptable implantée à Boston et Douglas Glucroft, avocat, ont donné quelques ficelles et pourfendu quelques idées reçues. Ils conseillent avec humour de se munir, dans ce pays très judiciarisé, d un avocat. Les démarches de création paraissent très simples, puisqu en une journée, il est possible d ouvrir une structure et de déposer une marque. Oui mais les démarches tombent ensuite : avoir un numéro d identification fiscale (EIN) et un compte en banque. «Les États-Unis fonctionnent au niveau des États, et il vaut mieux avoir une banque bien implantée régionalement, avec tous ses réseaux», suggère Marie Landel. Il faut aussi penser que l imposition s effectue à deux niveaux, étatique et fédéral. Pour les statuts, la structure de type LLC("Limited Liability Company") ou l établissement permanent ne semblent être S O M M A I R E Suite p.2 société émergente Page 3 Avec Life Biosystems, 1+1 = 3 ASIE Pages 4-5 Singapour, nouvel Eldorado pour les biotech.? Technologie Page 6 Valoriser la bagasse de canne à sucre en bref Actelion reprend CoTherix Page 1 Accord entre Artemis et Merck Page 2 Variabilité génétique interhumaine Page 7 bourse et ils bougent Page 5 Internet, Rendez-vous, étude Page 8 a c t u a l i t é s Actelion reprend CoTherix Le suisse Actelion fait une OPA amicale sur l américain CoTherix. L offre s élève à 420 millions de dollars, soit une prime de 21 % sur le prix de clôture du 17 novembre, à 11,2 dollars l action. L ensemble possédera deux produits contre l hypertension artérielle pulmonaire, le bosentan Tracleer, antagoniste non peptidique mixte des récepteurs de l endothéline, et le Ventavis de CoTherix, un analogue inhalé de la prostacycline. Le chiffre d affaires du produit de CoTherix devrait contribuer à raison de 100 millions de dollars au CA d Actelion en Pour les neuf premiers mois de 2006, les ventes de Tracleer avaient atteint 651,9 millions de francs suisses, soit 521,4 millions de dollars, alors que les ventes de Ventavis étaient de 49 millions de dollars. Les produits sont en fait complémentaires et peuvent être utilisés en combinaison sans problème. Actelion souhaiterait acheter les droits de marketing de Bayer en dehors des États-Unis sur le Ventavis. HG Crucell lève 80 millions d euros, et dans la foulée, achète SBL Vaccines Le hollandais Crucell, spécialiste des vaccins, lève pas moins de 80 millions d euros par la vente de nouvelles actions. Il faut dire que le secteur est de plus en plus attractif. Une partie de cette opération lui permet de mettre la main sur une autre société de vaccins, SBL Vaccines (Stockholm, Suède), pour 39,4 millions d euros. Crucell trouve dans la corbeille le Dukoral, un vaccin oral pour la prévention du choléra et de la diarrhée du voyageur, un produit qui a réalisé 14 millions d euros de chiffre d affaires en Selon Crucell, le rachat renforce également son organisation commerciale en Scandinavie. Le CA de SBL les neuf derniers mois a atteint 17,6 millions d euros. Les deux entreprises sont complémentaires puisque Crucell commercialise aussi des vaccins pour le voyage, Epaxal contre l hépatite A et Vivotif contre la typhoïde. Les fonds permettront aussi de refinancer l acquisition de Berna Products et la dette consolidée impayée de Berna Biotech, acheté en février. HG Paris Region s installe à San Francisco Paris Region ouvre un bureau à San Francisco le 30 novembre. Objectif, montrer que Paris est la porte des marchés internationaux pour les sociétés américaines de technologies et de biotechnologies. À cette occasion, une délégation française d entrepreneurs, d officiels, de chercheurs et d enseignants vient rencontrer des homologues américains. C est PRIME (pour Paris Region International Mission Enterprise), division de l ARD d Ile de France, qui organise l opération. PRIME a été constitué pour aider les entrepreneurs américains qui désirent s internationaliser à choisir Paris. Leur sont accordées diverses aides, sur le recrutement, voire le choix d un site. Selon Frédéric Leroux, directeur de PRIME, «Paris et la Bay Area sont des leaders dans l innovation et les sciences de la vie, et le partenariat est donc tout naturel». Exemple de réussite, le français ExonHit collabore avec les californiens Affymetrix (aussi installé en région parisienne) et Agilent. HG Biotech.info - Numéro 335 Page 1

2 E N B R E F SGAM Private Equity vient de créer un fonds commun de placement à risque dans le domaine cardiovasculaire, le Specialized European Fund for Therapeutic Innovation. Il réalisera 2 à 4 investissements par an entre 3 et 5 millions d euros dans des entreprises non cotées. SGAM lance aussi une fondation pour soutenir des projets issus des académiques, avec un budget annuel de euros. Selon une évaluation indépendante, le programme écossais «Preuve de concept», destiné à améliorer la commercialisation dans les universités, les centres de recherche et les instituts de santé devrait rapporter plus de 125 millions de livres en valeur ajoutée à l économie de la région. Le plan gouvernemental France Investissement double le montant consenti par la Caisse des Dépôts à 2 milliards d euros sur 6 ans pour renforcer les fonds propres des PME. À la clé, entre autres, investissements dans des fonds de fonds privés, interventions auprès des business angels, augmentations des interventions de coinvestissements. Genzyme va installer une unité de bioproduction à Lyon. Le projet a été mené avec le soutien du Grand Lyon et de l Aderly ainsi que les intervenants du pôle de compétitivité Lyonbiopôle. Actuellement le site de production lyonnais de Genzyme Polyclonals réalise des produits en immunologie. La Commission européenne approuve le dasatinib Sprycel de BMS dans le traitement de la leucémie lymphoïde chronique pour les patients qui présentent une intolérance ou une résistance à d autres thérapies, dont l imatinib Gleevec. a c t u a l i t é s Accord entre Artemis et Merck La société allemande Artemis vient de signer un contrat de recherche avec l américain Merck&Co. dans le domaine de l interférence d ARN, avec à la clé la construction de modèles murins génétiquement modifiés. Ils permettront l analyse fonctionnelle in vivo de gènes liés à des maladies rares. Selon cet accord, dont les modalités financières n ont pas été dévoilées, Merck fournira à Artemis des séquences de short hairpin ARN (shrna) qui correspondent à des gènes murins et jouent aussi un rôle dans des maladies humaines. La société de biotech. utilisera sa technologie propriétaire pour générer à grande échelle ces modèles murins, dans un court délai, de l ordre de 4 mois. Par ailleurs, Artemis a conclu voilà peu un accord de collaboration avec le britannique Haptogen afin de créer des modèles murins génétiquement modifiés, de manière à tester l immunogénicité de molécules en phase d étude pré-clinique. MC H5N1 : Sanofi Pasteur signe avec les États-Unis Sanofi Pasteur vient de conclure un accord avec le ministère américain de la santé sur la fourniture de concentré en vrac d un vaccin pré-pandémique contre le virus H5N1. Ce contrat s élève à 117,9 millions de dollars. Le vaccin, en cours de production, est fabriqué à partir du virus H5N1 de clade 2 (groupe génétique). Les virus de clade 2 ont circulé chez les oiseaux en Chine et en Indonésie avant de se propager vers l ouest pour atteindre l Europe et l Afrique. Les virus de clade 1 ont été repérés en Asie du Sud-Est et sont à l origine des infections humaines survenues dans cette région du monde en 2004 et Sanofi-Aventis, leader européen de l industrie pharmaceutique, a déjà conclu l an dernier plusieurs accords sur des vaccins qui pourraient contribuer à protéger contre la souche grippale H5N1. D une part, avec le gouvernement américain pour un contrat de 100 millions de dollars. D autre part, la société a signé un accord de production de vaccins avec la France ainsi que d autres pays européens. MC E D I T O (suite de la page 1) o u v r i r u n e f i l i a l e a u x é t a t s - u n i s : d u c o n c r e t! les meilleurs si l on souhaite plut ô t o u v r i r u n e f i l i a l e à %. La structure "incorporated" conviendrait mieux. Dans tous les cas de figure, les accords avec la maison mère doivent être clairs, que ce soit pour la trésorerie, les "management fees" ou les transferts de prix. Côté locaux, la sous-location, moins chère, ou la formule "business center" sont à privilégier. Autre idée reçue, il est facile d'engager du personnel aux États-Unis. Certes, il n y a pas de vrai contrat de travail, mais une lettre, ou plusieurs mails peuvent en faire office ; et il n en reste pas moins qu il y a des règles. Et pour rendre un poste attractif, on prévoira des charges salariales de l ordre de 20 à 25 %, ainsi que d'autres avantages. Pour le personnel venant de France, on préférera souvent l expatriation au détachement, car il existe des discontinuités dans les systèmes de retraite. Douglas Glucroft prêche pour la prise en compte des différences culturelles entre la maison mère et la filiale. Jean-François Mouney, P-DG de Genfit et vice-président de France Biotech martèle : «il faut pouvoir construire et conserver l identité globale de l entreprise. Car de véritables hiatus peuvent se produire. L intranet, bien sûr sécurisé, est de rigueur, ainsi que des réunions régulières entre les équipes. Sans jamais oublier de s assurer, et oui, de l honnêteté des cadres dirigeants de la filiale». Sur le plan des brevets, il faut savoir qu à présent, l inventeur, salarié de l entreprise en Europe ou aux États-Unis, doit être rémunéré pour son invention. Il faudra donc respecter ces pratiques, «et ne jamais prendre un inventeur de complaisance», souligne J-F Mouney. Il est aussi nécessaire d avoir des doubles des cahiers de labo dans la filiale ou d'en avoir conformes aux critères américains. "Last but not least", réfléchissez bien à la localisation de votre filiale. Jean- Loup Romet-Lemonne, président d IDM Pharma fait pour sa part une remarque sur ce choix crucial : «si c était à refaire, je m installerais sur la côte Est et non en Californie, en raison du décalage horaire». On voit encore une fois que le Diable est dans ce qu on croit être un détail. Hélène Guyot Page 2 Biotech.info - Numéro 335 -

3 s o c i é t é é m e r g e n t e Avec Life Biosystems, 1+1 = 3 Life Biosystems AG, basée des deux côtés de l Atlantique, rationalise les systèmes d informations des centres de recherche en oncologie. L entreprise vise des partenariats à long terme plus que des interventions ponctuelles. L e Centre de recherche MD Anderson de l'université du Texas, comme de nombreux organismes scientifiques, doit faire face à une avalanche quotidienne de données. Stockées dans des systèmes informatiques hétérogènes en termes de technologies et d architecture, ces données sont difficile à intégrer. L'idéal serait une stratégie globale d évolution et d intégration de ces systèmes. C est à ce stade qu intervient Life Biosystems AG : cette jeune société, qui possède des bureaux à Bâle (Suisse), Heidelberg (Allemagne) et à Houston dans le Texas (États-Unis), se situe sur le créneau porteur de la gestion de l information dans les organismes de recherches en oncologie. Corrélations cachées L entreprise vend plus une expertise qu un produit, mais les créateurs ont malgré tout donné un nom au concept : la plate-forme Systems Oncology TM. La première étape consiste à «cartographier» les flux de données, en considérant chaque unité, chaque département dans son contexte. Vient ensuite l analyse des besoins, aussi bien des chercheurs que des utilisateurs finaux de ce que deviendra ce système capable d organiser les informations reçues. Et c est là tout l intérêt du procédé : en connectant ce que possédait déjà le centre de recherche, et en structurant précisément les questions scientifiques posées, on peut agréger l information et obtenir des résultats supplémentaires en révélant des corrélations cachées. Life Biosystems a été créée en 2004, par Friedrich von Bohlen et Hartmut Voss, deux récidivistes puisqu ils avaient déjà créé en 1997 la société Lion Bioscience AG. Si cette dernière se positionne sur des produits développés et vendus tels quels, Life Biosystems occupe plutôt la niche du sur-mesure. «L équipe multidisciplinaire de Life Biosystems travaille de concert avec des centres de recherche sur le cancer, elle les accompagne dans leurs recherches, de la paillasse au patient», détaille Stephan Brock, qui connaît bien la question puisqu il a travaillé pour les deux entreprises. Actuellement CEO de Life Biosystems, il précise que, dans cette optique de co-développement, l entreprise a noué un partenariat privilégié avec le Centre de recherche MD Anderson. Plus haut, plus loin Mais si Life Biosystems se concentre sur ce créneau à moyen terme, rien ne l empêche, à plus long terme, de «s engager dans d autres programmes avec d autres centres de recherches, aux États-Unis et en Europe». Cette PME, qui compte actuellement 9 salariés, ne limite effectivement pas son champ d action : rémunérée pour son expertise dans le domaine des systèmes d informations appliqués à l oncologie, elle souhaite tirer une autre partie de ses revenus, d ici deux à trois ans, des droits de propriété intellectuelle sur des résultats scientifiques tels des biomarqueurs ou des outils de diagnostic personnalisés, acquis contractuellement dans le contexte d études cliniques exécutées en collaboration avec le Centre MD Anderson et des partenaires industriels. Selon Stephan Brock, l équipe comptera 15 à 20 personnes d ici un an, «médecins, biologistes moléculaires, informaticiens, provenant d horizons très variés, mais tous munis d une expérience très significative dans le domaine des technologies de l information». Pour son activité, comme pour sa rémunération et la composition de son équipe, Life Biosystems joue sur les complémentarités positives. élise poudevigne f i c h e d ' i d e n t i t é Lieu : Bâle (Suisse), Heidelberg (Allemagne), Houston (États-Unis) création : 2004 financement : fonds propres et privés (DH Capital, OH Beteiligungen, Nicolaus Springer, Scientia Inc.) Spécialité : mise en place de stratégies d'intégration des systèmes d'informations en centres de recherche en oncologie effectif : 9 personnes contact : web : E N B R E F Levées de fonds : - L américain Vivus lève 23,6 millions de dollars par vente d actions - Le québécois Aegera lève 210 millions de dollars canadiens (18,3 millions de dollars US) dans un troisième tour - Le milanais Newron prépare une IPO dans les semaines à venir sur le SWX Swiss Exchange. BioAlliance a obtenu de l AFSSAPS une AMM pour le Loramyc, dans le traitement de la candidose oropharyngée chez les patients immunodéprimés. La société parisienne prépare le lancement commercial de ce produit, qui aura normalement lieu début La division BioFocus DPI du belge Galapagos étend son alliance dans la découverte de cibles avec Cystic Fibrosis Foundation Therapeutics. Commencée en avril 2005, la collaboration va continuer 15 mois avec un budget de recherche de euros. Bayer vend sa filiale HC Starck à un consortium d investisseurs formé par Advent International et le groupe Carlyle pour 1,2 milliard d euros. L opération devrait aider à financer la récente acquisition de Schering. L idée serait que Starck entre en bourse d ici 3 à 5 ans. Le programme Adna (pour Avancées diagnostiques pour de nouvelles approches thérapeutiques), coordonné par Mérieux Alliance obtient une aide de 103,5 millions d euros de l Agence de l innovation industrielle. Adna regroupe BioMérieux et Genosafe dans le domaine du diagnostic, et Généthon et Transgene dans le domaine thérapeutique. Le projet s enrichit de plus d une collaboration avec Ipsen en oncologie. Biotech.info - Numéro 335 Page 3

4 A S I E Singapour, nouvel Eldorado pour Singapour a beaucoup misé sur la fabrication et les services. L'île, habituée aux retours sur investissements rapides, a négocié un virage radical, doublé d'un changement de mentalité, pour investir dans les biotech. et la recherche fondamentale. D epuis son indépendance en 1965, Singapour a développé une économie dynamique dont l objectif est d attirer des entreprises multinationales. La possibilité de délocaliser non seulement les sièges sociaux mais également les différents domaines allant de la R&D à la production a séduit. Singapour est devenu une plateforme incontournable dans différents domaines dont l électronique. La ville-état a amorcé depuis quelques années une réorientation de son économie et a misé sur la connaissance et l innovation. Depuis 2000, elle s est donc logiquement tournée vers des secteurs générant une plus grande valeur ajoutée et a placé les biotechnologies et les sciences biomédicales au cœur de sa stratégie de développement. D après une étude réalisée par le service de coopération scientifique de l Ambassade de France à Singapour, la production totale de l industrie des sciences biomédicales singapourienne a atteint les 12 milliards d euros en 2004, dont 80 % provenant de l industrie pharmaceutique. Des idées, des moyens, une forte réactivité «Les premiers laboratoires s installaient à Biopolis seulement 2 ans après la décision de construire cette cité scientifique» D après Anne Bernard, d Ubifrance, différents ingrédients ont concouru au succès de la recette singapourienne : en premier lieu, la constitution de conseils regroupant des sommités scientifiques internationales pour un développement réfléchi des biotechnologies. La situation géographique privilégiée de l île lui a permis de se positionner comme une plate-forme régionale pour l Asie du Sud-Est. Elle met aussi en œuvre une réactivité époustouflante : les décisions sont entérinées rapidement et aussitôt exécutées. Enfin, un atout majeur : l argent! Habitués aux retours sur investissements rapides (2 à 5 ans), les singapouriens ont dû révolutionner leur culture stratégique pour investir dans la recherche fondamentale, et ainsi s adapter aux contraintes inhérentes aux biotech. Des investissements massifs, fruits d une forte volonté gouvernementale, ont donc été réalisés dans la recherche fondamentale mais également dans la recherche appliquée et la création de start-ups qui conduisent au marché. De plus, d exceptionnelles conditions financières et matérielles d implantation ont été aménagées pour attirer les talents étrangers, entreprises et chercheurs. L objectif de doubler le budget public de la recherche d ici 2010 pousse Singapour à lancer des appels au niveau mondial pour faire venir le personnel qualifié nécessaire à son essor. Aux commandes, le ministère du commerce Il n y a pas à Singapour de ministère de la Recherche proprement dit. C est donc le ministère du Commerce et de l Industrie qui, par le biais de différentes instances, est chargé de développer les sciences. Le Conseil du développement économique (EDB) et sa branche dédiée à l investissement, Bio*One Capital, aident à la fois les investisseurs étrangers à lancer les projets, les entreprises locales à se développer ainsi que la création de start-ups. Le Conseil pour les normes, la productivité et l innovation (SPRING) a pour mission de soutenir la productivité et la compétitivité des entreprises singapouriennes. Enfin, l "Agency for Science, Technology And Research" (A*STAR) a été créée en 1991 et est chargée d organiser et de financer la recherche publique. À travers ses missions, A*STAR s est fixé les objectifs de développer le capital humain scientifique, de gérer la propriété industrielle et de faire de Singapour une référence d excellence biomédicale reconnue internationalement. Deux conseils scientifiques, dépendants d A*STAR ont été créés, dont l un est dédié depuis 2000 aux domaines biomédicaux : le Biomedical Research Council (BMRC). Il regroupe des organismes de recherche privés, des instituts de recherche universitaires, ainsi que les facultés, et les hôpitaux. Un maître-mot : stratégie La personne-clé de tout ce système est Philip Yeo, figure emblématique et porteur du projet biotech de Singapour. Ce stratège exécutif exerce de hautes fonctions au sein d'a*star, de Bio*One Capital et d'edb. Il a su s entourer des meilleurs conseillers internationaux pour élaborer une stratégie gagnante en matière de recherches scientifique et technologique dans le secteur biomédical. Page Biotech.info - Numéro 335-

5 B O U R S E les biotech.? Depuis 2000, le professeur Philippe Kourilsky participe au sein du "Biomedical Sciences International Advisory Council" (IAC) au développement des sciences de la vie à Singapour, piloté par Sydney Brener, Prix Nobel de physiologie et médecine en «Il est incroyable de voir ce qu en 5 ans Singapour a été capable de réaliser, souligne le professeur Kourilsky, les premiers laboratoires s installaient dans les locaux de Biopolis seulement 2 ans après la décision de construire cette cité scientifique.» Un capital humain efficace D après le professeur Kourilsky, Singapour a eu l intelligence de faire appel à des spécialistes internationaux pour élaborer sa politique de développement des sciences. Toutes les décisions sont savamment pensées, orchestrées et rien n est laissé au hasard, ce qui explique ces succès. Le professeur Kourilsky, dont l expérience de la recherche et les compétences entrepreneuriales sont mondialement reconnues, a pris la direction de l immunologie à travers le "Singapore Immunulogy Network". Sa mission est de coordonner les différents groupes de recherche impliqués dans cette thématique et de tisser une toile immunologique forte. Singapour, un Eldorado? Oui, en théorie. Mais cette ville-état est partie de zéro. Elle s'est certes inspirée du meilleur des biotech. internationales, mais il lui reste à faire ses preuves et notamment à attendre les premiers succès de ses start-ups. Céline héchard c o o p é r a t i o n f r a n c e - s i n g a p o u r : s a n t é e t b i o t e c h. p r i o r i t a i r e s Le programme scientifique France-Singapour «Merlion» a été lancé en décembre 2005 dans le cadre de la définition d une nouvelle stratégie de coopération. Cette dernière est maintenant en phase de mise en route, 12 projets ont été sélectionnés dont 5 en sciences biomédicales. Le secteur médecine / biotechnologies était parmi les domaines de recherche prioritaires, et plus particulièrement l imagerie médicale, l immunologie, l ingénierie moléculaire et cellulaire, les cellules souches et la délivrance / absorption médicamenteuse. Les évaluateurs français et singapouriens ont retenu la haute qualité scientifique des propositions : 26 projets sur 37 sont classés A1 (excellents) ou A2 (très bons). Plusieurs laboratoires français de premier plan sont impliqués dans «Merlion», leurs projets abordent des sujets aussi variés que les cellules souches, les microsystèmes électromécaniques ou l imagerie médicale. Prochain appel au printemps CH Stallergènes, Transgene, BioAlliance La semaine boursière parisienne, du 20 au 24 novembre, a été très positive pour Stallergènes, Transgene et Bioalliance Pharma. Alors que le titre Stallergènes s envolait sans raison apparente (+17,29 % en début de semaine), les résultats de phase II d un vaccin pour le traitement des lésions pré-cancéreuses du col de l utérus, publiés la semaine dernière par Transgene, poussaient cette semaine le titre vers le haut (+9,5 % cette semaine). L action Transgene a atteint 11,7 euros, son plus haut niveau depuis mai Le titre BioAlliance Pharma poursuit sa croissance et devrait bientôt rejoindre son cours d introduction. À l origine de cette remontée, il y bien sûr la nomination de Nicolas Fellmann, le nouveau directeur financier, mais aussi un regain d intérêt des investisseurs depuis l homologation du premier produit de BioAlliance, le Loramyc. Cette semaine constitue pour l entreprise une véritable rupture avec la forte tendance à la baisse observée de décembre 2005, sa date d introduction sur l Eurolist, à septembre CZ ExonHit Le titre ExonHit a pris 10,4 % jeudi 23 atteignant 5,7 euros après une période boursière difficile, suite notamment aux dernières opérations de refinancement de la société. Le titre a profité des annonces concernant les résultats des recherches d Exonhit menées sur l Alzheimer. L EHT0202, actuellement en phase I, a montré une augmentation significative d un marqueur sanguin dont les propriétés sont liées aux effets de la molécule sur les symptômes et l évolution de la maladie. Cette molécule, qui s oppose à la formation des peptides à l origine de la mort des neurones, devrait entrer en phase II au second semestre ExonHit poursuivra le développement en phase II avant de licencier ce nouveau produit prometteur. CZ I L S B O U G E N T bioalliance Nicolas Fellmann, précédemment directeur trésorerie, fiscalité et audit chez Pfizer, a été nommé directeur financier de Bioalliance. Sanofi- Aventis Marc Cluzel, le vice-président du développement international des affaires scientifiques et médicales, va devenir directeur de la Recherche. Biotech.info - Numéro 335 Page

6 E N B R E F Des chercheurs français ont montré que la réplication du VIH reste possible à l intérieur de certaines cellules du système immunitaire présentes dans les testicules. Ces résultats expliquent la persistance du virus dans le sperme, même après un traitement antirétroviral puissant. («American Journal of Pathology», décembre) Contrairement à ce qu on supposait, une seule cellule souche cardiaque peut donner naissance aux trois types cellulaires majeurs du coeur : muscle cardiaque, muscle lisse et endothélium. Ces cellules souches cardiaques maîtresses ont pour l instant été isolées chez la souris. («Cell» online, 22 novembre) Une thérapie génique expérimentale pour combattre le déficit en alpha- 1 antitrypsine, maladie héréditaire à l origine de dégâts sur les poumons et le foie, a été réalisée avec succès chez des patients suivis par une équipe de l université de Floride. Les premiers résultats sont prometteurs. («Human Gene Therapy» online, 22 novembre). Grâce à une technique de spectroscopie par infrarouges en 2 dimensions, des chercheurs ont suivi le changement conformationnel d un peptide en direct. La technique permet de visualiser les modifications dans les liaisons hydrogène. («Nature», 23 novembre) En recréant les conditions de sa croissance chez ses hôtes mammifères et en étudiant son protéome, des chercheurs ont mieux compris le développement de l agent de la peste Yersinia pestis. Ils ont identifié 176 protéines dont le nombre chute ou augmente en fonction de la virulence de la maladie. («Journal of Proteome Research», décembre) t e c h n o l o g i e Valoriser la bagasse de canne à sucre pour l industrie papetière La bagasse, déchet de l industrie sucrière, peut être recyclée comme matière première pour la fabrication de papier à l aide d un procédé biologique. L a bagasse de canne à sucre est déjà utilisée comme source de fibres papetières dans les pays producteurs, en Inde et en Amérique du Sud, où elle concerne 20 % du papier produit. La filière absorbe 10 % de la production mondiale de bagasse de canne à sucre et comporte plusieurs avantages : la plante croît rapidement, constitue une culture répandue, et le traitement de la bagasse est moins vorace en énergie que celui des fibres papetières «classiques». Les industriels du papier se tournent vers d autres matières premières que le bois en raison notamment de la réduction des ressources forestières. La pâte doit cependant subir les étapes de délignification et de blanchiment afin d obtenir un papier résistant et durable. Un champignon pour détruire la lignine Mais les technologies classiques sont souvent néfastes pour l environnement. L Institut de recherche pour le développement (IRD) et l Inra ont mis au point un procédé qui permet de produire une enzyme délignifiante, la laccase, à partir d un champignon filamenteux, et de recycler la bagasse de canne à sucre, important déchet de l industrie sucrière : pour une tonne de sucre raffiné, deux tonnes de bagasse sont produites. Le procédé repose sur les caractéristiques métaboliques du champignon, Pycnoporus cinnabarinus, qui produit naturellement de la laccase. L enzyme détruit la lignine contenue dans les fibres de la bagasse, la transformant ainsi, après raffinage mécanique, en pâte à papier. À mesure que la lignine disparaît, la pâte blanchit. Elle peut être utilisée en l état pour la fabrication de carton mais doit subir un traitement supplémentaire à base de peroxyde d hydrogène pour aboutir à un papier d impression et d écriture. Le champignon synthétise naturellement peu de laccase lorsqu il croît sur la bagasse. Il est nécessaire d ajouter des composés volatils pour accroître la production de l enzyme. L éthanol a été choisi en raison de son abondance, de son absence de toxicité et de son faible coût. Les chercheurs ont montré que si l on introduit ce composé par convection dans le système, à raison de 7 grammes par mètre cube, on obtient une production maximale de laccase soit 90 unités par gramme de bagasse sèche. C'est 45 fois la production réalisée sans éthanol. Par ailleurs, l éthanol introduit est peu consommé par le champignon et peut donc être recyclé ou éliminé dans un second système associé. conjuguer rentabilité et environnement Les essais de fermentation ont été repris à plus grande échelle dans un bioréacteur de 18 litres et ont confirmé l efficacité de la production de l enzyme, en présence de bagasse et d éthanol : unités par kilo de bagasse sèche après 30 jours soit la quantité nécessaire pour traiter, sans apport de champignon, 4 kilos supplémentaires de bagasse. Le bioprocédé apporte une économie de 50 % de la consommation d énergie requise pour le raffinage de la pâte à papier par rapport à l approche non biologique. Les propriétés mécaniques du papier, résistance à la traction et au déchirement, ont été améliorées de 35 % sans perte appréciable de matière. Ces résultats soulignent le potentiel d applications de la technologie dans le secteur papier. La laccase peut aussi être récupérée en fin de cycle, après lavage et pressage de la bagasse. Cette propriété permet de traiter des quantités supplémentaires de substrat et d augmenter la rentabilité de l opération. Le procédé peut également être adapté au traitement d autres matières premières comme le bois ou les céréales. On peut aussi penser à utiliser le méthanol comme inducteur de laccase. Cette approche permettrait, cerise sur le gâteau, de recycler cet alcool qui est un des principaux polluants issus de l industrie papetière. HéLèNE guyot Page 6 Biotech.info - Numéro 335 -

7 t e c h n o l o g i e Variabilité génétique interhumaine «L ADN de deux hommes choisis au hasard est identique à 99,9 %». Faux, rétorque une équipe internationale de scientifiques. Les chercheurs ont construit une carte de variation structurelle du génome à partir de l ADN de 270 personnes asiatiques, africaines et européennes. Avec de nouvelles méthodes expérimentales et algorithmiques, ils ont analysé les "copy number variants". Ces variations dans le nombre de copies d un même segment d ADN peuvent fortement influencer l activité des gènes. Or, l équipe les a détectées pour plus de 10 % des gènes humains, et 6 à 19 % de n importe quel chromosome. Jusqu alors, on évaluait les variations génétiques à l aune des SNP, modifications ponctuelles d un seul nucléotide. L'équipe a à nouveau comparé les deux séquences connues du génome humain : celle de Celera Genomics et celle du consortium public Human Genome Project. Les chercheurs trouvé des milliers de différences, prises pour des erreurs par leurs prédécesseurs. Alors que l on s approche de la médecine personnalisée, ces résultats remettent en question nombre d études qui se basent sur des modifications génétiques ponctuelles. («Nature», «Nature Genetics» online, «Genome Research», 23 novembre) GM L'ARN polymérase en pleine action Des chercheurs du CNRS, des universités de Paris VI et VII, et de Rutgers, aux États- Unis, ont réussi à visualiser les débuts de la transcription de l ADN en ARNm par une ARN polymérase chez E. coli. En combinant des techniques de biochimie et de physique, ils ont compris comment l ARN polymérase parvient à se décrocher du promoteur auquel elle s est liée pour amorcer son déplacement sur le brin d ADN qu elle est en train de décoder. Bloquée sur le promoteur, l enzyme parvient à tirer en elle de l ADN. Elle le tord et le comprime comme s il s agissait d un ressort. De cette manière, le complexe enzyme-adn accumule de l énergie qui propulse ensuite l enzyme hors du promoteur et la libère pour se déplacer le long du fragment d ADN. C est une découverte importante car c est à l instant où elle est coincée sur le promoteur que l enzyme est la plus vulnérable. Un mécanisme semblable pourrait bien exister pour l ARN polymérase humaine. («Science», 17 novembre) GM Vers un blé plus nutritif Des biologistes viennent de cloner un gène du blé sauvage qui augmente de 10 à 15 % le contenu en protéines, zinc et fer des grains. Baptisé GPC-1, ce gène accélère aussi la maturation des grains. La découverte a été validée par la création de lignées génétiquement modifiées par l interférence par ARN. Ce gène pourra être introduit dans les variétés commerciales pour en augmenter la valeur nutritionnelle. Selon l OMS, 160 millions d enfants ont besoin de suppléments protéiniques et 2 milliards de personnes souffrent de déficits en fer et en zinc. («Science», 24 novembre) GM En route vers la «chronothérapeutique» Prendre en compte les rythmes biologiques au sein d un traitement personnalisé du cancer, tel est l objectif du projet européen Tempo, «Génomique temporelle pour l individualisation de la chronothérapeutique». Coordonné par l Unité Inserm 776 «rythmes biologiques et cancer» (Villejuif), Tempo va s attacher dans les 3 ans qui viennent à identifier les interactions entre le métabolisme des médicaments anticancéreux et la prolifération cellulaire contrôlée par le système circadien. À l issue de cette période, des schémas d administration pour 2 classes de médicaments indiquées dans le traitement de plusieurs cancers auront été identifiés à partir des profils d expression des gènes des patients. En adaptant l administration des traitements à l horloge circadienne des patients, les chercheurs pensent limiter les effets secondaires et augmenter l efficacité des médicaments. Des équipes de l Inserm, de l Inria, du CNRS, et du "Consorzio Interuniversitario per la Bio-oncologia" (Chieti, Italie) ainsi que quatre PME - le français HeliosBioSciences, l italien Aprilia-Latina, le britannique Physiomics PLC et Inserm-Transfert - sont impliqués dans ce projet. SC E N B R E F Chez la souris, la perte de l enzyme ERAAP peut affecter la reconnaissance des antigènes par le système immunitaire. Les chercheurs suggèrent que l inhibition de cette enzyme dans les tumeurs permettrait au système immunitaire de se débarrasser plus efficacement des cellules cancéreuses. («Nature Immunology», 26 novembre) Une nouvelle méthode pour capturer sélectivement les plasmides bactériens, de manière à ce qu ils soient séquencés, vient d être mise au point. Les chercheurs l ont testée sur l écosystème bactérien qui occupe l intestin humain. Ils ont découvert des plasmides contenant des gènes connus et inconnus. («Nature Methods», janvier) À en croire une revue à paraître le 1 er janvier prochain dans le journal «Cancer», la chimiothérapie affecte aussi le cerveau. Les régions cérébrales associées à la mémoire, à l analyse et à d autres fonctions cognitives sont significativement plus petites chez les patientes souffrant de cancer du sein et traitées par chimiothérapie que chez celles qui ne le sont pas. Mais ces différences disparaissent après 4 ans. Une étude de la pharmacocinétique de l artésunate, un dérivé de l artémisinine, montre que ce médicament contre le paludisme devrait être délivré sous forme de suppositoires. («PLoS Medicine», 27 novembre) Avant de métastaser, les tumeurs primaires préparent les poumons pour l invasion. Elles induisent des facteurs qui guident la migration des cellules tumorales et inflammatoires. («Nature Cell Biology», décembre) Biotech.info - Numéro 335 Page 7

8 r e n d e z - v o u s l e s l i e n s d e l a s e m a i n e Le 4 décembre, se déroulera au CRITT Chimie Environnement (3 rue de Brissac, Paris IV e ) une matinale sur le thème du «transfert de technologie dans le secteur de la santé». La rencontre aura lieu de 10 heures à midi. Réservation au + 33 (0) Du 4 au 6 décembre, se tiendra l European Antibody Congress 2006 à l hôtel Sofitel de Bellecour, à Lyon. Efficacité au programme pour ce congrès à la mode anglo-saxonne. Renseignements : com/2006/antibody Les 7 et 8 décembre, venez assister au Sommet paneuropéen sur la propriété intellectuelle, IP2006, à Bruxelles, avec un éclairage particulier sur le Japon. Renseignements et inscriptions : Les 8 et 9 décembre, soyez prêts pour la 20 e édition du Téléthon. Cette année la couleur jaune, «emblème de la La 20 e édition du Téléthon aura lieu les 8 et 9 décembre. Son site constitue le fidèle reflet des manifestations qui émaillent le territoire. Foisonnant, dynamique, humain, il permet à chacun, selon son savoir et ses possibilités, de participer, de promouvoir, de s informer. Un petit bémol cependant : malgré quelques témoignages de scientifiques, il est difficile de comprendre à quoi servent les dons concrètement. Pour ce faire, mieux vaut visiter le site de l Association française contre les myopathies, très complémentaire : EP générosité», devrait dominer la manifestation. Le 15 décembre, cycle de conférences à l Institut Albert Bonniot et au CHU de Grenoble sur «L innovation en protéomique - Les nouvelles technologies pour la recherche en cancérologie». Cette manifestation est organisée dans le cadre du Cancéropôle LARA. Inscritions obligatoires au + 33 (0) ou écrire à Du 5 au 7 mars 2007 Bio-Europe Spring aura lieu à Milan. Renseignements : Du 11 au 14 mars, Biovision se tiendra à Lyon. Renseignements : Du 12 au 14 mars, Biosquare 2007 à Lyon. Renseignements : Biotech.Info est incubé à Paris Biotech Santé Je souhaite recevoir Biotech.info Je m abonne pour : 1 an : 44 numéros au prix de 600 TTC * 6 mois : 22 numéros au prix de 320 TTC* Tarif spécial Recherche Publique - Universitaire 1 an : 44 numéros au prix de 370 TTC* Je joins le paiement correspondant par chèque à l ordre de BiotechInfo diffusion (Merci de m envoyer une facture acquittée) Je préfère régler à réception de facture. É T U D E Dépenses de R&D : pharma et biotech. bonnes élèves Le ministère britannique du Commerce et de l Industrie ("Department of Trade and Industry") a publié le 30 octobre dernier le panorama des entreprises mondiales dotées de budgets R&D supérieurs à 30 millions d euros : chaque année, cette étude aboutit à un classement des dépenses de R&D par entreprise et cette année, 12 "big pharma" figurent parmi les 50 premiers. Ainsi Pfizer arrive deuxième, Johnson & Johnson passe du quatorzième au septième rang avec un progression de 21 % de son budget R&D, puis viennent GSK (10 e ), Novartis (13 e ), Sanofi- Aventis (16 e ), Roche (19 e ), Merck (21 e ), Astra-Zeneca (28 e ), Eli Lilly (32 e ), Wyeth (36 e ), Bristol Myers Squibb (37 e )et Amgen (45 e ). Parmi ces 12 entreprises, 9 ont choisi d augmenter leurs dépenses de R&D, qui s élèvent en moyenne à 12 % de plus qu en Seules Pfizer, Merck et Astra-Zeneca ont un peu freiné la R&D, respectivement de -3, -4 et -11 %. En ce qui concerne la part de CA dédiée à la R&D, les entreprises de biotech. de santé raflent tous les prix : Biogen Idec remporte la palme avec 30,9 %, suivi de près par Celgene (27,8 %) et Actelion (25,8 %). À noter : 82 % des dépenses de R&D compilées dans cette étude proviennent d entreprises basées aux États-Unis, au Japon, en Allemagne, en France et au Royaume-Uni. Le secteur de la pharmacie, avec celui des logiciels est celui, parmi les cinq secteurs dominants, qui a enregistré la progression la plus importante de ses dépenses annuelles de R&D, de l ordre de 8,30 %. EP Une publication de BiotechInfo Diffusion Sarl Rédaction : 24, rue du Faubourg-Saint-Jacques Paris Tél. : Rédactrice en chef : Hélène Guyot - ou Secrétaire de rédaction : Elise Poudevigne Service abonnements et commercial : Rédactrice spécialisée : Hélène Rochereuil Prix de l abonnement France 2006 : - 1 an (44 numéros) : 600 TTC, - 6 mois (22 numéros) : 320 TTC (TVA 2,10 %). Etranger : nous consulter BiotechInfo Diffusion Sarl. Gérante : Hélène Guyot - Dépôt légal 3 e trimestre Editeur : BiotechInfo Diffusion Sarl (principale actionnaire : Hélène Guyot). Siège social : 24, rue du Faubourg Saint Jacques Paris. Sarl au capital de euros RCS Paris. Directrice de la publication : Hélène Guyot. Imprimé par Dupli-Print, 2, rue Descartes Domont. Commission Paritaire des Publications et Agences de Presse : 0601 I N ISSN : Toute reproduction intégrale ou partielle des pages publiées dans la présente publication est strictement interdite sans l autorisation de l éditeur, sauf dans les cas prévus par l article L.1225 du code de la propriété intellectuelle. Il en est de même pour la traduction, l adaptation et la reproduction sur tous les supports, y compris électroniques. Bulletin d abonnement professionnel à renvoyer à : BiotechInfo - 24, rue du Faubourg-Saint-Jacques PARIS Société... Nom... Prénom... Fonction... Service... Adresse... (Précisez B.P. et cedex s il y a lieu)... Ville... CODE POSTAL ... Tél. ( ) Fax ( ) 2CBT *TVA 2,1% Offre valable en France métropolitaine jusqu au 31/12/2006. Les informations demandées ici sont indispensables au traitement de votre abonnement. Conformément à la loi «Informatique et Libertés» du 6/01/78, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier et vous opposer à leur transmission éventuelle en écrivant au Service Diffusion. L imputation des frais d abonnement au budget de formation permanente de votre entreprise est possible sous réserve des conditions édictées par la circulaire 471 du 17/08/1989 dont, sur demande, une copie peut être mise à votre disposition.

GLOBAL CARE Initiative : un lancement international réussi lors de BIO-Europe 2013

GLOBAL CARE Initiative : un lancement international réussi lors de BIO-Europe 2013 dvvxcvcxvdfvcs GLOBAL CARE Initiative : un lancement international réussi lors de BIO-Europe 2013 Le projet GLOBAL CARE Initiative (The Global Partnering Research Initiative of the Carnot Human Health

Plus en détail

- 2 - faire industriel dans la mise au point des produits biologiques. L Institut Roche de Recherche et Médecine Translationnelle (IRRMT, basé à

- 2 - faire industriel dans la mise au point des produits biologiques. L Institut Roche de Recherche et Médecine Translationnelle (IRRMT, basé à Information presse Roche, l Agence Nationale de Recherches sur le Sida et les hépatites virales (ANRS), le Baylor Research Institute (BRI) et Inserm Transfert mettent en place une coopération stratégique

Plus en détail

Biopôle de Gerland. Présentation des projets

Biopôle de Gerland. Présentation des projets Biopôle de Gerland Présentation des projets Une économie lyonnaise tirée par des filières prioritaires et le développement de grands sites économiques Une stratégie de développement économique offensive

Plus en détail

Synthèse d activités 2014 www.genethon.fr

Synthèse d activités 2014 www.genethon.fr Synthèse d activités 2014 www.genethon.fr Missions Généthon a pour mission la conception, le développement préclinique et clinique ainsi que la production de médicaments de thérapie génique pour les maladies

Plus en détail

GUSTAVE ROUSSY / ASTRAZENECA

GUSTAVE ROUSSY / ASTRAZENECA DOSSIER DE PRESSE GUSTAVE ROUSSY / ASTRAZENECA Une alliance au service des patients CONTACTS PRESSE : Véronique Simon 01.45.03.56.58 / 06.68.86.32.30 / v.simon@ljcom.net GUSTAVE ROUSSY Christine Lascombe

Plus en détail

Développement de proteines thérapeutiques et d'anticorps monoclonaux des phases R&D à la production de lots cliniques

Développement de proteines thérapeutiques et d'anticorps monoclonaux des phases R&D à la production de lots cliniques Développement de proteines thérapeutiques et d'anticorps monoclonaux des phases R&D à la production de lots cliniques Les Services de Recherche et de Production de Protéines Recombinantes Chaque programme

Plus en détail

Fiche prospective Australie deuxième semestre 2011

Fiche prospective Australie deuxième semestre 2011 Fiche prospective Australie deuxième semestre 2011 Pays : Secteur/créneau/marché porteur : AUSTRALIE SECTEUR BIOTECHNOLOGIE Développement / explications du secteur choisi Aspects généraux : Avec plus de

Plus en détail

Ingénierie, Développement et Production de protéines thérapeutiques. Dr Tristan Rousselle co fondateur & PDG

Ingénierie, Développement et Production de protéines thérapeutiques. Dr Tristan Rousselle co fondateur & PDG Ingénierie, Développement et Production de protéines thérapeutiques Dr Tristan Rousselle co fondateur & PDG 13 Février 2009 La révolution des biomédicaments dans l industrie pharmaceutique Les biotechnologies

Plus en détail

L entreprise vise le développement de ses candidats médicaments de la phase préclinique jusqu aux essais cliniques de phase II.

L entreprise vise le développement de ses candidats médicaments de la phase préclinique jusqu aux essais cliniques de phase II. Ecrins Therapeutics est une entreprise de biotechnologie centrée sur la découverte et le développement de nouvelles petites molécules pour la thérapie contre le cancer. L entreprise vise le développement

Plus en détail

Avis de l Académie des technologies sur le financement des start-up de biotechnologies pharma

Avis de l Académie des technologies sur le financement des start-up de biotechnologies pharma Avis de l Académie des technologies sur le financement des start-up de biotechnologies pharma La chaîne du financement des start-up biotech pharma ne fonctionne plus en France car l absence de relais suffisants

Plus en détail

Besoins d innovation et attente des entreprises

Besoins d innovation et attente des entreprises Besoins d innovation et attente des entreprises ExonHit Therapeutics Fabien Rouet Directeur Système d information/bioinformatique France/US fabien.rouet@exonhit.com http://www.linkedin.com/in/fabienrouet

Plus en détail

PRESENTATION GENERALE. 06 Janvier 2014, Lyon

PRESENTATION GENERALE. 06 Janvier 2014, Lyon PRESENTATION GENERALE 06 Janvier 2014, Lyon CONTEXTE GENERAL DES ANTICORPS EN FRANCE MABDESIGN CONCLUSION PRÉSENTATION GÉNÉRALE CONTEXTE GENERAL DES ANTICORPS EN FRANCE Un écosystème de l anticorps riche

Plus en détail

L INSTITUT DE RECHERCHE EN

L INSTITUT DE RECHERCHE EN 1 L INSTITUT DE RECHERCHE EN IMMUNOLOGIE ET EN CANCÉROLOGIE COMMERCIALISATION DE LA RECHERCHE VISION Être un centre reconnu internationalement pour ses activités de maximisation de la valeur de la recherche

Plus en détail

La situation du cancer, quelques chiffres clés. La recherche avance, la vie progresse.

La situation du cancer, quelques chiffres clés. La recherche avance, la vie progresse. La situation du cancer, quelques chiffres clés Les candidats médicaments 375 composés en phase II, III Les classes thérapeutiques à large spectre restent privilégiées (56%) Mais l innovation se trouve

Plus en détail

Genopole Siège Campus 1 - Bâtiment Genavenir 8 5, rue Henri Desbruères F-91030 Evry cedex T. +33 1 60 87 83 00 - F.

Genopole Siège Campus 1 - Bâtiment Genavenir 8 5, rue Henri Desbruères F-91030 Evry cedex T. +33 1 60 87 83 00 - F. Annuaire Genopole Mars 2007 G opole Genopole Siège Campus 1 - Bâtiment Genavenir 8, rue Henri Desbruères F-91030 Evry cedex T. +33 1 60 87 83 00 - F. +33 1 60 87 83 01 prénom.nom@genopole.fr 2 Réussir

Plus en détail

LA PRODUCTIVITÉ DE LA R&D EST EN DÉCROISSANCE

LA PRODUCTIVITÉ DE LA R&D EST EN DÉCROISSANCE Diane Gosselin, Pdg Réunion annuelle du Réseau des centres d excellence - 12 février 2013 LA PRODUCTIVITÉ DE LA R&D EST EN DÉCROISSANCE L INNOVATION OUVERTE DANS LE NOUVEAU MODÈLE D AFFAIRES DE l INDUSTRIE

Plus en détail

Résultats annuels 2014 conformes au développement soutenu de la société

Résultats annuels 2014 conformes au développement soutenu de la société Communiqué de presse 10 mars 2015 GÉNOMIQUE TESTS DE DIAGNOSTIC GÉNÉTIQUE R&D Résultats annuels 2014 conformes au développement soutenu de la société Revenus de l activité à 4,9 M Charges opérationnelles

Plus en détail

PHARMACIEN POLYTECHNICIEN SCIENCES CHIMIQUES VERSUS DE LA SANTÉ SCIENCES BIOLOGIQUES?

PHARMACIEN POLYTECHNICIEN SCIENCES CHIMIQUES VERSUS DE LA SANTÉ SCIENCES BIOLOGIQUES? PHARMACIEN POLYTECHNICIEN DE LA SANTÉ SCIENCES CHIMIQUES VERSUS SCIENCES BIOLOGIQUES? Professeur Pascale Cohen Professeur Marc Leborgne ISPB-Pharmacie Université Lyon I Quelle est la place actuelle de

Plus en détail

La protection de l activité inventive comme préalable aux investissements dans la recherche

La protection de l activité inventive comme préalable aux investissements dans la recherche Brevets et recherche Déclaration commune de l Académie suisse des sciences médicales (ASSM), de l'académie suisse des sciences naturelles (ASSN) et de l Association des entreprises pharmaceutiques suisses

Plus en détail

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Le Plan s inscrit dans le défi santé/bien-être de l Agenda stratégique pour la recherche, le transfert et l innovation (France Europe 2020).

Plus en détail

Le cancer cet ennemi commun

Le cancer cet ennemi commun Le cancer cet ennemi commun En France, 360 000 nouveaux cas par an. 1 homme sur 2 et 1 femme sur 3 touchés au cours de leur vie. en Languedoc-Roussillon, ICI il tue 20 personnes par jour. www.icm.unicancer.fr

Plus en détail

IntegraGen Résultats annuels 2012

IntegraGen Résultats annuels 2012 Clinical Genomics Experts COMMUNIQUE DE PRESSE - DIFFUSION IMMEDIATE IntegraGen Résultats annuels 2012 Croissance du chiffre d affaires marquée par une hausse de 15% des commandes Premières ventes du test

Plus en détail

MISSION PARTENARIALE IMMUNOLOGIE - VACCINATION & INFECTIOLOGIE A l occasion de BIOPHARM AMERICA 2015 BOSTON, ETATS-UNIS 14 au 18 septembre 2015

MISSION PARTENARIALE IMMUNOLOGIE - VACCINATION & INFECTIOLOGIE A l occasion de BIOPHARM AMERICA 2015 BOSTON, ETATS-UNIS 14 au 18 septembre 2015 SAVE THE DATE! MISSION PARTENARIALE IMMUNOLOGIE - VACCINATION & INFECTIOLOGIE A l occasion de BIOPHARM AMERICA 2015 BOSTON, ETATS-UNIS 14 au 18 2015 BioPharm America est le plus grand événement de partenariats

Plus en détail

Projets libres de Recherche «Biologie et Sciences du Cancer»

Projets libres de Recherche «Biologie et Sciences du Cancer» Appel à projets 2015 Projets libres de Recherche «Biologie et Sciences du Cancer» Action 13.1 Attention sélection des projets en deux étapes : 1. Lettre d intention : 12 novembre 2014 2. Dossier présélectionné

Plus en détail

Transformer sanofi-aventis en Leader Global de la Santé. Conférence de Presse 11 Février 2009

Transformer sanofi-aventis en Leader Global de la Santé. Conférence de Presse 11 Février 2009 Transformer sanofi-aventis en Leader Global de la Santé Conférence de Presse 11 Février 2009 1 Déclarations prospectives Ce communiqué contient des déclarations prospectives (au sens du U.S. Private Securities

Plus en détail

LES INDUSTRIES FRANÇAISES DE SANTÉ. Un secteur stratégique au service de la santé des Français et de l économie nationale

LES INDUSTRIES FRANÇAISES DE SANTÉ. Un secteur stratégique au service de la santé des Français et de l économie nationale LES INDUSTRIES FRANÇAISES DE SANTÉ Un secteur stratégique au service de la santé des Français et de l économie nationale Le G5 santé Un cercle de réflexion qui rassemble les principales entreprises françaises

Plus en détail

Master Développement et Immunologie

Master Développement et Immunologie Master Développement et Immunologie MASTER 2 PROFESSIONNALISANT EN IMMUNOLOGIE Le Master 2 Professionnalisant en Immunologie propose aux étudiants des filières scientifiques et médicales une formation

Plus en détail

Hiver 2013. Tests associés... Comment savoir s ils sont sécuritaires et efficaces?

Hiver 2013. Tests associés... Comment savoir s ils sont sécuritaires et efficaces? Hiver 2013 Tests associés... Comment savoir s ils sont sécuritaires et efficaces? Tests associés... Comment savoir s ils sont sécuritaires et efficaces? Notre article précédent, Médecines personnalisées,

Plus en détail

Communiqué de Presse Press Release

Communiqué de Presse Press Release GENFIT : RESULTATS DU PREMIER SEMESTRE www.genfit.com ACCROISSEMENT DES EFFORTS DE RECHERCHE INTERNE ET PROGRESSION DES RESULTATS CLINIQUES LIES AU GFT505 CONSOMMATION DE TRESORERIE MAITRISEE PERSPECTIVES

Plus en détail

Appel à projets 2010

Appel à projets 2010 Appel à projets 2010 Formation entrepreneuriale et accélérateur de développement aux États-unis Le contexte : un besoin, des ressources Le programme NETVA est une initiative nouvelle développée par la

Plus en détail

EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER...

EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER... EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER... SIMPLIFIER ET ACCÉLÉRER LA RÉALISATION DE VOS PROJETS WWW.BUSINESSFRANCE.FR CHIFFRES-CLÉS 1 500 collaborateurs expérimentés à votre écoute et prêts à se mobiliser

Plus en détail

Signature de 7 contrats de licences dans le domaine du vaccin. Perspectives prometteuses dans la production d anticorps anti-cancers sur EBx

Signature de 7 contrats de licences dans le domaine du vaccin. Perspectives prometteuses dans la production d anticorps anti-cancers sur EBx Communiqué de Presse Résultats du 1 er semestre conformes aux objectifs et à la stratégie de VIVALIS Signature de 7 contrats de licences dans le domaine du vaccin Perspectives prometteuses dans la production

Plus en détail

Présentation de la Note d analyse «Renforcer l amorçage» par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

Présentation de la Note d analyse «Renforcer l amorçage» par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Paris, le 27 février 2012 Présentation de la Note d analyse «Renforcer l amorçage» Lundi 27 février 2012 par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Seul le prononcé fait foi

Plus en détail

+ La génomique et ses applications Quel usage et quel usager? Jorge Niosi (UQAM) Bryn Williams-Jones (UdeM)

+ La génomique et ses applications Quel usage et quel usager? Jorge Niosi (UQAM) Bryn Williams-Jones (UdeM) + La génomique et ses applications Quel usage et quel usager? Jorge Niosi (UQAM) Bryn Williams-Jones (UdeM) + La «génomique» 2 Le terme est apparu dans les années 1980 pour décrire l étude du génome entier

Plus en détail

STARTUPS. Le guide pour les investisseurs

STARTUPS. Le guide pour les investisseurs STARTUPS Le guide pour les investisseurs 2016 2 Le guide pour les investisseurs 2016 Vous souhaitez diversifier votre patrimoine? Vous êtes soucieux du choix de vos placements? Vous êtes avant tout motivés

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, le 12 décembre 2009

Communiqué de presse. Bâle, le 12 décembre 2009 Communiqué de presse Bâle, le 12 décembre 2009 Meilleures chances de guérison pour les patientes souffrant de cancer du sein HER2- positif de stade précoce lorsqu elles reçoivent Herceptin pendant un an

Plus en détail

ENSEIGNEMENTS ET SÉMINAIRES

ENSEIGNEMENTS ET SÉMINAIRES CHAIRE ESSEC-AVENTIS ÉTHIQUE & BIOTECHNOLOGIES Dans un marché comme celui du médicament où les clients sont d abord des patients, les biotechnologies sont appelées à répondre à un double défi, à la fois

Plus en détail

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail

État des lieux des biotech en France vision macroéconomique Pierre-Yves Arnoux

État des lieux des biotech en France vision macroéconomique Pierre-Yves Arnoux État des lieux des biotech en France vision macroéconomique Pierre-Yves Arnoux Leem Direction des Affaires scientifiques pharmaceutiques et médicales 11 décembre 2008 Le plan d études du Leem Les segments

Plus en détail

Tutoriel pour les enseignants de lycée. Rappel du contenu des programmes au lycée en classe de seconde

Tutoriel pour les enseignants de lycée. Rappel du contenu des programmes au lycée en classe de seconde Tutoriel pour les enseignants de lycée Ce document sert à l enseignant pour préparer différentes séquences pédagogiques afin d aborder : les questions de la génétique, des maladies génétiques, et les métiers

Plus en détail

Acquisition visant à renforcer significativement notre position dans le secteur des produits de santé grand public

Acquisition visant à renforcer significativement notre position dans le secteur des produits de santé grand public Communiqué de presse Bayer SAS 16 rue Jean-Marie Leclair CS 90106 69266 LYON 09 France Tél. : +33.4.72.85.43.21 www.bayer.fr Acquisition visant à renforcer significativement notre position dans le secteur

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, 5 mars 2015

Communiqué de presse Paris, 5 mars 2015 Ne pas diffuser, publier ou distribuer, directement ou indirectement, aux États-Unis, au Canada, en Australie ou au Japon Communiqué de presse Paris, 5 mars 2015 Solairedirect enregistre son document de

Plus en détail

Your partner for the development of biotherapeutics from early stage R&D up to cgmp manufacturing

Your partner for the development of biotherapeutics from early stage R&D up to cgmp manufacturing Your partner for the development of biotherapeutics from early stage R&D up to cgmp manufacturing Journée du Doctorant MINATEC Laurent Saccucci, Coordinateur de projets Delphine Pau, DRH Mars 2009 Notre

Plus en détail

Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010

Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010 Parc d Innovation d Illkirch, France, le 10 mars 2010 Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010 Transgene (Euronext

Plus en détail

Plan DÉFI Biotech Santé. 31 janvier 2012

Plan DÉFI Biotech Santé. 31 janvier 2012 Plan DÉFI Biotech Santé 31 janvier 2012 1 Présentation du plan DEFI Biotech Santé Pour les PME du secteur Biotechnologies Santé en Île-de-France Pierre-Antoine Gailly Président de la Chambre de Commerce

Plus en détail

Manifeste pour une politique de l innovation industrielle dans les sciences de la vie

Manifeste pour une politique de l innovation industrielle dans les sciences de la vie Présidentielle 2012 Manifeste pour une politique de l innovation industrielle dans les sciences de la vie L innovation : moteur de l économie et de la compétitivité Nationale LES PROPOSITIONS DES ACTEURS

Plus en détail

Vous souhaitez monter un projet : Medicen Paris Region répond à toutes vos questions 30 SEPTEMBRE 2010. Cluster and project funding partners

Vous souhaitez monter un projet : Medicen Paris Region répond à toutes vos questions 30 SEPTEMBRE 2010. Cluster and project funding partners Vous souhaitez monter un projet : Medicen Paris Region répond à toutes vos questions 30 SEPTEMBRE 2010 Cluster and project funding partners Association avec 170 Adhérents Grands groupes: Sanofi-aventis

Plus en détail

MEDIAN Technologies annonce un placement privé de 19,8 M au prix de 12 par action

MEDIAN Technologies annonce un placement privé de 19,8 M au prix de 12 par action Communiqué de Presse MEDIAN Technologies annonce un placement privé de 19,8 M au prix de 12 par action Investissement conduit par Abingworth, un investisseur de renommée mondiale dans le domaine des sciences

Plus en détail

Le cluster de biotechnologies en Ile de France et les relations firmes / recherche publique

Le cluster de biotechnologies en Ile de France et les relations firmes / recherche publique Le cluster de biotechnologies en Ile de France et les relations firmes / recherche publique Sabine Ferrand-Nagel ADIS groupe GSI Faculté Jean Monnet / Université Paris sud XI SFN - ADIS groupe GSI 1 Présentation

Plus en détail

Initiative de recherche clinique précoce au Québec: une opportunité à saisir.

Initiative de recherche clinique précoce au Québec: une opportunité à saisir. Initiative de recherche clinique précoce au Québec: une opportunité à saisir. 1 er Forum sur le médicament Jacques Turgeon, B.Pharm., Ph.D., Membre Académie canadienne des sciences de la santé, Membre

Plus en détail

Mise à disposition du rapport financier annuel 2014 Point sur l activité du 1 er trimestre 2015

Mise à disposition du rapport financier annuel 2014 Point sur l activité du 1 er trimestre 2015 Communiqué de presse Paris, le 22 avril 2015 Mise à disposition du rapport financier annuel 2014 Point sur l activité du 1 er trimestre 2015 Quantum Genomics (Alternext - FR0011648971 - ALQGC), société

Plus en détail

Roche annonce ses plans pour la mise en œuvre de l initiative «Operational Excellence»

Roche annonce ses plans pour la mise en œuvre de l initiative «Operational Excellence» Communiqué de presse Bâle, le 17 novembre 2010 Roche annonce ses plans pour la mise en œuvre de l initiative «Operational Excellence» Renforcement de la capacité d innovation et du succès durable de l

Plus en détail

Cristalliser la réflexion dans la santé

Cristalliser la réflexion dans la santé Cristalliser la réflexion dans la santé BIOMERIEUX GUERBET IPSEN LFB PIERRE FABRE SANOFI SERVIER STALLERGENES LES LABORATOIRES THEA www.g5.asso.fr Le G5 Santé est l association des entreprises françaises

Plus en détail

Panorama 2007 / 2008 des biotechnologies de France Biotech. Executive Summary

Panorama 2007 / 2008 des biotechnologies de France Biotech. Executive Summary Panorama 2007 / 2008 des biotechnologies de France Biotech Executive Summary Stimulé par la croissance des géants de la biotechnologie américaine, le secteur des biotechnologies se rapproche de la profitabilité

Plus en détail

MASTER (LMD) - BIOLOGIE SANTÉ

MASTER (LMD) - BIOLOGIE SANTÉ MASTER (LMD) - BIOLOGIE SANTÉ RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé OBJECTIFS Le Master Biologie Santé est une formation qui s adresse

Plus en détail

Contact. Janvier 2014. Chers actionnaires,

Contact. Janvier 2014. Chers actionnaires, Janvier Chers actionnaires, Permettez-moi, en cette nouvelle année, de vous adresser ainsi qu à celles et ceux qui vous sont chers des vœux sincères de bonheur, de réussite et de santé. Cellectis traverse

Plus en détail

Les défis de la Bioinformatique:

Les défis de la Bioinformatique: Les défis de la Bioinformatique: Une introduction à la Journée du 19 octobre Marie-Paule LEFRANC Journées du CINES 19-21 octobre 2004 organisées par Laetitia Regnier Importance des facteurs génétiques

Plus en détail

CELLforCURE: le maillon industriel de la filière française des Thérapies Cellulaires

CELLforCURE: le maillon industriel de la filière française des Thérapies Cellulaires CELLforCURE: le maillon industriel de la filière française des Thérapies Cellulaires Pierre-Noël Lirsac Président de CellforCure 30/01/13 INNOVER POUR LA MÉDECINE DE DEMAIN 1 Les bases de la «médecine

Plus en détail

Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques

Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques Parc d Innovation d Illkirch, France, le 22 mars 2010 Transgene S.A. (Euronext Paris: FR0005175080) présente

Plus en détail

Transgene : résultats annuels 2013 et point sur l avancée des produits

Transgene : résultats annuels 2013 et point sur l avancée des produits Transgene : résultats annuels 2013 et point sur l avancée des produits Dépenses et consommation de trésorerie 2013 conformes aux attentes Consolidation significative de la trésorerie suite aux opérations

Plus en détail

Assemblée générale mixte. Philippe BOUAZIZ, Président Stéphane CONRARD, DGD Finance

Assemblée générale mixte. Philippe BOUAZIZ, Président Stéphane CONRARD, DGD Finance Assemblée générale mixte Philippe BOUAZIZ, Président Stéphane CONRARD, DGD Finance 25 Juin 2014 SOMMAIRE PRESENTATION PRODWARE FAITS MARQUANTS 2013 RESULTATS ANNUELS 2013 EVENEMENTS POST CLOTURE PERSPECTIVES

Plus en détail

Principe des études moléculaires en génétique médicale Méthodes d analyse des microlésions du génome

Principe des études moléculaires en génétique médicale Méthodes d analyse des microlésions du génome Mercredi 23 Octobre LECLERCQ Barbara L2 GM Pr Krahn 10 pages Principe des études moléculaires en génétique médicale Méthodes d analyse des microlésions du génome Plan A. Introduction B. Techniques courantes

Plus en détail

Gene Predictis parce que je suis unique

Gene Predictis parce que je suis unique Gene Predictis parce que je suis unique Route de Chantemerle 64 - CP 160 - CH-1763 Granges-Paccot Téléphone: +41 26 466 15 45 Fax: +41 26 466 15 46 info@genepredictis.com www.genepredictis.com Gene Predictis

Plus en détail

Transgene : comptes semestriels 2012

Transgene : comptes semestriels 2012 Transgene : comptes semestriels 2012 Consommation de trésorerie en ligne avec les attentes et trésorerie globale de 121,4 millions d euros à fin juin 2012 Important news-flow à venir Strasbourg, France,

Plus en détail

Programme international de formation

Programme international de formation Programme international de formation La science n a pas de patrie, car la connaissance appartient à l humanité, c est un flambeau qui illumine le monde. Louis Pasteur Le Réseau International des Instituts

Plus en détail

Poxel lève 16 millions d euros dans le cadre d un financement de série A pour accélérer le développement de son portefeuille de produits

Poxel lève 16 millions d euros dans le cadre d un financement de série A pour accélérer le développement de son portefeuille de produits Poxel lève 16 millions d euros dans le cadre d un financement de série A pour accélérer le développement de son portefeuille de produits Lyon, France, 8 juillet 2010 - Poxel S.A., société spécialisée dans

Plus en détail

Chapitre 10 L isolement et la manipulation de gènes. Injection d ADN étranger dans une cellule animale

Chapitre 10 L isolement et la manipulation de gènes. Injection d ADN étranger dans une cellule animale Chapitre 10 L isolement et la manipulation de gènes Injection d ADN étranger dans une cellule animale Comment amplifier un gène d intérêt? Amplification in vivo à l aide du clonage d ADN L ensemble formé

Plus en détail

MASTERCLASS PI. CNCPI Vendredi 28 mars 2014

MASTERCLASS PI. CNCPI Vendredi 28 mars 2014 MASTERCLASS PI CNCPI Vendredi 28 mars 2014 Les services de l INPI De l information à la sensibilisation 2013 L information 155 000 appels 73 000 mails 34 000 Rendez-vous La formation : 352 sensibilisations

Plus en détail

Communiqué de presse. Engouement remarquable pour la 1 ère offre au public 1 de Quantum Genomics : 11,2 M levés. Massy, le 13 février 2015

Communiqué de presse. Engouement remarquable pour la 1 ère offre au public 1 de Quantum Genomics : 11,2 M levés. Massy, le 13 février 2015 Communiqué de presse Massy, le 13 février 2015 Engouement remarquable pour la 1 ère offre au public 1 de Quantum Genomics : 11,2 M levés Forte demande de 33,2 M, soit 3,4 fois l offre globale Prix de l

Plus en détail

Plan Défi Biotech Santé

Plan Défi Biotech Santé Plan Défi Biotech Santé Positionnement Concurrentiel et Commercial Présentation de l opération 24 novembre 2011 24 novembre 2011 1/20 2011 Intervenants Denis le Bouteiller, responsable de la mission Expérience

Plus en détail

Stallergenes, acteur d une meilleure prise en charge des allergies à travers le monde. Août 2013

Stallergenes, acteur d une meilleure prise en charge des allergies à travers le monde. Août 2013 Stallergenes, acteur d une meilleure prise en charge des allergies à travers le monde Août 2013 1 I. UN LABORATOIRE BIOPHARMACEUTIQUE ENGAGÉ DANS LE TRAITEMENT DES ALLERGIES Laboratoire biopharmaceutique

Plus en détail

Adocia lance un placement privé d actions nouvelles

Adocia lance un placement privé d actions nouvelles COMMUNIQUE DE PRESSE CE COMMUNIQUE NE DOIT PAS ETRE PUBLIE, DIFFUSE OU DISTRIBUE, DIRECTEMENT OU INDIRECTEMENT, Adocia lance un placement privé d actions nouvelles Ce placement privé est destiné aux investisseurs

Plus en détail

Success stories ACIES Projets et Réseaux de Recherche Européens (6 e PCRDT)

Success stories ACIES Projets et Réseaux de Recherche Européens (6 e PCRDT) Success stories ACIES Projets et Réseaux de Recherche Européens (6 e PCRDT) Sommaire n ACIES, un nouvel élan au service de la Recherche n Qui sommes-nous? n Le projet EUMAPP n Le projet PULLNANO ACIES,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 4 octobre 2010 L ARC ET LA RECHERCHE SUR LES TRAITEMENTS DES CANCERS DU SEIN

DOSSIER DE PRESSE 4 octobre 2010 L ARC ET LA RECHERCHE SUR LES TRAITEMENTS DES CANCERS DU SEIN DOSSIER DE PRESSE 4 octobre 2010 L ARC ET LA RECHERCHE SUR LES TRAITEMENTS DES CANCERS DU SEIN SOMMAIRE Communiqué de presse...p.3 Mettre au point des traitements pour les cancers du sein insensibles aux

Plus en détail

NEWS. Les grandes priorités qui structurent, pour les 5 à 7 ans qui ANNEES DE CONCRETISATIONS LA RECONNAISSANCE DU BIOCLUSTER CANCER CAMPUS

NEWS. Les grandes priorités qui structurent, pour les 5 à 7 ans qui ANNEES DE CONCRETISATIONS LA RECONNAISSANCE DU BIOCLUSTER CANCER CAMPUS NEWS ANNEES DE CONCRETISATIONS S OMMAIRE ÉDITO : La reconnaissance du biocluster Cancer Campus p 01 RETOUR SUR 2013 p 02 Grand Paris Express p 02 TAT biotech event p 02 Fluigent intègre Villejuif Bio Park

Plus en détail

UN MODELE GENETIQUE POUR L ETUDE DE L OBESITE, DE L AUTISME ET DE LA SCHIZOPHRENIE

UN MODELE GENETIQUE POUR L ETUDE DE L OBESITE, DE L AUTISME ET DE LA SCHIZOPHRENIE PRIX LEENAARDS 2010 POUR LA PROMOTION DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UN MODELE GENETIQUE POUR L ETUDE DE L OBESITE, DE L AUTISME ET DE LA SCHIZOPHRENIE C est en étudiant les erreurs de «copier / coller»

Plus en détail

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Octobre 2014 Médecine «génomique» personnalisée La médecine «génomique» personnalisée repose sur l identification de sous-groupes de

Plus en détail

LYRIC. Directeur : Jean-Yves Blay Co-directeurs : Alain Puisieux / Charles Dumontet Coordinateur : Marina Rousseau-Tsangaris

LYRIC. Directeur : Jean-Yves Blay Co-directeurs : Alain Puisieux / Charles Dumontet Coordinateur : Marina Rousseau-Tsangaris LYRIC Directeur : Jean-Yves Blay Co-directeurs : Alain Puisieux / Charles Dumontet Coordinateur : Marina Rousseau-Tsangaris CONTEXTE DE L AO DES SIRIC (SITES DE RECHERCHE INTÉGRÉS SUR LE CANCER) AO publié

Plus en détail

Un atout majeur : l appartenance à un groupe financier solide CHIFFRE D AFFAIRES 2010. 25,3 milliards d euros 8000

Un atout majeur : l appartenance à un groupe financier solide CHIFFRE D AFFAIRES 2010. 25,3 milliards d euros 8000 Une expertise internationale de l assurance vie Cardif Lux International, anciennement Investlife, a été fondée en 1994 par Cardif et BNP Paribas Luxembourg. C est un des leaders de l assurance vie internationale

Plus en détail

APinnov, qu est-ce que c est?

APinnov, qu est-ce que c est? 1 APinnov, qu est-ce que c est? En partenariat avec la Chambre de Commerce et d Industrie de Paris (CCIP), l Office du Transfert de Technologie & des Partenariats Industriels (OTT&PI) organise le 16 Juin

Plus en détail

Le bilan des pôles de compétitivité en santé. vu par le ministère de la santé, acteur de la recherche et de l innovation

Le bilan des pôles de compétitivité en santé. vu par le ministère de la santé, acteur de la recherche et de l innovation Le bilan des pôles de compétitivité en santé vu par le ministère de la santé, acteur de la recherche et de l innovation C Chamoux Le ministère de la santé s est organisé pour être un acteur des politiques

Plus en détail

Mission Chine mai 2015

Mission Chine mai 2015 Mission Chine mai 2015 Du 11 au 15 mai 2015 Shanghai - Pékin Avec le soutien de : Dans le cadre de leur stratégie sur la Chine, Lyonbiopôle en collaboration avec le cluster I-Care organisent une mission

Plus en détail

Le nombre de cancers dans le. S intégrer dans un espace européen de la recherche clinique en oncologie. L état des lieux

Le nombre de cancers dans le. S intégrer dans un espace européen de la recherche clinique en oncologie. L état des lieux L e s d é f i s à r e l e v e r S intégrer dans un espace européen de la recherche clinique en oncologie La recherche clinique constitue une des clés du transfert des données de la recherche fondamentale

Plus en détail

FIP AMUNDI FRANCE DEVELOPPEMENT 2014 investira dans des PME industrielles, commerciales ou de services présentant les caractéristiques suivantes :

FIP AMUNDI FRANCE DEVELOPPEMENT 2014 investira dans des PME industrielles, commerciales ou de services présentant les caractéristiques suivantes : FIP Amundi France Développement 2014 Fonds d investissement de Proximité : Ile de France, Bourgogne, Rhône Alpes Provence Alpes Côte d Azur Parts A1 : éligibles à la réduction ISF commercialisation ouverte

Plus en détail

Salon de la création d entreprises

Salon de la création d entreprises Salon de la création d entreprises Tunis 17 octobre 2008 «Comment mettre l innovation au cœur de l entreprise» soutient l innovation et la croissance des PME oseo.fr 2 OSEO Soutient l innovation et la

Plus en détail

LYMPHOCYTE SANTÉ. www.chuv.ch/oncologie/onc_home.htm

LYMPHOCYTE SANTÉ. www.chuv.ch/oncologie/onc_home.htm Le Département d oncologie UNIL-CHUV www.chuv.ch/oncologie/onc_home.htm LYMPHOCYTE Pilier de notre système immunitaire, cette cellule (en bleu, entourée de globules rouges) peut être mobilisée pour lutter

Plus en détail

Large succès de l introduction en bourse de Genomic Vision sur Euronext à Paris qui lève 23,0 M

Large succès de l introduction en bourse de Genomic Vision sur Euronext à Paris qui lève 23,0 M Communiqué de presse 1 er avril 2014 GÉNOMIQUE TESTS DE DIAGNOSTIC GÉNÉTIQUE R&D Large succès de l introduction en bourse de Genomic Vision sur Euronext à Paris qui lève 23,0 M Offre sursouscrite 4,7 fois,

Plus en détail

Projections du nombre total d étudiants internationaux d ici 2025. Source : Unesco Institute for Statistics, calculs France Stratégie

Projections du nombre total d étudiants internationaux d ici 2025. Source : Unesco Institute for Statistics, calculs France Stratégie SYNTHÈSE Trois grandes tendances mondiales Transnationalisation La géographie de l économie mondiale du savoir connaît de profonds bouleversements depuis plusieurs décennies. L innovation et la recherche

Plus en détail

MASTER BIOLOGIE-SANTE PARCOURS MANAGEMENT DE PROJET ET INNOVATION EN BIOTECHNOLOGIE

MASTER BIOLOGIE-SANTE PARCOURS MANAGEMENT DE PROJET ET INNOVATION EN BIOTECHNOLOGIE MASTER BIOLOGIE-SANTE PARCOURS MANAGEMENT DE PROJET ET INNOVATION EN BIOTECHNOLOGIE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : Biologie

Plus en détail

L accès au marché d un médicament :

L accès au marché d un médicament : L accès au marché d un médicament : Avant de se retrouver derrière le comptoir d une pharmacie, un médicament passe par différentes phases, de la découverte de la molécule à la fixation de son prix par

Plus en détail

Le SIMV organise les premières Rencontres de recherche en Santé Animale les 2 et 3 décembre 2014 à Lille (Grand Palais)

Le SIMV organise les premières Rencontres de recherche en Santé Animale les 2 et 3 décembre 2014 à Lille (Grand Palais) 17 juin 2014 à Paris Le SIMV organise les premières Rencontres de recherche en Santé Animale les 2 et 3 décembre 2014 à Lille (Grand Palais) R&D dating for animal health and innovation Le Syndicat de l

Plus en détail

Présenté par Irénée KAMDEM

Présenté par Irénée KAMDEM SÉMINAIRE Thème : L entrepreneuriat dans le secteur des biotechnologies: les clés du succès dans un contexte de mondialisation Présenté par Irénée KAMDEM Doctorat en Sciences Collège de doctorat : Biochimie,

Plus en détail

Point sur la stratégie

Point sur la stratégie Point sur la stratégie Marc de Garidel Président-Directeur Général Christel Bories Directeur Général Délégué Conférence de presse 02/07/2015 Introduction Marc de Garidel La stratégie engagée depuis 2011

Plus en détail

La Recherche Clinique à l

La Recherche Clinique à l La Recherche Clinique à l Centre des Maladies Cognitives et Comportementales Pôle des Maladies du Système Nerveux HÔPITAUX UNIVERSITAIRES PITIÉ SALPÊTRIЀRE - CHARLES FOIX «Vous détenez un secret qu il

Plus en détail

Une spécialisation accrue, investir pour croître, tirer parti de notre présence mondiale

Une spécialisation accrue, investir pour croître, tirer parti de notre présence mondiale Communiqué de presse Une spécialisation accrue, investir pour croître, tirer parti de notre présence mondiale Se spécialiser et investir dans quatre franchises répondant aux besoins du marché Se spécialiser

Plus en détail

LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE

LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE Une présentation au Comité permanent des finances de Recherches en sciences et en génie Canada (CRSNG) Octobre

Plus en détail

Méthodes et techniques de la biologie du développement

Méthodes et techniques de la biologie du développement Méthodes et techniques de la biologie du développement 1. Etude de l expression des gènes : Détecter les transcrits et les protéines au cours de l ontogenèse l outil anticorps 1.1. La RT-PCR La réaction

Plus en détail

MYRIAD. l ADN isolé n est à présent plus brevetable!

MYRIAD. l ADN isolé n est à présent plus brevetable! MYRIAD La Cour Suprême des Etats-Unis revient sur plus de 30 ans de pratique : l ADN isolé n est à présent plus brevetable! Mauvaise passe pour les inventions en biotechnologies sur le territoire américain.

Plus en détail

FIP AMUNDI FRANCE DEVELOPPEMENT 2013 investira dans des PME industrielles, commerciales ou de services présentant les caractéristiques suivantes :

FIP AMUNDI FRANCE DEVELOPPEMENT 2013 investira dans des PME industrielles, commerciales ou de services présentant les caractéristiques suivantes : FIP Amundi France Développement 2013 Fonds d investissement de Proximité : Ile de France, Bourgogne, Rhône Alpes Provence Alpes Côte d Azur Commercialisation ouverte jusqu au 31 décembre 2013 Diversifiez

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques)

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques) CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques) INVESTISSEMENT QUÉBEC Direction des mesures fiscales TABLE DES MATIÈRES Nature de l aide fiscale... 3 Société biopharmaceutique admissible...

Plus en détail