Evaluation de l activité du dépistage

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Evaluation de l activité du dépistage"

Transcription

1 Evaluation de l activité du dépistage du programme national DOCCR 2015 : limites, scénarios et indicateurs pertinents Réunion CTP Estimation de l activité du DOCCR 2015 Equipe InVS dépistages des cancers Paris, 25 novembre

2 Contexte problématique Mise en œuvre d un nouveau test immunologique Disponibilité du test : 14 avril 2015 Difficultés d approvisionnement ont entrainé un retard de démarrage de l activité dans certains départements Montée en charge progressive prévue de l envoi des invitations entre septembre et décembre 2015 pour a priori atteindre la quasi totalité de l activité d une année complète Délai moyen de 3 mois entre l envoi des invitations et la réalisation d un test de dépistage Faut il évaluer l activité du DOCCR pour l année 2015 dès mars 2015? Quels indicateurs présenter? 2

3 Rappel du calcul des indicateurs de l activité du dépistage Evaluation à partir de données agrégées Schéma des invitations du programme impose une évaluation de la participation sur deux années glissantes (année N 1 et année N) Estimation complète de la participation sur la période Déroulement du processus calendrier Envoi de mails de demande de remontée de données de participation de la période évaluée (année N 1 et année N) aux SG (mi décembre) Réception des données (1 31 janvier de l année N+1) Calcul des indicateurs et validation par les SG (1 28 février de l année N+1) Publication des indicateurs pour le mois de communication sur le CCR «mars bleu» 3

4 Rappel du calcul des indicateurs d activité du dépistage Indicateurs produits en routine pour la participation Taux de couverture du programme d invitation Evaluer dans quelle mesure les invitations envoyées couvrent la population éligible Rapport entre le nombre de personnes invitées durant la période évaluée et la population éligible Taux de participation INSEE Evaluer la participation de la population concernée au programme de dépistage Rapport entre le nombre de personnes dépistées sur deux années et la population cible INSEE de laquelle ont été soustraites les personnes exclues sur cette période 4

5 Rappel du calcul des indicateurs d activité du dépistage Indicateurs produits en routine Taux d exclusions médicales Mesurer la proportion de personnes non concernées à un moment donné par DOCCR Rapport entre le nombre de personnes de 50 à 74 ans exclues du programme pour des raisons médicales et la population cible INSEE sur la période évaluée Taux de tests positifs (Indicateurs de la qualité des tests) Evaluer la proportion de tests positifs parmi les personnes dépistées Rapport entre le nombre de personnes présentant un test de dépistage positif et le nombre de personnes dépistées avec un test analysable 5

6 Contexte du déploiement du test immunologique Limite l intérêt du calcul de la participation 2015 dès mars 2016 : Année incomplète (14 avril 31 décembre 2015) Manque de recul suffisant Participation sous estimée Calcul des taux d exclusions et de tests positifs restent néanmoins possibles Evaluation sur deux années glissantes ( ) : estimation complète et stable de la participation sur la période concernée 6

7 Contexte du déploiement du test immunologique Calcul de la participation 2015 à partir des données agrégées avec un recul de 3 à 6 mois après l envoi des dernières invitations (suivi de la cohorte des invités 2015) Prend en compte l impact de la montée en charge des invitations Report de la publication des résultats par exemple en juin 2016 Estimation de la participation assez proche de la réalité observée Calcul du taux d exclusions et du taux de tests positifs sont possibles 7

8 Conclusion Déploiement du test immunologique : contexte particulier limite l intérêt du calcul de la participation 2015 dans le délai habituel (mars 2016) : année tronquée, recul insuffisant Participation sous estimée Alternative: observer un recul suffisant (report de «mars bleu») Proposition d indicateurs pertinents à fournir pour mars 2015 : Taux de tests positifs et taux d exclusions (InVS) Montée en charge du dispositif (Cnam) Evaluer le degré d'acceptabilité du nouveau test de dépistage (Enquête auprès d échantillon de MG et de la population cible, INCa) Evaluation et publication de la participation en mars

EVALUATION DU PROGRAMME DE DÉPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER COLORECTAL: RÉSULTATS PRÉLIMINAIRES DE LA PARTICIPATION POUR LA PÉRIODE

EVALUATION DU PROGRAMME DE DÉPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER COLORECTAL: RÉSULTATS PRÉLIMINAIRES DE LA PARTICIPATION POUR LA PÉRIODE EVALUATION DU PROGRAMME DE DÉPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER COLORECTAL: RÉSULTATS PRÉLIMINAIRES DE LA PARTICIPATION POUR LA PÉRIODE 2015-2016 Saint-Maurice, 30/01/2017, Equipe - dépistages des cancers CONTEXTE

Plus en détail

Mars bleu. Dossier de presse. contre le Cancer colorectal! Association pour le Dépistage Organisé des Cancers

Mars bleu. Dossier de presse. contre le Cancer colorectal! Association pour le Dépistage Organisé des Cancers Mars bleu Dossier de presse Ensemble mobilisons nous contre le Cancer colorectal! ADOC 11 Association pour le Dépistage Organisé des Cancers Un dépistage organisé Le principe du dépistage est de détecter

Plus en détail

INDICATEURS D EVALUATION DU PROGRAMME DE DÉPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER COLORECTAL

INDICATEURS D EVALUATION DU PROGRAMME DE DÉPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER COLORECTAL DU PROGRAMME DE DÉPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER COLORECTAL Comité Technique et Prospective, dépistage du cancer colorectal, 14/12/2016 Evaluation du programme par ex INVS, Santé publique France (arrêté du

Plus en détail

Dépistage organisé du cancer colorectal : listing des indicateurs disponibles

Dépistage organisé du cancer colorectal : listing des indicateurs disponibles Dépistage organisé du cancer colorectal : listing des indicateurs disponibles L objectif du dépistage du cancer colorectal est de réduire la mortalité par ce cancer et d en diminuer l incidence. L annexe

Plus en détail

Construction d une méthode pour accompagner les publics en situation de précarité vers le dépistage organisé des cancers

Construction d une méthode pour accompagner les publics en situation de précarité vers le dépistage organisé des cancers Construction d une méthode pour accompagner les publics en situation de précarité vers le dépistage organisé des cancers FORMADOC 2- Loire 2011-2012 Julie Kalecinski Vanessa Dutertre Franck Chauvin Centre

Plus en détail

Internet est-il l avenir des enquêtes Génération?

Internet est-il l avenir des enquêtes Génération? Établissement public sous double tutelle des ministères de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la Recherche du Travail, de l Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue

Plus en détail

Impact de l introduction du vaccin hexavalent sur la couverture contre l hépatite B à Bruxelles et en Wallonie

Impact de l introduction du vaccin hexavalent sur la couverture contre l hépatite B à Bruxelles et en Wallonie Impact de l introduction du vaccin hexavalent sur la couverture contre l hépatite B à Bruxelles et en Wallonie Emmanuelle Robert (MPH) Béatrice Swennen (Dr, MPH) Politiques et systèmes de santé, santé

Plus en détail

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Dossier de presse du 27 novembre 2009 En plus des données concernant les découvertes de séropositivité

Plus en détail

Construire la courbe LIFT. Ricco RAKOTOMALALA. Ricco Rakotomalala Tutoriels Tanagra - http://tutoriels-data-mining.blogspot.fr/ 1

Construire la courbe LIFT. Ricco RAKOTOMALALA. Ricco Rakotomalala Tutoriels Tanagra - http://tutoriels-data-mining.blogspot.fr/ 1 Construire la courbe LIFT Ricco RAKOTOMALALA Tutoriels Tanagra - http://tutoriels-data-mining.blogspot.fr/ 1 L exemple du publipostage pour la promotion d un produit Objectif : promouvoir un produit Rôle

Plus en détail

Les indices de prix de vente dans les services. Impact sur le calcul de productivité

Les indices de prix de vente dans les services. Impact sur le calcul de productivité Les indices de prix de vente dans les services Impact sur le calcul de productivité Plan 1) La délicate mesure des prix dans les services 2) Les progrès accomplis au cours des années 2000 3) Quelles conséquences

Plus en détail

La fraude à la carte bancaire

La fraude à la carte bancaire Agenda Utilisation des réseaux sociaux dans la lutte contre la fraude Françoise Soulié Fogelman VP Innovation francoise@kxen.com 1. La fraude à la carte bancaire 2. La question des volumes 3. La création

Plus en détail

Contexte - 2 - Colloque Santé et Société Mai 2015

Contexte - 2 - Colloque Santé et Société Mai 2015 www.irdes.fr Quel impact attendre de la généralisation de la complémentaire santé d entreprise sur le taux de non couverture en France? Une simulation à partir de l Enquête Santé et Protection Sociale

Plus en détail

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE 14 TÉTANOS ET LA ROUGEOLE 14.1 INTRODUCTION Soumaïla MARIKO Comme on l a déjà précisé au chapitre 1, des tests de dépistage de l immunité contre le tétanos et

Plus en détail

INVESTISSEMENTS D AVENIR

INVESTISSEMENTS D AVENIR INVESTISSEMENTS D AVENIR COHORTES SUIVI 2013 Compte rendu scientifique Relevé de dépenses Indicateurs juin 2014 SYNTHESE DU SUIVI D ACTION COHORTES (Année 2013) INTRODUCTION L action «cohortes» vise à

Plus en détail

DIRECTIVES ADMINISTRATIVES ADMINISTRATION ET FINANCES. Autorisée pour publication par :

DIRECTIVES ADMINISTRATIVES ADMINISTRATION ET FINANCES. Autorisée pour publication par : Page : 1 de 7 Présentée par : Présentée par : Autorisée pour publication par : Approuvée par : Jean Lapierre Directeur des produits stables Sylvie Thibault Directrice des relations avec les centres hospitaliers

Plus en détail

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali.

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Initiative conjointe CEDLAS - DNACPN Février 2011 1 Résumé... 3 Description de l étude... 3

Plus en détail

Favoriser un lien durable entre soignant et soigné: L exemple des programmes pour et avec les populations à risque (HSH, UDVI, TS) en Asie

Favoriser un lien durable entre soignant et soigné: L exemple des programmes pour et avec les populations à risque (HSH, UDVI, TS) en Asie Favoriser un lien durable entre soignant et soigné: L exemple des programmes pour et avec les populations à risque (HSH, UDVI, TS) en Asie Dr Niklas Luhmann MD, MPH HIV/AIDS and HR Advisor Médecins du

Plus en détail

La mutualisation des fonctions supports

La mutualisation des fonctions supports La mutualisation des fonctions supports Rappel des objectifs des expérimentations de mutualisation Expérimenter un traitement mutualisé de l assistance technique à la gestion du SNV2, des achats, de la

Plus en détail

Cahier des charges de l appel d offres n 2013-03-EC

Cahier des charges de l appel d offres n 2013-03-EC Cahier des charges de l appel d offres n 2013-03- Baromètre des PME régionales innovantes 2013 Appui à la réalisation du terrain de l enquête et accompagnement pour le traitement statistique des données.

Plus en détail

Assurance qualité des programmes de dépistage

Assurance qualité des programmes de dépistage Assurance qualité des programmes de dépistage Séminaire des programmes de dépistage organisé des cancers 23 juin 2014 Contexte et objectifs de l étude Plans Cancer 2009-2013 et 2014-2019 Objectifs Optimiser

Plus en détail

Globality YouGenio World FAQ

Globality YouGenio World FAQ FAQ Pourquoi choisir? Toutes les formules de ce plan d assurance incluent l accès aux Globalites, un réseau mondial unique de services garantissant une excellente connaissance des marchés locaux et un

Plus en détail

Formation programme vaudois de dépistage du cancer du colon Présentation générale du programme

Formation programme vaudois de dépistage du cancer du colon Présentation générale du programme Formation programme vaudois de dépistage du cancer du colon Présentation générale du programme Dr Reto Auer, Dr Kevin Selby, Pr Jacques Cornuz, PMU Dr Jean-Luc Bulliard, IUMSP Dr Cristina Nichita, Pr Gian

Plus en détail

LES DIRIGEANTS D ENTREPRISES S EXPRIMENT. Une enquête réalisée par les experts de Taj, société d avocats, membre de Deloitte Touche Tohmatsu Limited.

LES DIRIGEANTS D ENTREPRISES S EXPRIMENT. Une enquête réalisée par les experts de Taj, société d avocats, membre de Deloitte Touche Tohmatsu Limited. LES CONTROLES CIR DES CONTROLES FISCAUX COMME LES AUTRES! LES DIRIGEANTS D ENTREPRISES S EXPRIMENT Une enquête réalisée par les experts de Taj, société d avocats, membre de Deloitte Touche Tohmatsu Limited.

Plus en détail

( prêt de la Banque Mondiale N 7392TN) -------------

( prêt de la Banque Mondiale N 7392TN) ------------- UNIVERSITE DE SOUSSE TERMES DE REFERENCE Projet d appui à la qualité (Capacité de Gestion) Formation des cadres de l Université de Sousse Dans le domaine de la Gestion Financière des Établissements Publics

Plus en détail

Indicateur n 9 : Nombre de consultations de professionnels de santé pat habitant

Indicateur n 9 : Nombre de consultations de professionnels de santé pat habitant 38 Indicateur n 9 : Nombre de consultations de professionnels de santé pat habitant Sous-indicateur n 9-1 : nombre de consultations de médecins par habitant (omnipraticiens et spécialistes, y compris consultations

Plus en détail

LE DEVENIR DES DIPLOMES DE MASTER 2 PROFESSIONNEL PROMOTION 2006/2007

LE DEVENIR DES DIPLOMES DE MASTER 2 PROFESSIONNEL PROMOTION 2006/2007 LE DEVENIR DES DIPLOMES DE MASTER 2 PROFESSIONNEL PROMOTION 2006/2007 Méthodologie Les informations présentées dans ce document sont issues de l enquête d insertion réalisée auprès des diplômés de Master

Plus en détail

Application mobile patient : retour d expériences. Dr. A. RUFFIÉ

Application mobile patient : retour d expériences. Dr. A. RUFFIÉ Application mobile patient : retour d expériences Dr. A. RUFFIÉ Objectifs Mettre à disposition du patient d un outil facilitant la communication avec l établissement de santé pour améliorer l efficience

Plus en détail

Prévention des TMS-MS dans les entreprises de moins de 50 salariés. Dr Olivier PALMIERI

Prévention des TMS-MS dans les entreprises de moins de 50 salariés. Dr Olivier PALMIERI Prévention des TMS-MS dans les entreprises de moins de 50 salariés Dr Olivier PALMIERI Introduction La prévention des troubles musculo-squelettiques des membres supérieurs est l un des deux axes retenus

Plus en détail

Guide Sudoe - Pour l'élaboration et la gestion de projets Version Française Fiche 6.0 La sélection des projets

Guide Sudoe - Pour l'élaboration et la gestion de projets Version Française Fiche 6.0 La sélection des projets Guide Sudoe - Pour l'élaboration et la gestion de projets Version Française Fiche 6.0 La sélection des projets 2 Fiche 6.0 La sélection des projets Index 1 Le cycle d instruction des dossiers de candidature...

Plus en détail

Jean-François Delaloye CHUV, Lausanne

Jean-François Delaloye CHUV, Lausanne Jean-François Delaloye CHUV, Lausanne Mammographie 2 incidences détectent de plus petits cancers, surtout si les seins sont denses diminuent le risque de cancer d intervalle dans les 12 mois (0.46 [95%

Plus en détail

Quelle prévention de la consommation d alcool en entreprise? Pr F. PAILLE

Quelle prévention de la consommation d alcool en entreprise? Pr F. PAILLE 1 Quelle prévention de la consommation d alcool en entreprise? Pr F. PAILLE Malgré une diminution de consommation depuis une quarantaine d années les Français restent parmi les plus gros consommateurs

Plus en détail

CHAINE D ANALYSES INTER-LABORATOIRES BOUCHONS PLAN DE CAMPAGNE

CHAINE D ANALYSES INTER-LABORATOIRES BOUCHONS PLAN DE CAMPAGNE CHAINE D ANALYSES INTER-LABORATOIRES BOUCHONS PLAN DE CAMPAGNE 2015 BOUCHONS EN LIEGE POUR VINS TRANQUILLES MESURE DES PARAMETRES MECANIQUES ET PHYSIQUES Version 01 du 01/12/14 Ce document présente notre

Plus en détail

BTS SIO Services Informatiques aux Organisations. Session 2014

BTS SIO Services Informatiques aux Organisations. Session 2014 BTS SIO Services Informatiques aux Organisations Option SISR Session 2014 MAZOUZ ANOUAR Activité professionnelle N 3 NATURE DE L'ACTIVITE Création et gestion des Tickets d incidents (Escalation process)

Plus en détail

LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE l ENFANT

LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE l ENFANT LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE l ENFANT Données issues des certificats de santé 8 ème jour, 9 ème et 24 ème mois Ce document a été réalisé à partir des données épidémiologiques concernant les enfants domiciliés

Plus en détail

LA CONFIANCE DES DIRIGEANTS DE PME/ETI PROGRESSE ENCORE LA CAMPAGNE ELECTORALE A UN IMPACT LIMITE SUR L ACTIVITE

LA CONFIANCE DES DIRIGEANTS DE PME/ETI PROGRESSE ENCORE LA CAMPAGNE ELECTORALE A UN IMPACT LIMITE SUR L ACTIVITE Paris, le 19 avril 2012 LA CONFIANCE DES DIRIGEANTS DE PME/ETI PROGRESSE ENCORE LA CAMPAGNE ELECTORALE A UN IMPACT LIMITE SUR L ACTIVITE La Banque Palatine, Banque des moyennes entreprises et des ETI au

Plus en détail

L ENTRETIEN INDIVIDUEL

L ENTRETIEN INDIVIDUEL L ENTRETIEN INDIVIDUEL 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L entretien individuel est une technique de recueil de l information qui se déroule dans une relation de face-à-face entre l évaluateur

Plus en détail

Processus commercial Expertise Nat

Processus commercial Expertise Nat commercial Expertise Nat Vérifié par : Arnaud Dequeker Fonction : Responsable Qualité Approuvé par : Patrick Atlan Fonction : Directeur Général Visa : Visa : Référence Edition Date commercial Expertise

Plus en détail

INDICATEURS DE PERFORMANCE DES ACTIVITÉS DU DISTRIBUTEUR

INDICATEURS DE PERFORMANCE DES ACTIVITÉS DU DISTRIBUTEUR INDICATEURS DE PERFORMANCE DES ACTIVITÉS DU DISTRIBUTEUR Page 1 de 12 1 2 3 4 5 6 7 8 Dans le document qui suit, intitulé «Performance opérationnelle des activités d Hydro-Québec Distribution», se trouve

Plus en détail

Le Plan cancer 2009-2013 en France : pilotage et bilan d étape

Le Plan cancer 2009-2013 en France : pilotage et bilan d étape Le Plan cancer 2009-2013 en France : pilotage et bilan d étape Symposium Plan cancer Bruxelles, 26 novembre 2012 Catherine Morin, responsable du suivi du Plan cancer - INCa Sommaire de la présentation

Plus en détail

CONTEXTE ET JUSTIFICATION

CONTEXTE ET JUSTIFICATION CONTEXTE ET JUSTIFICATION Le tabagisme est l une des plus grandes menaces actuelles pour la santé mondiale. Il crée une forte dépendance chez les consommateurs habituels qu il finit par tuer, et présente

Plus en détail

Suivi par : Amandine Lenzeele, 29/08/2012 Stagiaire IRA, et Catherine Dhénin, Responsable qualité.

Suivi par : Amandine Lenzeele, 29/08/2012 Stagiaire IRA, et Catherine Dhénin, Responsable qualité. Suivi par : Amandine Lenzeele, 29/08/2012 Stagiaire IRA, et Catherine Dhénin, Responsable qualité. Résultat de l enquête de satisfaction «Relations avec les collectivités territoriales» du 15 au 29 novembre

Plus en détail

Mars Bleu 2015 plan d action

Mars Bleu 2015 plan d action Mars Bleu en photos Mars Bleu 2015 plan d action 3 cibles : les femmes et les Hommes de 50-74 ans ( cœur de cible), les professionnels de santé, la presse et les médias 1- La communication en direction

Plus en détail

Résultats technico-économiques des éleveurs et gaveurs de palmipèdes gras

Résultats technico-économiques des éleveurs et gaveurs de palmipèdes gras Résultats technico-économiques des éleveurs et gaveurs de palmipèdes gras Résultats 2006 1. Présentation de l échantillon 2006 Les données centralisées en 2006 en canards et en oies ont été fournies par

Plus en détail

Résultat enquête : réalisée en février et mars 2012

Résultat enquête : réalisée en février et mars 2012 Résultat enquête : réalisée en février et mars 2012 Contrôles des installations d ANC par les SPANC au moment des ventes Introduction : La loi Grenelle II du 12 juillet 2010 a avancé la date précédemment

Plus en détail

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi.

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. 2 ème trimestre 20 Juillet 20 - N 21 >> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. Alors que 20 s annonçait comme l année de la reprise, l évolution de l activité

Plus en détail

Géocodage des adresses à l échelle des IRIS. Florence Poncet Registre du cancer de l Isère

Géocodage des adresses à l échelle des IRIS. Florence Poncet Registre du cancer de l Isère Géocodage des adresses à l échelle des IRIS Florence Poncet Registre du cancer de l Isère Contexte INSEE a mis en place un découpage du territoire à un niveau infra communal Découpage constitué d IRIS

Plus en détail

Restitution des résultats de l Enquête Emploi EDDEE

Restitution des résultats de l Enquête Emploi EDDEE Restitution des résultats de l Enquête Emploi EDDEE Enquête menée de début novembre 2013 à fin janvier 2014 auprès des promos 2011/2012 EDDEE environnement et énergie Mai 2014 Enquête menée par Florian

Plus en détail

Termes de références

Termes de références Termes de références Mission n Burundi / Assistance technique pour l appui au renforcement du système de gestion des achats et des approvisionnements Demandeur : Secrétariat Exécutif Permanent du Conseil

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Communiqué de presse r Orlando, le 2 juin 2009 Roche-EDIFICE : de nouvelles données publiées dans le cadre du congrès de l ASCO confirment l intérêt d un programme structuré de dépistage systématique dans

Plus en détail

Résumé : Deuxième Enquête panel sur le financement des PME en Suisse

Résumé : Deuxième Enquête panel sur le financement des PME en Suisse Département fédéral de l économie DFE Secrétariat d Etat à l économie SECO Communication Résumé : Deuxième Enquête panel sur le financement des PME en Suisse Date 20 novembre 2009 1. Introduction Dans

Plus en détail

La transmission d entreprise à son personnel. Michel Duvivier 23 novembre 2010. En collaboration avec le Cercle de Wallonie

La transmission d entreprise à son personnel. Michel Duvivier 23 novembre 2010. En collaboration avec le Cercle de Wallonie La transmission d entreprise à son personnel Michel Duvivier 23 novembre 2010 En collaboration avec le Cercle de Wallonie JUST IN TIME MANAGEMENT GROUP Qui sommes-nous? Executive Expertise for Top Management

Plus en détail

Dossier de candidature. pour le programme CAP LEAN

Dossier de candidature. pour le programme CAP LEAN Dossier de candidature pour le programme CAP LEAN Objectif CAP LEAN est un programme à vos mesures pour : réduire les délais de production, les délais administratifs, de prise de commande, des livraisons

Plus en détail

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer 1 er sous-indicateur : taux de participation au

Plus en détail

Projet de prise en charge globale du VIH et de la tuberculose dans les prisons en Côte d Ivoire

Projet de prise en charge globale du VIH et de la tuberculose dans les prisons en Côte d Ivoire Projet de prise en charge globale du VIH et de la tuberculose dans les prisons en Côte d Ivoire Nathalie Cartier, Program manager 27/10/2015 1 Présentation d Expertise France Opérateur publiquede référence

Plus en détail

15es Journées annuelles de santé publique 1

15es Journées annuelles de santé publique 1 L analyse économique comme instrument d aide à la prise de décision : comment réconcilier la théorie et la pratique? Dépenses de santé publique 6,3% des dépenses de santé au Canada en 2009, 11,4 milliards

Plus en détail

LES VOIES D ACCÈS AUX GRANDES ÉCOLES DE LA CGE Diversité des origines et des profils

LES VOIES D ACCÈS AUX GRANDES ÉCOLES DE LA CGE Diversité des origines et des profils ENQUÊTE 2014 LES VOIES D ACCÈS AUX GRANDES ÉCOLES DE LA CGE Diversité des origines et des profils ENQUÊTE VOIES D ACCÈS 2014 1 LES VOIES D ACCÈS AUX GRANDES ÉCOLES Une enquête toujours plus représentative

Plus en détail

Enquête image Transurbain Evreux 2012. Rapport d étude

Enquête image Transurbain Evreux 2012. Rapport d étude Enquête image Transurbain Evreux 2012 Rapport d étude 1 I. Enquête image auprès des clients de Transurbain 2 La fréquentation Genre 70% 74% 2011 2012 30% 26% Femme Homme 74% des répondants sont des femmes.

Plus en détail

CONTEXTE. Enquête portant sur la qualité de vie des patients atteints d hémophilie A ou B proposée et financée par l InVS;

CONTEXTE. Enquête portant sur la qualité de vie des patients atteints d hémophilie A ou B proposée et financée par l InVS; Surveillance de la qualité de vie des patients hémophiles QV HÉMOPHILIE Coordination de l étude: Pr. Serge BRIANCON Ecole de Santé Publique, Faculté de Médecine de Nancy Service d Epidémiologie et d Evaluation

Plus en détail

Etude sur la demande de Tourisme d Affaires en Seine et Marne. juillet 10

Etude sur la demande de Tourisme d Affaires en Seine et Marne. juillet 10 Etude sur la demande de Tourisme d Affaires en Seine et Marne juillet 10 1 Modalités de l étude Enquête réalisée du 10 Mai au 10 Juin 2010 auprès de : 144 entreprises 68 agences événementielles Mode d

Plus en détail

Cas LA BARRIERE AUTOMATIQUE

Cas LA BARRIERE AUTOMATIQUE Cas LA BARRIERE AUTOMATIQUE La SARL LA BARRIERE AUTOMATIQUE (LBA) est une PMI (Petite et Moyenne Industrie) de 31 personnes installée dans le département du Rhône. LBA a pour activité la conception et

Plus en détail

LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES

LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES Enquête complémentaire mentaire de mars 2009 LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES présentée par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université de Paris X - Nanterre - Mercredi 22 juillet 2009 -

Plus en détail

SYNTHESE DE LA NOTE TRIMESTRIELLE DE CONJONCTURE ECONOMIQUE 4 ème TRIMESTRE 2013 (octobre-novembre-décembre 2013)

SYNTHESE DE LA NOTE TRIMESTRIELLE DE CONJONCTURE ECONOMIQUE 4 ème TRIMESTRE 2013 (octobre-novembre-décembre 2013) FRANCE BOIS FORÊT Observatoire économique Filière Forêt Bois SYNTHESE DE LA NOTE TRIMESTRIELLE DE CONJONCTURE ECONOMIQUE 4 ème TRIMESTRE 20 (octobre-novembre-décembre 20) Evolutions différenciées en fin

Plus en détail

Les salariés et la réforme de la formation professionnelle

Les salariés et la réforme de la formation professionnelle Les salariés et la réforme de la formation professionnelle Sondage Ifop pour Théâtre à la Carte Contacts Ifop : Anne-Sophie VAUTREY - Directrice d études Département Opinion et Stratégies d Entreprise

Plus en détail

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE MINISTERE DELEGUE A LA COHESION SOCIALE ET A LA PARITE V E I L L E S T A T I S T I Q U E service des droits des femmes et de l'égalité V E I L L E S T A T I S T I Q U E LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

Plus en détail

THESE DOCTORAT EN MEDECINE

THESE DOCTORAT EN MEDECINE UNIVERSITE PARIS DIDEROT PARIS 7 FACULTE DE MEDECINE Année 2013 n THESE Pour le DOCTORAT EN MEDECINE (Diplôme d Etat) PAR Mlle REAUX Laurie Née le 03 septembre 1982 à Béthune Présentée et soutenue publiquement

Plus en détail

FICHE D EVALUATION ANNUELLE

FICHE D EVALUATION ANNUELLE FICHE D EVALUATION ANNUELLE Objectifs de la fiche d évaluation annuelle L évaluation porte sur le travail accompli par le collaborateur. Elle n est pas un jugement, mais une évaluation, pas sur ce qu il

Plus en détail

«Etat de la radioprotection en milieu médical : le point de vue de l ASN» Jean-Luc Godet Direction des Rayonnements Ionisants et de la Santé ASN

«Etat de la radioprotection en milieu médical : le point de vue de l ASN» Jean-Luc Godet Direction des Rayonnements Ionisants et de la Santé ASN «Etat de la radioprotection en milieu médical : le point de vue de l ASN» Jean-Luc Godet Direction des Rayonnements Ionisants et de la Santé ASN SFRP Tours 22 juin 2011 1 Introduction Etat de la radioprotection

Plus en détail

La lettre de l IMSEPP

La lettre de l IMSEPP La lettre de l IMSEPP N 22 05 décembre 2013 La trésorerie des entreprises en novembre : Les difficultés d accès au financement s atténuent. Novembre 2013 : ce document présente l analyse détaillée des

Plus en détail

Dares Indicateurs. Les mouvements de main-d œuvre au 3 e trimestre 2012 : nouvelle hausse du taux d embauche en CDD

Dares Indicateurs. Les mouvements de main-d œuvre au 3 e trimestre 2012 : nouvelle hausse du taux d embauche en CDD Dares Indicateurs MARS N 7 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Les mouvements de main-d œuvre au e trimestre : nouvelle hausse du taux d embauche

Plus en détail

Présentation pratique du dépistage du cancer colorectal. par le Dr Martine VALETTE. FMC de La Châtre mardi 06 octobre 2009

Présentation pratique du dépistage du cancer colorectal. par le Dr Martine VALETTE. FMC de La Châtre mardi 06 octobre 2009 Présentation pratique du dépistage du cancer colorectal par le Dr Martine VALETTE FMC de La Châtre mardi 06 octobre 2009 ASPECTS PRATIQUES DU DÉPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER COLORECTAL POUR LES MÉDECINS GÉNÉRALISTES

Plus en détail

Le renoncement aux soins pour raisons financières Étude CETAF / Fonds CMU 2010 / 2011

Le renoncement aux soins pour raisons financières Étude CETAF / Fonds CMU 2010 / 2011 Le renoncement aux soins pour raisons financières Étude CETAF / Fonds CMU 2010 / 2011 Les bénéficiaires de la CMU-C doivent normalement accéder aux soins sans participation financière, sauf exigence particulière.

Plus en détail

Le dossier partagé informatisé du RéPOP Aquitaine

Le dossier partagé informatisé du RéPOP Aquitaine Le dossier partagé informatisé du RéPOP Aquitaine Dr Hélène Thibault, pédiatre coordinatrice du RéPOP Caroline Resplandy, coordinatrice administrative Réseau de Prévention et de Prise en charge de l obésité

Plus en détail

Description du démonstrateur. Table des matières

Description du démonstrateur. Table des matières Projet BPMS Sagex-18305 Interopérabilité de systèmes d information d entreprise Description du démonstrateur Table des matières 1 Objectif 2 2 Principes de fonctionnement 5 3 Scénarios détaillés 6 3.1

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI 16 ème édition avril 2012. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges

Observatoire de la performance des PME-ETI 16 ème édition avril 2012. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges Observatoire de la performance des PME-ETI 16 ème édition avril 2012 OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Méthodologie Étude quantitative

Plus en détail

Evaluateur du projet : EQUATION-Management

Evaluateur du projet : EQUATION-Management Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

Critères de qualité de la coloscopie et prévention du cancer colo-rectal

Critères de qualité de la coloscopie et prévention du cancer colo-rectal SYMPOSIUM SCIENTIFIQUE Coloscopie de pre vention du cancer colorectal Critères de qualité de la coloscopie et prévention du cancer colo-rectal Pr. Christophe Cellier Hôpital Européen Georges Pompidou,

Plus en détail

Inspection générale de l administration de l éducation nationale et de la recherche (IGAENR), Paris, 6 juillet 2004

Inspection générale de l administration de l éducation nationale et de la recherche (IGAENR), Paris, 6 juillet 2004 Gestion des actions indirectes de RDT relevant du cinquième programme-cadre (5e PC) en matière de recherche et de développement technologique (RDT): 1998-2002 Inspection générale de l administration de

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

Rapport financier Année 2013 RAPPORT FINANCIER 2013

Rapport financier Année 2013 RAPPORT FINANCIER 2013 Rapport financier Année 2013 RAPPORT FINANCIER 2013 SOS Enfants Sans Frontières 56 rue de Tocqueville 75017 Paris 01.43.80.80.80 sosesf@sosesf.org/www.sosesf.org 1 PRODUITS En 2013, les produits se montent

Plus en détail

23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES

23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université Paris Ouest - Mercredi 6 avril 2011-1 La diffusion des crédits recule toujours

Plus en détail

RAPPORT DES CONCLUSIONS DE L ENQUÊTE DE LA COMMISSAIRE

RAPPORT DES CONCLUSIONS DE L ENQUÊTE DE LA COMMISSAIRE RAPPORT DES CONCLUSIONS DE L ENQUÊTE DE LA COMMISSAIRE Loi sur le droit à l information et la protection de la vie privée Affaire : 2013-1598-AP-852 Le 3 février 2014 «Un Ministère a failli à son obligation

Plus en détail

1 ère enquête nationale sur les Français et leurs soins dentaires en Hongrie

1 ère enquête nationale sur les Français et leurs soins dentaires en Hongrie 1 ère enquête nationale sur les Français et leurs soins dentaires en Hongrie Rapport de résultats Octobre 2015 Contact Presse Nicolas Pineau Consultant spécialisé - fondateur Eurodentaire Email : nicolas@eurodentaire.com

Plus en détail

TIERS PAYANT ETENDU SP SANTE NOTE TECHNIQUE - N 56 -

TIERS PAYANT ETENDU SP SANTE NOTE TECHNIQUE - N 56 - SP SANTE NOTE TECHNIQUE - N 56 - Destinataires : Les correspondants Documentation déclarés. Paris, le 2 février 2010 Madame, Monsieur, Nous vous adressons, ci-joint, la note technique N 56. Elle est destinée

Plus en détail

Les rencontres SOCFIM

Les rencontres SOCFIM Les rencontres SOCFIM Immobilier et innovation Gérard NAKACH Transformation Digitale BPCE 18 novembre 2015 2 #immo : nouveau process de vente du crédit immobilier. Big data pour optimiser le traitement

Plus en détail

Les mesures compensatoires des atteintes à la biodiversité en France

Les mesures compensatoires des atteintes à la biodiversité en France Les mesures compensatoires des atteintes à la biodiversité en France Paris, 22 septembre 2010 SIFEE Delphine MORANDEAU Chargée de mission biodiversité Ministère de l écologie, de l énergie, du développement

Plus en détail

CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS

CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS Avec près de 42000 nouveaux cas et 17500 décès en 2013, le cancer colorectal est le 3 e cancer le plus fréquent en termes d incidence

Plus en détail

Les salariés du secteur privé face à la généralisation de la complémentaire santé collective

Les salariés du secteur privé face à la généralisation de la complémentaire santé collective Les salariés du secteur privé face à la généralisation de la santé collective Etude réalisée pour Swiss Life France Contact Ifop : Frédéric Dabi / François KRAUS Directeur d études d opinion 01 72 34 94

Plus en détail

Performance Logistique Industrielle

Performance Logistique Industrielle Performance Logistique Industrielle Engagez-vous avec nous Vers une nouvelle politique Approvisionnements Dans le souci de moderniser et de pérenniser les processus de logistique industrielle, la Direction

Plus en détail

Dépistage du Cancer Colorectal. Dr M Si Hocine-Département de Médecine Interne Hôpital St Camille-Bry Sur Marne)

Dépistage du Cancer Colorectal. Dr M Si Hocine-Département de Médecine Interne Hôpital St Camille-Bry Sur Marne) Dépistage du Cancer Colorectal Dr M Si Hocine-Département de Médecine Interne Hôpital St Camille-Bry Sur Marne) Epidémio des Kc Colorectaux 35000 nouveaux cas par an, mais mortalité stable. 10 à30 % de

Plus en détail

Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation

Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation Ingrid HERMITEAU Agence de l eau Loire-Bretagne Cap sur la révision du Sdage 1. Rappel : qu est-ce que le Sdage? 2. Les éléments de réflexion

Plus en détail

Retour sur l audit portant sur les contrats 7 ème PCRD de l Université de Rennes 1. 24/05/2011 Yolaine Bompays-Julien Le Feuvre 1

Retour sur l audit portant sur les contrats 7 ème PCRD de l Université de Rennes 1. 24/05/2011 Yolaine Bompays-Julien Le Feuvre 1 Retour sur l audit portant sur les contrats 7 ème PCRD de l Université de Rennes 1 24/05/2011 Yolaine Bompays-Julien Le Feuvre 1 Organisation de l audit Audit effectué par deux auditeurs de la CE, sur

Plus en détail

Dossier Conduite et Présentation d Activités Professionnelles (CPAP) BTS Assurance Session 2010. Récapitulatif des activités professionnelles

Dossier Conduite et Présentation d Activités Professionnelles (CPAP) BTS Assurance Session 2010. Récapitulatif des activités professionnelles Dossier Conduite et Présentation d Activités Professionnelles (CPAP) BTS Assurance Session 2010 NOM PRENOM Récapitulatif des activités professionnelles Période du Entreprise : Service : Intitulé du poste

Plus en détail

Problématique de la qualité des données statistiques

Problématique de la qualité des données statistiques Revue du Schéma directeur de la Statistique du Mali Problématique de la qualité des données statistiques La qualité : «l ensemble des propriétés et caractéristiques d un produit ou d un service qui lui

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté JUILLET 2015 Un climat des affaires conforté Même si une part toujours importante de TPE/PME enregistre un recul du chiffre d affaires, le bilan du 2 e trimestre marque une amélioration sensible, confirmée

Plus en détail

Programme d Intérêt Général. Amélioration de l Habitat Bilan 01 juillet 2012 31 Décembre 2013

Programme d Intérêt Général. Amélioration de l Habitat Bilan 01 juillet 2012 31 Décembre 2013 Programme d Intérêt Général Amélioration de l Habitat Bilan 01 juillet 2012 31 Décembre 2013 Rappels: Les cibles du Programme d Intérêt Général Amélioration de la qualité thermique des logements Adaptation

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT APPUI CONSEIL «GESTION DES AGES» dans le cadre du Contrat de génération Le présent

Plus en détail

Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation de compensation du handicap (PCH)

Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation de compensation du handicap (PCH) Programme «Invalidité et dispositifs gérés par la CNSA» - Partie II «Objectifs / résultats» Objectif n 2 : répondre au besoin d autonomie des personnes handicapées Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation

Plus en détail

Sous-indicateur n 2-3-1 : taux de participation au dépistage organisé du cancer du sein chez les femmes âgées de 50 à 74 ans

Sous-indicateur n 2-3-1 : taux de participation au dépistage organisé du cancer du sein chez les femmes âgées de 50 à 74 ans 108 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 2 : Développer la prévention Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer Sous-indicateur n 2-3-1 : taux de participation au dépistage organisé

Plus en détail

A PLUS FINANCE. A 7 mois des Présidentielles, Réforme fiscale 2007 : Quel accueil par les particuliers? Quelle place pour la fiscalité dans le débat?

A PLUS FINANCE. A 7 mois des Présidentielles, Réforme fiscale 2007 : Quel accueil par les particuliers? Quelle place pour la fiscalité dans le débat? A PLUS FINANCE A Plus Finance A 7 mois des Présidentielles, Réforme fiscale 2007 : Quel accueil par les particuliers? Quelle place pour la fiscalité dans le débat? 26 septembre 2006 Philippe TABOUIS :

Plus en détail

Séminaires Paris le 14 et 15 mars 2007 Grenoble le 21 et 22 Mars 2007

Séminaires Paris le 14 et 15 mars 2007 Grenoble le 21 et 22 Mars 2007 BTS technico- Séminaires Paris le 14 et 15 mars 2007 Grenoble le 21 et 22 Mars 2007 BTS technico- Présentation des nouvelles épreuves : E3 Environnement économique et juridique E4 Négociation technico-e

Plus en détail