CE SONT DES ANGLAIS : UN ACCORD AVEC L ATTRIBUT?* Seconde partie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CE SONT DES ANGLAIS : UN ACCORD AVEC L ATTRIBUT?* Seconde partie"

Transcription

1 CE SONT DES ANGLAIS : UN ACCORD AVEC L ATTRIBUT?* Seconde partie Anne CARLIER La tournure Ce sont des Anglais viole-t-elle la règle selon laquelle le verbe s accorde en nombre avec le sujet? Afin de répondre à cette question, il est nécessaire de procéder au préalable à une analyse syntaxique de la structure et de déterminer quel constituant a la fonction syntaxique de sujet. Trois analyses différentes ont été proposées. La première, basée sur l observation que la forme verbale au pluriel tend à être évincée par la forme verbale au singulier, consiste à analyser c est comme une locution figée ayant, à la manière de voici et voilà, perdu son caractère verbal. Cette locution peut être suivie d un SN de construction directe, dont il est impossible de déterminer la fonction syntaxique. Selon la deuxième analyse, le SN des Anglais serait sujet et le pronom ce attribut. Dans la dernière analyse est attribuée à ce la fonction sujet et à des Anglais celle d attribut. Nous avons écarté dans la première partie de cette étude, parue dans le numéro précédent de cette revue, les deux premières analyses syntaxiques. Nous adopterons dans cette seconde partie la troisième analyse et nous tenterons d expliquer pourquoi la structure «ce sujet + être + SN attribut» accepte la forme verbale au pluriel dans le cas où l attribut nominal est au pluriel. 4. CE SONT DES ANGLAIS : DES ANGLAIS ANALYSÉ COMME ATTRIBUT Dans le cadre de cette dernière analyse syntaxique, le problème de la forme verbale au pluriel reste entier. Quelles sont les explications envisagées? 4.1. La forme verbale au pluriel : une explication extralinguistique Une première explication, assez répandue, est d ordre extralinguistique et postule une intervention des grammairiens du XVII e siècle et en particulier de Vaugelas. Citons par exemple Brunot (1936 : ) : (25) Toutefois, l évolution, en raison même de l époque où elle devait se terminer, n est pas allée jusqu au bout. Tandis que toutes les autres personnes se construisaient avec c est invariable : c est moi, toi, la 3 e personne continuait, au XVI e siècle, à varier assez régulièrement ; on disait devant un nom pluriel : ce ne sont pas les gens de pied Sans aucun doute, si la langue avait été laissée à elle-même, elle aurait fini par ne plus connaître, au bout d un temps plus ou moins long, que le seul c est. Foulet (1920 : 72) est encore plus précis. (26) depuis le début du XVI e siècle, il y a toujours eu en France des gens pour raisonner sur la langue : or le raisonnement appliqué aux faits de grammaire, quand il ne s appuie pas sur une connaissance de l histoire, mène volontiers à un purisme étroit. On peut dire qu au XVII e siècle est ce eux représente la tendance normale de la langue prise dans son ensemble, tandis que ce sont eux exprime le point de vue abstrait d un petit groupe de lettrés épris de la logique abstraite. Seulement Vaugelas a été un de ces lettrés, et c est en partie sa très grande autorité qui fait triompher une mauvaise cause. Il est vrai que Foulet commente la tournure Ce sont eux, mais le texte de Vaugelas auquel il fait allusion, cité dans le présent article sous (cf. infra, p. 6), concerne la tournure avec un SN lexical plein. Explicitons le raisonnement que tiennent Brunot et Foulet : à un moment donné de l histoire, il y a eu réanalyse : d une structure «ce attribut + être + SN sujet», on passe à la structure «ce sujet + être +SN attribut». Cette réanalyse a mené de ce suis je à c est moi, c est-à-dire elle a fait disparaître dans la forme verbale la flexion en personne, mais elle aurait dû faire disparaître aussi la flexion en nombre. Or, cette étape n a pas été franchie à cause de l intervention des grammairiens 1. (*) La recherche qui est à la base du présent article a fait l objet d une communication à la journée d étude «Aspects linguistiques et psycholinguistiques du pluriel», qui s est tenue à Paris le 11 juin 2001 et aux «Journées de syntaxe», organisées à Toulouse les 11 et 12 octobre Je suis reconnaissante aux organisateurs respectifs de ces réunions scientifiques, C. Schnedecker et I. Choi-Jonin, de m avoir donné l occasion d exposer cette recherche. Je remercie aussi A. Borillo, D. Van de Velde et Ph. Miller pour leurs remarques pertinentes. Un très cordial merci enfin à Walter De Mulder et à Pierre Swiggers, qui ont bien voulu relire le présent article et me faire profiter de leurs vastes connaissances sur le démonstratif pour l un et sur l histoire de la linguistique pour l autre. 1. Ce raisonnement mène à une analyse contradictoire pour la tournure ce sont eux. Citons par exemple Clédat (1896 : 232) : «Lorsqu on dit c est moi, ce sont eux, etc., il y a à la fois un sujet et un attribut ; mais on peut intervertir les rôles en considérant le sujet comme attribut et inversement. Aussi l ancienne langue disait-elle : c est moi et ce suisje [ ]. Aujourd hui, à toutes les personnes sauf à la troisième du pluriel, on considère le pronom démonstratif comme sujet. À la 3 e personne du pluriel on a mélangé les deux tournures en disant ce sont eux ; le verbe s accorde avec le pronom personnel, mais celui-ci prend la forme de l attribut.» 4 L Information grammaticale n 104, janvier 2005

2 Afin de vérifier si, comme l affirment certains linguistes du XX e siècle, la conservation de la forme verbale au pluriel dans la tournure Ce sont des Anglais peut être effectivement imputée à l intervention des grammairiens en général et à Vaugelas en particulier, nous procéderons en deux étapes : nous examinerons d abord les propos des grammairiens de l époque pour les confronter ensuite à l usage réel tel qu on peut l observer dans les textes. Seront ainsi abordées successivement la structure «ce + être + pronom» et la structure «ce + être + SN lexical». La première grammaire qui consacre un développement important à la structure «ce + être + pronom» date de 1550 et est de la main de Louis Meigret. (27) [à propos des «locutions incongrues» c est moi, est-ce moi? au lieu de ce suis-je, suis-je ce?] combien que la langue soit excusable (attendu la longue coutume et la promptitude nécessaire à poursuivre son propos), la plume toutefois ne s en saurait si bien laver, que la tache d un langage incongru n y soit évidente : vu le bon loisir qu un écrivain se peut donner de considérer ce que la plume a à exprimer. (Meigret, 1550, Livre IIIe, chapitre 6) En posant le problème du choix entre ce suis-je et c est moi, Meigret se fait un défenseur ardent de l ancienne tournure ce suis je. Il admet pourtant qu à l oral, la nouvelle tournure c est moi, tout incongrue qu elle soit, commence à se répandre. Le point de vue de Meigret est au départ partagé par Pierre de la Ramée : dans la première édition de sa Grammere, publiée en 1562, il condamne les nouvelles tournures, mais chose significative il se ravise dans la seconde édition, publiée dix ans plus tard : il admet l usage général des nouvelles tournures et aussi leur légitimité, sur la base du principe que le peuple est le souverain seigneur de sa langue (Brunot, 1967 : II, 154). En adoptant un style guerrier, Pierre de la Ramée le formule comme suit : (28) Et si quelque Grammairien vouloit despouiller nostre langue de tels ornemens, Est ce moy? Est ce toy? C est moy, C est toy, ce seroit comme desgainer lespée luy tout seul à lencontre de toute la France. (P. de la Ramée, Grammaire (1572), p. 168) Dans la grammaire de Charles Maupas, publiée en nous sommes donc déjà au XVII e siècle, la tournure ancienne ce suis je est encore mentionnée comme variante secondaire et moins usitée de la tournure nouvelle c est moi. Antoine Oudin, dont la grammaire est publiée une quinzaine d années plus tard, en 1632, ne la mentionne plus. Si l on confronte maintenant le discours des grammairiens avec l usage réel tel qu il se présente dans les textes, on observe que l ancienne tournure est morte bien avant, c està-dire dès le début du XVI e siècle. Une recherche dans Frantext a révélé que, parmi les auteurs dont les oeuvres interviennent dans le corpus de Frantext, seul Calvin utilise de manière récurrente l ancienne tournure et encore dans un contexte bien précis, à savoir pour citer des paroles presque rituelles de Dieu, un contexte d emploi qui favorise 2. Il s agit de la seconde édition, publiée à Orléans. sans doute l archaïsme. (29) offre un exemple représentatif de cet emploi très exceptionnel de la tournure ce suis-je au XVI e siècle. (29) «Ce suis-je, moy qui suis, et n y a autre Dieu que moy» (Isa. 44, 6). (J. Calvin, Institution religion chrestienne, vol. 1, Livre 1, p. 174 (1560)) Les historiens de la langue ont d ailleurs repéré d autres archaïsmes syntaxiques chez cet auteur (Foulet, 1921 : 250). On peut donc conclure que, globalement, il y a un décalage de plus d un siècle entre l usage réel et le discours des grammairiens. La grammaire, tendait, peut-être encore plus que de nos jours, à prôner un usage noble et donc conservateur. Elle n a pourtant pas pu empêcher que la langue suive le cours de son évolution. Pour ce qui est de la forme verbale du verbe être, l évolution de la structure «ce + être + pronom», qui mène de ce suisje vers c est moi, affecte prioritairement la flexion en personne. Or, la question qui nous occupe dans le cadre de la présente étude concerne la structure «ce + être + SN lexical» et la flexion en nombre qu on y observe : pourquoi le verbe être peut-il s y présenter au pluriel et quelle est l analyse syntaxique à associer à cette structure? Quoique le problème abordé ici soit donc différent, il est possible de tirer de l évolution de ce suis-je vers c est moi et des commentaires des grammairiens à ce sujet, au moins deux conclusions : La réanalyse syntaxique de la tournure «ce + être + pronom personnel» est un fait accompli vers 1500 : ce, au départ attribut, est devenu sujet, alors que le pronom personnel en position postverbale, qui était au départ sujet inversé, est devenu attribut. Il n y a aucune raison de supposer que la réanalyse de cette séquence a eu lieu plus tard quand le SN postverbal n est pas un pronom personnel, mais un SN lexical plein. Au contraire, il y a des indices qui montrent que le SN lexical plein cesse plus tôt que le pronom d être analysé comme sujet 3. Pourtant, cette réanalyse ne semble pas du tout menacer la forme verbale au pluriel. Les chiffres présentés sous (5) sont clairs : la forme verbale au pluriel tient à peu près le monopole dans la langue écrite jusqu au XIX e siècle. Sous un angle historique, il est peu probable que des traces de l ancienne structure, disparue dès 1500, aient pu contribuer aussi longtemps au maintien de la forme verbale plurielle. Ainsi la question posée au départ reste entière : pourquoi la structure ce sont des Anglais présente-t-elle une forme verbale au pluriel? La règle de l accord du verbe avec le sujet se trouve-t-elle ici violée? La condamnation vigoureuse de Louis Meigret de la structure c est moi s est révélée tout à fait inefficace. On est donc en droit de se poser la question : ne doit-on pas relativiser l emprise des grammairiens sur la langue en matière de syntaxe? Quant à l impact de la grammaire sur l évolution de la langue, il n est pas correct de mettre d office sur le même pied la 3. Comme l a montré Foulet (1920) (cf. les exemples (23) et (24), sous 3.3, dans la première partie de cet article, publiée dans l IG 103), dans les structures interrogatives et négatives formées à partir de «ce + être + SN», le pronom ce occupe dès l ancien français la position syntaxique du sujet quand le SN est de nature lexicale, mais non pas quand il est pronominal. L Information grammaticale n 104, janvier

3 perte de la flexion en personne et le déclin de l opposition entre singulier et pluriel, car le contexte historique est différent. L évolution de ce suis-je vers c est moi, c est-à-dire la perte de la flexion en personne, est un fait accompli à la fin du XV e siècle, époque à laquelle il n existait pas encore de description grammaticale du français. Louis Meigret, dont la grammaire date du milieu du XVI e siècle, mène un combat d arrière-garde pour le maintien de l ancienne tournure, mais son intervention venait sans doute trop tard pour pouvoir être efficace. De plus, sa grammaire, n ayant pas été réimprimée au XVI e siècle ni même au XVII e siècle, n a pas pu avoir un impact important. Enfin, d une manière plus globale, quoique la langue soit en passe de devenir une question politique au XVI e siècle et qu il commence à se dégager un bon usage, il n existe pas encore le sentiment d une norme inviolable et puriste (Brunot, 1927 : II, 159). À la différence de la perte de la flexion en personne, le recul de la forme verbale plurielle ne se reflète dans les statistiques d une manière significative qu au XVII e siècle 4. La pratique du français est devenue entre-temps une affaire d État et cette politique linguistique est dotée d un instrument qui se révélera efficace : en 1635 est créée l Académie française, ayant pour mission de fixer et de réglementer l usage. Au sein de cette Académie française, Vaugelas jouit d un grand prestige et il ne semble donc pas exclu qu il ait pu freiner voire empêcher certaines évolutions. En abordant à présent la structure «ce + être + SN lexical» et le problème de la flexion en nombre de la forme verbale, réexaminons donc les propos de Vaugelas sur la question et examinons s il a effectivement fait dominer la raison sur l usage, comme l affirme Foulet (1920) (cf. (26)). (1) Ce, avec le pluriel du verbe substantif Ce a encore un usage en nostre langue qui est fort beau, & tout à fait François. C est de le mettre avec le pluriel du verbe substantif, par exemple les plus grands Capitaines de l antiquité, ce furent Alexandre, Cesar et Hannibal, etc., & non pas les plus grands Capitaines de l antiquité furent, ni ce fut. Je crois neantmoins que furent, sans ce, ne serait pas mauvais, mais avec ce, il est incomparablement meilleur. Pour ce fut, je doute fort qu il soit bon, ou s il l est, c est sans doute le moins bon de tous. Cette petite particule a une merveilleuse grace en cet endroit, quoy qu elle semble choquer la Grammaire en l un de ses premiers preceptes, qui est que le nominatif singulier regit le singulier du verbe, & non pas le pluriel, & neantmoins icy on lui fait regir le pluriel en disant ce furent Alexandre, Cesar, etc. Sur quoy il est à remarquer, que toutes les façons de parler, que l Usage a establies contre les reigles de la Grammaire, tant s en faut qu elles soient vicieuses, ni qu il les faille eviter, qu au contraire on en doit estre curieux comme d un ornement de langage, qui se trouve en toutes les plus belles langues, mortes & vivantes. Le texte fait apparaître, en premier lieu, que Vaugelas ne rejette pas catégoriquement la forme verbale au singulier, mais se limite à exprimer ses doutes sur la conformité de cette tournure avec le bon usage. Il est peu probable que cette formulation nuancée ait pu freiner l évolution de Ce sont les Anglais vers C est des Anglais. En second lieu, Vaugelas souligne explicitement que la forme verbale au pluriel implique une contradiction par rapport à l ordre grammatical et donc aussi par rapport au sens commun, sur lequel est fondée d après lui la grammaire. Que l on combine ce avec la forme verbale au pluriel du verbe être n est d après lui justifié que par la grâce, la beauté, l élégance, la noblesse de cette tournure. Or il précise plus loin dans cette même remarque que la grâce et la noblesse d une telle tournure consistent précisément dans le fait de s être affranchie de la servitude grammaticale ou, en d autres mots, d être non conforme à la raison. On peut donc conclure que Vaugelas ne fait que prôner la tournure avec la forme verbale au pluriel, sans vraiment condamner celle avec la forme verbale au singulier. Un tel discours ne pouvait d ailleurs même pas être considéré comme conservateur à outrance, car l emploi du pluriel dans la tournure Ce sont des Anglais était encore largement dominant dans la production écrite de l époque par rapport à l emploi du singulier, ainsi que l ont montré les chiffres dans le tableau sous (5). Il semble difficile, sur cette base, d imputer à Vaugelas le maintien de la forme verbale au pluriel dans cette tournure. S il est vrai que Vaugelas ne s est pas prononcé catégoriquement contre la forme verbale au singulier, n y a-t-il pas eu de contemporains également soucieux du respect de la norme et notamment les membres de l Académie française, qui ont pris la défense de la forme verbale au pluriel dans la structure «ce + être + SN pluriel»? On peut s en former une idée en examinant les commentaires et critiques que la remarque de Vaugelas a suscités au XVII e siècle (Streicher, 1936 : ). Les commentateurs reprochent de manière unanime à Vaugelas de s extasier à ce point sur la beauté de la particule ce, parce que la phrase qu il cite pourrait parfaitement se passer du pronom ce. Pour ce qui est de la forme verbale, en revanche, les réactions sont partagées. Certains estiment même que la forme au singulier c est est «plus régulière, plus naturelle et aussi plus élégante», d autres estiment que tant c est que ce sont sont bons. Il est peu probable que, confrontée à cette absence d unanimité, l Académie ait réussi durant presque deux siècles à interdire l emploi de la forme verbale au singulier, du moins dans la langue écrite, ainsi que l ont montré les statistiques sous (5) 5. Un second argument mettant en doute l explication extralinguistique provient de l examen de la structure «pronom démonstratif neutre + verbe copule être + SN au pluriel» dans une autre langue romane, à savoir l espagnol 6. L espagnol utilise dans cette structure la forme verbale au pluriel et n admet pas l emploi de la forme verbale au singulier, comme l illustre l exemple (30). (30) a. Eso son rumores (trad. litt. : ce sont des rumeurs). b. *Eso es rumores (trad. litt. : c est des rumeurs). 4. Cf. les tableaux des points (5) et (6), dans la première partie de cet article, publiée dans l IG Cf. la première partie de cet article, parue dans l IG L Information grammaticale n 104, janvier 2005

4 Ici également, il convient de se poser la question de l analyse syntaxique de cette structure et d examiner en particulier quel constituant assume la fonction syntaxique de sujet. Cette question est d autant plus pertinente pour l espagnol que l ordre des constituants dans les phrases copulatives y est plus libre qu en français, ainsi que le montre l exemple (31). (31) a. El problema soy/*es yo. (trad. litt. : Le problème suis-je) b. Yo soy el problema. (trad. litt. : Je suis le problème) En tout état de cause, est sujet en espagnol l expression qui a le plus haut degré de référentialité (Fernández Leborans, 2000 : 2409 ; Martínez, 2000 : 2779). Si l on admet que les expressions déictiques se trouvent en haut sur l échelle de la référentialité, le sujet dans les exemples (31a) et (31b) est le pronom personnel yo, ce qui se reflète au niveau de la forme verbale, qui est à la première personne du singulier. D après cette même hypothèse, le sujet des exemples (30a) et (30b) est constitué par le pronom démonstratif neutre eso, qui relève du singulier, et pourtant la forme verbale est à la troisième personne du pluriel. L espagnol présente donc la même irrégularité que le français, sans qu il soit possible de postuler une intervention des grammairiens. Certes, l Espagne a aussi son Académie, mais celle-ci n a jamais eu le même impact que l Académie française en France. L explication extralinguistique proposée par Brunot et par Foulet étant prise en défaut tant par l examen des textes grammaticaux du XVII e siècle que par la comparaison entre les langues, nous tenterons à présent de rechercher une justification interne à la langue La forme verbale au pluriel : une analyse linguistique Dans la mesure où l on admet que dans la tournure Ce sont des Anglais, le pronom démonstratif neutre ce est sujet et le SN lexical des Anglais est attribut, on peut emprunter a priori deux voies pour expliquer la présence de la forme verbale au pluriel. Soit on admet que l accord ne se fait pas ici avec le sujet, mais avec un autre constituant, à savoir l attribut. Il y a alors infraction par rapport à la règle générale de l accord du verbe avec le sujet ( 4.2.1). Soit on fait l hypothèse que le pronom démonstratif neutre, sujet, véhicule, d une manière ou d une autre, le trait du pluriel. D après cette analyse, il n y a pas infraction par rapport à la règle générale de l accord du verbe avec le sujet ( 4.2.2) Accord du verbe avec le SN attribut La première hypothèse, consistant à postuler un accord du verbe avec l attribut, est rarement affirmée avec netteté, 6. On aurait pu également invoquer comme exemple l allemand ou le néerlandais, où le verbe être dans les phrases copulatives s accorde, comme en espagnol, en personne et en nombre avec le sujet, que celui-ci soit antéposé ou postposé au verbe (cf. ex. (31)). Cette règle ne se vérifie toutefois pas si le sujet est constitué par le pronom démonstratif neutre (cf. ex. (30)). Pour ces langues, on ne peut pas non plus expliquer le maintien de la forme verbale au pluriel dans la tournure «pronom démonstratif neutre + verbe copule être + SN pluriel» en invoquant une influence des grammairiens défendant le bon usage. parce qu elle entre d une manière si flagrante en contradiction avec la règle de l accord grammatical en nombre du verbe avec le sujet. Plutôt que de parler d accord grammatical, des auteurs comme Martinon (1927 : 119) et Le Goffic (1994 : 142) utilisent le terme d attraction. Cette hypothèse fait surgir deux questions. En premier lieu, quel est le contenu précis du terme «attraction»? La notion d attraction est parfois utilisée en grammaire française pour expliquer l apparition de certains temps ou certains modes dans des contextes de subordination à partir du temps ou du mode utilisés dans la principale. Il s agit pourtant là d un phénomène grammatical très différent. L accord en français n est jamais expliqué en termes d attraction, sauf dans le cas de la tournure Ce sont des Anglais. Étant donné que l attraction ne semble pas jouer de rôle dans l accord en général, il est fort douteux qu elle puisse avoir un grand pouvoir explicatif pour la structure soumise ici à l étude. Une deuxième question à laquelle cette hypothèse ne fournit pas de réponse est de savoir pourquoi cet accord par attraction se présente uniquement en présence du démonstratif neutre ce. En effet, (32b) est inacceptable en français contemporain. (32) a. Ce beau regard profond, ce sont des yeux d ivrogne. (J. Anouilh, La répétition ou l amour) b.??ce beau regard profond sont des yeux d ivrogne. Il apparaît ainsi qu il faut, d une manière où d une autre, faire intervenir dans l analyse le pronom ce. Cette observation nous mène naturellement à la deuxième hypothèse : si l on veut rendre compte de la forme verbale au pluriel à partir du sujet pronominal ce, il faut admettre que le pronom démonstratif neutre ce puisse véhiculer le trait de pluralité Accord du verbe avec le sujet pronominal ce Si l on admet que ce est porteur du trait du pluriel, il convient de se poser la question de savoir d où peut lui venir ce trait de pluralité. À partir d un exemple comme (33a), (33) a. Ces gens-là, ce sont des Anglais ; ce sont les meilleurs. (Le Goffic, 1994 : 142) Ce sont des Anglais. deux hypothèses semblent envisageables pour expliquer la forme verbale au pluriel dans la structure «ce + être + SN pluriel» : soit ce emprunte le nombre au SN disloqué, soit il s approprie le nombre de l attribut. Seule la première hypothèse a été prise en considération dans la littérature : pour expliquer la forme verbale au pluriel dans un exemple comme (33a), présentant en position disloquée le SN ces gens-là, Le Goffic (1994) fait intervenir non seulement l attraction avec l attribut (cf. supra, 4.2.1), mais avance en outre qu on peut considérer que le pronom ce se fait porteur de la pluralité grammaticale et référentielle du SN disloqué ces gens-là. Il élargit cette analyse à des phrases sans SN disloqué comme (33b), en admettant qu on peut y supposer l existence d un référent resté implicite. L Information grammaticale n 104, janvier

5 On notera que dans l exemple (33a), il est impossible de dégager de manière précise le rôle que remplit le pronom démonstratif neutre ce par rapport au nombre, dans la mesure où l on pourrait se passer de ce pronom. En effet, l exemple (33a ) est également acceptable. (33) a. Ces gens-là sont des Anglais ; ce sont les meilleurs. La présence de ce est par contre indispensable dans des exemples comme (34) et (32), car elle permet de contourner l impossibilité de former une phrase copulative avec un sujet au singulier et un attribut au pluriel (Grevisse, 1980 : 1154). (34) a. Cette vermine sur le drap, ce sont des puces. b.??cette vermine sur le drap sont des puces. (32) a. Ce beau regard profond, ce sont des yeux d ivrogne. (J. Anouilh, La répétition ou l amour)??ce beau regard profond sont des yeux d ivrogne. C est précisément dans ces cas où le pronom ce joue pleinement son rôle par rapport au nombre que l hypothèse proposée par Le Goffic (1994) se heurte à des problèmes. Si l on admet que dans l exemple (34), ce emprunte au SN disloqué son nombre grammatical, il ne peut s agir que du singulier. Or, de l accord du verbe avec le sujet ce, il apparaît que ce véhicule le trait du pluriel. On peut tenter de sauvegarder l hypothèse de Le Goffic (1994) en arguant que le SN disloqué dans (34), tout en étant grammaticalement du singulier, relève référentiellement du pluriel, car il désigne une collection d êtres. Cette échappatoire n est toutefois plus disponible dans le cas de l exemple (32) : tant du point de vue grammatical que du point de vue référentiel, le SN disloqué relève du singulier. De l accord avec le verbe, on doit pourtant inférer à nouveau que ce en tant que sujet relève du pluriel. On se voit ainsi amenée à abandonner l hypothèse posant que ce emprunte le trait du nombre du SN disloqué. Les données nous incitent au contraire à examiner si ce ne pourrait pas s approprier le trait du nombre du SN attribut. L hypothèse proposée par Le Goffic (1994) soulève un second problème : admettre que le pronom démonstratif neutre ce emprunte au SN disloqué des traits grammaticaux comme le nombre revient à rapprocher le pronom ce du pronom il. Or de nombreuses études ont démontré que ce, à la différence de il, même quand il est en relation avec une expression nominale antérieure, ne reprend jamais la dénomination linguistique de cette expression, ni les traits grammaticaux du genre et du nombre qui y sont associés (Maillard (1974), Tasmowski & Verluyten (1982), Corblin (1987) Kleiber (1990) et Bonnard (1997)). Ce problème montre qu il est nécessaire, si l on veut expliquer pourquoi le pronom ce peut régir un verbe au pluriel dans la structure «ce + être + SN», de considérer au préalable les propriétés sémantiques du pronom ce dans une perspective plus large, qui dépasse son emploi dans cette structure Caractérisation sémantique des pronoms ce et ça 7 Il est courant de distinguer aujourd hui, dans l analyse de marqueurs référentiels, au moins deux composantes dans le sens, une composante descriptive et une composante instructionnelle, qui concerne la voie d accès au référent 8. Comme le trait du nombre relève de la composante descriptive du sens, c est par elle que débutera notre examen. L analyse du sens descriptif des pronoms ce et ça a été souvent menée à partir de leur fonctionnement dans les constructions disloquées : on a tenté de dégager le contenu descriptif des pronoms ce et ça en précisant le rapport qu ils entretiennent avec le constituant disloqué Les pronoms ce et ça sont dans une large mesure des variantes distributionnelles, l emploi de ce étant restreint à la position sujet auprès de certaines formes du verbe être lorsque celui-ci est accompagné d un attribut ou d un complément. Pour une analyse précise de ses conditions d apparition, voir Sandfeld (1970 : I, 179), Porquier (1972 : 10-11), Kupferman (1979 : 157) et Maillard (1989 : 32 ss). 8. La nécessité de distinguer entre composante descriptive et composante instructionnelle a déjà été démontrée par Ducrot (1972). Voir aussi Sperber et Wilson (1986), Nunberg (1992), Kleiber (1994) et Reboul (1994). 9. La construction disloquée est considérée dans le cadre de cette étude comme une construction sui generis, avec des propriétés syntaxiques, sémantiques et discursives originales, et non pas comme une construction dérivée par rapport à une construction de base, non disloquée, en vertu d une opération syntaxique qui consiste à sortir un constituant de sa position syntaxique normale pour le reléguer dans une position périphérique par rapport à la proposition et à remplacer ce constituant au sein de la proposition par un pronom clitique qui en marque la fonction syntaxique. Une telle analyse transformationnelle de la dislocation, développée par Ross (1967), avait été mise en cause pour la dislocation à gauche au cours des années soixante-dix, au sein même du cadre de la grammaire générative par e.a. Hirschbühler (1975) et Cinque (1977) et aussi par Deulofeu (1979) et Larsson (1979) pour le français. On avait relevé une différence importante entre dislocation à gauche et dislocation à droite : alors que le constituant disloqué à droite entretient un rapport à la fois syntaxique et sémantique avec la proposition, le constituant disloqué à gauche peut ne plus entretenir qu un rapport sémantique avec cette proposition. Cette différence apparaît clairement dans le fait que dans des exemples comme (i) : (i) a. Pierre, je lui fais confiance. b. Je lui fais confiance, *Pierre/à Pierre. l élément disloqué à droite, quand il correspond à une fonction indirecte marquée par une préposition, garde la marque de cette fonction syntaxique, alors que l élément disloqué à gauche ne présente habituellement pas cette marque fonctionnelle. On comprend dès lors que la position de dislocation à gauche puisse accueillir des éléments qui, tout en entretenant un lien interprétatif global avec la proposition, ne peuvent plus être mis en rapport, même pas interprétativement, avec une fonction syntaxique par rapport au verbe (Lambrecht, 1986). (ii) Tu viens faire un tour à bicyclette? a. Oh, tu sais, moi, la bicyclette, je n aime pas me fatiguer. b. *Oh, tu sais, moi, je n aime pas me fatiguer, la bicyclette. Même la dislocation à droite ne peut être analysée comme le résultat d une opération syntaxique transformant une structure de base en structure disloquée. La structure disloquée se présente en effet souvent comme irréductible à une structure de base, sans dislocation, soit parce que celle-ci est agrammaticale, comme dans l exemple (iii), qui présente un datif non lexical, ainsi que dans l exemple (iv), qui fait intervenir le pronom démonstratif neutre, (iii) a. Il lui a tapé sur les doigts, à Pierre. b. *Il a tapé sur les doigts à Pierre. (Deulofeu, 1979) (iv) a. C est pas légal un enfant qui dépose contre ses parents. (Queneau, Zazie) b.??un enfant qui dépose contre ses parents n est pas légal. soit parce que la structure sans dislocation, tout en étant grammaticale, ne correspond pas syntaxiquement et/ou sémantiquement à la structure disloquée. (v) a. Mon fils malade, c est impossible (= ex. (37b)) b. Mon fils malade est impossible 8 L Information grammaticale n 104, janvier 2005

6 Les pronoms ce et ça et leur rapport avec le constituant disloqué : une analyse de leur sens descriptif Il existe une littérature abondante sur le sens descriptif des pronoms ce et ça. Il n entre pas dans le cadre du présent article de fournir un état de la question. Nous nous attarderons seulement sur quelques hypothèses permettant de faire progresser l analyse ici développée. Il est souvent admis que les pronoms ce et ça construisent une référence à une situation ou à une proposition, la proposition étant l expression linguistique de la situation. Cette hypothèse remonte à Cadiot (1988). Se basant sur des exemples comme (35) et (36a), en contraste avec (36b), (35) La cravate, c est obligatoire. (d après Danon-Boileau, 1989) (36) a. Mes enfants, ça m intéresse. (Cadiot, 1988 :179) b. Mes enfants, * c est/ils sont déjà grands. Cadiot observe que ce et ça, quand ils sont en relation avec un «antécédent nominal», reprennent cet «antécédent» non pas en tant que tel, mais comme argument d une proposition implicite, pouvant être explicitée dans le cas de (35) comme «porter la cravate» et dans le cas de (36a) comme «m occuper de mes enfants». Cette hypothèse a le mérite de pouvoir expliquer un phénomène syntaxique intéressant, illustré par (37). (37) a. Mon fils malade, il est impossible. b. Mon fils malade, c est impossible. Dans l exemple (37a), la reprise par le pronom il conduit à conférer au segment disloqué le statut de syntagme nominal. Il s ensuit que l adjectif y est considéré comme faisant partie intégrante du SN. Sur le plan syntaxique, il remplit le rôle d adjoint auprès du nom noyau du SN. Du point de vue interprétatif, il a une fonction déterminative : il restreint ou précise la référence effectuée par le nom noyau. Dans l exemple (37b), le pronom ce attribue à la séquence en position détachée une structure différente. L adjectif s y présente comme un constituant qui ne fait pas partie du SN, mais constitue avec le SN, dans la terminologie de Jespersen (1924), un nexus. Sous l angle sémantique, ce lien est perçu comme ressortissant à la prédication. Le SN et le constituant à valeur prédicative ainsi appariés expriment conjointement un contenu propositionnel qui est appréhendé par le pronom ce. À cet argument en faveur de l analyse de ce et ça comme construisant une référence à une proposition ou une situation, on peut en rajouter un autre : seul le pronom démonstratif neutre convient à la reprise d une proposition subordonnée en position disloquée. (38) S entendre poser des questions pareilles après ce qui s est passé Ah! ce que ça peut être torturant, alors, pour une femme (Anouilh, Le voyageur sans bagage, Folio, p. 54) Cette propriété est exploitée en particulier dans le style familier, parce qu elle permet d éviter l hypotaxe au profit de la parataxe. (39) Un français il doit déserter son pays. C est pas normal quand même. (Corpus d Orléans, 151/18) Comme le signale aussi Cadiot (1988 : 181), le pronom démonstratif neutre convient aussi à la reprise de noms dérivés de verbes ou d adjectifs, qui se présentent comme des propositions tronquées. (40) L échec de Pierre, c est déplorable. Il y a pourtant d autres cas où le pronom démonstratif neutre ne peut pas être considéré comme construisant une référence de nature propositionnelle. Ainsi, dans les exemples (41) et (42), ce contribue à construire une référence qui ne correspond pas à la dénotation ordinaire du SN, mais à sa dimension métalinguistique. (41) Mais «les restes de fromage», ça veut dire quoi? (Barnes, 1985 :58) (42) Pithécanthrope, ça s écrit comment? L analyse de ce et ça comme faisant référence à une proposition ou situation ne convient pas davantage dans l exemple (43), où le pronom démonstratif neutre saisit le référent pluriel comme une unité collective. (43) Plusieurs élèves, ça fait une classe. Les problèmes que posent les exemples (41) à (43) se résolvent dans le cadre d une autre hypothèse concernant le sens descriptif des pronoms ce et ça : à l opposé des pronoms de la série il(s), elle(s), ils serviraient à identifier leur référent comme non nommé, comme ne répondant pas à une classification nominale. Cette caractérisation en somme négative en termes de non nommé, déjà mentionnée au passage par Sandfeld (1970) 10, a été identifiée comme sens descriptif du pronom démonstratif neutre par Maillard (1974), par Kleiber (1984) et par Corblin (1987). Corblin (1985 : 494 et ) et Kleiber (1987 : ) rapprochent sur cette base les pronoms démonstratifs ce et ça du substantif chose. Corblin (1987) précise que non seulement ces deux pronoms peuvent servir à appréhender un référent non susceptible d être rangé dans une classe nominale, mais qu en plus, du fait qu ils sont incompatibles avec toute idée de dénomination, ils déclenchent une opération de «déclassification», c est-à-dire qu ils effacent la classification nominale quand ils portent sur un référent déjà classifié 11. Cette idée est appuyée par l observation que cela dans l exemple (44) n est pas en mesure de répondre aux exigences sélectionnelles du prédicat verbal, alors que son «antécédent» l est. (44)? Je n ai pas pris ton stylo : cela n avait pas de plume. (Corblin, 1987 : 85) L hypothèse associant ce et ça à du non nommé permet de comprendre pourquoi ce et ça sont utilisés pour faire référence à une entité dont on ne veut ou dont on ne peut mentionner le nom. 10. Voir aussi Scaliger (1540), cité par Blanche-Benveniste et al. (1984 : 26). 11. Voir l hypothèse moins forte de Kleiber (1998b) : «le référent, quoiqu engagé dans une classe nominale, est saisi indépendamment d une catégorisation nominale précise, comme une entité isolée, discriminée, asortale, bref comme une chose». L Information grammaticale n 104, janvier

7 (45) Les trois aînés sont morts d une maladie qu ils avaient dans les os Le dernier faisait mine de bien s élever, mais depuis quelques mois, ça le tenait dans la hanche comme les autres. (Daudet cité par Sandfeld, 1970 : 295) (46) Que diable est-ce qu on entend derrière nous? ça siffle, ça galope, puis ça s arrête. (D.T. Alp. cité par Sandfeld, 1970 : 266) (47) *Il/*Elle/C est petit, c est rond, c est vert, ça monte et ça descend ; qu est-ce que c est? (Tasmowski & Verluyten, 1982 :331). Elle permet par ailleurs de rendre compte non seulement de l emploi de ce et ça faisant référence à une proposition, mais également des cas comme (41), (42) et (43), où ce et ça construisent une référence à la dimension métalinguistique d une expression nominale ou à une entité collective, car dans tous les cas il s agit d entités qui ne répondent pas à une classification nominale et qui, de ce fait, se laissent appréhender par le pronom démonstratif ce ou ça. D autres faits, cependant, ne trouvent pas d explication dans le cadre de cette hypothèse. S il est vrai que ce, en se rapportant à un «antécédent» nominal, efface la classification nominale de celui-ci, on ne comprend pas pourquoi dans l exemple (48b), malgré la présence de ce, la séquence disloquée constitue bien un SN unitaire, avec une relative se rapportant au nom noyau du SN à la manière d un adjectif épithète, et n est pas à analyser, à la différence de ce qu on observe dans (48a), comme une relation entre le SN cette dame et la relative qui cache sa figure, cette relative ayant par rapport au SN le statut de prédicat 12. (48) a. Cette dame qui cache sa figure, c est suspect. b. Cette dame qui cache sa figure, c est un suspect. Avant de tenter de résoudre le problème que pose (48b), examinons quelles sont les implications de l hypothèse associant ce et ça à du non nommé ou du non classé par rapport à la propriété du nombre. L absence de dimension classifiante attribuée aux pronoms ce et ça constitue un obstacle pour envisager une pluralité de référents. Comme le fait remarquer pertinemment Kleiber (1987 : ) à propos du nom chose, également caractérisé comme dépourvu de dimension classifiante, «un ensemble de deux choses est lui-même une chose : une chose de deux choses, soit une entité hétérogène (individu composite) reconnue (une lame + un manche = un couteau) ou non (par ex. la chose que constitue la réunion d une lame et d un parapluie), soit une entité homogène (une quantité d eau + une quantité d eau = une nouvelle quantité d eau). De ce fait, ce et ça ressortiraient invariablement au singulier. Le trait du singulier associé à ce et ça dans le cadre de cette hypothèse permet de comprendre pourquoi, dans les exemples suivants, (49) Les couleurs de Noël, rouge et vert, c est beaucoup plus important ici qu en France (Barnes, 1985 : 55) (50) a. Beaucoup d arbres attirent les insectes. b. Beaucoup d arbres, ça attire les insectes. (Léard, 1987 : 138-9) (51) a. Tes livres sont lourds. b. Tes livres, c est lourd. ces deux pronoms, en servant de relais à un SN disloqué pluriel, appréhendent cette pluralité sous forme d une entité collective, qui se présente non seulement comme non encore nommée (i. c. respectivement les couleurs combinées, la forêt et le fardeau de livres) mais aussi comme singulière (Barnes, 1985 : 55 ; Carlier, 1996 ; Kleiber, 1998a : 212), de sorte que le prédicat verbal ne se rapporte pas distributivement à chacun des éléments individuels évoqués par le SN disloqué, mais à l unité collective telle qu elle est établie par ce et ça. D autres faits montrent pourtant que les pronoms ce et ça ne sont pas incompatibles avec l idée de pluralité. Ainsi dans l exemple (52), (52) Des amis, ça s entraide toujours. le pronom ça relève grammaticalement du singulier dans la mesure où, en tant que sujet, il régit une forme verbale au singulier. Il n en reste pas moins que, fonctionnant en tant que sujet d un verbe qui exige strictement un sujet pluriel, ça est capable de satisfaire à cette restriction sélectionnelle. Qui plus est, dans la structure «ce + être + SN», le pronom ce en tant que sujet si du moins l analyse syntaxique ici soutenue est correcte peut régir une forme verbale au pluriel. (53) Ce sont des rumeurs. Quoique l hypothèse associant ce et ça à l absence de dénomination et, corollairement, au trait du singulier, ait une valeur explicative certaine, elle ne rend pas compte de tous les faits et ne permet notamment pas de résoudre le problème de la forme verbale au pluriel dans la structure soumise ici à l étude. Examinons à présent si la prise en compte du sens instructionnel des pronoms démonstratifs neutres offre une solution Les pronoms ce et ça et la rupture par rapport au constituant disloqué : une analyse de leur sens instructionnel Le sens instructionnel des pronoms ce et ça est généralement décrit en termes de deixis. Dans la littérature sur le déterminant démonstratif, il est montré, de manière convaincante, que cette composante déictique permet de rendre compte de sa différence de fonctionnement par rapport à l article défini : à l opposé de le N, ce N identifie son référent non pas par rapport à un contexte notoire, présenté comme déjà donné, mais en faisant appel à un contexte nouveau, qui est le contexte particulier de son occurrence 13. (54) Nous arrivâmes dans un village. L église/*cette église était fermée. 12. Voir toutefois ci-dessous (note 17) l explication que propose Kleiber (1984) de l apparition du pronom ce dans les copulatives à attribut nominal, dans le cadre de l hypothèse associant ce à du nommé. 13. Cette idée est présente, sous formes d hypothèses diverses, chez Corblin (1987), Tasmowski (1990), Kleiber (1983), De Mulder (1997). Nous reprenons ici l opposition telle qu elle est formulée par De Mulder (1997). 10 L Information grammaticale n 104, janvier 2005

8 (55) (Deux amis visitent en touristes une petite ville qu aucun d eux ne connaît encore. Arrivés à la grand-place, ils constatent qu il y pousse un énorme baobab dans les branches duquel un singe se balance. Goguenard, l un des touristes dit à l autre :) Ce singe/*le singe te regarde d un drôle d œil. (Tasmowski, 1990) C est de là que lui vient la faculté de construire un nouveau référent, par exemple en érigeant en référent un fragment textuel qui n a pas ce statut (56), ou d introduire une nouvelle perspective sur un référent déjà disponible (57). (56) Je vais de mon côté et vous du vôtre, et peut-être que nous nous retrouverons aux antipodes. Vivez dans cet espoir. (Th. Gautier, Mademoiselle de Maupin) (57) Les sept enfants couraient dans la maison, abîmaient tout. [. ] Lord Byron regardait avec dégoût cette vermine humaine. (A. Maurois, Ariel ou la vie de Shelley) Nous admettrons que, de manière analogue, les pronoms démonstratifs ce et ça établissent leur référence en faisant intervenir le contexte de leur occurrence. Sans avoir l ambition de faire l inventaire de l ensemble des types de facteurs liés au contexte d occurrence des pronoms ce et ça et qui peuvent intervenir dans la construction de leur référent, nous nous limiterons à épingler un facteur pertinent pour le problème étudié ici, à savoir le contexte prédicatif : les pronoms ce et ça, tout en pouvant se rapporter, de par leurs propriétés intrinsèques, à n importe quel segment de réalité, sans préjuger aucunement de sa nature, n ont plus cette latitude d emploi quand ils sont insérés dans un contexte prédicatif. En effet, celui-ci restreint, en fonction des restrictions sélectionnelles qui lui sont propres, le type de référent auquel les pronoms ce et ça peuvent se rapporter 14. Ainsi le contexte prédicatif supplée en quelque sorte au manque de contenu descriptif propre des pronoms démonstratifs ce et ça. La prise en compte du contexte prédicatif dans la construction du référent marque un progrès dans l analyse des pronoms ce et ça. Elle permet, en premier lieu de résoudre le problème que posaient les exemples (41) à (43) par rapport à l hypothèse «propositionnelle» de Cadiot (1988) : si le pronom démonstratif neutre conduit, conformément à l hypothèse de Cadiot (1988), à saisir l «antécédent nominal» comme argument d une proposition implicite dans (35), mais non dans (41) ou (42), où référence est faite à la dimension métalinguistique de cet «antécédent nominal», c est parce que le contexte prédicatif dans (35) sélectionne un sujet de nature propositionnelle 15, alors que le contexte prédicatif dans (41) et (42) suppose un sujet appréhendé comme signe linguistique en se rapportant plus précisément à sa dimension conceptuelle (41) et à sa forme graphique (42). (35) La cravate, c est obligatoire. (d après Danon-Boileau, 1989) (41) Mais «les restes de fromage», ça veut dire quoi? (Barnes, 1985 : 58) (42) Pithécanthrope, ça s écrit comment? 14. L impact du contexte prédicatif sur le type de référence construite par les pronoms ce et ça est déjà mis en évidence dans Carlier (1992, 1996). 15. Cf. Riegel (1985 : 157 ss). En second lieu, la prise en compte de l impact du contexte prédicatif permet de comprendre la différence syntaxique et sémantique entre (48a) et (48b), restée sans solution dans le cadre de l hypothèse de la «déclassification». (48) a. Cette dame qui cache sa figure, c est suspect. b. Cette dame qui cache sa figure, c est un suspect. Les pronoms ce et ça s opposent au pronom il en ce qu ils ne véhiculent pas intrinsèquement l instruction d appréhender leur référent comme répondant à une catégorisation nominale (Corblin, 1985, 1990 ; Kleiber, 1990 ; Maillard, 1974 ; Tasmowski & Verluyten, 1982). Il en résulte un comportement différent dans la configuration spécifique d une structure disloquée, que nous illustrerons au moyen de (58) : (58) a. Mon père, il est intelligent. b.*mon père, c est intelligent. c. Mon père, c est un génie 16. À la différence du pronom il, qui, afin de satisfaire à la contrainte de dénomination, construit son référent en faisant intervenir la catégorisation nominale livrée par la séquence disloquée, les pronoms ce et ça saisissent leur référent indépendamment de cette catégorisation nominale. Cela ne signifie pas pour autant que ces pronoms ne sont pas à même d appréhender des entités pouvant être catégorisées. Dans une phrase comme (58c), l entité qui correspond à ce est par le biais de la copule être identifiée à un élément aléatoire de la catégorie nominale évoquée par l attribut, en l occurrence celle des génies, et acquiert ainsi l aptitude de construire une référence à une entité pouvant entrer dans une catégorie nominale. Les pronoms ce et ça n ont donc pas intrinsèquement l aptitude d asseoir une référence à une entité catégorisable, mais le contexte prédicatif, dans la mesure où il contient un attribut constitué d un syntagme nominal, peut leur conférer cette aptitude 17. Cette analyse permet de comprendre pourquoi la séquence disloquée a le statut de SN dans le cas de (48b), mais non dans le cas de (48a) : tout en saisissant son référent indépendamment de la dénomination apportée par la séquence disloquée, le pronom ce dans (48b) peut se rapporter à une entité catégorisable parce que le contexte prédicatif comportant un attribut nominal lui confère cette aptitude. Il n en va pas de même du contexte prédicatif dans (48a), où l attribut revêt la forme d un adjectif. Un adjectif, tout en permettant de regrouper des éléments comme étant similaires, n a pas la force de les regrouper dans une catégorie indépendante (Riegel, 1985 : 204). N ayant pas de pouvoir catégorisant, il ne peut pas faire correspondre ce à une entité catégorisable au moyen d un nom. De ce fait, la séquence disloquée ne peut pas être analysée comme SN unitaire, mais sera, compte tenu des propriétés selectionnelles de l adjectif suspect, analysée comme une relation prédicative. 16. Il existe une abondante littérature sur l opposition entre Il est docteur/c est un docteur, étudiant l alternance ce/il en rapport avec la détermination de l attribut et posant le problème du caractère prédicationnel ou identificationnel de la copulative. Il ne nous est pas possible d en rendre compte dans le cadre de la présente étude. L Information grammaticale n 104, janvier

9 L hypothèse n est-elle pas mise en cause par l exemple (37c)? (37) a. Mon fils malade, il est impossible. b. Mon fils malade, c est impossible. c. Mon fils malade, c est une épreuve. En effet, malgré la présence d un attribut nominal dans le contexte prédicatif, la séquence disloquée n a pas le statut de SN unitaire, mais se présente comme une relation prédicative avec l adjectif malade se rapportant au SN mon fils à la manière d un prédicat. L exemple (37c) fait apparaître une contrainte sémantique supplémentaire : afin que ce puisse exercer son aptitude à appréhender le référent du constituant disloqué comme une entité entrant dans une catégorie nominale, il est nécessaire que la catégorisation nominale apportée par l attribut soit compatible avec le type de référent que nomme le SN disloqué. Or il n est pas habituel de catégoriser des fils comme des épreuves, de sorte que la séquence disloquée de (37c) ne sera pas interprétée comme SN unitaire. Cet exemple, plutôt que d invalider l hypothèse ici défendue, fait apparaître d une manière encore plus nette que c est bien l attribut nominal qui dote ce de l aptitude de se rapporter à des entités catégorisées. Les faits observés ici n entrent pas fondamentalement en conflit avec l hypothèse associant les pronoms démonstratifs neutres ce et ça à du non nommé ou du non classé, mais conduisent néanmoins à la compléter. Il est vrai que ce et ça ne sont pas, par leurs propriétés intrinsèques, capables de saisir en tant que référent une ou des entités particulières déjà nommées ou rangées dans une catégorie nominale. Ils 17. Cf. Carlier (1992, 1996 : 143) ainsi que De Mulder (1997 :167), qui soutient cette hypothèse pour le déterminant démonstratif en admettant, avec Kleiber (1984), que ce N correspond à une structure classificatoire ce est un N. En étudiant la distribution des pronoms ce et il dans les phrases copulatives comme : Paul,* il/c est un monstre. Paul, il/*c est un monstrueux. Kleiber (1984 : 71-72) avait déjà noté que la possibilité d utiliser ce dans ce type de structure est liée au fait que «le référent ne se voit pas attribuer une qualité, une propriété, mais un trait susceptible de l identifier, de le nommer par la suite». Il pose une corrélation entre la possibilité d utiliser ce et le caractère classificatoire du prédicat en admettant que «la phrase classificatoire fait que le référent Paul est appréhendé comme un référent non classifié, non nommé». L hypothèse que nous proposons rejoint celle de Kleiber en ce qu elle fait également intervenir le contexte prédicatif catégorisant, mais elle va un pas plus loin dans ce sens qu elle donne un rôle au contexte prédicatif dans la construction du référent de ce : conformément à l hypothèse que ce établit sa référence en faisant intervenir le contexte de son occurrence, dont le contexte prédicatif, nous admettons que le pronom ce, quand il est inséré dans un contexte à attribut nominal, ne désigne plus tout simplement une chose, de la pure existence, mais désigne une entité pouvant entrer dans une catégorie nominale ou, pour reprendre les termes de De Mulder (1997), plutôt que de référer simplement à une entité non nommée, ce réfère dans un tel contexte prédicatif à une entité nommable. En d autres mots, sur la base de l hypothèse que ce construit sa référence en faisant intervenir le contexte de son occurrence, dont le contexte prédicatif, nous admettons que son insertion dans un contexte prédicatif catégorisant a pour effet de préciser le type de référent construit par ce dans ce sens qu il conduit à concevoir le référent correspondant à ce comme une entité pouvant entrer dans une catégorie nominale. Pour le déterminant ce, De Mulder (1997) montre les avantages de cette hypothèse dans le traitement de l anaphore fidèle un N ce N. Pour les pronoms ce/ça, il apparaîtra que la prise en compte du rôle du contexte prédicatif dans le processus de construction référentiel permettra notamment de mieux expliquer ses propriétés du nombre (cf. ex. (52) et (53) et ). ne déclenchent pas pour autant nécessairement une opération de déclassification. En effet, le contexte prédicatif, quand il contient un attribut nominal, peut leur conférer l aptitude de faire référence à des entités pouvant entrer dans une catégorie nominale. D une manière plus générale, le contexte prédicatif a un impact sur l interprétation des pronoms ce et ça dans la mesure où il limite, par les restrictions sélectionnelles qui lui sont propres, le type de référent que ces deux pronoms peuvent construire 18. Il supplée ainsi au manque de contenu descriptif propre des pronoms ce et ça Retour au sens descriptif des pronoms ce et ça : nomination et nombre S il est vrai que dans la structure «ce + être + SN», l attribut nominal transmet à ce l aptitude de désigner des entités pouvant être nommées, il est plausible d admettre qu il puisse lui communiquer aussi le trait du nombre. Ce peut donc hériter du trait du pluriel non pas à partir du SN disloqué, comme l a montré la présence de la forme verbale au pluriel dans l exemple (32), (32) Ce beau regard profond, ce sont des yeux d ivrogne. (J. Anouilh, La répétition ou l amour) mais à partir de l attribut. Comme nous l avons montré cidessus, cette propriété est à mettre en rapport avec le sens instructionnel caractéristique du pronom ce, qui le conduit à établir sa référence en faisant intervenir le contexte de son occurrence et en particulier les contraintes sémantiques du contexte prédicatif. Nous apportons ainsi un fondement au commentaire que fait Bonnard (1997 : 261) à propos de l exemple Mes chiens, c est Sam, Flipper et Lisa : «l extension étant donnée par l attribut, le verbe peut être mis au pluriel dans ce dernier exemple : ce sont Sam, Flipper et Lisa.» Il apparaît donc que ce, tout en n ayant pas de forme plurielle, peut bien véhiculer le trait du pluriel et le transmettre au verbe, même si cette structure est aujourd hui en recul. La tournure Ce sont des Anglais ne viole donc pas la règle selon laquelle le verbe s accorde en nombre avec le sujet. On mentionnera à l appui de cette hypothèse le fait qu en anglais, où la forme plurielle des pronoms démonstratifs this/that existe, cette forme est utilisée obligatoirement quand l attribut est au pluriel 19. En effet, la mise au pluriel de la phrase (59a) donne (59c) et non pas (59b). (59) a. This/That is my sister. b.* This/That are my sisters. c. These/Those are my sisters. 18. Nous laissons volontairement de côté, dans le cadre de cette étude, le fonctionnement de ce et ça avec, en position disloquée, un SN à interprétation générique, problème sur lequel il existe une abondante littérature. 19. En italien et en roumain, dans les phrases copulatives faisant intervenir un pronom démonstratif, celui-ci a non seulement le même nombre, mais aussi le même genre que l attribut nominal. Questa è mia sorella (trad. litt. : Celle-ci est ma sœur) Quelle sone le mie case (trad. litt. : Celles-là sont mes maisons) Van Peteghem (1991 : 148) note que cette utilisation d une forme fléchie en genre en italien et en roumain est liée au fait que ces deux langues romanes ne disposent pas de forme morphologique propre pour le pronom démonstratif neutre. 12 L Information grammaticale n 104, janvier 2005

10 Voici l analyse et l histoire d une structure qui a été pour beaucoup de grammairiens un véritable casse-tête chinois. Il est réconfortant de constater comment certains concepts de la recherche actuelle et en particulier la prise en compte de la composante instructionnelle du pronom ce ont permis de venir à bout d un problème déjà ancien, si du moins la solution proposée ici trouve approbation. Il reste pourtant encore deux problèmes à élucider. En premier lieu, la réponse que nous avons formulée au problème de l utilisation de la forme verbale au pluriel dans la tournure Ce sont des Anglais soulève la question de savoir pourquoi la forme verbale au pluriel n est pas attestée dans la structure C est nous, c est-à-dire pourquoi la langue, en abandonnant la structure inversée Ce sommes nous, a opté pour C est nous, plutôt que pour *Ce sont nous, non attesté, alors que la forme verbale au pluriel est bien utilisée dans Ce sont eux. La raison réside selon nous dans le fait que nous, à la différence de eux, n évoque pas une pluralité d êtres de même nature, mais plutôt un «je» étendu au «non-je», ainsi que l ont observé Jespersen (1924/74 : ) et Benveniste (1946/66 : ). (60) Dans la grande majorité des langues, le pluriel pronominal ne coïncide pas avec le pluriel nominal, du moins tel qu on le présente ordinairement. Il est clair que l unicité et la subjectivité inhérentes à «je» contredisent la possibilité d une pluralisation. S il ne peut y avoir plusieurs «je» conçus comme le «je» qui parle, c est que «nous» est, non pas une multiplication d objets identiques, mais une jonction entre «je» et «non-je». Cette jonction forme une totalité nouvelle et d un type particulier, où les composantes ne s équivalent pas. [ ] «nous» n est pas un «je» quantifié ou multiplié, c est un «je» dilaté au-delà de la personne stricte. (Benveniste (1966 : ) De même, vous, tout en pouvant évoquer plusieurs «tu», sert souvent à évoquer «toi et d autres personnes», d où également la forme verbale au singulier dans c est vous. Une deuxième question que fait surgir notre hypothèse est de savoir pourquoi, dans la langue actuelle, la forme verbale au singulier augmente sa fréquence au détriment de la forme verbale au pluriel dans la tournure Ce sont/c est des Anglais. Wagner et Pinchon (1962 : 262) invoquent ici l influence analogique de C est nous et C est vous. À partir de l hypothèse de Wagner et Pinchon, on pourrait comprendre pourquoi le recul de la forme verbale au pluriel affecte d une manière plus nette la tournure Ce sont/c est eux que celle avec en position postverbale un SN lexical plein, ainsi que l ont montré les chiffres dans les tableaux 1 et 2 présentés sous (5) et (6) 20. Il nous semble pourtant qu il faudrait au préalable préciser comment agit exactement l analogie afin d évaluer si elle peut rendre compte de l extension de la forme au singulier et du recul de la forme verbale au pluriel. Nous laisserons la question ouverte pour une recherche future. Anne CARLIER Université de Valenciennes 20. Cf. la première partie de cet article, parue dans l IG 103. RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES BARNES B.K., 1985, The Pragmatics of Left Detachment in Spoken French, Amsterdam, Philadelphia : J. Benjamins. BONNARD H., 1997, Code du français courant, Paris : Magnard. BÉCHADE H.-D., 1993, Syntaxe du français moderne et contemporain, Paris : PUF. BENVENISTE E, 1966 [1946], «Structure des relations de personne dans le verbe», in : Problèmes de linguistique générale, tome 1, Paris : Gallimard. BLANCHE-BENVENISTE C., J. DEULOFEU, J. STÉFANINI, K.VAN DEN EYNDE, 1983, Pronom et syntaxe : l approche pronominale et son application au français, Paris : SELAF. BLINKENBERG A., [ ], Le problème de l accord en français moderne : essai d une typologie, København : Munksgaard. BOSQUE I., DEMONTE V. (dir.), , Gramática descriptiva de la Lengua española, 3 tomes, Madrid : Espasa Calpe. BRUNOT F., , La pensée et la langue, Paris : Masson et C ie. BRUNOT F., , Histoire de la langue française, tomes II et III, Paris : A. Colin. CADIOT P., 1988, «De quoi ça parle? A propos de la référence de ça, pronom-sujet», Le français moderne, p CARLIER A., 1992, Les articles et l interprétation générique du syntagme nominal, thèse de doctorat, Univ. de Louvain. CARLIER A., 1996, «Les gosses, ça se lève tôt le matin : l interprétation générique du syntagme nominal disloqué par ce ou ça», Journal of French Language Studies 6, p CLÉDAT L., 1896, Grammaire classique de la langue française, Paris : Le Soudier. CINQUE G., 1977, «The Movement Nature of Left Dislocation», Linguistic Inquiry 8, p Commentaires sur les remarques de Vaugelas par La Mothe le Vayer, Scipion Dupleix, Ménage, Bouhours, Conrart, Chapelain, Patru, Thomas, Corneille, Cassagne, Andry de Boisregard et l Académie française, Paris, 1936 (rééd. par J. Streicher, Genève : Slatkine, 1970). CORBLIN F., 1985, Anaphore et interprétation des segments nominaux, Thèse de doctorat d État, Univ. de Paris VII. CORBLIN F., 1987, «Ceci et cela comme formes à contenu indistinct», Langue française 75, p DANON-BOILEAU L., 1989, «La détermination du sujet», Langages 94, p DE MULDER W., 1997, «Les démonstratifs : des indices de changement de contexte», in N. Flaux et al., Entre général et particulier, Arras : Artois Presses Université. DECLERCK R., 1988, Studies on Copular Sentences, Clefts and Pseudo-Clefts, Leuven : University Press. DENIS D., SANCIER-CHÂTEAU A., 1994, Grammaire du français, Paris : Poche. DEULOFEU J., 1979, «Les énoncés à constituant lexical détaché : les limites de l organisation grammaticale et de l organisation discursive dans les énoncés», Recherches sur le français parlé 2, p DUCROT O., 1972, «Descriptions définies et présupposés existentiels», in : Id., Dire et ne pas dire : principes de sémantique linguistique? Paris : Hermann. FERNÁNDEZ LEBORANS M. J., 2000, «La predicación : las oraciones copulativas», in I. Bosque & V. Demonte (dir.), tome II, chapitre 37. FOULET L., 1920, «Comment on est passé de ce suis je à c est moi», Romania XLVI, p FOULET L., 1921, «Comment ont évolué les formes de l interrogation», Romania XLVII, p FREI H., 1929, La grammaire des fautes, Paris : Geuthner. L Information grammaticale n 104, janvier

11 GARY-PRIEUR M.-N. et al. éd., 1998, Les démonstratifs : théories linguistiques et textes littéraires (Langue française 120), Paris : Larousse. GREVISSE M., , Le bon usage, Gembloux : Duculot. HENRY A., , «Ça désignant des êtres animés», idem, Études de syntaxe expressive, Bruxelles : Éditions de l Université de Bruxelles. HIRSCHBÜHLER P., 1975, «On the Source of Lefthands NPs in French», Linguistic Inquiry 6, p HØYBYE P., 1944, L accord en français contemporain : essai de grammaire descriptive, København : Andr. Fred. Høst & Søns. JESPERSEN O., 1971 [1924], La philosophie de la grammaire, trad. de l anglais par A.-M. Léonard, Paris : Minuit. KLEIBER G., 1981, Problèmes de référence : descriptions définies et noms propres, Paris : Klincksieck. KLEIBER G., 1984, «Sur la sémantique des descriptions démonstratives», Lingvisticae Investigationes 8/1, p KLEIBER G., 1987, «Mais à quoi sert donc le mot chose», Langue française 103, p KLEIBER G., 1990, Anaphores et pronoms, Louvain-la-Neuve : Duculot. KLEIBER G., 1998a, «Tout ça pour ça» in : J. Pauchard & J.-E. Tyvaert Eds, Actes des Journées scientifiques 1997, Reims : P.U. Reims. KLEIBER G., 1998b, «Des cerisiers, ça fleurit au printemps : une construction bien énigmatique», in : W. Edeltraud Ed, Et multum et multa : Festschrift für Peter Wunderli zum 60. Geburtstag, Tübingen : G. Narr, p KUPFERMANN L., 1979, «Les constructions Il est médecin / C est un médecin : essai de solution», Cahiers de linguistique 9, p LAMBRECHT K., 1986, Topic, Focus and the Grammar of Spoken French, PhD Thesis, Berkeley. LARSSON E., 1979, La dislocation en français : étude de syntaxe générative, Lund : CWK Gleerup. LE BIDOIS G., LE BIDOIS R., 1968, Syntaxe du français moderne, Paris : A. Picard. LE GOFFIC P., 1994, Grammaire de la phrase française, Paris : Hachette. LÉARD J.-M., 1987, «Quelques aspects morpho-syntaxiques des syntagmes génériques», in Kleiber G. éd., Rencontre(s) avec la généricité, p , Paris : Klincksieck. MAILLARD M., 1974, «Essai de typologie des substituts diaphoriques (supports d une anaphore et/ou d une cataphore)», Langue française 21, p MARTINEZ, J. A, 2000, «La concordancia», in : I. Bosque & V. Demonte (dir.), tome II, chapitre 42. MARTINON Ph., 1927, Comment on parle en français. La langue parlée correcte comparée avec la langue littéraire et la langue familière, Paris : Larousse. MAUPAS Ch., , Grammaire et syntaxe françoise, Orléans : O. Boynard et J. Nyon, réimpression, Genève : Slatkine, MEIGRET L., 1550, Le traité de la grammaire française, éd. par F. J. Haussman, Tubingen : G. Narr, MOREAU M.-L., 1976, C EST : Étude de syntaxe transformationnelle, Université de Mons. NUNBERG G., 1992, «Indexicality and Deixis», Linguistics and Philosophy 16/1, p OUDIN A., 1632, Grammaire françoise rapportée au langage du temps, Paris : P. Billaine ; deuxième édition, Paris : A. De Sommaville, 1640 ; réimpression, Genève : Slatkine, PORQUIER R., 1972, «L emploi de ça en français parlé», Le français dans le monde 91, p RAMÉE P. de la, 1572, Grammaire, éd. commentée par C. Demaizière, Paris : Champion, REBOUL A., 1994, «L anaphore pronominale : le problème de l attribution des référents», in : J. Moeschler et al., Langage et pertinence : référence temporelle, anaphore, connecteurs et métaphore, Nancy : P.U. Nancy. ROUVERET A., 1998, «Points de vue sur le verbe être», in : Id., éd., «Être» et «avoir» : syntaxe, sémantique, typologie, Saint- Denis : Presses universitaires de Vincennes. RENZI L., SALVI G. dir., 1991, Grande grammatica italiana di consultazione, tomes I-II, Bologna : il Mulino. RIEGEL M., 1985, L adjectif attribut, Paris : PUF. ROSS J., 1967, Constraints on Variables in Syntax, PhD MIT. SANDFELD K., 1965 [ ], Syntaxe du français contemporain, I : les pronoms, Paris : Champion. SCALIGER J.C., 1540, De causis linguae latinae, Lyon : S. Gryphe. SPERBER D., WILSON D., 1986 [ ], Relevance : Communication and Cognition, Oxford : Basil Blackwell. TASMOWSKI L., VERLUYTEN S., 1982, «Linguistic control of pronouns», Journal of Semantics 1, p TASMOWSKI L., 1990, «Les démonstratifs français et roumains dans la phrase et dans le texte», Langages 97, p VAN PETEGHEM M., 1991, Les phrases copulatives dans les langues romanes, Wilhelmsfeld : Egert. VAN PETEGHEM M., 1993, La détermination de l attribut nominal : étude de quatre langues romanes (français, espagnol, italien, roumain), Bruxelles : Palais des Académies. VAUGELAS C. F de, 1647, Remarques sur la langue françoise utiles à ceux qui veulent bien parler et bien escrire, Paris : Chez la Vve Jean Camusat et Pierre le Petit, réimpression, Genève : Slatkine, WAGNER R.-L., 1966, «À propos de c est», in : Mélanges Grevisse, Gembloux : Duculot. WAGNER R.-L., PINCHON J., , Grammaire du français classique et moderne, Paris : Hachette. WIERZBICKA A., 1988, «What s in a Noun?», in id., The Semantics of Grammar, Amsterdam : J. Benjamins. Voir également la bibliographie de la première partie (IG 103). 14 L Information grammaticale n 104, janvier 2005

Linguistique française : syntaxe

Linguistique française : syntaxe Linguistique française : syntaxe 54LG2113 Syntagmes et structure syntagmatique Marie Candito la Phrase! comment caractériser ce qu est une phrase?! rejet des critères graphiques! «séquence commençant par

Plus en détail

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Texte adopté par la Commission du droit international à sa soixante-troisième session, en 2011, et soumis à l Assemblée générale dans le cadre de

Plus en détail

Chapitre 1. LA PHRASE l analyse logique. I. Les types de phrase

Chapitre 1. LA PHRASE l analyse logique. I. Les types de phrase Chapitre 1 LA PHRASE l analyse logique Toute communication repose sur la production d énoncés dans une langue au choix du locuteur. Cet outil permet de produire des phrases, à l écrit comme à l oral. La

Plus en détail

VOUS AVEZ DIT LOGIQUE?

VOUS AVEZ DIT LOGIQUE? N 263 - DURAND-GUERRIER Viviane VOUS AVEZ DIT LOGIQUE? Il est fréquent de considérer que la logique formelle qui gouverne le raisonnement mathématique s oppose de manière radicale à la logique de sens

Plus en détail

LES CONJONCTIONS ET LES PRÉPOSITIONS

LES CONJONCTIONS ET LES PRÉPOSITIONS LES CONJONCTIONS ET LES PRÉPOSITIONS En bref Les conjonctions de coordination relient des unités qui ont la même fonction. Les conjonctions de subordination relient une proposition subordonnée à une proposition

Plus en détail

URCA UFR LETTRES ET SCIENCES HUMAINES L1S2 - TECHNIQUES D EXPRESSION

URCA UFR LETTRES ET SCIENCES HUMAINES L1S2 - TECHNIQUES D EXPRESSION URCA UFR LETTRES ET SCIENCES HUMAINES L1S2 - TECHNIQUES D EXPRESSION 2012/2013 PARTIE 1 : METHODOLOGIE DU RESUME Le résumé est la reformulation d un texte en un nombre de mots restreint, c est une épreuve

Plus en détail

La concordance des modes

La concordance des modes DES TEMPS L EMPLOI CONCORDANCE DU MODE DANS LA SUBORDONNÉE DES TEMPS CIRCONSTANCIELLE 1 La concordance des modes La concordance des modes L emploi du mode dans la subordonnée circonstancielle RAPPEL :

Plus en détail

GRF dyslexie 2010/2012. Lecture pas à pas

GRF dyslexie 2010/2012. Lecture pas à pas La compréhension en lecture, SILVA Fanny Compréhension 29 Lecture pas à pas 1. Description de l expérience : Suite aux deux hypothèses à vérifier énoncées dans notre préambule, j ai proposé d organiser

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

Mais revenons à ces deux textes du sermon sur la montagne dans l évangile de Matthieu.

Mais revenons à ces deux textes du sermon sur la montagne dans l évangile de Matthieu. «AIMER SES ENNEMIS» «Qui veut prendre ta tunique, laisse lui aussi ton manteau». Si quelqu un te force à faire mille pas, fais-en deux mille avec lui». «Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent»

Plus en détail

Les langues étrangères en travail social : Qu en est-il des étudiants en formation de niveau 3 et des cadres pédagogiques?

Les langues étrangères en travail social : Qu en est-il des étudiants en formation de niveau 3 et des cadres pédagogiques? Les langues étrangères en travail social : Qu en est-il des étudiants en formation de niveau 3 et des cadres pédagogiques? Quel est le cadre législatif? Quelles réticences? Est-ce un frein à la mobilité?

Plus en détail

La traduction anglais-français. Table des matières

La traduction anglais-français. Table des matières Table des matières Préface... 7 Avant-PROPOS... 9 247 Liste des signes, abréviations et conventions utilisés... 11 Partie I Cours et exercices Chapitre 1 Recatégorisation et chassé- CROISé... 15 1. Recatégorisation...

Plus en détail

Les stars, ce seront vous! Anomalies d accord dans les constructions ce + être + SN PL

Les stars, ce seront vous! Anomalies d accord dans les constructions ce + être + SN PL Les stars, ce seront vous! Anomalies d accord dans les constructions ce + être + SN PL Colloque Les relations d accord en français Fribourg, le 25 septembre 2014 Frédéric Gachet Université de Fribourg

Plus en détail

Le dictionnaire DEM dans NooJ

Le dictionnaire DEM dans NooJ 21 ème Traitement Automatique des Langues Naturelles, Marseille, 2014 Le dictionnaire DEM dans NooJ Max Silberztein ELLIADD, Université de Franche-Comté, 30 rue Mégevand, 25000 Besançon max.silberztein@univ-fcomte.fr

Plus en détail

Concours externe du Capes et Cafep-Capes. Section langues vivantes étrangères : anglais

Concours externe du Capes et Cafep-Capes. Section langues vivantes étrangères : anglais Concours externe du Capes et Cafep-Capes Section langues vivantes étrangères : anglais Notes de commentaires (Épreuves d admissibilité et d admission) À compter de la session 2014, les épreuves du concours

Plus en détail

Reconnaître une phrase. Reconnaître les types de phrase

Reconnaître une phrase. Reconnaître les types de phrase Reconnaître une phrase Une phrase est une suite de mots qui a un sens. Pour avoir un sens, une phrase doit comporter : o un groupe nominal sujet (GNS) qui indique de qui ou de quoi on parle ; o un groupe

Plus en détail

Consigne : Voici 9 baguettes de tailles différentes. Je voudrais que tu les ranges dans l ordre. CAPACITE A : ETABLIR ET GERER DES RELATIONS D ORDRE

Consigne : Voici 9 baguettes de tailles différentes. Je voudrais que tu les ranges dans l ordre. CAPACITE A : ETABLIR ET GERER DES RELATIONS D ORDRE 3. SERIATION CAPACITE A : ETABLIR ET GERER DES RELATIONS D ORDRE CONSIDERER «PETIT» ET «GRAND» COMME DES RELATIONS ET NON DES ETATS SERIATION épreuve 1 les baguettes Objectifs : Evaluer le niveau de sériation

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

Pronom relatif (introduisant les phrases syntaxiques complexes appelées subordonnées)

Pronom relatif (introduisant les phrases syntaxiques complexes appelées subordonnées) SYNTAXIQUES MATÉRIEL COMPLEXES POUR APPELÉES ALLOPHONES SUBORDONNÉES) 1 Pronoms Pronom relatif (introduisant les phrases syntaxiques complexes appelées subordonnées) Comme tous les pronoms, le pronom relatif

Plus en détail

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL LI Bin Résumé 1. Thème. Le droit de propriété a été l objet de réformes successives en Chine.

Plus en détail

Concours externe du Capes et Cafep-Capes. Section langues vivantes étrangères : anglais

Concours externe du Capes et Cafep-Capes. Section langues vivantes étrangères : anglais Concours externe du Capes et Cafep-Capes Section langues vivantes étrangères : anglais Notes de commentaires (Épreuves d admissibilité et d admission) À compter de la session 2014, les épreuves du concours

Plus en détail

INFORMATIONS JURIDIQUES 3 / F 66-2012

INFORMATIONS JURIDIQUES 3 / F 66-2012 INFORMATIONS JURIDIQUES 3 / F 66-2012 L absence du travailleur en raison de la maladie d un enfant Aux termes de l art. 36 al. 3 de la loi fédérale sur le travail (LTr), «l employeur doit, sur présentation

Plus en détail

Avant-texte et oral spontané

Avant-texte et oral spontané Cours 9 avril Avant-texte et oral spontané 2 2. Représentation en 2 D les quais les quais maintenant sont canalisés même même après la même après la guerre même après la guerre de quatorze dix-huit 3 2.

Plus en détail

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches Niveau C1 Descripteur global Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches La personne peut : comprendre en détail de longs discours et des échanges complexes

Plus en détail

Qu est-ce qu être fou? Aujourd hui encore il est très difficile, voire impossible,

Qu est-ce qu être fou? Aujourd hui encore il est très difficile, voire impossible, Introduction Qu est-ce qu être fou? Aujourd hui encore il est très difficile, voire impossible, d apporter une réponse exhaustive. Il s agit d un concept vague, imprécis, et le terme de folie est facilement

Plus en détail

1. Projet de lecture. Français 20-2. Médias : La pub. Cahier de l élève. Nom :

1. Projet de lecture. Français 20-2. Médias : La pub. Cahier de l élève. Nom : 1. Projet de lecture Médias : La pub Français 20-2 Cahier de l élève Nom : La pub DESCRIPTION DU PROJET Tu vas lire des annonces publicitaires pour être en mesure de discuter des moyens utilisés par les

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Qu est-ce que le TCF?

Qu est-ce que le TCF? Qu est-ce que le TCF? Le Test de Connaissance du Français (TCF ) est un test de niveau linguistique en français, conçu à la demande du ministère de l Éducation nationale, de l Enseignement supérieur et

Plus en détail

LES PRATIQUES D EVALUATION DE LA PERFORMANCE AU SEIN DES ORGANISMES FAISANT APPEL A LA GENEROSITE DU PUBLIC

LES PRATIQUES D EVALUATION DE LA PERFORMANCE AU SEIN DES ORGANISMES FAISANT APPEL A LA GENEROSITE DU PUBLIC LES PRATIQUES D EVALUATION DE LA PERFORMANCE AU SEIN DES ORGANISMES FAISANT APPEL A LA GENEROSITE DU PUBLIC Octobre 2008 Mesurer son efficacité, évaluer son efficience, donner à voir l impact de ses actions

Plus en détail

Est-ce qu il ne vient pas? (forme à la limite de l acceptabilité)

Est-ce qu il ne vient pas? (forme à la limite de l acceptabilité) L INTERROGATION DIRECTE 1) L interrogation totale. Elle porte sur l ensemble du contenu propositionnel de la phrase. Elle porte sur l action ou l état et elle appelle une réponse globale : oui, si ou non.

Plus en détail

Patrick Binisti UPEC-IUFM de Créteil Formation ASH Laboratoire Modyco sciences du langage 1

Patrick Binisti UPEC-IUFM de Créteil Formation ASH Laboratoire Modyco sciences du langage 1 sciences du langage 1 Comment l enfant acquiert la parole? sciences du langage 2 Partie I 1. Comment l enfant acquiert la parole? Partie II 2. A quel moment du processus d acquisition de la parole intervient

Plus en détail

MAITRISE DU LANGAGE ET DE LA LANGUE FRANCAISE au cycle 2 (programmes 2007)

MAITRISE DU LANGAGE ET DE LA LANGUE FRANCAISE au cycle 2 (programmes 2007) MAITRISE DU LANGAGE ET DE LA LANGUE FRANCAISE au cycle 2 (programmes 2007) Ces tableaux reprennent les compétences des programmes 2007. Ils servent de référentiel commun à tous les enseignants du cycle

Plus en détail

Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines

Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines 1 DEFINITION Un cas est une histoire racontée à propos d un ou plusieurs problèmes de gestion qui appelle une réflexion à propos des

Plus en détail

Numéro du rôle : 3360. Arrêt n 179/2005 du 7 décembre 2005 A R R E T

Numéro du rôle : 3360. Arrêt n 179/2005 du 7 décembre 2005 A R R E T Numéro du rôle : 3360 Arrêt n 179/2005 du 7 décembre 2005 A R R E T En cause : le recours en annulation des articles 302 et 308 (marchés publics) de la loiprogramme du 9 juillet 2004, introduit par C.

Plus en détail

MISE À JOUR FRA-3034 (1) (30 heures) DOMINANTES : INCITATIVE. (cours optionnel avec FRA-3035-3036)

MISE À JOUR FRA-3034 (1) (30 heures) DOMINANTES : INCITATIVE. (cours optionnel avec FRA-3035-3036) MISE À JOUR FRA-3034 (1) (30 heures) DOMINANTES : INCITATIVE (cours optionnel avec FRA-3035-3036) Document présenté par Simone Bouchard Septembre 2002 SB/cd FRA-3034 Objectifs terminaux : Lire des textes

Plus en détail

Une construction à double complément du verbe faire : attribut de l objet indirect?

Une construction à double complément du verbe faire : attribut de l objet indirect? Une construction à double complément du verbe faire : attribut de l objet indirect? Takuya Nakamura To cite this version: Takuya Nakamura. Une construction à double complément du verbe faire : attribut

Plus en détail

COMMENT ENSEIGNER LE FRANÇAIS PARLÉ : QUELQUES RÉSULTATS À PARTIR DU CORPUS LANCOM

COMMENT ENSEIGNER LE FRANÇAIS PARLÉ : QUELQUES RÉSULTATS À PARTIR DU CORPUS LANCOM COMMENT ENSEIGNER LE FRANÇAIS PARLÉ : QUELQUES RÉSULTATS À PARTIR DU CORPUS LANCOM Juliette DELAHAIE Université Paris Ouest Nanterre La Défense Laboratoire Modyco, UMR 7114 Présentation du corpus Le corpus

Plus en détail

ACQUISITIONS DES NOTIONS GRAMMATICALES 1 - Principes dont il faudra tenir compte A. Acquisition de notions grammaticales.

ACQUISITIONS DES NOTIONS GRAMMATICALES 1 - Principes dont il faudra tenir compte A. Acquisition de notions grammaticales. ACQUISITIONS DES NOTIONS GRAMMATICALES 1 - Principes dont il faudra tenir compte A. Acquisition de notions grammaticales. Un concept s acquiert à partir d exemples, de contre-exemples dont on dégage des

Plus en détail

Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français

Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français Badreddine Hamma To cite this version: Badreddine Hamma. Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français. Revue française de linguistique appliquée,

Plus en détail

«POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2

«POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2 «POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2 (V, 20) C est pour Christ que nous sommes en ambassade, puisque c est Dieu qui appelle par nous. Nous vous (le) demandons pour Christ, réconciliez-vous

Plus en détail

La#séquence#descriptive#

La#séquence#descriptive# La#séquence#descriptive# Une séquence descriptive est un ensemble de phrases dépeignant une réalité que le destinataire peut se représenter. La séquence descriptive, qui peut constituer le texte entier

Plus en détail

Le latin, instrument pédagogique pour tous

Le latin, instrument pédagogique pour tous Le latin, instrument pédagogique pour tous Francis Tilman Introduction 2 Du point de vue cognitif 2 Enjeu symbolique 4 Du point de vue culturel 4 Conclusion 5 Texte paru initialement dans Palamède. Bulletin

Plus en détail

11. Evaluation de la qualité des essais

11. Evaluation de la qualité des essais 11. Evaluation de la qualité des essais L évaluation de la qualité méthodologique d un essai thérapeutique est une tâche difficile [117]. L essai thérapeutique contrôlé randomisé est considéré comme étant

Plus en détail

Éducatives Familiales

Éducatives Familiales Éducatives Familiales FICHE 6 : UN EXEMPLE, LE JEU DU MEMORY Type de jeu / description Jeu de mémoire (discrimination visuelle) 2 à 4 joueurs Choisir une thématique (Memory de la forêt, des animaux, de

Plus en détail

mes m est mets/met mais mets

mes m est mets/met mais mets GRAMMATICAUX DE CATÉGORIES DIFFÉRENTES MES HOMOPHONES M EST METS/MET MAIS METS 1 Homophones grammaticaux de catégories différentes mes m est mets/met mais mets mes : déterminant possessif pluriel, féminin

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 22 mai 2013 N de pourvoi: 12-17651 ECLI:FR:CCASS:2013:CO00514 Non publié au bulletin Rejet M. Espel (président), président SCP Delaporte, Briard

Plus en détail

Application provisoire des traités. Déclaration du Président du comité de rédaction, M. Mathias Forteau 4 août 2015

Application provisoire des traités. Déclaration du Président du comité de rédaction, M. Mathias Forteau 4 août 2015 COMMISSION DU DROIT INTERNATIONAL Soixante-septième session Genève, 4 mai 5 juin et 6 juillet 7 août 2015 La version prononcée fait foi Application provisoire des traités Déclaration du Président du comité

Plus en détail

Copyright Nations Unies 2005

Copyright Nations Unies 2005 PROJET D ARTICLES SUR LE STATUT DU COURRIER DIPLOMATIQUE ET DE LA VALISE DIPLOMATIQUE NON ACCOMPAGNÉE PAR UN COURRIER DIPLOMATIQUE ET PROJETS DE PROTOCOLES FACULTATIFS Y RELATIFS 1989 Texte adopté par

Plus en détail

Dossier de Validation des Acquis de l expérience

Dossier de Validation des Acquis de l expérience Dossier de Validation des Acquis de l expérience Etape : 2 Guide de réalisation du dossier de présentation de V.A.E. Demande concernant le Diplôme de l Ipag Diplôme de Formation Supérieure au Management

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

processus PRÉLECTURE LECTURE lecture conseil scolaire de district catholique centre- sud

processus PRÉLECTURE LECTURE lecture conseil scolaire de district catholique centre- sud guide des processus lecture PRÉLECTURE mprendre lire pour l de la conseil scolaire de district catholique LECTURE centre- sud Ce guide contient des conseils et des renseignements pour t aider à produire

Plus en détail

EMERVEILLE. Psaume 19

EMERVEILLE. Psaume 19 EMERVEILLE Psaume 19 Cédric Chanson La Colline, le 12 juillet 2015 Soli Deo Gloria 1. S émerveiller, remercier, partager (Faire passer et déguster des morceaux de melon) Comment vous trouvez ce melon?

Plus en détail

Absence ou présence erronée d un mot ou d un groupe syntaxique

Absence ou présence erronée d un mot ou d un groupe syntaxique D UN SYNTAXE MOT OU D UN GROUPE SYNTAXIQUE 1 Problèmes fréquents Absence ou présence erronée d un mot ou d un groupe syntaxique Les erreurs d ordre syntaxique contenues dans cet exercice sont multiples

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : chambre commerciale Audience publique du 26 octobre 2010 N de pourvoi: 09-71404 Publié au bulletin Rejet Mme Favre (président), président Me Spinosi, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

ces ses c est s est sais / sait

ces ses c est s est sais / sait GRAMMATICAUX DE CATÉGORIES DIFFÉRENTES CES HOMOPHONES SES C EST S EST SAIS / SAIT 1 Homophones grammaticaux de catégories différentes ces ses c est s est sais / sait ces : déterminant démonstratif pluriel

Plus en détail

INTRODUCTION RAPIDE AU FRANÇAIS

INTRODUCTION RAPIDE AU FRANÇAIS INTRODUCTION RAPIDE AU FRANÇAIS Partagez cet article Le français est une langue indo-européenne de la famille des langues romanes. Le français s'est formé en France (variété de la «langue d oïl») et est

Plus en détail

Ouvrir ce texte avec Word ou open office- Enregistrez-le dans un format portable sous le nom DM_votreNom

Ouvrir ce texte avec Word ou open office- Enregistrez-le dans un format portable sous le nom DM_votreNom STAGE DOCTORAL INFORMATIQUE POUR LA RECHERCHE Objectif général : BUREAUTIQUE TRAITEMENT DE TEXTE Il s agit de mettre en forme un document libre de droit (le discours de la méthode), de procéder à un certain

Plus en détail

ISSN 2284-3531 Ordine internazionale e diritti umani, (2015), pp. 389-393.

ISSN 2284-3531 Ordine internazionale e diritti umani, (2015), pp. 389-393. OBSERVATOIRE SUR LE CONTENTIEUX EUROPÉEN DES DROITS DE L HOMME N. 2/2015 1. ARRET DU 3 OCTOBRE 2014, JEUNESSE C. PAYS-BAS Faits 1. L affaire concerne le refus des autorités néerlandaises d octroyer à la

Plus en détail

Homophones grammaticaux de catégories différentes. s y si ci

Homophones grammaticaux de catégories différentes. s y si ci GRAMMATICAUX DE CATÉGORIES DIFFÉRENTES S Y HOMOPHONES SI CI 1 Homophones grammaticaux de catégories différentes s y si ci s y : pronom personnel se (e élidé devant une voyelle) à la troisième personne

Plus en détail

Projet départemental groupe MDL29. «Des animaux mis en mots»

Projet départemental groupe MDL29. «Des animaux mis en mots» 1 Projet départemental groupe MDL29 «Des animaux mis en mots» Les difficultés liées au verbe Compte-rendu de la conférence de Lionel AUDION (22juin 2012, IUFM de Quimper) maître de conférence à l Université

Plus en détail

DIRECTIVES RELATIVES À LA PROCÉDURE D OPPOSITION PARTIE 3

DIRECTIVES RELATIVES À LA PROCÉDURE D OPPOSITION PARTIE 3 DIRECTIVES RELATIVES À LA PROCÉDURE D OPPOSITION PARTIE 3 Dépôt non autorisé par les agents du titulaire de la marque (article 8, paragraphe 3, du RMC) Directives d opposition partie 3 (article 8, paragraphe

Plus en détail

Phrase d accroche : Faits :

Phrase d accroche : Faits : Phrase d accroche : Si certaines clauses permettent à un contractant de limiter sa responsabilité en cas d apparition d un dysfonctionnement de la chose vendue, le juge les écarte parfois lorsque des circonstances

Plus en détail

Actualisation linguistique en français

Actualisation linguistique en français Actualisation linguistique en français Mandat de l éducation en langue française Le ministère de l Éducation en Ontario a un double mandat par rapport à l enseignement et la transmission de la langue.

Plus en détail

SI VOTRE PROJET EST DÉRIVÉ D UNE THÈSE

SI VOTRE PROJET EST DÉRIVÉ D UNE THÈSE SI VOTRE PROJET EST DÉRIVÉ D UNE THÈSE Il y a un monde entre la facture d une thèse, aussi savante et pertinente soit-elle, et un livre qui s adressera nécessairement à un public moins expert. Votre thèse

Plus en détail

La désignation des juges en Angleterre et au Pays de Galles

La désignation des juges en Angleterre et au Pays de Galles La désignation des juges en Angleterre et au Pays de Galles 1. La Loi de révision constitutionnelle (Constitutional Reform Act, ci-après «CRA») a introduit un certain nombre de modifications constitutionnelles

Plus en détail

PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE DROIT D AUTEUR/ DROIT DES DESSINS ET MODELES/ DROIT DES MARQUES

PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE DROIT D AUTEUR/ DROIT DES DESSINS ET MODELES/ DROIT DES MARQUES Cabinet Claude BARANES 27 Avenue de la Grande Armée 75116 Paris Tel : 06 49 73 46 51 Fax: 01 53 64 0972 claudebaranes@avocat-baranes.fr www.avocat-baranes.fr N 73/ Novembre 2014 Lettre d information juridique

Plus en détail

Délibération n 2011-10 du 4 avril 2011

Délibération n 2011-10 du 4 avril 2011 Délibération n 2011-10 du 4 avril 2011 Délibération faisant suite à un refus d envoi en mission temporaire en raison de l origine ethnique de la réclamante Emploi privé / Origine ethnique / Discrimination

Plus en détail

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18)

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18) La Fête jusqu où? Niveau B1 Remarque : attention, les supports 1 et 2 ne sont pas dissociables et son à travailler de manière enchaînée. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années

Plus en détail

CRPE 2011 EPREUVE D ORAL BLANC POUR L ADMISSION AU CONCOURS DU CRPE DISCIPLINE DU FRANCAIS

CRPE 2011 EPREUVE D ORAL BLANC POUR L ADMISSION AU CONCOURS DU CRPE DISCIPLINE DU FRANCAIS CRPE 2011 EPREUVE D ORAL BLANC POUR L ADMISSION AU CONCOURS DU CRPE DISCIPLINE DU FRANCAIS Domaine : Niveau : CM2 Connaissances et compétences : Compétences - rédiger un texte d une quinzaine de lignes

Plus en détail

Ne et les adverbes : pas, aucunement, nullement, plus, jamais, guère, point, mie, goutte. Je n ai. Je n ai

Ne et les adverbes : pas, aucunement, nullement, plus, jamais, guère, point, mie, goutte. Je n ai. Je n ai La négation Ne et les adverbes : pas, aucunement, nullement,,, guère, point, mie, goutte. J ai l intention d y jouer. Je n ai pas aucunement nullement l intention d y jouer. Je joue au tennis. Je joue

Plus en détail

Élève 1 Nombre total Prestation globale de points Devoir 1: Peut répondre de façon structurée et précise en développant ses Entretien idées.

Élève 1 Nombre total Prestation globale de points Devoir 1: Peut répondre de façon structurée et précise en développant ses Entretien idées. Élève 1 Nombre total de points 2 (77%) Devoir 1: Entretien 5 points Devoir 2 : Jeu de rôle 5 points Devoir 3 : Commentaire 4 points Transcription du commentaire (Temps de production 1:32 min) Prestation

Plus en détail

Commentaires du CCBE sur le document de travail de la Commission

Commentaires du CCBE sur le document de travail de la Commission Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Commentaires du CCBE sur le document de travail de la Commission «L application à la profession d avocat de la directive 91/308/CEE relative

Plus en détail

féminisme et de nuire aux femmes et à leurs intérêts. A partir de l intention de contrer ce danger, un certain nombre d études ont été menées sur le

féminisme et de nuire aux femmes et à leurs intérêts. A partir de l intention de contrer ce danger, un certain nombre d études ont été menées sur le 1. Introduction Cette étude porte sur le sujet des hommes en mouvement 1 en Suisse. Son objectif général est de décrire et de comprendre l affirmation, à la fois identitaire et politique, de ce mouvement,

Plus en détail

Dossier de références de l élève : grammaire

Dossier de références de l élève : grammaire Dossier de références de l élève : grammaire Titre : Dossier grammaire de l élève Prérequis : Dès le niveau 2P, quand la grammaire est abordée (les groupes de la phrase et les catégories de mots : déterminant,

Plus en détail

I. Le déterminant Il détermine le nom. Le déterminant indique le genre, le

I. Le déterminant Il détermine le nom. Le déterminant indique le genre, le I. Le déterminant Il détermine le nom. Le déterminant indique le genre, le nombre et le degré de détermination du nom. 1. L article le, la, les, l, d, au, aux, du, des, un, une, des, du, de l, de la, des.

Plus en détail

Les firmes de services professionnels au défi de la

Les firmes de services professionnels au défi de la Les firmes de services professionnels au défi de la gouvernance Antoine Henry de Frahan A l heure où de nombreuses firmes de services professionnels (associations d avocats, cabinets d experts-comptables,

Plus en détail

programme connect Mars 2015 ICF-Léman

programme connect Mars 2015 ICF-Léman programme connect Mars 2015 ICF-Léman Déroulement des soirées 19:00-19:30 Accueil 19:30-20:00 Repas 20:00-20:05 Fin de repas / nettoyages 20:05-20:15 Annonces / infos 20:15-20:45 Programme vidéo ou étude

Plus en détail

Compréhension de la langue

Compréhension de la langue Compréhension de la langue Les petits guides Démarche Compréhension de la langue (CP) permet aux élèves de s interroger sur le sens d un texte, en développant l écoute, la prise de parole et la justification.

Plus en détail

Numéro du rôle : 1325. Arrêt n 51/99 du 5 mai 1999 A R R E T

Numéro du rôle : 1325. Arrêt n 51/99 du 5 mai 1999 A R R E T Numéro du rôle : 1325 Arrêt n 51/99 du 5 mai 1999 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l'article 394, 1er, du Code des impôts sur les revenus 1992, posée par le Tribunal de première

Plus en détail

Règles existantes en matière de consolidation des entités ad hoc

Règles existantes en matière de consolidation des entités ad hoc Règles existantes en matière de consolidation des entités ad hoc L es établissements de crédit interviennent à divers titres dans les montages utilisant des entités ad hoc, soit comme arrangeurs et/ou

Plus en détail

Comment revaloriser l enseignement qualifiant?

Comment revaloriser l enseignement qualifiant? Adam Patrick Charlot Celine Nava Diego Scaramozzino Pauline Comment revaloriser l enseignement qualifiant? Principes de politique et d organisation scolaire Titulaires : M. Demeuse, N. Friant 3 e Bachelier

Plus en détail

fiche D AUTOCORRECTION Frimousse, une petite chienne qu'on a adoptée le mois dernier, est intelligente et docile.

fiche D AUTOCORRECTION Frimousse, une petite chienne qu'on a adoptée le mois dernier, est intelligente et docile. fiche D AUTOCORRECTION 3.4 Les accords sont corrects dans chaque groupe du nom. On met souvent sur le dos de l inattention les erreurs d orthographe grammaticale. Bien accorder les mots exige de l observation

Plus en détail

Etat des lieux de la nullité pour fausse déclaration intentionnelle de risques S. Abravanel-Jolly

Etat des lieux de la nullité pour fausse déclaration intentionnelle de risques S. Abravanel-Jolly ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 19 JANV-FEV 2011 Etat des lieux de la nullité pour fausse déclaration intentionnelle de risques S. Abravanel-Jolly Mots clés : C.

Plus en détail

PLAN DE COURS CADRE ANG3156. Syntax II

PLAN DE COURS CADRE ANG3156. Syntax II PLAN DE COURS CADRE course ANG3156 Syntax II PLAN DE COURS CADRE Les plans de cours type ont pour but d informer les étudiants ainsi que le personnel enseignant sur les balises minimales tant au niveau

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

Une association à un seul membre? Est-on vraiment sérieux?

Une association à un seul membre? Est-on vraiment sérieux? Une association à un seul membre? Est-on vraiment sérieux? Synthèse L identité d un régime juridique découle des caractéristiques du sujet qu il couvre et non du seul fait que l entité ait la personnalité

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

Notion de droit administratif.

Notion de droit administratif. Introduction 1 Notion de droit administratif. De prime abord, le droit administratif peut se définir comme l ensemble des règles relatives à l organisation et à l action de l administration, la branche

Plus en détail

Le mémoire du groupe 2 peut être présenté dans trois catégories :

Le mémoire du groupe 2 peut être présenté dans trois catégories : Groupe 2 (Espagnol) Remarques préliminaires Le mémoire du groupe 2 s adresse aux élèves qui étudient une deuxième langue vivante. Les élèves ne sont pas autorisés à rédiger un mémoire du groupe 2 dans

Plus en détail

SECTION DE MATURITE PLAN D ETUDE-CADRE ANGLAIS

SECTION DE MATURITE PLAN D ETUDE-CADRE ANGLAIS 6. LYCEE JEAN-PIAGET NEUCHATEL SECTION DE MATURITE PLAN D ETUDE-CADRE ANGLAIS I. Objectifs généraux L apprentissage de l anglais, comme celui de toute autre langue étrangère, permet à l élève d acquérir

Plus en détail

Enseigner la compréhension au cycle 3

Enseigner la compréhension au cycle 3 Enseigner la compréhension au cycle 3 Les compétences visées chez les élèves : Programmes 2008 : La lecture et l écriture sont systématiquement liées : elles font l objet d exercices quotidiens, non seulement

Plus en détail

Protection d un concept ou de sa concrétisation?

Protection d un concept ou de sa concrétisation? Protection d un concept ou de sa concrétisation? par Me Joëlle Verbrugge pour JURIMAGE Dans le jugement dont il est question aujourd hui, un Tribunal a été amené à juger la demande formée par un photographe

Plus en détail

Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL»

Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL» Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL» La représentation de l activité des entreprises, dans les normes comptables

Plus en détail

LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES?

LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES? LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES? INTRODUCTION Depuis quelques années, un certain nombre d évolutions à la fois sociétales et professionnelles nous poussent,

Plus en détail

La délégation de pouvoirs

La délégation de pouvoirs La délégation de pouvoirs DELEGATIONS DE POUVOIR Secteur Pharmaceutique Paris, 27 septembre 2006 Introduction: définition, contexte et rappel des principes généraux Délégation de pouvoirs et notions voisines

Plus en détail

RAPPORT FINAL D ACTIVITÉ DU DH-S-TER SUR LES ASSURANCES DIPLOMATIQUES

RAPPORT FINAL D ACTIVITÉ DU DH-S-TER SUR LES ASSURANCES DIPLOMATIQUES Extrait du Rapport 62e CDDH, 4-7 avril 2006 CDDH (2006)007, Annexe V RAPPORT FINAL D ACTIVITÉ DU DH-S-TER SUR LES ASSURANCES DIPLOMATIQUES Introduction 1. Le Groupe de spécialistes sur les droits de l

Plus en détail

Éléments d écriture. être exprimées clairement; être précises; fournir suffisamment de détails pertinents pour que le texte soit intéressant.

Éléments d écriture. être exprimées clairement; être précises; fournir suffisamment de détails pertinents pour que le texte soit intéressant. Éléments d écriture Idée Les idées servent de point de départ à l écriture et elles comportent à la fois le sujet choisi et l intention de l auteur. Elles doivent : être exprimées clairement; être précises;

Plus en détail

Le comportement verbal

Le comportement verbal Le comportement verbal Charlotte GAMARD Orthophoniste - Formatrice Colloque Autisme Dijon 1-2 - 3 avril 2015 Plan Historique et définition de l ABA Le courant ABA-VB Les opérants verbaux : définitions

Plus en détail

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»?

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? Carlos Guevara «Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? La phrase du titre de mon exposé est de Lacan, le signe d interrogation est de moi. Cette phrase, vous pouvez la trouver dans

Plus en détail