Rubrique SNIIRAM dans Statistiques et publications/ameli.fr

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rubrique SNIIRAM dans Statistiques et publications/ameli.fr"

Transcription

1 Rubrique SNIIRAM dans Statistiques et publications/ameli.fr Contenu Finalités du SNIIRAM... 2 Structure du SNIIRAM... 3 Comment est constitué le SNIIRAM?... 3 Comment sont restituées les données du SNIIRAM?... 3 Quelle est la profondeur historique des données?... 3 Description des données... 4 Le SNIIRAM regroupe :... 4 Le dictionnaire des données... 4 Utilisateurs du SNIIRAM, accès et accompagnement... 5 Quels sont les utilisateurs du SNIIRAM?... 5 Quelles sont les actions de la CNAMTS pour accompagner les utilisateurs?... 5 Pour accéder au SNIIRAM, vous êtes... 6 Études réalisées avec le SNIIRAM... 6 Conditions de sécurité... 7 Quelles conditions de sécurité pour les accès?... 7 L utilisation du SNIIRAM est très fortement sécurisée... 8 Chiffres clés... 8 Volumétrie... 8 Utilisation en moyenne par mois en Formation des utilisateurs... 8 Annexe... 9 Liste des organismes ayant accès aux bases de données du SNIIRAM (arrêté du 19 juillet 2013). 9 CNAMTS Février

2 Finalités du SNIIRAM Créé en 1999 par la loi de financement de la sécurité sociale, le SNIIRAM est une base de données nationale dont les objectifs sont de contribuer à une meilleure gestion de l Assurance maladie et des politiques de santé, d améliorer la qualité des soins et de transmettre aux professionnels de santé les informations pertinentes sur leur activité. Son périmètre, ses finalités, son alimentation et l accès aux données sont définis dans un arrêté du ministère des affaires sociales et de la santé transmis pour avis à la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) puis publié au Journal officiel. La CNAMTS est chargée de la gestion du SNIIRAM, elle est responsable du système d information au regard de la CNIL, autorité indépendante compétente en matière de protection des données personnelles. Le SNIIRAM poursuit quatre grandes finalités définies par l article L du code de la sécurité sociale : 1. Améliorer la qualité des soins, notamment par : - la comparaison des pratiques aux référentiels, accords de bons usages ou contrats de bonne pratique ; - l évaluation des comportements de consommation de soins ; - l analyse des caractéristiques et des déterminants de la qualité des soins ; 2. Contribuer à une meilleure gestion de l Assurance maladie, notamment par : - la connaissance des dépenses de l ensemble des régimes d assurance maladie ; - l évaluation des transferts entre enveloppes correspondant aux objectifs sectoriels de dépenses fixés en fonction de l objectif national de dépenses d assurance maladie, dans le cadre de la loi de financement de la sécurité sociale ; - l analyse quantitative des déterminants de l offre de soins et la mesure de leurs impacts sur l évolution des dépenses d assurance maladie ; 3. Contribuer à une meilleure gestion des politiques de santé, notamment par : - l identification des parcours de soins des patients; - le suivi et l évaluation de l état de santé des patients et leurs conséquences sur la consommation de soins ; - l analyse de la couverture sociale des patients ; - la surveillance de la consommation de soins en fonction de différents indicateurs de santé publique ou de risque ; 4. Transmettre aux prestataires de soins les informations pertinentes relatives à leur activité, à leurs recettes et, s il y a lieu, à leurs prescriptions. CNAMTS Février

3 Structure du SNIIRAM Comment est constitué le SNIIRAM? Le SNIIRAM est un entrepôt de données anonymes regroupant les informations issues des remboursements effectués par l ensemble des régimes d assurance maladie pour les soins du secteur libéral (1,2 milliard de feuilles de soins pour l ensemble de la population vivant en France). Les informations sur les séjours hospitaliers (diagnostics, actes, ) recueillis par l Agence technique de l information hospitalière (ATIH) au sein du PMSI (Programme de médicalisation des systèmes d information) sont également disponibles dans le SNIIRAM. Le SNIIRAM constitue donc une base de données complète et détaillée sur le parcours des patients et l organisation du système de soins. Comment sont restituées les données du SNIIRAM? Les données du SNIIRAM ont été collectées et organisées progressivement depuis Aujourd hui trois ensembles de restitution sont mises en service : 15 bases de données thématiques de données agrégées appelées datamarts orientés vers une finalité particulière : suivi des dépenses (DAMIR), analyse de l offre de soins libérale, biologie, pharmacie, dispositifs médicaux, établissements privés ; un échantillon général des bénéficiaires (EGB) au 100e de la population protégée : l EGB permet de réaliser des études longitudinales et d analyser le parcours individuel de près de bénéficiaires en ville et à l hôpital ; une base de données individuelles des bénéficiaires (DCIR) pour réaliser des études sur la consommation des soins et le chainage avec les séjours et les diagnostics des hôpitaux publics pour approfondir et optimiser les parcours de soins. Quelle est la profondeur historique des données? Deux modes de conservation des données sont mis en place : les données accessibles en ligne : les datamarts sans limite de conservation, l EGB sur 20 ans, le PMSI sur 10 ans, les données individuelles des bénéficiaires sur 3 ans au-delà de l année en cours ; l ensemble de ces données est ensuite archivé sur une durée de 10 ans, leur consultation n est possible qu après autorisation de la Commission nationale de l informatique et des libertés (CNIL). CNAMTS Février

4 Description des données Le SNIIRAM regroupe : des données sur les patients telles que l âge, le sexe, le bénéfice de la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C), la commune et le département de résidence, ainsi qu éventuellement le diagnostic d affection de longue durée (ALD) et la date de décès ; toutes les prestations remboursées dans le cadre des soins réalisés en médecine de ville: les informations disponibles sur le prestataire de soins et éventuellement le prescripteur (spécialité, mode d exercice, sexe, âge, département d implantation), le codage détaillé (médicaments, actes techniques des médecins, dispositifs médicaux, prélèvement biologiques) ainsi que la date des soins et les montants remboursés par l Assurance maladie et payés par les patients; des données sur la consommation de soins en établissement: le SNIIRAM centralise les données relatives aux séjours facturés directement à l Assurance maladie, principalement par les cliniques privées et les données du Programme de médicalisation des systèmes d'information (PMSI) pour l ensemble des établissements sanitaires. Les données sur les pathologies traitées sont disponibles dans le SNIIRAM au travers des données issues du service médical ou des diagnostics hospitaliers du PMSI. Le dictionnaire des données L analyse des données du SNIIRAM est facilitée par un dictionnaire qui référence l ensemble des variables et documente chacune des données et des règles de gestion qui y sont associées. Le dictionnaire propose plusieurs approches selon le niveau d appropriation de l utilisateur : la description des concepts (concept de bénéficiaires, de prestations, de professionnels de santé, d établissements de santé, d indicateurs de dépenses, de régimes d assurance maladie, etc.) et de l ensemble des variables associées à chacun des concepts ; la présentation des produits (échantillon EGB, données individuelles en ville DCIR, données d hospitalisation PMSI, données de suivi des dépenses, données de l offre de soins, etc.), des fichiers et des variables utilisées par chacun des produits (dictionnaire de l EGB, du DCIR, etc.). Le dictionnaire des données est téléchargeable depuis le portail sécurisé du SNIIRAM sur le poste de travail de tout utilisateur habilité ; des travaux sont en cours pour mettre en ligne ce dictionnaire enrichi d une bibliothèque des requêtes réalisées par les utilisateurs et d une foire aux questions qui favorisent une maîtrise partagée du SNIIRAM. CNAMTS Février

5 Utilisateurs du SNIIRAM, accès et accompagnement Quels sont les utilisateurs du SNIIRAM? Le SNIIRAM est accessible aux régimes d assurance maladie et à de nombreux partenaires (services ministériels, agences sanitaires, organismes publics de recherche), à l exclusion de tout organisme poursuivant un but lucratif. La liste des organismes et des accès autorisés est définie par arrêté. L arrêté SNIIRAM du 19 juillet 2013 concerne l ensemble des accès et celui de janvier 2014 est relatif aux accès des agences régionales de santé (ARS) expérimentant le programme PAERPA (Personnes âgées en risque de perte d'autonomie). L arrêté du 19 juillet 2013 précise que tout autre organisme à but non lucratif de recherche, université, école ou autre structure d enseignement liés à la recherche a la possibilité, pour effectuer une étude en santé publique, d accéder le temps de cette étude aux données du SNIIRAM après approbation de l Institut des données de santé (IDS) et autorisation de la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL). La CNAMTS peut également mettre à disposition des données extraites du SNIIRAM après accord des instances ayant compétences à autoriser ces traitements (CSIS, CCTIRS, IDS, CNIL) et sous certaines conditions juridiques et techniques. Une demi-journée d information est organisée par la CNAMTS pour accompagner les équipes de recherche dans l utilisation des données du SNIIRAM à des fins d études et de recherche. Quelles sont les actions de la CNAMTS pour accompagner les utilisateurs? L'accès aux données du SNIIRAM est aujourd'hui ouvert à beaucoup d'acteurs du système de santé et de représentants de la société civile. La difficulté pour les utilisateurs potentiels tient à la technicité et à la complexité de cette base de données. En effet, les données qui constituent le SNIIRAM ne sont initialement pas recueillies dans un objectif d'études mais dans le but de verser des prestations aux assurés. Leur architecture et leur contenu intègrent des contraintes de production et évoluent avec la législation. La capacité à réaliser des traitements statistiques fiables suppose d'être en mesure de connaître les modalités de gestion des dossiers de remboursement ainsi que les pratiques de saisie des informations par les techniciens des caisses et les professionnels de santé. Aussi la CNAMTS propose des formations aux organismes habilités à accéder au SNIIRAM et met à disposition des utilisateurs des outils d'aide au traitement des données (dictionnaire des concepts et des données, forum d'échanges, centre de support, journées d'information, clubs utilisateurs, requêtes prédéfinies). A titre d'exemple, la CNAMTS a formé environ 160 chercheurs à l'échantillon généraliste des bénéficiaires (EGB) depuis son ouverture en En 2013, une cinquantaine de chercheurs a interrogé de manière régulière cette base de données. Ces chercheurs ont réalisé plus de requêtes, en augmentation de 30 % par rapport à l'année précédente, ce qui représente plus de la moitié de l'ensemble des requêtes réalisés sur l'échantillon. CNAMTS Février

6 Pour accéder au SNIIRAM, vous êtes un chercheur : - d'une unité INSERM, adressez votre demande par mail à ; - du CNRS, adressez votre demander par mail à ; - d un autre organisme de recherche à but non lucratif (universités, CHU, écoles etc.), consultez le site de l'institut des Données de Santé (IDS) ; un organisme public (ministère, établissement public, agence, etc.) n appartenant à la liste des organismes habilités, adressez votre demande par mail à Documents en annexe : Liste des organismes ayant accès au SNIIRAM - Septembre 2013 Études réalisées avec le SNIIRAM Les données du SNIIRAM permettent de réaliser des études explorant les parcours de soins des patients et les modalités de prise en charge des maladies. C est ce qui a, notamment, été fait sur l infarctus du myocarde (1), les pacemakers et défibrillateurs implantables (2), les traitements par photothérapie (3), le syndrome du canal carpien (4) ou le dépistage du cancer de la prostate (5). Ces données permettent également de réaliser des études médico-économiques pour estimer le coût des traitements, avec, comme exemples, les travaux sur le coût du diabète (6) ou de l insuffisance rénale chronique (7). Ces dernières années, à la demande des autorités sanitaires, ces données ont aussi été utilisées pour mener des études visant à évaluer la sécurité des médicaments. Des travaux ont ainsi été publiés sur le risque cardiaque associé à la consommation de benfluorex (8) ou sur la sécurité de la pioglitazone (9) ou de l insuline glargine (10). Enfin, le recours au SNIIRAM permet aussi d approcher l épidémiologie de certaines maladies comme c est le cas pour le diabète (11) ou la maladie d Alzheimer (12). (1) Tuppin P, Neumann A, Danchin N, de Peretti C, Weill A, Ricordeau P, Allemand H. Evidence-based pharmacotherapy after myocardial infarction in France: adherence-associated factors and relationship with 30-month mortality and rehospitalization. Arch Cardiovasc Dis Jun-Jul;103(6-7): (2) Tuppin P, Neumann A, Marijon E, de Peretti C, Weill A, Ricordeau P, Danchin N, Allemand H. Implantation and patient profiles for pacemakers and cardioverter-defibrillators in France ( ). Arch Cardiovasc Dis May;104(5): CNAMTS Février

7 (3) Aubin F, Weill A, Allemand H. Phototherapy in France: quantitative data from the National Health Insurance register. Br J Dermatol Jul;167(1): Epub 2012 Apr 4. (4) Tuppin P, Blotière PO, Weill A, Ricordeau P, Allemand H. Syndrome du canal carpien opéré en France en 2008 : caractéristiques des malades et de leur prise en charge. Rev Neurol (Paris) Dec;167(12): (5) Tuppin P, Samson S, Perrin P, Ruffion A, Millat B, Weill A, Ricordeau P, Allemand H. Consommation du dosage de l antigène spécifique de la prostate (PSA) en France chez les hommes sans cancer de la prostate déclaré ( ) [Prostate-specific antigen use among men without prostate cancer in France ( )]. Bull Cancer May;99(5): (6) Ricci P, Weill A, Ricordeau P, Allemand H. Dynamique des dépenses hospitalières des personnes traitées pour diabète, en France ( ). Prat Organ Soins. 2010;41(4): (7) Blotière PO, Tuppin P, Weill A, Ricordeau P, Allemand H. The cost of dialysis and kidney transplantation in France in 2007, impact of an increase of peritoneal dialysis and transplantation. Nephrol Ther Jul;6(4): (8) Weill A, Païta M, Tuppin P, Fagot JP, Neumann A, Simon D, Ricordeau P, Montastruc JL, Allemand H. Benfluorex and valvular heart disease: a cohort study of a million people with diabetes mellitus. Pharmacoepidemiol Drug Saf Dec;19(12): (9) Neumann A, Weill A, Ricordeau P, Fagot JP, Alla F, Allemand H. Pioglitazone and risk of bladder cancer among diabetic patients in France: a population-based cohort study. Diabetologia Jul;55(7): Epub 2012 Mar 31. (10) Fagot JP, Blotière PO, Ricordeau P, Weill A, Alla F, Allemand H. Does insulin glargine increase the risk of cancer compared with other basal insulins?: A French nationwide cohort study based on national administrative databases. Diabetes Care Feb;36(2): Epub 2012 Sep 10. (11) Ricci P, Blotière PO, Weill A, Simon D, Tuppin P, Ricordeau P, Allemand H. Diabète traité : quelles évolutions entre 2000 et 2009 en France? Bull Epidemiol Hebd. 2010;(42-43): (12) Tuppin P, Cuerq A, Weill A, Ricordeau P, Allemand H. [Alzheimer disease and other dementia in France: Identification, management and neuroleptic use ( )]. Rev Neurol (Paris) 168 (2012) Epub 2011 Nov 21. Conditions de sécurité Quelles conditions de sécurité pour les accès? Dès 2001, la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) a rendu un avis relatif au SNIIRAM qui en formalise les conditions d accès : les utilisateurs doivent être formellement et nominativement habilités, les accès et requêtes des utilisateurs sont traçables. Pour les données des CNAMTS Février

8 bénéficiaires de l Assurance maladie, les identifiants des individus sont anonymisés de manière irréversible avant d être stockés. Le dispositif de sécurité des accès mis en place par la CNAMTS repose, d une part, sur la désignation par chaque responsable juridique d organisme d une autorité d enregistrement et, d autre part, sur la création de différents profils correspondant aux droits d accès aux données et aux fonctionnalités. L utilisation du SNIIRAM est très fortement sécurisée Les données médicales et les données permettant une réidentification indirecte des bénéficiaires (mois et année de naissance, date des soins, commune de résidence et date de décès) ne sont accessibles que par un nombre très restreint d utilisateurs sous la responsabilité d une autorité médicale et sous des profils de droits d accès spécifiques. Chiffres clés Les données du SNIIRAM sont issues des remboursements de l Assurance maladie : 1,2 milliard de feuilles de soins sont gérées chaque année et anonymisées pour alimenter l entrepôt SNIIRAM flux réceptionnés chaque mois en provenance des centres de traitement informatiques, des autres régimes, des mutuelles, des caisses régionales d assurance maladie etc. Volumétrie Une capacité de stockage égale à 450 téraoctets, 20 milliards de lignes de prestations disponibles, 7 dictionnaires avec objets (tables, index, synonymes ), 17 bases de données dont 3 d une volumétrie supérieure à 25 téraoctets, 150 applications gérées. Utilisation en moyenne par mois en 2013 Plus de utilisateurs sur les données agrégées, pour requêtes, Plus de 50 utilisateurs sur l Echantillon généraliste de bénéficiaires (EGB), pour requêtes, Plus de 100 utilisateurs sur les données individuelles des bénéficiaires, pour requêtes. Formation des utilisateurs 400 personnes formées à l EGB, dont plus de la moitié pour les organismes partenaires ayant accès à cet échantillon. CNAMTS Février

9 Annexe Liste des organismes ayant accès aux bases de données du SNIIRAM (arrêté du 19 juillet 2013) dont Direction de la Recherche des Etudes, de l'evaluation et des Suivi des dépenses Suivi de l'activité par offreur de soins (1) Echantillon généraliste des bénéficiaires Données individuelles exhaustives Régimes de base d'assurance maladie Ministères (santé, sécurité sociale, agriculture, finances) Attente accord Statistques (DREES) CNIL et arrêté (pour médecins et Agences Régionales de Santé (ARS) sur périmètre régional) Haute autorité de santé (HAS) Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) Institut de veille sanitaire (InVS) Agence technique de l information sur l hospitalisation (ATIH) Agence de la biomédecine Haut conseil pour l avenir de l assurance maladie (HCAAM) Institut national du cancer (INCa) Fonds CMU Institut des données de santé (IDS) Union nationale des professions de santé (UNPS) Syndicats de professionnels libéraux membres de l'unps Attente accord CNIL et arrêté Unions régionales des professions de santé (toutes professions) Fédérations hospitalières (FHF,FHP, FEHAP) Etablissements membres des fédérations hospitalières Union Nationale des Organismes Complémentaires d'assurance Maladie (UNOCAM) Fédérations constitutives de l'unocam ( FNMF, CTIP, FFSA) signataires de la charte d engagement entre l assurance maladie obligatoire et les assureurs maladie complémentaires Organismes complémentaires contributeurs de données membres des fédérations constitutives de l UNOCAM signataires de la charte d engagement entre l assurance maladie obligatoire et les assureurs maladie complémentaires Collectif interassociatif sur la santé CISS Associations adhérentes du CISS Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) Centre national ed la recherche scientifique (CNRS) Institut de Recherche et Documentation en Economie de la Santé (IRDES) CNAMTS Février

Le SNIIRAM et les bases de données de l Assurance Maladie en 2011. Dominique POLTON, Philippe Ricordeau CNAMTS 30 mars 2011

Le SNIIRAM et les bases de données de l Assurance Maladie en 2011. Dominique POLTON, Philippe Ricordeau CNAMTS 30 mars 2011 Le SNIIRAM et les bases de données de l Assurance l Maladie en 2011 Dominique POLTON, Philippe Ricordeau CNAMTS 30 mars 2011 Plan de l interventionl 1. Qu est-ce que le SNIIRAM? 2. Des exemples d utilisation

Plus en détail

Le système d information de l assurance maladie Point de situation

Le système d information de l assurance maladie Point de situation Le système d information de l assurance maladie Point de situation Plan de l intervention De la feuille de soins au SNIIRAM Les différentes bases de données disponibles Bases de données au niveau local

Plus en détail

Le SNIIRAM et les bases de données de l Assurance Maladie en 2011. Dominique POLTON, Philippe Ricordeau CNAMTS 30 mars 2011

Le SNIIRAM et les bases de données de l Assurance Maladie en 2011. Dominique POLTON, Philippe Ricordeau CNAMTS 30 mars 2011 Le SNIIRAM et les bases de données de l Assurance l Maladie en 2011 Dominique POLTON, Philippe Ricordeau CNAMTS 30 mars 2011 Plan de l interventionl 1. Qu est-ce que le SNIIRAM? 2. Des exemples d utilisation

Plus en détail

Ouverture des données de santé: l article 47 du projet de loi de santé

Ouverture des données de santé: l article 47 du projet de loi de santé Ouverture des données de santé: l article 47 du projet de loi de santé André Loth avril 2015 Données de santé : vue d ensemble Données médicales à visée individuelle (pour soigner) : dossiers médicaux

Plus en détail

Projet de loi sur les données de santé (article 47) et perspectives

Projet de loi sur les données de santé (article 47) et perspectives Projet de loi sur les données de santé (article 47) et perspectives André Loth (DREES) Les données de santé dont il est question Données médicales pour soigner : dossiers médicaux (compterendus, prescriptions,

Plus en détail

Le SNIIRAM et les bases de données de l assurance maladie : fonctionnement, potentiel et limites

Le SNIIRAM et les bases de données de l assurance maladie : fonctionnement, potentiel et limites SEPTIEME ECOLE D'ETE MEDITERRANEENNE D'INFORMATION EN SANTE Systèmes d'information : de la clinique à la santé publique Le SNIIRAM et les bases de données de l assurance maladie : fonctionnement, potentiel

Plus en détail

Données de santé. André Loth 06/06/2014 1

Données de santé. André Loth 06/06/2014 1 Données de santé André Loth 06/06/2014 1 Typologie des données de santé (Etalab) Données socio-démographiques Santé publique et épidémiologie Offre de soins Consommation de soins Performance et opérations

Plus en détail

Benfluorex, valvulopathies cardiaques et diabète : intérêt des données médico-administratives

Benfluorex, valvulopathies cardiaques et diabète : intérêt des données médico-administratives Benfluorex, valvulopathies cardiaques et diabète : intérêt des données médico-administratives Alain Weill, Michel Païta, Philippe Tuppin, Jean-Paul Fagot, Anke Neumann, Philippe Ricordeau, Hubert Allemand

Plus en détail

Etudes observationnelles sur les bases de données de l assurance maladie

Etudes observationnelles sur les bases de données de l assurance maladie 4ÈME JOURNÉE INTERRÉGIONALE DU GIRCI GRAND OUEST Etudes observationnelles sur les bases de données de l assurance maladie Dominique Polton Conseillère auprès du Directeur général Assurance maladie, caisse

Plus en détail

Rapport au Parlement 2015. Ouverture, qualité, partage : des avancées

Rapport au Parlement 2015. Ouverture, qualité, partage : des avancées partage santé anonymisation cohérence recherche santé CONFIANCE partage données partage cohérence e cohérence ANCE cohérence cohérence recherche 39 tableaux de bord données cohérence santé nce 500 requêtes

Plus en détail

ANNEXE 2 : ETUDES ET STATISTIQUES

ANNEXE 2 : ETUDES ET STATISTIQUES ANNEXE 2 : ETUDES ET STATISTIQUES Il est rappelé que les données transmises par l'etat à la CNAMTS - citées infra «engagements de l Etat» - sont destinées à un usage technique par les services de la CNAMTS

Plus en détail

RAPPORT SUR LA GOUVERNANCE ET L UTILISATION DES DONNÉES DE SANTÉ

RAPPORT SUR LA GOUVERNANCE ET L UTILISATION DES DONNÉES DE SANTÉ Septembre 2013 RAPPORT SUR LA GOUVERNANCE ET L UTILISATION DES DONNÉES DE SANTÉ Pierre-Louis BRAS, inspecteur général des affaires sociales avec le concours d André LOTH, administrateur général, directeur

Plus en détail

La prise en charge des plaies du pied et des amputations chez la personne diabétique : Les données du Sniiram de 2008 à 2012

La prise en charge des plaies du pied et des amputations chez la personne diabétique : Les données du Sniiram de 2008 à 2012 La prise en charge des plaies du pied et des amputations chez la personne diabétique : Les données du Sniiram de 2008 à 2012 Anne Fagot-Campagna (endocrinologue, épidémiologiste), Pierre Denis, Christelle

Plus en détail

Accès des registres aux données de l assurance maladie

Accès des registres aux données de l assurance maladie Colloques registres et politiques de santé publique : Accès des registres aux données 6 et 7 décembre 2012 Accès des registres aux données de l assurance maladie Dr Jean-Paul Prieur, direction du réseau

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire /Assurance Maladie Complémentaire : guichet unique et reste à charge

Assurance Maladie Obligatoire /Assurance Maladie Complémentaire : guichet unique et reste à charge Assurance Maladie Obligatoire /Assurance Maladie Complémentaire : guichet unique et reste à charge Colloque de Lyon du 5, 6 et 7 janvier 2012 1 Plan de l intervention 1. Présentation MFP Services : Union

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2016 ENVIRONNEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE Le déficit du régime général En milliards d 2013 2014 Prévisions 2015 0,7 0,6-0,6-3,2-2,7-1,6-4,6-6

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2015 ENVIRONNEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE Le déficit du régime général En milliards d 2012 2013 Prévisions 2014 0,6 0,2-0,2-2,5-3,2-2,9-5,9-6,8-6

Plus en détail

L échantillon généraliste de bénéficiaires :représentativité, portée et limites

L échantillon généraliste de bénéficiaires :représentativité, portée et limites Synthèse L échantillon généraliste de bénéficiaires :représentativité, portée et limites The Echantillon généraliste de bénéficiaires :representativeness, scope and limits De Roquefeuil L 1, Studer A 2,

Plus en détail

Commission Nationale de l Informatique et des Libertés Recommandation (97-008)

Commission Nationale de l Informatique et des Libertés Recommandation (97-008) RECOMMANDATION Délibération n 97-008 du 4 février 1997 portant adoption d'une recommandation sur le traitement des données de santé à caractère personnel (Journal officiel du 12 avril 1997) La Commission

Plus en détail

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé Champ référentiel 1.2 Chapitre 1, domaine 2 : Juridique La loi Informatique et Liberté aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé La protection des données

Plus en détail

Exposé n 5: Bases IMS, Thalès Quel apport pour la sécurité d emploi des médicaments?

Exposé n 5: Bases IMS, Thalès Quel apport pour la sécurité d emploi des médicaments? 5 avril 2011 «Pharmaco-épidémiologie» Exposé n 5: Bases IMS, Thalès Quel apport pour la sécurité d emploi des médicaments? Dr Philippe Tcheng Vice-Président Affaires Publiques et Gouvernementales France

Plus en détail

Formation Santé, protection sociale. Réunion du 6 juin 2005

Formation Santé, protection sociale. Réunion du 6 juin 2005 PARIS, le 27 avril 2005 Formation Santé, protection sociale Réunion du 6 juin 2005 Fiches de demande d accès à des données Au titre de l article 7 bis de la loi n 51-711 du 7 juin 1951 modifiée - Demande

Plus en détail

QUESTIONS-REPONSES SUR L EVALUATION MEDICO-ECONOMIQUE DES RESEAUX DE SANTE

QUESTIONS-REPONSES SUR L EVALUATION MEDICO-ECONOMIQUE DES RESEAUX DE SANTE QUESTIONS-REPONSES SUR L EVALUATION MEDICO-ECONOMIQUE DES RESEAUX DE SANTE CE QU IL FAUT SAVOIR Les Agences Régionales de Santé (ARS) disposent désormais d une méthode d évaluation médico-économique des

Plus en détail

Contexte. Problématique générale

Contexte. Problématique générale Contribution de l Institut thématique Santé Publique au débat public organisé par la Conférence Nationale de Santé (CNS) Comment utiliser les données de santé dans une optique de recherche? Contexte L

Plus en détail

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE du médecin libéral Patrice MARIE, c est l ensemble des documents concernant la santé d un patient donné que le médecin garde, en temps que médecin traitant. La loi, promulguée le 4 mars 2002, réaffirme

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE Commission «Services publics et services aux publics» Réunion du 14 mai 2013 Demandes d accès à des sources administratives au titre de l article 7bis de la loi de 1951 Formulées par l Insee : Données

Plus en détail

2CSI. Organisations de Santé 2.C.S.I

2CSI. Organisations de Santé 2.C.S.I 2CSI 1 PAGE D'EVOLUTIONS Ecrit par Dr Marie-José BOTTO 11 Décembre 2011 MONGABOURE Contrôlé par Jean-Pierre COMMES 13 Décembre 2011 INDICE DATE PARAGRAPHE OBSERVATIONS 1 11.12.2011 TOUS 1ére Edition Tout

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2015-390 du 3 avril 2015 autorisant les traitements de données à caractère

Plus en détail

SUIVI MÉDICAL DU DIABÈTE CHEZ LES ASSURÉS DE LA MGEN

SUIVI MÉDICAL DU DIABÈTE CHEZ LES ASSURÉS DE LA MGEN SUIVI MÉDICAL DU DIABÈTE CHEZ LES ASSURÉS DE LA MGEN K. Cosker, C. Sevilla-Dedieu, F. Gilbert, P. Lapie-Legouis, R. Cecchi-Tenerini Fondation d entreprise MGEN pour la santé publique 1 Contexte Les différents

Plus en détail

Les transports sanitaires prescrits à l hôpital ; La prise en charge de l Insuffisance Rénale Chronique (IRC) ;

Les transports sanitaires prescrits à l hôpital ; La prise en charge de l Insuffisance Rénale Chronique (IRC) ; SYNTHÈSE INTRODUCTION Le Programme Pluriannuel Régional de Gestion du Risque (PPR GDR) s inscrit dans le Projet Régional de Santé dont il est un des programmes obligatoires. Elaboré au cours de l été 2010,

Plus en détail

La collecte et le partage des données cliniques et biologiques. Rémy Choquet, PhD Chef de projet Banque Nationale de Données Maladies Rares

La collecte et le partage des données cliniques et biologiques. Rémy Choquet, PhD Chef de projet Banque Nationale de Données Maladies Rares La collecte et le partage des données cliniques et biologiques Rémy Choquet, PhD Chef de projet Banque Nationale de Données Maladies Rares Comment factoriser les énergies? Informatique de santé pour la

Plus en détail

Banque Nationale de Données Maladies Rares (BNDMR), APHP Hôpital Necker Enfants Malades, Paris, France c

Banque Nationale de Données Maladies Rares (BNDMR), APHP Hôpital Necker Enfants Malades, Paris, France c Prévalence de la cystinose en France, observance du traitement et coûts directs pour l assurance maladie : base de données de l assurance maladie (SNIIRAM) et BNDMR S. Kelley-Causeret a, A. Weill a, R.

Plus en détail

Ainsi plusieurs dispositions ont été prises pour enrichir les informations disponibles sur les médicaments et dispositifs médicaux :

Ainsi plusieurs dispositions ont été prises pour enrichir les informations disponibles sur les médicaments et dispositifs médicaux : des produits et prestations en sus des tarifs d hospitalisation renforcent la nécessité d une information partagée sur l utilisation de ces produits au sein des établissements de santé. Ainsi plusieurs

Plus en détail

Le service social hospitalier. Le financement des soins. L accueil des personnes âgées en résidence d hébergement. L accueil des personnes handicapées

Le service social hospitalier. Le financement des soins. L accueil des personnes âgées en résidence d hébergement. L accueil des personnes handicapées Le service social hospitalier Le financement des soins L accueil des personnes âgées en résidence d hébergement. L accueil des personnes handicapées Intervention IFAS 10/09/2015 MP Hervé 1. Le service

Plus en détail

Les Data Sciences pour la santé: Qui, Quoi, Comment?

Les Data Sciences pour la santé: Qui, Quoi, Comment? Les Data Sciences pour la santé: Qui, Quoi, Comment? Pascal Staccini IRIS Department - School of Medicine of Nice Nice-Sophia Antipolis University UMR 912 - SESSTIM - INSERM et pour quoi faire? Les données

Plus en détail

Indicateur n 4-2 : Indicateur de suivi de la consommation de médicaments

Indicateur n 4-2 : Indicateur de suivi de la consommation de médicaments 144 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 4 : Renforcer l efficience du système de soins et développer la maîtrise médicalisée des dépenses Indicateur n 4-2 : Indicateur de suivi de la consommation

Plus en détail

Projet ROC Réunion de lancement des groupes de travail Présentation du projet aux établissements de santé

Projet ROC Réunion de lancement des groupes de travail Présentation du projet aux établissements de santé Programme SIMPHONIE Projet ROC Réunion de lancement des groupes de travail Présentation du projet aux établissements de santé Lundi 2 Février 2015 Version 0 Sommaire A. Contexte, objectif, enjeux B. Déclinaison

Plus en détail

La santé en chiffres

La santé en chiffres La santé en chiffres Edition 2008-2009 La dépense de soins et de biens médicaux Financement Répartition 2007 par financeur Complémentaires : 13,6 % des dépenses soit 22,3 milliards d euros Assurances 3,2

Plus en détail

Réflexions sur l organisation des soins

Réflexions sur l organisation des soins Réflexions sur l organisation des soins Rencontres inter-régionales de l ASIP lasip Dr Y Bourgueil Directeur de recherches h IRDES Responsable équipe PROSPERE Réflexions sur l organisation des soins L

Plus en détail

Dans le but de mieux comprendre, et si possible piloter, la dynamique des dépenses de santé, un nouveau système

Dans le but de mieux comprendre, et si possible piloter, la dynamique des dépenses de santé, un nouveau système Le Système d information de l assurance maladie, le SNIIR-AM et les échantillons de bénéficiaires François Lenormand* CNAMTS Dans le but de mieux comprendre, et si possible piloter, la dynamique des dépenses

Plus en détail

Base de données de remboursement de l Assurance Maladie avantages et limites pour les études sur le médicament

Base de données de remboursement de l Assurance Maladie avantages et limites pour les études sur le médicament Base de données de remboursement de l Assurance Maladie avantages et limites pour les études sur le médicament Docteur Alain WEILL (CNAMTS) Docteur Pierre FENDER (CNAMTS) CNAMTS-DSM / Rencontres nationales

Plus en détail

Décision modificative Hippocrate Application informatique du service médical

Décision modificative Hippocrate Application informatique du service médical Décision modificative Hippocrate Application informatique du service médical Le Directeur Général de la Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés, Vu la Loi N 78-17 du 6 janvier

Plus en détail

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs En urgence, en consultation, en hospitalisation, que payerez-vous? Quels frais

Plus en détail

Télé-cardiologie: cadre réglementaire

Télé-cardiologie: cadre réglementaire Télé-cardiologie: cadre réglementaire J.C. Avignon 2013 Pas de conflits d intérêt concernant cette présentation Nous avons tous fait de la télémédecine.sans le savoir! Analyse ECG (par fax ou courriel)

Plus en détail

Atelier n 6 RÉAVIE 2010

Atelier n 6 RÉAVIE 2010 Atelier n 6 RÉAVIE 2010 L accès, la maîtrise et l utilisation l des données individuelles : enjeux et perspectives sur les services en Santé Bernard FOURNIÉ, Conseiller Technique (PRO BTP) Laurent CAREDDA,

Plus en détail

1 -Observatoire national des prescriptions et consommations des médicaments dans le secteur ambulatoire et hospitalier

1 -Observatoire national des prescriptions et consommations des médicaments dans le secteur ambulatoire et hospitalier 1 -Observatoire national des prescriptions et consommations des médicaments dans le secteur ambulatoire et hospitalier 2 -MutualitéSociale Agricole (MSA) et post-amm Patrick CHOUTET Assises du Médicament

Plus en détail

Le Dossier Pharmaceutique (DP): Un outil professionnel qui répond aux enjeux sanitaires actuels

Le Dossier Pharmaceutique (DP): Un outil professionnel qui répond aux enjeux sanitaires actuels Paris, le 18 septembre 2013 Le Dossier Pharmaceutique (DP): Un outil professionnel qui répond aux enjeux sanitaires actuels «Le DP est un outil professionnel qui est devenu essentiel et incontournable

Plus en détail

Le rapprochement de données de médecine générale et de remboursement de l Assurance maladie : étude de faisabilité et premiers résultats

Le rapprochement de données de médecine générale et de remboursement de l Assurance maladie : étude de faisabilité et premiers résultats n 196 - mars 2014 Reproduction sur d autres sites interdite mais lien vers le document accepté : http://www.irdes.fr/recherche/questions-d-economie-de-la-sante/ 196-le-rapprochement-de-donnees-de-medecine-generaleet-de-remboursement-de-l-assurance-maladie.pdf

Plus en détail

LES TRANSPORTS Enjeux et résultats. Journée des instances paritaires du 20 novembre 2008

LES TRANSPORTS Enjeux et résultats. Journée des instances paritaires du 20 novembre 2008 LES TRANSPORTS Enjeux et résultats Un enjeu économique important : En 2007, le régime général a remboursé 2,3 milliards d euros au titre des transports. Dépenses de transports remboursées en 2007 par le

Plus en détail

Cadre de coopération avec les associations de patients et d usagers

Cadre de coopération avec les associations de patients et d usagers Cadre de coopération avec les associations de patients et d usagers 1 Préambule La HAS est une autorité administrative indépendante. Dans le cadre de ses missions 1, elle est amenée à conduire des expertises

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé Champ référentiel 1.2 Chapitre 1, domaine 2 : Juridique Les principes généraux du droit d accès aux données de santé aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de

Plus en détail

DOSSIER PATIENT INFORMATISÉ Rêve ou réalitr

DOSSIER PATIENT INFORMATISÉ Rêve ou réalitr DOSSIER PATIENT INFORMATISÉ Rêve ou réalitr alité? CHU REIMS C Marcus, H Gomes, P Hornoy, S Roesch, R Husson, B Menanteau Reims - France Dossier Patient Informatisé Objectifs : Rappeler la structure du

Plus en détail

Le système d information (bases de données) l évaluation de la qualité des soins.

Le système d information (bases de données) l évaluation de la qualité des soins. www.inami.be www.coopami.org Le système d information (bases de données) l évaluation de la qualité des soins. Nouakchott 3 février 2011 Michel Vigneul Cellule Expertise&COOPAMI Se doter d un système d

Plus en détail

PROGRAMME PLURIANNUEL INTER REGIME SUR LA PRISE EN CHARGE DU DIABETE DE TYPE 2 1998-1999-2000

PROGRAMME PLURIANNUEL INTER REGIME SUR LA PRISE EN CHARGE DU DIABETE DE TYPE 2 1998-1999-2000 CAISSE NATIONALE LE SUIVI DES BENEFICIAIRES DE L ASSURANCE MALADIE DES PROFESSIONS INDEPENDANTES SOUFFRANT DE DIABETE DE TYPE 2, TRAITES EXCLUSIVEMENT PAR DES HYPOGLYCEMIANTS ORAUX EN 1998 DECEMBRE 2001

Plus en détail

Professeur Patrice FRANCOIS

Professeur Patrice FRANCOIS UE7 - Santé Société Humanité Médecine et Société Chapitre 4 : Protection sociale Partie 2 : L assurance maladie Professeur Patrice FRANCOIS Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2011 Environnement de la protection sociale Le déficit du régime général En milliards d euros 2009 2010 Prévisions 2011-0,7-0,7 0-1,8-2,7-2,6-7,2-6,1-8,9-10,6-9,9-11,6-20,3-23,9-18,6

Plus en détail

Place des mutuelles dans le système de santé français Poids des services de soins et d accompagnement mutualistes

Place des mutuelles dans le système de santé français Poids des services de soins et d accompagnement mutualistes Place des mutuelles dans le système de santé français Poids des services de soins et d accompagnement mutualistes Nathalie CHATILLON FNMF Direction des Affaires Publiques Département International Sommaire

Plus en détail

ISO 27002 // Référentiels de la santé

ISO 27002 // Référentiels de la santé ISO 27002 // Référentiels de la santé Vue des établissements de santé Club 27001 27/03/2015 Nicole Genotelle Version 1.0 Sommaire Contexte Thématiques 27002 // référentiels de santé Exemples de mise en

Plus en détail

Pour une meilleure utilisation des bases de données nationales pour la santé publique et la recherche. Collection Documents

Pour une meilleure utilisation des bases de données nationales pour la santé publique et la recherche. Collection Documents Pour une meilleure utilisation des bases de données nationales pour la santé publique et la recherche Collection Documents Mars 2012 POUR UNE MEILLEURE UTILISATION DES BASES DE DONNEES ADMINISTRATIVES

Plus en détail

Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative

Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Sous-direction qualité et fonctionnement des établissements de santé

Plus en détail

Aide à l acquisition d une complémentaire

Aide à l acquisition d une complémentaire Les définitions présentées ci-dessous sont extraites du glossaire de l assurance complémentaire santé édité par l Union Nationale des Organismes d Assurance Maladie Complémentaire. Aide à l acquisition

Plus en détail

Direction de la recherche, des études, de l évaluation et des statistiques. Bureau des établissements de santé

Direction de la recherche, des études, de l évaluation et des statistiques. Bureau des établissements de santé Ministère des finances et des comptes publics Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social

Plus en détail

Projet de thèse. Intitulé de la thèse. Spécialité du doctorat. Problématique scientifique générale

Projet de thèse. Intitulé de la thèse. Spécialité du doctorat. Problématique scientifique générale Projet de thèse Intitulé de la thèse Détection automatisée de signaux en pharmacovigilance : Exploitation conjointe de données de notifications spontanées et médico- administratives. Spécialité du doctorat

Plus en détail

Transports sanitaires

Transports sanitaires Observatoire régional de la santé des Pays de la Loire Juillet 2015 www.santepaysdelaloire.com La santé observée dans les Pays de la Loire Transports sanitaires L'essentiel En 2014, 5,6 millions de patients

Plus en détail

SIHO est un logiciel ITIC protégé par les lois internationales et la loi Tunisienne n 94-36 ratifiée le 24/02/94 (article 52) relative à la propriété

SIHO est un logiciel ITIC protégé par les lois internationales et la loi Tunisienne n 94-36 ratifiée le 24/02/94 (article 52) relative à la propriété SIHO est un logiciel ITIC protégé par les lois internationales et la loi Tunisienne n 94-36 ratifiée le 24/02/94 (article 52) relative à la propriété littéraire et artistique, et qui régit notamment les

Plus en détail

Complémentaire santé : actualité économique. Point d actualité : évolutions règlementaires

Complémentaire santé : actualité économique. Point d actualité : évolutions règlementaires 20 novembre 2014 Complémentaire santé : actualité économique Point d actualité : évolutions règlementaires Frais de soins de santé : réforme des contrats responsables Prévoyance : portabilité des droits

Plus en détail

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé Champ référentiel 1.2 Chapitre 1, domaine 2 : Juridique Le dossier Médical Personnel ou DMP aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé Chronologie du DMP

Plus en détail

Développement et mise en ligne d un outil d observation : le portail des données sur le cancer et la cancérologie (www.lesdonnees.e-cancer.

Développement et mise en ligne d un outil d observation : le portail des données sur le cancer et la cancérologie (www.lesdonnees.e-cancer. Développement et mise en ligne d un outil d observation : le portail des données sur le cancer et la cancérologie (www.lesdonnees.e-cancer.fr) L Lafay, N Vongmany, M Laanani, M Lequellec-Nathan, PJ Bousquet

Plus en détail

Contribution du Syndicat national des pharmaciens praticiens hospitaliers (SNPHPU)

Contribution du Syndicat national des pharmaciens praticiens hospitaliers (SNPHPU) Contribution du Syndicat national des pharmaciens praticiens hospitaliers (SNPHPU) pour un cahier des charges des bases de données des produits de santé exigeant Rappelons pour mémoire que le législateur

Plus en détail

Pilotage et gestion financière d un réseau de santé

Pilotage et gestion financière d un réseau de santé Pilotage et gestion financière d un réseau de santé Bases juridiques des réseaux de santé Présentation générale du FIQCS Etapes pour obtenir un financement FIQCS Calendrier des échéances liées au financement

Plus en détail

Journée des systèmes d'information Le développement de la e santé : un cadre juridique et fonctionnel confronté à l'exigence du partage

Journée des systèmes d'information Le développement de la e santé : un cadre juridique et fonctionnel confronté à l'exigence du partage Journée des systèmes d'information Le développement de la e santé : un cadre juridique et fonctionnel confronté à l'exigence du partage Jeanne Bossi Malafosse, Counsel GCS e-santé Languedoc Roussillon

Plus en détail

= Meilleure coordination des soins

= Meilleure coordination des soins Intérêts pour l Assurance Maladie Rationalisation des soins Maitrise des dépenses de santé Intérêts pour le corps médical Meilleur suivi du patient Connaissance des antécédents du patient Connaissance

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2014

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2014 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2014 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

C O M P L E M E N T D E L A C O N V E N T I O N C O N S T I T U T I V E D U R É S E A U R E G I O N A L D E C A N C É R O L O G I E O N C O R U N

C O M P L E M E N T D E L A C O N V E N T I O N C O N S T I T U T I V E D U R É S E A U R E G I O N A L D E C A N C É R O L O G I E O N C O R U N C O M P L E M E N T D E L A C O N V E N T I O N C O N S T I T U T I V E D U R É S E A U R E G I O N A L D E C A N C É R O L O G I E O N C O R U N Le présent document complète la Convention initiale ainsi

Plus en détail

L innovation dans les technologies de santé, l exemple de la télémédecine Quel cadre, quels niveaux de preuves, quelles modalités de déploiement

L innovation dans les technologies de santé, l exemple de la télémédecine Quel cadre, quels niveaux de preuves, quelles modalités de déploiement L innovation dans les technologies de santé, l exemple de la télémédecine Quel cadre, quels niveaux de preuves, quelles modalités de déploiement Antoine Audry Coordonnateur, Philippe Maugendre, Faiez Zannad

Plus en détail

Quels indicateurs de performance pour la PUI?

Quels indicateurs de performance pour la PUI? Quels indicateurs de performance pour la PUI? Marie-Anne Clerc CHU Angers Brigitte Bonan CH Foch Paris Mariannick Le Bot CHU Brest Céline Motty Monnereau DREES 1 Qu est-ce qu une pharmacie performante?

Plus en détail

4. Premier bilan après dix-huit mois d activité

4. Premier bilan après dix-huit mois d activité JOURNEE INTERNATIONALE DE L INFIRMIERE «Les infirmiers à l avant-garde des soins chroniques» CPAM DES ALPES MARITIMES 29 mai 2010 Page n 1 Sommaire 1. Contexte du service 2. Objectifs et caractéristiques

Plus en détail

Sciences Humaines et Sociales Médecine et Société Partie 2 : L assurance maladie

Sciences Humaines et Sociales Médecine et Société Partie 2 : L assurance maladie Sciences Humaines et Sociales Médecine et Société Chapitre 2 : Protection sociale Partie 2 : L assurance maladie Professeur Patrice FRANCOIS MED@TICE PCEM1 - Année 2006/2007 Faculté de Médecine de Grenoble

Plus en détail

Stratégie de la CNAMTS sur la Télémédecine Collège des Economistes de la Santé 30/04/14

Stratégie de la CNAMTS sur la Télémédecine Collège des Economistes de la Santé 30/04/14 Stratégie de la CNAMTS sur la Télémédecine Collège des Economistes de la Santé 30/04/14 Couverture STRATEGIE DE LA CNAMTS SUR LA TELEMEDECINE 2 La télémédecine est un sujet stratégique pour la CNAMTS,

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE Prof. G. DURANT La Belgique (11 millions d habitants) est un pays fédéral. Le financement est organisé au niveau national sauf le financement des infrastructures

Plus en détail

La réflexion éthique et l encadrement juridique relatifs au partage des données de santé à caractère personnel et à l accès aux données de santé

La réflexion éthique et l encadrement juridique relatifs au partage des données de santé à caractère personnel et à l accès aux données de santé La réflexion éthique et l encadrement juridique relatifs au partage des données de santé à caractère personnel et à l accès aux données de santé Jeanne BOSSI, Secrétaire Générale ASIP Santé Septième école

Plus en détail

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Principales caractéristiques du système de santé en Belgique Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Sécurité sociale Introduction: De quoi vais je parler? Exposé: Seulement sur la sécurité sociale au sens strict!

Plus en détail

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Expérimentation sur un territoire cible : Baillif - Vieux-Habitants Bouillante Patrice RICHARD, Directeur général de l ARS

Plus en détail

La franchise médicale en pratique

La franchise médicale en pratique Information presse le 26 décembre 2007 La franchise médicale en pratique La franchise médicale s applique à partir du 1 er janvier 2008 sur les boîtes de médicaments, les actes paramédicaux et les transports

Plus en détail

Méthodologie d élaboration des guides et dossiers web Cancer info. Mai 2013

Méthodologie d élaboration des guides et dossiers web Cancer info. Mai 2013 Méthodologie d élaboration des guides et dossiers web Cancer info Mai 2013 Cancer info est une plateforme multi-accès d information de référence sur les cancers, destinée aux personnes malades et à leur

Plus en détail

AVIS CNO n 2013-05 DEONTOLOGIE

AVIS CNO n 2013-05 DEONTOLOGIE AVIS CNO n 2013-05 DEONTOLOGIE AVIS DU CONSEIL NATIONAL DE L ORDRE DES 18 ET 19 DECEMBRE 2013 RELATIF AUX CONTRATS PROPOSÉS PAR LA FÉDÉRATION NATIONALE DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE La Fédération Nationale

Plus en détail

Démarches et méthodes d'appariement avec les causes médicales de décès Grégoire REY

Démarches et méthodes d'appariement avec les causes médicales de décès Grégoire REY CépiDc Centre d'épidémiologie sur les causes médicales de décès Démarches et méthodes d'appariement avec les causes médicales de décès Grégoire REY CépiDc Inserm XXVI ème Journée Scientifique EPITER 8

Plus en détail

Point FIDES ARS Rhône Alpes

Point FIDES ARS Rhône Alpes Point FIDES ARS Rhône Alpes 6 Décembre 2011 Pascale MARTIN Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux FIDES FIDES c est quoi? FIDES : Facturation Individuelle

Plus en détail

Pratiques coopératives dans le système de santé : les réseaux

Pratiques coopératives dans le système de santé : les réseaux Pratiques coopératives dans le système de santé : les réseaux Dr Sandrine Hugé Département de médecine générale 1 Quelques clés pour comprendre notre sytème de santé 2 La protection sociale contre la maladie

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ PROFESSIONS DE SANTÉ. Direction générale de l offre de soins

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ PROFESSIONS DE SANTÉ. Direction générale de l offre de soins SANTÉ PROFESSIONS DE SANTÉ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ UNION NATIONALE DES CAISSES D ASSURANCE MALADIE Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance

Plus en détail

Cristal. L application internet au service du prélèvement et de la greffe d organes

Cristal. L application internet au service du prélèvement et de la greffe d organes Cristal L application internet au service du prélèvement et de la greffe d organes 1 2 Cristal est un outil de travail informatique développé par l Agence de la biomédecine et mis à la disposition de tous

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE Commission «Emploi, qualification et revenus du travail» Réunion du 10 avril 2014 Demandes d accès à des sources administratives au titre de l article 7bis de la loi de 1951 Formulée par le Service de

Plus en détail

Fiche n 10 : la nouvelle organisation de l assurance maladie

Fiche n 10 : la nouvelle organisation de l assurance maladie janvier 2005 Fiche n 10 : la nouvelle organisation de l assurance maladie La loi du 13 août 2004 relative à la réforme de l assurance maladie comporte trois grands volets : l organisation de l offre de

Plus en détail

L assurance soins de santé en Belgique : une introduction. Thomas Rousseau 12 juin 2014

L assurance soins de santé en Belgique : une introduction. Thomas Rousseau 12 juin 2014 L assurance soins de santé en Belgique : une introduction Thomas Rousseau 12 juin 2014 Introduction L assurance maladie obligatoire L assurance soins de santé L assurance indemnités (maladie, accident,

Plus en détail

COMITÉ TECHNIQUE PSYCHIATRIE : ÉTAT D AVANCEMENT DES TRAVAUX

COMITÉ TECHNIQUE PSYCHIATRIE : ÉTAT D AVANCEMENT DES TRAVAUX COMITÉ TECHNIQUE PSYCHIATRIE : ÉTAT D AVANCEMENT DES TRAVAUX Dr A. Buronfosse, Dr A. Menu, R. Pourcher JOURNÉES NATIONALES DE L INFORMATION MÉDICALE ET DU CONTRÔLE DE GESTION EN PSYCHIATRIE 13-14 septembre

Plus en détail

Le DMP et vos droits Dossier Médical Personnel

Le DMP et vos droits Dossier Médical Personnel BROChURE D information PATIENT Le DMP et vos droits Dossier Médical Personnel Créer votre DMP, un acte important pour votre santé au service de la santé www.dmp.gouv.fr 2 Le dmp et vos droits 4 Qu est-ce

Plus en détail

Arrêts de travail pour maladie : exemples de travaux à partir des données du Sniiram Nadine Colinot, Christelle Gastaldi-Ménager

Arrêts de travail pour maladie : exemples de travaux à partir des données du Sniiram Nadine Colinot, Christelle Gastaldi-Ménager 1 Arrêts de travail pour maladie : exemples de travaux à partir des données du Sniiram Nadine Colinot, Christelle Gastaldi-Ménager CNAMTS Direction de la Stratégie, des Etudes et des Statistiques (DSES)

Plus en détail

Le financement des soins de santé en France

Le financement des soins de santé en France Le financement des soins de santé en France Présenté par Hans-Martin Späth Maître de Conférences en Economie de la Santé Département pharmaceutique de Santé Publique Plan La protection sociale en France

Plus en détail